• Porter un masque est capital ; porter un masque est bien plus important que le fait de garder une distance de 3 mètres avec son interlocuteur

    An upper bound on one-to-one exposure to infectious human respiratory particles | PNAS
    https://www.pnas.org/content/118/49/e2110117118

    Significance

    Wearing face masks and maintaining social distance are familiar to many people around the world during the ongoing #SARS-CoV-2 pandemic. Evidence suggests that these are effective ways to reduce the risk of SARS-CoV-2 infection. However, it is not clear how exactly the risk of infection is affected by wearing a mask during close personal encounters or by social distancing without a mask. Our results show that face masks significantly reduce the risk of SARS-CoV-2 infection compared to social distancing. We find a very low risk of infection when everyone wears a face mask, even if it doesn’t fit perfectly on the face .

    We find, for a typical SARS-CoV-2 viral load and infectious dose, that social distancing alone, even at 3.0 m between two speaking individuals, leads to an upper bound of 90% for risk of infection after a few minutes. If only the susceptible wears a face mask with infectious speaking at a distance of 1.5 m, the upper bound drops very significantly; that is, with a surgical mask, the upper bound reaches 90% after 30 min, and, with an FFP2 mask, it remains at about 20% even after 1 h. When both wear a surgical mask, while the infectious is speaking, the very conservative upper bound remains below 30% after 1 h, but, when both wear a well-fitting FFP2 mask, it is 0.4%. We conclude that wearing appropriate masks in the community provides excellent protection for others and oneself, and makes social distancing less important.

    #masque

  • Pandemic Puts ’Outdated’ Infection Control Practices Under Scrutiny | Health News | US News
    https://www.usnews.com/news/health-news/articles/2021-11-10/pandemic-puts-outdated-infection-control-practices-under-scrutiny

    Dr. David Henderson, of the U.S. National Institutes of Health Clinical Center in Bethesda, Md., cowrote an editorial published with the review.

    He called it a “great paper” that highlights the point that there is no strict dichotomy between droplet and aerosol.

    As for the practical implications, that’s more complicated, according to Henderson. He said that surgical masks, along with eye protection, have worked “extraordinarily well” in preventing #COVID-19 outbreaks among U.S. health care workers.

    What’s more, Henderson noted, other respiratory infections that can spread in hospitals have basically disappeared.

    It’s not clear that N95 masks would have significant added value, according to Henderson. And they would be challenging to wear. “Over an eight-hour shift, you could feel like you’re suffocating,” he noted.

    That’s not to say there’s no room for improvement. New masking options that offer better filtration, along with wearability, would be welcome, according to Henderson.

    At this point, he said a key lesson he’s learned from the pandemic is that “source-control masking” — masking the infected person — “really works.”

    The editorial suggests a “reasonable” approach going forward, once seasonal respiratory infections return to their normal patterns: Have “universal” masking in hospitals each fall through spring, when viruses like the flu are highly active.

    #masques #aérosols

  • En Mayenne : les écoliers plutôt contents de ne pas porter le masque ce lundi 8 novembre | Le Courrier de la Mayenne
    https://actu.fr/pays-de-la-loire/laval_53130/en-mayenne-les-ecoliers-plutot-contents-de-ne-pas-porter-le-masque-ce-lundi-8-n

    Ce genre de littérature qui fait la part belle aux affects sans un seul instant aborder les mesures de prophylaxie : le masque protège des aérosols, bordel de dieu !

    Sinon, pour l’apprentissage de la lecture, c’est sur le nez, le masque. Pas sur les yeux ...

    #masques #écoles #bullshit #cojonesvirus

  • Citizen4Science sur Twitter :

    “⏭️WEAR & REUSE A MASK 😷

    Lavez, réutilisez les #masques chirurgicaux, c’est efficace et écologique, jusqu’à 10 passages machine

    Bravo CHU_Grenoble pour cette étude !

    Des économies pour les #citoyens, et sur les 400 000 tonnes de déchets/an

    cc @AFNOR” / Twitter
    https://twitter.com/Citizen4Sci/status/1450053062400303106

    Reuse of medical face masks in domestic and community settings without sacrificing safety: Ecological and economical lessons from the Covid-19 pandemic - PubMed
    https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34600007

    The type IIR polypropylene medical masks can be washed up to 10 times, washed 5 times and autoclaved 5 times, or washed then sterilized with radiations or ethylene oxide, without any degradation of their filtration or breathability properties.

    • Cool… plus d’un an après :
      https://seenthis.net/messages/879404

      C’est quand même dommage de confirmer cela un an et demi plus tard, après des milliards de jetage et, j’en ai bien peur, après une éducation, une habitude désormais tenace de considérer comme devant absolument être à jeter ensuite les masques chirurgicaux (à peu près personne au monde ne jette les masques « en tissu » qui ne protègent de rien et ne suivent aucune vraie norme de filtrage, alors que des masques chirurgicaux yen a partout dans les poubelles + directement par terre en ville comme les mégots). Mais le temps de la science, des études, etc, ok (mais quand même).

      Le seul moyen désormais serait d’avoir une campagne massive, télé + radio + affichage public, disant qu’il faut laver les masques et ne pas les jeter direct. Mais ça m’étonnerait qu’il y aura ça. Et donc ça continuera comme actuellement maintenant que l’habitude est prise.

      #jetable #écologie

    • J’exagère un peu : l’afnor a normalisé par le bas et promu ces masques pour les raisons que l’on sait : 1) il n’y avait plus assez de masques chirurgicaux au départ pour la population entière et donc ça a été priorisé pour les personnels de santé (ce qui prouve donc que c’est bien plus protecteur) et 2) ils n’avaient jamais testé le pouvoir filtrant des masques chirurgicaux après lavage. Et donc promouvoir des masques moins bien a été leur méthode pour que les gens trouvent et portent plus souvent des masques.

      Les masques grand public (et attention seulement ceux clairement marqué de « catégorie 1 ») filtrent maximum à 90% les petites particules < 10µ, alors que les masques chirurgicaux c’est 98% et en plus sont majoritairement bien mieux collés au visage (et 100% avec pince nez), ce qui fait une très grosse différence. Ces masques ont été promu, non pas parce qu’ils protégeaient bien, mais parce que pénurie de masques chirurgicaux qui suivaient vraiment une norme plus drastique (ce pourquoi ils sont utilisés par les soignants). Mais maintenant qu’on peut aussi les laver…

      En revanche quand on reste vraiment longtemps dans un lieu fermé (donc forte accumulation d’aérosols dans l’air), ou qu’il s’agit d’un lieu mal aéré, alors seuls les FFP2/N95 filtrent vraiment les encore plus petites particules < 1µ.

  • Association Between K–12 School Mask Policies and School-Associated COVID-19 Outbreaks — Maricopa and Pima Counties, Arizona, July–August 2021 | MMWR
    https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/mm7039e1.htm

    A school was considered to have a mask requirement if all persons, regardless of vaccination status, were required to wear a mask indoors in school. An early mask requirement was one that was in place when the school year began, and a late mask requirement was one that was implemented any time after school began.

    […]

    […] the odds of a school-associated #COVID-19 outbreak were 3.5 times higher in schools with no mask requirement than in those with a mask requirement implemented at the time school started.

    #masques #écoles #enfants

  • « On l’a en travers de la gorge » : la grande désillusion des fabricants de masques français | LCI
    https://www.lci.fr/societe/video-masques-un-fabricant-francais-appelle-a-l-aide-2196902.html

    Lancée au plus fort de la pandémie, cette production 100% française voit ses clients lui tourner le dos. Hôpitaux ou collectivités optent pour la concurrence chinoise. Selon le syndicat du secteur, plus de 95 % des masques achetés viennent aujourd’hui d’Asie. « S’il n’y a pas de changement dans les appels d’offre publics, nous allons devoir arrêter les lignes de production par manque de débouchés », affirme le syndicat des Fabricants français de masques (F2M), qui regroupe la moitié de la trentaine de sociétés qui se sont mises à fabriquer dans l’urgence des masques chirurgicaux ou FFP2 au début de la crise sanitaire. « Si la production française n’est pas soutenue, que se passera-t-il en cas de nouvelle maladie infectieuse à risque épidémique ? », s’interroge-t-il encore auprès de l’AFP.

    Alors tu vois coco, pour économiser quelques centaines d’euros par an, on va te détruire tout un outil industriel essentiel en cas de pandémie. Parce que tu comprends, le truc qui coûte déjà pas bien cher mais qui est très utile, c’est 5 fois moins cher de l’acheter puis de le faire venir de l’autre bout de la planète... Et c’est là que tu te poses des questions sur les mécanismes de formation des prix, et en particulier de celui du transport.

  • #COVID-19 : Le virus évolue pour mieux se déplacer dans les airs | santé log
    https://www.santelog.com/actualites/covid-19-le-virus-evolue-pour-mieux-se-deplacer-dans-les-airs

    L’étude confirme que les personnes infectées par #SARS-CoV-2 (voir visuel ci-dessous) exhalent le virus infectieux dans leur haleine mais révèle surtout que les personnes infectées par la variante Alpha, la souche dominante au moment de l’étude, expirent 43 à 100 fois plus de virus dans l’air que les personnes infectées par la souche originelle du virus. Selon les virologues, le virus aurait donc évolué de manière à être toujours plus efficacement aéroporté-afin de mieux se propager dans les airs et mieux survivre. La bonne nouvelle, une autre conclusion de l’étude, est la confirmation de l’efficacité des masques à réduire la quantité de virus expirée dans l’air autour des personnes infectées.

    L’auteur principal, le Dr. Don Milton, professeur de santé environnementale à l’Université du Maryland commente : « nous savons que la variante Delta qui circule actuellement est encore plus contagieuse que la variante Alpha. Nos recherches indiquent que les variantes ne cessent d’évoluer afin d’améliorer leur capacité à voyager dans l’air, nous devons donc prévoir une #ventilation plus efficace et continuer à porter le #masque, en plus de la #vaccination, pour arrêter la propagation du virus ».

    Source : Infectious SARS-CoV-2 in Exhaled Aerosols and Efficacy of Masks During Early Mild Infection
    https://academic.oup.com/cid/advance-article/doi/10.1093/cid/ciab797/6370149

    The types of face masks brought by participants varied and progressed from single-layer homemade cloth masks to more substantial double-layer cloth masks, surgical masks, double masks, and a KN95 over the course of the year (Table S4).

  • #distanciation, #masques #covid-19

    Covid-19 : Emmanuel Macron évoque « un allègement des contraintes » dans certains départements

    À voir la photo, on se rend compte que la distanciation sociale, les gestes barrières, toussa, c’est pas trop son truc, hein, au roitelet… Déjà qu’il a foutu le covid à toute la Polynésie, faudrait pas récidiver, quand même…

    Gloire à notre suprême leader et grand timonier ! C’est la Providence qui nous l’envoie

    Photographie La Dépêche : https://www.ladepeche.fr/2021/09/15/emmanuel-macron-chante-lecole-est-finie-de-sheila-avec-des-badauds-9792424

    #décès #mortalité #doliprane #santé #pass_sanitaire #coronavirus #confinement #crise_sanitaire #vaccination #pandémie #EnMarche

  • « La pire vague en Israël depuis le début du Covid »
    http://www.lessentiel.lu/fr/news/monde/story/la-pire-vague-en-israel-depuis-le-debut-du-covid-18763320

    Cité en exemple pour sa campagne de vaccination rapide, l’État hébreu fait aujourd’hui face à une nouvelle vague d’infections. Décryptage.
    Israël fait face à une recrudescence particulièrement préoccupante du Covid-19. Cité en exemple pour sa vaccination rapide au début de l’année dernière, l’État hébreu connaît désormais sa pire vague depuis le début de la pandémie », d’après l’épidémiologiste Antoine Flahault, avec des chiffres qui grimpent jusqu’à 11 000 contaminations par jour. Un triste record.


    La faute au variant Delta, plus contagieux, mais également à un niveau de vaccination pas encore optimal. Ainsi, le fait que la population d’Israël soit relativement jeune fait que 60% « seulement » des résidents sont vaccinés, le vaccin n’étant pas autorisé pour les moins de 12 ans. Les franges les plus religieuses, comme les juifs orthodoxes, ou encore la population arabes sont également beaucoup moins vaccinés, ce qui favorise les risques de circulation du virus.

    Le vaccin a fait ses preuves
    Premier pays à vacciner massivement, Israël pourrait-il être paradoxalement victime d’un effet moins protecteur du vaccin après plusieurs mois ? D’après une étude britannique, l’efficacité de Pfizer décline plus rapidement que celle des autres vaccins. C’est aussi pour cette raison que les autorités israéliennes ont accéléré sur la généralisation de la troisième dose pour les plus de 12 ans.

    Malgré la hausse incontestable des contaminations, force est de constater que la vaccin a néanmoins fait ses preuves, même dans ce contexte sanitaire difficile. Ainsi, le nombre de patients gravement atteints est moins important qu’au début de l’année. Si les vaccinés sont également concernés par la nouvelle vague, ces personnes sont moins représentées parmi les malades qui souffrent de formes sévères.

    Face à la hausse du nombre de cas en Israël, l’Union européenne a décidé lundi de réimposer des restrictions aux voyages non essentiels depuis ce pays.
    #coronavirus #en_vedette #covid-19 #santé #santé_publique #science #masques #covid19 #confinement #pandémie #Israel

  • Port du masque dès la 5e primaire à Bruxelles, dans la même école, obligatoire pour les Flamands, pas pour les francophones
    https://www.vrt.be/vrtnws/fr/2021/09/01/port-du-masque-a-partir-de-la-5e-primaire-a-bruxelles-obligato

    À Bruxelles, tous les élèves doivent obligatoirement porter un masque à partir de la cinquième primaire. Du moins dans les écoles néerlandophones, car les établissements francophones ont quelque peu assoupli leurs mesures. Cette différence peut parfois mener à des situations absurdes. C’est le cas dans l’école Sint-Juliaan De Vlindertuin à Auderghem, où une école francophone et une école néerlandophone se partagent la même entrée.


    Dans notre école, les élèves de 5ème et 6ème primaire doivent porter un masque. Mais les élèves de l’école francophone ne sont pas obligés de le porter", affirme Stéphanie Vermeire, directrice de l’école Sint-Juliaan De Vlindertuin.
    « Il n’est pas facile d’expliquer cette situation aux enfants. Mais j’espère qu’à la fin du mois de septembre, il y aura de nouveaux assouplissements pour nos élèves du troisième degré », ajoute-t-elle.

    Une même porte, deux règles différentes
    Dans cet établissement d’Auderghem, les élèves des écoles francophone et néerlandophone entrent par la même porte. Mais une fois à l’intérieur, des règles différentes s’appliquent. « C’est pourquoi de bons accords entre les deux écoles étaient importants. Nous nous rendons donc dans le gymnase, où les enseignants doivent eux aussi porter le masque. Les francophones accueillent pour leur part les enfants dans la cour de récréation par petits groupes. Mais heureusement, nous nous entendons bien. »

    A l’extérieur, les élèves néerlandophones doivent également porter le masque s’ils ne peuvent pas garder leurs distances. Les choses seront légèrement différentes pour les élèves francophones. « Il est dommage que de telles mesures accentuent la diversité. Nous devons voir comment nous pouvons résoudre ce problème ensemble à Bruxelles. Car si on crée une diversité en ayant des mesures aussi différentes dans une même école, nous devons essayer de prendre des décisions ensemble. »

    Tapis rouge
    Ce mercredi 1er septembre, les enfants de l’école Sint-Juliaan De Vlindertuin ont été chaleureusement accueillis. « Nous avons installé un tapis rouge pour offrir un bel accueil aux élèves, ainsi qu’un tremplin pour bien démarrer la nouvelle année scolaire. Avec ou sans masque, nous allons en tirer tout le meilleur », conclut la directrice.

    On notera qu’en Flandre, le port du masque n’est plus obligatoire dans les écoles, mis à part pour les élèves de secondaire uniquement lors de leurs déplacements. 

    #masques #coronavirus #en_vedette #covid-19 #santé #santé_publique #covid19 #confinement #pandémie #guignolade #Bruxelles #Fédéralisme

  • Le Danemark jette le pass sanitaire aux oubliettes
    http://www.lessentiel.lu/fr/corona/story/le-danemark-jette-le-pass-sanitaire-aux-oubliettes-13782575

    Pionnier dans l’introduction du pass sanitaire, le Danemark a levé mercredi l’obligation de ce laisser-passer dans presque tous ses lieux publics, à quelques jours de la levée de toutes les restrictions, malgré la menace d’une quatrième vague en Europe.

    Lancé en catimini début mars pour la réouverture des zoos, le pass sanitaire danois avait été progressivement étendu, devenant le corollaire de chaque étape de la réouverture du pays. Disponible via une application ou sur papier, sa mise en œuvre avait toujours été prévue pour être provisoire, avec une date de péremption initialement fixée au 1er octobre.

    Avec 71,6% de la population entièrement vaccinée, le pays scandinave de 5,8 millions d’habitants devrait retrouver bientôt un quotidien similaire à celui d’avant la pandémie. Le « coronapass », qui certifie d’un test négatif ou d’une immunisation contre le virus, soit par vaccination complète soit parce qu’on a déjà contracté le Covid-19, ne doit plus être présenté à partir de mercredi que dans les boîtes de nuit, qui rouvrent ce jour. Il disparaît des salles de sport ou les salons de coiffures mercredi et n’était plus obligatoire depuis le 1er août, dans les musées et salles de spectacles avec moins de 500 personnes.

    #coronavirus #en_vedette #covid-19 #santé #santé_publique #science #masques #covid19 #confinement #pandémie #Danemark #pass_sanitaire

  • Didier Raoult à la retraite des Hôpitaux de Marseille
    https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/didier-raoult-mis-a-la-retraite-des-hopitaux-de-marseille-1630342819

    Ce 31 août au soir, Didier Raoult, 69 ans, ne fera plus partie d’Aix-Marseille Université et des Hôpitaux universitaires de Marseille. Retraite. Sa demande de vacations a été rejetée. Ses défenseurs crient à l’injustice.

    https://www.leparisien.fr/resizer/vOCs14wLmGNU_gIFMkBbzoDq6TE=/932x582/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/leparisien/553ZIG5WSBDW5HNQ2FN4TOENLY.jpg
    Didier Raoult, en août 2020 lors d’une conférence de presse. AFP/Christophe Simon

    Ce mardi est le dernier jour de Didier Raoult au sein de l’AP-HM (assistance publique des hôpitaux de Marseille). Né le 13 mars 1952, le célèbre microbiologiste arrive à 69 ans à l’âge fatidique de la retraite. La nouvelle direction de l’AP-HM http://fr.ap-hm.fr n’a pas souhaité le prolonger. Demain, mercredi 1er septembre, il ne sera plus professeur des universités-praticien hospitalier (PU-PH) au sein d’Aix-Marseille Université et des hôpitaux universitaires de Marseille. Il n’est donc plus chef de service. Il n’enseigne plus. Dans ces deux institutions. 

    La direction générale nommée le 6 juin a refusé sa demande de vacations supplémentaires : deux demi-journées par semaine. Le nouveau directeur général de l’AP-HM, ex-numéro 2 des Hôpitaux de Paris, François Crémieux, ne s’en cache pas : « Il faut tourner la page Raoult ». Déclaration du 18 août dernier dans le journal « Le Monde ».

    Raoult pas soutenu par la commission médicale d’établissement
    Jean-Luc Jouve est sur la même longueur d’onde. Le président de la commission médicale d’établissement de l’AP-HM, au micro de France Bleu Provence, se refuse à toute polémique, tout en ne faisant aucun cadeau. « Il demandait deux demi-journées de vacation par semaine. On ne pouvait pas en attendre un grand travail. On va dire qu’il a réussi sa succession car il est entouré d’une équipe brillante avec qui nous travaillons déjà ». Accusé par la vox populi de vouloir faire taire l’encombrant professeur médiatique, Jean-Luc Jouve se défend : « On est en démocratie. Il pourra toujours continuer à s’exprimer ». 

    Mais il est clair et net que la dernière sortie du professeur sur la vaccination, « protection modeste sur les variants » d’après lui, a scellé son sort. Jean-Luc Jouve : « Émettre des doutes sur l’efficacité de la santé publique, c’est inacceptable. C’est un mauvais message à faire passer. Quand on voit le très faible taux de vaccination dans les quartiers les plus indigents de Marseille, quelque part, l’IHU a sa part de responsabilité compte tenu de son aura. »

    Didier Raoult à la retraite reste directeur de l’IHU Méditerranée Infection, une fondation de coopération scientifique dont le conseil d’administration se réunit à l’automne. Et parmi ses membres fondateurs, l’AP-HM ne cache pas son désir d’évincer Didier Raoult. Seul ce conseil d’administration peut le révoquer. Mais l’AP-HM n’a qu’une seule des 18 voix. 

    Situé sur le site de la Timone, cet IHU s’étend sur 27.000 mètres carrés, dont 5.000 sont destinés aux soins du pôle maladies infectieuses et tropicales avec près de 75 lits d’hospitalisation complète depuis 2016 et 25 lits d’hôpital de jour. Philippe Parola dirige lui une unité de recherche soutenue par l’IHU, il est un proche du professeur Raoult, et il tient à souligner : « Didier reste directeur de l’IHU. Il sera à nos côtés ». 

    Pour les inconditionnels du professeur, cette page tournée par la retraite victimise un peu plus le Marseillais. Aux abords du fief du chercheur - l’IHU Méditerranée - collé à l’hôpital de la Timone, on se rend compte assez vite que l’iconoclaste est devenue une icône. « Il gêne, on le fout dehors. Quand vous voyez ces sénateurs et ces députés de 80 ans qui dorment à l’Assemblée... » 
    Défendre Raoult, c’est tirer sur les élites parisiennes. Et ça soulage les Marseillais. Frédéric, comptable, reçoit tous les jours sur son smartphone les vidéos de Didier Raoult. « Je le trouve crédible parce qu’il nous a ouvert sur beaucoup de choses. Ceux que je ne supporte pas, ce sont ces médecins qui font en sorte de n’être compris que par eux-mêmes. Ici à Marseille, vous ne trouverez personne qui dit que Didier Raoult a fait du mal. Il est probable qu’il y ait beaucoup de gens qui n’aiment pas être contredits dans les hautes sphères. » On a quand même trouvé quelqu’un qui en dit du mal. Sarah, préparatrice en pharmacie : « La retraite, ça lui donnera le temps de relire ses études ! Marseille le vénère, pas moi. Quelqu’un qui expose ses études sur Youtube, c’est de la poudre de perlimpinpin ». 

    L’infectiologue à la retraite ne se mettra pas en retrait pour autant. La copine de Sarah n’a aucun doute : « Il fera toujours parler de lui quoi qu’il arrive. Je trouve qu’il ne part pas vraiment à la retraite. » . . . .

    #Résistance #coronavirus #en_vedette #covid-19 #raoult #didier_raoult #santé #santé_publique #science #masques #covid19 #confinement #pandémie

  • Coronavirus : l’Irlande lèvera la quasi-totalité des restrictions fin octobre
    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_coronavirus-l-irlande-levera-la-quasi-totalite-des-restrictions-fin-octo

    « Le moment est maintenant venu de passer de règles et de restrictions généralisées aux libertés individuelles des gens à une approche définie par des conseils de santé publique, l’attitude, le jugement et la responsabilité individuelle », a exposé Micheal Martin lors d’une conférence de presse, après avoir réuni ses ministres.

    Assouplissement progressif des restrictions
    Le Premier ministre a annoncé l’assouplissement progressif des restrictions au cours du mois de septembre jusqu’à la levée de la quasi-totalité des restrictions le 22 octobre, dont l’obligation de porter un masque à l’extérieur ou d’observer des mesures de distanciation sociale. Les limites sur le nombre de personnes autorisées à se rassembler dans des logements privés ou à participer à des cérémonies civiles ou religieuses seront aussi levées.


    Sera toutefois conservée l’obligation de porter un masque dans les hôpitaux et centres de santé, les commerces et les transports publics.

    Micheal Martin a justifié cette étape importante du déconfinement en Irlande par le succès de la campagne de vaccination et l’efficacité « très claire » des vaccins pour protéger contre les formes graves et les décès liés au Covid-19.

    Près de 90 % des plus de 18 ans ont été complètement vacciné

    « Près de 90 % des plus de 18 ans ont été complètement vaccinés, et le taux de vaccination chez nos citoyens de moins de 18 ans est également extrêmement encourageant », a-t-il exposé.

    Il a toutefois souligné qu’il était « très peu probable que nous puissions nous débarrasser complètement du virus » et dit s’attendre même « à une augmentation du nombre de cas au cours des prochaines semaines ».

    Le Premier ministre a souligné que le gouvernement resterait « vigilant » et réagirait « promptement » si « un nouveau variant préoccupant émerge ou si nos hôpitaux subissent à nouveau une pression insoutenable ».

    En Irlande, pays qui compte environ 5 millions d’habitants, 5000 personnes atteintes du Covid-19 sont décédées.

    #coronavirus #en_vedette #covid-19 #santé #santé_publique #science #masques #covid19 #confinement #pandémie #Irlande

    • Les limites aux cérémonies religieuses levées, quand je pense quand France certaines personnes trouvent de la logique dans les limites posées par notre gouvernement de richard bouffies ou même pas ne se questionnent sur celles ci, tandis quaucune restrictions n’étaient posées chez nous dans une église qui rassemblent souvent plus que dans des bars...
      Pire on peut rentrer dans un Ikea sans passe sanitaire.

      #citoyen_mauvaise_foi
      #gouvernement_pourri

  • #Luxembourg : Pas de masque ni de CovidCheck au lycée
    http://www.lessentiel.lu/fr/luxembourg/story/pas-de-masque-ni-de-covidcheck-au-lycee-26005343

    Les règles sanitaires vont changer à la rentrée dans les lycées. Comme dans le fondamental, l’obligation du port du masque sera levée dans le secondaire, pour les élèves comme pour les enseignants, a proposé mardi Claude Meisch (DP), ministre de l’Éducation nationale, devant les représentants syndicaux, d’après les informations de L’essentiel. Les nouvelles dispositions seront présentées jeudi par les ministres de l’Éducation nationale et de la Santé, au lendemain du Conseil de gouvernement.


    La politique de tests est également allégée. Un seul sera proposé chaque semaine aux élèves au lycée, en plus d’un autre à réaliser à la maison, avec à chaque fois un caractère facultatif, indique une source syndicale. Claude Meisch a indiqué la semaine dernière que la moitié des résidents de plus de 12 ans étaient vaccinés contre le Covid-19.

    Pas de quarantaine mais des tests
    Le ministre a en revanche exclu d’utiliser le CovidCheck pour entrer au lycée, refusant de rendre les tests obligatoires pour les non-vaccinés. « Le dispositif semble pertinent, mais je peux comprendre le choix du ministre, car cela aurait été compliqué à mettre en place, avec le risque d’exclure plusieurs milliers d’élèves des établissements », glisse un syndicaliste sous couvert d’anonymat.

    Les élèves devront tout de même effectuer trois tests par semaine si le scénario 2 d’infection est constaté dans une classe, c’est-à-dire avec plusieurs cas positifs. Dans cette situation, la quarantaine de toute la classe ne sera plus en vigueur, grâce notamment à l’avancée de la vaccination. En revanche, « nous ne savons pas ce qu’il adviendra de ceux qui refuseraient les tests. Cela n’a pas encore été tranché », dit un syndicaliste.

    #coronavirus #en_vedette #covid-19 #santé #santé_publique #science #masques #covid19 #confinement #pandémie

    • Le Luxembourg affiche a ce jour qu’à peine 60% de la population est totalement vacciné.
      Que leur courbe covid (nouveaux cas et décès) est pourtant rassurante malgré tout depuis décembre et malgré une moyenne de 78 nouveaux cas par semaine et zéro décès depuis début juin et une moyenne de 1 décès par semaine depuis avril.

      Que comprendre, que la non obligation vaccinale porte aussi des résultats ? Je ne suis sur de rien, mais ça ne va pas me donner plus autant l’envie de me faire vacciner surtout contre ma volonté. Puis le passe ne m’a pas empêché de passer de superbe vacance en famille à la montagne d’autant sur les alpins de prennent bien moins la tête avec ça ! 🤪

      Merci @metroet_ pour cette info, tu participe au soleil de ma journée.

  • Experimental investigation of indoor #aerosol dispersion and accumulation in the context of #COVID-19: Effects of masks and #ventilation: Physics of Fluids: Vol 33, No 7
    https://aip.scitation.org/doi/10.1063/5.0057100

    The results also suggest that, while higher ventilation capacities are required to fully mitigate aerosol build-up, even relatively low air-change rates (2h−1) lead to lower aerosol build-up compared to the best performing mask in an unventilated space.

    #masque

    • Je suis autant pas fan du bonhomme que pas fan de MacronCastexVerran et de la majorité de ce gouvernement bien barré pourri.
      Mais je reconnais que dans cette vidéo il dit quand même des choses évidentes selon moi (si on enlève ses anecdotes relous).
      Évidement que ça parait stupide de se faire vacciner une troisième fois, de se faire vacciner tous le reste de sa vie peut-être bien pour chaque variant, évidement que ça montre que les vaccins actuels ont des limites, évidement que vacciner toute la population dès 12 ans (et pourquoi pas moins demain) quand uniquement les plus de 65 ans sont vraiment critiques est une question qui devrait être plus réfléchie, évidement que de se faire vacciner contre sa volonté est un vrais problème, évidement qu’il y a des conflits d’intérêt et que les concernés préfèrent ne pas les afficher (même l’OMS actuellement est en train de mettre en place des mesures pour la transparence de ces intérêt en leur sein), évidement qu’il n’y a aucun sens à dire que tel(s) ou tel(s) vaccin(s) de tel(s) ou tel(s) pays est plus ou moins efficace ou alors d’un point d’un point politique..., évidement que l’état français réduit la réflexion comme d’habitude à des lois et des sanctions, évidement qu’il faudrait faire des rappels vaccinales qu’en cas de besoin après contrôle et non de manière systématique etc.
      Et qu’il y a un déni de beaucoup de personnes sur tout ceci.

       ;-)

      Merci d’avoir partagé cette vidéo.

    • « Évidement que ça parait stupide de se faire vacciner une troisième fois, de se faire vacciner tous le reste de sa vie peut-être bien pour chaque variant,.. »
      @khalyp On vaccine pourtant tous les ans les personnes agées contre un nouveau variant de la grippe. Cela implique une nouvelle piqure tous les ans pour le reste de sa vie (donc beaucoup plus que 3 rappels !) et en plus certaines années le vaccin proposé par les labos n’est pas très efficace contre les nouveaux variants car c’est pas le variant qu’on pensait qui a pris le dessus.

    • Oui c’est vrais, j’y pense aussi et ça me met dans un tel état de tristesse et de rébellion...

      En manif no-passe (et non contre le vaccin, chacun fait comme il veut/peut pour se protéger) ce n’est pas que contre le passe que je m’oppose mais aussi globalement contre ces débordements, comme le majorité des manifestants, c’est pour quelque-chose et contre beaucoup de choses. Pas un simple raz le bol immature comme préfère le croire certains personnes cachées derrière leurs points de vue et intérêts politiques, ou caché derrière leur pseudonyme.

    • @khalyp Je voie pas trop ce qui est triste dans le fait d’avoir à faire des vaccins et je voie pas non plus une raison de se rebeller contre le vaccin.
      Se rebellé contre les labos, le pass, macron, le capitalisme ok mais contre le vaccin ca n’a pas de sens.
      Et pour le fait d’être « caché derrière leur pseudo » je voie pas trop quel est ton problème. Que veux tu faire de l’identité des gens ? on discute avec des arguments pas besoin de connaitre le nom des gens...

    • 🙂
      Plus précisément ce que je partage et qui concerne que moi (dans le sens ou je ne généralise pas que c’est triste mais que ça ME rend triste moi) n’est pas en lien avec le vaccination mais avec l’obligation de vaccination et la vaccination pour éventuellement le reste de sa vie ou tout du moins annuellement.
      Et non ce n’est pas triste la vaccination, c’est un état de fait et chacun fait comme bon lui semble.

      Et pour le fait d’être caché derrière un pseudo, j’ai manqué de précision, ce que j’exprime ne concerne pas le fait d’être caché derrière ni même ne concerne la protection de ses données personnelles, mais l’attitude qui va parfois avec qui est d’oser un comportement qui s’était moins évident en face ou avec sa rejette identité.
      C’est un soucis largement mit en évidence chez pas mal de communauté internet, à travers des chartes de bon comportement. Certaine charte de communauté concernant des personnes qui ont de réelles chance de se rencontrer, demande même d’avoir non pas un pseudo mais un vrais identifiant qui les responsabilises de leurs actes et dires.

    • Merci pour tes précision @khalyp
      Je trouve paradoxale que tu t’oppose au passe et à l’obligation vaccinale tout en proposant plus ou moins une abolition de l’anonymat dans l’espace publique pour responsabiliser les actes et dires des gens.
      Il me semble que le pass sanitaire est en fait un moyen de responsabiliser les gens sur leurs actes dans l’espace publique en supprimant la liberté de se déplacé anonymement et les risques de contagion qui vont avec.

    • Mais encore une fois, un vaccin dans le cas d’une maladie épidémique (et pire pandémique, mondialisation toussa), donc là par un virus (contrairement au tétanos qui ne se transmet pas), ce n’est pas « chacun fait ce qu’il veut » : le principe même d’une campagne vaccinale dans ces cas c’est de réduire les cas graves et de réduire la transmission. Soit pour que ça disparaisse, soit au moins pour réduire les générations de variants. Et personne de sérieux n’a jamais dit (pas les politcos démagos) que ça ne se transmettait plus du tout. Mais ça réduit fortement, et donc réduit en cascade les probas de variants. C’est donc tout comme le masque, c’est pas chacun son choix, c’est pas juste soi qu’on protège (mais ça l’est aussi), c’est la société dans laquelle on vit sur le même territoire, c’est faire société. Et même si on ne parlait que de soi-même… se protéger des formes graves implique qu’on va réduire le nombre de personnes finissant à l’hôpital, et donc prenant des lits au lieu d’autres malades qui n’y ont plus accès ou plus assez vite : là encore ça aide aussi les autres quand on s’assure qu’on n’aura pas de forme grave.

  • Manifestation contre le passeport sanitaire - Montréal - 2021-08-14

    Beaucoup de monde ce sont donné rendez-vous dans les rues Montréal pour participer à la manifestation contre l’instauration du passeport sanitaire au Québec. Les manifestants arrive rue Sherbrooke, descende Jeanne-Mance pour terminé au quartier des spectacles.

    https://www.youtube.com/watch?v=V8z9XUwNUXE

    #Canada #Montréal #manifestation #covid-19 #coronavirus #confinement #en_vedette #crise_sanitaire #vaccination #pandémie #surveillance #santé_publique #pass_sanitaire #solidarité

  • Agamben WTF, or How Philosophy Failed the Pandemic, Benjamin Bratton, Verso
    https://www.versobooks.com/blogs/5125-agamben-wtf-or-how-philosophy-failed-the-pandemic

    Benjamin Bratton on why philosophy failed us in facing up to the pandemic, and why we need to rethink biopolitics as a matter of life and death.

    As yet another wave of infection blooms and the bitter assignment of vaccine passes becomes a reality, societies are being held hostage by a sadly familiar coalition of the uninformed, the misinformed, the misguided, and the misanthropic. They are making vaccine passports, which no one wants, a likely necessity. Without their noise and narcissism, vaccination rates would be high enough that the passes would not be needed. 

    But it is not simply the “rabble” who make this sad mess, but also some voices from the upper echelons of the academy. During the pandemic, when society desperately needed to make sense of the big picture, Philosophy failed the moment, sometimes through ignorance or incoherence, sometimes outright intellectual fraud. The lesson of Italian philosopher, Giorgio Agamben, in part tells us why.

    Famous for critiques of “biopolitics” that have helped to shape the Humanities’ perspectives on biology, society, science and politics, Agamben spent the pandemic publishing over a dozen editorials denouncing the situation in ways that closely parallel right-wing (and left-wing) conspiracy theories. 

    Over the past two decades, the soft power influence of his key concepts in the Humanities - homo sacer, zoē /bios, the state of exception, etc. - has been considerable. This has also helped to cement in a stale orthodoxy suspicious of any artificial governing intervention in the biological condition of human society as implicitly totalitarian. In the name of being “critical”, the default approach to any biotechnology is often to cast it as a coercive manipulation of the sovereignty of the body and lived experience. 

    If one were to imagine Alex Jones not as a Texas good ol’ boy, but rather as a Heideggerian seminary student, this would give a sense of how Agamben himself approached the requests for public comment on the COVID-19 pandemic. Beginning in February 2020, with “The Invention of an Epidemic”, he called the virus a hoax and the belated lockdowns in Italy a “techno-medical despotism”. In “Requiem for the Students”, he denounced Zoom seminars as acquiescence to a Silicon Valley concentration camp condition (his words). In “The face and death”, he derided the use of masks as sacrificing the ritual humanity of the naked face.

    Each short essay was more absurd and strident than the last. Upon publication of the earliest of these, Agamben’s friend, the French philosopher Jean-Luc Nancy, warned us to ignore him, and that if he himself had followed Agamben’s medical advice discouraging a heart transplant that saved his life, that he would be dead. 

    Earlier this month, Agamben went all in, directly and explicitly comparing vaccine passes to Nazi ‘Juden’ stars. In a short piece called, “Second class citizens”, he connects the fates of those who refuse vaccination to that of Jews under fascism and concludes that “The ‘green card’ (Italy’s vaccine pass) constitutes those who do not have it in bearers of a virtual yellow star.” After picking up my jaw, I cannot help but compare Agamben’s analysis to that of QAnon-influenced United States congressperson, Marjorie Taylor Greene, who beat him to the punch when she tweeted back in May that “Vaccinated employees get a vaccination logo just like the Nazi’s forced Jewish people to wear a gold star.” 

    In this ongoing performance, Agamben explicitly rejects all pandemic-mitigation measures on behalf of an ‘embrace tradition, refuse modernity’ conviction which denies the relevance of a biology that is real regardless of the words used to name it. Something seems to have recently cracked open for him, and yet at the same time, re-reading his foundational texts in the light of the pandemic pieces is illuminating. His position has not suddenly changed. It was there all along.

    Romanticism has been a permanent passenger on the flights of Western Modernity, and its mourning for ‘lost objects’ always just-out-of-reach vacillates between melancholia and revolt. Romanticism’s aesthetic disgust with rationality and technology finally has less to do with their effects than with what they reveal about how differently the world really works from how it appears to myth. Its true enemy is less alienation than demystification, and so it will always accept collaboration with Traditionalists. 

    It is not surprising then that Agamben earned the thanks of both Lega Nord and the anti-masker/vaccine movements. His conclusions are also similar to those of the Brazilian populist president Jair Bolsonaro, who sees the virus as an over-blown plot by techno-medical globalists to undermine traditional authority and natural bodily and communitarian coherency. What is the lost object? Agamben’s contributions are, at their core, an elaborate defense of a pre-Darwinian concept of the human and the mystical attachments it provided. Ultimately, he is not defending life, he is refusing it. 

    As of today, Agamben’s biggest online supporters are not his many long time readers but rather a squad of new fans, primarily a Based coalition of wounded contrarian man-childs. From vitalist Reactionaries quoting Julius Evola and Alexander Dugin to the anti-vaxxer roommate who puts energy drinks in his bong, these and other lonely anti-heroes are doomed by their burden to see clearly through the hypocrisies of our Matrix reality. For them, Agamben’s principled stand unites them with the legacy of Romanticist glorious and occult refusals. At work is perhaps less a horseshoe theory of Red-Brown alliance, than the tender bond between outcasts and idiots. 

    In my book, The Revenge of The Real: Politics for a Post-Pandemic World, I consider the origins and doomed future of Agamben’s brand of negative biopolitics. “While Agamben’s own worldview is classically Europeanist, dripping with lurid Heideggerian theology, his influence on the Humanities is much wider and deeper” and so the reckoning due goes well beyond revised syllabi. “The question is how much of the philosophical traditions to which Agamben has been attached over the last decades will also need to be shelved. What then to do with the artifacts of Agamben’s life work? It is a traditionalist, culturalist, locally embedded doctrinal edifice, protecting the ritual meaningfulness of things against the explicit nudity of their reality: like the defiant monologues of a Southern preacher, his sad, solemn theory is undeniably beautiful as a gothic political literature, and should probably be read only as such”

    Even so, the reckoning with legacies of his and other related projects is long overdue. His mode of biopolitical critique blithely ventures that science, data, observation and modeling are intrinsically and ultimately forms of domination and games of power relations. Numbers are unjust, words are beautiful. To accept that real, underlying processes of biochemistry are accessible, and generative of both reason and intervention, is presumed naive. It’s a disposition also found in different tones and hues in the work of Hannah Arendt, Michel Foucault, and especially Ivan Illich, who died from a facial tumor he refused to treat as doctors recommended. Even here at University of California, San Diego, a hub of interdisciplinary biotechnology research, many colleagues insist that the “digitalization of Nature” is “an impossible fantasy”, even as they accept an mRNA vaccine based on a prototype bioprinted from a computational model of the virus’ genome uploaded from China before the actual virus even made it to North America. 

    As I have suggested elsewhere, this orientation is exemplary of the drawn-out influence of Boomer Theory. The baby boomers have tyrannised the Left’s imagination - bequeathing tremendous capacities to deconstruct and critique authority but feeble capacities to construct and compose. Perhaps the ‘68 generation’s last revenge upon those who inherit their messes, is the intellectual axiom that structure is always more suspicious than its dismantling and composition more problematic than resistance, not just as political strategies but as metaphysical norms. Their project was and remains the horizontal multiplication of conditional viewpoints as both means and ends, via the imaginary dismantling of public reason, decision and structuration. This is how they can at once fetishize “the Political” while refusing “governmentality.” 

    I grew up in this tradition, but the world works very differently than the one imagined by soixante-huitards and their secretaries. I hope that philosophy will not continue to fail those who must create, compose and give enforceable structure to another world than this one.

    Agamben’s pandemic outbursts are extreme but also exemplary of this wider failure. Philosophy and the Humanities failed the pandemic because they are bound too tightly to an untenable set of formulas, reflexively suspicious of purposeful quantification, and unable to account for the epidemiological reality of mutual contagion or to articulate an ethics of an immunological commons. Why? Partially because the available language of ethics is monopolized by emphasis on subjective moral intentionality and a self-regarding protagonism for which “I” am the piloting moral agent of outcomes.

    The pandemic forced another kind of ethics. The Idealist distinction between zoē and bios as modes of “life” around which Agamben builds his biopolitical critique is a conceit that snaps like a twig in the face of the epidemiological view of society. Why did we wear masks? Because of a sense that our inner thoughts would manifest externally and protect us? Or was it because we recognize ourselves as biological organisms among others capable of harming and being harmed as such?

    The difference is profound. As we pass by a stranger, how do the ethics shift from subjective intention of harm or endearment to the objective biological circumstance of contagion? What is then the ethics of being an object? We will find out. But when presented with the need for intensive sensing and modeling in the service of highly granular provision of social services to those in need, many public intellectuals choked, only able to offer hollow truisms about “surveillance”. 

    At stake is not just some obscure academic quarrel, but rather our ability to articulate what it means to be human, that is to be all together homo sapiens, in connection with all the fraught histories of that question. I argue that we need instead a positive biopolitics based on a new rationality of inclusion, care, transformation and prevention, and we need a philosophy and a humanities to help articulate it. 

    Fortunately, in many ways we already do. A short and very incomplete list of such might include Sylvia Wynter’s mapping of “who counts” as Human in Colonial Modernity in ways that open the category to reclamation: “We” have been defined by exclusion. It includes those studying the microbiome including the role of microbial life inside of human bodies to keep us alive: The human is already inclusive of the non-human. It includes those studying Anthropogeny and common evolutionary origins of the human species and planetary future: The human is continuous, migratory and changing. It includes those studying experimental Astronautics and the limit conditions of survival in a fragile artificial environment: At thresholds of survivability the human is like a fish discovering water. It includes those studying CRISPR and other re-weaving technologies for genetic therapy: The human can recompose itself at the deepest levels. 

    The affirmation or negation of what the human is also plays out through what humans can be. This animates the cultural controversies over gender reassignment therapies and techniques. The human is also a contingent, complex and pluralistic assemblage available to self-fashioning so that one may finally feel at home in their own skin. But the general availability of synthetic androgens, estrogens and progesterone draws on Modern laboratory biotechnology that Agamben’s biopolitics sees as invasive and unnatural.

    If Philosophy and the Humanities are to claim due legitimacy for present and future challenges, the collective conception of another positive biopolitics –based in the reality of our shared technical and biological circumstances–is absolutely essential. 

    Toward that, I conclude with another passage from The Revenge of The Real: “A laissez-faire vitalism for which “life will find a way” is not an option; it is a fairy tale of a comfortable class who don’t live with the daily agency of sewage landscapes and exposed corpses…” Instead, “(This positive) biopolitics is inclusive, materialist, restorative, rationalist, based on a demystified image of the human species, anticipating a future different from the one prescribed by many cultural traditions. It accepts the evolutionary entanglement of mammals and viruses. It accepts death as part of life. It therefore accepts the responsibilities of medical knowledge to prevent and mitigate unjust deaths and misery as something quite different from the nativist immunization of one population of people from another. This includes not just rights to individual privacy but also social obligations to participate in an active, planetary biological commons. It is, adamantly, a biopolitics in a positive and projective sense.”

    The pandemic is, potentially, a wake-up call that the new normal cannot be just the new old normal. This means a shift in how human societies —which are always planetary in reach and influence— make sense of themselves, model themselves and compose themselves. This is a project that is as philosophical as it is political. Failure is not an option.

    #Agamben #Heidegger #philosophie #biopolitique #vitalisme #soin #pandémie #masques

  • [relai du fil twitter de PYM / @_P_Y_M]
    #ZeroCovid Allemagne remet le couvert et demande que les « responsables » cessent de se défausser par les appels individuels à la vaccin° :
    ✅ tests PCR gratuits
    ✅ filtrage, #ventilation des écoles (cc @nousaerons)(pétition ci-dessous)
    ✅ masque obligatoire
    https://weact.campact.de/petitions/luftfilter-in-alle-klassezimmer

    Et bien sûr les conditions d’un #ZeroCovid :
    ✅ levée des brevets sur les #vaccins,
    ✅ solidarité médicale internationaliste
    ✅ bouclier social (allocations chômage, moratoire sur les loyers)
    ✅ fin des expulsions de migrant·es
    ✅ investissement à l’hôpital, hausse des salaires

    L’analyse détaillée du moment où nous nous trouvons est ici :
    https://zero-covid.org/positionspapier-welle4
    Le taux d’incidence en Allemagne est bien inférieur à ce qu’il est en France, mais l’évolution n’est pas si différente, et une stratégie #ZeroCovid repose d’abord sur le facteur R #4emeVague

    #ZeroCovid dit clairement ce qu’on lit finalement peu en France : la politique d’incitation individuelle à la #vaccination consiste à accepter la contamination de la quasi-totalité des non-vaccinés en faisant comme si toutes et tous avaient choisi de ne pas se faire piquer.

    #ZeroCovid Tout miser sur la vaccination individuelle et abandonner les non-vaccinés, c’est condamner les #immunodéprimés et les groupes sociaux laissés à l’écart du dispositif très bureaucratique de la #vaccination : Pauvres, étranger·es, dyslexiques, personnes isolées.

    Une politique solidaire de #vaccination générale ne dispensera pas de mesures complémentaires #ZeroCovid pour écraser le taux de reproduction et d’incidence : ✅#ventilation & purification de l’air
    #testpcr gratuits généralisés
    ✅télétravail là où c’est possible et nécessaire

    La #rentree sera un moment crucial.
    Les #ecoles et #universités doivent avoir été équipées de #filtres, avoir des stocks de #Tests et des dispositifs de #ventilation ou bien on va à la catastrophe

    Le doc de travail #ZeroCovid signale à juste titre que les #vaccinés AUSSI doivent être solidaires, ce qui veut notamment dire : PORTER OBLIGATOIREMENT UN #MASQUE pour ne pas contaminer les personnes tenues à l’écart de la #vaccination
    https://zero-covid.org/positionspapier-welle4

    L’éventualité du télétravail, y compris en dernier recours à l’école, impose des investissements publics et un soutien spécifique pour les enfants et les familles (notamment pauvres) que ces dispositifs pénalisent le plus

    Le virus ne s’arrête pas aux frontières : cette feuille de route n’a aucun intérêt sans levée des brevets vaccinaux et solidarité internationale.
    Enfin #ZeroCovid n’est pas possible si l’on nie la dimension sociale et économique de la crise.
    ➡️moratoire des loyers, bouclier social, développement des services sanitaires et sociaux, fin de la répression des groupes marginalisés abandonnés à la pandémie (migrant·es, SDF).

    • • • source https://twitter.com/_P_Y_M/status/1426508872223760385 & autre relais https://threadreaderapp.com/thread/1426508872223760385.html

  • Je sais pas comment c’est dans votre coin, mais ici dans l’Hérault, record de France du taux d’incidence (en tout cas on est bien placés sur le podium), c’est devenu invivable.

    Ça fait une semaine que je n’arrive plus à faire les courses au supermarché local. Aujourd’hui je me (re)lance : le FFP2 sur le pif, j’entre dans le Carrefour de Saint-Clément-de-Rivière, je me répète ce que me dit Diala : tu t’en fous des cons, t’es vacciné, tu te mêles pas, achète le lait et reviens. Bon ben non : partout (partout, je plaisante pas) où je tourne la tête, il y a dans mon champ de vision un homme avec un masque sous le pif. Au bout de cinq minutes, je ne gère plus – je sais pas, une sorte de panique, de montée de colère et de dégoût –, je vais signaler à l’accueil que le magasin est dangereux dans ces conditions, la dame me dit qu’ils n’y peuvent rien. Je tourne la tête et je tends la bras : « tiens, là, le vieux : le masque sous le pif » et je lui fais remarquer qu’elle-même me parle avec le nez qui ressort du masque. Je me casse dépité et tremblant.

    Au retour je m’arrête à la paillote des gitans du carrefour, faire le plein de fruits. Personne ne porte de masque, mais comme c’est hyper-ventilé là-dedans, bon ben je gère.

    Ensuite je rentre garer la voiture et à pied direction la toute petite supérette locale de chez Carrefour City (on n’a que ça, dans le coin). La jeune femme à la caisse, très sympathique par ailleurs, a le masque sous le pif. Le jeune homme qui réassortit les rayons aussi.

    Sur le chemin du retour je m’arrête pour prendre du pain à la boulangerie. Le type discute avec un client, et là carrément aucun masque (à la rigueur, je trouve ça plus cohérent).

  • #Covid-19 : lever les gestes barrières avant d’avoir atteint l’immunité collective favorise l’irruption de variants résistants
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/30/covid-19-lever-les-gestes-barrieres-avant-d-avoir-atteint-l-immunite-collect

    Un phénomène, appelé « #pression_de_sélection », favorise le développement de souches plus résistantes au #vaccin dans les populations de plus en plus vaccinées chez qui les gestes barrières se relâchent mais qui n’ont pas encore atteint l’immunité collective.

    (la critique du gouvernement, en sourdine)

    #gestes_barrières #masques

  • La transmission aérienne, grande négligée du discours officiel ? Radio-Canada.ca
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1810836/transmission-aerienne-aerosols-debat-covid-coronavirus-pandemie

    On commence à abandonner les masques, on réduit la distanciation physique, on n’a pas de plans précis pour la ventilation dans les écoles à l’automne. Des experts rappellent que le SRAS-CoV2 se transmet par l’air.

    (...) les autorités ont minimisé la transmission aérienne à cause d’un manque de ressources. Ça aurait voulu dire recommander l’utilisation des #masques N95 et améliorer la ventilation.

    « ... si la transmission par aérosols avait été reconnue, il aurait été difficile de justifier pourquoi on fermait certaines choses (ex. : les terrains de jeux) et pas d’autres (les milieux de travail). la majorité des cas ont eu lieu dans les milieux de travail. »

    Une étude (Géorgie), montre que le nombre de cas de #COVID-19 était 35 % moins élevé dans les écoles lorsqu’on ouvrait les fenêtres et les portes et qu’on utilisait des ventilateurs, et 48 % moins élevé lorsqu’on utilisait des systèmes de filtration et de purification.

    #aérosolisation #média (pas français)

    • Tirer les conséquences politiques de la transmission aéroportée du COVID - KALMOGOROV
      https://blogs.mediapart.fr/kalmogorov/blog/190721/tirer-les-consequences-politiques-de-la-transmission-aeroportee-du-c

      (...) pourquoi a-t-il fallu si longtemps pour que les instances de santé publique reconnaissent la transmission aéroportée ? Ce problème a été analysé par Greenhalgh et al. qui se sont intéressées aux discours niant la transmission aéroportée : l’OMS, la réponse à une lettre ouverte envoyée par le Royal College of Nursing (Royaume-Uni) à Boris Johnson, la réponse à une demande d’institutrices de Colombie Britannique aux autorités sanitaires de la province et un jugement après qu’un employé de supermarché québécois a été licencié pour obtenir une meilleure protection au travail. Par comparaison, au Japon, les médecins ont travaillé avec un mathématicien modélisateur qui a tout de suite mis sur la table la possibilité d’une transmission aéroportée dès mars 2020 - l’OMS a adopté cette position six mois plus tard.

      Les conclusions des auteurices, qui s’appuient extensivement sur les outils développés par P. Bourdieu, sont les suivantes : la position « postillons » est la position orthodoxe, tenue par les médecins, les infectiologues, les spécialistes de santé publique. Leur pouvoir symbolique est considérable : ce sont eux les « experts » qui écrivent les rapports des agences de santé, les communiqués de presse etc. Leur autorité scientifique est une autorité sociale, qu’ils ne veulent pas voir remettre en cause. Au contraire, les partisans de la théorie des aérosols sont hétérodoxes au champ, à sa frontière : ce sont des mathématiciens, des physiciennes, des spécialistes des aérosols atmosphériques... À cause du manque d’interdisciplinarité dans les agences de santé, leur voix a mis du temps à porter et leurs contributions ont été ignorées pendant beaucoup trop longtemps, étant donnée l’urgence de la situation.

      [...]

      Certains à gauche, notamment dans les milieux « sceptiques », font de la vaccination leur cheval de bataille. Les antivax (amalgamés aux hésitants) seraient une grande menace pour la santé publique, et la vaccination notre meilleur outil contre la pandémie. Soyons clairs : les vaccins sont une technologie formidable, leur efficacité est démontrée, la balance bénéfice-risque est excellente dans quasi toutes les situations. Mais vouloir combattre la pandémie en ignorant ses facteurs de transmission et sa dépendance à l’environnement, c’est faire une grave erreur. Imagine-t-on lutter contre le VIH en ignorant le fait qu’il est sexuellement transmissible (on l’a déjà fait et ça s’est mal terminé...) ? Le vaccin n’est pas la solution magique. Son effet sur la transmission est long à se mettre en place : il y a besoin de minimum 5 semaines entre la première dose et l’immunité la plus grande, sachant que la première dose a un effet faible. Rappelons qu’avec un doublement du nombre de cas toutes les semaines (la dynamique optimiste au 19/07/21), le nombre de cas journalier a le temps d’être multiplié par 32 le temps que l’immunisation se mette en place. Si une fraction P de la population est vaccinée, le taux de reproduction R devient (1-P)×R. Avec 60% de la population vaccinée (estimation raisonnable du taux de vaccination au 1er septembre), R est divisé par 2.5. Sauf que Delta est 2.5 fois plus contagieux que la souche sauvage qui avait crû dès la rentrée 2020. Ce qu’on est en train de gagner en vaccination, on le perd avec la plus grande contagiosité du variant. On pourrait gagner un facteur 2, 3 voire 4 facilement en ventilant mieux, et ce dès cet été.

      #transmission #théorie_des_postillons #pluridisciplinarité #pouvoir_médical

    • Une étude (Géorgie), montre que le nombre de cas de #COVID-19 était 35 % moins élevé dans les écoles lorsqu’on ouvrait les fenêtres et les portes et qu’on utilisait des ventilateurs, et 48 % moins élevé lorsqu’on utilisait des systèmes de filtration et de purification.

      « Ça c’est rien que des mensonges pas vrai de woke islamo-gauchistes de l’internet » (Jean-Michel Blanquer)

      Après, 48% de moins sur 2,5 fois plus contagieux, c’est pas suffisant. Si on arrive à survivre aux touristes en août, c’est bon on sera refait par la rentrée de septembre.

  • Covid-19 : plus de cinq millions de personnes souffrant de comorbidités ne sont pas encore vaccinées en France [ainsi que 2 millions de plus de 65 ans]
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/22/plus-de-cinq-millions-de-personnes-a-risque-ne-sont-pas-encore-vaccinees-sel

    Cinq millions de personnes à risque toujours pas vaccinées

    Même si elles ont eu un accès prioritaire à la vaccination, 5 millions de personnes souffrant de comorbidités ne sont toujours pas vaccinées. « Ce sont 5 millions de personnes qui sont en situation à risque au moment où repart l’épidémie [de Covid-19] », a souligné Dominique Martin, médecin-conseil national de la Caisse nationale de l’Assurance-maladie, lors d’un point presse, jeudi 22 juillet.

    Chez les plus 65 ans, 2 millions de personnes n’ont reçu aucune dose

    Concernant l’autre facteur de risque, c’est-à-dire l’âge, l’Assurance-maladie fait état d’ « encore un million de personnes de plus de 75 ans qui n’ont pas eu d’injection » , 86,15 % d’entre elles ayant reçu une première injection et 81,4 % présentant un schéma vaccinal complet. A ce décompte s’ajoute « un peu plus d’un million de personnes entre 65 et 74 ans ».

    Au rang des actions engagées depuis fin mars pour accompagner la vaccination, l’Assurance-maladie fait état de 7 millions de courriers envoyés aux personnes d’au moins 50 ans, 3,5 millions de courriers plus ciblés et 7,15 millions de SMS. Sur le terrain, elle a recensé quelque 2 000 actions, comme la vaccination éphémère ou à domicile.

    Les cas explosent, l’hôpital craint l’onde de choc

    Sur les sept derniers jours, les autorités sanitaires françaises ont enregistré en moyenne près de 12 000 nouveaux cas quotidiens, contre moins de 2 000 fin juin. Mercredi, Santé publique France (SPF) a comptabilisé 21 539 personnes positives au SARS-CoV-2 en vingt-quatre heures. C’est la première fois depuis le début mai que le seuil de 20 000 contaminations par jour est dépassé. « Nous avons une augmentation de la circulation du virus de l’ordre de 150 % sur une semaine : nous n’avons jamais connu cela » depuis le début de la pandémie, s’est alarmé mardi le ministre de la santé, Olivier Véran.

    Si la propagation du virus augmente, en raison de la très forte contagiosité du variant Delta, cela ne se ressent pas sur les données sanitaires, du moins pour le moment. Au total, 6 869 patients atteints du Covid-19 sont hospitalisés en France, selon les chiffres de SPF mercredi, contre 7 047 il y a sept jours. Dans les services de soins critiques – qui reçoivent les cas les plus graves –, on comptait 859 malades, dont 64 admis ces dernières vingt-quatre heures. Ils étaient 931 une semaine plus tôt.

    « La baisse s’est ralentie, et dans cinq régions – notamment celles du Sud –, on voit qu’il commence à y avoir une augmentation du nombre de patients en réa’ », a cependant souligné M. Véran jeudi devant les sénateurs. Si les vaccins – qui réduisent le risque d’infection et surtout les formes graves – garantissent qu’un certain nombre de contaminations ne se transforment pas en hospitalisations, le variant Delta est si contagieux que cela pourrait ne pas suffire, soulignent les scientifiques.

    Comme disait Blachier, vaut mieux que les vieux et les fragiles s’isolent en attendant la mort.

    Jean-François Delfraissy, alerte !
    https://twitter.com/le_Parisien/status/1418222816432852993

    Lors d’une prise de parole au Sénat, le Président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy a alerté sur le relâchement des Français face aux gestes barrières alors que la 4e vague semble inévitable « Il faut revenir aux gestes barrières », a-t-il insisté

    Il a également indiqué être favorable au port du #masque même en extérieur car « avec ce variant, on peut clairement s’infecter à l’extérieur »