• « Même si Macron ne le veut pas, nous, on est là ! »
    Clyde Marlo-Plumauzille, Libération, le 18 décembre 2019
    https://www.liberation.fr/debats/2019/12/18/meme-si-macron-ne-le-veut-pas-nous-on-est-la_1769981

    Parce qu’elles peuvent émouvoir et faire se mouvoir, les chansons populaires donnent le « la » au mouvement de contestation qui les entonne, des supporteurs de foot, aux cheminots en passant par les gilets jaunes.

    Sur le lien entre #chants_sportifs et #chants_militants, en France :
    https://seenthis.net/messages/787193
    https://seenthis.net/messages/798701

    En Algérie et au Maroc :
    https://seenthis.net/messages/787328
    https://seenthis.net/messages/790734
    https://seenthis.net/messages/826164

    #Foot #Football #Sport #hymne #chant #chanson #Musique #Musique_et_politique #Gilets_Jaunes #manifestations

  • Covid-19: flambée de cas à Tulsa après le meeting de Donald Trump
    Le Figaro, le 9 juillet 2020
    https://www.lefigaro.fr/international/covid-19-flambee-de-cas-a-tulsa-apres-le-meeting-de-donald-trump-20200709

    Plusieurs membres de l’équipe de campagne du milliardaire républicain ont été testés positifs au Covid-19 avant et après le meeting de Tulsa, de même que des agents du Secret Service, le service de protection des personnalités.

    A contraster avec:

    Black Lives Matter protests are having a counterintuitive effect on Covid-19 spread
    Emma Betuel, Inverse, le 1er juillet 2020
    https://seenthis.net/messages/864792

    #manifestations #coronavirus #contamination #USA #Donald_Trump #Tulsa

  • BLM protests are having a counterintuitive effect on Covid-19 spread
    https://www.inverse.com/mind-body/covid-blm-protests-link

    #Covid-19 cases have not spiked in response to the Black Lives Matter protests, according to a working paper posted Monday by the National Bureau of Economic Research.

    [...]

    By using anonymized cell phone data to estimate how social distancing behaviors might have changed as protests emerged, this research offers an explanation for why protests may not be linked to increasing cases.

    When it came to non-protestors, social distancing actually increased as protests broke out, the analysis suggests.

    “If the protests are perceived to be dangerous through violence or clashes with the police you may have individuals choose not to leave their home or go outside. Or if the non-attendees perceive that because of these protests there’s a higher risk of contracting Covid-19, these individuals may choose to stay home,” Dave says.

  • #Hong_Kong : la #loi controversée sur la #sécurité_nationale a été adoptée, selon des médias locaux

    Le parlement chinois a adopté mardi la loi controversée sur la sécurité nationale à Hong Kong, ont annoncé des médias du territoire semi-autonome, faisant craindre une #répression de toute #opposition_politique dans l’ex-colonie britannique.

    Le parlement national à Pékin a voté ce texte à l’unanimité, ont affirmé mardi matin Now TV, RTHK et le South China Morning Post.

    Cette loi, qui entend réprimer le « #séparatisme », le « #terrorisme », la « #subversion » et la « collusion avec des forces extérieures et étrangères », vise à ramener la #stabilité dans l’ex-colonie britannique secouée l’an passé par des #manifestations monstres contre le pouvoir central.

    Les opposants redoutent qu’elle serve à museler toute dissidence et à enterrer la semi-autonomie et les libertés dont jouissent les habitants de Hong Kong.

    Ce texte, élaboré en seulement six semaines et dont le contenu n’est pas connu des près de 7,5 millions de Hongkongais, contourne le conseil législatif local.

    Lors de sa conférence de presse hebdomadaire du mardi matin, la cheffe de l’exécutif local, Carrie Lam, a refusé de dire si ce texte a été effectivement adopté.

    « Je pense qu’en ce moment, il ne me revient pas de commenter les questions relatives à la loi sur la sécurité nationale », a déclaré Mme Lam.

    Pour l’opposition pro-démocratie de Hong Kong et pour plusieurs pays occidentaux dont les Etats-Unis, le G7 ou encore l’Union européenne (UE), cette loi est au contraire une attaque contre l’#autonomie et les #libertés du territoire.

    https://www.courrierinternational.com/depeche/hong-kong-la-loi-controversee-sur-la-securite-nationale-ete-a

  • Les forces de l’ordre tuent. Badia Benjelloun
    http://www.librairie-tropiques.fr/2020/06/l-ordre-et-ses-forces.html

    Les statistiques officielles de l’Etat fédéral étasunien donnent le chiffre d’environ mille morts par an de civils tués par la police. Ce chiffre est largement sous-estimé car les prouesses des polices locales ne sont pas toujours recensées dans les registres. Les Départements de police n’ont pas l’obligation de fournir leurs données. Après l’assassinat de #Michael_Brown, un jeune afro-américain de 18 ans à #Ferguson dans le Missouri qui avait suscité d’énormes manifestations, le Washington Post avait entrepris un décompte https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/huit-chiffres-accablants-qui-montrent-lampleur-du-racisme-aux-etats-unis/ar-BB14Vtih#https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/huit-chiffres-accablants-qui-montrent-lampleur-du-racisme-aux-etats-unis/ar-BB en puisant dans la presse locale et nationale et les réseaux sociaux en particulier. Le chiffre des décès dus à une intervention policière s’élèverait selon le Washington Post à 5000 décès entre 2015 et 2017, soit deux fois plus que les statistiques officielles, et, pour la seule année de 2019, à celui de 1 033.
     

    Un consortium de journalistes a entrepris en 2012 le projet de consigner https://fatalencounters.org/#https://fatalencounters.org les morts par #violences_policières depuis 2000. La base de données est collaborative et les quelques défauts des enregistrements sont connus et signalés par les responsables du site. Depuis 2000 jusqu’à la date du 27 mai 2020, fatalenconters.org a alors enregistré 28 139 décès des mains de la police dont 26% sont imputables à des raisons raciales. Le diagramme qui présente le nombre de morts annuelles montre clairement une augmentation progressive avec deux pics pour 2013 et 2018. Les Etats où la #police tue le plus sont la #Californie et le #Texas et c’est là aussi qu’il y a le plus de morts #Afro-Américains. Moins de la moitié des victimes étaient armées. Une sur quatre souffrait de troubles psychiatriques. Le nombre des 7 612 Afro-américains tués en une vingtaine d’années par la police manifeste leur surreprésentation car ils ne forment que 13% de la population totale selon le recensement de 2005, soit une proportion deux fois plus importante qu’elle ne devrait l’être. En 2016, un conducteur arrêté pour un phare cassé a été abattu par la police alors qu’il cherchait ses papiers. La scène de l’agonie du jeune de 32 ans employé d’une cantine scolaire a été filmée par sa compagne qui était à ses côtés, elle a été vue des millions de fois. A cette occasion déjà, le gouverneur du Minnesota déclarait que la réaction de la police était « démesurée » et qu’il s’agissait bien d’un crime raciste https://www.tvanouvelles.ca/2016/07/07/le-gouverneur-du-minnesota-reclame-une-enquete-federale#https://www.tvanouvelles.ca/2016/07/07/le-gouverneur-du-minnesota-reclame-une-enquete-federale .
     
    Depuis quelques années, les meurtres par la police d’Afro-Américains donnent lieu à des protestations de la part de la communauté noire. L’une des plus récentes a eu lieu après celui de Michael Brown en août 2015 sans passé judiciaire alors qu’il s’apprêtait à poursuivre des études supérieures. Il fut abattu de 6 balles à Ferguson dans le Missouri. Plusieurs jours https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Michael_Brown#https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Michael_Brown de manifestations et d’émeutes avaient conduit le gouverneur à déclarer l’état d’urgence, à imposer le couvre-feu et demander l’aide de la Garde nationale.

    C’est donc loin d’être la première fois qu’un Etat s’embrase, que des manifestations de protestation contre le #meurtre d’un Afro-américain par la police soient suivies d’émeutes, de scènes de pillages et d’incendies.
     
    Sur ordre du capital.
    La police étasunienne tue chaque jour en moyenne près de quatre civils sans qu’un fichier centralisé ne prenne soin d’enregistrer ces meurtres. La guerre en Afghanistan occasionne près du double de morts civiles par an ces dernières années. Le rapprochement de ces chiffres macabres autorise la question de la nature de la répression policière qui s’apparente à une forme de #guerre larvée contre une fraction de la population.
     
    Sans aucun doute si l’on considère que la police est dotée d’armements militaires, chars chenillés, fusils d’assaut, lunettes de vision nocturne et autres bibeloteries fabriquées par le complexe militaro-industriel qui trouvent là matière à être recyclées.

    Le matériel fourni aux forces de maintien de l’ordre est parfois plus sophistiqué https://www.europe1.fr/international/Ferguson-les-Americains-decouvrent-leur-police-militaire-671226#https://www.europe1.fr/international/Ferguson-les-Americains-decouvrent-leur-police-militaire-671226 que celui octroyé aux soldats en zone de guerre comme l’ont souligné les vétérans de la guerre en Bosnie au vu des images de la répression lors des émeutes de Ferguson à l’occasion de la mort de Michael Brown.
     
    Le programme 1033, initié sous #Clinton avec l’affirmation de la suprématie des Usa lors de la destruction de la Yougoslavie et de la première guerre contre l’Irak et une dérégulation des activités bancaires, autorise les polices urbaines à puiser dans les surplus de l’armée. Un peu plus tard, après l’effondrement des trois tours à Manhattan en septembre 2001, la confusion entre combattre le terrorisme et le trafic de drogue a été facilitée sous Bush le deuxième. La corrélation entre consommation de drogue et accroissement du chômage, de la précarisation et des inégalités sociales est très étroite.
     
    La valeur du surplus militaire distribué depuis 1996, date de l’adoption par le Congrès du National Defense Authorization Act  et sa section 1033, aux huit mille forces de police locales et fédérale atteignait en 2014 5 milliards de dollars.

    La police du campus de l’ #Université_Monroe de Louisiane a par exemple reçu 12 fusils d’assaut #M16 pour protéger ses 8000 étudiants. Les polices universitaires sur les campus américains sont privées. Dans certaines localités, comme à Chicago, les prérogatives de cette police universitaire supplantent https://www.cairn.info/revue-deviance-et-societe-2017-1-page-29.htm#https://www.cairn.info/revue-deviance-et-societe-2017-1-page-29.htm celles des municipales.

    L’affectation aux polices locales de tenues de camouflage, de chars et de fusils d’assaut, de lance-grenades n’est pas innocente, il s’agit bien d’une #militarisation de la police destinée à combattre l’ennemi interne. Par celui-ci, il faut entendre les #classes_dangereuses que les régimes en mal de légitimité savaient reléguer opportunément outre-mer au temps des colonies et tentent d’enrôler dans des armées de conquête déguisées en intervention humanitaire ou de maintien de l’ordre.

     Dotée d’un arsenal fait pour tuer, la police fait ce pourquoi elle est dressée, elle tue.

    L’analogie peut être élargie aux forces de l’ordre en France. Outillées d’ #armes_sub-létales, elles infligent des mutilations équivalentes à des blessures de #guerre.

    Le nombre élevé de mutilations graves infligées aux #gilets_jaunes lors de manifestations ne présentant aucun danger pour la police a généré une indignation https://www.leji.fr/france/191-les-armes-sub-letales-sont-des-armes-de-guerre-qui-n-ont-rien-a-faire-dans-des-manifestations.html#https://www.leji.fr/france/191-les-armes-sub-letales-sont-des-armes-de-guerre-qui-n-ont-rien-a-faire-dans- auprès des médecins qui ont eu à les soigner.

    La police en réalité dévoile à l’occasion de protestations contre l’ordre inégalitaire sa véritable fonction camouflée en temps de paix sociale relative, celle d’être une #milice au service du #capital.

    Les vies qui importent.
    Le mouvement #Black_Lives_Matter était né dans le sillage du meurtre de #Trayvon_Martin (17 ans) en février, non armé, qui déambulait dans la résidence où il habitait, par un policier acquitté en juillet de la même année. #BLM, mouvement en principe acéphale quoique initié et piloté par trois femmes, a pris de l’ampleur après l’assassinat en 2014 de Michael Brown dans le Missouri et d’Eric Gardner, vendeur de cigarettes à la sauvette et père de six enfants, à New York sans que les policiers responsables des décès ne soient poursuivis par la justice.

    BLM est financé https://www.wsws.org/fr/articles/2016/10/pers-o12.html#https://www.wsws.org/fr/articles/2016/10/pers-o12.html en particulier par la #Fondation_Ford qui lui a octroyé directement dès 2016 100 millions de dollars mais aussi par le biais du Fonds des mouvements dirigés par des Noirs ( #Black-Led Movement Fund , #BLMF). Il ne peut plus être ignoré depuis le livre de Frances Stonor Saunders* que les fondations #Rockfeller et Ford prennent une part active auprès de la CIA dans l’élaboration d’une culture en faveur de l’impérialisme étasunien. De même le soutien de la Fondation #Open_Society à BLM (don en octobre 2015 de 650 000 dollars) témoigne clairement du fait que BLM est bien un instrument de Wall Street et du capitalisme américain. Loin de défendre un idéal démocratique authentique pour de vrais progrès sociaux, BLM se dévoue à proclamer que le monde est divisé selon des critères raciaux et non selon des classes sociales antagonistes, celle qui possède les moyens de production opposée à celle des exploités. A cet égard, BLM et avec elle la myriade d’organisations noires réclamant l’égalité raciale sont une caricature grimaçante, une contrefaçon frelatée comme savent en produire les ingénieurs sociaux au service du capitalisme, du mouvement révolutionnaire des #Black_Panthers.
     
    La question raciale telle qu’elle est abordée par les nouveaux mouvements de défense des ‘gens de couleur’ aux Usa a intéressé l’hexagone car la France connaît le déploiement de quelques structures de défense des descendants d’immigrés. Le quotidien français Libération avait publié un reportage https://www.liberation.fr/apps/2016/05/black-lives-matter/#https://www.liberation.fr/apps/2016/05/black-lives-matter de Rokhaya Diallo sur le ‘nouveau souffle’ du mouvement BLM en mai 2016. Il consiste en un tableau succinct des carrières de quelques figures du courant. A aucun moment n’est citée la source de financements de leurs activités. Elle est même savamment camouflée car est cité en fin d’article #Rashad_Robinson, fondateur de #Color_of_Change, qui a déclaré refuser l’argent des grandes entreprises et du gouvernement et s’opposer en cela à nombre des plus anciennes institutions des droits civiques comme la #NAACP (National Association for the Advancement of Colored People) qui les acceptent. #Rashad_Robinson, rendu sympathique par l’affichage de son homosexualité assumée, sert de métonymie. Sa prétendue indépendance financière par rapport aux institutions et entreprises s’étend subrepticement aux autres personnages précédemment décrits dans la galerie. 
     
    Le reportage n’est en aucun cas une enquête fouillée car il faut une sacrée dose d’aveuglement pour ignorer qu’ #Opal_Tometi, l’une des fondatrices de BLM présentée en tête d’article, est membre comme les deux autres de #BOLD ( #Black_Organizing_for_Leadership_and_Dignity ). Celle-ci reçoit des dotations du fonds des mouvements dirigés par des Noirs largement arrosé par des fondations créées par des milliardaires ‘blancs’.

    Pendant qu’est occultée l’origine des dollars est en revanche mis en avant le caractère #Queer des trois ‘fondatrices’.

    Une telle empathie de la journaliste française a été récompensée https://www.liberation.fr/france/2017/12/28/eviction-de-rokhaya-diallo-le-new-york-times-et-le-guardian-epinglent-la-france_1619320#https://www.liberation.fr/france/2017/12/28/eviction-de-rokhaya-diallo-le-new-york-times-et-le-guardian-epinglent- . Son exclusion du Conseil national du numérique en décembre 2017 a été désapprouvée par le New York Times et The Guardian qui ont morigéné le Président français. Ces quotidiens sont les porte-paroles officieux d’une #gauche_sociétale, préoccupée d’orienter la pensée politique hors du seul champ qui vaille, l’impérialisme à l’origine des migrations, source de main d’œuvre sans documents chichement payée et de profits, et du brassage culturel honni par l’extrême droite et valorisé par la gauche dégénérée.
     



     
    La révolte.
    Une flambée de #manifestations très sévèrement réprimées (plus de 4000 arrestations au premier juin) a parcouru une centaine de villes aux Usa suite à l’assassinat par étouffement de #George_Floyd, filmé et relayé dans le monde entier, ce qui a produit des échos dans nombre de villes occidentales dans le monde. A Berlin, Londres, Paris, Auckland, Sydney, Vancouver, Copenhague, Dublin, Stockholm et Rotterdam ont été organisées des protestations et a été exprimée une grande colère contre ce meurtre, vécu comme un abus policier insupportable. La jeunesse mobilisée s’identifie à la victime comme tout humain normal témoin d’un crime contre son semblable le fait spontanément sous une impulsion irrépressible d’empathie.
     
    Cependant, pour qu’elle brave les interdictions liées à l’état d’urgence sanitaire proclamée un peu partout, il a fallu un ressort supplémentaire. Les jeunes chômeurs et les étudiants endettés sans réelle perspective d’emploi, outre leurs difficultés habituelles d’insertion dans le monde du travail, savent que celles-ci seront décuplées par l’aggravation de la #crise_économique endémique par le #COVID-19.
     
    Aux Usa, ce sont plus de 30 millions de nouveaux chômeurs inscrits fin avril , les termes nouveaux et inscrits sont à souligner, en effet le chiffre de la population active sans travail régulier est bien plus important, depuis que la pandémie les a gagnés. En moins d’un mois, 22 millions d’emplois furent détruits, le taux de chômage atteignait 17% à la mi-avril, bien plus que les 10% de la Grande Dépression. Le Département du Travail a livré ses dernières données, annonçant une amélioration du taux de chômage à 13,5% alors même que la plupart des entreprises étaient encore fermées ou reprenaient avec peine leur activité. Le Bureau des statistiques du Travail enjolive comme à l’habitude les chiffres et vient à la rescousse d’un candidat Trump qui avait tout misé sur l’amélioration de l’emploi pour sa réélection.
     
    Les vies qui importent moins.
    Les dépenses liées au fonctionnement de la police ne cessent de s’élever depuis des années, atteignant selon les villes entre 25 et 40% des budgets municipaux. Au total, les Usa accordent 100 milliards pour les services de police et 80 milliards pour les #prisons, traitant les problèmes sociaux par la force de répression alors que les #écoles manquent de papier et les hôpitaux de savon. Aujourd’hui noyer le sous-financement des services publics par la distribution des #opiacés ne garantit plus l’abrutissement de millions d’Etasuniens, ces #anti-douleurs ont tué environ de 700 000 personnes sur ordonnance en 24 ans, soit près de 20 fois plus de morts annuelles silencieuses (29 100) que celles exécutées directement par la police (1400). Aussi scandaleux qu’il soit, le nombre de tués https://renverse.co/infos-d-ailleurs/France-2000-2014-126-personnes-tuees-par-la-police-francaise-786#https://renverse.co/infos-d-ailleurs/France-2000-2014-126-personnes-tuees-par-la-police-francaise-786 par la police française, une quinzaine par an est à mettre en rapport avec le nombre de morts surtout indirectes induites par le chômage estimées entre 10 000 à 14 000 https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/le-chomage-serait-responsable-de-10-000-a-14-000-deces-par-an_2949371.html#https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/le-chomage-serait-responsable-de-10-000-a-14-000-deces-par-an_2949371.h par an.
     
    On imagine bien #Macron mettre un genou à terre pour une empathie factice avec Georges Floyd et Adama Traore sans accorder le moindre regard sur le non célèbre Georges, celui-ci du nom d’ #Abdallah, communiste libanais dans les prisons françaises depuis 36 ans. Il tentera ainsi vainement de réduire les tensions sociales générées par l’austérité, contre-réformes des retraites, du chômage, réduction des budgets hospitaliers, casse de la Sécu et du Droit du travail. En dépit de la sidération due au confinement, la colère des hospitaliers, des postiers, des enseignants, des enseignants-chercheurs, des ouvriers de Renault, Peugeot, des agents de la RATP et de la SNCF et de l’énergie n’est pas réductible. D’autant que l’été sera propice pour l’équipe au gouvernement de multiplier les lois et les décrets qui réduisent encore davantage les budgets sociaux.
     
    Toujours en embuscade, les stipendiés de la #National_Endowment_for_Democracy #NED, de l’Open Society, de la Fondation Rockefeller et de la Fondation Ford, très favorables à la formulation des conflits sociaux en conflits raciaux, feront passer en première page des journaux cette version d’une actualité grosse d’un #capitalisme sénescent en Occident mais toujours vif et alerte en ‘narratives’ fabriquées pour désamorcer le renversement souhaitable de la société des 0,1% qui tend à être celle des 0,01%. Plus que jamais, la solution de l’alternative Républicains-Démocrates aux Usa n’en est plus une, #Sanders https://www.wsws.org/fr/articles/2020/06/15/sorf-j15.html#https://www.wsws.org/fr/articles/2020/06/15/sorf-j15.html a jeté le masque en ne réclamant pas que soit allégé l’effort budgétaire affecté à la police en faveur d’autres priorités comme l’école mais au contraire en demandant une augmentation de la rémunération des policiers pour les ‘humaniser’. #Mélenchon, Mirabeau de pacotille, prétend de son côté que la police française est simplement haineuse https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/violences-polici%C3%A8res-jean-luc-m%C3%A9lenchon-r%C3%A9clame-que-la-police-change-ses-comportements/ar-BB15qEMf#https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/violences-polici%25C3%25A8res-jean-luc-m%25C3%25 , au lieu de pointer son rôle explicite du maintien de l’ordre du capital. La gauche dégénérée a depuis longtemps changé ses analyses sociales et structurelles pour des explications psychologisantes sans aucune portée de transformation sociale réelle.
     


    L’autoritarisme sous-jacent.
     Les forces répressives ne sont pas sui generis porteuses d’un gène haineux quoique certains choix professionnels se réalisent parfois selon des penchants profonds inconscients (pédophilie et métiers de l’enfance par exemple). Elles sont destinées à stabiliser une forme sociale d’ #exploitation y compris en accomplissant la tâche d’un #terrorisme_d’Etat modulé en multipliant des #contrôles au facies ou en faisant des #interpellations musclées qui se terminent parfois par un décès alors même que ces opérations de police ne sont pas nécessaires. La preuve en est que les vrais trafiquants sont rarement ennuyés dans leur travail de distribution de stupéfiants abêtissants ou mortifères. Ils assurent une paix sociale là où le chômage de masse sévit et ses effets désastreux sont contrebalancés par un commerce illicite.
     
    Ces dites opérations doivent intimider et dissuader et si quelques morts survenaient par inadvertance au cours de leur déroulement, c’est une sorte de valeur ajoutée au terrorisme qu’elles doivent dispenser. Les mutilations spectaculaires effectuées lors des manifestations des Gilets Jaunes ne les avaient pas découragées. L’application systématique d’amendes d’un montant de 135 euros a fini par émousser le courage des plus ardents et c’est cette pénalité financière plus que le #gazage, la technique de la #nasse, les #gardes_à_vue, l’ #emprisonnement qui a eu raison du mouvement (momentanément).

    Cependant, l’expérience accumulée par les #GJ perdure sous la cendre et certains noyaux de militants qui se sont formés en dix-huit mois existent toujours. 
     
    Le système capitaliste a choisi depuis longtemps au terme de nombreux essais, alternance de #républiques et de #monarchies plus ou moins impériales, un type de gouvernement, celui de la #démocratie_représentative, qui reproduit les #élites en charge de le perpétuer. Au fil du temps, cette démocratie représentative au départ relativement pluraliste a basculé vers une forme présidentielle et bipartisane, une sorte de nouvelle monarchie sans pouvoir héréditaire bien plus aisée à adapter par les #classes_dirigeantes aux circonstances et aux besoins changeants de l’air du temps. Un consensus est obtenu sur la sélection des candidats en lice pour occuper les postes fort bien rémunérés de dirigeants de son administration et de sa gestion parasites. Dès que la légitimité de la représentation est contestée de quelque manière que ce soit, la contrainte sous-jacente apparaît sous sa forme autoritaire et donc policière. Beaucoup de techniques de persuasion ont été développées au cours du temps pour éviter que ne vienne au jour la face hideuse de cette démocratie. Ce sont celles de l’ #ingénierie_sociale qui incluent la dérivation des #antagonismes_économiques vers des #épiphénomènes_sociétaux périphériques. Plus d’une année du mandat de François Hollande a été consacrée au mariage des homosexuels. Une autre a été remplie par la lutte contre le terrorisme à l’occasion de crimes commis par des délinquants trafiquants de drogue résidents en Belgique armés avec la complicité d’agents du renseignement français. L’économie française tournée vers le tourisme avait alors beaucoup souffert de l’ampleur médiatique nationale et internationale donnée à cet événement. La focalisation sur le danger islamiste fut si contre-productif que le remplaçant de Hollande a désamorcé totalement l’alimentation de la presse sur ce motif. L’interface solide de la chasse à l’ #islamisme_radical une fois ôtée, les actes de l’exécutif tous dirigés vers plus d’exploitation et moins de droits ( #retraites, #chômage, #droit_du_travail) sont apparus dans leur nudité la plus crue. C’est l’un des facteurs qui a favorisé en plus de l’exacerbation de la #précarité et de l’augmentation des #impôts indirects qui frappent surtout les faibles revenus le mouvement des Gilets Jaunes.
     
    L’énormité de l’endettement des Etats occidentaux en faveur des entreprises transnationales aux dépens des travailleurs est en train de rencontrer ses limites. L’une des forces majeures qui alimentait la machine, l’achat des bons du Trésor des Usa par les Etats qui fournissent leur marchandise bon marché au consommateur américain, est épuisée. La chute du dollar est attendue par certains et espérée par beaucoup.

    L’actuel mouvement protéiforme qui a pris une allure internationale en réponse aux crises capitalistes mondialisées pourra-t-il déboucher sur fond d’affaiblissement de l’impérialisme étasunien sur une transformation réelle de la société ?
     
    #Badia_Benjelloun 17 juin 2020
     
    Notes :
     
    * https://rsliterature.org/fellow/frances-stonor-saunders
    https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/huit-chiffres-accablants-qui-montrent-lampleur-du-racisme-aux-etats-unis/ar-BB14Vtih#image=1
    https://fatalencounters.org
    https://www.tvanouvelles.ca/2016/07/07/le-gouverneur-du-minnesota-reclame-une-enquete-federale
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Michael_Brown
    https://www.france24.com/fr/20190224-afghanistan-onu-record-victimes-civiles-2018-taliban
    https://www.europe1.fr/international/Ferguson-les-Americains-decouvrent-leur-police-militaire-671226
    https://www.newsweek.com/how-americas-police-became-army-1033-program-264537
    https://www.cairn.info/revue-deviance-et-societe-2017-1-page-29.htm
    https://www.leji.fr/france/191-les-armes-sub-letales-sont-des-armes-de-guerre-qui-n-ont-rien-a-faire-dans-
    https://www.wsws.org/fr/articles/2016/10/pers-o12.html
    https://www.liberation.fr/apps/2016/05/black-lives-matter
    https://www.liberation.fr/france/2017/12/28/eviction-de-rokhaya-diallo-le-new-york-times-et-le-guardian-epinglent-la-
    https://leadernewsci.com/usa-manifestations-le-president-trump-mise-en-securite-dans-le-bunker
    https://www.laprovence.com/actu/en-direct/5976165/coronavirus-38-millions-de-nouveaux-inscrits-au-chomage-en-une-semaine-a
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-04-16/u-s-jobless-claims-total-5-25-million-in-week-four-of-lockdown?srnd=marke
    https://labornotes.org/2020/06/its-way-past-time-redistribute-obscene-police-budgets-schools-hospitals-
    https://www.dedefensa.org/article/700-000-morts-sur-ordonnance
    https://renverse.co/infos-d-ailleurs/France-2000-2014-126-personnes-tuees-par-la-police-francaise-786
    https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/le-chomage-serait-responsable-de-10-000-a-14-000-deces-par-an_2949371.h
    https://fr.wikipedia.org/wiki/National_Endowment_for_Democracy
    https://www.wsws.org/fr/articles/2020/06/15/sorf-j15.html
    http://www.librairie-tropiques.fr/2019/01/melenchon-un-mirabeau-tres-delave.html
    https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/violences-polici%C3%A8res-jean-luc-m%C3%A9lenchon-r%C3%A9clame-que-la-police-change-ses-comportements/ar-BB15qEMf
    Tag(s) : #badia benjelloun, #politique, #géopolitique

  • Rubber Bullets and Beanbag Rounds Can Cause Devastating Injuries - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/06/12/health/protests-rubber-bullets-beanbag.html

    ... research increasingly shows they can seriously injure and disable people — and sometimes even kill.

    A 2017 analysis# published in the British Medical Journal of several decades of the use of rubber bullets, beanbag rounds and other projectiles during arrests and protests found that 15 percent of people who were injured were left with permanent disabilities and 3 percent of those who were injured died. Of those who survived, 71 percent had severe injuries, with their extremities most frequently impacted.

    [...]

    The main effect of clouds of tear gas, mace or pepper spray — chemicals known as lacrimating agents that were also used to clear the park in Washington — is to cause watering of the eyes and irritate sensitive tissues in the nose, mouth and lungs. But if deployed in an enclosed space, tear gas and pepper spray have a more severe impact. Injuries can include chemical burns, blurred vision, corneal erosions, ulcers, nerve damage, abnormal growth of tissue on the eyes (which may need to be removed surgically) and permanent vision loss.

    The chemical frequently used in pepper spray — oleoresin capsicum (OC) — is a natural oily resin found in hot peppers, including cayenne and other chili peppers. Because OC is often used in the foods we eat, it is considered by many to have minimal toxicity when used as a lacrimating agent.

    That’s simply not accurate, said Dr. Mary K. Daly, chief of ophthalmology at the V.A. Boston Healthcare System. “There have been a number of reports of serious eye complications from OC,” Dr. Daly said. “It can cause permanent vision loss and chronic symptoms. The risks are not only to the eyes. There has also been a death reported in the literature, which was attributed to OC exposure in a person with asthma.”

    [...]

    Doctors worry that lacrimating agents and gases may also increase the risk of spreading the coronavirus as protests occur during the pandemic. Yet the police in Seattle have reportedly sprayed a child in the face and New York City officers have yanked a young man’s protective face mask and pepper-sprayed him while he held his arms in the air.

    A 2011## study of the use of tear gas in regular military trainings noted that exposure to the chemical could have long-term effects and recommended reducing personnel exposure to tear gas. Several health and human rights experts say the substance should also be removed from domestic law enforcement use.

    #létalité #armes #santé #manifestations #décès #meurtres #handicaps

    # Death, injury and disability from kinetic impact projectiles in crowd-control settings: a systematic review | BMJ Open
    https://bmjopen.bmj.com/content/7/12/e018154

    ## Evaluation of CS (O-Chlorobenzylidene Malononitrile) Concentrations During U.S. Army Mask Confidence Training - PubMed
    https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22010329

  • How Black Lives Matter Reached Every Corner of America - The New York Times
    https://www.nytimes.com/interactive/2020/06/13/us/george-floyd-protests-cities-photos.html

    Un article empli de très nombreuses photographies des manifestations, dans toute sorte de villes, petites et grandes, rurales ou dans les mégalopoles, riches et pauvres.

    Il faut absolument regarder les photos pour comprendre que ce mouvement est devenu une déferlante. Pourvu que l’éteignoir ne soit pas mis dessus.

    Ce résultat est également le succès de Black Lives Matter, un mouvement qui s’est patiemment construit depuis cinq ans.

    It continued that way, with every sunrise and sunset bringing more anguish and cries for reform, until hundreds of thousands of people took to the streets across more than 2,000 cities and towns, their chants echoing the rhythms of movements past.

    The protests trampled traditional fault lines, crushed stereotypes and unfurled in rural, conservative and majority white communities. Protests crossed the economic divide, too, taking place where the median income was as low as $20,000 and as high as $220,000.

    #Black_lives_matter #Etats-Unis #Racisme #Manifestations

  • Signal Is the Messaging App of the Protests - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/06/11/style/signal-messaging-app-encryption-protests.html

    Over the last two weeks, the number of Americans who have downloaded Signal, an encrypted messaging application, has skyrocketed. Many are using the app to organize and participate in protests against police brutality (without being spied on by law enforcement).

    The week before George Floyd died on May 25, about 51,000 first-time users downloaded Signal, according to data from the analytics firm Sensor Tower. The following week, as protests grew nationwide, there were 78,000 new downloads. In the first week of June, there were 183,000. (Rani Molla at Recode noted that downloads of Citizen, the community safety app, are also way up.)

    Organizers have relied on Signal to devise action plans and develop strategies for handling possible arrests for several years. But as awareness of police monitoring continues to grow, protest attendees are using Signal to communicate with friends while out on the streets. The app uses end-to-end encryption, which means each message is scrambled so that it can only be deciphered by the sender and the intended recipient.

    SMS texts are not encrypted, so those messages can be read easily off the servers and cell towers that transmit the data. WhatsApp is encrypted but owned by Facebook. Many activists believe the application is only as secure as Mark Zuckerberg’s convictions.

    Signal has also already been tested. In 2016, the chat service withstood a subpoena request for its data. The only information it could provide was the date the accounts in question were created and when they had last used Signal. Signal does not store messages or contacts on its servers, so it cannot be forced to give copies of that information to the government.

    Signal also allows users to set their messages to delete after a period of time. And last week, the app introduced a “blur” tool for photographs, which can be liabilities for protesters. Many organizers suggest attendees wear nondescript clothing and face coverings, because police have identified people from protest footage.
    Editors’ Picks
    Solving the Mystery of What Became of J.F.K.’s Other Patrol Boat
    Can Anna Wintour Survive the Social Justice Movement?

    “I stood in front of a crowd of a few thousand people the other day and told them to wear as nondescript clothing as possible,” said Lilith Sinclair, 25, an Afro-Indigenous organizer who lives in Portland, Ore.

    #Signal #Cryptographie #Messagerie #Manifestations

  • La peur est réelle. La menace sur les libertés aussi !

    Nouvelle loi liberticide : « Le gouvernement aura la possibilité de « limiter ou d’interdire les rassemblements sur la voie publique ainsi que les réunions de toute nature », pour une durée de quatre mois à l’issue de l’état d’urgence sanitaire »

    Coronavirus : fin prochaine de l’état d’urgence sanitaire en France, sauf pour certaines mesures #paywall
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/06/10/covid-19-l-executif-met-fin-a-l-etat-d-urgence-sanitaire-mais-prolonge-plusi

    Selon nos informations, le gouvernement a décidé de ne pas prolonger au-delà du 10 juillet l’état d’urgence sanitaire. Mais il prépare un projet de loi reprenant certaines de ses dispositions, qui lui permettra de restreindre les libertés au-delà de cette date.

    Les macronistes y verront une nouvelle démonstration du « en même temps » de leur champion. L’opposition une nouvelle atteinte aux libertés d’un exécutif aux abois. Selon nos informations, le gouvernement a décidé de ne pas prolonger au-delà du 10 juillet l’état d’urgence sanitaire, mis en place le 23 mars pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 et prolongé le 11 mai pour une durée de deux mois. Mais un nouveau projet de loi reprenant un certain nombre de ses dispositions sera présenté en conseil des ministres, mercredi 10 juin, avant d’être examiné à partir du 17 juin à l’Assemblée nationale, puis au Sénat.

    « Compte tenu de l’évolution, à ce stade, positive de la situation sanitaire, le gouvernement souhaite mettre un terme à l’état d’urgence sanitaire, qui doit demeurer un régime d’exception. Pour autant, cette sortie (…) doit être organisée rigoureusement et progressivement, afin de continuer à protéger les Français face à un virus qui circule encore en France, et peut justifier dans les semaines ou mois prochains la poursuite voire, si nécessaire, le renforcement de certaines mesures actuellement en vigueur », explique-t-on à Matignon.
    Restreindre les libertés jusqu’au 10 novembre

    Concrètement, ce nouveau projet de loi, qui était encore examiné au Conseil d’Etat mardi, permettra au premier ministre, Edouard Philippe, de restreindre les libertés au-delà du 10 juillet, et ce durant une période de quatre mois. Selon les éléments transmis par Matignon, l’exécutif pourra notamment, s’il l’estime nécessaire, « réglementer ou interdire la circulation des personnes et des véhicules », ainsi que « l’accès aux moyens de transport et les conditions de leur usage ». L’obligation de port du masque dans les transports publics, actuellement en vigueur, pourrait notamment être prolongée.

    De la même façon, ce texte donnera au premier ministre « la possibilité d’ordonner la fermeture provisoire et de réglementer l’ouverture, y compris les conditions d’accès et de présence, d’une ou plusieurs catégories d’établissements recevant du public ainsi que des lieux de réunion avec une jauge maximale », indique-t-on à Matignon. Cette mesure pourrait notamment s’appliquer aux salles de spectacle, aux restaurants, aux cinémas, aux centres de congrès, aux centres commerciaux, etc. « L’accès des personnes aux biens et services de première nécessité » devra néanmoins être garanti, indique le texte.

  • A Short History of U.S. Law Enforcement Infiltrating Protests
    https://theintercept.com/2020/06/02/history-united-states-government-infiltration-protests

    When Harry, George, Tom, and Joe showed up at a warehouse outside Philadelphia rented by protesters, organizers were immediately suspicious. The men claimed to be “union carpenters” from the Scranton, Pennsylvania, area who built stages — just the kind of help the protesters needed. They were preparing for the Republican National Convention in 2000, where the party would be nominating George W. Bush. Across the country, allied organizers were planning similar protests for the Democratic (...)

    #FBI #KKK #activisme #manipulation #lutte #surveillance

  • Malgré les interdictions, de nouvelles actions contre les violences policières attendues samedi en France
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/06/06/malgre-les-interdictions-de-nouvelles-actions-contre-les-violences-policiere


    Manifestation contre les violences policières à Strasbourg, le 5 juin. FREDERICK FLORIN / AFP

    A Strasbourg, Rouen, Clermont-Ferrand… ils étaient déjà plusieurs milliers à manifester, vendredi soir, pour rendre hommage à George Floyd et dire non au racisme.

    Laissez-nous respirer ! Manifestons-nous partout en France !
    https://paris-luttes.info/laissez-nous-respirer-manifestons-14076

    Des rv dans plusieurs villes

    #police #violences_policières #manifestations #interdiction_de_manifester

  • Grèce : des manifestants empêchent les migrants évacués des îles de rejoindre leurs nouveaux logements

    Plusieurs manifestations ont eu lieu mardi en Grèce continentale afin de protester contre l’arrivée de migrants évacués des camps surpeuplés des îles de la mer Égée. Une centaine de personnes ont ainsi empêché 57 migrants de rejoindre l’hôtel, où ils étaient censés être hébergés.

    Ils ne veulent pas de migrants chez eux et le font savoir. Environ 150 manifestants ont empêché, mardi 5 mai, quelque 50 migrants évacués des îles grecques de la mer Égée d’atteindre un hôtel, où ils étaient censés être logés.

    Les manifestants ont également incendié une chambre du rez-de-chaussée de cet hôtel, situé dans un village de la région de Pella, dans le nord de la Grèce.

    Aucun blessé ni arrestation n’a été signalé. Le confinement lié au coronavirus en Grèce n’autorise pourtant que les rassemblements publics de 10 personnes maximum.

    >> À (re)lire : Lesbos : dans le camp de Moria, « le coronavirus a entraîné le chaos, le stress est énorme »

    Face aux protestataires, le bus transportant les 57 migrants a fait demi-tour et a tenté de rejoindre une autre village de la région. Mais des manifestants ont érigé des barrages sur la route afin d’interdire l’accès à un hôtel local.

    Le groupe a finalement été conduit dans la ville de Thessalonique, où il a été hébergé dans un hôtel local.

    Une cinquantaine de migrants débarquent à Lesbos
    De plus petites manifestations ont également eu lieu dans un hôtel de la région de Kilkis, dans le nord du pays, où 250 demandeurs d’asile de Lesbos ont été emmenés. Les protestations des habitants ont toutefois été de courte durée et les migrants ont pu regagner l’établissement, qui héberge déjà d’autres demandeurs d’asile.

    Le gouvernement grec a promis de réduire la surpopulation dans les camps de migrants des îles de la mer Égée, où s’entassent plus de 36 000 personnes. Il a déjà commencé à en évacuer quelques centaines vers le continent.

    Si les mesures de restrictions de déplacements imposées par les gouvernements grec et turc pour lutter contre la pandémie de coronavirus, ont considérablement réduit le nombre d’arrivées sur les îles, les débarquements semblent reprendre ces derniers jours.

    Mercredi, une embarcation composée de 50 personnes est en effet arrivée sur l’île de Lesbos, une première depuis le 1er avril. Le canot est arrivé dans la partie nord-ouest de l’île, loin des zones de débarquements traditionnelles pour les arrivées de migrants.

    Les nouveaux arrivants ne pourront pas rejoindre le camp de Moria, ils doivent rester 14 jours en quarantaine pour empêcher la possible propagation du Covid-19.

    https://www.infomigrants.net/fr/post/24584/grece-des-manifestants-empechent-les-migrants-evacues-des-iles-de-rejo

    #Covid-19 #Migration #Migrant #Grèce #Camp #Lesbos #Moria #Evacuation #Transfert #Grècecontinentale #Hotel #Manifestations

  • 1er Mai Confiné | Union Syndicale Solidaires 13
    https://www.solidaires13.org/1er-mai-confine

    Depuis plus de 130 ans nous défilons coudes à coudes pour célébrer la lutte et l’unité des travailleuses et des travailleurs du Monde entier. Aujourd’hui plus que jamais nous avons besoin d’exprimer cette solidarité. — <a href="https://my.framasoft.org/u/rouge-glace/?NYr5Xg&quot ; title="Permalink">Permalink</a>

    #confinement #corona #coronavirus #lejourdaprès #luttes #manifestations #partage_collegues #politique #quarantaine #syndicalisme #syndicats #travail

  • Place Guérin à #Brest, le #1erMai sera au balcon, musical & manifestant !

    Le programme de la journée :
    – Manif de balcon pour répondre à l’appel national
    – Radio balcon avec bon son et duplex tel pour faire entendre « celles & ceux qui ne sont rien » et autres « 1er.es de corvée »

    https://twitter.com/jmoupah/status/1255103864459722752/photo/1

    #onoubliepas #confinement #lejourdaprès #luttes #manifestations #politique #quarantaine #syndicalisme #Premier_mai_2020

  • La #police par les armes
    http://www.laviedesidees.fr/La-police-par-les-armes.html

    L’exception française dans le maintien de l’ordre n’est pas d’origine récente. Cet article en fait la genèse en revenant sur les interventions policières des années 1968

    #Société #France #Histoire #Allemagne #violence #Etat #manifestations
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200225_policearmes.docx
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200225_policearmes.pdf

  • Les Rajaouis, supporters de l’équipe du Raja de Casablanca (Maroc), chantent une chanson pour la Palestine :
    https://www.youtube.com/watch?v=vJJSjfHFYi4

    « Mon cœur est triste pour toi/ Mes yeux pleurent/ Palestine ma bien- aimée/ Les arabes sont endormis/ Toi la plus belle résiste/ Dieu te protège/ De l’injustice des frères ennemis et des sionistes/ Gaza si loin/ Je ne t’abandonne pas/ Notre Oumma est malade/ De la prédation des gouvernants/ L’arabe vit dans la tourmente/ Le Rajaoui voix des peuples opprimés/ Nous savons ce que vous manigancez/ Tels des aigles nous n’inclinerons pas/ Sauf à Dieu le maître de l’Univers/ Liberté pour la Palestine/ A Jérusalem la joie sera entière/ Je veux y aller/ qui m’y emmènera ? Palestine Palestine... »

    Au delà d’un bel hymne à la Palestine, c’est une façon détournée de pouvoir critiquer le pouvoir corrompu, et c’est malin ! Les stades sont l’un des derniers lieu de liberté d’expression, dans les mois précédents, des dizaines de jeunes ont pris plusieurs années de prison pour avoir publié ou partagé des critiques du gouvernement ou du roi sur les réseaux sociaux...

    #Palestine #Maroc mais aussi #Foot #Football #Sport #Stade #hymne #chant #révolution #Musique_et_politique #chanson #Musique #manifestations

    En lien avec :
    https://seenthis.net/messages/787328
    https://seenthis.net/messages/790734

  • Violences policières : une autre police est-elle possible ?
    https://usbeketrica.com/article/violences-policieres-une-autre-police-est-elle-possible

    Par rapport à ses voisins européens, l’Hexagone met d’ailleurs à disposition de ses policiers un stock d’armes extrêmement important. Enclenchant ainsi, d’après Aline Daillère, une forme d’escalade de la violence lors des manifestations (...) C’est une refonte complète des techniques d’interpellation et de maintien de l’ordre qui apparaît nécessaire au regard de l’ampleur des violences commises. Le journaliste David Dufresne, qui recense les violences policières depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », avait répertorié plus de 800 signalements entre novembre 2018 et décembre 2019 dont deux personnes décédées et cinq ayant perdu leur main (...) D’après un décompte publié par le collectif Désarmons-les, entre 1999 et 2019, 65 personnes ont perdu un œil du fait de l’usage d’un LBD ou d’une grenade de désencerclement par la police, dont 16 pour la seule année 2019 (...) Aline Daillère : « Si on décidait de retirer ne serait-ce que le LBD, la police se soulèverait. » Difficile de ne pas reconnaître, en effet, que la logique d’un armement de plus en plus important s’étend, en ce moment, jusque dans les commissariats locaux. Sans revenir dans le détail sur les cas de certaines villes suréquipées, notons que, selon des chiffres du ministère de l’Intérieur, jamais les policiers municipaux n’ont autant été armés : depuis 2018, près de la moitié des 21 000 agents sont équipés d’une arme à feu.

    le candidat du NPA à la dernière élection présidentielle Philippe Poutou proposait de… désarmer complètement la police. Une idée beaucoup moins inédite qu’elle n’y paraît puisqu’elle est appliquée outre-Manche depuis de nombreuses années (à quelques exceptions près, comme le relevait Libération à l’époque, en 2017). Ce choix semble même y faire consensus, que ce soit au sein de la population ou au sein de la profession. Dans un sondage datant de 2006 cité par la BBC, 82% des policiers du Royaume-Uni déclaraient qu’ils ne souhaitaient pas être systématiquement armés en service. En 2016, le Washington Post montrait que les armes sont en réalité loin de protéger systématiquement les policiers qui les portent. L’enquête du média américain revenait notamment sur les cas de l’Irlande, de la Norvège et de la Nouvelle-Zélande, où les forces de l’ordre sont également très peu armées. Résultat : en Nouvelle-Zélande, par exemple, de 1886 à 2009, 29 policiers seulement ont trouvé la mort dans l’exercice de leur fonction. D’un point de vue purement statistique, John Buttle, l’auteur de l’étude, en concluait ironiquement qu’« en Nouvelle–Zélande il est plus dangereux d’être fermier que policier ».

    #violences-policières #manifestations #démocratie #luttes #désarmement

  • « On nous appelait les #prisonniers politiques » : des #gilets_jaunes #incarcérés racontent - Basta !
    https://www.bastamag.net/gilets-jaunes-prisonniers-politique-colere-sociale-detention-justice

    Plus de 400 gilets jaunes, condamnés à de la #prison_ferme, purgent ou ont purgé leurs peines. Certains ont accepté de raconter à Basta ! leur découverte de l’#univers_carcéral, une expérience qui marque les personnes et souvent déstabilise les familles. Tout en laissant une trace profonde sur le mouvement.

    En plus d’un an près de 440 gilets jaunes ont été incarcérés pour des peines de un mois à trois ans. Cette répression, menée sur le plan judiciaire et carcéral, a bouleversé leurs vies et celles de leurs proches, et affecté l’ensemble du mouvement. À #Montpellier, Perpignan, #Narbonne, #Le_Mans et d’autres villes, Bastamag a rencontré plusieurs prisonniers et leurs soutiens, qui nous ont raconté leur expérience.

    [...]

    Malgré ces conditions très difficiles, de nombreux gilets jaunes interrogés témoignent du respect exprimé par les autres détenus. « Mon nom c’était le "gilet jaune du B2 rez-de-chaussée", se souvient Victor. Pendant les promenades, certains prisonniers me posaient des questions sur le mouvement. Certains disaient "Quand on sort, si ça continue on sera avec vous !" »

    L’ambiance est similaire à #Perpignan. « On nous appelait les "#prisonniers_politiques". La majorité des détenus soutenaient les gilets jaunes. Ils savaient qu’on avait manifesté pour la justice et la dignité, témoigne Abdelaziz. Les prisonniers, majoritairement issus des quartiers populaires, y aspirent aussi. Ils sont souvent incarcérés parce qu’ils ont fait des actions illicites pour obtenir de l’argent et améliorer leur quotidien. »

    Parfois, les #manifestations de #soutien sont allées jusqu’au personnel de la #prison. « Une des surveillantes m’appelait "#camarade" », se souvient Victor. Abdelaziz est encore plus affirmatif : « Les trois-quarts des gardiens nous soutenaient, et le reste ce sont des fachos. L’un d’entre eux participait même au mouvement au début. » Sourire aux lèvres, Victor évoque même des encouragements, à mots couverts, de la psychologue chargée de son suivi. « Elle a fini par me dire que j’avais raison d’aller aux manifestations. »

  • How India is resisting #Citizenship_Amendment_Bill (#CAB) : A story in powerful pictures

    One of the pictures that have come to define the protests is of three girls standing on a wall and addressing a sea of protesters at Jamia Millia Islamia.

    India is currently witnessing two kinds of protests against CAA or the Citizenship (Amendment) Act, 2019. In the northeast states of India, the protest is against the Act’s implementation in their areas, as many fear it will cause a rush of immigrants that may alter their demographic and linguistic uniqueness. In the rest of India, like in Kerala, West Bengal and New Delhi, people are protesting against the exclusion of Muslims, alleging it to be against the values of the Constitution.

    The protests erupted across the country after the Citizenship (Amendment) Bill was passed by both houses of Parliament and received Presidential assent soon after. The Act, which gives citizenship to non-Muslim refugees who escaped religious persecution in Pakistan, Bangladesh and Afghanistan and entered the country before December 31, 2014, has been widely criticised. The amended Act has put the entire Northeast region and West Bengal on the boil as people fear that it might exacerbate the problem of illegal immigration.

    Violent protests were seen in New Delhi’s Jamia Millia Islamia; parts of Assam are on lockdown; several peaceful demonstrations against the Act were held in various parts of the country; and more have been planned in the coming days across the country.

    While registering their protests, the protesters have been shouting slogans, singing songs and reading the Constitution as well.

    One of the pictures that have come to define the protests is of three girls standing on a wall and addressing a sea of protesters at Jamia Millia Islamia. But there are several other powerful pictures of the protests across the country that underscore why people from all sections of society consider the Act unconstitutional.

    https://www.thenewsminute.com/article/how-india-resisting-cab-story-powerful-pictures-114137
    #protestation #manifestations #résistance #Inde #xénophobie #islamophobie #citoyenneté #nationalité #apatridie

    –-------

    La source des protestations : le « Citizenship (Amendment) Act » :
    https://seenthis.net/messages/799546

    ping @odilon

    • Inde : cinq morts dans des manifestations contre la loi sur les réfugiés

      Cinq personnes ont péri depuis le début des manifestations dans le nord-est de l’Inde contre une loi facilitant l’obtention de la nationalité indienne par des réfugiés à condition qu’ils ne soient pas musulmans, ont annoncé dimanche les autorités.

      Dans certaines zones, internet a été coupé et un couvre-feu a été imposé pour tenter d’endiguer la contestation.

      La tension demeurait forte dans la plus grande ville de l’Etat d’Assam, où une nouvelle manifestation était attendue dimanche.

      La nouvelle loi facilite l’attribution de la citoyenneté indienne aux réfugiés d’Afghanistan, du Bangladesh et du Pakistan, à condition qu’ils ne soient pas musulmans. Elle concerne des minorités religieuses dont les hindous et les sikhs.

      En Assam, trois personnes sont décédées à l’hôpital après avoir été touchées par des balles tirées par la police. Une quatrième a péri dans l’échoppe où il dormait qui a été incendiée. Une cinquième personne a été battue à mort, selon les autorités.

      La circulation des trains a été suspendue dans certaines parties de l’est du pays à la suite de violences dans l’Etat du Bengale occidental où des manifestants ont incendié des trains et des cars.

      Le ministre de l’Intérieur Amit Shah a de nouveau lancé dimanche un appel au calme en affirmant que les cultures locales des Etats du Nord-Est n’étaient pas menacés, alors que certains redoutent un afflux d’immigrants du Bangladesh.

      « La culture, la langue, l’identité sociale et les droits politiques de nos frères et soeurs du Nord-Est demeureront », a déclaré M. Shah lors d’un rassemblement dans l’Etat de Jharkhand, selon la chaîne de télévision News18.

      L’opposition et des organisations de défense des droits de l’homme estiment que cette loi fait partie du programme nationaliste de M. Modi visant selon elles à marginaliser les 200 millions d’Indiens musulmans.

      Le vote de la loi a donné lieu cette semaine à des flambées de colère dans les deux chambres du parlement, un député allant jusqu’à la comparer aux lois anti-juives promulguées par le régime nazi en Allemagne dans les années 1930.

      https://www.courrierinternational.com/depeche/inde-cinq-morts-dans-des-manifestations-contre-la-loi-sur-les

  • Arthur, 23 ans : « Des #CRS m’ont cassé_la_gueule, littéralement »
    https://www.rue89lyon.fr/2019/12/10/arthur-23-ans-je-me-suis-fait-casser-la-gueule-dans-le-vrai-sens-du-terme-

    « Aujourd’hui, je comprends vraiment ce qu’on appelle ‘#violences_policières' »
    Plusieurs personnes sont témoins de la scène, avant qu’Arthur ne soit pris en charge et transporté par des #pompiers. Et notamment Bastien Doudaine, médecin de profession mais aussi « photographe bénévole ». Il suit depuis quelques temps les #manifestations et mouvements pour lesquelles il se sent « en soutien », muni d’un très bon appareil. C’est lui qui a contacté la rédaction de #Rue89Lyon.

    • Comportement de voyous.
      Une « vieillerie » à lire ou à relire si vous mettez le nez dessus un jour chez un libraire d’occasion : « Dossier B comme Barbouzes ». Ce livre explique comment, dans la région de Marseille, dans les années post 68, les truands de la Mafia, les barbouzes des CDR (comités de Défense de la République - milice d’extrême droite) et les flics de « l’anti-gang » s’entrainaient dans les mêmes stands de tir. Il faut dire qu’après 68, le gouvernement paniqué a ouvert grand les vannes du recrutement de la gendarmerie.... Ceux-là sont à la retraite (ou bientôt) mais les p’tits jeunes qui les ont remplacés dans les unités d’intervention n’ont guère plus de morale.
      Plein d’autres joyeusetés du même acabit au fil des pages...

  • En Italie, les « sardines » défient Salvini et les populistes - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/041219/en-italie-les-sardines-defient-salvini-et-les-populistes

    Parti d’un appel à manifester contre la Ligue à Bologne, dans le nord-est de l’Italie, le mouvement des « #sardines » essaime du nord au sud du pays. Depuis le 14 novembre dernier, il a réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes autour de slogans antipopulistes. [...] Des Italiens de tous âges, serrés, « comme des sardines », pour protester contre le lancement de la campagne de Lucia Borgonzoni, la candidate de la Ligue, le parti xénophobe de Matteo Salvini, en vue des élections régionales de janvier 2020.

    #anti-fascisme #Italie

    • Des dizaines de milliers de « Sardines » réunies à Rome contre le fascisme

      Les « Sardines », militants anti-fascistes italiens, ont manifesté samedi à Rome tout en s’interrogeant sur le devenir d’un mouvement qui veut « réveiller » la politique italienne, sans se transformer en un parti ni une organisation défendant une cause unique.

      Le phénomène des Sardines est né il y a un mois à Bologne quand une manifestation organisée par quatre inconnus a rassemblé par surprise 15’000 personnes, pressées comme des sardines, pour dénoncer le discours « de haine et de division » de Matteo Salvini, ex-numéro deux du gouvernement et chef de la Ligue (extrême-droite).

      Depuis lors, des dizaines de #manifestations, rythmée par le chant des résistants #Bella_Ciao, ont rassemblé au total 300’000 personnes, à Milan, Florence, Naples ou Palerme.

      « La première était contre Salvini puis c’est devenu une réaffirmation de la #démocratie : nous sommes anti-fascistes, pour l’#égalité, contre l’#intolérance, contre l’#homophobie », a expliqué Mattia Santori, l’un des co-fondateurs du mouvement.

      Vague d’adhésions

      Depuis lors, le mouvement n’a cessé de prendre de l’ampleur. Pour la manifestation de samedi à Rome, les organisateurs ont reçu plus de 100’000 adhésions sur Facebook, à tel point que la préfecture leur a proposé l’immense Place San Giovanni.

      Le référent du mouvement à Rome est #Stephen_Ogongo, 45 ans, un journaliste originaire du Kenya. Il a créé la page Facebook des « Sardines » romaines, juste avant d’aller se coucher il y a 15 jours. « Le lendemain, il y avait 10’000 personnes qui voulaient en faire partie. Le surlendemain 20’000 », a-t-il expliqué.

      « Parler à la tête et pas à l’estomac »

      Mais que vont devenir les Sardines, à part former des bancs dans toute l’Italie ? « Nous sommes au début, il y a un mois elles n’existaient pas », souligne Stephen Ogongo. "L’essentiel, c’est de « parler à la tête et pas à l’estomac des gens », « de réveiller les consciences », d’amener la population à « faire des choix responsables » et les politiciens à « changer de langage ».

      Mattia Santori et la cohorte bolognaise veulent aller plus loin mais « en prenant leur temps ». Ils organisent une journée de réflexion avec 160 référents des Sardines dimanche.

      Ni parti ni association ciblée

      S’ils se reconnaissent de gauche, ces militants se définissent comme « un #corps_intermédiaire » et ne veulent ni créer un parti ni se substituer aux associations existantes. De nombreuses « Sardines » militent pour le climat, contre la mafia, la précarité, le droit du sol pour les immigrés ou pour la diversité des genres.

      L’idée est de « faire émerger une nouvelle énergie à travers une forme bien plus libre et spontanée » qu’un parti, en se dotant d’une organisation « qui ne sera pas hiérarchique » mais fixera de « grandes orientations », souligne Mattia.

      Prochaine destination des « Sardines » : les petites villes et « territoires fragiles », susceptible de céder aux sirènes « des idées simplistes et du #populisme ».


      https://www.rts.ch/info/monde/10944770-des-dizaines-de-milliers-de-sardines-reunies-a-rome-contre-le-fascisme.
      #anti-fa #résistance

    • ’Sardines’ against Salvini: Italy’s fight against the far right

      Grassroots protests have brought tens of thousands of people on to the streets of Rome.

      Tens of thousands of people have crammed together in Rome on Saturday as part of the growing “sardines” movement against the leader of the far-right League and Italy’s former deputy prime minister, Matteo Salvini, and his allies.

      Protesters converged in Piazza San Giovanni early in the afternoon in a bid “to further shake up the country’s politics and battle xenophobia”, in what was billed as their biggest rally.
      ’Sardines against Salvini’: Italians pack squares in protest against far right
      Read more

      “We are very happy and reached our goal,” said one of the movement’s founders, Mattia Sartori, 32, as more than 100,000 people were expected to march in the capital.

      “We are anti-fascist, pro-equality, against intolerance, against homophobia,” Santori told AFP, as protesters sang the anti-fascist anthem Bella Ciao.

      “We are weary of this culture of hatred,” the movement’s representative in the Italian capital, Stephen Ogongo, a 45-year-old journalist of Kenyan origin, told AFP. ‘‘We will no longer tolerate language that is racist, fascist, discriminatory or sexist.”

      The Sardines movement began in November after Santori, from Bologna, sent an urgent message to three friends late at night telling them to meet the next day. It was a couple of days before Salvini and his coalition partners, the smaller far-right party Brothers of Italy, and Silvio Berlusconi’s Forza Italia, were due to launch their campaign for the Emilia-Romagna regional election at an indoor sports arena in Bologna.

      The four friends hatched a riposte to Salvini’s boasts about filling Italy’s squares with supporters. The sports arena had a capacity for 5,700 people, and via an announcement on Santori’s private Facebook page, the group invited people to a counter-rally at Bologna’s Piazza Maggiore, with the aim of attracting 6,000 people.

      What happened next confounded their expectations: 15,000 people filled the Bologna square. As Salvini’s far-right electoral alliance pursued its campaign, the Sardines converged in other Emilia-Romagna cities before spreading across Italy and beyond.

      Hundreds of migrants also joined the Sardines on Saturday in Rome to protest against Salvini’s hardline immigration policies.

      Before being ejected from government in August after his failed gambit to collapse a coalition with the Five Star Movement (M5S) and bring about snap elections, Salvini’s main achievement when in office was to introduce draconian anti-immigration measures, including closing seaports to migrants.

      “They told us that immigration is a problem in order to hide real problems,” said Pietro Bartolo, a member of the European parliament who is known as the “doctors of migrants” and who has dedicated years of his life to addressing the refugee crisis in the Mediterranean.

      “We have to resist,” added Bartolo, who joined the protest. “Laws that criminalise those who save people are laws against our constitution. These laws are a shame.”

      Salvini has mocked the movement, writing on Twitter that he prefers kittens as “they eat sardines when hungry”.

      However, in a poll in November, 40% of Italians said that the movement now represents Salvini’s “most dangerous enemy”.

      https://www.theguardian.com/world/2019/dec/14/sardines-pack-piazza-in-rome-for-protest-against-matteo-salvini

  • Michel, un Belge arrêté samedi à Paris : « C’est une situation ahurissante » C. Hick, L. Henrard - 21 Octobre 2019 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_michel-un-belge-arrete-samedi-a-paris-c-est-une-situation-ahurissante?id

    Michel* était à Paris, ce samedi 16 novembre, dans le cadre "d’une exposition artistique et d’une visite touristique", explique-t-il. C’est en voulant retourner à la gare du Nord pour rentrer en Belgique, qu’il est tombé, sans le vouloir, dit-il, sur un rassemblement marquant le premier anniversaire du mouvement des gilets jaunes, dans le centre-ville.

    En un instant, tout bascule. Il est arrêté puis placé en détention pendant 4 jours. On lui reproche d’avoir voulu monter une barricade contre les CRS. Ce n’est que ce mercredi soir que Michel a retrouvé la liberté. Aujourd’hui, il nous donne sa version des faits depuis Paris, où nous l’avons rencontré.

     » On n’allait pas là pour manifester", se justifie-t-il. "On a pris une sortie de métro et tout à coup on a vu de la fumée, un feu de poubelles puis des gaz lacrymogènes. Et il y a eu un mouvement de foule. On n’y voyait plus rien. Finalement on s’est retrouvés devant des barrières de chantier. On a juste touché une barrière pour essayer de la faire pivoter et s’en aller. Et c’est là qu’un policier m’a donné un gros coup au visage. J’étais parterre. Ils m’ont mis des colsons et m’ont emmené vers leur camionnette où j’ai été tabassé. J’ai des coups dans le dos, à la hanche, au biceps, sur la tête, sur le genou. J’ai vraiment été maltraité."

    Jessica, une autre Belge que Michel présente comme une collègue, connaît une mésaventure similaire. Elle est ce soir toujours en détention.

    Relâchés… puis arrêtés à nouveau *
    Pourtant, dimanche, Michel et Jessica sont passés en comparution immédiate devant un juge qui les a relaxés. Aucune charge n’a été retenue contre eux.

    Mais à la sortie du tribunal, Michel et Jessica ont à nouveau été arrêtés. Ils font l’objet d’un ordre de quitter le territoire. En principe, pour les ressortissants européens, cette mesure doit être appliquée dans les trente jours et sans privation de liberté. Sauf si la personne concernée représente une menace grave pour la sécurité des citoyens.

    Mais Michel et Jessica ont été envoyés dans un centre de rétention. Ils ont été présentés ce mercredi soir, chacun de leur côté cette fois, à un juge administratif. Le premier a libéré Michel. Mais le second a maintenu Jessica en centre de rétention où elle se trouve donc toujours.

    Et on apprend ce soir que le préfet de police de Paris a fait appel de la remise en liberté de Michel. Le préfet veut donc qu’il retourne au centre de rétention.

    L’avocat des deux Belges dénonce un abus de pouvoir de la préfecture de police et une situation totalement ubuesque. Quant à Michel, il se dit "très stressé et très choqué" , car dit-il, il n’a pas encore récupéré sa carte d’identité. "C’est ahurissant de se retrouver dans une situation pareille."

    (*prénom d’emprunt, ndlr)

    #répression #police #france #violences_policières #gilets_jaunes #manifestations #brutalité_policière #violence #homme #femme #paris #comparution_immédiate

  • La France suit avec attention les manifestations qui se déroulent actuellement dans plusieurs villes en #Iran. Elle rappelle son attachement au respect de la liberté d’expression et du droit à manifester pacifiquement.

    Je n’arrive pas à trouver les bons tags...
    Peut-être celui de Mickaël Correia sur twitter est le meilleur : #rire_jaune
    Et j’ajoute #hypocrisie
    Et ce petit air de #colonialisme
    #France #manifester_pacifiquement #liberté_d'expression #manifestations #résistance

    ping @karine4 @cede

  • Hong Kong : « Nous sommes tous au front » - Asialyst
    https://asialyst.com/fr/2019/11/09/hong-kong-nous-sommes-tous-au-front-frontliner

    La police de #Hong_Kong a annoncé ce samedi avoir arrêté trois parlementaires pro-démocratie et a demandé à quatre autres de se présenter au commissariat pour être placés en état d’arrestation. Tous sont accusés de violences lors d’échauffourées au Conseil législatif en mai dernier, au moment où la dirigeante tentait de faire adopter en urgence une loi autorisant les extraditions vers la #Chine populaire. Depuis, la cheffe de l’exécutif hongkongais a retiré son texte, mais les #manifestations ont continué. La confrontation avec la #police s’est installée dans une violence systématique. David Bartel s’est entretenu avec un « frontliner », parmi ceux qui montent en première ligne au contact direct des forces de l’ordre.

  • Vers une histoire de la violence , Le Courrier Suisse, 3 novembre 2019, par Francois Cusset
    https://lecourrier.ch/2019/11/03/vers-une-histoire-de-la-violence

    Vers une histoire de la violence
    La violence parle le langage du pouvoir. Le terme a toujours été le pivot d’un « tour de magie ancestral », selon ­l’historien François Cusset, qui consiste à agiter le « fantasme d’une violence imminente » pour justifier une violence « présente, dûment rationalisée ». L’histoire de la violence ? « Une histoire de la stigmatisation et de l’asservissement des populations. »
    dimanche 3 novembre 2019 François Cusset
    Vers une histoire de la violence
    Déploiement de la police montée lors des manifestations du 1er mai 2019 à Paris. FLICKR/CC/JEANNE MENJOULET
    Analyse

    Quand l’oligarchie athénienne qualifie de « barbare », il y a 2500 ans, l’immense majorité de la population extérieure à l’oligarchie – femmes, non-propriétaires, esclaves, étrangers, ennemis –, ce mot suffit à justifier par avance la violence d’Etat qui pourra être exercée contre eux. Et l’opération est plus explicite encore quand le conseiller à la sécurité nationale du président George W. Bush déclare en 2002 : « Un Etat voyou est n’importe quel Etat que les Etats-Unis déclarent tel ». Au-delà de la paranoïa belliqueuse post-11 septembre, l’arbitraire revendiqué de la formule sert à soumettre la justice à la puissance, ancestral coup de force rhétorique qui rappelle que si, comme le posait jadis (Blaise) Pascal le janséniste, « la justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique », l’équilibre de ces deux pôles reste une vue de l’esprit, et l’usage officiel de la force sera toujours le meilleur moyen de s’arroger les vertus de la justice.

    Les exemples ne se comptent plus de cette vieille prestidigitation des pouvoirs, consistant à agiter le fantasme d’une violence imminente, et archaïque, pour justifier une violence présente, dûment rationalisée. Les migrants qu’on rafle et qu’on expulse pour le danger supposé de certains d’entre eux ou juste, à mots de moins en moins couverts, pour les emplois et les allocations qu’on ne peut pas distribuer sans limites, ni faire violence à ceux qui y auraient vraiment droit. Le missile israélien qui déchiquette quelques familles dans les territoires palestiniens pour l’attentat terroriste qu’ils seraient là-bas, d’après les services secrets, en train de fomenter dans l’ombre.

    Ou encore, moins spectaculaire, le militant écologiste qu’on jette en prison pour avoir arraché des plants de maïs, comme si les pesticides et les OGM n’exerçaient pas la plus grande des violences sur les corps et les biotopes. Et le jeune punk délogé avec brutalité de sous une porte cochère parce que sa forme de vie ou ses atours sont associés par la bien-pensance publique au parasitisme, au vandalisme ou à l’égoïsme anti-social. On n’est jamais très loin de l’autre bout du spectre, où la jeune femme venue déposer plainte pour agression sexuelle et le citadin gay pour insulte homophobe se voient reprocher plus ou moins implicitement un accoutrement ou des choix d’existence qui feraient violence à la bienséance voire à l’ordre public. Par cette inscription, cette façon de légitimer les arbitraires d’Etat, par les méfiances et les rancœurs qui relient les uns et les autres, la violence, bien plus que la déflagration d’un instant, est une chaîne de conséquences, une émotion circulatoire, le piège d’un circuit sans fin.

    C’est le premier problème que posent le mot et le concept de violence, qui rend difficile le travail nécessaire, mais délicat pour historiciser ces questions. Faire une histoire de la violence, pour en comprendre les formes d’aujourd’hui et l’usage tactique dans les luttes de résistance, est donc hautement problématique. Car si la violence légitime est exercée au nom d’une violence antérieure, pour « pacifier » les sociétés comme on le dit depuis la Seconde Guerre mondiale, alors tout dans une telle histoire risque bel et bien d’être à double lecture. Et de fait, le grand tournant historique ici, autour des conquêtes coloniales et de la naissance de l’Etat moderne, sur une longue période qui va du XVIe au XIXe siècles, nous a toujours été présenté comme celui d’une atténuation et d’un encadrement juridique et politique (voire « civilisationnel ») de la violence – alors que l’historiographie récente a pu enfin démentir cette approche et démontrer que les violences d’Etat et les violences coloniales ont été bien pires, par leur bilan quantitatif comme leur ordre normatif, que la conflictualité ordinaire, celle de la vie sociale traditionnelle ou des luttes intercommunautaires, qu’elles étaient censées réduire.

    A l’insécurité résiduelle, avant le Code pénal et l’éclairage nocturne, de nos villes et nos villages, où en effet on pouvait impunément détrousser le visiteur ou occire le manant, l’Etat moderne a substitué ses cadres coercitifs, normalisateurs et centralisateurs, et sa passion punitive légale, à mesure que se creusait le fossé entre le danger objectif et la sanction pénale : entre les années 1980 et aujourd’hui, par exemple, pendant que chutaient en France les taux d’homicides, mais aussi de délits pénaux moindres, la population carcérale a été multipliée par 2,3, « inutilement » en somme.

    Pour compléter ces deux axes majeurs de l’histoire politique moderne – conquête coloniale et formation de l’Etat – on peut ajouter que celle-là s’est prolongée, une fois acquises les indépendances nationales sur les continents concernés (de 1802 pour Haïti à 1962 pour l’Algérie), sous la forme d’un endocolonialisme1 du cru, entretenu par la tutelle économique et morale des anciennes métropoles, ou des nouvelles puissances. Quant à celle-ci (la formation de l’Etat), elle est ce qui a permis aux guerres entre nations voisines, qui avaient toujours existé, d’acquérir une forme rationnelle et systématique et une échelle absolument inédite, qui culminèrent avec les deux guerres mondiales et leur mobilisation totale des corps et des esprits – pas besoin d’être un naïf anarchiste pour y voir une conséquence directe de l’inflation de la forme-Etat, d’un Etat « paroxystique ». Plus simplement dit : Napoléon fait édicter les codes civil et pénal, mais il ravage l’Europe ; les papes de la Renaissance sauvent les âmes des autochtones, mais en en faisant massacrer les corps ; la France apporte en Afrique du Nord l’éducation publique et quelques infrastructures, mais aussi la torture et le racisme d’Etat ; et si lois et normes se sont imposées peu à peu dans les foyers et les rues, d’Occident d’abord, y limitant les risques de désordres imprévus, ce fut avant tout sur les cadavres, innombrables, des insurgés de 1848, des communards de 1871, des mineurs de 1947 ou des refuzniks les plus têtus des années 1970 – ou encore, pour que nous vivions en paix à l’ère du « zéro mort » policier, sur les cadavres de Malik Oussékine, Carlo Giuliani ou Rémi Fraisse. Ou juste les 3000 blessures graves infligées par les policiers français en 30 samedis de « gilets jaunes ».

    En plus de la colonisation qui aurait sorti les peuples primitifs de l’arriération guerrière, et de l’Etat moderne qui aurait pénalisé les arbitraires locaux et les violences interindividuelles (jusqu’aux duels, dont la pratique disparaît enfin au début du XXe siècle), le troisième pilier de cette histoire de la modernité comme pacification sociale et restriction de la violence est à trouver du côté de la civilité. A partir du XVIIe siècle, la civilité est diffusée par les manuels de savoir-vivre et les nouvelles règles descendantes, prônées par l’aristocratie puis la bourgeoisie, ces règles neuves qui recommandent de ne pas se moucher dans la nappe, de discuter au lieu de frapper, d’être pudique et mesuré en toutes occasions.

    C’est la grande thèse du sociologue Norbert Elias sur le « processus de civilisation » comme intériorisation des normes et autorépression de la violence. Sauf qu’elle a été mal comprise, et que même Elias, plus subtil que ses exégètes, en énumérait les limites : la violence des barrières sociales qu’instaurent ces normes ; le mal-être et les complexes imputables à cette privatisation de l’existence ; et surtout les exceptions de taille que sont, au fil de ce processus de trois siècles, les mouvements sociaux qu’on massacre, l’Etat qui punit injustement, les peuples colonisés qui n’ont pas droit à un traitement aussi civil, les guerres de plus en plus longues et sanglantes qui dérogent à tout cela. Difficile, en un mot, de tracer ici le fil continu d’une histoire unidirectionnelle, qui verrait quand même, grosso modo, dans l’ensemble, réduite la violence collective et pacifiées les mœurs communes.

    La pire violence est rationnelle

    Une histoire de la violence à l’ère moderne doit donc être surtout une histoire de la stigmatisation et de l’asservissement des populations sous le prétexte, multiforme et récurrent, d’en prévenir, d’en punir, d’en empêcher ou d’en « civiliser » la violence première – autrement dit, la violence instinctuelle, barbare, inéduquée, infantile, subjective, incontrôlable, là où la violence punitive, parce que légitime, et ne s’appelant donc plus violence, serait rationnelle, légale, élaborée, légitime, adulte, objective, mesurée.

    Certitude intemporelle : le pouvoir n’existe que pour pointer et endiguer une violence qu’il dit originelle. Et que celle-ci soit ou non un mythe, son discours infini sur elle et ses actes officiels contre elle finissent par la faire exister, au moins dans nos esprits rompus à l’idée qu’à l’origine est la violence (du Big Bang, de l’accouchement, ou du sauvage que personne encore n’a sauvé de lui-même) et qu’au terme d’une évolution digne, se trouverait l’apaisement (par les lois, l’éducation, l’ordre, la culture, les institutions, sans même parler du commerce).

    C’est précisément ce postulat profondément ancré, ce postulat d’une violence chaotique des origines à endiguer et à prohiber, qu’une véritable contre-histoire de la violence, ou une histoire des usages de la catégorie de violence, doit avoir à cœur de démonter – de mettre à nu. C’est aussi capital, et moralement faisable, que de démonter, sous l’occupation, le mensonge des affiches de propagande nazie qui présentaient la résistance comme violence sauvage et terrorisme meurtrier. Car ce récit des origines nous voile les vérités de l’histoire, à l’instar des fictions sur « l’état de nature », bien sûr introuvable dans l’histoire réelle, qui sous-tendent les simplismes de droite, avec leur méchant Léviathan venu encadrer le chaos effrayant où « l’homme est un loup pour l’homme », aussi bien que les angélismes de gauche, avec leur bon sauvage rousseauiste et leur civilisation venue corrompre l’humain pacifique. Il n’y a pas de bon sauvage ni de loup-pour-l’homme qui tiennent : loin de ces mythes, il y a les dialectiques de l’histoire, qui ont fait de l’Etat moderne comme de la civilité partout promue des forces à double effet, émancipatrices et répressives, autorisant une rupture avec la tradition aussi bien qu’une re-normalisation coercitive.

    Pendant ce temps, les violences insurrectionnelles décriées et brutalement réprimées, au présent de leur irruption, par les classes dirigeantes, furent la seule communauté réelle d’un peuple que tout divisait par ailleurs et, bien souvent, le seul moyen d’obtenir des avancées effectives sur le terrain du droit, des conditions de vie et de travail, de l’égalité sociale et des libertés civiles – au fil de trois siècles d’émeutes et d’insurrections noyées dans le sang, mais sans lesquelles les quelques progrès de l’histoire moderne n’eurent jamais été obtenus.

    La violence instinctuelle existe évidemment, mais elle n’est que ponctuelle, là où la violence instituée, rendue invisible par les dispositifs de justification étatico-normatifs, dévaste et tue partout et en continu. « Le plus dangereux, dans la violence, est sa rationalité », concluait Michel Foucault en 1979. Les montages financiers ultra-complexes qui mettent en faillite des pays lointains, les exploits technologico-industriels qui mettent en danger la pérennité de la vie sur Terre, ou les trésors d’intelligence stratégique et de créativité esthétique déployés pour produire à l’excès et vendre n’importe quoi ne cessent, aujourd’hui, d’en apporter la désolante illustration – outre qu’ils rappellent que derrière les guerres et les massacres, les sexismes qui tuent et les racismes qui assassinent, la violence la plus dévastatrice aujourd’hui est sans conteste la violence de l’économie. Et ce, d’abord sur les psychés, exsangues, humiliées, pressurisées, réduites à la haine de soi et à l’horizon bouché des rivalités constantes, dont on ne se libère qu’en sautant par la fenêtre.

    Notes
    1. ↑ Forme de néocolonialisme où, malgré l’indépendance nationale, le pays colonisé reste économiquement et politiquement sous l’emprise du colon.

    L’auteur est historien des idées et professeur à l’Université de Nanterre. Récente publication : Le déchaînement du monde : logique nouvelle de la violence, La Découverte, 2018.

    Article paru (version longue) dans Moins !, journal romand d’écologie politique, dossier : « La violence en question », n°43, oct.-nov. 2019.