• Le génocide des Tziganes et la mémoire
    https://blogterrain.hypotheses.org/11598

    Aujourd’hui a lieu en République tchèque la Roma Pride, défilé annuel des #Roms et des #Sintis. Dans Le Monde du 3 octobre dernier, le journaliste Blaise Gauquelin évoquait l’une des revendications de ce défilé : la mise en place d’une fondation destinée à entretenir la mémoire du #génocide oublié des #Tziganes, victimes de #massacres_nazis dont l’ampleur est souvent sous-estimée. Une entreprise mémorielle d’autant plus importante que le défilé protestera aussi contre les propos tenus en juin par Matteo Salvini, le ministre de l’Intérieur italien et vice-président du Conseil. Après avoir exprimé sa volonté de recenser les Roms présents en Italie pour expulser ceux d’entre eux qui y résident illégalement, il avait ajouté : « Malheureusement nous allons devoir garder les Roms italiens parce que nous ne pouvons pas les expulser ».
    Le génocide des Tziganes est longtemps resté « une catastrophe invisible », selon les termes de Michael Stewart, anthropologue à l’University College de Londres, dans le numéro 54 de Terrain. L’occasion de relire cet article qui analyse la persécution et le génocide particulièrement « désorganisés » et « désordonnés » des Tziganes durant la Seconde Guerre mondiale, et rattache le caractère localisé de leur persécution à l’échec, après le conflit, de la reconnaissance de cette catastrophe. Il souligne ainsi le caractère problématique de la notion d’intention génocidaire : « Vus de l’extérieur au moment où ils ont lieu, tous les génocides semblent par nature ambigus et non plausibles. »

    L’inventaire des crimes du XXe siècle – du massacre des Arméniens par les Turcs en 1915 à celui d’un million de personnes à Bali en 1965, en passant par la campagne menée contre les Mayas du Guatemala trente-six ans durant (de 1960 à 1996) sous couvert de guerre contre-insurrectionnelle, et jusqu’au Darfour d’aujourd’hui (où, encore une fois, une définition restrictive de la notion de génocide permet au gouvernement soudanais de se débarrasser à bon compte de minorités gênantes) – permet de discerner un schéma assez évident.

    Vus de l’extérieur au moment où ils ont lieu, tous les génocides semblent par nature ambigus et non plausibles. Durant la Seconde Guerre mondiale, le monde regardait ailleurs, préférant ne pas savoir. En Bosnie, il se laissait représenter par un envoyé des Nations unies d’une incompétence criminelle, qui, à force d’atermoiements et de pleurnicheries, permit aux nettoyeurs ethniques de faire de sa présence l’une des armes les plus importantes de leur crime de masse. Au Rwanda, le monde fit mine de n’avoir pas le temps de remarquer ce qui se passait. À l’heure où j’écris, la communauté internationale rougit et regarde ses pieds, niant que la boucherie du Darfour constitue un génocide à proprement parler, et espérant que personne ne la forcera à agir contre le régime criminel de Khartoum. C’est toujours après coup qu’il est possible d’affirmer sans ambiguïté qu’un génocide a eu lieu. Ce n’est qu’alors que les leaders mondiaux, et derrière eux les peuples du monde, font le vœu de ne plus jamais voir cela se reproduire. Il serait absurde d’imaginer que les recherches qui sous-tendent une publication comme celle-ci changeront notre disposition, bien enracinée, à ne pas croire et à ne pas agir face à ces catastrophes créées par les hommes. Ces recherches peuvent toutefois remettre les pendules à l’heure pour un groupe de victimes, et changer notre façon de comprendre comment les meurtres de masse se produisent.

    https://journals.openedition.org/terrain/13989



  • National Security Pros, It’s Time to Talk About Right-Wing Extremism

    Ask any of us who works in national security what to do about ISIS, and we’d have no problem pitching you ideas. Even if we lack expertise in the topic or don’t work directly on it, we’d still have opinions and thoughts, because we’ve been swimming in a sea of articles, op-eds, books, hearings, programs, and overall research and debate for years. But ask us about right-wing extremism, a violent ideology that’s killed more Americans than ISIS in the last decade, and most of us would pause — either because we were unaware of the problem or, worse, we were afraid to speak openly about it.

    So let’s talk about it now.

    Over the last decade, individuals and groups fueled by this virulent ideology have committed 71 percent of the known politically or religiously inspired killings in our country — that is, 274 of the 387 Americans murdered by extremists. Reports now indicate it was part of the recent murder of 17 school children and teachers in Florida, just as it was part of mass shootings that have happened everywhere from California to Charleston. It has not just hit inside the US, but has struck many of our closest allies, both causing near-tragedies and horrible massacres. It is not a new threat; it has killed hundreds of Americans in past decades. But it is growing in power and influence, worrisomely being stoked by foreign nations like Russia that wish our nation harm. It is a clear, present, and proven danger to the United States. Yet we find it awkward to talk about.

    There are many reasons why we have a hard time acknowledging the deadly threat from the cluster of groups that gather inside our country under the hateful flags of white nationalism, white supremacy, anti-government militia, and Neo-Nazism. One reason is to avoid appearing too partisan, a desire to be even-handed. There is irony in that we seek to avoid appearing biased, even when the threat espouses bias to the point of justifying hating and even killing their fellow Americans. So, after each episode of right-wing violence, we avoid talking about it, even to the point of reaching in the opposite direction. For instance, after these groups united to march on Charlottesville, culminating in the killing of a young woman, major U.S. papers ran more op-eds condemning the counter-protesters, who have yet to commit a mass killing, than those who committed the crime.

    I must pause here to pre-empt the inevitable “what-aboutism” — the kind of attempts to change the conversation that wouldn’t happen in an article on a group like ISIS. Yes, far-left violence is bad. (See how easy it is to write that? There’s no need to caveat violent extremists of any flag as “very fine people.”) But over the last decade, 3 percent of extremist killings in the U.S. have been committed by members of far left-wing groups — a fraction of the 71 percent by right-wing extremists and 26 percent by Islamic extremists. Those figures are the ADL’s, which documents them case by case. If you don’t like the ADL’s categorization, you could use the data gathered by colleagues of mine at the New America Foundation, which drew on the statements of law enforcement officials to determine motivation in the various attacks. That dataset shows that attacks by right-wing extremists outnumber those by left-wing groups more than 17 to one. Or you could use the one compiled by the Southern Poverty Law Center, which since the rise of the “alt-right” in 2014, has documented 43 people killed and more than 60 injured by young men whose social media use evinced a similar ideology — and often a “lone-wolf” style familiar from other forms of terrorism. And this was before Parkland. In short, from a standpoint of scale, trends, and impact, we have a problem that shouldn’t require what-aboutism or ignoring the bulk of the problem. Nor is the “alt-left,” or “violent left,” a viable political movement. Certainly, it has not bled into the broader mainstream of party politics and key media outlets, nor held multiple armed standoffs after seizing government facilities, nor even paralyzed entire American cities in fear.

    We also have to admit that we are quiet about right-wing extremist violence out of calculation. The cost-vs.-gain equations that shape our choices are simply different from other topics. Compare the professional benefits to the potential risks of publishing an article, creating a college course, writing a book or dissertation, organizing a conference, hosting a speech, creating a university or thinktank project, funding a foundation program, etc., on right-wing extremism. It is not just that there is no great profit in it. It is that every one of these endeavors would be far more difficult, and would likely create far more headaches for us and our bosses, than a similar project on pretty much any other topic in our field.

    This isn’t to say there aren’t fantastic researchers on this topic; there are many, who have valuably shaped much of what we know about the issue. But we in the rest of the field must acknowledge that they’ve chosen a more professionally risky path than most of us, even though the very object of their study has killed more Americans over the last few years than essentially any other problem we are working on.

    The same problem plagues government. For an elected official, or, worse, a U.S. government employee, to speak about this threat carries proven political and professional risks; doing so has literally cost people their jobs. And that was before we had the first president in the modern era to express sympathy for and be celebrated by these groups.

    The result is that far-right extremism mirrors that of Islamic extremism in its forms, spread, and goals. The head of counter-terrorism policing in the U.K., which broke up four planned far-right terrorist attacks in just the last year, says both groups “create intolerance, exploit grievances, and generate distrust of state institutions.” But the politics of doing something about these two dangers are directly opposite. In America, it is politically savvy to talk strongly and repeatedly about terrorism and extremism, except the version of it that has killed the largest number of our fellow citizens over the last decade.

    Finally, we avoid talking about right-wing extremism because to do so invites personal risks and annoyances that, generally speaking, don’t much afflict other areas of security studies. These range from online harassment (via social networks that have become a breeding ground for it) to physical stalking and violence.

    I don’t have all the answers about what to do about the plague of violence fueled by right-wing hate groups. But I do know we’ll never find them as long as those of us interested in national security downplay and avoid it. It is long past time to start talking about a threat that is regularly killing our fellow citizens.


    https://www.defenseone.com/threats/2018/02/national-security-pros-its-time-talk-about-right-wing-extremism/146319
    #sécurité #sécurité_nationale #USA #Etats-Unis #extrême_droite #extrémisme #massacres #violence

    Over the last decade, individuals and groups fueled by this virulent ideology have committed 71 percent of the known politically or religiously inspired killings in our country — that is, 274 of the 387 Americans murdered by extremists.


  • Égypte des armes françaises au cœur de la répression - Amnesty International France
    https://www.amnesty.fr/controle-des-armes/actualites/france-egypte-aux-armes-policiers-egyptiens

    Des véhicules blindés et des munitions fournis par la France sont au cœur de la répression sanglante des manifestations en 2013. Nos équipes ont enquêté.

    Des centaines de véhicules blindés, des navires de guerre, des machines à produire des munitions et même le fleuron de la production militaire française, l’avion de chasse Rafale. Nul inventaire à la Prévert, mais l’impressionnante liste des armes vendues par la France à l’Égypte depuis 2012. Montant global, selon l’estimation du rapport publié ce mardi 16 octobre : plus de quatre milliards d’euros d’armes françaises livrées à l’armée égyptienne entre 2012 et 2017.
    Officiellement. Car dans les faits une partie des véhicules blindés a en réalité été livrée aux forces du ministère de l’Intérieur, ou détournée vers elles, ces mêmes forces de police chargées de la féroce répression des manifestions.

    #Egypte #armes #répression #massacres #Sissi #Renault




  • Evidence of 250 #massacres of Indigenous Australians mapped | Australia news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/australia-news/2018/jul/27/evidence-of-250-massacres-of-indigenous-australians-mapped

    https://c21ch.newcastle.edu.au/colonialmassacres/map.php

    “Most Australians have been brought up with the view that the settlement of Australia was largely peaceful,” she said. “This map turns that on its head.”

    Ryan said massacres in the early 20th century were even more deadly than those a century before, and many had either the clear involvement or tacit approval of police.

    “They are more carefully planned,” she said. “More people are killed in each incident. And massacre has become a professional business.”

    #arborigènes #Australie


  • ‘Slow genocide’: Myanmar’s invisible war on the Kachin Christian minority | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2018/may/14/slow-genocide-myanmars-invisible-war-on-the-kachin-christian-minority

    When Tang Seng heard gunshots close to his village in Myanmar, he had a choice: carry his grandmother away from the fighting on his back or run for help. She asked him to kill her and leave her there but he refused.
    Myanmar army killing civilians in escalating conflict in Kachin, warns UN
    Read more

    Tang Seng walked out of his village carrying Supna Hkawn Bu to a makeshift camp for the displaced, where they remain with their family. She has had to flee from conflict five times in her life and didn’t speak for two days when they first arrived.

    #birmanie #massacres


  • Combattre le racisme, l’antisémitisme.... et l’islamophobie (Texte collectif, Le Club de Mediapart)
    https://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/280418/combattre-le-racisme-lantisemitisme-et-lislamophobie

    Alors que se développent dans toute l’Europe des propos, actes et agressions #racistes, #xénophobes et #antisémites :

    Nous dénonçons, combattons l’#antisémitisme, et tout acte criminel ou agression à ce titre, comme nous le ferions pour toutes les formes de #racisme quelles qu’elles soient.

    Nous savons que se taire aujourd’hui, #banaliser ces discours et ces agressions ouvre la porte demain aux pires drames que l’histoire récente ou plus ancienne a fait connaître : qu’il s’agisse du #génocide des juifs et des Roms perpétré par le nazisme, de celui des Tutsis, du génocide arménien, de l’épuration ethnique en Bosnie ou du génocide actuel des Rohingyas.

    Par les amalgames qu’il fait, le Manifeste contre le nouvel antisémitisme attise et renforce ce qu’il prétend dénoncer.

    […]

    Les violences antisémites actuelles, aussi insupportables qu’elles soient, sont loin d’être comparables à un #pogrom et encore moins à une #épuration_ethnique !

    Assimiler la #gauche_antisioniste, qui a toujours été au premier rang du combat contre tous les racismes, à une nouvelle forme de l’antisémitisme relève d’une diversion mensongère et scandaleuse.

    Assimiler ceux qui dénoncent la #colonisation_israélienne et son gouvernement d’extrême droite à des complices de l’antisémitisme est un amalgame inacceptable.

    Au moment où les agressions contre les Français d’origine maghrébine, africaine et contre les Roms se développent, au moment où dans le débat politique générale, les propos stigmatisants contre les #migrants et les #exilés se multiplient, au moment où se libère une parole raciste, xénophobe et #islamophobe décomplexée :

    Nous refusons la notion de responsabilité collective, que cela concerne un peuple ou une communauté religieuse.

    Nous refusons l’#amalgame entre les actes criminels odieux ou à caractère délirant de certains et les projets ouvertement racistes et antisémites d’#exécutions ou de #massacres ourdis par d’autres.

    Nous rappelons que les premières victimes de Daesh et de ses sbires sont d’abord les populations des pays arabes ou africains et des musulmans.

    Nous dénonçons un texte qui assimile tout musulman à un intégriste en puissance, le désigne à la vindicte populaire et exige allégeance culturelle et repentance religieuse.

    Les exactions atroces commises au nom des #intégrismes de tout genre, des #dictatures de toutes espèces ont en commun cette capacité à rivaliser dans l’horreur, la mise en scène de la terreur et le refus radical de notre commune humanité.

    Les politiques laminant la vie de millions de personnes et la démission des forces qui devraient défendre les droits sociaux des peuples nourrissent le terreau d’une désespérance. Elles favorisent les régressions identitaires et les passions funestes du terrorisme.

    Nous affirmons qu’il faut relever ce défi mortifère et se mobiliser pour arrêter cet engrenage fatal.

    Nous affirmons notre #solidarité avec toutes les #victimes de ces exactions et notre exigence de ne pas refaire ce qui fut fait en d’autres temps : accueillons et défendons toutes celles et ceux qui les subissent.

    En réaction à :
    Manifeste « contre le nouvel antisémitisme » (Philippe Val, Le Parisien)
    http://www.leparisien.fr/societe/manifeste-contre-le-nouvel-antisemitisme-21-04-2018-7676787.php


  • How do you say “genocide” in Arabic ? | AlJumhuriya.net

    https://www.aljumhuriya.net/en/content/how-do-you-say-%E2%80%9Cgenocide%E2%80%9D-arabic

    One of the first genocides in modern history took place, in part, in the Arab world, including in Syria. That mass murder is happening again in Syria today offers a chance to draw new attention to this long-neglected subject, and explore the ties that may exist between the two exterminations.

    The recent translation by Yassin al-Haj Saleh of parts of Adam Jones’ Genocide: A Comprehensive Introduction reads like echoes coming from afar. In his introduction to the translation, al-Haj Saleh writes that he did not find a suitable equivalent of the word “genocide” in Arabic, arguing that the usual term ibada (“extermination”) is inadequate. He adds that while there is a library-full of material on genocide in English, there is nothing of importance in Arabic. The “historic roots” of genocide are very deep in the Middle East, yet to start reflecting about it we need to borrow texts from far away, written for a different audience, and with other concerns in mind. Jarablus, Azaz, Meskene, Raqqa, Deir al-Zor, Markade, Ras al-Ayn, are names of Syrian towns. They are also names of concentration camps and locations of mass graves dating from the First World War. Syria, the land where some of the darkest chapters of the first modern genocide took place; where in 1915 the first concentration camps of the twentieth century were located (German military officers serving in the Ottoman empire used the term konzentrationslager to describe those camps); where the first mass butchery took place in 1916; more than a century later needs to borrow texts from afar to study the contemporary predicament.

    #moyen-orient #guerre #massacres


  • Comment la France extermine ses dauphins
    http://seashepherd.fr/index.php/actu-editos/actualites/52-news-26022018

    #Sea_Shepherd lance l´Opération « #Dolphin_ByCatch » pour alerter sur le sort des #dauphins le long des côtes françaises.

    En France, sur les seules côtes de Vendée et Charente Maritime sur la seule période de Janvier à Mars, c’est une moyenne de 6000 dauphins (et jusqu’à 10 000 d’après les estimations de Pelagis) qui sont tués par !es #chalutiers_pélagiques pêchant en bœuf (filet traîné par deux chalutiers) mais aussi par les grands #chalutiers_industriels à grande ouverture verticale. C’est bien plus que les #massacres des îles Féroé et de la baie de Taiji (Japon) combinés.

    Ces navires pêchent principalement le #bar, sur les zones de #frayère et en pleine période de reproduction. Si l’espèce du bar est-elle même menacée de ce fait, les dauphins en font également les frais. Le Bob Barker, navire de Sea Shepherd, en patrouille sur le plateau de Rochebonne le week-end dernier a pu filmer, les chalutiers Jérémi Simon et Prométhée en train de remonter leur filet avec à l’intérieur deux dauphins pris au piège. L’un des dauphins semblait déjà mort noyé mais l’autre, encore vivant émettait des sifflements de détresse que l’on peut entendre sur la vidéo. Les deux dauphins ont été montés à bord d’un des deux navires et n’ont pas été rejetés à la mer devant notre équipage. Cette scène macabre se reproduit toutes les nuits, toute l’année le long de la côte, avec un pic entre janvier et mars.

    #pêche #surpêche


  • Rohingyas : « Pour m’enfuir, j’ai dû ramper sur les cadavres des femmes et marcher sur les flammes » - Libération
    http://www.liberation.fr/planete/2017/10/15/rohingyas-pour-m-enfuir-j-ai-du-ramper-sur-les-cadavres-des-femmes-et-mar

    Epuisés par l’interminable marche pour gagner les camps du #Bangladesh, des musulmans birmans racontent l’horreur qui s’est abattue à la fin août sur leurs villages. Les exécutions de masse, les viols, les disparitions .

    Sayed Karim est un petit homme maigre et timide qui dit avoir 30 ans mais en paraît 50. Il est arrivé sur l’île bangladaise de Shah Porir Dwip le 6 octobre, après avoir marché des jours durant avec sa femme et ses cinq enfants à travers les rizières et la jungle épaisse de sa Birmanie natale. « Le 29 août, l’armée et la BGP [des gardes-frontières sous l’autorité de la police, ndlr] ont encerclé Marola, notre village dans le district de Maungdaw, raconte-t-il. Pendant deux jours, ils ont tiré sur les gens, mis le feu aux maisons et emmené les plus belles femmes dans leur camp. Seules quelques-unes sont revenues. » L’épouse de Sayed Karim n’a pas eu la force de parcourir les derniers kilomètres. Elle est morte en accouchant d’un bébé mort-né, et il l’a enterrée le matin même.

    Depuis l’attaque d’une trentaine de postes de police dans l’Etat Rakhine voisin, le 25 août, par de petits groupes rebelles, les Rohingyas subissent une répression d’une violence inouïe. « Un nettoyage ethnique », selon les Nations unies. Au moins 536 000 personnes, soit la moitié des membres de cette minorité musulmane, ont déjà fui la Birmanie. Contrairement aux déclarations de la chef du gouvernement, la Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi, les « opérations militaires » contre les « terroristes » n’ont pas pris fin le 5 septembre. Si aucun témoin ne fait état de tueries depuis le 1er septembre, les incendies massifs de villages continuent : il suffit de longer sur quelques kilomètres la rivière Naf pour voir d’épaisses colonnes de fumée s’élever sur l’autre rive.

    Sur le sable mouillé, de grandes barques noires aux pointes recourbées vers le ciel attendent la marée. Les montagnes escarpées, d’un vert profond, de l’Etat #Rakhine se détachent sur le ciel plombé. Depuis Shah Porir Dwip, quinze minutes suffisent aux passeurs pour gagner l’estuaire du fleuve Naf jusqu’à la Birmanie, une traversée si dangereuse qu’une centaine de réfugiés y ont déjà trouvé la mort. Pour le trajet, ils exigent 10, 20, voire 100 euros par famille. Ou, faute de mieux, un bracelet en or ou une vache cédée à vil prix. Chaque jour, les trafiquants ramènent leur cargaison humaine sous l’œil des gardes-frontières bangladais, bien que la frontière soit officiellement fermée.

    Pour rejoindre le point d’accueil de Sabrang, tenu par l’armée bangladaise, les réfugiés, épuisés, effrayés, doivent encore payer un petit bateau et peiner dans la glaise épaisse. Serrés les uns contre les autres, ils attendent d’être chargés dans des camions en direction des camps. La grande majorité sont des femmes et des enfants. Montas Begum, 40 ans, a quitté six semaines plus tôt le village d’Alel Than Kyaw, à Maungdaw. Depuis, elle est sans nouvelles de son mari et de son fils : « Le 25 août, l’armée a tiré et mis le feu à nos maisons. Le maire, Zaw Too, a réuni les jeunes bouddhistes dans le monastère, leur a distribué des machettes et des couteaux, et les a emmenés égorger tous les musulmans qu’ils rencontraient. »

    Depuis le 25 août, l’Etat Rakhine est quasiment inaccessible aux humanitaires, aux observateurs extérieurs ou aux journalistes. Mais les attaques de postes de police par des jeunes armés de bâtons et de couteaux semblent n’avoir été que le prétexte d’une opération de nettoyage ethnique planifiée depuis des mois. Alertées par des rapports sur des tensions en Arakan et un nombre anormal de Rohingyas arrivés en juillet et en août, les ONG au Bangladesh se préparaient à faire face à une arrivée massive de 60 000 personnes sur six mois. Elles sont arrivées en une nuit.

    Dans les hôpitaux débordés comme dans les replis de la monstrueuse marée de bâches noires des camps qui chaque jour engloutit un peu plus le paysage, tous les récits se recoupent. Un mot d’ordre semble avoir été donné par la junte : débarrasser l’ouest de la Birmanie de toute sa population rohingya. Une consigne appliquée localement avec plus ou moins de cruauté. Parfois, les soldats ont tiré en l’air et attendu que les gens s’enfuient avant d’incendier les maisons. Souvent ils ont mitraillé les murs fragiles et visé les fuyards. Dans ses exactions, l’armée est en général accompagnée de gardes-frontières, parfois de civils bouddhistes. Des rescapés de Thinga Nak, un village de Buthidaung (dans la partie la plus occidentale de la Birmanie), décrivent un hélicoptère qui s’est posé dans le camp militaire quelques minutes avant que les violences n’explosent. La preuve, selon eux, que l’ordre est venu d’un haut gradé. Même si des maisons appartenant à des hindous, infime minorité de la même origine bengalie que les Rohingyas, ont aussi été brûlées, les musulmans sont clairement visés.

    Kyaung Taung, le 25 août

    Le récit de Fariza, rencontrée sur le bord de la route où elle errait sous la pluie à la recherche de nourriture pour son bébé, est édifiant. Depuis sa maison de son bourg de Kyaung Taung, elle a une vue plongeante sur la cour d’une caserne du bataillon d’infanterie légère 552. De sinistre réputation, l’unité est réputée pour sa propension à persécuter, racketter, user du travail forcé contre la population musulmane. Le 25 août, avant l’aube, des rebelles rohingyas ont tenté de pénétrer dans le quartier général, déclenchant une opération de vengeance sauvage contre les habitants alentour. Quelques heures après, Fariza a vu l’armée mettre à l’abri tous les habitants bouddhistes et hindous avant d’attaquer le village au lance-roquettes.

    Maung nu para, le 27 août

    Dans le camp de Kutupalong, sous la touffeur d’une bâche noire, un jeune homme somnole. Mohammed ul-Hassan a 18 ans et de larges balafres sur le ventre. Avec un sourire timide, il remonte le fil du dimanche 27 août, dans son village de Maung Nu Para, situé à quelques kilomètres de Kyaung Taung. « A 9 heures du matin, des soldats et des policiers sont entrés chez moi et m’ont arrêté avec mes deux frères. Ils nous ont traînés, nus, les bras serrés derrière le dos, jusqu’à un terrain vague. Des dizaines et des dizaines d’autres musulmans s’y trouvaient déjà, agenouillés, le visage dans la boue. Un soldat m’a donné un coup de botte dans le visage pour me faire asseoir. » La plaie près de son œil gauche est refermée, après un mois dans un hôpital d’une mission chrétienne au Bangladesh. « Sous mes yeux, les soldats abattaient un par un les prisonniers, y compris des enfants et des vieillards. Ceux qui ne mourraient pas sur le coup étaient égorgés. Ils ont tiré deux balles à bout portant sur chacun de mes frères et moi. Ils sont morts sur le coup, j’ai perdu connaissance. Quand j’ai rouvert un œil, un soldat m’a tiré dessus. » Laissé pour mort, il réussit à s’enfuir et retrouve un autre de ses frères qui s’était caché au grenier.

    Ce jour-là, Mohamed Shuwip, 27 ans, a perdu trente-deux membres de sa famille. Il décrit comment il a vu les militaires traîner au sol des dizaines de cadavres et les charger dans trois camions. Pour rejoindre le Bangladesh, il a porté son petit frère, le corps couvert de plaies béantes, durant quatorze jours. Calotte blanche et longue barbe, le mollah du village dessine sur un bout de carton la géographie précise des lieux et explique avoir vu une bâche jetée sur les corps qui n’avaient pas trouvé de place dans les camions.

    La société rohingya perpétue un islam très conservateur, qui pousse certaines jeunes femmes à se voiler entièrement le visage. Malgré le tabou que représentent les violences sexuelles, la plupart des récits recueillis montrent une utilisation du viol à grande échelle par l’armée birmane contre sa population. Pour le médecin Rafi Abul Siddique, qui intervient dans les camps pour l’ONG Friendship, « la plupart des filles de moins de 18 ans ont été violées. Les mères n’ont pas toujours été épargnées ». Montas Begum, qui a fui Alel Than Kyaw, dit avoir profité du moment où « les hommes entraient dans les maisons pour chercher les femmes » pour se sauver. Mais elle énumère les victimes autour d’elle : « Yasmina ma voisine, Tasmina dont le mari a été égorgé, Hafya, Zouhoura, Lalou, Roukhia… »

    L’ONG Mukti est spécialisée dans les violences faites aux femmes. Au camp de Kutupalong, la psychologue Rimi Akhter est assise au côté de quelques femmes qui viennent trouver auprès d’elle une boisson et un peu de réconfort. « Avant l’été, seules deux ou trois femmes par jour confiaient avoir subi des violences sexuelles, en général dans le cadre conjugal, même si on avait d’autres cas, comme une fille de 15 ans abusée par des soldats pendant trois nuits, explique la psychologue. Mais depuis le 25 août, sept à dix patientes témoignent chaque jour de viols commis par l’armée birmane - jamais la police ou les milices. Trois d’entre elles ont été abusées durant plusieurs jours par treize soldats. » A toutes celles qui sont enceintes de leurs bourreaux, Rimi Akhter propose un avortement.

    Tula Toli, le 30 août

    Sofia (1) est une des rares à accepter de raconter son calvaire, dans l’obscurité d’une tente, le regard fixe au-dessus de larges cernes noirs. Sur ses bras, son visage, ses pieds et ses mains où finit de s’effacer du vernis à ongles rose, de larges traces de brûlures. Elle a 15 ans et décrit l’enfer qui s’est abattu le 30 août sur Tula Toli (Maungdaw), village pris en tenailles entre les soldats au nord et les policiers et les milices au sud. « On a été rassemblés le long de la rivière, à genoux, les mains dans le dos. Les soldats ont commencé à abattre les gens un par un, et les bouddhistes rakhines passaient derrière pour les égorger. Un premier groupe de femmes a été extrait de la foule et emmené. Puis ça a été mon tour, avec cinq autres femmes, dont certaines accompagnées de leurs enfants. Sur le chemin, on a croisé des soldats qui revenaient avec des couteaux ensanglantés. J’étais terrorisée. Quand ils nous ont poussées dans une maison, j’ai reçu un grand coup sur la tête. » Elle garde, sur l’arrière du crâne, la cicatrice d’un coup de machette. « Quand j’ai repris conscience, un soldat me traînait. Un autre arrachait à ma mère ses boucles d’oreilles et son collier en or. Je n’ai aucun souvenir des heures qui ont suivi. Quand je me suis réveillée, la maison brûlait. Pour me sauver, j’ai dû ramper par-dessus les cadavres des femmes et marcher sur les flammes. Dehors, il y avait une femme nue sur le sol. Je me suis cachée dans les toilettes toute la nuit, puis j’ai marché jusque dans les collines sur mes pieds brûlés. Ensuite, des gens m’ont portée jusqu’au Bangladesh. »

    Sur les hauteurs du camp de Balukhali, un autre habitant de Tula Toli pleure doucement, son neveu de 7 ans serré contre lui. Mohamed Suliman a échappé aux assassins en traversant la rivière à la nage. « Un hélicoptère survolait la plage. Des groupes de soldats se sont succédé dans les maisons où avaient été enfermées les femmes. Ensuite, ils ont creusé un grand trou et enterré les corps. » L’homme nous tend une photo de sa famille : sa femme, sa deuxième fille et sa benjamine de 12 ans ont trouvé la mort ce jour-là. « Je voudrais plutôt mourir empoisonné que continuer cette vie », supplie-t-il.

    Les habitants de l’Etat Rakhine s’étaient habitués à voir les soldats leur confisquer un poulet ou un sac de légumes. Aujourd’hui, beaucoup décrivent avoir été entièrement été dépouillés de leurs biens - bijoux, argent, bétail, réserves de nourriture - avant d’être chassés. A l’hôpital de Malungat, un habitant qui veille sur son fils de 7 ans, gravement blessé, raconte comment des représentants de l’armée et de la police ont extorqué 1 million de kyats (625 euros) à sa communauté avant d’attaquer sauvagement le village de Aye Tah Li Yar.

    Les premiers réfugiés arrivés fin août étaient plutôt issus de familles aisées et bien informées. Dans certains cas, un proche de la diaspora réglait les passeurs depuis le Moyen-Orient, via une appli sur smartphone. Depuis, des groupes de centaines de personnes, incapables de payer, sont bloqués en Birmanie ou sur les bancs de sable du no man’s land. Des nouvelles alarmantes proviennent des camps du district de Rathidung, où des dizaines de milliers de Rohingyas sont privées d’aide alimentaire. Après les balles, c’est la faim qui pousse les #Rohingyas hors de leur pays.
    Laurence Defranoux envoyée spéciale au Bangladesh

    Un article qui date d’il y a quelques mois et qui est horrible à lire. Mais mieux vaut savoir.
    #génocide #massacres #viol #Birmanie #islam #musulmans #bouddhisme


  • The Mapping of Massacres in Australia | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/culture/culture-desk/mapping-massacres

    From New York to Cape Town to Sydney, the bronze body doubles of the white men of empire—Columbus, Rhodes, Cook—have lately been pelted with feces, sprayed with graffiti, had their hands painted red. Some have been toppled. The fate of these statues—and those representing white men of a different era, in Charlottesville and elsewhere—has ignited debate about the political act of publicly memorializing historical figures responsible for atrocities. But when the statues come down, how might the atrocities themselves be publicly commemorated, rather than repressed?

    #australie #aborigènes #massacres #cartographie #art


  • Massacres and protest: Australia Day’s undeniable history | Australia news | The Guardian

    https://www.theguardian.com/australia-news/2018/jan/24/massacres-protest-australia-day-undeniable-history

    On 26 January 1838, a group of mounted police under the instruction of the colonial government led a surprise attack on a camp of Kamilaroi people at Waterloo Creek in northern New South Wales, killing at least 40.

    It was the 50th anniversary of the planting of the Union Jack in Sydney Cove. As the massacre took place, a celebratory regatta was held in Sydney, 480km away, to mark the colony’s jubilee.

    One hundred years later, on 26 January 1938, a date by then called Australia Day, a group of 100 mostly Aboriginal and Torres Strait Islander peoples, led by the Aborigines Progressive Association, met at Australian Hall in Sydney for a day of mourning protest and passed a resolution calling for equal rights. On the harbour, the city welcomed tall ships to mark the sesquicentenary of British colonisation.

    #australie #aborigènes #nations_premières #massacres


  • RDC : au Kasaï, massacres à huis clos - Libération
    http://www.liberation.fr/planete/2017/12/28/rdc-au-kasai-massacres-a-huis-clos_1619377

    La Fédération internationale des droits de l’homme a recueilli les témoignages glaçants de survivants d’attaques qui ciblent majoritairement l’ethnie #luba, dans une province réputée pour être un foyer d’opposition au régime du président Kabila.

    Lorsque l’infirmier est retourné à l’hôpital, juste après l’attaque, il y a découvert le corps de sa femme. Elle était morte, dénudée, un bâton en bois enfoncé dans son sexe. A proximité, une commerçante qui avait l’habitude de vendre des beignets non loin de l’entrée du centre de santé, gisait sur le sol, éventrée. Deux fœtus avaient été extraits de son ventre et découpés à la machette. Un médecin qui a survécu au massacre racontera avoir découvert « une montagne de cadavres » à l’intérieur de l’hôpital. Et, notamment, « des hommes émasculés, dont le pénis avait été déposé sur leur front ». Ce jour-là, à Cinq, un simple village situé dans le sud de la république démocratique du Congo (RDC), près d’une centaine de personnes ont trouvé la mort dans des conditions atroces, rien qu’à l’hôpital. La salle d’opération a été incendiée alors que 35 patients se trouvaient à l’intérieur. A la maternité, une dizaine de femmes ont été massacrées, dont deux qui avaient accouché le matin même, et dont les bébés n’ont pas été épargnés. Mais l’hôpital n’a pas été le seul lieu du carnage, et c’est en réalité tout le village de Cinq, à peine 10 000 habitants, qui a été soudain plongé dans un bain de sang ce 24 avril. Il y a déjà sept mois.

    « Chaos organisé »

    Personne n’aurait entendu parler de ce massacre à huis clos si les enquêteurs de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) n’avaient recueilli les témoignages des survivants qui ont fui de l’autre côté de la frontière, en Angola. « Une femme de 50 ans a raconté l’exécution de douze membres de sa famille, tués par balle et à coups de machettes. […] Une autre femme de 41 ans a indiqué que six de ses enfants et quatre de ses petits-enfants ont été exécutés, certains par balle, d’autres à coups de machettes et de couteaux », décrivent ainsi les enquêteurs de la FIDH, dans un rapport accablant publié fin décembre. Et Cinq n’est qu’un exemple parmi d’autres massacres, restés eux aussi impunis. « C’est simplement celui pour lequel nous avons le plus de témoignages », explique-t-on à la FIDH, dont le rapport vise d’abord à dénoncer « le chaos organisé » qui, depuis plusieurs mois, déstabilise tout le #Kasaï. Cette province grande comme le Portugal est réputée depuis longtemps être un foyer d’opposition au régime du président Joseph Kabila.

    Aujourd’hui, les enquêteurs de la FIDH sont formels : après avoir identifié une cinquantaine de noms, ils accusent « les forces armées congolaises et les miliciens progouvernementaux de Bana Mura », une milice soudain apparue début 2017, d’avoir orchestré le massacre de Cinq, comme de plusieurs autres localités du Kasaï.

    Dans quel but ? « Affaiblir une région où la population est hostile au président #Kabila et empêcher la tenue des élections l’an prochain. Elles ont déjà été reportées cette année sous prétexte que le recensement électoral était impossible, notamment au Kasaï, dans un tel contexte d’insécurité », accuse Paul Nsapu, secrétaire général de la FIDH pour l’Afrique. Aujourd’hui exilé à Bruxelles, ce Congolais a fait partie de la mission dépêchée en Angola auprès des réfugiés du Kasaï. Une région qu’il connaît bien, puisqu’il y est né et y a grandi.

    « Éradication »

    Il semble que l’immense majorité des victimes appartient à l’ethnie luba. Ce n’est pas un hasard : le gouvernement congolais assimile désormais tous les Lubas aux « Kamuina Nsapu », du nom d’une chefferie locale dont les membres ont pris les armes après l’assassinat de leur chef coutumier en août 2016. Ce dernier, Jean Pierre Mpandi, un médecin revenu d’exil en Afrique du Sud après avoir été désigné à la tête des Kamuina Nsapu, avait refusé de faire allégeance au président Kabila. Mais son meurtre, loin de dissuader ses fidèles, les a au contraire conduits à s’attaquer aux symboles de l’Etat dans une véritable guérilla, qui a aussi fait son lot de victimes depuis un an. « Face à cette insurrection, le régime de Kinshasa a noyauté toutes les administrations en écartant ceux qui sont hostiles au pouvoir, mais aussi les Lubas, soupçonnés de sympathie pour les rebelles », explique encore Paul Nsapu. Dans ce cycle d’attaques et de représailles sans fin, les #massacres orchestrés dans certaines localités viseraient ainsi, pour la FIDH, à instaurer un climat de terreur, censé affaiblir « les forces négatives », selon la formule employée à Kinshasa.

    « Mais à Cinq, comme ailleurs, il ne s’agit plus seulement de faire peur. C’est une véritable stratégie d’éradication qui a eu lieu », souligne Tchérina Jerolon, responsable adjointe du bureau Afrique de la FIDH.

    Depuis son indépendance, en 1960, la RDC, autrefois baptisée Zaïre, a rarement été un pays tranquille. Aussi vaste que l’Europe de l’Ouest, ce géant toujours instable a été depuis plus d’un demi-siècle « violé, pillé, ravagé, ruiné, corrompu, sanguinaire, dupé, ridiculisé, réputé sur tout le continent pour son incompétence, sa corruption et son anarchie », écrivait, en 2006, le romancier britannique John Le Carré dans le Chant de la mission. Paul Nsapu n’a d’ailleurs pas oublié « les tentatives des colons belges de retarder leur départ en suscitant eux aussi des foyers d’instabilité au Kasaï et au Katanga, toujours grâce à la manipulation des ressentiments ethniques ».

    Mais sur la base des informations recueillies en Angola, les enquêteurs de la FIDH sont en mesure d’affirmer que les massacres perpétués ces derniers mois placent le curseur encore plus haut dans l’échelle des violences auxquelles ce pays est accoutumé : ils relèveraient en effet désormais d’une « stratégie de planification et d’extermination, constitutive de crimes contre l’humanité », insiste Safya Akorri, l’avocate de la FIDH, qui envisage de solliciter la Cour pénale internationale (CPI).

    De nombreux témoignages recueillis en Angola évoquent en effet des « réunions destinées à préparer les tueries ». Et notamment à Cinq, où la FIDH a identifié au moins sept responsables locaux, accusés d’avoir rassemblé les représentants des communautés qui ne sont pas Lubas et de les avoir radicalisés en désignant un ennemi de circonstance : les Lubas, soudain « désignés comme des étrangers qui ont volé des terres », affirme le rapport de la FIDH.

    Les rescapés se rendront d’ailleurs compte après l’attaque que la plupart des familles tchokwé, pende et tetela avaient quitté le village quelques jours auparavant. Comme s’ils savaient ce qui allait se produire dans ce petit village où les communautés vivaient jusque-là en bonne entente. Seuls certains hommes reviendront le jour du massacre, pour assister les tueurs. Lesquels auront pris soin, toujours selon les témoignages recueillis, de bloquer toutes les sorties du village, afin d’éliminer ceux qui auraient tenté de s’échapper.

    « Boucs émissaires »

    Dans une région d’Afrique, qui reste hantée par le génocide au Rwanda en 1994, ces massacres à huis clos rappellent de mauvais souvenirs. La FIDH, qui avait en son temps dénoncé les signes avant-coureurs du génocide rwandais, en est pleinement consciente. Ici aussi, comme au Rwanda à l’époque, « le gouvernement semble avoir désigné des groupes ciblés devenus des boucs émissaires pour justifier son maintien au pouvoir », croit savoir Paul Nsapu.

    Comment évaluer l’étendue du désastre ? La mission de la FIDH a été dissuadée de se rendre au Kasaï même, se contentant des témoignages des réfugiés de l’autre côté de la frontière.

    Les autorités de Kinshasa refusent d’accueillir des missions d’enquête internationales indépendantes. Et l’assassinat, en mars, de deux experts occidentaux de l’ONU a refroidi les velléités de ceux qui veulent faire la lumière sur ce qui se passe réellement au Kasaï. Michael Sharp et Zaida Catalán ont été tués lors d’une mission sur le terrain dans cette région où 87 fosses communes ont été découvertes. Kinshasa avait immédiatement accusé les Kamuina Nsapu de ce double meurtre.

    « Témoins gênants »

    Pourtant, mi-décembre, une enquête conjointe menée par la radio RFI et l’agence de presse Reuters était en mesure de révéler que la mission des deux experts a été infiltrée dès le départ par deux agents de l’Agence nationale de renseignements (ANR). Lesquels auraient persuadé les Occidentaux de se rendre dans une zone, pourtant déconseillée par les interlocuteurs locaux. Ces conseils de prudence n’ont pas été traduits et rapportés aux experts pendant une séance préparatoire, par chance enregistrée, et dont les journalistes ont pu avoir le compte rendu. « Après la découverte des corps, sous la pression internationale, les autorités ont procédé à des arrestations et ont organisé un procès, actuellement suspendu. Mais ce ne sont pas les vrais coupables qui se retrouvent face aux juges. Juste des sous-fifres. L’ANR manipule tout, et elle fait disparaître les protagonistes comme les témoins gênants », accuse Paul Nsapu, qui voit dans l’explosion du Kasaï la confirmation d’une dérive qui gangrène tout le pays. « Ces horreurs résultent d’une situation politique et sécuritaire qu’on retrouve en réalité sur tout le territoire congolais. Et notamment dans l’est du pays, en Ituri, autour de la ville de Beni, où les massacres sont récurrents. Même chose dans le nord du Katanga, où des foyers d’insécurité sont apparus et où l’armée exacerbe les conflits ethniques », énumère le secrétaire général de la FIDH Afrique. Et de conclure : « Chaque jour, nous entendons des cris venus de ce pays. Pour dire qu’on a enlevé quelqu’un, qu’un autre a été arrêté ou qu’il a disparu. Quand est-ce qu’on va enfin réagir pour mettre un terme à ce cauchemar ? »
    Maria Malagardis

    #Congo #RDC


    • Je ne connais pas le travail de François Lagarde ici interrogé mais j’ai lu pas mal de choses sur l’histoire du Rwanda. Et je trouve cette interview très complaisante pour le colonisateur. Déjà il aurait été bien de rappeler vite fait que les groupes hutus/tutsis/twa étaient des groupes d’appartenance sociale que le pouvoir colonial a contribué à transformer en groupe racial.

      Le grand échec politique est le sacrifice de 150 000 Tutsi, quasi tous innocents, sur l’autel de la République, la Belgique n’a pu l’empêcher

      J’ai vraiment du mal ne pas m’étrangler en lisant ça,étant donné que c’est la Belgique qui a mis en place une organisation sociale nouvelle, une propagande raciale qui passait aussi par l’Église catholique surpuissante au Rwanda et un pouvoir politique qui jouait sur les conflits raciaux pour diviser la population. Donc c’est clairement la Belgique qui a posé les fondements de tous les génocides des tutsis qui ont suivi.

    • Mais il ne dit pas que ces groupes soi disant ethniques n’existaient pas en tant que tels et que ce sont les colons belges qui leur ont donné une origine raciale.
      Et surtout, dire « la Belgique n’a pu l’empêcher » ça sous entend qu’elle a essayé de le faire alors que c’est elle qui a créé tout le contexte qui mènera aux génocides des Tutsis.



  • 50 years of U.S. mass shootings: The victims, sites, killers and weapons - Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/graphics/national/mass-shootings-in-america

    he death tolls change, the places change: 26 at a church, 26 in an elementary school, 49 in a nightclub, 58 at a country music festival. The faces in the memorial photos change every time.

    But the weapons are the common denominator.

    Mass killings in the United States are most often carried out with guns, usually handguns, most of them obtained legally.

    There is no universally accepted definition of a mass shooting, and different organizations use different criteria. In this piece we use a narrow definition and look only at the deadliest mass shootings, beginning Aug. 1, 1966, when ex-Marine sniper Charles Whitman killed his wife and mother, then climbed a 27-story tower at the University of Texas and killed 14 more people before police shot him to death. The numbers here refer to 132 events in which four or more people were killed by a lone shooter (or two shooters in three cases). An average of eight people died during each event, often including the shooters.

    #armes #armement #états-unis #armes_légères #massacres



  • « Les Lointains Suicidés de la République » - nouvelobs.com

    http://teleobs.nouvelobs.com/la-selection-teleobs/20171026.OBS6540/ne-ratez-pas-les-lointains-suicides-de-la-republique.html

    C’est comme si la lumière était en train de s’éteindre", explique un jeune Wayana. En 2005, puis en 2010, une vague de suicides endeuillait cette communauté amérindienne de Guyane - un nombre vingt fois supérieur à celui de l’Hexagone. Sur les rives des fleuves Maroni et Oyapock, cette funeste épidémie touche les jeunes, filles et garçons, dès l’adolescence. Les médecins eux-mêmes ont du mal à repérer les signes avant-coureurs des dépressions qui minent cette population culturellement peu encline à se livrer. Ces passages à l’acte sont des expressions individuelles d’une situation collective dramatique.

    #guyane #france #peuples_autochtones #violence #massacres


  • To Solve Gun Violence, Americans Need to Aim Higher · Global Voices
    https://globalvoices.org/2015/12/07/to-solve-gun-violence-americans-need-to-aim-higher

    As I write, news is breaking of two more gun massacres in the United States, one on the west coast, the other on the east. Americans are already starting to forget Friday’s politically motivated attack on a Planned Parenthood in Colorado, which killed three people and orphaned six children.

    The amnesia breaks my heart. But the political response from both left and right here in the US is much more troubling. In the face of violence, we don’t just forget. We also lose our best selves.

    #états-unis #armes #armement #violence #massacres #tueries



  • Morning Star : Britain buries its bloody role in Indonesia | The People’s Daily
    http://morningstaronline.co.uk/a-2fd5-Britain-buries-its-bloody-role-in-Indonesia

    THE attempts to prevent a summit from going ahead in Jakarta on the massacres of 1965 show just how great a step was taken when the International People’s Tribunal into the killings reported last year.

    They also underline how much work is left to be done. It is significant that the tribunal was held in The Hague, and that the Indonesian, British and US governments all rejected invitations to participate.

    Britain is vital to our understanding of the events of 1965 — this is far from a matter of curiosity about another country’s history but an episode in which our own government and its major ally were deeply involved.

    #histoire #Indonésie #massacres #Royaume_uni


  • #Monténégro : un #monument à un criminel de guerre tchétnik en gage de « réconciliation » ?

    Durant la #Seconde_Guerre_mondiale, #Pavle_Đurišić, commandant de groupes #tchétniks dans le nord du Monténégro, fut directement responsable d’effroyables #massacres et du « #nettoyage_ethnique » des populations musulmanes de la vallée de la Drina. Pourtant, à Berane, des organisations serbes veulent lui ériger un monument en signe de « #réconciliation ». Le projet suscite un tollé.


    https://www.courrierdesbalkans.fr/Monument-dedie-a-Pavle-Djurisic
    #mémoire #Pavle_Durisic #WWII
    cc @albertocampiphoto


  • Ishi, the Last Yahi - Full Movie | Snagfilms - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=0ZB9oKQaCN4

    ISHI, THE LAST YAHI begins in 1492 when there were more than ten million Native Americans in North America. By 1910, their numbers had been reduced to fewer than 300,000. In California, massacres of Indians in the 1860s and 1870s had nearly exterminated the Native peoples in the state. Therefore the sudden appearance in northern California in 1911 of Ishi, “the last wild Indian in North America,” stunned the nation. For more than 40 years, Ishi had lived in hiding with a tiny band of survivors. When he walked into the white man’s world, he was the last Yahi Indian alive.

    Je viens de voir ce #documentaire très émouvant
    #Californie #Indiens #massacres #survivant #suprémacie_blanche #génocide

    • #Ishi (1862-1916) est connu comme « le dernier des #Yahi », sous-groupe de la tribu Yana en Californie. Il a été découvert effrayé et affamé à Oroville où il a été capturé et emprisonné. Alfred Kroeber demanda sa libération et le fit venir au musée d’anthropologie de l’université de Californie à San Francisco pour étude. Theodora Kroeber publia sa biographie : Ishi in Two Worlds.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Ishi

      Le film est : Ishi, the Last Yahi de Jed Riffe et Pamela Roberts (1992, SnagFilms, USA, anglais, 1 heure)

      Pas encore regardé, mais merci !

    • Être le dernier : Ishi, l’homme-archive
      https://amnis.revues.org/2209?lang=en

      Seul survivant d’une tribu indienne Yana exterminée à l’issue d’une politique de prédation et colonisation brutales de ses territoires, le dernier à parler la langue de cette tribu, à maîtriser des techniques (fabrication d’outils, chasse…) datant de l’âge de fer, Ishi entre dans la « civilisation » blanche en 1911. Accueilli au Museum d’Anthropologie de l’université de Californie, il s’efforce de transmettre tout ce qu’il connaît d’un savoir-faire et d’une culture annihilés. J’examinerai la façon dont, dans son ouvrage Ishi, le dernier Indien sauvage de l’Amérique du Nord témoigne, Theodora Krober montre comment, dans l’absence parfois presque complète de documents, c’est un homme qui se fait ici archive.