#mélanie_bourdaa

  • Bourdaa Mélanie. Les fans : Publics actifs et engagés
    https://journals.openedition.org/rfsic/13695

    Recension par Hélène Breda dans la revue de la SFIC

    L’ouvrage de Mélanie Bourdaa, tiré de ses travaux d’HDR, apporte une importante contribution en langue française aux études de fans (fan studies), ici incorporées aux Sciences de l’Information et de la Communication (SIC). Son propos y est développé en deux temps. La principale question qui le traverse est centrée sur les liens qui unissent les fans, en tant que publics actifs et créatifs, au contexte social dans lequel ils sont ancrés. L’autrice entend ainsi battre en brèche les préjugés parfois tenaces selon lesquels les fans seraient des personnes obsessionnelles et déconnectées de la réalité.
    La première partie se saisit justement des enjeux politiques sous-tendus par certaines activités et pratiques faniques : Bourdaa y montre que les fans de séries télévisées sont des individus insérés dans un collectif, qui interagissent à la fois entre eux, avec des textes médiatiques et avec leurs producteurs.

    Le second chapitre aborde les engagements culturels et politiques des fans, qui s’expriment à travers certaines de leurs pratiques.

    Dans le chapitre suivant, Mélanie Bourdaa articule des questions de représentations d’identités culturelles dans plusieurs séries télévisées à leur réception engagée par leurs publics, et au premier chef par des personnes issues des groupes minorisés montrés à l’écran.

    La seconde partie de l’ouvrage aborde pour sa part les pratiques de fans. Son premier chapitre revient sur la question de l’identité du fan, pour rappeler qu’elle est double : il se forge une individualité distinctive à travers sa passion, mais s’inscrit dans le même temps au sein d’un groupe de pairs, qui peut être doté d’un nom de communauté. Le fandom constitue ainsi « un point d’ancrage fort qui crée une identité collective sociale affirmable et reconnaissable »

    L’autrice approfondit dans le chapitre suivant la question de l’acquisition de compétences à travers les pratiques de fans, dans la lignée de recherches antérieures sur les « transformative works » (activités transformatrices [des œuvres de départ]). À l’instar des chapitres précédents, celui-ci montre que des pratiques qui existaient de longue date se développent désormais majoritairement en ligne et sont façonnées par le numérique.

    L’ouvrage s’achève sur l’étude d’un fandom particulier, celui des Earpers, les fans de la série Wynona Earp. Toujours dans une posture d’ « ethno-fan », l’autrice s’est livrée conjointement à la collecte et l’analyse de traces en ligne et à l’étude des réponses à un questionnaire qu’elle a fait circuler sur Twitter. Cela lui permet de ressaisir et d’approfondir un certain nombre d’aspects évoqués précédemment.

    Mélanie Bourdaa propose avec Les fans. Publics actifs et engagés un ouvrage qui présente des qualités de synthèse et qui, tout en étant arrimé à une solide bibliographie (largement anglophone), parvient à appuyer son propos sur des études de cas originales menées par l’autrice. L’on pourra dès lors espérer que sa publication marquera un jalon dans le déploiement hexagonal des fan studies dans le champ des SIC.

    #fans #Fandom #Mélanie_Bourdaa

  • Être fan, une admiration qui aide à grandir
    https://www.ouest-france.fr/education/parents-enfants/etre-fan-une-admiration-qui-aide-a-grandir-d702ee8e-198c-11ed-8966-3007
    https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMjA4NjI3NTllNWZlZGRkODQwMTJjMjlkOWI4M2Q2NzhiMzY?width=1260&he

    Des posters plein les murs, des albums écoutés en boucle dans leur chambre, des répliques de film apprises par cœur. Ils sont fans et leurs parents ne comprennent pas toujours pourquoi. Une admiration qui ne se limite pas qu’à l’adolescence. Il est bon de se rappeler que l’attitude de fan peut apparaître dès tout petit, "en voulant toute la chambre et les vêtements Pat’patrouille"​, donne pour exemple la psychologue clinicienne Aline Nativel Id Hammou. Aux environs de "trois ans"​, votre enfant, déjà, peut être fan.

    "« Les pratiques ne sont pas différentes selon les âges"​, rapporte Mélanie Bourdaa, sociologue spécialiste des fan studies . "Souvent on va vers ce qui nous ressemble quand on est plus jeune"​, distingue Aline Nativel Id Hammou,"et après on a envie de développer ses traits de personnalités ou en découvrir d’autres. On projette un idéal." ​Celui qui vient parfois combler un manque : "La force, le courage, la beauté… Moi je m’aperçois que je n’ai pas ça, mais en même temps ce personnage que j’adore va peut-être me donner la force, le courage ou l’envie de développer des compétences que je n’ai pas."

    Matéo*, 18 ans, est fan depuis ses 16 ans de Dua Lipa. Il a trouvé chez elle des "points communs" ​et dans ses paroles le sentiment de"ne pas être seul"​. "Je suis bisexuel et j’ai eu beaucoup d’histoires avec des garçons comme des filles. C’était très compliqué pour moi d’accepter ça. Dua lipa, elle, est très ouverte à "

    #Mélanie_Bourdaa #Fans

  • Les fans : l’armée des ombres | Illustré
    https://www.illustre.ch/magazine/les-fans-larmee-des-ombres-526509

    Spécialiste des fans de séries télé, la sociologue Mélanie Bourdaa décrypte leur effervescence dans un nouvel essai : « Les fans. Publics actifs et engagés » (C&F Editions). « Un fan est quelqu’un qui participe à un collectif social pour produire du sens et du contenu, et faire preuve d’expertise, qui est la définition même du fan : il va connaître par cœur une œuvre ou un artiste, ainsi que tout son univers, pour défendre ce qu’il aime », résume-t-elle. Le fan aime retrouver ses pairs pour partager la même passion, mais aussi déployer des pratiques créatives. Fanfiction, « fan art » (la pratique de dessins et collages), création de sites encyclopédiques et de musées virtuels dédiés à l’objet de son affection, sans oublier le cosplay, cet art de créer ses propres déguisements autour de l’univers d’une œuvre, et maintenant « random dances »…

    Loin d’être un consommateur passif, le fan est même très solidaire, précise Mélanie Bourdaa : « A chaque fois, dans ces communautés, un partage collaboratif de compétences va se mettre en place, à travers des tutos ou du mentorat. Ce partage du lien social peut aller jusqu’à l’activisme partagé : les fans questionnent souvent l’identité́ sexuelle, le racisme ou le genre à travers leurs productions, par exemple. » Les fans ont même une telle puissance qu’ils ont façonné les réseaux sociaux, selon Kaitlyn Tiffany, journaliste pour le média « The Atlantic » et elle-même fan du « boys band » One Direction à l’adolescence. Profitant de sa connaissance pointue de ce « fandom », elle décortique le monde souterrain des fans dans un livre paru en juillet : « Everything I Need I Get from You ».

    #Mélanie_Bourdaa #Fans #Fan_studies

  • [C&F] Fans et culture participative
    http://0w0pm.mjt.lu/nl2/0w0pm/1wnx.html?m=ANAAAL8AzPUAAABDDD4AAAkTGo0AAAAAtBIAAK4dABjAHgBiAk7C1NYIUIkJSZ

    Fans et culture participative

    Bonjour,

    Trop souvent on confond « fans » et « passivité devant des héros ». On réduit le ou la fan à la multiplication des affiches dans les chambres d’adolescents. Si bien qu’être fan comporte trop souvent une connotation négative.

    Le livre de Mélanie Bourdaa, au contraire, montre le côté dynamique de la fan-attitude, celle qui s’inscrit dans la culture participative, qui part d’un produit culturel mainstream pour ajouter une créativité propre, et des formes d’engagement originales.

    Les fans. Publics actifs et engagés
    Mélanie Bourdaa
    13,5 x 20 cm. - 312 p.
    Collection Les enfants du numérique
    version imprimée : 23 € - ISBN 978-2-37662-029-7
    version epub : 9 € - ISBN 978-2-37662-041-9

    Commander en ligne (imprimé ou epub) : https://cfeditions.com/fans

    Dans son ouvrage, Mélanie Bourdaa a particulièrement étudié les fans des séries d’origine américaine (Battlestar Galactica, The 100, Wynona Earp...). Elle a découvert des pratiques d’entraide très fortes entre membres d’un fandom, tant dans l’échange de savoirs sur les séries, que de capacité de mobilisation autour des séries. Le fandom constitue en effet une ouverture passionnante : quand les personnes marginalisées s’identifient aux héros et héroïnes des séries pour défendre leurs droits à la différence. L’autrice s’est particulièrement penchée sur les jeunes personnes LGBTQ+ pour lesquelles la présence de personnages dans les séries est un grand soutien... mais aussi souvent une source de grande colère. Il existe en effet un trope récurrent dans les séries : quand un ou une personnage fait son coming out... elle va décéder peu après. Ce trope est nommé « bury your gay », et les fans en ont fait un objet de mobilisation et de dénonciation, afin que les scénaristes puissent laisser se développer les caractères qui s’écartent du chemin hollywoodien.

    Ce livre devrait être lu par toutes les personnes travaillant avec des adolescents (enseignants, documentalistes, animateurs culturels...). Il permet de mieux comprendre et aborder les investissements des fans dans la culture participative.

    Télécharger un extrait spécimen : https://cfeditions.com/fans/ressources/Fans_SPECIMEN.pdf

    On en parle

    « Les fans. Publics actifs et engagés est un livre passionnant sur les fans que tout chercheur ou passionné de fandom devrait avoir dans sa bibliothèque. En effet, cet ouvrage donne un point de vue intéressant sur des enjeux actuels abordé dans les fan studies, notamment les représentations fictionnelles des minorités sexuelles. »
    Christine Hébert, Nous sommes Fans

    « Chapitre après chapitre, Mélanie Bourdaa démonte les clichés et défend son sujet d’étude, loin d’être niche. Car parler des fans, c’est aussi traiter de politique, de féminisme, de racisme, d’homosexualité, du corps, d’économie des médias, d’archivage du web... et surtout, le besoin de construire sa propre famille. »
    Lucie Ronfaut, Newsletter Règle 30

    « Toujours autour de The 100, les fans, après avoir évacué leur sentiment de frustration, se sont mobilisés pour lever des fonds pour The Trevor Project (une association de soutien aux LGBTQ+) et rédiger une charte demandant une meilleure représentation des personnages lesbiens dans les séries. La fiction devient ici un levier d’engagement des fans dans des actions civiques. Ils se servent de la narration et des personnages de leur série préférée pour se mobiliser, agir et faire connaître leurs actions. »
    Myriam Bahuaud, Traversées

    « De son côté, Mélanie Bourdaa, maîtresse de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne, considère que “le fait de se voir représenté à l’écran compte énormément". Lorsque le film Wonder Woman de Patty Jenkins est sorti en 2017, de nombreuses filles ont vu pour la première fois un personnage super-héroïque féminin à la tête d’un film. Elles pouvaient alors s’identifier. Et il est aujourd’hui de plus en plus fréquent que des séries reposent entièrement sur des femmes en tant que premiers rôles, comme The 100.” »
    Salammbô Marie, Ouest-France


    Retrouvez Mélanie Bourdaa en podcast :

    Lost in documentation, avril 2021 : https://lostindoc.wordpress.com/2021/04/21/melanie-bourdaa

    Livres en séries, novembre 2021 : https://www.youtube.com/watch?v=NjRkDBgEKhM&t=1s

    Radio-Télévision suisse – Tribu, octobre 2021 : https://www.rts.ch/audio-podcast/2021/audio/les-fans-25773319.html

    Le livre est disponible par commande chez tous les libraires, en magasin ou en ligne, ainsi que sur le site de C&F éditions.

    Bonne écoute et bonne lecture,

    Hervé Le Crosnier

    #Mélanie_Bourdaa #Fans

  • S01e01 – Mélanie Bourdaa : « Les pratiques de fans existent depuis très longtemps… » – Lost in documentation
    https://lostindoc.wordpress.com/2021/04/21/melanie-bourdaa

    L’interview d’aujourd’hui nous amène à la rencontre de Mélanie Bourdaa, maitresse de conférences HDR à l’Université Bordeaux 3 en Sciences de l’Information et de la Communication, et membre du laboratoire MICA (Médiation, Information, Communication, Arts).

    Nous reviendrons avec elle sur son parcours et sur ses recherches en lien avec le transmédia et les fans de séries télévisées américaines.

    #Fans #Mélanie_Bourdaa

  • J’ai lu : Les fans. Publics actifs et engagés – Nous sommes fans
    https://noussommesfans.com/2021/11/08/jai-lu-les-fans-publics-actifs-et-engages

    À quand remonte la dernière fois que vous avez aperçu un livre dans une librairie ou sur le Web et que vous vous êtes dit : « Il me faut absolument ce livre dans ma bibliothèque » ? C’est la réaction que j’ai eue en apprenant la parution du plus récent livre de Mélanie Bourdaa (et aussi en apprenant la sortie prochaine du livre Pour que tu mèmes encore, mais ça, c’est une autre histoire).

    Que vous soyez ou non familier avec les fan studies, je vous invite à lire le résumé qui suit.

    #fans #Mélanie_Bourdaa #Fan_studies

  • Les fans - rts.ch - Portail Audio
    https://www.rts.ch/audio-podcast/2021/audio/les-fans-25773319.html
    https://www.rts.ch/rts-online/medias/images/2021/thumbnail/8luwwh-25773320.image?w=1200&h=630

    A notre époque connectée, où chacun crée et consomme du contenu, les fans représentent une nouvelle communauté. A travers quels médias le sentiment d’appartenance est-il le plus fort ? Quelles interactions entre eux et avec leur idole en découlent ? Et si l’étude des fans nous permettait de mieux comprendre la société ? Tribu développe le sujet en compagnie de Mélanie Bourdaa, maitresse de conférences HDR en Sciences de lʹinformation et de la communication à lʹuniversité Bordeaux Montaigne. Elle publie « Les Fans. Publics actifs et engagés » aux Editions C & F.

    #Fans #Mélanie_Bourdaa #Radio_Télévision_Suisse

  • Livre en séries avec Mélanie Bourdaa - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=NjRkDBgEKhM&t=1s

    Mélanie Bourdaa est Maitre de Conférences HDR en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bordeaux Montaigne, et chercheure au laboratoire MICA. Elle analyse la réception des séries télévisées américaines contemporaines par les fans, et les stratégies de productions (Transmedia Storytelling).
    Elle a piloté le MOOC « Comprendre le Transmedia Storytelling » hébergé sur la plateforme FUN (1ère session janvier-mars 2014 / 2ème session Janvier-mars 2015).
    Elle dirige le programme MediaNum (valorisation du patrimoine par le Transmedia Storytelling) financé par la Région Aquitaine, la DRAC et le Ministère de la Culture. http://medianum.tumblr.com . Elle co-dirige le Design et Media Lab.
    Compte twitter @melaniebourdaa
    Site Web http://fandoms.hypotheses.org
    Elle présente ici son dernier ouvrage FANS selon les thématiques suivantes :
    – Comment en êtes vous arrivée à étudier les publics fans ?
    – Quelle est votre définition des fans ? C’est quoi être fan ?
    – Dans l’ouvrage, vous parlez des activités des fans. Pourriez vous nous en dire un peu plus ?
    – Justement, concernant cet activisme, il irrigue l’ouvrage. Comment les fans mettent en place cet engagement civique ? Pourriez vous nous donner quelques exemples ?
    – Vous analysez également es représentations et notamment le coming out.
    – Vous terminez sur une étude de cas de Wynonna Earp. Pourquoi ce choix ?
    Plus d’informations sur https://www.histoireenseries.com

    #Fans #Mélanie_Bourdaa

  • Les fans, ces publics actifs et engagés – Traversées
    https://traversees.hypotheses.org/884

    Dans le programme Traversées, les fans ont été l’objet d’une journée d’études et des perspectives de recherche sur les pratiques toxiques de fans ont été évoquées.

    Dans la continuité de ces réflexions, nous souhaitons présenter l’ouvrage de Mélanie Bourdaa, paru récemment aux éditions C&F, qui rend compte des communautés de fans notamment sous le prisme d’un activisme politique, culturel et social mais également en lien avec les transmissions intergénérationnelles à l’intérieur des fandoms analysés.

    Les publics fans sont souvent réduits dans les médias à des stéréotypes (fangirl hystérique et fanboy obsessionnel). Mais il faut aller au-delà de ces représentations négatives pour comprendre que les fans sont des publics actifs, appartenant à un collectif social, produisant du discours et des activités. L’ouvrage analyse ces activités en se concentrant plus particulièrement sur certaines d’entre elles.

    Enfin, le livre aborde à la fois la représentation des minorités sexuelles dans les séries télévisuelles, avec des études de cas précis comme la représentation du coming out dans Grey’s Anatomy, Pretty Little Liars et Supergirl. Il présente également la perception de ces représentations par les publics LBGTQIA+. En 2016, il y a eu aux États-Unis une vague de mauvaises images des personnages lesbiens dans les séries télévisées, symbolisée par le trope “Bury Your Gays”. Ce trope met en avant la mort de personnages lesbiens pour faire avancer les arcs narratifs d’autres personnages. L’exemple le plus démonstratif est la mort de Lexa dans la série The 100.

    Ce livre se conclut par une étude de cas de la communauté des fans de Wynonna Earp, les Earpers. Cette analyse rend compte des liens sociaux à l’œuvre dans la communauté, qui se transforment en véritable famille choisie pour les membres, mais également des principes de mentorat qui s’opèrent entre fans anciens et nouveaux fans.

    #Mélanie_Bourdaa #Fans #Earpers #Bury_your_gay #Fan_studies

  • 🔷 Parler des fans, c’est aussi traiter de politique, de féminisme, de racisme, d’homosexualité, du corps, d’économie des médias, d’archivage du web... et surtout, le besoin de construire sa propre famille.
    https://mailchi.mp/numerama/langlais-nest-plus-la-langue-du-web?e=b99931d837

    Extrait de la newsletter Règle 30 de Lucie Ronfaut.

    Qu’il s’agisse de k-pop, de mangas ou de séries télévisées, on aime parler des fans, mais souvent pour les réduire à des personnes hystériques et obsessionnelles. Dans Les fans, publics actifs et engagés, Mélanie Bourdaa propose une introduction passionnante aux fan studies, un domaine de recherche dont elle est l’une des spécialistes en France. Elle y défend une vision beaucoup plus nuancée et optimiste des fans, et rappelle leur riche histoire. Pourquoi, et quand, devient-on un·e fan ? Les fandoms sont-ils nés avec internet ? Comment influencent-ils les médias, et la société en général ?

    Ayant moi-même baigné dans la fan-culture depuis l’adolescence, je n’avais pas besoin de beaucoup d’arguments pour me jeter sur cet essai (édité par C&F, qui m’ont gentiment envoyé un exemplaire, merci à elles et eux !). Il reste cependant accessible aux néophytes, si tant est qu’on a déjà allumé sa télévision ou vaguement entendu parler de Game of Thrones. Chapitre après chapitre, Mélanie Bourdaa démonte les clichés et défend son sujet d’étude, loin d’être niche. Car parler des fans, c’est aussi traiter de politique, de féminisme, de racisme, d’homosexualité, du corps, d’économie des médias, d’archivage du web... et surtout, le besoin de construire sa propre famille.

    Les fans : publics actifs et engagés, de Mélanie Bourdaa, éditions C&F
    Lucie Ronfaut est journaliste indépendante spécialisée dans les nouvelles technologies et la culture web.

    #Fans #Mélanie_Bourdaa

  • Netflix, des séries qui changent le monde
    https://tetu.com/2021/09/30/streaming-netflix-orange-new-black-sex-education-series-changent-monde

    Pendant longtemps, pour trouver la moindre représentation LGBTQI+ dans la pop culture, il fallait se contenter de sous-entendus homoérotiques, de regards furtifs entre deux personnages ou, au mieux, du "meilleur ami gay". Mais ça, c’était avant. En 2021, dans les séries télé, les récits résolument queers sont partout : Work in Progress, Pose, The L Word : Generation Q, Special, Love Victor, Gentleman Jack... “On constate aujourd’hui, quantitativement, une plus grande diversité de personnages LGBTQI+ dans les séries, au premier plan et dans des rôles récurrents”, confirme Mélanie Bourdaa, maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Bordeaux-Montaigne.

    #Séries #Mélanie_Bourdaa

  • Buffy, Capitaine Marleau, The 100… Quand les femmes prennent le pouvoir dans les séries télé
    https://www.ouest-france.fr/medias/television/series/em-buffy-em-em-capitaine-marleau-em-em-the-100-em-quand-les-femmes-pren
    https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMTA0ZjJmZjkwOTUzMDUxMDAxNTgyMzkxZDM1NDJiYTI3ZDM?width=1260&he

    S’identifier au personnage

    De son côté, Mélanie Bourdaa, maîtresse de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne, considère que « l e fait de se voir représenté à l’écran compte énormément. Lorsque le film Wonder Woman de Patty Jenkins est sorti en 2017, de nombreuses filles ont vu pour la première fois un personnage super-héroïque féminin à la tête d’un film. Elles pouvaient alors s’identifier. Et il est aujourd’hui de plus en plus fréquent que des séries reposent entièrement sur des femmes en tant que premiers rôles, comme The 100. »

    #Mélanie_Bourdaa #Etudes_fan #Féminisme

  • « Veronica Mars » : Quand les fans dictent le ton sur nos écrans | Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/culture/ecrans/559004/grand-angle-quand-les-fans-dictent-le-ton-sur-nos-ecrans

    Jusqu’à quel point les adeptes peuvent-ils faire bouger les choses au petit écran ? « De plus en plus, un dialogue s’instaure entre les fans et les producteurs de séries ou les franchises », explique Mélanie Bourdaa, maître de conférences en sciences de l’information et des communications à l’Université Bordeaux-Montaigne, en France. Et les producteurs estiment davantage que l’engagement de leurs adeptes peut être « bénéfique à leur production ».

    La spécialiste des séries télévisées et de l’engagement du public voit en Veronica Mars un cas particulier : « Lors de l’annonce de son annulation après la fin de la 3e saison, les fans s’étaient mobilisés et avaient envoyé un million de barres Mars à WB, la chaîne qui diffusait la série à l’époque. »

    Ça, c’était en 2007, un bel enthousiasme qui n’avait pas donné le résultat escompté. Il faudra attendre 2014 pour qu’un public assez important amasse la somme astronomique nécessaire pour financer le film sur la détective Mars, démontrant de ce fait que l’appui des admirateurs, loin de faiblir, continuait d’augmenter. Et rebelote aujourd’hui avec la 4e saison. « Toutes ces actions prouvent que les fans de la série sont toujours mobilisés. Et entre-temps, ils ont continué à produire des contenus et à les partager pour faire connaître [Veronica Mars] à de nouveaux publics, jouant le rôle de médiateurs culturels. »

    Une communauté variée

    L’odyssée de Veronica Mars, poussée par ses adeptes, n’est pas unique en son genre — pensons à Sense8, de Netflix, qui décida de produire un épisode final spécial après le mécontentement formulé par ses fans et les nombreuses pétitions suivant l’annulation de la série, ou encore à la sitcom Brooklyn Nine-Nine, annulée par Fox puis reprise par NBC en moins de 24 heures après une vague de contestation sur le Net. Sans oublier Star Trek, Arrested Development, Community…

    Il existe là une forme réelle de militantisme, selon Mélanie Bourdaa, et le point de départ de ce militantisme passionné est la création d’une communauté d’adeptes — un « fandom ». « Les fans pratiquent de nombreuses activités dans leurs communautés ; les créations et productions, la formation de liens sociaux, l’intelligence collective à travers la réalisation de wikis [sites collaboratifs] par exemple, la médiation culturelle… »

    Dans cet univers, deux types d’adeptes se distinguent : ceux dits « transformatifs », et les autres dits « affirmatifs ». « Les fans transformatifs sont ceux qui créent des activités autour des oeuvres, quitte à en transformer le sens. En général, ces derniers n’utilisent pour créer que ce qui les intéresse dans la fiction », détaille la professeure. Dans cette catégorie, on retrouve notamment les adeptes créant du fan art, ou encore écrivant de la fanafiction, s’adonnant à la costumade, ou cosplay…

    Les fans affirmatifs, quant à eux, s’en tiennent à une approche conceptuelle. « [Ceux-ci] ne transforment pas l’oeuvre, mais vont plutôt être à la recherche d’informations, seront à l’origine de théories et de débats », ajoute Mélanie Bourdaa.

    Selon elle, la grande présence de fans dévoués dans les communautés d’adeptes de séries fantastiques ou de science-fiction — des univers de genre, précise-t-elle — n’est pas un hasard non plus. « Le foisonnement de mondes narratifs et les nombreuses déclinaisons qui naissent de ces univers proposent aux fans un monde des possibles qu’ils aiment explorer, décoder, partager, étendre à leur tour par leurs nombreuses créations et productions. »

    Cela explique en partie pourquoi un univers aussi complexe que celui de Doctor Who ou de Game of Thrones,par exemple, peut produire un « fandom » plus fort et dévoué — ou simplement plus créatif — qu’une série criminelle ; « mais c’est vrai pour n’importe quel genre cinématographique ou sériel, ajoute Mélanie Bourdaa. Les fans sont des publics actifs, qui appartiennent à une communauté, et qui sont producteurs de sens et de contenus quelle que soit l’oeuvre de départ ».

    #Fandom #Mélanie_Bourdaa #Séries

  • Le cosplay : un outil d’émancipation féminine ? - Le Temps
    https://www.letemps.ch/culture/cosplay-un-outil-demancipation-feminine

    Armures, sceptres, masques, épées… Tels sont les outils de travail des cosplayeurs. Créatifs débordant d’imagination, ils créent habilement des costumes à enfiler lors de conventions ou de salons dédiés à la pop culture. Comme des acteurs de théâtre, ils incarnent des personnages en adoptant leur comportement et leur apparence. Ce week-end, une vingtaine d’entre eux seront à l’honneur à Bâle, à l’occasion de Fantasy Basel, et des centaines d’autres arpenteront les allées sous les traits du super-héros Iron Man, de l’héroïne de jeux vidéo Zelda ou encore de la « Mère des dragons » Daenerys.

    Si beaucoup le pratiquent, peu en connaissent la genèse de cette pratique. Le cosplay, mot-valise dérivé de « costume » et de « playing », est née dans années 1930, lors de rassemblements de fans aux Etats-Unis. Mais le terme lui-même vient du Japon, rappelle Antoine Chollet, maître de conférences en sciences de gestion à l’Université de Montpellier et chercheur autour des jeux vidéo : « Le mot a été inventé en 1983 par Nobuyuki Takahashi, un journaliste japonais qui se rendait à une convention sur la science-fiction aux Etats-Unis. Il a transformé le terme américain « costuming » en « cosplay » pour coller davantage à la culture japonaise. » Etonnamment, le cosplay était donc déjà pratiqué avant même d’avoir un nom.

    La communauté, très exigeante sur la qualité des cosplays réalisés, reste plutôt inclusive et bienveillante, du point de vue de Mélanie Bourdaa, maître de conférences en information et communication à l’Université Bordeaux Montaigne : « Ce sont avant tout des espaces dans lesquels se rencontrent des pairs qui ont les mêmes passions et références culturelles. Cependant, comme toute communauté, il est possible que des tensions et des clivages émergent. C’est ce que l’on appelle le toxic fandom. Sous couvert d’authenticité, les publics décrètent alors que tel ou tel cosplayeur ne peut pas incarner tel ou tel personnage. Ce qui est pointé est en général la couleur de peau, le genre ou le poids, donc le corps. » Une analyse confirmée par Lowena, qui dénonce les personnes extérieures à la communauté : « Ce sont elles qui ont les comportements et les remarques les plus sexistes. Celles qui en souffrent le plus sont les femmes qui sortent de la norme du patriarcat, comme les personnes noires ou transgenres. Elles sont souvent poussées à arrêter le cosplay très tôt, et ça prive la communauté d’une plus grande inclusivité. »
    Grandir et s’accepter

    Dans cet univers aussi patriarcal que la société elle-même, les cosplayeuses parviennent tout de même à tirer leur épingle du jeu et à s’émanciper des normes. La mise en valeur de leurs personnalités à travers des personnages de fiction peut ainsi être l’occasion de se réapproprier leurs propres corps. Lowena, comme Juno Stevens, témoignent toutes deux de l’impact du cosplay sur leur relation à leur féminité au quotidien.

    #Cosplay #Fan_studies #Mélanie_Bourdaa