• #Trump, #Le_Pen et les charlatans du #protectionnisme | Editorial de #Lutte_Ouvrière
    http://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/trump-le-pen-et-les-charlatans-du-protectionnisme-74075.html

    Il a suffi à Trump, qui n’est pas encore investi comme président, de faire quelques tweets sur l’industrie automobile, pour se faire applaudir de ce côté-ci de l’Atlantique. Marine Le Pen l’a ainsi salué pour « la démonstration qu’on peut […] imposer dans l’intérêt du peuple américain la relocalisation d’activités industrielles ». #Montebourg a affirmé sans rire : « Donald Trump reprend mes thèmes. » Et #Mélenchon a déclaré qu’il se réjouirait « de négocier avec un homme pareil ».

    De quoi s’agit-il ? Après des menaces de Trump, qui a fait campagne contre les délocalisations, Ford a dit qu’il renonce à construire une usine au Mexique et qu’il investira au contraire dans le Michigan. Trump a également mis en garde General Motors pour des investissements au Mexique.

    Trump est un charlatan et Le Pen lui fait une publicité mensongère. En réalité, Ford avait pris sa décision avant les élections. Et rien ne dit que la multinationale créera des emplois aux États-Unis : ces dernières années, les constructeurs ont augmenté leur production sans embaucher. Ce n’est pas Ford qui cède à Trump, mais Trump qui déroule le tapis rouge aux grandes firmes capitalistes. Car s’il a menacé de taxer les produits fabriqués à l’étranger, il a surtout annoncé qu’il réduira le taux d’impôt des sociétés de 35 % à 15 %. Autrement dit, il s’apprête à faire des États-Unis un grand paradis fiscal.

    La baisse de l’impôt des sociétés sera compensée par une hausse de la fiscalité pour les travailleurs, ou alors l’État taillera dans les programmes de santé, d’aide sociale ou d’équipements utiles à la population ! Trump promet aussi d’alléger les contraintes en matière de pollution, ce qui permettrait aux firmes automobiles d’économiser des milliards et aurait des conséquences néfastes sur la santé publique.

    Aujourd’hui, le protectionnisme nous est vendu comme une protection pour les travailleurs. Chaque période de crise voit resurgir ce type de boniment. Si la France devenait protectionniste, les autres pays européens le seraient à leur tour, entraînant ici une hausse des prix pour les consommateurs et le chômage pour des centaines de milliers de salariés qui travaillent à l’exportation. Dans les années 1930, la montée du protectionnisme aggrava la crise. Et la guerre économique prépara la guerre tout court.

    L’économie a complètement internationalisé la production. Un Airbus A380 est assemblé à Toulouse avec trois millions de pièces fabriquées dans 77 pays, dont des pièces essentielles fabriquées… aux États-Unis ! Cela illustre l’absurdité de prétendre « produire français ». Et même les protectionnistes les plus stupides ne proposent pas de fabriquer des avions 100 % Haute-Garonne, de cultiver le coton et le cacao en Picardie, ni d’extraire l’uranium dans le Massif central. Quant à « acheter français », est-ce acquérir une Toyota Yaris fabriquée dans le Nord de la France ou une Citroën C3 assemblée en Slovaquie ?

    Le protectionnisme consiste à protéger les intérêts des capitalistes, donc en premier lieu contre les travailleurs, au nom de la #compétitivité. Le Pen veut ainsi mettre fin à la durée légale du travail, se dit opposée au tiers-payant généralisé, veut supprimer des postes de fonctionnaires et prend le parti des « entrepreneurs ».

    Le problème n’est pas la #mondialisation, c’est le #capitalisme ! Ce que les travailleurs doivent protéger, c’est leur travail, ce sont leurs salaires et leurs retraites.

    Mettre fin au #chômage, cela ne peut se faire qu’en répartissant le travail entre tous sans perte de salaire et, bien sûr, en interdisant aux grandes entreprises les plans de suppressions d’emplois et les licenciements.

    Pour protéger le niveau de vie, il faut non seulement qu’aucun travailleur ne gagne moins de 1800 euros nets par mois, mais que les salaires, les pensions et les allocations soient indexés sur la hausse réelle des prix.

    Et pour empêcher les capitalistes de maquiller leur comptabilité, ce qui leur permet de justifier les licenciements tout en arrosant les actionnaires, il faut que les travailleurs contrôlent les comptes des entreprises. Il faut lever le secret des affaires, le secret commercial et bancaire.

    Voilà des exigences pour le monde du travail que ni Le Pen, si respectueuse de l’ordre capitaliste, ni aucun des charlatans du protectionnisme ne reprendront. Des exigences que notre candidate, #Nathalie_Arthaud, portera dans l’élection présidentielle.


  • « En direct de Mediapart » : #Montebourg et Valls face à la rédaction
    https://www.mediapart.fr/journal/france/040117/en-direct-de-mediapart-montebourg-et-valls-face-la-redaction

    A-t-on envie, ou non, d’aller voter à la #primaire_du_PS ? Notre émission « En direct de Mediapart » accueille ce soir Arnaud Montebourg à partir 20h30 et deux représentants de Manuel Valls à partir de 21h45. Dès 20h, nous vous présentons le projet « Zero Impunity », dont Mediapart est partenaire, qui dénonce l’impunité qui protège les auteurs de violences sexuelles en conflit armé.

    #France


  • Retour sur nos enquêtes : les violences sexuelles dans les zones de guerre
    https://www.mediapart.fr/journal/france/040117/retour-sur-nos-enquetes-les-violences-sexuelles-dans-les-zones-de-guerre

    A-t-on envie, ou non, d’aller voter à la #primaire_du_PS ? Notre émission « En direct de Mediapart » accueille ce soir Arnaud #Montebourg à partir 20h30 et deux représentants de Manuel Valls à partir de 21h45. Dès 20h, nous vous présentons le projet « Zero Impunity », dont Mediapart est partenaire, qui dénonce l’impunité qui protège les auteurs de violences sexuelles en conflit armé.

    #France


  • #Hollande renonce, #Valls candidat pour la même politique propatronale | Editorial de Lutte Ouvrière
    http://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/hollande-renonce-valls-candidat-pour-la-meme-politique-propatronale-

    Hollande a donc renoncé à se présenter à l’élection présidentielle. Il a commencé par vanter son action. Les travailleurs dressent un tout autre bilan ! Il s’était engagé à réduire le chômage ; il y a un million de chômeurs en plus. Il avait promis de gouverner pour les jeunes ; un quart d’entre eux sont sans emploi, et bien d’autres vont d’emploi précaire en petit boulot. Il s’était fait élire contre la finance ; il l’a servie, en multipliant les cadeaux indécents au patronat. Les seuls regrets qu’il a exprimés portent sur la déchéance de nationalité, non parce que c’est une mesure réactionnaire, mais parce que même son propre camp n’en a pas voulu. Il assume toute sa politique antiouvrière, à commencer par la loi travail. Alors, les travailleurs ne le regretteront pas.

    Valls, qui l’a poussé vers la sortie, se lance maintenant en espérant que, comme dans un scénario usé, le fait de changer de comédien relance l’intérêt du spectacle. Mais la politique de Hollande a été mise en œuvre par Valls lui-même. L’un et l’autre ont toujours été unis par une même loyauté envers la classe capitaliste. On peut en dire autant de l’ex-banquier Macron, qui était leur ministre jusqu’à ce que, il y a trois mois, il quitte le navire pour tenter sa chance. Et de Montebourg, qui a lui aussi gouverné avec eux et a mis en œuvre la même politique propatronale, jusqu’à ce qu’il juge que l’impopularité de Hollande desservait sa carrière.

    Valls, #Montebourg, #Hamon : la #primaire du #PS s’annonce comme un concours de beauté d’anciens ministres du même gouvernement, pour la même politique.

    Hollande s’était fait élire sur la base du discrédit de Sarkozy et Fillon. Aujourd’hui, la droite est remise en selle, pour un programme d’autant plus antiouvrier qu’il s’appuie sur les reculs des années Hollande-Valls. Ces deux-là ont autorisé des accords de compétitivité qui remettent en cause les 35 heures ; Fillon veut carrément les supprimer. La loi El Khomri a attaqué le Code du travail ; Fillon veut le démanteler. Avec le CICE et le pacte de responsabilité, Hollande et Valls ont fait 41 milliards de cadeaux aux entreprises ; Fillon veut en faire autant. Hollande a augmenté la TVA ; Fillon veut l’accroître encore plus. Il veut reculer l’âge de la retraite à 65 ans, privatiser en partie l’assurance maladie et supprimer l’impôt sur la fortune.

    Le Pen, la bourgeoise de Saint-Cloud, espère que le programme de la droite la fera apparaitre comme plus « sociale ». Quelle hypocrisie ! Sa nièce Marion Maréchal-Le Pen expliquait sur BFM que, comme Fillon, le FN voulait « la remise en cause des 35 heures », la « baisse du coût du travail », « supprimer des postes de fonctionnaires » et faire 60 milliards d’économies sur les dépenses publiques. Fillon et Le Pen sont en concurrence sur le même terrain réactionnaire. L’un et l’autre s’attaquent aux étrangers et aux musulmans.

    Tous deux nous rebattent les oreilles avec la France éternelle, Jeanne d’Arc et le drapeau tricolore, pour mêler des classes sociales que tout oppose.

    Le Pen mènerait une politique aussi antiouvrière que #Fillon. Il n’est qu’à voir comment elle s’enthousiasme pour Trump, ce milliardaire élu en prétendant défendre les intérêts du peuple et qui s’entoure maintenant de grands banquiers pour gouverner à leur profit.

    Lors de l’élection présidentielle, la seule certitude est qu’un serviteur zélé du patronat sera élu pour mettre en œuvre une politique encore plus à droite que celle menée par Hollande. C’est une exigence du grand capital, dans la guerre qu’il mène au monde du travail pour maintenir ses profits.

    Face à celui qui mènera la politique patronale, quel qu’il soit, les travailleurs n’auront pas le choix. Pour préserver leurs conditions d’existence, ils devront mener la lutte de classe, avec leurs propres armes, les grèves et les manifestations de masse.

    Dans ce scrutin, il faut que les travailleurs expriment cette volonté et mettent en avant une politique qui représente leurs intérêts vitaux. Cela ne changera pas le rapport des forces, car les élections n’ont pas ce pouvoir. Mais cela montrera qu’une partie des travailleurs ont leur propre politique et affirment que celui qui remplacera Hollande les trouvera sur son chemin.

    Il faudra profiter de ces élections pour exprimer le rejet du PS, de la droite et du FN, en votant pour la candidate de #Lutte_ouvrière, #Nathalie_Arthaud. Ce sera la seule possibilité pour les travailleurs de faire un vote conscient, lucide, pour défendre les intérêts de leur classe et faire entendre leur camp.



  • Les perspectives électorales du #PCF : une impasse pour les travailleurs | éditorial de Lutte Ouvrière
    http://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/les-perspectives-electorales-du-pcf-une-impasse-pour-les-travailleur

    Le week-end prochain, la Fête de l’Humanité rassemblera un large public populaire. Que des dizaines de milliers de militants et de bénévoles s’activent à sa réussite montre que, quoi qu’en disent les pseudo-experts qui ont enterré dix fois le PCF, il garde une implantation dans les classes populaires. Car bien des travailleurs, bien des jeunes ne se résignent pas à la domination du grand capital.

    En revanche, la politique menée aujourd’hui par la direction du Parti communiste a tout pour déboussoler ceux qui regardent vers lui. Dans ce début de campagne présidentielle où l’on n’entend que les candidats potentiels de la droite, du #FN ou du #PS, le PCF ne propose que… l’unité à gauche. Un nombre croissant de travailleurs en ont pourtant assez de cette fausse opposition gauche-droite, qui ne correspond à rien, alors que la gauche mène au gouvernement la même politique que la droite. Pierre #Laurent a cependant expliqué lors de l’université d’été du parti que « l’urgence est à construire un chemin commun ». Cette unité est proposée aux anciens ministres PS Arnaud #Montebourg et Benoît Hamon, à l’ancienne ministre écologiste Cécile #Duflot, ou encore à l’ex-PS Jean-Luc #Mélenchon. Comme si ces gens-là voulaient défendre les intérêts des travailleurs !

    Avant de devenir des critiques de Hollande, Montebourg, #Hamon et Duflot ont appartenu à un gouvernement qui a accordé des dizaines de milliards d’euros aux entreprises (#CICE et pacte de responsabilité). Ou qui a fait adopter l’ANI « sur la sécurisation de l’emploi », qui légalisa en 2013 les accords de compétitivité dans les entreprises, pour le plus grand bonheur des patrons.

    Quant à Mélenchon, le PCF lui avait déjà apporté son soutien et sa force militante en 2012. L’ex-ministre de Jospin avait besoin de cet appui pour ses ambitions. Il suivait en cela son modèle Mitterrand, qui s’allia au PCF pour siphonner ses voix et parvenir au pouvoir. Aujourd’hui, Mélenchon traite le PCF de la même façon. Il suffit de voir le mépris avec lequel il s’est lancé en campagne, sans même le consulter.

    Une fois de plus, la direction du PCF se prépare donc à s’aligner sur tel ou tel de ces politiciens étrangers au monde ouvrier. Des politiciens qui ont servi les riches dans le passé et qui les serviront de nouveau. Elle oriente ainsi ceux qui l’écoutent vers un nouveau piège.

    Elle dit qu’il lui faut d’abord définir une politique avant de choisir un candidat. Elle organise pour cela une « grande consultation citoyenne » auprès de 500 000 personnes. Comme si une telle mascarade était nécessaire !

    Malgré son recul, le PCF garde un grand nombre de militants et de sympathisants. C’est, de tous les partis, celui qui a le plus d’influence dans le monde du travail. S’il veut savoir ce que veulent les travailleurs, il n’a pas besoin d’une « consultation », il lui suffirait de les écouter. Pendant le mouvement contre la #loi_ElKhomri, leurs aspirations se sont largement exprimées contre la politique patronale, la précarité et les licenciements. Comme quoi la véritable préoccupation de la direction du PCF n’est pas l’intérêt des travailleurs. Elle ne fait même pas de la politique antipatronale un préalable pour l’éventuel candidat unitaire qu’elle appelle de ses vœux. Car sa préoccupation principale, ce sont ses élus à l’Assemblée nationale ou dans les collectivités territoriales, positions pour lesquelles le PCF a besoin d’alliés politiques.

    La campagne électorale promet d’être marquée par les surenchères réactionnaires. Les propos sécuritaires, anti-immigrés, antimusulmans se succèdent, de Valls à Le Pen, en passant par #Sarkozy ou #Juppé. Même dans les discours, les différences s’effacent de plus en plus entre les politiciens de gauche et de droite, comme l’a montré la polémique récente sur le burkini. L’ex-banquier #Macron, ministre de Hollande et Valls pendant deux ans, parle comme n’importe quel homme de droite. Valls singe Sarkozy, qui copie Le Pen. Et Montebourg et Mélenchon se disputent le terrain patriotard. Tous sont en compétition pour gouverner au profit de la bourgeoisie. Tous veulent faire fonctionner une société basée sur l’exploitation, au mieux des intérêts du grand patronat.

    Dans ces élections, il faut donc que s’affirme, non pas une énième mouture de la « gauche », mais une politique partant des intérêts des travailleurs, s’opposant radicalement à ceux de la bourgeoisie. C’est la raison pour laquelle #Lutte_ouvrière présentera sa candidate, #Nathalie_Arthaud. Pour dire que nous rejetons la société capitaliste et la comédie électorale que les politiciens nous préparent.


  • Arnaud #Montebourg candidat appelle François Hollande à « bien réfléchir »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/210816/arnaud-montebourg-candidat-appelle-francois-hollande-bien-reflechir

    Arrivée à Frangy. Arnaud Montebourg s’est officiellement déclaré candidat à la présidence de la République, ce dimanche 21 août à Frangy-en Bresse, sans parler d’un éventuel passage par la #primaire socialiste. Tournant le dos au socialisme de François Hollande, il a tenté, dans un long discours, de tracer une voie entre le socialisme de Pierre Joxe et François Mitterrand, et l’innovation nécessaire au « redécollage » de l’économie.

    #France #candidature #Elysée_2017 #politique #présidentielle #PS


  • #Montebourg candidat appelle Hollande à « bien réfléchir »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/210816/montebourg-candidat-appelle-hollande-bien-reflechir

    Arrivée à Frangy. Arnaud Montebourg s’est officiellement déclaré candidat à la présidence de la République, ce dimanche 21 août à Frangy-en Bresse, sans parler d’un éventuel passage par la #primaire socialiste. Tournant le dos au socialisme de François Hollande, il a tenté, dans un long discours, de tracer une voie entre le socialisme de Pierre Joxe et François Mitterrand, et l’innovation nécessaire au « redécollage » de l’économie.

    #France #candidature #Elysée_2017 #politique #présidentielle #PS


  • En #Bresse du Nord, « c’est nous qui ne payons plus le patron » (Libération)
    http://www.wereport.fr/articles/en-bresse-du-nord-cest-nous-qui-ne-payons-plus-le-patron-liberation

    Démoralisés par la loi El Khomri, les #militants d’une section de Saône-et-Loire, dans le fief d’Arnaud #Montebourg, ont décidé de rompre leurs relations avec l’état-major parisien. Quand Daniel Cornibert parle #Politique, ses yeux bleus disparaissent dans un plissement de malice. A ses côtés, Gilles Perdrier, plus de vingt ans au #PS, opine gravement. La presse...

    #Articles #motion_B #socialistes


  • #PS : un #congrès de béni-oui-oui pour investir Hollande en 2017 [éditorial de Lutte Ouvrière, lundi 8 juin 2015]
    http://www.lutte-ouvriere.org/notre-actualite/editoriaux/article/ps-un-congres-de-beni-oui-oui-pour

    Il y a trois ans, #Hollande était élu sur le slogan, « le changement, c’est maintenant ». Depuis, la situation des travailleurs a effectivement changé... en pire. En pire parce qu’il y a 600 000 chômeurs de plus, parce que les conditions de travail sont devenues plus dures et que le niveau de vie a baissé.

    Dès son arrivée au pouvoir, Hollande a jeté aux orties son #programme de campagne pour adopter la ligne patronale - démantèlement des droits sociaux, allègement du coût du travail et chantage à la réduction de la dette. On en connaît le résultat : un grand patronat qui a traversé le plus gros de la crise sans perdre un euro et le monde ouvrier sacrifié sur l’autel de la compétitivité et des licenciements.

    Et que font les dirigeants socialistes réunis en congrès le week-end dernier ? Ils applaudissent la politique de #Valls #Macron et en redemandent en offrant à Hollande une standing ovation.

    Sarkozy a été accusé d’usurper le mot « républicain », mais cela fait des décennies que les dirigeants du PS usurpent celui de « socialiste ».

    Il y a très longtemps, lorsque le mouvement socialiste était digne de ce nom, il défendait les intérêts matériels et politiques des travailleurs. Il luttait contre l’exploitation patronale, dénonçait la loi du profit et se fixait pour but de renverser la #bourgeoisie.

    Aujourd’hui, le PS est passé dans le camp patronal et en est un serviteur fidèle. Il ne s’agit pas seulement de Hollande, de Valls ou de Macron mais bien du PS dans son ensemble. Dans ses discours, le PS tient à faire entendre une petite musique sociale, mais au pouvoir il ne jure que par la rentabilité et la compétitivité patronale, par la croissance des affaires de la bourgeoisie.

    Cette semaine encore, le PS justifiera la possibilité pour le patronat de recourir plus largement aux accords de compétitivité, il justifiera le plafonnement des indemnités que les #Prud’hommes peuvent prononcer en cas de condamnation de l’employeur, jusqu’au nouveau plan #Hirsch qui vise, comme l’ancien, à supprimer des RTT au personnel des #hôpitaux parisiens pour récupérer quelques millions.

    En exécutant loyal de la bourgeoisie, Hollande la servira jusqu’au bout de son mandat, et le PS sera avec lui. Jean-Christophe #Cambadélis, désormais premier secrétaire du PS, est convaincu qu’avec le retour de la croissance, les résultats de la politique gouvernementale ne tarderont pas. Derrière Hollande, les socialistes fondent leurs espoirs sur la reprise. Mais ce n’est pas « l’espoir » qui remplit le réfrigérateur, paye le loyer ou fait le plein de carburant !

    Pour rester au pouvoir, les socialistes misent plus sûrement sur l’anti-Sarkozysme et la peur du #FN. Le « tout sauf Sarkozy » est en passe de redevenir le slogan numéro un du PS.

    Et tous, de nous faire croire que la politique se borne à devoir choisir entre un Sarkozy toujours aussi arrogant et méprisant, une #Le_Pen prônant la guerre entre pauvres et un Hollande qui n’a pas cessé un seul jour de gouverner en faveur des patrons ! Il faut dire non à ce jeu de dupes où, pour rejeter untel ou unetelle, les travailleurs se privent d’affirmer leurs intérêts.

    À gauche de la gauche, #Mélenchon et le #Parti_de_gauche, #Duflot et les écologistes, Pierre #Laurent et le #PCF ou #Hamon et les frondeurs du PS rêvent de voir naître un « mouvement citoyen », un « #Podemos » ou un « #Syriza » à la française susceptible de les hisser à nouveau au pouvoir. En tirant à boulets rouges sur le #gouvernement, #Montebourg qui a été ministre pendant deux ans s’est aussi mis sur les rangs.

    Toute cette agitation peut réserver bien des surprises mais il n’y en aura aucune de bonne pour les travailleurs.

    Qu’attendre d’ex-ministres du gouvernement ou de #frondeurs qui cherchent d’abord à préserver leur carrière en se démarquant de Hollande ? Quant à ceux qui promettent une politique favorable aux travailleurs sans s’engager à combattre la bourgeoisie, ce ne sont que des bonimenteurs.

    On ne combattra pas le chômage sans empêcher le grand patronat de licencier. On ne répartira pas le travail entre tous et on ne créera pas d’emplois sans prendre l’argent où il est, c’est-à-dire sur les dividendes des grands actionnaires. On ne préservera pas nos conditions de vie sans combattre la mainmise des banquiers et le chantage des financiers au paiement de la dette.

    Le capital financier, responsable de la crise, s’est déjà largement remboursé sur notre dos, les classes populaires n’ont plus à se saigner pour lui.

    C’est à défendre et à se battre pour une telle politique que les travailleurs doivent se préparer.

    #lutte_de_classe #réformisme


  • Gaz de schiste : de dangereux climato-sceptiques sortent du bois !

    Il y avait Claude Allègre (and co) qui niaient le réchauffement climatique ou son origine anthropique. Il y a désormais des climato-sceptiques bien plus dangereux : ceux qui ne prennent pas au sérieux les exigences climatiques et qui soutiennent l’exploitation des énergies fossiles, comme l’illustre le débat autour du rapport commandé par Arnaud Montebourg.

    http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-combes/130415/gaz-de-schiste-de-dangereux-climato-sceptiques-sortent-du-bois

    #attali #Climat #climatosceptiques #COP21 #gaz_de_schiste #hydrocarbures #Montebourg #Schilansky
    @Rezo


  • http://www.marianne.net/Privatisation-le-gouvernement-tue-l-actionnariat-salarie-et-cede-au-tout-m

    Au cœur de l’été, François Hollande et Arnaud Montebourg ont signé une ordonnance supprimant l’obligation faite à l’Etat de réserver aux salariés 10 % des actions des sociétés que ce dernier souhaite vendre. Les employés d’Orange viennent d’en faire l’amère expérience, remplacés par de grands fonds d’investissement.

    Edouard Balladur aura sans doute du mal à y croire, mais aussi incroyable que cela puisse paraître, le gouvernement vient de faire de lui un dangereux gauchiste ! Comment ? Tout simplement en abrogeant une de ses heureuses initiatives lorsqu’il était au ministère de l’Economie : l’obligation faite à l’Etat de réserver aux salariés 10 % des actions des sociétés que ce dernier souhaite vendre. Il s’agissait d’une des minces concessions de ce libéral de Balladur à sa légère fibre gaulliste et à son rêve d’un actionnariat salarié....

    >>>

    « La gauche donne tout au marché »

    <<<

    #actionnariat_salarié
    #Balladur
    #Crozier
    #France_Télécom
    #Macron
    #Montebourg
    #Orange
    #Valls


  • La seule cohérence de #Valls, c’est la défense des intérêts patronaux - [dernier éditorial de Lutte Ouvrière]
    http://www.lutte-ouvriere.org/notre-actualite/editoriaux/article/la-seule-coherence-de-valls-c-est #extrait

    #Hollande et Valls savent très bien qu’eux et le #PS vont continuer à se discréditer auprès de leur électorat. Mais ils sont prêts à le faire jusqu’au bout pour satisfaire le patronat.
    De son côté, la fraction du #Parti_socialiste qui a été écartée du gouvernement, autour de Montebourg et de ceux qui se nomment les « #frondeurs », est maintenant sur la réserve. Elle sait elle aussi que le gouvernement va continuer à subir un discrédit, mais espère éviter d’en être touchée. Elle voudrait même pouvoir prétendre d’ici un an ou deux, à l’approche de prochaines élections, qu’elle aurait eu une autre politique à défendre, qui aurait mieux marché. Mais laquelle ?
    Montebourg ne dit rien contre la politique de subventions au grand patronat. Il fait diversion en s’en prenant à l’Allemagne, l’accusant d’imposer l’austérité car il voudrait qu’en #France l’État puisse faire plus de déficit. #Montebourg voudrait pouvoir consacrer encore plus d’argent à aider le grand patronat, mais cela aussi serait payé d’une façon ou d’une autre par les classes populaires.
    Ce n’est pas de ce côté-là que les travailleurs peuvent chercher un sauveur. Bien sûr, c’est encore moins du côté de la droite, qui n’a rien d’autre à proposer, ni de l’extrême droite de #Le_Pen, qui derrière ses discours ne fait que proposer la même chose, si possible en pire.
    Alors, comme le dit « L’Internationale », il n’y a pas de sauveur suprême. Ce #gouvernement, comme les précédents, est l’ennemi déclaré des travailleurs, le soutien déclaré du #patronat, et pour défendre leurs intérêts ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes. En réalité, c’est beaucoup car, à condition de savoir s’organiser et lutter tous ensemble pour leurs intérêts vitaux, les travailleurs peuvent représenter une force invincible. Il est urgent pour eux de s’en servir



  • Christian CHAVAGNEUX » Blog Archive » Le décret Montebourg en 4 questions
    http://alternatives-economiques.fr/blogs/chavagneux/2014/05/19/le-decret-montebourg-en-4-questions

    Quel en est le principe ?

    Patriotisme économique, une idée présente dans un décret décembre 2005 du premier ministre d’alors Dominique de Villepin à l’occasion d’une OPA hostile de Pepsi Cola sur Danone.

    Le premier ministre définit 11 secteurs stratégiques et fournir une liste d’une dizaine d’entreprises dont il souhaite voir les centres de décisions maintenus en France : Carrefour, Société générale, Saint Gobin, Suez, Alcatel, etc.

    Après une bonne année de négociations avec la Commission européenne, la liste des secteurs stratégiques est réduite aux questions de défense nationale, de sécurité privée et de jeux d’argent hors casino (sûrement pour des raisons de maîtrise d’éventuels réseaux de blanchiment)

    Arnaud Montebourg étend la liste des secteurs stratégiques à l’énergie, l’eau, les transports, les communications électroniques et tout ce qui touche à la protection de la santé publique. Le décret lui donne le pouvoir d’examiner si en cas de rachat d’une entreprise française par une entreprise étrangère dans les secteurs stratégiques mentionnés la préservation des intérêts nationaux est respectée.

    Il va donc pouvoir être informé de ce qui se passe dans tous ces secteurs, donner son avis si nécessaire et, en cas de besoin, il pourra assortir son autorisation d’une ou plusieurs conditions quant à la préservation par l’investisseur de la pérennité des activités, des capacités industrielles, des capacités de recherche et de développement, et de la continuité de l’approvisionnement.

    La France fait-elle exception en la matière ?

    Absolument pas. Une dizaine de pays européens ont recours aux mêmes types d’intervention (Allemagne, Espagne, Italie…), de même que les Etats-Unis ou la Chine et d’autres émergents. La tentative actuelle de prise de contrôle du laboratoire pharmaceutique britannique Astra Zeneca par l’américain Pfizer montre que même les libéraux anglais ne sont pas insensibles aux prises de contrôles de leurs grandes entreprises nationales......

    #décryptage
    #décret
    #Montebourg





  • Pacte de responsabilité : Montebourg réclame 2 millions d’emplois en contrepartie
    http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/01/16/montebourg-qualifie-le-gouvernement-de-social-patriote_4349401_823448.html

    Le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, est intervenu dans le débat qui s’est ouvert après les annonces de François Hollande, en estimant que le pacte de responsabilité devait être compensé par la création par les entreprises de 1,8 million d’emplois sur les cinq prochaines années.

    « Pour ramener le taux de chômage à 7 % d’ici à 2018 [le niveau de l’Allemagne et des Etats-Unis], il faudrait créer 1,8 million d’emplois au cours des cinq prochaines années. Est-ce que nous pouvons, avec les propositions de baisse de charges faites par le président de la République, y arriver ? Nous le croyons. »

    Le Medef avait jugé possible de créer un million d’emplois en échange d’une baisse de 100 milliards d’euros des prélèvements sur les entreprises, moitié sur le coût du travail et moitié sur la fiscalité. Mais l’organisation patronale refuse « des engagements juridiques écrits » d’embauches, et se contente d’avancer le chiffre de un million d’emplois créés, un chiffre jugé insuffisant par M. Montebourg.

    « La nation aujourd’hui, dans le Pacte de responsabilité, exige un échange de concessions réciproques », a ajouté M. Montebourg. « Il est nécessaire que les entreprises qui vont se sentir soutenues et épaulées par la nation toute entière acceptent de s’engager vers des embauches substantielles ».

    #économie
    #Pacte-de-responsabilité
    #Montebourg
    #Medef
    #emplois
    #embauches
    #contrepartie
    #coût-du-travail
    #fiscalité


  • Arnaud #Montebourg se découvre des amis #chinois dans le #nucléaire

    A Pékin ce 6 décembre 2013, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et son ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, ont vanté la #coopération nucléaire France- Chine, d’hier et de demain. Les chinois, eux, n’ont pas caché leur #ambition de faire reconnaître le nucléaire chinois « dans le monde entier ».

    Montebourg sera-t-il « Arnaud le Chinois » malgré sa propension à défendre bec et ongle le Made in France...qu’en pensent la Chine ?

    http://www.usinenouvelle.com/article/arnaud-montebourg-se-decouvre-des-amis-chinois-dans-le-nucleaire.N224

    Revue de Presse Hebdomadaire sur la Chine du 09/12/2013


  • Standard and Poors perd aussi son Triple A
    http://www.marianne.net/Standard-and-Poors-perd-aussi-son-Triple-A_a233778.html

    L’une des trois agences venait de retirer à la France la fameuse note de crédit AAA. Pour l’ancien monarque, la nouvelle était grave. Depuis des mois, Nicolas Darkozy s’était rabattu sur le maintien de ce Triple A comme le meilleur des bilans, la meilleure des notes, la plus grande des satisfactions. 

    « La méchante agence Standard and Poor’s dégradait la France à AA+, tout en épargnant l’Allemagne et même la Belgique. Nicolas Sarkozy, l’homme aux 650 milliards de dette supplémentaires, avait perdu son Triple A. »

    L’antisarkozysme était si fort, de gauche à droite, qu’il ne lui restait plus que cela. Un vendredi 13 janvier, Standard and Poors avait donc retiré à la Sarkofrance son fameux hochet. 
     
    Vendredi 8 novembre 2013, la même agence récidive, plus modestement mais tout aussi sûrement. La France y perd son « + » pour descendre du AA+ au tout simple AA. 
     
    L’explication est double : primo, le ras-le-bol fiscal généralisé qui s’exprime un peu partout dans le pays rendrait impossible toute nouvelle levée d’impôt. Secundo, l’équipe Hollande ne ferait pas suffisamment d’économies budgétaires. 
     
    "Nous estimons que les réformes engagées dans les domaines de la fiscalité, du secteur des biens et services et du marché du travail n’amélioreront pas sensiblement les perspectives de croissance de la France à moyen terme, et que la persistance d’un taux de chômage élevé affaiblit le soutien populaire en faveur de nouvelles mesures d’envergure en matière de politique budgétaire et de réformes structurelles, explique l’agence. Nous pensons également que la faible croissance économique limite la capacité du gouvernement à consolider le redressement des finances publiques. (...) Nous ne percevons pas de plan d’ensemble pour redéfinir les dépenses publiques pour dégager un potentiel de croissance."Standard and Poor’s

    La décision de SP a attiré nombre de critiques et finalement pas mal d’indifférence.Le gouvernement lui-même a raillé la nouvelle, de façon trop polie chez Pierre Moscovici, de façon cinglante chez Arnaud Montebourg.

    #agences-de-notation
    #Krugman
    #Montebourg
    #Standard&Poor's S&P


  • Politique industrielle : la France invente les « petits » projets industriels | Chez les Economistes Atterrés | Rue89 Les blogs
    http://blogs.rue89.com/chez-les-economistes-atterres/2013/10/01/politique-industrielle-la-france-invente-les-petits-projets-industriels

    On s’est beaucoup gaussé, et à juste titre, du clip « rétro » concocté par Bercy pour assurer la promo de la relance du « Made in France ».

    De son côté, et pour faire bonne mesure, Arnaud Montebourg, après s’être affiché en marinière, n’a pas fait dans la dentelle. Après le montage kitsch, voici l’ouvrage au titre non moins kitsch : « La bataille du made in France ».

    Au-delà des commentaires amusés ou acerbes auxquels tout cela a donné lieu, je voudrais ici revenir sur le fond. Pour avoir il y a vingt ans déjà, inauguré l’exercice en publiant le premier des « Made in France », je voudrais dire à quel point les annonces auxquelles on a eu droit ces dernières semaines sont consternantes.

    Un renoncement

    Car en effet, tout ce tintamarre (le clip, le livre, les interviews multiples données sur les grandes chaînes de TV … ), visent finalement à couvrir et enrober de sucre une bien triste annonce. Car ce dont il est question au fond n’est rien d’autre que ceci : la France sous Hollande et Montebourg a renoncé à toute politique industrielle digne de ce nom.

    Il n’y aura sous ce quinquennat aucun « grand projet ». Place désormais aux « petits » projets.

    Qu’on en juge : l’annonce faite aux Français concerne 35 projets prioritaires (35, rien que ça !) et pour un financement public global de 3,7 milliards d’euros. C’est-à-dire 100 millions d’euros en moyenne par projet ! Soit, en vérité, une vraie misère : tout juste de quoi remettre en caisse ce qui en aura été retiré pour payer les dividendes, quelques parachutes dorés et autres « welcome hello » ! …

    #Économie
    #Industrie
    #Gouvernement
    #Montebourg
    #Politique_industrielle
    #Petits_projets


  • Canut-infos du jeudi 12 septembre 2013 (#Radio_Canut)
    http://blogs.radiocanut.org/canutinfos/2013/09/12/canut-infos-du-jeudi-12-septembre-2013

    Monde

    – Tu ne convoiteras pas ma terre 1 : « La #Nakhba, enjeu d’Histoire » avec Zochrot, un entretien réalisé à Tel Aviv (voir la page « tu ne convoitera pas ma terre« ).
    [Page dédiée à cette fort intéressante série : http://blogs.radiocanut.org/canutinfos/?p=1572]
    #Israël & #Palestine : Jérusalem Est, justice, destructions de maisons palestiniennes
    #Chili …. 40 ans …..

    France

    #Albert_Jacquard est mort
    – occupation du #lycée H. Barbusse (Vaux en Velin)
    #Capitalisme : titres resto / distributeurs automatiques
    #Réfugiés syriens
    – bonne nouvelle : moins d’armes vendues par la France,
    #armement : le blindé low cost de Nexter
    #vidéosurveillance : mise en demeure d’un Leclerc
    – Des fachos à FO, non ? (Nice)
    – L’oreal : la coloration zéro cheveux
    – le #livre_numérique, tu deviendras riche et célèbre

    Environnement

    #Nucléaire : #Fukushima mon amour : radioactivité, la justice aime le nucléaire, le « canard enchaîné » déplait au nucléophiles japonnais :
    – Nucléaire encore : #EDF condamné
    #Pollution : 1 salarié sur 10 touché (coulé ?)
    #Energie : #Montebourg aime les patrons

    http://blogs.radiocanut.org/canutinfos/files/2013/09/canut_info_jeudi12sept2013.mp3

    #audio #radio


  • Gaz de schiste : le gouvernement multiplie les incohérences !

    http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-combes/110913/gaz-de-schiste-le-gouvernement-multiplie-les-incoherences

    Nouveaux permis, prolongations d’anciens, flottements et non décisions, le gouvernement multiplie les incohérences, voire les contradictions avec l’engagement de François Hollande affirmant qu’il n’y aurait pas d’exploration des gaz de schiste en France. Tour d’horizon !

    @rezo
    #fracturation_hydraulique #gaz_de_couche #gaz_de_houille #gaz de schiste #gouvernement #Montebourg #pétrole_de_schiste #philippe_martin #TOTAL #Vallourec


  • Wikileaks gagne contre VISA en Islande
    http://neosting.net/actualite/wikileaks-gagne-contre-visa-en-islande.html

    C’est quand même une très bonne nouvelle pour la presse indépendante, et pour la liberté d’expression. Wikileaks vient de gagner un procès devant la court suprême d’Islande. Celle-ci vient de statuer en faveur du rétablissement des dons que VISA (Valitor) avait interrompus ... #islande #visa #wikileaks

    • C’est quand même un sacré problème que toutes les #cartes_de_paiement du monde soient États-uniennes. Moi, si j’étais ministre du #redressement_productif, la deuxième chose que je ferai (après m’être rebaptisé ministre de production qui dure et qui sait se faire plaisir) : je créerai une carte bleu cocorico, faite à partir de #logiciels_libres et néanmoins sécurisés.

      J’ai plein d’idée pour #Montebourg : Créer une industrie de l’ampoule qui dure des siècles, du téléphone portable à la durée de vie aussi longue que le minitel, etc.

      Allez un petit hashtag pour ça : #la_production_qui_dure

    • Ahahah, bien oui, vas-y, lance-toi :) Il faudrait quand même que nos députés arrivent à voter un loi qui oblige les fabricants à garantir 3 ans les produits en France, au lieu de 1 an. Y’a eu une tentative échouée à ce propos, cette semaine.