• Le « trou noir » de l’officier qui pelotait la nuit La Marseillaise Fr - David Coquille - 21 novembre 2017
    http://www.lamarseillaise.fr/marseille/faits-divers-justice/65324-le-trou-noir-de-l-officier-qui-pelotait-la-nuit

    Un officier marinier a écopé hier d’un an de prison avec sursis et mise à l’épreuve pour agression sexuelle le 6 août dernier sur trois personnels de la frégate Languedoc basée à Toulon.

    « J’ai vraiment senti qu’on attrapait mon sein gauche pour me peloter » a relaté une contre-maître surprise dans son sommeil par l’irruption de son supérieur à 2 heures du matin dans la chambrée où dormaient quatre femmes. Elle a identifié l’auteur à son tatouage sur tout un bras. « J’ai senti une main sur mon visage que j’ai repoussée puis sur mon épaule. Il m’a clairement peloté les seins, j’étais somnolente » a expliqué une autre victime prostrée de peur dans sa bannette. Elle a ensuite allumé la lumière et reconnu formellement le prévenu qui regagnait sa chambrée voisine.

    Une troisième victime du pont inférieur a vécu la même agression suivant le même modus operandi : « J’ai été réveillée par des frottements sur les cuisses et le mollets. Il m’a demandé si je voulais boire un godet. » Dès les premiers mots et à sa voix, elle reconnaît Romain, constate qu’il est soul et n’en revient pas : « Vu qu’on appréciait Romain toutes les deux, on s’est dit c’est pas possible »
    « Je ne me souviens pas de ce qui s’est passé. Mon dernier souvenir c’est l’apéritif pendant le quart » se défend le trentenaire qui connaissait une séparation difficile d’avec sa compagne. « Je ne me souviens de rien, c’est le trou noir » se défend le prévenu dont l’avocate plaide la relaxe. « Je ne peux pas avouer quelque chose dont je ne me souviens pas » avait-il expliqué en garde-à-vue tout en exprimant des remords : « Si elles le disent, c’est que c’est vrai. Je suis désolé d’avoir agi comme un porc. » « C’est un acte de salaud, je préférerais me souvenir » dira-t-il encore, tout en mettant en avant la consommation de boisson lors d’un « apéro sauvage » à bord. « Je n’aurais jamais dû boire autant. Normalement je suis responsable du personnel. Mon médecin m’a dit que les trous noirs, ça pouvait arriver avec l’âge » redit le prévenu à qui la présidente Karine Molco fait observer qu’il n’a que 34 ans.

    « Je pense que c’était méticuleusement organisé. Ses gestes étaient sont précis » a souligné une partie civile. « Normalement, l’ennemie est en face, pas à côté » observait sa consoeur. Dans son réquisitoire suivi par le tribunal, le procureur Guillaume Bricier a souligné combien il était difficile pour le prévenu de s’avouer être l’auteur. De l’exhorter :
    « Il ne faut pas rester au milieu du gué. » Les deux victimes constituées partie civile se sont vu allouer chacune 5 000 euros de préjudice moral et 1500 euros pour leur frais de justice.

    Secrets de défense nationale
    Le tribunal a prononcé hier à la demande de Me Jean Boudot la nullité des poursuites trop lacunaires du parquet diligentées à l’encontre de deux jeunes gens pour « appropriation de secrets de défense nationale » ainsi qu’un militaire d’un peloton spécialisé dans la sécurité nucléaire pour « divulgation » de ces secrets. Le 26 septembre 2017, le gendarme avait oublié sa mallette dans le métro. Découvrant à l’intérieur une enveloppe portant la mention « secret défense », les jeunes gens avaient pris peur mais ne l’avaient toutefois pas ouverte.
    Par ailleurs, la chambre militaire devait juger hier soir le pilote d’un char AMX 10 RC qui le 3 avril 2008 lors d’un « déplacement tactique » sur une route départementale à Camaret-sur-Aigues (84) était entré en collision avec une Toyota qui avait la priorité, faisant deux blessés dont un grave.

    #armée #marinne #nucléaire #france #harcèlement #viol #marseille #témoignage

  • facebook joue-t-il un rôle dans la radicalisation de la pensée ? Récit d’une expérience troublante RTBF - 12 Mars 2017 - R.C., C.H, RTBF

    facebook nous pousse-t-il à lire des points de vue de plus en plus extrême ? C’est l’hypothèse d’un journaliste américain qui a réalisé une expérience assez interpellante. Sur facebook, il faut le savoir, ce que vous voyez ou pas est déterminé par un algorithme. C’est une formule qui fait un tri pour vous en fonction de toute une série de paramètre : les pages que vous aimez, l’endroit où vous vivez, les articles sur lesquels vous avez cliqué, les amis que vous suivez, etc.
    De la convention républicaine à des contenus néo-nazis

    En tenant compte d’un grand nombre d’élément, facebook va vous proposer des contenus qu’il imagine intéressant pour vous. Un journaliste américain a fait une expérience éclairante en s’abonnant à la page facebook de la convention républicaine, il a été confronté après seulement quelques jours à des contenus néo-nazis.

    Comment s’y est-il pris ? L’expérience de Ryan Broderick est simple : il a créé un nouveau profil facebook et a « aime » uniquement la page de la convention républicaine nationale. « A ce moment là, une liste de page m’a été suggéré. La première était celle du chef de cabinet de la Maison Blanche. J’ai cliqué sur like et facebook m’a proposé plein d’autres pages que j’ai également liké », explique le journaliste.
    Les contenus radicaux s’invitent parfois plus vite qu’on ne le pense

    Au fil des jours, il continue à s’abonner à ce que facebook lui propose et partage ses contenus. Il va de surprise en surprise. « J’ai commencé à avoir des contenus légèrement pornos avec des textes anti-immigrés écrits dessus. J’ai vu des articles que je n’aurais jamais eu dans mon fil d’actualité à fil comme des articles sur le white power ».

    Et de fil en aiguille, c’est le contenu du site Daily Stormer qui lui est proposé. « C’est un site géré par des néo-nazis et c’est intéressant de voir que cela n’a pris que quatre jours pour que mon fil d’actualité soit radicalisé au point que je reçoive des contenus écrits par des néo-nazis ».

    Cette expérience démontre que les contenus radicaux s’invitent parfois plus vite qu’on ne le pense, qu’ils soient politiques ou religieux comme c’est le cas avec la propagande djihadiste.

    facebook a pour sa part contesté l’expérience en disant que personne n’utilise le réseau social de cette manière - sans aucun ami - et en aimant tout ce qu’on se voit proposer.

    Source : http://www.rtbf.be/info/medias/detail_les-reseaux-sociaux-participent-ils-a-la-radicalisation-de-la-pensee-rec

    #facebook #manipulation #mauvaise_foi #algorithme #like

    • Encore une bêtise du site Buzzfeed qui ne fait que dans le sensationnalisme et le buzz voici la lettre ouverte d’un citoyen américain accusé faussement par cet auteur d’être un raciste avec son nom trainé dans la boue par ce « journaliste » dans le pur style du lynchage publique : http://www.opnlttr.com/letter/open-letter-buzzfeeds-ryan-broderick
      Ce site qui se prétends expert en « débunkage de hoax » est aussi peu éthique dans ces façons de faire et relaie des informations salaces, sexistes, du genre Détective et on ne sera pas étonné des résultats de prétendues enquêtes ne donnant sur rien d’autre que la censure.

    • @Elihanah , il faut bien que les Journulistes disent de temps en temps une vérité, afin de se faire un peu de crédibilité, c’est ça le decodex.

      Exemple sur #youtube.
      Tu regardes quelques vidéos, par exemple celles d’Usul2000 .
      Au bout de 1/2 vidéos, souvent moins, que te propose youtube ?
      #Martine() #LePen , on est pas couché, trash, jesus rèvele la vérité, le rappeur dissident #zémour . . . . . .

      Pourtant, je ne me souviens pas d’avoir jamais regardé ce genre de vidéos.

      Curieux n’est il pas ?
      Même constat à propos de ces algorithmes mystérieux, qui, sur les portails de #Free, ou d’#Orange nous bombardent depuis des mois les photos de MLP et de macron.
      Ah oui, ils sont programmés pour nous faire découvrir des choses qui pourraient nous intéresser, qu’on nous dit.

      _ () J’habites prés de Lille, dans ma région on écrit #Martine() #LePen , #Marinne #Aubry. Probablement un effet du patois régional. _