• Yémen : les soldats soudanais ouvrent le feu sur les militaires émiratis PressTV - 10 Décembre 2018
    https://www.presstv.com/DetailFr/2018/12/10/582533/Ymen--Soudan-en-a-assez

    Au Yémen, les militaires soudanais ont ouvert le feu sur les soldats émiratis présents dans ce pays ont informé des activistes soudanais. Des tirs qui sont signe de la désobéissance des militaires de la coalition arabe.

    L’Arabie saoudite, n’ayant pas tenu son engagement envers Khartoum et les militaires soudanais, de nombreux Journalistes, élites, parlementaires et politiciens soudanais ont à maintes reprises réclamé le retrait des forces soudanaises de la guerre au Yémen. Un non-respect d’engagement qui a suscité la colère du peuple, mais aussi celle des militaires.

    L’agence de presse iranienne Tasnim qui cite les activistes soudanais fait part de la montée des conflits entre les officiers émiratis et les forces soudanaises déployées au Yémen. Les désaccords qui existent entre les forces émiraties et soudanaises ne se résument pas aux transgressions des ordres ; ils vont bien plus loin puisque les soldats et les militaires soudanais ont tiré sur leurs commandants émiratis et yéménites. En c’est justement pourquoi Riyad craint fortement que l’insoumission des militaires soudanais se propage chez les combattants yéménites.

    Les experts estiment que les désobéissances pourraient engendrer l’effondrement d’une coalition saoudienne déjà fragilisée notamment pour la méfiance qui règne entre les États qui en font partie.

    Le mépris des Soudanais
    D’après le quotidien Al-Soudan Al-Youm, le mépris des soldats soudanais et les cruautés à leur encontre sont à l’origine de la colère des Soudanais. Les officiers émiratis traitent les soldats soudanais avec beaucoup de mépris afin de leur faire perdre la face. Ils sont traités de traîtres qui ne se battent que pour l’argent. Ils ne doivent en aucun cas discuter les ordres. Cette façon d’agir chercher surtout à atteindre et à blesser la fierté des soldats soudanais. Des soldats dont les autorités prétendent qu’ils se battent au Yémen pour défendre les saints mausolées de ce pays. 

    Les militaires soudanais, les plus grandes victimes de la guerre au Yémen
    Le montant de leurs revenus, mais aussi les retards dans les paiements peuvent également être considérés comme source de la vague de colère chez les militaires soudanais. Parmi eux certains n’ont pas été payés depuis des mois. 

    La manière dont sont traités les soldats soudanais qui se trouvent au Yémen, a conduit ces derniers vers la colère. Las, ces derniers préfèrent désobéir que d’être humiliés de la sorte. C’est pourquoi ils demandent à être rapatriés. Une revendication qui résulte d’une colère au bord de l’explosion et qui prédit que la défaite de la coalition saoudienne au Yémen n’est plus très loin.

    #guerre #Yémen #arabie_saoudite #Soudan #mercenaires #racisme #Salombo #Moyen-Orient


  • Yihadistas atrapados en el limbo | Internacional | EL PAÍS
    https://elpais.com/internacional/2018/11/06/actualidad/1541499315_530900.html

    No es un decir. Abdulkarim Omar, portavoz de la Federación del Norte de Siria, autoproclamada región autónoma kurda también conocida como Rojava, lleva repitiéndolo varias semanas. Según sus cuentas, tienen bajo su custodia a 790 yihadistas combatientes, a los que habría que sumar 584 mujeres y 1.248 menores. En total, 46 nacionalidades. Y nadie en, por ejemplo, Europa, quiere hacerse cargo de los suyos.

    #mercenaires #jihadistes en #syrie


  • Le Vatican assouplit la règle du célibat pour les gardes suisses jvr/vd - 12 Novembre 2018 - RTS
    https://www.rts.ch/info/monde/9989579-le-vatican-assouplit-la-regle-du-celibat-pour-les-gardes-suisses.html

    En pénurie d’effectifs, le Vatican autorisera les gardes suisses à se marier... à condition d’avoir effectué plus de 5 ans de service. Les couples pourraient alors emménager dans une nouvelle caserne prévue pour 2024.

    La garde suisse pontificale a fort à faire avec l’actuel locataire du Saint-Siège. Les multiples engagements du pape François l’obligent à étoffer ses rangs. Actuellement au nombre de 110, les gardes devraient passer à 135 unités.

    Mais les vocations manquent. L’une des raisons est le célibat obligatoire des soldats au service du souverain pontife. Cette règle va être assouplie par le Vatican. Le célibat ne devrait plus concerner que les gardes dont la durée du service est inférieure à 5 ans. Pour les autres, ils pourront se marier et vivre au Vatican.

    Une caserne flambant neuve
    Pour accueillir tout ce monde, l’actuelle caserne datant du XIXe est toutefois trop petite. Elle sera démolie au profit d’une nouvelle caserne qui s’étendra sur quelques 14’200 m2 et qui répondra aux critères écologiques de 2024.

    Une fondation suisse va s’occuper de réunir des fonds pour compléter le budget de 50 millions de francs. Des spécialistes de l’armée helvétique seront également appelés à travailler sur ce projet.

     #vatican #religion #catholicisme #pape #Italie #Suisse #mercenaires


  • Pourquoi la France cache-t-elle le nombre de ses soldats capturés en Syrie ? – Site de la chaîne AlManar-Liban
    http://french.almanar.com.lb/1091488

    Depuis que la France s’est impliquée militairement en Syrie, envoyant sur l’ordre US ses militaires dans le nord-est et l’est de ce pays, et qu’un certain nombre de ses soldats se sont fait arrêter par les forces syriennes, une question revient sans cesse : à quand la fin du tabou des « militaires français » capturés en Syrie ?

    Des sources bien informées avancent le nombre de 300 militaires français détenus par l’armée syrienne et qui pourraient servir de monnaie d’échange au cours de futures négociations.

    Une première information sur la capture de militaires français en Syrie date de la fin de l’année 2012. Et pourtant ni les sources syriennes ni les sources françaises n’ont abordé le sujet explicitement. De plus, Damas n’a jamais diffusé d’images de captifs français emprisonnés sur son territoire.

    En France, un black-out total est maintenu sur le sujet, les médias ne l’évoquant jamais et le plaçant sous l’étiquette « secret défense ». En effet, le pouvoir n’ose pas informer l’opinion publique du « sort des prisonniers de guerre » qui se sont fait arrêter dans le cadre d’une guerre menée à l’insu même des Français !

    Cependant, il aura fallu le travail effectué par des journalistes syriens, qui sont parvenus à retrouver la trace de près de 300 militaires français retenus par le renseignement syrien.

    Pour ce dernier, « ces militaires envoyés combattre l’État syrien » sont classés aux côtés de ces autres « brebis égarées » que les services secrets français ont recrutées, formées puis envoyées en Syrie sous label « takfiriste ».

    Selon des sources syriennes, le sort de ces « prisonniers de guerre » européens aurait même été évoqué au cours d’entretiens Assad/Poutine, Assad ayant confirmé à son homologue que son pays détenait secrètement des centaines d’agents et de militaires britanniques, français, émirats, israéliens, saoudiens et turcs et qu’il était hors de question de les libérer.

    Un premier deal franco-syrien conclu au terme des négociations secrètes menées en 2013 et 2014 entre Damas et Paris aura été marqué par la trahison de Paris. Assad, floué, s’est ravisé.

    Al-Manar n’a pas trop l’habitude de raconter n’importe quoi et ses publications répondent toujours à un agenda politique précis...

    #syrie #france #mercenaires


  • #Chris_the_Swiss

    #Anja_Kofmel admirait déjà son cousin Chris quand elle était petite fille. Sa mort mystérieuse au milieu des guerres yougoslaves en 1992 l’occupe encore aujourd’hui, car au moment de sa mort, le jeune journaliste suisse portait l’uniforme d’un groupe international de #mercenaires. Pourquoi ? En tant que femme adulte, Anja décide de suivre son histoire. Elle essaie de comprendre la véritable implication de Chris dans ce conflit et nous emmène en Croatie. Elle raconte son voyage dans un beau mélange dans le documentaire et le film d’animation maintenant primé.


    http://www.firsthandfilms.ch/fr/chris-the-swiss
    #film #documentaire #journalisme #Yougoslavie #ex-Yougoslavie #guerre #conflit #film_d'animation #PIV #Croatie #OpusDei #Christian_Würtenberg

    Quelques images de Christian :


  • Why the expected wave of French immigration to Israel never materialized

    It seemed as if the Jews of France would come to Israel in droves after the 2015 attacks in Paris. It turns out that these expectations were exaggerated - here’s why
    By Noa Shpigel Jul 25, 2018

    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium.MAGAZINE-why-expected-wave-of-french-immigration-to-israel-never-m

    It was early 2015 in Paris and the attacks came one after the other. On January 7, there was the shooting attack on the editorial offices of the satirical newspaper Charlie Hebdo that took 12 lives; the next day a terrorist shot a policewoman dead, and the day after that brought the siege on the Hypercacher kosher supermarket that ended in the deaths of four Jews.
    To really understand Israel and the Jewish world - subscribe to Haaretz
    On January 11, some four million people marched through the streets of Paris and other French cities in a protest against terror; some 50 world leaders marched in Paris, among them Prime Minister Benjamin Netanyahu, who a few hours later spoke at the Great Synagogue in Paris and urged French Jews to make aliyah.

    [You have] the right to live in our free country, the one and only Jewish state, the State of Israel,” he said, to applause from the crowd. “The right to stand tall and proud at the walls of Zion, our eternal capital of Jerusalem. Any Jew who wishes to immigrate to Israel will be welcomed with open arms and warm and accepting hearts.” The Immigration Absorption Ministry estimated that more than 10,000 French Jews would make aliyah that year.
    That forecast was premature. According to the Central Bureau of Statistics, in 2014, there were 6,547 olim from France, while in 2015, the number rose only to 6,628. In 2016, the number of immigrants dropped to 4,239, and last year, there were only 3,157. Based on the first five months of this year, it seems that the downtrend is continuing; in the first five months of 2018, there were 759 olim from France, while during the comparable period in 2017, the number was 958.
    Joel Samoun, a married father of four from Troyes and a nurse by profession, remembers Netanyahu’s speech. “The speech definitely moved me. It was also a period when we weren’t feeling safe in France,” he says. He began the aliyah process: He made contact with the Jewish Agency and even had his professional credentials and recommendation letters translated into Hebrew. But when Samoun discovered what a lengthy procedure he would have to undergo to work in his field in Israel, he decided to give up on the dream, at least for now. “It’s somewhere in my head,” he said. “Maybe when I reach retirement age.”

    Nor is Annaell Asraf, 23, of Paris, hurrying to leave. Her sister made aliyah four years ago, did national service, and somehow managed. She herself worked in Israel for six months, then returned to France, finished her degree in business administration and founded an online fashion business.
    “I have a good life in France,” she told Haaretz. Many of her friends, she said, “tried to make aliyah, waited two years to find work, and came back. On paper it looks easy, but it’s much more complicated.”

    Annaell Asraf, 23, of Paris, prefers to remain in France Luana Hazan
    What are the primary obstacles? Gaps in language and mentality that aren’t easy to bridge, she says, plus, for anyone who didn’t serve in the army, it’s harder to find work. Moreover, she now feels safe in France. “Maybe someday,” she says, when asked if she sees herself returning to Israel to live.
    Ariel Kendel, director of Qualita, the umbrella organization for French immigrants in Israel, says, “On the one hand, we see that aliyah is down, but on the other hand, the potential is great. If you know Jews in the community in France – it’s hard to find people who’ll say they don’t want to come to Israel.”
    According to Kendel, the drop in aliyah has a number of causes. The primary ones are absorption difficulties; transitioning from the welfare state they are used to; and the fact that there are no aliyah programs tailored specifically for the French. “Where will I live, how will I make a living, what happens to my kids between 2 and 6 [P.M.],” he says. “In France, there is a developed welfare state. We don’t expect it to be like that here, but you can’t tell an immigrant at the airport to take the absorption basket [of services] and that’s it. Apparently every office in Israel should be asking itself these questions.”
    Another problem he cites is the process of having professional credentials recognized in Israel. Although certification for physicans has been streamlined (to a trial period), nurses must undergo a test.
    “People are asked to take an exam after 30 years of experience, it’s a scandal,” says Kendel. “We have at least one hundred nurses – 50 in Israel and 50 in France – who cannot work here. I don’t think that anyone in France is afraid to go to the hospital; [health care] is not at a low level. You can’t tell someone, ‘come, but chances are that we won’t accept your diploma.’”

    Daniella Hadad, a bookkeeper who made aliyah with her husband and five children in 2015, works now in childcare. “When we made aliyah, there was a lot of terror and they said that we should immigrate more quickly,” she says. “They told me to work as a bookkeeper I would have to take all the courses from scratch, and that’s hard in Hebrew.” Now she’s looking for new avenues of employment and wants to improve her Hebrew.
    Hadad is convinced that being able to make a living is the most important element in a successful landing in Israel. “I know a woman who made aliyah with her husband and children, but they had a hard time and now they are going back after two-and-half years.
    Olivier Nazé, a father of four, is a dentist who made aliyah eight years ago. He had to invest a great deal in order to be able to work in his profession in Israel. Before moving the family, he came a few times on his own, to pass the required exam. He says his brother and family are worried about making aliyah as a result.
    “If you have a profession, and you’re making money, it’s hard to get in because it’s like starting from zero,” he says. “In France I made a lot of money, and in Israel at the beginning, I was making a tenth of that. Now it’s slowly rising, but not everyone can afford to wait.” Despite everything, he says, “the quality of life is better here, for the children as well.”
    According to a survey conducted by Zeev Hanin, the Absorption Ministry’s chief scientist, the results of which were published in June, 47 percent of French immigrants say their standard of living is not as good as it was in France, while 32 percent said their standard of living had improved. In terms of income, 80 percent responded that their situation was less favorable than in France, whereas 5 percent reported an improvement. But while many people indicated a worsening of various conditions compared to what they had in France, 67 percent said that they felt more at home in Israel, and 78.3 percent said they do not intend to leave.
    Drop in incidents
    It’s not surprising to learn that a drop in the incidents of anti-Semitism in France has been accompanied by a lack in emigration to Israel. Riva Mane, a researcher at the Kantor Center for the Study of European Jewry at Tel Aviv University, says that in 2015, the French Interior Ministry reported 808 anti-Semitic incidents in the country, whereas, in 2016 the number dropped to 355, and in 2017 to 311. Although not all incidents are reported, she said, the trend is clear.
    Nevertheless, Mane says, “There is an increase in the number of violent attacks on Jews; 97 such incidents were reported in 2017, compared to 77 in 2016.” She added that there is still a sense of insecurity in the Jewish community, and that in recent years there has been an increase in internal migration. “Tens of thousands are leaving the poorer neighborhoods that also have a significant Muslim population and where there have been many incidents, for central Paris and other wealthier areas, where there are fewer Muslims,” she says. She also noted that Jewish pupils are increasingly leaving the public schools for private ones, where they are also likely to encounter fewer Muslim students.

    Olivier Nazé, a father of four, is a dentist who made aliyah eight years ago Rami Shllush
    “There’s always a reason for a wave of aliyah,” explained Immigrant Absorption Minister Sofa Landver. “Not all the olim come because of Zionism. There was a reason for this wave from France – fear of terror. Olim came from Ukraine a year ago when there was a security crisis there vis-à-vis Russia. And now people are coming from Argentina and Brazil due to the economic situation.”
    Landver says that her ministry is fighting to remove barriers to successful absorption. “I’m out in the field and I meet with olim from France who are very satisfied,” she reports. Although the minister knows that the immigrants from France cannot receive what the welfare state provides there, such as schools that are open late and two years of unemployment payments, her ministry continues to encourage aliyah.

    Landver says that she has instructed ministry staff to make home visits to people who have opened an aliyah file, and that the ministry provides money for the translation of documents and removes employment barriers insofar as possible. “We, together with the municipalities, are doing everything possible to increase the number of olim. I really want them here and I’ll do everything to ease their absorption and to support this aliyah.”

    Valerie Halfon, a family financial consultant from the organization Paamonim, said she has met with hundreds of families in France before their aliyah, helping them to prepare an economic assessment, so they’ll know what to expect. For example, she says, she consulted with a young couple who were hesitant, because friends told them that they would need 20,000 shekels a month ($5,500) to get by. She said that after making their calculations, “we got to 8,000-9,000 shekels. There are rumors, and they’re not all true. You have to adapt, you have to make changes.”
    Still, whether it’s the improvement in the security situation in France, or the fear of making a new start – or a combination of these – there has been a decline in aliyah. “Today there’s a feeling that things have calmed down in France,” says Arie Abitbol, director of the European division of the Jewish Agency’s Masa programs. “There’s a president [Emmanuel Macron] who’s empathetic, and there’s a sense that he cares about the Jews and wants them to stay. The feeling is that the threat of Islamic extremism is a threat to everyone, and not only to the Jews.”
    He says that from his experience working with young people in France, “People don’t say that they don’t want to come, they say that at the moment the circumstances are unsuitable and they’ll wait a little more – maybe in a few more years.” He doesn’t blame only the Israeli government and absorption difficulties: “When there’s a trigger of a security situation, people find the strength to leave, but the biggest enemy of aliyah is the routine. From 2014 to 2016, there were unusually high numbers, and now there’s a return to ordinary dimensions, because as far as they’re concerned, the situation is back to routine.”


  • Combien de Français servent dans l’armée israélienne ?
    Libération - Par Fabien Leboucq 19 juillet 2018
    http://www.liberation.fr/checknews/2018/07/19/combien-de-francais-servent-dans-l-armee-israelienne_1661759

    (...) Il y a deux mois, quand nous commencions à traiter ce sujet, un connaisseur français de l’armée israélienne nous prévenait : « Vous aurez du mal à obtenir des infos, c’est hautement tabou des deux côtés. » Prédiction confirmée par le Ministère des affaires étrangères français, qui nous explique quelques jours plus tard « ne pas disposer d’informations sur le nombre de Français au sein de l’armée israélienne. » Les ambassades française en Israël, israélienne en France ainsi que le Quai d’Orsay, assurant ne pas avoir de chiffres, nous ont unanimement renvoyés vers Tsahal.

    2% au moins du total de l’armée

    À force de relances, nous avons obtenu réponse du porte-parolat des forces armées israéliennes : « 4185 soldats en service régulier ont la citoyenneté française. » Le nombre est peut-être minoré, car l’armée ne compte que les personnes qui ont déclaré leur nationalité française.

    La nationalité française est la deuxième nationalité étrangère la plus représentée dans les rangs de Tsahal, après la nationalité américaine. Les citoyens français ou franco-israéliens engagés dans les forces armées israéliennes représentent entre 1,7% et 3,5% des effectifs totaux.

    En 2011 ce total était estimé à 176 500 soldats, selon l’Institut national des études de sécurité, rattaché à l’université de Tel-Aviv. Un chiffre « inférieur à la réalité », assure la grande muette israélienne sans en dire plus.

    ““““““““““““““““““““““““““““““

    Ces Français volontaires dans l’armée israélienne
    Droit international et occupation
    Orient XXI > Marc Cher-Leparrain > 18 mars 2014
    https://orientxxi.info/magazine/ces-francais-volontaires-dans-l-armee-israelienne,0546


  • La #guerre en sous-traitance : comment l’armée émiratie est renforcée par les #mercenaires | Middle East Eye
    http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/la-guerre-en-sous-traitance-comment-l-arm-e-miratie-est-renforc-e-par

    Selon la loi, un citoyen américain peut perdre sa citoyenneté s’il rejoint volontairement – et intentionnellement – une armée étrangère engagée dans des hostilités avec les États-Unis ou s’il sert en tant qu’officier dans n’importe quelle armée étrangère.

    La « clause des émoluments » de la Constitution des #États-Unis interdit aux anciens officiers militaires de chercher un emploi auprès de puissances étrangères, sauf en cas de consentement du Congrès.

    Ainsi, tant que Toumajan n’a pas l’intention d’abandonner sa citoyenneté américaine et a reçu la permission de travailler pour les Émiratis, il est hors de cause.

    Dans une armée accusée de crimes de guerre où des commandants étrangers continuent de servir sans subir de répercussions, d’autres pourraient être tentés de suivre leur trace.

    « En général, dès que les gens voient qu’une loi en vigueur n’est pas appliquée en pratique, alors il n’y a pas grand-chose pour les dissuader », a déclaré Hamilton.

    « Si les interdictions portant sur les #crimes de guerre ne sont pas appliquées, cela envoie à ceux qui sont susceptibles d’en commettre un signal indiquant qu’ils n’ont pas à s’inquiéter. »

    #emirats_arabes_unis


  • Pentagon reports number of contractors employed in Syria for first time
    https://www.militarytimes.com/news/2018/04/17/pentagon-reports-number-of-contractors-employed-in-syria-for-first-ti

    The Pentagon is employing 5,508 contractors in Iraq and Syria — 2,869 of whom are U.S. citizens, 760 of whom are locals and the rest of whom are third country nationals — according to a quarterly report released in April.

    This is the first time the Pentagon has reported contractor numbers for Syria, according to past reports within the archives of the Office of the Assistant Secretary of Defense for Logistics & Materiel Readiness.

    “As the mission has grown and continued in Syria, [the DoD] is including those numbers in regular reporting, as well,” Heather Babb, a Pentagon spokeswoman, told Military Times.

    #syrie #mercenaires #contras


  • Egypt to decline any request by US to send troops to Syria: former intelligence official - Egypt Independent
    http://www.egyptindependent.com/egypt-to-decline-any-request-by-us-to-send-troops-to-syria-former-

    In response to a recent report published by American newspaper The Wall Street Journal regarding an alleged request by the United States to Egypt to send armed forces to Syria, former undersecretary of Egypt’s General Intelligence Mohammad Rashad said that Egypt will summarily decline any such invitation.

    “The Egyptian Armed Forces are not mercenaries [and cannot be] leased or ordered by foreign states to deploy forces in a certain area. This is not acceptable and no one […] should dare to direct or give instructions to Egypt’s army,” Rashad told Egypt Independent.

    #syrie #mercenaires


  • Mercenaires russes : « C’est une catégorie de gens qui ne peuvent pas vivre sans la guerre » - Libération
    http://www.liberation.fr/planete/2018/03/12/mercenaires-russes-c-est-une-categorie-de-gens-qui-ne-peuvent-pas-vivre-s

    Un chef de guerre qui collabore avec la principale société de mercenaires russes témoigne sur leur présence en Syrie et justifie que les corps ne soient pas rendus aux familles. Un problème qui pourrait être réglé après la réélection de Poutine, dimanche prochain.

    Attirés par des salaires dix fois supérieurs à ceux des régions reculées de #Russie dans lesquelles ils vivent, des combattants désœuvrés, souvent vétérans des guerres du Donbass, de Tchétchénie ou d’Afghanistan s’enrôlent comme mercenaires pour combattre là où l’armée régulière russe ne peut pas apparaître. L’un des chefs recruteurs collaborant avec le groupe Wagner, principale société militaire privée, raconte à la correspondante de France 24 en Russie le fonctionnement de ces missions couvertes par le secret d’Etat. Car il faut cacher l’existence de ces entreprises illégales en Russie, les contrats signés avec elles par les compagnies pétrolières liées au Kremlin et la mort des combattants #mercenaires à leurs familles. Autant de petits cailloux dans la chaussure de Vladimir Poutine à quelques jours de sa réélection.

    Quel est le but principal de la présence de Wagner en Syrie ?
    C’est une lutte pour le régime d’Al-Assad. Une lutte pour le pétrole, pour gagner de l’argent. La raison d’être d’une société militaire privée, c’est de faire du profit. Ensuite, défendre les intérêts d’un Etat là où il ne peut pas faire usage de son armée régulière. Ce qui se passe en Syrie, d’un côté, c’est un combat contre le terrorisme mondial représenté par l’Etat islamique, et de l’autre, un engrangement de bénéfices au profit de notre pays, pour que la Russie puisse s’emparer d’un énorme marché de ressources pétrolières. Il faut lui en offrir le contrôle. J’estime que c’est juste. Cette guerre, ce n’est pas nous qui l’avons commencée, mais c’est à nous de finir le travail.

    Pourquoi est-ce secret ? La Russie mène pourtant ouvertement une opération aérienne et maritime en Syrie, alors pourquoi cacher l’opération au sol ?
    Parce qu’il s’agit avant tout d’intérêts commerciaux. Vous avez vu le battage médiatique que ces pertes de troupes au sol ont provoqué ? Et s’il s’était agi de troupes régulières ? Si les Etats-Unis avaient frappé l’armée russe au sol ? Qu’est-ce qu’on aurait ? Une troisième guerre mondiale.

    Wagner est-elle la seule société militaire privée en activité en ce moment ?
    Les premiers temps, on a vu apparaître d’autres entreprises de ce type en Russie. Mais elles ont vite été délogées du marché par Wagner. Il faut bien comprendre que pour survivre, n’importe quelle compagnie, n’importe quel business, a besoin d’un marché. Il y a eu quelques autres tentatives, mais la seule à avoir tenu et s’être développée, c’est Wagner, parce qu’elle a obtenu les contrats et qu’on l’a laissée entrer en Syrie.

    Comment est financée la société Wagner ?
    Elle signe des contrats avec les compagnies qui exploitent et raffinent le pétrole en Syrie pour la défense de leurs intérêts commerciaux. Pour ça, elle reçoit de l’argent. Sur le territoire syrien, les sociétés russes Lukoil et Gazprom Neft ont des usines. Mais Wagner travaille aussi avec des firmes étrangères. Engager Blackwater [SMP américaine qui s’est funestement illustrée en Irak, ndlr] - qui aujourd’hui, s’appelle autrement - ça coûte très cher. Notre entreprise militaire à nous coûte moins cher.

    Comment se passe la coopération avec le ministère russe de la Défense ?
    Le ministère de la Défense définit des objectifs de combat. Les mercenaires de Wagner agissent alors en tandem avec l’aviation russe, avec l’appui de l’artillerie, lors des missions communes. Mais, dans tous les cas, il y a une coopération. Ne serait-ce que pour l’aide matérielle. Le ministère de la Défense fournit aux mercenaires des armes, des munitions et des équipements. Mais cette coopération est hors la loi. Alors, officiellement, elle n’existe pas.

    Quand ils signent, est-ce qu’ils savent comment seront traités les corps… ou le fait que leurs familles seront laissées dans l’ignorance ?
    Si tu t’es enrôlé dans une société militaire privée, alors tu t’es vendu pour de l’argent à cette société. Elle peut t’utiliser comme bon lui semble. Tu n’as contractuellement pas le droit de désobéir. Ce qui va t’arriver après ta mort ? Tu seras réduit à l’état de viande hachée. Et les corps ? On les mettra dans un sac. On les scellera dans le zinc. On les enverra à la maison… dans le meilleur des cas. Dans le pire, on les enterrera sur place. Si tu n’as pas signé la clause comme quoi on ne doit rien dire à ta famille, on enverra de l’argent à tes proches avec un papier disant que tu es mort et enterré là ou là. Ou pas enterré du tout. Juste, « il est mort ». Tenez votre pognon.

    La société Wagner est-elle active dans d’autres pays à part la Syrie ?
    A l’étape suivante, on entrera probablement en Libye. Egalement pour combattre les terroristes et les extrémistes, ainsi que pour défendre les intérêts de notre pays. Il y aura peut-être aussi d’autres gens envoyés ailleurs en Afrique.

    Ce sont des informations vérifiées ou juste des rumeurs ?
    Vous comprenez, je ne peux pas vous dire que « Wagner » - le camarade Outkine - m’a appelé directement et m’a dit : « Frère, dans un an, on entre en #Libye ! » Ce n’est pas comme ça que ça se passe. Mais lorsqu’on recrute des gens et qu’on les vaccine contre des maladies africaines, faut pas être con, on comprend tout de suite où ils vont être envoyés !

    Vous, quel est votre sentiment par rapport à Wagner et la guerre en Syrie ?
    Ma position est claire. Notre guerre, c’est le Donbass [région de l’est de l’Ukraine revendiquée par des séparatistes prorusses, ndlr].Mais à ceux qui doutaient de la guerre en Syrie, du genre « idéologiquement, ce n’est pas la nôtre, c’est une guerre pour le fric », je peux leur dire qu’après ce qui est arrivé, après que les Amerloques ont dégommé nos gars, on est prêts à y aller pour les obliger à rendre des comptes.

    Est-ce souvent que des volontaires pour partir en Syrie viennent vous voir ?
    Très souvent. Cinq à six personnes par semaine. Des jeunes, des vieux, qui ont de l’expérience au combat, d’autres qui n’en ont pas. Des cosaques et des civils. Ils cherchent à rejoindre la SMP. Ils me demandent ce qui les attend là-bas. Je leur explique brièvement, que personne ne va leur courir après pour leur torcher le cul : « Vous vendez vos acquis, vos atouts, votre vie. »

    Est-ce qu’en ce moment, les combattants qui reviennent de la guerre dans le Donbass et ne parviennent pas à s’adapter à la vie ordinaire représentent un gros problème ?
    Quelqu’un qui revient de la guerre a toujours du mal à s’adapter à la vie ordinaire. Parce que le type a fait la guerre pendant un an et demi, et quand il revient ici, où ira-t-il travailler ? Il sera agent de sécurité dans une supérette ? Où un jeunot de 18 ans à moitié bourré va lui expliquer la vie et le rabaisser ? Lui qui a pris l’habitude de régler tous ses problèmes en appuyant sur la gâchette, il a les mains qui le démangent. C’est une catégorie de gens, qu’on appelle les « hommes-guerre ». Ils ne peuvent pas vivre sans la guerre. La société militaire privée les attend.

    Quels sont les salaires mensuels des mercenaires ?
    Les premiers gars qui ont été recrutés, c’était en 2015 si ma mémoire est bonne, les salaires allaient jusqu’à 450 000 roubles par mois (6 500 euros). En ce moment, les gens reçoivent 150 000 roubles et plus (2 100 euros), en fonction des missions effectuées. Certaines divisions sont des divisions de combat. Elles ont pris part aux assauts sur Deir El-Zor et Palmyre.

    Est-ce que quelque chose va changer après ce combat ?
    Un recrutement a été lancé pour compenser les pertes. D’abord, on a besoin de gens pour les rotations. Après trois mois de conflit, une partie du contingent doit rentrer à la maison. Il faut les remplacer. Ensuite, il faut remplacer les morts. Et enfin, il faut grossir les troupes, parce qu’on gagne du territoire. En avril, 500 à 600 personnes seront recrutées à coup sûr.

    Quand doit-on rendre les corps aux familles ?
    Sans doute après l’élection présidentielle du 18 mars. Et encore, par étapes. Pas tout d’un coup. Il y aura des petites cargaisons. Si dans une région, il y a 5, 6, 8 morts, on les rendra par un ou par deux aux familles. Si on les rend, bien sûr. Cacher les pertes ? Aucun problème. Là-bas, tous les moyens de communication sont coupés. De plus, les gens signent des contrats comme quoi ils ne doivent rien divulguer à personne. S’il y a des fuites, ils ne toucheront pas leur salaire. Leurs familles ne toucheront pas de compensation non plus. C’est pourquoi tous garderont le silence.
    Elena Volochine

    #guerre


  • ISRAEL’S “SAFE ZONE” IS CREEPING FARTHER INTO SYRIA

    https://theintercept.com/2018/01/23/israel-syria-safe-buffer-zone-golan-heights

    ISRAEL IS EXPANDING its influence and control deeper into opposition-held southern Syria, according to multiple sources in the area. After failed attempts to ensure its interests were safeguarded by the major players in the war next door, Israel is pushing to implement the second phase of its “safe-zone” project — an attempt to expand a buffer ranging out from the occupied Golan Heights deeper into the southern Syrian provinces of Quneitra and Daraa. The safe zone expansion marks a move toward deeper Israeli involvement in Syria’s civil war.

    The Intercept learned the outlines of the safe-zone expansion plan through a monthslong investigation relying on information from a variety of sources, including Syrian opposition activists on the ground in the south, Syrian opposition figures based in Jordan, Syrian government sources, and an Israeli-American NGO directly involved in the safe-zone project.

    The safe zone appears intended to keep the Syrian army and its Iranian and Lebanese allies as far away from Israel’s border as possible, as well as solidify Israel’s control over the occupied Golan Heights. Israel seized the Golan from Syria in 1967’s Six-Day War. Expanding a buffer zone would likely make any negotiations over the return of the Syrian territory more difficult in the future, because the Golan Heights will be surrounded on both sides by areas with significant Israeli influence.

    Over the last two years, Israel started building out the first phase of a safe zone in southern Syria. The project enabled the Israeli army, through humanitarian organizations and military personnel, to gain access to opposition-held areas in return for supplying aid, medical treatment inside Israel, and basic goods.

    According to sources, the second phase, which is currently underway, includes, among other things, the establishment of a 40-kilometer, Israeli-monitored buffer beyond the Golan Heights, a Syrian border police force armed and trained by Israel, and greater involvement in civil


  • Entamées depuis des semaines les négociations discrètes autour de la réouverture de la frontière entre la Jordanie et la Syrie achoppent sur l’exigence (russo)syrienne d’une officialisation de ces négociations. Parmi les enjeux, le sort de quelque 3500 "révolutionnaires" de l’ASL dont la Jordanie craint que, sans solde, ils n’aillent rejoindre les rangds des groupes extrémistes.

    إجتماعات بالجملة لمسلحي فصائل درعا تحت عنوان “تخلي الإقليم والأردن” عن شعب جنوب سورية وقلق في عمان ومفاوضات معقدة مع موسكو لتوفير حل لمعضلة معبر نصيب ومشاريع لتحديد مصير “سلاح الحر” | رأي اليوم
    http://www.raialyoum.com/?p=770144

    #syrie #jordanie #mercenaires


  • Mercenarios de Blackwater se entrenaron para invadir Qatar
    http://www.abc.es/internacional/abci-mercenarios-blackwater-entrenaron-para-invadir-qatar-201710080136_noticia.h

    El ex primer ministro de Qatar Abdulá bin Hamad Al-Attiyah ha revelado a ABC que miles de soldados mercenarios de la compañía norteamericana Blackwater –hoy rebautizada como Academi– se entrenaron en Emiratos Árabes Unidos (EAU) para invadir Qatar, pero los planes no recibieron finalmente el visto bueno de la Casa Blanca y fueron abandonados. Según Al-Attiyah, los planes de invasión, impulsados por las autoridades de los Emiratos, comenzaron a prepararse incluso antes del anuncio del boicot económico contra Qatar por parte del bloque árabe formado por Arabia Saudí, Egipto, EAU y Bahréin, el pasado 5 de junio.

    Las autoridades de Abu Dabi contrataron en su día los servicios de la compañía norteamericana de seguridad para sus operaciones en la guerra de Yemen, como parte de su participación en la alianza militar dirigida por Riad para frenar la rebelión huti (chií) en aquel país. Este verano, los mercenarios de Academi sufrieron varios reveses militares en Yemen y tuvieron que abandonar sus posiciones. No obstante, los Emiratos solicitaron sus servicios para una tarea en apariencia más sencilla: invadir el pequeño y rico emirato de Qatar para derribar al actual monarca y sustituirlo por otro miembro de la familia real más dócil a los intereses de EAU y de Arabia Saudí.

    Según fuentes oficiales cataríes, el entrenamiento de los mercenarios extranjeros se llevó a cabo en la base militar emiratí de Liwa, en el oeste de EAU. «Calculamos que Blackwater entrenó a unos 15.000 empleados, gran parte de ellos de nacionalidad colombiana y suramericana», señalaron a ABC esas fuentes.

    #nuit_torride #mercenaires


  • On remercie la députée tunisienne qui dirigeait la commission d’enquête parlementaire sur les réseaux de recrutement de mercenaires.

    اقالة رئيسة لجنة برلمانية تونسية تحقق في تجنيد مقاتلين | رأي اليوم
    http://www.raialyoum.com/?p=678096

    On apprend pas mal de choses dans l’article, notamment que la députée avait parlé à la presse des visites en 2011 et 2013 d’un prédicateur saoudien qui avaient permis l’enrôlement de volontaires pour rejoindre Al-Nosra.
    En 2016, le ministre des Affaires religieuses en Tunisie avait été démissionné pour avoir affirmé que les écoles juridiques religieuses hanbalite et wahhabite étaient la cause du terrorisme dans le monde.
    L’ex responsable de la commission affirme que, selon la Banque centrale tunisienne, ce sont 200 organisations plus ou moins « charitables » qui financent ces réseaux de recrutement. La plupart ont été fondé en 2011 et reçoivent des fonds en provenance du Qatar.

    #tunisie #syrie #mercenaires


  • Kongo Müller, l’homme qui voulait être Bob Denard
    https://www.youtube.com/watch?v=CGAUW1ZF2xI


    Der lachende Mann - Bekenntnisse eines Mörders

    Siegfried Müller était un petit meurtrier sans passé SS et sans appuis politiques qui aimait jouer au méchant mercenaire. Son seul mérite est d’avoir inspiré les personnages satiriques Kongo-Otto et Angola-Merkel .

    Pourtant le film constituait une menace pour les fondements de la démocratie allemande et restait interdit pendant des années.
    https://de.wikipedia.org/wiki/Der_lachende_Mann#Hintergrund

    Nachdem der Film 1966 in der DDR veröffentlicht wurde, konnte man ihn erfolgreich in 37 Länder der Welt exportieren, in der Bundesrepublik war die Aufführung jedoch verboten. Der Pazifist Helmut Soeder aus Freiburg brachte nach einem Besuch der Leipziger Messe im Frühjahr 1966 eine Kopie des Films in die Bundesrepublik und konnte so den Film am 9. September 1966 in einer privaten Vorführung zeigen. Als Soeder den Film am 11. September 1966 ein zweites Mal Freunden in Emmendingen zeigen wollte, war die Kriminalpolizei anwesend und machte Soeder darauf aufmerksam, dass er nach dem Verbringungsgesetz vom 24. Mai 1961 verpflichtet sei, Filme aus sozialistischen Ländern dem Frankfurter Bundesamt für gewerbliche Wirtschaft zur Überprüfung vorzulegen.

    Kongo-Otto
    https://youtu.be/_fsCwNRI4qY?t=1m49s

    Angola Merkel
    https://www.youtube.com/watch?v=gAQoopNAi1E

    L’auteur de Wikipedia pense que le film était un pur objet de la propagande communiste. Pourtant l’homme existait et représentait bel et bien une manière typique pour les allemands de sa génération de voir le tiers monde. Aujourd’hui c’est un document historique qui nous montre les racines des positions des hommes et femmes politiques de droite.

    Siegfried Müller (Söldner)
    https://de.wikipedia.org/wiki/Siegfried_M%C3%BCller_(S%C3%B6ldner)

    #guerre_froide #mercenaires #politique


  • Soldats russes en Ukraine - Comité Représentatif de la Communauté Ukrainienne en France (CRCUF)
    http://crcuf.fr/mieux-comprendre/soldats-russes-en-ukraine

    Soldats russes en Ukraine
    Une infographie qui résume la participation des soldats russes dans la guerre non-déclarée en Ukraine.

    D’où viennent les Russes qui se battent en Ukraine ?

    Des internautes compilent des données concernant les soldats de l’armée russe combattant ou ayant combattu dans le Donbass. Ils localisent les lieux de résidence des mercenaires et soldats professionnels sur une carte.

    Ces envahisseurs venus de Russie sont regroupés (jaune - capturés par l’Ukraine, rouge - tués par les soldats ukrainiens, vert - aperçus armés en Ukraine, orange - probablement étaient en Ukraine), puis cartographiés avec divers symboles. D’après lostivan.com, l’essentiel des Russes prenant part à l’invasion de l’Ukraine vivent en Russie Européenne, même si quelques mercenaires sont originaires de Yakoutie et du Magadan.

    http://crcuf.fr/mieux-comprendre/soldats-russes-en-ukraine

    #russie #envahisseurs_russes #Ukraine #Donbass #infographie #guerre #mercenaires


  • Is CAP Shilling for the UAE?
    http://lobelog.com/is-cap-shilling-for-the-uae

    As regular readers of this blog know, Jim asserted that the Middle East section of a remarkably hawkish report published last spring by the Center for a New American Security (CNAS) could have been written by the foreign ministries of Saudi Arabia and Israel. That report depicted Iran as the source of virtually all evils in the region and recommended confronting Tehran at every turn. Well, now it turns out that the foreign ministry of the United Arab Emirates (UAE) may well have helped draft the latest Middle East report by the “#liberal” Center for American Progress (CAP). (The hyper-interventionist and highly confusing #Washington_Post has since endorsed the report in its lead editorial Sunday.)

    At first, we only suspected as much based on the fulsome praise it received from UAE’s Washington ambassador at a CAP event on Tuesday. According to The Intercept’s Zaid Jilani who broke the story, Amb. Yousef Al Otaiba, one of four “distinguished panelists” at the event moderated by the report’s main author, Brian Katulis, began his remarks this way: “Thank you for the report on the Middle East, which I happen to completely agree with.”

    Adding to our suspicions was the contribution to CAP that the UAE embassy gave of between $500,000 and $999,999 in 2014, according to a partial list of contributors published last year.

    #EAU #emirats_arabes_unis #etats-unis#progressistes#mercenaires


  • Why Is the Foreign Policy Establishment Spoiling for More War? Look at Their Donors. | The Nation
    https://www.thenation.com/article/why-is-the-foreign-policy-establishment-spoiling-for-more-war-look-at-the

    The Brookings Institute has taken tens of millions from foreign governments, notably #Qatar, a key player in the military campaign to oust Assad. Retired four-star Marine general John Allen is now a Brookings senior fellow. #Charles_Lister is a senior fellow at the Middle East Institute, which has received funding from Saudi Arabia, the major financial force providing billions in arms to upend Assad and install a Sunni caliphate stretching across Iraq and Syria. Foreign-government money is driving our foreign policy.

    #Etats-Unis #Arabie_saoudite #mercenaires #guerre #donateurs #politique_étrangère



  • Hezbolá captura a varios oficiales de EEUU y de Francia en Alepo - HispanTV, Nexo Latino
    http://hispantv.com/newsdetail/siria/256259/hezbola-captura-oficiales-eeuu-francia-alepo-frente-alnusra

    Selon un site proche du Hezb au sud du Liban, les Hezbollah fait prisonnier des membres des forces spéciales (ou juste des mercenaires) étasusniens et français à Alep. Il s’agirait d’une réponse aux morts iraniens de Khan Touma ou à la mort de Mustafa badreddine près de Damas.

    El Movimiento de Resistencia Islámica de El Líbano (Hezbolá) capturó a varios oficiales de EE.UU. y Francia que apoyaban a los grupos terroristas en la ciudad de Alepo, en el norte de Siria.

    «En una operación compleja y precisa, las fuerzas especiales de Hezbolá arrestaron a un cabecilla de la llamada oposición armada de Siria, junto a varios oficiales de la Inteligencia de EE.UU. y Francia en las proximidades de Alepo», ha informado este sábado Southlebanon, página Web cercana al movimiento libanés.

    Los militares detenidos, según indica la fuente, que cita fuentes de Hezbolá, han formado un centro de operaciones militares, desde donde dirigían los ataques de los grupos takfiríes como el Frente Al-Nusra, rama siria de Al-Qaeda, contra el Ejército sirio y sus aliados.

    #syrie #mercenaires

    • Fars News, particulièrement confus sur l’enchaînement des faits… (intégralité)

      Farsnews
      http://en.farsnews.com/newstext.aspx?nn=13950301000881

      TEHRAN (FNA)- Hezbollah has captured two US and French spies in its operations in Aleppo, a prominent Lebanese media source revealed on Saturday, adding that Hezbollah military chief Mustafah Badreddin was killed in retaliation for the same event.
      “Hezbollah special forces took captive a senior field commander of the terrorists affiliated to Riyadh and two US and French intelligence officers working in the newly-founded joint operations room of Jeish al-Fatah in Aleppo in one of the regions controlled by al-Nusra Front in Aleppo,” Majeda al-Haj, a prominent Lebanese journalist, wrote on al-Sabat news website today.

      Al-Haj said that the joint operations room was set up so that the French, US and Saudi intelligence agents can directly command Jeish al-Fatah terrorist attacks in Aleppo and nearby regions.

      She said the US and Saudi spies later designed an assassination plot and killed Badreddin in retaliation for the capture of these officers.

      The development came after martyrdom of the Lebanese resistance movement’s senior military commander Mustafah Badreddin near Damascus military airport in a terrorist attack last week.

      After his death, a senior politician disclosed that the Lebanese Hezbollah resistance movement is planning to launch massive military operations against the Takfiri terrorists in Syria in retaliation for his martyrdom.

      “Unique military operations by Hezbollah against Syria’s Takfiri terrorists will be conducted very soon,” Wahib Wahibi told FNA on Tuesday.

      He reiterated that Hezbollah’s response to the Takfiri terrorists’ crimes will come within the framework of its counterterrorism operations.


  • UK firm ’employed former child soldiers’ as mercenaries in Iraq | Global development | The Guardian
    http://www.theguardian.com/global-development/2016/apr/17/uk-firm-employed-former-child-soldiers-as-mercenaries-in-iraq?CMP=twt_g

    A former senior director at a British firm says that it employed mercenaries from Sierra Leone to work in Iraq because they were cheaper than Europeans and did not check if they were former child soldiers.

    James Ellery, who was a director of Aegis Defence Services between 2005 and 2015, said that contractors had a “duty” to recruit from countries such as Sierra Leone, “where there’s high unemployment and a decent workforce”, in order to reduce costs for the US presence in Iraq.

    “You probably would have a better force if you recruited entirely from the Midlands of England,” Ellery, a former brigadier in the British army, told the Guardian. “But it can’t be afforded. So you go from the Midlands of England to Nepalese etc etc, Asians, and then at some point you say I’m afraid all we can afford now is Africans.” He said the company had not asked recruits if they were former child soldiers.

    #mercenaires #Irak #enfants_soldats #c'est_moins_cher déjà que la guerre c’est à gerber...


  • En #Iran, les immigrés #Afghans font même la guerre
    https://www.mediapart.fr/journal/international/300316/en-iran-les-immigres-afghans-font-meme-la-guerre

    Le recours à des supplétifs afghans pour faire la #guerre_en_Syrie, réalisé en catimini par les autorités iraniennes, jette, en miroir, une lumière crue sur la situation des trois millions d’Afghans d’Iran. Lorsqu’ils ne sont ni combattants ni chiites, ils restent méprisés, préposés aux travaux dont les Iraniens ne veulent pas et sous la menace constante d’être renvoyés dans leur pays.

    #International #Afghanistan #Al-Qods #Bachar_al-Assad #chiisme #Fatemiyoun #mercenaires #migrants #migrations #Moyen-Orient #Qassem_Soleimani


  • Return of the mercenaries
    https://aeon.co/essays/what-does-the-return-of-mercenary-armies-mean-for-the-world

    The US reliance on contractors is such that the superpower is strategically dependent on the private sector to wage wars. The US has also de facto legitimised the private military industry, encouraging Nigeria, UAE and Russia, for example, to hire mercenaries. Even oil companies and shipping lines employ them now. These events garner little public outrage (or even attention), marking their increased acceptance in international relations. In short, mercenaries are back.

    And they are unlikely to go away. Private warfare has been the norm rather than the exception in history, with the past 400 years as anomalous. The implications of this return are significant. Offering the means of war to anyone who can afford it will change warfare, why we fight and the future of war. If money can buy firepower, then large corporations and ultra-wealthy individuals could become a new kind of superpower. New mercenaries will emerge to meet this demand, offering more lethal services unhindered by laws of war.

    #armée #guerre #mercenaires