• Une actrice sénégalaise lance une série TV pour sensibiliser le public à la migration dangereuse | The Storyteller
    https://storyteller.iom.int/fr/stories/une-actrice-senegalaise-lance-une-serie-tv-pour-sensibiliser-le-pub
    https://storyteller.iom.int/sites/default/files/styles/facebook_graph_/public/drag-n-drop/Cover-Gadji+Senegalese%20Actress%20Launches%20TV%20Series.png?itok=

    Une actrice sénégalaise lance une série TV pour sensibiliser
    le public à la migration dangereuse. L’actrice, mannequin et activiste sénégalaise Khalima Gadji prête son talent à l’écran pour informer les jeunes sur les risques de la migration irrégulière et les alternatives.Khalima joue dans « Loumey wakh wa cogne ba », une nouvelle série télévisée dont le titre se traduit par « Que vais-je dire aux voisins ? » Elle est diffusée sur l’une des principales chaînes du Sénégal. La série de dix épisodes, qui se déroule dans un quartier de Dakar, raconte l’histoire d’Anta, jouée par Khalima, une personne qui rentre chez elle après s’être rendue en Europe. L’histoire s’appuie sur des témoignages réels de migrants de retour, mettant en lumière les risques liés aux itinéraires de migration dangereux.
    « L’idée était de faire des migrants l’histoire principale et d’avoir une discussion à ce sujet », explique Khalima. « La migration n’est pas interdite. Ce que je recommande aux jeunes, c’est de voyager de manière plus organisée ».Elle poursuit : "Ils [les jeunes] prennent le risque de traverser la mer Méditerranée et le désert pour atteindre les pays d’Afrique du Nord et d’Europe, en pensant qu’ils réussiront là-bas. Oui, certains ont réussissent, mais beaucoup d’autres meurent ».En décembre 2020, le projet de l’OIM sur les migrants disparus avait enregistré plus de 3 000 décès le long des itinéraires migratoires du monde entier en 2020. Environ 92 pour cent des migrants qui tentent d’atteindre l’Europe depuis l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale par des voies irrégulières sont des jeunes hommes de moins de 30 ans.Khalima a produit la série télévisée après avoir écouté les expériences poignantes de jeunes gens qui retournent au Sénégal, après avoir tenté des périples dangereux pour atteindre l’Europe.Khalima est ambassadeur du projet Migrants comme Messagers, mené par l’OIM, qui soutient les activités menées par les migrants de retour au Sénégal et dans six autres pays d’Afrique de l’Ouest. Le projet sensibilise les communautés aux risques de la migration irrégulière et aux possibilités de solutions régulières.Khalima, ainsi que d’autres ambassadeurs, participe également à la diffusion de messages de santé publique sur la COVID-19 afin de démentir les rumeurs néfastes. Sa série télévisée vise à démystifier la migration irrégulière en présentant les risques qu’elle comporte. Le personnage, Anta, explique les sacrifices qu’elle et sa famille ont dû faire pour qu’elle puisse partir, les dangers qu’elle a rencontrés pendant son voyage, les difficultés qu’elle a connues en Europe et la stigmatisation et les difficultés qu’elle rencontre en tant que migrant de retour au Sénégal.
    La série a été diffusée pour la première fois à la télévision nationale sénégalaise l’année dernière et est disponible en ligne sur les chaînes YouTube de l’OIM au Sénégal et de Télé Story Sénégal. Jusqu’à présent, elle a été bien accueillie, avec plus de 800 000 visionnages en ligne. Une deuxième saison est en cours. Les réactions des téléspectateurs ont été positives et les fans se disent pris par le réalisme de l’intrigue et par le jeu de Khalima.« J’ai trouvé la série intéressante parce qu’elle correspond à ce qui se passe au Sénégal », déclare Coumba Mboup, un fan de la série. « Ici, quand vous revenez et que vous rentrez les mains vides, la société vous regarde de haut. Les gens vous stigmatisent. Khalima joue bien son rôle, c’est exactement comme cela ».Plusieurs migrants de retour ont participé à la production de la série en partageant leurs expériences pour aider à l’élaboration du scénario et s’assurer que l’intrigue et les personnages sont plausibles.« Le thème de la série était important pour moi car il dépeint le difficile retour d’un migrant. C’était vraiment intéressant, et cela m’a permis de renforcer mes compétences », explique Ndeye Fatou Sall, migrant de retour et volontaire participant à la sensibilisation.Pour promouvoir l’émission, Khalima est apparue avec Ramatoulaye Diène, journaliste et volontaire pour la sensibilisation, sur la station de radio Vibe Radio Sénégal. Elles ont discuté du projet Migrants comme Messagers, des risques liés à la migration irrégulière et de leurs expériences.Migrants comme Messagers a été lancé en 2017 par l’OIM et est mis en œuvre dans sept pays d’Afrique de l’Ouest : Côte-d’Ivoire, Gambie, Guinée, Liberia, Nigéria, Sénégal et Sierra Leone. Le projet soutient un réseau de plus de 290 volontaires pour informer les gens sur les dangers de la migration irrégulière et aider les migrants de retour à développer et à mener des initiatives locales de sensibilisation.Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les volontaires ont également organisé des campagnes de santé publique pour informer les gens et prévenir la propagation du virus dans leurs communautés.

    #Covid-19#migrant#migration#senegal#migrationirregulière#sante#sensibilisation1#OIM#media#migrantderetour