• NETANYAHU : PORTRAIT D’UN #CRIMINEL DE GUERRE (PARTIE 1 & 2) - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=B4rnWE0C3ns

    À lui seul et depuis plus de 15 ans, Benjamin Netanyahu incarne l’extrême droitisation d’une société israélienne de plus en plus sclérosée. À travers un portrait inédit dont on diffuse ici la deuxième partie en plus de la première sortie quelques semaines plus tôt, Blast vous propose de découvrir qui est l’homme qui règne sur l’État hébreu. De son enfance aux #États-Unis, élevé par un père admirateur de #Mussolini, à l’offensive destructrice lancée sur #Gaza en passant par les accords d’Oslo, les idées de Netanyahu sont petit à petit devenues majoritaires dans le pays. #Mensonges historiques, #apartheid, crimes de guerre et accusations de #génocide à l’encontre des Palestiniens.

  • #SNCF is stopping sales of most international tickets – a decision rooted in incompetence, and communicated with malevolence

    If you want to travel on 22nd May 2024 from Paris to Berlin (Germany), Verviers (Belgium) or Luzern (Switzerland), the app and website for SNCF ticketing, #SNCF_Connect, will show you prices and sell you a ticket. Try the same on 24th May 2024 and it will not. Here are the screenshots to prove it:

    Even connections to towns just the other side of the border – like Mouscron (Belgium) or Rastatt (Germany) are no longer available for purchase:

    As this explanation page on the SNCF website outlines, from 23rd May only a very limited selection of international tickets are available for sale from SNCF. There’s also a map listing what is available that looks like it was made in MS Paint.

    Let’s not play down the significance of this.

    SNCF Connect could until now sell you a ticket to any station in Netherlands (now reduced to just Amsterdam, Schiphol and Rotterdam), any station in Belgium (now just Antwerpen, Bruxelles, Liège), any station in Germany (now just the few stations directly served by cross border ICEs and TGVs), any station in Switzerland (now just anything served by TGV Lyria), any station in Italy (now just Ventimiglia, Torino, Milano) and any high speed station in Spain (now just Barcelona, Girona, Figueres).

    What the website of course does not say is why the change happened.

    So I set about getting to the bottom of the issue.

    On Monday 13th May I was travelling through Strasbourg so headed to the Grandes Lignes ticket office to ask. These conversations were in French, translated into English here.

    Me: “I want to take a train from Strasbourg to Berlin in mid-June, but I cannot get a price in SNCF Connect, can you help me?”
    SNCF employee: “It’s not possible any more”
    Me: “Really? Why is that?”
    SNCF: “It’s the fault of Deutsche Bahn!”
    Me (somewhat surprised at this point): “But other railways manage to sell Deutsche Bahn tickets still.”
    SNCF: “It’s Deutsche Bahn”

    I tried again at Grandes Lignes at Paris Austerlitz on Friday 17 May.

    Me: “I cannot manage to book a ticket on SNCF Connect from Paris to Berlin in June”
    SNCF: “It’s not possible any more. You will have to try with Deutsche Bahn or Trainline”
    (bit of a jaw drop here – Trainline, SNCF’s main ticket sales competitor?)
    Me: “Sorry, but I would like to know why this is.”
    SNCF: “It’s Europe’s fault”
    Me: “So please tell me this. If Deutsche Bahn can still sell SNCB tickets, ÖBB can still sell Trenitalia, but SNCF cannot sell any of these any more, then how can it be Europe’s fault that SNCF cannot sell these tickets?”
    SNCF: “But it is international agreements!”

    And that was then I broke, and told the employee what the actual reason is. Because Le Figaro has the gist of it, and I have had this confirmed to me by sources in other rail firms. SNCF’s IT system for these sales – #Résarail – is outdated and being closed down, and the new system is not yet available. And in the meantime sales of these tickets are simply not possible. Incompetence in other words. There is a financial consequence too – it is rumoured that railways receive a 10% commission on these sales amongst themselves. Bang goes that income for SNCF.

    But the communication about why this is the case crosses over into malevolence. Rather than facing up to the problem, SNCF resorts to finger pointing – at Deutsche Bahn, Europe, and international agreements. None of which are the reason.

    Also what SNCF is doing here is precisely the opposite of what it says it wants to do in its European Parliament election manifesto (full PDF here): “To attract more passengers, we are constantly seeking to improve the quality of our service and are investing heavily in all aspects of customer satisfaction. We have also made a joint commitment with our European partners to improve international ticketing“. If we are to believe the Community of European Railways – of which SNCF is a member – it is only a matter of time before state owned railway firms in Europe sort out these cross border ticketing headaches – while the actual behaviour of one of Europe’s largest railway companies is precisely the opposite.

    The likes of Trainline, Omio, SNCB International and Deutsche Bahn will pick up most of the slack, but not all. Passengers unable to book online and who previous relied on purchasing these tickets at ticket offices in France will be left stuck.

    None of this is clever or sensible, but sadly that is what you get from SNCF when it comes to anything international.

    https://jonworth.eu/sncf-is-stopping-sales-of-most-international-tickets-a-decision-rooted-in-i
    #France #mensonge #incompétence #chemins_de_fer #international #billets_internationaux #technologie #on_marche_sur_la_tête

    via @freakonometrics

  • ’This Weaponization Is Meant to Shift Focus Away From Gaza’: - FAIR
    https://fair.org/home/this-weaponization-is-meant-to-shift-focus-away-from-gaza

    S: I mean, I’m Jewish. I’m fairly observant. I was at a Seder last night. When people say the pro-Palestinian movement is antisemitic, they’re lying. I’m just flat-out saying I think a lot of people, on some level, know that this isn’t about Jews. This isn’t about Judaism. It’s about the fact that Israel is committing a #genocide in our people’s name. And if you support it, that is going to lead people to make a bunch of bad inferences about you, because you’re vocally supporting a genocide.

    This weaponization is meant to shift focus away from #Gaza, away from Palestine, the people who are being massacred, the people whose bodies they found in a mass grave at a hospital yesterday. The point is to distract from the fact that there is no moral case to defend what Israel was doing. So the only thing that Zionists have going for them is just smears, attacking the movement, tone-policing, demanding we take stances that they’re never asked to take. No one ever asks pro-Israel protestors, “Do you condemn the Israeli government ,” because Israel is seen as a legitimate entity.

    #ignominies #sionisme #mensonges

  • Saying What Can’t Be Said: Israel Has Been Defeated – a Total Defeat - Israel News - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/2024-04-11/ty-article-magazine/.premium/saying-what-cant-be-said-israel-has-been-defeated-a-total-defeat/0000018e-cdab-dba9-a78e-efef6ba10000

    The system is to procrastinate for as long as possible, and in the meantime – lie .

    […]

    Rafah is the newest bluff that the mouthpieces are plying to fool us and make us think that victory is just moments away. By the time they enter Rafah, the actual event will have lost its significance. There may be an incursion, perhaps a tiny one, sometime – say in May. After that, they’ll peddle the next lie , that all we have to do is ______ (fill in the blank), and victory will be on its way. The reality is that the war’s aims will not be achieved. Hamas will not be eradicated. The hostages will not be returned through military pressure. Security will not be reestablished.

    The more the mouthpieces shout that “we’re winning,” the clearer it is that we’re losing. Lying is their craft . We need to get used to that. Life is less secure than before October 7. The beating we took will sting for years to come. The international ostracism won’t go away. And, of course, the dead won’t be coming back. Nor will many of the hostages.

    For some of us, life will get back on track, with the petrifying fear of an imminent repeat. And for some of us, life won’t get back on track. Those people will walk among us like the living dead. That’s what we voted for. That’s how it is. We need to get used to the sad reality in our homeland.

    #sionisme #mensonges

  • Arnaud Bertrand sur X :
    https://twitter.com/RnaudBertrand/status/1776793084283765050

    Yet another proof, if need be, that Israel lied shamelessly.

    – 3rd January, Israel’s spokesperson: “Israel places ZERO restrictions on water entering Gaza”, calling a NYT report to that effect “so fake I don’t even understand where it’s coming from”

    – Today, Israel after the WCK debacle: “alright, alright, we’ll reopen the water pipeline into Gaza”

    #sionisme #mensonges

  • Concernant la culture généralisée du mensonge au sein de l’armée de l’état sioniste selon le témoignage d’un officier de cette armée

    צה"ל שבוי בתרבות ארגונית של שקרים והולכת שולל
    https://mida.org.il/2022/02/17/%D7%A6%D7%94%D7%9C-%D7%A9%D7%91%D7%95%D7%99-%D7%91%D7%AA%D7%A8%D7%91%D7%95%

    צה"ל שבוי בתרבות ארגונית של שקרים והולכת שולל

    יצחק בריק | 17/02/2022 
    מיוחד ל’מידה’: האלוף (במיל׳) יצחק בריק שימש בין היתר גם בתור נציב קבילות החיילים, חושף עדויות של מפקדים בצה"ל על תרבות והרגלים של שקרים וטיוחים. אם הנושא לא יטופל ומיד – זה עוד יעלה לנו ביוקר.

    מה קורה לצה"ל? הרמטכ"ל אביב כוכבי (צילום: דובר צה"ל)
    לאחרונה העידו בפניי חיילים, מפקדים זוטרים ובכירים רבים מיחידות קרביות, במכתבים ששלחו אלי ופגישות דיסקרטיות שקיימתי עם חלק מהבכירים, רובם ככולם העידו בפניי מדם ליבם על תרבות השקר והולכת שולל בצה״ל ההולכת ומתרחבת לממדים שמעולם לא היו מוכרים בצה״ל, אף כי הדברים ששמעתי לא זרים לי ואף הוצאתי דוחות קשים בנידון בהיותי נציב קבילות החיילים, התרשמתי שהתופעה הנוראה הזו הולכת ומתפשטת בצה״ל כאש בשדה קוצים. כבר בראשית דברי אני רוצה לומר שיש לנו בצה״ל מפקדים קצינים ראויים, אמינים וישרים, אך הם הולכים ומתמעטים בפני הגל העכור השוטף את הצבא, אשר גורם לרבים מאוד מהטובים לעזוב את שרות הקבע, או לא להתגייס כלל לקבע ארוך.

    אצטט בפניכם מספר משפטים שעלו בפניי ע״י מפקדים זוטרים ובכירים, וזה רק קצה הקרחון ממה ששמעתי. ( ברצוני לציין שנפגשתי עם כל קצין בנפרד ואף אחד מהם לא ידע על פגישות שלי עם הקצינים האחרים):

    ״אין לחיילים, לנגדים, לקצינים ולמפקדים גם ברמות הבכירות שום בעיה לשקר לרמה הממונה, והרמה הממונה אוהבת את זה כי זה לא מחייב אותה להתמודד עם בעיות שאינם מוצגות לה והיא יכולה גם להמשיך להציג תמונה טובה כלפי מעלה״.

    מפקד נוסף טען בפניי כי ״תופעה מאוד נפוצה היא שקרים, עיגול פינות, טיוח, תיאום עמדות וזיוף בתחקירים על אירועים חמורים, הדוגמאות הן רבות מאוד שחלקן התפרסם בתקשורת, מות החייל מגדוד הסיור של חטיבת הצנחנים בשיטפון בנחל חילזון בצפון, פציעתו הקשה של החייל עילי חיות ממגלן, טיוח, תיאום עמדות והשקרים של המפקדים לאחר האסון, זיוף גיוס החרדים ע״י קצינים בכירים באכ״א, הצגת מצגות שווא לממשלה, לוועדת חוץ וביטחון ולבג"צ. אלה הם רק קצה הקרחון מהדוגמאות שאני יכול לתת״.

    קצין בכיר מעל דרגת סא״ל, שעסק רבות בתחקור אירועים חמורים בתחום המבצעי, בתחום תאונות דרכים ונושאים נוספים, סיפר לי כי ״הוא נתקל בתופעה חמורה מאוד של ניסיון המעורבים לעגל פינות, לטייח, לתאם עמדות לפני התחקיר ולשקר במצח נחושה בתחקיר עצמו״.

    תרבות השקר מדבקת

    ״בתעסוקות המבצעיות משקרים ללא מצמוץ בעיניים, יש מ״פים ומג״דים המציגים פעילות מזויפת כלפי הממונים עליהם, פעילות שאין להם כלל כוח אדם ואמצעים לבצעה, אבל זה נותן להם קרידיט מהפיקוד שמעליהם שהם לוקחים יוזמה ומבצעים מעבר למוטל עליהם, בכך הם משיגים הערכה גבוהה יותר לפעילות הגדוד בגזרת התעסוקה, יש מצבים שהמ״פ מציג תכנית פעילות של הפלוגה לשבוע הבא, והמג״ד מבקש מהמ״פ שירשום פעילויות נוספות אף כי הוא יודע שאין ביכולתו של המ״פ לבצעם, העיקר שזה יראה למח״ט ולמפקד האוגדה שהגדוד לוקח על עצמו יוזמה ומשימות נוספות״.

    ״חלק מהמ״פים משקרים למפקדיהם במסמכים ובמצגות שלהם על השגי פלוגותיהם, פשוט מזייפים את התוצאות של השגי הפלוגה בתחומים המקצועיים עליהם הם נמדדים באימונים, בהכשרות, בתעסוקות ובמבצעים. חלק ממפקדי הגדודים משתפים פעולה עם השקר, משום שאת הנתונים המזויפים האלה הם מעבירים למעלה למח״ט ומשם זה עובר למפקד האוגדה ולעיתים לאלוף, ועל פי הנתונים המזויפים תמונת מצבו של הגדוד נתפסת כטובה יותר וזה גם מוסיף נקודות להערכתו של המג״ד ע״י מפקדיו. היות והמג״ד יודע היטב שאף אחד לא יבדוק את הנתונים שהוא מעביר, וככל שהנתונים מראים על הצלחה גדולה יותר זה מחזק את כולם כלפי המומנים עליהם, הרי שזה מאוד משתלם לשקר, דובריי האמת יוצאים מופסדים, כי הם פוגעים בתמונת הדימוי הטובה של היחידה והם נתפסים כבכיינים אשר אינם הולכים בתלם. ולכן רבים מאוד שרוצים להמשיך בצבא קבע מצטרפים לתרבות השקר שהיא מאוד משתלמת לכולם, הטובים בורחים החוצה״

    הרמטכ"ל, אביב כוכבי (צילום: דובר צה"ל)
    ״לקראת ביקורים של מפקד בכיר ( מח״ט, מפקד אוגדה, אלוף)בחלק מהגדודים מכינים מצגות שהקשר בינם לבין האמת לא קיים, מכינים את הביקור במסדר נשק ניקיון המגורים והמחנה, כולל מכתיבים לפקודיהם שהם מפקדים זוטרים וחיילים כיצד להשיב במידה והם ישאלו שאלה ע״י הקצין הבכיר שמגיע לביקור ביחידה. גם מכתיבים להם מה להגיד בפגישה עם המפקד הבכיר, הצגה מזוייפת אחת גדולה שמכינים לקראת ביקורים וביקורות של קצינים בכירים ביחידה, או לגורמי חוץ כמו חברי ועדת חוץ ובטחון שמגיעים לביקור ביחידה, כאשר הביקורת מסתיימת חוזרים שוב לבלגן הרגיל״.

    מפקד אחר טוען כי ״לא מתקיימת שיגרה ביחידות, כל מפקד עושה ע״פ הבנתו, אין סטנדרטים, קיימים פערים גדולים מאוד ביכולות המקצועיות של החיילים והמפקדים, בעיות משמעת קשות, פערים קשים ברוח הלחימה והמוטיבציה לבצע משימות, פערים קשים בשגרה המבצעית, עישון סמים, שתיית משקאות חריפים, שימוש בסמארטפונים בזמן אימונים וגם בפעילות מבצעית. מכל אלה המפקדים הבכירים מתעלמים וזה מאוד נוח להם להציג מצג שווא כלפי מעלה שיראה למפקדיהם שהיחידה במצב טוב, כך שתרבות השקר מרקיעה שחקים״.

    מצגי שווא

    רבים מהמג״דים ברוב זמנם אינם נמצאים בגדוד שלהם ובוודאי גם לא באימונים וההכשרות של חייליהם בשטח, אין להם שום השפעה ממשית על מה שקורה בגדוד, הם גם אינם משפעים על מהלך האימונים וההכשרות ולא תורמים מניסיונם דבר, ברוב זמנם הם נמצאים בדיונים אצל מפקדים בכירים מהם, או בימי עיון, כאשר במקום להסתכל למטה כלפי הגדוד הם מסתכלים למעלה, שם נוצרים הקשרים המביאים לקידומם. מה שמאוד חשוב להם לקבל דיווחים חיובים מהמ״פים על הפעילויות שלהם בכל התחומים, על מנת שהגדוד יצטייר כלפי מעלה כגדוד אשר עומד במשימותיו בצורה הטובה ביותר. זה גם מועיל להם בדיוני השיבוצים הקובעים את עתידם״.

    ״מה שקורה למ״פים שרוצים ללכת עם האמת ואינם מוכנים להתחבר לתרבות השקר, רע ומר. כאשר אתה מציג את נתוני האמת של הישגי יחידתך, אתה מוצא את עצמך בתחתית טבלת ההישגים ביחס לפלוגות אחרות שבגדוד שהעבירו נתונים מזויפים, ואתה מקלקל למג״ד את תמונת ההצלחה של הגדוד, המג״ד מזמין אותך אליו לבירור ושואל מדוע הציונים של פלוגתך נמוכים מהשאר, כל טיעוניך שאתה מדווח אמת והשאר מעגלים פינות לא מעניין, ואף חלקם של המג״דים רומזים לך שאת הנתונים הלא טובים מוטב לא להכניס לדיווח, כי זה עלול לפגוע בשם של הגדוד. כל אחד יכול להבין שהמג״ד חושש שזה יפגע בו בהשוואה עם הגדודים האחרים. ולכן אתה נמצא אצלו בתחתית הסולם, על כך שאתה מדווח דיווחי אמת. רוב המפ״ים מבינים שמוטב לשקר, הפיקוד הבכיר לא רוצה לשמוע על בעיות ועל הישגים נמוכים, אמינות הדיווח לא חשובה להם, העיקר שהגדוד יראה במצב טוב מול הגדודים האחרים. מפקד שהולך עם האמת שלו מוצא את עצמו בחוץ כאחד שמפריע למערכת״.

    התהליך הזה קורה גם אצל מח״טים רבים כלפי הממונים עליהם, תרבות השקר והולכת שולל נמצאת גם בחלק מהמצגות שמציגים תא״לים ואלופים בקבינט ובוועדת החוץ והביטחון (ראה את דוגמת שהתפוצצה לאחרונה – זיוף גיוס החרדים, כאשר כיהנתי כנציב קבילות החיילים הייתי עד למקרים רבים בו הציג הצבא לוועדת החוץ והביטחון מצגות על כשרות הצבא בתחומים רבים שהקשר בין מה שהוצג לוועדה לבין המציאות בשטח היה רופף למדי. תופעה נוספת חמורה מאוד היא ההבנה של מפקדים המציגים מצגות מחוץ לצבא (לדרג המדיני) שלא מכבסים את הכביסה המלוכלכת בחוץ, המסר שהם מבינים ממפקדיהם ששמירת דימוי הצבא חשוב לעיתים מאמירת האמת, הדימוי והנראות כלפי חוץ בראש סולם העדיפויות, המטרה מקדשת את כל האמצעים, ובשביל להשיג מטרה זו מותר לשקר ולהוליך שולל את הדרג המדיני ואת הציבור. התנהלות מופקרת זו אוחזת ברבים מהמפקדים בכל הדרגים המבינים שאלו הכללים להצליח ולהתקדם.

    קיבלתי עדויות גם מקציני מטה גדודיים, המעידים כי ״בזמן הקורונה רבות מהישיבות של המח״טים עם המג״דים שלהם נעשו בזום. יש מג״דים אשר בשעת שיחת הזום יוצאים ממשרדיהם ומדברים כאילו הם מדברים מהשטח. תכנית העבודה השבועית של רבים מהמג״דים היא תכנית עבודה פיקטיבית שרובה כלל לא מתממשת, מטרתה העיקרית להרשים את המח״ט בעשייה הרבה של הגדוד".

    ״קצינים בקבע הרוצים להתקדם בהרבה מאוד מקרים לא נשפטים כלל על הצלחתם , היות ולא קיימים סטנדרטים וקריטריונים להצלחה, והמפקדים שעוסקים בקידומם כלל לא מכירים את ביצועיהם ויכולותיהם של פקודיהם, כי הם מנותקים מהשטח, וזה ממש לא אכפת להם. מה שמשפיע על קידומך זו הליכה בתלם, לא לעלות בעיות, להציג מצגות שקריות על הישגים שבונים תמונה יפה שהמפקד יכול להתגאות בה. קשרים טובים ולא קישורים זה מה שחשוב לקצין שרוצה להתקדם היום בצה״ל, התקרנפות .התרפסות , והתבטלות בפני מפקדיהם. זו גם הסיבה שקצינים הטובים לא רוצים לחתום לקבע ובוודאי לא לעשות קריירה צבאית, זו גם הסיבה שבשנים האחרונות היה גל עצום של עזיבה של קצינים טובים ששרתו בקבע ולא רצו להמשיך בצבא כפי שהוא נגלה לעיניהם״.

    ״הצבא היום רק טבלאות אקסל ומצגות, כל היום החפירות האלה זה מה שמעניינים את הפיקוד היום. בשטח אין רכבים לקיום תעסוקה מבצעית, אין אמצעים לשגרת ביטחון שטוף. בסיכום מילואים אני מביע מול סא"ל את דעתי שהיא שלילית לגבי התנהלות האוגדה וחוטף מטר של השמצות. לומר את האמת לקצין זו כנראה לא אופציה. זה פשוט לא מקובל עליו, כי הוא רוצה שאשבח את התנהלותו ויחידתו".

    תרבות ארגונית קלוקלת (צילום: דובר צה"ל)
    דוגמא נוספת של מ"פ מגולני שאמור לחבור לצורך סגירה אגמית, לא מגיע ומתחמק. “כאשר מאמתים אותו על אי הגעתו הלה משקר שהגיע ואף חבר במקרה זה אלי, הוא מסביר איך הגיע, רק שיש מכשול הנדסי בדרך. שקרים ועוד שקרים וטיוחים. מה שמעניין זה המצגות והמשכורת שדופקת כמו שעון. בושה שצה”ל איבד את הצביון. עם אלה צריך לנצח?״

    ״שתדע שלא רק אתה חרד ממצב המערך הלוגיסטי. בתור קצין בכיר באט"ל אני נחרד כל תרגיל מחדש איך עסוקים קצינים בכירים רק בדבר אחד, להראות הצלחה גם שזו לא הושגה. קשה להם להגיד בסיום תרגיל “לא הצלחנו” אפילו על סעיף אחד קטן. ביקרתי בשבועיים האחרונים בשני תרגילים, האחד משלב לוגיסטיקה והשני לוגיסטי טהור, ערך אמירת האמת פשוט לא קיים בכל מה שקשור לדיווחים של קציני הלוגיסטיקה שראיתי מרמת אלוף משנה ועד סגן, לכל היותר חצאי אמיתות״

    ״מחסור כוח אדם בכלל ומקצועי בפרט ביחידות הקרביות והמילואים כתוצאה מקיצוצים לא מושכלים והזויים בכוח אדם קבע וקיצור שירות הבנים, הביא לפערים בלתי ניתנים לגישור בין כוח האדם הנותר לאחר הקיצוצים לבין המשימות, ולכן קצינים ונגדים רבים מדווחים כלפי מעלה למפקדיהם דיווחים לא אמינים על ביצוע משימות שאותן הם כלל לא ביצעו על מנת לקבל חוות דעת טובה שהיא תנאי לקידום, נוצר תהליך חמור של תרבות שקר וקשר של שתיקה״.

    תרבות השקר בתחקירי צה״ל

    בשיחה שהייתה לי עם קצין בכיר מאוד שריכז תחקירים בתחום תאונות המתרחשות בצה״ל בכל התחומים הוא אמר לי ״בתחקירי צה״ל השתרשה תרבות של שקר, טיוח, עיגול פינות, העלמת מידע, ותיאום עדויות של המעורבים לקראת תחקירים וחקירת מצ״ח. במקום לטפל בראש הנחש שהם הקצינים הבכירים שמעלימים עין ואחראים ישירות לתרבות השקר, הרי ברוב המקרים מטפלים בש"ג על מנת לצאת ידי חובה.״

    סיכום

    אנו עדים לצבא שתרבות השקר והולכת שולל הולכת ומתעצמת, הולכות ותופחת, ובשנתיים האחרונות הגיע צה״ל לשיאים שלא הכרנו מעולם, חלק מהמפקדים חושבים על התפקיד הבא וכיצד ליצור תמונה של יחידה ברמה גבוהה גם אם זו לא האמת.

    התוצאה היא מאוד מתסכלת, חמורה ועגומה, הטובים נוטשים את הצבא. חלק מהנשארים בצה״ל הם ההולכים בתלם החוששים להביע את עמדתם ומתקרנפים, לצערי החלק הזה הולך וגדל עם הזמן.

    הגענו למצב בלתי ניתפס שמזכיר לי את התנהלות הערבים במלחמות העבר נגדנו. השקרים של דרגי השטח המדווחים כלפי מעלה לממונים עליהם על הצלחה בשטח בזמן שהם כשלו בקרב נגדנו, עיוותו את התמונה בעיני מפקדיהם, והחלטותיהם התקבלו על סמך מידע לא אמין ומעוות, דבר שעבד מצוין לטובתנו. לא פיללתי ולא האמנתי שהצבא הישראלי יגיע לדרגות שקר כפי שהיו בצבאות הערביים אשר תרמו רבות לתבוסתם נגדנו. האם התהפכו היוצרות?

    אלוף (במיל׳) יצחק בריק שימש בתור נציב קבילות החיילים, מפקד גיס, מפקד המכללות הצבאיות ומפקד אוגדה סדירה 36.

    עקבו אחר ׳מידה׳ גם ברשתות החברתיות:

    #sionisme #mensonges

    • la « commission d’acceptabilité des soldats » semble être une instance de recours hors hiérarchie pour les militaires, cf. sa page sur WP[he] qui n’a aucune page liée dans une autre langue et toutes les recherches de traduction retombent sur cette notion d’acceptation sans proposer d’alternative

      une instance donc qui statuerait sur la recevabilité du recours, mais aussi, semble-t-il sur le recours lui-même

      נציבות קבילות החיילים – ויקיפדיה
      https://he.wikipedia.org/wiki/%D7%A0%D7%A6%D7%99%D7%91%D7%95%D7%AA_%D7%A7%D7%91%D7%99%D7%9C%D7%95%D7

      נציבות קבילות החיילים (נקח"ל) היא יחידה במשרד הביטחון, שמטרתה לאפשר לחיילי צה"ל ובני משפחותיהם להגיש קבילה על כל מעשה או מחדל שנפגעו ממנו ולתבוע את תיקון הליקויים, וזאת שלא דרך צינורות הפיקוד הרגילים המקובלים בצבא. הנציבות הוקמה ב-1 בנובמבר 1972 בעקבות תיקון בחוק השיפוט הצבאי.

    • Cela expliquerait en partie le très nombre d’actes contre-productifs du type assassinat de membres d’une ONG « amicale »... On en arriverait presque à avoir envie de les vor se mesurer avec des soldats professionnels du type Hezbollah...

  • Peut-on croire les déclarations (dénégations et affirmations) de l’armée de l’état sioniste ?

    Thread by HediViterbo on Thread Reader App – Thread Reader App
    https://threadreaderapp.com/thread/1721468176892850589.html

    Can the Israeli military be believed?

    A thread

    #Palestine #Gaza #WestBank #Palestinians

    Let’s start with Israel’s use of white phosphorus, which can cause horrific burns and injuries.

    New videos, verified by @amnesty & @hrw, appear to show Israel using this weapon in civilian areas in #Gaza & #Lebanon:
    amnesty.org/en/latest/news…
    hrw.org/news/2023/10/1…
    Evidence of Israel’s unlawful use of white phosphorus in southern Lebanon as cross-border hostilities escalate

    The Israeli army fired artillery shells containing white phosphorus, an incendiary weapon, in military operations along Lebanon’s southern border between 10 and 16 October 2023.
    https://www.amnesty.org/en/latest/news/2023/10/lebanon-evidence-of-israels-unlawful-use-of-white-phosphorus-in-southern-le

    Israel: White Phosphorus Used in Gaza, Lebanon
    Israel’s use of white phosphorus in military operations in Gaza and Lebanon puts civilians at risk of serious and long-term injuries, Human Rights Watch said today in releasing a question and answer d…
    https://www.hrw.org/news/2023/10/12/israel-white-phosphorus-used-gaza-lebanon

    The Israeli military denies using white phosphorus, but in the past Israel has lied about its use of this weapon.

    theguardian.com/world/2023/oct…
    Israel denies using white phosphorus munitions in Gaza
    Human Rights Watch says verified videos show ‘multiple airbursts of artillery-fired white phosphorus’ from Israel’s military
    https://www.theguardian.com/world/2023/oct/13/israel-military-white-phosphorus-gaza-lebanon

    In 2009, reports emerged that the Israeli military had used white phosphorus in #Gaza.

    At first, Israel categorically denied these reports. But then @thetimes published the evidence – and Israel was forced to admit: “Yes, phosphorus was used.”
    web.archive.org/web/2021062310…

    https://web.archive.org/web/20210623104248/https://www.thetimes.co.uk/article/israel-admits-using-white-phosphorous-in-attacks-on-gaza-3jngp502vh0

    Now let’s look at Israeli air raids.

    In 2019, Israel’s air force targeted the home of a family in #Gaza, killing eight #Palestinians.

    Initially, Israel claimed that the building was a training facility of Palestinian militants.

    aljazeera.com/news/2019/11/1Gaza: Eight family members killed, 12 critical in Israeli raids
    Three adults and 5 children were killed in attacks while 12 other Palestinian family members in critical condition.
    https://www.aljazeera.com/news/2019/11/14/gaza-eight-family-members-killed-12-critical-in-israeli-raids

    After the truth was revealed by the media, the Israeli military had to confess:

    haaretz.co.il/news/politics/…
    תחקיר צה"ל על הרג המשפח בעזה: אם היה מוגדר נכון, המתחם לא היה מותקף
    https://www.haaretz.co.il/news/politics/2019-12-24/ty-article/.premium/0000017f-da83-d938-a17f-feabc1d30000

    Israel behaves in the same way whenever its soldiers assault, abuse, or kill Palestinians.

    In 2016, an Israeli military medic killed a disarmed and injured Palestinian by shooting him in the head.

    At first, the military decided not to press charges against the soldier.

    Then, Israeli NGO @btselem published a video of the killing, which led to condemnations around the world.

    Only at that point was the soldier taken to court. He was convicted and, after 9 months, was released from prison.
    btselem.org/video/20160324…
    https://www.btselem.org/video/20160324_soldier_executes_palestinian_attacker_in_hebron#full

    Another Israeli soldier shot to death a 17-year-old Palestinian in 2014.

    The soldier was prosecuted – and convicted – only after @CNN published a video of the killing.

    He spent less than a year in prison:
    edition.cnn.com/2018/04/25/mid…
    Israeli police officer jailed for 9 months for killing Palestinian teen | CNN
    https://edition.cnn.com/2018/04/25/middleeast/israeli-police-officer-jailed-intl/index.html
    In that case, both the military and the soldier claimed that he had used only rubber-coated bullets.

    But the autopsy, which found three live bullets, refuted their claims.
    haaretz.com/israel-news/20…

    Border policeman who killed unarmed Palestinian teen released from prison after less than year
    https://www.haaretz.com/israel-news/2019-01-03/ty-article/.premium/border-policeman-who-killed-unarmed-palestinian-teen-released-early-from-prison/0000017f-e3c1-df7c-a5ff-e3fb77470000

    Similarly, in 2018, Palestinians in the West Bank accused the Israeli military of firing tear gas into their school.

    Initially, the military denied these allegations. But it was forced to admit after a video surfaced:
    web.archive.org/web/2022070521…

    https://web.archive.org/web/20220705214724/https://www.haaretz.com/israel-news/2018-12-06/ty-article/.premium/israeli-army-denied-throwing-tear-gas-into-hebron-school-then-a-video-surfaced/0000017f-f94d-ddde-abff-fd6db1780000

    Last year, the Israeli military had to change its story about another incident: the killing of Al Jazeera journalist Shireen Abu Akleh.

    At first, Israel denied responsibility – and blamed Palestinian militants.
    @AJEnglish @ShireenNasri

    But then, the international media, the U.N., and the U.S. investigated the incident, and found that an Israeli soldier had killed Abu Akleh while she was wearing a blue press vest.

    Israel had no choice but to admit. No soldier has been prosecuted:
    edition.cnn.com/2022/09/05/mid…

    Israeli military admits Shireen Abu Akleh likely killed by Israeli fire​​​​, but won’t charge soldiers | CNN
    https://edition.cnn.com/2022/09/05/middleeast/idf-shireen-abu-akleh-investigation-intl/index.html

    Although Israel’s armed forces killed 10,556 Palestinians between October 2001 and September 2023, soldiers who kill Palestinians are rarely prosecuted.

    As we’ve seen, prosecutions usually occur when Israel is unable to deny what the soldiers did.
    statistics.btselem.org/en/all-fatalit…

    https://statistics.btselem.org/en/all-fatalities/by-date-of-incident?section=overall&tab=overview
    More than 99% of complaints regarding harm caused to Palestinians by soldiers end without a trial, according to Israeli NGO @YeshDin.

    And the few soldiers who are prosecuted and convicted - tend to receive extremely lenient sentences:
    15/20 yesh-din.org/en/law-enforce…

    Data sheet: Law enforcement against Israeli soldiers suspected of harming Palestinians and their property - Summary of figures for 2017-2021 - Yesh Din

    Every year, Yesh Din publishes up-to-date figures on military law enforcement against Israeli soldiers suspected of harming Palestinians and their property in the West Bank and the Gaza Strip. The inf…
    https://www.yesh-din.org/en/law-enforcement-against-israeli-soldiers-suspected-of-harming-palestinians

    Again and again, the Israeli military denies allegations, and is forced to confess only when left with no other choice.

    And even when the Israeli military admits to accusations, it makes up excuses: “we acted lawfully,” "these are just a few rotten apples"…

    So, the military tries to deny the facts. When this doesn’t work, it denies the meaning of these facts.

    Following sociologist Stanley Cohen, the former denial tactic of the Israeli military can be called “factual” (or “literal”) denial.

    The latter can be called “interpretive” denial.
    18/20 wiley.com/en-us/States+o…

    States of Denial: Knowing about Atrocities and Suffering
    Blocking out, turning a blind eye, shutting off, not wanting to know, wearing blinkers, seeing what we want to see ... these are all expressions of denial. Alcoholics who refuse to recognize their con…
    https://www.wiley.com/en-us/States+of+Denial%3A+Knowing+about+Atrocities+and+Suffering-p-9780745623924

    Even a retired major general in Israel has warned of the Israeli military’s “culture of lying and deceit.”

    He describes military investigations as filled with “lies, cover-ups, cutting corners, hiding information, and coordinating testimonies”:
    mida.org.il/2022/02/17/%D7…
    צה"ל שבוי בתרבות ארגונית של שקרים והולכת שולל
    מיוחד ל’מידה’: האלוף (במיל׳) יצחק בריק שימש בין היתר גם בתור נציב קבילות החיילים, חושף עדויות של מפקדים בצה"ל על תרבות והרגלים של שקרים וטיוחים. אם הנושא לא יטופל ומיד - זה עוד יעלה לנו ביוקר.
    https://mida.org.il/2022/02/17/%D7%A6%D7%94%D7%9C-%D7%A9%D7%91%D7%95%D7%99-%D7%91%D7%AA%D7%A8%D7%91%D7%95%
    Lastly, Israel hides unflattering documents, including previously public ones.

    The aim (as revealed by @Akevot & @haaretzcom) is to protect Israel’s reputation, discredit critical scholars, and prevent Palestinian unrest:
    web.archive.org/web/2022060220…
    akevot.org.il/wp-content/upl…

    https://web.archive.org/web/20220602201255/https://www.haaretz.com/israel-news/2019-07-05/ty-article-magazine/.premium/how-israel-systematically-hides-evidence-of-1948-expulsion-of-arabs/0000017f-f303-d487-abff-f3ff69de0000
    • • •

    #sionisme #mensonges

  • Peut-on faire confiance aux enquêtes de l’armée de l’état sioniste ?

    Thread by HediViterbo on Thread Reader App – Thread Reader App
    https://threadreaderapp.com/thread/1775229517054791682.html

    Israel is investigating its killing of 7 aid workers in #Gaza (who were from the UK, Australia, Poland, and Palestine, and included a U.S.-Canadian citizen).

    But what do Israel’s past investigations of similar killings tell us?

    1/11

    Take, for example, James Miller – an award-winning British filmmaker.

    He was killed by Israeli gunfire while filming a documentary in #Gaza.

    Forensic experts from the London police found that the bullets were the same ones used by the Israeli military.

    2/11

    But the Israeli investigation into Miller’s death did not recommend that the suspected soldier be prosecuted.

    Even when the British Attorney General asked Israel to prosecute the soldier, Israel ignored this request.

    3/11

    Another example concerns U.S. activist Rachel Corrie, who was crushed to death by an Israeli armored bulldozer in #Gaza.

    Corrie was protesting Israel’s demolitions of #Palestinian houses.

    Physicians and activists who were there say she was deliberately driven over.

    4/11

    But the Israeli investigation found that Corrie’s death was an accident.

    Unsurprisingly, when her parents filed a civil lawsuit against Israel, the Israeli court rejected their lawsuit.

    The court described Corrie’s death as “an accident she brought upon herself”.

    5/11

    And another example:

    British activist Tom Hurndall was helping Palestinian children in #Gaza cross a street to avoid gunfire. Then, an Israeli sniper shot him in the head.

    Photographic evidence shows that Hurndall was wearing a bright orange vest.

    6/11

    Initially, the Israeli inquiry concluded that Hurndall’s death was an accident.

    But then, the UK demanded a more thorough investigation.

    7/11

    This time, the investigation led to the prosecution and conviction of the soldier.

    Why? One possible reason is that the convicted soldier was Arab, to whom Israel was perhaps less committed than to its Jewish citizens.

    8/11

    Another possible reason is that the soldier said, during his trial, that the Israeli military had a policy of shooting at unarmed Palestinian civilians.

    For Israel, it was easier to convict this soldier than to admit it had been systematically murdering unarmed civilians.

    9/11

    Add to this the fact that the Israeli military has a long record of lying.

    There are various examples in this thread: https://twitter.com/HediViterbo/status/1721468176892850589

    So far, we’ve seen how Israel acts when the fatalities are British and US citizens.

    Soldiers who kill #Palestinians are almost never prosecuted (see info in that same thread).

    11/11

    • • •

    #sionisme #mensonges

  • Des #mines pour sauver la planète ?

    Pour réaliser la #transition_énergétique, il faudrait extraire en vingt ans autant de métaux qu’au cours de toute l’histoire de l’humanité. C’est « l’un des grands #paradoxes de notre temps », constate #Celia_Izoard.

    Journaliste, traductrice et philosophe, Celia Izoard examine depuis plusieurs années les impacts sociaux et écologiques du développement des nouvelles technologies. Ce nouvel ouvrage s’intègre dans cette veine en explorant les effets délétères de la transition énergétique et numérique.

    La #transition verte nécessite d’extraire du #sous-sol des quantités colossales de #métaux. Ils seront ensuite destinés à la production des énergies bas carbone qui sauveront la planète. Cette course aux métaux supposée sauver la planète du dérèglement climatique n’aggrave-t-elle pas le chaos écologique, les dégâts environnementaux et les inégalités sociales ?

    Celia Izoard mène une vaste enquête sur ce phénomène mondial, inédit et invisible. Si d’autres ouvrages ont également mis en avant l’insoutenabilité physique d’une telle transition, la force de ce livre est d’élaborer un panorama de cette question grâce à des enquêtes de terrain et une analyse fournie sur les aspects culturels, politiques, économiques et sociaux des mines et des métaux.

    Le #mythe de la #mine_verte

    Au début du livre, Celia Izoard part à la recherche des mines du XXIe siècle, « responsables », « relocalisées », « 4.0 », ou encore « décarbonées, digitales et automatisées ». Par un argumentaire détaillé et une plongée dans des mines en #Espagne ou au #Maroc, l’autrice démontre que derrière ce discours promu par les institutions internationales, les dirigeants politiques et les milieux d’affaires se cache un autre visage. Celui de la mine prédatrice, énergivore et destructrice. Celui qui dévore l’habitat terrestre et le vivant.

    De façon locale, le processus de « radicalisation » de la mine industrielle est détaillé par le prisme de ses ravages sociaux. La mine est avant tout « une gigantesque machine de #déracinement » (p. 54), qui vide des espaces en expropriant les derniers peuples de la planète. En outre, la mine contemporaine expose les populations à diverses maladies et à l’intoxication. Dans la mine de #Bou-Azzer au Maroc, on extrait du « #cobalt_responsable » pour les #voitures_électriques ; mineurs et riverains souffrent de cancers et de maladies neurologiques et cardiovasculaires.

    L’ampleur globale de la #prédation du #secteur_minier au XXIe siècle est aussi esquissée à travers la production grandissante de #déchets et de #pollutions. Le secteur minier est l’industrie la plus polluante au monde. Par exemple, une mine industrielle de #cuivre produit 99,6% de déchets. Stockés à proximité des #fosses_minières, les stériles, de gigantesques volumes de roches extraits, génèrent des dégagements sulfurés qui drainent les #métaux_lourds contenus dans les roches et les font migrer vers les cours d’#eau. Les tuyaux des usines crachent en permanence les #résidus_toxiques qui peuvent, en fonction du #minerai traité, se composer de #cyanure, #acides, #hydrocarbures, #soude, ou des #poisons connus comme le #plomb, l’#arsenic, le #mercure, etc. Enfin, les #mines_zéro_carbone sont des #chimères car elles sont toutes très énergivores. La quantité nécessaire pour extraire, broyer, traiter et raffiner les métaux représentent environ 8 à 10% de l’#énergie totale consommée dans le monde, faisant de l’#industrie_minière un principal responsable du dérèglement climatique.

    La face sombre de la transition énergétique

    Dans la seconde partie, Celia Izoard montre que les élites sont « en train d’enfouir la crise climatique et énergétique au fond des mines » (p. 62). Cet impératif d’extraire des métaux pour la transition coïncide avec le retour de la question des #matières_premières sur la scène publique, dans un contexte où les puissances occidentales ont perdu leur hégémonie face à la Chine et la Russie.

    Depuis quand la transition implique-t-elle une relance minière et donc le passage des #énergies_fossiles aux métaux ? Cet argument se diffuse clairement à la suite de la publication d’un rapport de la Banque mondiale en 2017. En collaboration avec le plus gros lobby minier du monde (l’ICMM, International Council on Mining and Metals), le rapport stipule que l’industrie minière est appelée à jouer un rôle majeur dans la lutte contre le changement climatique – en fournissant des technologies bas carbones. #Batteries électriques, rotors d’éoliennes, électrolyseurs, cellules photovoltaïques, câbles pour la vague d’électrification mondiale, toutes ces infrastructures et technologies requièrent néanmoins des quantités faramineuses de métaux. La transition énergétique des sociétés nécessiterait d’avoir recours à de nombreux métaux de base (cuivre, #nickel, #chrome ou #zinc) mais aussi de #métaux_rares (#lithium, #cobalt, #lanthanide). L’#électrification du parc automobile français exige toute la production annuelle de cobalt dans le monde et deux fois plus que la production annuelle de lithium.

    Au XXIe siècle, la matière se rappelle donc brusquement aux puissances occidentales alors qu’elles s’en rêvaient affranchies dans les années 1980. Pourtant, les sociétés occidentales n’avaient évidemment jamais cessé de se fournir en matières premières en s’approvisionnant dans les mines et les industries délocalisées des pays du Sud. Ce processus de déplacement avait d’ailleurs contribué à rendre invisible la mine et ses pollutions du paysage et de l’imaginaire collectif.

    Sous l’étendard de la transition qui permet d’anticiper les contestations environnementales et de faire adhérer les populations à cette inédite course mondiale aux métaux se cache le projet d’une poursuite de la croissance et des modes de vie aux besoins énergétiques et métalliques démesurés. Cette nouvelle légende de l’Occident capitaliste justifie une extraction de métaux qui seront également destinés aux entreprises européennes du numérique, de l’automobile, l’aérospatial, l’armement, la chimie, le nucléaire et toutes les technologies de pointe.

    « Déminer le #capitalisme »

    Ce #livre explore ensuite dans une troisième partie l’histoire du capitalisme à travers celle de la mine et des métaux. Elle montre comment s’est fondé un modèle extractiviste reposant sur des idéologies : le Salut, le Progrès, le Développement – et désormais la Transition ? L’extractivisme est permis par l’élaboration et le développement d’un ensemble de croyances et d’imaginaires qui lui donnent une toute puissance. C’est ce que Celia Izoard nomme : la « #cosmologie_extractiviste » (p. 211). Accompagnée par une législation favorable et des politiques coloniales menées par l’État et la bourgeoisie, puis par l’industrialisation au XIXe siècle, cette matrice a favorisé notre dépendance à un régime minier. Aux yeux du peuple amazonien des Yanomamis, les Blancs sont des « mangeurs de terre » (p. 215).

    Comment sortir de cette vision du monde occidental structuré autour de la mine dont l’objectif est l’accumulation de capital et de puissance. La solution minière, comme technologique, à la crise climatique est un piège, affirme Celia Izoard. Le mouvement climat doit passer par la #décroissance_minérale, par un « sevrage métallique autant qu’un sevrage énergétique » (p. 291). La réduction des consommations énergétiques et matérielles est une solution réaliste. Le quotidien des occidentaux est surminéralisé à l’instar de l’objet emblématique de notre surconsommation quotidienne de métaux : le smartphone. Il contient à lui seul, sous la forme d’alliage complexe, plus de 50 métaux. Les métaux ne devraient-ils pas être réservés aux usages déterminés comme essentiels à la vie humaine ?

    Pour sortir du #régime_minier, il est d’abord urgent de rendre visible la surconsommation de métaux dans le débat public. D’une part, cela doit passer par des mesures politiques. Instaurer un bilan métaux au même titre que le bilan carbone car l’idéologie de la transition a créé une séparation illusoire entre les ressources fossiles toxiques (charbon, pétrole et gaz) et l’extraction métallique, considérée comme salutaire et indispensable. Ou encore cibler la surconsommation minérale des plus riches en distinguant émissions de luxe et émissions de subsistance, comme le propose déjà Andreas Malm. D’autre part, pour « déminer le capitalisme » (p. 281), cela devra passer par un processus de réflexions et de débats collectifs et démocratiques, de mouvements sociaux et de prises de consciences individuelles, en particulier dans les pays hyperindustrialisés dont la surconsommation de métaux est aberrante.

    Non content de contourner l’obstacle de la « transition énergétique », l’extractivisme pousse les frontières toujours plus loin, justifiant la conquête de nouveaux eldorados : le Groenland, les fonds océaniques, voire les minerais extraterrestres. Face au processus de contamination et de dégradation de la planète mené par le secteur minier et industriel, les luttes contre les projets s’intensifient. Récemment, ce sont les Collas, peuple indigène du Chili, qui s’opposent aux géants miniers. Ces derniers ont pour projet d’extraire du lithium dans le salar de Maricunga ; cela entraînera le pompage de millions de mètres cubes d’eau dans les profondeurs des déserts de sel, ces emblèmes de la cordillère des Andes. La communauté colla en sera d’autant plus affaiblie d’autant plus qu’elle souffre déjà de l’exode urbain et de l’assèchement de la région. Les éleveurs devront aussi abandonner leurs élevages et s’engager vers les immenses cités minières de la région. En outre, la transhumance, la biodiversité, une quarantaine d’espèces sauvages locales (le flamant rose chilien, les vigognes ou les guanacos, etc.), sont menacées. Appuyés par leur porte-parole Elena Rivera, ils ne comptent pas se laisser faire et ont fait un recours au Tribunal environnemental de Santiago, qui traite des nombreuses controverses écologiques dans le pays. Au XXIe siècle, les débats et luttes organisés autour de l’extraction au Chili, deuxième pays concentrant le plus de lithium sur la planète, prouvent que les pauvres et les derniers peuples de la planète sont en première ligne face aux effets délétères sous-jacents à la « transition verte ».

    https://laviedesidees.fr/Des-mines-pour-sauver-la-planete
    #changement_climatique #climat #extractivisme

    • Lögnen och sanningen
      https://www.youtube.com/watch?v=KoZLApMb6bs

      Lögnen tar hand om dom sina
      Skänker dom skärm och beskydd
      Håller dom noga om ryggen
      Ger dom en famn som är trygg

      Lögnen förtrollar och tjusar
      Som mannen och kvinnan av värld
      Lögnen förtrollar och krusar
      Lögnen är alltid modern

      Sanningen sticker och sårar
      Sanningen sliter isär
      Sanning är för barn eller dårar
      Som inte har nån karriär

      Sanningen spottar och fräser
      Står mitt i kyrkan och svär
      Sanningen fnyser och snäser
      Sanningen är sällan bekväm

      Lögnen har väldiga vingar
      Svarta som tjära och sot
      Lögnen far fram över världen
      Med stålskodda näbbar och klor

      Lögnen har mäktiga vänner
      Lögnen ger pengar och makt
      Där sanningen visas på dörren
      Har lögnen en hedersplats

      Sanningen saknar resurser
      Sanningen tigger sig fram
      Sanningen snarar och snubblar
      En flykting i främmande land

      Sanningen stampar i kylan
      På ödsliga gator och torg
      Sanningen hulkar och ylar
      Av vrede och smärta och sorg

      Men när dansen på kvällen ska trådas
      När kropp ska tryckas mot kropp
      Är det ingen som dansar med lögnen
      Det är sanningen man bjuder upp

      Och när dommen en dag ska fällas
      Och rättvisa ripas tillslut
      Är det sanningens ord man vill höra
      Och lögnen som kastas ut

      Ja det sägs att det sanna är heligt
      Och att sanningen aldrig kan dö
      Att sanningen är nånting heligt
      Och ren som den renaste snön

      Och dom säger att sanningen segrar
      Och jag hoppas och tror det är sant
      Men då vill det nog till vi blir flera
      Som kan ge den en hjälpande hand

      Och dom säger att sanningen segrar
      Och jag hoppas och tror det är sant
      Men då vill det nog till vi blir flera
      Som kan ge den en hjälpande hand.

      –-

      Menzogna e Verità

      La menzogna ha cura dei suoi,
      Dà loro riparo e protezione
      Se li tiene ammodo sulle spalle,
      Dà loro un abbraccio sicuro

      La menzogna incanta e ammalia
      Come l’uomo la donna di mondo,
      La menzogna ammalia e fa smancerie,
      La menzogna è sempre moderna

      La verità punge e fa male,
      La verità taglia a pezzetti
      La verità è per i bimbi e gli sciocchi
      Che non faranno carriera

      La verità sputa e s’incazza
      Mòccola in mezzo alla chiesa,
      La verità sbuffa e sgrida,
      La verità di rado è comoda

      La menzogna ha ali possenti
      Nere come il catrame e la fuliggine
      La menzogna si spande sul mondo
      Con becchi e artigli d’acciaio

      La menzogna ha amici potenti
      La menzogna dà soldi e potere
      La verità viene sbattuta fuori di casa
      Mentre la menzogna ha un posto d’onore

      La verità manca di risorse
      La verità mendica per strada
      La verità insidia e barcolla
      Come un profugo in terra straniera

      La verità bùbbola dal freddo
      In strade e piazze deserte,
      La verità strepita e ulula
      Di rabbia, di dolore e pena

      Ma quando poi la sera
      Si va a ballar corpo a corpo,
      Nessuno balla con la menzogna
      E tutti invitan la verità.

      E quando un giorno ci sarà il verdetto
      E alla fine giustizia sarà fatta,
      Si vorran sentire le parole della verità
      E la menzogna verrà buttata fuori

      Sì, si dice che il vero sia sacro
      E che la verità sia immortale,
      Che la verità sia una cosa sacra
      E pura come la neve più candida

      Dicon che la verità vince sempre
      E io spero e credo sia vero,
      Ma ci vorrà tempo per esser tanti
      Abbastanza per darle una mano.

      Dicon che la verità vince sempre
      E io spero e credo sia vero,
      Ma ci vorrà tempo per esser tanti
      Abbastanza per darle una mano.

      #Mikael_Wiehe #vérité #mensonge #musique #chanson

  • Gaza medics tell BBC that Israeli troops beat and humiliated them after hospital raid
    https://www.bbc.com/news/world-middle-east-68513408

    Ahmed Abu Sabha, a doctor at Nasser hospital, described being held for a week in detention, where, he said, muzzled dogs were set upon him and his hand was broken by an Israeli soldier.

    His account closely matches those of two other medics who wanted to remain anonymous for fear of reprisals.

    They told the BBC they were humiliated, beaten, doused with cold water, and forced to kneel in uncomfortable positions for hours. They said they were detained for days before being released.

    The BBC supplied details of their allegations to the Israel Defense Forces (IDF). They did not respond directly to questions about these accounts, or deny specific claims of mistreatment. But they denied that medical staff were harmed during their operation.

    They said that “any abuse of detainees is contrary to IDF orders and is therefore strictly prohibited”.

    #sionisme #criminel #mensonger

  • SAINTE SOLINE, AUTOPSIE D’UN CARNAGE

    Le 25 mars 2023, une #manifestation organisée par des mouvements de défense de l’environnement à #Sainte-Soline (#Deux-Sèvres) contre les #megabassines pompant l’#eau des #nappes_phréatiques pour l’#agriculture_intensive débouche sur de véritables scènes de guerre. Avec près de 240 manifestants blessés, c’est l’une des plus sanglantes répressions de civils organisée en France depuis le 17 octobre 1961 (Voir en fin d’article le documentaire de Clarisse Feletin et Maïlys Khider).

    https://www.off-investigation.fr/sainte-solineautopsie-dun-carnage
    Vidéo :
    https://video.off-investigation.fr/w/9610c6e9-b18f-46b3-930c-ad0d839b0b17

    #scène_de_guerre #vidéo #répression

    #Sainte_Soline #carnage #méga-bassines #documentaire #film_documentaire #violences_policières #violence #Gérald_Darmanin #résistance #militarisation #confédération_paysanne #nasse
    #off_investigation #cortège #maintien_de_l'ordre #gaz_lacrymogènes #impuissance #chaos #blessés #blessures #soins #élus #grenades #LBD #quads #chaîne_d'élus #confusion #médic #SAMU #LDH #Serge_Duteuil-Graziani #secours #enquête #zone_rouge #zone_d'exclusion #urgence_vitale #ambulances #évacuation #plainte #justice #responsabilité #terrain_de_guerre #désinformation #démonstration_de_force #récit #contre-récit #mensonge #vérité #lutte #Etat #traumatisme #bassines_non_merci #condamnations #Soulèvements_de_la_Terre #plainte

    à partir de 1h 02’26 :

    Hélène Assekour, manifestante :

    « Moi ce que je voudrais par rapport à Sainte-Soline c’est qu’il y ait un peu de justice. Je ne crois pas du tout que ça va se faire dans les tribunaux, mais au moins de pouvoir un peu établir la vérité et que notre récit à nous puisse être entendu, qu’il puisse exister. Et qu’il puisse même, au fil des années, devenir le récit qui est celui de la vérité de ce qui s’est passé à Sainte-Soline ».

    • question « un peu de vérité », il y avait aussi des parlementaires en écharpe, sur place, gazé.es et menacé.es par les quads-à-LBD comme le reste du troupeau alors qu’ils protégeaient les blessés étendus au sol ; personne n’a fait de rapport ?

      Il y a eu une commission d’enquête parlementaire aussi, je crois, qui a mollement auditionné Gérald ; pas de rapport ?

    • Dans cet article, on apprend qu’elle a été mandatée par le Secrétariat d’État chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire pour participer à la dernière journée durant laquelle a eu lieu la cession officielle des archives sur Thiaroye au Sénégal. Elle a donc entendu le président Hollande évoquer au moins soixante-dix morts.

      #historienne_de_prefecture

  • Kauna, modératrice pour Facebook au Kenya : « J’ai vu beaucoup de suicides en vidéo » - L’Humanité
    https://www.humanite.fr/social-et-economie/facebook/kauna-moderatrice-pour-facebook-au-kenya-jai-vu-beaucoup-de-suicides-en-vid


    Attention, elle parle un peu des contenus à modérer et ça craint.

    Facebook prétend que ces contenus sont majoritairement modérés par des IA…

    C’est un #mensonge et c’est triste. Nous faisons le gros de ce travail. Mais, comme c’est caché, dans le back-office de Facebook, il est impossible de s’en rendre compte si on n’y a pas accès. On apprend à l’algorithme à repérer les contenus problématiques, mais nous devons les vérifier avant de les supprimer. C’est sûr qu’on se sent invisibilisé. Ce système devrait être expliqué, montré à tout le monde : ces entreprises technologiques font faire le travail ingrat à des travailleurs payés à peine plus d’un dollar de l’heure en Afrique.

    #IA

  • Le gouvernement refuse de subventionner les associations féministes « ambiguës » sur le massacre du 7 octobre
    https://www.nouvelobs.com/societe/20240211.OBS84352/le-gouvernement-refuse-de-subventionner-les-associations-feministes-ambig


    Doc, tu n’es plus sanctionné sur tes réactions ou tes propos, mais sur ton absence de réaction.
    Tu as ordre d’affirmer que tu penses comme le gouvernement.
    #Police_de_la_pensée #dystopie

    Depuis l’attaque sanglante lancée par le Hamas contre Israël le 7 octobre et les représailles israéliennes, le collectif Nous toutes, et plus largement les associations et figures féministes en France s’étaient vus reprocher un « silence » sur les informations et témoignages faisant état de viols commis par des hommes du Hamas.

  • « La ruée minière au XXIe siècle » : le #mensonge de la #transition_énergétique

    La transition énergétique telle qu’elle est promue par les entreprises, les institutions et les gouvernements partout dans le monde repose sur l’extraction d’une quantité abyssale de #métaux. C’est ce paradoxe que décortique la journaliste et philosophe #Celia_Izoard dans son essai intitulé La ruée minière au XXIe siècle, qui paraît cette semaine au Québec aux Éditions de la rue Dorion.

    « Pour régler le plus important problème écologique de tous les temps, on a recours à l’industrie la plus polluante que l’on connaisse », résume l’autrice en visioconférence avec Le Devoir depuis son domicile, situé en pleine campagne dans le sud-ouest de la France.

    Cette dernière examine depuis plusieurs années les impacts sociaux et écologiques des nouvelles technologies. Elle a notamment publié un livre sur la vie des ouvriers de l’entreprise chinoise Foxconn, le plus grand fabricant de produits électroniques au monde. Ironiquement, nos outils numériques font défaut au cours de l’entrevue, si bien que nous devons poursuivre la discussion par le biais d’une bonne vieille ligne téléphonique résidentielle.

    Les métaux ont beau être de plus en plus présents dans les objets qui nous entourent, dont les multiples écrans, l’industrie minière fait très peu partie de l’imaginaire collectif actuel, explique Mme Izoard d’un ton posé et réfléchi. « Je croise tous les jours des gens qui me disent : “Ah bon, je ne savais pas que notre système reposait encore sur la #mine.” Ça me conforte dans l’idée que c’était utile de faire cette enquête. Notre système n’a jamais autant reposé sur l’#extraction_minière qu’aujourd’hui. »

    L’extraction de métaux a déjà doublé en vingt ans et elle n’est pas en voie de s’amenuiser, puisque les #énergies dites renouvelables, des #batteries pour #voitures_électriques aux panneaux solaires en passant par les éoliennes, en dépendent. Elle est susceptible d’augmenter de cinq à dix fois d’ici à 2050, selon une évaluation de l’Agence internationale de l’énergie.

    « Électrifier le parc automobile français nécessiterait toute la production annuelle de #cobalt dans le monde et deux fois plus que la production annuelle de #lithium dans le monde. Donc soit cette transition prendra beaucoup trop longtemps et ne freinera pas le réchauffement climatique, soit elle se fera dans la plus grande violence et une destruction incroyable », rapporte l’autrice.

    On bascule d’une forme d’extraction, du pétrole, à une autre, des métaux. « Cela n’a pas plus de sens que d’essayer de venir à bout de la toxicomanie remplaçant une addiction par une autre », juge-t-elle.

    Une justification officielle

    Les pouvoirs publics ne semblent pas y voir de problème. Ils font largement la promotion de cette #ruée_minière, promettant le développement de « #mines_responsables ». La #transition est la nouvelle excuse pour justifier pratiquement tous les #projets_miniers. « Une mine de cuivre est devenue miraculeusement une mine pour la transition », souligne Mme Izoard. Pourtant, le #cuivre sert à de multiples usages au-delà de l’#électrification, comme l’électronique, l’aérospatiale et l’armement.

    C’est dans ce contexte que la journaliste est partie à la recherche de mines responsables. Elle s’est documentée, elle a visité des sites d’exploitation, elle a consulté des experts de ce secteur d’activité et elle a rencontré des travailleurs, tout cela en #France, au #Maroc, au #Suriname et en #Espagne.

    Malgré les engagements publics et les certifications de plusieurs #entreprises_minières envers des pratiques durables et les droits de la personne, Celia Izoard n’a pas trouvé ce qu’elle cherchait. Au cours de cette quête, elle a publié une enquête pour le média Reporterre au sujet d’une mine marocaine mise en avant par les constructeurs automobiles #BMW et #Renault comme étant du « #cobalt_responsable ». Or, il s’est avéré que cette mine empoisonne les sols à l’#arsenic, dessèche la #nappe_phréatique et cause des maladies aux travailleurs.

    « La #mine_industrielle est un modèle qui est voué à avoir des impacts catastrophiques à moyen et long terme. Ce n’est pas parce que ces entreprises sont méchantes et malhonnêtes, mais parce qu’il y a des contraintes physiques dans cette activité. Elle nécessite énormément d’#eau et d’énergie, elle occupe beaucoup d’espace et elle déforeste. »

    #Boues_toxiques et pluies d’oies sauvages

    Dans son livre, Mme Izoard décrit de nombreux ravages et risques environnementaux qui sont matière à donner froid dans le dos. Les premières pages sont notamment consacrées au phénomène du #Berkeley_Pit, une ancienne mine de cuivre devenue un lac acide causant la mort de milliers d’oies sauvages.

    « Rappelons-nous la rupture de digue de résidus de la mine de cuivre et d’or de #Mount_Polley en 2014, lors de laquelle 17 millions de mètres cubes d’eau chargée en #métaux_toxiques ont irréversiblement contaminé de très grandes superficies et des ressources en eau d’une valeur inestimable, a-t-elle souligné au sujet de cette catastrophe canadienne. Or, des bassins de résidus de même type, il y en a 172 rien qu’en #Colombie-Britannique, et les boues toxiques qui y sont stockées représentent l’équivalent d’un million de piscines olympiques. Malheureusement, avec le chaos climatique, les risques de rupture accidentelle de ces barrages sont décuplés. » Elle considère d’ailleurs que le Canada est « au coeur de la tourmente extractiviste ».

    Les gouvernements du #Québec et du #Canada soutiennent généralement que le développement minier sur leur territoire respectera des #normes_environnementales plus strictes, en plus d’utiliser de l’énergie plus propre. Cet argument justifierait-il l’implantation de nouvelles mines ? Non, estime Mme Izoard.

    « Aucun État puissant industriellement ne relocalise sa #production_minière ni ne s’engage à cesser d’importer des métaux. Ce qui est en train de se passer, c’est que les besoins en métaux explosent dans tous les domaines et que les entreprises minières et les États se sont mis d’accord pour créer des mines partout où il est possible d’en créer. Ce n’est pas parce qu’on accepte une mine dans sa région qu’il n’y aura pas de mine pour la même substance à l’autre bout du monde. » Il est peu probable, par exemple, que des batteries produites au Québec s’affranchissent totalement des métaux importés.

    Pour une #décroissance_minérale

    Celia Izoard estime plutôt qu’une grande partie des mines du monde devraient fermer, puisqu’elles sont situées dans des zones menacées par la sécheresse. Nous n’aurions alors pas d’autre choix que de nous engager dans une désescalade de la consommation de métaux, « une remise en cause radicale de la manière dont on vit ». Selon cette vision, il faudrait contraindre l’ensemble du secteur industriel à se limiter, tout comme on lui demande de réduire ses émissions de GES. Les métaux devraient être réservés aux usages alors déterminés comme étant essentiels. Les immenses centres de données, les avions, les VUS électriques et les canettes d’aluminium sont-ils nécessaires à la vie humaine ?

    « Il faut arrêter de se laisser intimider par le #déterminisme_technologique, soit l’idée que le #progrès suit cette direction et qu’on ne peut rien changer. Ce sont des choix idéologiques et politiques très précis avec du financement public très important. Il faut cesser de penser que les technologies sont inéluctablement déployées et qu’on ne peut pas revenir en arrière. »

    https://www.ledevoir.com/lire/806617/coup-essai-mensonge-transition-energetique
    #mines #extractivisme #terres_rares #pollution

  • #Stanislas : face aux #mensonges de la direction, de nouveaux témoignages

    Homophobie, sexisme, absence d’éducation à la sexualité ou cours religieux obligatoires... Depuis la publication du rapport d’inspection, le directeur de cet établissement privé conteste toute dérive. D’anciens élèves rencontrés par Mediapart répondent.

    https://www.mediapart.fr/journal/france/270124/stanislas-face-aux-mensonges-de-la-direction-de-nouveaux-temoignages
    #lycée #sexisme #homophobie #témoignages #Amélie_Oudéa-Castéra #non-mixité #Frédéric_Gauthier #autoritarisme #catéchisme #rapport #rapport_d'inspection #Philippe_Ariño #homosexualité #manif_pour_tous #thérapie_de_conversion #avortement #anti-avortement #catholicisme #préjugés_sexistes #éducation_à_la_sexualité #contraception #catéchèse #prosélytisme

  • Opinion | The Memories That Feed Distrust in the Middle East - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2023/10/31/opinion/columnists/israel-gaza-hamas-misinformation.html

    By Zeynep Tufekci

    Opinion Columnist

    Moshe Lavi, whose relatives have been taken hostage by Hamas, recently talked to a group of New York Times journalists about his family’s agony.

    His pained voice turned to anger when he recounted encountering disbelief that Hamas committed terrible atrocities when it attacked Israel. Lavi seemed especially bewildered by people “arguing over the semantics” of whether people were beheaded or their heads fell off, or even whether there were hostages in Gaza.

    In one particularly gruesome twist, there’s been an uproar over whether Hamas had beheaded babies — an unverified claim that President Biden repeated before the White House walked it back, and has been subject to much discussion since.

    Indeed, since Hamas did murder children and take others as hostages, should it get credit if it didn’t also behead them? It’s an appalling thought.

    Some of this skepticism is surely the result of antisemitism. But that’s not all that’s going on.

    One key reason for some of the incidents of doubt is the suspicion that horrendous but false or exaggerated claims are being used as a rationale for war — and there are many such historical examples, most notably the Iraq war.

    Recently, a former permanent representative of Israel to the United Nations told Britain’s Sky News that he was “very puzzled by the constant concern which the world,” he said, “is showing for the Palestinian people.” He cited U.S. actions after Sept. 11 as a model for what Israel should do in response to Hamas’s shocking massacre of civilians on Oct. 7, which many have called Israel’s Sept. 11.

    But if the U.S. response after Sept. 11 is a model, it is as a model of what not to do.

    After the attacks, the United States received deep global sympathy. Many Muslims around the world were furious about this blemish upon Islam, even if they opposed U.S. policies: Citizens held vigils, politicians condemned the attacks and clerics repudiated them in mosque sermons. (The idea that Muslims widely celebrated the attacks has been repeatedly shown to be false or traces back to a few instances of dubious clarity.)

    But, instead of mobilizing that widespread global sympathy to try to isolate the extremists, the United States chose to wage a reckless and destructive war in Iraq, driven by an impulsive desire for vengeance and justified by falsehoods about weapons of mass destruction.

    The Bush administration’s lies in the lead-up to the war, the fiasco of its occupation, and the chaos, violence and death that the invasion set off have deeply and indelibly damaged the standing and credibility of the United States and its allies.

    People in the region were seared by images of Iraqi institutions — hospitals, ministries, museums — being looted while the U.S. military did little, of families shot as they returned home from a hospital or at checkpoints as they missed a hand signal or instructions shouted in English, of the torture and sadism at Abu Ghraib.

    People also saw how occupation policies, like the quick and thoughtless disbanding of the Iraqi Army, contributed to the creation of ISIS a decade later.

    In the Middle East, the devastating aftermath of that war — justified by false claims — has never ended.

    To make matters worse, the Israel government has a long history of making false claims and denying responsibility for atrocities that later proved to be its doing.

    In one example of many, in 2014, four boys younger than 13 were killed by Israeli airstrikes while playing by themselves at a beach — three of them hit by a second blast while desperately fleeing the initial blast.

    There was first a concerted effort among some pro-Israel social media activists to claim the explosions were due to a Hamas rocket misfiring. The Israeli military initially claimed that “the target of this strike was Hamas terrorist operatives.” However, the beach was near a hotel housing journalists for Western outlets, including at least one from The New York Times, who witnessed the killings. The Guardian reported that journalists who visited the area in the aftermath saw no weapons or equipment and that kids regularly played there.

    Israel then investigated and exonerated itself. Peter Lerner, then a spokesman for the Israeli Defense Forces, said that it had targeted a “compound belonging to Hamas’s Naval Police and Naval Force (including naval commandos), and which was utilized exclusively by militants.”

    But The Telegraph, whose correspondent also witnessed the incident, reported that some of the journalists who had seen the bombing said there had been “no attempt to interview them.”

    One can see how this history plays out in the global upheaval over the Hamas claim two weeks ago that an Israeli missile struck a hospital courtyard in Gaza. Israeli and American officials denied this, and asserted that the missile came from within Gaza. There were also initial claims that 500 people were killed in the hospital blast, leading to headlines and global condemnations. Then the number was challenged, leading to another round of uproar and back-and-forth.

    It is certainly possible that the hospital may have been accidentally hit by a missile fired in Gaza — such misfires have happened. But Israel bombardment has also caused large civilian casualties. The evidence isn’t conclusive either way, and the truth remains unknown.

    Yet to a family that lost members in the hospital blast — which U.S. officials estimate killed hundreds — that squabble over exact numbers might seem as cruel as the skepticism about the atrocities committed by Hamas do to an Israeli family that suffered during the Oct. 7 attack.

    But there’s still the fact that fabricating or exaggerating atrocities is done to influence the calculus of what the public will accept — including what costs are justified to impose on civilians.

    In 1990, after Saddam Hussein invaded Kuwait, there was widespread resistance in the United States to the idea of a new war — the country had not shaken “Vietnam syndrome,” that it was best for the United States to avoid large foreign military entanglements, both for practical and moral reasons.

    It was in this context that a teenager testified before Congress in 1990 that she had seen Iraqi soldiers take premature babies out of incubators and left them to die on the cold floor, a shocking assertion repeated by many high-level officials. The claim was widely repeated by officials and the media, and even by Amnesty International.

    Kept secret was the fact that the witness was the daughter of the Kuwaiti ambassador to the United States, and her false testimony had likely been organized by a public relations firm working for the Kuwaiti government.

    The shocking fabrication played a key role in the effort to sell the war to the reluctant American public. Needing to make sure oil fields stayed in the hands of the rulers of a tiny country created by colonial powers in the early 20th century went only so far. Opposing an army so savage that it commits the most unthinkable crimes is a more convincing appeal for war.

    The terrible outcome of all this history is widespread distrust and dehumanization, as ordinary people’s loss and pain are viewed suspiciously as a potential cudgel that will cause further loss and pain for others.

    Even people who I know have no sympathies toward Hamas or any kind of terrorism roll their eyes at some of the recent accounts of atrocities. “We always hear of something terrible when they want to go to war — how convenient,” one acquaintance told me recently.

    There are plenty of echoes of this on social media. “Hamas beheaded babies, Saddam had WMD and I’m the last unicorn,” one person posted on X. Another one said, “The ‘40 babies beheaded by Hamas’ lie is equivalent to the WMD’s lie.”

    Such sentiments are widespread.

    All this highlights the importance of voices capable of retaining trust and consistent concern for all victims.

    I was heartened to see that Human Rights Watch independently verified some of the videos of the horror on Oct. 7, and called the attacks deliberate killings. Similarly, Amnesty International’s independent investigation led the group to condemn the attacks as “cruel and brutal crimes including mass summary killings, hostage-taking.” Both organizations have called for the attacks to be investigated as war crimes.

    Both organizations also have a history of documenting Israeli wrongdoings, including its treatment of civilians in Gaza and the West Bank, and both organizations have been vilified for doing so, especially by the government of Israel and some NGOs and lawmakers.

    Yet these are the kind of independent voices that need to be heard. In a context where many in the region and world already see the United States as reflexively supporting Israel, no matter its conduct, President Biden might consider elevating such independent human rights voices rather than embracing Prime Minister Benjamin Netanyahu.

    As Amnesty International states, kidnapping civilians is a war crime and the hostages should be released, unharmed. And their families shouldn’t have to endure this suspicion on top of their pain.

    But to credibly demand that war crimes be stopped and lives respected requires equal concern extended to all victims, including the two million Palestinians in the Gaza Strip.

    The victims are real — all of them — and that’s where all efforts to rebuild credibility or to seek a solution must begin.

    #Zeynep_Tufekci #Gaza #Mensonges #Preparation_guerre #Guerre_information

  • #Mine de #lithium au #Nevada : des Autochtones dénoncent « le #mensonge du #tout-électrique »

    Un des plus grands gisements de lithium se trouve sous les pieds des Autochtones du Nevada. Une aubaine pour ceux qui souhaitent développer la #filière_batterie. Un #cadeau_empoisonné pour ceux qui veulent protéger ce territoire.

    Dans le nord du Nevada, tout près de la frontière avec l’Oregon, des étendues de plaines enclavées entre des #montagnes sont encore vierges.

    Pour l’instant.

    En effet, sous ce sol argileux se trouve la plus grande réserve de lithium des États-Unis. Classés comme étant essentiels à la #transition_écologique, les #métaux_stratégiques comme ceux-ci sont ainsi devenus l’objet de bien des convoitises.

    L’entreprise canadienne #Lithium_Americas prévoit exploiter ce gisement dont la valeur nette serait de 5,7 milliards de dollars américains après impôt. #General_Motors a d’ailleurs investi 660 millions de dollars américains dans ce projet.

    Allochtones, éleveurs et Autochtones de la région se sont alliés pour s’opposer à ce projet qu’ils qualifient d’aberration. À proximité du site, ils ont établi des camps dont le dernier a été démantelé en juin à la suite d’une descente policière.

    Cette opposition a réussi à faire repousser le début de la construction de la mine et de son usine, qui aurait dû débuter en 2021. Finalement, les travaux de terrassement ont commencé cet été.

    Depuis cet événement, sept opposants sont poursuivis par la compagnie minière.

    Un éleveur, quatre groupes environnementaux et deux autres communautés autochtones ont pour leur part engagé des poursuites judiciaires. Ils ont gagné leur cause.

    Les Autochtones et les groupes environnementaux souhaitent l’annulation pure et simple du permis délivré à Lithium Americas pour son projet.

    Les communautés autochtones de Reno-Sparks, Burns Paiute et Summit Lake Paiute ont intenté leur propre action en justice.

    Michon Eben, responsable du programme culture et ressources et du Bureau tribal de préservation historique (Tribal Historic Preservation Office), fait partie de la communauté de Reno-Sparks (Reno-Sparks Indian Colony).

    « Les gens ne comprenaient pas qu’on s’implique dans ce dossier, car ils estiment qu’on est loin du projet », explique-t-elle en entrevue, puisque l’emplacement de la mine se trouve à environ 500 kilomètres au nord de Reno. « Ce n’est pas parce que c’est loin de l’endroit où nous vivons maintenant que cet endroit ne représente pas qui nous sommes. »

    C’est oublier le vaste territoire qu’occupaient les nations autochtones du Nevada et des États limitrophes avant l’arrivée des colons, selon elle. C’est oublier les liens que les communautés ont également tissés entre elles au fil des siècles.
    Le mensonge de la transition vers l’électrique

    Les opposants critiquent les « mensonges » autour de la voiture électrique, présentée comme la panacée contre la catastrophe climatique.

    «  On ne peut pas annihiler une culture, un écosystème, ni tarir nos sources d’eau simplement pour que quelques riches aient une voiture électrique. » (Une citation de Michon Eben, responsable du programme culture et ressources à Reno-Sparks)

    Les écologistes, eux, sont du même avis.

    « Le mensonge, c’est de dire qu’on peut sauver la planète et la détruire en même temps. Si ce n’est pas vert de détruire des montagnes pour en extraire du charbon, ce n’est pas plus vert de détruire des montagnes pour extraire du lithium », avait expliqué l’un d’eux dans un reportage de Radio-Canada diffusé en mars 2022.

    « Je veux que ces compagnies minières étudient de meilleures manières de gagner de l’argent. Il faut expliquer aux gens que les voitures électriques ne vont pas sauver la planète de la crise climatique. » (Une citation de Michon Eben, responsable du programme culture et ressources à Reno-Sparks)

    Mme Eben fait état du boom minier qui frappe le Nevada : « 22 000 claims miniers spécifiquement consacrés au lithium », indique-t-elle.

    Selon la Nevada Division of Minerals, en date du 8 septembre, l’État comptait exactement 21 425 claims miniers de lithium.

    Le problème, c’est que les Autochtones estiment ne pas avoir été consultés comme ils auraient voulu l’être par le bureau responsable de délivrer les permis, le Bureau d’aménagement du territoire. Michon Eben assure qu’aucun représentant de Lithium Americas n’est venu les rencontrer puisqu’il s’agit d’une responsabilité du Bureau d’aménagement du territoire.

    Une juge a toutefois rejeté ces allégations en février. Le 17 juillet, la Cour d’appel a aussi confirmé que la décision du Bureau d’aménagement du territoire du Nevada d’approuver le plan d’exploitation de la mine était conforme à la loi.

    Ces consultations, selon Mme Eben, se sont résumées à trois lettres envoyées en pleine pandémie. Le Bureau d’aménagement du territoire dit plutôt que des appels téléphoniques ont été passés et des réunions organisées.

    Contactée par Espaces autochtones, Lithium Americas s’est défendue. « En octobre 2022, nous avons signé un accord sur les avantages pour la communauté avec la tribu [le mot tribe est utilisé aux États-Unis, NDLR] des Paiutes et des Shoshones de Fort McDermitt, la tribu la plus proche de Thacker Pass », indique Virginia Morgan, chargée des relations avec les investisseurs.

    Cet accord a été dénoncé notamment par Shelley Harjo, membre de la communauté de Fort McDermitt.

    « Ce n’est pas parce que la tribu [sic] de Fort McDermitt cherche à tirer des avantages économiques de [la minière] que la plupart des Autochtones soutiennent la profanation de Thacker Pass. Cela ne signifie même pas que la plupart des membres de la tribu de Fort McDermitt la soutiennent », écrit-elle dans une lettre ouverte publiée dans un média du Nevada.

    Elle estime que sa communauté est difficile à blâmer dans cet accord puisqu’elle est pauvre. « Mais quand on y réfléchit, sacrifier la terre pour un peu d’argent est exactement la façon dont nous nous sommes retrouvés dans la situation environnementale difficile où nous vivons actuellement », dit-elle encore.

    Sa position a été dénoncée par le conseil de bande, qui indique que Mme Harjo ne vit pas dans la communauté et qu’elle ne sait donc pas de quoi elle parle.
    Un massacre en 1865

    Si Mme Harjo parle de profanation, ce n’est pas sans raison.

    En 1865, un massacre a été perpétré sur ces terres. Plus de 30 personnes (hommes, femmes et enfants) de la Nation paiute ont été tués par des soldats fédéraux américains.

    Cet événement historique semble avoir été ignoré par les défenseurs du projet, alors que c’est ici que reposent plusieurs ancêtres de ces Autochtones.

    Les communautés de Reno-Sparks et de Summer Lake Paiute souhaitent quant à eux que Thacker Pass soit reconnu comme un site culturel.

    Selon les archives archéologiques et cadastrales du Bureau de l’aménagement du territoire, le lieu du massacre n’est pas situé sur le site du projet, indique un porte-parole par courriel.

    Par ailleurs, le processus de délivrance du permis a duré neuf mois, ce qui est trop court, selon Mme Eben, qui estime qu’il faut du temps pour mener à bien toutes les études nécessaires à l’approbation d’un tel projet. Le Bureau de l’aménagement du territoire du Nevada indique de son côté que la collecte initiale de données environnementales a commencé en 2011.
    Inquiétudes sur l’environnement

    « Nous sommes ceux qui payons le prix de ces projets dangereux pour l’environnement et nous n’avons rien en échange », lance-t-elle.

    Ce projet présente un risque pour tout l’écosystème du secteur, selon Mme Eben. « Les mines de lithium nécessitent énormément d’eau, alors que le Nevada est un des États les plus secs des États-Unis », dit-elle.

    Selon un article du Guardian, le projet de Thacker Pass devrait utiliser 5,6 milliards de litres d’eau par année pour produire 60 000 tonnes de carbonate de lithium.
    Une minière canadienne au Nevada

    Le site choisi est sur un territoire considéré comme sacré par les Autochtones.

    La minière assure de son côté qu’elle s’est « engagée à développer Thacker Pass de la manière la plus durable possible, en minimisant [ses] impacts sur l’environnement et en travaillant en étroite collaboration avec les communautés locales ».

    Michon Eben insiste toutefois sur le fait qu’elle ne se présente pas comme une militante « opposée aux mines ».

    « Je conduis une voiture, j’ai un téléphone. Je ne suis pas contre les mines, je suis contre le fait qu’on n’écoute pas les Autochtones », explique-t-elle.

    Quelle solution, alors ? La question lui a été posée plusieurs fois. Elle la fatigue.

    « Pourquoi me posez-vous cette question ? Vous avez Elon Musk qui va sur Mars, vous avez toutes ces connaissances scientifiques et vous me demandez à moi, une responsable des ressources naturelles, de trouver la solution à la crise climatique ? » lance-t-elle.

    Son travail à elle consiste à protéger le territoire, la culture et l’avenir des siens.

    Elle estime que ce territoire sera littéralement « sacrifié » dans ce but-là.

    https://ici.radio-canada.ca/espaces-autochtones/2018512/mine-lithium-nevada-autochtones-electrique
    #peuples_autochtones #extractivisme #résistance #terres_rares #USA #Etats-Unis #environnement #justice

  • Catalyse totalitaire

    Il y a une économie générale de la #violence. Ex nihilo nihil : rien ne sort de rien. Il y a toujours des antécédents. Cette économie, hélas, ne connaît qu’un principe : la #réciprocité – négative. Lorsque l’#injustice a été portée à son comble, lorsque le groupe a connu le #meurtre_de_masse et, pire peut-être, l’#invisibilisation du meurtre de masse, comment pourrait-il ne pas en sortir une #haine vengeresse ? Les rationalités stratégiques – faire dérailler la normalisation israélo-arabe, réinstaller le conflit israélo-palestinien sur la scène internationale –, si elles sont réelles, n’en ont pas moins trouvé parmi leurs ressources le carburant de la vengeance meurtrière.

    « #Terrorisme », mot-impasse

    La FI n’a pas commis les erreurs dont on l’accuse. Mais elle en a commis. Une – et de taille. Dans un événement de cette sorte, on ne se rend pas directement à l’analyse sans avoir d’abord dit l’#effroi, la #stupeur et l’#abomination. Le minimum syndical de la #compassion ne fait pas l’affaire, et on ne s’en tire pas avec quelques oblats verbaux lâchés pour la forme. Quand bien même ce qui est donné au peuple palestinien ignore jusqu’au minimum syndical, il fallait, en cette occurrence, se tenir à ce devoir – et faire honte aux prescripteurs de la compassion asymétrique.

    Ce manquement, réel, a cependant été saisi et déplacé pour se transformer dans le débat public en un point de sommation, d’abjuration même, sur lequel la FI, cette fois, a entièrement raison de ne pas céder : « terrorisme ». « Terrorisme » devrait-il être, comme l’affirme Vincent Lemire, « le point de départ du #débat_public » ? Non. Il n’en est même pas le point d’arrivée : juste le cul-de-sac. « Terrorisme » est un mot impasse. C’est ce que rappelle Danièle Obono, et elle a raison. Fait pour n’installer que la perspective de l’éradication et barrer toute analyse politique, « terrorisme » est une catégorie hors-politique, une catégorie qui fait sortir de la #politique. La preuve par Macron : « unité de la nation » et dérivés, 8 occurrences en 10 minutes de brouet. Suspension des conflits, neutralisation des différends, décret d’unanimité. Logiquement : les manifestations de soutien au peuple palestinien sont des manifestations de soutien au terrorisme, et même des manifestations terroristes, en conséquence de quoi elles sont interdites.

    Concéder « terrorisme », c’est annuler que ce qui se passe en Israël-Palestine est politique. Au plus haut point. Même si cette politique prend la forme de la #guerre, se poursuivant ainsi par d’autres moyens selon le mot de Clausewitz. Le #peuple_palestinien est en guerre – on ne lui a pas trop laissé le choix. Une entité s’est formée en son sein pour la conduire – d’où a-t-elle pu venir ? « On a rendu Gaza monstrueux », dit Nadav Lapid. Qui est « on » ?

    Sans avoir besoin de « terrorisme », « guerre » et « #crimes_de_guerre » sont hélas très suffisants à dire les combles de l’horreur. Très suffisants aussi à dire les #massacres abominables de civils. Si dans la guerre, qui est par principe #tuerie, on a forgé sans pléonasme la catégorie de « crimes de guerre », c’est bien pour désigner des actes qui font passer à une chose atroce en soi d’autres paliers d’#atrocité. C’est le moment de toute façon où il faut faire revenir l’#économie_générale_de_la_violence : des #crimes qui entraînent des crimes – des crimes qui ont précédé des crimes. L’acharnement à faire dire « terrorisme » ne satisfait que des besoins passionnels – et aucune exigence intellectuelle.

    En réalité, « terrorisme » et « crimes de guerre » sont deux catégories qui ne cessent de passer l’une dans l’autre, et ne dessinent aucune antinomie stable. Hiroshima est, à la lettre, conforme à la définition ONU du terrorisme : tuer des civils qui ne sont pas directement parties à des hostilités pour intimider une population ou contraindre un gouvernement à accomplir un certain acte. A-t-on entendu parler de terrorisme pour la bombe d’Hiroshima ? Et pour Dresde ? – comme Hiroshima : terroriser une population en vue d’obtenir la capitulation de son gouvernement.

    Mais pour ceux qui, dans la situation présente, en ont fait un point d’abjuration, « terrorisme » a une irremplaçable vertu : donner une violence pour dépourvue de #sens. Et de #causes. Violence pure, venue de nulle part, qui n’appelle rigoureusement aucune autre action que l’extirpation, éventuellement dans la forme relevée de la croisade : le choc des civilisations, l’axe du Bien, à laquelle il n’y a aucune question à poser. Il est vrai qu’ici nous naviguons en eaux vallsiennes où #comprendre est contradictoire avec s’émouvoir, et vient nécessairement en diminution du sentiment d’horreur, donc en supplément de complaisance. L’empire de la bêtise, comme une marée noire, n’en finit plus de s’étendre.

    La #passion de ne pas comprendre

    Surtout donc : ne pas comprendre. Ce qui demande un effort d’ailleurs, car l’évidence est massive et, avoir les yeux ouverts suffit – pour comprendre. Un peuple entier est martyrisé par une #occupation, ça fait bientôt 80 ans que ça dure. On les enferme, on les parque à les rendre fous, on les affame, on les tue, et il n’est plus une voix officielle pour en dire un mot. 200 morts depuis dix mois : pas un mot – entendre : qui se comparerait, même de loin, aux mots donnés aux Israéliens. Des témoignages vidéos à profusion des crimes israéliens encore frais : pas un mot. Des marches palestiniennes pacifiques à la frontière, 2018, 200 morts : pas un mot. Des snipers font des cartons sur les rotules, 42 en une après-midi, pas mal : mais pas un mot – si : « l’armée la plus morale du monde ». D’anciens militaires de l’armée la plus morale du monde expriment le dégoût, l’inhumanité de ce qu’on leur a fait faire aux Palestiniens : pas un mot. À chacune des #abominations du Hamas ce week-end, on en opposerait tant et plus commises par les militaires ou les colons – à peine quelques rides à la surface de l’eau. Les tragédies israéliennes sont incarnées en témoignages poignants, les tragédies palestiniennes sont agglomérées en statistiques. En parlant de statistique : on voudrait connaître la proportion des hommes du Hamas passés à l’attaque ce week-end qui ont tenu dans leurs mains les cadavres de leurs proches, des corps de bébés désarticulés, pour qui la vie n’a plus aucun sens – sinon la vengeance. Non pas « terrorisme » : le métal en fusion de la vengeance coulé dans la lutte armée. L’éternel moteur de la guerre. Et de ses atrocités.

    En tout cas voilà le sentiment d’injustice qui soude le groupe. Une vie qui ne vaut pas une autre vie : il n’y a pas de plus haute injustice. Il faut être épais pour ne pas parvenir à se représenter ça – à la limite, même pas par humaine compréhension : par simple prévoyance stratégique. Qu’un martyre collectif soit ainsi renvoyé à l’inexistence, que les vies arabes se voient dénier toute valeur, et que ceci puisse rester indéfiniment sans suite, c’était une illusion de colonisateur.

    Bloc bourgeois et « importation »

    Maintenant le fait le plus frappant : tout l’Occident officiel communie dans cette illusion. En France, à un degré étonnant. On s’y inquiète beaucoup des risques d’« #importation_du_conflit ». Sans voir que le conflit est déjà massivement importé. Bien sûr, « importation du conflit » est un mot à peine codé pour dire indifféremment « Arabes », « immigrés », « banlieues ». Mais le canal d’importation réel n’est pas du tout celui-là, il est sous nos yeux pourtant, large comme Panama, bouillonnant comme une conduite forcée : le canal d’importation-du-conflit, c’est le bloc bourgeois (Amable et Palombarini ©). Tout son appareil, personnel politique, éditocratie en formation serrée, médias en « édition spéciale », s’est instantanément déclenché pour importer. Pourquoi le point de fixation sur le terrorisme ? Pour la FI bien sûr – nous y revoilà. Cette fois-ci cependant avec un nouveau point de vue : le point de vue de l’importation intéressée. Le bloc bourgeois quand il fait bloc derrière Israël à l’extérieur saisit surtout l’occasion de faire bloc contre ses ennemis à l’intérieur.

    Il faudrait ici une analyse de la solidarité réflexe du #bloc_bourgeois avec « Israël » (entité indifférenciée : population, Etat, gouvernement) et des affinités par lesquelles elle passe. Des affinités de bourgeois : le même goût de la démocratie frelatée (bourgeoise), la même position structurale de dominant (dominant national, dominant régional), les mêmes représentations médiatiques avantageuses, ici celles d’Israël comme une société bourgeoise (start-ups et fun à Tel Aviv). Tout porte le bloc bourgeois à se reconnaître spontanément dans l’entité « Israël », partant à en épouser la cause.

    Et le bloc bourgeois français est plus israélien que les Israéliens : il refuse qu’on dise « #apartheid » alors que des officiels israéliens le disent, il refuse de dire « Etat raciste » alors qu’une partie de la gauche israélienne le dit, et qu’elle dit même parfois bien davantage, il refuse de dire la #responsabilité écrasante du gouvernement israélien alors qu’Haaretz le dit, il refuse de dire la politique continûment mortifère des gouvernements israéliens alors qu’une kyrielle d’officiers supérieurs israéliens le disent, il refuse de dire « crimes de guerre » pour le Hamas alors que l’ONU et le droit international le disent. Gideon Levy : « Israël ne peut pas emprisonner deux millions de Palestiniens sans en payer le prix cruel ». Daniel Levy, ancien diplomate israélien à une journaliste de la BBC qui lui dit que les Israéliens sur le point d’annihiler Gaza « se défendent » : « Vous pouvez vraiment dire une chose pareille sans ciller ? Ce genre de #mensonges ? » Le bloc bourgeois : « Israël ne fait que se défendre ». Il dit « Terreur » quand les Russes coupent toute ressource à l’Ukraine, il ne dit rien quand Israël coupe toute ressource à Gaza. Le bloc bourgeois vit un flash d’identification que rien ne peut désarmer.

    Il le vit d’autant plus intensément que la lutte contre les ennemis du frère bourgeois au dehors et la lutte contre les adversaires du bloc bourgeois au-dedans se potentialisent l’une l’autre. C’est comme une gigantesque résonance inconsciente, qui prend toute son ampleur dans une situation de crise organique où le bloc bourgeois contesté est devenu prêt à tout pour se maintenir.

    Le bloc regarde autour de lui, il ne se voit plus qu’un seul ennemi significatif : la FI. PS, EELV, PC, il a tout neutralisé, plus aucune inquiétude de ce côté-là, ces gens ne représentent aucun danger – quand ils ne sont pas de précieux auxiliaires. La FI, non. Une occasion se présente pour l’anéantir : ne pas hésiter une seule seconde. Comme avec Corbyn, comme avec Sanders, les affabulations d’antisémitisme, connaissaient déjà leur régime de croisière, mais une opportunité pareille est inespérée. Providentiel loupé inaugural de la FI : tout va pouvoir s’engouffrer dans cette brèche : le mensonge ouvert, la défiguration éhontée des propos, les sondages bidons sur des déclarations ou des absences de déclarations fabriquées, les accusations délirantes. La BBC s’abstient de dire « terroriste » mais la FI doit le dire. Des universitaires incontestables produisent de l’analyse sur les plateaux, mais la même analyse fournie par la FI est un scandale. La FI a une position somme toute fort proche de l’ONU, mais elle est antisémite. « Que cherche Jean-Luc Mélenchon ? A cautionner le terrorisme islamiste ? » s’interroge avec nuance La Nuance.

    #Cristallisation

    La violence du spasme que connait la vie politique française n’a pas d’autre cause. L’événement a œuvré comme un puissant réactif, révélant toutes les tendances actuelles du régime, et les portant à un point que même les émeutes de juillet ne leur avaient pas fait atteindre. L’effet de catalyse est surpuissant. Crise après crise, la dynamique pré-fasciste ne cesse de prendre consistance et de s’approfondir. Le terme en a été donné par Meyer Habib député français d’extrême-droite israélienne : « Le RN est entré dans le camp républicain ».

    Les moments de vérité recèlent toujours quelque avantage : nous savons désormais en quoi consiste le #camp_républicain. C’est le camp qui interdit le #dissensus, qui interdit l’#expression_publique, qui interdit les #manifestations, qui impose l’#unanimité ou le #silence, et qui fait menacer par ses nervis policiers tous ceux et toutes celles qui seraient tentés de continuer à faire de la politique autour de la question israélo-palestinienne. C’est le camp qui fait faire des signalements par des institutions universitaires à l’encontre de communiqués de syndicats étudiants, qui envisage tranquillement de poursuivre des organisations comme le NPA ou Révolution permanente, qui doit sans doute déjà penser secrètement à des dissolutions.

    C’est bien davantage qu’un spasme en fait. Par définition, un spasme finit par relaxer. Ici, ça cristallise : une phase précipite. Et pas n’importe laquelle : #catalyse_totalitaire. « Totalitaire » est la catégorie qui s’impose pour toute entreprise politique de production d’une #unanimité_sous_contrainte. L’#intimidation, le forçage à l’alignement, la désignation à la vindicte, la déformation systématique, la réduction au monstrueux de toute opinion divergente en sont les opérations de premier rang. Viennent ensuite l’#interdiction et la #pénalisation. Témoigner du soutien au peuple palestinien est devenu un #délit. Arborer un #drapeau palestinien est passible de 135€ d’amende – on cherche en vain une base légale présentable. « Free Palestine » est un graffiti antisémite – dixit CNews, devenu arbitre des élégances en cette matière, signes de temps renversés où d’actuelles collusions avec des antisémites distribuent les accusations d’antisémitisme, et d’anciennes collusions avec le nazisme celles de nazisme. Sous l’approbation silencieuse du reste du champ politique et médiatique. Dans les couloirs de toute la galaxie Bolloré, on ne doit plus en finir de se tenir les côtes de rire, pendant qu’à LREM, à France Inter et sur tous les C Trucmuche de France 5, on prend la chose au tout premier degré. Le camp républicain, c’est le camp qui suspend la politique, les libertés et les droits fondamentaux, le camp soudé dans le racisme anti-Arabe et dans le mépris des vies non-blanches.

    Le monde arabe, et pas seulement lui, observe tout cela, et tout cela se grave dans la #mémoire de ses peuples. Quand la némésis reviendra, car elle reviendra, les dirigeants occidentaux, interloqués et bras ballants, de nouveau ne comprendront rien. Stupid white men .

    https://blog.mondediplo.net/catalyse-totalitaire
    #à_lire #7_octobre_2023 #Palestine #Israël #Gaza #Frédéric_Lordon #médias

  • Was the Oppenheimer test site unpopulated? - Los Angeles Times
    https://www.latimes.com/delos/story/2023-07-26/oppenheimer-atomic-bomb-new-mexico-cancer-aftermath

    In the film, both the test site and the Los Alamos Laboratory in Northern New Mexico are remote, unpopulated areas — a depiction that’s largely in line with most historical accounts of the Manhattan Project. The reality is starkly different. The land acquired by the U.S. government to build and test the bomb was occupied, as was the 150-mile radius surrounding the Trinity Test — areas settled predominantly by Hispanic and Native American ranchers and homesteaders.

    #mensonges #crimes #bombe #sans_vergogne

  • Un long fil [de @Themislv_vls] sur les différentes prises de positions de B. STIEGLER ces dernières années, « puisque certains semblent étonnés du partage de ce tweet antisémite »
    https://threadreaderapp.com/thread/1678894070767206407.html

    (...) dès le 22 octobre 2020, en réponse à l’éditorial de Horton, Emily Mendenhall, à l’origine [du concept de syndémie],

    https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)32218-2/fulltext
    🧵explique qu’il est erroné de qualifier le COVID-19 de "syndémie" de façon générale, que le contexte compte et qu’une telle erreur passe complètement à côté de l’intérêt même du concept.
    🧵E. Mendenhall explique ainsi que “la syndémie nous permet de reconnaître comment les facteurs politiques et sociaux favorisent, perpétuent ou aggravent l’émergence et le regroupement des maladies”, citant la Nouvelle Zélande où le leadership politique en réponse à la crise
    🧵a été exemplaire, de telle sorte que le Covid n’y est pas syndémique.
    Le concept n’est donc en aucun cas utilisé pour nier la réalité de la pandémie ni la nécessité d’une prévention.


    cet excellent fil recense les trucages de cette bonimenteuse et bon nombre des membres cultivés des sections d’assaut de l’obscurantisme. n’hésitons pas à le communiquer aux gens de gauche, syndicalistes, révolutionnaires éventuellement intéressés par cette extension de la gauche de droite. ping @rezo

    edit en plus d’inspirer les orientations de LFI, Stiegler siège au comité de surveillance de l’#ARS Aquitaine et est vice-présidente du comité d’#éthique du #CHU de Bordeaux
    .

    #toctoc #pandémie #mensonge #obscurantisme_cultivé #santé_publique #philosophie #Barbara_Stiegler #confusionisme #GBD #protection_ciblée #syndémie (dévoyée) #enfants #minimisers #prévention #Alt_Right #covid_19 #gauche #gauchededroite #antivax #Aude_Lancelin

    • La perspective de B. Stiegler et F. Alla, appliquée au Covid19, combine à la fois une conception particulière de la santé publique et de la prévention, une négligence des droits fondamentaux à la vie et à la santé et une ignorance de l’état des connaissances scientifiques.
      Tout cela participe à l’adoption de positions contraires à l’éthique et à une dérive frôlant l’eugénisme.
      […]
      Enfermée dans un cadre d’analyse bancale rejetant la prévention réduite à un acte médical quand elle relève avant tout de la santé publique, collective, enfermée dans un cadre ouvrant la voie aux idées délétères, contraires à l’éthique, validistes et frôlant l’eugénisme, B. Stiegler continue donc d’ignorer les victimes d’un néolibéralisme qui a porté l’absence de prévention au rang de normes pour la préservation des profits, quoi qu’il en coûte pour la population.
      […]
      On peut sérieusement se demander, et avec inquiétude, pourquoi cette philosophe enfermée dans son récit, étanche à l’éthique et aux faits, tenant un discours si délétère, est encore associée aux luttes de la gauche et aux institutions & autorités sanitaires.

    • tenant un discours si délétère, est encore associée aux luttes de la gauche

      Parce qu’à « gauche » il y a un paquet de gens qui ont les mêmes opinions moisies que cette « philosophe » et qui sont bien contents d’intellectualiser leur connerie en citant Stiegler.

    • Trois ans déjà. L’un des effets politiques parmi les plus décisifs de la pandémie, c’est d’avoir conduit à l’émergence d’une nouvelle gauche de droite. Non gouvernementale cette fois, elle s’est créée « par le bas ». Ce qui la rend autrement dangereuse. Pour ma part, c’est par elle que l’irrespirable domine.
      « Critique » du « système » elle est excrément - le correcteur m’a suggéré un lapsus signifiant, je le garde ! - [extrêmement] composite, elle inclue tout aussi bien politiciens et gauchistes extra-parlementaires, écologistes qu’anarchistes, intellectuels et Gilets jaunes, insiders et outsiders. Terreau d’une fascisation qui n’en porte pas le nom, on la voit et la rencontre partout.
      Headshot. Le taf de snipper réalisé par @Themislv_vls suffira pas. Mais on peut imaginer que d’autres s’en saisiront, pour déciller, pour réouvrir à une position critique, une pensée et des actes qui ne reposeraient pas sur la falsification, la confusion plus ou moins délibérée.