• Un peu de bon sens sur les #indemnités touchés pendant les #arrêts_maladie par Rob Grams pour Frustration :

    L’argument de “rester à la maison pour voir la paie tomber” exclut déjà les arrêts courts. Par ailleurs l’indemnité journalière est égale, non pas à l’intégralité du salaire journalier, mais à 50% de ce dernier, et dans une limite de 1,8 le SMIC. Il faut donc que les bourgeois se rassurent, c’est bien, déjà, la double peine pour les malades : ils souffrent physiquement (et/ou mentalement) et, en plus, perdent beaucoup d’argent.

    https://www.frustrationmagazine.fr/teleconsultation

    Le magazine Frustration qui a publié cet excellent article est bien nommé : que ressentir d’autre quand même les politiques de gauche sont aveugles à leur propre #validisme, portant un amendement contre les téléconsultations pour « éviter les abus » et « répondre aux attentes des patients ».

    Le premier objectif s’inscrit bien dans un #libéralisme qui déploie le mépris de #classe et le mépris des #handicapés pour discipliner les travailleurs soit-disant « fainéants ». Son absurdité est bien démontrée dans la citation plus haut. On en connaît les résultats grâce à l’exemple désolant du #Royaume-Uni : Crippled de Frances Ryan est essentiel pour comprendre la violence fatale des mesures punitives déployées contre les personnes handicapées.
    https://www.theguardian.com/books/2019/jul/13/crippled-by-frances-ryan-review-austerity-demonisation-disabled-people

    Quant au deuxième objectif, celui de « répondre aux attentes des patients », il faudrait que ces politiques sortent un peu de leur bulle. Les attentes des patients, je pense que c’est déjà de pouvoir voir un médecin, point barre.

    Là où je vis, j’ai déjà connu des attentes de 2 heures pour parler au 15. On m’a dit que j’avais de la chance, que « normalement » ça s’élève à 4 heures en moyenne. Pour voir un médecin, j’ai déjà dû choisir entre entre 100 km d’aller-retour (impossible quand il faut le faire en taxi, faute de transports publics) et 2 semaines d’attente. J’ai donc attendu, et j’ai heureusement guéri avant que les 15 jours soient passées. Mais, en attendant, j’ai utilisé tous mes jours de congé, puis j’ai dû retourner au travail toujours malade. Ce n’était pas pour un handicap, donc je n’imagine pas à quoi les personnes handicapées font face.

    Rendre plus difficile l’accès aux médecins tandis qu’existent toujours des #déserts_médicaux partout en France, ce n’est rien d’autre que fatal. Rob Grams a raison de conclure :

    L’attaque concertée contre la #téléconsultation, en voulant dérembourser une grande partie des arrêts maladie délivrés par ce biais comme la #macronie, ou en voulant la rendre de facto quasi-impossible d’accès comme #LR et #LFI, ne va faire qu’empirer notre situation déjà bien pourrie.

  • L’affaire Nicolas Hulot

    Quatre épisodes de « Mécanique du journalisme » de 12 à 15 minutes qui racontent la loi du silence, la peur, les pressions et dénis qui permettent de maintenir sous silence les agressions sexuelles et viols dont ce personnage médiatique très protégé par les différents pouvoirs
    a bénéficié...

    https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/serie-l-affaire-nicolas-hulot

    Le 25 novembre 2021, l’émission Envoyé Spécial diffuse les témoignages de plusieurs femmes qui accusent Nicolas Hulot de harcèlement sexuel et de viol, après quatre années d’investigations, et une première révélation dans le magazine « Ebdo » en 2018. C’est le début de l’affaire Nicolas Hulot …

    #Viol#Agressions_sexuelles#Metoo#Journalisme#Macronie#Chirac#Hulot#Impunité

  • Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
    par Michel Deléan

    https://www.mediapart.fr/journal/france/031022/le-ministre-eric-dupond-moretti-est-renvoye-devant-la-cour-de-justice

    Que vont en faire Emmanuel Macron et Élisabeth Borne ? Le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti est devenu un boulet de plus en plus lourd à traîner pour le gouvernement. Ce lundi 3 octobre, comme on pouvait s’y attendre, il est devenu le premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République (CJR) pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions – Jean-Jacques Urvoas, lui, avait déjà quitté la Place Vendôme lorsqu’il avait connu le même sort.

    C’est tellement gros comme histoire. Je m’étais pas penché dessus.

    Le mec, à peine nommé ministre, a envoyé en conseil de discipline des magistrats anticorruption avec lesquels il s’était fritté en tant qu’avocat.

    Maintenant qu’il est poursuivi par la CJR, ça va être à lui de nommer le prochain proc général de la cour de Cass (Molins partant prochainement à la retraite), proc qui représente l’accusation au CJR.

    (bon j’ai pas tout bien dit avec les mots précis du droit qui faut mais en gros c’est ça qui se passe...)

    Les trois magistrats de la commission d’instruction de la CJR ont estimé qu’il existait des charges suffisantes contre leur ministre de tutelle pour qu’il comparaisse devant la formation de jugement de cette juridiction d’exception, la seule habilitée à poursuivre et à juger les ministres pour des faits commis dans l’exercice de leurs fonctions. Éric Dupond-Moretti, qui a immédiatement annoncé qu’il se pourvoyait en cassation contre son renvoi, devrait, sauf imprévu, être jugé courant 2023 par la Cour de justice.

    Devant répondre de « prises illégale d’intérêts », une atteinte à la probité selon le Code pénal, le ministre encourt une peine maximale de cinq ans de prison, 500 000 euros d’amende, et une peine complémentaire d’inéligibilité.

    La CJR, majoritairement composée de parlementaires, rechigne traditionnellement à sanctionner. Mais la composition de la formation de jugement a été modifiée après les législatives, des députés de la Nupes (Nouvelle Union populaire, écologique et sociale) et du RN (Rassemblement national) y ayant fait leur apparition. Dans les milieux judiciaires, on estime que cela pourrait atténuer le risque d’arrangements politiques qui a plané sur plusieurs procès à la CJR, dont celui de Charles Pasqua.

    Le renvoi d’Éric Dupond-Moretti devant la CJR avait été requis par le parquet général de la Cour de cassation. « Le 9 mai 2022, le ministère public de la CJR a pris des réquisitions de renvoi de M. Dupond-Moretti devant la Cour de justice de la République, pour des faits de prises illégales d’intérêts commis à Paris, les 31 juillet et 18 septembre 2020, alors qu’il était membre du gouvernement, en qualité de garde des Sceaux, ministre de la justice, estimant qu’il existait des charges suffisantes contre ce dernier d’avoir commis ces faits », annonçait un communiqué diffusé le lendemain.

    En clair, le procureur général près la Cour de cassation, François Molins, qui représente l’accusation devant la Cour de justice de la République, estime qu’Éric Dupond-Moretti doit comparaître devant la juridiction de jugement de la CJR, soupçonné d’avoir profité de ses fonctions ministérielles pour régler des comptes personnels avec plusieurs magistrats anticorruption.

    Or, si Éric Dupond-Moretti devait rester au gouvernement, c’est à lui qu’il reviendrait de choisir le successeur de François Molins, qui doit prendre sa retraite dans les mois qui viennent. Le ministre choisirait alors son propre accusateur à la CJR, une incongruité de plus.

    Le choix provocateur d’Emmanuel Macron

    Emmanuel Macron se retrouve aujourd’hui confronté aux conséquences de sa décision très « disruptive » de juillet 2020 : nommer ministre de la justice un avocat notoirement allergique aux magistrats, et adversaire déclaré de la transparence. Depuis sa prise de fonctions Place Vendôme en juillet 2020, Éric Dupond-Moretti a immédiatement voulu régler des comptes avec des magistrats qu’il avait affrontés en tant qu’avocat. Il est aujourd’hui poursuivi pour avoir utilisé les moyens disciplinaires de son ministère dans le but d’affaiblir des magistrats anticorruption avec lesquels il avait bataillé, dans une situation de conflit d’intérêts sans précédent.

    À peine nommé ministre de la justice, Éric Dupond-Moretti s’était déjà montré, dans Paris Match, aux côtés de son ami Herzog, en août 2020, alors que celui-ci devait être jugé peu de temps après dans l’affaire Bismuth.

    Quelques jours plus tard, le garde des Sceaux profitait de ses nouvelles fonctions pour déclencher des poursuites disciplinaires contre des magistrats. Une véritable vendetta.

    Le premier dossier concerne l’enquête administrative qu’il a ordonnée en septembre 2020 contre trois magistrats du Parquet national financier (PNF) qui avaient examiné ses factures téléphoniques détaillées (« fadettes ») quand il était encore avocat dans l’une des affaires Sarkozy.

    Dans l’autre, il lui est reproché d’avoir diligenté des poursuites administratives contre un ancien juge d’instruction détaché à Monaco, Édouard Levrault, qui avait mis en examen un de ses ex-clients et dont il avait critiqué les méthodes de « cow-boy ».

    Dans ces deux affaires, Éric Dupond-Moretti a toujours martelé qu’il n’avait fait que « suivre les recommandations » de son administration. Mais les deux principaux syndicats de magistrat·es, l’Union syndicale des magistrats (USM) et le Syndicat de la magistrature (SM), rejoints par l’association Anticor, ont porté plainte contre le ministre de la justice devant la CJR fin 2020, et une instruction a été ouverte.

    Les dossiers disciplinaires initiés par le ministre se sont depuis lamentablement dégonflés devant le Conseil supérieur de la magistrature (CSM). Édouard Levrault a été entièrement blanchi, et le directeur des services judiciaires n’a réclamé aucune sanction contre Patrice Amar et Éliane Houlette. Le ministre de la justice est devenu l’arroseur arrosé : ses conflits d’intérêts ont occupé une bonne partie des débats.

    Un stratégie de guérilla procédurale

    Éric Dupond-Moretti avait été interrogé pendant près de six heures par les trois juges de la commission d’instruction de la CJR le 16 juillet 2021. À l’issue de cet interrogatoire, il a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts », une première pour un garde des Sceaux en exercice.

    Le 3 mars dernier, lors sa dernière audition devant la commission d’instruction, ce jeudi 3 mars au matin, le garde des Sceaux s’était refusé à répondre à la moindre question des trois juges de la commission d’instruction. Au prétexte qu’ils feraient preuve de partialité et s’acharneraient sur sa personne, Éric Dupond-Moretti avait tourné les talons après leur avoir lu une déclaration écrite, qui avait été mise en ligne peu de temps après sur son site par le journal L’Opinion.

    Cette communication du ministre mis en examen, qui ne craint pas de mettre en cause personnellement les magistrats de la CJR, lui avait attiré une réplique très carrée de la magistrate la plus capée de France, à savoir Chantal Arens, première présidente de la Cour de cassation.

    Dans un communiqué diffusé vendredi 4 mars, Chantal Arens rappelait « que l’indépendance de l’autorité judiciaire est garantie par la Constitution. Les juges d’instruction conduisent leur mission, de manière collégiale, en toute indépendance et dans le respect du droit, leurs décisions étant susceptibles de recours », tenait-elle à déclarer. « La première présidente de la Cour de cassation regrette fortement les propos tenus par le garde des Sceaux, dont la mission est de garantir l’indépendance de la Justice. Mettant en cause l’honneur des magistrats instructeurs, ils contribuent à fragiliser l’autorité judiciaire, pilier de l’État de droit. »

    Se plaignant d’un dossier qui serait construit de toutes pièces par des syndicats haineux et des magistrats revanchards, le ministre mis en examen avait notamment déclaré ceci : « Je n’entends plus, désormais, répondre à vos questions. J’attends sereinement de pouvoir m’expliquer devant la formation de jugement de la Cour de justice de la République pour y défendre mon honneur, et rétablir enfin une vérité que vous ne souhaitez pas voir depuis le premier jour de votre instruction. »

    Cet incident s’inscrivait dans une stratégie de guérilla procédurale. Il survenait après deux tentatives restées vaines d’Éric Dupond-Moretti pour faire récuser les trois juges qui instruisent son dossier à la CJR. Le ministre de la justice a également formé deux pourvois en cassation : l’un pour faire annuler sa mise en examen, l’autre pour faire entendre dans la procédure le procureur général près la Cour de cassation, François Molins, qui pilote l’accusation à la CJR.

    « La situation dans laquelle se trouve le garde des Sceaux, renvoyé devant la Cour de justice de la République alors qu’il est en exercice, est inédite, déclarent l’USM et le SM dans un communiqué commun, ce 3 octobre. Inédite par la nature des infractions pour lesquelles Éric Dupond-Moretti sera jugé, qui relèvent d’une atteinte grave à la probité. Inédite car tout au long de la procédure, malgré les responsabilités qui lui incombent, le garde des Sceaux n’a cessé de mettre en cause l’impartialité du ministère public et des juges chargés de l’instruction de l’affaire, tentant de jeter le discrédit sur leurs décisions. Inédite car en cas de maintien dans ses fonctions, il s’exposerait à un nouveau conflit d’intérêts s’il devait nommer son propre accusateur après le départ du procureur général près la Cour de cassation. »

    Transparency France, pour sa part, demande le départ du garde des Sceaux. « Nous estimons que sa démission du gouvernement permettrait d’éviter que cette séquence ne nourrisse le sentiment de défiance de l’opinion publique à l’égard de l’ensemble de la classe politique », déclare l’association anticorruption.

    La présidente d’Anticor, Elise Van Beneden, estime quant à elle que « les procureurs de France ne peuvent pas rester sous l’autorité d’un homme qui laisse ses intérêts personnels interférer avec la mission de service public qui lui a été confiée. C’est ce qu’on appelle un conflit d’intérêts. M. Dupond-Moretti doit démissionner. »

  • ▶️ Emmanuel Macron à Pau/Pancartes confisquées chez un couple du Foirail : la police s’explique - La République des Pyrénées.fr
    https://www.larepubliquedespyrenees.fr/societe/polemique/venue-d-emmanuel-macron-la-police-confisque-une-pancarte-che

    Avant l’arrivée d’Emmanuel Macron, la police est montée dans les étages d’un immeuble du Foirail pour confisquer des pancartes brandies par des voisins du pôle culturel. Le patron des policiers s’explique.

    Le déploiement policier était massif dans les rues et autour de la place de Foirail pour cette venue présidentielle. Et les rares habitants qui se pressaient derrière les barrières pour essayer d’apercevoir Emmanuel Macron à son arrivée ont surtout touché de près la dimension sécuritaire qui entoure le déplacement d’un chef d’État.

    Malheur ainsi à ceux qui stationnaient derrière les barrières. « Ne restez pas statiques, il faut bouger » ont lancé plusieurs fois les policiers en direction de rares quidams, un peu trop immobiles à leurs yeux. « C’est la consigne que nous avons reçue » justifiait l’un d’entre eux.

    « #Macron, c’est l’étreinte » avec sa police

  • Macron, président minoritaire, la France menacée de paralysie politique – La Tribune
    https://www.latribune.fr/opinions/editos/macron-president-minoritaire-la-france-menacee-de-paralysie-politique-9224

    LÉGISLATIVES. Le second tour a amplifié, tout en la confirmant, la déconfiture électorale de la majorité présidentielle. Ensemble n’obtient qu’une majorité toute relative et face à la poussée de la Nupes et du RN, va devoir s’allier pour gouverner. Avec la droite républicaine ou avec la gauche de gouvernement ? Ou les deux selon les circonstances, comme Rocard entre 1988 et 1991 ? De la réponse dépendra le sort du gouvernement d’Elisabeth Borne, réélue dans le Calvados. Face au risque d’un blocage du pays, Emmanuel Macron entame son second mandat par un désaveu qui rend la situation politique très instable dans un moment où l’économie le sera tout autant.
    […]
    D’une certaine façon, nous avons donc peut-être assisté ce dimanche 19 mai à la fin de la Vème République telle que nous l’avons connue. Le régime, bousculé par la révolte des Gilets Jaunes au cours du premier quinquennat, bascule dans un parlementarisme qui reste à inventer dans un pays longtemps résigné à une pratique proche de la monarchie présidentielle. C’est à coup sûr la fin de l’hyper-présidence, l’exécutif étant contraint à une culture du compromis politique, ce qui n’est pas forcément une mauvaise nouvelle pour répondre à la crise démocratique.

    Pour Emmanuel Macron, le changement, c’est donc maintenant. Après une telle claque électorale, le président de la République va devoir prendre des décisions rapides : comme l’a dit Bruno Le Maire, « gouverner ne va pas être simple, il va falloir faire preuve de beaucoup d’imagination ». Macron pourra-t-il maintenir à Matignon Elisabeth Borne, certes réélue dans le Calvados, mais très fragilisée par la défaite de la majorité qu’elle était censée conduire à la victoire ? Elle a appelé dimanche soir à construire "une majorité d’action", un concept bien flou... Quel sera le sort de la réforme emblématique des retraites ? La droite se laissera-t-elle tentée comme le maire de Meaux Jean-François Copé par un "pacte de gouvernement" avec Ensemble ? Sur quelles bases ? Quel est enfin le risque de blocage du pays sous la pression d’un quatrième tour social dans la rue et d’un parlement rendu incandescent par la poussée de la Nupes ?

    Une chose est sûre, la stratégie d’ouverture à gauche en nommant Elisabeth Borne est un échec patent dont le président, qui a longtemps hésité à nommer Catherine Vautrin pour faire campagne à droite, devra tirer toutes les conclusions politiques. Quant à la possibilité d’une dissolution, le chef de l’Etat ne pourra pas en user avant dans un an, ce qui nous promet douze mois agités dans un contexte économique et géopolitique particulièrement incertain.

    • bah, il suffit qu’il négocie quelques dizaines de voix godillot avec LePen, moyennant finance [et ptet un ou deux ministres] et tout ira bien pour lui, non ? Il est pas si loin de sa majorité royale absolue playmobil, en réalité, s’il pousse la logique de collaboration avec le FN jusqu’au bout.

      aussi, le renouvellement démocratique commence par reconnaître officiellement que le peuple - dont des LR et des ENS - a voté pour et élu un peu moins de 100 fachos à l’Assemblée, alors faudrait voir à respecter ce nouvel ordre politique, non ? on passe pas un bloc de 15% des représentants de la nation comme ça sous le tapis juste pour faire croire qu’on est républicain, si ?

    • https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/06/20/emmanuel-macron-un-president-puni-a-la-tete-d-un-pays-en-territoire-inconnu-

      « Echec sévère », « défaite cuisante », « contre-performance »… La presse étrangère commente, lundi 20 juin, les résultats des élections législatives, qui ont vu le parti présidentiel et ses alliés récolter 246 sièges, perdant la majorité absolue, établie à 289 sièges sur 577. De l’Allemagne à l’Italie en passant par les Etats-Unis, les médias analysent pêle-mêle le taux d’abstention élevé, la nécessité pour Emmanuel Macron de trouver des alliances, la percée fulgurante de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) ainsi que le score historique du Rassemblement national (RN).

  • « Allo #franceinfo, je suis à chaque fois un peu plus sidéré de voir à quel point vous êtes devenu à présent la première radio à relayer une forme de propagande d’Etat. Mielleux avec le Régime, fielleux avec ses opposants. »


    https://www.francetvinfo.fr/societe/harcelement-sexuel/presidentielle-2022-pourquoi-les-derniers-chiffres-de-la-delinquance-ne

    Depuis leur parution, fin janvier, ces données du ministère de l’Intérieur sont analysées à l’envi au sein de la classe politique. Pourtant, ils ne permettent pas réellement d’évaluer la politique sécuritaire du gouvernement.

    Ils échauffent les esprits. En pleine campagne présidentielle, les chiffres de la délinquance publiés fin janvier donnent lieu à des passes d’armes régulières entre la majorité et l’opposition. Ils ont même valu au ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, un dérapage jugé « sexiste » avec la journaliste Apolline de Malherbe, qui lui demandait sur BFMTV si le gouvernement ne s’était pas « réveillé un peu tard » sur les enjeux de sécurité.

    • « Proche d’Emmanuel #Macron, le journaliste #Cyril-Graziani prend la tête du service politique du groupe #FranceTélévisions. Une nomination contestée, et qui pourrait bien nuire à l’indépendance de la rédaction... »

      Il textote avec Macron et finit à France Télévisions : Cyril Graziani nommé chef du service politique

      La direction de France Télévisions a annoncé vendredi plusieurs nominations. La plus notable : celle de Cyril Graziani, connu pour sa proximité avec Emmanuel Macron, à la tête du service politique du groupe. À près d’un an des élections présidentielles, des salariés s’inquiètent de l’indépendance de la rédaction…

      C’est une information qui a fait grincer des dents au sein de la rédaction de France Télévisions. Les salariés ont appris, au détour de rumeurs, puis officiellement ce vendredi 12 mars, que la rédactrice en chef du service politique Muriel Pleynet allait être remplacée par Cyril Graziani. Problème : ce dernier, ex-journaliste chez France Inter, aurait ses entrées auprès d’Emmanuel Macron.

      Plus précisément, il serait en contact « direct » avec lui. Un salarié du groupe déclare ainsi qu’« il se vante lui-même de commenter “The Voice” avec le président, le samedi soir, par texto ». Ayant longtemps gravité dans les sphères du pouvoir, son accès au cercle rapproché du président remonte déjà au quinquennat de François Hollande, autour duquel il a écrit un livre : Le premier secrétaire de la République où il raconte les coulisses du mandat. Connu pour son expérience de « journaliste de terrain », il serait apprécié de l’exécutif. Il a notamment relaté l’expérience de Macron lors des manifestations des gilets jaunes dans Le peuple et le Président et compte bien souvent parmi les premiers informés, grâce à ses sources proches de l’Élysée.

      Pour certains salariés de France TV, cette nomination met à mal l’indépendance du groupe télévisuel. Il est vrai que recevoir des informations directement du président ne facilite pas la prise de recul et l’objectivité que l’on attend d’un journaliste. Mais, plus grave encore, le problème vient du fait que le service politique va s’avérer extrêmement important à un peu plus d’un an des élections présidentielles. Faut-il donc y voir un parachutage téléguidé depuis l’Élysée ?

      C’est probable. Il est de notoriété publique que l’Élysée pèse beaucoup dans la présidence de France Télévisions. En effet, si c’est au CSA qu’il incombe de désigner, c’est, pour Renaud Revel, rédacteur en chef de l’Express, « bien le Président de la République qui tranche et donne l’imprimatur ». Ainsi, Delphine Ernotte, actuelle présidente du groupe connue pour ses fréquents biais idéologiques, a été nommée « avec François Hollande qui fut consulté par l’ancien président du CSA Olivier Schrameck ».

      Ici, la nomination, décidée par Delphine Ernotte et son bras-droit Stéphane Sitbon-Gomez, a été proposée par Laurent Guimier, directeur de l’information, et Diego Buñuel, directeur des programmes du groupe. Laurent Guimier est ainsi décrit comme quelqu’un qui « a la cote à l’Élysée » par Challenges – il avait d’ailleurs obtenu la première interview d’Emmanuel Macron après son élection. Diego Buñuel est quant à lui la caution « modernité » de France TV, et ce depuis juin 2020. Franco-américain de 45 ans, hors-sol, il a fait des documentaires pour Canal + ou, plus récemment, pour Netflix. Détail frappant : après l’élection d’Emmanuel Macron, il s’est fendu d’un tweet qui ne laisse pas place à l’interprétation : « Une nouvelle ère s’ouvre pour la France, formidable, à 39 ans. Bravo aux Français pays des droits de l’Homme ».

      On l’aura compris, celui qui remplace Muriel Pleynet à la tête du service politique n’est pas très loin de l’idéologie macroniste. Cette dernière n’est certes pas complètement éjectée puisqu’elle a été désignée pour reprendre la rédaction en chef de l’émission politique de France 2 « Vous avez la parole ». Pourquoi, alors, a-t-elle été évincée de sa place ? Elle n’a pourtant « pas démérité » pendant son mandat selon des salariés. Le siège de chef du service politique est-il trop important pour la #macronie ?

      Peut-être que l’Elysée voyait d’un mauvais un œil ses positions parfois critiques envers le président. Elle relayait en effet en janvier 2019 un article de Slate intitulé « Emmanuel Macron, le journalisme de cour et le contrôle des médias », ou encore un édito du Point nommé « Macron ou la tentation de la "Pravda" ». Curieusement prémonitoire.

      Difficile, dès lors, de croire sur parole le directeur de l’information Laurent Guimier qui déclarait samedi au JDD que « France Télés est plus indépendant que jamais » et qu’il veut « renforcer le pluralisme ».

      Source : frontpopulaire.fr

  • « Les #cabinets-de-conseil coûtent entre 1,5 et 3 milliards par an à l’Etat »
    https://www.lopinion.fr/fabrique/les-cabinets-de-conseil-coutent-entre-1-5-et-3-milliards-par-an-a-letat

    Matthieu Aron et Caroline Michel-Aguirre ( grands reporters à “l’Obs” ) : « On fait comme si les hauts fonctionnaires étaient nuls. Mais alors, pourquoi continuer à les embaucher ? Les rapports de l’Inspection des finances, de l’IGAS, de la Cour des comptes sont-ils voués à rester lettre morte ? »

    Créée en novembre 2021 au Sénat, la Commission d’enquête sur « l’influence des cabinets de conseil sur la conduite des politiques publiques » auditionne ce mercredi les responsables de la SNCF, d’EDF et de La Poste après avoir entendu les dirigeants de plusieurs structures comme McKinsey ou le Boston Consulting Group. Le livre-enquête Les Infiltrés dénonce la montée en puissance des consultants au cœur du pouvoir qui, selon ses auteurs, dépossède l’administration de compétences essentielles.
    Les cabinets de conseil, tels McKinsey, Boston Consulting Group ou Bain, sont dans le collimateur depuis la crise sanitaire. Quel a été le montant de leurs interventions  ?

    Matthieu Aron et Caroline Michel-Aguirre : L’enveloppe globale s’élève à 24,6 millions pour les seuls dix-huit premiers mois de la crise, soit 47 contrats signés avec 7 entreprises de consulting. McKinsey a perçu la plus grosse part (10,7 millions). Dès mars 2020, la problématique des masques était au cœur de ces demandes avec l’évaluation des stocks, les questions de logistique, à raison d’un contrat toutes les deux ou trois semaines. Ont suivi des marchés sur les tests, l’approvisionnement en réactifs, puis sur la stratégie vaccinale.

    En 2015, la Cour des comptes estimait le coût du recours aux cabinets de conseil à environ 150 millions d’euros par an entre 2011 et 2013. Vous évoquez aujourd’hui une fourchette globale dix à vingt fois supérieure : entre 1,5 et 3 milliards d’euros.
    Comment êtes-vous arrivés à un tel montant  ?

    M. A. : La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin, reconnaît elle-même que l’Etat ne sait pas combien il dépense. Cela pose un vrai problème. Notre estimation repose sur les données des organisations professionnelles qui évoquent une fourchette entre 730 et 820 millions d’euros pour 2019. Les dépenses suivant une trajectoire ascendante, nous sommes probablement très largement au-dessus aujourd’hui.
    On est loin des 3 milliards…

    M. A. : Il faut ajouter les achats de conseil en informatique. Le numérique est l’un des principaux enjeux de transformation de l’Etat aujourd’hui. Le dernier bilan publié par la Cour des comptes, dans lequel n’entrent pas les marchés passés par les collectivités, fait état de 830 millions d’euros de commandes de l’Etat en 2018. Un chiffre lui aussi en constante augmentation (660 millions en 2016, 738 millions en 2017, 828 millions en 2018) et dont on peut estimer qu’il est aujourd’hui au-dessus du milliard. D’autres sources institutionnelles nous confortent dans ce chiffrage.

    Qui préside aujourd’hui l’Ecole polytechnique  ? Qui a fondé l’Ecole d’affaires publiques de Sciences Po  ? Qui s’occupe des cours de modernisation de l’Etat pour les futurs fonctionnaires  ? Les consultants sont présents tout au long de la chaîne de formation des idées. Mais l’Etat n’est pas victime, il est consentant

    #saccage-de-l'état

  • « En proposant Jacqueline Gourault au conseil constitutionnel, Macron confirme que cette institution n’est pas la gardienne de la Constitution mais une #chambre-d’enregistrement dispendieuse où l’on recycle ses obligés pour entretenir l’impunité de caste. »


    https://www.lesechos.fr/politique-societe/gouvernement/emmanuel-macron-nomme-le-ministre-jacqueline-gourault-au-conseil-constituti

    Une nomination politique

    Comme il l’a fait en 2019 en nommant Jacques Mézard, Emmanuel Macron procède à une nomination politique au #Conseil-constitutionnel, en envoyant clairement un signe au Modem. A moins de huit semaines du premier tour de la présidentielle et avant une déclaration de candidature très attendue, le président sortant consolide sa majorité.

    Au Conseil constitutionnel, Jacqueline Gourault va retrouver plusieurs personnalités politiques, à commencer par Laurent Fabius, son président, nommé en 2016 par François Hollande, Alain Juppé, nommé en 2019 , et Jacques Mézard, ancien ministre de l’Agriculture et de la Cohésion des Territoires d’Emmanuel Macron.

    Depuis la réforme constitutionnelle de 2008, la nomination de Jacqueline Gourault doit encore cheminer au Parlement. Elle sera soumise à l’avis de la commission permanente compétente de chaque assemblée. Une formalité au Palais-Bourbon.
    Nomination de Véronique Malbec et de François Séners

    De son côté, le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand (LREM), a lui proposé de nommer au Conseil constitutionnel Véronique Malbec, ancienne directrice de l’Ecole nationale de la magistrature et actuelle directrice de cabinet du garde des Sceaux. Le président du Sénat Gérard Larcher va, lui, nommer François Séners, un conseiller d’Etat. Ces personnalités ont vocation à succéder à trois femmes, qui arrivent au terme de leur mandat : Nicole Maestracci, Claire Bazy Malaurie et Dominique Lottin.

    Conclusion : la #macronie cherche à s’installer durablement pour finir le travail de sape.

  • « un idéologue à l’école » : les connexions avec l’extrême droite et l’enseignement privé ainsi que sur la main-mise opérée sur la haute administration.


    https://www.politis.fr/articles/2022/02/jean-michel-blanquer-un-ideologue-a-lecole-44067
    Autoritaire et sensible aux idéologies d’extrême droite, Jean-Michel Blanquer a patiemment tissé ses réseaux.

    Avec la rédaction de #Politis, nous avons dressé le bilan réel de la macronie. Après 5 ans de #blanquérisme, l’école et ceux qui la font vivre se sentent usés, relégués, méprisés. Mais sous les cendres de la fatigue et du renoncement, la braise de la résistance est encore vive.

    Comment la #macronie a abimé l’école !

    • « Quel drôle de signal, à deux mois de la présidentielle, que de mettre en lumière un inspecteur général de philosophie manifestement très préoccupé par la place du christianisme dans le champ éducatif »

      https://www.telerama.fr/debats-reportages/conseil-superieur-des-programmes-blanquer-tend-il-le-baton-pour-se-faire-ba

      L’image du ministre de l’éducation ne risque pas de s’améliorer : il a nommé Mark Sherringham à la tête de la stratégique instance. L’homme, controversé, avait plaidé pour la réintroduction du christianisme dans l’école publique.

      Maso, le ministre de l’Éducation ? On va finir par croire que Jean-Michel Blanquer a décidé de se saborder, accablé par une année 2022 qui lui file entre les doigts. Rien ne va plus depuis ce dimanche 2 janvier où il réserva la primeur de l’annonce d’un nouveau protocole sanitaire – conçu à Ibiza – aux lecteurs du Parisien. Une grève monstre des enseignants est venue pointer sa méthode de gouvernance. Ces derniers jours, le recul problématique du nombre d’heures de mathématiques dispensées au lycée remet en cause ses réformes elles-mêmes.

      Et voilà que le ministre nomme à la tête du Conseil supérieur des programmes un ancien conseiller de Raymond Barre, François Fillon et Xavier Darcos, connu pour vanter « l’idéal civilisateur du christianisme » et plaider pour sa réintroduction dans l’école publique. L’annonce a déclenché l’indignation sur les réseaux sociaux.

      Drôle de signal

      Nous ne ferons pas ici le procès de Mark Sherringham, nous ignorons ses intentions. Mais tout de même, quel drôle de signal, à deux mois de la présidentielle, que de mettre en lumière un inspecteur général de philosophie manifestement très préoccupé par la place du christianisme dans le champ éducatif. On le sait, le Conseil supérieur des programmes, créé en 2013 par la loi Peillon, est une instance hautement stratégique.

      « C’est un outil pour imprimer une marque idéologique sur les programmes », dénoncent régulièrement les syndicats enseignants. Assurément le théâtre de vives tensions, particulièrement sous le mandat de la philosophe Souâd Ayada qui, avant de laisser sa place à Mark Sherringham, aura rudement bataillé contre les « pédagos », ces partisans de l’Éducation nouvelle honnis par Jean-Michel Blanquer. On doute que son successeur change de cap.

    • Tiens Ali Baddou a invité le macroniste #Philippe-Aghion sur #franceinter : en direct du monde parallèle de la macronie ; sur l’#éducation un programme disruptif : réinventer les gadgets sarkozystes pour imposer l’autonomie des établissements, gérer les écoles sur le modèle de la compétitivité, donner une allocation de 800 euros aux jeunes sortis du foyer fiscal mais conditionnée à la réussite et financée par l’allongement de l’âge de départ à la retraite...

      On lui fait remarquer que sa proposition est décalé par rapport à ce que propose Macron, il répond « vous n’avez pas vu encore son programme ! »

      Aghion :"j’ai cru à la réforme par points et j’ai eu tort ". « Les enseignants ont eu bien raison de pas croire au système par points, ils ont vu tout de suite qu’ils se faisaient avoir, moi je ne l’avais pas vu. »

      Aghion veut rétablir la propédeutique ! il s’est pas aperçu que parcours sup et la réforme du lycée conduit à des logiques d’orientation précoces et inégalitaires ! Aghion est visiblement un adepte de « l’entreprise organique » un peu comme le startuper millionnaire principal financeur de la #primairepop.

      « Le quinquennat précédent a été celui de la libéralisation, le prochain doit être celui de l’investissement ».

      « les inégalités ont explosé » Aghion : « mais pas chez nous », « le modèle social a tenu ».

      Le modèle social ne doit rien ni à Macron ni à Aghion qui ne cessent de le dégrader !

      Aghion professeur d’une pseudo science prétentieuse « ce qui est nouveau c’est qu’on confronte les théories avec les données »

      Ce clown d’Aghion comme d’habitude depuis 5 ans nous dit que le macronisme sera social, dans un futur proche.

      https://rf.proxycast.org/d8c1ea2d-cc72-4de1-b707-f45ba366a37c/18558-12.02.2022-ITEMA_22931027-2022F30378S0043-22.mp3


      à partir de 55.53 (jeunesse retraite éducation)

      Emission du samedi 12 février de 12h à 14h.

      ► Philippe Aghion, économiste et professeur au Collège de France (titulaire de la chaire Economie des institutions, de l’innovation et de la croissance) et à la London School of Economics, est l’invité de cette édition autour du thème : La République a l’épreuve des inégalités : comment réinventer le modèle social français ?

  • « Nathalie Loiseau a été diplomate, puis en charge de l’ENA, puis ministre chargée des affaires européennes.

    Ceci expliquant celà.

    La #Macronie a réunit les champions les plus subtils et les plus intelligents... »

    Gros succès. C’était une GUD idea.
    Allez Hop Suiiisse ! 🇨🇭 Hop Schwitz ! 🇨🇭

    La stratégie macronienne de la désescalade : détourner l’attention de Poutine en envoyant Nathalie Loiseau créer la tension avec la Suisse.
    C’est un coup à 3 bandes…
    #Génie

    PS : La candidate LREM aux européennes avait rejoint en 1984, à Sciences Po, la liste d’un syndicat d’extrême droite « né sur les cendres » du GUD (le Groupe union défense, une organisation étudiante d’extrême droite )

  • « Bref, Lionel Corre est un pur macronien.
    Dans une démocratie, il devrait être interdit de faire la navette entre le public et le privé pour faire du pognon dans le privé en utilisant son carnet d’adresse acquis dans le public, pas ici.
    Ce pays est malade… »
    #McKinsey #BCG #Macronie

    Quand le Trésor public félicite un haut-fonctionnaire pour un pantouflage
    https://www.marianne.net/economie/finance/quand-le-tresor-public-felicite-un-haut-fonctionnaire-pour-un-pantouflage

    Sur le réseau LinkedIn, Le haut-fonctionnaire Lionel Corre a été félicité par le Trésor public pour son passage du service d’État au groupe privé de conseil Boston consulting. La preuve que le pantouflage est bien ancré dans les mœurs.

    On trouve de tout sur le réseau social professionnel LinkedIn… et même un service d’État qui félicite l’un de ses agents pour un pantouflage ! Ainsi, l’ancien sous-directeur des assurances à la direction générale du Trésor (DGT) Lionel Corre a reçu les louanges de son ex-employeur pour avoir rejoint le cabinet de conseil Boston consulting group, un prestigieux cabinet de conseil en stratégie. Sur le visuel partagé par la DGT sur le réseau social LinkedIn, sa nomination au poste de « Partner Finance » prend des airs de promotion.

    • « Un pantouflage salué en fanfare », une « république bananière » ou encore « une collusion publique privé renforcée » : les critiques pleuvent en commentaire de la publication pour dénoncer cette communication hasardeuse. Que l’on annonce le départ d’un haut fonctionnaire public vers le privé est tout à fait normal et même recommandable, mais de là à s’en vanter… Les allées et venues de ces fonctionnaires, passant du service de l’État aux sirènes du bizness et du privé, sont tellement rentrées dans les mœurs que les intéressés ne semblent plus voir le problème.
      Un « cursus honorum »

      « Partir à Boston consulting group, pour #Lionel-Corre, c’est vraiment un accomplissement, le signe de sa valeur », ironise auprès de Marianne Michel Crinetz, ancien superviseur financier. Le départ du haut fonctionnaire n’a rien d’étonnant selon lui. « Ses orientations de droite libérales étaient connues de tous dès le départ précise-t-il. Ça a joué dans sa nomination au Trésor et dans les réformes qu’il a impulsées. » Les allées et venues entre public et privé sont devenues monnaie courante aujourd’hui, d’après Michel Crinetz. « Il ne se passe pas un mois sans mouvement de porte tournante, au niveau français et européen. Ça fait partie du cursus honorum et ce genre de carrière est d’autant plus valorisée qu’elle additionne les postes sur le CV. »

      Cette pratique n’est pas nouvelle pour autant. On peut dater le début progressif des pantouflages aux années 80, et plus précisément au tournant de la rigueur sous François Mitterand et Pierre Mauroy en 1983. « La tendance s’est confirmée dans les mandats de droite comme de gauche qui ont succédé et s’est particulièrement accentuée sous Macron, analyse l’ancien superviseur financier. Auparavant c’était plus discret car ces fonctionnaires pouvaient travailler dans des sociétés nationalisées. »

      La place prépondérante des cabinets

      Mais ce n’est pas parce que Lionel Corre part dans le privé qu’il ne pourra pas faire facturer ses services par l’État. Les cabinets comme #BostonConsultingGroup où il a été nommé, ou le cabinet #McKinsey, sont de plus en plus sollicités par l’État pour produire des notes de conseil. Entre mars 2020 et janvier 2021, le ministère de la Santé a ainsi dépensé 11,35 millions d’euros auprès de sept cabinets différents pour être épaulé sur la gestion de la crise sanitaire. Matignon a même annoncé au début de l’année dernière 65 millions de dépenses annuelles en « conseil en stratégie et organisation » entre 2018 et 2020, tous ministères confondus.

      Avant de quitter le Trésor pour travailler dans le privé, Lionel Corre doit toutefois soumettre un dossier de déontologie qui doit permettre de savoir si son départ est autorisé. Les contrats peuvent spécifier qu’il ne puisse pas entretenir de relation avec d’anciens collègues, détaille Michel Crinetz. « C’est déjà arrivé qu’un départ soit interdit. » Mais l’ancien superviseur financier craint que des délais de confidentialité trop courts ne soient fixés. « Et puis, ces clauses ne sont pas toujours respectées … »

  • Le média en ligne « #QG » dénonce sa « #censure » par YouTube

    « Le reste de la presse devrait se réveiller. Sinon, qui empêchera Youtube, et les autres plateformes, de déterminer qui peut parler et qui doit être réduit au silence ? »
    https://reporterre.net/Le-media-en-ligne-QG-denonce-sa-censure-par-YouTube

    Dans un tweet posté le 31 janvier, le média en ligne QG dénonce son « shadow banning » (« bannissement fantôme ») par la plateforme de diffusion de vidéos YouTube. Ce bannissement est en fait une #invisibilisation : les #algorithmes de #YouTube rendent peu visibles aux internautes les sujets présentés par le média.

    Cette invisibilisation, explique à Reporterre Aude Lancelin, directrice de QG, a commencé en juillet 2021, à la suite de la participation du professeur Christian Perronne à un #débat [ démocratique équilibré ] avec le docteur Jean-Michel Constantin, du service de réanimation de l’hôpital Pitié-Salpêtrière. M. Perronne défend des positions mettant en doute l’utilité des vaccins Pfizer et Moderna contre le Covid. « Il était confronté à un médecin hospitalier qui l’a contredit pied à pied », précise Aude Lancelin. Le débat a été diffusé en mai 2021. Un best off a ensuite été diffusé en juillet 2021. La vidéo entière de l’émission a alors été supprimée par YouTube, qui a envoyé un « avertissement » à QG. Motif : « violation des droits de YouTube » et un contenu « pas en accord avec notre règlement à ce sujet ».


    « Il s’agit d’une censure qui ne dit pas son nom »

    Depuis, le nombre de vues des vidéos de QG vues sur YouTube, quel qu’en soit le sujet, sont à un niveau très bas, alors que sur Facebook, il reste à son niveau habituel. Dans un courriel à YouTube, le média en ligne écrit : « Nous observons une baisse significative du nombres de vues sur nos vidéos. De plus, après plusieurs essais, nous avons constaté que certains contenus exactement identiques aux nôtres mais postés sur des chaînes différentes réalisaient un nombre de vues bien supérieur, sur des chaînes dont le nombre d’abonnés est comparable à la nôtre. (…) La baisse de visibilité est réellement significative depuis que nous avons reçu cet avertissement. (…) YouTube a été un des leviers majeurs de notre essor et cette soudaine invisibilisation pourrait mener à des conséquences néfastes à terme. » QG n’a reçu aucune réponse de YouTube.

    « Il s’agit d’une censure qui ne dit pas son nom », dit Aude Lancelin à Reporterre. « On n’a pas fait énormément de contenus sur ce sujet, mais il faut donner la parole, non pas à des fous, mais à ceux qui discutent le passe vaccinal et qui discutent l’obligation vaccinale. » Elle précise que QG a suivi des manifs de Gilets jaunes contre le passe vaccinal, « mais jamais Philippot [leader d’extrême droite venant du Rassemblement national] et les gens de cette mouvance ».

    YouTube opère souvent des retraits de vidéos selon des critères opaques

    QG, qui compte une équipe d’une dizaine de personnes dont cinq journalistes, est un média reconnu par la CPPAP (Commission paritaire des publications et agences de presse), et membre du syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (le Spiil), dont font partie de nombreux #médias-indépendants, tels Reporterre ou Mediapart.

    YouTube opère souvent des retraits de vidéos selon des critères opaques. En janvier 2022, la plateforme a retiré un discours à… l’Assemblée nationale du député La France insoumise Bastien Lachaud.

    Reporterre a cherché à joindre YouTube France pour connaître son point de vue. Mais il n’a pas été possible de parler à une personne humaine, le standard téléphonique n’ouvrant pas la possibilité d’un tel échange.

    • Pour chaque Post d’articles de Reporterre le fan-club des « anticomplotistes » :p se déchaîne désormais contre lui. Bientôt plus personne Ici va oser le référencer sans être taxer de complotiste ou de confusionniste ou même de (beurk) covidonégationniste !

      Je m’attend au pire avec celui là !

    • Remettre en question la politique autoritaire (censure de Médias indépendants comme Nantes Révoltée et QG par la plateforme Youtube ) ni surtout la #politique-non-sanitaire en Macronie mais pas que, est désormais suspect !

      Pourtant au Sénat, Véran ...

      « Le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a été auditionné ce 2 février 2022 par la commission d’enquête du Sénat sur l’influence des cabinets conseil. La rapporteure lui a demandé des explications, en lui soumettant plusieurs documents auxquels a participé le cabinet McKinsey. »
      https://www.youtube.com/watch?v=hnQvDere0Zg

      Véran avoue carrément que #McKinsey n’est mentionné sur aucun des documents qu’ils ont rédigés puisque c’est toujours le logo du ministère de la santé qui apparaît dessus.

      Tout est toujours flou en #macronie parce que tout n’est qu’arnaque…

      Cette scène surréaliste où Véran bafouille, tempête et nie l’évidence quand on lui explique qu’on a payé 700 000€ 2 personnes de #McKinsey pour des missions floues, c’est l’illustration parfaite du vol en bande organisé auquel se livrent #Macron-et-sa-bande.

      La première action de n’importe quel nouveau président devait être de lever le #secret-défense sur cet iceberg de magouilles, dont on devine que la partie immergée est immense, qu’est la politique non-sanitaire de cette fine équipe de truands…

      Ils en pensent quoi les candidats ?

      Véran explique au Sénat qu’il a dépensé 26,8 millions en cabinets de conseil depuis 2020 pour des plans moisis qui ne l’ont soit-disant pas aidé à prendre ses décisions, sans qu’on sache ce qui vient de #McKinsey ou de l’administration.

      L’arnaque du siècle !

      #VeranDemission

      https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/a-aucun-moment-mckinsey-ne-m-a-fait-prendre-une-decision-en-lien-avec-la

      Il n’y a pas une once d’humanité dans la politique de Macron.

      Ce n’est pas un rempart, c’est déjà le fascisme !

  • Gabriel Attal, sur le projet du futur candidat Macron : « On veut aussi poursuivre la redéfinition de notre #contrat-social, avec des devoirs qui passent avant les droits, du respect de l’autorité aux prestations sociales. » #LesDevoirsAvantLesDroits

    Attal, l’archétype du parvenu, _le sniper de la #Macronie_, "sceptique", samedi dans le Parisien payant, sur l’utilité d’un débat pour Macron avant le premier tour. [ pour cause de bilan lamentable et indéfendable ! ]

    Comme toujours avec cette bande désorganisée de #tyrans-infantiles, il fallait payer pour lire les propos hallucinants d’Attal qui joue le rôle de porte-parole de la campagne non-déclarée de Macron avec de l’argent public.

    Propos que j’ai pu retrouver ici :
    https://www.bfmtv.com/politique/elections/presidentielle/gabriel-attal-sceptique-sur-l-utilite-d-un-debat-pour-macron-avant-le-premier

    Gabriel Attal estime qu’un débat télévisé avant le premier tour "montrerait un manque d’exigence démocratique". S’il est organisé, la participation d’Emmanuel Macron n’est "pas d’actualité".

    "Le président a toujours montré son intérêt pour la confrontation d’idées. Mais à quoi ressemblerait ce débat de premier tour ? Douze candidats cherchant pendant 1h50 leur ’moment’ avec le président, qui aurait dix minutes pour leur répondre. Je suis sceptique face à un tel format qui montrerait surtout un manque d’exigence démocratique", estime ce proche du président sortant dans un entretien mis en ligne samedi soir.

    Alors que les oppositions poussent Emmanuel Macron à annoncer enfin sa candidature pour que la campagne démarre vraiment, Gabriel Attal estime que "l’absence de débat est le fait des candidats déclarés" qui "installent une campagne de morts-vivants".

    Il accuse les oppositions d’avoir une vision noire et pessimiste d’une France où « tout était mieux avant ».

    "À les écouter, tout était mieux hier et tout sera pire demain. Où est la foi dans les Français ? Notre pays regorge de créativité, d’audace. Emmanuel Macron a fait entrer notre pays dans le temps des conquêtes. Quand la situation sanitaire et internationale le permettra, il proposera, je l’espère, d’aller plus loin encore pour l’avenir ", insiste-t-il, sans s’avancer quand le chef de l’Etat pourrait descendre dans l’arène.

    Pour ce qui est du projet du futur candidat Macron, le porte-parole dit, sans plus de précisions : "dans l’après-Covid, on veut continuer à réinventer notre modèle productif par l’investissement, la compétitivité, la décarbonation. On veut aussi poursuivre la redéfinition de notre contrat social, avec des devoirs qui passent avant les droits, du respect de l’autorité aux prestations sociales ."

    Concernant les adversaires politiques, ce sniper de la macronie estime que " les partis de gauche sont au bout d’un cycle" et qu’à droite, "il y a un mercato entre LR, le RN et Zemmour", un "match à trois" qui "s’est transformé en triangle des Bermudes "

  • Tout va à vélo... On est bien contrarié ( :-D :-D :-D ) de relayer Rioufol qu’on aurait maudit il y a quelques années en le traitant lui-même de fasciste, mais...

    Contre Zemmour, les méthodes fascistoïdes de la macronie

    "Eric Zemmour les rend fous. Ce week-end, les macronistes réunis à Avignon se sont déchaînés contre le journaliste, qui s’achemine à grands pas vers une candidature à la présidentielle. Christophe Castaner, le patron des députés LREM, n’a pas craint le propos absurde en déclarant en préalable : « L’outrance n’est que l’arme des pleutres », avant de qualifier lui-même Zemmour d’ « ennemi politique que nous devons considérer comme tel, et le combattre sur tous les fronts ». C’est avec la même subtilité que François Patriat, chef des sénateurs macronistes, a présenté le perturbateur en « sympathisant de Vichy ». Mais les propos les plus fascistoïdes ont été tenus, dimanche, (...)"

    https://blogrioufol.com/contre-zemmour-les-methodes-fascistoides-de-la-macronie

    #vangauguin #politique #France #fascisme #macronie #Rioufol #société #changement

  • L’incompréhensible augmentation de l’enveloppe de frais des députés Barthélémy Philippe
    https://www.capital.fr/economie-politique/lincomprehensible-augmentation-de-lenveloppe-de-frais-des-deputes-1392496

    Bis repetita… En octobre 2019, la décision des questeurs — chargés de l’administration financière de l’Assemblée nationale — d’augmenter la dotation d’hébergement mensuelle des députés de 900 à 1.200 euros, avait suscité la polémique. Monté au front médiatique pour éteindre l’incendie, le premier questeur, Florian Bachelier (LREM), avait justifié cette dépense supplémentaire, en expliquant qu’elle entraînerait à terme... des économies, par le moindre recours des députés aux nuitées d’hôtel payées par l’Assemblée nationale. Un pari audacieux, dans le contexte d’une institution qui puise régulièrement dans ses réserves pour présenter un budget équilibré.

    Un an et demi après ce premier “coup de poker”, le collège des questeurs vient de récidiver en augmentant de 15% la dotation matérielle des députés (DMD), une enveloppe spécifiquement dédiée aux frais de téléphonie, de taxis/VTC, et d’affranchissement du courrier. Auparavant fixée à 18.950 euros annuel, celle-ci s’élève donc désormais à 21.700 euros, comme l’ont révélé nos confrères de la Lettre A. Portée par le premier questeur, Florian Bachelier, cette mesure sera compensée par des économies, dont la nature n’a pas été précisée. Officiellement, la hausse de la DMD aura pour but de compenser les dépenses supplémentaires des députés (l’affranchissement, notamment) pour garder le contact avec les électeurs malgré la pandémie. Selon nos informations, il s’agirait plutôt d’un "cadeau" à la cinquantaine de députés qui ont dépassé le plafond autorisé de la DMD, au titre de l’exercice 2020.

    Était-ce bien nécessaire ? Pas pour Laurianne Rossi. En rupture avec ses deux collègues questeurs, Florian Bachelier et Eric Ciotti (LR), la députée LREM des Hauts-de-Seine a fait savoir à Capital qu’elle était “défavorable à cette hausse injustifiée”. Minoritaire, elle n’a toutefois pas pu s’y opposer. Pourtant, les arguments ne manquent pas. Outre l’indifférence au contexte économique difficile qu’elle suppose, la décision d’augmenter la DMD de 15% a été prise en dépit de sa sous-utilisation chronique par l’écrasante majorité des députés. Pour rappel, ces derniers disposent également d’une avance de frais de mandat (AFM) de 5.600 euros par mois pour faire face à leurs dépenses professionnelles.

    Dans le détail, en 2019, seuls 39 d’entre eux (sur 577) avaient consommé la totalité de leur DMD, soit 18.950 euros. Cette même année, le taux d’utilisation global de la DMD représentait seulement 54% (en hausse par rapport à 2018) du montant maximal théorique de l’enveloppe, fixé à 11 millions d’euros environ. En 2020, la hausse des frais d’affranchissement du courrier, voire de la téléphonie, liée à la crise sanitaire, a été contrebalancée par un moindre recours aux taxis et VTC. Résultat, le taux d’utilisation de la DMD a encore reculé. Selon nos informations, il est même passé en dessous de 50% ! Dans son rapport consacré à la mission “Pouvoirs publics” du budget 2021, le député UDI Christophe Naegelen avait d’ailleurs relevé une très forte sous-exécution des crédits alloués aux voyages, déplacements et charges de représentation, lors du premier semestre.

    Pour la députée (LR) Marie-Christine Dalloz, présidente de la commission spéciale chargée de vérifier et d’apurer les comptes de l’hémicycle, la hausse de la dotation matérielle des députés est totalement injustifiée. “Les questeurs augmentent la DMD pour quelques dizaines de députés qui la consomment entièrement, voire dépassent le montant autorisé. Lâchez-vous, vous pouvez y aller ! C’est ça le message ? Je suis inquiète de la progression de toutes les dotations aux députés sur ce quinquennat, en dépit du budget déficitaire de l’Assemblée ! ”, soupire l’élue jurassienne, que Capital a contactée.

    Contactés, ni Florian Bachelier ni Eric Ciotti n’ont répondu à nos questions.

  • Vous vous souvenez quand les gens applaudissaient aux fenêtres le soir à 20h00 ?

    TEMOIGNAGES. Des soignants expliquent pourquoi ils refusent de se faire vacciner contre le Covid-19
    https://www.ouest-france.fr/sante/vaccin/temoignages-des-soignants-expliquent-pourquoi-ils-refusent-de-se-faire-

    Par ailleurs, certains soignants déplorent être le centre du débat de la vaccination obligatoire. « On parle des soignants, qu’il faut protéger les patients du Covid, mais les familles ? Elles ne prennent pas plus de précaution et ce sont pourtant les premières à contaminer leurs parents, interpelle Martine. On ne peut pas mettre sur le dos des soignants la contamination. » Elle dénonce un manque de « reconnaissance » à l’heure où elle et ses collègues « subissent le Covid en sous-effectifs », rendant la prise en charge « difficile des patients pour donner des soins de qualité ».

    Un sentiment amer que partage Célia : « On a l’impression que nous, les soignants, si on ne se fait pas vacciner, on est les bêtes noires ». Elle assure pourtant faire preuve de sens moral en prenant des précautions : en se faisant tester en cas de symptôme notamment et en minimisant les risques d’infections. « On n’est pas à l’abri de transmettre le virus surtout avec le variant Delta, mais pour le moment je fais très attention, assure-t-elle. Ça fait longtemps que je n’ai pas vu mes amis, je porte le masque et quand quelqu’un dans le bus n’a pas le masque je n’y rentre pas. Je prends des précautions : je ne vais pas dans les concerts... Ma vie, c’est maison, travail, travail, maison », résume-t-elle.

    • @biggrizzly pour pouvoir te répondre, il faut déjà préciser qu’être vacciné ne protège pas totalement d’être infecté et de transmettre. Dans les deux cas le taux est à peu près de 90%. (soit 10 fois moins qu’une personne vaccinée, ce qui est « pas mal » mais pas suffisant pour garantir quoi que ce soit dans un milieu confiné comme un hôpital).
      Ceci étant précisé, ta question perd elle aussi environ 90% de son sens.

    • @mad_meg

      Covid-19 : vacciné, peut-on s’infecter et transmettre le virus ? | CNRS Le journal
      https://lejournal.cnrs.fr/billets/covid-19-vaccine-peut-sinfecter-et-transmettre-le-virus

      Selon ses résultats, trois à quatre semaines après la première dose, la fréquence des infections asymptomatiques (personnes positives au test mais n’ayant aucun symptôme de la maladie) est réduite de 52 % par rapport à la population contrôle, et ce sans variation notable en fonction de l’âge, du sexe, des comorbidités, etc.

      Cette réduction du nombre d’infections grimpe à 90 % dès sept jours après la seconde dose. Cela signifie, dans le cadre de cette étude, qu’une semaine après avoir reçu sa deuxième dose de vaccin, une personne a dix fois moins de risque d’être infectée sans le savoir et de potentiellement transmettre le virus.

    • Les vaccins actuels ne sont pas parfaits, mais ils réduisent les formes graves, ils réduisent la capacité du virus à se reproduire dans l’organisme vacciné, et ils réduisent donc sa capacité à se transmettre depuis l’organisme vacciné. Un soignant vacciné pourra être atteint, mais il aura moins de chance de le transmettre.

      C’est pour cela que cette volonté tenace de supprimer le port du masque est consternante. Le masque est indispensable, même quand on est vacciné, et même quand on est un soignant, et il le restera aussi longtemps qu’une stratégie de suppression ne sera pas suivie et le nombre de cas réduit à peau de chagrin.

      Ces raisonnements sont statistiques, au sens où il s’agit de probabilités additionnées les unes aux autres. Le vaccin, tout imparfait qu’il soit, réduit l’ensemble des probabilités de la chaine de contamination. Tout comme le masque.

      Notez que j’ai au moins un exemple proche de covid nosocomial, le type à qui on a imposé une quatorzaine stricte sans possibilité de voir la famille pour rentrer en maison de rééducation, et qui en est ressorti sans pouvoir voir sa famille, non plus, parce qu’atteint du covid. Il en est mort.

      La faute à pas de chance, ou la faute à tous ces crétins qui ne comprennent rien aux probas et veulent pouvoir continuer à toucher leur salaire en faisant le contraire de ce qu’ils sont supposés faire ?

    • J’en rajoute une couche.
      Ces crétineries de cour de récré, ça devient fatigant.
      La réunion post-enterrement à l’automne dernier (le vieux mort de vieillesse) où toute la famille enlève les masques, ferme les fenêtres, et te regarde comme un débile avec ton FFP2, c’est lourd.
      Tous, là, ils continuent avec leurs certitudes que ça n’existe pas. Ne portent le masque que quand ça coûte 135€ de ne pas le porter. Ils font partie des 60% de la population qui est passée au travers et qui pense que ça n’existe pas, et qui pense que les vaccins, c’est le mal. Ces crétins, ils ont eu un oncle qui a vécu avec des séquelles de la polio, le vaccin est arrivé juste après qu’il soit atteint, mais en 2021, ils décident que les vaccins, c’est caca. « yapahasséderecul ». Ils n’ont plus de gamin à l’école et ils n’ont pas eu à subir un enseignement massacré.

      Le variant Delta, ça va être le massacre. Il se propage comme une trainée de poudre. Les « qui se croient plus fort que les probas », ils vont déguster. Et je vais m’en foutre. Un an et demi à tâcher d’expliquer, avec délicatesse, gentillesse, douceur. Et on en est toujours au même point. Avec des crétins au gouvernement qui jouent la montre, et sont finalement aussi nocifs et bas du front que Bolsonaro.

      Hier, en même temps, tu pouvais lire dans les mêmes journaux : « le gvt va prendre des décisions en conseil de défense extraordinaire sanitaire » et « la dernière étape du déconfinement arrive, ce qu’il va se passer ». Des crétins, partout.

    • Tiens, le refus de la vaccination par les soignants (avec ce vaccin, déjà inoculé à plusieurs centaines de millions d’individus), ça me rappelle le refus du lavage des mains par les chirurgiens quand ils passaient de la morgue aux salles d’accouchements. Même après la démonstration que ça évitait des mortes, ils ont fait le nécessaire, à l’époque, pour virer celui qui avait imposé cette procédure, et ne plus l’appliquer encore longtemps. Parce qu’on n’allait pas réduire leur confort. La propreté à l’époque, c’était inné, ça venait du statut social, et pas du lavage des mains. Et donc, avec les crétins « onapahasséderecul », être soignant, c’est inné, ça ne vient pas de mesure de précautions élémentaires dès qu’elles sont disponibles.

    • De la peur ? Où ça ? Être rationnel, est-il donc devenu synonyme de couardise ?

      Chiche, tu me tiens le même raisonnement pour le climat. A la façon de Trump, qui explique que c’est comme ça, et qu’il n’y a qu’à s’adapter. Ceux qui ne s’adaptent pas, c’est qu’ils ont peur ! CQFD ! Faut pas avoir peur du changement climatique. Faut juste faire comme si. Comme si quoi ? Comme si on était irresponsable de tout.
      Et tant pis pour tous ces gens qui vivent sur le bord des océans, et qui vont devoir bouger. Va y avoir les « qui vivent ailleurs » qui vont leur faire la leçon : « faut pas avoir peur, allez lire Epictète ».

      Si tu as du mal à supporter la pression sociale et besoin de convaincre les autres que ton choix là, il est judicieux, pour t’y tenir, c’est que tu le ressens, que ton choix, peut-être. Peut-être ?

      Mais tiens y toi. C’est ton choix. Et il est respectable. Mais si tu es soignant, mon avis c’est que ce choix est irresponsable, et que la moindre des choses, si vraiment c’est ton choix, c’est de l’assumer jusqu’au bout, et de ne plus exercer, et alors là ton choix, il serait assumé, et responsable.

       :-)

    • @biggrizzly Je ne te tiendrai pas le même raisonnement sur le climat. J’ai été membre d’EELV pendant 10 ans, responsable d’un groupe local, élu sous cette étiquette, porte parole des Hauts-de-Seine puis de Paris, membre de son Conseil national et créateur d’une commission interne. Je parlais de dérèglement climatique quand Macron faisait encore dans ses couches culottes. Je supporte très bien la pression sociale également. Je supporte des choses bien plus fortes encore. Par exemple j’ai été menacé de mort et poursuivi par un type durant mon mandat local. J’ai connu pire que la pression sociale donc.

      Si tu crois qu’en traitant d’irresponsables des personnes va aider à les convaincre de ton opinion, c’est un peu mal joué.

      En revanche tu as besoin de 5 commentaires pour l’exprimer, c’est dire si tu l’exerces, cette « pression sociale ».

    • Ce qui attire mon attention dans cette résistance à la vaccination des personnels hospitaliers, c’est que justement, ils savent de quoi ils parlent en matière de covid. Sur le « pas assez de recul » sur ce vaccin « âgé » seulement de 8 mois, on ne peut tout de même pas leur donner entièrement tort.
      Ce qu’elles ou ils laissent surtout transparaître, ces soignant·es n’est pas que de la méfiance mais surtout une immense défiance envers l’autorité de l’état. Disons que, à leurs décharges, ce dernier a tout fait pour en arriver là. Et pas que depuis le début de la crise sanitaire.
      Cette forme de résistance est certainement stupide et contre-productive mais on ne peut faire l’impasse sur les manipulations et les intimidations qu’elles ou ils ont subies et aussi sur l’instrumentalisation dont elles ou ils ont fait l’objet de la part des élites de la #Macronie.

    • Ce vaccin est la solution imposée par celles et ceux qui ont tout foiré depuis le début.
      Normal de se méfier.

      Au fait, qui publiera l’avis d’un membre du personnel de santé qui n’a pas envie d’être piqué ?

      Curieux, personne le fait.
      Leurs arguments seraient ils convaincants ?

    • Ce qui est terrible, c’est que la mortalité globale montre des signes affolants de terrible normalité cette année.

      Si le reconfinement général n’est pas encore à l’ordre du jour, cela ne doit pas ralentir les efforts actuellement déployés sur l’indispensable passeport vaccinal électronique.

      De la même façon qu’il n’y a pas si longtemps, les non-votants étaient coupables de la montée du FN (puis du RN – jusqu’à ce que l’argument tombe finalement à plat aux dernières élections, pfuiiit), de la même façon les non-vaccinés seront désignés comme responsables de risques portés par les vaccinés (le vaccin n’étant alors plus considéré comme fiable, mais baste passons) et sont déjà coupables de faire proliférer les variants.

      Pour résumer :
      Le/la non vacciné.e, il:elle chope le covid et contamine,
      alors que la/Le vacciné.e elle/il chope le covid mais elle/il est vacciné.e et contamine.

    • on ne veut tout simplement pas le savoir, plus en entendre parler, en tristes zazous d’un changement époqual.

      le(s) vaccin(s) ne sont la panacée que pour des gestionnaires de population peu scrupuleux et les indifférents. ils sont eux-aussi tout compte fait une mesure barrière, qui ne se suffit pas à elle-même. simplement, c’est celle qui se rapproche le mieux de l’efficacité de l’isolement. elle protège dans l’immense majorité des cas d’une contamination, réduit en grande partie la contagiosité d’infectés (vaccinés) éventuels (qui produisent moins de virus) et les cas graves ou mortels qui peuvent encore survenir, le tout dans des proportions variables pour chacun des phénomènes évoqués.
      être 10 fois moins contaminable, x fois moins contagieux, risquer bien moins l’hospitalisation, et éviter les décès, ce n’est pas une paille.

      quand à l’argument des cobayes à propos de ces vaccins, il est bidon https://seenthis.net/messages/921565
      l’approche des questions de santé n’est pas détachée d’un fond magico-religieux qui n’a pas disparu (cf. Raoult, Fouché, Macron devenu sorcier de l’épidémiologie, et toutes les croyances qui permettent de faire avec, dans le déni du réel, cet impossible)

      ce dont nous sommes les cobayes c’est des non-mesures (et des mesures autoritaires et arbitraires) et d’une situation que l’on fait trainer (pas d’aération dans les écoles et autres lieux clos, par exemple, pas d’information basée sur le consensus scientifique, avec ses apories, ses hypothèses ; pas d’implication de la population dans le soin ; pas d’embauches sur les points clés du traçage et de l’isolement) ce qui favorise l’émergence de variants et de mutations, donc l’échappement vaccinal et thérapeutique, qui seront suivis de nouveaux vaccins qui eux aussi prendront longtemps à être inoculés tant pour cause de délais industriels et logistiques (là il y a peu d’exponentielles) que du je m’enfoutisme vis-vis des affaires collectives qui est, lui, sauf mobilisations collectives (devenues épisodiques...), très bien inoculé par d’innombrables voies, y compris parmi les soignants.

      on veut pas le savoir, sinon toutes les boites qui ici participent à la déforestation seraient actuellement attaquées et empêchés de nuire, car c’est comme ça que se préparent les zoonoses d’après.

      #covid-19 #vaccin #vaccination

    • Et si Macron dit que l’eau à 100 degrés, c’est plutôt chaud et ça brûle, il faut s’en méfier et c’est sûrement faux ? Ce type de raisonnement ne va pas très loin @bce_106_6

      Ce n’est pas « la » solution imposée par ceux qui ont tout foiré, c’est « une » solution, additionnée à d’autres, et qui est avant tout préconisée par juste des milliers et des milliers de soignant⋅es et de cherchereuses à travers le monde, dont les tests sont reproductibles et aboutissent à « une preuve raisonnable » que ça fonctionne pas mal. Une solution qui fait mécaniquement baisser les cas graves + les transmissions, d’autant plus si on l’additionne à d’autres solutions (continuer à bien porter le masque en intérieur, etc).

      Et bah oui, personne n’a envie de voir ses proches (ou n’importe qui d’autre !) mourir ou être handicapés parce que quelques soignants ne mettent pas toutes les chances (= masque ET vaccin) pour faire baisser les transmissions dans les lieux confinés comme les hôpitaux. Rien de bizarre à pas avoir envie de ça, ni pour soi, ni pour ses proches, ni pour n’importe quels autres inconnus.

      Si je suis informaticien en télétravail, je ne suis à peu près responsable que de moi, et je peux éventuellement décider de ne pas me vacciner. Si je suis au contact direct, dans un lieu confiné, de centaines de malades, je suis plutôt d’accord avec @biggrizzly : si pas de vaccin, alors « j’assume » comme Macron jusqu’au bout : j’arrête d’être au contact de gens à risque, et donc j’arrête ce travail. Car ça veut dire que je décide de ne pas mettre toutes les chances pour ne pas que mes patients l’attrape, encore une fois c’est des probas : la proba de réduction avec juste masque, n’est vraiment pas la même que la proba vaccin + masque.

    • Que les premiers irresponsables soient au pouvoir ne doit pas nous empêcher de tenter d’avoir un comportement raisonné et responsable.

      C’est ce que la plupart d’entre nous a essayé de faire depuis plus d’un an (d’avoir un comportement raisonné et responsable).
      Maintenant, que des « soignants » (mais pas que) se rebellent contre une démonstration supplémentaire d’autoritarisme ne devrait pas nous étonner plus que ça : pour « faire autorité » dans quelque domaine que ce soit, il ne suffit pas d’être « autoritaire ».

    • Et si Macron dit que l’eau à 100 degrés, c’est plutôt chaud et ça brûle, il faut s’en méfier et c’est sûrement faux ? Ce type de raisonnement ne va pas très loin

      Certes, mais inversement quand j’entends « Le Pen ne dit pas que des conneries » c’est le même raisonnement inversé qui ne mène pas beaucoup plus loin non plus.

      Pour aller plus loin, il faut donc admettre que Macron ne dit pas que des conneries mais qu’il en dit et trouver dans quelle proportion ces conneries sont dites. Puis il faudrait faire la part des choses : dans quelle mesures les conneries de Macron sont acceptables et dans quelle autre mesure elles ne le sont pas. A l’échelon individuelle tout comme à l’échelon national et international.

      Au tout début du printemps 2020 il y avait une population qui réclamait des masques, des scientifiques qui expliquaient que porter un masque en extérieur c’est une idiotie et que les masques non FFP2 sont des passoires. Du coup Macron nous a fait dire par sa troupe de clowns que mettre un masque c’est technique et de toutes façons ça ne sert à rien.
      Puis on a appris que le pays n’avait plus de stock de masques. Ou plutôt qu’il en avait 400 millions en stock mais tous périmés.

      Je ne vais pas raconter toute l’histoire de la gestion de la pandémie en France, on la vit toutes et tous et on en a eu toutes les infos ici je pense.

      Mais enfin voilà, cette petite histoire des masques c’est pour moi le symbole du grand tout : le discours populaire, le discours scientifique, sa traduction politique, sa gestion administrative et notre hébétude devant le constat. Car à ce jour aucun ministre n’a été limogé, il n’y a eu aucune émeute et l’Etat d’urgence plus liberticide que sanitaire est proclamé.

      Donc je ne remets plus en cause ce que dit, demande ou ordonne Macron, je ne l’écoute plus. Simplement j’essaie d’avoir un comportement raisonné et responsable en m’informant et en agissant en conséquence. J’avoue que j’ai la chance d’être suffisamment instruit, d’avoir une expérience de vie suffisante et d’avoir le niveau de vie suffisant pour « avoir un comportement raisonné et responsable ». Si je bossais dans une usine 8h par jour, je pense que j’écouterais plus facilement « la pression sociale », les médias et le gouvernement. Quand on est lessivé par la vie même la merde peut nous sembler avoir un doux parfum.

      Donc « une population vaccinée augmente le taux d’immunité collective ». Ça c’est le discours officiel et admis par tout le monde. Même si c’est scientifiquement faux puisque cette vaccination ne vaut pas immunité, que cette « immunité » n’est pas collective mais individuelle et enfin qu’elle n’est pas globale mais à 90%.

      Mais ça reste vrai : il y aura moins de personnes infectées si il y a plus de personnes vaccinées. Le tout est de comprendre dans quelles proportions :

      On est plus de 8 milliards sur cette planète et à peine 1 milliard est vacciné. Et en plus il y a des disparités, tout en haut de la pyramide c’est 60% de la population en Israël (soit 5,5 millions de personnes) et tout en bas c’est 2 % du continent africain (soit 1,4 million de personnes).

      On n’a pas le cul sorti des ronces avec cette histoire de covid et de ses mutants. Vaccinez vous tant que ça vous chantera, il y aura toujours un variant pour venir vous rappeler à son bon plaisir. C’est l’effet de la mondialisation, soit tu crèves avec, soit tu essaies de faire autrement (mais c’est pas simple).

      La voie qu’on choisi nos gouvernements et la finance c’est celle de la transformation des démocraties représentatives en régimes autoritaires. On n’est vraiment pas obligés d’y adhérer, mais on sera contraints de s’y soumettre si on ne fait pas très vite crever l’économie et la finance.

      Et c’est pas en me faisant vacciner que je vais sauver des vies, le vaccin me protégera personnellement mais il ne règlera rien pour les 7 milliards de non-vaccinés.

      Le vaccin m’accordera un « pass sanitaire » mais il ostracisera 7 milliards de non-vaccinés.

      Alors les gens se disent : "La technologie du vaccin ne bénéficie d’aucun recul d’expérience, mais je ne vais tout de même pas attendre décembre 2021 que le vaccin Sanofi (méthode traditionnelle) soit sur le marché pour me faire vacciner, je suis « raisonné et responsable » je préfère prendre un risque idiot (à l’heure actuelle j’ai moins de chances de gagner au loto que de crever du vaccin) que d’attendre patiemment en portant un masque et en restant à distance des catarrheux."

      Et m’y voilà : Après toute cette bouillie de science, de politique et d’économie je me suis dit STOP. Mon cap à moi, c’est le vaccin. Je ne serai pas vacciné sauf sous la contrainte ou la nécessité (voyager, travailler, etc.) Et je me fous de savoir si j’ai tort ou raison puisque tout le monde a tort et tout le monde a raison sur ce sujet.

  • « La Seine n’est pas une poubelle » : le maire de Rouen veut porter plainte après une pollution aux néonicotinoïdes
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/05/26/la-seine-n-est-pas-une-poubelle-le-maire-de-rouen-veut-porter-plainte-apres-

    Ce #pesticide est hautement #toxique : selon la préfecture de Seine-Maritime, la fuite provient d’un récipient contenant du #thiaméthoxame, un #néonicotinoïde dont l’usage est #interdit dans l’Union européenne depuis 2018. Produit par le géant de l’#agrochimie #Syngenta, cet #insecticide « #tueur_d’abeille » a, cependant, fait son retour cette année dans les champs en France, après la dérogation controversée accordée par le gouvernement aux producteurs de betteraves sucrières pour enrayer la chute de la récolte, attribuée à l’invasion d’un puceron vecteur de la jaunisse.

    #macronie #fnsea #pollution #paywall

  • Prix de l’électricité - Explosion des factures : la nécessité d’une nouvelle régulation en toute transparence - Action UFC-Que Choisir - UFC-Que Choisir
    https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-prix-de-l-electricite-explosion-des-factures-la-n

    Alors que les discussions autour du devenir d’EDF se déroulent dans une déplorable opacité, l’UFC-Que Choisir publie aujourd’hui une étude exclusive qui tire le bilan de l’actuelle régulation du marché, à l’origine des fortes hausses tarifaires frappant les consommateurs. Compte tenu de l’importance cruciale de l’organisation de la concurrence sur le prix de l’électricité, l’UFC-Que Choisir demande un moratoire sur le projet de restructuration d’EDF et la mise en place d’un débat public sur le devenir de la régulation du marché, au cours duquel l’association exigera la transparence sur les coûts réellement supportés par EDF pour sa production nucléaire, et défendra notamment le maintien d’un tarif réglementé de vente, aujourd’hui menacé.

    #EDF #électricité #énergie (accès à l’) #privatisation (rampante) #macronie #ultra-libéralisme (ou quand la Macronie applique les préceptes du « socialisme hollandien »)

    Voir aussi : https://seenthis.net/messages/899170

  • « Ils m’ont pris ma main ! » - CQFD, mensuel de critique et d’expérimentation sociales
    http://cqfd-journal.org/Ils-m-ont-pris-ma-main

    Dans Cinq mains coupées, Sophie Divry donne la parole à autant de manifestants fluo ayant perdu une main dans l’explosion d’une grenade Gli-F4. Quand l’Histoire fera le procès de la Macronie, ce livre figurera en bonne place au rayon des pièces à conviction.

    #violences_policières #droit_de_manifester #répression #macronie #gilets_jaunes

    (Merci @mona d’avoir relayé cet article sur Twitter).

  • Gérald Darmanin annonce la gratuité des trains en France pour tous les policiers d’ici 2022 | Lorraine Actu
    https://actu.fr/societe/gerald-darmanin-annonce-la-gratuite-des-trains-en-france-pour-tous-les-policier

    Lors de sa venue à Thionville (Moselle), le ministre de l’Intérieur a annoncé que tous les TGV et Intercités seraient gratuits pour les forces de l’ordre au 1er janvier 2022.

    #État_policier #macronie #transports #gratuité_sélective

  • Affaire Duhamel : Jean Veil, l’ami avocat qui savait tout - Potins glauques de la 5ème
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/01/27/affaire-duhamel-jean-veil-l-ami-avocat-qui-savait-tout_6067714_3224.html

    Ce pénaliste de renom, connu pour avoir défendu Dominique Strauss-Kahn, est un intime du politologue Olivier Duhamel, accusé d’inceste. Il admet avoir eu connaissance des faits, et peine à dessiner sa défense.

    Il savait tout. Il n’a rien dit. Il a laissé filer et il assume. « Secret professionnel » : sa ligne de défense tient en ces deux mots et confine au verrouillage. Bravache et sacrément « ancien monde », quand on parle d’un crime tel que l’inceste, imposé selon la victime plusieurs années durant par son ami et associé Olivier Duhamel à son beau-fils, alors âgé de 13 ou 14 ans. C’est ainsi chez l’avocat Jean Veil : pas de place pour la morale, le doute ou l’apitoiement ; le droit, rien que le droit.

    Il savait depuis au moins dix ans. « C’était entre 2008 et 2011 », raconte-t-il au Monde. A 73 ans, Me Veil consigne encore soigneusement tous ses rendez-vous, au quart d’heure près, dans des agendas rangés près de lui. Mais pour celui-là, aujourd’hui si important, il reste dans le flou. Dans son souvenir, l’actrice Marie-France Pisier était venue « au bureau ou à déjeuner, je ne sais plus ». Depuis qu’elle a appris que son neveu a été abusé sexuellement, une vingtaine d’années plus tôt, par Olivier Duhamel, mari de sa sœur Evelyne, elle veut crier sa colère au Tout-Paris et au célèbre avocat. « La conversation sur ce sujet a duré peu de temps, témoigne Me Veil. Je n’ai pas trouvé opportun d’en parler avec Olivier. Je ne suis pas un type curieux ; dans les drames de famille, je n’aime pas être indiscret. »

    L’actrice n’a pas choisi n’importe quel interlocuteur. Voilà un demi-siècle que Jean Veil et Olivier Duhamel se fréquentent. Tous deux sont des enfants de ministres du même bord, centristes et européens. Ils se sont connus adolescents dans des salons remplis de gens importants où régnaient leurs parents, Simone et Antoine d’un côté, Jacques et Colette de l’autre – un mélange très français de politique, d’affaires et de culture . L’avocat fut d’abord l’ami de Jérôme, l’aîné des Duhamel. A la mort de ce dernier dans un accident de voiture, en juillet 1971, son amitié se cristallise sur Olivier, le frère cadet.

    Jean Veil savait, mais se contentait d’observer son « ami absolu » poursuivre son ascension, happé vers le haut malgré le poids du secret
    Jusqu’à son troisième mariage, en 1987, Jean Veil a passé tous ses étés à Sanary, dans la propriété varoise des Duhamel. « Amis absolus », c’est ainsi qu’il a un jour désigné Olivier et son autre intime, feu le constitutionnaliste Guy Carcassonne. Un trio pour lequel il n’y avait pas de secrets, où les services se rendaient sans poser de questions. A la vie à la mort, comme dans les clans, et bouche cousue.

    Fidèle à ces principes, Jean Veil a excusé la faute sans voir le délit ou le crime, ni rien changer à ses habitudes ou prendre ses distances. Jean Veil savait, mais se contentait d’observer son « ami absolu » poursuivre son ascension, happé vers le haut malgré le poids du #secret, jusqu’à la tête de ce qu’il y a de plus sélect et de plus fermé chez les élites intellectuelles françaises : la présidence de la Fondation nationale des sciences politiques (#FNSP) puis celle du #Siècle, ce club qui réunit tous les mois le gratin du pouvoir.

    Les deux hommes ont partagé jusqu’au plaisir d’écrire à quatre mains. Ce livre, notamment : La Parole est à l’avocat, sorti chez Dalloz en 2014 et réédité en 2020, l’année où Jean Veil publie pour sa part, chez L’Archipel, un recueil « des plus belles citations sur le courage ». Dans le dictionnaire du duo Veil-Duhamel, les entrées « enfant », « inceste », « #viol », « consentement » et « #famille » sont absentes.

    Leur première collaboration, c’est encore Olivier Duhamel qui en parle le mieux. En 2018, alors qu’il préside la FNSP, il consacre un « roman vrai » ["Colette et Jacques", Plon] à son père et à sa mère, Colette, une femme de caractère qui, après la mort de son mari, en 1977, épousa Claude Gallimard, patron de la prestigieuse maison d’édition. Celui-ci est vite gagné par la maladie. Colette, redoutable femme d’affaires, le conseille sur sa succession. Parfois, elle rêve tout haut et se dit que le meilleur pour diriger pareille institution serait son propre fils, Olivier. Mais puisqu’il faut un héritier Gallimard à la tête de la maison, elle affiche ses préférences : Antoine plutôt que son frère Christian.

    Etranges méthodes de persuasion

    « Colette voulait que Gallimard édite la revue Pouvoirs », créée par son fils Olivier en 1977, nous confie ce même Christian Gallimard, fondateur de la maison d’édition Calligram et désormais installé en Suisse. « J’avais deviné que c’était un moyen de le faire entrer dans la maison », poursuit-il. Il croit deviner des manœuvres et compte bien s’y opposer. Colette s’en émeut auprès d’Olivier, qui la rassure : « Ne t’inquiète pas, maman chérie, je vais trouver le moyen de le faire taire. » Dans la foulée, il appelle Jean Veil, lequel tente d’intervenir auprès des avocats de Christian.

    La suite, c’est Olivier Duhamel en personne qui l’écrit, dévoilant au passage d’étranges méthodes de #persuasion. Face à Christian Gallimard, il décide d’employer ce qu’il appelle les « grands moyens ». Son récit, façon polar, se passe de commentaires :

    « Tu arrêtes, sinon je te ferai taire, lance l’auteur à l’héritier Gallimard (…).

    – C’est une menace ?, répond ce dernier.

    – Absolument, répond alors Duhamel. J’ai un ami dans le grand banditisme. S’il le faut, j’embaucherai un tueur à gages.

    – Tu plaisantes ?

    – Pas le moins du monde. Si tu n’arrêtes pas, dans un mois tu es mort », écrit encore Olivier Duhamel, en concluant son récit par ces deux mots : « Il arrêta. »

    Jean Veil assure n’avoir pas lu le livre de son ami, mais il se souvient, en riant, que pour sa petite intervention dans ce dossier le groupe l’avait rémunéré « avec une collection complète de “La Pléiade” ».

    Ce cynisme rigolard et blasé, Jean Veil en a longtemps fait sa marque de fabrique. Emporté par la tourmente publique de cette affaire d’inceste, il peine encore à y résister. Reste qu’à l’heure de #metoo, il est des proximités difficilement défendables, même recouvertes de l’habit de l’amitié. Ses propres enfants, notamment sa fille, journaliste, sont furieux – effet de génération. Son frère cadet, Pierre-François, associé dans son cabinet, le soutient sans états d’âme apparents, mais à côté, combien de regards qui se détournent ?

    La récente publication chez Seuil de La Familia grande, de Camille Kouchner, sœur jumelle de l’adolescent abusé, a changé la donne. Pourquoi n’avoir rien dit ? Jean Veil n’exprime aucun remords. « Que fallait-il faire ? La victime ne parlait pas, Camille Kouchner me demandait des conseils sur son avenir de juriste, j’ai su que son jumeau s’était marié et avait eu des enfants. Au passage, la gémellité est importante dans cette histoire. »

    Pour la première fois de sa vie, il assume sa défense et non celle des autres ; et ses arguments glacent souvent au lieu de convaincre. Et puis, rien n’est clair dans cette affaire… A-t-il vraiment assuré au directeur de Sciences Po, Frédéric Mion, alerté au sujet des agissements d’Olivier Duhamel, que cette histoire d’inceste n’était qu’un pur racontar ? L’avocat confirme ce témoignage si utile à l’institution, elle aussi critiquée. « C’est vrai, Frédéric Mion est venu à mon bureau. Je lui ai caché la vérité. » Il y a quelques jours, il s’est excusé, par SMS, auprès de l’intéressé « de ne pas avoir pu lui dire ».

    Le 15 janvier, nouveau coup de projecteur sur lui : il démissionne avec fracas du Siècle. La fille du fondateur du club, Marianne Bérard-Quelin, a osé lui demander ses intentions après le départ d’Olivier Duhamel et du préfet d’Ile-de-France, Marc Guillaume. Cette simple question l’a mis hors de lui. « J’ai été assez désagréable, convient-il, ça m’arrive souvent. Et je suis parti. » Il joue maintenant au fier en expliquant que, de toute façon, il allait bientôt atteindre la limite d’âge, et que, « franchement, on s’emmerde beaucoup au Siècle. Au conseil d’administration, il y a désormais la parité, on ne peut plus blaguer. »

    Habile manœuvrier

    Les pirouettes, il en a l’habitude. En janvier 2017, tout juste sacré avocat « le plus puissant de l’année » par le magazine GQ, il est invité à la télévision. Question d’une journaliste : « Ne faut-il pas mentir quand on est avocat ? » Esquive du pénaliste : « Il ne faut pas être pris quand on ment. » Trois ans plus tard, en pleine affaire Duhamel, l’habile manœuvrier ne peut plus s’en tirer par des parades. Avec Jacques Chirac, Dominique Strauss-Kahn ou Jérôme Cahuzac, il s’était pourtant rodé à défendre les puissants lorsqu’ils mordaient la poussière…

    Ses grandes années professionnelles commencent en 1998. Cette année-là, alors qu’il n’est pas encore une puissance du barreau, l’occasion se présente de sortir du rang. Dominique Strauss-Kahn, ministre de l’économie, est rattrapé par une vieille histoire : des honoraires perçus de la MNEF, une mutuelle étudiante proche du #PS et pour laquelle, comme avocat, il a – un peu… – travaillé. Alors qu’on parle d’une prochaine mise en examen de DSK, Jean Veil appelle son épouse, Anne Sinclair. « Je peux peut-être rendre service à Dominique ? »

    Le voici désormais dans une autre sphère. En marge de ce dossier, il perfectionne une méthode bien à lui. Règle de base : toujours s’entendre en amont avec les juges, souvent sensibles à son statut de fils de Simone Veil. Rester dans l’ombre et empêcher la diffusion d’images de ses clients à l’arrière de leur voiture et, pour cela, décaler, au dernier moment, les dates d’audition. Trouver pour ces occasions des entrées discrètes. Ne pas hésiter à monter au front avant le combat judiciaire, rechercher des soutiens, parfois intimider.

    DSK lui a trouvé un allié : Ramzi Khiroun, un jeune homme rencontré à Sarcelles (Val-d’Oise), qui, à force de débrouillardise, a vite su se rendre indispensable. « Jean, voilà ton cauchemar, lui lance DSK. Il ne fait pas ce que tu fais, tu ne fais pas ce qu’il fait. Ensemble, on va s’en sortir plus facilement. » A 49 ans, Ramzi Khiroun est aujourd’hui le principal conseiller d’Arnaud #Lagardère et membre du comité exécutif du groupe de communication dont Jean Veil a longtemps été l’un des avocats. Depuis un an, les deux hommes sont brouillés. « Nous nous sommes séparés sur des désaccords stratégiques », élude M. Khiroun. Jusqu’à l’affaire du Sofitel, en mai 2011, puis du procès du Carlton, le duo avait pourtant travaillé harmonieusement sur les diverses affaires concernant DSK.

    A gauche comme à droite, la palette des amitiés de Jean Veil est impressionnante. Mais c’est bien là, en Strauss-Kahnie, qu’il a trouvé ses meilleurs dossiers. En 2013, il hérite ainsi de celui de Jérôme Cahuzac, ce ministre du budget détenteur d’un compte en Suisse. Il travaille de nouveau avec une autre alliée : la communicante Anne Hommel, déjà sollicitée après l’arrestation de #DSK dans l’affaire du Sofitel de New York. Ensemble, pour le protéger, ils ont orchestré des campagnes pour discréditer ou affaiblir le témoignage de victimes d’agressions. Anne Hommel pense aussi que, dans son boulot, « la vérité n’est pas un sujet ».

    Aveux de Cahuzac, chute politique de DSK, Jean Veil en a déjà beaucoup vu quand, en 2013, il déjeune avec son vieil ami Duhamel, désormais associé à son cabinet. Ce jour-là, le politologue lui avoue, « sans détails » d’après lui, son « histoire avec le fils d’Evelyne ». Et pose une question : « Si ça éclate, seras-tu mon avocat ? » Jean Veil sait que cela ne sera pas possible, sans imaginer que ce pas de côté ne suffira pas à le protéger, à l’heure de la déflagration.

    « J’ai répondu que nous étions beaucoup trop proches pour que je puisse avoir de l’autorité sur lui, que je serais trop dans l’affect, précise-t-il. J’ai dû aussi essayer de le rassurer. » Ce jour-là, autour de la table, les deux amis soupèsent les chances de voir le scandale éclater. S’interrogent-ils aussi sur la manière de l’empêcher ? Jean Veil sort une fois de plus son joker : « secret professionnel », une formule magique censée le protèger même lorsqu’il ôte sa robe d’avocat.

    #pédigrées

    Comment Olivier Duhamel, accusé d’inceste, a cultivé son art du secret
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/01/14/olivier-duhamel-l-art-du-secret_6066184_3224.html

    Qui savait ? L’onde de choc des accusations d’inceste contre le politiste rattrape certains de ses proches. Notre enquête montre comment il a longtemps réussi à faire régner le silence en contrôlant ses réseaux.

    21 avril 2017. Les amis parisiens d’Evelyne Pisier sont réunis dans l’hôtel particulier qui abrite le Centre national du livre, le CNL, pour célébrer la mémoire de l’universitaire, deux mois après sa mort. La fin du quinquennat de François Hollande approche et le président est passé se joindre au groupe des fidèles de celle qui pilota la direction du livre du temps de Jack Lang. Avant de s’asseoir à ses côtés, le politiste et juriste Olivier Duhamel, l’époux de la défunte, a passé son bras au-dessus de l’épaule du chef de l’Etat, comme pour signer leur complicité. C’est lui qui chante le plus fort et tape des mains avec le plus d’entrain lorsque Teo Saavedra, un Chilien emprisonné sous Pinochet, prend sa guitare pour entonner Hasta Siempre, ce chant révolutionnaire cher à « Evelyne », qui, au milieu des années 1960, aima Fidel Castro quatre ans durant.

    Olivier Duhamel tient la main de Nadia Marik, la veuve de l’ancien directeur de Sciences Po Richard Descoings, qui passe désormais l’été dans la maison de vacances d’« Olivier », à Sanary-sur-Mer (Var). Le politiste paraît insouciant. Bien sûr, il a aperçu les regards des trois enfants de sa femme (nés de son premier mariage, avec Bernard Kouchner) se détourner quand il les a croisés, mais, en ce jour particulier, il est le veuf, et c’est lui qu’on réconforte. Ce soir, plus que jamais, il se sent intouchable.

    Depuis qu’en 2008 les trois enfants d’Evelyne Pisier (une fille et deux garçons) sont venus dire à leur mère que ce beau-père autrefois admiré avait abusé sexuellement du plus jeune des garçons lorsque celui-ci avait 13 ou 14 ans, Duhamel vit avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Jusque-là, ses beaux-enfants sont restés dans l’ombre et le silence. Sa réputation et sa surface sociale le protègent plus sûrement qu’un bouclier, mais quelques mots dans la presse pourraient couper net cette carrière si soigneusement bâtie.

    Jeux d’influence

    Qui le sait ? Une semaine exactement après la cérémonie d’avril 2017, Olivier Duhamel se retrouve à la table de la salle à manger de Sciences Po avec le directeur, Frédéric Mion, et Brigitte Macron. Depuis des mois, il distribue conseils et notes à son mari qui, maintenant il en est sûr, sera bientôt élu. Duhamel fait déjà la bise à Ismaël Emelien, le conseiller politique du futur président, qui a été son élève ici même, rue Saint-Guillaume. « Mon meilleur poulain », répète le politiste. En cette fin avril, chacun, devant Brigitte Macron, dresse à son tour le portrait-robot du premier ministre idéal. Un jeu, bien sûr, mais Duhamel en est.

    Les présidents changent, les ministres passent. Olivier Duhamel est déjà du côté du nouveau pouvoir. Il a été à bonne école. Dans le vaste appartement parisien de son père, Jacques, plusieurs fois ministre de Pompidou, des kyrielles d’hommes politiques, comme Edgar Faure, viennent déguster avenue Raymond-Poincaré le koulibiac de Benita, la cuisinière des Duhamel. Plus tard, Olivier Duhamel aimait lui-même aller jouer au poker et partager un whisky en bord de Seine dans la maison de Boissise-la-Bertrand (Seine-et-Marne) de l’ancien président du conseil – un as de toutes les combinaisons de la IVe et de la Ve.

    En ce printemps 2017, personne ne devine qu’avec la disparition d’Evelyne Pisier l’une des chaînes qui enserrent le secret d’Olivier Duhamel vient de sauter. Lui-même en a-t-il conscience ? Depuis des années, il n’a pas été vraiment inquiété. En 2009, lorsque la rumeur de relations sexuelles avec le plus jeune des fils d’Evelyne a commencé à circuler, l’incrédulité générale a été sa meilleure protection. « Un inceste ? Lui ? Impossible », répondaient les nouveaux initiés. Comment imaginer pareil comportement d’un homme qui dit le droit toute la journée ? L’inceste traverse toutes les couches sociales, mais, dans son monde, cercle de sociologues, de juristes, de médecins, de psys, de cinéastes et de journalistes, on semble encore l’ignorer. La révolution #metoo n’a pas encore fait basculer ces esprits soixante-huitards et féministes qui ont accompagné la révolution sexuelle et ne jurent que par la « liberté ».

    Les ficelles du régime

    Rares sont ceux – des femmes, en majorité – qui ont osé affronter Olivier Duhamel directement. C’est un détail oublié de cette histoire : l’homme n’est pas facile. Il a pourtant l’air cool, avec ses bracelets brésiliens, son briquet pendu par un cordon autour du cou et ses éternels polos. Même aux dîners du Siècle, ce club où se croise l’élite du pouvoir, il refuse la cravate, pourtant longtemps obligatoire. D’un côté, il cultive son allure anti-establishment ; de l’autre, il navigue avec une belle aisance au cœur de la nomenklatura. Il est puissant et influent ; ses colères sont intimidantes, sa façon d’humilier écrasante, ses blagues et ses remarques souvent liées au sexe.

    Il adore arranger des couples ou parrainer les nouvelles unions. Dans la vie professionnelle, il a la passion du piston. Devant lui, on a toujours un peu l’impression de passer un examen. Suis-je bon ? Serais-je invité dans son émission ? Il est le prof, toujours, malgré – ou peut-être à cause de – la menace d’opprobre qui plane au-dessus de lui. Au lieu de rentrer la tête, il continue d’échafauder des plans de carrière. Il « regrette », assurait sa femme, qui le soutenait sans réserve. « Tu sais, il n’arrête pas de se torturer », a-t-elle ajouté un jour devant son jeune fils. Pourtant, dans le même temps, il juge sa carrière entravée par les reproches de ses beaux-enfants. Julien Kouchner, l’aîné, entend même sa mère soupirer : « A cause de tout ça, Olivier a dû renoncer à être membre du Conseil constitutionnel. »

    Entrer au Conseil « constit », c’est le Graal de Duhamel. Superviser les lois, censurer les gouvernements, surplomber les partis, imprimer sa marque par-delà les alternances, voilà, à ses yeux, la quintessence du pouvoir. Il a été, en 2001, l’un des initiateurs de l’inversion du calendrier entre législatives et présidentielle, puis l’un des concepteurs des primaires socialistes. A défaut des couloirs feutrés du siège des gardiens de la Constitution, il tient au Palais-Royal les conférences de rédaction de sa revue, Pouvoirs, qu’il codirige un temps avec son ami Marc Guillaume, un conseiller d’Etat aussi agile que lui pour tisser sa toile. Lorsqu’ils sont ensemble, ces spécialistes de la chose politique et des institutions ont l’impression de tenir les ficelles du régime.

    Dans des cercles qui leur sont parfois communs, il arrive que Bernard Kouchner éreinte publiquement ce « salaud » de Duhamel. Informé en 2009 par son fils des abus sexuels subis vingt ans plus tôt, l’ancien ministre et son épouse, la journaliste Christine Ockrent, se sont rangés au souhait du jeune homme de ne pas porter plainte, mais ils aimeraient qu’on ne déroule pas pour autant le tapis rouge au politiste.

    Des dizaines de personnes entendent ainsi, par eux, parler des agissements de Duhamel, comme le conseiller Alain Minc – « Il y a trois ans ; depuis, je ne lui ai plus serré la main » –, le communicant Jacques Séguéla – « En 2011 » – et la patronne de France Culture, Sandrine Treiner, la même année – contrairement à ce qu’elle a affirmé le 7 janvier aux auditeurs devant la médiatrice de la chaîne. Dès ce moment, la directrice s’arrange pour que le politologue ne soit plus convié à l’antenne : « Je faisais explicitement part de mes préventions devant mes équipes. Cela a créé une zone de vigilance. »

    Un appétit d’ogre pour le pouvoir

    A l’extérieur, la statue qu’Olivier Duhamel s’est acharné à construire se lézarde, mais tient encore parfaitement debout. Le politiste reçoit l’admiration et la reconnaissance que, dans son cercle familial, ne lui offrent plus ses beaux-enfants. Depuis 2009, ceux-ci ne descendent plus passer l’été dans le Var, comme autrefois. A Paris ou à Sanary, une nouvelle bande les remplace un temps, sans savoir ni comprendre ce qui se joue dans l’intimité : la chercheuse Géraldine Muhlmann, élève chérie d’Evelyne, les journalistes Ali Baddou et Nicolas Demorand, qui aiment taper le carton avec le constitutionnaliste. Chaque sujet d’actualité chasse l’autre. Olivier Duhamel défend Dominique Strauss-Kahn, accusé de viol à New York, Richard Descoings, retrouvé mort dans un parfum de scandale, ou le réalisateur Roman Polanski. Toujours dissocier l’homme de l’artiste…

    Il approche les 70 ans mais conserve un appétit d’ogre pour le pouvoir. Boulimique de jetons de présence et d’honneurs, il empile les titres de manière étourdissante. Il est déjà, depuis 2016, président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), institution au cœur de Sciences Po, et directeur de collection chez #Dalloz, la maison d’édition juridique. Il a aussi pris la présidence du conseil d’administration de Teach for France, une association créée par Nadia Marik. On le compte encore au sein du Club des juristes, et, depuis 2010 et sa retraite de professeur, il émarge comme avocat associé au sein du cabinet de son vieux complice Me Jean Veil.

    Au-dessus du seuil d’alerte

    Professeur honoraire à Sciences Po, Olivier Duhamel est devenu une diva. Outre sa retraite de professeur, il a obtenu de la FNSP, en 2018, une rémunération mensuelle de 3 000 euros brut, alors que ses prédécesseurs ne bénéficiaient que d’un défraiement de quelques centaines d’euros. Les conseils d’administration qu’il préside sont animés par ses blagues, auxquelles tout le monde rit bruyamment, et les rentrées scolaires par ses conférences inaugurales. Dans la salle à manger de l’institut d’études politiques, il trône comme aux banquets de Sanary, lâchant ses volutes de fumée malgré les interdictions.

    Il se grise aussi de #médias : en plus de « Mediapolis », son émission hebdomadaire sur Europe 1, lui, l’homme de gauche, a décroché une chronique à #Valeurs_actuelles. C’est comme si la mort de son épouse, en 2017, avait fait tomber les ultimes garde-fous. Ce n’est jamais assez. « Au moins, cache-toi », conseillent pourtant les rares qui osent lui parler, mais il n’écoute plus personne. En janvier 2020, il accepte, pour deux ans, la présidence du Siècle. Et prend tous les risques, dont le plus gros : la télévision. Deux fois par semaine, le voici sur LCI, distribuant d’un ton péremptoire éloges et mauvais points.

    Pendant des années, le prof de droit public a martelé dans son cours de droit constitutionnel ces phrases de L’Esprit des lois, de Montesquieu : « C’est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser : il va jusqu’à ce qu’il trouve des limites. Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir. » Personne ne lui applique l’adage. Il pointe à plusieurs conseils d’administration, prend des actions dans une maison de production à Marseille, se montre de plus en plus gourmand pour ses conférences : en 2020, il demandait – sans succès – 10 000 euros pour une intervention sur les questions prioritaires de constitutionnalité.

    Il ne s’est pas retiré à Sanary, comme il le dit à la presse, mais a conservé un petit studio au cœur de Paris, afin de courir conseils d’administration et médias. Et, désormais, les enterrements. Le 18 septembre 2020, au cimetière parisien du Père-Lachaise, les amis entourent le producteur de documentaires Michel Rotman, qui vient de perdre sa femme, Josée. Une nouvelle fois, Olivier Duhamel est au centre, juste derrière le micro, appuyé sur une tombe. Personne ne l’entend interroger l’un de ses neveux occupé à l’éviter : « Pourquoi une telle distance ? »

    C’est la énième alerte qu’Olivier Duhamel prend pour la première fois au sérieux. Il ignore encore que sa belle-fille Camille Kouchner a déjà bouclé le manuscrit de son livre La Familia grande (Seuil, 208 pages, 18 euros) et qu’il va bientôt entraîner dans sa chute tous ceux qui, jusque-là, s’inclinaient devant son pouvoir.

    #macronie

    • L’Elysée et l’entourage d’Edouard Philippe tentent de tenir « l’affaire Olivier Duhamel » à distance, Potins de la 5ème
      https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/01/25/l-elysee-et-l-entourage-d-edouard-philippe-tentent-de-tenir-l-affaire-olivie

      Le constitutionnaliste, accusé d’inceste, était proche du PS avant de se rapprocher d’Emmanuel Macron et de son premier ministre. Depuis que « l’affaire » a éclaté, l’Elysée la surveille de près.

      Depuis que « l’affaire Olivier Duhamel » a éclaté, début janvier, Emmanuel Macron surveille chacun de ses rebondissements comme le lait sur le feu. Le président de la République a pu mesurer combien le livre de Camille Kouchner, La Familia grande, récit de l’inceste pratiqué à la fin des années 1980 par le juriste Olivier Duhamel sur son beau-fils, alors âgé de 13 ou 14 ans, scandalise les Français. « Ces témoignages, ces paroles, ces cris, plus personne ne peut les ignorer », a reconnu le chef de l’Etat dans une vidéo publiée samedi 23 janvier. « Le silence construit par les criminels et les lâchetés successives, enfin, explose », a ajouté Emmanuel Macron sans mâcher ses mots.

      Son épouse, Brigitte Macron, s’était déjà exprimée en faveur d’une évolution de la législation sur le sujet. « On doit regretter qu’il y ait eu une telle omerta pendant toute cette période. Que ceux qui ont su et ne l’ont pas dit aient honte. Qu’ils aient vraiment pleinement honte », avait aussi lancé sur RTL le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Quant à Laurent Bigorgne, directeur de l’Institut Montaigne et proche d’Emmanuel Macron, il avait expliqué le 12 janvier à Libération que son ami Olivier Duhamel lui avait « dit qu’il avait fait des choses “affreuses”, c’est le mot qu’il a employé ». Une manière de montrer que la Macronie avait déjà renié ce compagnon de route.

      L’opprobre qui s’est unanimement abattu sur l’ex-président de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP) et la recherche des complices du silence qui a entouré son comportement ont imposé une mise à distance aussi urgente que stratégique. Les descriptions dans la presse de l’étendue des réseaux d’Olivier Duhamel ont tétanisé aussi bien l’Elysée que l’ancien locataire de Matignon Edouard Philippe. Homme de pouvoir, le constitutionnaliste, naguère proche du Parti socialiste, avait en effet tissé sa toile jusqu’à l’Elysée et Matignon. Avant de fêter la qualification d’Emmanuel Macron pour le second tour de l’élection présidentielle, le 23 avril 2017, à la brasserie La Rotonde, il avait fait passer plusieurs notes au candidat et participé à quelques meetings de campagne.

      Fébrilité

      Olivier Duhamel ne s’est pas arrêté là. Après la victoire, l’ancien député européen se passionne pour ce jeune président « et de droite et de gauche ». Dans sa revue, Pouvoirs, il le compare au général de Gaulle et fait la leçon aux médias qui ont le tort de le surnommer « Jupiter ». Il prend aussi la plume avec Laurent Bigorgne pour analyser la doctrine présidentielle dans un livre, Macron, et en même temps (Plon, 2017). Olivier Duhamel se vante aussi de ses rendez-vous au « Château ». Selon nos informations, il a été consulté sur la première mouture d’un plan de lutte en faveur de la laïcité – le futur projet de loi contre le séparatisme – dans le cadre d’entrevues organisées par l’Institut Montaigne et Laurent Bigorgne, encore lui. Dans son numéro du 20 janvier, Paris Match racontait que le juriste a même donné quelques conseils sur la gestion de l’« affaire Benalla », à l’été 2018.

      Olivier Duhamel déjeune alors régulièrement avec son amie la garde des sceaux Nicole Belloubet, longtemps membre du comité de rédaction de Pouvoirs aux côtés du secrétaire général du gouvernement, Marc Guillaume. Encore un expert du droit, encore un proche. Marc Guillaume a par exemple fourni des arguments juridiques à Olivier Duhamel pour nourrir une tribune vengeresse contre le Conseil constitutionnel, publiée en mai 2019 dans Le Monde. L’institution était coupable selon lui d’avoir ouvert la voie à un référendum d’initiative partagée contre la privatisation d’ADP (Aéroports de Paris) décidée par le gouvernement.

      Le président de la FNSP disposait d’autres portes d’entrée autour de l’ancien premier ministre Edouard Philippe. Thierry Solère, conseiller politique et ami du juppéiste, est un proche : c’est Olivier Duhamel qui l’a parrainé au Siècle, dont il était le président. Le constitutionnaliste conseillait le député des Hauts-de-Seine lorsqu’il organisait la primaire de la droite, en 2016. Deux autres intimes d’Edouard Philippe l’ont aidé à se propulser à la tête de la FNSP. Le premier, Frédéric Mion, directeur de Sciences Po, est le parrain d’un des enfants de l’ex-chef du gouvernement, un de ses camarades du Conseil d’Etat. Quant à Marc Guillaume, que Jean Castex a débarqué du poste de secrétaire général du gouvernement à son arrivée à Matignon, en juillet 2020, c’est un ami de longue date de M. Philippe. Il est présent à tous ses anniversaires.

      Un indice de la fébrilité qui a gagné l’équipe du désormais maire du Havre ? Le 13 janvier, Charles Hufnagel, l’ancien communicant d’Edouard Philippe à Matignon, aujourd’hui à la tête de la communication de Carrefour, décroche son téléphone. C’est lui qui annonce à l’Agence France-Presse (AFP) que Marc Guillaume, désormais préfet d’Ile-de-France, abandonne sa place dans les deux conseils d’administration de Sciences Po et du Siècle. Frédéric Mion, de son côté, s’est choisi comme conseiller en communication de crise Laurent Glépin, ex-conseiller de Jacques Chirac à l’Elysée, et juppéiste de cœur.

    • J’adore, Tout est dit ! @monolecte Merci pour la diffusion des billets d’#Acta.zone

      En annonçant un #CouvreFeu à 18H00 sur l’ensemble du territoire, le gouvernement #LREM démontre une nouvelle fois sa préférence pour une gestion autoritaire de la crise sanitaire en cours. Plutôt que de repenser l’organisation sociale pour la rendre plus protectrice, on nous empêche de nous voir, de sortir, de prendre l’air. Pour maintenir les taux de profit d’un capitalisme mortifère, on nous impose une discipline policière au lourd passé guerrier et colonial.

      Le fait d’interdire la circulation en dehors des horaires de travail n’a plus rien à voir avec une protection sanitaire censée. C’est une nouvelle forme d’infantilisation, qui ignore totalement nos capacités d’autodéfense et d’auto-organisation face à la contamination. Depuis des mois, chacun·e a appris à se protéger soi-même et à protéger les autres, mais c’est seulement à coups d’amendes et de répression policière que l’État entend nous rééduquer.

      Plus que le #virus lui-même, c’est la gestion étatique qui a muté pour devenir de plus en plus dangereuse. Alors que le 1er confinement avait été marqué par un ralentissement de la sphère productive (« quoi qu’il en coûte » disait #Macron), par la mise au second plan du travail ou bien la revalorisation symbolique des travailleur·euses essentiel·les, ce couvre-feu nous assigne toutes et tous à notre seule fonction productive. Il limite nos existences à des aller-retours glauques entre travail et domicile. Dans sa prise de parole, le 1er Ministre a d’ailleurs pris soin de préciser que les entreprises pourront faire varier les horaires, supprimer les pauses du midi ou élargir le travail du dimanche. L’unique fonction sociale autorisée en temps de #Covid19 étant celle d’exploité.

      Alors que nous avons besoin de solidarité, d’entraide et d’auto-organisation, le gouvernement nous impose sa logique individualiste et punitive. Avec le travail et la patrie, c’est aussi la famille que ce couvre-feu met à l’honneur, comme si cette institution était réellement protectrice. Comme si, pour beaucoup d’entre-nous, la famille n’était pas un carcan dont les sorties, provisoires ou définitives, sont parfois salvatrices. Pour celles et ceux qui vivent seuls, ou dans des logements exigus ou insalubres, le couvre-feu accroît la précarité, la solitude et les atteintes psychiques.

      Dans un réflexe pavlovien, les ministres ont également annoncé un renforcement des contrôles aux frontières, avec des tests imposés pour les entrées et sorties, de façon différenciée selon qu’on se déplace dans ou hors Union Européenne. Comme si la viralité tenait compte des critères administratifs nationaux. L’apparition du variant anglais avait déjà donné lieu à une absurdité de ce type, entrainant une fermeture de la frontière franco-anglaise, selon le fantasme ridicule d’un variant qui n’aurait pas franchi la Manche (on a constaté ensuite qu’il était présent en France depuis des semaines, mais qu’il n’avait pas été détecté jusqu’ici). Ajouté à la ridicule compétition mondiale pour la vaccination, ces mesures nourrissent le développement d’un patriotisme sanitaire, tout à fait en phase avec le durcissement des nationalismes occidentaux.

      En dehors des mesures répressives, aucune alternative viable n’est proposée. S’adressant aux étudiant·es, la Ministre de l’Enseignement Supérieur s’est contentée de rappeler les dispositifs gadgets et les numéros verts, en faisant semblant d’annoncer un retour possible à l’université pour les licences 1, ce qui était déjà prévu. Alors que des blocages de partiel, un incendie d’une salle d’examen à Nantes et une multiplication des alertes sur la détresse étudiante ont rythmé l’actualité ces derniers jours, le gouvernement continue d’ignorer les appels à un plan d’aide et de soutien à la jeunesse (notamment via l’ouverture du RSA aux 18-25 ans). Le Ministre de l’Économie a lui aussi clairement affiché ses priorités en annonçant une prise en charge des coûts fixes des entreprises fermées…mais seulement pour celles dont le chiffre d’affaires dépasse le million d’euros mensuel.

      Le prétexte de la validation scientifique de ces mesures ne trompera personne. Le Conseil Scientifique censé livrer des recommandations n’est qu’un outil de légitimation au service de la #Macronie. Les véritables arbitrages sont réalisés par une poignée de personnes et validés par un Conseil de Défense, en dehors de tout principe démocratique, ou pseudo-démocratique. L’orientation stratégique de leurs décisions est claire : il s’agit pour l’État de s’arroger le monopole de la protection sanitaire, de réduire nos existences au travail et à la consommation, en annihilant toutes possibilités d’auto-organisation et d’auto-défense. À nous d’y répondre…