• Human rights organizations respond to NSO : victims’ voices will not be silenced
    https://www.accessnow.org/nso-victims-voices-will-not-be-silenced

    Today, January 7, Access Now, along with seven other human rights organizations, filed a reply to NSO Group’s opposition to the coalition’s amicus brief in the case of WhatsApp v. NSO in the U.S. Federal 9th Circuit Court. In their opposition, NSO argued that the court should reject the brief on the grounds that it duplicates other amici briefs and introduces allegedly impermissible facts about NSO and its customers. In reply, Access Now argues that the brief meets the Federal Rules of (...)

    #Microsoft #NSO #WhatsApp #Pegasus #spyware #écoutes #surveillance #AccessNow #Amnesty (...)

    ##EFF

  • Géants du numérique : la fin du laisser-faire
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/030121/geants-du-numerique-la-fin-du-laisser-faire

    Pour la première fois, les géants du numérique font face à la résistance des États. Grands bénéficiaires de la pandémie, leur puissance commence à inquiéter. Chine, États-Unis, Europe veulent s’appuyer sur les lois antitrust, longtemps délaissées, pour reprendre le contrôle. Mais est-ce suffisant ?

    L’époque du laisser-faire absolu est révolue pour les géants du numérique. Après avoir été encensés pendant des années et avoir bénéficié d’une totale liberté, ils commencent à rencontrer une résistance des États bien plus forte qu’ils ne l’avaient prévu.

    Les quatre PDG des Gafa – Sundar Pichai (Google et Alphabet), Jeff Bezos (Amazon), Mark Zuckerberg (Facebook) et Tim Cook (Apple) – ont sans doute pris la mesure de ce changement lors de leur audition devant la commission d’enquête parlementaire le 29 juillet 2020, à laquelle ils participaient par vidéoconférence pour cause de Covid-19. Ils étaient jusque-là des héros auxquels on passait tout : l’évasion fiscale, l’écrasement des concurrents, la mise à sac des droits sociaux, la captation de la valeur grâce à leur position monopolistique. La capitalisation boursière de leur groupe, qui dépasse désormais le PIB de nombre de pays et assure le triomphe des indices boursiers américains, semblait les protéger de tout. Leur fortune était la rançon de leur réussite et semblait les rendre intouchables.

    Face aux questions des parlementaires, ils ont compris ce jour-là qu’ils étaient en train de devenir les nouveaux « Robber Barons », ces milliardaires qui avaient constitué des monopoles à partir des compagnies de chemin de fer à la fin du XIXe siècle, monopoles que le pouvoir américain avait cassés sans ménagement, inquiet de leur puissance.

    Puissants, trop puissants ? C’est l’analyse que semblent partager des élus américains, l’Union européenne et désormais le président chinois Xi Jinping. Tous commencent à s’inquiéter du pouvoir qu’est en train d’acquérir le capitalisme numérique transnational, symbolisé par quelques géants. Un pouvoir économique qui risque de se transformer en pouvoir politique incontrôlable, à un moment ou à un autre, si aucune mesure n’est prise, selon certains responsables politiques et économiques.

    Derrière l’image des start-ups abritées dans des garages, ces groupes ont constitué en moins de deux décennies des empires de plus en plus gigantesques à travers leurs plateformes numériques. Avec la pandémie, ils sont devenus les maîtres de l’économie. Maîtrisant de longue date l’e-commerce, le télétravail, les technologies de l’information, ils ont offert des solutions toutes trouvées dans cette crise sanitaire qui a imposé la distanciation sociale. Leur succès a été sans limites. Médecine, éducation à distance et même services bancaires… : ils se sentent en position d’avoir réponse à tout, de défier les usages et les règles existantes.

    C’est cette incursion dans le monde de la finance, de la création monétaire et des pouvoirs qu’elle confère qui, semble-t-il, a poussé le gouvernement chinois à frapper très fort le géant chinois Alibaba. Se sentant tout-puissant, le fondateur du groupe, le milliardaire Jack Ma, a osé critiquer en octobre le Parti communiste chinois. Quelques semaines plus tard, il devait être à l’abri de tout ; sa principale filiale, Ant Group, spécialisée dans les paiements en ligne, devait être introduite en bourse. Cela devait être la plus importante introduction en bourse dans le monde, 30 milliards de dollars, pronostiquait déjà la presse financière.

    Sur ordre de Xi Jinping en personne, selon le Wall Street Journal, les autorités ont interdit l’opération début novembre. Le 27 décembre, la Banque centrale de Chine a précisé ses griefs contre la société. Devenue la plateforme privilégiée des Chinois pour le paiement numérique – par le biais des smartphones –, Ant Group a poursuivi son expansion en commençant à proposer des crédits à ses clients, mais en s’exonérant de toutes les règles prudentielles : à elle les commissions et les marges. Les risques des crédits, eux, ont été transférés dans les bilans des banques traditionnelles.

    Ant Group a déjà promis de se soumettre à toutes les décisions des régulateurs chinois et de s’en tenir désormais à ses activités traditionnelles : le paiement en ligne. L’entité est appelée à passer sous strict contrôle des autorités de régulation chinoises et pourrait même échapper totalement au groupe.

    Mais le gouvernement a bien l’intention d’aller plus loin et de reprendre le contrôle d’Alibaba et de ses homologues, qui jusqu’alors avaient bénéficié d’une totale liberté. Le 24 décembre, les autorités de la concurrence ont ouvert une enquête contre Alibaba pour pratiques monopolistiques. Elles reprochent à la plateforme d’e-commerce d’imposer une exclusivité pour tous les produits vendus. Jack Ma, lui, est devenu un paria du régime chinois. Alors qu’il multipliait les déclarations dans la presse internationale, depuis octobre, il se tait et se terre.

    Sans aller jusqu’aux méthodes de coercition chinoises, les États-Unis et les pays européens ne diffèrent guère dans les moyens de riposte pour contenir la puissance grandissante des géants du numérique : les uns comme les autres envisagent de réactiver les lois antitrust.

    Alors qu’une commission d’enquête de la Chambre des représentants aux États-Unis a conclu à la nécessité de casser les monopoles des Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), le Département de la justice a ouvert une enquête fin octobre contre Google, soupçonné d’abus de position dominante. Le 9 décembre, c’est au tour de Facebook, qui lui aussi a affiché son intention de s’aventurer dans le monde monétaire avec la création de la cryptomonnaie Diem (ex-Libra) à partir de janvier 2021, d’être poursuivi pour pratiques anticoncurrentielles par la Commission de la concurrence américaine (FTC) et une coalition de 48 États et territoires américains. La menace d’un démantèlement plane sur le groupe. Le 16 décembre, des poursuites ont été engagées par le Texas et neuf autres États américains contre Google, à nouveau pour pratiques anticoncurrentielles sur le marché de la publicité.

    De son côté, la Commission européenne a dévoilé le 15 décembre le projet de deux directives pour « en finir avec le Far West » dans le numérique, selon les termes de Thierry Breton, commissaire européen chargé du marché intérieur. La première, le Digital Services Act (DSA), vise à imposer une régulation des contenus sur les réseaux sociaux, avec des pouvoirs d’intervention dans chaque État membre. La seconde directive, le Digital Markets Act (DMA), elle, entend empêcher les acteurs dits « systémiques » de menacer le libre jeu de la concurrence, c’est-à-dire d’être incontournables au point d’empêcher d’autres entreprises d’émerger.

    Cette volonté affichée un peu partout dans le monde de se réapproprier les lois antitrust marque un vrai tournant. Sous l’influence de l’école de Chicago, les lois anticoncurrentielles ont pendant ces 30 dernières années été réduites à la portion congrue : le marché, par nature infaillible, était censé apporter les remèdes à ses propres déséquilibres. À moins qu’il ne soit prouvé que certaines situations nuisent aux consommateurs, il n’y avait pas matière à intervenir.

    C’est à partir de ce seul critère que les autorités de la concurrence en Europe et aux États-Unis ont décidé d’intervenir et éventuellement de sanctionner. C’est à l’abri de ce critère que les géants du numérique ont prospéré. Mis en cause devant différentes juridictions, ceux-ci ne manquent pas d’arguments pour défendre leur position, en s’appuyant sur la seule défense des consommateurs. À les entendre, ils ne portent aucun préjudice aux consommateurs, au contraire. Tous font valoir qu’ils ont développé des technologies numériques de plus en plus performantes, mises au service des consommateurs gratuitement. Au moins en apparence.

    La réhabilitation des lois antitrust

    La réalité est venue mettre à mal cette approche. Même les plus orthodoxes des économistes sont obligés de convenir que la théorie de la concurrence, telle que défendue par les néolibéraux, se révèle inadaptée face aux modèles et aux méthodes des géants du numérique, en rupture avec toutes les règles conventionnelles de l’économie. « Le problème pour les régulateurs est que les cadres usuels anti-monopolistiques ne s’appliquent pas dans un monde où les coûts pour les consommateurs (souvent sous forme de données et confidentialité) sont totalement opaques. Mais c’est une pauvre excuse pour ne pas remettre en cause des opérations manifestement anti-concurrentielles, telles que le rachat d’Instagram (avec son réseau social en croissance rapide) par Facebook, et celui de Waze, qui a développé des cartes et des systèmes de géolocalisation, par son concurrent Google », écrivait dès 2018 le très traditionnel économiste Kenneth Rogoff. Pour lui, il y a urgence à remettre en vigueur les lois antitrust car les Big Tech sont devenus un problème pour l’économie américaine.

    En effet, loin de permettre une augmentation de la productivité, comme le supposent les théories économiques classiques, les innovations technologiques de ces dernières années se traduisent au contraire par une réduction des salaires, une dégradation de l’emploi et des droits sociaux, une montée des inégalités. Dominant tout l’univers du numérique, rachetant tous les concurrents qui pourraient leur faire de l’ombre, les géants du numérique ont organisé un modèle qui leur permet de leur assurer une captation de la valeur à leur seul profit et de leur constituer une rente mondiale à des niveaux sans précédent historique, aboutissant à la création d’un techno-féodalisme, comme le désigne l’économiste Cédric Durand.

    Les grandes références de l’application des lois contre les abus de position dominante, débouchant sur le démantèlement de l’empire sidérurgique américain d’Andrew Carnegie ou la mise en pièces de la Standard Oil des Rockefeller, affleurent dans tous les textes. Mais la remise en vigueur des lois antitrust appliquées dans le passé est-elle suffisante pour contrer la puissance des Big Tech et redonner un contrôle démocratique sur le développement de l’économie numérique ?

    Ces dernières années, la Commission européenne a sanctionné à plusieurs reprises les géants du numérique, sans que ces sanctions aient semblé avoir le moindre effet sur leurs pratiques. L’évasion fiscale, le non-respect des droits sociaux, les abus de position dominante restent au centre de leur modèle (lire ici, ici ou encore là). Elle a aussi tenté un début de régulation, ce que les autorités américaines se sont jusque-là refusées à faire, en imposant un règlement général sur la protection des données (RGPD). Cette réglementation a servi de référence un peu partout dans le monde. Mais là encore, les effets en paraissent limités.

    Dans le cadre de son projet de directive, la Commission européenne envisage d’aller plus loin et d’imposer, si nécessaire, le démantèlement d’un groupe, si sa position est jugée monopolistique sur le marché européen. Cette proposition, si jamais elle voit le jour (il faudra au moins deux ans de négociations pour aboutir à un texte qui fasse consensus), est jugée au mieux comme relevant de la dissuasion nucléaire – c’est-à-dire une menace censée de devoir jamais être mise en œuvre –, au pire comme une annonce démagogique de com’, selon les observateurs. Pour les uns comme pour les autres, jamais la Commission européenne ne pourra imposer le démantèlement d’un groupe américain. Car c’est aussi une des données du problème : l’Europe, par son aveuglement idéologique interdisant tout soutien public direct ou indirect, a été incapable en 20 ans de créer le moindre champion du numérique, et a plutôt contribué à étouffer tous les potentiels existants.

    Mais l’idée d’un démantèlement de certains géants du numérique, qui semblait impossible jusqu’alors, fait aussi son chemin aux États-Unis. Dans sa plainte contre Facebook, la Commission de la concurrence américaine (FTC) y fait explicitement référence. Le groupe de réseau social, devenu objet d’hostilité à la fois des républicains et des démocrates pour la diffusion de fake news et de propos extrémistes sur ses plateformes, pourrait être contraint de se séparer d’Instagram. Des projets analogues cheminent pour contrer la puissance de Google ou d’Amazon.

    Jusqu’alors, les géants du numérique ont toujours réussi à contrer toutes les attaques en opposant un argument de poids : contraindre leur développement, voire leur imposer un démantèlement, reviendrait à laisser le champ libre aux géants technologiques chinois, qui eux ne souffrent d’aucune entrave. La mise sous contrôle d’Alibaba par le gouvernement de Pékin les prive désormais de cet argument.

    Décidés à se battre pied à pied, à mobiliser des centaines de millions de dollars pour préserver leur rente, les Gafam travaillent déjà à d’autres moyens de défense. L’idée de soumettre ces géants à une régulation comparable à celle imposée au monde bancaire et financier commence à émerger. Ses défenseurs font valoir que les moyens de sanction, se chiffrant en milliards de dollars, sont des armes suffisamment puissantes pour obliger tout le monde à rentrer dans le rang. La perspective de pouvoir puiser dans des trésors de guerre estimés à 350 milliards de dollars pour renflouer les caisses de l’État américain a de quoi convaincre nombre d’élus.

    Le précédent de la crise financière de 2008 appelle cependant quelques réserves. On sait ce qu’il est advenu de la régulation bancaire. Wall Street a capturé ses régulateurs et fait sa loi jusqu’au conseil de la FED. Comment imaginer qu’il puisse en aller autrement avec les géants du numérique ?

    Pour reprendre le contrôle de l’économie numérique, il faut aller plus loin que les simples lois antitrust existantes, partiellement inefficaces face aux géants du numérique, et s’attaquer au cœur de leur modèle : la marchandisation des données privées. Depuis l’origine, ceux-ci prospèrent grâce à la collecte – gratuite et souvent à l’insu des consommateurs – des empreintes laissées partout par des internautes et qui sont exploitées et/ou revendues par la suite par les plateformes.

    Les États ne semblent pas avoir perçu la valeur de ce capital immatériel, à commencer par le gouvernement français. Il a fallu un rappel à l’ordre de la Cnil pour contraindre l’État à remettre en cause le contrat signé avec Microsoft sur les données de santé de tous les Français. Et dernièrement, c’est à Amazon que la Banque publique d’investissement (BPI) a confié le recueil des données de tous les bénéficiaires d’un prêt garanti par l’État.

    Les économistes Glen Weyl et Eric Posner, par ailleurs très libéraux, proposent dans leur livre Radical Markets de renverser le modèle : au lieu d’en bénéficier gratuitement, les Gafam devraient payer pour pouvoir utiliser les données recueillies auprès de tous les particuliers.

    Pour certains économistes, ces mesures, aussi spectaculaires soient-elles, ne permettent pas de reprendre en main le contrôle démocratique du numérique ; ce ne sont pas tant les données mais les technologies qui permettent de les exploiter qu’il convient de se réapproprier publiquement. Car même surveillés, régulés, ces géants du numérique continuent par leurs choix technologiques, les développements qu’ils conduisent, à imposer leur vision de l’avenir. Une technologie, font-ils valoir, peut produire le pire ou le meilleur : être l’instrument d’une liberté ou celui d’une société de surveillance de plus en plus étroite des populations. Ces orientations ne peuvent être laissées à la libre décision d’une poignée de monopoles mondiaux, argumentent-ils.

    Mais ce contrôle démocratique suppose que les États ne laissent plus les géants du numérique disposer par eux-mêmes des technologies à développer et de leur mise en œuvre, qu’ils acquièrent une expertise afin de pourvoir en discuter et en surveiller les choix. Mais en ont-ils vraiment envie ?

    #Alibaba #Alphabet #Apple #Microsoft #Waze #Amazon #AntGroup #Facebook #algorithme #payement #smartphone #domination #fiscalité #BigData #COVID-19 #GAFAM #santé #télétravail #FTC #cryptomonnaie (...)

    ##fiscalité ##santé ##BHATX

  • Facebook Joined by Human Rights Groups to Fight Spyware Maker
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-12-23/facebook-joined-by-human-rights-groups-to-fight-spyware-maker

    A coalition of human rights and press freedom groups have filed a brief supporting Facebook Inc.’s lawsuit against the Israeli surveillance technology company NSO Group, arguing that the “very core of the principles that America represents” are at stake in the case. Facebook last year initiated the lawsuit against NSO Group, accusing the company of reverse-engineering WhatsApp and using the popular chat service to send spyware to the devices of approximately 1,400 people, including attorneys, (...)

    #Cisco #Google #Microsoft #NSO #Facebook #WhatsApp #Pegasus #hacking #surveillance #écoutes #AccessNow #Amnesty (...)

    ##RSF

  • #Galène

    Galène is a #videoconferencing_server that is easy to deploy (just copy a few files and run the binary) and that requires moderate server resources. It was originally designed for lectures and conferences (where a single speaker streams audio and video to hundreds or thousands of users), but later evolved to be useful for student practicals (where users are divided into many small groups), and meetings (where a few dozen users interact with each other).

    Galène’s server side is implemented in #Go, and uses the #Pion implementation of #WebRTC. The server is regularly tested on Linux/amd64 and Linux/arm64, and has been reported to run on Windows; it should in principle be portable to other systems, including Mac OS X. The client is implemented in #Javascript, and works on recent versions of all major web browsers, both on desktop and mobile (but see below for caveats with specific browsers).

    While traffic is encrypted from sender to server and from server to client, Galène does not perform end-to-end encryption: anyone who controls the server might, in principle, be able to access the data being exchanged. For best security, you should install your own server.

    Galène’s is not the only self-hosted WebRTC server. Alternatives include Janus, Ion-SFU, and Jitsi.

    Galène is free and #open_source #software, subject to the MIT licence. Galène’s development is supported by Nexedi, who fund Alain Takoudjou’s work on the user interface.

    https://galene.org
    #alternatives #alternative #zoom #microsoft_teams #teams #vidéoconférences #visioconférences #visio-conférences #vidéo-conférences #logiciel #galene

    pas utilisé... mais peut-être utile et intéressant à tester ?

  • Windows 10 sends identifiable data to Microsoft despite privacy settings
    https://www.theguardian.com/technology/2015/aug/13/windows-10-sends-identifiable-data-microsoft-despite-privacy-settings?C

    Operating system contacts OneDrive, MSN and other services even if a user has activated privacy-protecting options, report discovers Windows 10 sends identifiable information to Microsoft, even if a user turns off its Bing search and Cortana features, and activates the software’s privacy-protection settings. Analysis by technology site Ars Technica has shown that Windows 10 still contacts Microsoft even when these features are disabled, although some of this is simple and non-identifiable (...)

    #Microsoft #Cortana #Windows #Bing #données #surveillance

    https://i.guim.co.uk/img/media/5a2aa177e6ed03be663da07d6034564cdb030a46/0_355_5319_3193/master/5319.jpg

  • Google, Cisco and VMware join Microsoft to oppose NSO Group in WhatsApp spyware case
    https://techcrunch.com/2020/12/21/google-cisco-and-vmware-join-microsoft-to-oppose-nso-group-in-whatsapp-s

    A coalition of companies have filed an amicus brief in support of a legal case brought by WhatsApp against Israeli intelligence firm NSO Group, accusing the company of using an undisclosed vulnerability in the messaging app to hack into at least 1,400 devices, some of which were owned by journalists and human rights activists. NSO develops and sells governments access to its Pegasus spyware, allowing its nation-state customers to target and stealthily hack into the devices of its targets. (...)

    #NSO #Cisco #Google #Microsoft #VMWare #WhatsApp #Pegasus #smartphone #spyware #activisme #journalisme #écoutes #hacking (...)

    ##surveillance

  • Why Tech’s Great Powers Are Warring
    https://onezero.medium.com/apple-v-facebook-c53efb4c0ad4

    The feud between Apple and Facebook enters a new era An adage of international relations holds that great powers have no permanent friends or allies, only permanent interests. (The original quote, from a 19th-century English statesman known as Lord Palmerston, is a bit less pithy.) It accounts for how the United States and Russia were allies in World War II, then bitter enemies soon after ; or how Japan fought with the Allies in World War I but joined the Axis in World War II. Today, the (...)

    #Apple #Google #Amazon #Facebook #Instagram #iPhone #iPad #smartphone #iOS #Microsoft #consentement #domination #interopérabilité #lutte #microtargeting #publicité #Bing #Gmail #Outlook (...)

    ##interopérabilité ##publicité ##Android
    https://miro.medium.com/max/679/0*KBi5U7GpAN2M1qek

  • Ten billionaires reap $400bn boost to wealth during pandemic
    https://www.theguardian.com/technology/2020/dec/19/ten-billionaires-reap-400bn-boost-to-wealth-during-pandemic

    Covid-19 pushed many into poverty but brought huge benefits for some of the wealthiest, renewing calls for fairer taxes Ten of the richest people in the world have boosted their already vast wealth by more than $400bn (£296bn) since the coronavirus pandemic began as their businesses were boosted by lockdowns and financial crises across the globe. The extra wealth accumulated by the 10 men – approximately $450bn, using Forbes figures – over the past nine months is more than the £284bn the (...)

    #Google #LVMH #Microsoft #Oracle #Tesla #Amazon #Facebook #bénéfices #COVID-19 #pauvreté #santé (...)

    ##pauvreté ##santé ##Oxfam
    https://i.guim.co.uk/img/media/c3f6e8d52b1e34b762c28a9dd46eb387ee18d73b/0_313_4896_2937/master/4896.jpg

  • The Facial Recognition Backlash Is Here
    https://onezero.medium.com/the-facial-recognition-backlash-15b5707444f3

    But will the current bans last ? The facial recognition industry has been quietly working alongside law enforcement, military organizations, and private companies for years, leveraging 40-year old partnerships originally centered around fingerprint databases. But in 2020, the industry faced an unexpected reckoning. February brought an explosive New York Times report on Clearview AI, a facial recognition company that had scraped billions of images from social media to create an (...)

    #Clearview #Microsoft #Walmart #IBM #Amazon #biométrie #police #racisme #facial #reconnaissance #discrimination #empreintes #surveillance #algorithme #CCTV #vidéo-surveillance #ACLU (...)

    ##FightfortheFuture

  • The Pandemic Could Obliterate a Last Frontier in Our Privacy : Our Biological Selves
    https://www.newsweek.com/biological-privacy-big-tech-tracing-coronavirus-1517576

    The world of biotech was already blossoming before murmurings of an untreatable mystery virus started to circulate at the end of last year. There are now countless companies offering everything from personalized fitness plans based on your genes to dietary advice based on the bacteria in your gut. These companies and the VC firms that back them believe there is a huge, untapped market for selling AI-driven insights based on health data. Big Tech also wants in. If these dynamics were (...)

    #23andMe #Fitbit #Google #Microsoft #Palantir #Amazon #algorithme #génétique #BigData #bénéfices #COVID-19 #microtargeting (...)

    ##santé

  • Facebook lawsuits : the biggest tech battle yet, and one that is long overdue
    https://www.theguardian.com/technology/2020/dec/10/facebook-lawsuits-the-biggest-tech-battle-yet-and-one-that-is-long-over

    The biggest antitrust case in a generation has been compared to the years-long lawsuit against Microsoft in 1998 Facebook is facing perhaps its greatest existential threat yet as the company prepares to battle two antitrust lawsuits brought by the US government and more than 40 states. But while analysts are calling the crackdown an important step, whether the social media giant can be reined in remains to be seen. The lawsuits brought against Facebook on Wednesday accuse the company of (...)

    #Microsoft #Facebook #Instagram #WhatsApp #procès #consentement #domination #FTC

    https://i.guim.co.uk/img/media/27343ab447bb773514ae0023d936de78c7f9d870/85_479_5601_3361/master/5601.jpg

  • Microsoft announces Azure cloud for top secret government data
    https://www.bleepingcomputer.com/news/security/microsoft-announces-azure-cloud-for-top-secret-government-data

    Microsoft today announced the launch of a new offering for its mission-critical Azure Government cloud targeted at government customers and partners that regularly work with top-secret classified data.

    “Today, we are announcing the expansion of our mission-critical cloud for US Government with new capabilities in Azure Government, the expansion of Azure Government Secret, and the announcement of a new cloud to serve customers with Top Secret classified data—Azure Government Top Secret,” Tom Keane, corporate vice president of Microsoft’s Azure Global, said.

    Microsoft is still working with the US Government on accreditation for the newly launched Azure Government Top Secret regions according to Keane.

    Keane also shared the list of all available options for US Government customers based on compliance requirements, a list which also includes the commercial public version of the Azure cloud, next to the Azure Government and Azure Government Secret offerings.

    Microsoft provides access to Azure Government offerings only to US federal, state, local, tribal governments, and their partners, with operations in these cloud regions available only to screened US citizens.

    Azure Government also offers a comprehensive level of certifications designed to simplify even the most critical government compliance requirements.

    #Données_gouvernementales #Microsoft #Sécurité_données #Cloud

  • L’aliénation du télétravail c’est aussi celle de nos données, Emma Kraak
    https://gsara.tv/teletravailler/alienation-donnees

    Beaucoup d’encre aura coulé sur les aléas du télétravail depuis le début de la crise sanitaire. Il est tantôt brandi par les employeurs comme une agilité numérique désirable, tantôt revendiqué par les travailleurs eux-mêmes. D’autres, à distance, soulignent les problématiques du management invasif et de l’atomisation des travailleurs, pour culminer dans une série de considérations physiologiques (il y a une différence, à la longue, entre l’ergonomie d’une chaise de bureau et le confort traître d’un canapé), (...)

    #Apple #Google #Microsoft #Amazon #Facebook #algorithme #technologisme #BigData #GAFAM #microtargeting #santé #surveillance #travail #bénéfices (...)

    ##santé ##profiling

  • Sous pression, Microsoft rétropédale sur son logiciel de surveillance des salariés
    https://korii.slate.fr/tech/microsoft-retropedale-controverse-logiciel-surveillance-espionnage-salar

    Le score de productivité ne pourra plus être utilisé de manière individuelle. À peine quelques semaines après avoir lancé son outil pour mesurer la productivité des salariés (on vous en avait parlé pas plus tard que le 1er décembre), Microsoft fait marche arrière et apporte plusieurs changements à son score de productivité intégré aux logiciels et applications Microsoft 365. Sur son site officiel, la firme américaine annonce qu’elle va procéder à des modifications concernant les données privées, premier (...)

    #Microsoft #algorithme #ProductivityScore #notation #surveillance #travail

  • Microsoft waters down ’productivity score’ surveillance tool after backlash
    https://mashable.com/article/microsoft-365-productivity-score-workplace-surveillance-backlash/?europe=true

    Even in a world of ever-increasing employee tracking, Microsoft knows it went too far. The company announced Tuesday that, following widespread backlash, it will scale back recently announced additions to its suite of Microsoft 365 products. They let employers track employees’ digital actions in granular detail under the guise of workplace efficiency. Dubbed “Productivity Score,” the tool was announced via blog post in October, but gained notoriety in late November when Wolfie Christl, a (...)

    #Microsoft #algorithme #ProductivityScore #écoutes #surveillance #travail

  • Salesforce to buy Slack in $27.7bn deal aimed at competing with Microsoft
    https://www.theguardian.com/technology/2020/dec/01/salesforce-to-buy-slack-microsoft

    Marc Benioff’s company gains leverage against Microsoft’s threat with the largest acquisition in its 21-year history Business software pioneer Salesforce.com is buying work-chatting service Slack for $27.7bn in a deal aimed at giving the two companies a better shot at competing against longtime industry powerhouse Microsoft. The acquisition announced Tuesday is by far the largest in the 21-year history of Salesforce. The San Francisco company was one of the first to begin selling software (...)

    #Microsoft #Salesforce #Slack #algorithme #télétravail #travail

    https://i.guim.co.uk/img/media/41c2cd0f6935eca42e58a5fcf37f425dcd10333e/0_0_4457_2674/master/4457.jpg

  • Le géant informatique Salesforce achète la messagerie Slack pour près de 23 milliards d’euros
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/12/01/le-geant-informatique-salesforce-achete-la-messagerie-slack-pour-presque-23-

    Fondée en 2013, l’entreprise qui propose une plate-forme d’outils pour collaborer plus facilement en ligne avait fait son entrée en Bourse six ans plus tard. Salesforce, le spécialiste des technologies de relation client, a annoncé mardi 1er décembre l’acquisition de la messagerie d’entreprises Slack. Cette opération devrait lui permettre d’entrer en compétition plus frontale avec Microsoft. La transaction, en numéraire et actions, valorise Slack à 27,7 milliards de dollars (22,95 milliards d’euros), (...)

    #Microsoft #Salesforce #Slack #bénéfices #télétravail #travail

  • Microsoft’s New ‘Productivity Score’ Lets Your Boss Monitor How Often You Use Email And Attend Video Meetings
    https://www.forbes.com/sites/rachelsandler/2020/11/25/microsofts-new-productivity-score-lets-your-boss-monitor-how-often-you-use-email-and-attend-video-meetings/?sh=2a82f4801a46

    At Microsoft’s MSFT +1% annual Ignite conference in October, the company previewed a slick new tool called Productivity Score. During the virtual presentation, a senior product manager said the feature provides “insights that transform how work gets done” by showing employers how workers use Microsoft 365 services like Outlook, Teams, SharePoint and OneDrive. Productivity Score officially launched less than a month later to little fanfare, but a closer look at what data Microsoft lets (...)

    #Microsoft #algorithme #ProductivityScore #notation #surveillance #travail #télétravail

  • Productivity Score : le logiciel Microsoft qui surveille les salariés
    https://korii.slate.fr/biz/productivity-score-logiciel-microsoft-qui-surveille-salaries-surveillanc

    Chaque activité est enregistrée et donne un certain nombre de points. Les jeux vidéo, les applications sur nos téléphones et les réseaux sociaux nous ont rendu accro aux doses de dopamine que délivrent notifications, likes et micro-accomplissements constants. Microsoft l’a bien compris, et a intégré cette mécanique dans son nouveau software d’évaluation de la productivité : le Productivity Score. Soixante-douze critères sont ainsi évalués puis compilés dans plusieurs catégories. Combien de fois (...)

    #Microsoft #algorithme #Windows #notation #surveillance #télétravail #travail

  • Faut-il se méfier du « score de productivité » proposé par Microsoft pour doper l’efficacité des entreprises ?
    https://www.franceinter.fr/faut-il-se-mefier-du-score-de-productivite-propose-par-microsoft-pour-do

    Le géant américain Microsoft propose désormais aux entreprises d’améliorer leur efficacité grâce à un « score de productivité », calculé avec les données de travail des salariés. Mais la pertinence et l’utilisation de ces données pose question, alors que le télétravail est privilégié à cause de la crise sanitaire. Le « score de productivité » est un « outil » présenté par le géant Microsoft en octobre et qui, selon le géant américain, doit permettre au manager « de comprendre comment son entreprise fonctionne », et d’ (...)

    #Microsoft #[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données_(RGPD)[en]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR)[nl]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR) #notation #surveillance #télétravail #travail (...)

    ##[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données__RGPD_[en]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_[nl]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_ ##visioconférence

  • Amazon, Apple stay away from new French initiative to set principles for Big Tech
    https://uk.reuters.com/article/us-france-tech/amazon-apple-stay-away-from-new-french-initiative-to-set-principles-for-

    PARIS (Reuters) - U.S. tech giants Amazon and Apple have not signed up to a new French initiative to get global tech companies to publicly commit to principles including paying their fair share of taxes, government officials said on Monday. French President Emmanuel Macron has sought for the past three years to cajole tech giants into collaborating with governments on a series of global challenges such as fighting hate speech online, preserving privacy or contributing to state coffers. (...)

    #Apple #Microsoft #Google #Amazon #Facebook #anti-terrorisme #écologie #pédophilie #pornographie #fiscalité #violence #GAFAM (...)

    ##fiscalité ##modération
    https://static.reuters.com/resources/r

  • Analyse du temps de travail, productivité et bien-être | Microsoft 365
    https://www.microsoft.com/fr-fr/microsoft-365/business/workplace-analytics

    C’est à pleuruer ce mépris des gens qui gtravaillent, réduits à des statistique sans fondement... qui doit savoir ? Regardez la première vidéo : le patron deus ex machina de l’entrperise, sait tout grâce à Microsoft. Le fascisme rampant à l’intérieur de l’entreprise « en réseau ». Non de nom, là, j’ai la colère qui monte. J’étais passé à côté de ce truc. Quand je pense qu’il y en a qui parlent avec effroi du « crédit social » à la chinoise... mais c’est pareil, ici et maintenant, et on n’en parle pas !!!! Oui, le « modèle chinois du numérique » est en train de s’exporter dans le monde entier. Microsoft doit faire ça pour ne pas être pris de vitesse par les chinois, n’est-ce pas ?

    Analyse du temps de travail
    Exploitez vos données clés en tirant des enseignements du travail quotidien dans Microsoft 365.
    Regardez la vidéo

    Harmonisez productivité et bien-être
    Microsoft réunit informations et expériences en matière de productivité et de bien-être dans Microsoft Teams pour aider les personnes et les organisations à se développer.

    #Microsoft #Crédit_social #Surveillance #Workplace_analytics

    • J’ai contacté notre service info quand j’ai pris connaissance de cette saloperie. Je m’attends un peu à ce qu’ils me répondent « On peut pas l’enlever mais vous n’êtes pas obligé de l’utiliser ! ». On va voir.
      Edit : le productivity score n’est pas activé et va le rester.

      En tout cas j’étais satisfait que la direction de notre boîte soit aussi attérée que moi face à ce truc.Bon courage à ceux qui doivent se défendre contre leur service info ET leur hierachie.

  • Microsoft Workplace Analytics
    https://www.microsoft.com/microsoft-365/partners/workplaceanalytics

    Advisory and consulting
    Give your customers unprecedented data-driven insights and analytics services. And apply your expertise to create differentiated consulting solutions that unlock customer value.

    Sample practice opportunities

    Uncover collaboration patterns that lead to higher revenue and more effective management.
    Reduce organizational complexity.
    Address wasteful collaboration and meeting cultures.
    Enhance process efficiency and effectiveness
    Drive cultural transformations.
    Inform leadership excellence and development.
    Adoption and change management
    Use Workplace Analytics to set up, implement, and measure long-term customer adoption, change and transformation initiatives.

    Sample practice opportunities

    Inform leadership initiatives and development.
    Enable salesforce transformations.
    Drive diversity and inclusion efforts.
    Change meeting and collaboration behaviors.
    Develop executive dashboards and reporting systems.
    Create and validate effective workspace planning initiatives.
    Combining our insights with your solutions and services
    Develop new solutions or expand the impact of your current solutions and services using Workplace Analytics insights and data.

    Sample practice opportunities

    Integrate new data sources to augment behavioral insights from Office 365.
    Visualize data with dashboards and reports from Power BI and other reporting tools.
    Develop new tools and solutions using Workplace Analytics data.

    #Microsoft #Surveillance #Workplace_analytics #Crédit_social

  • Transform your organization with Microsoft Workplace Analytics - Microsoft 365 Blog
    https://www.microsoft.com/en-us/microsoft-365/blog/2017/07/05/transform-your-organization-with-microsoft-workplace-analytics

    Mais oui, c’est vrai, c’est pas une fake news, c’est bien sur le site de Microsoft. Le fascisme digital avance...

    Today’s post was written by Ryan Fuller, general manager of Workplace Analytics.

    Microsoft Workplace Analytics—a powerful new organizational analytics solution—is now generally available as an add-on to any Office 365 enterprise plan.

    According to a recent Forrester report, increasing employee productivity is the number one priority for C-level executives in the next year, with 96 percent of respondents citing it as a critical or high imperative. Workplace Analytics provides unprecedented behavioral insights that can be used to improve productivity, workforce effectiveness and employee engagement.
    New insights from Office 365

    Workplace Analytics taps into Office 365 email and calendar metadata, including to/from data, subject lines and timestamps, to shine a light on how the organization collaborates and spends time. It turns this digital exhaust—the data that comes naturally from our everyday work—into a set of behavioral metrics that can be used to understand what’s going on in an organization.

    Organization level collaboration insights in Workplace Analytics.

    Microsoft has enabled Workplace Analytics with built-in privacy and compliance capabilities. Customers own their Office 365 data and decide how to apply insights generated by Workplace Analytics to solve tough business challenges. Workplace Analytics only leverages metadata that is aggregated and de-identified.

    Workplace Analytics was designed with the flexibility to address a broad range of strategic and organizational culture-based initiatives. Let’s take a look at a few ways customers are using Workplace Analytics:
    Sales productivity

    A sales organization in a Fortune 500 company used Workplace Analytics to identify the collaborative patterns of top performers and then scaled those behaviors to the broader sales organization—resulting in a significant increase in sales. Some of these insights were expected, like the amount of time spent with customers. But others were new, like the size of the person’s internal network, which may be an indicator of the salesperson’s ability to get answers and solve customer questions.

    Exploring internal network size metrics for the sales organization in Workplace Analytics.
    Manager effectiveness

    Freddie Mac used Workplace Analytics to drive a cultural change with managers. In looking at how time-usage metrics are related to engagement and retention, they found that the behaviors of managers were pivotal in determining employee engagement and retention. Behaviors, such as 1:1 manager time, level of leadership exposure given to employees and the degree to which work can be distributed evenly across an organization, are measurable through Workplace Analytics.
    Space planning

    The collaboration insights from Workplace Analytics were used by an organization to partner with its commercial real estate company, CBRE, to do space planning. They analyzed the metadata attached to employee calendar items to calculate the travel time associated with meetings. They found that as a result of the relocation, each employee reduced their travel time to meetings by 46 percent—resulting in a combined total of 100 hours saved per week across all 1,200 employees involved in the move.
    Customized queries

    Every organization has unique business questions, which is why we’ve included the ability to create custom queries directly within Workplace Analytics. Data analysts can choose from a unique set of collaboration metrics to explore activities and trends within the business, including time spent in email, time in meetings, after-hours time and network size. Analysts can also create custom queries and filter to aggregated population subsets including regions, roles and functions.

    “Workplace Analytics is becoming an essential part of our toolkit,” said Tom Springer, partner at Bain. “It shows us where and how our clients are deploying their scarcest resources: the time, talent and energy of their people. Workplace Analytics consistently yields unique insights into resource allocation, collaboration behaviors and organizational networks. We integrate these insights with broader perspectives on strategy, operating model and results delivery to help our clients organize for maximum productivity.”
    Building a digital, data-driven enterprise

    At Microsoft, Workplace Analytics has yielded significant insights. “We believe building a true digital, data-driven enterprise requires organizations to empower and connect their people across everything—people, processes, data and systems,” said Kathleen Hogan, chief people officer at Microsoft. “Our HR Business Insights group is using Workplace Analytics across a variety of initiatives—from understanding the behaviors driving increased employee engagement, to identifying the qualities of top-performing managers who are leading Microsoft’s cultural transformation from within. We believe people analytics is a competitive necessity for any HR team.”
    Learn more

    Workplace Analytics is available now as an add-on to any Office 365 enterprise plan. Learn more about how enterprise customers can access organizational insights from Workplace Analytics in Office 365.

    —Ryan Fuller

    #Microsoft #Crédit_social #Workplace_analytics #Surveillance

  • Microsoft could soon assign each and every Office worker a ’Productivity Score’ - MSPoweruser
    https://mspoweruser.com/microsofts-workplace-analytics-productivity-score

    J’attends les réactions à ce “crédit social” à la chinoise à l’intérieur de l’entreprise. On est où là ?

    In July Microsoft announced the general availability of Microsoft Workplace Analytics, a new organizational analytics solution that will provide rich, actionable insights into organization’s communication and collaboration trends to help make more effective business decisions.

    Workplace Analytics, which is available as part of Office 365 enterprise plan as an add-on, makes use of Office 365 email and calendar metadata, including to/from data, subject lines and timestamps to create set of behavioural metrics that can be used by the managers to know what’s going on in an organization.

    Part of those insights is your Productivity Score, an individualized and personalized number between 1 to 800 which tells managers exactly how productive Microsoft thinks you have been, by analysing your every electronic interaction such as time spent in email, time in meetings, after-hours time and network size.

    While Microsoft sold this as a way for managers to prevent burn out, New Republic notes that it is equally likely to be used to “optimise” companies based on an unproven metric.

    Their particular concern is that Microsoft will make the micro-surveillance of employees mainstream and an accepted part of the work-life, on the basis of unproven and dubious benefits, which are likely to be hacked by workers doing nonsense “grinding” in place of real productive work, simply to increase their score.

    The technology is particularly likely to be employed now so many workers are working from home, out of sight of managers.

    Microsoft says they “believe people analytics is a competitive necessity for any HR team.”

    #Microsoft #Crédit_social #Surveillance