• À LIRE : « INDIGNÉS DE CONS »

    Marcel Sel -Profession : emmerdeur- est bien connu des belges. C’est un blogueur/"blagueur". Il a, sans conteste, du talent, et ce n’est rien de le dire. Il se dit apolitique, mais il est plutôt de gauche. Si vous écrivez publiquement une merde, il sera toujours le premier à "marcher dedans".

    http://www.taurillon.org/Indignes-de-cons-par-Marcel-Sel,05901

    http://www.taurillon.org/local/cache-gd2/8f82637f3f01379562ae50f75fbf5b6b.jpg

    Vous croyez tout avoir entendu sur la crise ? Avec un humour qui permet de tout comprendre, Marcel Sel décrypte la crise avec une lucidité toute citoyenne. L’écrivain-blogueur belge offre ici le livre parfait pour ne pas rester dans l’indignation à bon compte, mais dans celle qui donne envie de se mobiliser.

    Ce livre est une poursuite de la discussion ouverte par les #Indignados de d’Espagne, les indignés de #Occupy_Wall_Street et surtout le livre de #Stéphane_Hessel « Indignez-vous ! ». Pour Marcel Sel, « les Indignés sont un mouvement de réaction qui ne dispose pas de l’arme indispensable pour modifier une société. Et ça, c’est l’idéologie. Ils n’ont donc pas de vision concrète pour la société de demain, pas de masterplan pour changer le monde. Et sans ça, l’indignation ne mène à rien ».

    En tant que citoyen, il ne veut pas de revendications qui font plaisir à défendre mais d’un vrai changement de la société. Par provocation, le premier chapitre de ce livre s’intitule « Résignez-vous… » : le but est de nous faire prendre conscience que nous devons comprendre les mécanismes de la crise actuelle plutôt que nous draper d’une indignation facile présentant les gentils d’un côté et les méchants de l’autre. Il démontre ainsi la limite d’un discours de Stéphane Hessel qui mélange la résistance de la Seconde Guerre Mondiale et la situation d’aujourd’hui.

    La #finance doit obéir au politique et non l’inverse

    La partie centrale du livre est consacrée au décryptage de la crise. Du « financiarisme » et de ses mécanismes souvent présentés de manière sophistiquée alors que le but est simple : même avec de l’argent qui n’existe pas (les produits dérivés), on peut faire un maximum de profit. Or cela ne peut exister que parce que le pouvoir politique a capitulé face à celui financier.

    Pour ceux qui n’auraient pas un Bac +10 en économie, Marcel Sel explique très simplement les produits dérivés, CDS, obligations, agences de « natations », etc. L’ayant fait sans idéologie, mais avec les pieds sur terre, il nous permet de voir à quel point nous payons aujourd’hui le fait d’oublier totalement les règles même basiques du capitalisme. Quand l’irréel prend le pas sur le réel, au final les choix politiques de nos États sont limités à suivre le courant du moment.

    #Marcel_Sel #indignés_de_cons #Europe #livre #Indignez-vous_ !

  • Bart De Wever est-il négationniste ?

    http://blog.marcelsel.com/archive/2012/02/03/proces-mertens-saura-t-on-mardi-si-bart-de-wever-est-un-nega.html

    Je n’ai jamais fait mystère de mon soutien à Pierre Mertens dans l’affaire qui l’oppose à Bart De Wever. Ce dernier lui reproche en effet de l’avoir diffamé en le qualifiant de « négationiste ». C’est ce mardi 7 février 2012 que la chambre du conseil se prononcera dans cette affaire. Il est très probable qu’elle se contente d’évoquer la prescription, ce qui permettrait à Bart De Wever d’une fois encore manipuler l’opinion publique en faisant usage d’un droit qu’il sait par avance tronqué. Quoi que la justice décide, il pourra tirer un profit politique de la situation, comme je le montre dans l’extrait des Secrets de Bart De Wever que je vous offre pour l’occasion, à savoir tout un chapitre (dans la suite de l’article). Au minimum, la question n’est pas tant de savoir si Bart De Wever est ou non un négationniste, mais bien si l’on a encore le droit en Belgique, à partir des propos pour le moins révisionistes qu’il a tenus, d’écrire tout haut qu’on le pense. Autrement dit, de savoir si notre pays est encore une terre de liberté où la mémoire du pire événement de tous les temps peut être défendue, ou un espace étriqué où l’homme politique peut se permettre toute fantaisie sur le sujet sans avoir à en répondre, d’une part, et en traînant ceux qui le critiquent devant une justice (devenue symbolique) d’autre part.

    #Marcel_Sel, #Bart_De_Wever, #Pierre_Mertens, #négationisme

  • Ntango ya ba Falama. Ou la génération spontanée des Congolais flamingants.

    http://blog.marcelsel.com/archive/2011/12/27/ntango-ya-ba-falama-ou-la-generation-spontanee-des-congolais.html

    Tout le monde a vu les manifestants pro-Tshisekedi marcher dans Bruxelles (et Anvers) avec des drapeaux indépendantistes flamingants, des portraits de Bart De Wever, le logo de la N-VA et l’une ou l’autre pancarte qui dans un autre pays aurait été qualifiée de raciste. L’une d’entre elles porte l’inscription : « Vive les Flamands. Les Wallons les voleurs ». On se croirait dans un meeting du Vlaams Belang, ou de l’arrière-ban radical de la N-VA.

    Bien des journaux ont commenté cette étrange association. D’autant plus tristement cocasse que la N-VA ne fait pas mystère de sa politique de regroupement familial qui reviendrait, si elle était appliquée, à renvoyer un certain nombre de ces manifestants au Congo, purement et simplement. Le parti de Bart De Wever a en effet proposé d’interdire à toute personne arrivée par regroupement familial d’en faire venir une autre par la même filière. En d’autres termes, un fils de Congolais arrivé après son père pourrait épouser une Congolaise et avoir des enfants, mais ne pourrait plus les faire venir en Belgique. Alors, quand les anti-Kabila ont brandi des drapeaux flamingants, au Nord comme au Sud, on a rapidement conclu à une excentricité plutôt amusante, et l’on s’est contenté d’expliquer que « les » (sic) Congolais pensent que les Francophones soutiennent Kabila et que les Flamands, à l’instar de Karel De Gucht ou de Bart De Wever, sont pro-Tshisekedi par nature.

    #Marcel_Sel, #N-VA, #Kabila, #flamingant, #flamand, #francophone, #Belgique, #Congo

    • Interpellant. Ce serait donc un résultat du populisme activiste (ou de l’activisme populiste ?) de Linda Mbungu.

      Car rien de tout cela n’est arrivé par hasard. La source, c’est Linda Mbungu, une militante de la N-VA qui fut très active au sein des anti-Kabila de la communauté congolaise. Au point qu’on trouve dans des forums lingala comme http://congodiaspora.forumdediscussions.com/t3151-aux-compatroites-congolais-belges des appels à voter N-VA pour « raisons stratégiques » : « Yango wana tosala vote stratégique tovoter NVA, to voter Linda Mbungu n°4 sur la liste 11 de NVA. » Traduction : « c’est pourquoi nous ferons un vote stratégique, nous voterons NVA, nous voterons Linda Mbungu (etc.) » Si vous cherchez à comprendre pourquoi Linda Mbungu a eu 4101 voix de préférence le 13 juin 2010 (ce qui est loin d’être négligeable), il ne faut peut-être pas chercher beaucoup plus loin.

      Reste à voir comment cette approche a priori un peu légère peut percuter quand on recoupe les appuis/soutiens supposés avec les « argumentaires » nationalistes. Et là, ça pique.

      Du reste, le point de vue de Mbungu, un pur produit N-VA, focalisé sur la dualité belge, et pas grand-chose d’autre, apparaît clairement dans cette interview parue sur le site Congoindependant.com d’où proviennent aussi les deux citations précédentes. Linda y raconte qu’elle se considère comme une « congolo-flamande ». Et se lance rapidement dans un prosélytisme de bon aloi aux arguments très Deweveriens toutefois : « Il est notoire que pour l’instant, le Congo est dirigé par des partis francophones belges (sic) ». Ah, ben tiens, v’là aut’ chose ! Elle précise « C’est le cas notamment du parti libéral francophone, le ‘MR’. (sic) » Ben oui. Kabila prend ses ordres chez Louis Michel, c’est bien connu ! Et elle continue : « Je ne crois pas que les relations entre les deux pays seront plus détestables que dans l’état actuel se caractérisant par l’immixtion de certains partis francophones. Il faut dire que les Néerlandophones gèrent leur Région avec rigueur et sens de responsabilité […] Je voudrais que les Congolais s’inspirent de l’expérience flamande. Je constate que les habitants du Nord de la Belgique font preuve de plus de discipline que ceux du Sud. » Bref, du communautarisme N-VA pur jus, pour ne pas dire de la franco- ou wallophobie !

      Pfiou...

      Merci @madame pour l’info et le lien !

    • Je dois dire qu’interloquée, j’ai été discuter avec certains manifestants. La logique de bas étage derrière les drapeaux jaunes au lion noir brandis haut et fort, frôlait le caniveau. Je me vois désolée de dire que la rhétorique politique de mes interlocuteurs était plate, sans argument, une sorte de mouvement de suivi mécanique très décevante. Il leur fut aussi impossible d’expliquer la logique du soutien à la NVA que pourquoi ils soutenaient Tshisekedi. Sic, comme on dit.

      Dans une telle ambiance, proche de la ferveur évangéliste, dans un contexte où le clientélisme communautaire est la règle (du PS au Cdh, et donc du MR à la NVA), on ne peut que souhaiter l’improbable, à savoir qu’au milieu du pillage généralisé des richesses du pays, loin des appartenances régionales caressées par Mobutu et les Kabila, se relève la conscience politique congolaise, et pourquoi pas un nouveau Lumumba.