• SMart welcomes Michel Bauwens for a 3 year research and development residency | P2P Foundation
    https://blog.p2pfoundation.net/smart-welcomes-michel-bauwens-for-a-3-year-research-and-development-residency/2018/01/18

    Readers of our blog and wiki will have noted various references to the labour mutual SMart. We find this an important movement and mutualistic solution for the autonomous workers that are becoming more and more numerous, but also ever more precarious, in our western societies. SMart membership converts income into wages, and thus into access to social protection, while also guaranteeing the payment of the invoices through a mutual guarantee fund, along with a number of other mutualized support services. Between the figure of the lone competitive entrepreneur who takes all the risks without social protections, and represents the fastest pauperized population sector in the western economy (autopreneurs in France, ZZP in Netherlands), but also as an alternative to work subordination in the classic salariat, we believe SMart represents a very fruitful third way towards collective and cooperative enterprise. Hence we believe that SMart is potentially the new form of solidarity and social power for the form that work is taking in the 21st century, while also being animated with a vision of social change. In short, I believe labour mutuals are the form of self-organization appropriate for 21st workers, which not only fights for just distribution, but also for a more just and sustainable society, in which the commons orientation plays a vital role. The leadership of SMart agrees with this vision.

    Starting last November, I have accepted a consulting association with SMart and the press announcement below explains the strategic priorities of this engagement:

    #Coopératives _emploi #mutuelles #P2P #Michel_Bauwens


  • History and Evolution of the Commons - P2P Foundation
    https://wiki.p2pfoundation.net/History_and_Evolution_of_the_Commons

    Draft by Michel Bauwens, 28/7/2017:

    "Is it possible to historicise the commons, to describe the evolution of the commons over time ?

    This is our first draft and preliminary attempt to do so.

    But we should not forget that knowledge is a representation of material reality, and thus, the emergence of knowledge commons is bound to have an important effect on the modes of production and distribution.

    I would then emit the hypothesis that this is the phase we have reached, i.e. the ‘phygital’ phase in which the we see the increased intertwining of ‘digital’ (i.e. knowledge) and the physical.

    The first location of this inter-twining are the urban commons. I have had the opportunity to spend four months in the belgian city of Ghent, where we identified nearly 500 urban commons in every area of human provisioning (food. Shelter, transportation).

    Our great discovery was that these urban commons function in essentially the same way as the digital commons communities that operate in the context of ‘commons-based peer production’..

    Therefore, current urban and productive commons are also the seed forms of the new system which solves the problems of the current system, which combines a pseudo-abundance in material production which endangers the planet, and an artificial scarcity in knowledge exchange, which hinders the spread of solutions.

    The knowledge commons of cognitive capitalism are but a transition to the productive commons of the post-capitalist era.

    #Communs #Périodisation #Michel_Bauwens


  • Plan de transition vers les communs de la ville de Gand - P2P Foundation France
    http://blogfr.p2pfoundation.net/2017/09/08/plan-de-transition-vers-communs-de-ville-de-gand

    L’objet de ce projet était de documenter l’émergence et la croissance des Communs dans la ville, d’expliquer pourquoi cela se produisait et de déterminer le type de politique publique à même de soutenir les initiatives à base de ‘Communs’, en se basant sur la consultation des citoyens actifs de Gand.

    Les auteurs du rapport sont Michel Bauwens en tant que chercheur et Yurek Onzia en tant que coordinateur du projet.

    Cependant, ces nouveaux communs urbains ne peuvent exister « par eux-mêmes » en tant que projets et entités entièrement autonomes coupés du reste des structures économiques et sociales. Ils doivent nécessairement interagir avec les pouvoir publiques ‘étatiques’ et les marchés commerciaux, afin d’accéder aux ressources dont ils ont besoin.

    Ainsi, ces communs représentent aussi un défi pour les autres institutions :

    Les trois principaux potentiels sont, à notre avis, les suivants :

    – Les biens communs constituent une partie essentielle de la transition écologique : les infrastructures partagées et mutualisées ont une empreinte environnementale nettement plus faible que les systèmes basés sur « l’individualisme possessif », ceci à condition que cela soit mis en place de manière réfléchie et systémique. Un bon contre-exemple illustrant cette condition est la concurrence effrénée entre les conducteurs VTC (le modèle d’Uber) qui s’avère totalement contreproductif et annihile les avantages environnementaux du concept original (l’idée était d’utiliser des places vacantes dans des voitures qui circulaient à vide, pas de créer une flotte de nouvelles voitures ex nihilo). Des réductions substantielles l’empreinte matérielle (et de l’empreinte carbone) sont possibles avec les modèles centrés sur les communs.
    – Les biens communs sont un moyen de réindustrialisation la ville suivant le modèle dit de « cosmo-localisation » qui allie le « penser global » (les techniques et savoirs faire sont partagées globalement) et re-localisation intelligente de la production. Un exemple est la façon dont la ville pourrait rétablir des sources locales et saines pour le repas des cantines des écoles publiques (5 millions de repas par an, sans compter les autres établissements publics qui pourraient adhérer à un tel programme). Une initiative alliant l’approvisionnement auprès des agriculteurs bios urbains / rurban en circuits courts, le transport sans carbone (Gand est plat, ce qui permet l’acheminement a vélo) et la cuisine locale, créerait des centaines d’emplois dans l’économie locale. Socialement, cela signifierait des emplois non seulement pour les cols blancs mais aussi pour les cols bleus qui ont été durement touchés par le modèle de mondialisation néolibéral écologiquement insoutenable.
    – La démocratie représentative est, pour un certain nombre de raisons interconnectées, en crise profonde et face à une crise de confiance. Et le monde de la production est encore presque entièrement non démocratique. A contrario, les communs reposent sur l’autonomie et l’auto-gouvernance des systèmes de production de valeur, et sont donc l’un des rares espaces de vraie démocratie et de participation. Des communs inclusifs et diversifiés pourraient au minimum offrir un complément à la démocratie représentative actuelle, créant ainsi un système de « Démocratie + », renforcé par la participation, délibération et modèles de gouvernance multipartite en coopération avec les initiatives des communs.

    #Gand #Communs #MIchel_Bauwens


  • Michel Bauwens : Contribution to the Great Transition Debate:

    I very much appreciate Al Hammond insights into the new market dynamics of digital capitalism, and on the likely perenniality of the market function within a broader plurality of resource allocation methods.

    One key for me is to distinguish capitalism from markets, and to realize that markets can be transformed. Markets can rule with a market state at their disposition , but market can also serve other more dominant systems of allocation as it did when it was an emergent force under feudalism.

    Today, with the exponential growth of new digital and urban commons, most of which are subsumed under capital but by no means all of them, we have a new opportunity to transform markets so that they can serve the commons.

    Capitalism is, as Kojin Karatani has argued in The Structure of World History, a three-in-one system: capital - state - nation.

    Crucial in this current conjucture, is that the classic strategy of change ’within capitalism’, the famous Polanyan double movement, in which the mobilized people (aka the ’nation’) forced the state to periodically rebalance run-away capitalist logics, seems to no longer function. The most likely reason is that capital has become transnational, and that nation-states simply no longer have the clout and the will to rebalance through inter-state efforts.

    This means that though the system is in deep crisis, it’s alternatives are in a bind too, which is a great opportunity for a more systematic transformation.

    One of the potential strategies is to work with the commoners and their commons-based entrepreneurial coalitions, and to work, from the commons outward, to transform the market forms that depend on the commons. This is crucial , as capitalism in the advanced sectors and places, is moving from commodity-labor forms, to ’netarchical forms’, i.e. the direct exploitation of human cooperation, whether in commons-production or in distributed markets.

    In my last contribution, I mentioned briefly protocol cooperativism. Here is the rationale for it.

    In the last few years , we have seen the emergence of a cooperative/solidarity-based alternative to the netarchical platforms (GAFA), i.e. the platform cooperative movement. Signs of change are the two successfull conferences in NYC, evidence of union-coop funded platforms for nurses and cleaners, and more and more cooperative digital platforms that are listed in the Internet of Ownership directory. I am personally involved in the shift from the cooperative and ESS movement in France, towards a convergence of cooperative and commons forms; and the same evolution is underway in cooperative federations in other countries and Western Europe.

    Platform coops are worker or multi-stakeholder owned and governed platforms, that are at the service of a commons or distributed market based community, in which the platform itself is considered a commons; and the ’cooperative’ legal form is considered to be a management model for such commons.

    But they can easily slip back into competitive cooperativismand become mere collective modalities of capitalism. This is why platform coops need to be ’open coops’, i.e. they must make their contribution to the commons a strategic and legal priority. They must move from a position of capital accumulation, to a position of commons accumulation, and from a position of redistribution, to one of predistribution. The way to do this is by adopting protocol cooperativism.

    This means there should not be 40 different ride-hailing coops competing with the one Uber, each with their own software (there are 13 ordering software packages for ordering food from CSA’s, only in the italian solidarity economy, as Jason Nardi of RIPESS told me once).

    There should be one open source ride-hailing applications, which can be used by all the different open/platform cooperatives.

    Given the fragmentation of the commons economy, who can be the ’agents’ of such transformation, of such ’commonification’ of market dynamics?

    Today, we already have 2 such agents, but we need a third political/institutional one.

    The two first agents which have emerged in the last 15 years are the global open source communities in the world of free software and open design, who have successfully created for-benefit associations (such as the FLOSS Foundations) as ’commons infrastructure organisations’.

    The second agent are the global generative and entre-donneurial coalitions who have created market activities and incomes for the commons sector. This second sector is still very emergent and weak, but is exists and is growing.

    But global transnational civic institiutions, and global post-capitalist ethical market coalitions may not be enough, we may need a transnational political institutions, i.e. the ’state form’ of the commons economy.

    My intuition is that, in a age of increasingly fragmented sovereignty, coalitions of cities may play this role. The exponential rise of urban commons, (I identified 500 projects in a 300k populated city of Ghent, covering all provisioning systems), the rise of ’rebel cities’, ’fearless cities’, climate change coalized cities, commons-oriented progressive coalitions in spanish cities (look at the amazing Impetus Plan for the growth and support of the cooperative, solidarity and commons economy in Barcelona), give me hope that in time, coalitions of cities may emerge who can collective support the infrastructures of protocol cooperativism. In other words, networked cities today are a potential form of transnational governance that may also be an important agent for the commons transition.

    The role of progressive coalitions at the nation-state level, is to support the emergence , consolidation, and trans-nationalization of the commons infrastructure, so that it becomes maximally resilient and able to withstand the pressures of global capital.

    An all-out assault of a single progressive nation-state against capital today is doomed, but the nation-state arena can be an area for consolidation of a transnationally organized commons sector.

    #Communs #Communs_urbains #Michel_Bauwens #Coopérativisme



  • Commons Transition and P2P | Transnational Institute
    https://www.tni.org/en/publication/commons-transition-and-p2p

    The Commons, as an idea and practice, has emerged as a new social, political and economic dynamic. Along with the market and the state, the Commons is a third mode of societal organization. The Commons and Peer to Peer (P2P) together form a system based on the practices and needs of civil society and the environment it inhabits, evolving away from obsolete, centrally planned systems or the competitive dictates of market economies. But what are the Commons and P2P, and how do they interrelate? This Primer explores these concepts.
    Authors
    Michel Bauwens, Vasilis Kostakis, Stacco Troncoso, Ann Marie Utratel
    Projects
    Public Sector Alternatives

    The Commons is a concept and practice that has been steadily gathering increased attention and advocates. Deeply rooted in human history, it’s difficult to settle on a single definition that covers its broad potential for social, economic, cultural and political change. The Commons is now demonstrating its power as a “key ingredient” for change in diverse locations and contexts around the world.

    The P2P Foundation, with its particular focus on the relationship of the Commons and P2P practices, is supporting this Commons transition by helping to share knowledge and develop tools to create common value and facilitate open, participatory input across society. This short primer explains the Commons and P2P, how they interrelate, their movements and trends, and how a Commons transition is poised to reinvigorate work, politics, production, and care, both interpersonal and environmental.

    #communs #P2P #Michel_Bauwens #transition


  • Theses on Trump - P2P Foundation
    https://wiki.p2pfoundation.net/Theses_on_Trump

    More realistically, the Sanders forces represent those sectors of the left focused on recreating a synergy between progressive labor and the cultural left, intent on creating a new coalition. Hence the moderate language used by Sanders so as to maintain the links with the parts of labor who voted Trump. However, this also means maintaining a broad orientation towards restoring the New Deal principles , support for Keynesian politics, but also crucially, the same orientation towards re-industrialization and the restoration of the nation-state.

    8. The p2p/commons approach has a crucial role to play in making the Sanders coalition more realistic, by offering new strategies for re-industrialization which are not based on going back to the old models, but on going forward towards a cosmo-local model of production, which offers solutions not just for the US workers, but for the populations of the world, and through its stress on mutualization and the commons, has solutions for the ecological and climate crisis. This requires that commoners make their own turn towards focusing not on knowledge workers only, but to all workers and the rest of the population, by offering perspectives for sustainable livelihoods. While at the same time, constructing trans-national institutions that can supplement the likely failings of both corporate neo-globalization AND neo-statist restorations.

    #communs #politique_des_communs #Michel_Bauwens


  • Michel Bauwens, un activiste en résidence
    https://salle-6.com/2016/06/28/michel-bauwens-un-activiste-en-residence

    Il y a une différence entre la dynamique du pair-à-pair et les vieilles idées de gauche. Au sein de la vieille vision de la gauche, il s’agit d’obtenir des majorités politiques et de conquérir le pouvoir soit par la révolution, soit démocratiquement puis de changer la société par des réformes ou des changements plus radicaux. Ils partent de la politique, c’est un programme idéologique, ils cherchent à rassembler les gens qui pensent comme eux puis ils imposent un changement. La vision du pair-à-pair c’est plutôt le contraire, il s’agit d’abord de changer le régime de valeur, en construisant un mode de production différent, qui s’appuie sur les commonalités entre tous ceux qui sont engagés dans cette production. Et c’est là-dessus qu’on bâtit une politique. C’est ainsi que les changements de système se sont déroulés dans le passé. Il y a d’abord eu des pratiques préfiguratrices en réponse à une crise du système dominant, puis la construction d’une politique et la survenue parfois d’épisodes plus brusques. Tout part d’un vrai changement dans les pratiques et non d’une vision idéologique.

    [...]

    Le capitalisme et le marché vont libérer l’individu de cette économie du don. La capacité d’aller travailler, de gagner son argent, d’échanger, était vue comme une émancipation de l’individu. C’est l’évolution d’une coopération purement coercitive (esclavage, féodalité) vers une coopération neutre (la monnaie d’échange annule la dette du don). Ce que le pair-à-pair apporte à présent, c’est un retour vers les communs, vers la mutualisation, avec par exemple Linux ou Wikipédia, et Internet permet un « renomadisation » de la société. C’est une technologie qui nous libère de l’espace et du temps dans lequel on se trouve. [...] Le pair-à-pair essaie de transcender et d’intégrer l’histoire humaine. Il y a bien un aspect néo-nomadique aujourd’hui qui libère l’être humain de son ancrage géographique et culturel et qui lui permet de voyager librement entre plusieurs communautés. Par exemple, je suis un bouddhiste, végétarien, codeur de Linux et je travaille ici ou là-bas. J’ai des communautés, non pas fixes ou géographiques, mais des communautés d’affinité qui sont organisées de façon ouverte. Il y a ensuite tout un aspect néo-médiéval dans le pair-à-pair : les guildes, la relocalisation, le réveil des villes… Les gens, s’ils se battent contre le marché, ils veulent néanmoins garder son caractère neutre, impersonnel, et donc cette liberté que l’on a de choisir, de changer… Le pair-à-pair n’est pas un retour à un collectivisme fermé, il s’agit vraiment d’un mariage entre un individualisme et une nouvelle forme de collectif. Ce n’est ni de l’individualisme, ni du collectif, c’est du relationnel. Le pair-à-pair se base sur la relation et la relation dynamique.

    [...]

    Les libertariens et les anarchistes prônent également des organisations en pair-à-pair, quelles sont vos divergences avec eux ?

    Avec les anarchistes, c’est le vieux débat de la gauche depuis le 19e siècle. Dans une société qui est déjà inégale, l’Etat est une institution qui modère la violence privée, qui socialise le management de la société. Ce n’est pas un progrès d’abolir un Etat dans une société d’inégalités, c’est une régression, à l’exemple de la Somalie ou de la Colombie. Pour moi, le progrès social est amené par des groupes humains exclus, les femmes, les noirs, les ouvriers, qui se mobilisent pour civiliser l’Etat, pour le démocratiser, mais presque jamais pour l’abolir et je ne vois pas d’exemple où cette abolition a apporté quelque chose de bien, au contraire.

    Concernant les anarcho-capitalistes ou les anarcho-libertariens, en quelque sorte les anarchistes de droite, c’est le totalitarisme du marché qu’ils veulent imposer. Par exemple, si on n’est pas propriétaire de bitcoin, on ne joue pas. Bitcoin est une démocratisation de la rente, c’est-à-dire on y entre quand c’est facile de produire cette monnaie, le design est pensé de sorte à ce que ce soit de plus en plus difficile de les produire, donc la valeur augmente, car la demande s’accroit plus vite que l’offre. Ainsi, on gagne de l’argent sans travail, c’est un système de rente spéculative. Les anarcho-capitalistes cherchent à abolir tous les mécanismes de protection sociale et de solidarité dans la société pour ne retenir que l’armée et la police afin de protéger leur propriété. Ils rêvent d’une société d’individus séparés qui font des contrats libres entre eux. Cependant, ils ne tiennent pas compte du contexte social inégalitaire existant. C’est une idéologie qui est totalement aveugle au collectif. Elle considère une personne indépendamment de son passé, comme si elle flottait comme ça en dehors de tout déterminismes sociaux, comme si elle était tout à fait formée et capable de faire des choix. Pour eux, il n’y a pas de problèmes sociaux, uniquement des problèmes technologiques.

    [...]

    Nous avons déjà eu un espion dans la fondation. Il a fait énormément de tort, il visitait ma boite email tous les deux jours, il a blacklisté une cinquantaine de personnes, il a manipulé la communication à l’intérieur du réseau. Il a causé des dommages substantiels, d’autant que j’étais à ce moment-là très précaire, en bloquant toutes les communications qui auraient pu nous apporter des revenus. Cette personne était clairement là dans un but de sabotage.

    #Communs #Internet #Michel_Bauwens #P2P_Foundation #Pair_à_pair #Politique #Économie #Économie_collaborative


  • Michel Bauwens : « Vers une économie post-capitaliste »
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/250415/michel-bauwens-vers-une-economie-post-capitaliste

    Le peer-to-peer, ce modèle de partage de fichiers informatiques, peut-il constituer une alternative au capitalisme ? Pour le théoricien belge Michel Bauwens, la production entre pairs et produsers, contraction de « producteur » et de « user », ouvre des pistes pour une transition économique et sociale radicale. Entretien vidéo long format.

    https://www.youtube.com/watch?v=DyGC7f5tm9I

    #Capitalisme #Michel_Bauwens #Numérique #P2P #Pair_à_pair #Économie #Économie_collaborative


  • Pour la révolution… Marier la carpe technophile au lapin technophobe
    http://www.cuberevue.com/revolution-marier-carpe-technophile-au-lapin-technophobe/4083

    Autrement dit : se donner les moyens de construire une autre société suppose à la fois la lucidité critique d’un Éric Sadin et le romantisme pragmatique d’un Michel Bauwens. Oui, au-delà de ses postures de prophète de l’Histoire, Éric Sadin a raison de nous alerter sur le conformisme tranquille de la « vie algorithmique »2 telle que nous la concoctent les GAFA et tous les soldats de chair et de logiciels de notre quotidien intégralement connecté, numérisé, mesuré, fiché, classé, estampillé et au final sans qualité, triste et insipide comme une armée de 0 et de 1. Oui, tout à l’inverse de Sadin et au risque d’une apparence de naïveté, le fondateur de la P2P Foundation Michel Bauwens a raison de nous éclairer sur le potentiel littéralement post-capitaliste du « peer to peer » au sens le plus large, des fablabs au crowdsourcing en passant par le logiciel libre, Wikipédia, les micro-usines, les hackers et les makers, etc.

    #Bernard_Stiegler #Michel_Bauwens #Numérique #Pair_à_pair #Politique #Économie_numérique #Éric_Sadin


  • Pour la Transition, une économie du partage de la connaissance et des biens communs
    http://polemictweet.com/pour-la-transition-une-conomie-du-partage-de-la-connaissance-et-des-biens-communs/polemicaltimeline.php

    Face aux crises économique, sociale et écologique, nous sommes nombreux à penser qu’il faut créer les conditions de la transition d’un monde industriel productiviste vers une économie fondée sur le partage de la connaissance en biens communs et sur des modes de productions collaboratifs et contributifs. L’enjeu est d’abord de forger de nouveaux concepts pour comprendre les effets de l’automatisation et de la pénétration du numérique dans tous les aspects de la vie. Il s’agit également de repenser l’intérêt général et la solidarité comme des horizons possibles.

    Rencontre entre Michel Bauwens et Bernard Stiegler.

    #Bernard_Stiegler #Biens_communs #France #Michel_Bauwens #Numérique #Pair_à_pair #Politique #Économie_contributive #Équateur_(pays)


  • Michel Bauwens : « L’hégémonie du libéralisme a été cassée par le numérique »
    http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/181014/michel-bauwens-l-hegemonie-du-liberalisme-ete-cassee-par-le-numerique

    Monnaie alternative, coopérative ouverte, système d’entraide pair à pair, constitution des communs : bienvenue dans l’univers révolutionnaire et collaboratif de Michel Bauwens, penseur activiste du peer-to-peer, cette économie de « pair à pair » du savoir partagé et des échanges non marchands, née dans le monde du numérique.

    #Biens_communs #Coopérative #Michel_Bauwens #Numérique #P2P #Pair_à_pair #Peer-to-peer #Économie #Économie_contributive


  • Peer Production Licence : le chaînon manquant entre la Culture libre et l’Economie Sociale et Solidaire ?
    http://scinfolex.com/2014/04/18/utiliser-la-peer-production-licence-pour-favoriser-le-cooperativisme-ouve

    Récemment, Michel Bauwens a écrit un article dans lequel il explique que l’usage de cette Peer Production Licence pourrait constituer un outil important pour permettre l’émergence d’une économie des communs durable, peu à peu capable de s’autonomiser par rapport à l’économie de marché capitaliste.

    #Peer_Production_Licence #Licence_(juridique) #Licence_Logicielle #Économie_sociale_et_solidaire #Culture_libre #Creative_Commons #Bien_commun_(économie) #Michel_Bauwens #Économie_collaborative


  • Les licences libres aux portes de la révolution | Lionel Maurel (Calimaq)
    http://owni.fr/2012/11/09/les-licences-libres-aux-portes-de-la-revolution

    Rendre les moyens de production aux travailleurs : douce utopie ? Pourtant, dans le monde des licences libres, les exemples concrets et aboutis existent bel et bien, qui pourraient bien faire émerger une économie des communs. Voire davantage si affinités.

    #Chronique #Pouvoirs #droit #Copyfarleft #copyleft #creative_commons #culture_libre #Michel_Bauwens #Open_Company_Formats #open_source #Open_Value_Network #P2P_Foundation #Peer_Production_Licence #SENSORICA #Telekommunisten