• « Brûler » les frontières sans se brûler : le périple d’Adem, jeune migrant tunisien
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/06/16/bruler-les-frontieres-sans-se-bruler-le-periple-d-adem-jeune-migrant-tunisie

    « Brûler » les frontières sans se brûler : le périple d’Adem, jeune migrant tunisien. Il a envoyé une photo de lui sur WhatsApp devant la tour Eiffel, accompagné d’un petit mot. « A Paris, depuis trois jours. » La dernière fois qu’on avait croisé Adem*, c’était l’été dernier, à la terrasse d’un fast-food de Mahdia, dans l’est de la Tunisie, par une nuit chaude et suffocante. Cet ancien employé de la base nautique d’un hôtel trois-étoiles avait raconté sa vie de « harrag », de « brûleur » de frontières en arabe. A l’époque, le jeune homme de 25 ans préparait son cinquième départ vers l’île italienne de Lampedusa. Avec six amis, il a finalement réussi à rejoindre, le 27 août 2020 vers 17 heures, sans passeport ni visa, ce bout de terre considéré comme la porte d’entrée de l’Europe.

    Depuis le début de l’année, près de 2 000 Tunisiens ont pris le large comme lui, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Et d’après le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), plus de 100 personnes sont mortes, entre janvier et avril. « Moi, j’ai brûlé sans me brûler », dit Adem.

    Qu’il semble loin le jour où le jeune Tunisien a mis les pieds à Lampedusa… Arrêté à son arrivée sur l’île, il a été placé avec ses compagnons en quarantaine dans un bateau, Covid oblige. Pour éviter une expulsion plus rapide, Adem ne dit pas à ceux qui l’interrogent qu’il était l’unique pilote du pneumatique, c’est l’une des leçons qu’il a retenues de ses précédentes tentatives.Transféré dans un centre de rétention à Bari après l’isolement sanitaire, il pense reconnaître un visage familier, celui d’un officiel tunisien qu’il a croisé lors de sa première tentative, en 2014. « Je lui ai dit cash : “La dernière fois, vous m’avez expulsé, qu’est-ce que vous avez gagné ? Je veux simplement vivre. Je ne suis pas un voleur.” Il s’est comporté comme un homme. Il n’a pas signé mon avis d’expulsion. » Au terme d’un mois en rétention, Adem est relâché avec un laissez-passer par les autorités italiennes. Officiellement, il a quelques jours pour quitter le territoire.
    Le jeune homme a longtemps rêvé de ce précieux sésame. Certes, il entre en Europe par la plus petite des portes, mais l’essentiel est ailleurs : une nouvelle vie s’ouvre après des années d’incertitude. Une fois libéré, il rejoint Palerme où réside une de ses tantes et trouve un travail d’ouvrier agricole. Dans les serres, il arrache des mauvaises herbes, mange de la poussière en cueillant des tomates et des aubergines aux côtés d’autres sans-papiers. Après des semaines sans salaire, son patron consent à lui verser 10 euros par jour, le double de ce qu’il gagnait quand il conduisait des jet-skis pour les touristes à Mahdia. « Au bout de plusieurs mois, je touchais 35 euros parce que j’avais plus d’expérience. Ce travail m’a cassé le dos. Je ne peux plus voir une tomate et une aubergine », lâche-t-il dans un éclat de rire.
    Avec l’argent accumulé, il a pu s’offrir quelques vêtements et financer le voyage jusqu’à Vintimille, dernier stop avant la France. Le reste, il l’a envoyé à ses parents. Mais avant d’arriver à la frontière, le jeune Tunisien a dû traverser la Botte en bus, plus discret que le train, en passant de grandes villes en grandes villes. Durant ce voyage, il lui faut éviter à tout prix le contrôle de police.
    Une fois arrivée à Vintimille, début mai, une autre difficulté l’attend : traverser la frontière sans se faire repérer. Là-bas, il rencontre des passeurs. Tunisiens, Marocains, Français… le migrant a l’embarras du choix. « Il y a un vrai marché et des arnaques aussi. Tout le monde veut profiter de nous, surtout les Français », assure-t-il. Il rencontre deux frères tunisiens en qui il a très vite confiance. Prix réclamé ? 200 euros. Il part de nuit à travers les sentiers : 20 km à se cacher de la police, des voitures, parfois en traversant un tunnel… « J’ai eu peur », confie-t-il.
    Aujourd’hui, Adem est hébergé chez des Tunisiens dans une lointaine banlieue. Ce sont des amis d’amis qui ont été, comme lui, sans-papiers avant d’être régularisés. Par solidarité, ils ont accepté de le loger sans contrepartie. Le jeune homme a déjà trouvé un emploi, au noir forcément : « Dès que je suis arrivé, j’ai cherché du travail. Je me suis rendu dans les quartiers arabes de la ville pour me renseigner et devant les chantiers.
    Après plus de deux heures à raconter son histoire presque en apnée, il tient à préciser que « l’immigration, c’est psychologiquement difficile. La solitude est terrible. » De son périple, il retient une rencontre avec une femme, originaire de Sfax, une ville située non loin de la sienne. « Son mari vit en France, mais elle n’a pas pu obtenir de papiers pour le rejoindre. Alors, elle a pris le bateau avec ses deux bébés sous le bras. Ça m’a choqué, raconte-t-il ému. Tout le monde peut être un jour un migrant. »Adem sait que la France n’est pas un eldorado. S’il avait eu le choix, il serait resté en Tunisie. « J’aime mon pays, je n’aurai jamais pensé le quitter. Je veux juste travailler quelques années, aider ma famille et y retourner un jour », se promet-il. Il a conscience aussi que les sans-papiers peuvent être mal vus. Alors, il ne demande qu’une chose : « Qu’on me donne ma chance. Je ne suis pas venu vendre de la drogue. Je vais tout faire pour être la meilleure personne possible. On se doit de présenter la meilleure image parce que d’autres vont venir derrière nous. »

    #Covid-19#migration#migrant#tunisie#italie#france#sante#santementale#parcoursmigratoire#migrationirreguliere#

  • Crise politique, Covid, tarifs bas des passeurs... : les départs depuis la Tunisie ne cessent d’attirer de nouveaux clients - InfoMigrants
    https://www.infomigrants.net/fr/post/30810/crise-politique-covid-tarifs-bas-des-passeurs-les-departs-depuis-la-tu

    Alors qu’un nouveau drame a endeuillé les côtes tunisiennes mardi, avec la mort de 39 migrants en mer, des ONG pointent une augmentation des tentatives de départ depuis ce pays vers l’Europe. Cette hausse s’expliquerait notamment par des tarifs avantageux des passeurs en période hivernale et par la crise sanitaire privant des milliers d’Africains de travail.Trente-neuf migrants, dont quatre enfants, ont péri mardi 9 mars dans le naufrage de leurs embarcations au large de Sfax, dans l’est de la Tunisie. Si, depuis plusieurs années, la Tunisie fait office de point de départ privilégié pour les candidats à l’exil en Europe, cette énième tragédie vient rappeler que les traversées de migrants à bord de canots de fortune au départ de ce pays continuent d’augmenter. Depuis le début de l’année 2021, près de 95 interceptions ont eu lieu en mer, contre une cinquantaine l’année dernière sur la même période.Et ces passages ne se tarissent pas durant la période hivernale, alors que les conditions climatiques sont encore moins propices aux traversées, déplorent des ONG présentes en Tunisie.
    Explications avec Romdhane Ben Amor, porte-parole du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux, une association qui vient en aide, entre autres, aux migrants.
    InfoMigrants : Constatez-vous une augmentation des départs depuis la Tunisie ?
    Romdhane Ben Amor : Durant les mois de janvier/février 2021, les tentatives de traversées ont augmenté. Les autorités tunisiennes ont procédé à 94 interceptions, qui ont impliqué en tout 1 736 migrants.
    En comparaison, durant la même période l’année dernière, il y avait eu 47 interceptions, soit 887 migrants arrêtés. Nous avons donc le double de tentatives de passage cette année.
    Ces interceptions se font soit en mer, soit sur la terre, avant les départs, dans des maisons où se trouvent les migrants.En février 2021, 30 % de ces interceptions ont eu lieu avant le départ en mer, et 70 % ont eu lieu en mer. Ce chiffre aussi est en augmentation : en décembre 2020, environ 48 % des interceptions seulement avaient eu lieu en mer.
    IM : Quelle est la proportion de migrants étrangers et de Tunisiens dans ces départs ?
    RBA : Actuellement, on comptabilise 55 % de Subsahariens dans ces tentatives de traversée. Durant l’année 2020, la proportion des Subsahariens n’était que de 31 % en moyenne [Les Tunisiens constituaient la première nationalité à arriver clandestinement en Italie, ndlr].
    C’est un constat classique : en janvier/février, l’hiver donc, il y a toujours plus de Subsahariens [qui tentent de traverser la Méditerranée]. C’est le bon moment car les traversées sont moins chères étant donné les risques accrus (températures basses, mer agitée...).
    Les Tunisiens, eux, évitent en général cette période parce que les conditions climatiques ne sont pas bonnes.
    IM : D’où partent ces migrants ?

    RBA : En 2020, 27 % des départs sont partis des environs de la ville de Sfax, et 25 % de Mahdia [toutes deux situées sur la côte est du pays]. Ces deux régions totalisent donc la moitié des tentatives de départ.

    À Sfax, il y a une grosse communauté de migrants subsahariens et beaucoup de réseaux de passeurs très actifs. À Mahdia, il y a davantage de Tunisiens candidats au départ.
    IM : Comment expliquer cette augmentation des départs et tentatives de départ ?
    RBA : En Tunisie, les mois de janvier et de février 2021 ont été très perturbés politiquement et socialement. [Le pays a été agité par une crise politique et un mouvement de contestation sociale sur fond de marasme économique. De nombreuses manifestations ont eu lieu, notamment contre les violences policières, ndlr]. Il y a eu une vague de protestations partout. En réaction, l’Etat a concentré ses forces pour essayer de garder le calme, notamment dans les quartiers populaires. La lutte contre les réseaux de passeurs a donc été délaissée. Ils en ont profité.L’autre raison, c’est l’impact du Covid, surtout sur les communautés subsahariennes présentes en Tunisie. Ces migrants travaillent beaucoup dans le secteur informel [au noir, ndlr], sur les chantiers, dans les cafés, les restaurants… Avec la pandémie, ils ont perdu leur emploi. [Un couvre-feu est en place dans le pays, et les bars et restaurants sont autorisés à accueillir uniquement 30 % de leur capacité maximale dans les espaces fermés, ndlr.]Beaucoup de ces migrants subsahariens étaient jusque-là dans une situation assez stable. Leur projet migratoire existait mais ce n’était pas une priorité.Les Tunisiens qui se sont retrouvés au chômage ont pu recevoir des aides financières de l’Etat mais les Subsahariens, eux, n’ont pas de contrat, ils sont illégaux, ils sont donc privés de cette aide financière. Ils n’avaient pas d’autres solutions que de partir, d’autant qu’on ne sait pas quand cette crise prendra fin.Tout cela mène à des tragédies comme celle qu’on a vue mardi et on peut malheureusement s’attendre à d’autres drames de la sorte dans les prochains jours.

    #Covid-19#migrant#migration#tunisie#afriquesubsaharienne#sante#economie#traversée#migrationirreguliere#projetmigratoire

  • Une actrice sénégalaise lance une série TV pour sensibiliser le public à la migration dangereuse | The Storyteller
    https://storyteller.iom.int/fr/stories/une-actrice-senegalaise-lance-une-serie-tv-pour-sensibiliser-le-pub
    https://storyteller.iom.int/sites/default/files/styles/facebook_graph_/public/drag-n-drop/Cover-Gadji+Senegalese%20Actress%20Launches%20TV%20Series.png?itok=

    Une actrice sénégalaise lance une série TV pour sensibiliser
    le public à la migration dangereuse. L’actrice, mannequin et activiste sénégalaise Khalima Gadji prête son talent à l’écran pour informer les jeunes sur les risques de la migration irrégulière et les alternatives.Khalima joue dans « Loumey wakh wa cogne ba », une nouvelle série télévisée dont le titre se traduit par « Que vais-je dire aux voisins ? » Elle est diffusée sur l’une des principales chaînes du Sénégal. La série de dix épisodes, qui se déroule dans un quartier de Dakar, raconte l’histoire d’Anta, jouée par Khalima, une personne qui rentre chez elle après s’être rendue en Europe. L’histoire s’appuie sur des témoignages réels de migrants de retour, mettant en lumière les risques liés aux itinéraires de migration dangereux.
    « L’idée était de faire des migrants l’histoire principale et d’avoir une discussion à ce sujet », explique Khalima. « La migration n’est pas interdite. Ce que je recommande aux jeunes, c’est de voyager de manière plus organisée ».Elle poursuit : "Ils [les jeunes] prennent le risque de traverser la mer Méditerranée et le désert pour atteindre les pays d’Afrique du Nord et d’Europe, en pensant qu’ils réussiront là-bas. Oui, certains ont réussissent, mais beaucoup d’autres meurent ».En décembre 2020, le projet de l’OIM sur les migrants disparus avait enregistré plus de 3 000 décès le long des itinéraires migratoires du monde entier en 2020. Environ 92 pour cent des migrants qui tentent d’atteindre l’Europe depuis l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale par des voies irrégulières sont des jeunes hommes de moins de 30 ans.Khalima a produit la série télévisée après avoir écouté les expériences poignantes de jeunes gens qui retournent au Sénégal, après avoir tenté des périples dangereux pour atteindre l’Europe.Khalima est ambassadeur du projet Migrants comme Messagers, mené par l’OIM, qui soutient les activités menées par les migrants de retour au Sénégal et dans six autres pays d’Afrique de l’Ouest. Le projet sensibilise les communautés aux risques de la migration irrégulière et aux possibilités de solutions régulières.Khalima, ainsi que d’autres ambassadeurs, participe également à la diffusion de messages de santé publique sur la COVID-19 afin de démentir les rumeurs néfastes. Sa série télévisée vise à démystifier la migration irrégulière en présentant les risques qu’elle comporte. Le personnage, Anta, explique les sacrifices qu’elle et sa famille ont dû faire pour qu’elle puisse partir, les dangers qu’elle a rencontrés pendant son voyage, les difficultés qu’elle a connues en Europe et la stigmatisation et les difficultés qu’elle rencontre en tant que migrant de retour au Sénégal.
    La série a été diffusée pour la première fois à la télévision nationale sénégalaise l’année dernière et est disponible en ligne sur les chaînes YouTube de l’OIM au Sénégal et de Télé Story Sénégal. Jusqu’à présent, elle a été bien accueillie, avec plus de 800 000 visionnages en ligne. Une deuxième saison est en cours. Les réactions des téléspectateurs ont été positives et les fans se disent pris par le réalisme de l’intrigue et par le jeu de Khalima.« J’ai trouvé la série intéressante parce qu’elle correspond à ce qui se passe au Sénégal », déclare Coumba Mboup, un fan de la série. « Ici, quand vous revenez et que vous rentrez les mains vides, la société vous regarde de haut. Les gens vous stigmatisent. Khalima joue bien son rôle, c’est exactement comme cela ».Plusieurs migrants de retour ont participé à la production de la série en partageant leurs expériences pour aider à l’élaboration du scénario et s’assurer que l’intrigue et les personnages sont plausibles.« Le thème de la série était important pour moi car il dépeint le difficile retour d’un migrant. C’était vraiment intéressant, et cela m’a permis de renforcer mes compétences », explique Ndeye Fatou Sall, migrant de retour et volontaire participant à la sensibilisation.Pour promouvoir l’émission, Khalima est apparue avec Ramatoulaye Diène, journaliste et volontaire pour la sensibilisation, sur la station de radio Vibe Radio Sénégal. Elles ont discuté du projet Migrants comme Messagers, des risques liés à la migration irrégulière et de leurs expériences.Migrants comme Messagers a été lancé en 2017 par l’OIM et est mis en œuvre dans sept pays d’Afrique de l’Ouest : Côte-d’Ivoire, Gambie, Guinée, Liberia, Nigéria, Sénégal et Sierra Leone. Le projet soutient un réseau de plus de 290 volontaires pour informer les gens sur les dangers de la migration irrégulière et aider les migrants de retour à développer et à mener des initiatives locales de sensibilisation.Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les volontaires ont également organisé des campagnes de santé publique pour informer les gens et prévenir la propagation du virus dans leurs communautés.

    #Covid-19#migrant#migration#senegal#migrationirregulière#sante#sensibilisation1#OIM#media#migrantderetour

  • Des violences contre des migrants aux Canaries suscitent l’indignation au Maroc
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/02/09/des-violences-contre-des-migrants-aux-canaries-suscitent-l-indignation-au-ma

    Dans un contexte de crise économique sur l’archipel, où le tourisme représente plus d’un tiers du PIB, l’arrivée massive de migrants marocains et ouest-africains a suscité une montée des sentiments hostiles dans la population. « Tout le monde souffre », confie Judith Sunderland, vice-directrice pour l’Europe de l’organisation Human Rights Watch (HRW), qui s’est rendue aux Canaries fin 2020 : « Les migrants sont détenus dans des conditions indignes et subissent des attaques xénophobes, tandis que la population locale est à bout de souffle, éreintée par la crise du tourisme. Les fausses informations circulant sur les réseaux sociaux, alimentées par des groupes d’extrême droite, ont exacerbé la haine et les violences envers les migrants. »
    Ces dernières semaines, plusieurs manifestations anti-immigrés ont eu lieu dans l’archipel. Les ONG continuent d’alerter sur une situation qui rappelle celle des camps de l’île grecque de Lesbos, où les conditions de vie étaient déplorables. Samedi 6 février, une manifestation non autorisée de migrants sur l’île de Grande Canarie a été dispersée par la garde civile espagnole. Menacés d’expulsion, les migrants demandent à être transférés en Espagne continentale et exigent de meilleures conditions d’accueil. Selon l’hebdomadaire marocain TelQuel, qui s’est rendu sur place, quelque 400 Marocains enfermés dans le camp du collège Leon, situé dans un établissement scolaire abandonné de Grande Canarie, ont entamé samedi une grève de la faim

    #Covid-19#migrant#migration#canaries#maroc#UE#sante#violence#crisemigratoire#pandemie#migrationirreguliere#tourisme

  • HCR - Le HCR et l’OIM se félicitent de la décision de la Colombie de régulariser les réfugiés et migrants vénézuéliens
    https://www.unhcr.org/fr/news/press/2021/2/60215fa3a/hcr-loim-felicitent-decision-colombie-regulariser-refugies-migrants-venezueli

    Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, et l’OIM, l’Organisation internationale pour les migrations, ont salué aujourd’hui l’initiative de la Colombie d’accorder un statut de protection temporaire, pour une durée de dix ans, aux Vénézuéliens présents dans le pays. – Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, et l’OIM, l’Organisation internationale pour les migrations, ont salué aujourd’hui l’initiative de la Colombie d’accorder un statut de protection temporaire, pour une durée de dix ans, aux Vénézuéliens présents dans le pays.La Colombie accueille 1,7 million de Vénézuéliens, ce qui représente plus de 37 pour cent des 4,6 millions de réfugiés et migrants vénézuéliens qui se trouveraient en Amérique latine et dans les Caraïbes. Plus de la moitié des Vénézuéliens en Colombie sont en situation irrégulière, ce qui affecte leur capacité à accéder aux services essentiels, à la protection et à l’assistance. (...)
    Du fait de la pandémie de Covid-19 qui accroît les besoins dans toute la région, de nombreux réfugiés et migrants vénézuéliens, ainsi que les communautés locales, luttent pour survivre alors qu’ils sont confrontés à une aggravation de la pauvreté, aux pertes d’emploi, aux expulsions, à la faim, et à un manque de nourriture et d’accès aux traitements médicaux.
    Le statut de protection temporaire leur donnera également accès aux services essentiels, notamment au système national de santé et aux plans de vaccination contre le Covid-19. La régularisation est également essentielle pour les solutions à long terme, notamment l’accès au marché du travail, ce qui permet de réduire la dépendance à l’aide humanitaire tout en contribuant à la relance socio-économique du pays après la pandémie de Covid-19. « La régularisation des réfugiés et des migrants vénézuéliens en Colombie par le biais de l’octroi d’un statut de protection temporaire généreux est primordiale pour faciliter leur intégration socio-économique, ainsi que leur accès au système de santé national et aux campagnes de vaccination contre le Covid-19 », a déclaré le directeur général de l’OIM, António Vitorino.

    #Covid-19#migrant#migration#colombie#venezuela#regularisation#sante#inclusion#vaccination#migrationirreguliere#protection#droit#integration

  • Les experts de l’inspection de documents de la région Asie-Pacifique réaffirment leur engagement dans la lutte contre la criminalité transnationale organisée | Organisation internationale pour les migrations
    https://www.iom.int/fr/news/les-experts-de-linspection-de-documents-de-la-region-asie-pacifique-reaffirment

    Les nouvelles technologies émergentes et la COVID-19 ont déclenché un comportement opportuniste et prédateur de la part des réseaux de criminalité organisée, qui utilisent souvent des documents de voyage frauduleux et/ou des passeports volés ou perdus pour faciliter le trafic illicite de migrants, la traite des personnes et la migration irrégulière.
    La fermeture des frontières mondiales a marqué une baisse du nombre de voyages clandestins, ce qui a entraîné une perte de profit importante pour les réseaux de criminalité organisée. Les analystes ont observé qu’avec l’assouplissement des restrictions de voyage et de circulation dans certaines régions du monde, les réseaux de criminalité organisée ont commencé à passer d’une position réactive - profitant des vulnérabilités des migrants - à un rôle plus proactif, en faisant activement la promotion de leurs services illégaux, et en mettant la vie des migrants en danger en leur faisant emprunter des itinéraires plus dangereux.
    À mesure que les activités de trafic illicite de migrants sont devenues plus difficiles, les coûts déjà exorbitants de la migration irrégulière ont augmenté, tout comme le risque de coercition dans divers systèmes de paiement pour les différents facilitateurs du voyage, tels que le trafic forcé de drogue, le transport d’autres migrants irréguliers à travers la frontière et l’exploitation sexuelle ou l’exploitation du travail. C’est dans ce contexte que s’est tenue la 6ème réunion annuelle du Réseau asiatique pour l’inspection des documents (ANDEX) en début de semaine (du 1er au 3 février), à laquelle ont participé plus de 80 experts de l’inspection des documents originaires de 18 pays d’Asie et du Pacifique, qui ont démontré leur engagement dans la lutte contre la criminalité transnationale organisée. La réunion virtuelle a été organisée par le gouvernement de la République des Maldives. Sous l’égide du Centre d’appui à l’inspection des documents (DESC) de l’OIM, et avec le soutien du gouvernement du Canada, ANDEX a été officiellement créé en 2013 en tant que plateforme régionale permettant aux fonctionnaires expérimentés de l’immigration et du maintien de l’ordre de partager des informations et des bonnes pratiques en matière d’inspection des documents de voyage, de procédures de vérification d’identité et de schémas de fraude. L’OIM et la présidence tournante du Réseau organisent des réunions annuelles pour faciliter l’échange d’informations entre les États membres et coordonner les réponses opérationnelles pour faire face à la migration irrégulière.

    #Covid-19#migrant #migration#IOM#traite#trafic#criminalité#droit#migrationirreguliere#sante#exploitation#vulneralibilite

  • Les Canaries, débordées par l’afflux de migrants : « Ces citoyens dorment au milieu des rats »
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/11/16/les-canaries-debordees-par-l-afflux-de-migrants-ces-citoyens-dorment-au-mili

    Près des bateaux de pêche amarrés sur le petit port d’Arguineguin, face aux restaurants et aux hôtels désertés par les touristes, près de 2 000 migrants, en majorité marocains et sénégalais, sont entassés sur un quai dans des conditions déplorables. C’est ici, au sud de l’île espagnole de Grande Canarie, que la Croix-Rouge a monté un campement en août afin de leur prodiguer les premiers soins et de les identifier. Mais il était alors prévu pour 400 personnes. Or, ils sont près de 17 000 à être arrivés sur les côtes des Canaries depuis le début de l’année, dont 5 300 en octobre et 1 400 durant la seule journée du 7 novembre. Du jamais-vu depuis la « crise des pirogues » de 2006 – des milliers de migrants rejoignaient l’archipel depuis l’Afrique.« Il faut transférer ce campement de la honte », exige Onalia Bueno, la maire de Mogan, commune dont dépend Arguineguin. « Ces citoyens dorment au milieu des rats, sur une couverture, ne peuvent se laver que tous les trois ou quatre jours. Et une quarantaine ont le Covid-19 », ajoute-t-elle, devant le port, interdit d’accès à la presse pour, selon le gouvernement espagnol, « préserver l’intimité des personnes ».
    Pour les ONG, l’explication de ce boom migratoire est double. D’une part, la fermeture de la route du détroit de Gibraltar par le Maroc, en 2019, a provoqué le report des flux sur la voie canarienne, beaucoup plus dangereuse. D’autre part, « la pandémie a augmenté le nombre de personnes parties du fait de la crise économique », résume Txema Santana, porte-parole de la Commission espagnole d’aide aux réfugiés (CEAR).
    « On ne peut plus gagner sa vie en Afrique. Il n’y a plus assez de poissons, les gros bateaux de Chine et d’Europe prennent tout », raconte Daouda, pêcheur sénégalais de 26 ans parti de Saint-Louis le 15 août pour un avenir meilleur pour lui et pour sa mère, restée là-bas, qui vend normalement ses poissons sur le marché. Comme lui, de nombreux pêcheurs africains ont fait la traversée récemment. « Les gens ne peuvent plus payer le prix, et les restaurants sont fermés… », explique Ahmed un autre pêcheur, marocain, parti de Dakhla, sur la côte du Sahara occidental.
    Non loin, devant l’Hôtel Vista Flor Bungalows de Maspalomas, charmant complexe de petites maisons accolées transformées en centre d’accueil pour 500 migrants, les accords mélancoliques de la kora et la voix du chanteur gambien Jaliba Kuyateh s’élèvent du téléphone de trois jeunes Subsahariens. Ils regardent passer les voitures, les yeux dans le vide.
    L’Hôtel Vista Flor Bungalows de Maspalomas a été transformé en centre d’accueil pour 500 migrants.
    Ce mardi 10 novembre, un avion a atterri sur l’île de Grande Canarie pour embarquer les 22 migrants détenus dans le centre d’internement des étrangers (CIE), direction Nouakchott, grâce à la réactivation des accords de rapatriement avec la Mauritanie annoncé quelques jours plus tôt par le gouvernement de gauche. Ce pays africain accepte le renvoi non seulement de ses ressortissants, mais aussi de tous ceux qui sont partis de ses côtes ou ont transité par la Mauritanie. Les Canaries n’ont jamais été le but de ces migrants : ils rêvent du continent européen. Et ils espèrent leur transfert sur la péninsule, comme cela se fait d’ordinaire pour soulager la pression sur les infrastructures de l’archipel.
    Daouda est tellement angoissé qu’il a dû être hospitalisé, pris de fortes douleurs dans le ventre, quand il a compris que le document remis par la police à son arrivée était un ordre d’expulsion. « Les migrants reçoivent des papiers qu’ils ne savent pas lire, des ordres d’expulsion qui peuvent faire l’objet d’un recours, et tous ne connaissent pas leurs droits à demander la protection internationale », assure le juge d’instruction Arcadio Diaz Tejera, qui s’est lui-même déplacé au port à trois reprises pour s’assurer que les Maliens, au moins, sont au courant du droit d’asile.
    Avec les femmes et les enfants, ce sont les seuls à être transférés presque automatiquement sur la péninsule, car « ils sont les plus susceptibles de voir aboutir leur demande de protection internationale », explique M. Santana. « De nuit, des hommes sont venus attaquer mon village, Kari, dans le nord du Mali, pour qu’on aille faire la guerre, raconte l’adolescent Adama, 15 ans, en français. Je suis malien, je ne peux pas tuer un autre Malien. J’ai couru pour m’enfuir et j’ai perdu ma famille. Je ne sais pas s’ils sont vivants ou morts… »
    « Nous sommes passés d’une centaine de places d’accueil à plus de 5 000, et qui plus est en pleine pandémie », souligne Anselmo Pestana, délégué du gouvernement aux Canaries. Lorsqu’ils débarquent, les migrants sont soumis à un test PCR. Les cas positifs sont envoyés en quatorzaine dans un ancien internat, isolé sur la plage volcanique du Cabron, les autres passent la quatorzaine dans des hôtels, où ils sont logés et nourris, dans l’attente d’une solution. Alors que certains observateurs craignent que l’archipel ne suive le chemin de Lesbos, en Grèce, ils soulignent que « le travail de sauvetage maritime que nous réalisons et notre prise en charge des migrants ne sont pas similaires », tout en demandant « l’implication d’autres pays : l’Union européenne ne peut pas laisser les pays frontaliers assumer seuls ce phénomène »

    #Covid-19#migrant#migration#afrique#senegal#canaries#ue#sante#economie#crisesanitaire#crise#migrationirreguliere

  • Vague d’immigration clandestine : « La situation va s’empirer sous l’ère post-covid » (Horizon sans frontières)
    https://www.dakaractu.com/Vague-d-immigration-clandestine-%C2%A0La-situation-va-s-empirer-sous-l-er

    Après un tour fait au quai de pêche de Yoff, nous avons donné la parole à Boubacar Sèye d’Horizon Sans frontières. Évoquant la fréquence de la situation, il prédit que le flux sera encore plus intense dans les mois à venir.
    « L’injustice sociale et le problème de bonne gouvernance sont à l’origine de ces départs en exil. Et la situation va s’empirer sous l’ère post-covid qui va venir avec les récessions qui s’annoncent », fait-il encore savoir. « La situation est très grave. Il n’y a que la pauvreté qui existe au Sénégal », s’est-il désolé.
    « C’est cette pauvreté qui pousse les jeunes à prendre les pirogues. Et cette pauvreté est causée par la mauvaise gouvernance. Il s’y ajoute aussi la situation des pêcheurs qui n’ont plus rien à pêcher à cause des accords internationaux de pêche signés avec les sociétés de pêche internationale. La pêche industrielle a tué la pêche artisanale », conclut-il...

    #Covid-19#migrant#migration#senegal#sante#emigration#migrationirreguliere#pauvrete#sante#postcovid#gouvernance

  • Après un naufrage, le Sénégal s’inquiète de la « recrudescence » des tentatives d’émigration
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/10/28/apres-un-naufrage-le-senegal-s-inquiete-de-la-recrudescence-des-tentatives-d

    Le Sénégal s’inquiète de la « recrudescence » des tentatives d’émigration clandestine vers l’Europe, après un nouveau naufrage qui a fait au moins dix morts et suscité une vive émotion dans le pays. Entre le 7 et le 25 octobre, la marine sénégalaise, appuyée par la Guardia Civil espagnole, a intercepté cinq pirogues en partance pour l’Europe, secourant au total 388 personnes, selon le gouvernement. (...)Les causes de cette « recrudescence » des départs n’ont pas été précisées, mais le Sénégal subit les conséquences de la pandémie de coronavirus, qui a entraîné la fermeture des frontières alors que le tourisme est l’un des principaux revenus du pays. Le secteur de la pêche a lui aussi vu ses débouchés se tarir. « Il ne restait qu’un seul choix à mon grand frère, émigrer pour gagner sa vie, d’autant que certains (de ses amis) arrivés en Espagne lui avaient envoyé des photos et vidéos affichant leur mieux-être », a déclaré à Saint-Louis Ousmane Djigo, sans nouvelle de son frère de 35 ans. Un ancien premier ministre, Abdoul Mbaye, a mis en cause Macky Sall. « De grâce, ne les laissez pas partir vers le mirage et souvent la mort. De grâce, retenez-les par l’emploi et l’espoir. De grâce, cessez de désespérer nos jeunesses (par) la mal-gouvernance, la corruption et l’injustice », a-t-il écrit sur Twitter.
    Plus de 60 migrants africains étaient morts noyés au large de la Mauritanie en décembre 2019, dans le pire naufrage que cette année a connu sur la route des migrations longeant la côte Atlantique, et 27 autres en août.
    Parmi les voies de migration pour gagner l’Europe, la route de l’Afrique de l’Ouest, par mer ou par terre, fut l’un des itinéraires privilégiés, emprunté par des dizaines de milliers de migrants au milieu des années 2000.
    Les Canaries (Espagne), à une centaine de kilomètres des côtes marocaines, offraient l’une des principales portes d’entrée à l’Union européenne.
    Les mesures prises par Madrid ont réduit le flux, alors qu’au même moment les migrants empruntaient en nombre les trajets méditerranéens vers l’Espagne, la Grèce ou l’Italie. Mais la route occidentale connaît ces dernières années un relatif regain en raison des mesures prises contre la migration transitant par la Libye, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM)

    #Covid-19#migrant#migration#senegal#emigration#sante#economie#crise#oim#mortalite#routemigratoire#migrationirreguliere