#mikrodystopies

  • Q048 - Atelier d’écriture : les micro-dystopies - Comment réveiller les imaginaires ? - L’atelier des futurs
    https://atelierdesfuturs.org/q048-atelier-decriture-les-micro-dystopies-comment-reveiller-les-i

    Comment réveiller les imaginaires ?

    En pratiquant l’art d’écrire des micro-dystopies ! C’est en tout cas la réponse que propose François Houste, l’auteur des Mikrodystopies.
    Développer l’imaginaire technologique et critique

    Pour lui, “les robots colonisent notre quotidien. Les voitures sont déjà autonomes et les grille-pains ne vont pas tarder. Les implants cérébraux transhumaniseront chacun et chacune en individu augmenté. À moins qu’un grain de sable…

    Les [micro-dystopies] décrivent des situations insolites en un texte ultra court, quelques caractères, et projettent dans un futur pas si lointain où les réseaux sociaux, les robots et les intelligences artificielles auront réellement envahi notre quotidien. […] Chaque situation de ce quotidien futuriste y est décrite en 280 caractères, pas un de plus, espaces compris. C’est la taille d’un tweet mais cela permet déjà de faire passer beaucoup d’idées et d’imaginaires. Et cette contrainte rend l’exercice d’écriture et de concision d’autant plus ludique et intéressant.”

    “Le robot de la bibliothèque municipale aurait été l’assistant idéal s’il n’avait pas pris l’initiative de censurer certains ouvrages de science-fiction qu’il jugeait offensants.”

    Extrait du livre Mikrodystopies

    Selon François Houste, l’écriture de micro-dystopies est un exercice qui sert simultanément trois objectifs pédagogiques.

    D’abord, il permet de développer l’imaginaire, à travers la découverte ou la redécouverte des codes propres aux utopies et aux dystopies et la “proje[ction] dans une situation fictionnelle à partir de technologies déjà existantes”.

    Ensuite, il permet d’aller droit au but ; en ne disposant que de très peu de caractères, il faut réussir à inventer “une situation cohérente et pertinente”, en soignant aussi bien l’accroche que la chute.

    Enfin, écrire une micro-dystopie est un moyen efficace pour développer un “esprit critique” vis-à-vis de la société actuelle. En jouant avec les technologies qui existent aujourd’hui, on en révèle d’autant mieux les dérives potentielles en les mettant en scène dans un récit prospectif efficace.

    Dans le cadre de son cycle de prospective en cours, la Fondation Internet nouvelle génération s’est intéressée à l’écriture de micro-dystopies. Pour le think et do tank qui porte la voix d’un numérique “ouvert, humain et responsable”, l’exercice peut également servir de levier pour mettre chaque individu en capacité de participer aux débats sur le numérique (et la technologie en général) d’aujourd’hui et de demain.
    Les consignes de l’atelier d’écriture

    L’objectif de l’atelier, tel qu’imaginé par Sarah Medjek et Juliette Grossmann, est le suivant : construire une micro-dystopie en moins de 280 caractères en partant de l’une des phrases suivantes…

    “Je me lève de mon lit et comme d’habitude…”

    “J’ai faim, il faudrait que…”

    “Il est 19 heures, l’heure pour moi de…”

    Pour commencer, il s’agit de choisir un (ou plusieurs) outil numérique et d’en décrire le pire usage (et ses conséquences). Par exemple, on imaginera une situation dans laquelle une paire de lunettes intelligentes, un masque rajeunissant, un presse-agrume (ou un autre ustensile) connecté, un influenceur virtuel, etc. deviendra incontrôlable.

    Côté style d’écriture, on privilégiera la première personne et on décrira une situation du quotidien : le petit-déjeuner, une sortie entre amis, un repas de famille, etc. Point positif : toutes les situations se prêtent à la dystopie car elles sont toutes susceptibles d’être chamboulées par la technologie !

    Petit conseil : commencez par chercher l’inspiration dans votre propre quotidien.
    Trois exemples de micro-dystopies

    Les micro-dystopies suivantes ont été publiées par les participants à l’atelier #dystocratie du 11 mai 2021 :

    « Je me lève de mon lit et comme d’habitude je vérifie dans l’écran intégré à mon miroir l’impact de mes influenceurs virtuels personnels sur ma notoriété numérique. Véritable concentré de technologie, cet outil rare et coûteux m’est devenu indispensable pour continuer à exister professionnellement »

    « J’ai faim, il faudrait que je me prépare quelque chose à manger, et vite. je laisse mon presse-agrume faire le reste. Il se remémore la dernière vidéo de mon influenceur favori où il est question d’entomophagie. Erreur d’interprétation, le robot retient “anthropophagie”. il s’attaque à moi et mutile mon petit doigt. le modèle : un yakuza 21. »

    « Il est 19h et il est temps pour moi de tester mon nouveau masque rajeunissant. Grâce aux conseils de mon influenceuse virtuelle préférée, je m’installe sur mon canapé, le masque sur le visage pour 30 min de pose. Mais après une sieste de 2h, me revoilà avec le visage de mes 15 ans…boutons d’acné compris. »

    Maintenant, c’est à vous de réveiller vos imaginaires et d’imaginer de nouvelles micro-dystopies ! Et si vous voulez aller encore plus loin, pourquoi ne pas vous mettre à l’écriture d’une fiction prospective ?

    #Mikrodystopies #Atelier_écriture #Fing

  • Mikrodystopies, les histoires aigres-douces d’un futur imparfait | La Marne
    https://actu.fr/ile-de-france/conches-sur-gondoire_77124/mikrodystopies-les-histoires-aigres-douces-d-un-futur-imparfait_39770647.html

    Qu’est-ce qu’une mikrodystopie ? Très simple selon son auteur : une situation du quotidien, une technologie défaillante, détournée ou moquée, le tout en 280 caractères, comme sur Twitter. Le parallèle n’est pas un hasard : les mikrodystopies sont nées sur le réseau social.

    Micros-nouvelles du futur

    Baigné dans l’univers numérique depuis 25 ans, lecteur de science-fiction et aujourd’hui consultant pour une agence digitale, François Houste est un enfant d’Internet. « Après 20 ans, on ne peut plus s’en sortir », plaisante-t-il. Anciennement dans la presse, blogueur, Twitter était une suite logique. En 2018, il sacrifie un compte dédié à parodier le Général de Gaulle et André Malraux pour en créer un nouveau : les mikrodystopies.

    Ce compte dépeindra un futur technologique sous forme de micro-fictions, « comme il en existe beaucoup », tient-il à préciser. Robots, intelligences artificielles, implants cérébraux et voitures autonomes, il y a toutes les technologies avec un point commun : un regard doux-amer, qui s’attarde sur les situations bizarres, absurdes, imprévues.

    Interroger les technologies

    « C’est la culture d’Internet, il y a toujours un détournement possible, une faille à exploiter, c’est un peu ce que je fais pour trouver mes histoires », explique l’auteur qui a gardé l’esprit potache de la génération Canal+ et des Monthy Python.

    « Le but est de détourner les fantasmes et l’imaginaire dressé par les prophètes des technologies et d’interroger notre futur rapport à ces technologies, dans notre quotidien. » Un objectif réussi avec un livre qui se picore facilement et laisse un léger sourire à chaque lecture.

    #François_Houste #Mikrodystopies

  • Livre – « Mikrodystopies » : des histoires sur le futur en 280 caractères
    https://www.solutions-numeriques.com/livre-mikrodystopies-des-histoires-sur-le-futur-en-280-caracte

    Le compte @mikrodystopies a été créé il y a plus de deux ans sur Twitter par François Houste, consultant au sein de l’agence digitale Plan.Net France. Son exercice ? Ecrire et diffuser des histoires complètes sur le futur en 280 caractères maximum. Ses « mikrodystopies » font aujourd’hui l’objet d’un livre.

    Robots, voitures autonomes et implants cérébraux forment un futur présent au quotidien au travers de 330 micro-nouvelles parues chez C& F Éditions, un éditeur indépendant spécialiste de la culture numérique.
    Soigneusement sélectionnées, elles prennent sur papier une autre dimension, loin du flux des réseaux sociaux, et invitent à une réflexion sur le futur numérique que nous souhaitons. Ces « mikrodystopies » sont augmentées de photos signées Nicolas Taffin, mettant en image les futurs imaginés. Des histoires qui font à la fois rire et grincer des dents. A offrir ou s’offrir pour Noël. Extraits :

    « Connecté au robot-cuisinier de Mme Rodriguez,
    l’espion chinois notait scrupuleusement
    la recette de la paella en cours de préparation.
    Elle était réputée la meilleure de tout le pays ! »

    « Le ton de Luc avait changé.
    Après quelques phrases, sa voix normale revint
    et il put enfin finir sa conversation.
    C’était l’un des inconvénients
    des implants cérébraux gratuits :
    ils obligeaient parfois leur hôte
    à prononcer un script publicitaire. »

    170 pages, 15 euros – https://cfeditions.com/mikrodystopies
    Juliette Paoli

    #Mikrodystopies #François_Houste #C&F_éditions

  • Episode #31 - Goood Morning Web avec François Houste
    https://www.gooodmorningweb.fr/episodes/episode_2020_31

    Episode #31
    Ce matin, René Cotton, Bertrand Demarcq, Cyrièle Piancastelli et Jérôme Neuvéglise nous parlent :
    de Mikrodystopies avec François Houste 🤖
    des écrans pliable chez Apple 📱
    de l’API de Tesla 🚘
    des annonces d’Oxfam 💰
    et du rachat de Carfully 🚗

    #François_Houste #Mikrodystopies

  • Mikrodystopies de François Houste - Chut Maman Lit !
    https://chutmamanlit.fr/2020/10/mikrodystopies-de-francois-houste

    A force de suivre de près l’actualité littéraire de l’Imaginaire, j’aime bien être surprise de temps en temps par des récits de SFFF que je ne connais pas et qui peuvent me surprendre. Le petit livre dont je vais vous parler : Mikrodystopies de François Houste paru chez C&F éditions, a une drôle d’histoire. Il est tiré d’un compte twitter : @mikrodystopies sur lequel François Houste imagine de courts récits de SF en moins de 280 caractères. Les thèmes : Robots, IA et dystopies.

    Une très bonne surprise avec ce recueil, c’est bien écrit, d’actualité, plein d’humour et joliment édité.

    #Mikrodystopies #François_Houste #C&F_éditions

  • Blog Stéphane Bortzmeyer : Fiche Mikrodystopies
    https://www.bortzmeyer.org/mikrodystopies.html

    Fiche de lecture : Mikrodystopies

    Auteur(s) du livre : François Houste
    Éditeur : C&F Éditions
    9-782376-620112
    Publié en 2020
    Première rédaction de cet article le 30 septembre 2020

    Beaucoup de gens sur Twitter ont déjà lu les Mikrodystopies, ces très courtes histoires d’un futur techniquement avancé mais pas forcément très heureux. Les voici réunies dans un livre, le premier livre de fiction publié chez C&F Éditions.

    Des exemples de Mikrodystopies ? « Le robot de la bibliothèque municipale aurait été l’assistant idéal s’il n’avait pas pris l’initiative de censurer certains ouvrages de science-fiction qu’il jugeait offensants. » Ou bien « La licence du logicielle était claire : pour chaque faute d’orthographe corrigée, le romancier devait reverser une partie de ses droits d’auteur à la société qui avait créé ce traitement de texte. » Ou encore, en temps de pandémie, « Les robots de l’entreprise firent valoir leur droit de retrait, invoquant les pare-feu insuffisants du réseau informatique. ». Oui, je l’avais dit, ce sont des courtes histoires, qui se tiennent dans les limites du nombre de caractères que permet Twitter, mais je trouve chacune d’elles pertinente, et mettant bien en évidence un problème de notre société et de son rapport avec la technique.

    Fallait-il publier ces histoires que tout le monde peut lire sur Twitter ? Je vous laisse en juger mais, moi, cela m’a beaucoup plu de les découvrir ou de les redécouvrir sur mon canapé. Et en plus le livre est beau comme l’explique Nicolas Taffin.

    #Mikrodystopies #François_Houste #C&F_éditions

  • Ne nourrissez pas les robots… | Sur les Mikrodystopies de François Houste | Entre les lignes entre les mots
    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/09/30/ne-nourrissez-pas-les-robots

    Des textes très courts, plein d’humour plus ou moins grimaçant, des moments de tendresse aussi. Les angoisses et les espoirs dévitalisés projetés vers un avenir sombrement coloré par la pandémie de covid-19. L’affluence technologique contre les controverses démocratiques, l’isolement connecté contre la singularité humaine, le non-sens de la marchandisation des êtres humains. Et le fil tendu d’espoir des résistances…

    Le monde des calculs et des algorithmes, les voitures autonomes, les implants cérébraux, « C’était l’un des inconvénients des implants cérébraux gratuits : ils obligeaient parfois leur hôte à prononcer un script publicitaire », les objets connectés, les réalités virtuelles, les robots,

    Un livre et des histoires à partager

    François Houste : Mikrodystopies

    Fiction C&F éditions, Caen 2020, 136 pages, 15 euros

    Didier Epsztajn

    #François_Houste #Mikrodystopies #C&F_éditions

  • Mikrodystopies by François Houste - Fonts In Use
    https://fontsinuse.com/uses/35630/mikrodystopies-by-francois-houste
    https://assets.fontsinuse.com/cardshot?q=KW0Ddn9oHB1uaG8/awpQDSQtF10XJUUmUnlkAy4DSR5oE18IaiwcFDg3JCU8QxdWNCdYLRolRC8DH2lYb

    FF Attribute Text in use for the cover and interior of Mikrodystopies by François Houste, a collection of Twitter fiction by French author François Houste:

    Digital Oulipo? Technical haikus? Cybernetic aphorisms? The Mikrodystopies are the product of the exercise in style which François Houste engaged in: writing and disseminating on Twitter complete stories in no more than 280 characters.

    The book was designed by Nicolas Taffin (who also made the photographic illustrations in the book interior) and Sophie Harris, using FF Attribute Text by Viktor Nübel. In the colophon they describe it as “one of the most beautiful typefaces when it comes to ‘faux monospaced fonts’ which takes the shapes of characters with the constant spacing of computer terminals,themselves inherited from typewriters. By adding a little proportionality, the faux monospaced preserves legibility. A typical hybridization of our early days of the 21st century.”

    170 pages, 13,5×21 cm. Published by CF éditions.

    #Typographie #François_Houste #Nicolas_Taffin #C&F_éditions #Mikrodystopies

  • Dystopies familières | Polylogue
    https://polylogue.org/dystopies-familieres

    François Houste est un type formidable : non seulement il a du talent et de la finesse, mais en plus travailler avec lui est un grand plaisir. C’est sans doute pour cela qu’il inaugure la collection fictions de C&F éditions ;-)

    Mikrodystopies, ce sont des moments volés au futur (un futur si présent), des situations, plus que des histoires, qui montrent les humains confrontés à leur devenir-machine, les algorithmes face à des dilemmes humains trop humains, les robots désireux de se faire une place dans l’humanité, bref, un joyeux méli-mélo de notre quotidien techno-futur. 320 fragments de vies, tous limités à 280 caractères – pas un de plus – un exercice de style inspiré et stimulé par Twitter où le compte @mikrodystopies poursuit ses explorations. Le ton est toujours aigre-doux, plein de finesse, d’humour aussi. Quant au désespoir, n’est pas une injonction, il est laissé à la discrétion du lecteur, qui affichera d’abord bien souvent un sourire.

    Mais j’avais en tête une série de photos depuis un moment, cela a été l’occasion de passer à l’acte. L’idée en était : produire “à la maison” et sans effets de retouche, ni collages impressionnant, ni équipements futuristes, des images mettant en situation tous ces messages numériques qui nous confrontent aux erreurs systèmes, illegal arguments et autres plantages, violations des termes, acceptation de conditions abusives ; bref, à la régulation de nos vies par les logiciels depuis que « Code is law ». J’ai donc profité de l’occasion pour acquérir un nano projecteur à trois sous et préparer des messages que nous avons pu projeter, avec l’aide de ma fille, sur les jouets, murs, objets de la maison, ou même sur notre propre peau, comme s’ils étaient animés de facultés interactives nouvelles, irrigués de silicium. Avec un peu d’imagination, bien-sûr. J’ai aussi pu faire quelques images chez ma mère, dont l’intérieur n’a vraiment rien de techno, et lui proposer ainsi une belle mise à jour. Bref, on était vraiment dans le quotidien familial, tout près des récits de François Houste.

    Je me retrouvais avec une série de 11 images finales, sombres mais familières, qui ont rapidement trouvé leur pendant dans les Mikrodystopies. Plus que des illustrations strictes, cela composait des paires harmonieuses, que nous avons mises en valeur dans certaines doubles pages du livre.

    #Mikrodystopies #François_Houste #Nicolas_Taffin #Making-of #C&F_éditions