• https://www.terrestres.org/2019/11/22/leffondrement-a-commence-il-est-politique

    “Il semble clair aujourd’hui que cette séquence est liée à la #mondialisation numérique et financière et à ses trois logiques socio-politiques dominantes : l’accentuation considérable des #inégalités, la financiarisation des dispositifs de gouvernance qui alimente la corruption des élites et la mise en # des systèmes politiques, notamment de #représentation. Ce dernier point est essentiel. Faute de système de médiation, toutes les souffrances, tensions sociales et conflits deviennent potentiellement explosifs. C’est pourquoi les situations d’émeutes et d’affrontements sont si diverses dans le monde alors que leurs modalités pratiques et leurs répertoires se ressemblent tant. L’accentuation des inégalités et la visibilité croissante de la corruption complètent le tableau et sapent de façon irrémédiable la #légitimité d’#Etats qui n’ont plus que la violence pour tenter de se faire respecter15. Par-delà la multiplication des explosions locales de #colère, le début du siècle a été marqué par des # auxquels la mise en perspective donne rétrospectivement un sens historique (cf. ci-dessous).“

  • The great American tax haven : why the super-rich love South Dakota | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2019/nov/14/the-great-american-tax-haven-why-the-super-rich-love-south-dakota-trust


    Comment le Dakota du Sud est devenu à la fois la Suisse et le Luxembourg des États Unis.

    Super-rich people choose between jurisdictions in the same way that middle-class people choose between ISAs: they want the best security, the best income and the lowest costs. That is why so many super-rich people are choosing South Dakota, which has created the most potent force-field money can buy – a South Dakotan trust. If an ordinary person puts money in the bank, the government taxes what little interest it earns. Even if that money is protected from taxes by an ISA, you can still lose it through divorce or legal proceedings. A South Dakotan trust changes all that: it protects assets from claims from ex-spouses, disgruntled business partners, creditors, litigious clients and pretty much anyone else. It won’t protect you from criminal prosecution, but it does prevent information on your assets from leaking out in a way that might spark interest from the police. And it shields your wealth from the government, since South Dakota has no income tax, no inheritance tax and no capital gains tax.

    A decade ago, South Dakotan trust companies held $57.3bn in assets. By the end of 2020, that total will have risen to $355.2bn. Those hundreds of billions of dollars are being regulated by a state with a population smaller than Norfolk, a part-time legislature heavily lobbied by trust lawyers, and an administration committed to welcoming as much of the world’s money as it can. US politicians like to boast that their country is the best place in the world to get rich, but South Dakota has become something else: the best place in the world to stay rich.
    ...
    Despite all its legal innovating, South Dakota struggled for decades to compete with offshore financial centres for big international clients – Middle Eastern petro-sheikhs perhaps, or billionaires from emerging markets. The reason was simple: sometimes the owners’ claim to their assets was a little questionable, and sometimes their business practices were a little sharp. Why would any of them put their assets in the US, where they might become vulnerable to American law enforcement, when they could instead put them in a tax haven where enforcement was more … negotiable?

    That calculation changed in 2010, in the aftermath of the great financial crisis. Many American voters blamed bankers for costing so many people their jobs and homes. When a whistleblower exposed how his Swiss employer, the banking giant UBS, had hidden billions of dollars for its wealthy clients, the conclusion was explosive: banks were not just exploiting poor people, they were helping rich people dodge taxes, too.

    Congress responded with the Financial Assets Tax Compliance Act (Fatca), forcing foreign financial institutions to tell the US government about any American-owned assets on their books. Department of Justice investigations were savage: UBS paid a $780m fine, and its rival Credit Suisse paid $2.6bn, while Wegelin, Switzerland’s oldest bank, collapsed altogether under the strain. The amount of US-owned money in the country plunged, with Credit Suisse losing 85% of its American customers.

    The rest of the world, inspired by this example, created a global agreement called the Common Reporting Standard (CRS). Under CRS, countries agreed to exchange information on the assets of each other’s citizens kept in each other’s banks. The tax-evading appeal of places like Jersey, the Bahamas and Liechtenstein evaporated almost immediately, since you could no longer hide your wealth there.

    How was a rich person to protect his wealth from the government in this scary new transparent world? Fortunately, there was a loophole. CRS had been created by lots of countries together, and they all committed to telling each other their financial secrets. But the US was not part of CRS, and its own system – Fatca – only gathers information from foreign countries; it does not send information back to them. This loophole was unintentional, but vast: keep your money in Switzerland, and the world knows about it; put it in the US and, if you were clever about it, no one need ever find out. The US was on its way to becoming a truly world-class tax haven.
    ...
    The Tax Justice Network (TJN) still ranks Switzerland as the most pernicious tax haven in the world in its Financial Secrecy Index, but the US is now in second place and climbing fast, having overtaken the Cayman Islands, Hong Kong and Luxembourg since Fatca was introduced. “While the United States has pioneered powerful ways to defend itself against foreign tax havens, it has not seriously addressed its own role in attracting illicit financial flows and supporting tax evasion,” said the TJN in the report accompanying the 2018 index. In just three years, the amount of money held via secretive structures in the US had increased by 14%, the TJN said. That is the money pouring into Sioux Falls, and into the South Dakota Trust Company.
    ...
    “You can look at South Dakota and its trust industry, but if you really want to look at CRS, look at the amount of foreign money that is flowing into US banks, not just into trusts,” the lawyer said. “The US has decided at very high levels that it is benefiting significantly from not being a member of CRS. That issue is much larger than trusts, and I don’t see that changing, I really don’t.”

    #USA #South_Dakota #nantis #capitalisme #mondialisation #évasion_fiscale

  • Pas de passeport suisse honorifique pour le fondateur du WEF K.Schwab ats/lan - 12 Novembre 2019 - RTS
    https://www.rts.ch/info/suisse/10860168-pas-de-passeport-suisse-honorifique-pour-le-fondateur-du-wef-k-schwab.h

    Il n’est pas possible de décerner la citoyenneté helvétique à titre honorifique au fondateur et président du Forum économique mondial (WEF), l’Allemand Klaus Schwab, comme l’avait proposé le conseiller fédéral Ueli Maurer. La base légale fait défaut.

    Le président de la Confédération en exercice suggérait que le patron du WEF obtienne la nationalité suisse via le canton des Grisons, où se tient le Forum de Davos. Or la Confédération a informé le canton qu’elle ne donnerait pas son autorisation à une naturalisation honorifique « avec effet sur le passeport », a indiqué mardi le Département grison de la justice, confirmant une information de la Südostschweiz.

    Domicilié à Genève
    Klaus Schwab et sa femme sont certes citoyens d’honneur de la commune de Davos depuis 20 ans. Ils ont aussi reçu un bout de terrain symbolique d’un mètre carré, près de l’église où ils se sont mariés. Mais ils résident dans le canton de Genève. Par ailleurs, Klaus Schwab n’a pas entrepris de démarche pour devenir Suisse.

    Pour ce faire, il devrait déposer une demande auprès de sa commune ou de son canton de domicile. La procédure est régie par le droit cantonal, mais le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) doit donner son accord.

    Ueli Maurer avait fait part en août dernier de son intention au Conseil fédéral, avait rapporté la SonntagsZeitung. L’idée était de concrétiser ce projet lors du 50e Forum de Davos en janvier prochain. Cette proposition avait été mal accueillie, y compris dans les rangs du parti du conseiller fédéral.

    #davos #inégalités #économie #wef #multinationales #crise #riches #capitalisme #politique #finance #Klaus_Schwab

  • Et la ZAD sauvera le monde..., par Frédéric Lordon (Le Monde diplomatique, octobre 2019)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2019/10/LORDON/60498

    Il est certain que le renversement de masse est souterrainement préparé par une série de décrochages individuels. Ça cède d’abord en silence dans les têtes, et l’épidémie de désertions se répand d’autant plus vite qu’abondent les exemples alentour. Il est certain également que, toutes choses égales par ailleurs, le désastre climatique accélérera les déplacements — nécessité commencera à faire loi. En ce sens, le ressort du désir d’en finir avec l’ordre capitaliste, c’est de ce côté que, de plus en plus, il va prendre consistance.

    #ZAD #mondialisation #libéralisme #consumérisme #environnement #alternative

  • Paul #Krugman — finally — admits he was wrong! | LARS P. SYLL
    https://larspsyll.wordpress.com/2019/10/23/paul-krugman-finally-admits-he-was-wrong

    “Silly” was a word Krugman used a lot to describe pundits who raised fears of economic competition from other nations, especially China. Don’t worry about it, he said: Free trade will have only minor impact on your prosperity.

    Now Krugman has come out and admitted, offhandedly, that his own understanding of economics has been seriously deficient as well. In a recent essay titled “What Economists (Including Me) Got Wrong About Globalization,” adapted from a forthcoming book on inequality, Krugman writes that he and other mainstream economists “missed a crucial part of the story” in failing to realize that globalization would lead to “hyperglobalization” and huge economic and social upheaval, particularly of the industrial middle class in America. And many of these working-class communities have been hit hard by Chinese competition, which economists made a “major mistake” in underestimating, Krugman says.

    It was quite a “whoops” moment, considering all the ruined American communities and displaced millions of workers we’ve seen in the interim. And a newly humbled Krugman must consider an even more disturbing idea: Did he and other mainstream economists help put a protectionist populist, Donald Trump, in the White House with a lot of bad advice about free markets?

    #mondialisation #états-unis #économie #ruine

  • Urbane Kämpfe - Peter Nowak
    https://peter-nowak-journalist.de/2019/10/02/urbane-kaempfe

    Google, Facebook, Uber: Das Buch von Katja Schwaller nimmt die Aus­beu­tungs­ver­hält­nisse der Kon­zerne unter die Lupe, die das neue kapi­ta­lis­tische Akku­mu­la­ti­ons­modell prägen und beschreibt Wider­stands­formen. Die Autorin lebte in Zürich und so ist auch der Euro­p­allee ein Kapitel gewidmet.

    Kürzlich hat das Par­lament des US-Bun­des­staat Kali­fornien ein Gesetz beschlossen, das den Beschäf­tigten der Fahr­dienst­leister Uber und Lyft ein Recht auf Min­destlohn und weitere Sozi­al­leis­tungen garan­tiert. Es ist auch ein Erfolg einer wach­senden Pro­test­be­wegung in den USA, die sich gegen Kon­zerne wie Google, Facebook und Uber richtet. Die Jour­na­listin Katja Schwaller hat ein Buch her­aus­geben, das über diese .…

    .…. «urbanen Kämpfe in der San Fran­cisco Bay Area» infor­miert.

    Die Welt der Armut

    In 15 Bei­trägen und Inter­views wird sehr anschaulich beschrieben, welche gra­vie­renden Umwäl­zungen der Arbeits- und Lebens­be­din­gungen vieler Men­schen mit dem Auf­stieg der Gig-Öko­nomie ver­bunden sind. Der Soziologe Chris Herring beschreibt die Kri­mi­na­li­sierung von Obdach­losen durch eine mit­tel­stän­dische Bevöl­kerung, die sofort die Polizei alar­miert, wenn sie einen ver­meintlich Woh­nungs­losen sehen. «Obdach­lo­sigkeit ist in der San Fran­cisco Bay all­ge­gen­wärtig. Rund 20000 Men­schen schlafen in der Metro­po­len­region jede Nacht unter Brücken, in Haus­ein­gängen in Autos oder Not­über­nach­tungen», wird die Welt der Armut und Not beschrieben, die oft und gerne über­sehen wird, wenn über das Silicon- Valley berichtet wird. Diese Obdach­lo­sigkeit in den Städten ist ein neueres Phä­nomen.« Erst in den späten 1970er und frühen 1980er Jahren traten erstmals Szenen auf, wie wir sie in San Fran­cisco nur zu gut kennen: riesige Zelt­städte unter Auto­bahn­brücken und in Wohn­vierteln, lange Schlangen vor Sup­pen­küchen und Tau­sende, die von Sup­pen­küchen und von Essen­s­tafeln abhängig sind», beschreibt Chris Herring eine Ent­wicklung im glo­balen Kapi­ta­lismus. Die Armut ist wieder Teil des Alltags und auch längst in fast allen euro­päi­schen Metro­polen ein­ge­zogen.

    Der Berg gewöhn­licher Arbeit

    Der Wirt­schafts­geo­graph Richard Walker widerlegt den Silicon-Valley-Mythos von den saube- ren, gut bezahlten Arbeits­plätzen. Das treffe nur für einen kleinen Teil der Tech­niker zu. Walker richtet seinen Blick auf die vielen «ungla­muo­rösen Jobs in den Maschi­nen­hallen, Lager­hallen, Küchen und Last­wagen», ohne die die Tech-Industrie nicht funk- tio­nieren würde. «Die Tech-Industrie ist viel­leicht die Spitze der modernen indus­tri­ellen Ent­wicklung, Inno­vation und Pro­fi­ta­bi­lität. Doch sie beruht immer noch auf einen ganzen Berg weniger qua­li­fi­zierter, gewöhn­licher Arbeit», schreibt Walker am Schluss eines auf­schluss­reichen Auf­satzes. Damit wider­spricht er auch Uber-Pro­pa­ganda, wie sie der süd­afri­ka­nische Poli­tik­wis­sen­schaftler und asso­zi­iertes Mit­glied des Ein­stein-Zen­trums in Digitale Zukunft in Berlin Ayad al-Ani in einem Interview mit der links­li­be­ralen Wochen­zeitung Jungle World ver­breitet. Dort sti­li­siert er die Crowdworker*innen als Gruppe von Individualist*innen, die Gewerk­schaften zur juris­ti­schen Beratung akzep­tieren, aber auf Kon­zepte gewerk­schaft­licher Gegen­macht nicht ansprechbar sind. Dabei müsste es gerade darum gehen, aus den vielen indi­vi­duell aus­ge­beu­teten Beschäf­tigten durch kon­krete Kämpfe und Bil­dungs­arbeit eine neue Klas- se mit gemein­samen Inter­essen und Kampf­ak­tionen zu formen. Dafür gibt es genügend Anre­gungen.

    Von San Fran­cisco in Euro­pa­allee

    In meh­reren Kapiteln werden unter­schied­liche Pro­test­formen gegen Google, Uber und Co. vor­ge­stellt. Dazu gehört die Blo­ckade von Google-Bussen, in denen die gut­be­zahlte Schicht der Beschäf­tigten von ihren Lofts zu ihren Arbeits­plätzen trans­por­tiert werden. Die Her­aus­ge­berin des Buches Katja Schwaller hat lange in der Schweiz gelebt, das Buch wurde auch von der Schweizer Kul­tur­stiftung Pro Hel­vetia finan­ziell gefördert. Wich­tiger ist, dass Schwaller in der Ein­leitung Bezüge zur Schweiz herstellt:«DieBayAreamag in gewisser Weise das Labo­ra­torium der High-Tech- Industrie aus dem Silicon Valley sein. Doch Letztere ist eine globale Ope­ration: Von den iphone-Fabriken im chi­ne­si­schen Shenzhen zu den Berg­bau­minen im Kongo, von den Ama­zon­ver­ar­bei­tungs­zentren in Vir­ginia zum gigan­ti­schen Google-Campus in San Jose, von der geplanten Smart City in Toronto bis zur Startup-Szene in Berlin oder der Euro­pa­allee in Zürich».

    Über die schreibt die Schweizer Künst­lerin Romy Rüegger einen kurzen Beitrag im Buch. Dort ist sie auf die Ver­än­de­rungen ein­ge­gangen, die der Züricher Bou­levard durch den Zuzug von Google erfahren hat. «Die feh­lenden Bäume in der Euro­pa­allee sind ersetzt durch unter­ir­dische Stränge, Strom­kabel und Daten­lei­tungen». Vor allem aber sind die Grund­stücks­preise rund um den Züricher Haupt­bahnhof nach Angaben des Vereins Neugass um 89 Prozent gestiegen. Ruegger erwähnt aber auch, dass das zivil­ge­sell­schaft­liche Enga­gement Spuren hin­ter­lassen hat. «Unter Druck der Öffent­lichkeit und mit Verweis auf die 30-Prozent- Klausel für genos­sen­schaft­liches Wohnen, welche die Stadt Zürich erreichen soll, wurde von Initia­tiven aus der Bevöl­kerung ein Teil der noch unbe­bauten Bahn­hofs­ein­falls­schneisen mitt­ler­weile für genossen- schaft­liches Bauen ein­ge­fordert». Es wird zu beobach- ten sein, ob solche Pro­jekte mehr sind als ein ökolo- gisches Män­telchen, dass sich Kon­zerne wie Google gerne umhängen, um sich als die freund­li­chere, öko- logi­schere Variante des Kapi­ta­lismus anzu­preisen.

    Erfolg ist möglich

    Die im Buch vor­ge­stellten Wider­stands­formen gegen Uber, Google und Co. zeigen, dass man auch Er- folg haben kann, wenn man sich auf die Koope­ra­tions- und Dia­log­an­gebote dieser Kon­zerne nicht ein­lässt.

    Eryn McElroy stellt ein Map­ping­projekt vor, auf denen Orte der Ver­drängung auf­ge­führt sind. Darüber berichtete McElroy 2017 in Berlin auf einer Ver­an­staltung Ber­liner Anti-Google-Kam­pagne. Mitt­ler­weile ist der geplante Google-Campus in Berlin-Kreuzberg für einige Jahre ver­schoben worden. Davon handelt der letzte Beitrag des Buches. Die Ber­liner Anti-Google- Aktivist*nnen haben von ihren Freund*nnen in den USA gelernt, dass nicht Ver­hand­lungen mit den Konzern sondern Wider­stand Erfolge bringen. McElory beschreibt, wie sich in den urbanen Kämpfen ver­schiedene Wider­stands­formen zusam­men­ge­funden haben. Betrieb­liche Kämpfe gegen eine Kün­digung mit Stadt­teil­in­itia­tiven, die sich gegen die Gen­tri­fi­zierung wehrten.

    Das Buch ist aber vor allem deshalb so wichtig, weil die Aus­beu­tungs­ver­hält­nisse der Kon­zerne unter die Lupe nimmt, die das neue kapi­ta­lis­tische Akku­mu­la­ti­ons­modell prägen werden. Auch die durchaus begrüs­sens­werte Bewegung gegen die alte for­dis­tische Auto­mo­bil­in­dustrie läuft Gefahr, am Ende Uber, Google und Co. in die Hände zu spielen, wenn sie keine klar anti­ka­pi­ta­lis­tische Per­spektive ent­wi­ckelt. Konzernsprecher*innen von Uber reden in höchsten Tönen von der Ver­schrottung der alten Auto­mo­bil­in­dustrie und bieten ihre Pro­dukte als Alter­native an. Aber die gesamte app-basierte Öko­nomie ist weder öko­lo­gisch noch frei von Aus­beutung. Es wäre über­haupt nichts gewonnen, wenn auf den For­dismus der Ube­rismus folgt. Daher wird im Buch der Wider­stand des 21. Jahr­hun­derts beschrieben.

    #mondialisation #uberisation #lutte_des_classes #capitalisme #syndicalisme #logement #travail #USA #San_Francisco

  • En Suisse, la pénurie de médicaments inquiète sérieusement Natalie Bougeard/gma - 30 Septembre 2019 - RTS
    https://www.rts.ch/info/suisse/10747576-en-suisse-la-penurie-de-medicaments-inquiete-serieusement-.html

    Les ruptures d’approvisionnement de médicaments se suivent et s’intensifient d’année en année. La situation devient un enjeu de santé publique et ce phénomène mondial n’épargne pas la Suisse.
    Il y aurait actuellement 588 médicaments en rupture d’approvisionnement en Suisse, selon Enea Martinelli, pharmacien-chef du groupement d’hôpitaux fmi (Frutigen, Meiringen et Interlaken).

    Excédé par une situation de plus en plus difficile à gérer, celui-ci a créé une base de données. https://www.drugshortage.ch/index.php/uebersicht-2 « Je souhaite fournir de la transparence et une vision globale », explique-t-il.

    Aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), un équivalent temps plein est désormais dédié à la gestion des ruptures de stock. « Nous surveillons une centaine de médicaments sur les 2000 que nous utilisons, dont 15 pour lesquels le manque serait extrêmement problématique », révèle Pascal Bonnabry, pharmacien-chef des HUG. « Ces dix dernières années, le problème a été multiplié par 20. La situation s’empire et on ne voit pas tellement le bout du tunnel », admet-il.

    Annoncer les ruptures de stocks
    Les substances les plus touchées par la pénurie sont notamment les antibiotiques, les analgésiques, les anticancéreux et les vaccins. Des produits en grande majorité anciens et peu chers.

    La Confédération aussi surveille le phénomène et oblige depuis 2015 les entreprises du secteur à annoncer les ruptures de stocks. Cela ne s’applique toutefois qu’à une liste restreinte de substances, les médicaments dits vitaux. Une liste que certains acteurs aimeraient voir élargie : elle devrait être revue d’ici la fin de cette année.

    Baisse des coûts de production
    La multiplication des ruptures d’approvisionnement s’explique par les stratégies de baisses des coûts de production mises en oeuvre par les fabricants. Des choix industriels qui ont mené au fractionnement et à l’éparpillement de la chaîne de production.

    « Dans les années 90, la production des médicaments était courante en Europe. Par la baisse des prix successives, la production s’est d’abord déplacée en Europe de l’Est, puis en Asie. La Suisse n’est plus capable de fabriquer ses propres antibiotiques, ses propres vaccins, depuis 15 ans. Nous sommes totalement dépendants de la production non-européenne », dénonce Salvatore Volante, expert en pharmacologie et en santé publique.

    Selon un récent rapport français, 80% des substances actives utilisées dans des médicaments commercialisés dans l’Union européenne viennent de pays hors de l’UE. Pour la Suisse, les données manquent et l’opacité règne. Une entreprise a toutefois communiqué ses chiffres. « Chez nous, 50% des substances actives viennent de Chine ou d’Inde », explique Andreas Bosshard, directeur de Mepha Suisse.

    Armée en renfort
    La Confédération a mis en place des stocks obligatoires pour certaines substances. Des stocks qui ont dû être utilisés 29 fois en 2017 et 2018. Les capacités militaires de la Suisse sont même appelées à la rescousse. « La pharmacie de l’armée développe, pour certains médicaments, une production afin qu’en cas d’urgence nous puissions avoir recours à une production indigène », détaille Ueli Haudenschild, de l’Office fédéral pour l’approvisionnement économique du pays. « La situation me préoccupe parce que ces ruptures de stocks demandent beaucoup d’efforts. Mais nous ne sommes pas dans une situation dangereuse », estime-t-il.

    Mais à quel prix ? Les traitements de substitution sont parfois plus chers que celui en rupture, s’approvisionner à l’étranger s’avère souvent également plus onéreux. Le coût engendré par ces pénuries est difficile à calculer. Salvatore Volante ose cette estimation : « Cela va très vite se chiffrer, pour la Suisse, à environ 50 à 70 millions de francs. »

    La pénurie de médicaments est un problème de santé publique mondial. Aux Etats-Unis, des chiffres récents estiment que ces ruptures de stock coûtent aux hôpitaux américains 359 millions de dollars par année. « Pour faire face au problème il faudrait une coopération internationale, diversifier le nombre d’usines et rapatrier les capacités de production en Europe », estime Herbert Plagge, membre de l’Association suisse des pharmaciens de l’administration et des hôpitaux (GSASA). 

    Il s’agit justement de l’un des points proposés par le gouvernement français. Celui-ci a publié cet été un plan d’action pour lutter contre les pénuries d’approvisionnement, en proposant notamment de mettre en place des incitations fiscales pour les entreprises qui produisent en Europe. Une démarche dont la Suisse pourrait également profiter.

    #santé #médicaments #big_pharma #mondialisation #multinationales #médecine #pharma #industrie_pharmaceutique #médicament #économie #pénuries #prix #santé #fric #capitalisme #argent_public #armée #femmes #hommes #enfants

    • Le cas des génériques
      Parmi les médicaments touchés par les pénuries d’approvisionnement, on retrouve des médicaments originaux peu chers, mais aussi beaucoup de génériques. Les génériques coûtent, en moyenne, deux fois plus en Suisse que dans les pays voisins. Le Conseil fédéral a donc proposé en août au Parlement d’introduire un système de prix de référence pour ces médicaments, ceci afin de baisser le prix de certains d’entre eux.

      « Si on fait ça, alors les situations de ruptures de stock seront encore plus graves qu’aujourd’hui », réagit Andreas Bosshard, le directeur de Mepha Suisse. Cette mesure inquiète aussi les pharmaciens. Le prix des produits est un point central pour les coûts de la santé, comme l’explique Stefan Grösser, de la HES Berne, qui mène une étude sur les ruptures de stocks en Suisse : « Un des résultats de notre étude, c’est qu’on devrait regarder encore plus attentivement le prix des médicaments et la fixation des tarifs, au vu des effets qu’elles auront finalement sur le système global. Le prix, c’est le point central, le point critique du #système. »

  • #Bananes : « l’#Appel_d’Abidjan » pour sauver les #exportations africaines vers l’#Europe

    Face à la #concurrence latino-américaine, les pays africains producteurs de bananes ont appelé, depuis la capitale économique ivoirienne, à la mise en place d’un nouveau mécanisme de #régulation pour compenser la fin de l’aide de l’Union européenne à la filière - prévue pour le 31 décembre 2019.

    https://www.jeuneafrique.com/833342/economie/bananes-lappel-dabidjan-pour-sauver-les-exportations-africaines-vers-l

    #Afrique #Amérique_latine #Côte_d'Ivoire #industrie_agro-alimentaire #mondialisation #globalisation #aide_financière

  • Il #business dell’accoglienza? Non è quello che immaginate

    Il business dell’accoglienza non è quel di cui hanno parlato per anni alcuni esponenti politici che oggi fanno parte della maggioranza di governo. Non esattamente. O meglio, con il passare dei mesi scopriamo che fare affari sulla pelle dei migranti, a prescindere da quanto questi siano accolti in maniera dignitosa, potrebbe poi non essere qualcosa di riprovevole per il governo in carica. Partiamo da lontano e poi scopriamo perché.

    Nel 1979, negli Stati Uniti, una legge legalizzò la possibilità di affidare le carceri in appalto a privati. Il primo Stato ad approfittarne fu il Texas nel 1989, gli Stati che avevano approvato una qualche forma di privatizzazione erano trenta e i detenuti rinchiusi in carceri private erano diventati 140mila. Gli ultimi dati disponibili sul sito del Bureau of Justice statistics indicano come nel 2011 le persone rinchiuse in carceri private fossero l’8,2% del totale del quasi milione e seicentomila detenuti negli Stati Uniti contro il 7,9 dell’anno precedente – 6,7% del totale dei carcerati statali e 18% di quelli federali. Negli Usa le carceri private ha significato cosi più alti, condizioni di detenzione peggiori e anche tassi di incarcerazione più alti – per delle ragioni collegate direttamente al sistema degli appalti. Ma fermiamoci qua, che quello degli Stati Uniti è solo un esempio e qui parliamo di Italia ed Europa.

    Cosa c’entra tutto questo con l’Italia, l’immigrazione e il razzismo? Semplice: la nuova concezione del sistema di accoglienza delle persone che chiedono asilo nel nostro Paese, quelle in attesa di sapere che destino avranno, quelle in attesa di essere identificate (e così via) sembra richiamare il sistema di detenzione privato americano, appaltato a soggetti privati. Questo almeno è quanto spiega bene un dossier pubblicato dal periodico Valori nel quale si racconta della potenziale cessione a multinazionali del sistema di accoglienza. Spieghiamo citando Valori:

    Il giro di vite governativo sul sistema di accoglienza di migranti, rifugiati e richiedenti asilo imposto dal Decreto Sicurezza ha già prodotto un sicuro vincitore: il gruppo privato elvetico ORS. La società, controllata dal private equity londinese Equistone Partners, gestisce da anni decine di centri per migranti in Svizzera, Austria e Germania e il 22 agosto scorso ha annunciato ufficialmente il suo arrivo in Italia. Il contesto legale plasmato da Matteo Salvini non potrebbe essere più favorevole. Il drastico ridimensionamento del sistema Sprar in favore dei CAS, gestiti dai privati, rappresenta un’occasione troppo ghiotta. Grandi centri di massa, improntati al risparmio (almeno in apparenza) e orientati al profitto.

    La società lavora in Austria, dove però il governo in carica sta pensando di riassumere in house il sistema di accoglienza per due ragioni: appaltare fa diminuire i costi per persona ma fa crescere quelli complessivi e l’accoglienza è di pessimo livello. I centri gestiti da ORS sono infatti spesso sovraffollati e in un caso questo ha portato a una denuncia da parte di Amnesty International. Nel 2015 a Traiskirchen, centro pensato per 1800 persone, ne dormivano 4500, alcuni all’aperto. In Germania e Norvegia operano invece la Homecare e la Hero Norge AS, che a loro volta hanno visto calare i profitti (per ragioni collegate alla chiusura della rotta balcanica) e che neppure sono nuove a scandali. Ospiti della Homecare sono morti durante risse e altri hanno denunciato maltrattamenti. Trentuno dipendenti sono sotto processo in Renania.

    Il modello, insomma, non è dei migliori. Anzi: non c’è luogo del pianeta dove la privatizzazione del sistema carcerario o di accoglienza abbia generato risparmi o una maggiore qualità del servizio. Di solito, vale negli Stati Uniti come in Austria, succede che queste società abbiano una grande capacità di condizionare le scelte politiche. Negli Stati Uniti investendo pesantemente in lobbying, in Austria offrendo lavoro ad ex politici dei partiti di governo.

    Torniamo all’Italia. Perché Valori avverte del pericolo che sistemi come quello austriaco vengano adottati da noi? In parte abbiamo risposto con la citazione qui sopra: la ORS ha aperto una sede legale nel nostro Paese. E la ragione risiede nella riorganizzazione del sistema di accoglienza voluta dal governo. La chiusura dei CARA (Centri di accoglienza per richiedenti asilo) come Castelnuovo di Porto e l’abolizione del permesso di protezione umanitaria, che ha generato (e genererà) l’espulsione dalle strutture di accoglienza di migliaia di persone non è frutto della voglia di migliorare i servizi o di colpire quello che viene definito “il business dei rifugiati”. Probabilmente una parte degli ospiti dei CARA che ne hanno titolo verranno inviati negli Sprar che nel frattempo vengono svuotati da chi, grazie al Decreto sicurezza, non ha più le carte in regola per risiedervi.

    Obbiettivo del Decreto sicurezza è quello di avere dei centri grandi, non pensati per l’integrazione e l’accoglienza ma semplicemente come parcheggi di persone che sono in attesa di conoscere il loro destino. Che, nella mente di chi ha concepito le nuove leggi, sono per la maggior parte dei millantatori che dicono di aver diritto allo status di rifugiato pur essendo migranti economici. La conseguenza è che questi non necessitano di servizi volti a facilitare l’inclusione sociale, perché nella maggior parte finiranno con l’essere espulsi. Falso, ma utile a distruggere un sistema di accoglienza diffusa, quello degli Sprar, che stava lentamente cominciando a funzionare. I nuovi centri saranno quindi, leggiamo ancora sul dossier di Valori (e abbiamo scritto varie volte anche noi):

    Più grandi, senza gare pubbliche e con un sistema che, pur avendo costi medi inferiori, farà spendere di più allo Stato. E per i migranti non ci sarà alcun obiettivo di integrazione e un destino certo di emarginazione sociale. Saranno così i centri di “accoglienza” versione Salvini: il ministro degli Interni punta a renderli sempre più simili a strutture di detenzione. Ma il nuovo sistema costerà meno alle casse pubbliche? Basta leggere i numeri ufficiali per dire di no. Nelle strutture del Sistema di Protezione per i Richiedenti Asilo e Rifugiati (il cosiddetto SPRAR), mediamente, un migrante costa circa 6.300 euro per i 6 mesi in cui mediamente resta in uno SPRAR. In un Centro di Accoglienza Straordinaria (i cosiddetti CAS) da 10 a 14mila. A rivelarlo sono i documenti ufficiali depositati dall’Associazione Nazionale Comuni Italiani (ANCI) alla commissione Affari Costituzionali della Camera.

    Con la possibile gestione dell’accoglienza da parte dei grandi privati il business dell’accoglienza è dunque destinato a crescere, non a diminuire. Non solo, gli scandali che in questi anni hanno investito le organizzazioni che gestivano i centri, svelando corruzione e cattivi servizi, sono in buona parte colpa dello Stato. Perché? Perché spesso le assegnazioni sono state fatte ad affidamento diretto, senza gara, e perché le prefetture non facevano controlli. Non solo: i tempi di permanenza dovuti ai tempi lunghi di esame delle domande di asilo, ha reso più lunga la permanenza nei centri dei richiedenti asilo e, di conseguenza, fa crescere i costi. Anche da questo punto di vista, insomma, il Decreto sicurezza non è buono. Non per i migranti e i richiedenti asilo, non per i diritti umani e neppure per le casse pubbliche e la lotta alla corruzione.


    http://www.cronachediordinariorazzismo.org/business-accoglienza-multinazionali
    #accueil #Italie #asile #migrations #réfugiés #business_de_l'accueil #privatisation #ORS #Equistone_Partners #decreto_sicurezza #décret_sécurité #decreto_Salvini #décret_Salvini

    ping @isskein

  • #Congo: miniere di cobalto e grandi interessi internazionali

    La narrazione dell’Africa come miniera del pianeta non è peregrina, e fonda le proprie basi su un’industria estrattiva che oggi è ricca e in fase espansiva. Dietro al dato aggregato, ossia che specialmente la parte centrale del continente contribuisce in maniera sostanziale al fabbisogno globale di materie prime, l’estrazione di alcuni minerali essenziali per l’industria tecnologica è perfino più significativa. Il cobalto in particolare è salito all’onore delle cronache economiche perché rappresenta una componente – quella che lascia incamerare elettroni – indispensabile delle batterie al litio; e queste ultime alimentano gran parte della tecnologia “mobile” del presente e del futuro: dagli smartphone alle automobili e alle biciclette elettriche.

    Probabilmente non esiste al mondo un paese che esemplifichi così bene la contraddizione tra ricchezza di risorse naturali e povertà della popolazione come la Repubblica Democratica del Congo (RDC) – l’ex Congo belga (da non confondere con la Repubblica del Congo, cioè l’ex Congo francese). Senza ombra di dubbio, le sue miniere sono le più ambite del pianeta: non solo per il quadro normativo molto elastico che ne regolamentava il funzionamento fino a poco tempo fa, ma soprattutto perché contribuiscono con una percentuale gargantuesca alla produzione mondiale.


    Si calcola che oltre il 53% del cobalto in circolazione nel 2016 veniva estratto in RDC (66mila tonnellate su circa 123mila). È comprensibile quindi che la RDC sia oggi una destinazione molto ambita per le multinazionali, sia quelle che si occupano di estrazione, sia quelle che muovono le migliaia di tonnellate estratte verso le raffinerie – localizzate per la maggior parte in Cina.

    In realtà, a dispetto dei potenziali vantaggi che tale posizione potrebbe portare al paese, la situazione in RDC è attualmente molto delicata: nonostante le grandi risorse, il paese trae un beneficio molto esiguo da questo traffico internazionale di materie prime. La Federazione delle Industrie della RDC stima che, sempre nel 2016, solamente 88 milioni di dollari siano entrati nelle casse dello stato come risultato dell’attività estrattiva legata al cobalto, a fronte di oltre 2.600 milioni di introito complessivo generato dalle multinazionali. Una percentuale praticamente insignificante. Ma nel 2018, il presidente Joseph Kabila, di comune accordo con il Ministro delle Miniere Martin Kwabelulu ha proposto una revisione sostanziale del codice che regolamenta lo sfruttamento delle risorse minerarie del paese (incluso chiaramente il cobalto), e quindi degli accordi transnazionali.

    Secondo molti, questo squilibrio fu inizialmente dettato dalla Banca Mondiale e dal Fondo Monetario Internazionale (FMI), al tempo creditore della RDC e di cui finanzia tutt’oggi lo sviluppo. Preoccupato di liberalizzare un mercato asfittico, negli accordi post bellici del 2002 il FMI impose una tassa molto esigua – appena del 2% –sull’estrazione e il trasferimento all’estero di rame e cobalto, una percentuale talmente bassa da rendere praticamente infruttifera (almeno per le casse pubbliche) l’intera produzione. Da allora però le tonnellate estratte sono più che raddoppiate, passando da 450.000 a oltre un milione. Per questo motivo, l’esplosione dell’industria del cobalto in RDC non ha un reale impatto sui conti dello Stato, e presenta un ritorno ancora minore sulla qualità della vita della popolazione: a titolo d’esempio, la RDC occupa criticamente il 176° posto sui 188 paesi del mondo classificati per lo Human Development Index dell’ONU.

    Nell’attuale contesto, e nonostante la citata revisione del codice di sfruttamento, diverse multinazionali hanno potuto beneficiare dei ricavi prodotti dalla ricchezza del sottosuolo congolese. Industrie come Glencore, CDM, Randgold, China Molybdenum e altre hanno indirizzato le loro attività in RDC; ad esempio, gli svizzeri di Glencore concentrano nelle loro mani uno spaventoso 35% dell’intera produzione mondiale. Nel corso del tempo, molte altre industrie hanno aperto stabilimenti in diretta prossimità dei siti estrattivi (da Volkswagen ad Apple, da Microsoft a Huawei) assicurandosi così una fetta cospicua della torta mineraria congolese.

    Questo quadro è aggravato dalle condizioni di lavoro in cui versano i minatori. Poiché il cobalto si presenta sotto forma di sedimenti dalle ridotte dimensioni, una parte significativa viene estratta a mano; oltretutto, spesso i filoni sono accessibili solamente attraverso tunnel angusti e scavati in modo rudimentale. Diverse organizzazioni non governative, ed in particolare Amnesty International e Afrewatch (che hanno pubblicato anni fa un rapporto congiunto) hanno denunciato le ripetute e continue violazioni dei diritti umani nelle miniere. Incidenti e morti bianche sono frequenti, specialmente nelle regioni del Katanga, dove le miniere costruite e gestite in maniera artigianale sono numerose. Gli orari di lavoro superano spesso le 12 ore giornaliere. Per di più, l’UNICEF ha stimato in circa 40.000 i bambini dai 3 ai 7 anni che lavorano quotidianamente nelle miniere; altre centinaia di migliaia di lavoratori operano in condizioni precarie che sfidano le più elementari regole sulla sicurezza del lavoro. Le (deboli) protezioni sindacali vengono facilmente aggirate, col risultato di gonfiare un traffico illegale di materie prime che elude i controlli e viene iniettato direttamente nei flussi di commercio internazionale.

    Il nuovo codice minerario è entrato in vigore nel 2018. Ha previsto un aumento della tassazione dal 2% al 10%, allineando così il Congo alla media mondiale del settore. Tuttavia, la nuova legislazione ha ricevuto critiche da tutte le parti in causa, a cominciare dagli attivisti per i diritti umani che accusano il governo di aver perso un’occasione per regolamentare le condizioni dei minatori. Altri hanno richiamato l’assenza di provvedimenti in grado di contrastare la dilagante corruzione, che è stata per anni un freno ad azioni più decise da parte del Governo. Il settore estrattivo ne ha messo in evidenza il pregiudizio economico ai propri danni.

    In ogni caso, queste misure avranno una conseguenza sul mercato del cobalto. A maggior ragione, se si pensa che la maggior parte delle risorse sono concentrate in poche industrie estrattive, e raffinate per l’80% in Cina: le condizioni ideali di mercato sono ben lontane. Alcuni ritengono che le nuove tasse governative impatteranno sul prezzo del cobalto, ricadendo poi sul prezzo dei prodotti finiti: e il prezzo del cobalto è già aumentato del 195% negli ultimi 5 anni.

    Si tratta di un effetto diretto e cruciale per il mercato globale. La domanda sta crescendo in maniera molto più rapida rispetto all’offerta, e può mettere a repentaglio la tenuta del prodotto in futuro. Alcuni colossi della tecnologia stanno cercando di creare batterie senza cobalto da immettere sul mercato globale, e le ultime generazioni ne utilizzano effettivamente una quantità sempre minore; tuttavia, nel breve periodo è difficile immaginare che il mondo stacchi la spina dal cobalto.

    https://aspeniaonline.it/congo-miniere-di-cobalto-e-grandi-interessi-internazionali
    #extractivisme #mines #cobalt #RDC #cartographie #visualisation #mondialisation #globalisation #travail #exploitation #enfants #enfance
    ping @albertocampiphoto @daphne

  • Suisse : Paul Dembinski : « On a refusé de faire le grand ménage dans la finance » Xavier Alonso/pym - 27 Aout 2019 - RTS
    https://www.rts.ch/info/economie/10664566-paul-dembinski-on-a-refuse-de-faire-le-grand-menage-dans-la-finance-.ht

    Directeur de l’Observatoire de la finance à Genève, #Paul_Dembinski estime que douze ans d’attentisme, depuis la crise de 2008, rendent probable le ralentissement de l’économie mondiale. Il détaille son point de vue dans La Matinale de la RTS mardi.

    « Depuis dix ans, on attend le deuxième acte de la crise » assène Paul Dembinski. « En 2008, on a contenu l’explosion du système financier et on le maintient en vie uniquement grâce à des bulles d’oxygène dégagées par les banques centrales. »

    Un des indices - peut-être pas encore d’une nouvelle crise économique, mais en tout cas d’un ralentissement - est la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, sur fond de protectionnisme. Or, pour l’économiste, « la Suisse est un pays très impliqué dans le commerce international, avec 40% de son PIB qui traverse les frontières d’une manière ou d’une autre ».

    Le commerce n’est pas seulement le commerce entre la Suisse et l’UE ou la Chine, explique l’expert, puisque « dans chaque produit que nous avons, nous avons le monde en miniature », soulignant la multitude de composants qui viennent de Chine, des Etats-Unis, de différents pays de l’UE et de bien d’autres pays. Et d’ajouter que « quand ce système de commerce international se met à bouger avec des blocages potentiels, il y a des répercussions sur les flux, mais aussi et surtout sur la manière dont les entreprises conçoivent leurs stratégies. »

    Pas d’instance de régulation
    Or, en 2019, il n’existe toujours pas d’instance de régulation mondiale capable de calmer ces deux acteurs aussi importants que sont la Chine et les USA qui sont en guerre dans un marché interpénétré dont les conséquences touchent tout le monde. En 2008, c’était pourtant une des promesses du G20 : « le plus jamais ça et on va faire en sorte d’améliorer les choses ».

    Paul Dembinski stigmatise « une décennie de procrastination (..) parce qu’on a préféré sortir la grande artillerie des banques centrales pour calmer un peu le jeu, plutôt que de faire le grand ménage dans la finance et de laisser s’écrouler une partie du système financier qui n’est pas viable. Et encore une fois les perfusions des banques centrales sont toujours en place. Je pense que ça commence à avoir un effet toxique sur l’économie. »

    Tweets déstabilisateurs
    Un des éléments anxiogènes, c’est le yoyo des bourses en ce moment. Paul Dembinski observe qu’il suffit d’un « tweet de Monsieur Trump pour que les bourses réagissent immédiatement. C’est pernicieux puisqu’un engagement économique implique une décision à long terme, donc je fais quelque chose qui portera ses fruits dans deux, trois ou cinq ans. Si toutes les dix secondes je reviens ou je veux avoir la possibilité de revenir sur la décision que je viens de prendre, il n’y a rien qui en sort. La spéculation se multiplie et puis la volatilité des bourses se multiplie et cette volatilité se transmet ensuite comme un signal inquiétant à l’ensemble de l’économie et à l’ensemble du monde politique également. »

    #crise #crise°économique #guerre_commerciale #protectionnisme #Suisse #bulles #procrastination #banques_centrales #mondialisation #finance #économie #capitalisme #politique #dette #crise #banque #banques #inégalités

  • #Biorégions_2050

    Biorégions 2050 est le résultat d’un atelier de #prospective sur l’#Île-de-France #post-effondrement, téléchargeable gratuitement. Nous sommes presque en 2050. L’Île-de-France a subi une #fragmentation forcée résultant du #Grand_Effondrement. À partir de 2019, les effets du #dérèglement_climatique sont devenus de plus en plus perceptibles, obligeant une partie de la population francilienne – la plus aisée – à quitter la région. En raison d’une #crise_économique liée à l’interruption erratique des flux de la #mondialisation, la carte des activités a dû être redessinée et la capacité d’autoproduction renforcée. Le tissu des bassins de vie s’est redéployé autour de localités plutôt rurales et s’est profondément relocalisé. La vie quotidienne a retrouvé une forme de #convivialité de #proximité, à base d’#entraide et de #solidarité. Les #hypermarchés ont disparu, démontés pour récupérer le #fer et l’#aluminium. Certains #centres_commerciaux ont été transformés en #serres de #pépinières. Le #périphérique a été couvert de verdure et transpercé de radiales cyclistes et pédestres qui conduisent aux #biorégions limitrophes. La fin des #moteurs_thermiques, liée à la pénurie de #pétrole et à des décisions politiques, a induit une atmosphère nouvelle. L’#ozone_atmosphérique et les #microparticules ne polluent plus l’#air. Les #cyclistes peuvent pédaler sans s’étouffer. Mais les épisodes de #chaleurs_extrêmes interdisent encore la circulation sur de grandes distances par temps estival.


    http://fr.forumviesmobiles.org/publication/2019/03/27/bioregions-2050-12915
    #pollution #climat #changement_climatique #collapsologie #effondrement #scénario

    Le pdf :
    http://fr.forumviesmobiles.org/sites/default/files/editor/bioregions_2050.pdf

  • Quand les multinationales attaquent les États

    À l’automne 2016, des millions d’Européens descendent dans la rue pour protester contre le Ceta, le traité de libre-échange avec le Canada. Son rejet par la Wallonie, par la voix de son ministre-président Paul Magnette, plonge alors l’UE dans une grave crise et place les tribunaux d’arbitrage sous le feu des projecteurs – et des critiques. Ce dispositif, prévu dans le cadre de nombreux accords commerciaux internationaux, permet à des multinationales d’attaquer les États devant des juges privés – des avocats d’affaires –, afin de réclamer la compensation d’un manque à gagner réel ou potentiel induit par un changement de législation. En 2016, Cosigo Resources Ltd. a ainsi déposé une demande d’arbitrage contre la Colombie : en classant « parc naturel national » un territoire amazonien sacré, Bogotá a annulé la concession minière de la compagnie canadienne, laquelle estime son préjudice à 16 milliards de dollars, soit environ 20 % du budget national colombien...
    « L’arbitrage est un système profondément défaillant. Il n’est pas juste, pas indépendant, et il est loin d’être équilibré », assène le professeur de droit canadien Gus Van Harten. De la Colombie à l’Allemagne en passant par le Pérou, aux prises avec la multinationale Renco, dont la fonderie de plomb de La Oroya (la « Tchernobyl des Andes ») crache des fumées toxiques qui empoisonnent les enfants, Claire Alet et Cécile Ancieu (La Dette, une spirale infernale ?) ont enquêté dans les arcanes de cette justice opaque, au pouvoir démesuré. Créé par les États, dans l’objectif d’attirer des investisseurs, ce système fragilise leur capacité à légiférer sur l’environnement, la santé, les conditions de travail, le tout au détriment des citoyens, qui seront en outre amenés à payer l’addition.


    http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/54819_1
    #film #documentaire
    #Etat #Etat-nation #arbitrage_international #multinationales #tribunaux_d'arbitrage_international #dédommagement #procès_en_arbitrage #justice #droits_fondamentaux #CETA #TIPP #Colombie #mines #or #extractivisme #peuples_autochtones #Cosigo_Resources #litiges_en_arbitrage #titres_miniers #traité_de_libre-échange #accord_de_libre-échange #développement #développementalisme #Makuna #réserve_naturelle #résistance #exploitation #sites_sacrés #Tanimuka #exploitation_minière #Tobie_mining_energy #environnement #responsabilité_des_entreprises #investissements_étrangers #ISDS #plainte #gains_potentiels #manque_à_gagner #exploitation_indirecte #globalisation #mondialisation #dissuasion #Gus_Van_Harten #secret #Vattenfall #Allemagne #nucléaire #La_Oroya #Pérou #Doe_Run #Renco

  • Quiberon : Les Campeurs virés du Goviro - Bretagne Télé
    http://bretagne-tele.fr/quiberon-les-campeurs-vires-du-goviro
    https://www.youtube.com/watch?v=YupfTdscrJg

    La ville de Quiberon va se séparer du camping du Goviro qui fermera en Octobre, pour se transformer en 2021 en terrain 5 etoiles.
    Les vacanciers, furieux, complétement perdus, entendent se mobiliser et multiplier les actions dans la station balnéaire

    Ces campeurs aux revenus modestes viennent depuis toujours à Quiberon, au camping municipal du Goviro, un deux étoiles, au pied d’une superbe plage et à deux pas de l’nstitut de Thalassothérapie.

    Les enfants devenus adultes reviennent avec leurs enfants, ces belles vacances duraient pour certaines familles depuis plus d’un demi-siecle. Souvent au meme emplacement, avec les memes voisins, devenus des amis.

    Mais ça, c’était avant.

    Ils ne pourront pas s’offrir des vacances dans un camping 5 etoiles.
    La mairie de Quiberon affirme de son coté que le terrain du Goviro est devenu obsolete, et sa mise aux normes actuelles couterait trop cher.

    • Quiberon : La Manif des Campeurs du Goviro - TV Quiberon 24/7
      http://bretagne-tele.fr/quiberon-la-manif-des-campeurs
      https://www.youtube.com/watch?v=8IXRbSa1B8M

      La hache de guerre est déterrée entre les Campeurs du Goviro et la Mairie de Quiberon. Pendant 45 minutes les campeurs furieux d’etre expulsé à partir du mois d’Octobre de ce camping familial qui sera transformé en 2021 en terrain 5 etoiles ont bloqué la circulation, sans laisser passer les voitures.

      Image insoutenable et cruelle, un campeur de 77 ans, handicapé, habitué des vacances à Quiberon pleurait, cet homme aux revenus modestes ne pourra pas s’offrir un emplacement dans un 5 etoiles de la presqu’ile. Il venait a Quiberon et dans le Morbihan en Bretagne depuis toujours.

      Les vacances a proximité de la plage du Goviro semblent terminées. Tres éprouvé, ce vacancier est anéanti.

      Le Goviro c’est un camping à l’ancienne, avec un emplacement pour une tente ou une caravane et des sanitaires. Un concept « vintage » qui séduit aussi de nouveaux estivants, car le Goviro est proche de l’Ocean-Atlantique.

      La mairie de Quiberon affirme de son coté que le terrain du Goviro est devenu obsolete, et sa mise aux normes actuelles couterait trop cher aux contribuables.

    • Trouvé dans le Télégramme du 12/07 quelques explications de Serge Brosolo , adjoint aux finances et à la vie économique :

      Serge Brosolo a insisté sur l’intégration paysagère et l’aspect qualitatif du projet avant d’ajouter : « Les investissements seront de 6,8 M€. La DSP (délégation de service public) est fixée à 25 ans. La redevance pour la mairie est de 120 000 € par an, à laquelle s’ajoute 30 % du chiffre d’affaires ». Le projet devrait comporter 165 hébergements répartis sous formes de six petits villages. Après l’énumération des équipements (piscine, sauna, etc...), les élus de l’opposition se sont interrogés sur la pertinence d’un tel projet pour le dynamisme de l’économie locale, mais le maire a insisté : « Nous sommes très vigilants pour que le lieu ne soit pas autonome. Il n’y aura pas par exemple de restaurant. Notre but est bien que la clientèle sorte ». Mais le débat a surtout porté sur un choix affirmé de la municipalité de monter en gamme au Goviro. Pour l’adjoint chargé des finances : « C’est une propriété communale qu’il nous faut exploiter au mieux des intérêts des Quiberonnais. Pour continuer de le gérer, nous aurions dû faire de gros investissements. Ce camping, nous le portions à bout de bras ».

      https://www.letelegramme.fr/morbihan/quiberon/camping-de-goviro-un-futur-cinq-etoiles-12-07-2019-12337544.php

    • Ce qui serait intéressant aussi : une analyse de l’impact écologique de la transformation + une comparaison de l’empreinte écologique actuelle avec la future... Et bien entendu : connaître les actionnaires et administrateurs de l’heureuse boite élue pour la délégation de service public...

    • Groupe Odalys :

      https://odalys-groupe.com/groupe/#prettyPhoto
      où l’on a accès à un « historique de développement » parmi lequel on peut apprendre deux trois trucs sur certains partenariats et financeurs.

      https://odalys-groupe.com/presse
      (voir aussi en bas de cette page web l’adresse du siège social à Aix en Provence)
      Et en activant le lien « plaquette corporate 2019 » en haut à gauche, on accède à un .pdf « zipé » où, parmi un « branding » dithyrambique, on choppe quelques uns des projets futurs de la boîte en question
      (Un autre siège social à Boulogne-Billancourt, mentionné en bas de la dernière page de la plaquette)

    • Odalys appartient au Groupe Duval

      Accueil - Groupe Duval
      https://www.groupeduval.com

      Investir dans les territoires
      Notre Groupe intègre l’ensemble de la chaîne de valeurs des métiers de l’immobilier, ce qui a fait naître des synergies stratégiques lui permettant de se distinguer sur tous les grands marchés.
      • PROMOTION IMMOBILIÈRE
      • CONSEIL
      • PPP
      • INVESTISSEMENTS
      • FONDATIONS ET FORAGES
      • PATRIMOINE & COMMERCE
      • FONDS D’INVESTISSEMENTS

      Valoriser les territoires
      Notre Groupe propose une offre diversifiée et pertinente à tous ses clients, sur plusieurs segments de marché tels que le tourisme de vacances et d’affaires, les résidences étudiantes et seniors ainsi que le golf.
      • ODALYS
      • UGOLF
      • HAPPY SENIOR

    • #or_gris
      Résidences Happy Senior - Groupe Duval
      https://www.groupeduval.com/nos-activites/valoriser-les-territoires/residences-happy-senior

      Un modèle unique de la #Silver_Economy
      • 3 résidences ouvertes
      • 10 résidences en projet
      • 30 salariés

      Happy Senior conçoit, réalise et gère des résidences services seniors situées dans le cœur des villes de France. Ces résidences non médicalisées accueillent des seniors autonomes, dans des appartements spacieux et parfaitement adaptés, avec tous les services du quotidien et un accompagnement de haut niveau dans le respect de leur autonomie.

      Le Groupe Duval, fort de ses vingt ans d’expérience en promotion immobilière et en gestion de résidences services, apporte les garanties financières et les fonctions support nécessaires au développement de sa filiale Happy Senior.

    • Groupe Odalys : Un hébergeur agile et pluriel
      https://odalys-groupe.com/groupe

      Tout cela doit permettre au Groupe Odalys de continuer à satisfaire au plus près les attentes de ses clients tout en poursuivant son expansion autour de ses différents concepts en Europe et au-delà. Avec l’arrivée en 2016 du Groupe Hywin, aux côtés du Groupe Duval, principal actionnaire et premier groupe immobilier familial français, le Groupe Odalys est désormais en ordre de marche pour poursuivre sa politique de développement ambitieuse.

      version Les Échos (article du 21 juin 2016)
      (on se demande qui part à l’assaut de qui…)

      Avec le groupe financier Hywin, Odalys part à l’assaut de la Chine | Les Echos
      https://www.lesechos.fr/2016/06/avec-le-groupe-financier-hywin-odalys-part-a-lassaut-de-la-chine-228189

      Avec le groupe financier Hywin, Odalys part à l’assaut de la Chine
      ¤ Le conglomérat de Shanghai doit acquérir 35 % du capital de l’opérateur de résidences de tourisme.
      ¤ Ce dernier prévoit d’en ouvrir une centaine en Chine en dix ans.

      Après le Club Méditerranée et Groupe Pierre & Vacances - Center Parcs, un autre opérateur touristique français va pouvoir poser ses valises en Chine à la faveur d’un partenariat stratégique. Après près d’un an de discussions, Odalys et sa maison mère Groupe Financière Duval -86 % du capital, le solde étant détenu par le président d’Odalys, François Mariette - doivent en effet signer jeudi un protocole d’accord en ce sens avec Hywin Financial Holding Group, un conglomérat financier de Shanghai (11 milliards d’euros d’actifs en gestion).

      Le projet, annoncé lundi en interne, vise à réaliser une centaine de résidences de tourisme dans les dix années à venir, les premières ouvertures étant envisagées dès 2018. Si la conception du produit reste à parachever, il s’apparentera davantage à un club de vacances, l’idée étant de proposer des résidences avec tous les services. A l’instar du Club Med avec sa deuxième marque chinoise Joyview, Odalys et Hywin visent la clientèle des grandes agglomérations à la recherche de lieux proches - deux heures de route environ - pour des courts séjours. Une extension de leur coopération dans les résidences urbaines n’est en outre pas à exclure, compte tenu du « potentiel », indique le directeur général d’Odalys, Laurent Dusollier. La marque Odalys, qui se prononce « Odalii » en Chine, pourrait être utilisée, ajoute-t-il.

      Sur le plan opérationnel, les partenaires ont convenu de créer une société commune, dont Hywin détiendra 65 % du capital, Odalys et sa maison mère en ayant 35 %. Cette entité sino-française finalisera le concept à mettre en oeuvre, pilotera le développement du parc de résidences et en assurera la gestion. En parallèle, Hywin doit acquérir 35 % du capital d’Odalys. « Il ne s’agit pas d’une augmentation de capital. Il s’agit d’un achat de titres et Hywin n’a pas d’option pour aller au-delà de 35 % », précise le président de Groupe Financière Duval, Eric Duval. De fait, la maison mère d’Odalys « restera son actionnaire majoritaire avec une participation ramenée à 51 % », complète-t-il.

    • #mondialisation_du_tourisme
      #mondialisation_des_résidences_urbaines

      Hywin Financial Holding Group Co., Ltd.
      http://www.hywingroup.com/jtjj/index_59.aspx

       Hywin Financial Holding Group was established in 1989, headquartered in China’s international financial center – the Lujiazui Finance and Trade Zone in the city of Shanghai. Currently, the group has more than 20 wholly-owned and controlled subsidiaries, over 5,000 staff, and more than 100 billion Chinese yuan in assets under management. Our business network covers the entire world, including over 50 Chinese cities, Hong Kong, the US, the UK, and other countries and regions.

       Hywin holds or participates in several listed companies. By combining entity investment with industrial and financial capital, Hywin has developed a business system integrating five sectors: asset management, wealth management, inclusive finance, cultural tourism, and insurance.

       Hywin has worked hard to develop its role as the central holding group to nurture innovation, control risks, and manage funds. By integrating and concentrating resources, Hywin has connected investment with finance, established a robust platform for the unified allocation of resources, and ultimately formulated the company’s most important financial strategic patterns.

       With its good reputation, competitive power, quality service, and experienced professional management team, Hywin has built a strong, complete, and efficient financial platform in China designed to provide safe and trustworthy financial services for domestic as well as foreign investors.

      Hywin Financial Holding Group Co., Ltd.
      http://www.hywingroup.com/ywkj/index_66.aspx

      Wealth Management
      • Private Wealth Management Center
      • Wealth Management
      • Fund Sales
      • Technology Finance

      Cultural Tourism
      • Domestic Holiday Packages
      • Overseas Holiday Packages
      • Real Estate Development

      Asset Management
      […]

      Insurance
      […]

      Inclusive Finance
      […]
      (dont prêt sur gages)

    • Les ambitions de Hywin Financial Holding Group : d’après l’article des Échos, le groupe dispose de 11 milliards USD « d’actifs de gestion ». La page ci après nous révèle l’extraordinaire appétit du « conglomérat financier de Shanghaï » :
      http://www.hywingroup.com/mbcj/index_69.aspx

      La zone de chalandise (footprint ?) du groupe :
      http://www.hywingroup.com/ywbj/index_68.aspx

      Les partenaires « stratégiques », les autres partenaires et les bailleurs de fonds (eux tous chinois, banques et compagnies d’assurance) :
      http://www.hywingroup.com/syhb/index_70.aspx

      Et, tiens ? Comme c’est rigolo, on trouve des projets de coopération avec Central Park Green Space ... mais pas que dans la catégorie « partenariat overseas » aux États-Unis. Et bien sûr, notre très patriotique et philanthrope chieur de béton et pompe à cash Odalys-Duval y figure en bonne place.

    • Quiberon. Le mouvement de grogne des campeurs prend de l’ampleur - Quiberon - LeTelegramme.fr
      https://www.letelegramme.fr/morbihan/quiberon/le-goviro-les-campeurs-plus-mobilises-que-jamais-09-08-2019-12357590.ph

      200 manifestants ce vendredi [9 août] à Quiberon, 3 000 signataires depuis le début de l’été. Les campeurs du Goviro veulent garder leur camping deux étoiles et leur voix commence vraiment à porter.

      Leur mouvement prend de l’ampleur : réunis dès 11 h, ce vendredi, devant le parking du casino, les campeurs du Goviro étaient environ 200 à manifester dans les rues de Quiberon, contre la fermeture prochaine du camping deux-étoiles et sa transformation en un cinq-étoiles.

      En fanfare, trompette et tambour, ils ont exprimé leur colère devant l’hôtel de ville, après avoir remonté le boulevard Chanard à contresens, la rue de Verdun et marqué plusieurs arrêts places Hoche et de l’Hôtel-de-Ville. Le cortège s’est disloqué à midi, devant la mairie.

      « On ne laissera pas tomber. Nous emploierons tous les recours administratifs possibles », ont prévenu les manifestants, dont la contestation « pacifique » dure depuis le 20 juillet. Leur revendication : maintenir un camping du Goviro familial, avec des prix raisonnables, pour permettre aux très nombreuses familles, dont certaines depuis 50 ans, de continuer à s’offrir quelques loisirs ou gâter un peu leurs enfants et petits-enfants.

      La pétition qu’ils ont lancée a déjà récolté 3 000 signatures et le cortège de vendredi a permis d’en collecter 150 nouvelles. De nombreux vacanciers et des locaux sont venus soutenir les manifestants dans leur action. Les campeurs l’ont promis : « On ne lâchera pas prise. Vendredi prochain, nous serons encore là ».

    • Quiberon. Camping 5 étoiles : des sépultures peuvent-elles l’enterrer ? - Bretagne - LeTelegramme.fr
      https://www.letelegramme.fr/bretagne/quiberon-camping-5-etoiles-des-sepultures-peuvent-elles-l-enterrer-10-0

      Le camping familial du Goviro, à Quiberon (56), est-il sauvé ? Le projet de transformation en camping 5 étoiles, que combattent les habitués, pourrait avoir du plomb dans l’aile, avec l’avis de la Société polymathique du Morbihan qui rappelle que le site archéologique est remarquable, et qu’il nécessite de longues fouilles. La Drac pourrait y regarder de plus près…

      Depuis le début de l’été, ils ont donné de la voix et fait savoir leur opposition au projet de transformation du camping familial du Goviro en camping de luxe 5 étoiles. Les habitués du camping familial de Quiberon sont toujours là, après le baisser de rideau de la saison estivale. Certes, ils ne sont plus aussi nombreux que dans les premières semaines, mais leur détermination ne semble pas fléchir. Ils ont déjà promis de revenir chaque samedi et de s’opposer jusqu’au bout au projet validé par les élus, lors du vote du conseil municipal du 11 juillet. La cession de l’emplacement du camping à une société privée, Odalys plein air, pour la transformation du camping municipal du Goviro, d’ici à 2021, avait été actée. Mais un courrier, arrivé en fin de semaine dernière sur le bureau du maire Bernard Hilliet, est de nature à changer le calendrier des travaux de transformation…

      Ce site du Goviro « est un secteur archéologique remarquable à l’échelle du département », annonce Christophe Le Pennec, conservateur des collections de la Société polymathique du Morbihan (†). « Depuis le XIXe siècle, on sait que c’est l’un des secteurs les plus riches en découvertes archéologiques, sans doute sans équivalent dans le secteur. Seulement, depuis les années 50, il est difficile de mener des fouilles après la bétonisation de Quiberon et d’autres communes ».

      Le site du camping du Goviro est différent, car son sous-sol est encore accessible. « Ce camping devrait être une réserve archéologique. Qu’il soit occupé par un camping familial ne pose pas de problème, mais si des travaux de terrassement importants devaient y être menés, ce n’est plus la même chose », explique Christophe Le Pennec. « La presqu’île était un site religieux chrétien important depuis mille ans. Il s’y trouve encore certainement des sépultures, peut-être sous 5 m d’épaisseur de sable ».

      Une copie du courrier a été adressée à la Drac (Direction régionale des affaires culturelles). « C’est l’État qui doit intervenir », pense Christophe Le Pennec. « Il y a une procédure de diagnostic archéologique qui devrait être lancée ». L’affaire n’est pas simple car les fouilles peuvent s’étaler sur de nombreuses années. « À titre d’exemple, le village gaulois de Goulvars, non loin du Goviro, a été l’objet de fouilles sur une surface de 2 000 m²…. pendant quatre ans ! ». La décision de la Drac pourrait donc considérablement ralentir le projet. Voire l’annuler. « À la polymathique, nous ne sommes pas contre un projet de camping 5 étoiles, mais c’est simplement le pire endroit pour le faire ».

      Contacté, ce lundi, le maire de Quiberon, Bernard Hilliet, n’a pas donné suite à nos sollicitations.

      † société savante qui mène des recherches sur l’histoire, l’archéologie et le patrimoine morbihannais

  • La guerre de l’État contre les étrangers. Un extrait du livre de Karine Parrot
    https://www.contretemps.eu/guerre-etat-migrants

    À la rubrique des mécanismes déloyaux déployés contre les pauvres qui arrivent jusqu’en Europe, le «  système #Dublin  » est sans doute un des plus féroces et des plus élaborés. Il montre jusqu’où peut aller le fantasme gestionnaire des gouvernants, cette idée qu’il serait possible de traiter certaines personnes exactement comme des flux, alimentant des stocks à transférer, à se répartir, à tarir. À aucun moment dans le mécanisme Dublin, les personnes ne sont véritablement prises en considération, si ce n’est au prisme de leur volonté présumée de contourner les règles.

    #migration #Union_européenne

    • Carte blanche. L’Etat contre les étrangers

      L’actualité la plus récente a donné à voir une #fracture au sein de la gauche et des forces d’émancipation : on parle d’un côté des « no border », accusés d’angélisme face à la « pression migratoire », et d’un autre côté il y a les « souverainistes », attachés aux #frontières et partisans d’une « gestion humaine des flux migratoires ». Ce débat se résume bien souvent à des principes humanistes d’une part (avec pour argument qu’il n’y a pas de crise migratoire mais une crise de l’accueil des migrants) opposés à un principe de « réalité » (qui se prévaut d’une légitimité soi-disant « populaire », selon laquelle l’accueil ne peut que détériorer le niveau de vie, les salaires, les lieux de vie des habitants du pays). Dans ce cinglant essai, Karine Parrot, juriste et membre du GISTI (Groupe d’information et de soutien des immigrés), met en lumière un aspect souvent ignoré de ce débat : à quoi servent au juste les frontières ? qu’est-ce que la nationalité ? Sur la base du droit, Karine Parrot montre que la frontière et la restriction des circulations humaines, sont indissociables d’une #hiérarchie_sociale des peuples à l’échelle mondiale. La #frontière signifie aux plus aisés que, pour eux, aucune frontière n’est infranchissable, tandis qu’elle dit aux autres que, pauvres, hommes, femmes, enfants devront voyager au péril de leur vie, de leur santé, de leur dignité. De l’invention de la #nationalité comme mode de gestion et de #criminalisation des populations (et notamment des pauvres, des « indigents », des vagabonds) jusqu’à la facilitation de la #rétention, en passant par le durcissement des conditions d’#asile et de séjour, ou encore les noyades de masse orchestrées par les gouvernements, l’Union européenne et leur officine semi-privée et militarisée (#Frontex), Karine Parrot révèle qu’il n’y a aucune raison vertueuse ou conforme au « #bien_commun » qui justifie les frontières actuelles des États. Le droit de l’immigration ne vise qu’à entériner la loi du plus fort entre le Nord et le Sud ; il n’a d’autre fin que conditionner, incarcérer, asservir et mettre à mort les populations surnuméraires que la « #mondialisation_armée » n’a de cesse reproduire à l’échelle du monde.


      https://lafabrique.fr/carte-blanche
      #Karine_Parrot #livre #migrations #frontières_nationales
      ping @karine4

  • Plus de 715.000 crabes chinois capturés dans un seul piège en Flandre Anne François - 17 Juin 2019 - VRT
    https://www.vrt.be/vrtnws/fr/2019/06/17/plus-de-715-000-crabes-chinois-captures-dans-un-piege-en-flandre

    La Société flamande pour l’environnement entame la construction d’un second piège à crabes chinois sur le cours d’eau à Wichelen, en Flandre orientale. Le premier piège, installé à Grobbendonk sur la Petite Nèthe, a en effet déjà permis de capturer 715.000 crabes poilus cette année. Il s’agit d’une espèce de crabes fouisseurs importée qui cause de gros dégâts aux plantes et animaux dans nos eaux, parce qu’elle mange tout ce qui se trouve sur le fond.

    L’entrepreneur commence ce lundi les travaux de béton au canal Kalkenvaart à Wichelen, afin de construire un second piège à crabes chinois", indique Katrien Smet de la Société flamande pour l’environnement. « Pourquoi à Wichelen ? Parce qu’on y trouve énormément de crabes poilus. En fait ces crabes sont signalés dans toute la Flandre, mais il n’est malheureusement pas possible de placer des pièges partout ».

    Ce piège a la forme d’une boite-aux-lettres, avec une fente étroite sur le dessus, et s’étend sur toute la largeur du lit du canal (photo). Les crabes peuvent ainsi entrer dans le piège par la fente, mais ne parviennent plus à en ressortir. Ils cherchent alors une sortie. Elle a la forme d’un tuyau le long duquel ils grimpent pour tomber dans un bac collecteur sur la rive.

    Détruire ou donner à manger aux poissons ?
    « Dans notre piège à Grobbendonk, en province anversoise, nous avons déjà capturé 715.000 crabes chinois depuis le début de cette année. Ce qui prouve que ce piège fonctionne bien », précise Katrien Smet de la Société flamande pour l’environnement. « Les crabes sont d’abord étourdis. Ensuite pour les broyons et nous les amenons à Rendac, parce qu’ils ne nous sont plus d’aucune utilité ici ».

    Rendac est l’entreprise qui réalise, à la demande des autorités, la collecte et transformation ou la destruction de déchets et cadavres animaux. « Entretemps, il s’agit d’une très grosse quantité de crabes et nous sommes en train de voir si nous ne pourrions trouver une autre façon de nous en débarrasser. Nous pensons à faire de ces crabes de la nourriture pour poissons », précise Katrien Smet.

    « Nous avons aussi été contactés par une firme qui voudrait les exporter à nouveau vers la Chine. En tant que gouvernement flamand, nous ne pouvons envisager cette piste pour l’instant. Mais nous allons la reconsidérer ».


    #Anvers #Flandres #Belgique #Chine #crabes #mondialisation #pollution #saloperie

  • Pourquoi il faut signer l’arrêt de mort du néolibéralisme - Joseph E. STIGLITZ The Guardian - 30 Mai 2019
    • Joseph E. Stiglitz est lauréat du prix Nobel d’économie, professeur à l’Université Columbia et économiste en chef à l’Institut Roosevelt.

    Depuis des décennies, les États-Unis et d’autres états mènent une politique de libre échange qui a échoué de façon spectaculaire.
    Quel type de système économique apporte le plus de bien-être au genre humain ? Cette question est devenue centrale aujourd’hui, car après 40 ans de néolibéralisme aux États-Unis et dans d’autres économies avancées, nous savons ce qui ne fonctionne pas.
    L’expérience néolibérale – réduction de l’impôt des riches, déréglementation des marchés du travail et des produits, financiarisation et mondialisation – a été un échec spectaculaire. La croissance est plus faible que pendant le quart de siècle qui a suivi la seconde guerre mondiale et elle n’a favorisé le plus souvent que ceux qui sont tout en haut de l’échelle. Après des décennies de revenus stagnants, ou même en baisse pour ceux qui se trouvent en dessous d’eux, il faut signer le certificat de décès du néolibéralisme et l’enterrer.


    Au moins trois grandes propositions politiques alternatives existent actuellement : le nationalisme d’extrême droite, le réformisme de centre gauche et la gauche progressiste (le centre-droit représentant l’échec néolibéral). Mais, à l’exception de la gauche progressiste, ces alternatives continuent d’adhérer à une forme d’idéologie qui a (ou aurait dû avoir) fait long feu.

    Le centre-gauche, par exemple, représente le néolibéralisme à visage humain. Son objectif est d’adapter au XXIe siècle les politiques de l’ancien président américain Bill Clinton et de l’ancien premier ministre britannique Tony Blair, en n’apportant que de légères modifications au système de financiarisation et de mondialisation actuel. La droite nationaliste, quant à elle, rejette la mondialisation, et accuse les migrants et les étrangers de tous les problèmes. Mais, comme l’a montré la présidence de Donald Trump, elle continue – du moins dans sa version étatsunienne – à réduire, avec zèle, les impôts des riches, à déréglementer et à réduire ou supprimer les programmes sociaux.

    En revanche, le troisième camp défend ce que j’appelle le capitalisme progressiste, qui propose un programme économique radicalement différent, fondé sur quatre priorités. La première consiste à rétablir l’équilibre entre les marchés, l’État et la société civile. La lenteur de la croissance économique, les inégalités croissantes, l’instabilité financière et la dégradation de l’environnement sont des problèmes nés du marché et ne peuvent donc pas être réglés par le marché. Les gouvernements ont le devoir de limiter et d’organiser le marché par le biais de réglementations en matière d’environnement, de santé, de sécurité au travail et autres. Le gouvernement a également pour tâche de faire ce que le marché ne peut ou ne veut pas faire, par exemple investir activement dans la recherche fondamentale, la technologie, l’éducation et la santé de ses électeurs.

    La deuxième priorité est de reconnaître que la « richesse des nations » est le résultat d’une enquête scientifique – l’étude du monde qui nous entoure – et d’une organisation sociale qui permet à de vastes groupes de personnes de travailler ensemble pour le bien commun. Les marchés gardent le rôle crucial de faciliter la coopération sociale, mais ils ne peuvent le faire que si des contrôles démocratiques les contraignent à respecter les lois. Autrement, les individus s’enrichissent en exploitant les autres et en faisant fructifier leurs rentes plutôt qu’en créant de la richesse par leur ingéniosité. Beaucoup de riches d’aujourd’hui ont emprunté la voie de l’exploitation pour arriver là où ils en sont. Les politiques de Trump ont favorisé les rentiers et détruit les sources de la création de richesse. Le capitalisme progressiste veut faire exactement le contraire.

    Cela nous amène à la troisième priorité : résoudre le problème croissant de la concentration du pouvoir du marché. En utilisant les techniques d’information, en achetant des concurrents potentiels et en créant des droits de douane à l’entrée, les entreprises dominantes peuvent maximiser leurs rentes au détriment des populations. L’augmentation du pouvoir des entreprises sur le marché, conjuguée au déclin du pouvoir de négociation des travailleurs, explique en grande partie la hausse des inégalités et la baisse de la croissance. À moins que le gouvernement ne joue un rôle plus actif que ne le préconise le néolibéralisme, ces problèmes vont probablement s’aggraver à cause des progrès de la robotisation et de l’intelligence artificielle.

    Le quatrième point clé du programme progressiste consiste à rompre le lien entre les pouvoirs économique et politique. Les pouvoirs économique et politique se renforcent mutuellement et se cooptent réciproquement, en particulier là où, comme aux États-Unis, des individus et des sociétés fortunés peuvent financer sans limites les élections. Dans le système étatsunien de plus en plus antidémocratique de « un dollar, une voix », il n’y a plus assez de ces freins et contre-pouvoirs si nécessaires à la démocratie : rien ne peut limiter le pouvoir des riches. Le problème n’est pas seulement moral et politique : les économies plus égalitaires sont en réalité plus performantes. Les capitalistes progressistes doivent donc commencer par réduire l’influence de l’argent en politique et par réduire les inégalités.

    On ne peut pas réparer les dégâts causés par des décennies de néolibéralisme d’un coup de baguette magique. Mais on peut y arriver en suivant le programme que je viens d’ébaucher. Il faudra que les réformateurs soient au moins aussi déterminés à lutter contre le pouvoir excessif du marché et les inégalités, que le secteur privé l’a été pour les générer.

    L’éducation, la recherche et les autres véritables sources de richesse doivent être au cœur des réformes. Il faudra protéger de l’environnement et lutter contre le changement climatique avec la même vigilance que les Green New Dealers aux États-Unis et Extinction Rebellion au Royaume-Uni. Et il faudra mettre en place des mesures sociales permettant à tous de mener une vie décente. Cela veut dire bénéficier de la sécurité économique, d’un travail et d’un salaire décent, de soins de santé et d’un logement convenable, d’une retraite garantie et d’une éducation de qualité pour ses enfants.

    Ce programme d’action n’a rien d’irréaliste ; ce qui serait irréaliste serait de ne pas le mettre en œuvre. Les alternatives proposées par les nationalistes et les néolibéraux engendreraient davantage de stagnation, d’inégalités, de dégradation de l’environnement et de colère, et pourraient avoir des conséquences que nous ne pouvons même pas imaginer.

    Le capitalisme progressiste n’est pas un oxymore. C’est au contraire l’alternative la plus viable et la plus dynamique à une idéologie qui a clairement échoué. Il constitue notre meilleure chance de sortir du marasme économique et politique actuel.

    Joseph E. STIGLITZ

    #néolibéralisme #capitalisme #financiarisation #mondialisation #nationalisme #réformisme #progressisme #pouvoirs #marchés #inégalités #Joseph_Stiglitz

    Sources : https://www.legrandsoir.info/pourquoi-il-faut-signer-l-arret-de-mort-du-neoliberalisme-the-guardian
    https://www.theguardian.com/business/2019/may/30/neoliberalism-must-be-pronouced-dead-and-buried-where-next

  • #Follow_the_things

    Few of us know. They seem to be untouched by human hands. But news stories, documentary films and artworks showing the hidden ingredients in our coffee, t-shirts, phones and countless other commodities keep appearing. They often ’expose’ unpleasant working conditions to encourage more ’ethical’ consumer or corporate behaviour. followthethings.com is this work’s ’online store’. Here you can find out who has followed what, why and how, the techniques they use to ’grab’ you, the discussions they provoke, the difference they can make, and how to follow things yourself.

    http://followthethings.com
    #objets #consommation #mondialisation #géographie_de_la_mondialisation #globalisation