• We just glimpsed how a “digital dollar” might work, thanks to coronavirus - MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/s/615412/we-just-glimpsed-how-a-digital-dollar-might-work-thanks-to-coronav

    Fabuleux... ainsi, ce qui a été refusé à la Grèce à la demande de Ianis Varoufakis par la Troika serait envisagé pour les Etats-Unis !!!
    La souffrance des Grecs devait donc être moins forte... "La misère serait moins pénible au soleil".
    A moins que ce ne soit tout simplement la loi du plus fort, comme toujours.

    How are these two things related? Many people need cash in their hands as soon as possible to make up for income lost to the pandemic and related shutdowns. On Wednesday, leaders in Congress struck a deal to make that happen. Under a bill that passed the Senate yesterday and is expected to quickly pass in the House, eligible Americans will be able to receive cash payments of up to $1,200 from the government.

    In the end, policymakers decided to dole out that money using existing methods, like direct bank account deposits and mailed paper checks. But at one point late in the debate, powerful Democrats in the House appeared to back the creation of a brand-new, government-run payment platform that would run on a digital version of the dollar.

    Even though the proposed system didn’t make the final cut for the coronavirus response bill, it appears the digital dollar got closer than ever to becoming a reality. And the pandemic-fueled crisis may just end up being an important turning point in the discussion.

    In some ways, the dollar is already digital. The digits in your bank account stand for dollars, and you can pay with dollars by swiping your credit card. But those digits in your bank account are debts that your bank owes you. A true digital dollar would be a debt the US government owes you. That’s also what physical cash represents. In most countries, a government IOU is less risky than an IOU from a commercial bank, particularly during a panic. Hence the popular reference to stockpiling cash under a mattress.

    But outside China, which appears to be on the verge of issuing a digital yuan, the discussion of so-called central bank digital currencies (CBDCs) has thus far been mostly theoretical. That’s certainly been true in the US, where the officials from the Federal Reserve have said repeatedly that the central bank has no plans to issue a digital dollar. Now the conversation may be getting more practical.

    The best evidence is a passage that appeared in an early draft of the House Democrats’ proposed economic relief plan. Like the bill Congress appears poised to pass, the older draft also called on the Department of the Treasury to make cash payments to US residents. But it also called on the Fed to create a digital currency system to dole out such payments. It charged the central bank with making “digital dollar wallets” available to all citizens and legal permanent residents of the US as well as “business entities for which the principal place of business is located in the United States.”

    The draft bill outlined a concept called “FedAccounts.” Today, the Fed offers accounts only to banks. Under FedAccounts, it would offer them to all Americans. Since the US doesn’t require commercial banks to offer an account to anyone who wants one, “the banking system finds a way to exclude people who aren’t profitable,” says Morgan Ricks, a professor at Vanderbilt Law School who coauthored the academic paper that coined the term “FedAccounts” and introduced the idea in 2018. The government could solve that problem by turning retail banking into a public service, he argues.

    The FedAccounts language was eventually scrubbed. But the fact that it appeared in a draft of such an important bill suggests that House Speaker Nancy Pelosi takes the idea seriously. Plus, a similarly worded proposal has already appeared in a new draft Senate banking bill that is unrelated to the pandemic.

    It’s no surprise that the digital dollar was removed from the relief package. Setting up the FedAccounts system would be “really complicated,” says Jai Massari, a partner at the Washington, DC, law firm Davis Polk & Wardwell, who represents clients ranging from big banks to financial technology companies. “That is a big tech build, it raises lots of legal questions of all sorts, and it is not practical as a way to get immediate stimulus payments out to individuals.”

    Nonetheless, now that the idea has made it this far, it would not be surprising to see it reemerge down the road and be considered more seriously then, she says.

    Ricks agrees that launching FedAccounts should be nowhere near the top of Congress’s priority list right now. But in theory, it could work better than the tools the government has now for distributing cash payments during economic crises like this one, he says.

    Democratic aides in the Senate told the New York Times that under the deal congressional leaders have agreed on, eligible Americans will be able to get their cash payments via direct bank deposit, provided the Internal Revenue Service has their account information on file. In that case, it would arrive just a few weeks after the president signs the bill into law, according to that report. But if the IRS does not have that information for you, the money would come as a check, and you would have to wait up to four months for it.

    That’s not ideal, says Ricks, because it puts those without bank accounts at a severe disadvantage. The Federal Deposit Insurance Corporation estimated in 2017 that 6.5% of American households are “unbanked,” meaning that no one has a checking or savings account. People without bank accounts can use check cashing services, but those services charge fees. Another option would be to use the Treasury Department’s Direct Express Mastercard, a prepaid card the government already uses to distribute benefits. But these cards are not a great solution either, because they aren’t reloadable, says Ricks.

    Ultimately, however, even if it’s true the system could be improved with FedAccounts, such a change would cause significant disruption to the banking system in the US. And some of the potential implications are hard to predict, says Massari. The Fed doesn’t have experience providing retail services to millions of people. Would people be inclined to use these services? If so, how would that change what the Fed is? How would it change what commercial banks are? “This would be really big,” Massari says.

    #Monnaie_numérique

  • Coronavirus : une opportunité pour une politique monétaire au bénéfice de tous - Le Temps
    https://www.letemps.ch/economie/coronavirus-une-opportunite-une-politique-monetaire-benefice

    L’idée d’une monnaie fondante pour relancer une consommation locale, adaptée à la transition écologique. Une vision d’avenir plus intéressante que le « soutien aux banques » de 2008... et que celles-ci attendent encore aujourd’hui.

    Auteur externe
    Par Solène Morvant-Roux (Unige) et Jean-Michel Servet (IHEID)
    Publié lundi 23 mars 2020 à 20:48

    Chaque crise donne lieu, auprès de nombreux acteurs, à un refus d’intervenir de toute urgence. Puis on entend une litanie de contritions : « plus jamais ça ». On l’a entendu en 2007-2008. L’actuelle pandémie n’y échappe pas. Dès que le danger paraît s’éloigner, on constate aussi que les leçons pour y remédier sont rarement pleinement tirées. Et les bonnes résolutions spectaculairement annoncées sont pour la plupart oubliées. Difficile de penser qu’il en ira autrement demain.
    Solène Morvant-Roux (Unige). DR

    La récession, voire la dépression, qui s’annonce doit être immédiatement anticipée au vu de l’ampleur de la pandémie et de possibles rebonds, localisés ou non. Le contexte actuel est propice à des politiques audacieuses par leur ampleur et le degré d’innovation économique et sociale.

    A la suite de la crise de 2007-2008, de façon plus ou moins rapide selon les pays, la plupart des banques centrales ont ouvert aux institutions financières de larges possibilités de refinancement en rachetant des titres financiers qu’elles détenaient. Le but étant de redonner des moyens de répondre aux besoins de financement des acteurs économiques.

    Une nouvelle forme d’assouplissement quantitatif

    Les limites d’un ciblage de ce soutien vers le secteur financier sur l’économie réelle sont reconnues. On a assisté à un accroissement considérable d’une « surliquidité » propice à une finance spéculative. Elle alimente un accroissement du prix des actifs financiers et de l’immobilier. Comment, avec un surendettement massif des entreprises, et plus encore des ménages, sortir de l’inéluctable récession par une injection de capacités supplémentaires pour le secteur financier ? Alors que la baisse des revenus ne peut qu’accroître le poids relatif de cette dette et diminuer la capacité des acteurs économiques à faire face à leurs échéances. Le niveau actuel des taux d’intérêt empêche qu’ils puissent susciter un redémarrage de la machine économique.

    Pour être efficace rapidement, un quantitative easing nouveau devra cibler plus largement les différents acteurs. Non pas directement les établissements financiers, mais l’ensemble de la population, comme un revenu universel de citoyenneté : égal pour tous mais, dans ce cas, limité dans le temps.

    D’abord pour les chômeurs et les indépendants sans revenu

    Ce revenu distribué de façon inconditionnelle pourrait être mis en place tant à un niveau national ou fédéral qu’à celui des collectivités territoriales décentralisées. Ce serait par ailleurs une façon de l’expérimenter. Sa distribution devrait se faire au rythme de la reprise des capacités de production et d’échange. Inutile de distribuer un revenu additionnel auquel ne correspondrait pas une production effective. Mais les salariés privés d’emploi et les indépendants victimes d’une réduction drastique de leur activité, et donc de leurs revenus, devraient être les premiers à le recevoir.

    Afin qu’en bénéficient même les plus jeunes et ceux qui ne sont pas clients de banque ou de caisse d’épargne, il ne devrait pas être distribué sur des comptes. Il devrait l’être comme une carte personnelle de paiement utilisable chez les prestataires de biens et services. La carte serait débitée au fur et à mesure des dépenses à la manière des anciennes cartes téléphoniques ; à la différence qu’elle serait nominale. Il serait ainsi possible de cibler les dépenses en ne permettant que celles jugées utiles par une commission de parties prenantes.

    Soutenir la lutte contre le réchauffement

    Les investissements pour faire face au changement climatique pourraient aussi être encouragés en augmentant automatiquement, auprès des commerçants habilités à recevoir ces paiements, la capacité de dépenses de l’avoir sur la carte, grâce à une traçabilité de son usage. De même pour les dépenses culturelles et sportives dont l’impact environnemental est limité. Cet avoir devrait aussi pouvoir être converti en monnaies locales complémentaires car celles-ci favorisent les circuits courts.

    Dans l’incertitude actuelle, on peut redouter qu’une partie des populations ne préfère thésauriser cette capacité de dépense. Son objectif de relance serait alors limité. Il est possible, par une distribution de carte de paiement, de prévoir que cette monnaie soit fondante : tous les mois, de façon automatique, sa valeur décroîtrait. On pourrait aussi permettre de transmettre cet avoir à des associations caritatives, qui pourraient redistribuer ce revenu additionnel.

    Nous sommes aujourd’hui soumis à l’urgence du quotidien. Cela ne doit pas nous empêcher d’anticiper les issues de cette crise, comme opportunité de nouvelles façons de vivre ensemble.

    #Sortie_de_crise #Monnaie_fondante

  • 1) l’hôpital public qui fonctionne bien, qui s’occupe convenablement des malades, qui est doté de moyens suffisants pour absorber l’essentiel des problèmes de santé de la population, n’est pas rentable pour une banque. Seule la clinique ultra-moderne pour clientèle botoxée permet de générer de juteux bénéfices.
    2) La banque ne privilégie donc pas l’hôpital public, et comme c’est elle qui finance l’État, elle prie celui-ci de ne pas trop dépenser dans ce gouffre financier.
    3) L’État dépèce ce service public, afin que seul subsiste l’hôpital « pour qui peut payer » - et donc développer davantage le système des mutuelles privées. Réductions drastiques de moyens.
    4) Faire pleurer sa femme devant tout le monde que le service public est en difficulté en ne disant surtout pas où est le principal fautif, cela risquerait de provoquer des scènes de ménage.
    5) Collecter des pièces jaunes des bouseux en leur disant que c’est décidé, on va sauver l’hôpital tous ensemble. #winwin #lastartupnation
    6) Bien rigoler.

    Et si c’était vous et non les banques qui deviez décider quoi financer, où mettriez vous votre monnaie ?

    #monnaielibre #dividendeuniversel #théorierelativedelamonnaie #TRM #Ğ1

    https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/brigitte-macron/avec-la-fondation-on-va-se-battre-avec-eux-brigitte-macron-lance-l-oper

  • C’est la crise, on vous dit ! Serrez-vous la ceinture, on vous dit !

    Conséquence directe de l’utilisation d’une monnaie dette qui ne fait qu’amplifier les inégalités et les crises pour certains tandis que d’autres pillent allègrement. C’est la gravité inversée, le ruissellement vers le haut.

    #monnaie_libre #dividende_universel #Ğ1

    https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/versements-records-aux-actionnaires-du-cac-40-en-2019-1161373

  • An elegy for cash: the technology we might never replace - MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/s/614998/an-elegy-for-cash-the-technology-we-might-never-replace

    This is a feature of physical cash that payment cards and apps do not have: freedom. Called “bearer instruments,” banknotes and coins are presumed to be owned by whoever holds them. We can use them to transact with another person without a third party getting in the way. Companies cannot build advertising profiles or credit ratings out of our data, and governments cannot track our spending or our movements. And while a credit card can be declined and a check mislaid, handing over money works every time, instantly.

    We shouldn’t take this freedom for granted. Much of our commerce now happens online. It relies on banks and financial technology companies to serve as middlemen. Transactions are going digital in the physical world, too: electronic payment tools, from debit cards to Apple Pay to Alipay, are increasingly replacing cash. While notes and coins remain popular in many countries, including the US, Japan, and Germany, in others they are nearing obsolescence.

    This trend has civil liberties groups worried. Without cash, there is “no chance for the kind of dignity-preserving privacy that undergirds an open society,” writes Jerry Brito, executive director of Coin Center, a policy advocacy group based in Washington, DC. In a recent report, Brito contends that we must “develop and foster electronic cash” that is as private as physical cash and doesn’t require permission to use.

    The central question is who will develop and control the electronic payment systems of the future. Most of the existing ones, like Alipay, Zelle, PayPal, Venmo, and Kenya’s M-Pesa, are run by private firms. Afraid of leaving payments solely in their hands, many governments are looking to develop some sort of electronic stand-in for notes and coins. Meanwhile, advocates of stateless, ownerless cryptocurrencies like Bitcoin say they’re the only solution as surveillance-proof as cash—but can they be feasible at large scales?

    We tend to take it for granted that new technologies work better than old ones—safer, faster, more accurate, more efficient, more convenient. Purists may extol the virtues of vinyl records, but nobody can dispute that a digital music collection is easier to carry and sounds almost exactly as good. Cash is a paradox—a technology thousands of years old that may just prove impossible to re-create in a more advanced form.

    https://datawrapper.dwcdn.net/tBD3Z/2

    That’s why it would be a problem if Sweden were to go completely “cashless,” Söderberg says. He and his colleagues fear that if people lose the option to convert their bank money to government money at will and use it to pay for whatever they need, they might start to lose trust in the whole money system. A further worry is that if the private sector is left to dominate digital payments, people who can’t or won’t use these systems could be shut out of the economy.

    This is fast becoming more than just a thought experiment in Sweden. Nearly everyone there uses a mobile app called Swish to pay for things. Economists have estimated that retailers in Sweden could completely stop accepting cash by 2023.

    Creating an electronic version of Sweden’s sovereign currency—an “e-krona”—could mitigate these problems, Söderberg says. If the central bank were to issue digital money, it would design it to be a public good, not a profit-making product for a corporation. “Easily accessible, simple and user-friendly versions could be developed for those who currently have difficulty with digital technology,” the bank asserted in a November report covering Sweden’s payment landscape.

    The Riksbank plans to develop and test an e-krona prototype. It has examined a number of technologies that might underlie it, including cryptocurrency systems like Bitcoin. But the central bank has also called on the Swedish government to lead a broad public inquiry into whether such a system should ever go live. “In the end, this decision is too big for a central bank alone, at least in the Swedish context,” Söderberg says.

    Cash is already dying out on its own in China, thanks to Alipay and WeChat, the QR-code-based apps that have become ubiquitous in just a few years. It’s been estimated that mobile payments made up more than 80% of all payments in China in 2018, up from less than 20% in 2013.

    It’s not clear how much access the government currently has to transaction data from WeChat Pay and Alipay. Once it issues a sovereign digital currency—which officials say will be compatible with those two services—it will likely have access to a lot more. Martin Chorzempa, a research fellow at the Peterson Institute for International Economics in Washington, DC, told the New York Times in October that the system will give the PBOC “extraordinary power and visibility into the financial system, more than any central bank has today.”

    With Bitcoin, although transactions are public, users don’t have to reveal who they really are; each person’s “address” on the public blockchain is just a random string of letters and numbers. But in recent years, law enforcement officials have grown skilled at combining public blockchain data with other clues to unmask people using cryptocurrencies for illicit purposes. Indeed, in a July blog post, Libra project head David Marcus argued that the currency would be a boon for law enforcement, since it would help “move more cash transactions—where a lot of illicit activities happen—to a digital network.”

    Robleh Ali, a research scientist at MIT’s Digital Currency Initiative, says digital currency systems from central banks may need to be designed so that the government can “consciously blind itself” to the information. Something like that might be technically possible thanks to cutting-edge cryptographic tools like zero-knowledge proofs, which are used in systems like Zcash to shield blockchain transaction information from public view.

    However, there’s no evidence that any governments are even thinking about deploying tools like this. And regardless, can any government—even Sweden’s—really be trusted to blind itself?

    With no middleman like a bank attesting that a transaction took place, each transaction has to be validated by a majority of the nodes in a cryptocurrency’s network, which can number many thousands. But this requires an immense expenditure of computing power, and it’s the reason Bitcoin transactions can take more than an hour to settle.

    A currency like Libra wouldn’t have this problem, because only a few authorized entities would be able to operate nodes. The trade-off is that its users wouldn’t be able to trust those entities to guarantee their privacy, any more than they can trust a bank, a government, or Facebook.

    In summary, we have three avenues for the future of digital money, none of which offers the same mix of freedom and ease of use that characterizes cash. Private companies have an obvious incentive to monetize our data and pursue profits over public interest. Digital government money may still be used to track us, even by well-intentioned governments, and for less benign ones it’s a fantastic tool for surveillance. And cryptocurrency can prove useful when freedoms are at risk, but it likely won’t work at scale anytime soon, if ever.

    How big a problem is this? That depends on where you live, how much you trust your government and your fellow citizens, and why you wish to use cash. And if you’d rather keep that to yourself, you’re in luck. For now.

    #Monnaie_numérique #Bitcoin #Libra #Cash #Banques #Confiance

  • Le franc CFA, objet d’une réforme sous contrôle - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/221219/le-franc-cfa-objet-d-une-reforme-sous-controle

    Contrairement à leurs consœurs africaines, les grandes rédactions parisiennes avaient été cependant mises au courant à l’avance de ce que dirait le président français lors de sa conférence de presse avec Alassane Ouattara, et avaient donc compris que le #franc_CFA était le principal objet de sa venue en Côte d’Ivoire. [...]

    Cette réforme, préparée secrètement par la France et Alassane Ouattara, remet par ailleurs en question le projet de monnaie unique de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (#Cedeao), dont font partie les pays de l’#Uemoa.

    #françafrique #monnaie #colonialisme

  • Au temps pour moi… | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/anice-lajnef/blog/010218/au-temps-pour-moi

    En quelque sorte, la #banque nous prête une somme d’#argent en contrepartie de l’#hypothèque de notre futur, en somme de notre propre personne. Cette pression socioéconomique peut parfois être ressentie par les plus libres d’entre nous comme un #esclavage dit moderne. Ce cas de figure concerne peu d’individus, au grand bonheur des instigateurs de ce modèle économique !

    A l’occasion, sachant que la #monnaie moderne est la coquille de l’#endettement, toute monnaie possédée par nous est en réalité une fraction d’une #dette contractée par un couple, une entreprise, ou l’Etat. Dit autrement, toute monnaie échangée, est en réalité une fraction du futur d’un individu gagé auprès d’une banque.

    Une autre conséquence encore plus étrange de ce système est la suivante. Comme la monnaie en circulation est à 90% la matérialisation de nos dettes, si chacun de nous décidait de rembourser ses dettes, la masse monétaire se contracterait d’une telle façon que notre modèle économique imploserait. Notre #économie ne tient que par la dette.

  • Faut-il changer de monnaie pour sauver le monde ?
    https://usbeketrica.com/article/faut-il-changer-monnaie-sauver-monde

    Puisque la monnaie n’est créée que par de la dette, si une banque crée 100 euros sous forme d’un crédit à un particulier et exige avec intérêt un remboursement total qui s’élèvera à 200 euros, les 100 euros supplémentaires devront pour être remboursés être générés… par la création d’une nouvelle dette, elle-même porteuse d’intérêts supplémentaires, engendrant une inflation monétaire sans fin.

    Ceci pose la question du lien entre création monétaire et croissance économique. Lorsque l’économie croît, il est nécessaire de produire plus de monnaie puisqu’il y a plus de biens et services à échanger. Mais le cercle infernal décrit ci-dessus sous-entend que la mécanique pourrait être inversée : la monnaie définie comme une dette avec taux d’intérêt rend indispensable la croissance économique pour rembourser une dette qui grossit inéluctablement. Dit autrement : la monnaie est aujourd’hui un pari sur la production de richesses futures, et son remboursement avec intérêts signifie que la création de plus de monnaie est donc un pari sur toujours plus de production de richesses.

    Le monopole laissé aux banques commerciales (...) a abouti à ce déséquilibre effarant : jusqu’à 98 % de l’argent existant ne sert pas l’économie réelle. Selon Ariane Tichit, seuls 2 % de la monnaie servirait à la consommation, à l’investissement ou à la production. « Tout le reste sert à l’accumulation de richesses, à travers notamment la spéculation, l’achat d’actions qui prennent de la valeur. C’est une sorte d’augmentation complètement artificielle et qui nous échappe », dénonce l’économiste dans sa vidéo TEDx.

    #économie #dette #monnaie #croissance #décroissance #écologie

  • A-t-on enterré trop vite le cash ? Le Temps du débat par Emmanuel Laurentin - 30 Octobre 2019 - france culture

    "Bitcoin", "Lydia", "Libra" ... La disparition du cash est annoncée depuis plusieurs années, et dans certains pays (Chine, Suède) les espèces deviennent obsolètes. A-t-on encore besoin du cash ? Quels avantages, quels inconvénients ? A qui profite de la disparition des espèces, et qui en pâtit ?

    https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10175-30.10.2019-ITEMA_22189496-0.mp3

    Création récente de la monnaie virtuelle initiée par Facebook, la Libra, lancement possible d’une crypto monnaie en Chine, création d’un service Uber Money : toutes ces nouvelles récentes laissent présager le pire pour la survie des monnaies classiques telles que nous les connaissions sous leur forme papier ou métallique. Et une même petite musique laisse entendre que pour des raisons fiscales et de lutte contre le blanchiment en particulier les gouvernements voudraient se débarrasser du cash. Pourtant il y a dix jours, la Monnaie de Paris rendait un diagnostic exactement inverse, imaginant la survie du paiement en espèces.

    • Entretien avec Manuel Valente, directeur de CoinHouse, pour le Journal du Net, le 05/07/2018
    • Entretien avec Jeanne Lazarus , « Les Français semblent mûrs » , Le Parisien le 23/08/2014
    • Sur la Monnaie de Paris et son PDG, Marc Schwartz : Monnaie de Paris : comment le nouveau patron veut consolider le modèle économique, Les Echos, le 17/05/2019 et La Monnaie de Paris ne croit pas à la disparition du cash, Les Echos, le 21/10/2019

    #argent #cash #banques #finances #blokchain #économie #monnaie #euro #argent #bitcoin #libra #économie #europe #union_européenne #contrôle #confiance #Suède #liberté #blockchain #flicage #crypto-monnaie #monnaie_numérique #confiance

  • China’s Cryptocurrency Plan Has a Powerful Partner: Big Brother - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/10/18/technology/china-cryptocurrency-facebook-libra.html

    BEIJING — When Facebook announced plans this year for a cryptocurrency called Libra, it said its goal was to reinvent money for the internet age. What the company probably didn’t imagine was that its efforts might spur China to get there first.

    China wants to start replacing the cash that people carry with a digital currency soon, a long-discussed project that went into overdrive after Libra was unveiled in June. Facebook has been fighting to defend its initiative against skeptical regulators, and key corporate partners have pulled out of the project. But Beijing’s ambitions appear to be moving ahead at full speed.

    The system emerging in China looks very different from Bitcoin and other cryptocurrencies that enthusiasts have championed as tools of emancipation from big banks and governments.

    A state-issued e-currency would help China’s government know more — much, much more — about how its citizens spend their money, giving it sweeping new powers to fight crime and manage the economy while also raising privacy concerns.
    Interested in All Things Tech?

    The Bits newsletter will keep you updated on the latest from Silicon Valley and the technology industry.

    “It’s extraordinary power and visibility into the financial system, more than any central bank has today,” said Martin Chorzempa, a research fellow at the Peterson Institute for International Economics in Washington.

    Not even half a year has passed since Facebook unveiled Libra, but the tech giant’s foray into finance has been met with a steady stream of doubts and questions.

    The Federal Reserve says it has “serious concerns.” European officials have threatened to block the project from moving ahead on the Continent. Mark Zuckerberg, Facebook’s chief executive, is set to appear on Capitol Hill next week to discuss the plans.

    For Beijing, Libra has provided another urgent motive for digitizing the currency. China blocks Facebook’s platforms within its borders, but Chinese leaders see in Libra the potential start of a new world financial system, one that could bulldoze the traditional authority of governments and central banks — China’s included.

    “If Libra is accepted by everyone and becomes a widely used payment tool, then after some time, it is entirely possible that it will develop into a global, super-sovereign currency,” Mu Changchun, a top official at China’s central bank, said in a recent online lecture. “We need to plan ahead to protect our monetary sovereignty.”

    Facebook says Calibra, its digital wallet for holding and spending Libra, will require ID verification, and the company is vowing to use your financial data responsibly. It says it will not, for instance, take note of your pain reliever purchases to push Instagram ads for clinics.

    China has suggested that it, too, will keep spending information away from marketers — but not from the authorities. The banks and electronic payment companies that will distribute the new digital currency already require users to authenticate their names and identities. And officials have made clear that the central bank will be able to view data on transactions.

    Chinese consumers have for years paid for everything with their phones, and the country’s two dominant mobile payment services, Alipay and WeChat Pay, have become pillars of the Chinese economy. Alipay says it has processed as many as 256,000 payments per second. By comparison, Visa says it can handle 65,000. Libra is promising to do 1,000, at least at the start.

    But many transactions on the Chinese platforms move exclusively between digital wallets, never making contact with the state-dominated banking system. That means the Chinese government has to go through the platforms’ privately owned parent companies, Ant Financial and Tencent, if it wants to track and scrutinize those movements.

    Not so with the new e-currency.

    #Monnaie_numérique #Libra #Chine #Surveillance

  • Les androids rêvent d’une monnaie électrique | www.nouveau-magazine-litteraire.com
    https://www.nouveau-magazine-litteraire.com/nouvelles-technologies/les-androids-r%C3%AAvent-dune-monnaie-%C3%A9lectrique

    Pour un groupe de transhumanistes, accéder à la vie éternelle demandait d’abord la création d’une nouvelle monnaie. Finn Brunton raconte cette histoire digne d’un roman de science-fiction dans Digital Cash, paru en juin chez Princeton University Press.

    Par Sandrine Samii.

    Créer une nouvelle monnaie n’est pas qu’un projet technique ou économique, mais une nouvelle proposition sociale, un pari pour l’avenir. « L’histoire de la monnaie numérique [nous montre] un exemple particulièrement vivide de l’utilisation de l’argent et des nouvelles technologies pour raconter des histoires sur le futur », raconte Finn Brunton, professeur au département Médias, Culture et Communication de l’université de New York. Dans Digital Cash, il explore plusieurs projets de cryptomonnaies, des monnaies entièrement numériques, jusqu’à la concrétisation de l’un d’entre eux : Bitcoin.

    Bitcoin et la blockchain sont le résultat de décennies de recherches sur la cryptographie, les réseaux peer-to-peer, la signature et l’horodatage de fichiers numériques. Au début de cette chaîne, on trouve le mouvement cypherpunk – des informaticiens et des mathématiciens intéressés par le développement de mécanismes informatiques de cryptographie. Ses participants forment un groupe hétérogène, aux objectifs variés : protéger leurs informations personnelles, garantir la confidentialité des échanges, échapper au contrôle que de grandes entreprises ou des États voudraient exercer sur le Web.

    À lire : Digital Cash. The Unknown History of the Anarchists, Utopians, and Technologists Who Created Cryptocurrency, Finn Brunton, Princeton University Press, 272p., 26,95 $

    Et l’interview de Finn Brunton
    https://www.nouveau-magazine-litteraire.com/entretien-nouvelles-technologies/finn-brunton-%C2%AB-le-libra-est-%C3%A0-la-fois-une-bri

    On parle beaucoup de l’impact d’Ayn Rand dans la Silicon Valley, mais dans Digital Cash vous mentionnez un grand nombre d’histoires et d’auteurs de science-fiction. Quelle influence a eu la sci-fi sur les Extropiens ?

    Finn Brunton : La philosophie et le mouvement des Extropiens sont en partie construits sur une sensibilité pour la science-fiction – et spécifiquement la science-fiction américaine optimiste, couvrant toute la galaxie, très individuelle, axée sur la technologie et les gadgets – du cercle d’auteurs de John W. Campbell : pensez Heilein, Asimov et van Gogt, pas Lem, Ballard, Le Guin ou les frères Strugatsky. C’est l’habilité d’une personne rationnelle, forte, le « competent man » avec les bons outils et le bon équipement, à transcender toutes les limitations humaines, de la mortalité, de la société, du temps et de l’espace. À cela, ils ont ajouté un thème cyberpunk sur les technologies numériques et d’identité – notamment avec le classique de Vernor Vinge, True Name (1), qui a aussi beaucoup influencé les activistes de la cryptographie, ou cypherpunks. Entre True Names et son essai sur le concept de la Singularité, l’importance de l’influence de Vinge a vraiment été très sous-estimée.

    Que pensez-vous du projet de Facebook de créer une forme de cryptomonnaie avec Libra ?

    F. B. : C’est à la fois une brillante stratégie de création de revenus pour l’entreprise, et une initiative terrible – l’aveu que l’objectif à long terme est de contrôler les transactions, les frais, les intérêts, les marges, les données en plus des publicités qui entraînent ces transactions. Cela reflète l’urgence qu’il y a de créer de meilleures banques, particulièrement pour ceux qui n’en ont pas actuellement, puisque l’alternative est maintenant la réapparition des monnaies d’entreprises.

    #Finn_Brunton #Monnaie_numérique #Extropiens #Transhumanisme

  • POLITIQUE MONÉTAIRE
    Alerte rouge sur le marché monétaire
    18 SEPTEMBRE 2019 PAR MARTINE ORANGE

    Pour la première fois depuis 2009, la #Réserve_fédérale a dû intervenir en urgence sur le marché monétaire, en y injectant 130 milliards de dollars. Les responsables tentent de rassurer en expliquant qu’il s’agit d’un mauvais concours de circonstances. Les raisons semblent beaucoup plus profondes : le système financier croule sous trop de #dettes à court terme.

    Tous y pensent. Forcément. L’intervention en urgence de la #Réserve fédérale américaine mardi 17 septembre sur le marché monétaire a ravivé de mauvais souvenirs. « Cela ressemble au scénario d’août 2007, quand les #banques n’arrivaient plus à trouver d’argent sur les marchés », relève l’économiste spécialiste du monde financier, Laurence Scialom, professeur à l’université Paris Ouest.

    Spontanément, l’ancien banquier Jean-Michel Naulot fait lui aussi le rapprochement avec août 2007, considéré désormais comme le début de la #crise financière. « Jean-Claude Trichet [alors président de la #BCE – ndlr] s’était félicité par la suite des interventions spectaculaires mises en œuvre pour enrayer la crise de liquidité. Il avait débloqué alors 90 milliards d’euros », se rappelle-t-il.

    La FED a décidé d’agir de façon encore plus spectaculaire mardi. En une seule journée, elle a débloqué 53 milliards de dollars pour assurer les financements sur le marché monétaire. Dans la soirée, elle a annoncé qu’elle allait remettre 75 milliards de dollars mercredi pour stabiliser le marché.

    C’est la première fois depuis l’automne 2009 que la #banque centrale américaine est obligée de s’engager sur le marché monétaire pour ramener les #taux d’intérêts à des niveaux plus supportables sur le marché du « #repo » (repurchase agreement). Ce marché permet aux intervenants financiers (banques, #fonds, #hedge_funds) de trouver l’argent dont ils ont besoin le temps d’une nuit. En échange des fonds prêtés, ils déposent des titres en garantie, le plus souvent des bons du Trésor ou des obligations d’État. Considérés comme très peu risqués car à très court terme et garantis, ces prêts sur le marché du « repo » évoluent à des taux avoisinants ceux de la FED, autour de 2-2,25 %.

    Sauf que mardi, tout s’est déréglé. Dès l’ouverture, les signaux rouges ont commencé à clignoter : les taux étaient à plus de 4 % et ont continué à s’envoler pour aller jusqu’à 10 %. Jusqu’à ce que la Fed annonce en catastrophe qu’elle apportait les liquidités nécessaires pour assurer les opérations de refinancement et prévenir une contagion qui commençait à gagner d’autres marchés, notamment celui des créances commerciales.

    L’effet de son intervention n’a tenu que quelques heures. À la clôture, les taux sur le « repo » étaient à nouveau à plus de 4 %, obligeant la Réserve fédérale à faire une nouvelle annonce d’apport de 75 milliards de dollars de liquidités supplémentaires pour mercredi.

    Une intervention d’une banque centrale sur les marchés, et encore plus quand il s’agit de la FED, est porteuse de doutes et d’inquiétudes. Les premiers messages envoyés se sont donc voulus très rassurants. Ce qui s’était passé mardi n’était lié qu’à une addition de facteurs techniques, un malheureux concours de circonstances, à en croire certains analystes.

    Le 15 septembre, les entreprises américaines devaient payer leurs impôts, ce qui a réduit le volume des financements disponibles sur le marché, expliquent-ils. Dans le même temps, le Trésor américain a lancé de nouvelles émissions correspondant à 78 milliards de dollars, qui devaient être payées en début de semaine, ce qui a participé au siphonnage des liquidités existantes. De plus, le même Trésor américain aurait souhaité augmenter ses réserves, jugées trop basses, auprès de la Fed, ce qui aurait contribué à encore diminuer l’argent. Enfin, les attaques contre les infrastructures saoudiennes auraient provoqué un choc en retour sur les marchés.

    L’ennui de toutes ces explications circonstanciées est qu’elles résistent mal aux faits : les tensions sur le marché monétaire n’ont pas commencé mardi ni même lundi. Depuis août, des observateurs commencent à s’inquiéter des problèmes de liquidités sur les marchés. Dès la semaine dernière – c’est-à-dire avant la date d’échéance des impôts pour les sociétés, les enchères du Trésor américain, ou les attaques contre l’Arabie saoudite –, des alertes clignotaient ici et là, des traders parlaient des difficultés rencontrées pour trouver des refinancements.

    Les responsables politiques et nombre d’observateurs n’ont pas pris conscience de ce qui se joue actuellement. Pour eux, le critère de la bonne santé économique et financière se limite aux marchés actions. Or, ceux-ci volent de record en record, affichant « la plus grande déconnexion avec l’économie réelle depuis 2007 », comme le souligne Saxobank dans son dernier rapport trimestriel. Mais sur les autres marchés – monétaires, obligataires, des changes… – des frictions se nouent, loin du regard du public, et commencent à émerger, se traduisant par des volatilités accrues.

    « Il semble qu’il y a quelque chose de sous-jacent dont on ne sait rien encore », confie Scott Skyrm, trader sur les marchés des « repos » au Wall Street Journal. « Les crises de liquidités, compte tenu de leur effet déflagrateur, se gèrent dans le plus secret. Ce n’est qu’après que l’on apprend ce qui s’est passé. Mais je pense que la Réserve fédérale, qui s’était engagée dans un resserrement monétaire, a eu des signaux de tensions dès décembre. D’où sa volte-face sur sa politique monétaire en janvier », poursuit Jean-Michel Naulot.

    Alors que les banques centrales ont déversé plus de 6 000 milliards de dollars dans le système financier, que les marchés croulent littéralement sous l’argent, comment est-il possible que la liquidité vienne à manquer ? « Le problème, ce n’est pas un manque de liquidités, mais la question de sa circulation, de son affectation. Trop d’argent a été alloué à de mauvais endroits », relève Laurence Scialom.

    Ce sont les raisons profondes des soubresauts actuels : la création monétaire laissée à la disposition du monde financier, totalement en roue libre, a conduit à un système basé sur la dette. Une dette, notamment privée, qui a pris des proportions encore plus astronomiques depuis la crise financière. Dans tous les secteurs, sur tous les marchés, des positions de plus en plus risquées ont été prises, en s’appuyant sur des effets de levier gigantesques. « Et c’est de la dette à très court terme », relève Laurence Scialom. C’est ce que traduisent aussi les difficultés sur le marché du « repo » : il s’agit de positions financières prises à très court terme, pouvant se déboucler très rapidement, et qui sont refinancées au jour le jour sur le marché, pas d’investissements « durs » dans l’économie réelle.
    « L’augmentation des “repos” et des autres taux à court terme est révélatrice de la réduction du montant du bilan que les intermédiaires financiers souhaitent ou sont capables de fournir à ceux qui recherchent un financement à court terme », avertit Tony Crescenzi de la société de gestion Pacific Investment Management. D’autant qu’au même moment, ajoute Jean-Michel Naulot, « l’accroissement du #déficit budgétaire américain, qui risque de dépasser les 1 000 milliards de dollars, crée des besoins de financement extraordinaires ».

    Alors que les incertitudes sur l’économie mondiale grandissent, le choix des intermédiaires financiers qui ont de l’argent à placer est vite fait : ils achètent des bons du trésor et autres titres souverains américains, considérés comme le meilleur placement sans risque dans les temps compliqués. Ce qui participe à raréfier les possibilités de refinancement.

    Ces convulsions sur le marché monétaire tombent au pire moment pour la FED. Mercredi et jeudi, les membres de la Réserve fédérale se réunissent pour définir la politique monétaire dans les mois à venir. Mis sous pression par Donald Trump depuis des mois, le président de la FED, Jerome Powell, avait déjà évoqué la possibilité de renouer avec une politique monétaire plus accommodante, et d’abaisser les taux afin de soutenir l’économie américaine dans ces temps incertains. Mais il va peut-être être condamné à faire plus, beaucoup plus. 

    Car l’intervention de la #FED pour calmer la fièvre sur le #marché monétaire a jeté le doute et le trouble dans les esprits. Inévitablement, la question de la confiance va se poser sur les #marchés. Les #investisseurs risquent de recommencer à traquer les actifs les plus risqués, les acteurs ou les sociétés jugées les faibles, au risque de provoquer une crise qu’ils redoutent.

    Pour rétablir la confiance, la FED va devoir mettre tout son crédit dans la balance. Déjà certains prédisent le retour prochain – avant la fin de l’année, disent-ils – et inévitable du #quantitative_easing (programme de rachats de titres), seul moyen, selon eux, d’assurer la #liquidité nécessaire pour refinancer les risques fous pris depuis des années et de préserver la stabilité du système financier. Mais il n’est pas sûr cette fois que cela suffise.

    https://www.mediapart.fr/journal/economie/180919/alerte-rouge-sur-le-marche-monetaire

    #finance #argent #monnaie #2008

  • La libra, une fausse bonne affaire pour l’usager ? | L’Echo
    https://www.lecho.be/opinions/carte-blanche/la-libra-une-fausse-bonne-affaire-pour-l-usager/10143558.html
    https://images.lecho.be/view?iid=dc:150932911&context=ONLINE&ratio=16/9&width=640&u=1562668534000

    Le citoyen ordinaire, aux anges d’échanger de manière indolore et quasi gratuitement des libras dans la vie quotidienne, sera-t-il alors ravi d’apprendre qu’il subsidie par ses impôts en hausse les plus grosses entreprises du monde, les membres bienveillants de Calibra, gérant une merveilleuse monnaie privée en vue d’assurer à ses investisseurs comme il se doit, le rendement maximal ?

    Par Paul jorion
    Économiste et anthropologue

    Depuis le 17 juin nul n’ignore que Facebook, à la tête de Calibra, un consortium de très grosses entreprises où l’on trouve aussi Visa et Mastercard, s’apprête à battre monnaie. Si la libra voit le jour, il s’agira du premier cas d’une authentique monnaie privée, sans comparaison possible avec les simples « jetons commercialisables » que sont le bitcoin ou l’ether, abusivement qualifiés de crypto-monnaies.

    La libra serait en effet adossée à valeur égale à un panier de monnaies nationales garanties chacune par la richesse économique d’une véritable nation.
    « Un bras de fer serait engagé entre Calibra et l’archipel des banques centrales qui chercheraient certainement à maintenir au nom de la nation leur privilège d’émettrice de monnaie. »

    si Calibra devait adosser en quantité égale toute libra émise à des instruments de dette émis par de grandes nations, ce serait immanquablement elle (pensons aux 2,4 milliards d’usagers de Facebook) qui deviendrait le premier financier, le premier prêteur au monde des États, et ferait la pluie et le beau temps sur le marché obligataire international, déterminant selon son bon vouloir le niveau de coupon que les États consentiraient, autrement dit les taux d’intérêt dont ils devraient s’acquitter. Or qui verse de fait le coupon aux investisseurs sur le marché obligataire, si ce n’est le contribuable des nations emprunteuses ?

    Le citoyen ordinaire, aux anges d’échanger de manière indolore et quasi gratuitement des libras dans la vie quotidienne, sera-t-il alors ravi d’apprendre qu’il subsidie par ses impôts en hausse les plus grosses entreprises du monde, les membres bienveillants de Calibra, gérant une merveilleuse monnaie privée en vue d’assurer à ses investisseurs comme il se doit, le rendement maximal ?

    #Libra #Facebook #Monnaie_numérique

  • Regard éco : De l’effet « libra » - Signatures - tdg.ch
    https://www.tdg.ch/reflexions/effet-libra/story/10964539

    Le projet « libra » – nom de la future unité globale – décoiffe parce qu’il ne cache pas son ambition de braconner dans toutes les chasses gardées du système monétaro-financier global. Même si le document parle de « devise » (monnaie étrangère) et non de monnaie, l’ambition du libra est bien de devenir une unité de paiement concurrentielle aux monnaies nationales sur leurs territoires respectifs. Le monopole de l’émission monétaire de la Banque centrale est donc mis en cause.

    Même s’il n’est pas attaqué frontalement, il est néanmoins menacé dans son fondement, et potentiellement – à terme – renvoyé au magasin des accessoires. Sans utiliser le terme, le libra se présente comme la monnaie supranationale foncièrement anarchique, affranchie de toute emprise d’un ordre monétaire hiérarchique. Pourtant – et ce n’est pas le seul paradoxe du projet – c’est sur les marges de liberté (ou fissures) de cet ordre que le libra prend appui pour le défier.

    Le libra entend également braconner sur les terres des intermédiaires, notamment des transferts internationaux, plus particulièrement des microtransferts des migrants vers les pays d’origine, dont les tarifs usuraires sont dénoncés depuis longtemps par les organisations de développement, et depuis une dizaine d’années aussi par la Banque mondiale. Libra annonce des tarifs insignifiants qui tranchent avec des commissions qui dépassent aujourd’hui souvent les 10%.

    Le Libra se rapproche en fait du paiement entre mobile utilisé en Chine par Tencent et Alipay... la surveillance n’étant plus celle de l’Etat sur les transactions, mais celle de Facebook et ses partenaires. Une question de confiance ?

    Du fait des choix technologiques (blockchain), le libra promet de conjuguer la facilité de paiement d’une carte de crédit, avec les commissions minimales, et l’effacement de l’intermédiaire gestionnaire du compte, puisque le paiement se ferait directement de l’acheteur au vendeur. Finalement, le libra se présente comme une réserve de valeur ou de pouvoir d’achat, dont la valeur serait pleinement couverte par des réserves constituées par un panier des actifs financiers peu risqués diversifiés au niveau global. Ainsi, la valeur de l’unité ne serait que marginalement exposée aux risques de crises monétaires ou financières locales.

    #Libra #Surveillance #Facebook #Monnaie_numérique

  • Libra de Facebook : « Ce projet est très malsain et doit être combattu »
    https://www.marianne.net/economie/libra-de-facebook-ce-projet-est-tres-malsain-et-doit-etre-combattu

    Interview d’André Orléan

    L’ambition du Libra est bien plus vaste puisqu’il s’agit de promouvoir une monnaie véritable, destinée aux échanges de marchandises et de services, pour toute la planète.

    Bien que sans précédent, cet événement n’est en rien une surprise car l’expérience du bitcoin est passée par là. Elle nous a appris qu’il est désormais possible de concevoir une monnaie internationale, indépendante des États. Néanmoins, en raison de son instabilité chronique, le bitcoin a échoué à devenir un intermédiaire des échanges efficace. Il n’a pas réussi à instituer un espace stable et profond de transactions marchandes. De fait aujourd’hui, cette cryptomonnaie est bien plus un actif spéculatif qu’une véritable monnaie. Cependant, on ne pouvait douter que de nouvelles propositions viendraient, tirant les conséquences de l’expérience bitcoin. Parmi elles, l’idée d’une monnaie adossée à un géant de la Toile s’imposait comme la plus sérieuse dans la mesure où elle associe les trois forces qui sont au cœur du capitalisme d’aujourd’hui : outre la puissance du capital, la puissance de la technique et la puissance des réseaux. Telle est la signification du projet Libra : concevoir la nouvelle architecture institutionnelle qu’appellent les modalités présentes de la production capitaliste. Pour mesurer la vigueur du défi qui est ici lancé au vieux monde néolibéral, observons que, dès à présent, Facebook à lui seul compte 2,4 milliards d’utilisateurs mensuels, ce qui représente 30% de la population mondiale, auxquels il convient d’ajouter les utilisateurs des autres sociétés participant au groupement Libra comme Uber, Visa, Booking.com, eBay, Spotify ou Paypal. Malgré cette énorme puissance de feu, n’oublions cependant pas l’ampleur des obstacles qui rendent ce projet des plus incertains.

    C’est cela qui est déterminant : chercher à constituer un écosystème d’activités économiques intégrées par le fait qu’elles partagent une même monnaie. N’est-ce pas précisément ce qui est recherché par Facebook et ses partenaires ? Par exemple, inciter à utiliser un transport Uber pour aller en vacances avec Booking.com et écouter de la musique avec Spotify en faisant valoir que tous ces services sont libellés en libras et disponibles aisément sur son téléphone portable. Plus généralement, faire du libra le moyen de paiement de référence sur un maximum d’applications. On peut même aller plus loin et considérer qu’à terme les sociétés participant au projet Libra encourageront leurs milliers d’employés à voir leur salaire payé en libras. Si cette dynamique est conduite à son terme, on verra alors se constituer une vaste économie déterritorialisée, libellée en Libra, qui viendra de facto défier les espaces Dollar, Euro ou Yen.

    Comme je l’indiquais, les forces qui sont à l’œuvre pour faire advenir le projet Libra ne sauraient être sous-estimées. Elles plongent leurs racines au cœur de notre modernité. Face à elles, quels arguments peuvent faire valoir les monnaies étatiques pour justifier le maintien de leurs prérogatives ? Pour le dire brutalement, deux manières de concevoir la solidarité avec autrui s’affrontent : via les réseaux sociaux et le smartphone versus via la nation.

    #Libra #Monnaie_numérique #Facebook

  • Notes anthropologiques (XXXIX)

    Georges Lapierre

    https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XXXIX

    Et si nous parlions encore une fois d’argent ? (III)
    Le grand commerce

    À mon arrivée au Mexique, il y a maintenant deux jours, ce qui m’a frappé d’emblée en discutant avec les gens est bien l’importance que peut prendre l’argent dans leur vie. En Europe aussi l’argent a bouleversé de fond en comble la vie des gens ; au Mexique, il la bouleverse. C’est l’odeur de l’argent semblable à celle du sang qui a engendré dans tout le pays les cartels du capitalisme sauvage et la longue liste des meurtres impunis. C’est lui qui dicte la politique du président de la République mexicaine face aux puissances du Nord. C’est bien enfin cette actualité d’un chambardement qui distingue les pays qui seront toujours « en voie de développement » des pays du premier monde. C’est bien cette nécessité impérieuse de l’argent qui jette les habitants du Salvador, du Guatemala, du Honduras, du Nicaragua, de Colombie et du Venezuela sur les routes de l’exil, c’est elle aussi qui condamne les Mexicains à quitter leur famille, leur village ou leur quartier pour les États-Unis. Il s’agit d’un véritable exode et tous ces êtres humains qui se dirigent désespérément et au péril de leur vie en direction des pays du premier monde sont les victimes de la guerre qui fait rage actuellement. Cette guerre n’est pas à venir, elle est le malheur quotidien des hommes et des femmes. C’est une guerre contre l’humain. Encore faut-il, dans la confusion que cette guerre fait régner dans les esprits, tenter de préciser ce qu’est l’humain et chercher à définir ce qui s’oppose à lui. (...)

    #anthropologie #monnaie #Mexique #Grèce_antique #Nouvelle-Guinée #don #humanité #société #Odyssée #esclave

  • Opinion | Notes on Excessive Wealth Disorder - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/06/22/opinion/notes-on-excessive-wealth-disorder.html?action=click&module=Opinion&pgtype=

    In a couple of days I’m going to be participating in an Economic Policy Institute conference on “excessive wealth disorder” — the problems and dangers created by extreme concentration of income and wealth at the top. I’ve been asked to give a short talk at the beginning of the conference, focusing on the political and policy distortions high inequality creates, and I’ve been trying to put my thoughts in order. So I thought I might as well write up those thoughts for broader dissemination.

    While popular discourse has concentrated on the “1 percent,” what’s really at issue here is the role of the 0.1 percent, or maybe the 0.01 percent — the truly wealthy, not the “$400,000 a year working Wall Street stiff” memorably ridiculed in the movie Wall Street. This is a really tiny group of people, but one that exerts huge influence over policy.

  • Le libra de Facebook, une monnaie au service de groupes privés | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/190619/le-libra-de-facebook-une-monnaie-au-service-de-groupes-prives?onglet=full

    Super article, basé sur des faits (la lecture du livre blanc de lancement du Libra), et qui dégonfle pas mal de baudruches. Peut être un peu trop optimiste, car négligeant les désirs politiques de Zuckerberg...

    Facebook va-t-il créer une monnaie mondiale ? Depuis l’annonce par le géant du numérique du lancement, prévu en 2020, d’une « cryptomonnaie », les fantasmes et les titres ronflants se succèdent. Mais le détail de ce lancement, rendu public le 18 juin sous forme d’un « livre blanc », ramène ce projet dans des limites plus raisonnables. Le « libra », cette nouvelle cryptomonnaie, n’aura guère les moyens de concurrencer le système monétaire international sur lequel, du reste, elle entend se fonder.

    La première est que la blockchain sera fermée. Il faudra disposer d’une permission pour y avoir accès : ce sera donc un protocole privé et non un système ouvert à tous comme l’est le bitcoin. Au lieu d’être fondé sur la collaboration de tous les participants à la blockchain, ce protocole sera centralisé par l’association Libra, qui gérera cette monnaie depuis Genève et sera constituée des partenaires de Facebook (aujourd’hui 28 entreprises dont Iliad, Uber, PayPal, Visa, MasterCard, eBay ou encore Spotify).

    Le « livre blanc » prétend vouloir passer, lorsque la technologie sera au point, à une blockchain ouverte. Le système ouvert est en effet plus lent, il nécessite une validation collective qui prend du temps. Une transaction avec le bitcoin prend environ une dizaine de minutes aujourd’hui (ce temps a déjà été fortement réduit ces dernières années). Or le libra se veut un instrument de paiement avant tout : les transactions doivent donc être instantanées.

    La deuxième différence concerne la valeur. La valeur du bitcoin ne repose sur rien d’autre que sur la confiance dans son algorithme. Celle du libra ne sera pas fixée par un « marché du libra », mais par un panier de devises dont la structure n’est pas précisée, mais qui devrait a minima comporter l’euro, le dollar des États-Unis, la livre sterling, le yen japonais et peut-être le renminbi (ou yuan) chinois. L’association Libra fixera la pondération de chaque monnaie dans ce panier et fixera ainsi la valeur du libra par rapport aux autres devises.

    C’est une méthode utilisée par exemple par le FMI pour établir la valeur de ses droits de tirage spéciaux (DTS), son unité de compte, mais aussi par la Banque centrale chinoise pour fixer le cours du yuan. La valeur du libra ne sera donc pas « fixe », mais elle évoluera en fonction des taux de change des devises du panier. La promesse de l’association est que, en choisissant des devises stables, la valeur du libra ne devrait évoluer qu’à la marge.

    Au-delà de l’aspect technique, le régime monétaire du libra est, donc, in fine, très archaïque. C’est celui de l’étalon monétaire appliqué à un panier de devises, où une banque centrale disposait de réserves exactement équivalentes à ses créances monétaires. Le libra est donc l’équivalent d’une pièce de 20 francs-or de jadis : on savait qu’il y avait dans cette pièce 5,801 grammes d’or fin. Et lorsque l’on disposait d’un billet de cent francs, on pouvait aller l’échanger aux guichets de la Banque de France contre 5 pièces de 20 francs disposant de ce poids d’or.

    Ici, l’association libra promet qu’un libra aura une valeur donnée en dollars ou en euros et qu’à tout moment, on pourra l’échanger contre sa contre-valeur parce qu’elle dispose dans ses réserves du montant exact de ses créances en libras.

    À quoi servira le libra ?

    C’est un système extrêmement sûr, mais bien peu utile dans un régime économique où l’on doit investir dans l’avenir, prendre des risques et faire face à des besoins qui croissent plus vite que l’activité économique. C’est le revers de l’absence de spéculation : il n’y a pas non plus de vraie capacité d’investissement. La lecture du livre blanc montre que l’association cherche surtout à faire du libra une réserve de valeur, ce qui en réalité traduit un biais commercial.

    En faisant du libra un instrument de portage d’actifs liquide et relativement stable, l’association veut favoriser certains usages qui correspondent à l’intérêt des membres les plus puissants de l’association : le transfert de fonds à bon marché, le portefeuille électronique et, in fine, la consommation de biens et services proposés par les partenaires du système. On comprend pourquoi Facebook a attiré des entreprises commerciales dont beaucoup sont spécialisées dans les systèmes de paiement (Visa, MasterCard, Stripe, PayPal ou Lyft).

    Des promesses qui n’engagent que ceux qui y croient

    Facebook, non, a répondu Mark Zuckerberg dans un message publié ce mardi : « Chaque information partagée avec Calibra [la filiale dédiée au libra – ndlr] sera conservée séparément des informations que vous partagez sur Facebook. »

    Ou encore : « À l’exception de cas limités, Calibra ne partagera pas les informations de compte ou les données financières avec Facebook ou toute autre tierce partie sans votre consentement », affirme un communiqué. « Les infos [recueillies par Calibra – ndlr] ne seront pas utilisées pour le ciblage publicitaire sur Facebook », réaffirme à Mediapart un responsable de la communication de la compagnie pour l’Europe.

    Pour David Marcus, ancien dirigeant de PayPal qui supervise le projet pour Facebook et s’est s’exprimé sur Twitter, « une des raisons de créer Calibra est d’avoir une entité dédiée et régulée, qui s’engagera fermement à protéger la vie privée de ses clients, car nous avons entendu haut et fort que vous ne vouliez pas que les données sociales et financières soient mélangées ».

    Cette collecte et sa monétisation sont au cœur du savoir-faire de Facebook, WhatsApp, Instagram… On imagine mal que sa nouvelle filiale soit durablement privée de ces talents. Olena Havrylchyk, professeure d’économie à l’université Paris I-Panthéon Sorbonne, s’interroge : « L’histoire a montré que le modèle économique de Facebook avait déjà changé dans le passé, passant de la protection de la vie privée (lorsque Facebook n’avait pas de parts de marché) à la surveillance (après, devenu un monopole). Peut-on s’attendre à une évolution similaire dans le modèle de Libra ? »

    Facebook ayant préempté toute la communication sur le projet, sans compter son architecture technique, on ignore quel usage les autres membres de l’association feront des données récoltées. Uber pourra-t-il adresser des publicités spécifiques à ses clients utilisateurs de libra ? À leurs amis ? Des ristournes ? Visa et MasterCard pourront-ils collecter des données que jusque-là ils ne possèdent pas, comme les relations des détenteurs de cartes de crédit ?

    Que pourront faire exactement les utilisateurs ? Plafond de dépenses, de rechargement en libras, d’envoi d’argent : on n’en sait rien à ce stade. Quiconque a utilisé PayPal ou d’autres moyens de transfert d’argent sait qu’il ne suffit pas d’avoir un compte créditeur pour que ça passe.

    Le problème du libra n’est pas réellement le fait qu’une entreprise privée crée une monnaie, puisqu’il n’y aura pratiquement aucune autonomie de création monétaire. Il est d’ailleurs piquant, de ce point de vue, de voir beaucoup d’observateurs prétendre que Facebook, avec sa monnaie privée, viendrait sur le terrain d’une prérogative des États. C’est doublement faux.

    D’abord parce que Facebook ne va pas vraiment « battre monnaie », puisque chaque libra sera couvert par le montant équivalent en devises émises par les banques centrales.

    Ensuite parce que le système actuel est déjà un système de création monétaire privée. Ce sont les banques commerciales qui aujourd’hui, dans les contraintes fixées par la Banque centrale tant sur le plan monétaire (le niveau des taux) que sur celui de la régulation (les ratios de solvabilité et le montant des réserves obligatoires), émettent l’essentiel de la monnaie en circulation par la distribution de crédits. Lorsqu’une banque émet un crédit, elle n’a pas cet argent dans un coffre, comme le libra devra l’avoir : elle crée la monnaie ex nihilo.

    #Facebook #Libra #Monnaie_numérique #Cryptomonnaie #Economie_monétaire

  • Quand Facebook devient un État | L’Echo
    https://www.lecho.be/entreprises/technologie/quand-facebook-devient-un-etat/10139091.html
    https://images.lecho.be/view?iid=dc:150957912&context=ONLINE&ratio=16/9&width=640&u=1561153098000

    Un bon papier qui soulève des questions... et interroge des gens connus de nos services : Ah ces prophètes, toujours les mêmes qui seront démentis dans quelques années, comme d’habitude :

    Certains n’ont pas hésité à parler de révolution, comme l’économiste Bruno Colmant, qui a réagi sur Twitter : « La création du libra, la monnaie de Facebook, est l’événement monétaire d’un demi-siècle après la fin de l’étalon-or décidé par les USA. C’est même la plus grande révolution depuis l’invention de la monnaie papier : une monnaie universelle, privée et digitale ! Facebook devient un État. Le libra est une véritable révolution monétaire et socio-politique. »

    « L’arrivée de nouvelles monnaies met à jour l’archaïsme des banques, nous dit pour sa part Laurent Alexandre, spécialiste des nouvelles technologies et de l’intelligence artificielle. Les banques se sont endormies. Il faut penser le rôle de la banque de demain. Et la question majeure est celle de la cybersécurité. Il faudra sortir des dizaines de milliards : on voit mal BNP ou ING le faire. Or, les Gafa sont capables de faire de la cybersécurité. »

    Le libertarisme (voir l’encadré) hante en effet les Gafa. Pour le comprendre, il faut se replacer dans le contexte des années 60. Dans son ouvrage, « Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture », Fred Turner a remarquablement montré comment les communautés hippies de l’époque, faute de pouvoir réaliser leurs utopies, vont progressivement, dans les années qui suivent, se réincarner à travers la constitution de communautés alternatives par le biais de la cybernétique. Une rencontre étonnante a ainsi eu lieu entre illuminés notoires, artistes, hackers, scientifiques et activistes de gauche. Cette collusion a forgé le système de pensée dans lequel évoluent aujourd’hui les représentants de la Silicon Valley. Un personnage clé comme Stewart Brand a formulé la perspective générale du mouvement : libérer l’individu en créant des réseaux qui permettent d’améliorer la vie de ceux qui y participent, sur la base d’un système autorégulé, sans l’aide de l’État. Mais cette idéologie libertaire, plutôt de gauche à la base, va entrer progressivement en lien avec un libertarisme de droite, c’est-à-dire un hyperlibéralisme : « Le libertarisme vise à tout transformer en marchandise, en objet échangeable sur un marché, précise Guillaume Vuillemey. Dès qu’un nouveau marché planétaire se crée, c’est un succès du libertarisme. » En mettant à mal nos libertés, Facebook semble néanmoins s’éloigner de toutes les formes de libertarisme : « Facebook n’est pas un rêve libertaire, estime Louis Larue, chercheur à la chaire Hoover de l’UCL. Le libertaire veut la libre concurrence, alors que Facebook fonctionne comme un monopole. C’est l’enfer des libertaires. Tout est centralisé. À mon sens, c’est une entreprise capitaliste classique qui a simplement plusieurs domaines d’activité. »

    #Facebook #Libra #Monnaie_numérique #Cryptomonnaie

  • Opinion | Launching a Global Currency Is a Bold, Bad Move for #Facebook - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/06/19/opinion/facebook-currency-libra.html

    Years ago, Mark Zuckerberg made it clear that he doesn’t think Facebook is a business. “In a lot of ways, Facebook is more like a government than a traditional company,” said Mr. Zuckerberg. “We’re really setting policies.” He has acted consistently as a would-be sovereign power. For example, he is attempting to set up a Supreme Court-style independent tribunal to handle content moderation. And now he is setting up a global currency.

    The way we structure money and payments is a question for democratic institutions. Any company big enough to start its own currency is just too big.

    #monnaie