• La sauvagerie politique de Gérald Darmanin - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/290720/la-sauvagerie-politique-de-gerald-darmanin

    Dernier avatar d’une dérive commencée sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, Gérald Darmanin est désormais le nouveau symbole d’une politique sauvage. D’une politique qui ne s’autorise que d’elle-même, s’émancipant des règles communes. D’une politique aventurière, violente et grossière. D’une politique sans autre boussole que le pouvoir, l’abus qu’il permet, le profit qu’on en tire, la protection qu’il confère. D’une politique sortie de ses gonds à la faveur de la panique grandissante d’une classe dirigeante ayant fait sécession, indifférente au sort collectif, arc-boutée sur ses avantages, aveugle aux sursauts du monde.

    alors que la catastrophe sociale, économique, écologique, etc., est déjà en cours, ce pouvoir voudrait continuer comme avant, en ne changeant (presque) rien à sa politique au service d’intérêts sociaux minoritaires.

    Dès lors, il lui faut faire diversion, en montant la société contre elle-même, en la divisant, en l’hystérisant, en la brutalisant. C’est la fonction du nouveau mantra présidentiel dont Gérald Darmanin se veut l’empressé propagandiste, cette déclaration de guerre au « séparatisme » (lire l’article d’Ellen Salvi). Sont ainsi amalgamées comme une nouvelle Anti-France, symboliquement décrétées en dehors de la communauté nationale, toutes les dissidences où s’exprime, s’invente et se renouvelle la politique comme émancipation, à partir des sursauts venus du mouvement propre de la société, de ses luttes autonomes et de ses résistances spontanées.

    Le mouvement #MeToo marque un nouvel âge du féminisme, ébranlant dans le monde entier la domination masculine ? On nommera au ministère de l’intérieur un homme politique qui ne nie pas avoir eu des relations sexuelles avec deux femmes venues lui demander d’user de son pouvoir pour les aider (pour obtenir un logement et dans un dossier judiciaire).

    La lutte contre la corruption et pour la moralisation de la vie publique est décisive afin de reconquérir la confiance d’un peuple qui déserte les urnes ? On nommera au ministère de l’intérieur un fidèle de Nicolas Sarkozy, lequel s’est empressé de le faire savoir sur TF1 : « Gérald est un ami, j’ai pu compter sur sa fidélité et sa solidité. » Or il s’agit de l’ancien président le plus cerné par la justice de toute notre histoire républicaine, multi-mis en examen sous les chefs les plus accablants, déjà renvoyé devant les tribunaux dans deux dossiers (Bismuth et Bygmalion) et personnage central de l’énorme scandale des financements libyens.

    La dénonciation des violences policières visant des populations à raison de leur couleur de peau et de leur condition sociale, discriminées et opprimées, est devenue universelle, soulevant notamment les jeunesses nord-américaine et française ? On nommera au ministère de l’intérieur un politicien qui en nie jusqu’à l’existence – « Quand j’entends le mot violences policières, personnellement, je m’étouffe » –, alors même que se multiplient les révélations sur des unités de police à la dérive, violentes, xénophobes, racistes, infiltrées par l’extrême droite, corrompues parfois.

    Les fautes d’aujourd’hui peuvent faire les crimes de demain. Il n’y a pas de frontière étanche entre une République et un régime autoritaire si celle-ci déserte ses règles démocratiques, ses solidarités sociales et ses exigences éthiques. Si l’histoire n’est jamais écrite par avance, l’indifférence aux violences faites aux femmes comme l’encouragement des violences policières, sans oublier la déclaration de guerre à une société décrétée ensauvagée, ne cessent d’ouvrir grand la porte par laquelle la catastrophe s’installera à demeure.

  • Laure Murat : « La “cancel culture”, c’est d’abord un immense ras-le-bol d’une justice à deux vitesses »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/08/01/la-cancel-culture-c-est-d-abord-un-immense-ras-le-bol-d-une-justice-a-deux-v

    Tribune. C’est une guerre culturelle. Elle est à la fois plus ancienne qu’on le croit et plus inédite qu’on le pense. Dans la cacophonie des passions et des controverses qu’elle suscite et dont la presse se fait désormais quotidiennement l’écho, elle vaut surtout pour les questions qu’elle pose. De quoi s’agit-il ? De la « cancel culture », soit littéralement la culture de l’annulation, qui consiste à pointer du doigt une personnalité ou une entreprise dont un propos, ou une action, a été considéré comme répréhensible ou « offensant » et à lui retirer son soutien via les réseaux sociaux.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi La « cancel culture » en accusation aux Etats-Unis

    Cette définition, assez large pour faire consensus, désigne avant tout un mode d’expression composé de discours – de la critique à l’insulte – et d’actions – du sit-in au déboulonnage de statues. Elle recouvre une multitude de pratiques, du boycott – droit politique – au cyberharcèlement – délit moderne.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Thomas Chatterton Williams : « Un espace public corseté par la “cancel culture” ne sert pas les intérêts des minorités »

    Autant dire d’emblée que la « cancel culture », dont le terme remonterait à 2015, fait du neuf avec du vieux. Elle est l’outil le plus récent d’une contestation politique de plus en plus intense, issue des minorités et de la gauche radicale américaine, s’inscrivant dans le combat des droits civiques et du féminisme, excédées par l’impunité du pouvoir et la passivité des institutions face au racisme, à l’injustice sociale, au sexisme, à l’homophobie, à la transphobie, entre autres.

    Black Lives Matter et #metoo sont parmi les mouvements qui empruntent à la « cancel culture » pour dénoncer des situations iniques, exiger des institutions qu’elles prennent leurs responsabilités en cessant d’honorer des personnalités accusées d’agressions sexuelles ou d’œuvres racistes.
    « Tyrannie des minorités »

    C’est ainsi qu’on a vu nombre de journalistes harceleurs quitter leur poste, ou le Parlement américain accepter, sous la pression, de retirer du Capitole les statues des confédérés. La mort de George Floyd a imprimé une impulsion nouvelle à cette vague qui gagne l’Europe, où l’on a vu à Bristol [Royaume-Uni] la statue d’un marchand d’esclaves être jetée à l’eau par la foule, ou [l’ancien roi des Belges] Léopold II être emporté par une grue à Anvers. L’activité sur Twitter a explosé, les exigences se sont démultipliées. La machine s’emballe.
    Lire aussi Qui est Bari Weiss, la journaliste qui vient de démissionner du « New York Times » ?

    Dernier recours d’une population exaspérée, marginalisée et sans autre voix ni pouvoir que l’Internet, la « cancel culture » est devenue l’arme à double tranchant de « clicktivistes » sans frein qui, à force d’oukases et de menaces tous azimuts, s’attirent aujourd’hui de plus en plus de critiques. « Tyrannie des minorités », « appel à la censure », « intolérance et ostracisme », la « cancel culture » annoncerait la fin de la liberté d’expression, selon une tribune publiée dans Harper’s Magazine et dans Le Monde, et signée par 150 personnalités, plutôt classées à gauche.

    Ce délire de pureté, de transparence et d’une cohérence forcenée fait craindre,
    en France, et au prix d’un anachronisme classique, l’avènement d’une nouvelle Terreur

    Un récent sondage (Politico, 17-19 juillet) montre que 44 % de l’électorat américain désapprouvent ces pratiques, 32 % y sont favorables et 24 % se déclarent sans opinion, cependant que 55 % des 18-34 ans reconnaissent y avoir déjà pris part. Plus important, une majorité des sondés (53 %) estiment que ceux qui tiennent des propos offensants en public doivent s’attendre à des conséquences sociales. Si bien que l’on parle plus volontiers aujourd’hui d’« accountability culture » ou culture de la responsabilité. En clair : assumez vos actes et vos propos.
    Dérives inquiétantes

    Ce principe qui n’a rien d’exorbitant s’accompagne néanmoins de dérives inquiétantes et d’amalgames qui laissent perplexes. Le patron d’une chaîne alimentaire dans le Minnesota a manqué de fermer son entreprise à cause d’un tweet raciste de son adolescente de fille, qui a déchaîné une campagne sans précédent sur les réseaux sociaux.

    Sur Twitter, l’effet de concaténation des offenses confine au vertige. Si j’« annule » X et que Y le soutient, Y sera « annulé » à son tour, et s’il s’enferre, tous ses « followers » avec lui. Certains se voient reprocher des propos tenus il y a vingt ans ou des amitiés anciennes avec untel qui aurait fait une blague sexiste. Des vies sont détruites, au terme de campagnes d’exclusion dignes des plus cruels bizutages.

    Ni prescription ni seconde chance ne sont au programme dans ces mises au pilori et ces excommunications. Les êtres seraient des blocs, sommés de justifier tout acte et toute parole. Ce délire de pureté, de transparence et d’une cohérence forcenée fait craindre, en France, et au prix d’un anachronisme classique, l’avènement d’une nouvelle Terreur et d’un conformisme moral proprement frénétique.
    Nouvelle dictature de l’opinion ?

    La « cancel culture », nouvelle dictature de l’opinion ? Ce raccourci, Donald Trump, son ennemi juré, est le premier à le faire. Le 3 juillet, n’accusait-il pas ce « fascisme d’extrême gauche » d’être la « définition même du totalitarisme » ? Etrange saillie venant d’un homme qui passe son temps à humilier publiquement jusqu’à ses plus proches collaborateurs, ne supporte aucune contradiction, appelle au renvoi de certaines personnalités (notamment des journalistes) et a gagné en célébrité par une émission de télé-réalité, The Apprentice, consistant à éliminer (à « annuler » ?) les candidats à coups de : « You are fired ! » (« Vous êtes viré ! »). Etrange image en miroir aussi que ce face-à-face entre une foule en colère et un président écumant toujours de rage, dans un monde de plus en plus polarisé, clivé, qui a perdu le sens du dialogue – sans même parler de celui de la dialectique.
    La querelle de la « cancel culture » oppose de nombreux intellectuels aux Etats-Unis

    Aux Etats-Unis, la nouvelle gauche, née des mouvements #metoo et Black Lives Matter, serait à l’origine d’un phénomène qui inquiète de nombreux intellectuels américains, la « cancel culture », autrement dit une tendance à vouloir faire taire des voix jugées dissonantes, dangereuses ou haineuses. Né sur les réseaux sociaux, ce phénomène se traduit par des mobilisations qui ont fini par provoquer des démissions, renvois, annulations de conférence, etc. Cinq des auteurs de la tribune que nous publions (Mark Lilla, Thomas Chatterton Williams, George Packer, David Greenberg et Robert Worth) sont des intellectuels engagés dans la défense de la liberté d’expression. Avec les 150 personnalités qui se sont jointes à leur appel, ils estiment qu’une frange de la gauche radicale américaine pratiquerait ainsi une forme de censure. Publié sur le site du mensuel américain Harper’s, ce texte devrait l’être également en Allemagne, en Espagne et au Japon.

    Plusieurs événements récents témoignent de ces nouvelles tensions. Début juin, le directeur des pages « Opinion » du New York Times, James Bennet, a été licencié après la parution d’une tribune signée par un sénateur républicain appelant à l’envoi de l’armée contre les manifestations violentes. Tant au sein de la rédaction du quotidien new-yorkais que sur les réseaux sociaux, ce texte a suscité une vive émotion, certains estimant qu’il pouvait porter atteinte à la sécurité des personnes noires. Sans soutenir le contenu de cet article, d’autres personnalités ont estimé que James Bennet avait été limogé avec un empressement douteux, comme s’il fallait au plus vite donner satisfaction aux internautes en colère. Parmi les signataires de la présente tribune se trouvent d’ailleurs plusieurs grandes signatures du New York Times.

    Autre renvoi ayant suscité l’indignation, celui de David Shor, un analyste de données qui a été licencié début juin par son employeur, Civis Analytics, une société de conseil politique proche des démocrates. Il était reproché à M. Shor d’avoir retweeté l’étude d’un chercheur, de l’université de Princeton (New Jersey), qui tendait à démontrer que les manifestations violentes, comme il a pu y en avoir récemment aux Etats-Unis pour dénoncer les violences policières, ont un impact positif sur le vote républicain. Cette attention portée aux conséquences néfastes des manifestations violentes avait été considérée, par certains militants, comme une manière de faire taire la colère des populations noires aux Etats-Unis.

    D’autres intellectuels ne partagent pas cette vision du débat sur la « cancel culture ». Ils estiment au contraire qu’il va permettre de donner davantage la parole aux minorités généralement moins ou peu entendues. D’autres encore jugent que les dénonciateurs de la « cancel culture » font fausse route : selon eux, les menaces sur la liberté d’expression viendraient bien davantage de l’extrême droite que de la gauche radicale. Ils ajoutent que le recours à l’intimidation et à la violence pour faire taire ses opposants serait d’abord et avant tout, aux Etats-Unis, le fait des suprémacistes blancs. Ils rappellent également que Donald Trump a, lui aussi, durement attaqué la « cancel culture » le 4 juillet.

    Posons cette hypothèse. Et si la « cancel culture » n’était que l’avatar logique, inévitable, d’une démocratie à bout de souffle, dite désormais « illibérale », et de l’ère de la post-vérité ? L’enfant illégitime de la pensée occidentale et du capitalisme débridé, dans une société supposément universaliste, aveugle à ses impensés et incapable de reconnaître les crimes et les conséquences sans nombre de l’esclavage et de la colonisation ?

    Enfant illégitime, c’est-à-dire hors institution, qu’une de ces drôleries pas si paradoxales de la langue française appelle aussi : enfant naturel. N’allez pas chercher la violence de la « cancel culture » ailleurs que dans la brutalité du pouvoir. Là se loge le danger, et là l’impasse. Car, comme le rappelle la poétesse Audre Lorde, « The master’s tools will never dismantle the master’s house » (« Les outils du maître ne démantèleront jamais la maison du maître »).
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Juger les créateurs du passé avec notre morale d’aujourd’hui invite à censurer Hitchcock, Michael Jackson ou Céline »

    Le problème de la « cancel culture » est celui de la riposte, d’une réponse politique adéquate à l’impunité. Car qui annule qui ? Du jour où le footballeur Colin Kaepernick s’est agenouillé en 2016 pendant l’hymne américain pour protester contre les violences policières envers les minorités, il n’a plus été admis à jouer dans aucune équipe de la NFL (National Football League). Et que dire de ces femmes innombrables, violées, harcelées ou qui ont été renvoyées pour avoir refusé une faveur sexuelle à leur employeur ? Annulées, elles aussi, en silence, sans autre pouvoir que de dire, un jour, sur les réseaux sociaux : Moi aussi… Celles qui sont mortes sous les coups de leur compagnon n’auront pas eu cette opportunité.
    Le racisme et le sexisme honorés

    Pendant ce temps-là, alors qu’on reproche aux féministes leur « maccarthysme », Roman Polanski est honoré par toute une profession qui se pique de distinguer l’homme de l’artiste et Gérald Darmanin, sous le coup d’une accusation de viol, décroche le portefeuille de l’intérieur dans un gouvernement qui a juré de faire de l’égalité homme-femme une priorité. Cet exquis sens de la nuance et du paradoxe qui caractérise le patriarcat finit par lasser.

    Car la « cancel culture », c’est aussi et peut-être d’abord cela : un immense ras-le-bol d’une justice à deux vitesses, une immense fatigue de voir le racisme et le sexisme honorés quand les Noirs se font tuer par la police et les statistiques de viols et de féminicides ne cessent d’augmenter. Le lien établi entre l’actualité et l’histoire, les drames du quotidien et les grands récits officiels a souvent fait polémique.

    « On ne réécrit pas l’Histoire », dit-on. Or rien n’est plus faux : on passe son temps à réviser nos jugements, à découvrir de nouveaux éléments, à fournir des interprétations inédites. La « cancel culture », à qui il est reproché de sortir les choses de leur contexte et d’imposer un regard manichéen sur le passé, braque le projecteur sur des aspects le plus souvent liés à l’histoire coloniale, dans le but de rééquilibrer un récit jugé mythique, partial, incomplet, pour mieux s’en émanciper.

    Churchill a régulièrement fait des déclarations sur l’inégalité des races, Victor Schœlcher n’a, certes, pas été le seul à abolir l’esclavage. Fallait-il pour autant tagger d’un « racist » la statue du premier à Londres et renverser celle du second en Martinique, au motif qu’il faudrait honorer en lieu et place l’esclave Romain, dont l’arrestation en 1848 pour avoir joué du tambour avait déclenché le soulèvement libérateur ? Non.

    Il est urgent en revanche d’entendre un cri d’alarme qui partout se répand et d’en comprendre les vrais enjeux, afin que la catharsis, la punition et les exactions en tout genre ne deviennent le seul mode de (non) communication entre le pouvoir et le peuple, dans un monde verrouillé par une spéculaire et mortifère logique de flics.

    Laure Murat est historienne et essayiste, professeure de littérature à l’Université de Californie, à Los Angeles.

    #Cancel_culture #Minorités #Liberté_expression #Histoire

  • MASC’OFF, Rap et masculinité(s) | Épisode 0 - Postulats - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=l-J9Y-NULKU&feature=youtu.be

    [TIMING DES DIFFÉRENTS THÈMES ABORDÉS, CI-DESSOUS*]
    Podcast réalisé avec Wetu « Le Passant » Badibanga (artiste de spoken word), Kayitana « Kay Rubenz » Kagame (Dj, chroniqueur rap) et José « Geos » Tippenhauer (animateur radio, rappeur ), MASC’OFF est une discussion autour de la #masculinité dans le monde du #rap.

    Les protagonistes connaissent parfaitement ce milieu. Dans cet épisode pilote, ils partagent leurs expériences et posent les bases de l’échange, en rappelant qu’ils ne sont pas des donneurs de leçon et qu’ils veulent éviter toute stigmatisation ou récupération. La thématique ne pouvant être résumée en 45 minutes, ils proposent ici une série de questionnements plutôt que de réponses.

    ARTICLE À LIRE EN COMPLÉMENT : https://www.jetdencre.ch/le-rap-est-a...
    PODCAST EN VERSION AUDIO :
    https://soundcloud.com/jetdencre/masc...

    *TIMING DES THÈMES ABORDÉS :

    00:00 INTRODUCTION

    – PRÉSENTATIONS :
    1:05 On connaît et aime le Rap : auditeur, dj, rappeur, animateur radio, etc.
    09:36 Rap et Genre, un tabou ? Les médias spécialisés en parlent peu
    13:25 Épisode 0 : les bases, quelques questions, peu de réponses...
    13:43 Comment on en vient au Genre et à l’idée de ce podcast ?
    21:20 Masc’Off : bas les masques de la masculinité erronée

    – POSTULATS :
    23:59 Le Rap et ses codes
    25:14 Être un homme, so quoi ? (avec extrait d’Obama)
    28:13 Rap et Genre, entre c*uilles : pourquoi un boys club ?
    31:39 La masculinité entendue dans notre société comme non-féminité
    32:28 La place des alliés : des hommes qui parlent de sexisme
    33:08 Aucun leçon à donner
    33:41 Les rappeuses et le(ur) public : le manque de figures féminines, Lil’Kim, etc.
    35:14 Ne pas trahir la cause, éviter les récupérations et stigmatisations
    36:56 La société est sexiste
    37:45 Miroir grossissant : le Rap est à la société ce que le gonzo est au porno
    39:36 "C’est de l’art, le public a du recul"

    – PISTES DE RÉFLEXION :
    40:34 Familles monoparentales : quand le Rap remplace ton daron
    42:23 #MeToo dans le milieu du Rap ?
    43:03 Sapes serrées et cheveux longs : un progressisme en apparence
    44:31 Imaginaire de l’homme noir bestial et effets sur sa psychologie
    45:58 Interdictions d’être fragile, de pleurer, d’être tendre et sentimental (#NoHomo)

    46:43 OUTRO : actualités de chacun + Remerciements

  • Droits des femmes : le gouvernement de la honte
    Lénaïg Bredoux, Médiapart, le 7 juillet 2020
    https://www.mediapart.fr/journal/france/070720/droits-des-femmes-le-gouvernement-de-la-honte

    Le soir de la cérémonie des César, on avait pris une gifle. La deuxième est arrivée lundi 6 juillet, quand le secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler a prononcé ces mots : #Éric_Dupond-Moretti, ministre de la justice, garde des Sceaux.

    À cette nomination, il faut joindre celle de #Gérald_Darmanin à Beauvau, ainsi que celles, à un degré moindre, d’ #Élisabeth_Moreno à l’égalité entre les femmes et les hommes, et de #Barbara_Pompili à la transition écologique, pour mesurer à quel point le gouvernement de #Jean_Castex est une déclaration de guerre aux droits des femmes.

    #gouvernement #Emmanuel_Macron #Je_vous_emmerde #Foutage_de_gueule #EnMarcheVersLeFN #viol #harcèlement_sexuel #MeToo #Sexisme #Femmes

    Sur le sexisme de ce gouvernement, voir aussi :
    https://seenthis.net/messages/866783

    Et sur Darmanin, entre autres :
    https://seenthis.net/messages/867269

    • Macron et Darmanin, d’homme à homme
      15 juillet 2020
      https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/macron-et-darmanin-dhomme-a-homme

      Mais si ce n’est pas une provocation, c’est presque pire. Cela signifie qu’il n’a pas mesuré à quel point cette expression, « d’homme à homme », a changé de sens depuis #Metoo, et est devenue justement excluante pour la moitié de l’humanité. ""Nous avons eu une discussion de dominant à dominant, et nous en avons conclu que notre domination était juste". « Nous avons eu une discussion de Blanc à Blanc, et nous avons conclu que l’esclavage était une nécessité économique »". Comment faut-il vous l’expliquer ?

    • « Tout d’un coup, il n’est plus question de présomption d’innocence et encore moins de grande cause du quinquennat. On parle de solidarité masculine, de cet entre-soi qui est au coeur du combat pour l’égalité femmes-hommes. Et c’est tout le problème »

    • C’est de l’#entre-couillisme à l’état pur. Rappelons que Bayrou n’avait pas été condamné, que Sarnez n’avait pas été condamnée, que Goulard n’avait pas été condamnée, que Rudy n’avait pas été condamné et qu’ils et elles ont dû malgré tout rendre leur portefeuille. Parce qu’ils et elles étaient accusé·es de choses bien plus graves (abus de biens sociaux) que de baiser des femmes sous chantage, menace ou contrainte. Comme si le viol, tellement accepté, donnait des allures d’acte normal à la corruption.

      « Le gouvernement assoit l’impunité des hommes violeurs » - Page 1 | Mediapart
      https://www.mediapart.fr/journal/france/160720/le-gouvernement-assoit-l-impunite-des-hommes-violeurs

      Selon la militante féministe Valérie Rey-Robert, la formule d’Emmanuel Macron sur sa conversation « d’homme à homme » avec Gérald Darmanin renvoie à un imaginaire où les hommes sont solidaires et loyaux, et les femmes manipulatrices et vicieuses.

      Darmanin : 167 parlementaires de la majorité défendent la présomption d’innocence du ministre de l’Intérieur
      https://www.lefigaro.fr/politique/darmanin-167-parlementaires-de-la-majorite-defendent-la-presomption-d-innoc

      « Lorsqu’un individu, quel qu’il soit et quel que soit son statut, n’a jamais été condamné, il a le droit, comme tout citoyen, à la présomption d’innocence. Le ministre de l’Intérieur, qui de surcroît n’est ni mis en examen ni placé sous contrôle judiciaire, ne fait pas exception », concluent les signataires du texte. Avant de rappeler l’engagement de la majorité présidentielle pour la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, et le principe d’égalité entre les femmes et les hommes, dont Emmanuel Macron a fait la « grande cause du quinquennat ». « Dans les pays où la présomption d’innocence est bafouée, les victimes de violences sexuelles, et plus généralement les femmes, ne sont jamais mieux protégées. Au contraire », soulignent-ils.

      Interrogé sur TF1 et France 2 mardi, le président de la République avait déjà réagi à la polémique autour de la nomination de Gérald Darmanin à la Place Beauvau. « Garant de la présomption d’innocence », le chef de l’État a refusé de basculer « dans une démocratie d’opinion », où « les jugements de rue ou de réseaux sociaux » feraient la loi. Et ce même s’il « respecte » et « partage » les combats de la cause féministe.

  • Pourquoi nommer Darmanin à l’Intérieur est une faute politique
    https://www.nouvelobs.com/edito/20200714.OBS31178/pourquoi-nommer-darmanin-a-l-interieur-est-une-faute-politique.html

    En 2009, Gérald Darmanin a demandé à une femme des rapports sexuels en échange de la promesse d’intervenir auprès du ministère de la Justice pour faire effacer le casier judiciaire de celle-ci. Son avocat ne nie pas ces faits mais la qualification de « viol ».

  • Démissions au sommet à Ubisoft, emporté par la vague #MeToo
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/120720/demissions-au-sommet-ubisoft-emporte-par-la-vague-metoo?xtor=CS7-1047

    Le groupe français, géant du secteur, mis en cause par des dizaines de témoignages qui décrivent la culture toxique envers les femmes du milieu des jeux vidéo, a annoncé la démission de son numéro 2 et de sa DRH. Au cœur d’un scandale d’agressions et de harcèlement, Ubisoft a annoncé dans un communiqué publié dimanche matin que le numéro deux du groupe, Serge Hascoët, la DRH, Cécile Cornet, et le dirigeant des studios canadiens avaient remis leur démission. Le groupe français de jeux vidéo, qui compte 18 (...)

    #Ubisoft #jeu #sexisme #violence #discrimination #femmes #harcèlement #travail #viol

  • Il me semble important de voir comment la traditionnelle manipulation raciste de la laïcité est exploitée, de manière quasiment prioritaire par le nouveau gouvernement :
    – Darmanin contre l’« islam politique »
    https://seenthis.net/messages/866319
    – Schiappa à la promotion de la laïcité :
    https://seenthis.net/messages/866779

    Dans les deux cas, en même temps, proclamation du soutien aux « forces de l’ordre ».

    S’il y a une innovation dans ce nouveau détournement de la laïcité, c’est qu’il ne s’agit plus seulement de l’usuel dog whistle pour stigmatiser les populations d’origine immigrée, mais d’une défense éhontée des flics accusés de comportements racistes et de violences policières par une part croissante de la population.

    Cet axe était devenu explicite au lendemain de la grosse manifestation du comité Adama Traoré à République, dans le prolongement du succès des manifestations « Black Lives Matter » partout en France : le 14 juin, Macron avait répondu en rendant hommage aux flics « qui méritent le soutien de la puissance publique et la reconnaissance de la nation », et en stigmatisant les manifestants en « alertant sur les risques de dévoiement du "noble combat" contre le racisme en "communautarisme", susceptible d’être "récupéré" par des "séparatistes". »

    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/06/15/pour-emmanuel-macron-pas-question-de-deboulonner-les-statues_6042872_3224.ht

    Bref, la nouvelle manipulation dégueulasse du thème de la laïcité, cette fois, c’est une défense éhontée des flics fachos, au motif qu’il serait nécessaire que le gouvernement regagne « la confiance des forces de l’ordre », et du très droitier syndicat Alliance en particulier :
    https://seenthis.net/messages/865114

    Message transparent : ceux qui critiquent la police républicaine sont des séparatistes/communautaristes/islamistes qui bafouent la laïcité. Et les jeunes blancs qui, désormais, rejoignent les manifestations contre les violences policières racistes sont les idiots-utiles de l’islamisme triomphant (thème des islamo-gauchistes).

  • Manifestaciones feministas el viernes contra los nombramientos gubernamentales de Gérald Darmanin y Eric Dupond-Moretti
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/07/10/rassemblements-feministes-vendredi-contre-les-nominations-de-gerald-darmanin
    Las activistas feministas están ulceradas por los nombramientos de Gérald Darmanin, acusado de violación, y Eric Dupond-Moretti, quien mostró posiciones hostiles al movimiento #MeToo

  • #Iwas Corsica, la vague #metoo qui arrive en Corse
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/07/04/violences-sexuelles-iwas-corsica-la-vague-metoo-qui-secoue-la-corse_6045219_

    Laora Paoli Pandolfi est corse mais vit à Paris. Celle que ses parents surnommaient « Louise Michel » pour sa sensibilité aux sujets féministes voit le hashtag éclater sur Twitter, et décide de documenter les cas concernant sa région d’origine. Elle crée avec une amie le compte #Iwas Corsica, et ne dort pas deux nuits de suite : elle dénombre et rediffuse tous ces témoignages. « Balance ton porc n’avait jamais pris en Corse, et là d’un coup, il y a près de 150 faits qui sortent. C’était horrible, je ne pouvais pas m’arrêter, c’était trop important. » Les histoires se ressemblent : « C’est jamais un inconnu dans un parking avec un couteau, mais toujours des mecs que les filles connaissaient qui les forcent. »

    #culture_du_viol

  • Women’s Rights Groups Protest French Ministers’ Appointments - The New York Times
    https://www.nytimes.com/aponline/2020/07/07/world/europe/ap-eu-france-sexual-misconduct.html

    The #MeToo movement had a mixed reception in France, where many celebrate the art of seduction and resented what they saw as American political correctness encroaching on French society. French feminists, who have long sought to battle women’s oppression in a macho culture, welcomed the movement as a breakthrough that allowed victims to speak out at last - though no powerful French figures lost their jobs as a result.

    At Tuesday’s first protest, near the president’s Elysee Palace and the Interior Ministry, about 20 mostly masked demonstrators waved sparklers, raised their fists and chanted for the resignations of the new interior and justice ministers. A group of male police officers pushed them back.

    Several dozen protesters gathered later in front of the columned Madeleine Church near the Justice Ministry for a symbolic “burial” of Macron’s promises to fight sexism and sexist violence.

    “No rapist in the Interior Ministry, no accomplice in the Justice Ministry!” the activists shouted.

    They described age-old challenges confronting women who are raped or sexually abused: Most are afraid to report what happened out of fear of their attacker or of being stigmatized. Some women who waited years to speak out were accused of opportunism. Only a small minority of cases reported to police reach trial, and much fewer result in convictions.

    The government appointments are “a very bad message to all women,” said protester Karma Duquesne from Les Colleuses, a group that plastered the names and portraits of women killed by their partners around France and prompted Macron to order new measures against domestic violence.

    Early in his presidency, Macron replaced ministers who were targeted by corruption investigations. Responding to the protests over the new ministers, Attal said: “There are investigations, they are ongoing, and that’s normal, we’re in a state of law. We cannot take it a step farther and say that because there are investigations, it will be impossible to serve in a government.”

    #culture_du_viol_française #Darmanin #Dupont-Moretti #remaniement

  • Jeux vidéo : Ubisoft emporté par la vague #MeToo
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/060720/jeux-video-ubisoft-emporte-par-la-vague-metoo

    Depuis fin juin, des dizaines de témoignages décrivent la culture toxique envers les femmes du milieu des jeux vidéo. Le groupe français, géant du secteur, est particulièrement mis en cause. Mediapart a eu accès à des témoignages internes révélateurs. Tout à coup, la chape de plomb a commencé à se lever dans le milieu du jeu vidéo. Depuis fin juin, des centaines de témoignages de femmes, qui ont d’abord circulé sur Twitter ou sur les boîtes mail de journalistes spécialisés, viennent attester de la culture (...)

    #Ubisoft #jeu #violence #discrimination #femmes #harcèlement #MeToo #viol

  • Mark Lilla, Margaret Atwood, Wynton Marsalis… : « Notre résistance à Donald Trump ne doit pas conduire au dogmatisme ou à la coercition »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/07/08/mark-lilla-margaret-atwood-wynton-marsalis-notre-resistance-a-donald-trump-n

    Un tel débat est intéressant, même si on peut toujours douter de l’emphase mise sur quelques cas pour les confondre avec une atmosphère de censure, ou plutôt de "gorkisme", qui n’est pas encore si prégnante que veut le dire le texte (mais le danger existe, notamment dans des cercles fermés, j’en ai fait l’expérience amère dans les groupes "soit-disant gauchistes" des années 1970). La liberté d’expression a elle-même des limites, notamment le discours de haine, la diffamation,... Mais la définition même ce ces limites est un enjeu politique. Certes, ce sont la droite et l’extrême-droite, notamment en ce qu’ils tiennent les cordons de la bourse des médias, qui sont les acteurs majeurs en ce domaine, et les revendications des minorités de vouloir "faire fermer leur g..." aux haineux sont totalement compréhensibles. Mais là encore, l’expérience du XXe siècle (réalisme socialiste, Djanov, Lin Piao, Yao Wen Yang,...) montre que sous des couleurs de "défense des opprimés" peut se mettre en place un système de censure d’autant plus sauvage qu’il fait appel aux "tribunaux populaires" et se réalise en "lynchages médiatiques". Pour autant, les signataires ne sont pas blanc bleu, car souvent ils négligent la colère des minoritaires et opprimés devant l’immobilisme de la "classe créative" face aux injustices intersectionnelles (classe, race, genre, culture,...). Un débat complexe, où tous les points de vue ont une part de justice et de réalisme. Il ne faudrait pas que cela devienne un chiffon rouge pour diviser les mouvements... ce qui est parfois présent dans des tournures "imprécises" du texte (qui a dit quoi et qui interdit quoi et quand et dans quelles circonstances,...). Comment inventer un art libre et une pensée ouverte sans sombrer dans le relativisme et ignorer les grands déséquilibres et inégalités qui percluent notre monde.

    Tribune. Nos institutions culturelles sont aujourd’hui à l’épreuve. Les puissantes manifestations en faveur de la justice raciale et sociale revendiquent une réforme de la police trop longtemps différée et font plus largement entendre des appels pour davantage d’égalité et d’inclusion dans notre société, notamment dans l’enseignement supérieur, le journalisme, la philanthropie et les arts.

    Mais cette nécessaire prise en compte a aussi renforcé tout un ensemble de postures morales et d’engagements politiques qui risquent d’affaiblir les règles du débat public et l’acceptation des différences au profit d’un conformisme idéologique. Autant nous avons salué la première phase de ce mouvement, autant nous voulons nous élever contre la seconde.

    Les forces illibérales gagnent du terrain partout dans le monde et trouvent un puissant allié en Donald Trump, qui représente une réelle menace contre la démocratie. Notre résistance ne devrait pas conduire au dogmatisme ou à la coercition. L’inclusion démocratique que nous appelons de nos vœux ne peut advenir que si nous refusons le climat d’intolérance général qui s’est installé de part et d’autre.
    Crainte des représailles

    L’échange libre des informations et des idées, qui est le moteur même des sociétés libérales, devient chaque jour plus limité. La censure, que l’on s’attendait plutôt à voir surgir du côté de la droite radicale, se répand largement aussi dans notre culture : intolérance à l’égard des opinions divergentes, goût pour l’humiliation publique et l’ostracisme, tendance à dissoudre des questions politiques complexes dans une certitude morale aveuglante. Nous défendons le principe d’un contre-discours solide et même caustique de toutes parts.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Non, Emmanuel Macron n’est pas l’incarnation du racisme systémique »

    Or, les appels à sanctionner rapidement et sévèrement tout ce qui est perçu comme une transgression langagière et idéologique sont devenus monnaie courante. Plus inquiétant encore, des dirigeants institutionnels, ne sachant plus où donner de la tête pour limiter les dégâts, optent pour des sanctions hâtives et disproportionnées plutôt que pour des réformes réfléchies.

    « La censure, que l’on s’attendait plutôt à voir surgir du côté de la droite radicale, se répand largement aussi dans notre culture »

    On renvoie des rédacteurs en chef pour avoir publié des articles controversés ; on retire des livres sous le prétexte d’un manque d’authenticité ; on empêche des journalistes d’écrire sur certains sujets ; on enquête sur des professeurs à cause des œuvres littéraires qu’ils citent en classe ; un chercheur est renvoyé pour avoir fait circuler un article scientifique dûment examiné par des pairs ; et on limoge des dirigeants d’organisation pour des erreurs qui ne sont parfois que des maladresses.

    Quelles que soient les raisons invoquées, la conséquence en est qu’il est de plus en plus difficile de prendre la parole sans craindre des représailles. Nous en faisons déjà les frais, à en juger par l’aversion au risque qui se développe parmi les écrivains, les artistes et les journalistes, inhibés par la peur de perdre leur gagne-pain s’ils s’écartent du consensus ou même s’ils ne font pas preuve du zèle attendu pour se conformer.
    La justice n’existe pas sans la liberté

    Cette atmosphère étouffante va finir par nuire aux causes les plus vitales de notre époque. Restreindre le débat, que ce soit le fait d’un gouvernement répressif ou d’une société intolérante, nuit immanquablement à ceux qui ne détiennent pas le pouvoir et nous rend tous moins aptes à participer à la vie démocratique.

    Pour vaincre de mauvaises idées, il faut les exposer, argumenter et convaincre, et non pas essayer de les taire ou espérer qu’elles disparaissent.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le réalisateur Jean-Pascal Zadi : « Il y a autant d’identités noires en France que de Noirs »

    Nous rejetons les faux choix qu’on nous présente entre la justice et la liberté : l’une n’existe pas sans l’autre. En tant qu’écrivains, notre métier repose sur la marge que la société nous accorde pour l’expérimentation, la prise de risque et même l’erreur. Nous avons besoin de préserver la possibilité d’un désaccord de bonne foi sans conséquences professionnelles désastreuses. Si nous ne défendons pas ce qui est la condition même de notre travail, nous ne pouvons pas nous attendre à ce que le public ou l’Etat le fasse pour nous. (Traduit de l’anglais par Pauline Colonna d’Istria)
    La querelle de la « cancel culture » oppose de nombreux intellectuels aux Etats-Unis

    Aux Etats-Unis, la nouvelle gauche, née des mouvements #metoo et Black Lives Matter, serait à l’origine d’un phénomène qui inquiète de nombreux intellectuels américains, la « cancel culture », autrement dit une tendance à vouloir faire taire des voix jugées dissonantes, dangereuses ou haineuses. Né sur les réseaux sociaux, ce phénomène se traduit par des mobilisations qui ont fini par provoquer des démissions, renvois, annulations de conférence, etc. Cinq des auteurs de la tribune que nous publions (Mark Lilla, Thomas Chatterton Williams, George Packer, David Greenberg et Robert Worth) sont des intellectuels engagés dans la défense de la liberté d’expression. Avec les 150 personnalités qui se sont jointes à leur appel, ils estiment qu’une frange de la gauche radicale américaine pratiquerait ainsi une forme de censure. Publié sur le site du mensuel américain Harper’s, ce texte devrait l’être également en Allemagne, en Espagne et au Japon.

    Plusieurs événements récents témoignent de ces nouvelles tensions. Début juin, le directeur des pages « Opinion » du New York Times, James Bennet, a été licencié après la parution d’une tribune signée par un sénateur républicain appelant à l’envoi de l’armée contre les manifestations violentes. Tant au sein de la rédaction du quotidien new-yorkais que sur les réseaux sociaux, ce texte a suscité une vive émotion, certains estimant qu’il pouvait porter atteinte à la sécurité des personnes noires. Sans soutenir le contenu de cet article, d’autres personnalités ont estimé que James Bennet avait été limogé avec un empressement douteux, comme s’il fallait au plus vite donner satisfaction aux internautes en colère. Parmi les signataires de la présente tribune se trouvent d’ailleurs plusieurs grandes signatures du New York Times.

    Autre renvoi ayant suscité l’indignation, celui de David Shor, un analyste de données qui a été licencié début juin par son employeur, Civis Analytics, une société de conseil politique proche des démocrates. Il était reproché à M. Shor d’avoir retweeté l’étude d’un chercheur, de l’université de Princeton (New Jersey), qui tendait à démontrer que les manifestations violentes, comme il a pu y en avoir récemment aux Etats-Unis pour dénoncer les violences policières, ont un impact positif sur le vote républicain. Cette attention portée aux conséquences néfastes des manifestations violentes avait été considérée, par certains militants, comme une manière de faire taire la colère des populations noires aux Etats-Unis.

    D’autres intellectuels ne partagent pas cette vision du débat sur la « cancel culture ». Ils estiment au contraire qu’il va permettre de donner davantage la parole aux minorités généralement moins ou peu entendues. D’autres encore jugent que les dénonciateurs de la « cancel culture » font fausse route : selon eux, les menaces sur la liberté d’expression viendraient bien davantage de l’extrême droite que de la gauche radicale. Ils ajoutent que le recours à l’intimidation et à la violence pour faire taire ses opposants serait d’abord et avant tout, aux Etats-Unis, le fait des suprémacistes blancs. Ils rappellent également que Donald Trump a, lui aussi, durement attaqué la « cancel culture » le 4 juillet.

    Sont notamment signataires de cette tribune : Martin Amis, écrivain britannique ; Anne Applebaum, historienne américaine ; Marie Arana, essayiste et éditrice américaine ; Margaret Atwood, romancière canadienne ; John Banville, romancier irlandais ; Jennifer Finney Boylan, auteure, professeure à l’université Columbia (New York) ; David Brooks, chroniqueur américain ; Ian Buruma, journaliste et essayiste néerlandais ; Noam Chomsky, professeur émérite de linguistique, Massachusetts Institute of Technology ; Roger Cohen, chroniqueur américain ; Kamel Daoud, écrivain algérien ; Gerald Early, professeur de lettres modernes, d’anglais, d’études africaines et d’études afro-américaines, université Washington de Saint-Louis (Missouri) ; Jeffrey Eugenides, romancier américain ; Richard T. Ford, professeur de droit à l’université de Stanford (Californie) et spécialiste des discriminations ; Francis Fukuyama, politiste américain ; David Greenberg, professeur d’histoire, université Rutgers (New Jersey) ; Bill T. Jones, danseur et chorégraphe américain ; Joy Ladin, poète américaine ; Mark Lilla, essayiste et professeur de sciences humaines à l’université de Columbia (New York) ; Greil Marcus, essayiste et critique musical américain ; Wynton Marsalis, musicien américain ; Mark Oppenheimer, essayiste américain ; George Packer, journaliste et essayiste américain ; Nell Irvin Painter, historienne, spécialiste de l’histoire du sud des Etats-Unis et des Afro-Américains au XIXe siècle ; Steven Pinker, professeur de psychologie cognitive, université Harvard (Massachusetts) ; J.K. Rowling, romancière britannique ; Salman Rushdie, écrivain britannique ; Gloria Steinem, essayiste et militante féministe américaine ; Michael Walzer, professeur émérite de science sociale à Princeton (New Jersey) ; Thomas Chatterton Williams, essayiste et journaliste américain ; Robert F. Worth, journaliste américain ; Fareed Zakaria, journaliste américain, spécialiste des relations internationales. La liste complète des signataires :

    Liste Signataires Tribune Cancel Culture by Le Monde on Scribd

    #Liberté_expression

  • Deutsche Bank mis à l’amende pour ses relations avec Jeffrey Epstein
    https://www.rtbf.be/info/economie/detail_deutsche-bank-mis-a-l-amende-pour-ses-relations-avec-jeffrey-epstein?id=

    Une agence américaine a annoncé mardi avoir imposé une amende de 150 millions de dollars à Deutsche Bank pour ne pas avoir été suffisamment vigilante dans ses relations avec Jeffrey Epstein, accusé d’avoir exploité sexuellement des jeunes filles mineures avant de se suicider en août 2019.

    Le régulateur des services financiers de l’Etat de New York (DFS) reproche à l’établissement financier d’avoir validé des centaines de transactions portant sur des millions de dollars qui auraient dû, au vu de la réputation du financier new-yorkais, attirer son attention.

    « Les banques sont la première ligne de défense quand il s’agit d’empêcher la criminalité par le biais du système financier, et il est fondamental que les banques adaptent le suivi de l’activité de leurs clients en fonction des types de risques qui sont posés par un client particulier », a justifié Linda Lacewell, responsable du DFS.
    « Dans le cas de Jeffrey Epstein, bien que connaissant (ses) terribles antécédents criminels, il est inexcusable que la banque ne soit pas parvenue à détecter ou à empêcher des millions de dollars de transactions suspectes » , a-t-elle ajouté.

    #deutsche_bank #banques #finances #impunité #espionnage #pédophilie #viols #criminels #jeffrey_epstein #mit #viol #epstein #enfants #philanthropie #metoo #culture_du_viol #pédophilie #lolita_express #élites #élites_internationales #jet_set #Bill_Clinton #prince_andrew et tant d’autres

  • France - Monde | Affaire Matzneff : l’adjoint à la mairie de Paris Christophe Girard entendu
    https://www.ledauphine.com/france-monde/2020/03/04/affaire-matzneff-l-adjoint-a-la-mairie-de-paris-christophe-girard-entend

    L’adjoint à la culture de la maire de Paris Anne Hidalgo était entendu ce mercredi après-midi dans le cadre de l’affaire Matzneff, rapporte Le Parisien.

    Les enquêteurs s’intéressent notamment au soutien financier dont l’écrivain a bénéficié dans les années 80 de la part de la Maison Yves-Saint Laurent, dont M. Girard a été secrétaire général entre 1986 et 1987.

    Dans un article intitulé « Un écrivain pédophile sur le banc des accusés. Et les élites françaises aussi », le New York Times a rappelé le 11 février comment M. Girard avait, en 1987, apporté une aide financière à Gabriel Matzneff.

    L’auteur lui-même a écrit dans « La prunelle des mes yeux », son journal des années 1986-1987, que M. Girard, alors Secrétaire général de la Maison Yves-Saint Laurent, lui avait annoncé que la maison de couture financerait, « aussi longtemps qu’il le souhaite », les frais de l’hôtel dans lequel il vivait à l’abri des regards dans le quartier de Saint-Germain-des-Près.

    M. Matzneff, longtemps toléré voire encensé dans le monde littéraire parisien, voyait régulièrement dans cet hôtel Vanessa Springora, alors âgée de 15 ans.

    https://twitter.com/alicecoffin/status/1278752996487200771

    La Mairie de Paris doit nommer ce vendredi, lors du 1er Conseil de Paris,au poste de maire adjoint à la culture un homme dont les liens avec Gabriel Matzneff, qui sera jugé en 2021 pour apologie de viol aggravé, ont été avérés dans plusieurs articles ou livres.

    Il a été expressément demandé à la Mairie de renoncer à ce choix. Sans succès jusqu’ici.

    Trois ans après #MeToo
    , quelques mois après publication du livre Le Consentement et les César, la mairie de la capitale française ne voit pas le problème d’un tel choix.

    C’est éloquent sur la faiblesse de l’engagement des pouvoirs politiques et culturels français contre les violences sexuelles.

    #Christophe_Girard #affaire_Matzneff

  • #MeToo gagne enfin le jeu vidéo
    https://next.liberation.fr/culture/2020/06/25/metoo-dans-le-jeu-video-game-over-pour-les-agresseurs_1792384

    Depuis trois jours, les témoignages affluent sur Twitter à l’encontre d’acteurs majeurs du secteur accusés de viol, agression ou harcèlement sexuels. Jusqu’à présent, et après le mouvement #MeToo, le jeu vidéo et son industrie à 150 milliards de dollars s’était épargné l’examen de conscience. Mais, depuis quelques jours et les accusations formulées contre l’un de ses scénaristes de renom, les langues se délient. Figure majeure de la société américaine Obsidian, travaillant maintenant en freelance, Chris (...)

    #Ubisoft #jeu #sexisme #violence #discrimination #femmes #harcèlement #viol #travail

  • #metooanthro

    About

    metooanthro is a collective of anthropologists* from around the world committed to making our discipline a safer and more just space by combatting sexual assault and harassment. This collective grew out of a meeting of anthropologists at the Shifting States conference for AAS/ASA/ASAANZ in December, 2017.

    Anthropologists face unique working conditions – both inside and outside the university – that increase our exposure to the risk of sexual assault and harassment. We want to create a safer culture at our conferences, campuses, field sites, and all spaces in which anthropologists work.

    We begin by acknowledging that that many groups in our community are disproportionately affected by assault and harassment, and are further discriminated when attempting to seek redress.

    “Solidarity does not assume that our struggles are the same struggles, or that our pain is the same pain, or that our hope is for the same future. Solidarity involves commitment, and work, as well as the recognition that even if we do not have the same feelings, or the same lives, or the same bodies, we do live on common ground.”
    ― Sara Ahmed

    We are currently working on three main actions and collecting personal stories of harassment in the discipline.

    We need to hear from more voices, not the same voices, in this work. We encourage all to participate.

    * The metooanthro collective is a broad and evolving group. At the moment, our emails, social media and website are run by Esther, Hannah and Mythily, who are all based in Australia.

    Resources

    Here you can find a collection of resources about the issue of sexual assault and harassment in anthropology. If you know of any other resources that could be useful, please email metooanthro.

    How to respond to and support others:

    Naomi Quinn – ‘What do do about sexual harassment: A short course for chairs’
    Laura A. LeVon – ‘Teaching fugitive anthropology with Maya Berry and colleagues’
    Kristen Drybread – Writing about violence Part I; Writing about violence Part II

    Anthropology blogs and popular reporting on anthropology and sexual assault:

    The New Ethnographer – ‘Gendered Bodies’
    Cynthia Mahmood – India’s shame: The personal ordeal of Cynthia Mahmood
    Ann Gibbons & Elizabeth Culotta – ‘Anthropologists say no to sexual harassment’
    Alix Johnson – The Self at stake: Thinking fieldwork and sexual violence; Paranoid reading, writing, and research: secrecy in the field; Violence and vulnerability in anthropology
    Megan Steffen – Doing fieldwork after Henrietta Schmerler
    Bianca C. Williams – MeToo: A crescendo in the discourse about sexual harassment, fieldwork, and the academy Part I; MeToo: A crescendo in the discourse about sexual harassment, fieldwork, and the academy Part II
    Kate Clancy – ‘I had no power to say that’s not okay: Reports of harassment and abuse in the field’
    Mingwei Huang – ‘Vulnerable observers: Notes on fieldwork and rape’
    Nell Gluckman – How Henrietta Schmerler was lost, then found
    Melissa Demian – Anthropology after #MeToo
    Danielle Bradford & Charlotte Payne – Fieldwork safety, or: ‘don’t grab my pussy’
    Lexie Onofrei – #MeToo in anthropology: A call for updating codes of conduct in the field
    Elizabeth Beckmann – #MeToo in Anthropology (on the origins of a movement, and its future)
    Holly Walters – #MeToo Anthropology (reflecting on stories and potential responses)

    Anthropology News #MeToo series:

    Mingwei Huang, Vivian Lu, Susan MacDougall & Megan Steffen – Disciplinary violence
    Cheryl Rodriguez – Black women and the fight against sexual violence
    Gil Schmerler & Megan Steffen – The disavowal of Henrietta Schmerler
    Shan-Estelle Brown – #MeToo conversations on campus
    Kathleen S. Fine-Dare – The long view on #MeToo
    Mariam Durrani – #MeToo, believing survivors, and cooperative digital communication

    Podcast episodes:

    MeTooAnthro with Mythily Meher, Hannah Gould, Martha McIntyre & Tanya King for Anthropology @ Deakin: Episode #13
    Emma Louise Backe for This Anthro Life – ‘#MeToo: Stories in the age of survivorship’
    Elizabeth Watt (interviewed by The Familiar Strange) – ‘Ep. #9 Calculated risk: Elizabeth Watt talks sexual power, politics, and vulnerability in the field’

    A bibliography of writing on anthropology, sexual assault, gendered harassment, and identity:

    Berry, MJ, Chávez Argüelles, C, Cordis, S, Ihmoud, S & Velásquez Estrada, E 2017, ‘Towards a fugitive anthropology: Gender, race, and violence in the field’, Cultural Anthropology, vol. 32, no. 4, pp. 537-565.

    Bohannon, J 2013, ‘Survey of peers in fieldwork highlights an unspoken risk’, Science, vol. 340, no. 6130, p. 265.

    Clark, I & Grant, A 2015, ‘Sexuality and danger in the field: Starting an uncomfortable conversation‘, Journal of the Anthropological Society of Oxford: Special issue on Sexual Harassment in the Field, vol. 7, no. 1, p. 1-14.

    Congdon, V 2015, ‘The ‘lone female researcher’: Isolation and safety upon arrival in the field‘. Journal of the Anthropological Society of Oxford: Special issue on Sexual Harassment in the Field, vol. 7, no. 1, p. 15-24.

    Isidoros, K 2015, ‘Between purity and danger: Fieldwork approaches to movement, protection and legitimacy for a female ethnographer in the Sahara Desert‘, Journal of the Anthropological Society of Oxford: Special issue on Sexual Harassment in the Field, vol. 7, no. 1, p. 39-54.

    Johansson, L 2015, ‘Dangerous liaisons: risk, positionality and power in women’s anthropological fieldwork‘, Journal of the Anthropological Society of Oxford: Special issue on Sexual Harassment in the Field, vol. 7, no. 1, p. 55-63.

    Kloß, ST 2017, ‘Sexual(ized) harassment and ethnographic fieldwork: A silenced aspect of social research’, Ethnography, vol. 18, no. 3, p. 396-414.

    Krishnan, S 2015, ‘Dispatches from a ‘rogue’ ethnographer: exploring homophobia and queer visibility‘,Journal of the Anthropological Society of Oxford: Special issue on Sexual Harassment in the Field, vol. 7, no. 1, p. 64-79.

    Lewin, E & Leap, WL (eds.) 1996, Out in the field: Reflections of gay and lesbian anthropologists, University of Illinois Press, Urbana.

    McDougall, S 2015, ‘Will you marry my son? Ethnography, culture and the performance of gender‘, Journal of the Anthropological Society of Oxford: Special issue on Sexual Harassment in the Field, vol. 7, no. 1, p. 25-38.

    Miller, T 2015 ‘‘Listen to your mother’: negotiating gender-based safe space during fieldwork‘, Journal of the Anthropological Society of Oxford: Special issue on Sexual Harassment in the Field, vol. 7, no. 1, p. 80-87.

    Moreno, E 2005, ‘Rape in the field’, in D Kulick & M Willson (eds.) Taboo: Sex, identity and erotic subjectivity in anthropological fieldwork, new edn, Routledge, London, pp. 166-189.

    Nelson, RG, Rutherford, N, Hinde, K & Clancy, KBH 2017, ‘Signalling safety: Characterizing fieldwork experiences and their implications for career trajectories’, American Anthropologist, vol. 119, no. 4, pp. 710-722.

    Pandey, A 2009, ‘Unwelcome and unwelcoming encounters’ in P Ghassem-Fachandi (ed.) Violence: Ethnographic encounters, Berg, Oxford, pp. 135-144.

    Pollard, A 2009, ‘Field of screams: Difficulty and ethnographic fieldwork’, Anthropology Matters, vol. 11, no. 2.

    Scheper-Hughes, N 2016, ‘James X: A reflection on rape, race, and reception’, Anthropology Today, vol. 32, no. 5, pp. 21-25.

    Schneider, LT 2020, ‘Sexual violence during research: How the unpredictability of fieldwork and the right to risk collide with academic bureaucracy and expectations’, Critique of Anthropology, vol. 40, no. 2, pp. 173-93.

    Williams, BC 2009, ‘”Don’t ride the bus!”: And other warnings women anthropologists are given during fieldwork’, Transforming Anthropology, vol. 17, no. 2, pp. 155-158.

    Willson, M 2005, ‘Afterword: Perspective and difference: Sexualisation, the field, and the ethnographer’, in D Kulick & M Willson (eds.) Taboo: Sex, identity and erotic subjectivity in anthropological fieldwork, new edn, Routledge, London, pp. 190-207.

    #metoo #sexualized_harassment #gender #university #fieldwork #anthropology #collectiv #ressources #support #blog #reporting #podcast #references

    https://metooanthro.org/resources

  • Allégations d’inconduites sexuelles : Ubisoft dans la tourmente
    Jean-François Codère, Isabelle Massé, Isabelle Dubé, La Presse, le 27 juin 2020
    https://www.lapresse.ca/affaires/entreprises/2020-06-27/allegations-d-inconduites-sexuelles-ubisoft-dans-la-tourmente.php

    « J’ai essayé plusieurs fois, dans différentes entreprises. Les services des ressources humaines protègent les gens qui ont le pouvoir. Plusieurs personnes m’ont dit la même chose. Une fois la situation dénoncée, il faut souvent choisir entre le fait d’accepter l’abus et continuer de travailler sur un beau projet ou s’éloigner de la source du problème, mais se faire muter.

    « Ce n’est pas Ubisoft, le problème, mais l’industrie, qui est contrôlée par des personnes qui ne respectent pas les gens qui sont dans la marge. On voit peu de femmes dans des rôles de pouvoir, rarement des gens noirs dans des positions de leaders. »

    #Ubisoft #Montréal #Toronto #Paris #harcèlement_sexuel #sexisme #femmes #MeToo

  • Elles dénoncent des comportements inappropriés et sont accusées de harcèlement - LINFO.re
    https://www.linfo.re/la-reunion/faits-divers/elles-denoncent-des-comportements-inappropries-et-sont-accusees-de-harcelement

    Un procès devait avoir lieu ce vendredi matin. Celui de plusieurs instagrammeuses qui ont diffusé sur les réseaux sociaux le nom d’un photographe de mode qu’elles accusent de pressions pour obtenir des photos partiellement dénudées d’adolescentes et jeunes femmes.

    Le tribunal de Saint-Denis a annulé la citation à comparaître de plusieurs jeunes femmes qui avaient dénoncé sur Instagram des comportements inappropriées d’un photographe auprès de jeunes femmes et d’adolescentes.

    Elles étaient appelées à se présenter pour répondre à leur tour d’accusations. Concrètement, elles ont été accusées par le photographe ciblé de harcèlement sur les réseaux sociaux et Internet. À noter que les plaintes déposées à l’encontre du professionnel n’ont pas encore mené à un procès.

    « Aujourd’hui, je suis traité comme un paria. J’ai été obligé de clôturer mon exercice. J’espère pouvoir rebondir parce que je suis innocent », assure le photographe.

    « Ces personnes-là ont une forte communauté. Cela a un impact sur nous », affirme un de ses proches. « Ce n’est pas la première fois. Elles continuent et c’est répétitif, de plus en plus », ajoute un autre de ses soutiens.

    Des vices de procédure a vu les juges rejeter en bloc la requête du plaignant. Le procès a donc été annulé. L’avocat de la partie civile déclare qu’une nouvelle procédure sera lancée : « En aucun cas le tribunal a dit qu’il n’y avait pas de cyberharcèlement. Bis repetita, on va relancer une citation », assure Sulliman Omarjee.
    Parler du fond de l’affaire

    L’avocat des instagrammeuses est lui serein après cette audience. « À partir du moment où l’on ne franchit pas l’appel à la violence, la ligne de l’appel au sang. On peut dire : ’Moi, je n’aime pas les photographes pervers’ », déclare Maître Jean-Jacques Morel.

    L’une des personnes citées à comparaître, Sarah, déclare : « On est quand même soulagé d’être relaxé. Mais on est à la fois un peu déçu parce qu’on aurait voulu en parler. Les faits sont là. »

    Une des jeunes femmes qui avait pris la parole pour dénoncer les agissements du photographe déclare : « Il m’a dit que pour ses techniques de retouches, je devais me mettre topless, donc seins nus. Ce n’était pas du tout convenu. J’ai dit non, il a longuement insisté et j’ai fini par céder. »

    Une de celles qui faisaient partie des premières à s’exprimer à ce sujet a réagi sur Instagram et demande à ce que « l’on aborde le fond du sujet, qu’on détermine qui sont les victimes et qui est le coupable, mais ça se fera ultérieurement. »

    #Cyberharcèlement #Metoo #Photographie #Instagram

  • Quebec film distributors censor Roman Polanski’s J’accuse
    https://www.wsws.org/en/articles/2020/06/20/pola-j20.html

    In regard to J’accuse, Le Devoir approvingly quoted Louis Dussault, president of K-Films America, who asserted: “It’s a great film, which should be shown in schools … but the problem is the author.” He added: “We’re not just in business, we’re also in culture … The #MeToo movement is part of that. We saw the film, we weighed the pros and cons, and we thought there’s no social acceptability for it.”

    Roger Frappier, producer of many films including The Decline of the American Empire and Seducing Doctor Lewis, asserted that “you can’t separate the man from the artistic work.” With #MeToo, he continued, “with the on-going awareness of sexual harassment or assault, one has to take into account” the broader context surrounding a film.

    Antoine Zeind, director of A-Z Films, added: “Everybody knows that he [Polanski] has been guilty since the 1970s. But he won Oscars, he got a César nomination and he had access to a huge budget to shoot J’accuse. In theory, if you’re guilty [of a crime], you don’t make a movie, you get a sentence, you’re in jail. You pay your debt.”

    It is possible these individuals do not really believe what they are saying and simply prefer to “follow the wave.” But their refusal to distribute Polanski’s film has profoundly reactionary (and cowardly) implications. What they are essentially doing is echoing the slanderous slogan of #MeToo demonstrators, “Polanski rapist, cinemas guilty, viewers complicit,” which can be used to censor anything.

    Unsurprisingly, Le Devoir repeats in its article the false allegation that Polanski fled from justice in the US. What really happened is that Polanski had reached an agreement with the prosecution in Los Angeles, with the consent of the victim Samantha Geimer (Gailey at the time), and pled guilty to a single count of unlawful sex with a minor. As a result, he was evaluated by psychiatrists who found him not to be a “Mentally Disordered Sex Offender” and recommended a sentence of probation. Polanski only left the US in response to the actions of the presiding judge, who threatened to repudiate the plea agreement with the clear intent of putting him behind bars for many years.

  • Réflexions sur le problème raciste, Abdellali Hajjat
    https://blogs.mediapart.fr/abdellali-hajjat/blog/180620/reflexions-sur-le-probleme-raciste

    L’accélération de la temporalité antiraciste en France et à travers le monde à la suite du meurtre de George Floyd pose certaines questions centrales dans l’analyse des racismes et des anti-racismes.

    Depuis les 100 000 participants de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983, les militant.e.s de la cause antiraciste et anti-violences policières n’étaient jamais parvenus à rassembler autant de manifestants dans les rues de Paris. C’est probablement chose faite avec le rassemblement du 2 juin et la manifestation du 13 juin 2020 organisée par le comité Vérité et Justice pour Adama Traoré. L’accélération de la temporalité antiraciste en France et à travers le monde à la suite du meurtre de George Floyd pose certaines questions centrales dans l’analyse des racismes et des anti-racismes. Sous réserve de futures recherches qui ne manqueront pas de mettre en lumière la spécificité du moment antiraciste que nous vivons, j’aimerais en discuter quelques-unes qui peuvent être utiles au débat public.

    Internationale antiraciste ?

    Comment expliquer que le meurtre d’un Africain-Américain par un policier blanc aux États-Unis ait provoqué de telles mobilisations aux États-Unis et à travers le monde ? Malheureusement, ce genre de meurtres n’est pas extra-ordinaire aux États-Unis (et en France) et chacun d’entre eux ne suscitent pas forcément de réactions d’ampleur nationale ou internationale. Il est sûrement impossible de répondre totalement à cette question, tout comme à celle du déclenchement des révolutions arabes à la suite du suicide de Mohamed Bouazizi en décembre 2010 en Tunisie. Certains moments historiques sont véritablement imprédictibles et insoupçonnables, même quelques semaines à l’avance, mais plusieurs facteurs favorables ont sans doute jouer leur part.

    De ce point de vue, on peut comparer la séquence antiraciste #GeorgeFloyd actuelle à l’explosion du mouvement #MeToo suite de l’affaire Weinstein de 2017. Selon l’anthropologue James C. Scott, il faut faire la distinction entre le « discours public » – celui que les dominés prononcent en public de manière stratégique pour faire face à la domination – et le « discours caché » – celui que les dominés n’osent pas ébruiter en public sous peine d’être sanctionnés, voire violentés, mais qui recèle leur point de vue subalterne critique sur un monde qui les cantonne au bas de la hiérarchie (économique, sexuelle ou raciale). Les mouvements #MeeToo et #GeorgeFloyd correspondent à la révélation des textes cachés féministes et antiracistes à l’échelle planétaire.Ce qui était généralement tu par les victimes de sexisme ou de racisme est désormais affiché publiquement, bravant les conséquences directes d’une telle révélation (menaces, poursuites judiciaires, etc.).

    La dimension globale doit beaucoup à l’émergence des contre-publics des réseaux sociaux. On se souvient que Michel de Certeau avait analysé Mai 68 comme une « parole prisonnière qui a été libérée ». Depuis l’avènement des réseaux sociaux, la prise de parole féministe et antiraciste se généralise de manière pérenne, qu’il s’agissait des comptes militants ou des comptes d’individus sans expérience politique. Mais cette parole n’aurait aucune prise si elle ne s’appuyait pas sur des « réseaux dormants » transnationaux de militant.e.s, journalistes, artistes, acteurs politiques, chercheurs, etc., qui entretiennent la flamme du féminisme et/ou de l’antiracisme face l’offensive réactionnaire des années 2010 (concrétisée par l’arrivée au pouvoir des partis ouvertement réactionnaires).

    Mais on peut se demander s’il en serait de même pour une victime française de violence policière. N’est-ce pas parce que le meurtre a eu lieu aux États-Unis, avec toute la médiatisation que cela implique, que le monde s’est mobilisé ? N’est-ce pas parce qu’il s’agissait de Weinstein, situé dans les sommets de la hiérarchie économique et symbolique mondiale, que les brèches anti-sexistes ouvertes par #MeToo ont pu s’étendre au monde entier ? N’est-ce pas parce que les Blancs étasuniens, dont faisait partie le policier Derek Chauvin, se situent en haut de la hiérarchie raciale que la contestation antiraciste fait vaciller l’édifice mondial de la hiérarchie raciale ? Autrement dit, il existe une hiérarchie plus ou moins implicite au sein du groupe hétérogène blanc, et s’attaquer au sommet de la hiérarchie a des répercussions en cascade sur les niveaux moins élevés.

    Par ailleurs, la légitimité des mobilisations antiracistes étasuniennes, en particulier celles des mouvements noirs, acquise au prix de centaines d’années de luttes souvent réprimées dans le sang, participent à légitimer les mobilisations antiracistes en Europe et leur donne un souffle nouveau. Bien qu’il n’existe pas d’organisation antiraciste transnationale à proprement parler, on observe bien une internationalisation de la cause antiraciste. Mais ce processus transnational ne se serait peut-être pas produit sans le déni du racisme policier par certains gouvernements, notamment aux États-Unis et en France. La radicalisation des revendications antiracistes va de pair avec le refus inconditionnel de la reconnaissance du racisme, voire la revendication assumée du racisme par les plus hautes instances de l’État.

    Nouvelle alliance improbable ?

    Les frontières entre cause « anti-violences policières », cause antiraciste et causes identitaires sont poreuses. Depuis les années 1960, la cause anti-violences policières rencontre les plus grandes difficultés pour être légitime dans l’espace public français, et même dans le mouvement social. Les mouvements plus ou moins organisés, plus ou moins éphémères, qui contestent les déviances policières font face soit à la forte réticence des principales organisations de gauche à défendre des victimes « impures » (certaines ayant un casier judiciaire), soit au déni total des institutions, en premier lieu l’IGPN ou l’IGGN. Ce n’est que récemment, suite l’utilisation de la législation anti-terroriste contre des militants de gauche et à la répression violente des Gilets jaunes, que la cause semble s’élargir au-delà des quartiers populaires où elle était jusque-là cantonnée. Exemple parmi d’autres : la campagne « Police, personne ne bouge ! » lancée en 2008 contre les techniques policière d’interpellation, dont la clé d’étranglement, n’avait pas été soutenue par le mouvement social français.

    Mais ce récent et relatif élargissement peut créer des tensions : certains analysent les violences policières avant tout comme la volonté de puissance de la main droite de l’État néo-libéral ; d’autres comme l’expression d’un État raciste ; d’autres enfin comme l’illustration d’un racisme spécifique, qu’il soit anti-noir ou anti-maghrébin. Les violences policières actuelles relèvent-elles d’une seule de ces dimensions ? Rien n’est moins sûr. La réalité est souvent plus complexe qu’il n’y paraît, et les morts provoquées par les déviances policières sont le fruit non seulement d’un racisme institutionnel, visant toutes les minorités ethniques, mais aussi d’un mode de gestion des classes populaires et de la répression d’opposants politiques. Autrement dit, il semble difficile de trancher la réalité sociale et privilégier soit la dimension économique, soit la dimension raciale. L’imbrication des rapports sociaux de classe, de race et de genre structure (aussi) les pratiques policières.

    (Une grille qui « marche » ici grâce à l’élision de luttes diverses sur ces enjeux, il ne sera pas question, par exemple, de Rock against police, comme si le MIB, cité, n’avait aucun rapport avec cet moment antérieur... Le mot classe ne figure d’ailleurs que deux fois dans le papier : « gestion des classes populaires » ou « rapports sociaux de classe », jamais lutte de classe ; parler de « déviance policière » est un radical recentrage, si l’on se souvient du travail du même sur la grève contre le racisme du MTA en 1973)

    #pas_classe #racisme #police #luttes

    • il est sans doute utile de rappeler que, contrairement à ce que l’on l’entend souvent, les statistiques ethniques existent déjà en France. Le Système de traitement des infractions constatées (STIC) et le Traitement d’antécédents judiciaires (TAJ), bases de données de plusieurs millions de personnes, victimes ou suspectes d’infractions, contiennent un filtre racial avec douze « types » différents (blanc ou caucasien, méditerranéen, gitan, moyen-oriental, nord-africain ou maghrébin, asiatique ou eurasien, amérindien, indien, métis-mulâtre, noir, polynésien, mélanésien-canaque). On retrouve régulièrement l’expression « type négroïde » dans les procès-verbaux de police. Autrement dit, des policiers et gendarmes utilisent tous les jours des catégories raciales pour travailler. En dépit des recommandations de la CNIL, ces informations raciales n’ont jamais été supprimées. Ce n’est pas donc pas un hasard si les forces de l’ordre perçoivent le monde au travers de catégories d’entendement racial : leur cœur de métier est l’identification et l’arrestation de personnes suspectes sur la base de « types » raciaux.

      #police #statistiques_ethniques

  • How Google Docs became the social media of the resistance | MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/2020/06/06/1002546/google-docs-social-media-resistance

    In the week after George Floyd’s murder, hundreds of thousands of people joined protests across the US and around the globe, demanding education, attention, and justice. But one of the key tools for organizing these protests is a surprising one: it’s not encrypted, doesn’t rely on signing in to a social network, and wasn’t even designed for this purpose. It’s Google Docs.

    In just the last week, Google Docs has emerged as a way to share everything from lists of books on racism to templates for letters to family members and representatives to lists of funds and resources that are accepting donations. Shared Google Docs that anyone can view and anyone can edit, anonymously, have become a valuable tool for grassroots organizing during both the coronavirus pandemic and the police brutality protests sweeping the US. It’s not the first time. In fact, activists and campaigners have been using the word processing software for years as a more efficient and accessible protest tool than either Facebook or Twitter.

    It wasn’t until the 2016 elections, when misinformation campaigns were rampant, that the software came into its own as a political tool. Melissa Zimdars, an assistant professor of communication at Merrimack College, used it to create a 34-page document titled “False, Misleading, Clickbaity-y, and/or Satirical ‘News’ Sources.’”

    Zimdars inspired a slew of political Google Docs, written by academics as ad hoc ways of campaigning for Democrats for the 2018 midterm elections. By the time the election passed, Google Docs were also being used to protest immigration bans and advance the #MeToo movement.

    Now, in the wake of George Floyd’s murder on Memorial Day weekend, communities are using the software to organize. One of the most popular Google Docs to emerge in the past week is “Resources for Accountability and Actions for Black Lives,” which features clear steps people can take to support victims of police brutality. It is organized by Carlisa Johnson, a 28-year-old graduate journalism student at Georgia State University.

    Indigo said accessibility and live editing were the primary advantages of a Google Doc over social media: “It’s important to me that the people on the ground can access these materials, especially those seeking legal counsel, jail support, and bail support. This is a medium that everyone I’ve organized with uses and many others use.”

    “What’s special about a Google Doc versus a newsfeed is its persistence and editability,” says Clay Shirky, the vice provost for educational technology at New York University. In 2008, Shirky wrote Here Comes Everybody: The Power of Organizing Without Organizations, detailing how the internet and social media helped shape modern protest movements.

    Shirky says that while social media has been great for publicizing movements, it’s far less efficient at creating stable shelves of information that a person can return to. What makes Google Docs especially attractive is that they are at once dynamic and static, he says. They’re editable and can be viewed simultaneously on countless screens, but they are easily shareable via tweet or post.

    “People want a persistent artifact,” Shirky says. “If you are in an action-oriented network, you need an artifact to coordinate with those outside of the conversation and the platform you’re using, so you can actually go outside of the feed and do something.”

    It helps that Google Docs are fairly straightforward to access and simple to use. But anonymity is an important advantage over Twitter or Facebook. Users who click on a publicly shareable link are assigned an animal avatar, hiding their identity. “No one can put you on blast on Google Docs,” says Shirky. “Google Docs allows for a wider breadth of participation for people who are not looking to get into a high-stakes political argument in front of millions of people.”

    Un passage intéressant sur l’anonymat dans GD. Car nous savons que Google a les moyens de nous pister... mais l’important n’est pas ici que Google sache qui écrit, mais que chacun n’ait pas à subir les trolls. Une situation à méditer.

    For both Johnson and Indigo, the overall experience of creating Google Docs has been a surprisingly positive one; Indigo does receive the occasional “nasty DM” but shrugs it off. At any given moment, anywhere between 70 and 90 people are in Johnson’s and Indigo’s documents, and both spend significant time editing and fact-checking them.

    Shirky says it’s a common misconception that protesters are seeking privacy from the state. “Most of them are concerned with activism, not privacy,” he says. In fact, Johnson says that for her and other activists, the goal is to disseminate as much information as accurately as possible.

    “Google Docs lets me put it in one place and across social-media platforms,” she says. “Reach is what’s important at this time. A Facebook post can only go so far. An Instagram post can only go so far. But this? This is accessible. Nothing else is as immediate.”

    #Google_doc #Activisme #Document_numérique

  • Féminicides : « La logique patriarcale la plus pure se loge au cœur de l’intime », Lorraine de Foucher
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/06/03/feminicides-la-logique-patriarcale-la-plus-pure-se-loge-au-c-ur-de-l-intime_

    ENTRETIEN Les féminicides sont devenus un phénomène sociétal et un fait politique, explique la philosophe et professeure de science politique Camille Froidevaux-Metterie.

    Camille Froidevaux-Metterie est venue au féminisme par la maternité, percutée par la difficulté à gérer sa vie familiale avec un premier enfant et son poste à l’université. Depuis, elle a écrit plusieurs ouvrages sur le sujet et se définit comme une philosophe féministe. Elle est professeure de science politique et chargée de la mission égalité-diversité à l’université de Reims Champagne-Ardenne.

    L’année 2019 a vu l’installation du mot « féminicide » dans les médias et sur la place publique. Comment s’inscrit-il dans l’histoire des idées féministes ?

    C’est la suite logique du mouvement #metoo, lequel s’inscrit lui-même dans une dynamique un peu antérieure que j’ai appelée la bataille de l’intime.

    Au début des années 2010, on observe la reviviscence d’un certain nombre de combats reliés entre eux par le fil rouge de l’intime. Que ce soit autour de la question des règles, de l’exploration des organes génitaux et du plaisir, ou sur le terrain des violences faites aux femmes, on assiste à une intense réactivation des questions corporelles qui indique que le féminisme vit là son « tournant génital » [pffff, ndc] .

    #metoo n’a pas été une explosion isolée dans le ciel féministe, c’est une expression parmi d’autres de ce retour aux fondamentaux rendue possible par une nouvelle génération de féministes. Dans la période fondatrice des années 1970, le corps des femmes comme lieu par excellence de la domination masculine est au cœur de tous les combats, la bataille de la procréation débouchant sur la conquête des droits contraceptifs. Mais il est ensuite recouvert par d’autres causes.

    Lesquelles ?

    Dans les années 1980, les femmes investissent massivement le monde professionnel, elles engagent alors la bataille du travail, celle de l’égalité salariale et du plafond de verre. La féminisation de la société ébranle son socle patriarcal et débouche, dans les années 1990, sur la bataille de la famille dont on élargit les modalités (pacs et loi sur l’adoption).

    Cela nous conduit aux années 2000, où s’enclenche la bataille du genre, soit la lutte contre l’enfermement des individus dans des rôles genrés. Et puis, à l’orée des années 2010, on s’aperçoit un peu soudainement que le domaine de l’intime était resté hors de la prise féministe. C’est ce que va faire ressortir le scandale des féminicides.

    Le crime conjugal a toujours existé, ça n’est pas un phénomène nouveau. Pourquoi est-il redécouvert, sous ce nouveau nom de « féminicide » ?

    Tout s’est passé comme si les femmes avaient dû payer leur émancipation sociale du prix de leur aliénation privée. Libres et émancipées dans la société, du moins sur le plan des principes, elles ont dû demeurer des corps « à disposition ».

    La psychanalyste Joan Riviere a développé dans les années 1920 cette idée intéressante selon laquelle les femmes qui s’accomplissent socialement doivent continuer de donner aux hommes le gage qu’elles sont toujours bien des femmes.

    C’est la « féminité-mascarade » par laquelle une femme dissimule derrière les critères de la féminité accomplie la position masculine qu’elle a pu conquérir dans le monde du travail. Les féminicides constituent en quelque sorte le paroxysme de cette logique par laquelle les hommes dénient aux femmes la liberté conquise.

    Il y a souvent cette formule dans les manifestations : « le silence tue ». Quel est le rôle de la honte dans la survenue d’un féminicide ?

    La philosophe américaine Sandra Lee Bartky a théorisé le fait que la honte était structurellement féminine. Elle la définit comme un sentiment permanent d’inadéquation par lequel les femmes se sentent imparfaites, inférieures ou diminuées, ce qui permet aux mécanismes de la domination masculine de perdurer.

    Par de nombreux vecteurs de socialisation, les filles intériorisent un ensemble d’attitudes et d’opinions négatives vis-à-vis d’elles-mêmes. J’ai par exemple pu observer dans mon enquête sur les seins des femmes comment les adolescentes étaient très tôt insatisfaites de leur apparence.

    La honte devient ainsi un véritable mode d’être-au-monde féminin qui fait le lit de la violence conjugale et des féminicides. On connaît bien ce phénomène de l’inversion de culpabilité : les femmes battues pensent que c’est de leur faute, elles n’ont pas bien préparé le repas ou elles n’étaient pas habillées comme il fallait. Ayant intériorisé la norme de leur infériorité, elles se rendent responsables de la violence qu’elles subissent selon une logique aberrante mais difficile à ébranler.

    Pourquoi ces hommes utilisent-ils la violence conjugale ? Pourquoi mettent-ils en place un contrôle sur leurs compagnes ?

    On peut considérer la violence conjugale comme une tentative pour récupérer par la force quelque chose que l’on ne possède pas. L’homme violent s’efforce d’imposer sa volonté en annihilant celle de sa compagne. Mais il s’aperçoit que, s’il tient sa chair, il ne peut jamais tenir ni sa subjectivité ni sa liberté, il sait que cela lui échappera toujours. D’où une spirale de violence qui peut aller jusqu’au meurtre. Cette entreprise de contrôle absolu témoigne d’une impossibilité à reconnaître l’altérité et l’humanité même de l’autre. Ce que cela révèle, c’est la dimension systémique du patriarcat.

    Les violences familiales sont des violences héritées, elles s’inscrivent dans la longue histoire de la hiérarchie sexuée du monde. Depuis les origines antiques, les femmes ont été définies au regard de leur fonction procréatrice et assignées pour cela au foyer. Ce schéma a survécu au tournant de la modernité politique. Chez Rousseau, par exemple, la famille patriarcale est la condition de la société démocratique.

    C’est ce socle traditionnel qui a été ébranlé dans les années 1970, quand les féministes se sont battues pour démontrer que la sphère domestique était le lieu originel de la domination masculine, entreprenant de débarrasser les femmes de la conjugalité et de la maternité obligatoires pour qu’elles deviennent enfin des sujets de droits.

    « C’était sa chose » : de nombreux proches de victimes ont utilisé cette expression pour décrire la relation conjugale à l’œuvre avant le féminicide, qu’en pensez-vous ?

    Dans ces couples, la femme est au summum de sa condition objectivée, un objet appropriable et possédé. Or un objet, on le transforme, on le façonne, c’est malléable : on peut repeindre une chaise comme on peut la casser.

    Les victimes meurent sous les coups pour avoir été réduites à la condition de corps « à disposition ». C’est le propre des féminicides que de réactiver la définition fonctionnaliste qui fait des femmes des corps sexuels, maternels et domestiques, toujours au service des hommes.

    L’ONU englobe dans les « atteintes faites aux femmes » les féminicides, les crimes d’honneur ou les viols de guerre. Quel est votre regard sur cette analogie ?

    L’analogie fonctionne car tous ces crimes sont motivés par des ressorts patriarcaux profonds, ils renvoient à la même représentation de l’infériorité et de la soumission des femmes. La permanence de la hiérarchie sexuée au sein de nos sociétés prétendument égalitaires est scandaleuse. Elle nous rappelle douloureusement que la logique patriarcale la plus pure se loge au cœur de l’intime.

    Que pensez-vous de l’idée selon laquelle les violents conjugaux établissent ce que l’on pourrait qualifier de « dictature domestique » au sein du foyer ?

    En science politique, il existe des critères pour mesurer le glissement d’une démocratie vers un régime autoritaire. Le premier d’entre eux, c’est l’atteinte à la liberté d’expression, parce qu’elle signale une volonté dictatoriale de restreindre la pluralité des opinions. Dans ces couples, le violent conjugal se comporte comme un leader autoritaire : il punit par la violence la parole critique, voire toute parole.

    Au sein d’un couple préféminicide, comme dans une dictature, il n’y a pas de véritable relation, la domination fonctionne à sens unique, elle est arbitraire. A contrario, dans une démocratie, le lien entre dirigeants et citoyens est circulaire, c’est un lien où le vote et l’obéissance volontaire légitiment les détenteurs du pouvoir.

    Le féminicide n’est plus intime, il est devenu un phénomène sociétal. Pourrait-il même être un fait politique ?

    Oui, car le féminicide marque le déni fait aux femmes de leur statut de sujet de droits et remet en cause les soubassements mêmes de notre démocratie. Ces meurtres font abstraction de la rupture féministe qui a permis aux femmes de devenir libres et égales. Ils sont moyenâgeux au sens propre du terme : ils manifestent la rémanence de la condition patriarcale qui fait des femmes des corps à disposition.

    Il y a environ 150 femmes tuées par an, mais il suffirait de trois voire d’une seule pour que cela soit un scandale. Aussi longtemps que des femmes mourront parce qu’elles sont des femmes, on restera dans le mirage de l’égalité. La démocratie garantit la protection vis-à-vis de l’arbitraire ; dès lors que celui-ci menace quelques-uns de ses membres, c’est tout l’édifice et le sens même de la vie démocratique qui sont menacés.

    Pourquoi certains hommes ont-ils du mal à s’approprier le sujet des féminicides ?

    C’est très compliqué pour eux. Je travaille à la réalisation d’un documentaire qui tente de saisir ce que le féminisme a fait aux hommes depuis 1970. Pour les cinq générations d’hommes que nous rencontrons, cela implique de se poser la question de savoir s’ils ont été irrespectueux, dominants ou violents envers les femmes au cours de leur vie.

    Les réactions sont typiques, on les voit à l’image se tortiller sur leur siège, gigoter, être gênés. Je crois que c’est difficile pour un homme de penser ses privilèges hérités et de renoncer aux bénéfices de la domination. Il n’a en fait aucun intérêt à cela, il a même tout à y perdre. Fort heureusement, certains l’acceptent et contribuent à faire avancer l’égalité.

    Que disent les féminicides de notre vision de l’amour ?

    Ils disent ce que l’amour n’est pas : il n’est pas la possession, il n’est pas la propriété. Le couple repose sur un accord consenti entre deux personnes libres, accord qui peut être rompu par l’une des deux parties dès qu’elle le souhaite. L’amour n’est ni un acquis ni une certitude, c’est un espace dans lequel il faut accepter de douter et d’être fragilisé.

    Le violent conjugal ne parvient pas à penser l’amour en dehors de la prise, il veut contrôler la volonté de l’autre. Mais les sentiments ne sont pas appropriables, on ne peut pas obliger quelqu’un à vous aimer.

    #féminicides #patriarcat #intime

  • What a World Without Cops Would Look Like – Mother Jones
    https://www.motherjones.com/crime-justice/2020/06/police-abolition-george-floyd

    Efforts to cut off funding for police have already taken root in Minneapolis, where the police department’s budget currently totals $193 million. (In 2017, the department received 36 percent of the city’s general fund expenditures.) Two days after Floyd’s killing, the president of the University of Minnesota declared that that the campus would no longer contract with the police department to provide security for large gatherings like football games. On Friday, a member of the Minneapolis Board of Education announced a resolution to end the school district’s contract to station 14 cops in its schools. And community groups such as the Black Visions Collective and Reclaim the Block are petitioning the city council to cut the police department’s budget by $45 million and reinvest the money in health and (non-police) safety programs.

    With other campaigns to cut police budgets underway in cities like Los Angeles and New York and calls to defund the police gathering steam on social media, I spoke with Brooklyn College sociology professor Alex Vitale, the coordinator of the Policing & Social Justice Project and author of The End of Policing, to talk about the sweeping vision of police abolition and what it means in practice.

    #abolir_la_police #police #justice #justice_réparative #USA

    • Minneapolis council member: Conversations underway to disband police
      https://www.thedenverchannel.com/news/america-in-crisis/minneapolis-council-member-conversations-underway-to-disband-polic

      "The department is ungovernable,” Fletcher said. “Chief (Medaria) Arradondo is a leader that we’ve all had very high hopes in and that I imagined could play a role in envisioning the next version of public safety. But he has clearly not been able to make the culture change happen that we were hoping for and investing in.”

      What it would take to disband the department is unclear. But what is clear is that the department is already seeing a reduced role in the protection of the city.

      On Wednesday, the Minneapolis Park Board voted to terminate its relationship with the department, and the Minneapolis Police will no longer be involved in guarding events on park property.

      Fletcher said in a Twitter post that it’s time to “declare policing as we know it a thing of the past.”

      Minneapolis City Council members look to disband the police department as schools and other city agencies cut ties with police
      https://www.msn.com/en-au/news/world/minneapolis-city-council-members-look-to-disband-the-police-department-as-schools-and-other-city-agencies-cut-ties-with-police/ar-BB152szZ
      https://img-s-msn-com.akamaized.net/tenant/amp/entityid/BB152eBW.img?h=630&w=1200&m=6&q=60&o=t&l=f&f=jpg

      Several members of the Minneapolis City Council are exploring ways to permanently disband the Minneapolis Police Department.
      Over the past week, several other city agencies have severed their ties to the department.
      “We can send a city response that makes situations better. We can resolve confusion over a $US20 grocery transaction without drawing a weapon, or pulling out handcuffs,” Councilmember Steve Fletcher said.

      Mais pas de grosse presse sur ça...

    • Six Ideas for a Cop-Free World - Rolling Stone
      https://www.rollingstone.com/politics/politics-news/police-brutality-cop-free-world-protest-199465

      Editor’s note: This story was originally published on December 16th, 2014, following the deaths of Michael Brown and Eric Garner, black men who were killed by police. In recent days, in the wake of nationwide protests demanding justice for George Floyd, we are sharing some of our previous coverage about how to end systematic racism in America.

      After months of escalating protests and grassroots organizing in response to the police killings of Michael Brown and Eric Garner, police reformers have issued many demands. The moderates in this debate typically qualify their rhetoric with “We all know we need police, but…” It’s a familiar refrain to those of us who’ve spent years in the streets and the barrios organizing around police violence, only to be confronted by officers who snarl, “But who’ll help you if you get robbed?” We can put a man on the moon, but we’re still lacking creativity down here on Earth.

      But police are not a permanent fixture in society. While law enforcers have existed in one form or another for centuries, the modern police have their roots in the relatively recent rise of modern property relations 200 years ago, and the “disorderly conduct” of the urban poor. Like every structure we’ve known all our lives, it seems that the policing paradigm is inescapable and everlasting, and the only thing keeping us from the precipice of a dystopic Wild West scenario. It’s not.

    • I’m a Minneapolis City Council Member. We Must Disband the Police—Here’s What Could Come Next | Time
      https://time.com/5848705/disband-and-replace-minneapolis-police

      I have been surprised, then, by how difficult and controversial it has been to pass the relatively small budget changes that we have made, which have not even cut their budget but merely redirected some proposed increases to fund a new Office of Violence Prevention. Other programmatic proposals to change the way we police have been met with stiff institutional resistance.

      Minneapolis Police had an opportunity to distance themselves from Derek Chauvin, to express sympathy, to be a calming presence. Instead, they deployed tear gas and rubber bullets, effectively escalating the situation from protest to pitched conflict. By the next day, it was clear that people on Lake Street were rallying for much more than the prosecution of four officers. They were demonstrating their anger at decades of harassment and racialized violence and calling for it to end.

      We have a talented, thoughtful police chief who has attempted some important steps. He has fired officers for significant abuses only to have his decisions overturned and those officers reinstated by arbitrators. Mayor Frey has met fierce resistance from the Federation to implement even minor policy changes.

      After viewing George Floyd’s murder, watching police not only fail to apologize, but escalate the situation with aggressive tactics, and finally watching the department abandon neighborhood businesses to exclusively defend their precinct building, most of my constituents have had enough.

      Every member of the Minneapolis City Council has now expressed the need for dramatic structural change. I am one of many on the Council, including the Council President and the Chair of Public Safety, who are publicly supporting the call to disband our police department and start fresh with a community-oriented, non-violent public safety and outreach capacity. What I hear from most of my constituents is that they want to make sure we provide for public safety, and they have learned their whole lives to equate “safety” with “police,” but are now concluding that need not be the case.

      We had already pushed for pilot programs to dispatch county mental health professionals to mental health calls, and fire department EMTs to opioid overdose calls, without police officers. We have similarly experimented with unarmed, community-oriented street teams on weekend nights downtown to focus on de-escalation. We could similarly turn traffic enforcement over to cameras and, potentially, our parking enforcement staff, rather than our police department.

      By Steve Fletcher
      June 5, 2020 9:57 AM EDT
      Fletcher is a City Council Member for Ward 3 in Minneapolis, Minn.

      We can invest in cultural competency and mental health training, de-escalation and conflict resolution. We can send a city response that that is appropriate to each situation and makes it better. We can resolve confusion over a $20 grocery transaction without drawing a weapon or pulling out handcuffs.

      Mostly—and this might be the hardest part to envision and make real—we need to be more deeply engaged with each other. We need to build the relationship networks, skills, and capacity in our communities to support each other in resolving conflicts and keeping each other safe before things escalate dangerously. Our isolation from each other has required us to outsource the management of social interactions. We have to get relational.

    • Opinion | The Police Killed George Floyd. Redirect Their Funding Elsewhere. - The New York Times
      https://www.nytimes.com/2020/05/30/opinion/george-floyd-police-funding.html

      The only way we’re going to stop these endless cycles of police violence is by creating alternatives to policing. Because even in a pandemic where black people have been disproportionately killed by the coronavirus, the police are still murdering us.

      On Monday, a worker at a store in Minneapolis called 911, claiming that George Floyd had used counterfeit money. The incident ended with a police officer suffocating Mr. Floyd to death, despite his and bystanders’ pleas for mercy. Protests have since erupted across the country while the police respond with military-style violence.

      As the case of George Floyd makes clear, calling 911 for even the slightest thing can be a death sentence for black people. For many marginalized communities, 911 is not a viable option because the police often make crises worse.

      More training or diversity among police officers won’t end police brutality, nor will firing and charging individual officers. Look at the Minneapolis Police Department, which is held up as a model of progressive police reform. The department offers procedural justice as well as trainings for implicit bias, mindfulness and de-escalation. It embraces community policing and officer diversity, bans “warrior style” policing, uses body cameras, implemented an early intervention system to identify problematic officers, receives training around mental health crisis intervention, and practices “reconciliation” efforts in communities of color.

      George Floyd was still murdered. The focus on training, diversity and technology like body cameras shifts focus away from the root cause of police violence and instead gives the police more power and resources. The problem is that the entire criminal justice system gives police officers the power and opportunity to systematically harass and kill with impunity.

      The solution to ending police violence and cultivating a safer country lies in reducing the power of the police and their contact with the public.

      Municipalities can begin by changing policies or statutes so police officers never respond to certain kinds of emergencies, including ones that involve substance abuse, domestic violence, homelessness or mental health. Instead, health care workers or emergency response teams would handle these incidents.

      Ideally, people would have the option to call a different number — say 727 — to access various trained response teams.

      The good news is, this is already happening. Violence interruption programs exist throughout the country and they’re often led by people from the community who have experience navigating tricky situations. Some programs, like one in Washington, D.C., do not work with the police; its staff members rely instead on personal outreach and social connections for information about violence that they work to mediate and diffuse. We should invest in these programs, which operate on shoestring budgets, so they have their own dedicated dispatch centers outside of 911.

      Dallas is pioneering a new approach where social workers are being dispatched to some 911 calls that involve mental health emergencies. The program has shown success, and many of the people receive care that they would never have gotten in jails or overcrowded hospitals.

      In California, the Bay Area Transformative Justice Collective deals with child sexual abuse without the police. The collective develops pods — groups of people including survivors, bystanders or people who have harmed in the past — that each pod-member feels they can turn to for support when needed.

      Here’s another idea: Imagine if the money used to pay the salaries of police officers who endlessly patrol public housing buildings and harass residents can be used to fund plans that residents design to keep themselves safe. The money could also pay the salaries of maintenance and custodial workers; fund community programs, employment and a universal basic income; or pay for upgrades to elevators and apartment units so residents are not stuck without gas during a pandemic, as some people in Brooklyn were.

      https://batjc.wordpress.com

      By Philip V. McHarris and Thenjiwe McHarris

      Mr. McHarris is a doctoral candidate focusing on race, housing and policing. Ms. McHarris is a strategist with the Movement for Black Lives.

    • Black Lives Matter Has Been Doing The Work To ’Defund The Police’ For Years
      https://www.msn.com/en-us/news/us/black-lives-matter-has-been-doing-the-work-to-defund-the-police-for-years/ar-BB156D9S
      https://img-s-msn-com.akamaized.net/tenant/amp/entityid/BB156BjH.img?h=630&w=1200&m=6&q=60&o=t&l=f&f=jpg&x=3157&y=7

      Los Angeles’ BLM chapter and its partners proposed an alternative “People’s Budget,” which showed how redirecting money allocated for LAPD could pay for desperately needed housing assistance, rent suspension, mental health services and support for public schools. The activists succeeded in embarrassing City Council members into delaying a vote on the budget and ultimately allowing a June 1 deadline to pass without revising the budget.

      Despite its progressive reputation, Los Angeles has lagged behind the rest of the state in criminal justice reform. L.A. County jails incarcerate more people than any other jail system in the country.Black Lives Matter activists have been at the forefront of efforts to change that.

      Although Black Lives Matter does not endorse candidates, it has led the effort to oust Lacey, who has opposed almost every criminal justice reform measure that has come up during her eight years in office. Lacey, the county’s first Black district attorney, ran for reelection in 2016 unopposed but is facing a progressive challenger in November after failing to secure more than 50% of the vote in the primary.

      Thanks to BLM organizing, L.A. residents will also have the chance to vote on Measure R, a civilian-driven ballot initiative that aims to reduce the county’s jail population by getting prisoners with mental health conditions out of jail and into treatment. Organizers collected 250,000 signatures to get Measure R on the ballot.

    • What does ’defund the police’ mean? The rallying cry sweeping the US – explained | US news | The Guardian
      https://www.theguardian.com/us-news/2020/jun/05/defunding-the-police-us-what-does-it-mean?ref=hvper.com
      https://i.guim.co.uk/img/media/8fd0ed9636b86ed15b807511f42695dda676873d/0_135_3219_1931/master/3219.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

      For years, community groups have advocated for defunding law enforcement – taking money away from police and prisons – and reinvesting those funds in services. The basic principle is that government budgets and “public safety” spending should prioritize housing, employment, community health, education and other vital programs, instead of police officers. Advocates argue that defunding is the best way forward since attempts to reform police practices over the last five years have failed, as evidenced by the brutal killing of George Floyd. Groups have a range of demands, with some seeking modest reductions and others viewing full defunding as a step toward abolishing contemporary police services.
      How much does America currently spend on police?

      In the past four decades, the cost of policing in the US has tripled and is now $115bn, according to a recent analysis. That steady increase comes as crime has been consistently declining. In most cities, spending on police is significantly greater than spending on services and other departments ($1.8bn on police in Los Angeles, for example, which is more than half the city’s general fund). The Covid-19 economic crisis has led cities and states to make drastic budget cuts to education, youth programs, arts and culture, parks, libraries, housing services and more. But police budgets have grown or gone largely untouched – until pressure from protests this week.

    • Abolishing Prisons Is within Our Grasp | Bitch Media
      https://www.bitchmedia.org/article/prison-abolition-should-be-the-american-dream

      The United States incarcerates more people than any other country, with 2.2 million adults in prisons or jails at the end of 2016. Nearly 60,000 children under the age of 18 are also incarcerated in juvenile jails or prisons, and about 10,000 more children are held in adult jails or prisons. Citizens pay the high price for this system because our tax dollars are funneled into policing and incarcerating the people in these systems—predominantly Black and Brown people. This is by design. Slavery legally ended in 1865 with the passage of the Thirteenth Amendment, but the language of this amendment still allowed slavery as punishment for a crime. The carceral system revived slave labor, allowing the United States to continue disenfranchising and enslaving incarcerated Black people. Now almost every aspect of Black and Brown people’s lives is affected by the carceral state—from extra surveillance and imprisonment to disenfranchisement upon release. The entire system is built to maintain white supremacy, which remains the status quo in the United States.

      “It might be challenging to envision a world without policing or imprisonment because we’re constantly being told that these systems are natural [they’re not] and have always existed [they haven’t],” says Mohamed Shehk, the national media and communications director of Critical Resistance. Though some Americans have difficulties imagining a world without police or prisons, communities who don’t rely on the PIC do exist. Shehk says the Palestinian village where his mother grew up doesn’t have a police force. Problems there are resolved by “bringing in the elders of the community to come up with a resolution.” In 2011, the indigenous Purépecha town of Cherán banned political parties, gangs, and police. Since then, they boast the lowest murder rate in the entire Michoacán region, which is historically one of the most violent regions in Mexico. What’s more, since Cherán abolished the corrupt police force, they haven’t had a single kidnapping.

      “Policing exists to manage the consequences of inequality in ways that benefit those people who are creating the inequality,” says Alex S. Vitale, a sociology professor at Brooklyn College and author of the 2017 book The End of Policing. “The decision to use police to manage the problems of the poor is inherently unjust in most circumstances and actually racist because this burden so falls most heavily on communities of color.” Many wealthy white communities have already abolished police forces because they don’t want the criminal justice system solving their intercommunal problems. Why is this option not available to all of us?

      Abolitionists are often asked to explain what will happen to people who commit murder or rape if police and prisons are abolished. Shehk responds with a similar question: “What are we doing now with people who commit those harms?” Some of the high-profile assault stories that surfaced during the #MeToo movement, including Chanel Miller’s rape at the hands of Brock Turner and Dr. Christine Blasey Ford’s testimony of her assault by Brett Kavanaugh, revealed that survivors of sexual harassment and assault aren’t being protected by this system. Instead, the criminal justice system protects and maintains agents of the patriarchy, including students like Turner, police officers, lawyers, Supreme Court justices, and presidents.

      Since the United States locks people up at a higher rate than any other country, you’d assume this “would be the safest place, virtually free of harm or violence,” Shehk says, but that’s obviously not the case. The president of the United States and two Supreme Court justices have been accused of sexual harassment or sexual assault on multiple occasions. Less than 1 percent of rapes result in the incarceration of the perpetrator, while at least 89 percent of survivors face emotional and physical consequences. Often the rapes reported to police aren’t even investigated, considering the 200,000 rape kits the federal government estimates are sitting—submitted, yet unopened—in police storage. That’s not justice.

      ActivismMagazinePoliticsprisonThe Fantasy Issue
      Beyond BarsPrison Abolition Should Be the American Dream
      by Reina Sultan |

      artwork by Matice Moore and Dawud Lee
      Published on June 4, 2020

      I do not have all the answers, left. I try to have conversations about every subject we must deal with in our communities, center. Someone you love needs your support, but you cannot be there, no matter how much they need you, right. (Artwork by Matice Moore and Dawud Lee for the LifeLines Project)
      This article was published in Fantasy Issue #87 | Summer 2020 Subscribe »

      In her 2003 book, Are Prisons Obsolete?, scholar and activist Angela Y. Davis wrote, “Prison abolitionists are dismissed as utopians and idealists whose ideas are at best unrealistic and impracticable, and, at worst, mystifying and foolish.” Those who oppose prison-industrial complex (PIC) abolition partially see it as a fantasy that can’t be realized. “This is a measure of how difficult it is to envision a social order that does not rely on the threat of sequestering people in dreadful places designed to separate them from their communities and families. The prison is considered so ‘natural’ that it is extremely hard to imagine life without it,” Davis writes.

      But activists and organizations have been imagining life without prisons for decades. The Prison Research/Education/Action Project’s 1976 pamphlet “Instead of Prisons: A Handbook for Abolitionists” laid out the pillars of abolition: “moratorium,” “decarceration,” and “excarceration.” “Moratorium” calls for an end to the building of prisons, jails, and detention centers; “decarceration” works to have nonviolent offenders released from prison; and “excarceration” involves diverting people away from interacting with law enforcement through decriminalization. In 1997, Davis and City University of New York professor Ruth Wilson Gilmore cofounded Critical Resistance, an international organization that aims to dismantle the pic by using these three pillars. A year later, 3,500 people convened for a three-day Critical Resistance conference to discuss the limitations of the PIC in the United States.

      Other organizations with similar goals have also been erected: Decrim NY wants to decriminalize sex work in New York City and in the state and decarcerate sex workers. The Black Youth Project 100 uses a Black, queer, and feminist lens to work toward the liberation of all Black people, including those who are currently incarcerated. No New Jails NYC calls for an end to the building and funding of new prisons and jails in New York City. All of these organizations are working toward a common goal: ending the pic.
      Justice Is Not Served

      The United States incarcerates more people than any other country, with 2.2 million adults in prisons or jails at the end of 2016. Nearly 60,000 children under the age of 18 are also incarcerated in juvenile jails or prisons, and about 10,000 more children are held in adult jails or prisons. Citizens pay the high price for this system because our tax dollars are funneled into policing and incarcerating the people in these systems—predominantly Black and Brown people. This is by design. Slavery legally ended in 1865 with the passage of the Thirteenth Amendment, but the language of this amendment still allowed slavery as punishment for a crime. The carceral system revived slave labor, allowing the United States to continue disenfranchising and enslaving incarcerated Black people. Now almost every aspect of Black and Brown people’s lives is affected by the carceral state—from extra surveillance and imprisonment to disenfranchisement upon release. The entire system is built to maintain white supremacy, which remains the status quo in the United States.

      “It might be challenging to envision a world without policing or imprisonment because we’re constantly being told that these systems are natural [they’re not] and have always existed [they haven’t],” says Mohamed Shehk, the national media and communications director of Critical Resistance. Though some Americans have difficulties imagining a world without police or prisons, communities who don’t rely on the PIC do exist. Shehk says the Palestinian village where his mother grew up doesn’t have a police force. Problems there are resolved by “bringing in the elders of the community to come up with a resolution.” In 2011, the indigenous Purépecha town of Cherán banned political parties, gangs, and police. Since then, they boast the lowest murder rate in the entire Michoacán region, which is historically one of the most violent regions in Mexico. What’s more, since Cherán abolished the corrupt police force, they haven’t had a single kidnapping.
      Doctor Climax

      From Our Sponsors

      Some communities within the United States are also accustomed to policing themselves. Shehk says it’s “important to remember that many communities don’t call the cops because of rightful mistrust.” He also points out that “you can also visit Beverly Hills or the Golden Triangle or the other elite, wealthy, white neighborhoods of this country to see what a community without police or prisons looks like.” When a student at an elite private school in Orange County, California, is found with weed in their backpack, teachers don’t call the police—and there isn’t an active police presence within the school itself. Instead, teachers call the student’s parents, believing it’s an issue that can be solved within the family. Black and Brown students, on the other hand, are funneled from school into the criminal justice system in what is commonly known as the school-to-prison pipeline. These students are increasingly accused of crimes, suspended, or reported to the police compared to their white counterparts, which often creates a lasting connection with the carceral state.

      Reducing interaction with law enforcement would allow students the space to make mistakes and learn from them, and would encourage teachers to build better relationships with parents. It also moves resources away from metal detectors, surveillance equipment, and onsite police and toward quality educators, better school supplies, and extracurricular activities. “Policing exists to manage the consequences of inequality in ways that benefit those people who are creating the inequality,” says Alex S. Vitale, a sociology professor at Brooklyn College and author of the 2017 book The End of Policing. “The decision to use police to manage the problems of the poor is inherently unjust in most circumstances and actually racist because this burden so falls most heavily on communities of color.” Many wealthy white communities have already abolished police forces because they don’t want the criminal justice system solving their intercommunal problems. Why is this option not available to all of us?
      What Does Abolition Look Like?

      Abolitionists are often asked to explain what will happen to people who commit murder or rape if police and prisons are abolished. Shehk responds with a similar question: “What are we doing now with people who commit those harms?” Some of the high-profile assault stories that surfaced during the #MeToo movement, including Chanel Miller’s rape at the hands of Brock Turner and Dr. Christine Blasey Ford’s testimony of her assault by Brett Kavanaugh, revealed that survivors of sexual harassment and assault aren’t being protected by this system. Instead, the criminal justice system protects and maintains agents of the patriarchy, including students like Turner, police officers, lawyers, Supreme Court justices, and presidents.

      Since the United States locks people up at a higher rate than any other country, you’d assume this “would be the safest place, virtually free of harm or violence,” Shehk says, but that’s obviously not the case. The president of the United States and two Supreme Court justices have been accused of sexual harassment or sexual assault on multiple occasions. Less than 1 percent of rapes result in the incarceration of the perpetrator, while at least 89 percent of survivors face emotional and physical consequences. Often the rapes reported to police aren’t even investigated, considering the 200,000 rape kits the federal government estimates are sitting—submitted, yet unopened—in police storage. That’s not justice.

      Get Bitch Media’s top 9 reads of the week delivered to your inbox every Saturday morning! Sign up for the Weekly Reader:
      Email *

      Murder clearance rates aren’t much better, with police reportedly solving only about 60 percent of murders. When the victim is Black—as the majority of homicide victims are—the clearance rate declines to the lowest of any other racial group. In communities that are particularly disenfranchised, those rates can be in the single digits. These figures don’t instill much faith in law enforcement’s efficacy.

      As Vitale puts it, “serial killers don’t just fall out of the sky.” According to him, treating criminalization as the only option for deterrence is one of the reasons nothing is done to help children or teenagers who, despite the threat of prison, still exhibit violent tendencies. That violence might be prevented through robust social services, mental healthcare, and support systems. Shehk also lists “restorative and transformative justice practices, healing circles, or community accountability models” as examples of nonpunitive ways of addressing harm. “Rather than trying to cage away the problem, one key part of these models is an attempt to address the root cause of the harm and to change the conditions in which it occurred so that it doesn’t happen again,” he says. “Many of these are informed by Indigenous practices, and all of them seek to uplift the humanity of the parties involved.”

      Mass incarceration costs $182 billion a year, when considering policing, court costs, and the operating costs of prisons and jails—and it doesn’t even effectively deter crime, achieve justice for victims, or rehabilitate perpetrators. Rather than funneling money into the PIC, the United States could fund an education system that invests in mental-health services instead of policing and surveillance. We could use those billions of dollars to finance living accommodations for houseless people and provide them with mental healthcare and drug rehabilitation as needed. This money could be used to train crisis intervention teams or violence interrupters to deal with escalated situations.

      The possibilities are endless, if we allow ourselves to dream bigger than criminalization and bondage. “Being an abolitionist is the most realistic position because it is based in statistics and logic along with empathy and respect for human dignity,” says Agbebiyi. To Daoud, “over-policing creates a system of engineered conflict and perpetuates harm. As such, she—and others at BBO—believes that abolishing prisons must be coupled with radically caring for your community in many forms, including cop-watching and bystander intervention. The dream of abolition is being realized every day by people working for a more equitable world. “If you’re doing work to advocate for a living wage, that’s abolitionist work. If you’re doing work to advocate against environmental racism, that’s abolitionist work. If you’re working to make sure folks have access to affordable healthcare, that’s abolitionist work,” Agbebiyi says. Moving abolition from a fantasy to a reality is going to happen incrementally, but we can certainly make it happen. Vitale confirms this, saying, “Abolition is embedded in tons of movements all over the country and it’s happening right now.”

      by Reina Sultan
      #abolitionnisme_carcéral #prison

    • Majority of the Minneapolis City Council pledges to dismantle the Police Department.
      https://seenthis.net/messages/859237

      Nine members — a veto-proof majority — of the Minneapolis City Council pledged on Sunday to dismantle the city’s Police Department, promising to create a new system of public safety in a city where law enforcement has long been accused of racism.

      Saying that the city’s current policing system could not be reformed, the council members stood before hundreds of people gathered late in the day on a grassy hill, and signed a pledge to begin the process of taking apart the Police Department as it now exists.

    • Mpls. Council majority backs dismantling police department - StarTribune.com
      https://www.startribune.com/mpls-council-majority-backs-dismantling-police-department/571088302


      Alondra Cano was one of nine Minneapolis Council members who spoke out in support of advocacy group Black Visions, which is calling for the end of the Minneapolis Police Department.
      JERRY HOLT – STAR TRIBUNE

      In their boldest statement since George Floyd’s killing, nine Minneapolis City Council members told a crowd Sunday that they will “begin the process of ending the Minneapolis Police Department.

      We recognize that we don’t have all the answers about what a police-free future looks like, but our community does,” they said, reading off a prepared statement. “We’re committed to engaging with every willing community member in the City of Minneapolis over the next year to identify what safety looks like for you.

      Their words — delivered one day after Mayor Jacob Frey told a crowd of protesters he does not support the full abolishment of the MPD — set off what is likely to be a long, complicated debate about the future of the state’s largest police force.

      With the world watching, and the city’s leaders up for re-election next year, the stakes are particularly high. While Minneapolis has debated the issue in the past, Floyd’s death at the hands of Minneapolis police has added a sense of urgency, and the calls for police departments to be disbanded have echoed in other cities around the country.

      Council members have noted repeatedly since Floyd’s death that Minneapolis has the chance to redefine policing. On a sunny Sunday afternoon, nine of them walked onto a stage at Powderhorn Park to support members of advocacy group Black Visions, who were calling for the end of the MPD. On stage were Council President Lisa Bender, Vice President Andrea Jenkins and Council Members Alondra Cano, Phillippe Cunningham, Jeremiah Ellison, Steve Fletcher, Cam Gordon, Andrew Johnson and Jeremy Schroeder.

      Decades of police reform efforts have proved that the Minneapolis Police Department cannot be reformed and will never be accountable for its actions,” they said. “We are here today to begin the process of ending the Minneapolis Police Department and creating a new, transformative model for cultivating safety in Minneapolis.

      #démantèlement de la #police_municipale


      Gallery: A new sculpture was erected on Chicago Avenue S. just north of E. 38th Street, the site where George Floyd was was asphyxiated in Minneapolis police custody
      JEFF WHEELER – STAR TRIBUNE.


      Visitors to the intersection where George Floyd was killed in Minneapolis were continuously leaving fresh flowers on the names of other victims of police violence on Sunday, June 7.
      JEFF WHEELER – STAR TRIBUNE_

    • The End of Policing: Alex Vitale on How Cops & Their Unions Cover Up Inequality, Exploitation | Democracy Now!
      https://www.democracynow.org/2020/6/8/alex_vitale_end_of_policing#transcript

      Professor Alex Vitale argues the answer to police violence is not “reform.” It’s defunding. The author of “The End of Policing” says the movement to defund the police is part of “a long story about the use of police and prisons to manage problems of inequality and exploitation.” He asks, “Why are we using police to paper over problems of economic exploitation?” He also discusses the role of police unions. “They become, in many cities, the locus, the institutional hub, for a whole set of right-wing ’thin blue line’ politics that believe that policing is not only effective but it’s the most desirable way to solve our problems. And embedded in this is a deep racism that says that certain populations can only be managed through constant threats of coercion.”

    • Minneapolis City Council Vows to Dismantle Police Dept. After Mass Protests & Grassroots Organizing | Democracy Now!
      https://www.democracynow.org/2020/6/8/minneapolis_police_abolition#transcript

      The City Council of Minneapolis announced Saturday it would disband and abolish the police department responsible for the killing of African American man George Floyd, following nearly two weeks of mass protest and growing calls to defund the police.

      In a statement, nine of the city’s 12 councilmembers said, quote, “Decades of police reform efforts have proved that the Minneapolis Police Department cannot be reformed, and will never be accountable for its action. … We recognize that we don’t have all the answers about what a police-free future looks like, but our community does,” they said.

      The historic announcement comes after years of organizing on the ground by groups like Reclaim the Block, Black Visions Collective and MPD150.