• Jeter ou ne pas jeter son soutien-gorge aux orties ?
    https://information.tv5monde.com/terriennes/jeter-ou-ne-pas-jeter-son-soutien-gorge-aux-orties-359182
    (Je vire l’illus #male_gaze, pardon.)

    En 2002 sort aux Eats-Unis, un livre intitulé « Dressed To Kill : The Link between Breast Cancer and Bras ». Cosigné par Sydney Ross codirecteur de l’Institut pour l’étude des maladies culturogènes, et par son épouse et cochercheur Soma Grismaijer, il traite du lien entre soutien-gorge et cancers du sein.

    Selon les auteurs, le soutien-gorge exerce une pression constante qui peut nuire au drainage lymphatique et entraîner un risque accru de cancer du sein. Des affirmations considérées comme infondées par la communauté scientifique.

    Dix ans plus tard, récidive américaine : deux autres chercheurs publient « Ces vêtements qui nous tuent ». Les auteurs sont présentés par leur éditeur Tredaniel comme « chercheurs en médecine naturelle et science de la nutrition depuis plus de trente ans, et codirecteurs de l’Institut de santé Hippocrate en Floride ».

    Leur argumentaire va au-delà du seul soutien-gorge et pointe aussi la dangerosité des textiles : « Porter un soutien-gorge trop serré favorise les risques de cancer du sein, les sous-vêtements synthétiques sont mis en cause dans l’infertilité chez l’homme, les colorants de textile sont les principaux responsables de la dermatite de contact, les vêtements antitaches peuvent perturber le système endocrinien, les fibres de certains vêtements de sport fatiguent les muscles et sont susceptibles de réduire les avantages concurrentiels des athlètes… »

    Bref, nous portons l’ennemi à même nos épidermes, et le titre est là pour nous en convaincre : nos vêtements sont létaux. Problème : les affirmations sur le soutien-gorge tueur de ces deux chercheurs autoproclamés tendance new age, comme les Etats- Unis en comptent tant, sont rejetées par la plus grande partie de la communauté scientifique.

    « Internet et les réseaux sociaux suggèrent régulièrement, à tort et sans preuve scientifique, que les soutiens-gorge causent le cancer du sein. Une étude de 2014, faisant appel à plus de 1500 femmes, n’a trouvé aucun lien entre le port d’un soutien-gorge et le risque de cancer du sein. »

    Petite histoire du #soutien-gorge et #corset puis

    Avis du professeur Rouillon déjà cité : « Le soutien-gorge fabrique la fragilité du sein, puis la femme en devient dépendante. C’est une arnaque extraordinaire qui dure depuis 120 ans. »

    C’est que le sein en liberté affole. Pour preuve, cette mésaventure vécue par une présentatrice française de journal télévisé il y a presque dix ans : son téton pointant sous sa robe lui avait valu l’opprobre unanime. Ses excuses pour ce sein qu’on ne saurait voir a exaspéré le mouvement no bra : au nom de quoi une femme devrait-elle s’excuser de son anatomie ?

    Assumer ses seins sans complexe et sans soutien-gorge, c’est aussi le combat mené par une Canadienne, Christina Schell, licenciée de son poste de serveuse en Colombie-Britannique pour n’avoir pas porté de soutien-gorge. Son refus contrevenait au code vestimentaire de l’établissement, qui indique que « les femmes doivent porter soit un débardeur soit un soutien-gorge sous leur chemise de travail ». Son histoire racontée par la chaîne de télévision canadienne CBC News a abouti devant le tribunal canadien des droits de la personne. La serveuse ne compte pas renoncer : « C’est sexiste et c’est pourquoi c’est une question de droits de la personne. J’ai des tétons, tout comme les hommes. »

    Ce genre de diktat concernant l’habillement féminin est qualifié outre-Atlantique d’"#hypersexualisation", un travers qui consiste à donner un caractère sexuel à un comportement qui n’en a pas.

    #no_bra #femmes #seins

    • C’est pas comme ça je le comprends ce tweet, mais peut-être. Est-ce que c’est le fait de faire une plaisanterie sur ce sujet qui te faire écrire ça ?

      De mon côté, je venais de voir passer un titre du genre « Les violences contre les femmes en hausse, déplore Castaner ». Du coup j’ai googlé pour retrouver les images des flics gazant les manifestantes le soir des César, ou brutalisant la manif féministe du samedi 7 mars. C’est cette hypocrisie (et le manque de recul terrifiant des médias gougoulisés) que j’avais en tête, et c’est ce que je lis dans ce tweet.

      Dit autrement : ce que je prends de ce tweet, c’est une façon de pousser jusqu’au ridicule la vague de déclarations indignées d’une bonne partie des médias tenant le crachoir aux grands acteurs et aux grands hommes (« on ne peut plus rien dire », « c’est la gestapo qui veut censurer un grand artiste », « le puritanisme américain », etc), suite au « bravo la pédophilie, bravo les pédophiles » d’Adèle Hanael à la remise du César à Polanski. Cette façon de faire comme si c’étaient Hanael et les manifestantes qui avaient ouvert les portes de l’enfer ce soir-là (alors que, comme tu le rappelles, c’est exactement l’inverse et ce n’est pas Polanski la victime dans cette histoire).

  • The Woman in Black

    The last judicial duel in France hinged on whether a woman could be believed.

    On a freezing December day in 1386, at an old priory in Paris that today is a museum of science and technology—a temple of human reason—an eager crowd of thousands gathered to watch two knights fight a duel to the death with lance and sword and dagger. A beautiful young noblewoman, dressed all in black and exposed to the crowd’s stares, anxiously awaited the outcome. The trial by combat would decide whether she had told the truth—and thus whether she would live or die. Like today, sexual assault and rape often went unpunished and even unreported in the Middle Ages. But a public accusation of rape, at the time a capital offense and often a cause for scandalous rumors endangering the honor of those involved, could have grave consequences for both accuser and accused, especially among the nobility.

    Marguerite de Carrouges, descended from an old and wealthy Norman family, had claimed that in January of that year she had been attacked and raped at her mother-in-law’s château by a squire (the rank below knighthood) named Jacques Le Gris, aided by one of his closest companions, one Adam Louvel. Marguerite’s father, Robert de Thibouville, had once betrayed the king of France, and some may have wondered whether this “traitor’s daughter” was in fact telling the truth.

    Marguerite’s husband, Sir Jean de Carrouges, a reputedly jealous and violent man—whose once close friendship with Le Gris had soured in recent years amid court rivalry and a protracted dispute over land—was traveling at the time of the alleged crime. But when he returned a few days later and heard his wife’s story, he angrily brought charges against Le Gris in the court of Count Pierre of Alençon, overlord to both men. Le Gris was the count’s favorite and his administrative right hand. A large and powerful man, Le Gris was well educated and very wealthy, though from an only recently ennobled family. He also had a reputation as a seducer—or worse. But the count, infuriated by the accusation against his favorite, declared at a legal hearing that Marguerite “must have dreamed it” and summarily dismissed the charges, ordering that “no further questions ever be raised about it.”

    Carrouges, without whom his wife could not even bring a case, resolutely rode off to Paris to appeal for justice to the king. A 1306 royal decree based on ancient precedent allowed the duel as a last resort for nobles involved in capital cases—e.g., murder, treason, and rape—but by now judicial duels were extremely rare. That July, at the old royal palace on the Île de la Cité, the knight formally challenged the squire, throwing down the gauntlet, as witnessed by the young Charles VI, many other royals, and the magistrates of the Parlement of Paris, the nation’s highest court.

    The challenge did not lead directly to a duel, however, but marked the start of a formal investigation by the Parlement, which would authorize a duel only if unable to reach a verdict on the basis of the available evidence. Over the next several months, famous lawyers were hired, witnesses were summoned, and testimony was gathered. Marguerite herself—now pregnant, perhaps as a result of the rape—came to Paris and testified in great detail about the alleged attack by Le Gris and his accomplice. “I fought him so desperately,” she claimed, “that he shouted to Louvel to come back and help him. They pinned me down and stuffed a capucium [a hood] over my mouth to silence me. I thought I was going to suffocate, and soon I couldn’t fight them anymore. Le Gris raped me.”

    Le Gris countered with a detailed alibi for not just the day in question but the entire week, calling numerous witnesses to establish his whereabouts in or near another town some twenty-five miles away. Le Gris’ attorney, the highly respected Jean Le Coq, kept notes in Latin that still survive, allowing us a glimpse into attorney-client discussions. Le Coq seems to have had some doubts about his client’s truthfulness, while admitting that this was the thorniest of “he said, she said” cases. Despite the lady’s many oaths, and those of the squire, he confided to his journal, “No one really knew the truth of the matter.”

    Photograph of Northern League leader Umberto Bossi smoking in his car, by Pier Marco Tacca, 2006.

    Northern League leader Umberto Bossi smoking in his car, Pavia, Italy, 2006. Photograph by Pier Marco Tacca. © Pier Marco Tacca / Getty Images.

    The Parlement ultimately failed to reach a verdict, and in September it officially ordered a trial by combat, where—in theory—God would assure a just outcome. If Carrouges won the duel, the couple would go free, their claims vindicated. But if Marguerite’s husband and champion lost, thus “proving” her accusation to be false, she too would be put to death. And not just any death. In accord with ancient tradition, she would be burned alive as a false accuser.

    By now the case had become a cause célèbre. The entire royal court was gossiping about the rape, the trial, and the likelihood of a duel. Beyond the court the dispute was being spoken of “as far as the most distant parts of the kingdom,” according to the chronicler Jean Frois­sart. News back then traveled, archival research has shown, at the rate of an average day’s journey by horseback: about thirty miles per day. Word of the scandalous affair spread far and wide via merchants, soldiers, itinerant clergy, and others who carried the latest tidings along the rutted roads to far-flung towns and villages.

    The mortal combat, set for December 29, promised to be the season’s highlight in the capital, as thousands of Parisians flocked to see it, and the young king and his court took their places in colorful viewing stands set up alongside the field at the monastery of Saint-Martin-des-Champs. Froissart portrays Marguerite, who had recently given birth to a son, praying to the Virgin as she anxiously awaits her fate. “I do not know,” he adds in a poignant aside, “for I never spoke with her, whether she had not often regretted having gone so far with the matter that she and her husband were in such grave danger—and then finally there was nothing for it but to await the outcome.”

    After many preliminary ceremonies decreed by tradition (an arms inspection, a series of solemn oaths, the requisite dubbing of Le Gris as a knight to make the combatants equal in rank, etc.), the duel began as a joust on horseback, with lances. The two combatants “sat their horses very prettily,” writes Froissart, “for both were skilled in arms. And the lords of France delighted to see it, for they had come to watch the two men fight.” Besides the resolution to a deadlocked legal case, the duel also provided eagerly anticipated blood sport for the nobility.

    After dismounting, Carrouges and Le Gris fought on foot with swords, “both very valiantly.” But Le Gris managed to get within Carrouges’ defenses and wound him in the thigh. “All who loved him were in a great fright,” adds the chronicler in what is the narrative equivalent of a cinematic reaction shot.

    Although now losing blood, Carrouges mounted a daring counterattack and “fought on so stoutly” that he managed to throw his opponent to the ground. Other accounts provide more technical detail, even suggesting that Le Gris slipped on his opponent’s blood. Froissart says simply that Carrouges “felled” his opponent and, “thrusting his sword into his body, killed him on the spot.”

    With the duel concluded, Froissart continues, “Jacques Le Gris’ body was delivered to the executioner of Paris, who dragged it to Montfaucon and hung it there.” For months afterward, at the great stone gibbet on the infamous hilltop outside the city’s northern gates, this grisly sight greeted any townsman or traveler passing by. The moral was plain: Le Gris rose in the world and then suddenly fell, he dominated but finally was vanquished, he committed a crime in secret and was publicly exposed. In the end the city expelled the contagion, and the body politic was cleansed.

    T
    he contest between Carrouges and Le Gris would turn out to be the last judicial duel sanctioned by the Parlement of Paris. In the six centuries after the quarrel ended, however, the moral that was to be derived from it changed considerably. Many skeptics—including chroniclers, historians, partisans, and even historical novelists—have cast doubt on the official verdict. Some have echoed Count Pierre’s dismissive decree, saying that Marguerite made it all up, perhaps to cover up an affair with another man. Some have suggested that her husband forced the story out of her to avenge himself on Le Gris, his former friend turned rival at court. And some, invoking the most popular theory, acknowledge the rape but say that Marguerite mistakenly accused the wrong man, an “honest” but tragic error that robbed Le Gris of his life, fortune, and good name.

    The theory of mistaken identity ultimately derives from two sources that began circulating more than a decade after the duel. The earlier of the two is the Saint-Denis Chronicle, an official royal history by the monk Michel Pintoin probably written around 1400. It states that Le Gris’ innocence “was later recognized by all, for a man condemned to death by the law confessed to having committed the heinous crime. When the lady learned this and realized that the error was her fault, she retreated to a convent after her husband’s death, vowing perpetual chastity.”

    It is one thing to slander, another to accuse.
    —Marcus Tullius Cicero, 56 BC

    A similar report with a significant difference of detail appears in Jean Juvénal des Ursins’ Histoire de Charles VI, written no earlier than the 1420s and perhaps closer to 1430. Born in 1388, two years after the fatal duel, Juvénal, a bishop, wrote at an even greater remove in time and may have been influenced by Pintoin’s account. He likewise claims that Marguerite had been deceived about her attacker’s identity, although the supposed “truth” comes out under rather different circumstances: “Later it was discovered that [Le Gris] had not really done it, but that it had been done by another, who died of illness in his bed and, at the moment of death, confessed before others that he had done the deed.”

    One ground for skepticism about these two reports—apart from their priestly sources, notoriously suspicious of women—is that each tells a substantially different story. One identifies the supposed felon as a condemned man about to be executed, the other as a sick man on his deathbed. And one includes the lady’s penitential retreat to a convent, while the other omits this finale. Furthermore, neither report has ever been independently corroborated, although the existence of two such reports, despite their differing details, may have allowed each to vouch for the other in the minds of those eager to believe them.

    The earlier, more detailed account of the supposed confession, in Pintoin’s chronicle, not only differs from the other but also diverges sharply from Marguerite’s official testimony before the Parlement in ways that make its scenario clearly impossible. According to Pintoin, Marguerite and her assailant dined together before the attack, and it was while showing him to his room for the night that he assaulted her. These details are wholly at odds with Marguerite’s court testimony about her assailant’s daytime visit, whose timing (if not its specific allegations) was corroborated by her mother-in-law’s departure that morning and her return a few hours later that same day. In his alibi, Le Gris himself cited the narrow window of time available for his alleged visit, strictly during daylight hours. And even if the assailant, as Pintoin claims, had actually (and contra the actual testimony) made his visit late in the day, it’s wholly unlikely that Marguerite, who must have been very familiar with her husband’s complaints against the squire, would have offered a meal and overnight lodging to her husband’s rival (or to a man she mistook for the same), especially during her husband’s absence.

    Centuries later the story of the “innocent” Le Gris falsely accused and forced to defend himself in a barbaric and unjust trial by combat was further popularized by Enlightenment thinkers. Diderot’s Encyclopédie and Voltaire’s Histoire du Parlement de Paris used the 1386 affair to denounce the supposed ignorance and cruelty of the Middle Ages. By the early nineteenth century, the notion that it all had been a case of mistaken identity was firmly established, as typified in an 1824 retelling by Norman historian and politician Louis Du Bois, who “explains” the supposed miscarriage of justice by speculating that the actual rapist “was a squire who doubtless bore some resemblance to the unfortunate Le Gris.”

    The mistaken-identity theory was also embraced abroad, as by American historian Henry Charles Lea, who in his influential 1866 study of medieval law, Superstition and Force, stated as a matter of fact that “Le Gris was subsequently proved innocent by the deathbed confession of the real offender.” Lea even faulted Froissart for having omitted any mention of the confession.

    Man with the Moneybag and Flatterers, by Pieter Brueghel the Younger, c. 1592. © HIP / Art Resource, NY.

    Man with the Moneybag and Flatterers, by Pieter Brueghel the Younger, c. 1592. © HIP / Art Resource, NY.

    A century and more after the philosophes had popularized the theory, it solidified as hard fact in authoritative encyclopedias. In an entry on duels, the Grand dictionnaire universel (1866–77), overseen by respected editor Pierre Larousse, describes the 1386 affair as “one of the most remarkable” in history, claiming that the wide belief in its injustice helped to bring the custom of trial by combat to a speedy end. The article offers a garbled, error-strewn version where, “in 1385,” Le Gris was accused of attacking the lady “by night,” with “his face masked,” as she awaited her husband’s return from the Holy Land. After the fatal duel, the “truth” comes out: “Sometime later, a criminal on the point of atoning for his other crimes confessed that he was guilty of the odious act of which Le Gris had been accused. This cruel error moved the Parlement to systematically reject all appeals for the duel…This was the end of judicial combat.”

    A similar story is retailed by the famed eleventh edition of the Encyclopedia Britannica (1910–11), which likewise gives the erroneous date of 1385 and has the rapist attacking the lady by night, although here “in the guise of her husband” as she awaits his return from the Crusades—an implausible bed trick recalling the story of Martin Guerre. The denouement, too, echoes the Grande dictionnaire: “Not long after, a criminal arrested for some other offense confessed himself to be the author of the outrage. No institution could long survive so open a confutation, and it was annulled by the Parlement.”

    Popular historical fiction abetted the theory of mistaken identity, exploiting its shock effect. An elaborate example appeared in 1829, just a few years after Du Bois’ conjecture that the accused squire had been mistaken for a look-alike, in L’historial du jongleur, an anonymous collection of “medieval” tales. The forty-page story “Le jugement de Dieu” begins with throngs of excited, gossiping Parisians arriving at Saint-Martin’s field to watch the long-awaited duel. As might be expected, the deadly trial by combat before the huge crowd of spectators unfolds with genuine drama and suspense. But then, just moments after Carrouges has killed Le Gris on the battlefield, a dusty courier rides up with the astounding news that another man has confessed to the crime—news that is now too late to save the innocent Le Gris. What sets this version apart, besides its unusual length, is how quickly the judicial “error” on the battlefield is revealed by the sudden arrival of the “truth.” Rather than a belated discovery taking many years—as in the chronicles—it’s just a matter of minutes from Le Gris’ death to the “proof” of his innocence.

    A
    part from the dubious, sketchy, and inconsistent reports in the two chronicles, no external evidence for this hazy legend has ever been offered in support of the oft-told tale of a last-minute confession by the “true” culprit. It’s strange that so many authorities seem to have been untroubled by the obvious factual errors in these reports, their mutual inconsistencies, or the lack of any corroborating evidence. If there are reasons for believing in the possibility of Le Gris’ innocence, the doubtful story of a belated confession by another man certainly is not and never has been one of them.

    Despite the claims of naysayers and novelizers, Marguerite’s testimony suggests that she was almost certainly not mistaken about the identity of her attackers. That testimony takes up nearly a thousand words of Latin in the Parlement’s official summary of the case, preserved today at the Archives Nationales, on the Right Bank, in the Marais, a short walk from the old priory where the battle unfolded on that cold winter day.

    Marguerite testified repeatedly under oath that on a certain day in January 1386—Thursday the eighteenth—she was attacked by the two men, Le Gris and Louvel. This happened, she said, in the morning hours at the modest château of her widowed mother-in-law, Nicole de Carrouges, on a remote Normandy estate known as Capomesnil, about twelve miles southwest of Lisieux. At the time of the attack, Jean de Carrouges was away on a trip to Paris from which he would return a few days later. Nicole, in whose care Jean had left his wife, was also absent for part of the day in question, having been called away on legal business to the nearby abbey town of Saint-Pierre. Marguerite claimed that Nicole took with her nearly all of the household servants, including a maidservant whom Jean had specifically instructed never to leave Marguerite’s side, thus leaving Marguerite “virtually alone.”

    Marguerite also testified that Adam Louvel was the first to arrive at the château, and that he began his visit by urging her to ask her husband to extend the term of an outstanding loan for one hundred gold francs. Louvel then added a greeting from Jacques Le Gris, who he said “greatly admired her” and was eager to speak with her. Marguerite replied that she had no wish to speak with Le Gris, and that Louvel should stop his overtures at once.

    The Murder of Patrona Halil and His Fellow Rebels, by Jean Baptiste Vanmour, c. 1730. Rijksmuseum.

    At this point Le Gris himself suddenly entered the château’s hall (aulam, probably referring to the main chamber or “great hall” where guests were typically received). Greeting Marguerite, he declared that she was “the lady of all the land,” that he loved her the most and would do anything for her. When Marguerite told Le Gris that he must not speak to her in this way, he seized her by the hand, forced her to sit down beside him on a bench, and told her that he knew all about her husband’s recent money troubles, offering to pay her well. When Marguerite adamantly refused his offer, saying she had no wish for his money, the violence escalated.

    The two men seized her by the arms and legs, she testified, and dragged her up a nearby stairway, while she struggled and shouted for help. Forced into an upstairs bedroom, she tried to escape by running through a door at the other end of the room but was blocked from doing so by Le Gris. The squire then threw her onto a bed but could not hold her down without help from Louvel, who rushed back into the room on Le Gris’ orders to help his friend subdue and finally rape Marguerite. She continued shouting for help, she says, until silenced by Le Gris’ hood.

    As noted in the 1850s by the Norman historian Alfred de Caix, one of the few to credit her story, Marguerite’s testimony is impressively “circumstantial and detailed.” Certain details in her account raise serious problems for the mistaken-identity theory. In particular, Marguerite testified that she saw both men in the light of day, that Louvel specifically mentioned Le Gris by name before the latter appeared shortly afterward, and that she spoke with both men at some length before they attacked her. Marguerite’s claim that Louvel mentioned Le Gris by name is especially telling, for it is hard to fit this detail into a plausible scenario in which she is genuinely mistaken, as many have claimed she was, about the identity of her assailants, particularly Le Gris.

    In his own defense, Le Gris claimed that Nicole had found nothing amiss upon her return and didn’t believe her daughter-in-law’s later allegations. In court, he also claimed to have seen Marguerite only twice in his entire life: during the Parlement’s official inquiry, and also “not less than two years earlier” at a social gathering at the home of a mutual friend, Jean Crespin, where Carrouges and Le Gris apparently put aside their recent quarrels and Carrouges ordered his wife to kiss Le Gris as a sign of renewed friendship.

    So the mistaken-identity theory has in its favor Marguerite’s relative unfamiliarity with Le Gris’ physical appearance at the time of the alleged rape in January 1386, over a year after Marguerite had first met and seen Le Gris at Crespin’s. Still, the theory cannot plausibly account for Louvel’s having named Le Gris while in conversation with Marguerite. Louvel’s naming of Le Gris just prior to the squire’s own arrival would seem to put Le Gris indisputably there—unless Marguerite’s story was a deliberate fabrication.

    It’s also significant that the Parlement of Paris found Marguerite’s story credible enough to vacate Count Pierre’s official exoneration of Le Gris and to authorize the rare judicial duel, whose official purpose, however doubtful the procedure may seem today, was to determine the truth in cases where witness testimony and other evidence was insufficient for reaching a verdict. Marguerite’s story must have seemed at least plausible to the magistrates who ordered the duel, something the Parlement had not done for over thirty years in a rape case.

    I
    f the mistaken-identity theory is wrong, that forces us back onto the sharp horns of a dilemma: Was Marguerite lying, or was she telling the truth? The view that Marguerite was lying—a conjecture unsupported by any evidence, apart from Le Gris’ dubious alibi—holds either that she concocted the rape story herself, perhaps to cover an adultery, or that it was extorted from her by her opportunistic husband in order to avenge himself on his rival. The latter explanation is the very one that Le Gris put forward in his own defense, and it has been echoed by at least one modern historian as recently as 1992. In his book Tales of the Marriage Bed from Medieval France, R.C. Famiglietti claimed that Carrouges, after learning that Marguerite had been raped, “resolved to turn the rape to his advantage” and “forced his wife to agree to accuse Jacques of having been the man who raped her.” In this view, Marguerite accused the wrong man not in honest error but in knowing collusion (or fearful compliance) with her husband. And her court testimony is reduced to nothing more than her husband’s “script”—as Famiglietti calls it—for destroying his hated rival.

    A bad reputation is easy to come by, painful to bear, and difficult to clear.
    —Hesiod, 700 BC

    The fly in this ointment is another aspect of Marguerite’s testimony that has not been given due attention—namely, the inclusion of Adam Louvel in the criminal charges. Given the absence of any witnesses in her own favor, Marguerite’s accusations against Louvel were a gratuitous and risky addition to her testimony if her story of the attack and rape was indeed a deliberate lie. The more complicated her story, the more vulnerable it was to challenge; including Adam Louvel in the charges simply added to her burden of proof. Only Le Gris’ alibi survives in the court records, but if Louvel had separate witnesses who placed him elsewhere at the time of the crime, their testimony would have exonerated Le Gris as well, just as Le Gris’ alibi would have helped exonerate Louvel. Two separate alibis are harder to disprove than one. And two suspects are harder to convict than one, unless they can be turned against each other. Yet Adam Louvel reportedly confessed to nothing, not even under torture. But if Marguerite’s story is true and Le Gris was guilty as charged, why did the squire increase his risk of being found out by bringing an accomplice in the first place?

    This tangled and still-controversial case leaves many tantalizing questions, not least of all why Jacques Le Gris did it, if indeed he did. And if the Parlement of Paris could not establish even the basic facts, there’s little chance of our discovering hidden motives all of these centuries later. But the doubts greeting Marguerite’s scandalous story, the initial rejection of her claims in court, and the shadow cast over her reputation by the later chronicle accounts are not so different from the skepticism and prejudice faced by more recent victims of sexual assault. Much as Le Gris is said to have silenced Marguerite with his hood, a legion of clerics, historians, and partisans managed to muffle and stifle her story with vague rumors and inconsistent reports that have shrouded the matter almost to the present day.

    Yet the case does reveal the way in which scandal, as a cousin to the word slander (both derive from the Old French escandle), ultimately resides in the spoken or written word, whether in the gossip of neighbors or the hearsay of the chronicler. Historical scandals, much like the contemporary ones filling our tabloids, news sites, and now-ubiquitous Facebook feeds, are built on a widely shared sense of certainty about “what really happened”—a feeling that often belies the elusive truth. While some touched by scandal may resurrect their lives and reputations, others never will: what happened, or is said to have happened, may follow them even through the pages of history.

    #viol #culture_du_viol #violophilie #duel #metoo #historicisation

    Il y a une église de Sainte Marguerite de Carrouges en normandie

    • Ben, je croyais que le dernier duel judiciaire en France était celui opposant M. de Jarnac à Lachâtaigneraye, le 10 juillet 1547.

      D’ailleurs, WP dit bien,…

      Duel judiciaire — Wikipédia
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Duel_judiciaire

      En France, l’un des tout derniers duels judiciaires autorisés a lieu fin décembre 1386, à Paris, ordonné par la chambre des seigneurs du parlement de Paris et approuvé par Charles VI.
      […]
      Le dernier duel à être autorisé publiquement a lieu le 10 juillet 1547 au château de Saint-Germain-en-Laye : il oppose Guy Chabot de Jarnac à François de Vivonne, à la suite d’une demande de Jarnac au roi Henri II de pouvoir venger son honneur.

    • Pas étonnant que l’histoire de France et wikipédia l’ai oublié vu que ca concerne une femme.
      du coup j’ajoute #invisibilisation et wikipédia dit "un des derniers" du coup c’est pas le dernier, c’est seulement le dernier qui compte car il n’implique aucune femme.

      Ah mais c’est pire que ca ! J’avais pas fini de lire "Des siècles plus tard, l’histoire des « innocents » Le Gris faussement accusés et forcés de se défendre dans un procès barbare et injuste au combat a été davantage popularisée par les penseurs des Lumières. L’Encyclopédie de Diderot et l’Histoire du Parlement de Paris de Voltaire se sont servis de l’affaire de 1386 pour dénoncer l’ignorance et la cruauté supposées du Moyen Âge." - (je vais chercher ca )

    • Mais si le mari et le champion de Marguerite perdaient, prouvant ainsi que son accusation était fausse, elle aussi serait mise à mort. Et pas n’importe quelle mort. Conformément à la tradition ancienne, elle serait brûlée vive en tant que fausse accusatrice.

      @simplicissimus pendant que tu passe par ici. Je cherche depuis un moment une histoire que j’avais entendu dans une conf écouté sur la chaine youtube de la cour de cassassions qui mentionnant un certain Othon (1er ? )qui rendait la justice dans une histoire impliquant le viol de l’épouse du plaignant et s’étant tromper il avait fait punir sa propre épouse en réparation. Est-ce que ca te dit quelquechose ? Dans mes recherches pour étayé cette histoire j’ai fait choux blancs.

    • Au-delà des apparences : Jean Froissart et l’affaire de la dame de Carrouges
      https://journals.openedition.org/crm/13079
      Il y a quand même une fiche wiki sur ce duel
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Duel_Carrouges-Legris
      Et comme d’hab « Une autre école émet l’hypothèse que Jacques Legris était innocent. Les éléments de preuve apportés par le comte d’Alençon semblent crédibles[interprétation personnelle]. » Cette affirmation non sourcée n’est pas supprimé car on y valide la culture du viol.

      –—
      Louis de Carbonnières. La procédure devant la chambre criminelle du parlement de Paris au XIVe siècle [compte-rendu]

      https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_2007_num_165_1_463497_t10_0221_0000_3

    • Mais si l’histoire de Marguerite est vraie et que Le Gris a été reconnu coupable, pourquoi l’écuyer a-t-il accru son risque d’être découvert en faisant appel à un complice ?

      Celle ci est bien typique du point de vue masculin de l’historien ! La réponse est d’une simplicité déconcertante et il le dit lui même au début. En 1380 comme en 2020 tu peu violer peindard même en bande tu risque pas grand chose.
      « Comme aujourd’hui, les agressions sexuelles et les viols sont souvent restés impunis et même non signalés au Moyen Âge. »
      et « L’histoire de Marguerite a dû sembler au moins plausible aux magistrats qui ont ordonné le duel, ce que le Parlement n’avait pas fait depuis plus de trente ans dans une affaire de viol. » et « Mais si le mari et le champion de Marguerite perdaient, prouvant ainsi que son accusation était fausse, elle aussi serait mise à mort. Et pas n’importe quelle mort. Conformément à la tradition ancienne, elle serait brûlée vive en tant que fausse accusatrice. » ce qui est tout de même bien pire que de mourrir dans un duel ! Mais l’historien se demande comment le violeur à pris le risque de violer avec son pote et trouve que c’est en faveur du violeur ...

      #male_gaze

    • Pour l’église Saint Marguerite de Carrouges c’est pas que cette femme violée ai été cannonisé (les curés font parti de ceux qui l’accusent de mentir) mais le village de Sainte Marguerite avait pour seigneur un Carrouges (probablement de la même famille que cette femme).

    • Centuries later the story of the “innocent” Le Gris falsely accused and forced to defend himself in a barbaric and unjust trial by combat was further popularized by Enlightenment thinkers. Diderot’s Encyclopédie and Voltaire’s Histoire du Parlement de Paris used the 1386 affair to denounce the supposed ignorance and cruelty of the Middle Ages.

      « Le duel entre Carrouges et Legris est très documenté, il est notamment mentionné par Brantôme, Diderot et d’autres. Ce duel est souvent cité en exemple comme l’illustration d’une injustice profonde : Voltaire s’en sert ainsi pour faire du jugement de Dieu une injustice. »
      http://cornucopia16.com/blog/2014/01/20/compte-rendu-de-la-septieme-seance-de-chorea

      #déni

    • Cinq siècles durant, les descendants de Le Gris dénoncèrent ce jugement de Dieu comme une erreur judiciaire.

      Ce jugement de Dieu fut le dernier autorisé en France. Il y eu bien des demandes de procès par combat soumises au Parlement de Paris mais aucune ne put déboucher sur un duel de Jugement de Dieu et plus aucun duel n’opposa des nobles en mettant en jeu le salut de leur âme immortelle.

      Comment fabrique t-on une légende ? :

      Jean Froissard, le chroniqueur qui écrivit vers 1390 affirme que le roi et la foule se réjouirent de l’issue du duel mais l’avocat de Le Gris affirme que les avis étaient très partagés.
      La chronique de Saint Denis, compilation en latin datant de 10 à 15 ans après le duel, affirme que Marguerite avait eu tort mais avait été de bonne foi et qu’un criminel avait avoué le crime par la suite.
      Autour de 1430, Jean Juvenal des Ursins répéta ce récit dans sa chronique française en mettant en scène, à la place du criminel, un mourant sur son lit.

      La légende de l’accusation fausse, du châtiment injuste et de la révélation tardive eut la vie dure.

      Marguerite avait juré avoir vu Le Gris et Adam Louvel en pleine lumière, parlé un certain temps avec eux avant d’être attaquée. Mais surtout Marguerite avait mis en cause deux hommes ce qui rend invraisemblable la confession tardive d’un seul coupable. De plus, l’hypothèse du mensonge de Marguerite, avec ou sans la contrainte de Carrouges, se heurte à l’inclusion d’Adam Louvel dans l’accusation. C’était ajouter un risque supplémentaire, une histoire plus compliquée.

      Cette idée que Marguerite aurait accusé de bonne foi un innocent pour s’apercevoir ensuite de son erreur est un mythe construit par une société chevaleresque troublée par les doutes jamais ôtés sur la culpabilité ou l’innocence des trois acteurs.

      Et cette légende qui innocente tout le monde survécut :
      Elle est mentionnée dans l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert (1767) où il est dit que Le Gris fut condamné à tort et un criminel découvert ensuite.
      De la même façon, elle est citée par Voltaire. Embarassed
      Louis Du Bois, en 1824, dans son récit de l’histoire normande, répète la légende en précisant que Marguerite avait confondu un homme très ressemblant avec Le Gris et qu’elle se fit ensuite religieuse par désespoir.
      En 1848, Auguste Le Prevost publie une histoire de Saint Martin du Tilleul ayant appartenu au père de Marguerite. Lui, affirme que Marguerite disait juste, que Le Gris était coupable et il constate que depuis le Moyen-Age, sa culpabilité a été souvent remise en cause car la cour du roi Charles VI était favorable à Le Gris, hostile à Marguerite et il déplore que les historiens contemporains suivent cette pente en rappelant que l’indignation d’une femme avait peu de poids dans cette cour du Moyen-Age et qu’avait été rappelée par Le Gris la traîtrise du père de Marguerite, Robert de Thibouville. Le Prevost rappelle alors les notes de Jean le Coq : « après avoir exposé avec une grande loyauté les arguments dans les 2 sens, c’est contre son client qu’il fait pencher la balance ».

      A l’inverse,vers 1890, F. Le Grix White, qui se disait descendant de Le Gris, conteste certains détails de la chronique de Froissart mais croit dans les aveux d’un autre homme.

      Malgré l’insistance d’Auguste Le Prevost qui incite à relire les sources premières, la 11ème édition de l’Encyclopedia Britannica (1910) transforme le récit comme un duel ayant fait perdre toute foi dans le Jugement de Dieu : un certain Legris accusé par la femme de Carrouges de s’être introduit chez elle, en se faisant passer pour son mari dont elle attendait le retour des croisades, la viola. Le Parlement de Paris ordonna un duel où Le Gris vaincu fut pendu puis, peu après, un criminel accusé pour un autre crime, avoua être l’auteur du viol et la décision fut annulée par le Parlement. (!!!)

      Dans les années 1970, la même Encyclopedia Britannica relate le même récit mais en précisant que Marguerite fut « séduite ».
      Finalement, ce récit disparaît de la 15ème édition de l’Encyclopedia Britannica mais sans aucun rectificatif.

      http://lebaldeversailles.forum-actif.eu/t2388-le-dernier-jugement-de-dieu

      « Et cette légende qui innocente tout le monde survécut »
      Non la légende n’innocente pas tout le monde, elle innocente tout le monde avec un pénis. Et elle fait de Marguerite de Carrouges une menteuse adultère puisque du viol il y eu un enfant...

    • Je t’ai pas fournis beaucoup d’éléments faut dire. Otton 1er c’est probablement pas la période la mieux documenté
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Otton_Ier_(empereur_du_Saint-Empire)
      Il a eu deux femmes Otton (mais c’etait peut etre des hommes car wikipédia les indique comme conjoint au masculin)
      Édith d’Angleterre (1) - on sais juste qu’elle est morte brutalement et qu’il en était peiné
      Adélaïde de Bourgogne (2) - morte après son époux en 999

      ca va pas etre facile de trouvé cette histoire car wikipédia dit :
      « La justice reste une prérogative royale mais Otton n’a pas de cour suprême pour l’aider dans cette tâche. Elle est rendue par oral. »

      trouvé au passage = les femmes de l’an mille
      https://books.google.fr/books?id=c8dXDwAAQBAJ&pg=PT267&lpg=PT267&dq=edith+d%27angleterre+mort+o

    • Ah j’ai trouvé c’etait Othon III pas Othon Ier !

      Le théologien augustinien Jan van Haeght, chargé de trouver un thème adéquat, choisit la légende de la justice de l’empereur Otton III. Suivant cette légende, Otton III fit décapiter un comte, faussement accusé de tentative de séduction par l’impératrice, après qu’elle eut elle-même tenté en vain de conquérir celui-ci. Avant l’exécution, la comtesse promit à son époux de prouver son innocence en subissant l’épreuve du feu. C’est ainsi qu’après la décollation, elle démontra que l’accusation était fausse en tenant en main, sans se brûler, une barre de fer incandescente. Convaincu par ce jugement de Dieu, Otton III condamna sa propre épouse au bûcher. En allant jusqu’à la sacrifier, il se comporta en juge intègre.

      https://artsandculture.google.com/asset/justice-of-emperor-otto-iii-beheading-of-the-innocent-count-and-ordeal-by-fire-dirk-bouts/5AGtQbEd3j5HnA?hl=fr
      https://lh3.ggpht.com/Ght-fZiu57y-n5cQ8Qmlki5r6zXj82BgngQQZur8xKCUJqS2Brbjd0tXaMMV=s1200


      Dirk Bouts, La justice de l’empereur Otton III : Le supplice du comte innocent et L’épreuve du feu
      Dirk Boutscirca 1473-1475

      pour l’icono de Bouts voire ici
      http://kerdonis.fr/ZBOUTS01
      et sur cette page il y a le supplice de Saint Érasme aussi c’est mon martyre préféré !

      Mon souvenir avait déformé l’histoire, ici il est aussi question de viol, ou tentative de viol (qu’on appel séduction chez les historiens) et donc on retrouve cette fois la condamnation à laquelle Marguerite de Carrouges à échappé... parce que l’épouse du violeur à résisté à la torture...

    • oui, #brava @mad_meg !
      la recherche, c’est comme le vélo, ça s’apprend en allant ; plus on en fait, plus on trouve ;-)

      sinon, les tentatives de séduction faussement dénoncées par de viles manipulatrices, ça ne nous rajeunit pas ! Au moins Joseph et la femme de Putiphar dans la Genèse, mais ça ne m’étonnerait pas qu’il y en ait des versions encore antérieures.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_et_la_femme_de_Putiphar

    • Il me résistais depuis longtemps ce teuton d’Othon !
      Pour la femme sans nom de Putiphar, ca doit être aussi vieux que la culture du viol. Les femmes mentent toujours et le viol ca n’existe pas. Même au XXIeme on donne aux violeurs des Césars et des prix Renaudot pour les félicité.

      et pour l’antériorité du viol de Mme Putiphare il y a le conte des deux frères
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Conte_des_deux_fr%C3%A8res

      Le soir venu Bata mène le bétail à l’étable et Anubis rentre chez lui auprès de sa femme. Mais la maison est plongée dans le noir. La lumière est éteinte et le repas du soir n’est pas préparé. Dans la crainte d’une dénonciation, l’épouse qui a été prise de désir, dans sa panique, s’est enduite de graisse et de suif pour faire croire qu’elle a été battue. La femme dit à Anubis que Bata a voulu la séduire mais que devant son refus, il l’a battue. Elle ajoute que si Anubis permet à Bata de continuer à vivre, elle se tuera avant que ce dernier ne s’en prenne à elle.

      –-

      Le Conte des deux frères est une histoire égyptienne qui date du règne de Séthi II, qui régna au XIIe siècle avant notre ère à la XIXe dynastie (Nouvel Empire). L’histoire est consignée dans le papyrus d’Orbiney, actuellement conservé au British Museum qui l’a acquis en 1857.

      Plus vieux il y aura peut etre des tablettes akkadiennes mais pour aller plus loin dans le temps ca va etre difficile sans la machine de H.G.Wells

    • J’y ai repensé et il y a peut etre la chaste Suzanne mais elle à pas subit de viol, plutot une agression sexuelle car pour le viol en fait si la femme survie c’est qu’elle est coupable de mentir.
      Et les peintres s’en sont donné à cœur joie niveau culture du viol aussi sur ce motif
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Suzanne_et_les_Vieillards

      cc @antoine1 et @touti peut être que tout ceci vous intéressera.

  • Tous les virus ne sont pas microscopiques... Le masculinisme a muté et est devenu une guerre menée via les réseaux sociaux par des « moralistes » anonymes qui ciblent les féministes les plus visibles et leurs organisations, à qui on veut retirer tout droit de parole et d’association.
    C’est Marc Lépine qui serait fier de ses nouveaux émules... Lire SUZANNE MOORE, traduite sur TRADFEM : https://tradfem.wordpress.com/2020/04/01/suzanne-moore-les-femmes-doivent-avoir-le-droit-de-sorganiser-ent

    • La censure dont a été victime Selina Todd ce week-end doit nous alerter. Il nous faut protéger les droits des femmes biologiques.

      J’avoue n’avoir pas lu le texte mais seulement l’accroche que je met ici. Je suis pas trop fana de l’expression femme biologique, pourquoi ne pas dire « femelles humaines » ?

      Femme un mot chargé en #mâle_gaze car par exemple les lesbiennes ne sont pas des femmes (Wittig) et on (des mâles humains) m’a dit beaucoup de fois que je suis pas une vrai femme (car trop jeune, trop vieille, pas mère, pas bandante, pas gentille...) alors qu’on va pas me contesté que je suis une femelle et les femmes trans peuvent être des femme, si elles collent au stéréotypes qui font bander les mâles hétéros mais elles ne pourrons jamais devenir des femelles.
      Femme biologique c’est une expression paradoxale, car etre une femme c’est une construction qui n’est pas biologique c’est une expression de domination masculine (femme = épouse = propriété d’un paterfamilias) alors que femelle humaine c’est claire, il y a de la biologie, de l’animal (car on est de bêtes) et des bêtes femelles d’une certaine espèce et pas du bétail pour paterfamilias comme sous entend le mot femme. Après que des mâles aient envie de devenir du bétail pour paterfamilias finalement qu’est ce qu’on en à a faire ? Perso je lutte pour les femelles humaines, les mâles qui veulent être du bétail pour paterfamilias ne m’intéresse pas. Et les femmes trans lesbiennes ne sont pas des femmes puisque les lesbiennes ne sont pas des femmes et les lesbiennes cis par contre sont bien des femelles. Enfin pour les hommes trans, c’est encore des femelles même si ils veulent collé au stéréotype du propriétaire de bétail « femme ». Je leur garde un peu de sororité dans la mesure ou c’est pas des femelles de droite, auteur de féminicide, prostitueur et autre saleté que font les hommes avec leurs privilèges.

    • Ça m’interroge aussi comment bien parler de ces sujets, notamment avec les controverses entre féminisme et trans-activisme, car avec les mots multi-sémantiques, et qui suivant le contexte et l’époque et qui les utilise veulent pas dire la même chose, c’est compliqué.

      En général, dans les féminismes (dans plusieurs féminismes différents quoi, dans la majorité), « féminité » c’est bien une construction sociale. Mais par contre les mêmes personnes féministes utilisent « femme » parfois dans le sens « personne correspondant aux stéréotypes du féminin » (donc les femmes trans sont bien des femmes), et parfois dans le sens « femelle » humain, née avec les organes femelles (quand bien même il existe des exceptions, comme dans absolument tout, chez les humains la norme reste binaire).

      Du coup oui, possible que parler plus souvent de « femelles » peut être une solution. Mais ça reste « pas naturel » car ça fait très animaux pour la plupart des gens.

    • le sexe n’est pas une donnée matérielle mais une simple assignation

      Je ne supporte plus l’expression « assigné·e F ou H à la naissance » quand il s’agit de personnes cisgenre. Comme si cette assignation était un acte arbitraire qu’il s’agissait de « déconstruire ». C’est peut-être comme ça que le ressentent des personnes intersexe et trans, mais pour les personnes cis comme moi c’est de l’abus, de faire de tou·tes des gendernauts (plus du tout occupé·es de féminisme et de justice mais de faire valoir leur identité perso). Parler de socialisation me semble plus juste et on a vu que ça vaut aussi pour les nourrissons.

      Je connais les conséquences d’une condamnation pour transphobie lors d’un procès invisible sur les réseaux sociaux. Dans mon cas, cela a été synonyme de menace de viol et de mort sur moi et les enfants, avec l’intervention de la police. (...) Pendant que Polanski recevait un César, Todd était obligée de se taire.

      Ça n’a rien à voir (ou alors de très loin, parce que les mêmes réseaux qui arrivent à faire valoir les droits des trans échouent à faire cesser la reconnaissance excessive témoignée à Polanski) mais ça a de quoi interroger. Et oui, c’est hallucinant que sous prétexte de féminisme des femmes cis soient frappées par des mecs cis ou mecs non-binaires, encore plus qu’elles subissent des #violences_masculines typiques ou menaces de. De mecs qui se disent plus féministes que des féministes. Et qui en profitent pour se refaire leur feminist cred (de proféministes de merde, la posture d’allié ne sert pas à ça).

      On ne parle jamais d’hommes qui devraient laisser un espace aux hommes trans. Ce sont une fois encore les femmes qui doivent céder.

      Nous sommes une majorité à souhaiter la meilleure vie possible à la petite minorité de personnes trans. Cette vie que nous leur souhaitons est une vie sans violence masculine. Les pires violences que subissent les trans ne sont pas le fait de féministes, contrairement à ce que l’on pourrait penser si l’on s’en tient aux accusations sur twitter.

      Les femmes doivent se protéger de la violence masculine, ce pourquoi nous réclamons des espaces en non-mixité. Ce besoin de protection doit être garanti pour les femmes les plus vulnérables, notamment celles qui vivent dans des centres d’hébergement d’urgence et les détenues. Il s’agit encore et toujours du patriarcat à l’oeuvre. D’ailleurs, comment en sommes-nous arrivés à ces nombres affolants et sans cesse croissants de jeunes filles qui demandent à se faire prescrire des traitements contre les troubles de la dysphorie du genre, alors qu’un nombre non négligeable d’entre elles finissent par regretter d’avoir eu recours à un dispositif qui les a rendues stériles ?

      Les femmes ont le droit de dénoncer les violeurs. Nous avons le droit de nous exprimer et de nous organiser sans nous entendre dire que nous exprimer est, en soi, dangereux. Continuez de me dire d’aller « crever au fond d’un fossé » et de me traiter de « terf », vous ne serez pas les premiers : quoique vous disiez, je m’identifie comme une femme qui ne compte pas se tenir tranquille.

    • D’ac avec Antonin pour trouver abusive cette notion d’assignation du sexe, alors qu’il s’agit d’une simple observation par le ou la médecin, exacte dans 99% des cas. Ce sont les stéréotypes de genre qui sont assignés, plus tard, et l’idéologie trans tend à enchâsser ces stéréotypes. La situation me semble appeler un débrouillage sémantique. Les féministes que nous traduisons rejettent le terme « femme trans » que s’est approprié la frange militante/masculiniste des hommes qui disent « s’identifier comme » femmes, Et la très grande majorité des féministes rejettent aussi le label « cisgenre » qui suggère que l’ensemble des non-trans s’identifiant aux stéréotypes accollés à leur sexe (rien de plus faux, surtout dans le cas des féministes) et y voient une OPA démontrable contre les femmes et leurs droits. Ce sont plutôt des femmes aux opinions « libérales » qui se laissent convaincre de se qualifier de « cisgenres », laissant l’appellation femme dériver vers laune identité purement sociale et choisie plutôt que marquée par la biologie et imposée par le patriarcat, contrairement à l’idéologie du ressenti et d’un libre choix ouvert aux hommes. Enfin, c’est c que j’en comprends - et je suis particulièrement prudent des tentatives mascuines de jouer « les féminismes » l’un contre l’autre sur la base de définitions plus polémistes qu’objectives...

    • Pardon, j’essaie d’habitude de faire la différence entre cissexuel·le et cisgenre et d’utiliser les deux dans leur sens le plus précis. Une certaine autrice que je connais bien a été présentée comme « cissexuelle et cisgenre » par des activistes pro-trans qui voulaient virer son bouquin des rayons d’une librairie anarchiste. Je la connais assez bien pour savoir qu’elle est cissexuelle (née femelle, identité sociale féminine) mais pas cisgenre (elle est régulièrement mégenrée et a une expression de genre ambiguë) et d’ailleurs il n’y a peut-être que Ken et Barbie qui sont cisgenre parce que les personnes qui se disent non-binaires et les personnes trans ne sont pas les seules personnes qui galèrent avec les normes de genre.

      En revanche, je dis « femme trans » et « homme trans » par souci d’apaisement, parce que je trouve très violent de dire « trans femme » comme vous faites quand ce mot est si investi par des personnes.

      Mais je refuse de dire « trou de devant » et « trou de derrière » comme si les femmes n’avaient que des trous à foutre (pourquoi pas trou du haut qui accessoirement sert à autre chose qu’à tailler des pipes ?), comme si un vagin (vestibule de l’appareil reproductif femelle) et un anus (sortie de l’appareil digestif) n’étaient que des orifices dédiés à la pénétration sexuelle et que leur fonction propre était secondaire.

      De même, je refuse de parler en général de « personnes » enceintes ou qui ont leurs règles. Ces personnes sont assez souvent des femmes pour ne pas les invisibiliser. Voilà comment j’essaie de m’accommoder, rester audible, « faire violence » le moins possible.

    • Mais sur ces questions, entre les automatismes (moi qui dis « cisgenre » par manque de diligence) et le langage identitaire qu’on répète parce que c’est comme ça qu’il faut parler (1), c’est peu de dire que beaucoup de paroles sont devenues insensées.

      (1) Par exemple j’ai vu apparaître « mixité choisie » parce que « non-mixité » semblait trop dur et pas si vrai puisqu’il y a d’autres mixités que de genre. Ok. Mais maintenant on dit « non-mixité choisie » parce que personne ne comprenait « mixité choisie » ou parce que des meufs qui ont confondu avec « non-mixité » l’ont répété plus souvent. L’impression d’être dans une volière de perroquets des fois. Ce serait drôle si les personnes qui utilisent des termes « problématiques » ne se faisaient pas assassiner avant qu’on comprenne si :
      –c’était simple ignorance ;
      –c’était de la méchanceté ;
      –elle a des arguments audibles.

    • Je crois qu’il y a beaucoup de mauvaise foi chez ceux qui combattent pour imposer leur idéologie et qu’il ne faut pas perdre trop de temps à chercher à les « apaiser ». Ce qui est en cause pour les femmes dans leur désir d’espaces où des hommes (bio) ne s’imposent pas, c’est tout simplement la liberté d’association, qui a toujours été combattue par les dominants de race ou de genre. Que penserait-on par exemple de Blanc-hes qui s’identifieraient comme Noir-es et chercheraient à imposer cette perception aux Noir.-es pour éluder la position dominante des Blanc-hes ? Il est bien pratique, lorsque des hiérarchies deviennent dénoncées, de se dre « non-binaires » pour esquiver cette critique, comme a tenté de le faire Arnaud Gauthier-Fawas à « Arrêt sur images » l’an dernier.

    • D’accord avec ce que vous dites tou·tes le 3 il me semble pas y avoir de grosse contradiction entre ce que nous disons ici.
      Revenir à femelle et mâle ca me semble clarifié pas mal les choses par rapport aux questions trans et sans cherché l’apaisement des personnes trans et allié·es de mauvaise foi.
      Le truc qui me chiffonne par contre c’est la récupération opportuniste des intersexes par les trans et allié·es. Les intersexe n’ont absolument pas les mêmes problématiques que les trans et pour elleux la question de l’assignation à un sexe se pose puisqu’illes sont intersexe justement et qu’on les mutile contre leur volonté pour les assigné·es de force à un sexe ou l’autre alors que les trans sont soit mâle soit femelle et ce sont elleux qui s’assignent tout·es seule en se cachant derrière les intersexes qui sont du coup devenus invisible. J’ai vu arrivé les questions d’assignation avec Anne-Fausto-Stearling qui parlait des intersexes et très rapidement les trans se sont emparé de ce vocabulaire pour servir leur intérêt individualiste et cela au détriment des intersexes et des femmes-femelles et au bénéfice des hommes-mâles.

      J’en parlais il y a pas longtemps avec une féministe qui me parlait d’Océan. J’ai essayé de lui expliqué qu’à mes yeux Océan c’est un auteur de féminicide, il a tué la lesbienne invisible, pire il l’a annihilé totalement comme si on avait même plus le droit de l’évoqué sans commetre un crime de lèse transidentité et je voie pas ce qui est super à anihilé la seule lesbienne qui faisait des one-woman-show en france un peu visible du grand public pour la remplacer par un homme hétéro fut-il trans.
      La discutions c’est arrêté là elle n’a pas voulu répondre à ma question et on a changé de sujet pour pas s’embrouillé le reste de la soirée. Et à chaque fois que j’en parle à une féministe de cette tendance je ne trouve jamais de réponse à mes arguments, on me renvoie c’est que c’est des personnes qui souffrent et que c’est pas important la sécurité des femmes-femelles en prison ou dans les vestiaires, sauna et autres lieux de non mixité par rapport à la souffrance d’une femme trans.

    • D’accord avec vous Mad Meg. Il n’y a pas que les personnes intersexe qui sont récupérées et en fait exploitées par le transactivisme. Toutes les femmes et tous les hommes qui regimbent face aux stéréotypes de genre sont sommairement qualifié-es de « cis » s’iels ne s’identifient pas comme « trans », un terme ("cis") censé englober quiconque ne s’identifie pas à Ken ou Barbie. Beaucoup de gais, de lesbiennes et même de trans progressistes ont d’ailleurs commencé à refuser cette assignation à résidence" sous le parapluie du lobbying trans.

    • Pour ce qui est de l’utilisation du mot « femelle », il a un sens très péjoratif en français que n’a pas le nom ou l’adjectif « female » en anglais. L’anglais utilise presque indifféremment les concepts de « female » et « woman » - comme ceux de « sex » et « gender » jusqu’à il y a peu - et cela ne facilite pas la compréhension mutuelle, surtout en contexte polémique. Je doute que les femmes voudront ou devraient s’identifier comme « femelles » pour abandonner le mot « femmes » aux hommes que cette identité intéresse. Je ne vois pas beaucoup de femmes en être convaincues en tout cas.

    • Ça me semble important, de n’avoir un vocabulaire ni complaisant ni irrespectueux parce que côté pro-trans se trouvent plein de féministes que j’aime bien et qui, je pense, font une erreur historique (qu’elles regretteront quand le parapluie trans va se déchirer). En attendant, garder la possibilité de leur causer s’impose. Et un peu de respect pour les personnes, au passage. Je ne veux pas que les personnes trans se sentent offensées par mon propos en tant que personnes trans (vraiment pas) mais critiquées si elles sympathisent avec une idéologie individualiste toxique dont s’emparent des masculinistes gynophiles qui pensent que leur place est partout. Question de respect, de compromis, de terrain où il est possible de se parler.

      Je n’avais pas pensé à Océan comme meurtrier de la lesbienne invisible mais oui, je ressentais un peu sa transition comme ça. J’ai une copine lesbienne en Malaisie dont une amie est devenue un mec trans hétéro, fini les problèmes (son passing est nickel et cette société musulmane est moins transphobe que la nôtre) et même s’il est encore un peu engagé sur les questions de genre elle vit ça comme une trahison.

    • Ok pour laisser mon idée de femelles de coté ^^ c’etait une tentative.
      Pour ce que tu dit @antonin1 sur l’acceptation des trans dans la culture Malaisienne, il me semble justement que le transgenrisme est très compatible avec le patriarcat le plus hardcore. Du temps où les femmes n’avaient pas le droit de joué la comédie c’etait les hommes qui tenaient ces rôles, au Japon dans l’opéra, en europe à la renaissance, et dans plein de cultures il y a des trans. Pour l’albanie ou ce sont des hommes trans, c’est soit des veuves soit des vierges et uniquement pour continuer la boucherie de la vendetta quant tous les hommes se sont entre tués même si aujourd’hui certaines femmes deviennent des hommes par solidarité et pas par choix de devenir des hommes ca reste vraiment problématique. J’avais vu un docu qui parlait des femmes trans en Iran, les molah tellement homophobe imposaient aux gays de changer de sexe pour rester hétéros et quant aux lesbiennes elles ont toujours été invisible et probablement mariée de force sans qu’on leur offre la possibilité de devenir des hommes. Bref tout ca pour dire que à mes yeux le transgenrisme c’est plutot un reliquat sexiste très rétrograde qu’une avancé sociale.
      humm à ecrir tout ca je me dit que ca va me couter cher car je ne suis pas anonyme ^^

    • « D’accord avec vous Mad Meg. Il n’y a pas que les personnes intersexe qui sont récupérées et en fait exploitées par le transactivisme. »
      Stp @martin4 le vouvoiment n’est pas très poli sur le net. ^^
      Je parlais des intersexes rapport à la remarque sur l’assigniation que faisait @antonin1 à mes yeux l’assigniation concerne les intersexes mais pas les trans. A part peut etre les malades de distrophie de genre qui sont très très rare et ont besoin d’un psychiatre et chirurgie loure pour ne pas se suicidé mais ca n’est que très très peu des trans et là aussi on joue sur les 2 tableaux. C’est une maladie quand ca sert l’argumentaire trans et c’en est pas une si sa sert l’argumentaire trans.

    • OK. Désolé pour le vouvoiement, j’apprends graduellement les codes...`Quant au risque d’être « irrespectueux » dont parle Antonin, c’est pour cela qu’il est important de cibler l’idéologie (trans)genriste et non des personnes qui s’identifient comme « trans ». Le lobby transactiviste se sert de glissements sur ce plan pour tenter de discréditer toute critique de ses outrances comme « transphobe »... y compris celles de personnes trans qui refusent d’être ainsi charriées.

    • Pas de soucis @martin4 la netiquette à des codes un peu différents de la vie de tous les jours. Le vouvoyement c’est un peu vieux monde vertical alors que le web c’est plutot horizontal (on essaye en tout cas). J’espère pas avoir dit de truc irrespectueux contre les personnes trans mais c’est possible qu’Océan soit pas fana de ce que j’ai dit sur son féminicide de la lesbienne invisible....

    • un peu hors sujet, mais j’aimerais rappeler que le 8 mars dernier, à Paris, pendant la manif pour les droits des femmes donc, des personnes du CAPP se sont salement fait agressées par des « antifas ».

      https://twitter.com/CAPP_Radfem/status/1237836773235011584

      http://osezlefeminisme.fr/des-femmes-des-survivantes-de-la-prostitution-agressees-lors-des-man

      L’idée semblait être de « se faire des abolos ». C’est aussi arrivé à Bruxelles, Madrid et Toulouse. Déjà 1. je vois pas du tout le rapport entre antifascisme et antiabolitionisme. Autant bouter hors de la manif un cortège de femmes fafs (et c’est d’ailleurs arrivé à Paris), je comprends, mais là ?

      Du coup 2.qui sont ces gens (ceux qui se mettent en tête de frapper des abolos) ? J’ai eu du mal à ne pas tout de suite penser au genre de trans qui collent « Les Terfs au bûcher » mais visiblement personne n’en sait rien, et d’ailleurs très peu de gens parlent de ce machin, aucun scandale, alors que pour moi c’est... enfin chai pas c’est grave quoi.

      L’association « abolitionisme =fascisme » j’imagine qu’elle vient des vieux trucs cathos moralisateurs, mais je veux dire merde, Dworkin quoi. Et depuis la fin des années 70, c’est vraiment pas nouveau...

    • J’avais pas vu cette histoire merci pour le signalement @tintin
      Les militantes pro-trans que je connais sont aussi pro-putiers et ont très peu de conscience politique. Cette années j’en ai rencontré une qui m’expliquait toute contente qu’elle a offert une prostituée à un proche un peu retardé mental qui avait du mal à pécho et qui était encore puceau à 19 ans. Je lui ai dit qu’elle aurais mieux fait de lui couper la bite.

      Et j’ai rencontré aussi une « travailleuse du sexe » qui m’expliquait que son travail était bénéfique un peu comme une psy. Elle m’explique alors qu’elle a permis à un de ses putiers, père d’une gamine de 12 ans, de découvrir que son fantasme c’etait de coucher avec sa fille de 12 ans et donc elle se déguise en gamine de 12 ans avec lui. J’ai faillit vomir car mon agresseur allait se chauffer aux putes avant de venir se branler sur moi quant je dormais quand j’avais 13 ans jusqu’à mes 18 ans que je me barre de la maison familliale. Je lui ai demandé comment elle savait que ce père n’allait pas violer sa fille maintenant qu’elle l’avait aidé à « découvrir son vrai fantasme et le réalisé » et elle me répond « je le connais je sais que c’est un mec bien »... un putier un mec bien... j’en étais malade et je le suis toujours.
      Et paradoxe assez fantastique quelques minutes plus tard elle explique à quel point elle méprise ses putiers (elle les appelait des clients) mais bon elle a confiance qu’il viol pas la gosse ! Du coup celle là je la considère plutot comme une « travailleuse du viol » qu’une « travailleuse du sexe ».

    • L’association « abolitionisme =fascisme » j’imagine qu’elle vient des vieux trucs cathos moralisateurs

      En France, beaucoup de mouvements abolitionnistes sont tenus par des féministes « universalistes » c’est à dire en pratique islamophobes et anti-intersectionnalité... c’est peut-être une des raisons de ce mélange des genres.

    • @mad_meg désolé de te faire ruminer des histoires pareilles en pleine confiture... Je sais pas quoi dire... J’espère que tu tiens le coup.

      @baroug j’ai l’impression que c’est en train de changer et que le CAPP en question ne porte pas ce genre de discours... mais bon j’en sais rien, je ne suis pas dedans. Et quand on se tourne vers au moins une fondatrice, Dworkin, c’est pas du tout ce genre de chanson.

    • Merci @tintin ne t’inquiete pas je ne l’ai pas ruminé celle là, je l’ai juste posé ici et j’ai fait un gros dodo de 6h ce qui est un record pour moi. Et au reveil je rumine « Lallement ton camps c’est le camps de la mort »
      Bonne journée à toi et à toutes et tous.

    • En effet, le trajet de Dworkin, de Catharine Mackinnon et de John Stoltenberg dément tout à fait le travail de salissage fait par l’industrie de la porno pour les associer à la droite religieuse ou autre, alors que leur projet dre permettre un recours civil des personnes à qui la pornograhie portait préjudice était ancré dans une résistance collective des milieux populaires et majoritairement Noirs de Minneapolis et St.Louis en 1983-1984, résistance au dumping de la porno et de la prostitution dans les quartiers les plus pauvres de ces villes. Elles ont documenté ce travail peu connu et occulté par la presse libérale dans le pamphlet « AGAINST THE FLOOD » , peu connu mais affiché en ligne avec d’autres textes radfem marquants sur https://radfem.org

    • Je pense avoir passé ici les nouvelles de l’agression du 8 mars. En ce moment, le récit qui s’impose, c’est « les TERF sont fascistes, elles ont des liens avec l’extrême-droite en Amérique du Nord ».
      https://www.liberation.fr/debats/2020/02/26/le-debat-sur-la-place-des-femmes-trans-n-a-pas-lieu-d-etre_1779708
      Je ne sais pas ce à quoi elles se réfèrent mais en Amérique du Nord la question de l’avortement est hyper tendue et aucune féministe trans-exclusive que je connais (Murphy, etc.) ne ferait alliance avec des raclures qui réussissent à dicter à des femmes dans certains États ce qu’elles doivent faire d’un fœtus qui s’est accroché à leurs ovaires (je dis ça vite, je ne sais plus où ça s’accroche). Mais le bruit court et les perroquets répètent ça sans esprit critique.

      J’en parle depuis cinq ans que j’observe ce phénomène grégaire (et la facilité sororale avec laquelle on se traite de transphobe en toute bienveillance, comme si la phobie n’était pas une accusation grave et comme si tout défaut de complaisance était comparable à une expédition pour aller casser du gay ou de la pute trans). Mes copines féministes qui ont lu plus que moi me disent à quel point tout ça leur semble assis sur un manque de culture féministe et de réflexion individuelle, ça se propage comme un virus (comme le nom de cette page).

      C’est d’autant plus triste que beaucoup tient à cette absurdité de « privilège cis » qu’il faudra dégommer un jour : c’est un privilège d’être un mec cis, pas une femme. Or, une manière peu fine d’envisager les choses conclut que les personnes trans étant discriminées, parfois violentées en raison de ce qu’elles représentent, elles devraient être en haut des préoccupation de toutes et dicter l’agenda. Je vois plein de chouette féministes tomber dans le panneau.

      Certaines en oublient ce qu’est le genre : une expérience sociale et acceptent la définition de l’identité de genre comme ce que chacun·e s’est imaginé de soi (homme ou femme, non-binaire, licorne). Mélusine par exemple donne une leçon de féminisme matérialiste sur Twitter, expliquant que les ovaires ne font pas l’expérience sociale, puis finissant sur le sentiment d’être femme. Ah tiens, l’expérience sociale vient du sentiment individuel maintenant.

      Bref... Et sûr que des idéologies très réacs acceptent la transidentité plus facilement que l’homosexualité et des expressions de genre ambiguë tant que ça reste hiérarchisé. J’avais écrit « binaire et hiérarchisé » mais ce paradis des droits des femmes edit : qu’est le Pakistan a créé un 3e genre officiel et plein de pays qui s’engouffrent dans des politiques très favorables à la reconnaissance du sentiment d’être femme ou de ne pas être homme ont des politiques merdiques en matière de genre. Et ça ne fait pas gamberger des jeunes féministes grégaires, que les gouvernements qui tiennent au droit des fœtus à rester accrochés deviennent si « progressistes » en matière de droits des trans...

      Quant à la violence que ces rumeurs autorisent, ben non, strictly no, comme @tintin. Où on en est si le féminisme justifie que d’autres féministes (a fortiori des hommes !) viennent faire taire des féministes ?

    • J’oubliais, dans ma dernière expérience queer, on a rdv avec une travailleuse du sexe latina autochtone de classe populaire pour entendre son vécu sur la prostitution. Ok, c’est super, on va pouvoir décaler notre regard, entendre d’autres expériences. J’arrive au rdv, la meuf n’est pas là mais il y a un gars avec une expression de genre ambiguë. Finalement le truc commence et c’est elle, une femme trans qu’on peut légitimement prendre pour un homme puisqu’elle a un corps d’homme sur son expression de genre ambiguë. Ensuite, cette personne prend la parole comme ses potes doctorant·es, un vocabulaire hyper savant et de grandes notions abstraites. Le premier truc qu’elle nous dit c’est un explication foucaldienne de comment elle refuse de laisser le biopouvoir transformer son corps et justifie très savamment d’être une femme avec un corps masculin, le menton simplement rasé de très près. Autant pour les classes populaires qui s’expriment !

      (Je veux bien mais il y a un petit parasitage avec les classes intermédiaires universitaires, soit le couple queer de chargé·es de cours doctorant·es qui nous invite dans leur grand et bel appart en petite couronne et se présente sans cesse comme racisé alors qu’il est de la bourgeoisie blanche mais d’un pays périphérique, le mec (trans) ayant d’ailleurs les yeux bleus et un nom français, par hasard).

      L’impression d’être au concours de la plus malheureuse avec des points « check ton privilège » distribués malhonnêtement. Moi qui vis dans 12 m2 et me force à amener chez moi l’un des instruments du groupe de musique en question alors que je n’ai pas la place, je note qu’ici un tambour ne se remarque pas alors que chez moi il est direct au milieu. Bref.

      Ensuite j’écoute la « travailleuse du sexe » qui nous explique que ses clients sont si gentils, elle prend bien soin d’eux. Mais les autres femmes, celles qui vont devoir sucer parce que les putes sucent, se laisser enculer parce que les putes vendent des sodomies, toutes ces meufs dont la vie est sûrement bien plus sympa dans une société prostitutionnelle, elle nous explique qu’elle n’a aucune solidarité envers elles, elle a besoin de croûter et elle est la plus malheureuse alors elle fait ce qu’elle veut.

      (Moi, in petto mais j’ai pas le droit de le dire : connard, mets-toi ta solidarité masculine dans le cul et arrête de nous dire que tu es féministe.) Mais j’argumente gentiment et je me fais expliquer la vie par l’une des deux doctorant·es qui me sort deux fois le même discours (elle n’a pas pris la peine de rester sobre et son élocution est aussi très lente, merci l’alcool) comme quoi c’est une expérience sociale que je ne peux pas comprendre (moi qui suis si bourgeoise blanche dans mon 12 m2, ce que je ne nie pas entièrement) alors j’ai la chance qu’on m’explique en toute bienveillance.

      Soirée de merde ! L’impression de toucher le fond en matière de décence. Quelle que soit la situation du jeune mec queer qui suce des bites parce que c’est la meilleure manière qu’il a trouvé de gagner sa vie (pas de jugement), je ne vais pas bouffer de ce féminisme simplement parce qu’on me dit que c’est bon.

    • Ah oui sacrée soirée de merde… solidarité. J’ai l’impression d’être en décalage complet pour une partie non négligeable des news ou communiqués des groupes militants du coin, inclus le planning familial qui ici relaye aussi le genre comme identité perso et l’anti-terf, en tout cas dans les fils publics. Avec comme tu dis ce genre de vocabulaire savant, déconnecté de ce que vivent la majorité des prostituées ou femmes en général. Et déjà que je trouve pas des masses de temps pour participer à beaucoup de choses, ça me rebute encore plus d’ouvrir la bouche (encore plus en tant que mec, logiquement encore plus douteux que j’émette un avis).

    • Bon j’en profite pour passer un appel, j’adorerais que les bio de Dworkin soit traduites. Je n’ai lu que ses discours et coït, et j’ai trouvé les discours et les récits biographiques très forts, alors que les trucs théoriques m’ont un peu perdu, pour dire le moins (quand elle dit qu’une femme ne peut pas violer parce que pas l’organe, c’est... enfin bon, je tolère tout à fait une certaine exhaltation, et à vrai dire je pense que je suis prêt à entendre beaucoup de choses de la part de cette femme, c’est juste qu’à chaque fois qu’elle raconte sa vie, c’est... la foudre). Sinon j’ai pas grand chose à apporter au débat, loin d’être calé en féminisme, traîne à peine dans les milieux, me demande quand même si ce sont bien des mecs qui ont attaqué le cortège du CAPP, et si tout ça à un rapport direct avec les machins terf vs trans en cours...

    • Pourtant ya pas que des jeunes au planning ici, moi ça fait depuis la rentrée que j’ai le flyer dans la cuisine parce que si j’avais un peu de temps c’est à ça que j’avais envie de participer, mais j’ai un mélange de « j’ai pas le temps » et de « pfff ça fait peur si je me retrouve avec ces débats sous le nez sans jamais pouvoir rien dire ».

    • Tous les plannings se déchirent (il n’y en a que quatre qui sont perdus et ont signé la tribune dégueue de Libé), c’est un peu générationnel mais cet angle désidéologise grandement le conflit.

      @baroug, la réduction ad Hitlerum de l’abolitionnisme ne tient pas trop la route. Delphy s’est super bien engagée sur le voile et contre l’islamophobie, or elle est abolitionniste ou contre la reconnaissance sociale de la prostitution (je fais la nuance mais je ne crois pas qu’elle soit si répandue, certainement pas dans ces violences qui se multiplient). Elle n’est pas la seule, je ne sache pas par exemple que @mona soit islamophobe et pourtant elle a publié un très bon article contre les réglementaristes. Et un détail : parmi les meufs violentées à la manif, certaines étaient survivantes de traite et de prostitution, pas trop des féministes blanches bourgeoises catho. C’est des clichés qui font mal, qui alimentent cette guerre violente et bête, faites de préjugés répétés et de raisonnements à l’emporte-pièce.

    • Je sais bien pour Delphy et Mona mais précisément leurs positions sont assez marginales du point de vue des forces politiques. Les mouvements organisés sont très majoritairement divisés sur cette ligne : ce n’est pas un jugement de ma part — d’autant plus que je n’ai absolument aucune légitimité pour le faire —, mais en terme de forces politiques en France il me semble que c’est un constat assez clair.

    • Je pense que l’aspect générationnel est assez important car le féminisme souffre toujours d’un problème d’historicisation ou de mémoire. On fait souvent comme si le féminisme commencait dans les années 1970 avec le MLF et MLAC et des fois on va jusqu’aux suffragistes mais les Saint-Simoniennes on connais pas et je parle pas des fouriéristes. La nouvelle génération considère que le féminisme est né chez les queer dans les années sida (enfin pour celles avec qui j’ai discuté c’est grosso-modo l’idée) et voient le féminisme des plus agées comme le truc de Schiappa... Faudrais leur parlé de Madelaine Pelletier peut etre ou des vesuviennes.

      https://www.liberation.fr/debats/2017/03/07/christine-bard-il-faut-en-finir-avec-le-cliche-des-feministes-bourgeoises

      https://www.youtube.com/watch?v=d8w_XvbDiW4

    • Et puis en fait je trouve en ce moment problématique de réduir la lutte des femmes pour leurs droits à l’existence du mot « féminisme ».
      Je pense que les femmes se battent pour pas etre du bétail depuis qu’il y a des femmes. Par exemple l’origine du nom d’Athène témoigne d’une tentative des femmes pour obtenir des droits.

      D’où vient le nom d’Athènes ?

      Selon la légende, deux grands dieux se disputaient la protection d’une petite ville. Cécrops, le roi de cette ville, cherchait en effet à lui donner un nom. Il décida que ce serait la divinité qui ferait le présent le plus utile aux autochtones qui remporterait le « concours ». Poséidon, le dieu des océans, fit jaillir des roches de l’acropole une fontaine d’eau salée ; Athéna, quant à elle, offrit un olivier. Le roi, pour départager les deux concurrents, fit appel à son peuple pour qu’il votât. Les hommes choisirent Poséidon, et les femmes Athéna ; mais il y avait dans l’assemblé plus de femmes que d’hommes. Ainsi, la déesse victorieuse donna son nom à la cité.
      On peut voir apparaître dans cette légende la première forme de démocratie, où tout le monde vote, sans exception, car Cécrops, le roi dont on parle dans cette histoire ancienne, a sûrement vécu aux alentours de 1600 - 1700 avant J.C. Une page spéciale de ce site est d’ailleurs consacré à la démocratie dans cette cité.
      Cette légende sert aussi « d’excuse » : les Anciens s’en sont servi afin d’expliquer pourquoi les femmes furent, par la suite, interdites de plusieurs choses : le droit de vote, bien sûr, mais aussi, par exemple, celui de donner leur nom à leurs enfants. La suite du récit raconte donc que Poséidon, furieux après sa défaite, menaçait de ravager la pays ; les hommes intervirent pour l’apaiser, en interdisant aux femmes ces privilèges.

      http://hellada.free.fr/athenes.html
      Si des hommes ont voulu interdire aux femmes de voté, c’est qu’il y avait des femmes pour le revendiquer sinon pas besoin d’interdire.

      Même chose pour Lysistrata qui rend compte d’une grève des femmes qui s’est fini en viol de masse et dont les hommes ont fait une comédie.
      https://seenthis.net/messages/783981

    • Et puis en ce moment on est en plein #backlash de tous les cotés
      En témoigne cette image posté hier sur seenthis en plein conseil de guerre de la couille contre le corona pendant que les meufs se tapent le sale boulot (88 % des infirmières, 90 % des caissières, 82 % des enseignantes de primaire, 90 % du personnel dans les EHPAD sont des femmes. Sans même parler du personnel de crèche et de garderie mobilisés pour garder les enfants de toutes ces femmes mobilisées en première ligne.)

    • Moi c’est une copine qui a bossé au mouvement du nid qui m’a convaincu. Un an, dans un bus, la nuit, à distribuer capotes et tout le bazar, à discuter, c’est très concret, très ici et maintenant, on fait quoi ? Et en même temps, ça n’empêche pas de dire un truc aussi simple que : c’est pas normal, que les hommes aient cet accès au corps des femmes. Et on a pas envie que ça continue, même en mieux.

    • N’oublions pas que les Pangolins ont été massacrés et vendus sur les marchés pour que la bite de ces messieurs soit bien dure. Et les femmes vont crever pour des pourritures qui continuent à ne regarder que leur bite.

    • Je vois aussi plein de jeunes femmes, à Osez le féminisme et dans les organisations, dont on peut supposer qu’elles sont réglementaristes et transinclusives, hein, elles sont jeunes et un peu de gauche et ces positions sont surreprésentées. Et surprise, elles sont plutôt hostiles à la reconnaissance sociale de la prostitution (sans être forcément abolitionniste je sais quoi faire) et se posent des questions sur l’inclusion des trans (plutôt favorables mais sans complaisance sur l’identité de genre auto-proclamée). Sur le voile, je ne sais pas trop mais chaque meuf sceptique sur la capacité du voile à libérer les femmes ne peut pas être taxée d’islamophobe. Il y a toujours tellement plus de nuances que camp du bien/camp du mal sur les questions de voile, prostitution et transinclusivité. Plein de nuances à explorer mais on met en scène des débats hyper trash et clivés au lieu d’essayer de s’entendre et de mobiliser notre intelligence.

      Sur l’abolition, j’ai rencontré une meuf du Nid à qui j’ai dit que l’abolition me semblait une mesure extrême, qu’on peut continuer à laisser pisser tout en travaillant culturellement à faire comprendre qu’on n’achète pas le consentement. Cette femme m’a dit que parmi les membres du Nid il y avait des survivantes de prostitution qui ne souhaitaient pas apparaître publiquement, que cette parole est peu présente dans l’espace public à cause de leur refus, et cela empêche leur voix de se faire entendre. Quant aux châtiments terribles qui sont infligés aux clients, elle me disait que c’est un stage façon « hommes violents » pour faire comprendre des trucs de base avec lesquels n’importe quel mec pourrait commencer sa vie sexuelle plutôt qu’aller au boxon avec son oncle. Si c’est vrai, ça interroge sur le foin que sont capables de faire les réglementaristes parce que c’est pas grand chose au vu de la menace continue que les clients font vivre aux prostituées (elles disent qu’elles gèrent mais ajoutent qu’elles gèrent en étant toujours aux aguets).

      Soit cette meuf était une immonde merde manipulatrice, soit vraiment on a affaire à un espace public dans lequel les féministes subissent un gros backlash qui caricaturent et ringardisent à fond des positions plus fines et nuancées et moins fascistes que ce qui est couramment exprimé à leur propos. Moi dans cette guerre je ne veux pas être un·e idiot·e utile.

    • Sur la photo qui a tourné ces derniers jours, j’ai vu une version cadrée autrement où on voyait des femmes. Il semble qu’il y en avait 6 à cette réunion au sommet... N’empêche, en ce moment il n’y a que des féministes pour faire apparaître le prisme du genre pendant que les hommes qui causent partout restent dans leur universel masculin.

    • je colle ça ici parce que je vais pas en faire un billet dédié non plus. Ce sont 10 #podcast à propos des travailleuses·rs du sexe. « La politique des putes » réalisé par Océan dont parle @mad_meg
      https://art19.com/shows/intime-politique
      source : https://www.brestculture.fr/la-selection-de-podcasts-d-avril-20.html
      Sans modifier mes préjugés sur le #strass, il y a énormément d’infos pour chaque épisodes. je suis tombé sur un lien de la revue période @periode déjà publié sur seenthis : Sur le travail sexuel : une perspective féministe révolutionnaire par Johanna Brenner
      https://seenthis.net/messages/356308
      et celui-ci : Sex, Work and Capitalism by Nancy Holmstrom
      http://logosjournal.com/2014/holmstrom
      et en dérivant un peu plus un p’tit article publié par le Canard enchaîné. source twitter


      #prostitution

  • Nationalspielerin : Müller kritisiert Playboy-Shooting ihrer Kolleginnen - Frauenfußball-WM - Stuttgarter Zeitung
    https://www.stuttgarter-zeitung.de/inhalt.nationalspielerin-mueller-kritisiert-playboy-shooting-ihr

    Sie erhalten diesen Newsletter, weil Sie weitere Informationen zu Playboy wünschten.

    C’est un mensonge.

    Alors là, ils me prennent pour pour qui ? D’abord je me demande pourquoi le-service-de -paiement-en-ligne-incontournable m’envoie une pub pour le Playboy. J’ai besoin d’un moment pour comprendre que d’après eux je corresponds au profil suivant :

    – Je suis un homme donc je m’intéresse au football
    – En tant que mâle j’aime regarder des femmes à poil.
    –> on m’impose une pub pour des photos de l’équipe de foot nationale (f) sans uniforme.

    Eh bien non, je n’ai plus 16 ans et je pense que l’unique mérite du Playboy c’est d’avoir publié une série d’articles sur les Illuminati.
    https://en.wikipedia.org/wiki/The_Illuminatus!_Trilogy#Publishing_history

    The trilogy was originally written between 1969 and 1971 while Wilson and Shea were both associate editors for Playboy magazine. As part of the role, they dealt with correspondence from the general public on the subject of civil liberties, much of which involved paranoid rants about imagined conspiracies. The pair began to write a novel with the premise that “all these nuts are right, and every single conspiracy they complain about really exists”.

    Le foot ? Euh, je sais que ca existe et qu’à l’école j’ai pu participer aux matchs sans trop de blessures après avoir compris qu’il faillait surtout frapper dur (foul !) afin de se faire respecter et de se venger des agressions de l’adversaire.

    Fußball-Weltmeisterschaft 2006
    https://de.wikipedia.org/wiki/Fu%C3%9Fball-Weltmeisterschaft_2006

    Depuis je me rappelle de l’été 2006 quand l’asso nationale de foot avait acheté le championnat du monde et toute la ville de Berlin s’était transformée dans une masse qui beuglait les plus beaux slogans nationalistes. On a gagné et patati et patata !

    Les femmes nues ? Oui, je suis pour, mais en vrai et à partir d’un age qu’on ne rencontre que rarement sur les pages du playboy ;-)

    Est-ce que j’ai le droit de me plaindre ?

    Auf dem Playboy-Cover der Juli-Ausgabe des Männermagazins zeigen sich fünf Nationalspielerinnen in sexy Posen. Foto: Playboy

    Wolfsburg - Fußball-Nationalspielerin Martina Müller hat die bewusste Vermarktung weiblicher Reize einiger ihrer jüngeren Team-Kolleginnen kritisiert. Auch für die Nackt-Aufnahmen von Nachwuchs-Nationalspielerinnen im Magazin „Playboy“ habe sie kein Verständnis, sagte die derzeit verletzte Stürmerin vom Bundesligisten VfL Wolfsburg der „Braunschweiger Zeitung“ in einem Interview.

    „Ich weiß nicht, ob ich da eher prüde bin, aber ich zeige lieber meine Leistung auf dem Spielfeld“, sagte die 31-Jährige in Bezug auf die erotischen Fotos unter anderem ihrer Wolfsburger Mitspielerin Selina Wagner.

    Playboy Special Edition : Alles über 007, die schönsten Bond-Girls und eine rekordverdächtige Laura Müller
    https://www.stuttgarter-zeitung.de/inhalt.nationalspielerin-mueller-kritisiert-playboy-shooting-ihr

    Mit der Lizenz zum Verführen

    Für die Online-Version klicken Sie bitte hier: http:// cv.motormagazin.com/blablabla

    Lieber Klaus,
    COVID-19 hat unsere ungeteilte Aufmerksamkeit. Wer spricht heute (noch) über Greta, Fridays for Future, CO2-Bilanz, die Wahl des künftigen CDU-Vorsitzenden oder den Wendler? Innerhalb von nicht mal zwei Wochen hat der neuartige Coronavirus faktisch alle anderen Themen aus unserem Bewusstsein verdrängt. Und aus unserem Alltag. Kaum fassbar, wie die Entscheidungen unserer Politiker alleine in den letzten vierzehn Tagen unser berufliches wie auch privates Leben auf den Kopf gestellt haben. Da gibt es dieser Tage vermutlich Wichtigeres zu vermelden als eine weitere Magazin-Neuerscheinung. Einerseits. Andererseits gibt es vermutlich kaum einen besseren Zeitpunkt für gute NachrichtendAwcoF. Und dieses Heft ist nicht nur für eingefleischte 007-Fans ein absoluter Gewinn:

    http:// cv.motormagazin.com/blabla

    Ab sofort ist die neue Playboy Special Edition im Zeitschriftenhandel erhältlich. Das aufwändig produzierte Printmagazin befasst sich auf 132 Seiten mit dem berühmtesten Geheimagenten der Filmgeschichte: James Bond. Opulent präsentieren wir in dieser Playboy Special Edition sämtliche Darsteller – von Sean Connery bis Daniel Craig –, rezensieren alle Filme, zeigen die besten Gadgets und die spektakulärsten Autos, huldigen den schönsten Bond-Gespielinnen der Actionreihe und verraten, wer sich hinter dem Milliarden-Imperium verbirgt. Alles über den 007-Kult in einem Heft gibt’s ab JETZT für 7,50 Euro am Kiosk – und in unserem Magazin Shop.

    http:// cv.motormagazin.com/blabla

    „Es gibt keine Zeit ohne Kummer und Leid. Es gibt aber auch Ecken, wo Freude und Glück sich verstecken.“ (Fred Ammon)

    Ich möchte Ihnen deshalb auch heute meine persönlichen Highlights der Woche nicht vorenthalten. Und bleiben Sie gespannt, denn wir haben viele spannende Angebote geplant, um Sie auch in dieser schwierigen Zeit mit bester Männer-Unterhaltung zu verwöhnen.

    Viel Vergnügen und bleiben Sie gesund!
    Ihr
    Florian Boitin
    Chefredakteur Playboy

    http:// cv.motormagazin.com/blabla/xyz

    Rekordverdächtige Laura!

    Die Februarausgabe mit Laura Müller brach alle Rekorde: Nie zu vor waren alle verfügbarem Hefte schon vor dem offiziellen Verkaufsstart im Playboy-Magazinshop ausverkauft. Nie zuvor hatten wir so viele Menschen auf der Playboy-Website – zwischenzeitlich ging sogar unser Server in die Knie. Kein Wunder, dass der Laura-Müller-Playboy bereits heute ein begehrtes Sammler-Objekt ist …

    #sexisme

    • T’inquiète @klaus : en ce moment, sur une de mes boîtes mail (ma plus exposée vu que c’est celle que je renseigne sur les formulaires administratifs et/ou chez les boutiquiers), je reçois plein « d’info-publicités » pour m’assurer une bonne érection. Donc ils savent que je suis de « sexe masculin » (enfin, je crois), que j’ai plus de 60 piges au compteur, et que je suis en couple. Le reste (les « égouts » et les « couleuvres »), ils en ont rien à carrer. faut pas croire : les algorithmes c’est du basic (instinct) et ça fonctionne avec des « bits » (binary digits pour les intimes).

      #business_as_usual

    • Je trouve #hypocrite de remettre l’image si elle te semble problématique. C’est pas comme si on en avait jamais vu et que ca avait un intérêt documentaire. Si ca te semble sexiste ton texte pouvait suffire pour évoqué le spam à putiers non ?

      Sie erhalten diesen Newsletter, weil Sie weitere Informationen zu Playboy wünschten.

      Cette phrase suffit largement pour comprendre ton problème.

    • Voila ce qu’est un #allié
      C’est profité de la pseudo dénonciation du sexisme pour renforcer sa domination sur les femmes. Peut être que tu n’a pas imaginé que partagé une image que tu qualifie toi même de sexiste et de pédosexuelle est pas top top. Mais quand tu as le retour certain que cette image met une femme en inconfort tu va pas faire l’effort incommensurable d’édité l’image. Tu préfère faire une blague pour m’envoyer chier et profité de la solidarité de @sombre pour te foutre de la gueule d’une bourgeoise.
      Ton message tout ce qu’il dit c’est que tu préfère consommer des prostituée plus agées et que tu est accoutumé à la lecture de playboy depuis des décennies et que tu es donc un vrai mec qui va pas se laisser emmerder par une grognasse. T’as raison c’est le bon moment pour rétablir ta domination sur les femmes et ton droit à les humilier et les instrumentaliser en te faisant passé pour antisexiste.
      #backlash #privilège #violence_masculine #mâle_gaze #fraternité

  • François Truffaut – Une Certaine Tendance du Cinéma Français | Genius
    https://genius.com/Francois-truffaut-une-certaine-tendance-du-cinema-francais-annotated

    Paru dans le numéro 31 des Cahiers du Cinéma de janvier 1954, cet article signé d’un jeune homme de 21 ans nommé François Truffaut « aurait signé ainsi l’arrêt de mort d’un certain cinéma hexagonal, la “Qualité française”, et, de la même plume, l’acte de naissance d’un autre, la “Nouvelle Vague” », dixit l’ancien rédac’ chef des Cahiers, Antoine de Baeque, dans le livre Célébrations nationales 2004 édité par le Ministère de la Culture français.

    DIX OU DOUZE FILMS...

    Si le Cinéma Français existe par une centaine de films chaque année, il est bien entendu que dix ou douze seulement méritent de retenir l’attention des critiques et des cinéphiles, l’attention donc de ces Cahiers. Ces dix ou douze films constituent ce que l’on a joliment appelé la Tradition de la Qualité, ils forcent par leur ambition l’admiration de la presse étrangère, défendent deux fois l’an les couleurs de la France à Cannes et à Venise où, depuis 1946, ils raflent assez régulièrement médailles, lions d’or et grands prix. Au début du parlant, le cinéma Français fut l’honnête démarquage du cinéma américain. Sous l’influence de Scarface nous faisions l’amusant Pépé le Moko. puis le scénario Français dut à Prévert le plus clair de son évolution, Quai des brumes de Marcel Carné reste le chef d’oeuvre de l’école dite du réalisme poétique. La guerre et l’après-guerre ont renouvelé notre cinéma. Il a évolué sous l’effet d’une pression interne, et au réalisme poétique - dont on peut dire qu’il mourrut en refermant derrière lui Les portes de la nuit - s’est substitué le réalisme psychologique, illustré par Claude Autant-Lara, Jean Delannoy, René Clément, Yves Allégret et Marcel Pagliero.

    DES FILMS DE SCENARISTES

    Si l’on veut bien se souvenir que Delannoy a tourné naguère Le Bossu et La Part de l’ombre, Claude Autant-Lara Le Plombier amoureux et Lettres d’amour, Yves Allégret La Boîte aux rêves et Les Démons de l’aube, que tous ces films sont justement reconnus comme des entreprises strictement commerciales, on admettra que les réussites ou les échecs de ces cinéastes étant fonction des scénarios qu’ils choisissent, La Symphonie pastorale, Le Diable au corps, Jeux interdits, Manèges, Un homme marche dans la ville sont essentiellement des films de scénaristes. Et puis l’indiscutable évolution du cinéma français n’est-elle pas due essentiellement au renouvellement des scénaristes et des sujets, à l’audace prise vis-à-vis des chefs-d’oeuvre, à la confiance, enfin, faite au public d’être sensible à des sujets généralement qualifiés de difficiles ? C’est pourquoi il ne sera question ici que des scénaristes, ceux qui, précisément, sont à l’origine du réalisme psychologique au sein de la Tradition de la Qualité : Jean Aurenche et Pierre Bost, Jacques Sigurd, Henri Jeanson (nouvelle manière), Robert Scipion, Roland Laudenbach, etc...

    NUL N’IGNORE PLUS AUJOURD’HUI...

    Après avoir tâté de la mise en scène en tournant deux courts métrages oubliés, Jean Aurenche s’est spécialisé dans l’adaptation. En 1936 il signait, avec Anouilh, les dialogues de Vous n’avez rien à déclarer et Les Dégourdis de la 11e. Dans le même temps Pierre Bost publiait à la N.R.F. d’excellents petits romans. Aurenche et Bost firent équipe pour la première fois en adaptant et dialoguant "Douce", que mit en scène Claude Autant-Lara. Nul n’ignore plus aujourd’hui qu’Aurenche et Bost ont réhabilié l’adaptation en bouleversant l’idée que l’on en avait, et qu’au vieux préjugé du respect à la lettre ils ont substitué, dit-on, celui contraire du respect à l’esprit, au point qu’on en vienne à écrire cet audacieux aphorisme : "Une adaptation honnête est une trahison" (Carlo Rim, "Travelling et Sex-appeal").

    DE L’EQUIVALENCE..

    De l’adaptation telle qu’Aurenche et Bost la pratiquent, le procédé dit de l’équivalence est la pierre de touche. Ce procédé suppose qu’il existe dans le roman adapté des scènes tournables et intournables et qu’au lieu de supprimer ces dernières (comme on le faisait naguère) il faut inventer des scènes équivalentes, c’est-à-dire telles que l’auteur du roman les eût écrites pour le cinéma. "Inventer sans trahir", tel est le mot d’ordre qu’aiment à citer Jean Aurenche et Bost, oubliant que l’on peut aussi trahir par omission. Le système d’Aurenche et Bost est si séduisant dans le l’énoncé même de son principe, que nul n’a jamais songé à en vérifier d’assez près le fonctionnement. C’est un peu ce que je me propose de faire ici. Toute la réputation d’Aurenche et Bost est établie sur deux points précis :
    1) La fidélité à l’esprit des oeuvres qu’ils adaptent ;
    2) Le talent qu’ils y mettent.

    CETTE FAMEUSE FIDELITE...

    Depuis 1943 Aurenche et Bost ont adapté et dialogué ensemble : "DOUCE" de Michel Davet. "LA SYMPHONIE PASTORALE" de Gide, "LE DIABLE AU CORPS" de Radiguet, "UN RECTEUR A L’ILE DE SEIN" (DIEU A BESOIN DES HOMMES) de Queffelec, "LES JEUX INCONNUS" (JEUX INTERDITS) de François Boyer, "LE BLE EN HERBE" de Colette. De plus ils ont écrit une adaptation du "JOURNAL D’UN CURE DE CAMPAGNE" qui n’a jamais été tournée, un scénario sur "JEANNE D’ARC" dont une partie seulement vient d’être réalisée (par Jean Delannoy) et enfin scénario et dialogues de L’AUBERGE ROUGE (mis en scène par Claude Autant-Lara). On aura remarqué la profonde diversité d’inspiration des oeuvres et des auteurs adaptés. Pour accomplir ce tour de force qui consiste à rester fidèle à ,l’esprit de Michel Davet, Gide, Radiguet, Queffelec, François Boyer, Colette et Bernanos, il faut posséder soi-même, j’imagine, une souplesse d’esprit, une personnalité démultipliée peu communes ainsi qu’un singulier éclectisme.
    Il faut aussi considérer qu’Aurenche et Bost sont amenés à collaborer avec les metteurs en scène les plus divers ; Jean Delannoy, par exemple, se conçoit volontiers comme un moraliste mystique. Mais la menue bassesse du GARCON SAUVAGE, la mesquinerie de LA MINUTE DE VERITE, l’insignifiance de LA ROUTE NAPOLEON montrent assez bien l’intermittence de cette vocation. Claude Autant Lara, au contraire, est bien connu pour son non-conformisme, ses idées "avancées", son farouche anti-cléricalisme ; reconnaissons à ce cinéaste le mérite de rester toujours, dans ses films, honnête avec lui-même. Pierre Bost étant le technicien du tandem, c’est à Jean Aurenche que semble revenir la part spirituelle de la commune besogne.
    Elevé chez les jésuites, Jean Aurenche en a gardé tout à la fois la nostalgie et la révolte. S’il a flirté avec le surréalisme, il semble avoir sympathisé avec les groupes anarchistes des années trente. C’est dire combien sa personnalité est forte, combien aussi elle paraît incompatible avec celles de Gide, Bernanos, Queffelec, Radiguet. Mais l’examen des oeuvres nous renseignera sans doute davantage.
    L’Abbé Amédée Ayffre a su très bien analyser LA SYMPHONIE PASTORALE et définir les rapports de l’oeuvre écrite à l’oeuvre filmée : "Réduction de la foi à la psychologie religieuse chez Gide, réduction maintenant de celle-ci à la psychologie tout court... A cet abaissement qualitatif va correspondre maintenant, selon une loi bien connue des esthéticiens, une augmentation quantitative. On va ajouter de nouveaux personnages : Piette et Casteran, chargés de représenter certains sentiments. La tragédie devient drame, mélodrame."
    Ce qui me gêne dans ce fameux procédé de l’équivalence c’est que je ne suis pas certain du tout qu’un roman comporte des scènes intournables, moins certain encore que les scènes décrétées intournables le soient pour tout le monde. Louant Robert Bresson de sa fidélité à Bernanos, André Bazin terminait son excellent article : La stylistique de Robert Bresson, par ces mots : "Après le journal d’un curé de campagne, Aurenche et Bost ne sont plus que les Viollet-Leduc de l’adaptation."
    Tous ceux qui admirent et connaissent bien le film de Bresson se souviennent de l’admirable scène du confessionnal où le visage de Chantal "a commencé d’apparaître peu à peu, par degré" (Bernanos). Lorsque, plusieurs années avant Bresson, Jean Aurenche écrivit une adaptation du "journal", refusée par Bernanos, il jugea intournable cette scène et lui substitua celle que nous reproduisons ici.
    "-Voulez-vous que je vous entende ici ? (il désigne le confessionnal).
    –Je ne me confesse jamais.
    –Pourtant, vous vous êtes bien confessé hier puisque vous avez communié ce matin ?
    –Je n’ai pas communié. Il la regarde, très surpris.
    –Pardonnez-moi, je vous ai donné la communion. Chantal s’écarte rapidement vers le prie-Dieu qu’elle occupait le matin.
    –Venez voir. Le curé la suit. Chantal lui désigne le livre de messe qu’elle y a laissé.
    –Regardez dans ce livre, Monsieur. Moi, je n’ai peut-être plus le droit d’y toucher. Le curé, très intrigué, ouvre le livre et découvre entre deux pages l’hostie que Chantal y a crachée. Il a un visage stupéfait et bouleversé.
    –J’ai craché l’hostie, dit Chantal.
    –Je vois, dit le curé d’une voix neutre.
    –Vous n’avez jamais vu ça, n’est-ce-pas ? dit Chantal, dure, presque triomphante.
    –Non, jamais, dit le curé très calme en apparence.
    –Est-ce que vous savez ce qu’il faut faire ? Le curé ferme les yeux un court instant. Il réfléchit ou il prie.
    Il dit : -C’est très simple à réparer, Mademoiselle. Mais c’est horrible à commettre. Il se dirige vers l’autel, en portant le livre ouvert. Chantal le suit.
    –Non, ce n’est pas horrible. Ce qui est horrible c’est de recevoir l’hostie en état de péché.
    –Vous étiez donc en état de péché ?
    –Moins que d’autres, mais eux ça leur est égal.
    –Ne jugez pas.
    –Je ne juge pas, je condamne, dit Chantal avec violence.
    –Taisez-vous devant le corps du Christ ! Il s’agenouille devant l’autel, prend l’hostie dans le livre et l’avale."
    Une discussion sur la foi oppose au milieu du livre le curé et un athée obtus nommé Arsène : "Quand on est mort, tout est mort". Cette discussion, dans l’adaptation sur la tombe du même curé, entre Arsène et un autre curé, termine le film. Cette phrase : "Quand on est mort, tout est mort", devait être la dernière réplique du film, celle qui porte, la seule peut-être que retient le public. Bernanos ne disait pas pour conclure : "Quand on est mort, tout est mort", mais : "Qu’est-ce que cela fait, tout est grâce".
    "Inventer sans trahir", dites-vous, il me semble à moi qu’il s’agit là d’assez peu d’invention pour beaucoup de trahison. Un détail encore ou deux. Aurenche et Bost n’ont pu faire Le journal d’un curé de campagne parce que Bernanos était vivant. Robert Bresson a déclaré que, Bernanos vivant, il eut pris avec l’oeuvre plus de liberté. Ainsi l’on gêne Aurenche et Bost parce qu’on est en vie, mais l’on gêne Bresson parce que l’on est mort.

    LE MASQUE ARRACHE...

    De la simple lecture de cet extrait, il ressort :

    1) Un souci d’infidélité à l’esprit comme à la lettre constant et délibéré ;
    2) Un goût très marqué pour la profanation et le blasphème.
    Cette infidélité à l’esprit dégrade aussi bien "Le diable au corps" ce roman d’amour qui devient un film anti-militariste, anti-bourgeois, "La symphonie pastorale" une histoire de pasteur amoureux, Gide devient du Béatrix Beck, "Un Recteur à l’île de Sein" dont on troque le titre contre celui équivoque de Dieu a besoin des hommes, où les îliens nous sont montrés comme les fameux "crétins" du Terre sans fin de Buñuel.
    Quant au goût du blasphème, il se manifeste constamment, de manière plus ou moins insidieuse, selon le sujet, le metteur en scène, voire la vedette.
    Je rappelle pour mémoire la scène du confessionnal de Douce, l’enterrement de Marthe dans Le Diable..., les hosties profanées dans cette adaptation du "Journal d’un curé de campagne" (scène reportée dans Dieu a besoin des hommes), tout le scénario et le personnage de Fernandel dans L’Auberge rouge, la totalité du scénario de Jeux interdits (la bagarre dans le cimetière).

    Tout désignerait donc Aurenche et Bost pour être des auteurs de films franchement anti-cléricaux, mais comme les films de soutanes sont à la mode, nos auteurs ont accepté de se plier à cette mode. Mais comme il convient - pensent-ils - de ne point trahir leurs convictions, le thèse de la profanation et du blasphème, les dialogues à double entente, viennent çà et là prouver aux copains que l’on sait l’art de "rouler le producteur" tout en lui donnant satisfaction, rouler aussi le "grand public" également satisfait.
    Ce procédé mérite assez bien le nom d’alibisme ; il est excusable et son emploi est nécessaire à une époque où il faut sans cesse feindre la bêtise pour oeuvrer intelligemment, mais s’il est de bonne guerre de "rouler le producteur", n’est-il pas quelque peu scandaleux de "re-writer" ainsi Gide, Bernanos, Radiguet ?
    En vérité, Aurenche et Bost travaillent comme tous les scénaristes du monde, comme avant-guerre Spaack ou Natanson. Dans leur esprit, toute histoire comporte les personnages A, B, C, D. A l’intérieur de cette équation, tout s’organise en fonction de critères connus d’eux seuls. Les coucheries s’effectuent selon une symétrie bien concertée, des personnages disparaissent, d’autres sont inventés, le script s’éloigne peu à peu de l’original pour devenir un tout, informe mais brillant, un film nouveau, pas à pas, fait son entrée solennelle dans la Tradition de la Qualité.

    SOIT, ME DIRA-T-ON...

    On me dira : "Admettons qu’Aurenche et Bost soient infidèles, mais nierez-vous aussi leur talent ?" Le talent, certes, n’est pas fonction de la fidélité, mais je ne conçois d’adaptation valable qu’ écrite par un homme de cinéma. Aurenche et Bost sont essentiellement des littérateurs et je leur reprocherai ici de mépriser le cinéma en le sous-estimant. Ils se comportent vis-à-vis du scénario comme l’on croit rééduquer un délinquant en lui trouvant du travail, ils croient toujours avoir "fait le maximum" pour lui en le parant des subtilités, de cette science des nuances qui font le mince mérite des romans modernes. Ce n’est d’ailleurs pas le moindre travers des exégétes de notre art que de croire l’honorer en usant du jargon littéraire. (N’a-t-on pas parlé de Sartre et de Camus pour l’oeuvre de Pagliero, de phénoménologie pour celle d’Allégret ?)

    En vérité, Aurenche et Bost affadissent les oeuvres qu’ils adaptent, car l’évidence va toujours soit dans le sens de la trahison, soit de la timidité. Voici un bref exemple : dans "Le Diable au corps" de Radiguet, François rencontre Marthe sur le quai d’une gare, Marthe sautant, en marche, du train ; dans le film, ils se rencontrent dans l’école transformée en hôpital. Quel est le but de cette équivalence ? Permettre aux scénaristes d’amorcer les éléments anti-militaristes ajoutés à l’oeuvre, de concert avec Claude Autant-Lara. Or il est évident que l’idée de Radiguet était une idée de mise en scène, alors que la scène inventée par Aurenche et Bost est littéraire. On pourrait, croyez-le bien, multiplier les exemples à l’infini.

    IL FAUDRAIT BIEN QU’UN JOUR...

    Les secrets ne se gardent qu’un temps, les recettes se divulguent, les connaissances scientifiques nouvelles font l’objet de communications à l’Académie des Sciences et, puisqu’à en croire Aurenche et Bost, l’adaptation est une science exacte, il faudrait bien qu’un de ces jours ils nous apprissent au nom de quel critère, en vertu de quel système, de quelle géométrie interne et mysterieuse de l’oeuvre, ils retranchent, ajoutent, multiplient, divisent et "rectifient" les chefs-d’oeuvre ? Une fois émise l’idée selon quoi ces équivalences ne sont qu’astuces timides pour contourner la difficulté, résoudre par la bande sonore des problèmes qui concernent l’image, nettoyages par le vide pour n’obtenir plus sur l’écran que cadrages savants, éclairages compliqués, photo léchée, le tout maintenant bien vivace la "tradition de la qualité", il est temps d’en venir à l’examen de l’ensemble des films dialogués et adaptés par Aurenche et Bost et de rechercher la permanence de certains thèses qui expliqueront sans la justifier l’infidélité constante de deux scénaristes aux oeuvres qu’ils prennent pour "prétexte" et "occasion". Résumés en deux lignes, voici comment apparaissent les scénarios traités par Aurenche et Bost :

    La Symphonie pastorale : Il est pasteur, il est marié. Il aime et n’en a pas le droit.
    Le Diable au corps : Ils font les gestes de l’amour et n’en ont pas le droit.
    Dieu a besoin des hommes : Il officie, bénit, donne l’extrême onction, et n’en a pas le droit.
    Jeux interdits : Ils ensevelissent et n’en ont pas le droit.
    Le Blé en herbe : Ils s’aiment et n’en ont pas le droit.
    On me dira que je raconte aussi bien le livre, ce que je ne nie pas. Seulement, je fais remarquer que Gide a écrit aussi : "La Porte étroite", Radiguet : "Le Bal du comte d’Orgel", Colette : "La Vagabonde", et qu’aucun de ces romans n’a tenté Delannoy ou Autant-Lara.
    Remarquons aussi que les scénarios, dont je ne crois pas utile de parler ici, vont dans le sens de ma théorie : Au delà des grilles, Le Château de verre, L’Auberge rouge... On voit l’habileté des promoteurs de la Tradition de la qualité, à ne choisir que des sujets qui se prêtent aux malentendus sur lesquels repose tout le système. Sous le couvert de la littérature - et bien sûr de la qualité - on donne au public sa dose habituelle de noirceur, de non-conformisme, de facile audace.

    L’INFLUENCE D’AURENCHE ET BOST EST IMMENSE...

    Les écrivains qui sont venus au dialogue de films ont observé les mêmes impératifs ; Anouilh, entre les dialogues des Dégourdis de la 11e et Un caprice de Caroline chérie, a introduit dans des films plus ambitieux son univers que baigne une âpreté de bazar, avec en toile de fond les brumes nordiques transposées en Bretagne (Pattes blanches). Un autre écrivain, Jean Ferry, a sacrifié à la mode, lui aussi, et les dialogues de Manon eussent tout aussi bien pu être signés d’Aurenche et Bost : "Il me croit vierge, et dans le civil, il est professeur de psychologie !" Rien de mieux à espérer des jeunes scénaristes. Simplement, ils prennent la relève, se gardant bien de toucher aux tabous. Jacques Sigurd, un des derniers venus au "scénario et dialogue", fait équipe avec Yves Allégret. Ensemble, ils ont doté le cinéma français de quelques uns de ses plus noirs chefs-d’oeuvre : Dédée d’Anvers, Manèges, Une si jolie petite plage, Les Miracles n’ont lieu qu’une fois, La jeune folle. Jacques Sigurd a très vite assimilé la recette, il doit être doué d’un admirable esprit de synthèse car ses scénarios oscillent ingénieusement entre Aurenche et Bost, Prévert et Clouzot, le tout légèrement rajeuni. La religion n’a jamais de part, mais le blasphème fait toujours timidement son entrée grâce à quelques enfants-de-Marie ou quelques bonnes-soeurs qui traversent le champ au moment où leur présence est la plus inattendue (Manèges, Une si jolie petite plage). La cruauté par quoi l’on ambitionne de " remuer les tripes du bourgeois " trouva sa place dans des répliques bien senties du genre : " il était vieux, il pouvait crever " (Manèges). Dans Une si jolie petite plage Jane Marken envie la prospérité de Berck à cause des tuberculeux qui s’y trouvent : leur famille vient les voir et ça fait marcher le commerce ! (On songe à la prière du Recteur de l’Ile de Sein).
    Roland Laudenbach, qui semblerait plus doué que la plupart de ses confrères, a collaboré aux films les plus typiques de cet état d’esprit : La Minute de vérité, Le Bon Dieu sans confession, La Maison du silence. Robert Scipion est un homme de lettres doué ; il n’a écrit qu’un livre : un livre de pastiches ; signes particuliers : la fréquentation quotidienne des cafés de Saint-Germain-des-Prés, l’amitié de Marcel Pagliero que l’on nomme le Sartre du cinéma, probablement parce que ses films ressemblent aux articles des Temps Modernes. Voici quelques répliques des Amants de Brasmort, film populiste dont des mariniers sont les " héros", comme les dockers étaient ceux de Un homme marche dans la ville : " Les femmes des amis c’est fait pour coucher avec. " "Tu fais ce qui te rapporte ; pour ça tu monterais sur n’importe qui, c’est le cas de le dire. "
    Dans une seule bobine du film, vers la fin, on peut entendre en moins de dix minutes les mots de : "grue, putain, salope, et connerie " est-ce cela le réalisme ?

    ON REGRETTE PREVERT...

    A considérer l’uniformité et l’égale vilénie des scénarios d’aujourd’hui, l’on se prend à regretter les scénarios de Prévert. Lui croyait au diable, donc en Dieu, et si la plupart de ses personnages étaient par son seul caprice chargés de tous les péchés de la création, il y avait toujours place pour un couple sur qui, nouveaux Adam et Eve, le film terminé, l’histoire allait se mieux recommencer.

    REALISME PSYCHOLOGIQUE, NI REEL, NI PSYCHOLOGIQUE...

    Il n’y a guère que sept ou huit scénaristes à travailler régulièrement pour le cinéma français. Chacun de ces scénaristes n’a qu’une histoire à raconter et comme chacun n’aspire qu’au succes des "deux grands", il n’est pas exagéré de dire que les cent et quelques films français réalisés chaque année racontent la même histoire : il s’agit toujours d’une victime, en général un cocu. (Ce cocu serait le seul personnage sympathique du film s’il n’était toujours infiniment grotesque : Blier-Vilbert, etc.). La rouerie de ses proches et la haine que se vouent entre eux les membres de sa famille, amène le "héros" à sa perte ; l’injustice de la vie, et, en couleur locale, la méchanceté du monde (les curés, les concierges, les voisins, les passants, les riches, les pauvres, les soldats, etc.).

    Distrayez-vous, pendant les longues soirées d’hiver, en cherchant des titres de films français qui ne s’adaptent pas à ce cadre et, pendant que vous y êtes, trouvez parmi ces films ceux où ne figure pas dans le dialogue cette phrase, ou son équivalent, prononcée par le couple le plus abject du film : "C’est toujours eux qui ont l’argent (ou la chance, ou l’amour, ou le bonheur), ah ! c’est trop injuste à la fin". Cette école qui vise au réalisme le détruit toujours au moment même de le capter enfin, plus soucieuse qu’elle est d’enfermer les êtres dans un monde clos, barricadé par les formules, les jeux de mots, les maximes, que de les laisser se montrer tels qu’ils sont, sous nos yeux. L’artiste ne peut dominer son oeuvre toujours. Il doit être parfois Dieu, parfois sa créature. On connaît cette pièce moderne dont le personnage principal, normalement constitué lorsque sur lui se lève le rideau, se retrouve cul-de-jatte à la fin de la pièce, la perte successive de chacun de ses membres ponctuant les changements d’actes. Curieuse époque où le moindre comédien raté use du mot kafkaïen pour qualifier ses avatars domestiques. Cette forme de cinéma vient tout droit de la littérature moderne, mi-"kafkaïenne", mi-bovaryste ! Il ne se tourne plus un film en France que les auteurs ne croient refaire Madame Bovary. Pour la première fois dans la littérature française, un auteur adoptait par rapport à son sujet l’attitude lointaine, extérieure, le sujet devenant comme l’insecte cerné sous le microscope de l’entomologiste. Mais si, au départ de l’entreprise, Flaubert avait pu dire : "Je les roulerai tous dans la même boue - étant juste" (ce dont les auteurs d’aujourd’hui feraient volontiers leur exergue), il dut déclarer après coup : "Madame Bovary c’est moi" et je doute que les mêmes auteurs puissent reprendre cette phrase et à leur propre compte !

    MISE EN SCENE, METTEUR EN SCENE, TEXTES...

    L’objet de ces notes se limite à l’examen d’une certaine forme de cinéma du seul point de vue des scénarios et des scénaristes. Mais il convient, je pense, de bien préciser que les metteurs en scène sont et se veulent responsables des scénarios et dialogues qu’ils illustrent. Films de scénaristes, écrivais-je plus haut, et ce n’est certes pas Aurenche et Bost qui me contrediront. Lorsqu’ils remettent leur scénario, le film est fait ; le metteur en scène, à leurs yeux, est le monsieur qui met des cadrages là-dessus... et c’est vrai, hélas ! J’ai parlé de cette manie d’ajouter partout des enterrements. Et pourtant la mort est toujours escamotée dans ces films. Souvenons-nous de l’admirable mort de Nana ou d’Emma Bovary, chez Renoir ; dans La Pastorale, la mort n’est qu’un exercice de maquilleur et de chef opérateur ; comparez un gros plan de Michèle Morgan morte dans La Pastorale, de Dominique Blanchard dans Le Secret de Mayerling et de Madeleine Sologne dans L’Eternel retour : c’est le même visage ! Tout se passe après la mort.
    Citons enfin cette déclaration de Delannoy qu’avec perfidie nous dédions aux scénaristes français : Quand il arrive que des auteurs de talent, soit par esprit de lucre, soit par faiblesse, se laissent aller un jour à écrire pour le cinéma, ils le font avec le sentiment de s’abaisser. Ils se livrent plus à une curieuse tentative vers la médiocrité, soucieux qu’ils sont de ne pas compromettre leur talent, et certains que, pour écrire cinéma, il faut se faire comprendre par le bas. (La Symphonie pastorale ou L’Amour du métier, revue Verger, novembre 1947). Il me faut sans attendre dénoncer un sophisme qu’on ne manquerait pas de m’opposer en guise d’argument : " Ces dialogues sont prononcés par des gens abjects et c’est pour mieux stigmatiser leur vilénie que nous leur prêtons ce dur langage. C’est là notre façon d’être des moralistes. " A quoi je réponds : il est inexact que ces phrases soient prononcées par les plus abjects des personnages.
    Certes, dans les films " réalistes psychologiques " il n’y a pas que des êtres vils, mais tant se veut démesurée la supériorité des auteurs sur leurs personnages que ceux qui d’aventure ne sont pas infâmes, sont au mieux infiniment grotesques. Enfin, ces personnages abjects, qui prononcent des phrases abjectes, je connais une poignée d’hommes en France qui seraient incapables de les concevoir, quelques cinéastes dont la vision du monde est au moins aussi valable que celle d’Aurenche et Bost, Sigurd et Jeanson. Il s’agit de Jean Renoir, Robert Bresson, Jéan Cocteau, Jacques Becker, Abel Gance, Max Ophuls, Jacques Tati, Roger Leenhardt ; ce sont pourtant des cinéastes français et il se trouve - curieuse coïncidence - que ce sont des auteurs qui écrivent souvent leur dialogue et quelques-uns inventent eux-mêmes les histoires qu’ils mettent en scène.

    ON ME DIRA ENCORE...

    " Mais pourquoi - me dira-t-on - pourquoi ne pourrait-on porter la même admiration à tous les cinéastes qui s’efforcent d’oeuvrer au sein de cette Tradition et de la Qualité que vous gaussez avec tant de légèreté ? Pourquoi ne pas admirer autant Yves Allegret que Becker, Jean Delannoy que Bresson, Claude Autant-Lara que Renoir ? " Eh bien je ne puis croire à la co-existence pacifique de la Tradition de la Qualité et d’un cinéma d’auteurs. Au fond Yves Allegret, Delannoy ne sont que les caricatures de Clouzot, de Bresson. Ce n’est pas le désir de faire scandale qui m’amène à déprécier un cinéma si loué par ailleurs. Je demeure convaincu que l’existence exagérément prolongée du réalisme psychologique est la cause de l’incompréhension du public devant des oeuvres aussi neuves de conception que Le Carrosse d’or, Casque d’or, voire Les Dames du Bois de Boulogne et Orphée.
    Vive l’audace certes, encore faut-il la déceler où elle est vraiment. Au terme de cette année 1953, s’il me fallait faire une manière de bilan des audaces du cinéma français, n’y trouveraient place ni le vomissement des Orgueilleux, ni le refus de Claude Laydu de prendre le goupillon dans Le Bon Dieu sans confession, non plus les rapports pédérastiques des personnages du Salaire de la peur, mais bien plutôt la démarche de Hulot, les soliloques de la bonne de La Rue de l’Estrapade, la mise en scène du Carrosse d’or, la direction d’acteurs dans Madame de, et aussi les essais de polyvision d’Abel Gance. On l’aura compris, ces audaces sont celles d’hommes de cinéma et non plus de scénaristes, de metteurs en scène et non plus de littérateurs Je tiens par exemple pour significatif l’échec qu’ont rencontré les plus brillants scénaristes et metteurs en scène de la Tradition de la Qualité lorsqu’ils abordèrent la comédie : Ferry- Clouzot : Miquette et sa mère, Sigurd-Boyer : Tous les chemins mènent à Rome, Scipion-Pagliero : La Rose rouge, Laudenbach- Delannoy : La Route Napoléon, Aurenche-Bost-Autant-Lara : L’Auberge rouge ou si l’on veut Occupe-toi d’Amélie. Quiconque s’est essayé un jour à écrire un scénario ne saurait nier que la comédie est bien le genre le plus difficile, celui qui demande le plus de travail, le plus de talent, le plus d’humilité aussi.

    TOUS DES BOURGEOIS...

    Le trait dominant du réalisme psychologique est sa volonté anti-bourgeoise. Mais qui sont Aurenche et Bost, Sigurd, Jeanson, Autant-Lara, Allegret, sinon des bourgeois, et qui sont les cinquante mille nouveaux lecteurs que ne manque pas d’amener chaque film tiré d’un roman, sinon des bourgeois ? Quelle est donc la valeur d’un cinéma anti-bourgeois fait par des bourgeois, pour des bourgeois ? Les ouvriers, on le sait bien, n’apprécient guère cette forme de cinéma même lorsqu’elle vise à se rapprocher d’eux. Ils ont refusé de se reconnaître dans les dockers d’Un homme marche dans la ville comme dans les mariniers des Amants de bras-mort. Peut-être faut-il envoyer les enfants sur le palier pour faire l’amour, mais leurs parents n’aiment guère à se l’entendre dire, surtout au cinéma, même avec "bienveillance". Si le public aime à s’encanailler sous l’alibi de la littérature, il aime aussi à le faire sous l’alibi du social. Il est instructif de considérer la programmation des films en fonction des quartiers de Paris. On s’aperçoit que le public populaire préfère peut-être les naïfs petits films étrangers qui lui montrent les hommes " tels qu’ils devraient être " et non pas tels qu’Aurenche et Bost croient qu’ils sont.

    COMME ON SE REFILE UNE BONNE ADRESSE...

    Il est toujours bon de conclure, ça fait plaisir à tout le monde. Il est remarquable que les " grands " metteurs en scène et les " grands " scénaristes ont tous fait longtemps des petits films et que le talent qu’ils y mettaient ne suffisait pas à ce qu’on les distinguât des autres (ceux qui n’y mettaient pas de talent). Il est remarquable aussi que tous sont venus à la qualité en même temps, comme on se refile une bonne adresse. Et puis un producteur - et même un réalisateur - gagne plus d’argent à faire Le Blé en herbe que Le Plombier amoureux. Les films " courageux " se sont révélés très rentables. La preuve : un Ralph Habib renonçant brusquement à la demi-pornographie, réalise Les Compagnes de la nuit et se réclame de Cayatte.
    Or, qu’est-ce qui empêche les André Tabet, les Companeez, les Jean Guitton, les Pierre Véry, les Jean Laviron, les Ciampi, les Grangier de faire, du jour au lendemain, du cinéma intellectuel, d’adapter les chefs-d’oeuvre (il en reste encore quelques-uns) et, bien sûr, d’ajouter des enterrements un peu partout ? Alors ce jour-là nous serons dans la " tradition de la qualité " jusqu’au cou et le cinéma français, rivalisant de " réalisme psychologique ", d’" âpreté ", de " rigueur ", d’" ambiguïté ", ne sera plus qu’un vaste enterrement qui pourra sortir du studio de Billancourt pour entrer plus directement dans le cimetière qui semble avoir été placé à côté tout exprès pour aller plus vite du producteur au fossoyeur. Seulement, à force de répéter au public qu’il s’identifie aux " héros " des films, il finira bien par le croire, et le jour où il comprendra que ce bon gros cocu aux mésaventures de qui on le sollicite de compatir (un peu) et de rire (beaucoup) n’est pas comme il le pensait son cousin ou son voisin de palier mais lui- même, cette famille abjecte, sa famille, cette religion bafouée, sa religion, alors ce jour-là il risque de se montrer ingrat envers un cinéma qui se sera tant appliqué à lui montrer la vie telle qu’on la voit d’un quatrième étage de Saint-Germain-des- Prés.
    Certes, il me faut le reconnaître, bien de la passion et même du parti pris présidèrent à l’examen délibérément pessimiste que j’ai entrepris d’une certaine tendance du cinéma français. On m’affirme que cette fameuse école du réalisme psychologique "devait exister pour que puissent exister à leur tour Le Journal d’un curé de campagne, Le Carrosse d’or, Orphée, Casque d’or, Les Vacances de Monsieur Hulot. Mais nos auteurs qui voulaient éduquer le public doivent comprendre que peut-être ils l’ont dévié des voies primaires pour l’engager sur celles, plus subtiles, de la psychologie, ils l’on fait passer dans cette classe de sixième chère à Jouhandeau mais il ne faut pas faire redoubler une classe indéfiniment !

    #cinéma #histoire

  • Male gaze, ce que voient les hommes (1/2)
    https://www.youtube.com/watch?v=0oMsFlQk_m4

    Dans cet épisode, il est question de cinéma et de séries télévisées vues par le prisme du genre. Victoire Tuaillon s’entretient avec Iris Brey, spécialiste de la représentation du genre et des sexualités à l’écran, critique de séries et de cinéma, enseignante à l’université de Californie à Paris, et autrice de « Le regard féminin : une révolution à l’écran » (éditions de L’Olivier).

    Dans cette première partie, elles discutent de ce qu’est le male gaze, c’est à dire le regard masculin : à quoi est-ce qu’il correspond concrètement, en terme d’esthétique, de choix de mise en scène et de cadrage ? Où en est-on de la parité dans l’industrie cinématographique et pourquoi aujourd’hui encore, la majorité des films produits sont financés et réalisés par des hommes ?

    RÉFÉRENCES CITÉES DANS L’ÉPISODE

    Cette étude du CNC sur la place des femmes dans l’industrie cinématographique et audiovisuelle (https://www.cnc.fr/cinema/etudes-et-r...), où l’on apprend que :
    – 80% des films français sortis en salles en France sur la période 2011- 2015 sont réalisés par des hommes.
    – A la FEMIS, en dix ans, 546 étudiants ont été admis à la Fémis dont 51 % de femmes et 49 % d’hommes
    – Le budget moyen des films réalisés par des femmes est 1,6 fois moins élevé que celui réalisé par des hommes. Plus les budgets augmentent, moins les femmes sont présentes. Au delà de 20 millions d’euros, il n’y a plus aucune femme.
    – En moyenne, une réalisatrice de long métrage a un salaire horaire inférieur de 42 % à celui de ses collègues masculins.

    Cette étude menée par trois économistes sur les différences de cachets entre acteurs et actrices (https://www.theguardian.com/world/201...), étude portant sur 246 acteurs et actrices apparus dans 1343 films entre 1980 et 2015 : pour un même film, les acteurs gagnent en moyenne 1,1 million de dollars de plus que leurs partenaires féminines

    Le test de Bechdel : un film « passe le test » si
    1/ il possède au moins deux personnages féminins et que ceux-ci portent un nom
    2/ ces deux personnages ont au moins une discussion
    3/ que cette discussion concerne autre chose qu’un homme

    Ce site (en anglais) répertorie tous les films qui le passent : https://bechdeltest.com
    Le site Polygraph a passé 4 000 films sortis en salle durant les vingt dernières années au test de Bechdel : http://poly-graph.co/bechdel

    The Riz test, pour mesurer les stéréotypes concernant les personnes musulmanes dans les fictions : https://www.riztest.com

    Le test du paternel : https://lepaternel.com/comment-cinema...
    Un film « passe le test » si :
    1 / Voit-on un père en train de s’occuper de son enfant ?
    2 / A-t-il une conversation avec son enfant sans faire mention de la mère ?
    3 / Accomplit-il une tâche domestique sans que cela semble inhabituel ?

    « Plaisir visuel et cinéma narratif » : le texte fondateur de Laura Mulvey, datant de 1975
    La revue de critique Débordements en avait proposé une traduction :
    http://debordements.fr/Plaisir-visuel...

    CRÉDITS
    Les couilles sur la table est un podcast de Victoire Tuaillon produit par Binge Audio. Cet entretien a été enregistré dans le studio Surya Bonaly de Binge Audio (Paris 19e). Prise de son et réalisation : Quentin Bresson. Réalisation : Quentin Bresson Générique : Théo Boulenger. Chargée d’édition : Camille Regache. Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.

    Female gaze, ce que vivent les femmes (2/2)
    https://www.youtube.com/watch?v=qIbepR7G1tA

    Dans la suite de cet entretien, Iris Brey expose le coeur de sa thèse sur le regard féminin à l’écran : à quoi peut-on le reconnaître ? Qu’est-ce que cela change à notre expérience de spectateurice ? Pourquoi est-ce qu’il ne s’agit pas d’une censure, mais au contraire d’une chance pour l’art cinématographique ?

    Le female gaze n’est pas l’inverse du male gaze, il peut être produit quel que soit le genre du réalisateur ou de la réalisatrice. Il ne s’agit pas d’objectifier les hommes comme on objectifie les femmes, mais bien de tout réinventer : la manière de filmer, de raconter des histoires, de les évaluer en terme critique… et d’enseigner le cinéma !

    LES OEUVRES DONT IL EST QUESTION DANS L’ÉPISODE
    « Titanic » de James Cameron (1997), « Portrait de la jeune fille en feu » de Céline Sciamma (2019), la série « La servante écarlate » par Bruce Miller (2017) pour Hulu, tirée du roman de Margaret Atwood, la série « I Love Dick » par Jill Soloway et Sarah Gubbins pour Amazon Video (2017), tirée d’un livre de Chris Kraus paru en 1997 et traduit en français en 2016 (éditions Flammarion), le film « Madame a des envies » d’Alice Guy (1906), qu’on peut visionner ici : https://www.youtube.com/watch?v=arIMC..., « Cléo de 5 à 7 » d’Agnès Varda (1962), « Jeanne Dielman, 23, quai du Commerce, 1080 Bruxelles » de Chantal Akerman (1975), « A bout de souffle » de Jean-Luc Godard (1960)

    OEUVRES RECOMMANDÉES
    Iris Brey recommande « Wanda » de Barbara Loden (1970) et « Simone Barbès ou la Vertu » de Marie-Claude Treilhou (1980)

    Victoire Tuaillon recommande l’écoute du podcast Mansplaining, du journaliste Thomas Messias et la fréquentation du site Le Genre et l’écran, qui se propose de faire une critique féministe des productions audiovisuelles.

    OEUVRES DE L’INVITEE
    « Sex and the series » 2016 (éd. L’Olivier)
    « Le regard féminin : une révolution à l’écran » 2020 (éd. L’Olivier)

    LE TEST DU FEMALE GAZE, selon Iris Brey
    1 / Il faut que le personnage principal s’identifie en tant que femme.
    2/ Que l’histoire soit racontée de son point de vue.
    3/ Que son histoire remette en question l’ordre patriarcal.
    4/ Que grâce à la mise en scène, le spectateur ou la spectatrice ressente l’expérience féminine.
    5/ Si les corps sont érotisés, le geste doit être conscientisé.
    6/ Le plaisir des spectateurs ne découle pas d’une pulsion scopique.

    CRÉDITS
    Les couilles sur la table est un podcast de Victoire Tuaillon produit par Binge Audio. Cet entretien a été enregistré dans le studio Surya Bonaly de Binge Audio (Paris 19e). Prise de son et réalisation : Quentin Bresson. Réalisation : Quentin Bresson Générique : Théo Boulenger. Chargée d’édition : Camille Regache. Direction des programmes : Joël Ronez. Direction de la rédaction : David Carzon. Direction générale : Gabrielle Boeri-Charles.

    #male_gaze #femal_gaze #perspectives #cinéma #genre

  • Dans l’œil d’Iris Brey
    https://www.franceinter.fr/emissions/boomerang/boomerang-13-fevrier-2020

    Universitaire, critique de films et journaliste, spécialiste des séries, elle interroge nos représentations du genre. Dans « Le regard féminin, une révolution à l’écran », elle nous invite à redresser notre « regard ». Iris Brey est l’invitée d’Augustin Trapenard.

    #audio #male_gaze #sexisme #regard #cinéma

  • Manuel de cinéphilie antisexiste
    http://www.laviedesidees.fr/Laura-Mulvey-Fetichisme-et-Curiosite.html

    À propos de : Laura Mulvey, Fétichisme et Curiosité, Brook. #MeToo a soulevé la question de la violence dans les milieux du #cinéma, mais aussi celle de l’imagerie qui affecte la représentation des corps. La notion de « male gaze » et la possibilité d’un regard féminin émancipateur permettent de déconstruire la machine à fantasmes.

    #Arts #femmes #sexisme #émotions
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200213_cinesex.docx
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200213_cinesex.pdf

  • You’ll Never See the Iconic Photo of the ’Afghan Girl’ the Same Way Again
    https://thewire.in/media/afghan-girl-steve-mccurry-national-geographic

    A photographer’s plan to pay tribute to the 1985 National Geographic cover has revealed the disturbing truth about what is reflected in Sharbat Gula’s eyes.


    A screenshot from Tony Northrup’s video.
    #photographie

    • McCurry was a complete stranger, and it is not welcome for a girl of traditional Pashtun culture to reveal her face, share space, make eye contact and be photographed by a man who does not belong to her family.

      For the photograph, she had been moved to a different location with better light and a clean background.

      When McCurry entered, he spotted Sharbat Gula’s piercing green eyes, though she made an effort to cover her face. McCurry asked her class teacher to instruct her to cooperate. After being compelled to “let him photograph her… she lowered her hands” – in McCurry’s own words – to uncover her face.

      “He poses her like an 80s’ glamour shot,” Northrup observes: “shoulder tilted towards the camera, forehead forward, nice light to illuminate the eyes and direct eye contact – something that she would never ever do.”

      McCurry wanted to take more pictures but Sharbat Gula fled. No part of the written story mentioned her narrative or even her name (which McCurry did not care to find out). He did not take her consent or her father’s to publish the image.

      When Sharbat Gula finally saw the cover that would make her face world-famous, she felt, she later said, “nervous and very sad”.

      #pulsion_scopique et #male_gaze auxquels les #filles ont l’obligation de se soumettre...

  • Le mea culpa d’un journaliste sur son comportement vis à vis de Matzneff.
    https://www.youtube.com/watch?v=QcfRW6CudPE

    Il s’agit d’un journaliste qui faisait une chronique sur la discographie de célébrités. En 2015 il fait celle de Matzneff. Malgré les avertissements vigoureux de sa mère et de sa tante il a fait tout de même l’émission. Il l’a fait dit il « par bravade ».
    Un mot bien virile que j’ai pas encore exploré mais ca va pas tarder.

    En 2019 il dit chercher les raison de cette #fraternité avec Madzneff. C’est plutot une bonne initiative mais il le fait en discutant de cela entre hommes.
    Ca pose plusieurs problèmes
    L’entretiens est au masculin, par exemple l’invité dit plusieurs fois que Matzneff s’attaque à des gamins sans mentionné les gamines. Il se focalisent aussi sur le tourisme sexuel, encore au masculin, mais ne mentionnent pas le #racisme au passage. Il faut attendre l’extrait de Bombardier pour que les filles soient mentionnées. L’invité dit qu’on accepte la pedocriminalité de Madzneff parcequ’on l’acceptait, une sorte de raison circulaire. Sans analyse féministe ils se trouvent à expliqué les choses par un « parceque c’est comme ca ». Ca fait 20 mins qu’ils discutent et pas un n’évoque la #culture_du_viol la solidarité entre les dominants et la mécanique du système patriarcale
    Ils ne savent pas ...
    Ils disent ensuite que les gens se taisaient par peur d’être #pudibonds ... là aussi ca les inspire pas trop

    et à 24mins (sur 26) l’invité dit enfin que les féministes ont raison quant elles dénoncent l’ #objectification

    Le journaliste dit qu’il fera peut etre une emission sur le sujet mais il invitera peut etre un autre homme vu qu’il percute toujours pas le problème.

    #allié pas pressé #silenciation_des_femmes #manspreading (car ils prennent encore toute la place)
    #male_gaze #déni

  • States sur les condamnations pour viol en france
    https://www.youtube.com/watch?v=jxJbnQNrafk

    Dans cette video il est expliqué que les condamnations pour viol sont en augmentation depuis 10 ans il va meme jusqu’a prétendre que cette progression est en augmentation en synchronisation avec l’augmentation des dépôts de plainte.
    Or j’ai plutot lu l’inverse du coup j’ai été vérifié ce info et ce prétendu zététicien dit n’importe quoi et ne fournis bien sur aucune source pour ces grosses intoxes.

    condamnations pour viol
    2007 = 1 652
    2010 = 1.342
    2011 = 1.257
    2012 = 1.271
    2013 = 1.196
    2014 = 1.066
    2015 = 1.024
    2016 = 1.003

    Source https://fr.statista.com/statistiques/953012/condamnations-pour-viol-france

    ___

    states du ministère
    http://www.justice.gouv.fr/art_pix/Annuaire_ministere-justice_2018_CHAPITRE_8.pdf

    Voici les infos - en premier les condamnations pour viol sur majeur·es puis condamnation pour viol sur mineur·es

    2013 = 735 + 463 = 1198
    2014 = 656 + 410 = 1066
    2015 = 623 + 401 = 1024
    2016 = 563 + 457 = 1020
    2017 = 576 + 472 = 1048
    2018 = 527 + 501 = 1024

    Il y a bien une baisse du nombre de condamnations pour viol alors que les dépôts de plaintes augmentent.

    #viol #statistiques

    • J’ai repensé à ta remarque @marclaime ; « Savoir raison garder »

      C’est amusant car tu constitue le maillon d’une chaine de plusieurs hommes raisonneurs raisonnables qui m’as justement conduit à faire ce poste.

      A l’origine j’étais agacée par la posture « raisonnablement » sexiste de la chaine Youtube « la tronche en biais » qu’ils appellent entre eux « la teub ». Cette chaine comporte un gros biais masculiniste alors qu’elle se revendique de la raison et d’une posture scientifique la plus neutre et objective possible. Elle fait une audience importante pour de la zététique avec très peu de femmes invités et beaucoup de commentaires sexistes du présentateur, sur la question du féminisme, ils ont invité Peggy Sastre qui est entre autre l’autrice de la pétition sur la liberté (pour les hommes) d’importuner (sexuellement les femmes). Le prochain numéro de la Teb sera sur la chasse aux sorcières et le spécialiste invité sera encore une fois un homme.
      Donc agacée par la TEB je cherche si il y a des critiques de ce masculinisme de la TEB chez des zététicien·nes de zététicien·nes. Je tape « zététique + féminisme »
      Je tombe d’abord sur ce youtubeur « hypnomachie » :
      https://www.youtube.com/watch?v=ApBtsVvwXfA


      Qui explique que le féminisme n’a pas lieu d’être car les femmes transmettent 60% de leur ADN à leur progéniture lorsque les hommes ne transmette que 40% du leur... #WTF Ce youtubeur n’utilise pas le conditionnel, il ne fournis aucune source, et je passe sur la débilité de son idée que la transmission d’ADN annulerait le bien fondé de l’égalité politique entre les sexes. Ce raisonnement par la nature et l’ADN me fait d’ailleurs pensé à la #phallosophie nazie tel que décrite par Chapoutot https://seenthis.net/messages/819928

      Le youtubeur d’hypomachie est interpellé en commentaire, plusieurs personnes lui demandent ses sources, il n’en fournis aucune et se contente de répondre « ca dépend ce qu’on entend par ADN »...

      Après ce mâle raisonnement sur les femmes sensé démonté un autre mâle raisonnement sur les femmes, Youtube me propose la vidéo que j’ai mis en début de ce poste. Cette fois le youtubeur « les Echanges de Savoirs de Sénart ESS »
      à l’air un peu moins machiste que celui d’hypomachie. Mais il dit quant même n’importe quoi avec les meilleurs intentions du monde. Il ne source pas et il fait la morale aux victimes de viol en leur disant d’aller porter plainte car il en est certain, les condamnations augmentent en rapport au nombre de dépôt de plaintes...

      Du coup je prend du temps pour vérifié cette #fake_News , je fournis une source sérieuse. Ce youtubeur a d’ailleurs répondu qu’il était effectivement dans l’erreur, j’espère qu’il saisira l’occasion de faire une vidéo là dessus et réfléchir sur ses biais masculins. Et après ceci, malgré la documentation que je fournis sur seenthis sur les condamnations pour viols, à nouveau un homme m’explique en deux lignes expéditives, que selon lui je ne sais pas garder ma raison car les condamnations pour les délits doivent être confondus avec celles pour les crimes.

      Comme si l’impunité des viols pouvait être comptabilisé pour exactement l’inverse de ce que c’est.
      Et comme si il était déraisonnable pour une femme d’osé seulement prétendre vouloir raisonner.

      #dissonance_statistique #dissonance_cognitive #male_gaze #déni #culture_du_viol #fraternité #paternalisme #correctionnalisation #euphémisation #raison #hystérie
      #inversion_patriarcale #sexisme

    • « Raison garder » était de trop, il était possible d’apporter un argument sans suggérer qu’une femme était hors de sa raison...

      @antonin1 Je ne sais pas ou tu voie des arguments, je n’ai vu qu’une affirmation fausse et hors sujet qui témoigne d’une très forte solidarité avec les violeurs et d’un mépris profond pour les victimes.
      « raison gardé » n’est pas que de trop, il est le reflet du sexisme de @marclaime

    • Suggérer que la correctionnalisation est l’une des raisons de l’invisibilité de ces condamnations, pour moi c’est un argument. Après, je comprends que ça te fasse déconsidérer des arguments qui s’inscrivent dans un cadre sexiste comme ce « raison garder ».

    • C’est pas ce que j’ai compris des propos de @marclaime
      il ne parle pas d’invisibilisation, il dit que les correctionnalisations sont des condamnations pour viol qu’il serait raisonnable de confondre et comptabilisé avec les condamnations pour viols aux assisses.

      Moi je parle des condamnations pour viol par la justice française et uniquement de cela. Qu’est ce que j’en ai à faire de comptabilisé les condamnations pour des délits si je parle des condamnations pour des crimes ? Dans le meilleur des cas cette remarque est hors sujet mais comme c’est introduit par une remarque sexiste c’est pas seulement du hors sujet, c’est du déni de dominant enrobé de condescendance. C’est aussi de mansplanning car je suis tout de meme bien informé des correctionnalisations et c’est bien pour ca que j’ai documenté depuis des années ce sujet et que je parle ici des seuls condamnations aux assises et que j’ai pris la peine de l’expliqué dans mon poste.

  • Anne-Claude Ambroise-Rendu, Histoire de la pédophilie, XIXe-XXIe siècle


    https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=CLIO1_042_0244#

    À quelques exceptions près (dont la thèse de sociologie soutenue en 2012 par Guillaume Brie, à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Traitement social de la criminalité sexuelle pédophile. Rapports de pouvoir et lutte des représentations entre agents chargés du contrôle et condamnés), rares sont les auteur.e.s en sciences sociales à avoir interrogé les violences sexuelles sur mineurs. L’intensité des émotions qu’elles suscitent aujourd’hui rend tout propos distancié difficilement audible, dicible, voire même pensable. En publiant une histoire de la pédophilie du xix e siècle à nos jours, Anne-Claude Ambroise-Rendu propose une lecture éclairante de cette problématisation moderne des violences sexuelles sur mineurs. Moins à partir des pratiques que des discours qu’elles suscitent (saisis à travers la justice pénale, les évolutions législatives, les archives policières, les faits divers journalistiques ou, pour la période plus récente, les investissements philanthropiques), son ouvrage montre la formulation progressive d’un intolérable contemporain. Ainsi, entre histoire des émotions collectives, de l’enfance, de la criminalité ou de l’expertise juridico-médicale, Histoire de la pédophilie, xix e - xx e siècle donne à voir la fabrique d’un regard et d’une indignation.

    2
    Le livre s’organise en dix chapitres qui couvrent de manière chronologique et thématique près de deux siècles d’abus sexuels sur mineurs. Le parti-pris de l’auteure permet de saisir comment des institutions produisent une clinique de la pédophilie en spécifiant, isolant et condamnant les violences sexuelles commises sur les enfants. Sans pouvoir entrer ici dans le détail des chapitres, on peut retenir que ce processus, initié au xix e siècle, s’est formalisé sous l’impulsion conjointe de la justice criminelle et de la médecine. Si Michel Foucault est un peu rapidement critiqué en début d’ouvrage pour sa lecture d’un cas particulier (p. 33), on voit à quel point ses travaux irriguent l’analyse de l’auteure pour penser la production d’un nouveau regard et la naissance d’un discours expert sur une violence que l’on formalise progressivement comme particulière, au fur et à mesure que l’enfance et la sexualité deviennent des objets de savoir.

    Histoire de la pédophilie : XIXe-XXIe siècles - Anne-Claude Ambroise-Rendu - Google Books
    https://books.google.com/books/about/Histoire_de_la_p%C3%A9dophilie.html?hl=de&id=5HIeAwAAQBAJ
    https://books.google.de/books/content?id=5HIeAwAAQBAJ&printsec=frontcover&img=1&zoom=1&edge=curl&imgt

    Histoire de la pédophilie : XIXe-XXIe siècles
    von Anne-Claude Ambroise-Rendu

  • Des lieux communs faussement rebels ou novateur sur l’inceste
    #tw inceste - viol - pedoviol
    https://aleteiafrench.files.wordpress.com/2018/11/web-tintoretto-suzanne-elders-vienna-domaine-public.j
    J’ai vu « The Strange Thing About the Johnsons » de Ari Aster (real que j’apprecie bien) et ce film me laisse perplexe car j’y voie une inversion des rôles assez typique des viols incestueux qui se présente comme originale alors que c’est pas du tout le cas.
    https://seenthis.net/messages/800601#message800812
    https://www.youtube.com/watch?v=sqyQMX4rwHs

    Ici on trouve un court métrage de Bastien Vives qui repose sur le même principe
    https://www.catsuka.com/news/2012-03-07/la-famille-par-bastien-vives--plus-in-memorial-sa-version-animee-du-nouveau
    (Bastien Vives est l’auteur de « Petit Paul » une bd pedosexuelle qui a été retiré des ventes l’année dernière)

    C’est en fait la plus vieille et la plus traditionnelle manière de raconté l’inceste

    Par exemple Dolto fait la même chose

    « Q- Dans l’acte incestueux il y a toujours un traumatisme pour la fille, non ?
    R- Evidemment qu’il y a un traumatisme ! Nous ne vivons pas dans une société ou ces choses sont permises. Résultat, la fille ne peut pas se développer normalement car ses pulsions sont occupées a un lieu où elles ne devraient pas l’être encore. Il se produit un blocage dans l’évolution de l’intelligence.
    (…)
    Q- Donc la petite fille est toujours consentante ?
    R- Tout à fait
    Q- Mais enfin, il y a bien des cas de viols ?
    R- Il n’y a pas de viol du tout, elles sont consentantes »

    http://www.philap.fr/HTML/inconscient-sexuel/Annexes/dolto_interview_choisir_1979.pdf

    et c’est deja la même chose dans le plus nocif des livres
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Loth_et_ses_filles

    Même chose avec l’utilisation du mot #lolita et l’incapacité des gens à comprendre que le roman de Nabokov prend le point de vue du violeur.

    En fait ca prend des aires de rebelle mais c’est le plus vieux des lieux commun cette manière de montrer l’inceste. C’est l’inceste vu par les auteurs d’inceste et on n’écoute que ceux là. Si les gens ont l’impression que les victimes sont entendus aujoud’hui c’est allé un peu vite en besogne - pour l’instant le seul effet mesurable de #metoo c’est que les entreprises embauches moins de femmes. Le seul effet de #balance_ton_porc c’est d’avoir condamné sa créatrice en justice pour diffamation et pour Adèle Haenel qui ne voulait pas porté plainte de se retrouvé au tribunal.

    #inversion_patriarcale #déni #pedoviol #victime_blaming #inceste #male_gaze #faux_rebel #violophilie #bible #lieu_commun

  • Sue Lyon, la « Lolita » de Stanley Kubrick, est morte

    « Ils m’avaient aussi demandé si je connaissais le sujet du roman, et si ça me posait problème. Ma mère m’en avait parlé, mais en fait j’avais une copine à l’école qui avait fauché l’exemplaire de sa mère et on cherchait les passages un peu salés à la récré. Mais bon, j’avais compris l’histoire, et ça ne me posait pas problème. Je devais juste jouer une fille qui avait une relation avec un vieux type. Ce n’était pas comme si je devais me le taper… Et en fait, à part le temps que ça a pris, je ne me suis jamais autant amusée dans ce métier. Aussi bien Stan et Jimmy, qui me protégeaient bien, que James Mason, qui était adorable avec moi. Il me disait, allez, kiddo, on va répéter nos répliques. Comme si M. Mason avait besoin de répéter ses répliques… Il le faisait pour moi, pour me mettre en confiance. »
    « Le chewing-gum et les grimaces, c’est moi qui m’ennuyais »

    Je lui avais demandé ce qu’elle lui avait chuchoté à l’oreille quand Mason est sur le lit de camp écroulé, qui avait provoqué un extatique fou rire chez Mason (la prise retenue par Kubrick). Elle avait tricoté des sourcils, comme elle le fait beaucoup dans le film, puis s’était souvenue : « Je lui disais, j’espère qu’il va un peu se magner avec ses prises, parce que j’ai drôlement faim. Vous voyez, rien de très scabreux ! » Mais c’était ce manque total d’innocence chez elle qui fait que Lolita marche si bien. Sa manière de le rendre fou aussi, avec son hula-hoop et son bubble gum. « Le hula-hoop, c’était dans le scénario. Bien sûr je savais en faire, j’avais 15 ans et j’étais américaine. Six jours qu’on a tourné cette scène ! C’est beaucoup de hula-hoop. Mais le chewing-gum et les grimaces que je fais dans la voiture, c’est moi qui m’ennuyais. J’étais une gamine au milieu de tous ces bonshommes et c’était long, alors je m’amusais comme je pouvais. » Stanley n’en a pas perdu une miette.

    Pas de changements depuis 2015 et mon poste sur #lolita
    Ici encore on prend le point de vue du violeur
    on ne nomme pas le viol
    on ne nomme pas le féminicide de la mère de Dolorès Haze
    et Dolorès Haze "manque totalement d’innocence ce qui le rendre fou aussi, avec son hula-hoop et son bubble gum. "
    ....
    https://seenthis.net/messages/399841

    #lolita #culture_du_viol #misogynie #male_gaze #déni #violophilie #pedoviolophilie

  • « Les temps ont changé, il est devenu indéfendable » : dans un contexte post-#metoo, le malaise Gabriel Matzneff
    https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2019/12/23/les-temps-ont-change-il-est-devenu-indefendable-dans-un-contexte-post-metoo-


    Gabriel Matzneff en 2006. À droite, l’éditrice Vanessa Spingora. En haut, Bernard Pivot (en 1978), qui a reçu l’écrivain à six reprises dans son émission « Apostrophes ».
    Collage d’après les photos de Jean-Philippe Baltel/Sipa, Rue des Archives/Agip Jean-Francois Paga/Opale via Leemage. Collage de Jean-Baptiste Talbourdet Napoleone pour M Le magazine du Monde

    La parution du livre « Le Consentement » crée une secousse dans le monde littéraire. L’auteure Vanessa Springora y raconte sa relation traumatisante, à 14 ans, avec cet homme de trente-six ans son aîné, écrivain aux pratiques pédophiles assumées.

    le #paywall ne me permet pas de voir si Le Monde rappelle que Gabriel Matzneff a longtemps tenu une chronique hebdomadaire (dans mon souvenir, entièrement centrée sur sa personne) dans Le Monde des Livres.

    (et, je voudrais pas dire, mais à l’époque c’était déjà beaucoup plus que du malaise que m’inspirait ce bonhomme et ses œuvres…)

    • Puisque nous n’avons pas l’article en entier à cause du #paywall, on peut quand même bruler chaque lettre du titre.

      Comme si les crimes pouvaient s’absoudre dans le temps, que les faits n’existaient pas et n’avaient pas à voir avec un viol mais simplement à la définition morale d’une époque. Comme si il n’y avait pas eu de victimes avant et des prédateurs sexuels, toujours, pour profiter de leur position dominante sur des enfants et les violer en toute impunité.
      A cette époque certains se targuaient de leurs libertés basées sur la soumission sexuelles des autres, le monde de la politique et de la littérature, les #grands_hommes se congratulait et montrait comment détruire des personnes par le sexe pour maintenir leur position dominante.

      Oserait-on titrer la même chose avec Hitler ?

      « Les temps ont changé, il est devenu indéfendable »

    • L’article de Lacroix relate la courageuse intervention de #Denise_Bombardier chez #Pivot et comment elle fut agressée et ostracisée

      https://www.la-croix.com/Culture/Lecrivain-Gabriel-Matzneff-rattrape-passe-2019-12-25-1201068455

      Vanessa Springora rappelle, témoignage accablant sur les doctes errements des intellectuels, ce que fut aussi le « consentement » général. Tribune libre en 1977 à la une du Monde ; pétition signée par Sartre, Simone de Beauvoir, Michel Foucault, André Glucksmann, Jack Lang, Bernard Kouchner… Sans l’ombre depuis, chez les vivants, de l’expression d’un remords à l’égard des « victimes » de ce gourou de la pulsion pédophile, très en cour, défendu, au nom du style, par François Mitterrand.

      #livres
      Le Consentement, de Vanessa Springora. Grasset, 218 p., 18 €.

      Une vie sans peur et sans regret. Mémoires, de Denise Bombardier. Plon, 464 p., 21,90 €.

      A part ceux qui sont morts, tous les crevards de pédophiles cités plus haut se portent plutôt bien, la presse française leur déroule le tapis et ils ont toujours pignon sur rue.

    • La prestation de Matzneff et de Pivot dans la vidéo d’Apostrophes est insoutenable. Denise Bombardier très émue et très digne face à un porc…

      Denise Bombardier, dans Une vie sans peur et sans regret, Mémoires : […] Puis-je avouer que cette intervention fut l’une des rares où, dans ma vie, j’ai fait œuvre utile ? »

    • Ami de Matzneff, Philippe Sollers la qualifie publiquement de « mal baisée ». Dans Le Monde, Josyane Savigneau pourfend sa « sottise » et défend avec ardeur « l’homme qui aime l’amour ». Sur Twitter, ces jours-ci, elle le glorifie encore.

      Dans VSD, Jacques Lanzmann s’étonne que Matzneff n’ait pas « aligné la Bombardier d’une grande baffe en pleine figure ». À son retour au Québec, elle reçoit des lettres anonymes, des appels menaçants, sa maison est taguée, ses vitres cassées, ainsi qu’elle le raconte dans son autobiographie parue en février dernier. « Rétrospectivement, écrit Vanessa Springora, je m’aperçois du courage qu’il a fallu à cette auteure canadienne pour s’insurger, seule, contre la complaisance de toute une époque. »

      ici l’extrait de l’émission Denis Bombardier interviens à 1:43 mins
      https://www.dailymotion.com/video/x3ykex7

    • Même rhétorique, chez ce gros connard d’ardisson, il y a une quinzaine d’année.

      Interview biographie de Gabriel Matzneff - Archive INA - YouTube
      (je vous épargne le lien, c’est au début)

      Ardisson :

      mais vous ne croyez pas que la condamnation de la société envers vous est irrévocable ?

      matzneff (rigolard) :

      Mais non voyons, absolument pas, ça c’était au vingtième siècle, maintenant c’est le vingtième et unième siècle - c’était les années 90 où je me faisait insulter (...)

      et ensuite, de lui servir la soupe pendant un quart d’heure.

    • Mais il ne faudrait pas croire que c’est là le seul contexte où les médias préfèrent des formules qui ne contiennent pas « le mot en V » ; le même évitement peut être observé dans presque tous les contextes. Jane Gilmore, la féministe australienne à l’origine du projet ‘Fixed It’ [“rectification”], qui souligne en rouge les titres sexistes des journaux et publie une capture d’écran de sa version rectifiée avec la bulle « Allez-y » (nom de l’organe de presse), « je vous l’ai rectifié », est particulièrement au fait de l’utilisation médiatique permanente du mot « sexe » au lieu de « viol » dans les comptes-rendus d’affaires de viol, alors même que les médias pourraient tout à fait remplir leurs obligations légales de ne pas biaiser les procédures criminelles en procédant à une simple modification, en ajoutant « présumé » au mot « viol ». Comme le dit Gilmore, ce n’est pas ainsi qu’ils rendent compte d’autres crimes à propos desquels personne n’a encore été condamné. Si quelqu’un est accusé de voler une voiture, les médias ne se sentent pas obligés de le décrire comme étant simplement en train de « conduire une voiture », tant qu’un jury ne l’a pas condamné pour vol. Même si sa défense consiste à dire, « je conduisais avec la permission du propriétaire », des mots comme « voler » ou « dérober » ne seront pas complètement rejetés. Pour « violer », toutefois, les choses sont différentes.

      J’en suis venue à des conclusions semblables lors de ma recherche pour un article du TES [le Supplément Education du Times] sur le langage utilisé pour qualifier des agressions sexuelles commises à l’endroit d’enfants. Les articles que j’ai lus, surtout dans les cas concernant des adolescentes, faisaient preuve d’une résistance marquée envers l’utilisation du mot « viol » ou d’autres mots impliquant des sanctions pénales, comme « agression » ou « abus ».

      Par exemple, les enseignants qui avaient abusé de leur position d’autorité ont été très souvent considérés « comme ayant eu des relations sexuelles » avec les élèves adolescentes qu’ils avaient sollicitées ; parfois on disait qu’ils avaient eu « une liaison » ou « une aventure ». Le langage, en d’autres termes, était issu du registre généralement utilisé pour parler de sexe ou de relation amoureuse entre deux adultes consentants – même quand le professeur était un prédateur en série, agressant des élèves n’ayant pas plus de 13 ans, et cela même dans des articles après qu’il ait été condamné.

      Pourquoi les comptes-rendus des cas concernant des enfants sont-il si frileux quant à l’usage des termes « viol », « agression » ou « abus » ? Je me suis alors vraiment demandée si ce n’était pas parce qu’il ne s’agissait pas vraiment d’accusations de viol dans la plupart de ces cas (les atteintes contre les mineur·e·s sont désignées différemment, par exemple comme « relations sexuelles avec enfant »). Mais à la réflexion j’ai conclu que l’accusation n’était pas l’enjeu : l’évitement constaté était plus en rapport avec deux autres facteurs.

      L’un d’eux est la réticence à utiliser des mots impliquant la violence dans des cas où l’agresseur a usé de manipulation psychologique et affective plutôt que de force ou de menaces. C’est ainsi que beaucoup d’agresseurs d’enfants opèrent. Dans une émission télévisée récente au cours de laquelle j’ai entendu parler du cas de Larry Nassar, entraineur sportif qui a agressé sexuellement de centaines de filles pendant une vingtaine d’années, la journaliste Lindsey Smith (qui avec sa collègue Kate Wells a fait un reportage pour la radio publique du Michigan, et a poursuivi avec des récits des survivantes, dans le podcast primé “Believed”[« On vous croit »]), a expliqué que les raisons principales de l’impunité prolongée de Nassar était sa capacité a gagner la confiance à la fois de ses victimes, de leurs parents et de leurs entraineurs. Les professeurs qui agressent leurs élèves abusent de leur confiance ; peut-être, alors, n’est-il pas étonnant que dans les cas d’abus de pouvoir, des formules comme « ont eu un rapport sexuel / une relation / une aventure avec » ont été en toute logique préférées. En utilisant ce langage, toutefois, les médias ne font que reprendre l’éclairage déformé qui permet à cette forme d’abus de prospérer.

      Le second facteur est une tendance à nier ou à occulter le déséquilibre de pouvoir entre les hommes adultes et les adolescentes. Les termes « relations » ou « aventures » confirment implicitement ce que Jeffrey Epstein affirmait explicitement – à savoir que les adolescentes ne devraient pas être considérées comme des enfants vulnérables. Elles peuvent dans les faits être mineures, mais en réalité, elles sont sexuellement et socialement des adultes matures ; elles n’ont ni besoin ni envie d’être préservées des attentions sexuelles d’hommes plus âgés.

      Parfois le déni de la vulnérabilité des filles va encore plus loin, en les présentant comme plus puissantes, plus calculatrices et plus maîtresses d’elles-mêmes que les hommes qui les ont exploitées. Au tribunal, la faute est souvent rejetée sur la victime. Lors d’un procès en 2015, le juge a dit d’un professeur de 44 ans qui venait juste d’être inculpé pour abus de pouvoir sur une élève de 16 ans qu’il avait été « séduit » par une « fille intelligente et manipulatrice ». Une autre adolescente victime a été décrite comme une « allumeuse » cherchant à se venger.

      Ces descriptions d’hommes adultes comme étant les vraies victimes, pris au piège et manipulés par des adolescentes prédatrices, sont un bon exemple de ce que la philosophe Kate Manne appelle « virilo-empathie », la tendance socialisée et partagée de ressentir la souffrance d’un homme plus facilement et plus intensément que celle d’une femme, et de lui accorder, partout où c’est possible, le bénéfice du doute. Cette tendance fournit un autre motif de ne pas appeler « viol » les agissements de certains hommes : puisque tout le monde s’accorde pour reconnaître que le viol est un crime particulièrement odieux, on doit être très prudent avant de formuler une accusation aussi grave. On voit partout ce souci de ne pas briser la vie des hommes, depuis la réticence des juges à punir de jeunes hommes à l’avenir plein de promesses, jusqu’à la demande d’accorder aux accusés le même anonymat qu’aux victimes dans les affaires de viol. Bien qu’il y ait dans le monde un grand nombre d’hommes qui ont été accusés de viol et qui pourtant n’ont pas tout perdu, (pensez à Roman Polanski et Donald Trump), cela peut être encore une autre raison de la réticence des gens à utiliser le mot en V.

      La « virilo-empathie » peut influencer les mentalités par rapport au viol d’autres manières moins évidentes. Dans le courant du mois, la Juge des Tutelles a statué sur le cas d’un déficient mental qui voulait avoir des relations sexuelles, mais qui ne comprenait pas l’idée de consentement. Auparavant il avait eu une « conduite inappropriée » envers les femmes, et ses aidants, inquiets à l’idée qu’il puisse être arrêté pour des raisons qu’il était incapable de comprendre, avaient pris des mesures de prévention dans ce sens. La juge, toutefois, déclara que ces mesures portaient atteinte à ses droits fondamentaux. Il avait le droit, dit-elle, de « commettre les mêmes erreurs que n’importe quel être humain pourra commettre, ou commettra, dans le cours de sa vie ».

      Selon le commentaire de la juriste Ann Olivarius sur Twitter, la juge a semblé totalement indifférente aux répercussions de sa déclaration pour les femmes susceptibles d’être, selon les aidants, des victimes de cet homme. Elle a même minimisé les menaces qu’il faisait peser sur ces femmes en les reformulant dans un langage insipide et euphémisant. Parler des « fautes que tout être humain commet au cours d’une vie » suggère que le problème – la possibilité que nous puissions offenser ou humilier en faisant des avances mal venues et maladroites – est courant et relativement mineur. En fait les aidants craignaient qu’il ne commette une grave infraction sexuelle. Peu de gens pourraient décrire un viol comme « une faute » et certainement pas comme le genre de faute que « tous les êtres humains peuvent commettre un jour » (surtout si l’on considère les femmes comme des êtres humains). Bien entendu, la juge n’aurait pas pu dire, avec autant de mots : « cet homme devrait avoir la même liberté de violer les femmes que tout un chacun ». Mais si l’on dépasse les non-dits et les euphémismes, n’est-ce pas le sens même de son jugement ?

      Cette année, les écoles d’Angleterre et du Pays de Galles devront enseigner à leurs élèves ce que dit la loi sur le consentement sexuel. Des jeunes gens apprendront qu’on doit avoir 16 ans pour pouvoir consentir, et que le sexe sans consentement est illégal. Mais en dehors de la salle de classe, les mêmes jeunes gens seront confrontés à quantité de messages dans lesquels le sexe non consenti, y compris des actes impliquant des mineurs, sont décrits en des termes qui, ou bien les normalisent (sexe, relation, aventure), ou bien les banalisent (« se conduire de façon inappropriée », « commettre des erreurs »). Comment savoir lequel de ces messages contradictoires ils retiendront ?

      Nous devons parler du viol, et par là j’entends : en parler en termes de viol. La définition légale peut avoir changé, mais « ce que la société en général considère comme du viol » est le plus souvent plus proche du point de vue que Susan Estrich a critiqué dans son livre de 1987 Real Rape (Ce que le viol est réellement), à savoir : le viol n’est avéré que s’il s’agit de l’attaque brutale par un inconnu d’une femme de réputation irréprochable. (Il n’y a que dans les comptes-rendus de ce genre d’affaires qu’on ne voit aucun évitement du mot en V.) Si nous voulons changer le consensus actuel, nous devons (entre autres choses) cesser d’utiliser, ou de tolérer un langage qui occulte la réalité du viol.

      https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/12/25/nous-devons-parler-du-viol

      #viriol-empathie #fraternité #violophilie #vocabulaire #victime_blaming #déni #male_gaze

    • Je me demande si il n’y aurait pas une carte des collusions du viol à créer. Avec des sources genre relevé d’écriture, paroles reprises dans les journaux, médias, films, etc. On verrait se dessiner le boyclub français qui sévit encore pour dédouaner les violeurs.

      J’ai envie de comprendre comment la plupart de mes amies qui ont cinquante ans aujourd’hui ont été violées si jeunes sans que personne ne pense jamais à prendre leur défense. Envie de savoir qui étaient ceux qui facilitaient l’acceptation culturelle et le principe de normalité pour qu’on accepte qu’un enfant devienne une proie sexuelle à 13 ans et comment les empêcher aujourd’hui de poursuivre leur massacre en les dénonçant.
      Rien que ça :)

    • J’ai mis la liste complète ici @tintin
      https://seenthis.net/messages/817715#message817775

      Pour la carte ca serait plutot un bingo des pedo-violophiles que j’imagine. Je veux bien y participé, il me semble que seenthis se prête bien à cet exercice collectif. Je vais ouvrir un sujet là dessus pour le rendre plus visible. Je pense qu’il y a aussi un truc à faire avec des cercles d’influence, comme une carte des misogynes médiatiques français- il y a des figures autour desquelles s’articulent plusieurs dossiers pas seulement des violences sexuelles et pas seulement sur des enfants. J’y pensait parce que Denise Bombardier explique qu’elle a été blacklisté d’un cercle.
      Du coup je voie bien un #bingo + une carte des réseaux pédophobes et misogynes

    • @mad_meg attention à ne pas abuser de l’interpellation du compte seenthis car ses notifications arrosent la liste de diffusion par email (ce qui nous permet de veiller à plusieurs pour les différents problèmes communautaires et techniques). Merci :)

    • @mad_meg cool pour la carte, je voyais quelque chose d’interactif un peu comme societe.com. Comme dit plus haut, je voudrais souligner la construction de ces réseaux et leur pouvoir d’influence, pas seulement de personnes mais des médias pour lesquels ils ont bossé, et montrer dans le temps que ces pédos violeurs misogynes se tiennent la main pour conserver leur domination destructrice. D’ailleurs la liste des salopards du torchon causeur est une base où en retrouver plusieurs cités déjà ici.

    • @mad_meg
      pour le côté interactif, au pire on trouvera de l’aide :) il faut en premier essayer d’anticiper les liens et relations que l’on veut voir apparaitre.
      Je suis en train de penser la structure de la base de données.
      Chaque personne qui s’est exprimée publiquement a sa place : nom, prenom, date de naissance (pour regrouper par ages et voir si ça évolue ou pas).
      Ces personnes sont liées à leur milieu d’influence via leur métier : politique, journalisme, art, cinéma, sport, mode.
      Les faits sont datés et sourcés et chaque personne est liée à un rôle : victime / à fait barrage / a défendu le violeur /signataire de la pétition Z.
      Les pétitions sont sourcées et reliées à chaque personne.

      Je fais des essais pour voir les regroupements systématiques des soutiens à Polansky, DSK, Matzneff, n’hésite pas si tu as des idées, et tu as mon mail aussi !

      Ok, je viens de voir ton lien, super !

    • (Texte intégral de l’article, @simplicissimus)

      Le Monde (site web)
      m-le-mag, lundi 23 décembre 2019 - 11:25 UTC +0100 3842 mots

      « Les temps ont changé, il est devenu indéfendable » : dans un contexte post-#metoo, le malaise Gabriel Matzneff
      Dominique Perrin

      La parution du livre « Le Consentement » crée une secousse dans le monde littéraire. L’auteure Vanessa Springora y raconte sa relation traumatisante, à 14 ans, avec cet homme de trente-six ans son aîné, écrivain aux pratiques pédophiles assumées.

      Le livre est à la fois cru et subtil. « À quatorze ans, on n’est pas censée être attendue par un homme de cinquante ans à la sortie de son collège, on n’est pas supposée vivre à l’hôtel avec lui, ni se retrouver dans son lit, sa verge dans la bouche à l’heure du goûter. (…) De cette anormalité, j’ai fait en quelque sorte ma nouvelle identité. À l’inverse, quand personne ne s’étonne de ma situation, j’ai tout de même l’intuition que le monde autour de moi ne tourne pas rond. » Dans Le Consentement (Grasset), Vanessa Springora raconte tout, la rencontre avec G. en 1985, à l’âge de 13 ans, la fascination, l’amour qu’elle dit avoir éprouvé, l’emprise, la séparation, la chute, avec crises d’angoisse et épisode psychotique, puis les années pour s’en remettre. Il lui aura fallu trente ans pour livrer sa version de l’histoire. Jusque-là, en littérature, elle n’était que Vanessa, une des multiples conquêtes de « l’homme à la sortie du collège », un écrivain qui a eu son heure de gloire, mais que les moins de 50 ans ne connaissent guère : Gabriel Matzneff.

      « Le Consentement » pousse à remonter le temps, jusqu’à ces années 1970 et 1980, quand le milieu littéraire et certains médias encensaient le dandy parisien, sans questionner les conséquences de ses attirances sexuelles.

      Ce récit, qui sort le 2 janvier, est une première. Jamais les enfants et les adolescentes ayant eu une relation avec cet écrivain n’avaient pris la parole. Devenus adultes, aucun n’était sorti du silence. À 47 ans, Vanessa Springora, nouvelle directrice des éditions Julliard, se lance et couvre de ses mots ceux d’un homme de 83 ans, qui a toujours revendiqué son désir pour les mineurs – il ne dit pas pédophile mais « philopède », même si le verlan n’est pas son style. Récit littéraire, personnel et très fort, Le Consentement est aussi un ouvrage qui interroge la société. Il pousse à remonter le temps, jusqu’à ces années 1970 et 1980, quand le milieu littéraire et certains médias encensaient le dandy parisien, sans questionner les conséquences de ses attirances sexuelles.

      Aujourd’hui, Gabriel Matzneff parle à ses amis de « retour du puritanisme » mais refuse de s’exprimer – « Je sors de chez le médecin, je n’ai pas la tête à ça, ce n’est pas du tout par désobligeance, croyez-le bien », répond-il, très courtois. Dans un contexte post-#metoo de remise en cause de la domination masculine et peu après le témoignage de l’actrice Adèle Haenel, il sait que l’époque ne lui est plus favorable.

      Une autre époque

      Crâne rasé, chemise grande ouverte sur torse bronzé, pantalon pattes d’éph, Gabriel Matzneff a 39 ans. Costume vert amande, chemise rose pâle et cravate bariolée, Bernard Pivot n’a pas un cheveu blanc. Nous sommes le 12 septembre 1975, sur Antenne 2. Présenté comme l’ami de Montherlant, l’écrivain est invité pour son essai Les Moins de seize ans (Julliard), sorti un an plus tôt. Déjà, il révèle ce qui fera tout son succès, ses airs d’aristocrate, son amour des interdits, son besoin de scandaliser. Déjà, ses propos sont limpides : « Je pense que les adolescents, les jeunes enfants, disons entre 10 et 16 ans, sont peut-être à l’âge où les pulsions d’affectivités, les pulsions sexuelles également, sont les plus fortes parce que les plus neuves. Et je crois que rien ne peut arriver de plus beau et de plus fécond à un adolescent ou une adolescente que de vivre un amour. Soit avec quelqu’un de son âge (…), mais aussi peut-être avec un adulte qui l’aide à se découvrir soi-même, à découvrir la beauté du monde créé, la beauté des choses. » Il enchaîne sur l’éveil, Bouddha, le Christ, les stoïciens.

      Pédophile certes, mais pédophile mystique. « Est-ce que vous avez été choqué par le livre ? », interroge Pivot. Deux invités s’avouent gênés. Une professeure de lycée parle « d’attentat à la dignité de l’enfant » et un universitaire interroge l’écrivain, à propos « des petits garçons qu’il drague » : « Vous les avez peut-être traumatisés pour la vie ? » Matzneff ne se démonte pas : « Je vous dirais qu’il y a beaucoup d’autres façons de pourrir un enfant que de coucher avec. » Fin du débat. « Le livre n’a pas soulevé de vagues de protestation, se remémore Bernard Pivot. Ce sont les époques qui diffèrent. » Lui-même n’a aucun souvenir de cet essai. Il réinvitera l’écrivain à cinq reprises.

      « Bernard Pivot invite systématiquement Matzneff, “Le Monde” ne dit jamais de mal de l’écrivain pendant les années 1970 et “Libération” en parle peu mais soutient le mouvement pro-pédophile. » Anne-Claude Ambroise-Rendu, universitaire

      Une autre époque en effet. Une période difficile à juger avec les critères actuels. « Bernard Pivot invite systématiquement Matzneff, Le Monde ne dit jamais de mal de l’écrivain pendant les années 1970 et Libération en parle peu mais soutient le mouvement pro-pédophile, raconte l’universitaire Anne-Claude Ambroise-Rendu, auteur d’Histoire de la pédophilie : XIXe-XXe siècles (Fayard). Aux côtés de l’écrivain Tony Duvert et du philosophe René Schérer, il est la tête de proue de la défense de ce qu’il répugne à appeler la pédophilie, avec des arguments très structurés et ce qu’il faut de mauvaise foi. Le Monde et Libération y voient un discours de défense de la liberté, une cause plus que transgressive, révolutionnaire. Les seuls à critiquer Matzneff, au nom de la morale, sont des titres conservateurs, comme France Soir, ou d’extrême droite comme Minute. Le partage des médias est très politique. » A partir de 1977, l’écrivain tient une chronique hebdomadaire au Monde. Le journal y mettra fin en 1982 quand Gabriel Matzneff sera soupçonné de pédophilie, finalement à tort, dans l’affaire du Coral, un centre éducatif dans le Gard. Sa voix est reconnue, ses romans sont lus. Un de ses plus grands succès, Ivre du vin perdu, sort en 1981 et se vendra au fil des ans à 20 000 exemplaires.

      Dans le milieu littéraire, le personnage séduit. Petit-fils de Russes blancs à l’écriture classique, mâtinée de références grecques et latines, l’écrivain possède l’aura de l’homme cultivé qui ose briser les tabous, choquer le bourgeois. Un héritier de Gide, de Byron et de Casanova tout à la fois. En janvier 1977, il rédige une lettre ouverte publiée dans Le Monde demandant la relaxe de trois hommes incarcérés, accusés d’avoir eu des relations sexuelles avec des filles et des garçons de 13 et 14 ans. Tout Saint-Germain-des-Prés signe : Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Gilles Deleuze, Guy Hocquenghem, Louis Aragon, Roland Barthes, Philippe Sollers, Jack Lang… L’heure est à la liberté des mœurs, il faut extraire l’enfant du carcan familial, l’aider à s’épanouir. Dans les milieux intellectuels et artistiques, défendre la cause pédophile et militer pour l’abrogation de la majorité sexuelle fixée à 15 ans, est un combat d’avant-garde. À cette même époque, la photographe Irina Ionesco fait des portraits érotiques de sa fille, Eva, dès ses 4 ans, et David Hamilton (accusé plus tard de viols sur mineures) repère ses jeunes modèles sur les plages du Cap d’Agde.

      Changement d’atmosphère

      Milieu des années 1980, changement d’atmosphère. « Un basculement s’opère en 1986, explique Anne-Claude Ambroise-Rendu, quand “Les Dossiers de l’écran” consacrent une soirée à la question de l’inceste. » Armand Jammot y reçoit Eva Thomas, qui publie Le Viol du silence (Aubier, 1986), dans lequel elle raconte qu’à 15 ans, elle a été abusée par son père. « L’opinion commence alors à se retourner, note l’historienne. Via l’inceste, les Français s’intéressent davantage aux enfants victimes d’abus sexuels. » C’est à cette période-là que le mot pédophilie apparaît dans le langage courant.

      Lorsque le 2 mars 1990, Gabriel Matzneff est de nouveau invité à « Apostrophes », l’ambiance n’est donc plus celle de 1975. L’écrivain, que Vanessa Springora a quitté deux ans plus tôt, présente un tome de son journal intime, au titre baudelairien : Mes amours décomposées (Gallimard). Un tableau de chasse, autobiographique donc, de filles de 14 ou 15 ans, agrémenté de garçons philippins de 11 et 12 ans, prostitués à Manille. Ton bravache. Sur le plateau chacun intervient tour à tour, quand, soudain, une journaliste et écrivaine québécoise crée la surprise. D’un ton assuré, celle qui a été la première femme à animer une émission politique à la télévision de Radio-Canada, se lance : « Moi, M. Matzneff me semble pitoyable. (…) On sait bien que des petites filles peuvent être folles d’un monsieur qui a une certaine aura littéraire, d’ailleurs on sait que les vieux messieurs attirent les petits enfants avec des bonbons. M. Matzneff, lui, les attire avec sa réputation. » Assis à sa gauche, « l’écrivain pitoyable » est soufflé : « Je trouve insensé de parler comme vous venez de le faire. (…) Je suis le contraire d’un macho, d’un type qui force qui que ce soit à faire quoi que ce soit. »

      Le cocktail qui suit est tendu, les olives passent mal. « C’était affreux, se souvient depuis Montréal, Denise Bombardier, 78 ans aujourd’hui. Les gens faisaient cercle autour de Matzneff, je ne suis restée que cinq minutes. » Bernard Pivot est alors le premier étonné : « Parfois j’organisais des conflits, mais là ce n’était pas le cas. Gabriel Matzneff avait le prestige de l’écrivain qui a une belle écriture. Ce qu’il racontait, on ne le trouvait pas dans d’autres livres, c’était original, osé, aventureux. À ceux qui pensaient qu’il bluffait, ses proches confirmaient que tout était vrai. Mais cela n’indignait pas comme aujourd’hui. » Sauf à venir d’un autre continent.

      Après l’émission, les critiques ne visent pas l’homme mis en cause… Mais la femme qui a cassé l’ambiance. « Connasse ! », s’énerve Philippe Sollers, l’éditeur de Matzneff, le 19 mars, sur France 3. Dans Le Monde du 30 mars, Josyane Savigneau encense l’écrivain, qui « ne viole personne », et tacle la Canadienne : « Denise Bombardier a eu la sottise d’appeler quasiment à l’arrestation de Matzneff, au nom des “jeunes filles flêtries” par lui… Découvrir en 1990 que des jeunes filles de 15 et 16 ans font l’amour à des hommes de trente ans de plus qu’elles, la belle affaire ! [ni l’ex-responsable du Monde des livres, ni Philippe Sollers n’ont souhaité nous parler] ». Dans Le Nouvel Observateur, Guy Sitbon est un des rares à écrire un article au vitriol contre l’écrivain « qui ne recule devant aucune goujaterie ».

      Impunité des artistes

      Des années plus tard, le 18 mars 1999, à l’occasion de la critique d’un livre, le chroniqueur Pierre Marcelle pourfendra encore, dans Libération, les « glapissements torquemadesques » de la journaliste (en référence au grand inquisiteur espagnol Tomás de Torquemada) et écrira que « déjà Christine Boutin pointait sous Bombardier ». « Je me suis fait traiter de mégère et de mal-baisée, raconte celle-ci. Matzneff était protégé par une partie du milieu littéraire et des médias, complètement complaisants à son égard. Ils ont justifié l’injustifiable au nom de la littérature. » Aujourd’hui, Vanessa Springora s’étonne aussi de l’impunité des artistes. « Tout autre individu, qui (…) se vanterait de sa collection de maîtresses de 14 ans, aurait affaire à la justice », écrit-elle dans son récit.

      Mais l’émission reste dans les mémoires et sonne la progressive mise au ban de l’écrivain. Tout le monde réalise que la pédophilie transforme l’enfant en simple objet de jouissance. Les années 1990 sont aussi celles de l’affaire Dutroux. Le pédophile n’a plus rien de libertaire, il devient un monstre. Pour son livre L’Enfant interdit, comment la pédophilie est devenue scandaleuse (Armand Colin, 2013), le sociologue Pierre Verdrager a étudié de près le parcours de l’écrivain. Il a une théorie cocasse : « Le journal de Matzneff est à la pédophilie ce que les carottes glaciaires sont à la climatologie. » Plus précisément, « les changements dans les mœurs se réfléchissent dans sa mauvaise humeur ». Ces années-là, l’écrivain au crâne rasé est bougon. Il est de moins en moins invité par les médias. Et quand il l’est, constate Verdrager, c’est moins pour la qualité de ses livres que pour le caractère sulfureux de sa vie.

      Prix Renaudot en 2013 à sept voix contre trois

      Le milieu littéraire parisien le remet soudain à l’honneur en 2013. À 77 ans, après une quarantaine de livres publiés, il reçoit son premier prix, le Renaudot essai, pour Séraphin, c’est la fin ! (La Table ronde). Un recueil de textes rédigés entre 1964 et 2012, sur Schopenhauer, Kadhafi, les prêtres ou le viol. Le jury (Jérôme Garcin, Patrick Besson, Dominique Bona…) l’a choisi à sept voix contre trois, après qu’un de ses membres eut longuement plaidé sa cause : Christian Giudicelli. Il n’est autre que l’éditeur de Matzneff chez Gallimard et son ami. Mais dans le grand jeu des prix littéraires, être juge et partie n’est pas un souci. « C’est un prix que l’on a décerné à un auteur ostracisé, jugé sulfureux et scandaleux depuis une vingtaine d’années et qui n’avait plus accès aux médias », se souvient Frédéric Beigbeder, membre du jury. Le ton était à la compassion. L’écrivain Patrick Besson : « Dans ce qu’il a pu écrire sur sa vie amoureuse, il y a des choses ahurissantes et inacceptables, mais c’est un vieux monsieur blacklisté et dans le besoin, on a fait la part des choses. »

      Ex-directeur du Point, Franz-Olivier Giesbert n’a voté pour Matzneff qu’au second tour. « C’est un excellent écrivain, dont j’aime certains livres, d’autres pas du tout, précise-t-il. J’exècre la pédophilie, mais je déteste aussi la police de la maréchaussée. Les gens cloués au pilori ont toujours ma sympathie. » Il souligne que jamais l’écrivain n’a été condamné par la justice. Aussitôt le Renaudot annoncé, trois pétitions apparaissent pour retirer le prix « à un militant pro-pédophile ». En vain. L’essai ne fera pas date, mais, grâce au prix, se vendra à 3 800 exemplaires.

      « Sur les réseaux sociaux, je me fais parfois interpeller pour le virer. Notre philosophie est claire : plus on nous demande de virer quelqu’un, moins on le fera. C’est une question de liberté d’expression. » Étienne Gernelle, directeur du « Point »

      Les médias qui le soutiennent s’amusent de son côté « politiquement incorrect ». Ses relations sexuelles avec des mineurs sont, pour eux, une histoire ancienne. D’ailleurs, dans ses derniers tomes de journaux, ses amantes ont passé les 18 ans. Et puis l’écrivain a d’autres sujets de prédilection : la Russie, la religion, la politique… La politique, c’est compliqué. Tendance réac, proche du penseur de la nouvelle droite, Alain de Benoist, Matzneff a voté Mélenchon en 2017. La chaîne Russia Today l’invite parfois, tout comme la très à droite Radio Courtoisie. Depuis 2013, il tient une chronique irrégulière sur le site du Point. « Il écrit sur tout et n’importe quoi avec un talent fou, se réjouit le directeur de l’hebdomadaire, Étienne Gernelle. Il dit le contraire de ce qu’il y a dans beaucoup de journaux, ça détonne. Sur les réseaux sociaux, je me fais parfois interpeller pour le virer. Notre philosophie est claire : plus on nous demande de virer quelqu’un, moins on le fera. C’est une question de liberté d’expression. »

      Dans l’édition aussi, il sème la pagaille. Au printemps 2016, il signe un contrat avec son ami Jean-François Colosimo, orthodoxe comme lui et directeur des Éditions du Cerf, pour publier un essai. En juillet, la maison fondée par l’ordre dominicain change d’avis « pas par censure », soutient Colosimo, « plus par incommodité ». « Quand j’ai appris que son essai avait été refusé, je n’ai pas hésité », raconte Manuel Carcassone, directeur de Stock. En 2017, il publie Un diable dans le bénitier. L’éditeur n’est pas un ami proche, mais il l’a admiré très tôt – « sans être familier du volet privé de son œuvre », s’empresse-t-il de préciser. « Quand j’avais 22 ans, à la fin des années 1980, Gabriel Matzneff était un personnage légendaire, perçu comme un auteur de qualité et un esprit libre. En plus, c’est un diariste, genre que j’aime beaucoup. Il me fascinait. Je l’ai rencontré à ce moment-là, je me souviens d’un dîner avec lui chez Guy Hocquenghem. On manque de gens comme eux. Le milieu littéraire est de plus en plus uniforme, aseptisé, politiquement correct. »

      A Saint-Germain-des-Prés, Matzneff est désormais synonyme de malaise. L’annonce de la sortie du livre de Springora a jeté un froid. Rares sont les personnes qui acceptent de parler. « Ça ne m’étonne pas, confie anonymement un professionnel de l’édition. Tout le monde connaissait l’histoire entre Vanessa Springora et Gabriel Matzneff et leur relation avait la bénédiction du milieu. Certains connaissaient aussi la mère de l’adolescente, attachée de presse dans l’édition. Aujourd’hui, forcément, tout le monde est gêné. » Matzneff n’hésitait d’ailleurs pas à se faire accompagner de sa jeune amante pour se rendre sur un plateau télé.

      « Pourriez-vous écrire qu’il est mon ami et le restera quoi qu’il advienne. » Frédéric Beigbeder

      Dans sa maison de la côte basque, à Guéthary, Frédéric Beigbeder est plus courageux. Il ne nous fait pas croire qu’il est parti faire du surf, mais se noie un peu dans ses hésitations. « Un nouveau tribunal va se mettre en place, comme pour Polanski, soupire-t-il. C’est une époque qui en juge une autre, mais les temps ont changé… Tout le milieu littéraire a peur. » Revoterait-il aujourd’hui pour le Renaudot ? « Je ne sais pas… C’est un auteur que j’aime beaucoup. Nous ne sommes ni flics ni juges, juste des personnes qui aiment la littérature. C’est triste si quelqu’un a souffert, c’est très triste… Mais quand on juge une œuvre d’art, il ne faut pas avoir de critères moraux. Je ne sais pas quoi dire de plus… C’est terminé pour lui, il est devenu indéfendable. Je ne serais pas étonné qu’il se suicide, il a tellement écrit sur le suicide. » Le lendemain, il envoie un message : « Pourriez-vous écrire qu’il est mon ami et le restera quoi qu’il advienne. » Manuel Carcassonne est partagé. « La transgression, comme celle de Rimbaud ou de Verlaine, devrait être consubstantielle à un certain nombre d’écrivains. Mais à un moment, si c’est illégal, il y a un prix à payer. L’affaire qui se profile est à la fois sûrement nécessaire et triste pour un homme de 83 ans. »

      Dans son studio du Quartier latin, Gabriel Matzneff doit, une fois de plus, se sentir victime d’un « retour de l’ordre moral, qui nous vient des sectes puritaines américaines » (Russia Today, le 1er décembre, au sujet de sa mauvaise réputation). « Il ne s’agit pas d’un retour à l’ordre moral, estime Patrick Besson, juste d’un retour à la raison. Les filles de 13 ans ont autre chose à faire que de tomber amoureuse d’un mec de 50 ans. Elles ne sont pas à armes égales avec lui. »

      L’auteur scandaleux n’intéresse plus grand monde

      Ce qui nuit le plus au vieil écrivain, selon Besson, ce ne sont ni les ligues de vertu, ni la bien-pensance, mais lui-même. « Il devient sa proie. Gabriel est attachant mais aussi exaspérant. Il est prisonnier de ses obsessions littéraires. Entre Marie-Élisabeth, Sandra, Juliette et Anne-Sophie, je ne vois plus la différence, lui non plus je crois. Il est prisonnier aussi de sa folie narcissique, il ne s’intéresse qu’à son poids, ses conquêtes, son œuvre. Il ne restera pas dans l’histoire de la littérature, mais dans celle de la psychiatrie. » Des propos sans concession, qui ne lui font pour autant pas regretter le Renaudot : « C’était un essai, pas un tome de journal ». L’auteur scandaleux n’intéresse en tout cas plus grand monde. Il a sorti en novembre le quinzième volume de son journal, L’Amante de l’Arsenal (Gallimard, 2019), alors que le quatorzième, La Jeune Moabite (Gallimard, 2017) n’avait pas dépassé les 1 000 exemplaires vendus.

      Lundi 9 décembre, rendez-vous avec un « matznévien » dans le Quartier latin. Normalien, Arthur, 21 ans, veut devenir écrivain et n’aime rien tant que citer son maître (rencontré à 17 ans, après lui avoir écrit). Choix du jour : « être différent, c’est être coupable ». Il se dit furieux de la sortie du livre de Vanessa Springora. « Pour Matzneff, c’est très douloureux, confie-t-il en buvant un chocolat chaud. Quand il l’a appris, il en avait les larmes aux yeux. Il se sent poignardé en plein cœur par une des trois femmes qui ont le plus compté dans sa vie. » Il raconte leur histoire dans La Prunelle de mes yeux (Gallimard, 1993). Par la vitre du café, on aperçoit en face, rue du Cardinal-Lemoine, un bar littéraire qui sert de l’absinthe, entièrement peint de jaune : L’Eurydice.

      « Les pédophiles à Cayenne ! »

      C’est là que, le 17 octobre, Arthur a organisé avec deux amis une soirée en hommage à son auteur fétiche. Ce jour-là, une cinquantaine de personnes, dont son ami l’écrivain Roland Jaccard, s’installe face à la scène. Invité, Philippe Sollers n’est pas venu. Au premier rang, Gabriel Matzneff est assis à côté d’une étudiante de 24 ans. Arthur lui offre une bouteille de vin jaune du Jura et tend à l’ancien ami d’Hergé une photo sur laquelle Tintin est emprisonné au quai de Gesvres, l’adresse de la brigade des mineurs. Tout le monde trouve ça très drôle.

      Puis Matzneff lit un extrait de roman, quand soudain trois étudiants – « avec des têtes de nazillon », précise Arthur – se lèvent et crient : « Casse-toi ! », « Les pédophiles à Cayenne ! ». Échanges de coups de poings, exfiltration de l’écrivain. Les organisateurs croient l’incident fini, quand d’autres jeunes tentent de rentrer. Cette fois, ils hurlent : « Matzneff au goulag ! ». Des étudiants d’extrême gauche, selon Arthur. Ils reprochent à l’écrivain sa proximité avec Alain de Benoist. C’est ce qui s’appelle un hommage raté. Le héros du soir s’est juré d’arrêter les rencontres publiques et Arthur s’en veut encore de n’avoir su prévenir tant de violence. Il saura que soutenir Matzneff est désormais devenu un loisir à haut risque.
      Cet article est paru dans Le Monde (site web)

      Note(s) :

      Mis à jour : 2019-12-27 07:02 UTC +0100

    • #merci @gata ! ça répond à ma question. L’auteur, Dominique Perrin donne un compte-rendu fidèle.

      Le jury (Jérôme Garcin, Patrick Besson, Dominique Bona…) l’a choisi à sept voix contre trois, après qu’un de ses membres eut longuement plaidé sa cause : Christian Giudicelli. Il n’est autre que l’éditeur de Matzneff chez Gallimard et son ami. Mais dans le grand jeu des prix littéraires, être juge et partie n’est pas un souci.

      Voilà,…

    • Plusieurs ressources via @kinkybambou sur twitter
      https://twitter.com/kinkybambou/status/1210913811638759425
      En framapad par @PacoHerin :

      Retranscription des tweet de Xanax (comme Twitter les bloque pour certain.e.s)

      « Quelques personnes à lire sur un type de violences sexuelles à l’encontre des enfants et ados, les violences incestueuses. Je n’indique ici que des ressources facilement disponibles en ligne. »

      Comptes-rendus de l’étude de Léonore Le Caisne, Un inceste ordinaire. Et pourtant tout le monde savait, paru en 2014, qui résument le livre : https://journals.openedition.org/gss/3619

      Les travaux de Dorothée Dussy : je commence par deux compte-rendus de ses ouvrages (qu’elle a écrit en nom propre ou dirigé). Dussy s’intéresse particulièrement à ce qui conduit (contraint) les victimes au silence. https://journals.openedition.org/clio/12872

      Des articles de Dorothée Dussy : https://www.erudit.org/fr/revues/as/2009-v33-n1-as3337/037816ar

      Un texte co-écrit par Dussy et Le Caisne
      https://journals.openedition.org/terrain/5000

      une étude ethnographique sur un cas d’inceste d’un père sur sa fille, au tribunal, qui interroge profondément les dynamiques familiales.
      https://www.cairn.info/revue-cahiers-internationaux-de-sociologie-2008-1-page-161.htm

      Ici, un rapport d’expertise qui avait été commandé à l’époque par le Ministère des familles (sous Hollande), qui devait enclencher un travail de fond, et qui est depuis tombé dans les oubliettes de la macronie.
      https://www.centre-hubertine-auclert.fr/sites/default/files/documents/cnrs_expertise_inceste_avril17.pdf

      Et le site de la grande enquête Virage de l’INED, mine d’informations toujours en cours d’exploitation, sur les violences sexuelles en France en général. Ce lien renvoie directement vers les publications actuellement disponibles au téléchargement.
      https://virage.site.ined.fr/fr/publications/Publications%20Virage

      Bibliographie :
      Lydia Guardo et Jean-Michel Caradec’h, ’ Le Silence des autres’ (qui est la personne dont parle Le Casine dans Un inceste ordinaire). (Merci à Valery Rey-Robert !)

      https://hebdo.framapad.org/p/9e4e-ressources-et-liens-sur-violences-incest?lang=fr (pour une semaine)

      via
      https://twitter.com/PacoHerin/status/1210932869603966981

    • @tintin : dans ta liste, je crois qu’il faut retirer Sorj Chalandon qui est celui qui dénonce Libé...

      Et sinon, juste pour compléter, bien que l’intervention de Denise Bombardier soit impeccable, il faut rappeler que c’est une chroniqueuse québécoise assez réac...

  • Christophe Castaner présente les mesures contre l’ #agribashing dans des fermes du Finistère
    https://www.francebleu.fr/infos/agriculture-peche/christophe-castaner-presente-les-mesures-contre-l-agribashing-dans-des-fe

    Lutter contre les intrusions dans les élevages et l’agribashing de façon générale : c’est l’objectif des trois dispositifs mis en place par l’Etat auprès des agriculteurs, notamment la cellule Déméter lancée fin octobre. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner l’a présentée officiellement ce vendredi lors d’un déplacement dans le Finistère, dans des exploitations porcine et laitière, à Saint-Pabu et Kernilis.
    Une cellule pour coordonner l’action des gendarmes

    Le fonctionnement de la cellule Déméter, lancée fin octobre au sein de la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale (DDGN), a été détaillé. « Elle s’occupe à la fois de coordonner les enquêtes judiciaires sur le terrain mais aussi des renseignements pour mieux connaître les mouvements plus radicaux animalistes et antispécistes », explique le colonel Bertrand Pallot qui l’anime.

    « Jusque là, il y avait des enquêtes locales et pas forcément coordonnées, ajoute le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Il y a aussi un renforcement des moyens dans le judiciaire, qui permettra de lier des faits semblant distincts mais dont les auteurs sont au cœur du système. Cela constituerait des associations de malfaiteurs sur lesquelles on devrait enquêter ».
    Des observatoires de l’agribashing

    Le ministre de l’Intérieur a signé par ailleurs une convention avec les Jeunes Agriculteurs et la FNSEA pour _" mettre en place des mesures de prévention et d’intervention au plus près des territoires_, département par département", précise Christophe Castaner. Des observatoires départementaux viennent également d’être lancés pour lutter contre l’agribashing.

    Appliquons la loi, et veillons s’il est nécessaire à la faire évoluer.

    « Il y a une montée en pression : le fait d’être suivi sur les routes, harangué dans son champ... Au-delà des intrusions, il y a nombre de manifestations négatives vis-à-vis de notre métier », estime Jean-Alain Guivanach, président de la FDSEA du Finistère.
    41 intrusions dans des élevages finistériens

    « Les atteintes au monde agricole sont nombreuses : ce sont près de 1.000 incidents qui se sont produits contre le monde agricole au nom de la cause animale cette année », indique Christophe Castaner. Selon la FDSEA du Finistère, 41 élevages du département ont subi des intrusions cette année, contre 16 en 2018 et 8 en 2017.

    _"_La cellule Déméter a permis de recenser dans le Finistère 12 éleveurs victimes d’intrusions depuis un an sur leurs exploitations, précise le colonel Nicolas Duvinage. Parmi eux, huit n’ont pas souhaité porter plainte car ils étaient tellement traumatisés qu’ils voulaient tourner la page au plus vite". Trois autres éleveurs ont été victimes de tentatives de repérages , trois autres ont subi des menaces et injures en raison de leur profession.

    « Le signalement des intrusions est important mais ne suffit pas, constate Jean-Alain Guivanach. Une cellule comme Déméter est un signe positif de la volonté de travail des services de gendarmerie ». Reste la question des intrusions sans effraction : aujourd’hui, _" c’est mal condamné_, ce qui nous pousse à demander une évolution de la législation ", précise le syndicaliste. Selon Christophe Castaner, des discussions sont en cours à ce sujet avec la Garde des Sceaux.

    #clientélisme #bouchers

  • J’ai été un violeur ? (discussion avec des féministes)
    https://www.youtube.com/watch?v=u1t--qEn1F4

    Je découvre la polémique autour de cette video posté il y a trois jours.
    Voici ce que disent les deux féministes invitées par ce vidéaste.

    L’introduction et le titre sont une mise en scène qui permet ensuite de parler de la « culture du viol ». Je n’ai violé personne et je n’ai jamais forcé personne. Le message principal de la vidéo était : « tous les hommes sont des violeurs car leurs comportements sont conditionnés par la culture du viol ». J’ai dit que j’étais un violeur parce que j’ai voulu incarner cette idée et inviter les hommes à se remettre en question.

    J’estime que ma domination masculine imprégnée de la culture du viol doit être remise en question. Je ne peux donc pas me « rendre à la police pour avouer mon crime » car ce n’en est légalement pas un.
    Mais je peux essayer de remettre en question mes privilèges et ceux de tous les hommes cis pour que soit mise en place une « culture du consentement ».

    Je présente mes excuses à toutes les victimes de viol qui ont pu souffrir suite à cette vidéo. Mon objectif n’était clairement pas d’avouer mon viol et d’obtenir un « pardon », mais de mettre en avant des comportements que beaucoup de couples ont connu.

    Je tiens également à présenter mes excuses à nos deux invitées féministes qui m’avaient alerté sur les conséquences possibles de cette introduction. Leur message a été obstrué par mon intro maladroite et c’est dommage. Elles ne sont pas responsable de tout ça.

    ►Si vous êtes victime de :

    Viol : appelez le 0.800.05.95.95
    Violences Conjugales : appelez le 3919
    (numéros gratuits et anonymes)

    #culture_du_viol #viol #male_gaze #violophilie #féminisme #hétérosexualité

  • Toutes ne mourraient pas mais toutes etaient... - Articles
    https://fabsarticles.tumblr.com/post/189211014829/toutes-ne-mourraient-pas-mais-toutes-etaient

    En Corée du Sud19 , en Espagne20, en Suède21, en Angleterre22, en Amérique du Nord et en Nouvelle Zélande des lesbiennes se lèvent pour critiquer non pas les droits des personnes transgenres à être accepté.e.s mais les revendications patriarcales de certains mouvements extrêmistes se revendiquant abusivement de la cause trans.

    Le conflit principal porte sur la question des protocoles de changement de sexe chez les enfants.

    Je poste ici un article mis en valeur ailleurs par PMO, une organisation qui s’est par ailleurs fait connaître pour ses positions très violentes à l’égard des personnes LGBT ("lobby gay" accompagnant le néolibéralisme ambiant, etc.) et féministes (en disant qui sont des « pseudo-féministes » sans avoir contribué à une quelconque lutte dans ce cadre-là).

    #transgenre #transidentité #détransition #genre #Big_Pharma #lesbiennes

  • Jamais il n’y aura assez d’images
    https://www.nova-cinema.org/prog/2019/175-decembre/de-yellow-a-now-1969%E2%86%922019/article/jamais-il-n-y-aura-assez-d-images

    Des vidéos et des photos ayant pour substrat le cinéma. 1 photogramme par plan : plus de 900.000 images, plus de 1.500 films traités à ce jour. Tous les plans d’un film superposés en une seule image. Des plans de « Mon oncle », de Jacques Tati, où tous les personnages ont été évacués. Des mosaïques d’images où les personnages se voilent les yeux. Autant d’évocations de la consommation d’images qui caractérise notre temps : tout voir et n’y rien voir revenant, in fine, à la même chose…

    samedi 14 décembre 2019 à 18h

    #Expo

  • C’est une erreur de penser que les violeurs sont impunis parce qu’ils sont des hommes. Ils sont impunis parce que leurs victimes sont des femmes (ou ont été pris « comme des femmes » en ce qui concernent les garçons, ados, et hommes violés selon nos glorieux réflexes homophobes) et qu’une femme ca ne compte pas.

    http://www.crepegeorgette.com/2019/11/13/adele-haenel-apres
    #misogynie #femmes #sexisme #viol #culture_du_viol #male_gaze

  • How gender inequality lasts into death
    The Conversation
    Less than 10% of the top-earning dead celebrities are women – it shows how the gender pay gap persists even after life.


    https://www.bbc.com/worklife/article/20191120-what-james-dean-can-tell-us-about-the-gender-gap

    Both in life and death, celebrities wield significant power as a catalyst for cultural meaning. They possess symbolic and economic value that extends into death through the traces they leave behind. These traces continue the dead star’s celebrity power as a brand and include such things as photographs, films, signatures and recordings of their voice, as well as their celebrity persona (the character or personality they presented to fans).

    But this posthumous celebrity varies in value. For many high-profile celebrity women, the traces they leave possess sexualised value, much as they had in life – related to their youth, beauty and sensuality. A great deal of their symbolic and economic value is about their bodies, so the way in which their traces are put to work after they die reflects gendered inequality.

    Forbes suggests that to achieve a financially successful posthumous career it helps to be a white man from either the US or UK, although black and minority ethnic people (BAME) are more likely to make the cut now than in 2001 as illustrated by Michael Jackson, Bob Marley, Prince and Whitney Houston making recent lists.

    #historicisation #sexisme #invisibilisation_des_femmes #male_gaze #violophilie #culture_du_viol