• #Petites_lignes_ferroviaires : les premières pistes d’optimisation | Banque des Territoires
    https://www.banquedesterritoires.fr/petites-lignes-ferroviaires-les-premieres-pistes-doptimisation

    Apporter de la « consistance », de la cohérence, de la lisibilité à ce maillage de 12.000 kilomètres de lignes - dont 9.000 km sur lesquels circulent des voyageurs - tel est le leitmotiv du préfet Philizot. Le 8 février, il rencontrera Carole Delga, présidente de la région Occitanie. « Au-delà des flux et du trafic, c’est d’#aménagement_du_territoire dont il est question : en Occitanie, ces petites lignes représentent la moitié du réseau. Il s’agit aussi d’agir dans un court terme. Notre dernier état des lieux de 2016 recense des travaux urgents à réaliser d’ici deux ans. Faute de quoi la vitesse de circulation y sera abaissée voire la ligne fermée », s’inquiète Jean-Luc Gibelin, vice-président de cette région et chargé des #mobilités et #infrastructures de #transport.

    #sncf #chemin_de_fer #ferroviaire


  • Sur les routes de l’exil syrien : récits de vie et parcours migratoires des réfugiés de #Deir_Mqaren

    En adoptant une approche qualitative et pluridisciplinaire, basée sur l’étude longitudinale des circulations de la population de Deir Mqaren - un village syrien situé entre Damas et la frontière libanaise - cette thèse interroge la dimension réticulaire des #mobilités humaines. A travers les récits de vie des réfugiés de cette bourgade et l’analyse de leurs parcours migratoires vers la Jordanie et l’Allemagne, elle décrypte la mécanique des flux au départ de Syrie. Cette recherche invite ainsi le lecteur à déplacer son regard vers des réseaux de lieux et d’acteurs souvent considérés comme marginaux, mais formant pourtant l’ossature des routes de l’exil reliant la Syrie au reste du globe. En plaçant la focale sur les conditions du mouvement des individus, l’intention de cette étude est à la fois de mettre en exergue les imbrications entre les migrations économiques antérieures au conflit et la logique des mouvements actuels de réfugiés ; mais aussi de montrer de manière tangible l’évolution des mécanismes relationnels permettant aux exilés d’accéder à des ressources (informations, mobilité, logement, emploi) en dépit des contraintes structurelles auxquelles ils ne cessent d’être confrontés. Les représentations (carto)graphiques élaborées dans le cadre de cette thèse visent pour leur part à mieux rendre compte du caractère mobile, instable et particulièrement labile de ces dynamiques socio-spatiales.


    https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01955981
    #réfugiés_syriens #asile #migrations #thèse #réfugiés #parcours_migratoires #itinéraires_migratoires #David_Lagarde #réseaux #cartographie #visualisation

    ping @reka


  • L’Afrique, du #Sahel et du #Sahara à la #Méditerranée : intégrations, #circulations et #fragmentations

    Catherine Fournet-Guérin et Géraud Magrin
    L’Afrique, du Sahel et du Sahara à la Méditerranée : intégrations, circulations et fragmentations [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    Africa, from the Sahel and the Sahara to the Mediterranean Sea. Integrations, circulations and fragmentations
    Alexis Gonin

    Le #foncier_pastoral au Sahel, des #mobilités fragilisées [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    Pastoral land tenure in Sahel : jeopardized mobilities)
    #pastoralisme
    Ronan Mugelé

    La #Grande_muraille_verte au Sahel : entre ambitions globales et ancrage local [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    The great green wall in Sahel : from global to local ambitions
    Géraud Magrin et Christine Raimond

    La région du lac #Tchad face à la crise #Boko_Haram : interdépendances et vulnérabilités d’une charnière sahélienne [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    The Lake Chad region and Boko Haram crisis : links and vulnerability of a sahelian hinge
    Anne Bouhali

    Les places marchandes du #made_in_China au #Caire et à# Oran : #mondialisation et transformations des espaces et des pratiques de consommation [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    The marketplaces of made-in-China goods in Cairo and Oran : globalization and transformations of consumption spaces and practices
    Nora Mareï et Olivier Ninot
    #Chine #Chinafrique

    Entre Afrique du Nord et de l’Ouest, les #relations_transsahariennes à un moment charnière [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    Between north Africa and west Africa : trans-Saharan relations at a key moment
    Alice Franck

    L’échec de la partition d’un État à la charnière entre monde arabe et Afrique subsaharienne : le cas du #Soudan [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    The failure of the partition of a pivotal State between the arab world and sub-saharan Africa : the case of Sudan
    Raphaëlle Chevrillon-Guibert et Géraud Magrin

    Ruées vers l’#or au #Soudan, au #Tchad et au Sahel : logiques étatiques, mobilités et contrôle territorial [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    Gold rushes in Sudan, Chad and the Sahel : state logic, mobility, territorial control
    Laurent Gagnol
    #extractivisme #mines_d'or #mines

    Marginalité, spécificités et instabilité du #tourisme saharien [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    Marginality, specificities and instability of Saharan tourism
    Pierre-Arnaud Chouvy

    Du #kif au #haschich : évolution de l’industrie du #cannabis au #Maroc [Texte intégral disponible en juillet 2019]
    From kif to hashish. the evolution of the cannabis industry in Morocco

    #drogues


    https://journals.openedition.org/bagf/2953
    #revue


  • [Appli] UberPool | Uber

    Cartographie du « pouls » de la ville de New York liés aux mobilités, via le service UberPool.

    Voir aussi le billet de Sylvain Genevois sur le blog Cartonumérique, qui présente ce service UberPool
    http://cartonumerique.blogspot.com/2018/03/big-data-et-choix-damenagement-urbain.html

    En savoir plus sur UberPool : https://www.uber.com/fr/drive/paris/resources/uberpool

    ht @mirbole01

    #ville #flux #poul #mobilités #Uber #UberPool #flowmap #New-York


  • Les #mobilités_enfantines en milieux urbains : des traces au discours et #parcours pour dépasser les limites spatiales

    À l’heure où la mobilité s’érige en paradigme de société, où pour encourager les #déplacements, diverses technologies envahissent le quotidien des familles, que dire des #déplacements_urbains des enfants ? Cette nouvelle ère les encourage-t-elle à vivre la ville de façon plus libre ? Comment se situent les générations d’enfants actuelles, en termes d’#expérience des mobilités, quand les résultats des recherches dans le domaine semblent depuis plus d’une vingtaine d’années alerter sur une régression significative d’#autonomie de déplacements des enfants en milieux urbains, relativement aux générations passées ?

    https://gallery.mailchimp.com/07c583f52d283cc47e1e657e9/files/8592a679-5cc0-4f12-91cb-4538dad9a8f6/InSHS_Mobikids.pdf
    #mobilité #enfants #enfance #urban_matter #villes


  • À l’Est, des terres d’exils

    Depuis la chute du communisme, l’Europe de l’Est a connu de nombreux mouvements de population, des départs, des mouvements internes, mais également des arrivées et des retours, libres ou forcés. Des #Balkans à la #mer_Baltique, c’est toutefois l’intensité des départs, essentiellement à destination de l’ouest du continent, qui caractérise l’Europe centrale et orientale depuis un quart de siècle. Quels sont les motifs de ces exils et à quoi ressemblent-ils ?

    Sommaire :
    #Mobilités des #Roms albanais et kosovars en Europe (S.Altasserre)
    – Vies suspendues : l’exil des rescapés roms du Kosovo (S.Bosnjak)
    – La #Moldavie, terre d’émigration (R.Ursu)
    – Quand des Roms marginalisés en #Bulgarie s’exilent en #France (S.Altasserre)
    – Murs hongrois : une faillite de la politique migratoire européenne ? (A.Slim)
    – Les identités baltes au défi des migrations (C.Bayou)
    – L’immigration russe à #Riga depuis 1945 : chiffres et idées reçues (E.Le Bourhis)
    – Les maisons d’édition d’Europe centrale en exil (A.Rochacka-Cherner)
    – Trajectoire migratoire de l’instrumentiste bulgare dans le paysage contemporain (S.Altasserre)

    http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=1682
    #migrations #émigration #migrations_internes #Kosovo #Albanie #Hongrie
    cc @reka


  • Les #métropoles, locomotives de leur territoire ? Pas toujours !
    http://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Articles/Articles&cid=1250279471485
    http://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/BlobServer?blobkey=id&blobnocache=false&blobwhere=1250

    Ces dernières données montrent la capacité de certaines métropoles à redistribuer des flux économiques pour les #territoires voisins. Mais le décalage existant entre la zone d’emploi et le périmètre métropolitain risque aussi d’avoir des incidences sur la qualité de vie (risque de congestion, #transport…) et sur la capacité des élus à adapter les politiques publiques d’économie et d’emploi à l’échelle à laquelle se jouent réellement les phénomènes…

    Se réjouir de #déséquilibres créés par la force centripète renforcée des métropoles qui créent donc encore plus de #mobilités forcées et élargies (pollution, coûts cachés, accidentogenèse, fatigue, usure, mauvaises conditions de vie, spéculation immobilière).


  • Ceux qui partent, ceux qui restent. Les #mobilités_résidentielles dans les #villes en #décroissance

    En s’intéressant aux mobilités résidentielles, Mathilde Rudolph ouvre la boîte noire des processus de décroissance urbaine en #France. L’auteure souligne à quel point ces mobilités sont socialement sélectives, favorisant le maintien des populations ouvrières et, à l’inverse, limitant l’arrivée des cadres, ce qui contribue à approfondir les différences dans la composition sociale des villes en décroissance et des villes en croissance.


    http://www.metropolitiques.eu/Ceux-qui-partent-ceux-qui-restent.html
    #mobilité #urban_matter #inégalités #cartographie #visualisation


  • Distance spatiale et distance de classe - Métropolitiques
    http://www.metropolitiques.eu/Distance-spatiale-et-distance-de.html


    Un article très important sur un changement profond du monde du #travail qui se traduit bien sûr par des #inégalités plus marquées, des #mobilités sociales fortement réduite et des #antagonismes de #classes grandissants.

    La mobilité géographique contre la promotion locale

    Le système de promotion interne à l’œuvre à la SNCF, comme dans la plupart des entreprises industrielles publiques, a longtemps favorisé une stabilisation du personnel ainsi qu’une forte composition familiale. Les enfants de salariés, qu’ils soient ouvriers ou cadres, pouvaient être privilégiés lors des embauches. Mais ce système qui rendait possible la constitution d’un corps de cadres réalisant l’essentiel de leur carrière sur le site est remis en cause par le tournant néolibéral qui touche le transport ferroviaire, comme les autres secteurs publics. À partir des années 1990-2000, les réformes dites de « modernisation » et l’application de méthodes de management importées du privé mettent à mal la reproduction du groupe des agents d’encadrement, qui se singularisaient par des origines populaires, un ancrage local et une maîtrise technique partagée avec les ouvriers. À cet égard, la remise en cause des savoir-faire et la démonétisation des ressources liées à l’autochtonie (Retière 2003) ne concernent pas seulement les classes populaires ; elle touche aussi les cadres.

    Depuis les années 2000, les responsables ne font en général que passer à la tête des établissements de la SNCF. Ils doivent faire preuve de mobilité, qui ne favorise pas leur insertion locale et leur attachement aux salariés. Selon un processus général à toute l’industrie, l’encadrement patronal des ateliers ferroviaires est de moins en moins constitué de cadres « maison ». Certaines formes de promotion interne ont disparu avec l’allongement des études et la multiplication d’agents recrutés grâce à leurs diplômes et non sur examen ou concours, notamment des ingénieurs des grandes écoles (Andolfatto, Dressen et Finez 2012 ; Boussard 2011). Une fraction importante des dirigeants de la SNCF ne sont plus cheminots et viennent du secteur privé (Valéo, Thompson, Renault, etc.).

    Rarement d’origine populaire, les nouveaux responsables de l’atelier où a été mené l’enquête de terrain viennent désormais de l’extérieur, pour des missions de courte durée, et ne s’installent pas sur place. Ils résident dans l’agglomération régionale, située à 70 kilomètres du bourg, voire dans des grandes villes plus éloignées encore [1]. Contrairement à leurs prédécesseurs, ces cadres managers ne s’investissent plus dans la vie locale, ils ne font pas leurs courses dans le bourg et ne jouent pas dans le club de foot. Leurs enfants ne fréquentent pas les enfants d’ouvriers dans l’école communale. Leur distance aux classes populaires locales est indissociablement sociale et spatiale. Elle est entretenue par une organisation du travail qui les incite à une mobilité incessante et à la dépersonnalisation de leur relation avec les salariés d’exécution.


  • Ceux qui partent, ceux qui restent. Les mobilités résidentielles dans les villes en décroissance - Métropolitiques
    http://www.metropolitiques.eu/Ceux-qui-partent-ceux-qui-restent.html

    En s’intéressant aux mobilités résidentielles, Mathilde Rudolph ouvre la boîte noire des processus de décroissance urbaine en France. L’auteure souligne à quel point ces mobilités sont socialement sélectives, favorisant le maintien des populations ouvrières et, à l’inverse, limitant l’arrivée des cadres, ce qui contribue à approfondir les différences dans la composition sociale des villes en décroissance et des villes en croissance.

    #villes #mobilités


  • Les #migrations à l’échelle mondiale : une série de #cartographies construites sur la base des données de la Banque mondiale.

    http://www.cartolycee.net/spip.php?article79

    La troisième mise en oeuvre du programme de géographie de terminale centre sur les « #mobilités, #flux et réseaux ». Cette série de cartographie aborde les mobilités humaines et est construite à partir des données de la Banque mondiale - Migration and Remittances factbook 2016 3e édition.
    Les trois premières constructions mettent en évidence les principaux bassins émetteurs et récepteurs des flux migratoires ainsi que les principaux « couloirs » de circulation.

    #ressources_pédagogiques


  • Voiture, autopartage, vélo, VTC... : comment les mobilités évoluent-elles ?
    http://www.lagazettedescommunes.com/460805/voiture-autopartage-velo-vtc-comment-les-mobilites-evoluent

    Une nouvelle étude réalisée par les cabinets de conseil ObSeCo et Chronos constate le développement rapide des nouvelles formes de mobilités, qui peuvent se combiner et élargir le choix des citoyens. Mais cette évolution de l’offre et des pratiques se révèle très différente suivant la nature, urbaine ou rurale, des territoires.

    Article derrière #paywall, mais on se doute que dans la #ruralité, la diversité des moyens de #transport doit être réduite et limiter les #mobilités


  • #Mobilités et (R)évolutions numériques - Sciencesconf.org

    #Monde_numérique

    https://msfs2016.sciencesconf.org/resource/page/id/1

    Au-delà de la portabilité ou mobilité croissante des technologies de l’information et de la communication (TIC), objets connectés et dispositifs numériques de toutes sortes se diffusent dans le quotidien des individus : la multiplication dans les média spécialisés ou non de références à l’e-mobilité, au robomobile, à la ville 2.0, à l’überisation, à la géolocalisation, etc. en témoigne. Intrinsèquement, la récurrence de ces mots clés révèle une association croissante entre les technologies de(s) transports et technologies numériques. Les liens et interdépendances entre mobilités et TIC sont potentiellement multiples et laissent place à de nombreuses interrogations. Ces dernières ne sont pas nouvelles en soi et dépassent largement le cadre des déplacements (Kellerman, 2012 ; Schwanen et Kwan, 2008 ; Mokhtarian, 2002). Néanmoins, elles ne se limitent plus à des débats entre substitution ou complémentarité et sont éminemment plus complexes (Rallet et al., 2010).

    Un appel en 3 axes

    1- Nos déplacements sont de plus en plus équipés, augmentés par un ensemble d’outils et de dispositifs utilisables en situation de mobilité(s), qui y participent en géolocalisant les individus, en leur permettant d’interagir directement avec leur environnement (notifications spécifiques, QR codes, datamatrix, etc).

    2- Dans la continuité directe du point précédent, les TIC et techniques numériques sont considérées comme de nouveaux moyens potentiels de mesures des pratiques et comportements de déplacements. Soit elles numérisent des dispositifs préexistants (Denissen et al., 2010), soit elles se basent sur d’autres sources de données à travers l’ensemble des données personnelles qu’elles récupèrent (Cardon, 2015).

    3- Enfin, toutes les questions qui précèdent portent en filigrane le titre du présent colloque. Ce point a pour ambition de saisir l’ampleur sociale et sociétale des bouleversements. En quoi les mutations numériques à l’œuvre révolutionnent-elles les mobilités et leurs analyses ? Sommes-nous face à une révolution du fait d’innovations radicales ou plutôt à des évolutions incrémentales (d’où la mise entre parenthèses du r de révolution) ?

    Ces trois axes ne sauraient prétendre cerner l’ensemble des discussions potentielles sur le sujet. Toute proposition s’inscrivant en dehors de ces 3 axes sera prise en compte et bienvenue.

    #colloques #idées #thema


  • Penser les cultures du #transitoire. #Spatialités migrantes.

    L’Europe vit une « crise » que les médias présentent comme majeure, celle dite « des réfugiés ». Sur fond d’attentats terroristes, de guerres multiples aux Proche et Moyen-Orient, et face à un Monde dont l’instabilité semble désormais être devenue la norme, les sociétés européennes ne cessent d’avoir à penser les formes de l’accueil et de l’hospitalité. Celles-ci se retrouvent fortement mises à l’épreuve par de nouvelles formes de #mobilités. Ces nouvelles migrations, massives, qu’Alain Tarrius (1989) identifie comme étant à l’origine d’une mondialisation de l’« #entre-pauvres », organisée en #territoires_circulatoires de l’économie souterraine, sont aussi celles, géopolitiques, de migrants-exilés piégés dans les nasses des contraintes et règles juridiques de l’Union européenne, la complexité du droit d’asile, et qui se trouvent de fait entraînés dans un #exil nomade qui s’apparente à des formes d’#errance (Bolzman 2014).


    http://www.espacestemps.net/articles/penser-les-cultures-du-transitoire
    #migrations #transit #réfugiés #asile #provisoire #Grande-Synthe #Calais #campement #multiculturalisme #migrerrance #attente #piège
    via @ville_en


  • Salut tout le monde,
    le programme de khâgne pour l’an prochain vient de sortir pour le concours de l’ENS de Lyon, je suis donc preneur de toute information, actualité, référence scientifique ou autre sur la question suivante : « #Population et #inégalités dans le monde ».
    #démographie #géographie #mobilités
    @reka @cdb_77 @odilon


    La lettre de cadrage est la suivante :

    Population et inégalités dans le monde

    La question au programme invite les candidats à rapprocher l’analyse des dynamiques #démographiques de l’étude des inégalités, des processus dont elles résultent et des dispositifs mis en oeuvre pour tenter de les réduire. La compréhension des dynamiques démographiques est au coeur de la réflexion géographique et l’analyse des inégalités est centrale pour la compréhension du monde globalisé. Les inégalités peuvent être définies comme des disparités - diversement perçues, construites et traitées socialement dans le monde – en matière d’accès aux biens, aux ressources et aux services. Elles recoupent plusieurs domaines qui relèvent plus largement du #développement humain. Plusieurs dimensions peuvent être prises en compte telles que les conditions d’existence, les #revenus, l’accès aux services de base, la #santé, l’#éducation, les #ressources, la #sécurité, la #justice, les droits fondamentaux.

    Il s’agit de se demander dans quelle mesure les inégalités persistent ou s’accroissent, dans un contexte d’évolution des situations de développement et de mondialisation qui tendent à reconfigurer les caractéristiques démographiques des populations humaines.

    La question invite à considérer les interactions entre population et inégalités. Les différents types de dynamiques démographiques génèrent des motifs et des formes de répartition des populations et des inégalités. Ces inégalités sont, à leur tour, à l’origine de nouvelles dynamiques démographiques.

    Les relations réciproques entre démographie et inégalités doivent être analysées sur un plan géographique, à différentes échelles (mondiale, régionale et intra-régionale). Des travaux menés à l’échelle locale seront mobilisables dans la mesure où ils servent à illustrer des processus et des dynamiques liées aux inégalités au sein des populations. Au-delà des grandes formes de #distribution spatiale, il s’agira aussi de considérer les #flux de population en relation avec les grands types d’inégalités dans le monde. Les inégalités d’accès à des biens fondamentaux tels que l’#eau potable et l’#alimentation génèrent, par exemple, de multiples formes de #mobilités et de #conflits. De même, les enjeux sociaux liés au #vieillissement des populations s’expriment sous différentes formes selon les régions du monde. Enfin, il conviendra d’aborder des champs traités plus récemment par la géographie telles que les études de #genre, les logiques de l’#exclusion sociale au détriment de celles de l’intégration, les formes de s#égrégation et de #discrimination, les régimes de #visibilité/invisibilité.
    La connaissance des principaux indicateurs synthétiques de mesure des inégalités (IDH, PIB, PPA…) est attendue. Leur spatialisation permet une lecture géographique des inégalités, à plusieurs échelles. En outre, la prise en compte de différentes approches des inégalités (par les capabilités, par exemple) complètera les informations données par les indicateurs synthétiques. Concernant les dynamiques démographiques, la connaissance des caractéristiques d’une population (pyramide des âges, sex ratio, stratifications sociales…), des indicateurs démographiques (taux de fécondité, taux de natalité…), des composantes, rythmes et modalités de la croissance (solde naturel, solde migratoire, transition démographique, vieillissement…) permet de poser des jalons de compréhension. L’analyse de ces différents paramètres devra être menée dans une perspective comparative, en cherchant à repérer et à expliquer les principaux contrastes géographiques et les discontinuités spatiales qui en résultent.
    Les principaux processus causant les inégalités au sein des populations devront être étudiés. La #croissance de la population mondiale est en effet à mettre en lien avec l’organisation des sociétés contemporaines et avec les processus globaux, qu’il s’agisse de la #mondialisation, des enjeux démographiques des changements environnementaux, des problématiques de santé globale, de l’émergence de nouveaux régimes #migratoires, ou des transformations sociales. L’analyse géographique doit considérer les conséquences spatiales du très fort accroissement démographique dans ses différentes dimensions régionales. Les processus tels que l’#urbanisation ou la #littoralisation devront être connus. A l’inverse, la décroissance démographique dans certaines régions ou dans certains Etats, conséquence d’un déficit naturel et/ou de l’#émigration renvoient à des formes d’organisation des territoires à ne pas négliger. La question implique enfin d’analyser les #transitions,
    la transition démographique en premier lieu mais également les transitions urbaine, alimentaire et mobilitaire. Il faudra aussi prendre en compte de nouveaux niveaux d’organisation : les inégalités peuvent être saisies au niveau des groupes humains, où les questions de #genre importent. Ces processus conduiront à analyser de manière critique les grandes catégories de lecture et de classification du monde sous l’angle de la population (opposition #Nord/Sud, ou jeunes/vieux par exemple).
    Au-delà de la connaissance des contrastes économiques et sociaux, le programme invite à s’interroger sur les réponses apportées par les acteurs géographiques et territoriaux aux situations d’inégalité. Les principales stratégies de réduction des inégalités entre individus et entre territoires, devront être abordées. D’un côté, les populations génèrent elles-mêmes des dynamiques pour s’extraire de leurs difficultés socio-territoriales (rôle croissant des #femmes dans ces dynamiques, logiques migratoires, nouvelles formes de #solidarité…). D’un autre côté, les politiques et les programmes de lutte contre les inégalités sont menés à différentes échelles et visent à garantir un meilleur accès aux ressources (éducation, emploi, NTIC) à toutes les populations, quel que soit leur lieu de naissance (région prospère ou en retard de développement, ville ou campagne) et leurs caractéristiques (âge, genre, #ethnie, orientation sexuelle). Ces politiques sont portées par des acteurs de nature très diverse (organisations internationales et régionales, Etats, organisations non gouvernementales et, de plus en plus, organismes privés). A ce sujet on pourra mettre en évidence le retrait de l’Etat de certains grands programmes de réduction des inégalités (comme l’Aide publique au développement) au profit d’autres acteurs. La connaissance de quelques grandes politiques démographiques incitatives, des évolutions des modalités de l’aide au développement pour les pays du Sud ou des mesures de protection sociale et de leurs impacts spatiaux dans les pays du Nord est attendue.


  • Dynamiques des espaces ruraux dans le monde - Cairn.info
    http://www.cairn.info/dynamiques-des-espaces-ruraux-dans-le-monde--9782200259259.htm?WT.rss_f=ouvr

    Depuis une trentaine d’années, l’évolution des différentes formes d’agriculture, l’émergence de nouvelles #mobilités entre milieux rural et urbain et l’extension des #espaces_périurbains nécessitent de repenser les #campagnes dans leur globalité. De nouvelles relations se nouent entre villes et campagnes et les espaces ruraux doivent faire face à des défis majeurs pour leur avenir.
    Après un rappel des définitions et concepts essentiels, les auteurs analysent les dynamiques des #espaces_ruraux dans le monde grâce à des études régionales (Chine, Asie du Sud-Est, Inde, Brésil, Argentine, Chili, Afrique de l’Est et de l’Ouest, Europe du Nord et de l’Ouest, Europe centrale et de l’Est, États-Unis, Russie et Ukraine). En intégrant les mutations des #systèmes_agraires (structuration de filières courtes, conflits entre #agriculture et #environnement, rôle croissant d’acteurs urbains, #mondialisation des méthodes de production, etc.), et en mettant en perspective des réalités des pays du Nord et du Sud, se révèlent la concomitance de certains processus, tout comme leur singularité. Cet ouvrage met à disposition des étudiants, et de tout public intéressé par la question rurale, une approche renouvelée et indispensable pour saisir les enjeux actuels que représentent les espaces ruraux.

    #livre


  • Espaces en dépeuplement

    Clémentine Cottineau
    A multilevel portrait of shrinking urban Russia [Texte intégral]
    Portrait de la #Russie urbaine en #décroissance
    Tomasz Spórna, Iwona Kantor-Pietraga et Robert Krzysztofik
    Trajectories of depopulation and urban shrinkage in the Katowice Conurbation, Poland [Texte intégral]
    Les trajectoires de #déclin_urbain dans l’agglomération de #Katowice (#Pologne)
    Raphaël Languillon-Aussel
    Tokyo, les recompositions démographiques d’une #ville mature [Texte intégral]
    #Tokyo, demographic recompositions of a mature city
    Sophie Buhnik
    Géographie de la #décroissance_démographique et évolution des #mobilités_quotidiennes dans la conurbation #Ōsaka-Kyōto-Kōbe [Texte intégral]
    Geography of demographic degrowth and changing daily mobilities in the Ōsaka-Kyōto-Kōbe city-region
    Patrick Rérat
    Le retour des villes [Texte intégral]
    Les phénomènes de déprise et de reprise démographiques dans les villes suisses
    The return of cities. The phenomena of demographic decline and new rise in Swiss cities
    Nicolas Cauchi-Duval, Vincent Béal et Max Rousseau
    La décroissance urbaine en #France : des villes sans politique [Texte intégral]
    Urban decline in France : cities without policy
    Yoan Miot
    Le rôle du facteur démographique dans les processus de #décroissance_urbaine [Texte intégral]
    Le cas de trois villes de tradition industrielle françaises
    The role of the demographic factor in urban shrinkage processes – The cases of three French traditional industrial agglomerations
    Brice Laménie
    Endiguer le dépeuplement en restaurant l’#attractivité dans un territoire en déclin [Texte intégral]
    Le cas des #Ardennes
    The combined effects of demographic and economic decline in industrial regions : what perspectives with the metropolization ? The example of the Ardenne
    Guillaume Chevillard, Julien Mousquès, Véronique Lucas-Gabrielli, Yann Bourgueil, Stéphane Rican et Gérard Salem
    Dépeuplement rural et offre de #soins de premiers recours : quelles réalités et quelles solutions ? [Texte intégral]
    Rural depopulation and primary health care : which reality and solutions ?
    Yoann Doignon, Sébastien Oliveau et Isabelle Blöss-Widmer
    L’Europe méridionale depuis 20 ans : dépeuplement, #dépopulation et renouveau démographique [Texte intégral]
    Southern Europe for 20 years : depopulation and demographic renewal
    Thibaud de Fortescu
    Un espace de #montagne en dépeuplement : nouvelles dynamiques et stratégies de revitalisation dans l’#Alpujarra granadina (#Andalousie) [Texte intégral]
    Fighting depopulation in moutain areas : new revitalization dyanamics and strategies in the Alpujarra granadina (Andalusia)
    Louis Marrou
    #Insularité et dépeuplement : le cas de l’île de Flores aux #Açores (Portugal) [Texte intégral]
    Human depopulation and insularity : a study case in the Azores (Flores Island)
    Gilles Pestaña
    Du spectre du dépeuplement à celui de l’indépendance [Texte intégral]
    Enjeux et représentations des dynamiques démographiques des #espaces_ruraux de #Nouvelle-Calédonie
    From the Spectre of Depopulation to That of Independence : The Stakes and Representations of Demographic Dynamics in New Caledonia rural areas

    https://eps.revues.org/6101
    #Suisse #démographie #urban_matter

    https://eps.revues.org/6101

    #revue #dépeuplement


  • Parution d’un numéro de #revue sur :
    Activités marchandes et pratiques de la frontière

    La question de la perméabilité, de la pérennité ou de la pertinence des frontières pose nécessairement celle des modalités et des formes de l’échange transfrontalier. Cet échange peut être matérialisé par des flux de personnes, de marchandises, d’informations, qui affectent fortement le fonctionnement d’un espace dit frontalier, de part et d’autre de la limite d’État. Nous nous intéressons dans ce numéro aux répercussions et aux formes spatiales des flux de personnes ou de biens, générés par le seul facteur marchand.

    http://tem.revues.org/3312

    Articles du numéro :

    Yoann Morvan
    Rami Lévy au cœur du conflit israélo-palestinien, des « supermarchés de la paix » aux frontières multiples [Texte intégral]
    #Israël #Palestine
    Rami Levy at the core of Israeli-Palestinian conflict, « peace supermarkets » at the crossroads of different borders
    Guillaume Poiret et Pierre-Alexandre Beylier
    La #réserve_autochtone « transfrontalière » d’#Akwesasne entre #Canada et États-Unis, zone de #contrebande et faille dans la sécurisation de la frontière [Texte intégral]
    #peuples_autochtones #Etats-Unis #USA
    The Mohawk reserve of Akwesasne between Canada and USA, smuggling area and weakness in the border security
    Sophie Avarguez et Aude Harlé
    « Consommer » à la frontière : usages et perceptions en territoire catalan [Texte intégral]
    “Consuming” at the border : practices and perceptions in Catalonia
    Boris Deschanel
    Pratiques commerciales et mutations frontalières dans le #Dauphiné préindustriel (de 1713 à la Restauration) [Texte intégral]
    Entre enjeux économiques, militaires et politiques
    Commercial Practices and Borders in preindustrial Dauphiné (from 1713 to the Restauration)-Economic, Military and Political Issues
    Edmond Sougue
    #Malanville - #Gaya, une dynamique de territorialisation à la frontière #Benin - #Niger [Texte intégral]
    Malanville - Gaya, a territorialization on Benin–Niger border
    Raphaëlle Chevrillon-Guibert
    Les commerçants #zaghawa du #Darfour (#Soudan) : des passeurs de frontières [Texte intégral]
    Pathways of Accumulation in Sudan : The Case of Darfurian Cross-Border Traders
    Mohamadou Mountaga Diallo
    Frontières et activités marchandes en #Afrique_de_l’Ouest : logiques d’acteurs et fonctionnement scalaire [Texte intégral]
    Borders and trading activities in West Africa : actors logics and scalar operation
    Arnaud Serry
    Les activités commerciales et marchandes à la frontière orientale de l’Union Européenne [Texte intégral]
    Le cas de figure russo-balte
    Commercial Activities on the Eastern Border of the European Union : Russian-Baltic Case
    Antoine Marsac
    Évolutions des #mobilités_transfrontalières liées au #commerce du #tourisme_sportif en Afrique australe [Texte intégral]
    Evolutions of cross-border mobility related to trade Sports Tourism in Southern Africa

    #frontières #économie


  • Les nouvelles mobilités au service des ménages ruraux - Localtis.info - Caisse des Dépôts
    http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250270223747&cid=1250270205835

    Le potentiel des nouvelles #mobilités reste pour l’instant peu exploité par les acteurs de la filière #automobile, laissant de côté un grand nombre d’utilisateurs potentiels. Les auteurs de l’étude notent que les « constructeurs et les gestionnaires de parking sont davantage en retrait » et n’émettent pas « a priori, le souhait de s’engager financièrement ou stratégiquement dans cette voie ». Face au faible intérêt stratégique de la part des constructeurs pour ces nouveaux usages, « les acteurs liés aux #transports publics et aux politiques nationales et locales des transports paraissent susceptibles de jouer un rôle clé ». Là où les constructeurs historiques se montrent plus « sélectifs », les nouveaux entrants comme Bolloré (autopartage), Drivy, Ouicar ou encore Blablacar (covoiturage) peuvent porter cette nouvelle dynamique aux côtés des acteurs publics.
    D’autant plus que l’étude met en avant « un réservoir de demandes en France » pour ces nouveaux services de mobilité. Les dispositifs actuels ciblent avant tout des publics urbains (dans les « quintiles supérieurs »), qui sont parmi les moins contraints financièrement. Alors même que c’est dans les zones les moins denses que les « besoins en mobilité sont les plus criants ». Pour des raisons financières, les ménages ruraux sont ceux qui « font le plus de kilomètres, rejettent le plus de CO2 dans l’atmosphère et participent le moins au chiffre d’affaires des constructeurs d’automobiles ». Ainsi, si le besoin d’"offres alternatives à l’achat d’un véhicule" se fait de plus en plus pressant, aucun service existant ne « répond à cette demande potentielle ni ne s’apprête à le faire ». Ces ménages représentent un potentiel « non exprimé à ce stade », mais dont la dépendance à la voiture est très forte et qui pourraient « satisfaire leurs besoins de mobilité automobiles sur la base de frais partiellement partagés ».

    #ruralité


  • Etalement #urbain : le coût résidentiel pèse sur le budget des ménages - Localtis.info - Caisse des Dépôts
    http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250270095926&cid=1250270091318

    Quel est l’impact financier de l’étalement urbain et des #mobilités qu’il induit, pour les ménages et les collectivités ? Telle est la question à laquelle se propose de répondre un travail de recherche publié par le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc) en décembre 2015. Afin de le quantifier, le Credoc propose de bâtir un indicateur de « coût résidentiel global » qui prendrait en compte le ’coût résidentiel’ incombant directement aux habitants concernés, et le ’coût collectif’, qui est supporté par toute la population via les investissements des pouvoirs publics nationaux et territoriaux. Il s’agit ainsi, précisent les auteurs en introduction, de « nourrir la réflexion des collectivités territoriales sur la maitrise de l’urbanisation et des excès de l’étalement urbain. »

    http://www.credoc.fr/pdf/Rech/C321.pdf
    #logement

    • Ce travail de recherche s’intéresse aux questions suivantes :
      1) s’installer à une distance importante de son lieu de travail pour profiter de prix du foncier
      moins élevés est-il un bon arbitrage financier pour les ménages étant donné le poids dans le
      budget du ménage et l’augmentation tendancielle des coûts de transport ?
      2) cet arbitrage en faveur de l’éloignement des distances domicile-travail est-il favorable ou
      non à la société dans son ensemble ?

    • Et aussi, quel est le « bilan carbone » de la mobilité, de l’étalement urbain. Quand on voit les files de bagnoles qui se dirigent vers la ville au petit matin et dans l’autre sens le soir, il n’y a pas que l’aspect financier qui fait grincer des dents.

    • @sombre : oui même réaction que toi, c’est pour ça que je mettais en exergue le point 2

      2) cet arbitrage en faveur de l’éloignement des distances domicile-travail est-il favorable ou
      non à la société dans son ensemble ?

      je n’ai pas tout lu dans le détail, mais pour se faire une idée de la réponse apportée à cette question, il faut savoir que le rapport contient 0 occurrences des termes « pétrole », « embouteillages » et « pollution ».
      Et sans parler écologie, l’intérêt général économique, depuis les années 70 c’est de consommer moins de pétrole pour ménager notre balance commerciale. Mais c’est insuffisant pour nous faire remettre en cause la prédominance de la spéculation immobilière capitaliste...
      Bagnole + maison à crédit à Pétaouchnok, voilà le socle inconditionnel et incontournable du foyer moyen..
      La seule piste proposée ici serait une « étiquette » énergétique du logement par rapport aux transports

      La voiture s’imposant, en général, comme un
      équipement incontournable, son acquisition et son entretien entrent dans les grosses
      dépenses de consommation que s’impose la majorité des ménages. En revanche, les
      dépenses de carburant font partie des charges quotidiennes et sont une charge qui bien
      souvent n’est pas clairement identifiée. A partir du moment où une résidence a été choisie,
      elle s’impose, du fait du bâti, du cadre, du voisinage : les conséquences en terme d’éloignement des services et de l’emploi passent au second plan, dès lors que le ménage
      est équipé en automobile.
      L’analyse de la progression des kilomètres parcourus sur les dix dernières années montrent
      que pour les déplacements contraints du quotidien, l’élasticité entre les distances
      parcourues en automobile et le prix des carburants est très faible, en particulier dans les
      zones périphériques des agglomérations peu desservies en transport en commun (CCTN,
      2010). En revanche, les analyses de l’Insee montrent que la dépense de mobilité globale d’un
      ménage (automobile et autres transports, notamment pour les loisirs et les vacances) a une
      très forte élasticité au revenu. De fait, les cadres parcourent des distances nettement plus
      grandes que les autres catégories de salariés.
      Toutefois quand le budget du ménage se trouve amputé, la nécessité de réduire le coût des
      déplacements peut finir par s’imposer. Les années récentes de crise l’ont bien montré en
      favorisant, notamment, l’essor du covoiturage, et l’accroissement du recours aux transports
      collectifs.
      On pourrait imaginer que parallèlement à l’étiquette « énergie » qui existe aujourd’hui pour
      caractériser le logement et informer l’acheteur au moment de la vente, une étiquette
      « accessibilité » permettrait aux accédants à la propriété de mesurer la charge financière à
      anticiper, en dépense annuelle de carburant, compte tenu de l’éloignement des services
      (écoles, commerces de base), des transports collectifs et des zones d’emploi.


  • A VOS SOUHAITS (1/5) : Un espace urbain (vraiment) partagé ! - Arts & Spectacles - France Culture
    http://www.franceculture.fr/emission-les-nouvelles-vagues-a-vos-souhaits-15-un-espace-urbain-vraim

    C’est maintenant

    Aujourd’hui, nous demandons
    Avec Marion Tillous, jeune géographe, maître de conférence à Paris 8, elle travaille depuis plusieurs années sur la mobilité, le vécu et la représentation des espaces publics, notamment sur les rapports hommes / femmes. Et Philippe Fenwick, qui travaille depuis plusieurs années sur le projet documentaire d’images et de son Hier ce sera mieux, centré sur le lien entre les personnes âgées et les plus jeunes, notamment en Seine Saint Denis.

    #espace_publique #espaces_urbains #sexisme


  • Beaucoup de géographes (Anne-Laure Amilhat Szary, Bénédicte Tratjek entre autre) ont posté sur FB ou Twitter la liste des publications du géographe Matthieu Giroud tué au Bataclan vendredi soir, je reprends leur liste pour la publier ici aussi. Je ne le connaissais pas personnellement.

    La page univeersitaire de Matthieu Giroud :

    Anne-Laure Amilhat Szary Quelques publications de Matthieu Giroud en ligne :
    – la thèse de Matthieu Giroud : "Résister en habitant ? Renouvellement urbain et continuités populaires en centre ancien (Berriat Saint-Bruno à Grenoble et Alcântara à Lisbonne)" https://tel.archives-ouvertes.fr…/filename/TheseMGiroud.pdf
    – avec Cécile Gintrac : "Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain" http://www.lesprairiesordinaires.com/villes-contesteacutees
    – "Mixité, contrôle social et gentrification" http://www.laviedesidees.fr/Mixite-controle-social-et-gentr
    – avec Olivier Milhaud : "Sur Le Château ambulant. Être ici et là-bas au même instant" http://www.espacestemps.net/articl…/sur-le-chateau-ambulant/
    – "Au-delà de l’« urbanisation planétaire » : refonder la recherche urbaine contemporaine" http://www.metropolitiques.eu/Au-dela-de-l-urbanisation.html
    – "Les rêves urbains du capitalisme" http://www.metropolitiques.eu/Les-reves-urbains-du-capitali
    – avec Sandrine Berroir, Anne Clerval, Matthieu Delage, Antoine Fleury, Sylvie Fol, Lina Raad et Serge Weber "Commerce de détail et changement social urbain : immigration, gentrification, déclin. Lectures croisées"

    #géographie #géographie_critique #gentrification


  • Au-delà de l’« urbanisation planétaire » : refonder la recherche urbaine contemporaine - Métropolitiques
    http://www.metropolitiques.eu/Au-dela-de-l-urbanisation.html

    Il apparaît en premier lieu important d’étudier de plus près les processus qui conduisent au passage du « non-urbain » à « l’urbain », ou, pour le dire avec les mots de Lefebvre, de dépasser l’étude des formes urbaines pour atteindre celle des processus d’urbanisation, et ce à toutes les échelles spatiales : un seul texte dans l’ouvrage, très intéressant – celui d’Álvaro Sevilla-Buitrago (chap. 16) –, aborde frontalement cette question, pourtant au cœur de la thèse défendue, en interprétant le processus de remembrement (« enclosure ») de la campagne britannique comme forme d’« urbanisation étendue ». Il s’agit donc d’étudier « les processus d’urbanisation dans leur totalité », ce qui doit conduire, si l’on suit la proposition de David Wachsmuth (p. 377), à délaisser toute forme de « cityism » méthodologique (dont l’écueil est d’isoler et de naturaliser la ville dans l’étude des processus urbains, alors que la non-ville est tout aussi significative). Mais il s’agit aussi de regarder de plus près ce que Christian Schmid appelle « les différences dans la nature de l’urbain » (p. 406). Même si, en l’état, l’ouvrage manque d’éléments concrets d’analyse de ces processus d’urbanisation dans toute leur variété, John Friedmann, en conclusion, ouvre une piste bienvenue : « “Devenir urbain” peut être le terme descriptif général, mais ce qui en fin de compte importe le plus réside dans les histoires de détail » (p. 559). Sans l’étude de ces différences, des écarts d’intensité du processus d’urbanisation et surtout de ses effets sociaux, la thèse de l’urbanisation planétaire semble sous la menace d’un processus de fétichisation (ce dont témoigne quelque peu l’ouvrage), de dilution et, finalement, d’une perte de sa substance et de son pouvoir heuristique (au sens d’art d’inventer).

    #livre #ville #urbanisation


    • après l’analyse des discours scientifiques, artistiques et philosophiques, politiques sur la « mobilité » :

      Comme dans la célèbre maxime de Karl Marx où « les idéologues mettent tout sens dessus dessous », l’idéologie mobilitaire ne met en avant, et au-dessus de tout, que des vertus. La mobilité doit ainsi être entendue comme ce qu’elle se défend d’être : une catégorie qui fait croire. Elle projette une représentation du monde conçue par les élites. À partir de faits souvent minoritaires, elle privilégie le monde tel qu’il devra(it) être sur les rapports socio-spatiaux tels qu’ils sont, en déclinant pour cela des chiffres qui donnent l’impression d’un phénomène total. Pourtant, la majorité de la population vit sans cette représentation ou hors d’elle.


  • Miroir Social - Quelle approche globale pour améliorer les #mobilités #domicile-travail ?
    http://www.miroirsocial.com/actualite/12112/quelle-approche-globale-pour-ameliorer-les-mobilites-domicile-travail

    C’est encore souvent à l’occasion d’une réorganisation (déménagement, PSE…) que le sujet de la mobilité domicile-travail se transforme en un objet collectif de dialogue social. En dehors de ces événements de moins en moins exceptionnels, les employeurs mais également les représentants du personnel ont pendant longtemps considéré que le sujet relevait d’abord de la vie privée. À charge dès lors pour les salariés de se débrouiller comme ils pouvaient pour optimiser leur trajet domicile-travail.