• Sur BFM TV, la percée « irrationnelle » de Mélenchon et l’« irrespect » de Poutou
    https://www.vivelacri.se/Sur-BFM-TV-la-percee-irrationnelle-de-Melenchon-et-l-irrespect-de-Poutou

    Il est minuit et demie environ ce soir de « grand débat » sur BFM TV : c’est l’heure du « débrief », animé par Jean-Baptiste Boursier. Autour de la table, la fine fleur des éditorialistes de BFM TV : Anna Cabana, Camille Langlade, Bruno Jeudy, Thierry Arnaud. La soirée est « historique » dixit la chaîne (c’est la première fois que l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle débattent ensemble). Pourtant la satisfaction n’est pas au rendez-vous pour tout le monde sur le plateau : suite au débat, certains « experts » balancent entre indignation et stupéfaction...

    • C’est exactement ce que j’ai ressenti lors de ce débrief minable chez Cabana, Jeudy et Arnaud (sauf peut-être pour Camille Langlade), un profond mépris de classe.
      L’arrogance et l’incompréhension de l’élite dans toute sa splendeur.

      Bref, c’était le « débrief » de BFM TV... L’ouvrier est tenu de rester à sa place, et les électeurs de rester « réalistes ».

      Frédéric Lemaire

      PS : En prime, ce commentaire de Luc Ferry qui donne le la du mépris de classe qui s’est exprimé contre Philippe Poutou depuis le débat d’hier :-)
      https://www.vivelacri.se/local/cache-vignettes/L480xH278/c8ptmydwsaaw2op_1_-5d8c4.jpg

      #mépris_de_classe #philippe_poutou

    • Je me demande, du coup, ce que ça leur fait, à la droite néo-réac et à l’extrême-droite xénophobe qui n’a pas de mots assez doux pour ce « peuple populiste », ce peuple qui dirait toujours la vérité contre les élites, ce peuple qui élit Trump, ce peuple qui brexite, ce peuple qui aimerait Le Pen, qui se vautrerait dans la panique identitaire, de se prendre un Poutou comme on se prend un missile tactique ?
      Un Poutou populiste, pour le coup, comme eux, mais un populiste cauchemardesque, un populiste avec une conscience de classe, une vraie conscience de classe velue et blindée, un Poutou qui capte le discours du tous pourris avec une légitimité en béton, un Poutou qui rappelle qu’il est le seul à être ouvrier et qui renvoie Fillon et Le Pen à ce qu’ils n’ont jamais cessé d’être : des aventuriers moyennement honnêtes, des bourgeois qui n’arrivent plus trop, tout à coup, à amuser le tapis avec le totalitarisme islamique ou ces salauds de bobos (même si les seconds sont les victimes du premier) et se retrouvent bien obligés de faire profil bas contre ce partageux qui met sous leurs yeux d’une part la contradiction entre leurs vertus publiques et leurs vices privés et d’autre part la vraie vie de ceux qui sont du mauvais côté des inégalités.
      Quand on joue avec les allumettes, un mauvais retour de vent, et c’est vous qui brûlez. C’est ce qui est arrivé à Fillon et Le Pen hier soir.
      Ils peuvent toujours appeler au secours Bouvet ou Zemmour, ou d’autres chiens de garde qui aiment les pauvres tant que les pauvres s’en prennent à l’Arabe, au pédé, aux avortées, (et surtout pas aux patrons), ils peuvent continuer de mal lire Orwell ou Pasolini. C’est pourtant eux, à la fin, qui se sont retrouvés tout seuls dans le noir et personne ne les a entendus crier.
      On ne votera probablement pas pour Poutou mais on lui doit, dans cette campagne, un pur moment de rock’and roll dialectique. Qu’il en soit remercié. Au nom du peuple, justement.

      Jérôme Leroy

      http://feusurlequartiergeneral.blogspot.fr/2017/04/un-pur-moment-de-rock-and-roll.html
      https://seenthis.net/messages/586269 via davidzentao

      voir aussi :

      Les inégalités et le populisme
      https://seenthis.net/messages/584593


  • C’est ma période Arte radio…
    Celui-là dure 3 mn et je trouve la fin du laïus de la proviseur du lycée professionnel totalement dingue…
    L’éducation nationale est à brûler c’est certain, il n’y a rien de bon à en retirer.
    Voix de garage | ARTE Radio
    https://www.arteradio.com/son/616248/voix_de_garage
    https://www.arteradio.com/sites/all/themes/artenew/images/fb_default.jpg

    #racisme #éducation_nationale #audio #radio #orientation_scolaire #Marseille #mépris_de_classe #discrimination #violence_sociale



  • M. Pinçon-Charlot : « Fillon et les bourgeois sont sur une autre planète » - @SI, le 3 février 2017
    (Actualité de l’exploration spatiale )

    https://www.youtube.com/watch?v=je0kkZydof8

    A voir et écouter, le ramassis de #mauvaise_foi de la classe politique
    #grand_bourgeois #oligarchie # députés #sénateurs #Pinçon-Charlot

    Invitée d’Arrêt sur images pour donner son regard de sociologue sur le #FillonGate, la spécialiste des riches et directrice de recherche au CNRS à la retraite Monique Pinçon-Charlot a mobilisé une lecture de classe pour donner des clés de compréhension du scandale.

    Elle explique que la bourgeoisie, classe sociale qui a conscience d’elle-même et qui se mobilise pour la défense de ses intérêts, ne peut pas comprendre l’émoi provoqué par son népotisme et son accaparement des richesses. Occupant tous les postes de pouvoir, cette oligarchie serre les rangs et estime que ces comportements moralement réprouvés par la majorité des citoyens et peut-être même bientôt punis par la justice sont normaux, puisqu’ils sont habituels et permettent sa reproduction sociale.

    Rappelons que dans les Côtes-d’Armor, le fidèle lieutenant de François Fillon , convaincu de de l’honnêteté de son « ami », s’appelle Alain Cadec. Cet ancien assistant parlementaire cumule la présidence du département et un siège au Parlement européen, où il préside la commission de la pêche.


  • De l’urgence d’une révolution dans les rédactions politiques - regards.fr
    http://www.regards.fr/web/article/de-l-urgence-d-une-revolution-dans-les-redactions-politiques

    La victoire de Trump est l’énième symptôme d’une crise démocratique dont il n’est plus permis d’ignorer les causes profondes. Dans les grands médias, le débat politique doit être refondé en faisant enfin place aux alternatives non mortifères.
    #mépris_de_classe

    http://zinc.mondediplo.net/messages/42002 via AMD Lyon

    • La notion de rejet des élites commence toutefois à être un peu mieux appréhendée par l’éditocratie, même si celle-ci trouve encore ce rejet injuste : dénoncer l’élite, la caste, le système, c’est être « populiste », donc déraisonnable, éloigné de cette réalité réelle et réaliste dont les gardiens du libéralisme sont les garants en même temps que ceux de la seule politique possible. Prochaine étape : comprendre, même confusément, qu’ils font partie de cette élite, ou bien qu’ils la servent avec un zèle de domestiques soucieux de conserver leurs positions (...)

      Pas d’alternative, vraiment ?
      Le verrouillage du débat politique sur la position du « TINA » a maintenu dans l’invisibilité la critique de la mondialisation financière et des dogmes économiques qu’elle charrie malgré l’évidence de leur échec, tout en contribuant efficacement au repli des citoyens au fond des impasses identitaires, xénophobes, réactionnaires. La « neutralité » journalistique n’a été en l’espèce qu’une complaisante passivité face aux dérives, dont il ne s’est plus agi que de commenter le spectacle ; être neutre aujourd’hui, c’est plus que jamais être du côté de l’idéologie dominante – que les Trump et autre Le Pen ont ensuite beau jeu de dénoncer à leur profit.

      Ceux qui occupent une position de pouvoir dans l’espace médiatique sont responsables de ne pas avoir invité à la table cette alternative-là, ou de lui avoir réservé sa morgue pour rester confinés ou confits dans la doxa de ceux qui savent et ont tranché a priori tous les débats. Peut-être ont-ils compris ou pressenti que la pensée critique de gauche est plus dangereuse pour leur confort intellectuel que la droitisation continue du champ politique, dont ils s’accommodent plutôt bien (du moins jusqu’au moment de prendre des poses de vertueuse incompréhension face au désastre)...


  • You don’t know me, but you’ve been inside me, and that’s why we’re here today.
    https://img.buzzfeed.com/buzzfeed-static/static/2016-06/3/16/enhanced/buzzfeed-prod-fastlane02/longform-original-20743-1464984300-5.jpg
    https://www.buzzfeed.com/katiejmbaker/heres-the-powerful-letter-the-stanford-victim-read-to-her-ra

    A former Stanford swimmer who sexually assaulted an unconscious woman was sentenced to six months in jail because a longer sentence would have “a severe impact on him,” according to a judge. At his sentencing Thursday, his victim read him a letter describing the “severe impact” the assault had on her.

    #viol #proces #must_read #témoignage

    • And then, at the bottom of the article, after I learned about the graphic details of my own sexual assault, the article listed his swimming times. She was found breathing, unresponsive with her underwear six inches away from her bare stomach curled in fetal position. By the way, he’s really good at swimming.

      (...) He admitted to kissing other girls at that party, one of whom was my own sister who pushed him away. He admitted to wanting to hook up with someone. I was the wounded antelope of the herd, completely alone and vulnerable, physically unable to fend for myself, and he chose me.

      (...) I was not only told that I was assaulted, I was told that because I couldn’t remember, I technically could not prove it was unwanted. And that distorted me, damaged me, almost broke me. It is the saddest type of confusion to be told I was assaulted and nearly raped, blatantly out in the open, but we don’t know if it counts as assault yet. I had to fight for an entire year to make it clear that there was something wrong with this situation.

      (...) Instead of his attorney saying, Did you notice any abrasions? He said, You didn’t notice any abrasions, right? This was a game of strategy, as if I could be tricked out of my own worth. The sexual assault had been so clear, but instead, here I was at the trial, answering questions like:

      How old are you? How much do you weigh? What did you eat that day? Well what did you have for dinner? Who made dinner? Did you drink with dinner? No, not even water? When did you drink? How much did you drink? What container did you drink out of? Who gave you the drink? How much do you usually drink? Who dropped you off at this party? At what time? But where exactly? What were you wearing? Why were you going to this party? What’ d you do when you got there? Are you sure you did that? But what time did you do that? What does this text mean? Who were you texting? When did you urinate? Where did you urinate? With whom did you urinate outside? Was your phone on silent when your sister called? Do you remember silencing it? Really because on page 53 I’d like to point out that you said it was set to ring. Did you drink in college? You said you were a party animal? How many times did you black out? Did you party at frats? Are you serious with your boyfriend? Are you sexually active with him? When did you start dating? Would you ever cheat? Do you have a history of cheating? What do you mean when you said you wanted to reward him? Do you remember what time you woke up? Were you wearing your cardigan? What color was your cardigan? Do you remember any more from that night? No? Okay, well, we’ll let Brock fill it in.

      (...) I want to remind you, the night after it happened he said he never planned to take me back to his dorm. He said he didn’t know why we were behind a dumpster. He got up to leave because he wasn’t feeling well when he was suddenly chased and attacked. Then he learned I could not remember.

      So one year later, as predicted, a new dialogue emerged. Brock had a strange new story, almost sounded like a poorly written young adult novel with kissing and dancing and hand holding and lovingly tumbling onto the ground, and most importantly in this new story, there was suddenly consent. One year after the incident, he remembered, oh yeah, by the way she actually said yes, to everything, so.

      He said he had asked if I wanted to dance. Apparently I said yes. He’d asked if I wanted to go to his dorm, I said yes. Then he asked if he could finger me and I said yes. Most guys don’t ask, can I finger you? Usually there’s a natural progression of things, unfolding consensually, not a Q and A. But apparently I granted full permission. He’s in the clear. Even in his story, I only said a total of three words, yes yes yes, before he had me half naked on the ground.

      La lettre du père du violeur vaut son pesant de #sexisme et de #mépris_de_classe
      https://www.buzzfeed.com/jasonwells/stanford-swimmers-father-says-his-son-has-paid-heavily-for-2

      In his letter, Dan Turner notes his son’s high GPA and athletic ability, and the “devastating impact” the case had on the swimmer.

      “Now, he barely consumes any food and eats only to exist,” the letter states. “That is a steep price to pay for 20 minutes of action out of his 20 plus years of life.”

      Et pour rappel sur cette agression et ce jugement ignobles

      Turner, 20, was convicted for sexually assaulting an unconscious woman behind a dumpster on the Stanford campus after a fraternity party in 2015.

      The woman, now 23, was found unconscious and half naked — abrasions on her body and dirt and pine needles in her vagina — by two graduate students, who tackled Turner and called the police.

      Turner had faced a maximum 14 years in state prison, but on Thursday was given the reduced sentence of six months in county jail and probation — this required the judge to grant an exception to the minimum two-year sentence for convicted rapists.

      #culture_du_viol #viol

    • Il faut le lire en entier effectivement. Je mets des extraits ici à la fois pour servir de passerelles vers la lettre, et de sauvegardes au cas où ça disparaît. La fin aussi est très bien :

      And finally, to girls everywhere, I am with you. On nights when you feel alone, I am with you. When people doubt you or dismiss you, I am with you. I fought everyday for you. So never stop fighting, I believe you. As the author Anne Lamott once wrote, “Lighthouses don’t go running all over an island looking for boats to save; they just stand there shining.” Although I can’t save every boat, I hope that by speaking today, you absorbed a small amount of light, a small knowing that you can’t be silenced, a small satisfaction that justice was served, a small assurance that we are getting somewhere, and a big, big knowing that you are important, unquestionably, you are untouchable, you are beautiful, you are to be valued, respected, undeniably, every minute of every day, you are powerful and nobody can take that away from you. To girls everywhere, I am with you. Thank you.



  • « Un nouveau #privilège est apparu : ne plus faire la queue »
    http://rue89.nouvelobs.com/2016/03/08/nouveau-privilege-est-apparu-plus-faire-queue-263391

    Le monde de la tech considère le fait de faire la queue comme l’une des dernières déficiences ayant besoin d’être solutionnée.

    (...) Il vous suffit d’appuyer sur une touche de votre téléphone pour qu’un employé du stade vous apporte un sweat-shirt de l’événement directement là où vous êtes assis pour la modique somme de 5 dollars la livraison (et hop, la file d’attente à la caisse du magasin de souvenirs disparaît).

    (...) Un collègue m’a raconté qu’il programme la livraison de son dîner chaud (pas de queue à faire au restaurant ou à l’épicerie) pour qu’elle arrive au moment où il sort de son Uber (il n’attend pas le bus).

    (...) Un extrait du portrait de Matt Damon par Tom Junod dans Esquire (http://www.esquire.com/entertainment/movies/interviews/a23291/matt-damon-interview-0813-full) me vient à l’esprit :

    « J’ai déjà évoqué une expérience que j’ai vécue cet été, lorsque j’ai emmené ma fille dans un parc d’attraction aquatique où nous avions déjà été plusieurs fois. Je l’ai trouvé transformé par l’apparition du “Fast Pass”, qui permet aux visiteurs de passer devant tout le monde moyennant la somme de 45 dollars supplémentaires sur le billet d’entrée. “Ça a tout changé”, me suis-je dit, “parce qu’à présent les gens paient pour ne pas faire la queue, et tout le monde sait que c’est injuste. Je le savais, ma fille le savait, et les gens qui le faisaient le savaient”. »

    Damon hoche la tête.

    « Si vous voulez vraiment savoir ce que ça fait d’être célèbre, tout ce que vous avez à faire, c’est d’aller dans ce parc aquatique et de payer les 45 dollars. Allez dans ce parc, c’est à ça que ça ressemble. Vous passez devant les gens dans la file. »

    La file d’attente est l’endroit où deux impulsions très américaines se rencontrent : celle, en perdition, d’un champ d’égalité, et celle de l’argent qui permet d’acheter de meilleurs services. (Qu’est-ce qu’être riche sinon éviter toutes les files d’attentes, physiques et métaphoriques, de la vie ?) Et si passer devant les gens dans la file est le meilleur moyen de provoquer une bagarre dans le monde physique, pourquoi acceptons-nous l’équivalent numérique sans broncher ? D’abord, parce que ça se voit moins. »

    (...) Clara Moskowitz est une journaliste scientifique basée à Brooklyn qui pratique les mathématiques éthiques lors de ses escapades annuelles à Orlando. Parfois, tous les FastPass pour certaines attractions sont déjà vendus pour la journée, réservés des semaines auparavant en ligne, note-t-elle. Ils ont été achetés par des gens qui, comme elle, planifient.

    « Les fans de Disney comme moi sont fiers de ne pas faire la queue », dit-elle.

    « Je regarde les gens qui patientent en file pendant une heure et demi comme des petits joueurs, et je me dis qu’ils ne savent pas ce qu’ils font. »

    Elle raconte qu’elle entend tout le temps des enfants se plaindre à leurs parents d’être dans la file d’attente la plus lente alors qu’elle leur passe devant.

    Article source, en anglais
    https://backchannel.com/the-line-tamers-8a06ccda2089

    #riches #passe-droit #file_d'attente #mépris_de_classe


  • La condescendance pyramidale (ou comment les profs passent leur temps à se juger de haut en bas) | L’instit’humeurs | Francetv info
    http://blog.francetvinfo.fr/l-instit-humeurs/2015/12/22/la-condescendance-pyramidale-ou-comment-les-profs-passent-leur-tem
    http://blog.francetvinfo.fr/l-instit-humeurs/files/2015/10/Bertrand-Guay-afp.jpg

    Il y a cependant une chose que la très grande majorité des profs de France, qu’ils le veuillent ou non, qu’ils en soient conscients ou pas, partage : ce qu’on pourrait appeler la condescendance pyramidale, et dont l’expression la plus simple est ce petit regard supérieur invariablement porté vers le collègue de niveau inférieur.

    Les profs qui enseignent en post-bac sont bien contents d’enseigner à ce niveau, ils ont affaire à des esprits plus évolués et n’ont pas à subir des classes qui n’ont pas choisi d’être devant eux, au contraire de leurs étudiants. Ils ne changeraient pour rien leur place avec les profs de secondaire, ils ont souvent tout fait pour ne pas les rejoindre et se distinguent d’eux par le fait qu’ils sont agrégés et docteurs, d’ailleurs ils consacrent une partie non négligeable de leur temps à la recherche et publient, de loin en loin. Au sein de l’université, il faut cependant faire la différence, par exemple, entre le maitre de conf et le chargé de TD, prestige oblige.

    Dans le secondaire, les agrégés forment une caste supérieure à celle des certifiés, d’ailleurs ils touchent plus et enseignent moins, c’est sans doute qu’il y a une raison, ils ont bien mérité ce statut distinctif, l’AGREG est autrement plus difficile que le CAPES, c’est bien connu. Toutefois parmi eux, les profs de prépa sont les plus forts, incontestablement au-dessus du lot. En-dessous, il faut sortir du rang les profs qui ont les Terminale S, ce sont les meilleurs classes, on les réserve aux meilleurs profs, forcément. Je ne parle pas des lycées professionnels, il est évident que les profs qui y officient ne valent pas les autres.

    Les profs de collège sont de niveau inférieur, ce sont seulement des certifiés, rares sont les agrégés qui s’abaissent ici. Cependant plus on a de classes de 3ème ou de 4ème, mieux on se porte et mieux on est vu.

    Ici s’opère une cassure : certifiés et agrégés ont beau former deux castes distinctes, ils se situent néanmoins nettement au-dessus de ce qui suit, à savoir les instits – on a beau les avoir appelé professeurs des écoles, personne n’est dupe, d’ailleurs ils ont plus d’heures de cours et gagnent nettement moins, ce n’est pas pour rien. Peu importe leur bac + 5, leur polyvalence est, finalement, un aveu d’incapacité dans tous les domaines.

    On peut éventuellement faire la distinction entre instit de cycle 3 et instit de cycle 2, mine de rien en CM2 ce sont de presque collégiens, et en CP encore des petits qui débarquent de maternelle. Les instits de maternelle, justement, sont bel et bien tout en bas de l’échelle : bien des profs ont ri en entendant Darcos les accuser de changer les couches – au fond, c’est un peu ça, quand même, non ?

    • De l’extérieur, les personnes étrangères à l’éducation nationale ne voient, le plus souvent, dans les 860.000 profs de ce pays, qu’une corporation soudée, unie envers et contre tout. « Les profs » seraient une masse indivisible, facilement catégorisable, aisément étiquetable, reconnaissable à ces réflexes grégaires, à cette logique corporatiste raillée et honnie par le reste de la population.

      Bien entendu, dans les faits, il n’en est rien.

      […]

      Ce complexe de supériorité finalement très bien partagé repose sur les dogmes suivants :

      – dans la logique de concours propre à l’éducation nationale, le CRPE est plus facile que le CAPES, lui-même plus facile que l’AGREG, le Doctorat et la Recherche universitaire se situant encore un degré au-dessus (et légèrement de côté) ; il semble évident que l’agrégation est hors de portée d’un instit – c’est certainement vrai –, de même il coule de source qu’un agrégé se baladerait au concours de PE – c’est sans doute faux.
      – dans l’imaginaire collectif, il est plus facile de s’occuper de petits que de grands, les petits sont moins pénibles et moins difficiles à gérer que les plus grands, surtout plus on avance et plus c’est à l’intellect pur que s’adresse l’enseignant, un prof de fac ne va pas moucher un étudiant ou régler un conflit à la récré.
      – on trouve la preuve des deux précédents arguments dans le fait que la proportion de femmes enseignantes tend à diminuer à mesure qu’on grimpe dans la scolarité : c’est bien connu, les femmes sont moins aptes que les hommes au haut niveau, et plus portées sur l’aspect maternant que requiert de toute évidence le travail dans les « petites classes ».
      […]
      Chaque enseignant nourrirait sa pratique de celle du collègue et mettrait son enseignement en perspective, chaque niveau de classe s’en trouverait renforcé, enrichi de ce qui a marché précédemment. C’est toute la scolarité qui gagnerait en cohérence, une corporation entière qui gagnerait en cohésion.

      #éducation #enseignant.e.s #mépris_de_classes #coopération #corporatisme #hiérarchisation #genre #métier #concurrence #condescendance #concours #diplôme


  • Lettre à ma génération : moi je n’irai pas qu’en #terrasse
    https://blogs.mediapart.fr/blog/sarah-roubato/201115/lettre-ma-generation-moi-je-nirai-pas-quen-terrasse

    On nous raconte qu’on a été attaqués parce qu’on est le grand modèle de la liberté et de la tolérance. De quoi se gargariser et mettre un pansement avec des coeurs sur la blessure de notre crise identitaire. Sauf qu’il existe beaucoup d’autres pays et de villes où la jeunesse est mixte, libre et festive. Vas donc voir les terrasses des cafés de Berlin, d’Amsterdam, de Barcelone, de Toronto, de Shanghai, d’Istanbul, de New York !

    On a été attaqués parce que la France est une ancienne puissance coloniale du Moyen-Orient, parce que la France a bombardé certains pays en plongeant une main généreuse dans leurs ressources, parce que la France est accessible géographiquement, parce que la France est proche de la Belgique et qu’il est facile aux djihadistes belges et français de communiquer grâce à la langue, parce que la France est un terreau fertile pour recruter des djihadistes.

    Oui je sais, la réalité est moins sexy que notre fantasme. Mais quand on y pense, c’est tant mieux, car si on a été attaqué pour ce qu’on est, alors on ne peut pas changer grand chose. Mais si on a été attaqué pour ce qu’on fait, alors on a des leviers d’action :

    – S’engager dans la recherche pour trouver des énergies renouvelables, car quand le pétrole ne sera plus le baromètre de toute la géopolitique, le Moyen-Orient ne sera plus au centre de nos attentions. Et d’un coup le sort des Tibétains et des Congolais nous importera autant que celui des Palestiniens et des Syriens.

    – S’engager pour trouver de nouveaux modèles politiques afin de ne plus déléguer les actions de nos pays à des hommes et des femmes formés en école d’administration qui décident que larguer des bombes, parfois c’est bien, ou qu’on peut commercer avec un pays qui n’est finalement qu’un Daesh qui a réussi.

    – Les journalistes ont montré que les attentats ont éveillé des vocations de policiers chez beaucoup de jeunes. Tant mieux. Mais où sont les vocations d’éducateurs, d’enseignants, d’intervenants sociaux, de ceux qui empêchent de planter la graine djihadiste dans le terreau fertile qu’est la France ?

    Si la seule réponse de la jeunesse française à ce qui deviendra une menace permanente est d’aller se boire des verres en terrasse et d’aller écouter es concerts, je ne suis pas sûre qu’on soit à la hauteur du symbole qu’on prétend être. L’attention que le monde nous porte en ce moment mériterait que l’on sorte de la jouissance de nos petits plaisirs personnels.

    #attentats #france #paris

    • Sarah Roubato

      J’ai beaucoup voyagé et je parle plusieurs langues. J’ai « des origines » comme on dit maghrébines. Je suis auteur compositeur interprète, artiste, et même un peu anthropologue.

      J’ai toujours adoré les terrasses. La dernière fois que j’étais à Paris j’y ai passé des heures, dans les cafés des 10e 11e et 18e arrondissements. J’y ai écrit un livre qui s’appelle Chroniques de terrasse. (...)

      Ma mixité, ce sera d’aller à la rencontre de gens vraiment différents de moi. Des gens qui vivent à huit dans un deux pièces, peu importe leur origine et leur religion. Des enfants dans les hôpitaux, des détenus dans les prisons. Des vieilles femmes qui vivent seules. De ce gamin de douze ans à l’écart d’un groupe d’amis, toujours rejeté parce qu’il joue mal au foot, qui se renferme déjà sur lui-même. Des ados dans les banlieues qui ne sont jamais allés voir une pièce de théâtre. Ceux qui vivent dans des petits villages reculés où il n’y a plus aucun travail. Les petits caïds de carton qui s’insultent et en viennent aux mains parce que l’un n’a pas payé son cornet de frites au McDo. D’habitude quand ça arrive, qu’est-ce que tu fais ? Tu tournes la tête, tu ris, tu te rassures avec un petit "Et ben ça chauffe !" et tu retournes à ta conversation. Si tous ceux qui ont répondu à l’appel Tous en terrasse ! décidaient de consacrer quelques heures par semaine à ce type d’échange... il me semble que ça irait déjà mieux. Ça apportera à l’humanité sans doute un peu plus que la bière que tu bois en terrasse.

      Ma liberté

      Je ne vois pas en quoi faire partie du troupeau qui se rend chaque semaine aux messes festives du weekend est une marque de liberté. Ma liberté sera de prendre un autre chemin que celui qui passe par l’hyperconsommation. D’avoir un autre horizon que celui de la maison, de la voiture, des grands écrans, des vacances au soleil et du shopping.

      Ma liberté sera celle de prendre le temps quand j’en ai envie, de ne pas m’affaler devant la télé en rentrant du boulot, d’avoir un travail qui ne me permet pas de savoir à quoi ressemblera ma journée.

      Bon alors ni deux pièces (trop petits dévolus aux pauvres), ni #travail sans aventure. Qu’est-ce qu’on attend pour foutre le feu ?

      Mais elle ajoute dans un post sur sa page

      Je peux vous dire qu’il existe en France plein de gens qui arrivent à vivre en dehors du système, qui font des choix de vie différents. Il faut déjà commencer par là, par savoir ce qu’on ne veut pas. On peut être un combattant du système en l’infiltrant, en combattant sur son terrain avec son langage, comme le font certains journalistes ou certaines personnes publiques. On peut aussi le faire là où l’on est, et cultiver un autre jardin. Les deux combats sont aussi nobles l’un que l’autre.

      Toute cette gentillesse qui ne bouscule pas grand chose sauf « le troupeau » et l’hyperconsommation" laisse toute la place au djihad, qui lui au moins peut se présenter comme un combat pour de bon, et pas seulement au vu du mépris (et du goût) de la mort. Encore raté.

      http://static.mediapart.fr/files/imagecache/photo_blog_grande/blog/img/esclave_moderne.jpg


  • LIMITE, la nouvelle revue des jeunes conservateurs | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/106577/limite-nouvelle-revue-jeunes-conservateurs
    http://www.slate.fr/sites/default/files/r_limite.jpg

    La critique du marché est bien présente et recoupe le souci « écologique » de la revue qui ne fait évidemment pas l’impasse sur la question des mœurs et de la procréation (et pas de la manière la plus heureuse). Limite se demande « Comment baiser sans niquer la planète ? » avec force propositions et détails, dont on ne retiendra finalement que le fait que la revue est opposée à la contraception avec un vocabulaire un peu débridé : « Je te parle à toi, petite jouisseuse des temps modernes » (que les « sextoys bourrés de phtalates rendent peu à peu stérile »), « tu voudrais toucher ta femme tu rencontres du latex » (sic), « tu voulais t’offrir à ton homme, tu te livres à ton gynéco » (re-sic). Un peu naïvement sans doute, ils vantent même des méthodes de contraception hâtivement qualifiées de « récentes » basées sur l’observation des glaires cervicales (comme la méthode Billings), ce qui fera probablement sourire quelques médecins (et pas seulement)…
    Comment évaluer les chances de succès de Limite ?

    Limite ne tombe pas non plus en pamoison devant ce qui reste du catholicisme de gauche. La Jeunesse Ouvrière Chrétienne ou Témoignage Chrétien ne trouvent pas vraiment grâce aux yeux de Limite qui, si elle ne se dit pas « de droite » est encore moins de gauche et ne manifeste guère de mansuétude à l’égard des « cathos de gauche » (évidemment coupables d’avoir soutenu le mariage pour tous). Limite c’est l’écologie intégrale du Pape François moins la théologie du peuple, cette variante de la théologie de la Libération qui inspire Jorge Bergoglio et dont les soutiens catholiques français de la revue ne sont pas véritablement des amis. Cette question nous ramène à un aspect plus important : quelles sont les chances de succès de l’idéologie de Limite ?

    #réaction #écologie #conservateur #backlash #veilleurs

    Mais aussi :

    http://www.liberation.fr/politiques/2015/09/06/limite-des-reacs-en-vert-et-contre-tous_1376717


  • « Être fort assez ». Entretien radiophonique avec Jeanne Favret-Saada - La sorcellerie dans le bocage de Mayenne - jef klak
    http://jefklak.org/?p=2001

    Par @intempestive et Yeter Akyaz

    Oui, voilà, vous étiez sa cliente : vous avez vous-même été engagée dans un désorcèlement avec madame Flora.

    J’étais sa cliente pour ma vie, et d’ailleurs, elle m’a appris des choses. J’étais au même moment en psychanalyse, et elle m’a appris des choses que la psychanalyste était absolument incapable de m’apprendre. Entre autres, à me dépatouiller des rapports de force injustes – ce qui est une chose sur laquelle j’avais toujours achoppé jusque-là. À partir du moment où elle m’a donné, sur plusieurs années, cet entraînement, je l’ai fait sans me fatiguer : dès que je m’aperçois qu’on est en train de me maltraiter, je mets toujours quelques claques morales aux uns et aux autres, jusqu’à ce qu’ils comprennent que je suis là, en face. Après, je m’arrête, parce que moi, j’ai horreur des rapports de force. Mais je peux mettre mon habit de méchante, mon habit de fille agressive avec des collègues, par exemple.

    Très chouette entretien

    #sorcellerie

    • [Ils disqualifient] même les pratiques paysannes. Par exemple, le directeur de l’hôpital psychiatrique me disait : « Être psychiatre ici, c’est de l’art vétérinaire. Ils n’ont pas de parole. » Ce n’est pas vrai. Quand ils ont commencé à me parler, ils ne s’arrêtaient pas pendant quatre heures. On peut dire qu’ils ont une parole. Interdite ou retenue devant le notable qui peut les interner, mais c’est tout. On ne peut pas dire que ce sont des êtres sans paroles, mais on peut dire qu’ils savent ce qu’est un rapport de force et qu’ils ne vont pas se risquer.

      Vous montrez, à travers des exemples, que le discours prétendument rationnel, prétendument scientifique, est chargé de mythologie et de représentations qui ne sont pas plus justes que les représentations qui s’expriment à travers la sorcellerie…

      Je peux même vous dire que depuis que mes livres ont été publiés, jusqu’à aujourd’hui – cela s’est produit cette semaine encore –, il y a pas mal de savants et de chercheurs qui m’écrivent pour me demander de les « désorceler ». D’ailleurs, je ne réponds pas, en général, à ces lettres parce qu’ils penseraient que c’est moi qui dois les désorceler, ce que je ne veux pas faire, de toute façon. J’ai eu sept ou huit directeurs de recherche au CNRS qui m’ont directement demandé de les désorceler. Donc il ne faut pas… vous voyez.

      Mais là, ce sont des comportements totalement irrationnels au regard de l’univers dans lesquels ils s’expriment…

      Être pris dans une crise de sorcellerie, c’est être pris dans des malheurs à répétition. Tout lecteur de mes livres, y compris s’il est directeur de recherche au CNRS, qui est lui-même pris dans des malheurs à répétition, se projette immédiatement sur ce que j’écris et pense tout de suite que j’ai la clef de son problème. Bien qu’il sache qu’il y a d’autres types de personnes qui s’occupent des malheurs à répétition, par exemple les psychiatres, les psychanalystes et toute une série de gens qui ont inventé les thérapies pour ceci ou cela, il ne veut pas s’adresser [à ces personnes]. C’est ce qu’il ne dit justement pas : « Je ne veux pas m’y adresser » ou : « Je m’y suis adressé et ça ne m’a rien fait ». C’est tout à fait absent de leur propos. [Ils disent :] « Je veux que vous me trouviez un désorceleur ». Vous voyez.

      Mais ce qui est frappant, c’est de voir comment le moindre de mes lecteurs, pourvu qu’il soit pris dans des malheurs à répétition, se projette immédiatement, parce qu’il a, comme je le dis dans un papier qui sort ces jours-ci2, « la mort aux trousses ». Il sent qu’il a la mort aux trousses, et là, il ne fait plus du tout de discours, il ne fait plus de chichis intellectuels, il ne dit pas : « Ces gens sont irrationnels ! » ou « Moi, je suis rationnel ! » ; il dit : « Je veux en sortir ! ».

      #paysannerie
      #mépris_de_classe #déshumanisation
      #rationalisme #rationalité

    • Passionnant, #merci. Ça donne envie de lire ses bouquins.

      Ça m’a fait penser à certaines choses dont parle Tobie Nathan (« le représentant le plus connu de l’#ethnopsychiatrie en France » http://fr.wikipedia.org/wiki/Tobie_Nathan).

      Après, je n’ai lu de lui que 2 romans , il y a longtemps (Dieu-Dope et Saraka Bô, qui m’ont assez plu).
      Jeanne Favret-Saada et lui doivent sûrement se connaître, je me demande bien quelles sont leurs positions respectives ^^


  • Trouvé sur touiteur :
    Toute la vie : La dernière cacophonie indécente des Enfoirés
    http://blog.natas.fr/2015/02/25/toute-la-vie-les-enfoires

    Mais cette année, les mecs ont poussé leur délire narcissique super loin avec « Toute la vie ». Dans le clip 2015, il n’est plus question des Restos du Coeur ou de la solidarité vis-à-vis des plus démunis. Non, on sait très bien qu’on s’en branle ouvertement le cul. Cette fois, on a décidé d’engueuler les jeunes plutôt. D’habitude geignardes et bienpensantes, la chanson de cette année est réac’ et grossière.
    Ce truc est un monument d’indécence. Toute la chanson est un échange entre les jeunes et les vieux. D’un côté les jeunes se plaignent de leur situation de jeunes… Et de l’autre, des starlettes françaises, leur répondent que ça va, il faut arrêter de se plaindre parce qu’ils ont « Toute la vie ».

    #spectacle

    • « nous, on s’est battu pour la paix et le #plein_emploi », bonjour le pipo, bonjour l’impasse...

      Dommage que le papier de ce blog tombe dans la trappe obligeamment tendue du "conflit de générations".
      4,3 millions de #pauvres ont moins de 30 ans.

      Tandis que :

      Le nombre de pauvres de plus de 60 ans a augmenté de 433 000 à 583 000 entre 2000 et 2010, soit 150 000 personnes supplémentaires.

      http://www.inegalites.fr/spip.php?article373&id_groupe=16&id_mot=107

      Les Enfoirés. Jugée anti-jeunes, la nouvelle chanson crée la polémique
      http://www.ouest-france.fr/les-enfoires-reac-et-anti-jeunes-la-nouvelle-chanson-cree-la-polemique-

      Mais quelle mouche a piqué Jean-Jacques Goldman pour écrire une chanson aussi réac ?
      « Toute la vie », la nouvelle chanson des Enfoirés crée la polémique. Pas étonnant, car ses paroles sont une sorte d’hymne anti-jeunes, moraliste et lénifiant.

      Un commentaire reçu par mel :

      Comment prendre cette chanson ? Une provocation pour lancer le débat ? En gros, c’est des artistes #installés, qui pètent dans la soie, qui n’ont plus besoin de bosser jusqu’à la fin de leur vie. Et qui disent aux jeunes #précaires qui leur font face, en gros : "tout ce qu’on a, on a bossé pour l’avoir". Les jeunes, en réponse : "tout ce qu’on a, c’est le chômage et la précarité, et le SIDA en prime".
      Et les stars, le cul dans la graisse, de leur répondre à leur tour : « Tout ce qu’on a, il a fallu le #gagner / A vous de jouer mais faudrait vous bouger ». Peut-être que j’ai mal compris. Que c’est une incitation à occuper lez ZAD, les Pôles-emploi, faire des autoréductions ? On n’a qu’une envie à la fin du clip, c’est de voir les jeunes mettre les vieux dans des cercueils, de planter des clous pour les fermer, et voler comme on leur suggère (aux deux sens du mot ?) :

      Maxime Le Forestier avait écrit une chanson il y a 40 ans, à propos de Pierre #Goldman, le demi frère de l’autre, assassiné par des flics d’extrême droite ("Honneur de la police") :
      https://www.youtube.com/watch?v=1MisxgM3XBU

      #ISF #mépris_de_classe

    • http://www.paroles.net/les-enfoires/paroles-toute-la-vie

      Des portes closes et des nuages sombres
      C’est notre héritage, notre horizon
      Le futur et le passé nous encombrent
      Avez vous compris la question ?

      NON

      Vous avez tout, l’amour et la lumière
      On s’est battus, on n’a rien volé
      Nous n’avons que nos dégoûts, nos colères

      Mais vous avez
      Mais vous avez
      Oui, vous avez

      Toute la vie, c’est une chance inouïe
      Toute la vie, c’est des mots, ça veut rien dire
      Toute la vie, tu sais le temps n’a pas de prix
      Utopie, sans avenir
      Toute la vie, c’est à ton tour et vas-y

      A ton tour et vas-y
      A ton tour et vas-y
      A ton tour, vas-y

      Vous aviez tout, paix liberté, plein emploi
      Nous c’est chômage, violence, sida
      Tout ce qu’on a il a fallu le gagner
      A vous de jouer mais faudrait vous bouger

      Vous avez raté, dépensé, pollué
      Je rêve ou tu es en train de fumer ?
      Vous avez sali les idéologies

      Mais vous avez
      Mais vous avez
      Oui, vous avez

      Toute la vie, c’est une chance un défi
      Toute la vie, c’est bidon, ça veut rien dire
      Toute la vie, tu sais le temps n’a pas de prix
      Utopie, sans avenir
      Aujourd’hui, j’envie tellement ta jeunesse

      Quel ennui, je l’échange contre ta caisse
      C’est la vie, la vie qui caresse et qui blesse
      C’est ta vie, vole et vas-y,
      Vole et vas-y ?


  • Travail du dimanche et #management #socialiste : La Ville de Paris veut remplacer les #grévistes du dimanche par des « volontaires » - Miroir Social
    http://www.miroirsocial.com/actualite/11432/la-ville-de-paris-degaine-son-49-3-en-voulant-remplacer-les-grevistes-

    Selon des informations révélées par le journal Le Parisien, la municipalité dirigée par #Anne_Hidalgo prépare un plan pour « déployer des agents volontaires pour remplacer les agents grévistes ». Un sorte de « lock-out » à la parisienne. Pas mal comme idée venant d’une ville dont la première magistrate a été (brièvement, il est vrai) inspectrice du travail. D’autres parlent même d’un nouveau 49-3 anti gréviste.       
    Pas sûr toutefois que cette idée soit si brillante car, outre qu’il faudra trouver des volontaires qui risquent d’être assez mal reçus par leurs collègues, il faudra que cela se fasse uniquement dans le cadre d’heures supplémentaires. En effet, le sous-effectif chronique fait que si un agent va boucher un trou, c’est pour mieux creuser celui qu’il a laissé.
    Tout cela révèle surtout le peu de sympathie et de respect de la #mairie_de_Paris vis-à-vis de ses agents : « même si le temps de #travail_dominical des bibliothécaires est deux fois moins long et pourtant payé deux fois plus que celui de la DJS, ces derniers ne doivent pas oublier que le niveau d’étude et de qualification n’est pas le même », ose Emmanuel Grégoire dans une saillie publiée par Le Parisien. Et voilà pour les grévistes qui sont considérés comme de vulgaires « sans-dents » municipaux. À la mairie de Paris, à défaut de dialogue social, on connaît au moins le #mépris_de_classe. En tout cas, ce n’est pas avec ce genre de déclaration que les grévistes vont lever leur mouvement.
    Surtout qu’une nouvelle bibliothèque doit ouvrir le dimanche dans les prochaines semaines. Montant de la prime ? 100 euros « Il est hors de question que le personnel des bibliothèques voit ses primes baisser », avait déclaré Bruno Julliard à la CGT des affaires culturelles, l’année dernière. Toujours adjoint à la culture, il venait alors d’être promu au rang de premier adjoint d’Anne Hidalgo. Le supérieur de l’adjoint en charge du personnel, quoi !
    Bref, la Mairie est comme une poule devant un couteau sur cette question du travail dominical. « Cela implique de négocier avec l’ensemble des directions et l’ensemble des syndicats concernés », affirmait candide l’exécutif parisien à La Gazette des Communes. On ne voit pas trop ce que la mairie pourrait leur proposer sinon l’alignement de la #prime_du_dimanche à 100 euros pour tous les agents municipaux travaillant ce jour-là. À moins que la Ville décide de baisser celle des bibliothécaires ? Dans ce cas il y aura un deuxième front social. Et le programme d’Anne Hidalgo tomberait à l’eau, l’eau de la piscine.

    • Grève du dimanche : les élus dénoncent la gestion du conflit par Anne Hidalgo
      http://www.miroirsocial.com/actualite/11496/greve-du-dimanche-les-elus-parisiens-denoncent-la-gestion-desastreuse-

      Dans un communiqué, le groupe Communistes-Front de Gauche dénonce la tournure que prend cette très longue grève. Les élus pourtant dans la majorité municipale dirigée par Anne Hidalgo déplorent ainsi « la gestion du conflit ». Mais surtout, ils accusent l’Hôtel de Ville de vouloir « passer en force » et casser la grève en affectant du personnel « volontaire » pour se substituer aux grévistes qui ont désormais étendu leur mouvement au samedi en plus du dimanche (lire ici).

      De son côté, le groupe UMP dénonce aussi la gestion de ce mouvement social et reproche à la mairie de Paris de laisser pourrir le conflit. « Ce n’est pas faute de les avoir interpellés depuis un an.

      #grève_du_dimanche

    • Contre les grévistes, la mairie écrit aux Parisiens ,de la mairie, contre attaque de l’intersyndicale
      http://www.miroirsocial.com/actualite/11519/greve-lettre-ouverte-aux-parisiens-de-la-mairie-contre-attaque-de-l-in

      Chaque #week-end, vous êtes directement affectés par la grève du personnel ouvrier des stades, gymnases et piscines de la Mairie de Paris. Nous réclamons une revalorisation de leur prime dominicale. Cette grève dure depuis plus d’un an. Il faut que vous sachiez que la Ville de Paris a délibérément joué le pourrissement, (...) dans une relation normale grévistes/employeur, ce conflit aurait trouvé une solution en quelques semaines »,(...)

      Au lieu de cela, la mairie préfère jouer le catenaccio social en clamant que « les grévistes ne seraient qu’une poignée non représentative ». Une « poignée » qui suffit toutefois à fermer la moitié des piscines et le tiers des stades et gymnases chaque dimanche, comme le reconnaît elle-même la municipalité. Comme dirait Fernand Raynaud, « y’a comme un défaut ». Comme elle ne manque pas de le rappeler, l’intersyndicale représente 90 % des agents du service des sports d’après les élections professionnelles du 4 décembre dernier. Cruel !

      Mieux, selon la mairie (décidément pas très fair-play), les grévistes seraient dans l’illégalité en pratiquant une grève perlée et de surcroît en « refusant la négociation ». Malheureusement, pour les syndicats, là aussi, la réalité est toute autre car non seulement « cette grève non perlée, en absolue conformité avec le droit, dure depuis 12 mois (février 2014) mais ce n’est qu’en janvier 2015 (soit onze mois après son début) que la Ville de Paris a accepté une première négociation », pointent les représentants du personnel. « Jusque-là, la Maire de Paris n’avait pas jugé opportun de donner mandat à ses élus pour négocier, préférant jouer le #pourrissement du conflit, méprisant son personnel mais aussi ses usagers ». Match nul, balle au centre.

      Une chose est sûre cependant, le mouvement est loin de s’essouffler. Le conflit pourrait même se durcir car les agents de maîtrise du secteur qui n’étaient pour le moment pas concernés par le mouvement pourraient à leur tour entrer sur le terrain. Ces derniers n’ont guère apprécié les pressions exercées par la mairie et sa volonté de faire remplacer les grévistes par du personnel plus ou moins volontaire. Quand on veut jouer le hors-jeu, il faut que la défense soit toujours bien alignée.

    • ...le syndicat CGT vient de révéler l’existence d’une sorte de caisse noire. Cette nouvelle pourrait faire l’effet d’une bombe. Dans une note interne, en principe confidentielle, l’administration avoue avec fierté avoir « une enveloppe exceptionnelle d’heures supplémentaires gestion de grève ». Une manne pour casser la dynamique du mouvement à en croire cette note. « Elle va nous servir à faire venir les agents et assurer les compétitions les plus sensibles. N’hésitez pas à l’utiliser pour sécuriser au maximum les manifestations », conclut sans honte la municipalité (lire ici). Visiblement, les relations sociales à la mairie de Paris ne sont donc pas très fluctuat, voire carrément mergitur.

      http://www.miroirsocial.com/actualite/11532/paris-une-bibliotheque-fermee-un-troisieme-samedi-de-suite-pour-cause-


  • Quand nos enfants tuent nos pères - Libération
    http://www.liberation.fr/chroniques/2015/01/16/quand-nos-enfants-tuent-nos-peres_1182251

    Au-delà des cibles visées, il y a la question des personnes que l’on fait rire. Dans les années 70, les jeunes révoltés de Hara-Kiri puis de #Charlie Hebdo s’en prenaient aux pouvoirs en place et à leurs conservatismes, faisant rire des dominés et des jeunes de différents horizons (marginaux, soixante-huitards reconvertis dans les luttes féministes, écologistes, etc.). Dans les années 2000, les mêmes se situent au pôle culturel des classes moyennes et supérieures (parisiennes), et leur humour offense une partie des classes populaires urbaines, en particulier, quand il tourne en dérision l’islam qui représente, pour certains, la seule appartenance positive à laquelle se raccrocher.


  • Dear #kenza
    https://coutoentrelesdents.noblogs.org/post/2014/10/28/dear-kenza

    Salut Kenza, On se connaît pas hein, tu pardonneras ma familiarité, mais t’es une blogueuse, y’a ta vie tout partout étalée, alors j’ai l’impression de te connaître, ta famille, ta vie privée, tes déménagements, ton taf, je pourrais écrire ta … Continue reading →

    #CAPITALISME #blog #mépris_de_classe #mode #riche


  • Dear #kenza
    http://coutoentrelesdents.noblogs.org/post/2014/10/28/dear-kenza

    Salut Kenza, On se connaît pas hein, tu pardonneras ma familiarité, mais t’es une blogueuse, y’a ta vie tout partout étalée, alors j’ai l’impression de te connaître, ta famille, ta vie privée, tes déménagements, ton taf, je pourrais écrire ta … Continue reading →

    #CAPITALISME #blog #mépris_de_classe #mode #riche


  • Le pire dans cette histoire qui montre bien la face « sociale » du FN, c’est que c’est un élu UMP qui se retrouve à défendre les droit de #cantine des #enfants de familles pauvres
    http://rue89.nouvelobs.com/2014/06/26/conseil-municipal-apres-maire-fn-pontet-est-monte-grosse-mercedes-2

    « Non, Monsieur le maire, vos clichés sont dépassés. Nous sommes en 2014 et la crise touche tous les Français !

    La gratuité totale des cantines a un coût pour le CCAS de 25 à 30 000 euros par an. Par rapport au budget global de la commune de 47 millions d’euros cela représente environ 0,05 %. De qui se moque-t-on quand on parle d’économies ? La seule vérité, c’est qu’une nouvelle fois votre idéologie d’extrême droite se cache derrière cette décision [...].

    Aujourd’hui, vous, Monsieur Joris Hébrard, vous exercez une activité paramédicale. Si je comprends bien votre logique, est-ce à dire que vous refusez de soigner les allocataires de la #CMU [Couverture maladie universelle] ?

    Pour une famille de trois enfants, votre décision va représenter plus de 1 000 euros par an de dépenses supplémentaires. C’est une charge énorme qui viendra au détriment du minimum vital [...].

    Monsieur, vous avez augmenté votre indemnité de maire de 44% soit un peu plus de 1 000 euros par mois, cela représente plus de 600 repas par mois pour les enfants #pauvres du Pontet ! »

    Sans sourciller, le sourire aux lèvres, le maire FN répond qu’il fait ce qu’attendent ses électeurs. Il se dit « fier » de cette décision qu’il assume totalement et que cette mesure vise à « #responsabiliser » les parents qui doivent « prendre leur part dans le coût du repas afin qu’il ne soit plus totalement pris en charge par les seuls contribuables ».

    Et « beau gosse » de couper court au dialogue en faisant voter sa majorité qui, d’une seule et même main levée, adoptait la délibération.
    Puis il est monté dans sa grosse Mercedes

    #mépris_de_classe


  • Numérique : le retour de bâton | Meta-media | La révolution de l’information (v Nicolas Voisin)
    http://meta-media.fr/2014/02/09/numerique-le-retour-de-baton.html

    Raffa

    Numérique : le retour de bâton | Meta-media | La révolution de l’information (v Nicolas Voisin) - http://meta-media.fr/2014...

    19 minutes ago

    from Bookmarklet

    Comment

    Like

    "Mais c’est surtout l’ouvrage du scientifique américain Jaron Lanier, (« Who owns the future »), qui a lancé un appel l’an dernier pour avertir de l’impact destructeur et déflationniste d’Internet sur les classes moyennes, de la disparition progressive des usines et des banques, et de l’enrichissement faramineux d’une poignée de géants du web qui contrôlent désormais les machines quasi-autonomes qui sont en train progressivement de prendre le pouvoir." - (...)

    http://meta-media.fr/wp-content/blogs.dir/33/files/2014/02/41-600x400.jpg

    • Ari

      Le web se finkielkrautiserait-il à vitesse grand V ? Eric Scherer, le patron de la stratégie #numérique de France Télévisions – qu’on ne peut pas trop soupçonner d’antitechnologisme primaire – fait part de ses inquiétudes.

      L’inexorable essor du numérique dans nos sociétés fait désormais l’objet d’une légitime et croissante inquiétude sur la menace qu’il fait peser sur les emplois des classes moyennes.

      Le problème est bien plus vaste que le seul Google. Tous les géants du numérique, forts de leurs immenses fermes de serveurs, sont aujourd’hui engagés dans une course vers l’intelligence artificielle, l’automatisation, via les algorithmes, qui non seulement digèrent et traitent des milliards de données, mais sont désormais capables d’apprendre (« machine learning »), d’anticiper et de remplacer de plus en plus de fonctions humaines pour un coût très réduit.

      Que l’automatisation concerne les tâches subalternes n’était pas jusqu’à présent un trop gros souci. Mais voilà que…

      Le problème est qu’elles seront en mesure de remplacer non seulement des tâches humaines manuelles, mais aussi les tâches intellectuelles, avertit ce vétéran de la Silicon Valley.

      Cette phrase est tellement violente par le monde qu’elle décrit…

      Le problème, non seulement, mais aussi

      C’est aussi ça l’arrivée de la #lutte_des_classes sur le web : les questions d’automatisation ne concernent plus uniquement ceux que la technique passe son temps à déclasser, depuis des décennies, ceux qui doivent tous les quatre ou cinq ans apprendre un nouveau métier parce qu’un génial inventeur a mis au point un nouveau robot ou un nouveau logiciel. Ceux pour lesquels on considérait jusqu’à présent que ça ne posait pas vraiment de problème.

      Sinon y’a pas mal de liens qui ont l’air bien intéressants à explorer dans ce billet pas super novateur, mais synthétique sur la question.

      #critique_techno #mépris_de_classe


  • Salut grosse vache (…) tu dois bien comprendre que je ne (...)
    http://www.astae.com/Salut-grosse-vache-tu-dois-bien-comprendre-que-je-ne-veux-plus-voir-ta-gueule

    Salut grosse vache (…) tu dois bien comprendre que je ne veux plus voir ta gueule et qu’il est hors de question que je débourse un centime pour ton licenciement ! ! ! ! !

    C’est ainsi que commence le mail envoyé par un employeur à une salariée qu’il ne voulait plus revoir après un arrêt de travail.

    Magnifique n’est-ce pas #contrat_de_travail #lutte_des_classes #mépris_de_classe


  • Comment la France est devenue moche - Le monde bouge - Télérama.fr
    http://www.telerama.fr/monde/comment-la-france-est-devenue-moche,52457.php

    Un hypermarché Leclerc s’installe au bout de la nouvelle voie express qui se cons­truit par tronçons entre Brest et Rennes. Puis viennent La Hutte, Conforama et les meubles Jean Richou... 300 hectares de terre fertile disparaissent sous le bitume des parkings et des rocades. Quelques maisons se retrouvent enclavées çà et là. La départementale devient une belle quatre-voies sur laquelle filent à vive allure R16, 504 et Ami 8. Un quartier chic voit le jour, toujours en pleine nature, qui porte un nom de rêve : la Vallée verte...

    C’est à ce moment-là que ça s’est compliqué pour les parents de Jean-Marc. Avec l’élargissement de la départementale, ils sont expropriés d’un bon bout de terrain et ne peuvent plus emmener leurs vaches de l’autre côté de la quatre-voies. Ils s’adaptent tant bien que mal, confectionnent des produits laitiers pour le centre Leclerc, avant de se reconvertir : la jolie ferme Quentel est au­jourd’hui une des salles de réception les plus courues de Bretagne.

    Les fermes voisines deviennent gîte rural ou centre équestre. La Vallée verte, elle, se retrouve cernée de rangées de pavillons moins chics : « Nous, on a eu de la chance, grâce à la proximité de l’aéroport, les terres tout autour de la ferme sont restées inconstructibles. » Aujourd’hui, quand il quitte son bout de verdure préservé pour aller à Brest, Jean-Marc contourne juste la zone de Kergaradec, tellement il trouve ça moche : « C’est à qui fera le plus grand panneau, rajoutera le plus de fanions. Comme si tout le monde hurlait en même temps ses messages publicitaires. »

    Ça s’est passé près de chez Jean-Marc, à Brest, mais aussi près de chez nous, près de chez vous, à Marseille, Toulouse, Lyon, Metz ou Lille, puis aux abords des villes moyennes, et désormais des plus petites. Avec un formidable coup d’accélérateur depuis les années 1982-1983 et les lois de décentralisation Defferre. Partout, la même trilogie – infrastructures routières, zones commerciales, lotissements – concourt à l’étalement urbain le plus spectaculaire d’Europe : tous les dix ans, l’équivalent d’un département français disparaît sous le béton, le bitume, les panneaux, la tôle.

    Lorsque apparaissent les premiers supermarchés, au début des années 60, la France ne compte que 200 kilomètres d’autoroutes, un morceau de périphérique parisien, aucune autre rocade, pas le moin­dre rond-point... et un architecte-urbaniste visionnaire, Le Corbusier ! Celui-ci a compris très tôt l’hégémonie à venir de la voiture, à laquelle il est favorable. Dès 1933, avec des confrères qu’il a réunis à Athènes, il a imaginé de découper les villes de fa­çon rationnelle, en quatre zones cor­respondant à quatre « fonctions » : la vie, le travail, les loisirs et les infrastructures routières.

    L’Etat s’empare de l’idée, on entre dans l’ère des « zones », ZUP, ZAC, etc. (1) Et puis il faut « rattraper » l’Allemagne et son insolent réseau d’autoroutes ! Du pain bénit pour notre illustre corps d’ingénieurs des Ponts et Chaussées. La France inscrit dans la loi (loi Pasqua, 1998) que tout citoyen doit se trouver à moins de quarante-cinq minutes d’une entrée ou d’une sortie d’autoroute ! Des itinéraires de contournement des villes sont construits, le territoire se couvre d’échangeurs, de bre­telles et de rocades. Vingt ans plus tard, les enfilades de ronds-points à l’anglaise, trop nombreux et trop grands, parachèvent le travail : ils jouent, constate Mangin, « le rôle de diffuseurs de l’étalement dans le nouveau Meccano urbain qui se met en place ».

    « Pourtant, le pavillon, c’est avant tout un choix contraint », constate David Mangin. Les centres-villes étant devenus inabordables, les familles pas très riches – elles sont la grande majorité – sont condamnées à l’exil périurbain. Et elles le resteront tant que manquera une bonne offre résidentielle collective. Alors, comme l’a observé l’urbaniste Bruno Fortier, « on tartine du lotissement au kilomètre », c’est facile et pas cher. Conçue par un promoteur-constructeur, la maison est un « produit », à commander sur catalogue. Où que l’on aille, le marché ne sait fournir que des lotissements avec des rues « en raquette », des parcelles de même taille, des maisons posées sur leur sous-sol de béton ; tant pis pour le raccord visuel avec la ville ancienne. Les plantes des jardins sont achetées en promotion à la jardinerie du coin ; tant pis pour la flore locale et le paysage.

    #banlieue_totale #urbain_diffus #ruralité #transports #voiture #habitat #écoumène #empreinte_écologique #grande_distribution

    http://seenthis.net/messages/166201
    http://seenthis.net/messages/173393
    http://seenthis.net/messages/173394
    http://seenthis.net/messages/194461


  • Assumer son humour (à la con) - Une heure de peine...
    http://uneheuredepeine.blogspot.ch/2013/10/assumer-son-humour-la-con.html

    Parfois, les sites de presse publient des infos. Parfois, ils publient des analyses. Et parfois, on ne sait pas trop ce qu’ils publient. C’est le cas avec cet article de Slate "Harry Potter et les zombies à la fac, ou l’overdose « des cours à la con » façon générateur". L’auteur y parle vaguement de l’arrivée de cours de Cultural Studies dans le monde académique français. Mais plutôt que d’expliquer de quoi il s’agit - le terme même de Cultural Studies n’apparaît nulle part... - ou de proposer une réflexion sur la chose, elle se contente de proposer un générateur de "cours à la con". Evidemment, des personnes engagées à divers degré dans les sciences sociales se sont énervées contre l’article, moi y compris. Et se sont vues répondre que c’était du second degré, et qu’il fallait avoir un peu d’humour. Ach... l’humour... Vous connaissez le reste. Mais prenons cela au sérieux (non, ce n’est pas une tentative de blague pourrie) : si c’est de l’humour, de qui se moque-t-on ? (ça non plus). Faisons une petite étude de cas.

    #humour #cultural_studies #mépris_de_classe


  • Parce que « népalais » au Qatar rime avec ouvrier du batiment et que les nationaux, meme les enfants, ont tous les droits et que la religion a la part belle pour réprimer des propos hors de leur contexte.

    Teacher appears in Doha court, faces felony charge of insulting Islam | Doha News
    http://dohanews.co/post/50006034723/teacher-appears-in-doha-court-faces-felony-charge-of

    A Nepalese teacher fired from a prestigious secondary school in Qatar for remarks he made to students last month appeared in a lower Doha court today on charges of insulting Islam.

    Dorje Gurung, who taught chemistry at Qatar Academy, was seen by Doha News this morning leaving the court in handcuffs. If convicted, Article 256 of the Penal Code stipulates that he could face up to seven years in jail.

    Colleagues, friends and students interviewed by Doha News said Gurung, whose two-year teaching contract was set to expire in July, had been facing problems at QA with students who did not respect his authority, in part due to his nationality.


  • Machisme sans frontière (de classes) | Mona Chollet (Le Monde diplomatique)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2005/05/CHOLLET/12172

    Ce ne sont pas des inconnus que les femmes doivent craindre. Très souvent, elles sont battues, violées ou tuées par leur compagnon. S’il vient d’un milieu aisé, le criminel est traité avec bienveillance par les médias. S’il est issu d’une couche défavorisée, et plus encore d’une famille immigrée, la stigmatisation est de rigueur. Pourtant, la violence touche les femmes des beaux quartiers tout autant que celles des banlieues. Refuser d’en examiner les causes contribue à perpétuer le phénomène. (...) Source : Le Monde diplomatique

    • @mona

      La dépendance vis-à-vis d’un conjoint violent, elle la compare à une autre, qui bénéficie d’une indulgence sociale bien supérieure : la dépendance à la cigarette, « quelque chose qui vous fait beaucoup de mal, qui peut vous tuer, mais qui, parallèlement, vous procure un plaisir dont vous êtes incapable de vous passer ».

      Un plaisir ?
      J’ai du mal à comprendre de quel plaisir il peut être question dans la dépendance matérielle à une personne violente. Il y a peut-être quelque-chose qui m’échappe.

    • « Quand je me trouve face à une femme qui a un certain bagage intellectuel, avec qui je peux discuter, que je sens capable d’apprécier la situation, et qu’elle me demande de mettre la procédure en attente, j’accepte explique M. Luc Frémiot. En revanche, face à une femme en grande détresse sociale, je me permets de décider pour elle, parce qu’à ce moment-là, elle est incapable de prendre la moindre décision, et elle a besoin qu’on l’aide. »

      C’est super choquant cette citation.
      #paternalisme #mépris_de_classe

      Phénomène universel, les violences sexistes réactivent les questions de classes sociales

      Entre autres quand un procureur se permet de décider à la place d’autrui de ce qui est bon pour elle selon ce qu’il juge être le « bagage intellectuel » de ladite victime. Autre forme de #violence_contre_les_femmes, inscrite dans une relation de pouvoir et une hiérarchie sociale.

    • @koldobika, l’emprise du conjoint violent est liée à la dépendance au #couple, perçu comme un passage obligé dans les représentations conformistes pour de l’amour, du sexe, de la stabilité, soit des choses qui apportent du bien-être, voire du plaisir.

      Dans Les Sentiments du prince Charles, Liv Strömqvist commente une étude suédoise qui montre que les indicateurs sont au beau fixe pour une femme après une rupture et qu’ils baissent pas mal pour les hommes. Que finalement plein d’autres choses que le couple apportent du bien-être (et du plaisir) à des femmes qui avaient la frousse de ne plus avoir accès à des trucs sympa en étant seules. Le tout sans les mauvais côtés du couple, ici la violence, ailleurs la disponibilité.

      Les hommes ne se vivent pas comme dépendants alors qu’ils le sont (ils obtiennent de leur situation matrimoniale plein de services et de gratifications) et pour les femmes, c’est le contraire, d’où l’emprise possible quand quelqu’un est très en demande. #miroir_aux_alouettes

      J’entendais à la radio qu’il fallait que les centres d’accueil pour femmes victimes de violences conjugales restent spécifiques pour que ces femmes s’aperçoivent que ça arrive à des femmes formidables, pas seulement à elles qui l’auraient bien mérité. Je crois aussi qu’il ne faut pas qu’elles soient avec des femmes qui ont des vécus vraiment trash et qui ne sont pas au bout de leurs peines parce que c’est trop lourd pour elles qui ont le pire derrière elles et pourraient avoir l’occasion de rigoler un peu en non-mixité (c’est différent d’en mixité). Redécouvrir qu’entre meufs on peut vivre des moments très plaisants doit faire partie du chemin pour sortir d’une relation abusive.

      http://blog.ecologie-politique.eu/post/Les-Sentiments-du-prince-Charles

    • @koldobika La dépendance n’est pas toujours uniquement matérielle, ou imposée par la simple terreur. Beaucoup d’hommes violents ont un comportement qui suit des phases cycliques. Ils commencent par être des vrais princes charmants (la phase dite de « lune de miel ») et finissent par les coups et les insultes, puis ils essaient de se faire pardonner, et c’est reparti pour un tour. Beaucoup de femmes sont amoureuses, et c’est bien ce qui rend le problème si compliqué. Elles pensent qu’ils se comportent comme ça parce qu’ils souffrent, qu’ils ont eu une enfance difficile, etc., et qu’elles vont réussir à les sauver, en se sacrifiant s’il le faut (selon un réflexe psychologique très bien intégré par les femmes en général). Attention au cliché de la brute : un homme violent peut très bien être un type charmant, cultivé et charismatique.

      Pour la citation de Frémiot, je l’avais oubliée (il a 10 ans ce papier !), mais je crois surtout que c’est une illusion de croire qu’avec un « bagage intellectuel » important on est moins perdue dans une telle situation.

      Tiens, entre-temps il s’est aussi passé ça :

      Retour sur l’acquittement d’une femme
      http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2012/04/08/retour-sur-lacquittement-dune-femme