• MASC’OFF, Rap et masculinité(s) | Épisode 0 - Postulats - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=l-J9Y-NULKU&feature=youtu.be

    [TIMING DES DIFFÉRENTS THÈMES ABORDÉS, CI-DESSOUS*]
    Podcast réalisé avec Wetu « Le Passant » Badibanga (artiste de spoken word), Kayitana « Kay Rubenz » Kagame (Dj, chroniqueur rap) et José « Geos » Tippenhauer (animateur radio, rappeur ), MASC’OFF est une discussion autour de la #masculinité dans le monde du #rap.

    Les protagonistes connaissent parfaitement ce milieu. Dans cet épisode pilote, ils partagent leurs expériences et posent les bases de l’échange, en rappelant qu’ils ne sont pas des donneurs de leçon et qu’ils veulent éviter toute stigmatisation ou récupération. La thématique ne pouvant être résumée en 45 minutes, ils proposent ici une série de questionnements plutôt que de réponses.

    ARTICLE À LIRE EN COMPLÉMENT : https://www.jetdencre.ch/le-rap-est-a...
    PODCAST EN VERSION AUDIO :
    https://soundcloud.com/jetdencre/masc...

    *TIMING DES THÈMES ABORDÉS :

    00:00 INTRODUCTION

    – PRÉSENTATIONS :
    1:05 On connaît et aime le Rap : auditeur, dj, rappeur, animateur radio, etc.
    09:36 Rap et Genre, un tabou ? Les médias spécialisés en parlent peu
    13:25 Épisode 0 : les bases, quelques questions, peu de réponses...
    13:43 Comment on en vient au Genre et à l’idée de ce podcast ?
    21:20 Masc’Off : bas les masques de la masculinité erronée

    – POSTULATS :
    23:59 Le Rap et ses codes
    25:14 Être un homme, so quoi ? (avec extrait d’Obama)
    28:13 Rap et Genre, entre c*uilles : pourquoi un boys club ?
    31:39 La masculinité entendue dans notre société comme non-féminité
    32:28 La place des alliés : des hommes qui parlent de sexisme
    33:08 Aucun leçon à donner
    33:41 Les rappeuses et le(ur) public : le manque de figures féminines, Lil’Kim, etc.
    35:14 Ne pas trahir la cause, éviter les récupérations et stigmatisations
    36:56 La société est sexiste
    37:45 Miroir grossissant : le Rap est à la société ce que le gonzo est au porno
    39:36 "C’est de l’art, le public a du recul"

    – PISTES DE RÉFLEXION :
    40:34 Familles monoparentales : quand le Rap remplace ton daron
    42:23 #MeToo dans le milieu du Rap ?
    43:03 Sapes serrées et cheveux longs : un progressisme en apparence
    44:31 Imaginaire de l’homme noir bestial et effets sur sa psychologie
    45:58 Interdictions d’être fragile, de pleurer, d’être tendre et sentimental (#NoHomo)

    46:43 OUTRO : actualités de chacun + Remerciements

  • Accusé de violences sexuelles, le label Burger Records ferme boutique – #Gonzaï
    http://gonzai.com/accuse-de-violences-sexuelles-le-label-burger-records-ferme-boutique

    Après la création d’un compte Instagram pour dénoncer des faits de violences sexuelles par des groupes et des employés du label, dont plusieurs sur mineures, Burger Records a décidé de mettre fin à l’aventure.

    Face à ces accusations, le 21 juillet, #Burger_Records publie un communiqué depuis supprimé pour s’excuser auprès de celles et ceux qui ont subi des traumatismes. Il regrette d’avoir « contribué à perpétuer la culture d’une #masculinité_toxique » et annonce des changements structurels majeurs. L’un des fondateurs quitte le navire (Lee Rickard) tandis que l’autre Sean Bohrman, réfléchit à comment s’en sortir : investir dans des programmes de prévention contre le harcèlement, renommer le label, ouvrir des cellules psychologiques ou encore rompre les liens avec la boutique de disque. Une femme, Jessa Zapor-Gray, est appelée à la rescousse pour trouver des solutions, mais au vu de la situation, celle-ci a préféré botter en touche : « J’ai informé Burger Records que je ne crois désormais plus être capable, dans le climat actuel, d’accomplir mes objectifs à la tête de Burger. C’est pourquoi j’ai décidé de me retirer complètement du label, afin de me concentrer sur mes autres projets », a-t-elle expliqué dans un communiqué repris par Les Inrocks.

    https://www.lesinrocks.com/2020/07/22/musique/musique/accuse-de-violences-sexuelles-le-label-burger-records-ferme-ses-portes
    https://pitchfork.com/news/burger-records-shuts-down-completely
    https://seenthis.net/messages/792804

    #violences_sexuelles #viol #musique #label

  • À propos de masculinité toxique - CHRISTOPH MAY : https://tradfem.wordpress.com/2020/06/22/christoph-may-jai-appris-que-je-devais-surmonter-mon-silence-emot

    Cultures de silence social et récits dominés par les hommes :
    Christoph May étudie la masculinité dans les films et les séries

    Entrevue menée par Samuela Nickel

    SM : Pendant la crise nous regardons plus des séries et de films que d’habitude. Est-ce un problème ?

    CM : Avec environ 90% des scénaristes masculins, c’est même le plus grand de tous les problèmes : Amazon, Netflix ou Disney – les histoires les plus puissantes sont toutes écrites par des hommes. J’examine comment ils mettent en scène la masculinité et comment ils se verbalisent (littéralement : [« se mettent dans la langue » ]. Mais je regarde aussi comment ils représentent la féminité ou s’imaginent l’émancipation des femmes.

    Une armure [« char » ] corporelle masculine apparaît dans beaucoup de ces histoires comme un tueur, un « killer », un hors-la-loi ou Superman, tandis que le silence émotionnel est fantasmé comme une créature intérieure : monstres, extraterrestres, bêtes sauvages. Il y a souvent une supériorité dans l’espace – étoiles de la mort, champs de bataille et caves de loisirs – et une supériorité dans le temps, c’est-à-dire des boucles de mort, des sauts dans le temps ou des fantasmes d’immortalité. Toutes des formes spécifiquement masculines de mise en scène.(...)"
    Traduit de l’allemand.
    #masculinité toxique #culture patriarcale #masculinisme

  • Questionnaire : es-tu un manarchist ? - IAATA
    https://iaata.info/Questionnaire-es-tu-un-manarchist-4292.html

    Ce questionnaire a été publié en 2001 sur un forum anarchiste états-unien [1] . Le présent article en est une traduction, certaines fois adaptée au contexte français. L’enjeu principal de ce quizz est de questionner les rapports hommes-femmes sous des aspects très pragmatiques et de mettre en avant des éléments concrets de réflexion et d’action.

    Ce texte s’adresse avant tout aux hommes cis, c’est-à-dire aux hommes qui ont été assignés au genre homme à la naissance, qui se sentent hommes dans leur vie, mais surtout qui sont vus et reconnus comme hommes par la société (et celles et ceux qui la composent) et qui disposent ainsi des privilèges propres à ce genre [2].

    Cette brochure cible en particulier les hommes cis qui évoluent dans des espaces militants anticapitalistes, syndicaux, anarchistes, antiautoritaires ou encore anarcho-punks, et qui semblent avoir oublié que la lutte contre le #patriarcat fait partie de la lutte anarchiste contre toutes les formes de domination (hé oui, y a pas que le capitalisme comme système d’oppression dans la vie). Le texte s’adresse aussi aux mecs de ces mêmes espaces, antisexistes ou (pro)féministes, qui parlent trop souvent à la place des femmes.

    Parfois, en tant qu’homme, on va se reconnaître dans les questions, se vexer et penser : « C’est n’imp’ ce texte », « Oui, je fais ça des fois, mais bon... je suis pas le pire, et je connais des femmes qui font aussi ce genre de trucs. » C’est sûr que quelques questions ne suffiront jamais à saisir la complexité des individu·es.

    Et si, pour une fois, il s’agissait juste de lire, de se questionner, de partager ces questionnements avec ses camarades, et d’essayer de comprendre ce qui se joue ? Peut-être qu’on trouvera alors enfin la réponse à cette question : « Mais pourquoi y a-t-il si peu de femmes qui s’investissent à long terme dans les milieux militants anticapitalistes, écolos, antinucléaires ou anarchistes ? » Parce que, franchement, des mouvements politiques révolutionnaires qui construisent le monde d’après entre hommes, en oubliant 50 % de l’humanité [3] ... ça ne fait vraiment pas sérieux !

    L’équipe de traduction

    @antonin1 @touti et les autres.

  • C’est quoi ton #genre ? | Daria Marx
    http://dariamarx.com/2019/06/30/cest-quoi-ton-genre

    Ça doit être génial d’être un homme cis.

    Ça doit être chouette de ne pas craindre qu’on force votre bouche avec des doigts pour y insérer un pénis quand vous attendez le bus. Imaginez le luxe de la tranquillité. Cela doit être formidable de ne pas craindre pour son intégrité physique lorsque le métro est bondé. Imaginez le calme. Cela doit être formidable de ne pas apprendre dès 10 ans à marcher au milieu de la route avec les clés de la maison comme arme de poing contre un éventuel violeur. Imaginez l’enfance. Ça doit être drôle ensuite de rire aux blagues sur le viol, sur la pédophilie. Ça doit être hilarant de faire flipper les nanas en les suivant la nuit. Ça doit être un sport galvanisant que de commenter les tenues des femmes à haute voix à la terrasse des cafés. Ça doit être plus simple de balayer d’un geste les témoignages de femmes qui hurlent, qui pleurent, qui se taisent. Ça ne peut pas exister, puisque ça ne leur arrive pas, et de toutes façons, c’est pas de leur faute.

    #masculinité_toxique #grossophobie

  • Russell Kane : The funny thing about bigorexia - BBC Ideas
    https://www.bbc.co.uk/ideas/videos/the-funny-thing-about-bigorexia/p06x6tt9?playlist=the-funny-thing-about

    Bigorexia - like anorexia - is a big problem. Never heard of it? Comedian Russell Kane injects a bit of humour as he sheds light on it.

    Une chronique #vidéo sur les #corps masculins, les nouveaux complexes et la #musculation.
    #masculinité

  • Suits: Articles of Interest - 99% Invisible
    https://99percentinvisible.org/episode/suits-articles-of-interest-10

    Menswear can seem boring. If you look at any award show, most of the men are dressed in black pants and black jackets. This uniform design can be traced back to American Revolution, classical statuary, and one particular bloke bopping around downtown London way back in the 1770s.

    #vêtement #mode #masculinité #dandy #costume #costard #Beau_Brummell

  • UV Lights Reveal Standing Urination Splashback | QS Supplies
    https://www.qssupplies.co.uk/splashback-study

    Sur les dégâts de la position debout pour faire #pipi : moins les éclaboussures sont grosses, plus elles se dispersent.

    When at home, 7 in 10 men said they usually pee standing rather than sitting.

    We simulated standing urination under UV light to observe the droplets and mist created, and in every simulation, we found that peeing while standing covers the toilet and surrounding area with splashback that usually remains unseen.

    Men who pee while standing most often aim at the rear wall of the toilet bowl (31% of men) and believe this surface minimises mess – but we found it creates more unseen splashback than any other aiming technique.

    The furthest distance a droplet flew during our tests was 36 inches – nearly 1 metre. One in 4 people we spoke to said their toothbrush was within this distance.

    Roughly 1 in 3 men and 1 in 5 women think it’s ‘unmanly’ if a man usually sits to pee.

    But faced with the reality of splashback their standing urination creates, one-quarter of men would consider sitting down more often in the future.

    #toilettes #hygiène #pisse-debout #masculinité

  • Les hommes n’ont pas d’amis et les femmes en portent le fardeau – Melanie Hamlett
    https://repeindre.info/2019/05/23/les-hommes-nont-pas-damis-et-les-femmes-en-portent-le-fardeau

    Contrairement aux femmes, qui sont encouragées à développer une profonde intimité platonique dès leur plus jeune âge, les hommes américains – avec leurs poitrines gonflées, leurs coups de poing et leurs étreintes maladroites – grandissent en croyant qu’ils doivent non seulement se comporter comme des robots stoïques devant les autres hommes, mais que les femmes sont les seules personnes auxquelles ils peuvent s’adresser pour un soutien moral – si jamais ils le peuvent. Et comme les relations modernes continuent d’exercer une pression sur « l’autre » pour être « la seule autre » (où les hommes choisissent leurs femmes et leurs petites amies pour être les meilleures amies, les amantes, les conseillères de carrière, les stylistes, les secrétaires sociales, les pom-pom girls émotionnelles, pour eux, leurs futurs enfants ou les deux – et éventuellement, les thérapeutes sur demande moins les 200 $/h), cette forme de gold digging (NdT : recherche de personne aisée pour se marier) émotionnel ne nuit pas seulement aux hommes, elle fatigue toute une génération de femmes.

    L’idée d’un “emotional gold digger” a été évoquée pour la première fois en 2016 par l’écrivaine Erin Rodgers avec un tweet qui continue d’être rediffusé sur les médias sociaux, autant par des femmes mariées à des hommes féministes autoproclamés qu’à des maris plus conservateurs. Elle a récemment gagné en popularité car les femmes, se sentant de plus en plus accablées par un travail émotionnel non rémunéré, ont pris conscience des conséquences de la masculinité toxique, qui maintient les hommes isolés et incapables de se soutenir les uns sur les autres. Toutes les femmes semblent se plaindre de la même chose : pendant qu’elles lisent d’innombrables livres de développement personnel, écoutent des podcasts, cherchent des conseillers en orientation professionnelle, se tournent vers des amies pour obtenir des conseils et du soutien, ou dépensent une petite fortune en thérapeutes pour traiter de vieilles blessures et des problèmes actuels, les hommes dans leur vie comptent simplement sur elles.

    C’est pour cette raison que l’artiste Lindsay Johnson se fait appeler en plaisantant « Beck and Call Girl ». Non seulement elle s’occupe de son mari et de ses enfants, mais elle vient d’emménager avec sa mère pour s’occuper d’elle aussi, car elle sait que ses frères ne le feront pas. Tous deux récemment divorcés, ses frères se tournent déjà vers elle (mais jamais l’un vers l’autre) pour subvenir aux besoins que leurs épouses comblaient précédemment.

    « Les hommes drainent la vie émotionnelle des femmes », dit cette femme de 41 ans, qui vit à Nashville, au Tennessee. « Je les aime, mais Seigneur, ils sont devenus le fléau de mon existence. » Johnson admet qu’elle favorise ses frères en disant oui tout le temps, en partie par culpabilité, mais aussi en partie parce qu’elle aime qu’on ait besoin d’elle – « pour se sentir importante », explique Johnson. « C’est un piège, ça finit par devenir trop et je finis par être épuisée et plein de ressentiment. »

  • Les hommes sont plus réticents à porter un masque, vu comme « un signe de faiblesse » - NEON
    https://www.neonmag.fr/les-hommes-sont-plus-reticents-a-porter-un-masque-vu-comme-un-signe-de-faibl

    Malgré des données qui montrent que les hommes sont davantage touchés par le virus, nombre d’entre eux restent persuadés d’avoir moins de risques d’être concernés. « Le fait que les hommes moins que les femmes aient l’intention de porter un masque peut s’expliquer en partie par le fait qu’ils pensent qu’ils ne seront relativement pas affectés par la maladie », observent les chercheurs.

    Le masque est « pas cool, honteux, signe de faiblesse »

    Comme le rapporte le New York Post, l’échantillon analysé est constitué de 2 459 micro-travailleurs d’Amazon Mechanical Turk, représentatif des populations des zones urbaines. Les scientifiques nuancent leur étude et reconnaissent une légère surreprésentation des hommes (51,5 % contre 48,1 % de femmes), des 25-64 ans, des personnes blanches et politiquement orientées à gauche.

    Selon l’étude, la gent masculine éprouverait plus de sentiments négatifs vis-à-vis du port du masque. « Les hommes plus que les femmes conviennent que porter un masque est honteux, pas cool, signe de faiblesse et de stigmatisation », concluent les chercheurs.

    Leurs résultats semblent aller dans le sens d’autres enquêtes. Un sondage Gallup réalisé mi-avril au États-Unis indique que 29 % des hommes déclaraient avoir « toujours » porté un masque en extérieur au cours des 7 derniers jours (contre 44 % des femmes). En 2003, lors de l’épidémie de SRAS deux chercheurs en psychologie de l’Université de Hong-Kong avaient déjà noté que les femmes portaient davantage le masque que les hommes, dans une étude auprès de 1 329 adultes.

    #masques #masculinité

    Lien avec https://seenthis.net/messages/853582

    Le sondage :
    https://news.gallup.com/poll/310400/new-april-guidelines-boost-perceived-efficacy-face-masks.aspx?mod=artic
    L’étude UK :
    https://psyarxiv.com/tg7vz
    L’étude HK :
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15539054

  • #Homothérapies, #conversion_forcée

    Électrochocs, lobotomies frontales, « thérapies » hormonales… : dans les années 1970, aux États-Unis, la #dépsychiatrisation de l’homosexualité met progressivement fin à ces pratiques médicales inhumaines, tout en donnant naissance à des mouvements religieux qui prétendent « guérir » ce qu’elles considèrent comme un péché, une déviance inacceptable. Depuis, les plus actives de ces associations – les évangéliques d’Exodus ou les catholiques de Courage – ont essaimé sur tous les continents, à travers une logique de franchises. Bénéficiant d’une confortable notoriété aux États-Unis ou dans l’ultracatholique Pologne, ces réseaux œuvrent en toute discrétion en France et en Allemagne. Mais si les méthodes diffèrent, l’objectif reste identique : convertir les personnes homosexuelles à l’hétérosexualité ou, à défaut, les pousser à la continence. Comme Deb, fille d’évangélistes de l’Arkansas ouvertement homophobes, Jean-Michel Dunand, aujourd’hui animateur d’une communauté œcuménique homosensible et transgenre, a subi de traumatisantes séances d’exorcisme. De son côté, la Polonaise Ewa a été ballottée de messes de guérison en consultations chez un sexologue adepte des décharges électriques. Rongés par la honte et la culpabilité, tous ont souffert de séquelles psychiques graves : haine de soi, alcoolisme, dépression, tentation du suicide…

    Étayée par le travail de deux jeunes journalistes, dont l’un s’est infiltré dans des mouvements français – des rencontres façon Alcooliques anonymes de Courage aux séminaires estivaux de Torrents de vie, avec transes collectives au menu –, cette enquête sur les « thérapies de conversion » donne la parole à des victimes de cinq pays. Leurs témoignages, à la fois rares et bouleversants, mettent en lumière les conséquences dévastatrices de pratiques qui s’apparentent à des dérives sectaires. « Nous avons affaire à une espèce de psychothérapie sauvage qui peut amener à la destruction de la personnalité », affirme ainsi Serge Blisko, ancien président de la #Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires). En mars 2018, le Parlement européen a voté une résolution appelant les États membres à interdire ces prétendues thérapies. Jusqu’à maintenant, seul Malte a légiféré sur le sujet.


    https://boutique.arte.tv/detail/homotherapies_conversion_forcee
    #film #film_documentaire #documentaire
    #homophobie #LGBT #thérapie #église #Eglise #douleur #souffrance #rejet #choix #déviance #guérison #sexualité #genre #Exodus #thérapies_de_conversion #fondamentalisme_chrétien #maladie #Eglise_catholique #Eglise_évangélique #catholicisme #Les_Béatitudes #douleur #confession #communion_Béthanie #lobotomie #déviance #éradication #foi #Alan_Chambers #Desert_Streams #Living_Waters #Richard_Cohen #Alfie's_home #Journey_into_manhood #virilité #Brothers_Road #courage #Wüstenstrom #Günter_Baum #Torrents_de_vie #Andrew_Comiskey #masculinité #communauté_de_l'Emmanuel #David_et_Jonathan #homosexualité_transitionnelle #homosexualité_structurelle #homosexualité_accoutumance #pornographie #méthode_aversive #médecine #Bible #pêché #Père_Marek_Dziewiecki #compassion #culpabilité #haine #culpabilité_douce #violence #mépris #continence #résistance_à_la_tentation #tentation #responsabilité #vulnérabilité #instrumentalisation #exorcisme #démon #Gero_Winkelmann #violence_familiale #manipulation #secte #dérive_sectaire #dépression #business #honte #peur #suicide #justice #Darlen_Bogle

  • Boys don’t cry ! - Presses universitaires de Rennes
    https://books.openedition.org/pur/67068
    (en accès libre)

    Boys don’t cry !
    Les coûts de la domination masculine
    Delphine Dulong, Erik Neveu et Christine Guionnet (dir.)

    « Les féministes en font trop ! » Les hommes seraient devenus sinon le sexe « faible », ou du moins stigmatisé. Les moindres performances scolaires des garçons viendraient d’une perte d’estime de soi du masculin. La plus discrète avance sexuelle serait recodée en harcèlement, le goût de la compétition en agressivité. Voici quelques aspects d’un discours de la plainte, de la hargne parfois, par lesquels des groupes d’hommes s’emploient à inverser la rhétorique féministe pour se poser en victimes, revendiquer des droits dont ils seraient privés.

    Le présent ouvrage se propose d’analyser ces discours, notamment en portant attention aux propos « masculinistes », tels qu’ils s’affirment par exemple dans certaines organisations de pères divorcés. Quels sont les arguments de ces groupes ? En quoi sont-ils symptômatiques des évolutions et des perceptions des rapports de genre ? Peut-on évaluer leur impact, qui varie entre Amérique du Nord et Europe ? Quels enjeux inséparablement politiques et scientifiques portent des notions comme « coûts de la masculinité » ou « rôles de sexe » ?

    Côté scientifique, l’enjeu est clair : il s’agit de poursuivre le travail de déconstruction de la domination masculine en montrant que celle-ci n’a rien de naturel. Elle suppose des investissements et implique des coûts, pour les femmes bien sûr, mais également pour les hommes, comme le montrent des contributions sur la santé au travail, sur les effets de l’association virilité-alcool, sur le double-jeu identitaire auxquels sont contraints certains gays affirmant « homosexuels, oui, mais virils avant tout » !

    Combinant prudence, rigueur et refus des tabous, ce livre revendique donc la vertu de l’insolence scientifique en posant la question des coûts des masculinités. Le radicalisme qui consiste à refuser de parler d’une thématique sous prétexte qu’elle a été inaugurée par des mouvements étymologiquement réactionnaires n’est en effet guère satisfaisant. Les sciences sociales doivent reconquérir ce terrain miné par les conflits socio-politiques et prendre au sérieux la question des coûts par une objectivation sociologique : qui veut lutter efficacement contre un processus de domination doit apprendre à mieux le connaître sous toutes ses facettes, sans questions tabous. Les textes rassemblés ici ont en commun le double souci de ne jamais oublier qu’une domination suppose des cibles – qui restent ici les femmes –, mais qu’elle ne s’exerce par ailleurs jamais sur le mode passif de la rente, d’un solde où les profits ne supposeraient ni investissement, ni contrepartie. Outre de nombreuses études de terrain inédites, l’ouvrage propose trois traductions de textes anglophones classiques et novateurs, jusque-là indisponibles aux lecteurs francophones.

    « Les garçons, ça ne pleure pas ! », mais sauver la face n’est pas toujours indolore pour autant…

    En accès libre (téléchargement epub/pdf) comme tous les bouquins des Presses Universitaires de Rennes/PUR.

    Pendant la période de confinement liée à la pandémie de coronavirus, les PUR élargissent l’accès à l’ensemble de leurs publications sur Open Edition Books.

    https://books.openedition.org/pur

    Pendant la période de confinement, les PUR élargissent l’accès à l’ensemble de leurs publications sur Open Edition Books, soit 473 ouvrages accessibles en pdf ou en version électronique.
    → Jusqu’à la fin du confinement

    (Connu via l’info sur la BPI : https://seenthis.net/messages/835946#message838092 / Merci @cdb_77 pour les infos.)
    @sinehebdo

  • Camera man: race, class, and British masculinity | Essay | Architectural Review

    https://www.architectural-review.com/essays/reviews/camera-man-race-class-and-british-masculinity/10046627.article

    https://www.architectural-review.com/pictures/2000x2000fit/0/9/4/3179094_imranperrettathedestructorsfilmstillarchitecturalrevie

    A man of colour working as a servant stands poised in a corridor lined with statues, a silver serving platter in hand. These are private spaces of power, and seemingly filled with conversations about how to hold on to that power, albeit rendered deliberately absurd and satirical by the verse printed beneath: ‘Men are interested / in Power. / Women are interested / in Service’. Taken during both the early years of prime minister Margaret Thatcher’s tenure (1979-90) and the Falklands War (1982), the black and white portraits in Karen Knorr’s photobook Gentlemen (1983) document the Georgian homes of London’s upper class in Belgravia, transcribing overheard comments and snatches of conversation into mock Romantic poetry which is presented alongside the images in the book.

    #masculinité #architecture #pouvoir

  • Violences sexuelles : la bataille juridique de plusieurs hommes contre un policier haut gradé
    https://www.mediapart.fr/journal/france/020320/violences-sexuelles-la-bataille-juridique-de-plusieurs-hommes-contre-un-po


    Quatre hommes ont accusé un commandant divisionnaire de la Vienne de les avoir agressés sexuellement entre 2006 et 2011. Malgré un non-lieu rendu l’an dernier, ils espèrent obtenir un procès. L’audience d’appel est prévue le 3 mars.

    Ensemble, ils dénoncent un déni de justice. Dix ans après la première plainte de l’un d’entre eux, trois hommes attendent fébrilement l’appel du non-lieu dont a bénéficié celui qu’ils accusent d’attouchements, et qui n’a même jamais été mis en examen. L’audience est prévue le 3 mars devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Poitiers (Vienne).

    En attendant, ils questionnent la procédure, les choix des juges, et le rôle joué par le métier du mis en cause qui nie tout comportement répréhensible, ce que la justice a en l’état reconnu. Jean-Christophe M., 55 ans, est commandant divisionnaire, chef d’état-major, et donc très haut placé dans la hiérarchie policière du département où il exerce, la Vienne.

    Les parties civiles – deux frères Maxime et Julien Q., et deux autres hommes, Daniel M. et un quatrième qui a renoncé à faire appel « ayant perdu tout espoir en la justice » – ont en commun d’avoir eu Jean-Christophe M. comme chef scout au cours de leur adolescence. Ils le considéraient comme un ami de confiance, un « modèle », avant les faits – que ce dernier conteste – qui se seraient produits entre 2006 et 2011, alors qu’ils étaient devenus adultes.

    L’ordonnance de non-lieu, consultée par Mediapart, a fait droit à l’argumentation du policier relative au « caractère involontaire des attouchements rapportés par les plaignants », dans trois cas sur quatre. Pour le dernier cas, celui de Maxime Q., il dément avoir jamais dormi avec lui.

    Maxime Q., 34 ans, accuse Jean-Christophe M., âgé de 21 ans de plus que lui, qu’il considérait comme un « grand frère », selon les termes de son audition, de lui avoir, lors d’une soirée en région parisienne en 2006, pris son « sexe sans brutalité pour le masturber » alors qu’ils partageaient le même lit.

    « Nous sommes choqués de constater que la justice n’est pas la même pour tous les citoyens », affirme Maxime Q. Il est convaincu que le métier de policier du mis en cause et son grade peuvent avoir une influence sur les débats. « Nous ne souhaitons qu’une seule chose depuis le début : un procès équitable, indique-t-il à Mediapart. Malheureusement, la justice ne semble pas décidée. »

    En larmes, la sœur de Daniel M. précise à Mediapart : « C’est dix ans de souffrance pour ne même pas avoir un procès. Ce sentiment d’injustice rajoute de la peine à la peine. Daniel a eu le courage de parler et rien ne se passe. Cette descente aux enfers a changé nos vies. »

    #police #violence_sexuelle #masculinité #acab #justice

  • Comment les masculinités s’incarnent à l’écran ? De « Drive » à « Crazy Love », retour sur la carrière de l’acteur Ryan Gosling sous le prisme du genre
    #genre #masculinité #cinéma

    https://sms.hypotheses.org/23595

    Qui n’a pas entendu parler de la performance de Ryan Gosling dans Drive ? Ou dans La La Land ? Encensés par la critique, ces films donnent à l’acteur une stature et l’identifient auprès du public. On pourrait donc penser que le succès de ce type de personnage cantonne l’acteur à les répéter indéfiniment. Pourtant, sa filmographie montre que Ryan Gosling, pas plus que d’autres, n’hésite pas à casser son image pour incarner une pluralité de rôles.

    Au cours de leur carrière, les acteurs et actrices incarnent donc différents personnages, qui peuvent tout aussi bien correspondre à une norme sociale qu’à son opposé. Concilier ces images permet de séduire des publics différents. C’est donc en diversifiant ses rôles qu’une actrice ou un acteur peut accéder au rang de star et y rester (...)

  • Bandes de potes
    http://www.laviedesidees.fr/Benoit-Coquard-Ceux-qui-restent-Faire-vie-campagnes-declin.html

    À propos de : Benoît Coquard, Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin, La Découverte. Études courtes, accès précoce à l’emploi et au couple, goût du travail manuel, démonstrations de virilité, tels sont les traits caractéristiques des relations qui unissent les jeunes hommes des régions rurales, qu’étudie l’enquête de B. Coquart.

    #Société #pauvreté #lien_social #culture_populaire #masculinité
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200205_masclet.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200205_masclet.docx

  • Ces femmes qui ont épousé des homosexuels sans le savoir
    https://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20160512.OBS0360/ces-femmes-qui-ont-epouse-des-homosexuels-sans-le-savoir.html

    La punition la plus spectaculaire est sans conteste celle d’Isabelle de France, qui lève une armée contre Edouard II, le fait exécuter par insertion « dans l’anus [d’] une barre de fer rougie au feu », et fait émasculer, éventrer puis décapiter (lentement, au couteau) son amant.

    Femmes d’homosexuels célèbres
    par Michel Larivière
    La Musardine, 142 p., 18 euros.

    1er juin 2016

    #Goethe #Aragon #Gide #Jules_Verne #Pierre_Loti #Byron #Wilde

    #1979

    • L’homosexualité telle qu’on la connaît aujourd’hui dans le monde occidental a longtemps été réduite à des pratiques sexuelles se rajoutant à une vie conjugale normale, véritable devoir social qui avant les prétentions à l’amour romantique étaient largement accepté.

    • Je crois que découvrir son mari homosexuel (ou plutôt ayant des pratiques homosexuelles), c’était comme découvrir qu’il était coureur. Pas très agréable pour l’ego mais à une période d’acceptation du viol conjugal, ça avait des avantages. Je me demande comment les Roosevelt se sont mariés, s’il savait qu’elle était lesbienne et si elle savait qu’il était coureur. C’est un bon marché !

      Les mariages arrangés ne sont pas des mariages forcés, Strömquist en parle bien dans les Sentiments du prince Charles : on déconnectait de l’amour romantique de la vie quotidienne et de la filiation alors qu’aujourd’hui comme dit @monolecte on en attend tout de manière irréaliste. Je réserve l’expression de mariage forcés aux mariages arrangés qui sont refusés par les filles, quand elles ont d’autres aspirations (comme vivre au quotidien l’amour romantique) et valeurs (individualistes) que celles de leurs parents.

      Jules Verne était aussi anorexique ou boulimique (j’ai oublié mes cours de littérature et mon séjour amiénois) et pas très hétéro.

    • Verlaine devient de plus en plus irritable. Il insulte Mathilde, la bat, l’étrangle et jette un soir son bébé de trois mois contre le mur.

      Larivière rappelle que, dans l’antiquité, l’amour, le sexe et le mariage étaient trois idées distinctes. Les hommes fréquentaient les bordels pour assouvir leur désir, aimaient parfois platoniquement, et ne voyaient bien souvent le foyer que comme une structure de procréation. Les mariages chrétiens, puis bourgeois, puis d’amour auront progressivement amalgamé cette trinité. Mais la présence du désir homosexuel ramène cette désunion antique dans l’union moderne.

      L’auteur ne fait aucune différence entre le XIXe et aujourd’hui alors que l’individualisme et l’épanouissement personnel, la place de l’amour ont beaucoup changé en cent ou cent cinquante ans.

    • mon prof de cinéma au bx arts était très critique de #Varda, qu’elle aurait phagocité le #Demy toussa toussa... Bon, j’adore Demy, varda moins, et je n’ai aucune idée de leur deal et de comment ils l’ont vécu... Je suis quand même sûr que d’être au placard, pour l’un comme pour l’autre (quoique je ne sais même pas si varda était lesbienne), bin, pas glop j’imagine.

    • Je répondais sur

      quoique je ne sais même pas si varda était lesbienne

      Sur Varda qui phagocyté Demy, je n’ai pas trop entendu ça mais Varda a fait un gros gros gros travail de mise en valeur du travail de Jacques Demy, je ne sais pas si son œuvre serait reconnue comme ça sans la diffusion/distribution de ses films qu’elle a assurée avec Ciné Tamaris, sans Les Demoiselles ont eu 20 ans ni Jacquot de Nantes ! (Un jour j’ai visité le cimetière du Montparnasse quelques jours après les 80 ans qu’il aurait eu et sa tombe était décorée, c’était un genre de culte modeste assez émouvant.)

      Je pense que beaucoup d’hommes gagneraient à être « phagocytés » comme ça et que cette attaque est en effet super misogyne. D’autant que Varda n’a pas « surfé » sur sa mémoire comme si elle n’avait rien à dire, elle l’a prouvé en ayant une œuvre très autonome, très différente de celle de Demy (documentaire pour elle, comédie musicale pour lui) sans jamais utiliser son registre à lui... C’est un peu hallucinant, comme attaque.

    • oui, c’est ce que je pressentais... je ne sais plus pourquoi il disait ça, c’était un très bon cours de cinoch quand tu as vingt ans, mais un des prof c’était bernard marcadé et lui laisse tomber le boulet... Bref, Demy et Varda, la classe quoi.

    • Dans Bitch Magazine j’avais lu pas mal d’article sur le genre des gamers, cette impression d’un milieu masculin où en fait il y a beaucoup de femmes, cachées sous pseudo masculin ou qui la jouent discrète à cause de la violence de genre des échanges...

      Carolyn Petit Is at the Forefront of Feminist Video Game Criticism | Bitch Media
      https://www.bitchmedia.org/article/carolyn-petit-bitch-50-interview
      https://www.bitchmedia.org/sites/default/files/styles/facebook_ratio/public/open-graph/Carolyn+Petit%20in%20Queer%20Tropes%20vs.%20Video%20Games%20social%20ima

      A decade ago, video-game criticism was bleak. The gaming industry seemed to be the virtual final frontier where straight, white, cis dudes could roam free without ever having to consider the implications of the content they consumed. While every other form of media, from literature to film to music, was ripe for feminist analysis, the men treated as the intended audience of most video games had no interest in critically thinking about topics like queer representation, violence against women, or the male gaze.

      Enter Feminist Frequency’s Tropes vs. Women in Video Games. In 2013, the Kickstarter-funded YouTube series analyzing the representation of women in games became an immediate success; the crowdfunding campaign raised more than $150,000 and garnered millions of views. Unfortunately, Tropes vs. Women received its fair share of backlash. To say that Gamergate—an online harassment campaign targeting women in the gaming industry—was an utter shit show would be a massive understatement. As it turned out, hordes of angry, faceless men were supremely invested in shielding their beloved games from social critique.

      Thankfully, video-game criticism and the content of the games themselves has come a long way.

      #jeux_vidéo #masculinité

  • It’s not about ’toxic masculinity’ or ’healthy masculinity,’ it’s about masculinity under patriarchy
    https://www.feministcurrent.com/2019/12/05/its-not-about-toxic-masculinity-or-healthy-masculinity-its-about-ma

    “Toxic masculinity” focuses our attention on the worst behaviors, and certainly those forms of abuse must stop. But our chances of success increase if we can talk honestly about the “normal” training in masculinity that men get in patriarchy: Be competitive, pursue conquest, don’t back down from confrontation, and always be in control of oneself and others.

    That training produces not only rape and harassment, but plenty of callous and abusive behaviors that are routine in business, sports, the military, and everyday life.

    How to change that understanding of masculinity?

    #masculinité #patriarcat

  • Le Mans : un médecin mis en examen pour agressions sexuelles sur des policières
    Six policières ont porté plainte contre lui après des attouchements. Le médecin est suspendu jusqu’à nouvel ordre.
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/le-mans-un-medecin-mis-en-examen-pour-agressions-sexuelles-sur-des-polici

    Un médecin du Mans a été mis en examen ce jeudi pour « agressions sexuelles aggravées » et suspendu jusqu’à nouvel ordre, rapporte France Bleu Maine. Des décisions qui font suite aux plaintes de six policières qui auraient été ses victimes.

    Ce médecin était chargé des consultations médicales des fonctionnaires de police après leurs arrêts maladie ou blessures sur le terrain. C’est lors de ces consultations qu’il aurait eu des « gestes déplacés » et des « mains baladeuses », selon l’avocat des plaignantes. Certaines accusations sont récentes, d’autres remontent à plusieurs années.
    Le médecin travaillait pour la police depuis plusieurs années

    Selon France Bleu, dix femmes ont été entendues par les enquêteurs dans cette affaire. Six ont finalement décidé de porter plainte. Selon leur avocat, elle l’ont fait dans l’espoir « que cessent les agissements de ce praticien » qui travaillait pour la police depuis plusieurs années.

    Les enquêteurs estiment disposer d’indices « graves et concordants », justifiant la mise en examen du médecin et son placement sous contrôle judiciaire. Il fera l’objet d’une expertise psychiatrique et psychologique d’ici environ un an. D’ici là, il n’a pas le droit d’exercer la médecine jusqu’à nouvel ordre.

    En Moselle, le médecin-chef de la police pour le Grand Est avait fait l’objet d’accusations similaires en 2018. Neuf jeunes élèves policiers, sept femmes et deux hommes, avaient déposé plainte contre lui. Jugé pour des gestes déplacés et des agressions sexuelles commises durant les examens qu’il faisait passer à des fonctionnaires de police, il a été condamné à un an avec sursis et à une interdiction définitive d’exercer en juin dernier.

    –-
    En voila encore un qui a pu faire des victimes par dizaines. Ne pas confondre le medecin agresseur de flics du Mans avec celui de la Moselle qui a été condamné à du sursis pour des douzaines d’agressions sexuelles.
    La manière dont l’avocat des victimes qualifie les faits est inquiétante, son vocabulaire est celui de la #culture_du_viol et non du droit :

    C’est lors de ces consultations qu’il aurait eu des « gestes déplacés » et des « mains baladeuses », selon l’avocat des plaignantes.

    #violences_sexuelles #multirécidiviste #industrie_du_viol #masculinité

  • Panthère Première » L’horizon sans les hommes

    Et si la lutte contre les inégalités entre hommes et femmes passait non pas par une redistribution des ressources, mais par une remise en question directe des fondements socio-culturels de la masculinité et de la féminité ?

    par #Mélusine

    "Je ne crois pas en l’égalité entre les hommes et les femmes. Dans le discours autorisé, la revendication d’égalité tient aujourd’hui lieu d’abrégé consensuel des luttes féministes, devenue à la fois l’objectif institutionnel des politiques publiques et le slogan résumant — et limitant — les exigences émancipatrices des femmes. Elle a cela de confortable qu’elle paraît seulement exiger la réalisation effective d’un principe politique et philosophique dont la légitimité est depuis longtemps reconnue, inscrite aux frontons des codes et des bâtiments. Toute la radicalité potentielle d’une telle exigence, jamais nulle part réalisée, s’éteint pourtant dans ce vocable figé. Que voudraient donc les femmes ? L’égalité avec les hommes : rien de trop, rien de plus qu’avoir ce qu’ils ont, rien de plus que faire ce qu’ils font. Cette revendication n’est pas seulement timide, elle n’a aucun sens : elle contient une impossibilité logique qui se révèle lorsqu’on se demande sérieusement ce que recouvre chacune des deux catégories qu’on prétend faire s’équivaloir, celle des hommes et celle des femmes. En effet, toute l’énergie performative du monde ne permettrait pas d’inscrire un signe égal entre des valeurs intrinsèquement dissemblables. L’égalité hommes-femmes est une contradiction, un oxymore qui n’a aucun espoir de réalisation : parce qu’il ne peut exister ce qu’on appelle aujourd’hui « des hommes », et qu’ils soient les égaux de celles qu’on appelle « des femmes »."

    https://pantherepremiere.org/texte/lhorizon-sans-les-hommes

    #féminisme #inégalités #masculinité #genre

    • Marc, effaré : alors à travail égal salaire égal on devrait s’en foutre ? Allez racontez çà à la caissière du supermarché à temps partiel qui se tape 4 heures de RER tous les jours pour venir vous servir à Paname et élever toute seule ses deux gosses au fond du 93 !

    • À propos de la notion de privilège, au moment où elle sert de support à des actes de contrition publique aux USA suite au meurtre de George Floyd par la police.

      Partager ou abolir, il faut choisir

      Cet horizon trompeur nous amène à croire que c’est par le partage qu’on pourra parvenir à cette égalité fantasmée. Partage de leurs privilèges et partage de nos fardeaux, grande redistribution générale entre hommes et femmes où, chacun·e faisant et recevant autant que l’autre, tou·tes pourraient vivre enfin en bonne intelligence. Cette idée paraît sensée lorsqu’on énumère les choses en quantité limitée qu’ils possèdent en surnombre parce qu’à nos dépens : salaires et patrimoine3, opportunités d’emploi et postes à responsabilité4, exposition médiatique et mandats publics5, mais également temps de loisir et liberté d’esprit6.

      S’il est possible de vouloir partager avec eux ces avantages, il est moins évident d’imaginer partager nos servitudes. L’exemple du travail domestique est éclairant. Christine Delphy, théoricienne de l’exploitation économique des femmes, définit le travail domestique comme un travail réalisé pour autrui (et surtout, pour son conjoint) de manière gratuite : peut-on dès lors souhaiter son partage ? Souhaiter mieux partager le joug pour amoindrir son poids ? Delphy propose une solution plus radicale : elle refuse de considérer les tâches ménagères comme le lot commun du couple qu’il s’agirait de partager plus ou moins équitablement entre les partenaires. Elle propose au contraire de rétablir l’autonomie de ces dernier·es afin que, chacun·e prenant en charge ses besoins, aucun·e ne travaille plus pour l’autre. Dès lors, le partage dans le couple n’a de sens que pour l’entretien nécessaire des éventuels enfantset des personnes dépendantes : il ne concerne jamais le couple cohabitant sans personne à charge. Du travail domestique (pour, ou plutôt à la place d’autrui), elle dit : « ce n’est pas son partage que l’on doit viser, mais son abolition7 », et de ces mots on pourrait plus largement s’inspirer : non pas tenter de répartir les poids et les gains inhérents au système patriarcal, mais s’attaquer à la balance.

      Or, que l’on parle de genre, de classe ou de race, on envisage aujourd’hui principalement le rapport de domination comme une répartition inégale de biens, de capitaux, de statuts, de dispositions — des ressources donc, que chacun·e posséderait à parts inégales et qu’il serait possible de distribuer autrement. À ces ressources, nous avons donné un nom, devenu commun dans le langage militant, celui de « privilèges ». Il permet de désigner l’ensemble des bénéfices dont les membres du groupe dominant sont susceptibles de profiter : gagner plus d’argent, ne pas se faire agresser, avoir confiance en soi, être considéré·e comme un·e individu·e, obtenir du respect ou un emploi, jouir de droits fondamentaux, etc. — autrement dit, « un paquet invisible d’avantages immérités8 », dont l’expérience est quotidienne et bien souvent inconsciente. C’est un terme utile, en ce qu’il étend le champ du dicible, incluant des bénéfices de toute nature et traquant la domination jusque dans les espaces les plus intimes. Il a, par ailleurs, une force évocatoire certaine : les privilèges sont toujours injustes, et c’est bien pour ça qu’on les abolit. Enfin, cette notion permet une approche parallèle du fonctionnement des systèmes de domination : il y a des privilèges masculins, des privilèges blancs, des privilèges hétérosexuels, etc., détenus par des groupes dominants, aux dépens de groupes dominés.

       

      Être et avoir

      Pourtant, la notion de privilèges porte les mêmes obstacles que celle d’égalité hommes-femmes : toutes deux reposent sur l’idée qu’il y aurait des ressources (matérielles, symboliques, affectives, etc.) qui pourraient être mieux réparties. Autrement dit, qu’il pourrait exister, hors du rapport de domination dans lequel ils sont pris, un groupe « hommes » et un groupe « femmes » (des « blanc·hes » et des « racisé·es », des « bourgeois·es » et des « prolétaires », etc.), qui auraient pu — et pourraient donc — vivre en égaux, mais qu’un processus socio-historique contingent et malheureux aurait rendus inégaux. Parler de privilèges implique de penser le sujet — dominant ou dominé — comme précédant l’exercice de la domination, de supposer l’existence d’un être masculin préexistant à la minoration des femmes9 : qu’il y ait donc eu des hommes et, indépendamment, qu’ils aient eu des privilèges. Peut-être la naturalisation des différences entre les sexes est-elle si résistante qu’elle empêche de saisir immédiatement la difficulté. Elle apparaît plus claire, transposée au système raciste : l’idée que les privilèges seraient simplement détenus, et non incarnés, laisse entendre que le groupe blanc et les groupes racisés auraient une existence autonome, qu’ils ne seraient pas seulement le produit de processus d’altérisation et de racisation, mais leur préexisteraient et pourraient continuer à exister indépendamment d’eux, indépendamment du racisme. Que le sujet dominé ne serait finalement pas le produit d’un processus de domination (de classe, de race, de genre), mais qu’il aurait une essence particulière, en dehors de l’histoire de sa minoration et de son exploitation.

      Parler des choses qu’on a, et non des choses qu’on est, empêche donc de remettre en question l’existence même des catégories. Pourtant, comment pourrait-on imaginer l’existence d’hommes sans privilèges ? Comment pourrait-il y avoir des hommes sans que n’existent la virilité, la paternité, la valorisation de la puissance et de la force, la violence physique, l’hétérosexualité et le foyer ? Qu’est-ce qui ferait la spécificité des hommes s’ils n’étaient pas censés être plus forts, plus grands, plus intelligents, plus indépendants, plus inventifs, plus égoïstes, moins tendres, moins coquets, moins bons cuisiniers, plus employables, plus responsables, mieux payés, plus aptes au commandement et au combat que les femmes ? En réalité, il ne reste rien de la masculinité, une fois évacué ce qu’elle nous enlève et nous prend, ce dont elle nous exclut et à quoi elle nous force. Par masculinité, j’entends non pas la « nature masculine » — ce que seraient les hommes par nature et de tout temps —, non pas la « virilité » — l’expression dominatrice et violente de ce que devrait être un homme —, mais bien l’ensemble des principes, valeurs, pratiques, représentations, manières d’être, de penser, de bouger et de faire, associées aux hom­mes. Cette masculinité a évidemment des expressions plurielles, elle est toujours médiée par les autres dimensions de la position sociale des individus. Toutes les manières d’être homme ne se valent pas, mais même celles qui font l’objet d’une sanction sociale participent à l’asymétrie du système patriarcal en ce qu’elles tracent la ligne de ce qui devrait être à eux et ne pourrait vraiment être à nous. Ceux qui ne sont pas de « vrais hommes » jouent en quelque sorte le rôle de frontière vivante de leur classe : parce qu’ils sont punis d’adopter des pratiques jugées inadaptées à leur sexe, ils ne sont pas hors des grilles du genre mais participent, à corps défendant, à sa structuration.

      En finir avec la masculinité, ce n’est pas refuser aux femmes de s’approprier des traits jugés masculins, mais au contraire brûler les étiquettes. C’est pourquoi on ne pourrait se contenter d’une simple réforme : les hommes peuvent bien développer leur sensibilité, mais tant que cette disposition sera « féminine », elle n’aura pas de valeur. Elle sera à la fois le signe et la justification d’une minoration des femmes qui en font preuve et sont bien comme on dit qu’elles sont, des femmes qui n’en font pas preuve et à qui il manque quelque chose, des hommes qui en font preuve et qui, se féminisant, avilissent un peu leur classe. Si les comportements de genre alternatifs ou subversifs sont une pratique politique émancipatrice et l’une des voies vers la destruction des groupes de sexe, c’est bien celle-ci qui doit servir d’horizon : la fin du système cohérent du genre qui, en classant des attributs, classe les individus.

      En réaffirmant une approche fondamentalement constructiviste du genre10, on s’oblige donc à réévaluer à la hausse les objectifs de la lutte féministe. Comme il n’est plus question de ressources — qu’il serait possible de distribuer équitablement entre des groupes —, mais bien de l’existence de groupes dont la spécificité même repose sur leur accès inégal aux ressources, c’est aux catégories qu’il faut s’en prendre et au principe qui les produit. De la même manière qu’on ne pourrait songer à former le projet politique d’une « égalité bourgeois·es-prolétaires », de même, racisée, je ne peux pas souhaiter être l’égale des blanc·hes : je veux que soit détruit le principe de distinction qui nous sépare et me minore. Je veux que les catégories raciales perdent tout sens et toute réalité, qu’elles ne disent plus rien des individu·es qu’elles prétendent contenir, définir et enfermer : ni de ce qu’elles sont ou de ce qu’ils devraient être, ni de leurs conditions matérielles d’existence, ni de leurs expériences sociales et intimes. Féministe, que pourrais-je donc souhaiter d’autre qu’un horizon sans hommes ? Car tant qu’il y aura des hommes, il y aura des femmes : des mortes, des exploitées, des humiliées.

       

      L’impossible déconstruction personnelle

      L’autre écueil de la notion de privilège réside dans les pratiques militantes qu’elle encourage. Prendre conscience que l’on appartient à un groupe dominant, c’est-à-dire que l’on aurait des privilèges, est aujourd’hui souvent considéré comme un jalon nécessaire à la démarche militante, en particulier féministe et antiraciste. Le propre de ces privilèges étant qu’ils sont pour la plupart inconscients — avantages ignorés dont jouissent les gens normaux et qu’ils et elles n’imaginent même pas usurper à d’autres —, les mettre en lumière permet en effet de dénaturaliser la position de neutralité propre au groupe dominant, en comprenant que, pour que certain·es soient discriminé·es, il en faut d’autres qui en tirent avantage.

      Mais après ce premier pas, on est souvent tenté d’en faire un second : affliction face à une position imméritée, volonté de rendre des privilèges indus et conviction qu’il est possible, à force d’efforts, de déconstruire son appartenance au groupe dominant11. Or, nous l’avons vu, la domination n’est pas affaire de privilèges dont on pourrait se séparer, mais d’une position de pouvoir qu’on incarne dans son être et jusque dans sa chair. On ne peut cesser d’en être, même avec toute la bonne volonté du monde. Dominant, on est aussi coincé que le sont les dominées : comme on ne peut s’enfuir d’être une femme — c’est-à-dire d’être assignée à un rôle et réduite à des conditions d’existence matérielles spécifiques, desquelles on ne peut que se débattre12 —, on n’abandonne pas ses privilèges d’homme en prétendant demeurer homme. Ces derniers relèvent en effet bien peu de la volonté individuelle, en ce qu’ils déterminent notre position sociale, l’ensemble des interactions quotidiennes, des trajectoires et des capitaux auxquels on peut prétendre et des dispositions qui sont les nôtres. Et il n’existe aucune île sanctuaire dans l’océan patriarcal, ni celle du couple, ni celle du for intérieur, jamais imperméable au monde social et façonnée jusque dans ses replis les plus intimes par l’assignation du genre. Indignation, honte et dégoût ne pourraient rien y faire : la poursuite d’une rédemption morale personnelle est vouée à l’échec. J’oserais même dire qu’elle témoigne d’une préoccupation nombriliste — un nouveau privilège, peut-être, à inscrire à la liste.

       

      Pour une théorie du genre et de son abolition

      Hommes et femmes — et quand je dis « hommes », quand je dis « femmes », je parle de tout ce que charrient ces mots, des robes à rubans jusqu’au chef de famille, de l’instinct maternel à l’odeur du musc — ne sont pas des catégories innées et nécessaires. Mais elles n’ont rien, non plus, de catégories fictives, qu’une simple volonté personnelle suffirait à dissiper. Masculinité et féminité ne sont que des constructions, mais leur réalité sociale est puissante et tenace : « Cela n’existe pas. Cela pourtant produit des morts13 ». Dépasser l’objectif insensé d’une possible égalité entre hommes et femmes, c’est donc prendre au sérieux la réalité matérielle du genre, définitivement et violemment binaire, c’est prendre toute la mesure de l’emprise qu’il exerce sur les individu·es qu’il distingue et hiérarchise. C’est comprendre qu’il n’est pas un principe distributeur de ressources et de privilèges, mais un principe producteur de distinction d’êtres. Et c’est pour cela que le féminisme ne peut se réduire ni à une politique publique d’égalité, ni à une démarche personnelle de déconstruction, puisqu’il s’agit bien de collectivement transformer les modes d’existence.

      On voit mal dès lors comment concevoir la fin du patriarcat sans la disparition des hommes — et donc celle des femmes. L’ambition paraît folle, elle consiste en la destruction systématique de l’ensemble des distinctions sociales qui font le genre. Celles des inégalités matérielles de droit et de ressources, qui font les femmes mineures et dépendantes. Celles des rôles assignés et obligés ; des dispositions de corps, qui enferment les femmes et les font petites ; et d’esprit, qui les font pratiques et conciliantes. Celles du rapport au pouvoir, à la violence, à l’autre et à son intégrité, qui fait les mortes, les battues et les violées, les tueurs, les cogneurs et les violeurs. Celles des images, des mots, des évidences, de toutes les choses qui font les hommes hommes et les femmes autres. Le féminisme ne pourrait se contenter de slogans consensuels ; ce n’est pas dans le consensus qu’on met à bas des civilisations. Car c’est bien après l’éducation, les arts, le marché, le langage, les institutions politiques et sociales, la famille, le droit, l’amour et la vie quotidienne que nous en avons. ✺

      #privilège

  • Reportage à #Milipol, le #salon mondial de la #sécurité_intérieure

    Qu’est-ce que Milipol ? Le salon mondial de la #sûreté et de la sécurité intérieure des États qui se déroule chaque année à #Paris depuis 1984. Tous les professionnels de la sécurité s’y retrouvent pour vendre leurs innovations et savoir faire au monde entiers (plus de 30000 visiteurs de 156 pays différents).
    Nous vous proposons ici une visite guidée à la fois drôle et effrayante.

    https://lundi.am/Reportage-a-Milipol-le-salon-mondial-de-la-securite-interieure
    #armes #technologie

    ping @karine4 @cede

  • Un an après, les mamans des lycéens de Mantes-la-Jolie à genoux à leur tour (Le Huffington Post)
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/mamans-lyceens-de-mantes-la-jolie-a-genoux_fr_5ded2bf4e4b00563b852e42

    Une marche des mamans a eu lieu ce dimanche pour dénoncer les violences policières subies il y a un an par près de 150 lycéens à Mantes-la-Jolie. Ils avaient été mis à genoux face à un mur par la police.

    #éducation #répression