• Le huitlacoche, une exquise laideur Gwenaëlle Reyt - 1 Septembre 2018 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/vivre/alimentation/535698/une-exquise-laideur

    Avec ses excroissances aux teintes douteuses, le huitlacoche fait sourciller, mais sa chair est délicieuse. Photo : Marie-France Coallier Le Devoir

    Il est disgracieux. Il est même très moche. Il ressemble à un amas difforme ou à une excroissance aux teintes parfois douteuses allant du blanc grisâtre au noir un peu luisant. S’il n’était question que de son apparence, le huitlacoche n’aurait rien pour lui. Et dire qu’il est le résultat de la contamination d’un épi de maïs par un champignon pathogène n’incite guère plus à le considérer. Pourtant, au Mexique, il est très recherché pour ses qualités gustatives. Onéreux, il est même qualifié d’or noir et fait partie intégrante des traditions culinaires locales.

    Ici, peu le connaissent. Mais l’enthousiasme de Fernande Ouellet, éleveuse d’oies et de canards en Montérégie, risque de changer les choses. « En quelques jours, ça s’est enflammé. Les agriculteurs commencent à en parler et à me dire qu’ils en ont dans leurs champs. On a pu en récolter encore un peu », annonce celle qui s’est rapidement improvisée cueilleuse et fournisseuse de huitlacoche.

    Car ce n’est qu’au cours de cet été que Fernande Ouellet a découvert ce curieux produit. « J’en ai mangé dans un restaurant aux États-Unis. C’était vraiment délicieux », assure-t-elle.

    De retour au Québec quelques jours plus tard, elle remarque la présence de huitlacoche dans le champ de maïs de son beau-frère. « Je lui ai dit que ça se mangeait et que c’était même très recherché, mais il ne le savait pas », raconte-t-elle.

    Motivée par sa découverte, elle se documente et va chercher des informations auprès des travailleurs agricoles mexicains qui connaissent très bien ce produit. Après un rapide sondage pour connaître l’intérêt des chefs et des artisans, elle livre un premier lot d’épis de maïs difformes qui font rapidement des heureux.

    Parmi eux, Marcelo Argueta, cuisinier et boucher à la Boucherie dans la côte à Montréal. Passionné par la cuisine autochtone, il connaissait déjà le huitlacoche et a pu donner des indications pour le préparer et le conserver.

    « Quand il est très frais, il peut se manger cru, mais les arômes sont faibles. C’est délicat comme un champignon de Paris, explique-t-il. Mais quand il est plus mature, on peut le préparer comme un champignon sauvage revenu dans du beurre et de l’ail. Tous les arômes de champignon et de maïs ressortent. C’est très intéressant. »

    L’équipe de la boucherie a fait plusieurs tests et a commencé à sécher les morceaux les plus matures pour les conserver. Mais elle se demande encore quels seront les usages de ce nouveau produit pour le Québec. « C’est un peu compliqué pour la mise en marché. Parce que c’est une nouvelle ressource qui n’a jamais été exploitée et il y a un manque de connaissance des savoir-faire pour la préparer », explique le boucher originaire du Guatemala.
    L’intérêt des chefs
    Malgré les défis que peut représenter la commercialisation de ce produit fragile, la demande ne s’est pas fait attendre. La boucherie a écoulé rapidement la vingtaine de kilos dont elle disposait. Ce sont principalement des chefs qui ont montré de l’intérêt pour le produit. Juan Lopez Luna, chef copropriétaire du restaurant Alma dans Outremont, fait partie de ces enthousiastes.

    « Ça faisait vingt ans que je n’avais pas vu de huitlacoche frais. Je ne savais pas qu’on pouvait en trouver au Québec », assure le chef originaire du Mexique. Replongé dans des souvenirs d’enfance, il raconte que sa grand-mère avait un champ de maïs derrière la maison dans lequel il trouvait du huitlacoche. Ce dernier se préparait de manière très simple. « On mettait un peu d’oignon, de l’epazote, du huitlacoche. Le tout dans une tortilla avec du fromage et c’est tout », se rappelle-t-il.

    Mais avec le temps, sa famille, comme beaucoup d’autres, a abandonné la culture du maïs au profit du blé, qui était plus rentable. Le huitlacoche a donc disparu de son alimentation jusqu’à tout dernièrement. Heureux de retrouver ce produit, il l’a mis au menu.

    « Je garde l’idée de simplicité. C’est un produit qui brille par lui-même, il n’y a pas besoin d’en faire trop, précise-t-il. Je le prépare comme un champignon. Je fais des cavatelli avec une ricotta de lait de chèvre. Et comme quand j’étais enfant, j’ajoute du fromage, du huitlacoche et des oignons. »

    Fernande Ouellet se réjouit de la réponse obtenue jusqu’à maintenant. Pour elle, le huitlacoche ouvre des perspectives plus larges que celles de mettre en avant un nouveau produit. « C’est une belle façon de récompenser des agriculteurs qui travaillent de manière durable », explique-t-elle. Car en agriculture, ce champignon, connu sous le nom de charbon du maïs, est considéré comme un nuisible à éliminer.

    « Quand on voit du huitlacoche, on sait que le maïs n’a pas été arrosé de fongicides, explique Michel Lachaume, jardinier consultant et expert en sélection variétale. C’est un champignon qui peut se retrouver dans tous les maïs, mais certains ont été hybridés contre cette maladie. On le retrouve davantage dans les vieux maïs et dans les maïs bio qui sont moins dégénérés. »

    L’année dernière, du huitlacoche s’est développé sur des maïs anciens testés dans son jardin expérimental. Sa petite récolte a tout de suite trouvé preneur au restaurant Les enfants terribles.

    Nuisibles à valoriser
    Depuis, Michel Lachaume est consulté par des agriculteurs catastrophés d’avoir trouvé du charbon du maïs dans leurs champs. Certains ont même perdu plusieurs saisons de suite leur production, pensant que le huitlacoche était toxique.

    « Ce n’est pas le cas. C’est une occasion en or. Si on le fait connaître, c’est beaucoup plus payant pour le producteur de vendre du huitlacoche que de vendre du maïs », assure-t-il.

    Et c’est tout là le projet de Fernande Ouellet, qui veut répandre la bonne nouvelle auprès des agriculteurs et instaurer une cueillette respectueuse.

    « Il n’est pas question de s’introduire dans les champs et de faire de la cueillette sauvage, assure-t-elle. L’idée est de collaborer avec les producteurs et de leur garantir un revenu de 10 $ par kilo récolté », explique-t-elle, précisant que le prix de vente au détail est de 25 $ par kilo sur épi et monte à 40 $ une fois nettoyé.

    Fernande Ouellet vient tout juste de créer sur Facebook le groupe « Mangeons les nuisibles ! » pour changer les regards sur ce champignon. Elle souhaite ainsi mettre en contact les producteurs qui ont du huitlacoche et ceux qui en veulent. Le modèle de récolte reste à définir.

    « C’est une première étape. Je veux voir si d’autres nuisibles pourraient être mis en valeur. La façon la plus écologique d’aider les agriculteurs, c’est de manger les nuisibles. Tant qu’à faire de la lutte intégrée, il faut qu’on intègre la lutte », assure cette passionnée, qui tentera des tests par inoculation sur du maïs bleu l’an prochain.

    L’année 2018 semble avoir été bonne pour le huitlacoche. « La chaleur et l’humidité ont été favorables, mais sa présence reste très aléatoire, précise Michel Lachaume. Avec les changements climatiques, j’ai le sentiment que ça va l’être de moins en moins, mais on ne connaît pas l’avenir. »

    #Canada #Quebec #mais #champignon #moche sans #fongicide #nuisible valorisé #champignon #Mexique #vocabulaire


  • Praud, Rost et Evra : c’est pire que ce que vous pensiez
    http://contre-attaques.org/magazine/article/praud-rost-et

    Après quelques minutes d’introduction et de rires, le débat s’ouvre. Rost, présenté dès le début comme « l’avocat de la défense », va tenter de contextualiser, sans forcément l’excuser, le coup de pied asséné par Evra à un supporter de l’Olympique de Marseille. Pour lui, cet accès de violence doit se lire, entre autres, à la lumière d’une carrière marquée par l’expérience quotidienne du racisme et des insultes négrophobes. Mais sur le plateau, l’artiste n’aura pas le temps de développer cette thèse. À peine le mot “raciste” est-il prononcé que Pascal Praud, censé incarner la neutralité, entre dans une colère noire - enfin blanche, pour le coup.

    Cet extrait a fait le tour du web et a été largement commenté par de nombreux internautes et journalistes qui se sont focalisés sur la partie la plus spectaculaire de la “disjonction” du présentateur. Pascal Praud a “pété les plombs”, il a “hurlé”, a “agressé” un chroniqueur qui voulait simplement évoquer un contexte raciste. Oui, tout à fait, et en plus d’être souligné, cela devrait être vivement dénoncé. Mais la séquence prise dans son intégralité nous offre la possibilité d’aller bien au-delà et de décrypter les mécanismes de résistance, des plus subtils aux plus grossiers, qui se mettent en place à chaque fois que la question raciale est abordée ; des mécanismes favorisés par un dispositif médiatique qui étouffe les voix minoritaires. Pour cette seule émission, nous en avons relevés 7 !

    7 réactions typiques que provoque toute tentative de discussion sur le sujet.

    1. « Arrêtez de tout ramener au racisme, c’est obsessionnel chez vous. »



  • 8h30, je sors du RER sur le parvis de la Gare du nord après avoir croisé des enfants crasseux et leurs parents assis par terre qui ont surement passés la nuit dans la gare à se geler et demandent quelques sous pour manger. Maintenant, certains prennent le soleil du matin sur le trottoir, un carton aplatit sous leurs fesses comme unique coussin. Et puis, il y a foule, ça se bouscule à la sortie, et on ne peut pas rater ce truc dehors … ça me saute à la gueule comme une insulte. Voila l’archétype du promoteur immobilier Haussmanien, destructeur du petit peuple de Paris, militaire de la ville qui à coups de bulldozer impose l’ordre industriel. Voila l’insulte close à tous ceux qui n’ont pas de logis, à ceux qui espèrent ne pas mourir de misère la nuit prochaine, tout cela dans une misérable représentation réaliste de décor théatral. A peine sorti de votre voyage, vous êtes censé plonger dans l’ambiance du tourisme de pacotille des villages français miniaturisé, cette grosse beauferie chiante digne du Reader’s digest pour vous inculquer le minima de culture contrôlée en 1/2 heure avec en premier lieu le Paris des riches radins. Et ici c’est censé être drôle parce que ça fondrait ? c’est juste indigne.


    COP 21 « Maison Fond » de Leandro Erlich sur le parvis de la Gare du Nord
    http://www.gares-sncf.com/fr/gare/frpno/paris-nord/actualite/11310/maison-fond-leandro-erlich-parvis-gare-du-nord

    #Leandro_Erlich #art_contemporain #môcheté #insulte_contemporaine #art_apolitique #habitat #logement

    • Artiste d’origine argentine né en 1973, Leandro Erlich joue avec les miroirs, les doubles-fonds et les effets de trompe-l’œil pour créer des illusions spatiales. Ses œuvres modifient notre perception de la réalité en créant des espaces architecturaux insolites. Artiste renommé, il a notamment représenté l’Argentine lors de la 49e Biennale de Venise.

      Pour évoquer le #réchauffement_climatique, il a choisi une image simple et puissante, celle d’un bâtiment en train de fondre : le rez-de-chaussée de ce petit immeuble parisien a déjà presque complètement disparu... La maison agit ici comme l’image de notre monde et nous confronte à la fragilité de notre patrimoine que nous pensons pourtant inébranlable. Comme à son habitude, sous une forme directe et humoristique, Leandro Erlich propose une œuvre qui fait signal et rappelle l’urgence des choix déterminants auxquels nous sommes confrontés.

      Inaugurée le 03 octobre, installée sur le nouveau parvis de la Gare du Nord à l’occasion de Nuit Blanche 2015, sous la direction artistique de José-Manuel Gonçalvès, « Maison fond » invite à nous interroger sur nos certitudes.

      Voir aussi
      http://seenthis.net/messages/467828

      Cet art officiel dit contemporain est un art de système.

      Et
      http://seenthis.net/messages/466228

      L’#art_écologique semble tiraillé entre une tendance au coup médiatique et un devoir de répondre d’utilité publique en plus d’être pertinent sur le plan esthétique.

      #divertissement_à_valeur_environnementale_ajoutée


    • Une préfecture de région qui pète plus haut que son cul !

      UN #ELEPHANT BLANC * sur la place Sainte-Anne .
      Une analyse des enjeux économiques du Centre des Congrès d’Affaires au couvent des Jacobins.

      C’est une de ces idées reçues volontiers défendues et martelées par les dirigeants politiques et les #élus-locaux : les grands projets urbains créent de l’emploi. Ils seraient même la recette #miracle pour relancer la #croissance et réduire le #chômage, et par là même, obtenir le consentement des populations déstabilisées par la #précarité.

      Les exemples de ce chantage à l’emploi, qui fait fi des préoccupations sociales et écologiques, sont multiples. Les campagnes des #lobbys qui voudraient un aéroport à Notre Dame des Landes en sont une l’illustration évidente. A #Rennes, les exemples ne manquent pas non plus du Centre des Congrès d’Affaires au quartier d’affaires #EuroRennes (« EuroRennes, un potentiel de 7000 emplois » ! ), en passant par le centre commercial Rive Ouest à Pacé censé permettre "la création de 300 emplois directs ».

      La captation de l’argent public par des grands #groupes-privés serait donc bonne pour l’emploi ? L’analyse des données économiques du Centre des Congrès d’Affaires de la place Sainte-Anne démonte l’imposture. Le collectif Place à défendre http://place-a-defendre.blogspot.fr démontre que loin de créer des emplois, les transformations en cours dans le quartier Sainte-Anne détruisent directement et indirectement de l’emploi stable à la fois dans le secteur marchand et dans le secteur public. L’analyse économique met alors à jour les véritables enjeux de l’opération conduite à l’emplacement du couvent des Jacobins pour le plus grand profit de la firme #Vinci et des #promoteurs qui font main basse sur la ville.

      * Un éléphant blanc est une réalisation d’envergure et prestigieuse,souvent d’initiative publique, mais qui s’avère souvent plus coûteuse que bénéfique, et dont l’exploitation ou l’entretien devient un fardeau financier.
      http://www.rennes-congres.fr

    • http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2012/12/paris-haussmann-revolution.html

      Dès sa nomination à la préfecture de la Seine, le 23 juin 1853, M. Haussmann se préoccupe de la question du plan d’ensemble de Paris dont le magistral poursuit activement la réalisation, mais jusqu’à l’ancien mur d’octroi seulement. Le préfet ne songe pas alors le moins du monde à la zone immense que Paris doit absorber bientôt. Il Continue le prolongement de la rue de Rivoli ; il commence en 1854 le boulevard depuis décoré du nom de Sébastopol, puis d’autres trouées ici, là, partout dans l’ancien Paris. 57 rues ou passages sont supprimés, 2,227 maisons jetées par terre et plus de 25,000 habitants, presque tous ouvriers, contraints d’abandonner à l’instant le centre de la ville, sont repoussés vers les extrémités. Ce déplacement, qui suivit la progression des travaux dans le centre de Paris, fut une émigration forcée, comme on va le voir.

      @reka, merci de ton merci Je suis très énervée contre les artistes non seulement incapables de questionner le politique (Le « que faisons nous là ensemble ? ») mais également l’#histoire, semblant préoccupés en premier lieu de diffuser leur imagerie de #carte_postale prépensée.

      #prêt_à_penser



  • Le retour des légumes moches

    Atrophiés, obèses ou difformes, les légumes bizarres atterrissent rarement dans nos assiettes. Pour mettre fin à ce #gaspillage_alimentaire, le collectif « Les #gueules_cassées » prône le retour de ces #fruits et légumes « #moches » dans nos étals.


    http://www.nationalgeographic.fr/12372-le-retour-des-legumes-moches
    #alimentation #légumes #consommation


  • Un interview intime... *#Yann_Arthus-Bertrand*

    Darius Rochebin reçoit Yann Arthus Bertrand. Dans le sillage de la Fête nationale, il présente les beautés de la #Suisse photographiées du ciel, selon une technique qu’il a éprouvée dans le...

    Arthus-Bertrand : “Je ne supportait pas l’#école et l’#autorité
    « On peut toujours réaliser ses #rêves, il faut essayer »

    Darius Rochebin : “Vous avez survolé la terre entière, le plus bel endroit c’est quoi ?”
    Arthus-Bertrand : “#Chez_moi, avec ma famille, de loin”

    “Il n’y a pas d’endroits moches, il n’y a pas de paysages moches. Mon travail c’est d’essayer d’esthétiser”
    « Etre un #écolo, c’est aimer la #vie et penser que la vie est belle. C’est de s’aimer soi-même et surtout d’aimer les autres. L’#écologie_politique est morte car elle est dans le combat, alors qu’elle devrait être plutôt dans l’#amour »
    #beauté #laideur #moche #paysage #esthétique #esthétisation

    http://www.rts.ch/video/emissions/pardonnez-moi/6042355-yann-arthus-bertrand.html

    #interview #témoignage #photographie

    “La Suisse ressemble à ce qu’on croit”, dit Arthus-Bertrand
    “Il n’y a pas de publicité en Suisse” (—> dans le sens, des panneaux publicitaires)

    Darius Rochebin : “Vous avez filmé la terre entière, et la Suisse ça ressemble à quoi ?”
    Arthus-Bertrand : “ça ressemble à la Suisse, à l’image qu’on retrouve sur les boîtes de chocolat, c’est-à-dire les #vaches, les #montagnes, les #glaciers ! Et puis les petites #fermes. On sent que ce n’es pas si facile que ça, vous voyez des #paysans qui avaient 20-30 vaches. On m’a dit ’non non , mais ils sont très aidées !” Ils sont peut-être aidés, mais n’empêche que c’est une vie difficile. "

    Minute 11 : images de glaciers et montagnes...

    L’association de Arthus-Bertrand au #Congo, #association_Badao :
    http://www.associationbadao.org
    v. dès la minute 16’ des images tournées au Congo dans l’#orphelinat
    Le film #Marie_Thérèse_et_ses_enfants :
    https://www.youtube.com/watch?v=YjgDikqDbBU

    Minute 19’10 sur le #végétarisme et les #abattoirs : “Ce qui est étonnant c’est qu’on n’arrive pas à filmer les abattoirs des élevages industriels. On ne peut pas faire entrer les caméras, ce qui montre bien qu’il y a un truc qui est gênant pour tout le monde”
    Il parle d’un #film qui l’a fait décidé à devenir végétarien, je pense que c’est celui-ci, “#Alma” :
    http://www.almathefilm.com
    Bon après, dans l’interview, quand il parle de cela... je ne sais pas... il fait des liens entre consommation de viande et production de CO2, entre démographie/croissance démographique et problèmes écologiques... il fait ses analyses d’une façon un peu trop simpliste peut-être...

    #mythe #stéréotype #chateau_de_Chillon #chutes_du_Rhin

    L’interview est intéressant, mais sur ce coup, les questions du journaliste... mah !


  • Et si la Sécu se désengageait du remboursement des lunettes ? - France Info
    http://www.franceinfo.fr/economie/et-si-la-secu-se-desengageait-du-remboursement-des-lunettes-1144427-2013-

    Et si la Sécu se désengageait du remboursement des lunettes ?
    LE MARDI 17 SEPTEMBRE 2013 À 06:33 Par Sylvie Johnsson

    Les lunettes pourraient ne plus être remboursées par la Sécu © Radio France - Catherine Grain
    C’est l’une des pistes présentées par la Cour des comptes dans son dernier rapport. L’idée est de transférer les remboursements de tout ce qui concerne l’optique correctrice aux complémentaires santé quand elles seront généralisées. L’objectif étant de limiter le déficit de la Sécurité sociale.

     "Dès lors que l’assurance maladie complémentaire serait généralisée,
    pourrait se poser, s’agissant de l’optique correctrice, la question d’un
    réexamen de son articulation avec l’assurance maladie obligatoire englobant une réflexion sur un éventuel retrait de cette dernière du champ", affirme avec précaution la Cour des comptes.

    Une suggestion qui pourrait faire du bruit mais qu’il faut relativiser : sur les quelque 4 milliards que représente ces dépenses d’optique correctrice, seulement 200 millions sont encore pris en charge par l’assurance maladie, les 3,7 milliards restant étant du ressort des complémentaires.

    Et si la Sécu se désengageait du remboursement des lunettes ? - décryptage Alice Serrano 
     

    Le risque de « perdre le caractère santé de l’équipement optique »

     Une perspective qui inquiète des professionnels de l’optique comme Jean-Pierre Champion, PDG de Krys group, numéro un du marché français : « Ce serait une erreur majeure, même si le remboursement de l’assurance maladie est symbolique ». Et il évoque le risque de « perdre le caractère santé de l’équipement optique ».

    Quant à la généralisation de l’assurance maladie complémentaire, elle n’est pas encore réalisée. L’année dernière, François Hollande a souhaité qu’elle intervienne d’ici la fin de son quinquennat. Donc d’ici à 2017.

     

    Par Sylvie Johnsson

    #Économie
    #Politique
    #lunettes-optique
    #Sécurité_sociale

    • #myopes #astigmates #hypermétropes #presbytes vous n’êtes tous et toutes que des gros cons, bien fait pour vous, espèces d’handicapés des yeux, c’est de votre faute, vous allez le payer. On a bien le droit de les insulter alors, pis c’est pas encore marqué dans la LCEN que l’hébergeur devra poursuivre seenthis qui poursuivra touti, qui pourra pas courir parce qu’elle aura pas de lunettes à sa vue.

    • http://www.ameli.fr/assures/soins-et-remboursements/combien-serez-vous-rembourse/optique-et-audition/les-lunettes-et-les-lentilles/le-remboursement-des-lentilles.php

      Le remboursement des lentilles

      L’Assurance Maladie prend en charge les lentilles de contact, sur prescription médicale, pour les indications suivantes :

      astigmatisme irrégulier ;
      myopie égale ou supérieure à 8 dioptries ;
      strabisme accomodatif ;
      aphakie ;
      anisométropie à 3 dioptries ;
      kératocône.

      Les lentilles de contact sont remboursées à 60 %* sur la base d’un forfait annuel, de date à date, par œil appareillé, fixé à 39,48 euros, quel que soit le type de lentilles (réutilisables ou non, journalières ou hebdomadaires, etc.).

      Faut vraiment être super bigleux et devenir dangereux pour les autres (conduite par exemple) pour se voir rembourser un tout petit peu ses lentilles : 25 euros par oeil et par an, tu vois pas loin avec ça, sans compter le coût astronomique des produits (10 euros par mois minimum)…

      Pour les « lunettes de la sécu » et leur remboursement ça date, il me semble, de 1970 et ça n’a pas évolué depuis ! voila pourquoi le prix est resté si bas (moins de 10 euros) et que les opticiens ont encore obligation de proposer un modèle « sécu » tout môche spécial #miséreux, pauvres #pauvres #môches.


  • Taekwondo : bientôt un dobok sexy ? Encore une louche de #sexisme répugnant dans un sport qui en était jusqu’alors exempté ?
    http://www.madmoizelle.com/taekwondo-bientot-dobok-sexy-196696

    Ah voilà, merci. C’est tout de suite plus clair. Autour de la table : des hommes, dont l’âge mûr laisse présumer qu’ils ne pratiquent plus le taekwondo avec l’assiduité qui a pu être la leur, avant que le temps ne fasse son oeuvre.

    Quand on dit qu’il est important que la parité soit un peu mieux respectée au sein des instances décisionnelles du sport, c’est précisément pour qu’à l’avenir, on en finisse avec ce genre d’initiative douteuse.

    Où l’on reparle de la sexualisation des athlètes

    Le problème avec ce dobok sexy, ce sont les implications sexistes qu’il représente, et notamment, l’idée que le sport féminin est moins spectaculaire. Comment le rendre plus agréable à regarder ? Pardi ! En faisant en sorte que les athlètes elles-mêmes soient « agréables à regarder » !

    Les fédérations, au lieu de chercher à promouvoir le sport féminin, vont alors chercher à promouvoir l’image du sport féminin, de sorte qu’il plaise à son public cible : l’homme hétérosexuel.

    • WTF (World Taekwondo Federation, mauvais esprits…) autres extraits de l’article sur la réunion de Puebla.

      Female Taekwondo uniform could be redesigned | en.masTaekwondo.com
      http://en.mastaekwondo.com/2013/08/female-taekwondo-uniform-could-be-redesigned

      The WTF welcomed the new model with great interest and will study the different designs created by Padrós to see some important details before they finally instruct any manufacturer to produce the official clothing.   “Right now everything is in the hands of the WTF Secretary General Jean-Marie Ayer and the Director of Marketing. The original model was created in Tailor & Co with model Jessica Rovira, member of the National Taekwondo Team of Andorra” explained Juanjo Padrós to masTaekwondo.com.

      Le secrétaire général vient de la financehttp://en.mastaekwondo.com/2012/02/dr-jean-marie-ayer-appointed-as-secretary-general-of-the-wtf

      He received his Ph.D. in economics from Fribourg in Switzerland. He served as Chief Financial Officer at ABB Power Generation in Kuala Lumpur, Malaysia and as Vice President of Swisscom International in Bern, Switzerland.
      (…)
      Dr. Ayer’s firsthand knowledge in new media and Information Technology has already helped the WTF to revolutionize competitions with the establishment of instant video replay and the Taekwondo TV that allows for broadcast coverage in new media format. Furthermore, his background in technology will enhance the implementation of the WTF Global Membership System that will compile a sophisticated database of all WTF taekwondo competitors and practitioners around the world.

      Ses compétences en nouvelles technologies devraient lui suggérer de protéger un peu mieux les systèmes utilisés. Ainsi, on trouve sans difficulté aucune la photo de Jessica Rovira, de l’équipe nationale d’Andorre qui présente la nouvelle tenue, accompagnée de TOUTES les photos des compétiteurs dans un listing de répertoire ici http://www.tpss.nl/photos/50308 (et les autres compètes en naviguant dans l’arbre).

      Parmi les 5 arguments favorables à l’utilisation, d’après son créateur andorran

      3) The new technologies like blood pressure, heart beat, and temperature control chips can be applied in the new Doboks, and thus show to the world the most modern and innovative martial art and sport.

      4) Sometimes, for amateur spectators, it is difficult to differentiate if it is a female or male combat. (…)

      5) The most important reason is to take a better advantage of our female competitors because they are a treasure. It is important to show that practicing Taekwondo gives good health, helps to stay fit and gives a beautiful body shape.

      J’imagine que l’autre membre de l’équipe chargée du projet, le directeur du marketing, sera chargé de s’intéresser aux questions éthiques…

      NB : il y a 1 femme parmi les 18 membres du conseil élus à Puebla.
      http://www.worldtaekwondofederation.net/council


  • Comment le groupe Total va financer la réforme de l’Éducation nationale
    http://www.bastamag.net/article3107.html

    A court d’argent et d’idées, le gouvernement a signé un accord avec le groupe #Total, qui s’engage à verser plusieurs millions d’euros pour soutenir la réforme des rythmes scolaires, concoctée par le ministre de l’Education nationale. L’entreprise soutient ainsi les associations, qui prendront le relai lorsque les enfants ne seront plus en classe. Les municipalités auront-elles recours elles aussi au mécénat d’entreprises pour financer leurs politiques éducatives ? Promu grand mécène d’État, Total semble en tout cas bien décidé à s’impliquer dans les politiques à destination de la jeunesse. Explications.

    [...]

    Total, promu grand mécène d’État, redore son blason a peu de frais. Car que représentent ces quelques millions pour l’entreprise ? Le salaire de son PDG, Christophe de Margerie, était de 4,9 millions d’euros [6] en 2012. Autant que ce que le groupe versera pour soutenir la réforme de l’ #Éducation_nationale. L’entreprise, qui a réalisé 12,4 milliards d’euros de bénéfice l’an dernier, n’a payé que 300 millions d’euros d’ #impôt sur les sociétés en France en 2012 (et zéro euro en 2011). Et refuse toujours de donner des informations sur ses 685 filiales, y compris celles basées au Panama, aux Bahamas et dans les Bermudes, paradis fiscaux notoires. Peut-être une piste à explorer pour financer la réforme de l’Éducation nationale ? A moins que le gouvernement préfère faire l’aumône auprès des entreprises du CAC 40 plutôt que d’engager une #réforme_fiscale ambitieuse ?

    #Le_changement

    via @rezo


  • Brésil : la mascotte du Mondial 2014 sera un tatou en voie de disparition - Le Point
    http://www.lepoint.fr/sport/bresil-la-mascotte-du-mondial-2014-sera-un-tatou-en-voie-de-disparition-13-0

    La mascotte de la Coupe du monde 2014 au Brésil sera un « tatu-bola » (« tatou-boule »), un mammifère en voie de disparition pouvant se mettre en boule quand il se sent menacé, dont la présentation officielle aura lieu dimanche.

    #moche #brésil #football