• Denmark : Refugee grandmother told to return to Syria

    #Rihab_Kassem, a Palestinian-Syrian refugee, is among hundreds who have been urged to leave the Scandinavian country.

    Rihab Kassem, a retired nurse and grandmother of Syrian and Palestinian origin, arrived in Denmark more than eight years ago.

    She had been living in #Yarmouk, an unofficial camp in Damascus for the Palestinian refugee community in Syria.

    Her initial plan was to visit Waled, her son who had been living in Denmark since 1996 and has long been a citizen of the Scandinavian country.

    But after she arrived, as the war intensified in Syria, violence gripped her refugee camp.

    She applied for asylum and in January 2014, Danish authorities gave her a residence permit, valid for five years. That was then extended for another two years. Later, she was granted temporary protection status.

    Her new life grew as the one she had known in Syria faded. She enjoyed time in Europe with her children and grandchildren.

    But earlier this year, as the Danish government made a controversial decision to declare parts of Syria safe enough to return to, her application for residence was rejected and she was called in for an interview.

    Kassem, 66, was nervous but hopeful.

    Two months later, however, she was informed that her residency permit was revoked because the Danish government considered that security in Damascus, the capital of Syria, and surrounding region had improved enough that those areas could be called home again.

    “Return to where? I have no one, nothing, in Syria,” she told Al Jazeera. “My family lives in Denmark and I’m the only person who was asked to leave.

    “We are not beggars here, we work, we work hard, we go to school, we pay taxes and this is happening to us … I cannot understand it.”

    Kassem moves and breathes with difficulty.

    She says that her lungs operate at 35 percent of their capacity, the result of an attack coordinated by the Syrian army using poisonous gas.

    She was hoping to receive medical treatment in Denmark but because her status changed, she was no longer entitled to government support or national healthcare.

    “I worked for three decades as a nurse, my dream was to make enough money so I could build a hospital in my neighbourhood [in Syria]”, she said.

    She saved enough to buy a plot of land and a house to be transformed into a hospital. But during the renovation, the house was bombed.

    “All of a sudden there was nothing left. Nothing,” she said.

    The official letter rejecting her residency application cited three reasons.

    The first was that her children were adults and no longer depended on her. Secondly, the letter said Damascus was considered safe by the Danish government report and claimed her life would not be at risk. And finally, while authorities recognised she has health issues, they said they were not severe enough to justify her stay in Denmark.

    “The stress that I’m living is incomprehensible,” she said. “The rules keep on changing, the government is not living up to their end of the contract.”

    When Al Jazeera contacted the Danish Immigration Service for a response, a press officer shared the document explaining why Kassem’s status was revoked.

    Rihab rejects all the government’s claims and, since May 18, has been protesting against the ostensible efforts to deport refugees with several others in front of the Danish Parliament.

    She intends to stay at the sit-in until she receives more concrete answers or is forced to leave.

    At one point, she went on a three-day hunger strike.

    Hundreds of Syrians in Denmark have been thrust into the same precarious position after the government’s widely criticised step.

    It was the first European country to make such a declaration.

    But because Denmark has no diplomatic relations with Syria – it does not recognise the government of President Bashar al-Assad – refugees cannot be forced back.

    Rather, they will likely be sent to deportation camps – or “departure centres” – inside the Danish territory.

    “They have a ‘tolerated’ status: deported from the political and social systems, but not physically deported,” said Violeta Ligrayen Yañez, a freelance facilitator and educator who has been working alongside the European Commission Against Racism and Intolerance.

    Most will refuse to go. Some will try and seek asylum elsewhere.

    “They [Danish authorities] have two options: either they send me to a deportation camp or to a hospital, but I will not leave,” said Kassem.

    “Treat us like humans, we deserve to be treated like humans. We’ve seen so many hardships in Syria, in Lebanon, in Palestine and even when we come here to Denmark – supposedly a free country – this is happening to us … So my main message is that I want to be treated as a human. Syria is not safe.”

    https://www.aljazeera.com/news/2021/6/10/denmark-refugee-grandmother-told-to-return-to-syria

    #asile #migrations #réfugiés #réfugiés_palestiniens #Syrie
    #Danemark
    –—

    Ajouté à la métaliste sur le #retour_au_pays / #expulsions de #réfugiés_syriens
    https://seenthis.net/messages/904710

    Et plus précisément ici :
    https://seenthis.net/messages/904710#message904721

  • Where is everyone? Covid and Brexit empty France’s north coast resorts | France holidays | The Guardian
    http://www.theguardian.com/travel/2021/jun/17/where-is-everyone-covid-and-brexit-empty-the-normandy-seaside
    https://i.guim.co.uk/img/media/3c8a8c909ad8c423a0bb5b1651b1c594b4a6354f/399_248_3023_1813/master/3023.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    With the approach of the summer holidays, the two French seaside towns of Saint-Valery-sur-Somme and Le Crotoy would normally be gearing up for the annual wave of tourists from neighbouring Belgium and, above all, from the UK.The resorts sit opposite each other across the majestic Bay of the Somme, a wetland of shifting sands and tides where the tranquil river suddenly expands into a spectacular estuary opening up into the Channel. The bay is a popular stop-off for British travellers heading to Paris and the south of France, as well as a place of pilgrimage for its war memorials, museums, cemeteries and battle sites. But this is not a normal year. France is just coming out of a lengthy lockdown and six months of early-evening curfews, with customers not allowed inside bars and restaurants until 9 June. Belgian visitors are few and far between as most await the implementation of the EU digital Covid passport to plan their holidays, hoping to avoid PCR tests each time they cross a border. And the British are simply absent, with France on the UK’s amber list.

    #Covid-19#migration#migrant#france#grandebretagne#passeportsanitaire#vaccination#situationepidemique#variant#tourisme#circulation#frontiere

  • L’OIM intensifie sa réponse sanitaire alors que la deuxième vague de COVID-19 frappe Cox’s Bazar | Organisation internationale pour les migrations
    https://www.iom.int/fr/news/loim-intensifie-sa-reponse-sanitaire-alors-que-la-deuxieme-vague-de-covid-19-fr

    Cox’s Bazar - Tandis qu’une deuxième vague de COVID-19 ravage l’Asie du Sud, dont le Bangladesh, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) travaille en étroite collaboration avec le gouvernement et la communauté humanitaire afin d’accélérer la fourniture d’un large éventail de services d’aide aux réfugiés rohingyas et aux communautés d’accueil.
    Suite à une recrudescence des cas de COVID-19 en mai, les autorités locales ont imposé un confinement strict dans cinq camps de réfugiés rohingyas dans les sous-districts de Teknaf et Ukhiya, à Cox’s Bazar. La campagne de vaccination des plus de 900 000 réfugiés rohingyas vivant dans ces camps est en préparation, mais la date de lancement n’a pas encore été confirmée.
    Afin de renforcer la surveillance et la détection précoce, l’OIM gère, depuis début 2020, deux centres de traitement des infections respiratoires aiguës sévères à l’intérieur des camps de réfugiés. Suite aux recommandations du gouvernement et du secteur de la santé en mai dernier, l’OIM a rapidement augmenté sa capacité de 120 lits à 173. Les deux centres de santé, ainsi que 10 autres établissements de santé, collectent des échantillons de cas suspects de COVID-19 et fournissent des conseils sur la prévention et le traitement. Les échantillons sont transportés pour être testés au laboratoire officiel de Cox’s Bazar au sein de l’Institut de recherche en épidémiologie et contrôle des maladies (IEDCR). Les résultats sont attendus dans les 48 heures.
    Pour le seul mois de mai, 2 293 échantillons ont été prélevés dans ces établissements et transportés pour être analysés  : 133 patients dont les tests étaient positifs ont été admis par la suite et 73 contacts ont été placés en quarantaine. Depuis le début de l’intervention, ces établissements ont admis près de 900 patients. Pour améliorer le diagnostic précoce et la surveillance, l’OIM a récemment ouvert six sites supplémentaires de collecte d’échantillons sentinelles de COVID-19, en collaboration avec l’Organisation mondiale de la Santé. A cette fin, 15 travailleurs sanitaires, dont six médecins, sept assistants médicaux, une sage-femme et un infirmier ont reçu une formation approfondie sur la collecte, le transport et la biosécurité des échantillons de COVID-19. L’OIM fait partie de l’équipe d’investigation et de réponse rapide mise en place par le secteur de la santé pour suivre l’identification des cas de COVID-19 et la recherche des contacts dans les camps. Depuis le début de la pandémie, ces équipes ont mis en œuvre la campagne de sensibilisation «  No Mask, No Entry  » (pas de masque, pas d’entrée) mobilisant tous les prestataires de services pour s’assurer que les mesures de prévention de la COVID-19 sont respectées dans les points de services humanitaires.
    Dans le cadre de ses mesures de prévention et de contrôle des infections, l’OIM gère également trois installations de décontamination ambulatoires afin de réduire le risque de transmission au sein du personnel et des bénéficiaires. En outre, des équipes distribuent régulièrement des équipements de protection individuelle aux établissements de santé soutenus par l’OIM. Un centre de quarantaine comprenant 93 abris pour les contacts des cas de COVID-19 a également été récemment établi dans les camps. Ce centre, qui offre de la nourriture, des examens de santé et une orientation vers d’autres services de soutien, a jusqu’à présent placé 114 contacts en quarantaine.
    Dans le cadre des activités de communication des risques et de participation communautaire de l’OIM, 350 travailleurs sanitaires communautaires organisent régulièrement des séances de promotion de la santé par le biais de visites à domicile et de séances dans les cours intérieures. En outre, une unité de transport et d’orientation dédiée est chargée de transporter les cas suspects et confirmés de COVID-19, les personnes décédées et celles qui sont sorties de l’hôpital. Afin d’atténuer la détresse et les inquiétudes des patients, les équipes de santé mentale et de soutien psychosocial de l’OIM, basées dans les établissements de santé, viennent en aide tous les patients atteints de COVID-19 en leur donnant des conseils individuels axés sur l’impact de la pandémie, le bien-être psychosocial et les stratégies d’adaptation. Le soutien à la réponse de l’OIM à la COVID-19 à Cox’s Bazar est fourni par le Service de l’UE à la protection civile et opérations d’aide humanitaire européennes (ECHO), le Bureau de la population, des réfugiés et des migrations (PRM) du Département d’Etat américain, le Département des affaires étrangères et du commerce de l’Australie (DFAT), le Foreign, Commonwealth and Development Office (FCDO) et la Banque mondiale.

    #Covid19#migrant#migration#bangladesh#rohingyas#coxsbazaar#sante#santementale#despitage#OIM#refugie#OMS#psychosocial#bienetre

  • Immigration : l’exécutif veut intensifier les expulsions d’étrangers délinquants
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/06/17/immigration-l-executif-veut-intensifier-les-expulsions-d-etrangers-delinquan

    Immigration : l’exécutif veut intensifier les expulsions d’étrangers délinquants. Cet objectif n’est pas nouveau mais se heurte à la bonne volonté des pays d’origine des personnes concernées. A un an de la présidentielle, les questions migratoires préoccupent l’exécutif, qui redoute un procès en laxisme.
    Sur les questions migratoires, le gouvernement – et en premier lieu le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin –, met en scène une rhétorique qui se veut ferme. « On juge les étrangers pour ce qu’ils font et pas pour ce qu’ils sont », a insisté le locataire de la place Beauvau à plusieurs reprises ces dernières semaines. Au sein de la majorité présidentielle, plusieurs députés répètent quant à eux la même formule : « Il ne faut pas avoir la main qui tremble. » En ligne de mire : les étrangers qui représentent une « menace grave pour l’ordre public », notamment ceux suivis pour des faits de radicalisation, parfois incarcérés, et ceux ayant été condamnés pour certains crimes ou délits. Le gouvernement tente d’accélérer leur expulsion du territoire national.
    Le 13 juin, dans Le Journal du dimanche, Gérald Darmanin a annoncé avoir réuni les préfets, deux jours plus tôt. A cette occasion, le ministre de l’intérieur a réitéré des objectifs qu’il formule depuis plusieurs mois déjà. Notamment que le nom des étrangers ayant été condamnés pour des infractions graves (homicide, viol, trafic de stupéfiants, violences conjugales…) lui soit remonté, que des sanctions administratives – comme la dégradation de titres de séjour – soient prises, et que l’expulsion des personnes concernées soit priorisée. Cette volonté de l’exécutif n’est pas nouvelle : dans une instruction datée du 29 septembre 2020, quatre jours après qu’un Pakistanais de 25 ans a blessé grièvement deux individus près des anciens locaux de Charlie Hebdo, M. Darmanin demandait déjà aux préfets « de mettre systématiquement en œuvre les procédures à même d’interrompre, dans les meilleurs délais, la présence de ces personnes sur notre territoire ». Depuis plusieurs mois, le ministre de l’intérieur réunit tous les quinze jours l’ensemble des services compétents pour « faire des points très précis, indique son entourage. Des tableaux lui remontent avec des cas individuels, c’est une question qu’il suit de très près ».
    Ces demandes réitérées du ministre de l’intérieur aux préfets sont intervenues deux jours après une réunion à l’Elysée, le 9 juin, lors de laquelle Emmanuel Macron a réuni le premier ministre ainsi que les ministres de l’intérieur, des affaires étrangères et de la justice, pour demander une accélération des expulsions d’étrangers en situation irrégulière jugés dangereux. A l’issue de cet entretien, l’Elysée a indiqué que 601 des 1 115 étrangers en situation irrégulière inscrits au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) ont été expulsés du territoire depuis 2018. « Sur les 514 restants, une bonne partie sont incarcérés et seront expulsés à leur sortie de prison », a insisté l’Elysée.
    Là encore, la préoccupation du président de la République sur la question des expulsions n’est pas nouvelle. En octobre 2019, dans un entretien accordé à Valeurs actuelles, Emmanuel Macron affichait l’objectif suivant : que 100 % des obligations de quitter le territoire français (OQTF) – délivrées aux personnes en situation irrégulière en vue d’une expulsion – soient exécutées d’ici à la fin du quinquennat, alors que leur taux oscille entre 12 % et 15 % depuis plusieurs années. Interrogé par le Figaro, début mai, Gérald Darmanin déclarait à propos de cet objectif : « C’est non seulement tenable, mais c’est ce que nous allons faire. » Si l’exécutif rapporte que le taux d’exécution des OQTF a augmenté de 34 % depuis 2016, l’Elysée tempère aujourd’hui cette annonce : « Des choses ont changé entre-temps : la crise sanitaire, la fermeture des frontières, l’exigence de tests PCR avant le renvoi. » Pour ces expulsions, la France dépend en outre de la volonté des pays d’origine de délivrer ou non des laissez-passer consulaires. Des négociations – souvent difficiles – sont notamment en cours avec les pays du Maghreb, où le ministre de l’intérieur s’est rendu à plusieurs reprises. « Le président a demandé à ce que ces négociations se poursuivent de manière très volontariste », indiquait l’Elysée à l’issue de la réunion.
    A un an de l’élection présidentielle, les questions migratoires préoccupent l’exécutif, alors qu’une partie de la droite et l’extrême droite multiplient les procès en laxisme. « Le taux d’acceptabilité de l’immigration en France et dans les pays européens est de plus en plus bas », avance l’Elysée. En 2018, au moment du vote de la loi dite « asile-immigration », la majorité résumait ainsi sa politique migratoire : humanité et fermeté. « Aujourd’hui, l’immigration souffre de son traitement uniquement sécuritaire », dénonce Sonia Krimi, députée LRM de la Manche, par ailleurs rapporteuse d’une commission d’enquête à l’Assemblée nationale visant à évaluer les conditions d’accueil des migrants en France. « On fait en permanence un lien entre sécurité et immigration, c’est tellement plus simple que de trouver des vraies solutions aux enjeux migratoires », fustige-t-elle.
    « On n’a pas dévié de cet équilibre d’humanité et de fermeté, plaide Aurore Bergé, député LRM des Yvelines. Mais c’est un équilibre qui est difficile à tenir, il y a une pression très forte des Français et des médias sur ces questions-là, beaucoup de “fake news” circulent, si bien que si on veut continuer à accueillir, il faut montrer qu’on est ferme, reconduire vite et de manière effective à la frontière. »Pour le député du Val-d’Oise Aurélien Taché, ex-LRM, les déclarations successives de l’exécutif sur les expulsions ne sont que « pure communication ». « 100 % d’OQTF exécutées, c’est impossible. Annoncer cela, c’est de la démagogie. C’est très dangereux dans un moment où le Rassemblement national est aussi haut. L’extrême droite a imposé ses thèmes et plus personne n’a le courage de les contrer. » Le ministère de l’intérieur assure, lui, conserver une « position d’équilibre ».

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#politiquemigratoire#OQTF#expulsion#securité#immigration#test#paysdorigine

  • Immigration : l’exécutif veut intensifier les expulsions d’étrangers délinquants
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/06/17/immigration-l-executif-veut-intensifier-les-expulsions-d-etrangers-delinquan

    Immigration : l’exécutif veut intensifier les expulsions d’étrangers délinquants. Cet objectif n’est pas nouveau mais se heurte à la bonne volonté des pays d’origine des personnes concernées. A un an de la présidentielle, les questions migratoires préoccupent l’exécutif, qui redoute un procès en laxisme.
    Sur les questions migratoires, le gouvernement – et en premier lieu le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin –, met en scène une rhétorique qui se veut ferme. « On juge les étrangers pour ce qu’ils font et pas pour ce qu’ils sont », a insisté le locataire de la place Beauvau à plusieurs reprises ces dernières semaines. Au sein de la majorité présidentielle, plusieurs députés répètent quant à eux la même formule : « Il ne faut pas avoir la main qui tremble. » En ligne de mire : les étrangers qui représentent une « menace grave pour l’ordre public », notamment ceux suivis pour des faits de radicalisation, parfois incarcérés, et ceux ayant été condamnés pour certains crimes ou délits. Le gouvernement tente d’accélérer leur expulsion du territoire national.
    Le 13 juin, dans Le Journal du dimanche, Gérald Darmanin a annoncé avoir réuni les préfets, deux jours plus tôt. A cette occasion, le ministre de l’intérieur a réitéré des objectifs qu’il formule depuis plusieurs mois déjà. Notamment que le nom des étrangers ayant été condamnés pour des infractions graves (homicide, viol, trafic de stupéfiants, violences conjugales…) lui soit remonté, que des sanctions administratives – comme la dégradation de titres de séjour – soient prises, et que l’expulsion des personnes concernées soit priorisée. Cette volonté de l’exécutif n’est pas nouvelle : dans une instruction datée du 29 septembre 2020, quatre jours après qu’un Pakistanais de 25 ans a blessé grièvement deux individus près des anciens locaux de Charlie Hebdo, M. Darmanin demandait déjà aux préfets « de mettre systématiquement en œuvre les procédures à même d’interrompre, dans les meilleurs délais, la présence de ces personnes sur notre territoire ». Depuis plusieurs mois, le ministre de l’intérieur réunit tous les quinze jours l’ensemble des services compétents pour « faire des points très précis, indique son entourage. Des tableaux lui remontent avec des cas individuels, c’est une question qu’il suit de très près ».
    Ces demandes réitérées du ministre de l’intérieur aux préfets sont intervenues deux jours après une réunion à l’Elysée, le 9 juin, lors de laquelle Emmanuel Macron a réuni le premier ministre ainsi que les ministres de l’intérieur, des affaires étrangères et de la justice, pour demander une accélération des expulsions d’étrangers en situation irrégulière jugés dangereux. A l’issue de cet entretien, l’Elysée a indiqué que 601 des 1 115 étrangers en situation irrégulière inscrits au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT) ont été expulsés du territoire depuis 2018. « Sur les 514 restants, une bonne partie sont incarcérés et seront expulsés à leur sortie de prison », a insisté l’Elysée.
    Là encore, la préoccupation du président de la République sur la question des expulsions n’est pas nouvelle. En octobre 2019, dans un entretien accordé à Valeurs actuelles, Emmanuel Macron affichait l’objectif suivant : que 100 % des obligations de quitter le territoire français (OQTF) – délivrées aux personnes en situation irrégulière en vue d’une expulsion – soient exécutées d’ici à la fin du quinquennat, alors que leur taux oscille entre 12 % et 15 % depuis plusieurs années. Interrogé par le Figaro, début mai, Gérald Darmanin déclarait à propos de cet objectif : « C’est non seulement tenable, mais c’est ce que nous allons faire. » Si l’exécutif rapporte que le taux d’exécution des OQTF a augmenté de 34 % depuis 2016, l’Elysée tempère aujourd’hui cette annonce : « Des choses ont changé entre-temps : la crise sanitaire, la fermeture des frontières, l’exigence de tests PCR avant le renvoi. » Pour ces expulsions, la France dépend en outre de la volonté des pays d’origine de délivrer ou non des laissez-passer consulaires. Des négociations – souvent difficiles – sont notamment en cours avec les pays du Maghreb, où le ministre de l’intérieur s’est rendu à plusieurs reprises. « Le président a demandé à ce que ces négociations se poursuivent de manière très volontariste », indiquait l’Elysée à l’issue de la réunion.
    A un an de l’élection présidentielle, les questions migratoires préoccupent l’exécutif, alors qu’une partie de la droite et l’extrême droite multiplient les procès en laxisme. « Le taux d’acceptabilité de l’immigration en France et dans les pays européens est de plus en plus bas », avance l’Elysée. En 2018, au moment du vote de la loi dite « asile-immigration », la majorité résumait ainsi sa politique migratoire : humanité et fermeté. « Aujourd’hui, l’immigration souffre de son traitement uniquement sécuritaire », dénonce Sonia Krimi, députée LRM de la Manche, par ailleurs rapporteuse d’une commission d’enquête à l’Assemblée nationale visant à évaluer les conditions d’accueil des migrants en France. « On fait en permanence un lien entre sécurité et immigration, c’est tellement plus simple que de trouver des vraies solutions aux enjeux migratoires », fustige-t-elle.
    « On n’a pas dévié de cet équilibre d’humanité et de fermeté, plaide Aurore Bergé, député LRM des Yvelines. Mais c’est un équilibre qui est difficile à tenir, il y a une pression très forte des Français et des médias sur ces questions-là, beaucoup de “fake news” circulent, si bien que si on veut continuer à accueillir, il faut montrer qu’on est ferme, reconduire vite et de manière effective à la frontière. »Pour le député du Val-d’Oise Aurélien Taché, ex-LRM, les déclarations successives de l’exécutif sur les expulsions ne sont que « pure communication ». « 100 % d’OQTF exécutées, c’est impossible. Annoncer cela, c’est de la démagogie. C’est très dangereux dans un moment où le Rassemblement national est aussi haut. L’extrême droite a imposé ses thèmes et plus personne n’a le courage de les contrer. » Le ministère de l’intérieur assure, lui, conserver une « position d’équilibre ».

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#politiquemigratoire#OQTF#expulsion#securité#immigration#test#paysdorigine

  • A l’approche de l’été, l’UE rouvre petit à petit ses frontières
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/06/16/a-l-approche-de-l-ete-l-ue-rouvre-petit-a-petit-ses-frontieres_6084423_3244.

    A l’approche de l’été, l’UE rouvre petit à petit ses frontières. Les Vingt-Sept ont ajouté, mercredi, les Etats-Unis à la liste des pays dont les ressortissants peuvent voyager au sein de l’Union européenne, quel que soit le motif de leur déplacement.
    Joe Biden avait à peine quitté Bruxelles, après le sommet Europe-Etats-Unis, à l’occasion duquel les deux partenaires avaient annoncé une trêve dans le conflit Airbus-Boeing, que les Vingt-Sept autorisaient les touristes américains à revenir sur le Vieux Continent. Mercredi 16 juin, ils ont en effet élargi la liste des pays – jusqu’alors composée du Japon, de l’Australie, d’Israël, de la Nouvelle-Zélande, du Rwanda, de Singapour, de la Corée du Sud et de la Thaïlande – dont les ressortissants peuvent voyager au sein de l’Union européenne (UE), quel que soit le motif de leur déplacement. Et y ont ajouté les Etats-Unis, mais aussi l’Albanie, le Liban, la Macédoine du Nord, la Serbie, Taïwan, Hongkong et Macao. L’UE, qui avait fermé ses frontières extérieures pour les voyages non essentiels en mars 2020, se rouvre petit à petit, à l’approche de l’été et des grandes vacances. Elle prend ses décisions en fonction de la situation épidémiologique (le taux d’incidence doit être inférieur à 75 cas de Covid-19 pour 100 000 habitants sur les quatorze derniers jours) du pays tiers, de l’avancement de sa campagne de vaccination, du nombre de tests menés, ou encore de la fiabilité des données. Ces critères ne sont cependant pas automatiques. Ainsi, même si le Royaume-Uni les remplit, les Britanniques restent interdits de séjour en Europe, sauf pour voyage essentiel. « La situation n’est pas stabilisée outre-Manche. On attend d’y voir plus clair sur l’évolution des variants là-bas avant de se prononcer », explique un diplomate. Mais, même si les frontières européennes sont de nouveau ouvertes aux touristes américains ou libanais, rien n’empêche les Etats membres de leur imposer un test ou une quarantaine. En ce qui concerne les Américains, Bruxelles est en discussion avec Washington pour une reconnaissance mutuelle des certificats sanitaires, qui doivent permettre à leur détenteur de prouver qu’il a été vacciné, testé négatif ou qu’il est immunisé après avoir contracté le virus, et l’autoriser à venir en Europe sans restriction.

    #Covid-19#migrant#migration#UE#etatsunis#grandebretagne#sante#vaccination#variant#circulation#frontiere#tourisme#situationepidemiologique#tauxincidence

  • A l’approche de l’été, l’UE rouvre petit à petit ses frontières
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/06/16/a-l-approche-de-l-ete-l-ue-rouvre-petit-a-petit-ses-frontieres_6084423_3244.

    A l’approche de l’été, l’UE rouvre petit à petit ses frontières. Les Vingt-Sept ont ajouté, mercredi, les Etats-Unis à la liste des pays dont les ressortissants peuvent voyager au sein de l’Union européenne, quel que soit le motif de leur déplacement.
    Joe Biden avait à peine quitté Bruxelles, après le sommet Europe-Etats-Unis, à l’occasion duquel les deux partenaires avaient annoncé une trêve dans le conflit Airbus-Boeing, que les Vingt-Sept autorisaient les touristes américains à revenir sur le Vieux Continent. Mercredi 16 juin, ils ont en effet élargi la liste des pays – jusqu’alors composée du Japon, de l’Australie, d’Israël, de la Nouvelle-Zélande, du Rwanda, de Singapour, de la Corée du Sud et de la Thaïlande – dont les ressortissants peuvent voyager au sein de l’Union européenne (UE), quel que soit le motif de leur déplacement. Et y ont ajouté les Etats-Unis, mais aussi l’Albanie, le Liban, la Macédoine du Nord, la Serbie, Taïwan, Hongkong et Macao. L’UE, qui avait fermé ses frontières extérieures pour les voyages non essentiels en mars 2020, se rouvre petit à petit, à l’approche de l’été et des grandes vacances. Elle prend ses décisions en fonction de la situation épidémiologique (le taux d’incidence doit être inférieur à 75 cas de Covid-19 pour 100 000 habitants sur les quatorze derniers jours) du pays tiers, de l’avancement de sa campagne de vaccination, du nombre de tests menés, ou encore de la fiabilité des données. Ces critères ne sont cependant pas automatiques. Ainsi, même si le Royaume-Uni les remplit, les Britanniques restent interdits de séjour en Europe, sauf pour voyage essentiel. « La situation n’est pas stabilisée outre-Manche. On attend d’y voir plus clair sur l’évolution des variants là-bas avant de se prononcer », explique un diplomate. Mais, même si les frontières européennes sont de nouveau ouvertes aux touristes américains ou libanais, rien n’empêche les Etats membres de leur imposer un test ou une quarantaine. En ce qui concerne les Américains, Bruxelles est en discussion avec Washington pour une reconnaissance mutuelle des certificats sanitaires, qui doivent permettre à leur détenteur de prouver qu’il a été vacciné, testé négatif ou qu’il est immunisé après avoir contracté le virus, et l’autoriser à venir en Europe sans restriction.

    #Covid-19#migrant#migration#UE#etatsunis#grandebretagne#sante#vaccination#variant#circulation#frontiere#tourisme#situationepidemiologique#tauxincidence

  • « La #Tunisie, c’est trop difficile » : à #Sfax, des migrants subsahariens désabusés en quête d’Europe

    La hausse des départs de migrants depuis la Tunisie a atteint en 2020 un pic inédit depuis 2011. Mais la majorité des candidats à l’exil ne sont plus des Tunisiens. Les étrangers, essentiellement des ressortissants d’Afrique subsaharienne, constituent 53 % des migrants arrivés de Tunisie en Italie au premier trimestre 2021, selon le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES).

    https://www.dailymotion.com/video/x818ihr


    #migrations #asile #réfugiés #migrants_sub-sahariens #vidéo
    ping @_kg_

  • Covid-19 dans le monde : les voyageurs en provenance des Etats-Unis autorisés à entrer dans l’Union européenne, même non vaccinés
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/06/16/covid-19-dans-le-monde-les-voyageurs-en-provenance-des-etats-unis-autorises-

    L’Union européenne rouvre un peu plus ses frontières
    Les ambassadeurs des Vingt-Sept ont donné leur feu vert mercredi à l’ajout des Etats-Unis à leur liste des pays et territoires dont les voyageurs, même non vaccinés contre le Covid-19, peuvent être admis dans l’Union européenne (UE). Outre les Etats-Unis, ce sont l’Albanie, le Liban, la Macédoine du Nord, la Serbie, Taïwan, Hongkong et Macao qui ont également été ajoutés à cette liste, laquelle comprenait jusqu’alors seulement huit pays (Japon, Australie, Israël, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Singapour, Corée du Sud et Thaïlande).
    Cela n’empêche en revanche pas que les voyageurs en provenance de ces pays ou territoires puissent être soumis par les Etats où ils se rendent à des mesures telles que des tests ou une quarantaine. Pour mémoire, l’UE avait décidé en mai d’autoriser l’accès à son espace à tout voyageur vacciné, d’où qu’il provienne. Pour arrêter leur liste, les Européens se fondent notamment sur la situation épidémiologique du pays, ainsi que sur l’avancement de sa campagne de vaccination, le nombre de tests menés, et sur la fiabilité des données. Les pays sont admis à y figurer s’ils ont enregistré moins de 75 cas de Covid pour 100 000 habitants sur les quatorze derniers jours.

    #Covid-19#migrant#migrationUE#etatsunis#sante#circulation#frontiere#paysàrisque#vaccination#test

  • « Brûler » les frontières sans se brûler : le périple d’Adem, jeune migrant tunisien
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/06/16/bruler-les-frontieres-sans-se-bruler-le-periple-d-adem-jeune-migrant-tunisie

    « Brûler » les frontières sans se brûler : le périple d’Adem, jeune migrant tunisien. Il a envoyé une photo de lui sur WhatsApp devant la tour Eiffel, accompagné d’un petit mot. « A Paris, depuis trois jours. » La dernière fois qu’on avait croisé Adem*, c’était l’été dernier, à la terrasse d’un fast-food de Mahdia, dans l’est de la Tunisie, par une nuit chaude et suffocante. Cet ancien employé de la base nautique d’un hôtel trois-étoiles avait raconté sa vie de « harrag », de « brûleur » de frontières en arabe. A l’époque, le jeune homme de 25 ans préparait son cinquième départ vers l’île italienne de Lampedusa. Avec six amis, il a finalement réussi à rejoindre, le 27 août 2020 vers 17 heures, sans passeport ni visa, ce bout de terre considéré comme la porte d’entrée de l’Europe.

    Depuis le début de l’année, près de 2 000 Tunisiens ont pris le large comme lui, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Et d’après le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), plus de 100 personnes sont mortes, entre janvier et avril. « Moi, j’ai brûlé sans me brûler », dit Adem.

    Qu’il semble loin le jour où le jeune Tunisien a mis les pieds à Lampedusa… Arrêté à son arrivée sur l’île, il a été placé avec ses compagnons en quarantaine dans un bateau, Covid oblige. Pour éviter une expulsion plus rapide, Adem ne dit pas à ceux qui l’interrogent qu’il était l’unique pilote du pneumatique, c’est l’une des leçons qu’il a retenues de ses précédentes tentatives.Transféré dans un centre de rétention à Bari après l’isolement sanitaire, il pense reconnaître un visage familier, celui d’un officiel tunisien qu’il a croisé lors de sa première tentative, en 2014. « Je lui ai dit cash : “La dernière fois, vous m’avez expulsé, qu’est-ce que vous avez gagné ? Je veux simplement vivre. Je ne suis pas un voleur.” Il s’est comporté comme un homme. Il n’a pas signé mon avis d’expulsion. » Au terme d’un mois en rétention, Adem est relâché avec un laissez-passer par les autorités italiennes. Officiellement, il a quelques jours pour quitter le territoire.
    Le jeune homme a longtemps rêvé de ce précieux sésame. Certes, il entre en Europe par la plus petite des portes, mais l’essentiel est ailleurs : une nouvelle vie s’ouvre après des années d’incertitude. Une fois libéré, il rejoint Palerme où réside une de ses tantes et trouve un travail d’ouvrier agricole. Dans les serres, il arrache des mauvaises herbes, mange de la poussière en cueillant des tomates et des aubergines aux côtés d’autres sans-papiers. Après des semaines sans salaire, son patron consent à lui verser 10 euros par jour, le double de ce qu’il gagnait quand il conduisait des jet-skis pour les touristes à Mahdia. « Au bout de plusieurs mois, je touchais 35 euros parce que j’avais plus d’expérience. Ce travail m’a cassé le dos. Je ne peux plus voir une tomate et une aubergine », lâche-t-il dans un éclat de rire.
    Avec l’argent accumulé, il a pu s’offrir quelques vêtements et financer le voyage jusqu’à Vintimille, dernier stop avant la France. Le reste, il l’a envoyé à ses parents. Mais avant d’arriver à la frontière, le jeune Tunisien a dû traverser la Botte en bus, plus discret que le train, en passant de grandes villes en grandes villes. Durant ce voyage, il lui faut éviter à tout prix le contrôle de police.
    Une fois arrivée à Vintimille, début mai, une autre difficulté l’attend : traverser la frontière sans se faire repérer. Là-bas, il rencontre des passeurs. Tunisiens, Marocains, Français… le migrant a l’embarras du choix. « Il y a un vrai marché et des arnaques aussi. Tout le monde veut profiter de nous, surtout les Français », assure-t-il. Il rencontre deux frères tunisiens en qui il a très vite confiance. Prix réclamé ? 200 euros. Il part de nuit à travers les sentiers : 20 km à se cacher de la police, des voitures, parfois en traversant un tunnel… « J’ai eu peur », confie-t-il.
    Aujourd’hui, Adem est hébergé chez des Tunisiens dans une lointaine banlieue. Ce sont des amis d’amis qui ont été, comme lui, sans-papiers avant d’être régularisés. Par solidarité, ils ont accepté de le loger sans contrepartie. Le jeune homme a déjà trouvé un emploi, au noir forcément : « Dès que je suis arrivé, j’ai cherché du travail. Je me suis rendu dans les quartiers arabes de la ville pour me renseigner et devant les chantiers.
    Après plus de deux heures à raconter son histoire presque en apnée, il tient à préciser que « l’immigration, c’est psychologiquement difficile. La solitude est terrible. » De son périple, il retient une rencontre avec une femme, originaire de Sfax, une ville située non loin de la sienne. « Son mari vit en France, mais elle n’a pas pu obtenir de papiers pour le rejoindre. Alors, elle a pris le bateau avec ses deux bébés sous le bras. Ça m’a choqué, raconte-t-il ému. Tout le monde peut être un jour un migrant. »Adem sait que la France n’est pas un eldorado. S’il avait eu le choix, il serait resté en Tunisie. « J’aime mon pays, je n’aurai jamais pensé le quitter. Je veux juste travailler quelques années, aider ma famille et y retourner un jour », se promet-il. Il a conscience aussi que les sans-papiers peuvent être mal vus. Alors, il ne demande qu’une chose : « Qu’on me donne ma chance. Je ne suis pas venu vendre de la drogue. Je vais tout faire pour être la meilleure personne possible. On se doit de présenter la meilleure image parce que d’autres vont venir derrière nous. »

    #Covid-19#migration#migrant#tunisie#italie#france#sante#santementale#parcoursmigratoire#migrationirreguliere#

  • HCR - Le HCR, l’OIM et les partenaires humanitaires appellent à aider d’urgence les réfugiés et migrants du Venezuela et leurs hôtes
    https://www.unhcr.org/fr/news/press/2021/6/60c8c250a/hcr-loim-partenaires-humanitaires-appellent-aider-durgence-refugies-migrants.

    Le HCR, l’OIM et les partenaires humanitaires appellent à aider d’urgence les réfugiés et migrants du Venezuela et leurs hôtes. Plus de 5,6 millions de Vénézuéliens ont quitté leur pays, la plupart pour des pays d’Amérique latine et des Caraïbes.
    En prévision d’une Conférence internationale des donateurs qui se tiendra le 17 juin, le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) appellent à un soutien international renouvelé pour répondre aux besoins urgents des réfugiés et migrants originaires du Venezuela et apporter un appui aux pays qui les accueillent. « Comme l’exode des Vénézuéliens se prolonge, le risque est de voir cette crise sombrer dans l’oubli », a déclaré le Représentant spécial conjoint du HCR et de l’OIM pour les réfugiés et migrants vénézuéliens, Eduardo Stein. « La pandémie de Covid-19 poursuit ses ravages dans la région et l’avenir de millions de réfugiés et migrants et de membres des communautés hôtes est en péril. La solidarité et l’engagement sont plus nécessaires que jamais pour assurer la fourniture continue de l’aide. » Les confinements prolongés, la perte des moyens d’existence et l’augmentation de la pauvreté forcent de nombreux réfugiés et migrants vénézuéliens à compter sur l’aide humanitaire d’urgence pour survivre. Les besoins sont immenses dans les domaines de la santé, la sécurité alimentaire, l’approvisionnement en eau et l’hygiène de base ainsi que pour l’accès à l’éducation et aux activités rémunératrices. La pandémie a également provoqué une hausse des cas d’expulsion et du nombre de sans-abri, ainsi qu’un dramatique accroissement des signalements de violences sexistes et des besoins en matière de santé mentale.
    Le flux continu de réfugiés et migrants qui quittent le Venezuela est l’une des plus importantes crises de déplacement externe dans le monde. À ce jour, plus de 5,6 millions de personnes ont déjà quitté leur pays. Dans ce contexte, le Plan régional 2021 d’aide pour les réfugiés et les migrants réunit 159 organisations dans le but de répondre aux besoins urgents et de mettre en place des solutions à plus long terme pour la résilience et l’intégration de près de 3,3 millions de Vénézuéliens et de membres des communautés hôtes. Ce plan d’un montant de 1,44 milliard de dollars demeure toutefois largement sous-financé. Les pays d’Amérique latine et des Caraïbes accueillent 80% des réfugiés et migrants vénézuéliens. Ils ont continué de faire preuve de solidarité à leur égard durant la crise sanitaire mondiale, notamment en instaurant de vastes programmes de régularisation. Toutefois, les capacités de ces pays ont été gravement mises à mal par la pandémie.
    « La charge ne devrait pas reposer uniquement sur les pays de la région. La communauté internationale se doit d’appuyer ces efforts qui favorisent la stabilité régionale », a ajouté Eduardo Stein. « Un déficit de financement priverait de protection des centaines de milliers de personnes qui se retrouveraient avec des options limitées pour reconstruire leur existence dans la dignité. »

    #Covid-19#migrant#migration#venezuela#sante#refugie#economie#vulnerabilite#crise#resilence#integration

  • Ireland to double quarantine period for unvaccinated UK arrivals | Coronavirus | The Guardian
    http://www.theguardian.com/world/2021/jun/15/ireland-double-quarantine-period-unvaccinated-uk-arrivals-coronavirus
    https://i.guim.co.uk/img/media/fc2ece7a7b76a09d37cde2fd98e5ab1978ec3765/164_0_3285_1971/master/3285.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Ireland to double quarantine period for unvaccinated UK arrivals. Travellers not fully vaccinated face 10 days in quarantine amid concerns over spread of Delta variant. Ireland is to double to 10 days its quarantine period for travellers from the UK who are not fully vaccinated, joining a growing list of countries imposing stricter travel rules on British arrivals due to concerns over the rapid spread of the Delta variant.
    The announcement came after Boris Johnson on Monday delayed by a month the final stage of England’s exit from lockdown amid accusations the government should have acted faster by placing India, where the variant was first detected, on its red restricted-travel list before 23 April.
    Neighbouring Pakistan and Bangladesh had been added to the UK’s red list on 9 April, with India following a fortnight later, four days after a visit to the country during which Johnson hoped to announce a new trade deal was called off. The Delta variant accounts for 90% of new UK cases and critics have argued that since half of early infections involved international travel, a ban on all arrivals except UK citizens and residents should, as some argued at the time, have been imposed earlier. In fact, Britain was one of the first major western countries to severely restrict travel from India over Delta variant concerns. The French government announced a mandatory 10-day quarantine and test for all arrivals from India on 22 April, with Germany following suit four days later.Berlin designated India as a “virus variant area with a significantly elevated risk of infection”, in effect barring entry to the country, even with a valid visa, for almost everyone – except German nationals – who visited India during the last 10 days.

    #Covid-19#migrant#migration#grandebretagne#irlande#sante#circulation#frontiere#vaccination#quarantaine#variant

  • A cause du variant Delta, l’Angleterre repousse d’un mois la fin de son déconfinement
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/06/14/a-cause-du-variant-delta-l-angleterre-repousse-d-un-mois-la-fin-de-son-decon

    Cela n’a rien d’une surprise au vu de la progression exponentielle du variant Delta du SARS-CoV-2 sur le territoire national. Le premier ministre britannique, Boris Johnson, a confirmé, lundi 14 juin, que le « Freedom Day », le jour où toutes les restrictions sanitaires devaient être enfin levées après trois mois d’un long déconfinement, serait décalé d’un mois, passant du 21 juin au 19 juillet. Cette décision ne concerne que l’Angleterre. L’Irlande du Nord, le Pays de Galles et l’Ecosse disposent de leur propre politique sanitaire. Mais il est probable que leurs gouvernements suivent : plus contagieux d’au moins 60 % par rapport au variant Alpha – détecté pour la première fois dans le comté anglais du Kent –, probablement plus virulent aussi (le risque d’hospitalisation est deux fois supérieur, selon une étude préliminaire publiée par la revue The Lancet lundi), le variant Delta, dit « indien », est en effet désormais prévalent sur l’ensemble du territoire britannique. Il concerne plus de 90 % des nouveaux cas de contamination, du nord au sud du pays. (...)Il est manifeste que le Royaume-Uni est confronté à une troisième vague infectieuse nourrie par le variant Delta, alors que les deux premières vagues ont déjà entraîné le décès de presque 128 000 personnes. Lundi, 7 742 nouveaux cas avaient été détectés sur les dernières vingt-quatre heures, soit une hausse de 45,5 % sur une semaine.
    Les critiques sont également véhémentes du côté des experts et de l’opposition travailliste au gouvernement Johnson, qui regrettent une troisième vague, évitable de leur point de vue. « La seule raison pour laquelle on en est là, c’est parce que les conservateurs n’ont pas su sécuriser les frontières nationales et ont laissé s’installer un variant venu d’outre-mer », a dénoncé Jonathan Ashworth, ministre de la santé du « cabinet fantôme » travailliste.De fait, l’Angleterre, qui compte la plus importante communauté indo-pakistanaise d’Europe (4,5 % de sa population), a identifié le premier cas de variant Delta sur son territoire dès le 25 mars et a imposé une quarantaine stricte obligatoire aux voyageurs de retour du Pakistan ou du Bangladesh dès le 2 avril. Mais l’Inde n’a rejoint ces pays dans la liste rouge que le 23 avril. Pour des raisons diplomatiques, ont laissé entendre les médias nationaux : M. Johnson avait prévu une visite officielle en Inde à la mi-avril pour rencontrer le premier ministre, Narendra Modi. Visite qu’il a finalement annulée, mais au dernier moment, alors que l’Inde était submergée par une virulente deuxième vague.

    #Covid-19#migrant#angleterre#inde#pakistan#sante#variant#diplomatie#frontiere#circulation

  • Au Népal, l’impossible mesure de l’ampleur du Covid-19 lors de la saison des ascensions
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/06/15/au-nepal-le-covid-19-a-perturbe-la-saison-des-ascensions-himalayennes_608418

    Lorsqu’il s’est envolé pour le Népal afin de tenter l’ascension du mont Everest (8 848 mètres), le Norvégien Erlend Ness n’imaginait pas qu’il marquerait la chronique himalayenne d’une manière aussi insolite. Ce ne sont, en effet, ni la terrible cascade de glace aux crevasses insondables, ni les avalanches provoquées par l’enneigement inhabituel – dû au passage de deux cyclones – qui l’ont privé de son Graal, mais le Covid-19.
    Le 14 avril, à peine arrivé à pied depuis le minuscule aéroport de Lukla (2 860 mètres) au camp de base (EBC) à 5 345 mètres au-dessus du niveau de la mer, après une petite semaine de trek à travers la vallée du Khumbu, ce propriétaire d’agence immobilière de 57 ans est devenu le premier prétendant au sommet du « Toit du monde » évacué par hélicoptère à cause du virus.« Qui aurait pu prévoir ça, alors que les autorités parlaient seulement de quelques dizaines de cas à Katmandou et nous encourageaient à venir, moyennant un test PCR négatif avant le départ et un à l’arrivée ? », interroge-t-il depuis son domicile de Trondheim, où il récupère « plutôt bien » après une hospitalisation à plusieurs milliers de dollars à Katmandou.
    Enclavé entre la Chine – qui, cette année, a interdit son versant tibétain de l’Everest aux alpinistes – et l’Inde – qui connaît depuis début mars un terrible regain de la pandémie –, le Népal semblait avoir réussi à contenir la vague de Covid-19 du 2020 en fermant ses frontières et ses montagnes.
    Mais très peu de tests y étaient pratiqués et l’énorme manque à gagner, pour ce pays très dépendant du tourisme, a poussé son gouvernement à tenter un pari des plus risqués visant à requinquer l’hôtellerie et le business des expéditions cette année.Il a assoupli son protocole sanitaire qui comprenait à l’origine une quarantaine obligatoire de sept jours. Le département « montagnes » du ministère du tourisme, qui gère l’accès aux sommets népalais de plus de 7 000 mètres, a délivré pour l’Everest le nombre record de 408 permis d’ascension à 11 000 dollars pièce (environ 9 000 euros) à des alpinistes étrangers, divisés en 43 équipes. S’y sont ajoutés environ 150 permis meilleur marché, répartis sur le Lhotse (8 516 mètres), le Nuptse (7 861 mètres) et le Pumori (7 161 mètres) voisins.
    Avec les guides et le personnel logistique, près de 2 000 personnes ont élu domicile à l’EBC de mi-mars à mi-mai. « La Colline » (surnom du camp de base) s’est muée en un cluster géant en puissance, au moment où les villes népalaises et leurs hôpitaux, surchargés et démunis, en appelaient au monde entier pour être ravitaillés en oxygène.Les médecins de l’Association himalayenne de secours (Himalayan Rescue Association, HRA) venus ausculter Erlend Ness sous sa tente n’ont, selon lui, « jamais prononcé le mot de Covid ». Ils ont ordonné son évacuation pour des « symptômes évocateurs d’un œdème pulmonaire ». Et pour cause. Le gouvernement népalais avait interdit la pratique de tests PCR rapides aux préposés de cette ONG népalaise, présente pour la saison à l’EBC : une décision visant à soigner la réputation de l’Everest, vitrine touristique nationale.Erlend Ness n’a été officiellement testé positif au Covid-19, et enregistré comme tel par le ministère de la santé népalais, qu’à son arrivée à l’hôpital à Katmandou. Meera Acharya, chef du département « montagnes » au ministère du tourisme a eu beau jeu d’affirmer, chaque fois qu’elle était interrogée sur l’EBC, qu’elle n’avait « pas connaissance » d’évacuations dues au Covid.
    « Les autorités népalaises donnent des informations sur le Covid [dans les camps de base] en partant des rapports fournis par les chefs d’expéditions au ministère », a plaidé Mme Acharya dans un courriel au Monde, se justifiant de n’avoir pas disposé de ces données durant la période d’ascension, qui a pris fin début juin.Le guide autrichien Lukas Furtenbach, lui aussi, a d’abord cru son équipe à l’abri. Le médecin d’expédition qu’il avait embauché s’était muni de 3 000 tests rapides afin de pouvoir contrôler, tout au long du trek d’approche et des rotations d’acclimation, ses clients et leur encadrement népalais. Par précaution, le patron de Furtenbach Adventures leur avait aussi interdit de frayer avec d’autres expéditions à l’EBC.Mais des cas positifs dans ses rangs et une jam session, animée dans une vaste tente par une star américain de la pop réunissant plusieurs équipes, l’ont décidé à annuler son expédition. « Les leaders des équipes qui ont organisé cette fête s’en sont largement fait l’écho sur les réseaux sociaux, raconte-t-il au Monde, par téléphone, depuis l’EBC. Or, à eux tous, ils avaient déjà évacué une bonne quarantaine de leurs membres infectés au Covid, et il y avait parmi eux des gens sans masque, arrivés du Dhaulagiri (8 167 m), et dont aucun n’avait été testé. »Dénonçant un « scandale », Lukas Furtenbach a levé le camp « en concertation avec [son] médecin d’expédition », sans comprendre pourquoi le ministère du tourisme s’entêtait « à nier une épidémie énorme, au risque de perdre toute crédibilité ».
    « J’ai appelé, sans être entendu, à des tests massifs à l’ECB car la HRA, officieusement, les opérateurs d’expéditions, les pilotes d’hélicoptère qui procèdent aux évacuations, les compagnies d’assurances et les alpinistes infectés confirment tous l’existence d’une multitude de cas, a-t-il insisté. C’est criminel d’un point de vue légal comme d’un point de vue moral d’envoyer pour l’ascension – même s’ils veulent y aller – des clients, porteurs et guides susceptibles de déclarer un virus mortel dans les camps supérieurs où toute évacuation héliportée est impossible. »Pour la Dre Dominique Jean, infectiologue, spécialiste de la médecine d’altitude – à laquelle elle forme des médecins népalais – et vice-présidente de la Société internationale de médecine de montagne (ISSM), amener des groupes étrangers au Népal, ce printemps, était « irresponsable » : « Excepté les guides, porteurs et personnels de cuisine des très grosses agences d’expéditions, nombre de gens n’ont jamais été testés et encore moins vaccinés ».Or, sans tests rapides systématiques à l’arrivée au camp de base, sauf en cas de perte du goût et de l’odorat, il est « impossible de faire la distinction entre les symptômes du Covid et ceux de maladies fréquemment développées en haute altitude (difficultés respiratoires, toux, diarrhées…) ».
    Les conséquences sanitaires de l’existence de clusters de haute altitude au Népal ne seront probablement jamais démontrées, faute d’un dépistage et d’un traçage efficaces. Mais l’Everest et les autres sommets népalais de 8 000 mètres continuent d’aimanter les alpinistes. »

    #Covid-19#migrant#migration#nepal#inde#chine#sante#cluster#economie#depistage#sport

  • En Arabie saoudite, « la féminisation spectaculaire de la population active serait l’une des conséquences du Covid-19 »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/06/15/en-arabie-saoudite-la-feminisation-spectaculaire-de-la-population-active-ser

    En Arabie saoudite, « la féminisation spectaculaire de la population active serait l’une des conséquences du Covid-19 » Julien Bouissou

    Les chercheurs du club de réflexion américain Brookings Institution n’y ont d’abord rien compris. Nayib Rivera, Johannes Koettl et Sofia Gomez Tamayo ont découvert, non sans stupeur, que le taux d’activité des femmes dans la très conservatrice Arabie saoudite avait bondi de 64 % en seulement deux ans. Un phénomène d’une ampleur rarement observée ailleurs dans le monde : entre 2018 et 2020, le taux d’activité des Saoudiennes, c’est-à-dire celles qui travaillent ou sont à la recherche d’un emploi, est passé de 19,7 % à 33 %. Dans le secteur de l’hôtellerie et la restauration, elles représentent désormais 40 % de la population active. Ce mouvement de féminisation était encore inimaginable il y a quelques années : c’est seulement en 2012 que les femmes ont été autorisées pour la première fois à travailler ailleurs que dans des bureaux à l’abri des regards, dans des magasins. Avec le lancement, en 2016, de Vision 2030, le plan de réformes économiques et sociales du prince héritier Mohammed Ben Salman, la place des femmes dans la société saoudienne change rapidement. Les restrictions à l’emploi de nuit ou dans le secteur industriel sont assouplies, et elles sont plus nombreuses à étudier. Depuis que les femmes sont autorisées à conduire, par exemple, il est plus facile pour elles d’occuper un emploi, comme l’écrivent les chercheurs de la Brookings Institution dans leur article, publié en mars.
    A la mi-mai, d’autres chercheurs du même club pensent avoir trouvé une explication plus plausible. Celle-ci serait l’une des conséquences – inattendues – de la pandémie de Covid-19. De nombreux migrants ont en effet quitté le pays au premier semestre 2020, laissant leurs postes vacants. Et lorsque l’économie saoudienne a redémarré, au troisième trimestre 2020, les entreprises se sont tournées vers les Saoudiennes pour remplacer les migrants indiens, philippins ou pakistanais. Elles sont plus nombreuses à les remplacer que les Saoudiens, car « elles acceptent plus facilement de travailler pour des bas salaires », écrivent Jumana Alaref et Johannes Koettl dans un article publié le 19 mai.Si, dans le royaume, le salaire des femmes est en moyenne 2,2 fois supérieur à celui des migrants, il reste plus bas que celui des hommes. La féminisation de la population active saoudienne est donc un succès en trompe-l’œil : il cache des inégalités salariales importantes. Le cas saoudien reste toutefois unique au monde. Dans les autres pays de la planète, de nombreux emplois féminins, concentrés dans le secteur informel ou plus précaires, ont en effet été détruits ces derniers mois. Reste à voir si les Saoudiennes conserveront leurs emplois et ne seront pas remplacées, à terme, par les migrants, une fois la pandémie terminée et la liberté de circulation retrouvée.

    #Covid-19#migrant#migration#arabiesaoudite#sante#genre#economie#inegalite#feminisation#travailleurmigrant

  • Introduction à l’ouvrage de Vincent Gay : Pour la dignité. Ouvriers immigrés et conflits sociaux dans les années 1980

    Revenant sur sa trajectoire militante, un ancien ouvrier immigré de l’usine Citroën d’Aulnay-sous-Bois évoque avec enthousiasme une période qui débute avec sa découverte du militantisme syndical et se clôt après des grèves contre des licenciements collectifs. Rétrospectivement, il ne subsiste pourtant de ces années 1980 que la fin des espérances des décennies précédentes et, concernant l’histoire ouvrière, l’image d’une désindustrialisation galopante qui fera bientôt disparaître les ouvriers des préoccupations médiatiques et politiques. Comment alors comprendre que pour ce travailleur ce moment soit remémoré comme les plus belles années de sa vie ? C’est, entre autres, à l’élucidation d’un tel mystère qu’est consacré ce livre, centré sur deux années de conflits sociaux dans les usines Citroën et Talbot dans lesquels les ouvriers immigrés jouèrent un rôle prépondérant. Pour la dignité ; c’est sous ce vocable que sont souvent évoqués ces conflits, à partir de ce qui constitue un fil rouge pour les ouvriers immigrés mobilisés, une exigence première, qui cristallise, au-delà même de leurs conditions de travail, une dimension existentielle de leur condition sociale, de leur être immigré en France.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/06/15/introduction-a-louvrage-de-vincent-gay-pour-la-dignite-

    #histoire #migration #travail

  • Plus de 170 cas de traite d’êtres humains recensés en 2020 en Suisse Isabelle Fiaux / Meili Gernet
    https://www.rts.ch/info/suisse/12274983-plus-de-170-cas-de-traite-detres-humains-recenses-en-2020-en-suisse.htm

    Employés et employées domestiques, de la restauration, de la construction et travailleuses du sexe, la traite d’être humains échappe souvent au contrôles des autorités en Suisse. Fondée l’an passé par quatre associations, la plateforme-traite.ch vient en aide aux victimes, parfois mineures.
    Nous l’appellerons Christine afin de préserver son anonymat. Cette Africaine a travaillé pendant des années pour une famille de diplomates africains, à Genève. Recrutée dans son pays en tant que gouvernante, elle pensait avoir trouvé une solution pour subvenir aux besoins de sa famille restée là-bas.


    En réalité, une fois en Suisse, elle travaille sept jours sur sept, n’a le droit à aucun jour de vacances et touche un salaire de 300 francs par mois. Effrayée à l’idée qu’on puisse s’en prendre à ses enfants restés au pays, elle n’ose pas partir et ne sait pas vers qui se tourner pour s’en sortir. Elle finit par fuir et trouver de l’aide auprès d’associations.

    Des cas qui échappent à la justice
    D’après l’ordonnance sur les domestiques privés des membres du personnel des missions diplomatiques adoptée en 2011, les conditions de travail sont très réglementées. Les employeurs et employeuses doivent notamment fournir un salaire net de 1200 francs par mois, payer l’assurance maladie de son employé, payer ses cotisations salariales, fournir un hébergement digne avec une fenêtre, trois repas par jour et accorder un jour et demi de congé par semaine.

    L’organisme chargé de vérifier si ces conditions sont respectées est la mission suisse auprès des Nations unies à Genève. Il délivre les cartes de légitimation, vérifie les fiches de salaires et doit s’entretenir avec l’employée ou l’employé. Dans le cas de Christine, elle a été contrainte de mentir durant son entretien, ce qui explique que les infractions ont échappé au contrôle des autorités.

    Une plateforme d’aide aux victimes
    En octobre 2020, le centre social protestant (CSP) de Genève s’est associé à « Astrée » dans le canton de Vaud, à « Fachstelle Frauenhandel und Frauenmigration » (FIZ) dans le canton de Zurich et à « Antenna MayDay » au Tessin. L’objectif : mieux défendre les victimes de traite.

    Interrogée dans l’émission « On en parle », Sibel Can-Uzun, avocate au secteur « assistance aux personnes victimes de la traite du Centre social protestant (CSP) » à Genève constate que l’aide aux victimes dans les autres cantons est encore peu développée. Si aucune association n’existe dans son canton, elle conseille de se tourner vers un centre LAVI ou vers la police si la situation est dangereuse.

    La traite des êtres humains en Suisse
    En 2020, la plateforme suisse contre la traite des êtres humains a identifié 174 victimes de traite dont 151 femmes et 23 hommes. Parmi elles, 125 personnes ont été victimes d’exploitation sexuelle et 50 d’exploitation de force de travail, parfois pour des activités illicites. Enfin, la traite touche aussi les enfants, contraints de se prostituer ou mariés de force.
    D’après Sibel Can-Uzun, ces 174 cas ne sont que la partie visible de l’iceberg puisque ce sont uniquement ceux qui ont été signalés. Si les victimes sont majoritairement d’origine étrangère, 40% proviennent du continent européen.

    #esclavage #racisme #travail #femmes #immigration #exploitation #esclavage_moderne #capitalisme #prostitution #migrations #traite_d’étres_humains #Suisse

  • Will vaccinations kick-start travel? | The Economist
    https://www.economist.com/podcasts/2021/06/07/will-vaccinations-kick-start-travel

    Will vaccinations kick-start travel?
    Our weekly podcast at the sharp end of the global vaccination race
    Economist Radio Podcasts
    VACCINATIONS HAVE helped ease national lockdowns, but restrictions on international travel remain severe. When and how might they be lifted?
    Willie Walsh of the International Air Transport Association tells us airlines are a soft target for government restrictions. Aerosol physicist Lidia Morawska assesses how risky it is to travel by plane. T
    Alok Jha and Slavea Chankova are joined by Edward Carr, The Economist’s deputy editor. Runtime: 38 min For full access to The Economist’s print, digital and audio editions subscribe at economist.com/thejabpod. Sign up for our new weekly science and data newsletters at economist.com/simplyscience and economist.com/offthecharts.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#vaccination#passeportvaccinal#circulation#frontiere#tourisme#economie

  • Abolissez Frontex, mettez fin au régime frontalier de l’Union Européenne (+ texte de Claire Rodier )

    À l’attention des gouvernements des États membres de l’UE, de la Commission européenne, du Conseil européen, du Conseil de l’UE, du Parlement européen et de l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex).

    Depuis le début de l’année, plus de 740 personnes sont mortes en tentant de traverser la Méditerranée à la recherche d’un lieu sûr. Par son régime frontalier, l’UE les a contraintes à emprunter des routes migratoires dangereuses, souvent sur des embarcations en piteux état ; elle a fait appel aux pays voisins pour les arrêter en chemin ; elle les a accueillies avec violence et les a repoussées ; ou elle a refusé de les secourir, les laissant se noyer en mer.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/06/12/abolissez-frontex-mettez-fin-au-regime-frontalier-de-lu

    #migration #europe #frontex

  • Taiwan factory forces migrant workers back into dormitories amid Covid outbreak | Taiwan | The Guardian
    http://www.theguardian.com/world/2021/jun/11/taiwan-factory-migrant-workers-dormitories-covid-outbreak
    https://i.guim.co.uk/img/media/122f54e3dcd6c18626fb7f26bf16fdab0fa29489/0_185_3850_2310/master/3850.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Taiwan factory forces migrant workers back into dormitories amid Covid outbreakManufacturer ASE defends imposing rules that do not apply to the broader community in Taiwan, drawing accusations of discrimination
    A major manufacturer in Taiwan is forcing some migrant workers out of private homes and back into shared accommodation at the height of the island’s worst Covid-19 outbreak since the pandemic began, drawing accusations of discrimination and double standards.ASE, a semiconductor manufacturer, told its workers in the Taoyuan district of Chungli, about 50km (30 miles) from capital Taipei, that those who live independently in private rentals, must “move back to their dormitories immediately”, or be given “a major demerit”. Three such demerits are punishable by dismissal, the notice says.It stipulates residents will be banned from leaving the dorms except to go straight to and from work. Those who are late face being locked out and penalised. The workers cannot do their own shopping or have visitors.Such restrictions do not apply to the broader Taiwanese community. The island is currently under a level 3 alert, which allows gatherings and freedom of movement.Taiwan has recorded more than 12,000 local cases and 360 deaths since mid April. Hundreds of cases have been detected at four factories in Miaoli county, mostly among migrant workers and linked to crowded dormitory conditions.
    Central government orders require that the number of people per room in migrant worker accommodation be significantly reduced to cut the threat of infection among residents but offer no further detail, such as a maximum number per room.Footage seen by the Guardian purported to be of one of the ASE workers’ dorm rooms show rows of bunk beds on each side of the narrow room, with sheets hung around the edges to give occupants some privacy. Residents said they share bathroom facilities, sometimes with workers on different shifts or workers from other companies. Many migrant workers opt to live in private homes in which one or two people share a room.When asked about accusations it was discriminating against its migrant workers, she said: “ASE will do our best to follow the regulation. We are working under a lot of pressure and policies which may sound draconian and unfair but we appeal to our colleagues to abide by the regulations until the case numbers have come down. We appeal to their understanding. The rules are tight for a reason.”She said the company was not in breach of any rules, and was pulling people back to dorms “to protect them from further exposure outside, as well as to prevent cross-infections”. She said the company was also arranging other accommodation, including nearby university hostel rooms, aiming to have a maximum of four people per room.Similar restrictions on dorm-living migrant workers have been ordered by the Miaoli county government, prompting the health and welfare minister, Chen Chih-shung, to “remind” local authorities they can only implement measures in line with level 3 restrictions, which permit freedom of movement.
    The Guardian spoke to dozens of workers who fear that speaking out could see them fired or sent home. They stressed they had no issue with the job or the pandemic safety measures on the factory floor but they believed the accommodation order put them all in far greater danger than if they stayed in their own homes and practised social distancing. (...)
    The spokeswoman for ASE said the company had also increased cleaning and disinfection of the dorms, implemented social distancing measures, and was providing in-house counselling for distressed employees and financial incentives to not break rules “as a gesture of support”. Taiwan’s migrant worker population is considered vulnerable and unlikely to speak up against employers, according to rights groups, who also note weak labour laws in Taiwan.The situation is drawing comparisons to Singapore in early 2020, when officials were accused of overlooking migrant dormitories as part of their otherwise lauded pandemic response, leading to massive outbreaks among workers. “We know from Singapore’s situation that migrant workers who are confined to their dorms and not allowed to leave also face psychological adjustment issues, and some of them were known to have taken their lives in Singapore,” said Roy Ngerg, a Taipei-based writer covering human rights and labor issues. He said Taiwan had ample warning of the dangers. Lennon Ying-dah Wong, director of migrant worker policies at Taoyuan labor organisation Serve the People Association, said the decision to send workers back to dorms was “very questionable”. “The Covid-19 virus won’t be controlled merely by locking the migrant workers inside the factory.” Wong said.“It’s totally unfair and unjustifiable to continue this double standard for migrant and Taiwanese workers in the factory.”The ASEspokeswoman said the company was working closely with government to protect all employees “regardless of nationalities”.
    “We have already strengthened precautionary measures to ensure their safety and are following strict directives from the Taiwan health and labor ministry,” she said.“ASE is committed to international standards … that governs employee welfare and safeguards their rights. Our customers conduct audits at our sites on a regular basis, and we have always been transparent with our policies and conduct.”

    #Covid-19#migrant#migration#taiwan#singapour#sante#discrimination#vulnerabilite#travailleurmigrant#dortoir#santepublique

  • HCR - Mexique : le nombre de relocalisations pour l’intégration des réfugiés franchit le cap des 10 000
    https://www.unhcr.org/fr/news/briefing/2021/6/60bf4243a/mexique-nombre-relocalisations-lintegration-refugies-franchit-cap-10-000.html

    Mexique : le nombre de relocalisations pour l’intégration des réfugiés franchit le cap des 10 000. Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Babar Baloch – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 08 juin 2021 au Palais des Nations à Genève.
    Un programme d’intégration innovant mené par le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, a aidé plus de 10 000 réfugiés à la relocalisation à l’intérieur du Mexique et à recommencer leur vie dans leur nouvelle communauté.Le cap des 10 000 a été franchi fin mai, alors que le HCR intensifie ses efforts pour aider le nombre croissant de réfugiés qui sont arrivés dans le pays en quête de protection. Plus de 70 pour cent de toutes les demandes d’asile au Mexique sont déposées dans le sud du pays, où les possibilités d’intégration et les services sont limités pour les personnes ayant obtenu le statut de réfugié. Depuis son lancement en 2016, le programme leur fournit une aide à la relocalisation dans l’une des huit villes participantes situées au centre et au nord du pays. Dans ces régions, les marchés du travail et du logement, ainsi que les systèmes d’éducation et de santé ont la capacité d’intégrer les réfugiés, en raison de la transition démographique et de la croissance économique.Le HCR soutient les bénéficiaires de ce programme en leur offrant un logement temporaire, des cours sur les tendances culturelles, une formation professionnelle, une inscription à l’école et un placement professionnel. Après deux ans de résidence permanente, les réfugiés peuvent demander la naturalisation. Une récente étude des Nations Unies a montré l’efficacité de ce programme : lorsqu’ils se trouvaient dans le sud du Mexique, seuls 10 pour cent des réfugiés occupaient un emploi et 17 pour cent comptaient sur des emplois informels sporadiques. Après leur relocalisation, 92 pour cent occupaient un emploi formel, avec des revenus en moyenne 60% plus élevés que dans le sud. Actuellement, plus de 170 entreprises nationales et multinationales emploient des réfugiés dans le cadre du programme..
    Alors que la pandémie de Covid-19 continue d’affecter les moyens de subsistance et les situations économiques à travers le monde entier, le HCR aimerait voir ce modèle reproduit dans davantage de pays afin de soutenir l’autonomie des réfugiés et les contributions en retour qui sont bénéfiques pour leurs hôtes. Au Mexique, le HCR a augmenté son objectif pour le programme d’intégration en 2021 et cherche à être en mesure de relocaliser 20 000 personnes par an depuis le sud du pays. Pour y parvenir, nous travaillons avec le soutien financier de fondations du secteur privé, en collaboration avec les autorités fédérales et locales. Ces efforts sont étayés par les engagements pris dans le cadre du MIRPS, un cadre de travail pour la recherche de solutions qui vise à lutter contre les causes et les conséquences des déplacements forcés dans la région.La décision d’augmenter les objectifs de relocalisation intervient également dans un contexte où un nombre croissant de personnes arrivent au Mexique en quête de protection.Au total, plus de 50 000 personnes ont obtenu le statut de réfugié au Mexique depuis 2013. La majorité d’entre elles fuyaient les violences des gangs, l’extorsion et la persécution dans certaines régions d’Amérique centrale.

    #Covid-19#migrant#migration#mexique#sante #HCR#relocalisation#retour#pandemie#refugie

  • HCR - L’hiver dans l’hémisphère sud accroît les défis pour les réfugiés et les migrants vénézuéliens
    https://www.unhcr.org/fr/news/stories/2021/6/60c21b9ea/lhiver-lhemisphere-sud-accroit-defis-refugies-migrants-venezueliens.html

    L’hiver dans l’hémisphère sud accroît les défis pour les réfugiés et les migrants vénézuéliens. Dans la région méridionale de l’Amérique du Sud, la chute des températures entraîne des difficultés supplémentaires pour les sans-abris, et s’ajoutent à la pauvreté engendrée par la pandémie de coronavirus.Le froid ne ressemble en rien à ce que Wendy* avait pu expérimenter auparavant. Cette grand-mère de 52 ans et sa famille vivent dans la rue à Santiago, la capitale chilienne, après avoir fui leur pays d’origine, le Venezuela, un pays tropical où la température descend rarement en dessous de 20°C.Mais depuis qu’ils ont fui vers la nation la plus méridionale de l’Amérique du Sud, la famille a dû faire face à des conditions hivernales pour la première fois. L’hiver imminent de l’hémisphère sud entraîne régulièrement des températures inférieures à zéro à Santiago, et Wendy et sa famille s’inquiètent de la manière dont ils vont se protéger des éléments au cours des prochains mois. Wendy et sa famille ne sont pas les seuls dans ce cas. Parmi les plus de cinq millions de Vénézuéliens qui ont fui les pénuries généralisées de nourriture et de médicaments et l’insécurité croissante dans leur pays, beaucoup ont trouvé refuge dans des pays andins comme la Colombie et le Pérou, ainsi qu’en Argentine et au Chili, au sud de l’Amérique du Sud, où le froid peut être mordant. L’arrivée de l’hiver dans l’hémisphère sud menace d’aggraver les effets dévastateurs de la pandémie de Covid-19, qui a particulièrement touché l’Amérique latine et continue de sévir dans une grande partie de la région. La combinaison de la pandémie de Covid-19 et du climat hivernal constitue une menace directe pour les réfugiés et les migrants vénézuéliens dans de nombreuses régions d’Amérique du Sud. (...)
    « En Équateur, le froid était vraiment intense. Mon enfant a commencé à faire de l’hypothermie et à vomir à cause du froid », se souvient cette mère de 20 ans, qui a voyagé avec son fils de 2 ans, son frère, sa mère et le compagnon de cette dernière, bravant les fermetures de frontières liées à la pandémie de Covid-19 à certains endroits. La famille a dû faire face à des températures encore plus froides à son arrivée dans la ville frontalière chilienne de Colchane. « La nuit, le froid était extrême au point que les draps étaient couverts de glace. »Après plus de deux semaines à Colchane, où ils ont dormi dans la rue ou dans des stations-service, se serrant les uns contre les autres pour se réchauffer, la famille a réussi à rassembler suffisamment d’argent pour acheter des billets de bus pour le voyage de plus de 2100 kilomètres vers Santiago.Mais le fait d’arriver enfin à destination n’a pas amélioré leur situation. Souvent, ils n’ont pas d’autre choix que de dormir dans la rue. Ils se gagnent un peu d’argent en vendant des bonbons aux passants mais, la plupart du temps, ils ne parviennent pas à en vendre suffisamment pour se payer une chambre d’hôtel pour la nuit. De plus, être sans-abri a des coûts cachés : la famille doit payer pour utiliser une salle de bain et pour que quelqu’un surveille leurs maigres possessions pendant qu’ils vendent leurs produits.Dans toute la région, le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, redouble d’efforts pour aider les Vénézuéliens à lutter contre les conditions hivernales. Au Chili, où vivent environ 460 000 réfugiés et migrants vénézuéliens, le HCR distribue des kits d’équipement contre les conditions hivernales et des couvertures thermiques, ainsi qu’une aide en espèces et des bons électroniques pour que les personnes dans le besoin puissent acheter des appareils de chauffage, du carburant et des vêtements d’hiver.Des kits d’équipement contre les conditions hivernales seront également distribués en Argentine, en Bolivie et en Uruguay. Au Pérou, où l’hiver est arrivé plus tôt que prévu cette année, affectant des villes de haute altitude comme Cuzco et Arequipa avec plus de 15 centimètres de neige, le HCR travaille avec des équipes de volontaires vénézuéliens pour venir en aide aux plus vulnérables, y compris les communautés indigènes péruviennes.Alors que la plupart du Brésil est un pays tropical - avec des parties de la région amazonienne récemment touchées par des inondations historiques - le sud du pays peut devenir très froid en hiver. Le HCR fait son possible pour collecter des fonds et distribuer des vêtements chauds aux réfugiés et migrants vénézuéliens dans cette région.

    #Covid-19#migrant#migration#chili#venezuela#argentine#bolivie#perou#uruguay#sante#vulnerabilite#HCR

  • Plus de 90 Maliens rentrent chez eux en toute sécurité à bord d’un vol en provenance du Tchad | Organisation internationale pour les migrations
    https://www.iom.int/fr/news/plus-de-90-maliens-rentrent-chez-eux-en-toute-securite-bord-dun-vol-en-provenan

    Plus de 90 Maliens rentrent chez eux en toute sécurité à bord d’un vol en provenance du Tchad. N’Djamena - L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a aidé 95 Maliens, dont 72 femmes et enfants, à rentrer chez eux depuis le Tchad, en coordination avec les gouvernements du Tchad et du Mali. Les migrants ont embarqué le 1er juin à bord d’un vol spécialement affrété dans le cadre du programme d’aide au retour volontaire de l’OIM. Parmi les personnes qui ont bénéficié de l’aide au retour volontaire se trouvaient des personnes qui ont quitté le Mali dans l’espoir de rejoindre l’Europe mais qui se sont retrouvées bloquées au Tchad, ainsi que d’autres qui ont été plongées dans la précarité socioéconomique en raison de la COVID-19.Le Tchad est une importante plaque tournante de la migration africaine qui attire des centaines de milliers de personnes de tout le continent. Plus particulièrement dans le nord, des milliers de migrants se déplacent pour travailler dans les mines d’or artisanales ou traversent les frontières soit vers la Libye dans l’espoir de rejoindre l’Europe, soit depuis la Libye pour échapper à des expériences traumatisantes.
    Un récent rapport de l’OIM montre qu’entre août 2019 et septembre 2020, plus de 9 700 migrants se rendant en Libye depuis le Tchad ont été observés aux points de contrôle des flux dans le nord. Au cours de la même période, quelque 11 700 autres ont été observés se rendant vers le Tchad depuis la Libye.« Ces périples migratoires peuvent être très risqués car les itinéraires ne sont pas toujours sûrs et les migrants sont vulnérables aux mauvais traitements, notamment à l’exploitation du travail et à l’exploitation sexuelle », explique Jean-Claude Bashirahishize, responsable du programme de protection et d’aide aux migrants de l’OIM au Tchad.
    Confronté à un revenu de plus en plus faible et à des perspectives limitées, Sekou a décidé de vendre son équipement et de quitter le Mali dans l’espoir de rejoindre l’Europe.« J’ai des amis qui avaient fait le voyage et qui m’ont dit comment procéder. Je suis parti du Mali pour rejoindre le Niger, puis l’Algérie et enfin la Libye », raconte-t-il. « En Libye, j’ai payé 300 euros à un « coxeur » [passeur] qui m’a fait monter sur un bateau pneumatique. Mais le bateau s’est crevé en mer et les garde-côtes nous ont ramenés. Je me suis enfui à Benghazi où j’ai travaillé pendant quelques mois pour gagner un peu d’argent. Ensuite, je me suis rendu à Kufra, puis à Faya [nord du Tchad] et enfin à N’Djamena par la route. Quand je suis arrivé à N’Djamena, je n’avais plus rien ». Sekou a été orienté vers l’OIM par l’Ambassade du Mali au Tchad. L’OIM travaille en étroite collaboration avec le gouvernement tchadien depuis 2019 et les missions diplomatiques au Tchad pour élaborer un mécanisme d’orientation par lequel les migrants vulnérables peuvent être rapidement orientés vers des mécanismes de protection appropriés.
    « Les activités de protection et d’aide aux migrants de l’OIM, y compris l’aide au retour volontaire, garantissent que les migrants bloqués et vulnérables ont accès à des moyens sûrs et dignes pour rentrer chez eux s’ils le souhaitent, et pour retrouver leur famille », poursuit M. Bashirahishize. Le vol charter a été rendu possible grâce au Programme régional de développement et de protection en Afrique du Nord (RDPP-NA), un programme phare mis en œuvre en Afrique du Nord pour renforcer la protection des migrants vulnérables, et fournir une aide immédiate et directe telle que le retour volontaire et la réintégration.
    Le programme a aidé plus de 300 migrants bloqués au Tchad à rentrer chez eux en toute sécurité dans plus de 9 pays, dont le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la République démocratique du Congo, le Mali, le Niger, le Nigeria, le Sénégal et la Sierra Leone, depuis son lancement en 2019.
    À leur retour, les migrants éligibles peuvent bénéficier d’une aide à la réintégration qui peut comprendre un soutien psychosocial, des formations qualifiantes, une orientation ou une aide en nature pour monter des projets socioéconomiques individuels, collectifs ou communautaires.

    #covid-19#migrant#migration#tchad#benin#RDC#mali#niger#nigeria#senegal#sierraleone#OIM#retour#reintegration#protection#sante#psychosocial

  • Le Parlement européen appelle le Maroc à cesser sa « pression » sur l’Espagne
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/06/10/le-parlement-europeen-appelle-le-maroc-a-cesser-sa-pression-sur-l-espagne_60

    Le Parlement européen appelle le Maroc à cesser sa « pression » sur l’Espagne. Une résolution votée jeudi à une large majorité déplore une « tension diplomatique sans précédent » après le récent afflux migratoire dans l’enclave espagnole de Ceuta.
    Le Parlement européen a voté à une large majorité (397 pour, 85 contre), assortie de nombreuses abstentions (196), jeudi 10 juin, une résolution appelant le Maroc à cesser sa « pression » sur l’Espagne en organisant le passage massif de ses ressortissants vers l’enclave espagnole de Ceuta. Environ 10 000 personnes ont réussi à pénétrer dans la ville frontalière les 18 et 19 mai, profitant du relâchement des contrôles du côté marocain. Depuis, 8 000 d’entre elles ont été refoulées vers le Maroc. Parmi les 2 000 personnes restant sur place, 1 100 mineurs sont inexpulsables selon la loi espagnole.
    Les eurodéputés rappellent que le phénomène n’est pas lié à la question migratoire mais à l’accueil en avril, par l’Espagne, de Brahim Ghali, chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario. Arrivé pour soigner des complications liées au Covid-19, celui-ci a désormais regagné l’Algérie.
    Le Parlement réclame notamment le retour rapide des mineurs dans leur famille, dans le respect de la convention des droits de l’enfant de l’ONU. La résolution visait toutefois prioritairement à assurer l’Espagne du soutien de ses partenaires et à donner une réponse coordonnée à une question qui, soulignent ses auteurs, ne se résume pas à une relation conflictuelle entre Rabat et Madrid, mais concerne toute l’Union européenne (UE).Les institutions européennes avaient jusqu’ici affiché une grande prudence pour ne pas compliquer les rapports avec le Maroc, « partenaire privilégié » de la politique de voisinage au sein de laquelle il dispose, depuis 2008, d’un « statut avancé ». Le royaume est le troisième bénéficiaire des fonds européens affectés à cette politique.Rabat est aussi présenté comme un pion essentiel dans la lutte contre le terrorisme et le trafic de drogues. La Commission et le Conseil européen s’en sont donc tenus au rappel de quelques principes, dont l’inviolabilité des frontières extérieures de l’Union, et à une mention de la position des Vingt-Sept sur le Sahara occidental : basée sur les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, elle prône « la recherche d’une solution négociée » à ce conflit.
    Pas question, donc, d’imiter les Etats-Unis qui, quelques jours avant la fin du mandat de Donald Trump, avaient reconnu la souveraineté du Maroc sur la totalité du territoire du Sahara occidental. Et le texte ne fait pas allusion à la menace d’une éventuelle rupture des relations diplomatiques avec l’Espagne, évoquée par Rabat.La résolution votée par les eurodéputés déplore une « tension diplomatique sans précédent ». « Incident injustifiable », l’infiltration des migrants à Ceuta, facilitée par le relâchement du contrôle par la police marocaine, aurait pu provoquer « une véritable tragédie », indique le texte.Même si des vies ont été mises en danger, il faut toutefois en revenir au dialogue et ne pas mettre en péril la relation à long terme avec Rabat, notamment pour régler la question de la migration, dans « l’intérêt mutuel » des parties, soulignent les parlementaires. Ils veulent croire en la décision de réadmission, évoquée le 1er juin par les autorités marocaines, qui concernerait aussi 13 000 travailleurs saisonniers. Le roi Mohammed VI a également parlé de sa volonté de régler « définitivement » la question des mineurs marocains en Europe.Bruxelles mise sur la poursuite par le Maroc de sa stratégie nationale d’immigration et d’asile, fermement soutenue par les Européens, ainsi que sur le partenariat pour la mobilité entre l’Union européenne et le Maroc, relancé en 2019.
    Si Rabat n’a pour le moment pas réagi officiellement au vote, des voix se sont élevées dans la classe politique marocaine pour critiquer une tentative d’« européanisation » de la bataille diplomatique entre le Maroc à l’Espagne. Mercredi, le ministre marocain des affaires étrangères, Nasser Bourita, avait averti que la résolution était une « manière de détourner l’attention » sur une crise « qui ne s’est pas terminée le 1er juin », le jour de la sortie du territoire espagnol du chef du Polisario, Brahim Ghali

    #Covid-19#migrant#migration#UE#espagne#maroc#saharaoccidental#sante#politique#mineur#circulation#frontiere#politiquemigratoire#elite