• Ivre, il demande quelle distribution GNU/Linux choisir...

    La ligne de commande me fait pas peur (sans être expert, j’ai fait mes classes sur deux ou trois serveurs). Si je peux prendre du temps pour installer et configurer, j’aimerai cependant que quand ça marche je puisse compter dessus sans avoir à quotidiennement ajuster telle ou telle chose. Fonctionner en rolling release me séduit pas mal, mais peut-être est-ce trop lourd au quotidien ?

    J’aimerai aussi ne pas avoir de problème en terme multimédia, fut-ce donc en utilisant des codecs non libres. Même chose pour les drivers de base (processeur, etc.) que j’aimerai utiliser dans leur forme optimisée.

    Enfin, si cela à de l’importance, il s’agirait d’un ordinateur portable à disque SSD, d’un petit processeur Intel 64bits, mais qui ne devrait pour autant pas manquer de RAM (8Go). Un point particulièrement important pour moi est de ne pas faire fondre l’autonomie de la batterie (d’où des drivers optimisés).

    D’ailleurs, peut-on considérer qu’une distribution « légère » soit à priori plus économe en batterie ? Car ça semble pas se vérifier. L’argument étant que les distributions les plus lourdes sont aussi celles qui contiennent les drivers non libres les plus optimisés. Mais en même temps, je vois pas d’argument qui m’empêcherait de les installer manuellement.

    Partant de là, je suis assez intéressé par #ArchLinux mais j’aimerai bien quelques retours sur son usage au quotidien. Parce qu’après tout, si c’est le prix du confort, je peux aller jusqu’à #Linux_Mint. Ou bien est-ce finalement plus raisonnable de choisir un intermédiaire tel une « simple » #Debian ?

    Des avis éclairés de #seenthisiens ?

    • Pour tout ce qui est multimédia, et à moins d’être très bricoleur, c’est clair qu’une Ubuntu est ce qui fera le moins d’histoires (et qui videra le plus vite la batterie).

      Pour ArchLinux, j’avais très peur de la rolling release au début mais j’a eu en fait peu de problèmes (même lors du passage à systemd). Mais je ne l’ai utilisé que sur des serveurs.

    • Arch Linux est une très bonne distribution, avec des paquets très à jour, une communauté active d’utilisateurs et développeurs, une documentation (wiki+forum) vraiment super top (un peu comme avec Gentoo). Il est conseillé de mettre à jour régulièrement cette distro, je suppose au minimum une fois par mois, il faudrait regarder du côté du forum d’Arch Linux pour le vérifier. Généralement la mise à jour du système se fait entièrement toute seule, mais parfois il faut intervenir manuellement en lisant bien les recommandations dans le fil d’actualité d’Arch Linux ("Latest news" sur la page d’accueil), et dans ce cas vaut mieux essayer de comprendre ce que l’on fait. Rarement la mise à jour pose problème, mais si il y a problème, au dernier ressort on s’en sort à l’aide du « forum ».

      Une autre question intéressante est le choix du Desktop. J’ai opté pour MATE (fork de Gnome2) et j’hésite à « évoluer » vers des environnements graphiques encore plus légers...

    • Finalement je pense que la disto Arch Linux se rapproche pas mal de Gentoo qu’on dit appartenir à la catégorie des méta-distributions, où à priori c’est l’utilisateur qui choisit les finalités de sa distribution (par ex de décider lui-même si l’installation sera de type serveur ou pc de bureau), en particulier les développeurs ne font aucune supposition sur le choix ou pas par l’utilisateur de tel environnement graphique par rapport à tel autre (IceWM, Fluxbox, KDE, MATE, etc) . Deux autres avantages des méta-distributions, c’est la possibilité d’optimiser les binaires des paquets et de pouvoir configurer les paquets très précisément à l’installation (les USE sous Gentoo).

      The “Gentoo” name comes from the fast-swimming Gentoo penguin. It was chosen to reflect the potential speed improvements of machine-specific optimization. Gentoo package management is designed to be modular, portable, easy to maintain, and flexible. Gentoo is sometimes described as a meta-distribution, “because of its near-unlimited adaptability”, in that the majority of users have configurations and sets of installed programs which are unique to themselves.

      Sachant ça on peut mieux décider si on a besoin d’opter pour Arch Linux ou Gentoo :-) Pour un « pc de bureau » assez commun je pense qu’on peut largement se passer des méta-distributions (je pense qu’on peut ranger Arch Linux dans la catégorie des méta-distribution, même si elle est plus limitée que Gentoo : par exemple avec Arch Linux à priori tous les paquest installés sont précompilés pour une architecture donnée, ce qui est une différence majeure avec Gentoo).

      Récemment j’ai installé sur un pc de bureau la toute nouvelle distribution grand public « ubuntu/mate » et j’en suis satisfait.

      https://ubuntu-mate.org
      https://en.wikipedia.org/wiki/Gentoo_Linux

      Ps : après tout ce blabla pas toujours utile dans la pratique, Manjaro n’est pas une méta-distribution, mais une distribution de type rolling-release orientée grand public, quoique je pense que sur le long terme Manjaro nécessite des connaissances pour être maintenue à jour : à vérifer quand même.

    • Merci beaucoup pour vos avis et commentaires !

      @la_taupe @0gust1 @grommeleur @stephane Ubuntu, oui bien sûr. C’est sûr que c’est un bon choix pour ne pas s’embêter. J’utilise depuis pas mal de temps Xubuntu (Ubuntu sous Xfce en gros) et c’est très satisfaisant. Ubuntu apporte beaucoup à GNU/Linux en le démocratisant et en n’en faisant un système simple et efficace. Mais en même temps je crains aussi les choix parfois un peu seul contre tous de Canonical (avec l’absence de systemd par exemple) ou son « but lucratif » (qui se limite à la version de base à priori je crois). C’est efficace, bien intégré, avec une large communauté francophone... mais manque parfois un peu de réactivité et de souplesse, en tous cas pour un non initié aux arcanes d’Ubuntu. Et puis j’essaierai bien autre chose, c’est un argument de poids ! Et enfin, si comme le dit @stephane la batterie s’en portera d’autant mieux, c’est un argument de plus.

      @0gust1 Ah oui, ElementaryOS ! Il m’avait aussi tapé dans l’œil il y a quelques temps, puis il m’est sorti de la tête. Bon, tu dis que c’est basé sur Ubuntu... mais je vais regarder quand même.

      @la_taupe J’entends régulièrement beaucoup de bien d’ArchLinux. Mais quand je me renseigne, je lis aussi que l’installation est ardue en particulier en terme de drivers. Pourtant, les rolling releases mais surtout AUR et yaourt semblent faire l’unanimité... C’est là que je découvre Manjaro, un ArchLinux avec détection du matériel, codecs, et quelques environnements de bureau pré-intégrés (Xfce entre autre, que j’aime bien. Je connais pas MATE mais ça ressemble à un Xfce sur pas mal de points, et avec de l’avance sur Gtk3. Pourquoi pas !). Il y a d’ailleurs une version pour une installation avancée qui permet de choisir finement tout ça. Est-ce le meilleur des deux mondes comme il s’en réclame (cad souple et dynamique mais user friendly) ou le pire ? Difficile de savoir. Mais ça me tente beaucoup, je vais sans doute tester une version live.
      Gentoo je connais pas du tout. Je vais regarder aussi. Tes explications/arguments à propos des méta-distributions sont intéressants...

      Bon, je vais pouvoir me décider maintenant. Merci une nouvelle fois d’avoir pris le temps de m’éclairer !

    • Pour Debian que je connais un peu, tu as une rolling release assez facilement en utilisant la testing avec des logiciels à jour et suffisamment stable.
      Un coup de « sudo apt-get update && sudo apt-get dist-upgrade » de temps en temps pour se mettre à jour.

      Les drivers non libres (nvidia, firmware, ...) sont aisément accessibles en ajoutant les dépôts contrib et non-free.

      Il faut mettre un peu les mains dans la ligne de commande pour certaines choses mais ça va pas chercher loin pour une utilisation basique.

      Et en plus t’as un bon bouquin pour t’aider :
      http://raphaelhertzog.fr/livre/cahier-admin-debian

      J’ai utilisé Gentoo il y a quelques années et c’est pas franchement simple d’installation, par contre c’est pédagogique. L’installation de nouveaux logiciels peut être longue sur de vieux ordinateurs vu qu’ils sont compilés spécifiquement pour ta machine. Du coup, tu peux optimiser les options de compilation. Sur les autres distributions même si tu as les sources des logiciels disponibles, tu utilises plutôt les binaires directement.

      Je ne connais pas Arch mais voici un lien qui liste les différences par rapport à d’autres distributions :
      https://wiki.archlinux.org/index.php/Arch_compared_to_other_distributions

    • @homlett , la détection du hardware et des pilotes à charger au démarrage, est prise en charge pratiquement complètement par toute distribution GNU/Linux récente. La première fois lors de la nouvelle installation qui va générer le nouveau noyau adapté à ta configuration matérielle, et les fois suivantes chaques fois que tu mettras à jour ton noyau ou que la distribution s’en chargera pour toi quand tu feras une mise à jour. Maintenant à tout moment on peut imposer un pilote particulier pour un matériel donné : par exemple choisir le pilote propriétaire.

      Pour les cartes graphiques, je crois que chaque distribution permet à l’installation (ou même après) de choisir entre pilote propriétaire et pilote libre.

    • Désolé, je me suis rendu compte que ce que j’avais écrit concernant la détection matérielle, d’une part devait être faux, et d’autre part que c’était ma tentative d’expliquer approximativement « ce mécanisme ».

      C’est certainement faux, parce qu’il me semble que les systèmes d’exploitation font une détection matérielle à chaud, à chaque fois qu’un nouveau matériel est détecté. Et c’est à ce moment là que le module du driver est chargé en mémoire (avec la commande modprobe). Donc à mon avis ce n’est même pas du rôle d’une distribution de détecter le matériel, mais plutôt du rôle du noyau.

      Parcontre, à chaque fois qu’un nouveau noyau est généré (à l’installation, lors de la mise à jour dus sytème, etc), un certain nombre de modules du noyau doivent être préchargés dans une image qui est générée en même temps que le noyau (cf. initrd).

      A vérifier, la détection des périphériques à chaud comme à froid est probablement faite par « le mécanisme » fourni par udev.

      Et comme tu le disais @homlett c’est probablement vrai que certaines distributions peuvent écarter les drivers proprio, notamment les distro de type puristes/intégristes.

  • La magnifique Manjaro Linux 0.8.7 est disponible en version rc2
    http://neosting.net/actualite/manjaro-linux-0-8-7-rc2.html

    Je vous avais déjà parlé, il y a quelques temps, de Manjaro, mais pourtant, j’ai très envie de revenir en mettre une couche. Manjaro est sortie, le 9 août dernier en version 0.8.7 Release Candidate 2. Je n’ai pas pu résister pour voir, par curiosité, quels ont été les progrès réalisés, et j’ai été plutôt […] #arch-linux #linux #manjaro #xfce