• Acapatzingo, communauté autonome urbaine
    Un monde nouveau au cœur de l’ancien (I)

    Raúl Zibechi

    https://lavoiedujaguar.net/Acapatzingo-communaute-autonome-urbaine-Un-monde-nouveau-au-coeur-de

    L’autonomie est la façon de faire utilisée par les communautés en résistance ; la communauté est la forme politique qu’adoptent les gens d’en bas pour changer le monde. Pour illustrer cette hypothèse, j’essaie de reconstruire une petite partie du vaste mouvement populaire urbain de Mexico après 1968, étant entendu que l’autonomie est un processus inachevé et inachevable, jamais un point d’arrivée, plutôt une série de passages et de devenirs, de parcours que l’on ne peut reconnaître à des déclarations ou des programmes mais aux traces laissées par les actes quotidiens.

    À mes yeux, la communauté d’habitations Acapatzingo constitue l’une des plus formidables expériences d’autonomie urbaine d’Amérique latine, tant par la profondeur de sa construction communautaire que par la durée de cette dernière, sa vocation à transformer l’ensemble de la société, et sa résistance obstinée au pouvoir des autorités fédérale et municipale. J’aimerais souligner certains aspects qui peuvent aider à appréhender cette expérience singulière, à comprendre son origine, le chemin parcouru, les solutions de facilité évitées et les options retenues. En résumé, le terrible effort que suppose tout processus d’autonomie impliquant, inévitablement, la volonté de ne pas se soumettre aux institutions. (...)

    #Amérique_latine #Mexique #Mexico #autonomie #expérience_urbaine #logement #caciquisme #Manuel_Castells #EZLN


  • Manuel Castells, Communication et pouvoir

    https://lectures.revues.org/12076

    Prolongeant ses travaux antérieurs, dont sa trilogie L’ère de l’information (Paris, Fayard, 2000-2004), l’auteur propose « une nouvelle approche de la question du pouvoir dans la société en réseaux » (p. 31). À cette fin, il mobilise plusieurs études de cas ainsi qu’un corpus considérable et pluridisciplinaire de travaux.

    2Après avoir rappelé les éléments clés de sa conceptualisation de la société en réseaux qui contribueraient à une meilleure compréhension des rapports de pouvoir contemporains, Manuel Castells décortique la communication de masse dans les conditions de la mondialisation et de la numérisation. Les deux premiers chapitres visent ainsi à mettre en lumière les « déterminations structurelles de la relation de pouvoir et la communication dans la société en réseaux » mais aussi « la structure de l’agentivité » (p. 33), c’est-à-dire les modalités de traitement de l’information par le cerveau humain. Le pouvoir le plus fondamental, selon l’auteur, est celui de façonner la pensée, en contrôlant la communication ; de fait, le contre-pouvoir repose sur sa capacité à déjouer ce contrôle. Le chapitre suivant examine les relations spécifiques entre émotion, cognition et politique, et les deux derniers ciblent le rôle des médias de masse et des réseaux horizontaux de la communication. Partant du principe que plus les technologies de communication accroissent l’autonomie des utilisateurs, plus grandes sont les chances de voir apparaître de nouvelles valeurs et de nouveaux intérêts, l’auteur considère que l’essor de formes inédites de communication qu’il qualifie d’« auto-communication de masse » peut favoriser le changement social.

    #manuel_castels #réseaux #biblio


  • http://www.franceculture.fr/emission-l-essai-et-la-revue-du-jour-communication-et-pouvoir-revue-et

    Les neurosciences ont établi l’importance du rôle des émotions dans la cognition, qu’elles soient négatives comme la peur ou le dégoût, ou positives comme la joie ou l’enthousiasme. Le cerveau perçoit les émotions sous la forme de sentiments, émotions travaillées par la mémoire et qui les associent à d’autres événements déjà vécus, ce qui fait que nous ne nous contentons pas de reproduire ce qui nous arrive, les événements ou les images, mais que nous les traitons. C’est en cela que consiste l’intelligence affective qui nous permet de prendre des décisions que nous qualifions de rationnelles, au sens où nous les estimons réfléchies, en méconnaissant le plus souvent la part des émotions dans ces décisions. Les professionnels de la communication connaissent parfaitement ces mécanismes, en particulier le rôle des « neurones miroirs » responsables de l’imitation et de l’empathie et qui sont à l’origine de notre faculté d’identification aux schémas narratifs de la télévision, du cinéma ou de la littérature, mais aussi à ceux des partis politiques et des candidats, de même qu’à leur rejet. On sait ainsi que l’humour est une bonne façon de d’amener les électeurs à resserrer les rangs derrière le leader, tout comme l’espoir, alors que la peur – de l’autre, de l’immigré ou de l’insécurité – instille le doute chez l’adversaire, le partisan de l’autre bord à l’égard de son propre candidat. Le cerveau politique est un cerveau émotionnel, la persuasion une affaire de réseau et de neurones. C’est pourquoi Manuel Castells les désigne comme « les moulins à vent de la cognition qui génèrent le pouvoir ». Mais à l’inverse, il analyse la campagne et l’élection de Barak Obama comme un regain de la mobilisation à partir des réseaux sociaux utilisés comme porte-voix de l’espoir par toute une génération de jeunes peu concernés jusqu’alors, et de populations, notamment noires, exclues du jeu politique.

    #communication #emotionnel #pouvoir #manuel_castells #reseaux_sociaux #ingenierie_sociale_ ?


  • Cette crise ne passera pas l’Ibère | Florian Cornu
    http://owni.fr/2012/07/04/cette-crise-ne-passera-pas-libere

    Le 26 juin 2012, Manuel Castells, sociologue devenu la référence mondiale de l’analyse de la société et du #pouvoir par les #réseaux donnait une conférence intitulée « Une autre économie est possible ». L’occasion de livrer une analyse originale de la crise et de rendre compte d’une étude sur les nombreuses expériences économiques alternatives en Catalogne.

    #Activisme #Pouvoirs #activisme #barcelone #crise_économique #économie_sociale_et_solidaire #indignados #Indignés #manuel_castells #sociologie