• Montpellier, quartier Boutonnet : il était une fois les restes du château
    https://www.midilibre.fr/2021/02/15/il-etait-une-fois-les-restes-du-chateau-9373801.php

    La ville de #Montpellier, hors Écusson, réserve parfois au promeneur de belles surprises. Dans le haut du quartier Boutonnet par exemple, non loin de l’école privée et du parc municipal Sainte-Odile, se trouvent les vestiges du second château de Boutonnet détruit au XVIe siècle.

    Pour le découvrir, il faudra emprunter le faubourg et, avant de franchir la route de Mende, à la croix, sortir des voies de circulation principales. Car ces vestiges sont bien cachés. Les riverains des résidences du Pré-aux-Clercs, construites à la fin des années 1970, savent-ils qu’ils passent chaque jour devant les restes du château de Boutonnet ? Mais avant celui-ci, il s’en trouvait un premier construit par la seigneurie à l’origine du quartier.

    Ah, enfin une activité touristique que je dois pouvoir faire avec les enfants en espérant être rentré avant le couvre-feu…

  • Aujourd’hui on livre une visite virtuelle pour l’exposition Les derniers impressionnistes du Musée de Lodève :
    https://23forward.com/derniersimpressionnistes

    Lodève c’est une petite ville à 35 minutes au nord-ouest de #Montpellier, à l’entrée du Larzac, avec un très beau musée, où se tiennent des expositions temporaires épatantes. Malheureusement l’exposition de cet hiver est restée quasiment tout le temps fermée au public, et donc le musée nous a demandé de réaliser une visite virtuelle avec des photos panoramiques à 360°.

    C’est donc réalisé avec ma plateforme sous #SPIP, telle qu’utilisée par ailleurs pour Fabre dans mon canapé, le mini-site concerné étant « aspiré » et transformé en site statique.

    #shameless_autopromo

  • Deux professeurs de l’école d’architecture de #Montpellier dans le collimateur du ministère de la Culture
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/montpellier/deux-professeurs-ecole-architecture-montpellier-collima

    Le malaise était dénoncé par plusieurs professeurs et des dizaines d’étudiants depuis plus d’un an. En réponse, le ministère de la Culture fait tomber ses premières sanctions.

    D’abord, en stoppant le recrutement d’un nouveau directeur à l’école nationale supérieure d’architecture de Montpellier, l’Ensam. La prochaine direction sera nommée hors de l’école et pour une période provisoire de six mois à partir de janvier, avec pour mission de "restaurer un climat d’étude et de travail serein."

    Une décision en forme de désaveu pour le conseil d’administration de l’établissement. Celui-ci avait déjà sélectionné sa candidate, Elodie Nourrigat, enseignante à l’Ensam.

    Également dans le collimateur du Ministère, un autre professeur, Jacques Brion, est suspendu pour quatre mois. Conjoint d’Elodie Nourrigat, il présidait la commission des formations et de la vie étudiante ainsi que la commission pédagogique et scientifique.

    Le couple est accusé de mainmise au sein de l’établissement et de "petits arrangements entre amis". Une quinzaine d’enseignants et deux étudiantes ont déposé des recours devant la justice.

    « {Il y aurait eu des faits caractérisés de harcèlement moral et sexuel, mais aussi l’équivalent d’une forme de trafic d’influence, qui aurait permis des recrutements illégaux. Les enseignants - lanceurs d’alerte - auraient été sanctionnés par mesure de rétorsion.} » Sophie Mazas, avocate des plaignants.

  • #Montpellier : #Squat_des_Archives Utopia003, transition douce, sans expulsion
    https://fr.squat.net/2020/12/11/montpellier-squat-des-archives-utopia003-transition-douce-sans-expulsion

    C’est la fin d’une époque et le début d’une nouvelle. Alors que ces temps de crise sanitaire et économique voient un accroissement déjà inquiétant de la précarité, le collectif #Luttopia, la mairie de Montpellier et la Préfecture de l’Hérault se sont accordés sur le devenir du squat des anciennes archives dans le quartier des Beaux-Arts. […]

    #2_avenue_de_Castelnau #Le_Paquebot #loi_ELAN #lois #réquisition #sans-papiers #Solidarité_Partagée #Utopia_003

  • #Montpellier : près de 3 000 manifestants contre la loi Sécurité globale
    https://www.midilibre.fr/2020/12/12/montpellier-pres-de-3-000-manifestants-contre-la-loi-securite-globale-9254

    En musique et dans une ambiance bon enfant, ils étaient près de 3 000 (1 800 selon la préfecture) à avoir répondu à l’appel du collectif “Danger loi sécurité globale Montpellier" regroupant de nombreuses associations locales. Objectif numéro 1 : demander "le retrait total pur et simple" de cette loi décriée, notamment, pour son article 24, limitant le droit de filmer les forces de l’ordre lors de leurs interventions.

    • En tant que citoyens de la République française, nous avons décidé de faire une occupation citoyenne des quatre écoles maternelles et primaires du quartier du #Petit_Bard tant que les institutions compétentes ne mettront pas en place les conditions minimales qui garantissent l’égalité et donnent réellement les moyens à nos enfants de réussir. Nous voulons que les institutions entendent nos revendications et dire de façon pacifique que nous n’acceptons plus cette situation et que nous voulons que cela change pour l’intérêt et l’avenir de nos enfants, et enfin que les valeurs d’égalité s’appliquent aussi dans nos quartiers. Nous attendons des représentants de la République qu’ils démontrent vraiment leur volonté politique d’agir pour les valeurs républicaines et la mixité sociale et ethnique.

      C’est par ces mots que le #collectif des #parents_d’élèves du quartier du Petit Bard Pergola à #Montpellier interpelle par courrier le 19 juin 2015 la Ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem et le Président de la République François Hollande. Cette mobilisation débute en mai 2015, en réaction à une décision du Conseil départemental de l’Hérault, de modification de l’affectation des élèves dans les collèges proches du quartier. Cette décision est accusée d’aggraver la #ségrégation_scolaire. Elle atteint son apogée avec le chaînage des grilles des écoles du quartier durant dix-sept jours. Cinq années après, la mobilisation dans le quartier n’a pas cessé. Cet article revient sur son origine, ses modes opératoires, qui en font une mobilisation exemplaire dans la lutte contre les discriminations et la ségrégation scolaire. Elle illustre également les formes de mobilisation dans les #quartiers_populaires contre les mécanismes de relégation sociale et spatiale et l’inanité de l’action des pouvoirs publics, lorsque ces derniers n’en viennent pas à les réprimer à bas bruit (Talpin 2016).

      Une mobilisation collective inscrite dans la durée

      Ce qui caractérise la mobilisation du collectif des parents d’élèves du quartier du Petit Bard Pergola, c’est son inscription dans la durée. Le chainage des écoles en mai 2015 intervient à la suite de l’échec des négociations engagées depuis plusieurs semaines. Débute alors un véritable bras de fer institutionnel. Le collectif à l’origine de la mobilisation est une organisation informelle, émanation très souple des #habitants du quartier sans contours précis. Certains parents d’élèves s’y impliquent épisodiquement, d’autres de façon plus pérenne. Si certaines figures émergent plus que d’autres, il ne souhaite pas non plus se doter de portes paroles ou de leaders.

      Les modes d’action sont guidés par la recherche d’une certaine visibilité : prendre à témoin la presse, organiser des événements festifs sur le quartier, #manifestations de rue, etc. C’est ainsi qu’il parvient à enrôler nombre d’habitants, mais également les enseignants des quatre écoles maternelles et primaires du quartier. L’une de celles-ci devient d’ailleurs le quartier général de la mobilisation. Pendant que les enfants confectionnent les banderoles, les pères fabriquent les pancartes, les mères rédigent les slogans : « Tous des enfants de la République ». « Mixité sociale Bla, Bla ?? » « Non au ghetto oui à la mixité », « Apartheid social ». Au-delà du quartier, le collectif étend ses actions à l’ensemble de la ville de Montpellier : blocage des lignes du tramway, manifestations sur la place de la Comédie et devant le parvis de l’hôtel de ville.

      Par son ampleur, la mobilisation dépasse rapidement le cadre de la #ville. (...)

  • J’avais déjà mis en ligne un support de visite pour l’exposition Le Canada et l’impressionnisme du Musée Fabre de #Montpellier, reprenant des présentations textuelles, une sélection d’œuvres et l’intégralité des audioguides.

    Avec le second confinement (l’exposition sera terminée avant que le musée puisse rouvrir ses portes au public), on nous a demandé de réaliser une véritable visite virtuelle à 360, et le musée a obtenu les droits pour qu’on puisse présenter en ligne la plupart des tableaux.

    On a donc transformé les « formes longues » en véritable visite virtuelle :
    https://fabre.montpellier3m.fr/Le-Canada-et-l-impressionnisme

    En règle générale, je ne conçois pas ces visites virtuelles pour « remplacer » une visite au musée, mais essentiellement comme un support de visite (on se promène en salle avec son smartphone, et on bénéficie notamment des audioguides gratuitement sur son propre appareil) et une façon de préparer une visite au musée, mais pour le coup, malheureusement, celle-ci a réellement pour but de remplacer la visite in situ.

    C’est d’autant plus dommage que c’est une très belle expo (les impressionnistes, ça plaît toujours…), les gens qui ont pu la voir en septembre ont tous été impressionnés de découvrir ces artistes peu connus en France, et chacun sortait de l’expo frigorifié, les dernières salles étant emplies de scènes de neige et de glace au Canada. À moins que ce soit l’air conditionné du musée…

    Pour l’aspect technique, il s’agit toujours de ma plateforme sous #SPIP, qui me permet facilement de monter les images en back-office et de placer des hotpsots (les œuvres) dans le panoramique 360°.

    Pour l’affichage des 360, c’est le script Pannellum. Pour la création des tuiles (utilisées par Pannellum), j’utilise les scripts (en ligne de commande donc) fournis par Pannellum (qui, désormais, tournent sur mon Mac avec processeur M1, on peut donc bien faire tourner des logiciels avec Brew et la ligne de commande sur les nouveaux processeurs).

    #shameless_autopromo

    • Je vais peut-être détailler ma méthode pour prendre les images 360°…

      – Pour la prise de vue, j’ai investi dans un appareil Ricoh Z1. C’est un appareil photo très spécifique, qui permet de prendre une photo à 360° en une seule prise de vue. Ça n’est pas (du tout) la qualité d’image qu’on obtient en assemblant des dizaines de photos réalisées avec un appareil reflex, comme on le faisait habituellement, mais en revanche ce n’est pas la même lourdeur pour prendre les photos. Là, je positionne l’appareil sur un pied, je me cache dans un coin, clic, c’est fait j’ai mon image à 360°. Je fais les photos de toute l’expo en une demi-heure maximum.

      Les photos de réflex assemblées, c’est un processus certes extrêmement qualitatif, mais c’est également long (et cher). C’est plutôt adapté aux lieux permanents, qui n’évoluent pas dans le temps.

      Ma version avec un appareil 360, moins qualitative mais infiniment plus rapide, c’est adapté aux expositions temporaires, notamment au fait qu’il y a un délai très court entre la préparation des salles et l’ouverture au public, et c’est aussi adapté à un musée qui « bouge » énormément (au Musée Fabre, même les collections permanentes ne sont pas du tout permanentes, ça « bouge » tout le temps).

      – Dans le cas où je prévois toute une visite avec passage d’une salle à l’autre, je prends soin à toujours orienter l’appareil dans la même direction. De façon à pouvoir toujours « regarder » dans la même direction quand on passe d’une salle à l’autre.

      – En revanche, le capteur est petit, on est donc loin de qualité des images obtenues par un photographe armé d’un reflex. Pour limiter ce (gros) défaut, la première chose est l’utilisation de ce modèle, le Z1, doté d’un capteur deux fois plus gros que les modèles grand public et que son prix réserve à un usage professionnel.

      – Je prends les photos avec le plugin « Dual Fisheye Plugin » :
      https://pluginstore.theta360.com/plugins/com.hirota41.dualfisheye_plugin
      Ainsi au lieu de prendre une photo, l’appareil prend 9 photos successives (avec des temps d’exposition de plus en plus longs), assemblés en une seule photo HDR sauvegardée en RAW.

      Dans tous les cas, cette technique me donne des bien meilleurs résultats que la prise de vue « de base » de l’appareil ; mais dans le cas de salles très sombres, la différence est spectaculaire. Avec l’automatisme de base de l’appareil, j’obtiens des images inutilisables (beaucoup de bruit, disparition des détails…), avec l’empilement de 9 vues dans une image HDR Raw, c’est pas mal du tout :
      https://fabre.montpellier3m.fr/Salle-3-296

      – Cette image est très particulière : il faut l’ouvrir dans Lightroom, et elle est composée de deux images lenticulaires.

      Il faut transformer cela en une image équirectangulaire avec Ricoh Stitcher. Cela fait, j’ajuste encore les niveaux de l’image dans Lightroom.

      – Ensuite je reprends ces images dans Afinity Photo, qui me permet de passer dans une vue panoramique à 360°, de façon à supprimer le pied dans le bas de l’appareil (sur l’image equirectangulaire ci-dessus, le pied, pourtant minuscule, c’estest l’espèce d’Antarctique noire qui parcourt tout le bas de l’image).

      Éventuellement, je corrige d’autres éléments dans l’image (par exemple, faire disparaître un extincteur trop visible).

      – Enfin j’ouvre l’image dans Pixelmator Pro, qui a une impressionnante fonction d’agrandissement des images, à base de Machine Learning, qui permet d’obtenir des images 3 fois plus grandes (donc 9 fois plus de pixels), en limitant les effets pénibles des agrandissements habituels. Disons que le résultat est pas trop mauvais (encore une fois : ça n’a rigoureusement rien à voir avec un assemblage de photos sorties d’un appareil reflex), et ça me donne des images equirectangulaires de 21 000 pixels de large.

      – Ce sont ces images que je fais ensuite passer par le script de Pannellum, pour obtenir des dossiers contenant les tuiles utilisées pour l’affichage des panoramiques.

      J’ai légèrement patché le script pour me fabriquer non seulement les versions JPEG, mais aussi les versions WebP des tuiles. (Il va falloir que je vois si je peux déjà fabriquer des versions AVIF.)

    • Félicitations et merci BEAUCOUP pour les détails :)

      Petite remarque concernant la lisibilité / UX : il me semble que les raccourcis représentant la salle vue du dessus pour accéder à son image 360° n’est pas immédiatement compréhensible pour le visiteur. On peut concevoir que ce soit normal, vu puisqu’aucun visiteur n’a jamais cette vision « aérienne » et donc ne peut rattacher l’image à une expérience personnelle.

      Il me semble que présenter le plan complet et cliquer sur les salles est plus adapté.

    • Montpellier : Partez à la découverte virtuelle de l’exposition « Le Canada & l’Impressionnisme, Nouveaux horizons » - Le Mouvement
      https://lemouvement.info/2020/12/20/montpellier-partez-a-la-decouverte-virtuelle-de-lexposition-le-canada-

      À la suite des mesures gouvernementales liées à la Covid-19, l’exposition « Le Canada & l’Impressionnisme, Nouveaux horizons » au musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole est actuellement fermée.

      Malgré, cette fermeture et pour permettre au grand public de profiter de cette exposition, le musée Fabre propose une visite virtuelle afin d’explorer le détail des peintures, de profiter des audioguides et des contenus écrits par le service des expositions du musée.

    • Impressionnisme canadien : une brillante visite virtuelle au musée Fabre
      https://www.lokko.fr/2020/12/19/impressionnisme-canadien-une-brillante-visite-virtuelle-au-musee-fabre

      Avec « Fabre dans mon canapé », le musée Fabre fait une offre numérique pointue, qui n’a rien à envier aux grands musées français. La visite virtuelle de son exposition « Le Canada et l’impressionnisme, nouveaux horizons » traduit l’ambition digitale de l’honorable institution montpelliéraine.

    • #respect !

      Le dispositif numérique du musée Fabre a du coup pris tout son sens et permis heureusement de découvrir cette centaine d’œuvres de 35 artistes canadiens de la fin du XIXe et du début du XXe siècle présentée par le Musée national des Beaux-arts du Canada.
      […]
      Le musée d’Orsay quant à lui ne propose pas de visite à 360 degrés comme le font le Louvre ou le musée Fabre.

    • Des visites virtuelles pour terminer les vacances - Le Journal Toulousain
      https://www.lejournaltoulousain.fr/lifestyle/visites-virtuelles-vacances-111641

      Les équipes du musée Fabre ont imaginé des galeries virtuelles pour continuer de faire vivre les œuvres durant le confinement mais aussi pour se rendre accessible aux visiteurs et scolaires qui n’ont pas la possibilité de venir à Montpellier. Visites (complètes !) des collections et des expositions, documentaires, podcats, ressources pédagogiques et jeux pour les plus jeunes : une expérience artistique hors les murs… depuis chez soi. L’occasion de découvrir une exposition inédite, organisée en collaboration avec le Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa. Après Munich et Lausanne, l’exposition “Le Canada et l’impressionnisme. Nouveaux horizons” a choisi Montpellier pour son escale française. Riche d’une centaine de tableaux, l’expo met à l’honneur trente-cinq artistes majeurs entre 1880 et 1920, souvent encore inconnus en Europe. De l’initiation à l’impressionnisme à Paris jusqu’à sa réinterprétation avec l’émergence d’une avant-garde canadienne, on découvre des atmosphères et scènes de la vie quotidiennes traitées avec une modernité et une lumière uniques.

    • « À terme, le public doit revenir dans les musées pour être à nouveau confronté à l’oeuvre d’art »
      https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/a-terme-le-public-doit-revenir-dans-les-musees-pour-etre-a-nouveau-confro

      "Depuis le premier confinement, on a développé des dispositifs numériques pour garder le contact, explique-t-il. On a notamment développé une application, « Fabre dans mon canapé », qui propose une visite virtuelle des collections."

  • Ce que Les Nouvelles Grisettes disent de la solidarité en temps de Covid
    https://objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr/innovation/innovation-sociale/2020-12-09/ce-que-les-nouvelles-grisettes-disent-de-la-solidarite-en-temps-de-covid-865575.html

    Le Covid aura aussi fait advenir de belles initiatives. A #Montpellier, les couturiers et couturières sont sortis de l’ombre en se rassemblant dans le collectif Les Nouvelles Grisettes. D’une action bénévole est née une réelle activité. Et dans six mois, le collectif s’installera sur 1.000 m2, en élargissant son champ d’action.

    Cela restera probablement parmi les belles histoires à raconter que laisseront ces temps difficiles de la crise Covid-19... Une histoire de solidarité qui s’est transformée pour créer de l’activité et fédérer une filière jusqu’alors isolée.

    Les grisettes, à Montpellier, étaient de modestes couturières au XVIIe siècle. Elles ont donné leur nom, les Nouvelles Grisettes, à une initiative durant le premier confinement. Sept mois plus tard, le collectif de couturiers et couturières a pris son envol et les Nouvelles Grisettes vont s’installer dans des locaux de 1.000 m2.

    « Au départ, il s’agissait de couturiers et couturières indépendants de Montpellier et de l’Hérault qui se sont lancés bénévolement dans la confection de masques à destination des salariés des entreprises qui continuaient de travailler, rapidement aidés par des amateurs de la couture, rappelle Muriel Fournier, présidente des Nouvelles Grisettes...

  • #Montpellier : délaissé, le moulin de Salicate est toujours entre deux eaux - midilibre.fr
    https://www.midilibre.fr/2020/12/10/delaisse-le-moulin-de-salicate-est-toujours-entre-deux-eaux-9248613.php

    Une guinguette ? Une maison des artistes ? Un musée des moulins ou du Lez ? Les projets évoqués pour le moulin de Salicate au moment de son rachat par la Ville, en 2002, faisaient rêver les habitants des Aubes.

    Le bâtiment en pierre de taille, au confluent du Lez et du Verdanson, était délaissé depuis quelques années. Il y eut fort à faire pour déblayer les tonnes de marbre entreposées par le dernier propriétaire, marbrier de son état, et pour rafraîchir la façade.

    Las ! Près de vingt ans plus tard, aucun projet n’a émergé (1). « On nous avait parlé d’un musée de l’eau mais pour l’instant, Salicate, c’est plutôt le musée des bouteilles de bière », plaisante Jean-Paul, proche voisin. Faisant référence aux stocks entreposés par le service du protocole de la Métropole qui a pris ses quartiers dans un coin du bâtiment.

  • Dans « Dreamland », le mangaka Reno Lemaire représente Montpellier comme dans un rêve
    https://www.20minutes.fr/montpellier/2922899-20201203-dreamland-mangaka-reno-lemaire-represente-montpellier-com

    A chaque dédicace, la même image : « Il y a un monde de dingue. Depuis le fond de la librairie jusqu’à l’angle de la rue, souligne Jean-Pierre Macle, de la librairie Planètes interdites. Reno peut passer des heures à faire des dessins pour ses fans. » « Ça fait partie de sa personnalité. Il est extrêmement accessible, cool, comme dans la vie de tous les jours, abonde son associé, Laurent Rusques. C’est l’un des auteurs français de manga les plus lus. Et l’une des clés de son succès, c’est cette proximité avec son lectorat. »

    De jeunes adultes ou des ados, essentiellement, comme ceux qui nourrissent son histoire. Leurs journées se déroulent à Montpellier. Là où Reno Lemaire est né et a passé l’essentiel de sa vie. « La nuit, mes personnages vivent dans un monde onirique où leurs faiblesses deviennent des forces. Alors, la journée, leur vie devait être très réaliste, avec leurs questions d’ados. Le plus simple était de les retrouver dans des endroits que je connais bien, à Montpellier, Palavas… Je ne les trouve pas stressés, représentatifs de la ville. »

    Ah merde, quand ma grande va découvrir qu’on a un « Mangaka » connu à #Montpellier, je vais souffrir…

    #y’a_d’la_vedette

  • #Montpellier : Découvrez la Ville, sous un nouvel angle, vendredi 4 décembre - le mouvement
    https://lemouvement.info/2020/11/30/montpellier-decouvrez-la-ville-sous-un-nouvel-angle-vendredi-4-decembr

    Vendredi 4 décembre 2020 à 17h, l’Office de Tourisme et Congrès de Montpellier propose une visioconférence sur le thème « Montpellier, une histoire planifiée ».

    […]

    Infos pratiques : « Montpellier, une histoire planifiée », visio-conférence, le vendredi 4 décembre 2020 à 17h | Gratuit uniquement sur inscription via le formulaire en ligne sur https://forms.gle/CvJa2beSLEixadYb9

  • On vient de mettre en ligne le mini-site « Hommage à Frédéric Bazille », sur la plateforme « Fabre dans mon canapé », qu’on avait lancée pour le Musée Fabre de #Montpellier :
    https://fabre.montpellier3m.fr/Hommage-a-Frederic-Bazille

    Comme tu dois le savoir désormais, c’est du #SPIP, et l’originalité à nouveau, c’est que la prestation consiste essentiellement dans la mise en ligne de contenu, plutôt que du développement Web traditionnel.

    Mais il y a tout de même quelques petits détails nouveaux qui enrichissent ma plateforme…

    – Un parcours sur une carte interactive avec des informations géolocalisées :
    https://fabre.montpellier3m.fr/Sur-les-pas-de-Frederic-Bazille-a-Montpellier

    Ça c’est un nouveau format pour la plateforme. J’avais déjà intégré la possibilité d’un parcours géolocalisé sur les longforms, où chaque partie peut être placée sur une carte :
    https://fabre.montpellier3m.fr/Moyen-age-et-Renaissance
    Ici c’est exactement la même structure d’information, mais c’est la carte plein écran qui prime pour entrer dans l’information. Un bouton de géolocalisation de l’usager permet en plus de se promener en ville en suivant la carte. (Sur smartphone, ça détecte en plus la direction dans laquelle pointe le téléphone, ce qui facilite le repérage sur la carte.)

    Et au fait : la documentation de cette page est particulièrement riche, si tu t’intéresses à #Montpellier, tu vas apprendre plein de choses…

    – Une autre interface nouvelle sur la plateforme, c’est une image en « méga-zoom », avec des hotspots :
    https://fabre.montpellier3m.fr/L-Atelier-de-la-rue-de-La-Condamine
    Ça devrait te rappeler une interface réalisée (à la main) par @philippe_de_jonckheere il y a quelques années…
    http://www.desordre.net/accessoires/peinture/bazille
    Là, évidemment, c’est du SPIP, les hotspots se placent en drag-and-drop, et les tableaux sont les fiches de la base de données des œuvres du musée.

    – Une petite visite virtuelle des salles dédiées à l’événement dans le musée :
    https://fabre.montpellier3m.fr/Visite-virtuelle
    J’ai progressé dans le traitement des images sorties de mon appareil 360° (un Ricoh Theta Z1, photos prises en HDR de 9 prises de vues), la qualité des images panoramiques est meilleure qu’au début.

    Et à nouveau, pour les « logos » des différentes pièces, j’utilise des « mini-planètes » que je calcule sur le serveur avec Imagemagick, à partir de mes images équirectangulaires.

    – Enfin plusieurs longforms documentaires. L’un d’eux est consacré à la découverte d’un tableau disparu de Bazille, « sous » un tableau inachevé présent dans les collections du musée :
    https://fabre.montpellier3m.fr/A-la-recherche-du-tableau-disparu

    Pour l’occasion, j’ai développé un petit modèle SPIP, qui me permet de configurer un slider « avant-après » intégré dans le texte de la page, pour montrer le tableau qui dévoile l’image radiographiée en dessous. (Il existe un plugin pour SPIP qui fait quelque chose de similaire, mais j’ai des besoins un peu particuliers, notamment j’impose mon propre plugin d’image_responsive, alors j’ai préféré rapidement refaire un petit truc pour mes propres besoins.)

    Voilà, c’est ma #spip_recette et #shameless_autopromo du jour.

    • @arno , je ne sais pas si c’est de votre ressort, je poste tout de même la lettre émouvante de Gaston Bazille à l’ami de son fils . J’ai mis en gras les ajouts ou changements que j’ai faits.
      https://fabre.montpellier3m.fr/Correspondance
      ““““““““““““““"
      Gaston Bazille [à Edmond Maître ?]
      2 février 1871

      Montpellier, 2 février 1871
      Cher monsieur, votre lettre de la fin de décembre m’est parvenue dans les premiers jours de janvier, je vous expédiai de suite une dépêche télégraphique, il est fort probable qu’elle ne vous soit pas parvenue. Je profite de l’armistice pour vous annoncer l’affreux malheur qui nous a frappés ; mon cher Frédéric est mort en héros, tué de deux balle s à l’attaque de Beaune-la-Rolande, le 28 novembre. Malgré l’occupation prussienne et des difficultés de tout genre, j’ai pu après dix jours, retrouver sur le champ de bataille, parfaitement intact, dans la fosse où il avait été inhumé, le corps de mon cher enfant. J’ai suivi à pied pendant cinq jours dans la neige , l’humble charrette, le seul véhicule que j’avais pu me procurer à Beaune qui portait le cercueil de ce brave soldat, le chemin de fer ne marchait qu’à Issoudin . La mort de Frédéric a été pour Montpellier un deuil public ; il était adoré dans son régiment, comme tant d’autres, il aurait pu facilement avoir un grade dans un état-major, ou attendre tranquillement ici le départ des gardes nationaux mobilisés. Il a voulu servir son pays dès le premier danger ; il est allé un mois environ en Afrique du 15 août au 15 septembre, puis un mois à Montpellier où le 3e Zouave était venu se former, une quarantaine de jours près de Besançon, enfin transporté avec tout un corps d’armée à Gien , il a été frappé quelques jours après, à la tête de son régiment, tout près des murs crénelés de Beaune la Rolande. Le 3e Zouave a été cruellement éprouvé dans cette attaque. J’ai vu à Beaune et plus tard à Montpellier bien des soldats de ce régiment ; tous étaient pleins d’admiration pour Frédéric et m’en parlaient avec les yeux pleins de larmes ; il s’était fait adorer par ses frères d’armes. Il était sergent fourrier, menant à l’attaque une partie de sa compagnie et ses derniers mots à ses soldats, l’un d’eux me les a répétés : « si nous pénétrons dans la ville, fesons (sic) nous tuer, il le faut, c’est notre métier ; mais à aucun prix ne tirons sur des maisons où il y aurait des femmes ou des enfants. »
      Grâce au froid très vif qu’il avait fait, et sur les indications des hommes requis pour enterrer les morts après la bataille, j’ai fait ouvrir la fosse où mon noble fils avait été placé avec une une vingtaine d’hommes, certain de le reconnaître. Son beau visage était aussi calme aussi pur qu’au moment où il avait été frappé ; ce fut certes un moment très affreux pour un père que de retrouver et reprendre son fils au milieu de ces cadavres ; mais aussi quelle profonde satisfaction de le revoir encore, et de le presser dans mes bras. J’ai eu comme tout le monde dans la vie des jours heureux et malheureux ; mais je ne changerai pas la plus belle journée pour celle où j’ai pu retrouver et embrasser mon fils mort.
      Vous qui le connaissiez intimement vous comprenez mieux qu’un autre la perte que nous avons faite.
      Frédéric avait tout pour lui : force, jeunesse, intelligence, talent. Il a sacrifié un brillant avenir sans hésiter une minute ; et si vous aviez vu avec quelle simplicité il a agi ! sans se faire valoir, trouvant son dévouement à son pays tout naturel. Ah oui ! c’était un noble cœur et un beau caractère.
      On nous dit pour nous consoler, à sa mère et à moi : la mort de votre fils a été glorieuse. Sans doute, mais ce n’est pas moins la mort, et jusqu’à la fin de notre vie nous plierons sous le poids de cette immense douleur.
      Quand nous serons revenu à un temps plus calme, je vous prierai , cher Monsieur, de vouloir bien nous faire parvenir toutes les toiles, toutes les œuvres que mon fils avait dans son atelier ; vous voudriez bien aussi, je vous prie, prévenir le propriétaire de l’atelier pour qu’à la fin de l’année de bail, il reprenne possession de ce lieu. Frédéric avait sans doute quelque petits comptes chez divers marchands ; vous me rendrez aussi un bien grand service, de me faire savoir ce qui leur est dû, de manière à ce que je puisse les désintéresser mais sans être trompé par eux, il me serait bien difficile de vérifier les comptes.
      Adieu, mon cher Monsieur, je connais toute l’affection que vous portiez à mon cher Frédéric, je comprends combien cette lettre vous rendra malheureux , Veuillez je vous prie, faire savoir la fatale nouvelle aux autres amis de Frédéric. Je vous embrasse de tout mon cœur,
      Gaston Bazille

    • La guerre de ’70 n’a pas eu lieu pendant mon enfance ... ;-)
      https://fabre.montpellier3m.fr/Correspondance

      TÉLÉGRAMME DE GASTON BAZILLE À EDMOND MAÎTRE LUI ANNONÇANT LA MORT DE FRÉDÉRIC
      8 janvier 1971

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Bazille#Inhumation

      Pour moi, je suis bien sûr de ne pas être tué : j’ai trop de choses à faire dans la vie », déclare-t-il à son capitaine la veille de sa mort.

      Très beau site, mais quel imbécile.

    • Sur le Vidourle, il y a un autre pont romain, qui est quasiment devenu la ville de Sommières (la plupart de 20 arches du pont sont maintenant les fondations des ruelles de la cité médiévale) :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Sommi%C3%A8res

      Le pont au-dessus du Vidourle fut construit au ier siècle et attribué à l’empereur Tibère afin de relier Nîmes à Toulouse. Il était initialement constitué de plus de 20 arches pour une longueur totale de plus de deux cents mètres. Ses dimensions étaient ainsi suffisantes pour enjamber le lit « normal » du Vidourle et assurer la liaison entre les deux rives, malgré les nombreuses crues du fleuve.

      Sommières fut érigée au xe siècle en grande partie sur le pont (dont il ne reste ainsi que 7 arches visibles), à même le lit mineur du fleuve, ce qui explique les nombreuses inondations dont est victime la ville lors des débordements du Vidourle. Sommières fut un des fiefs principaux de la Maison des Princes d’Anduze, Satrapes de Sauve, et de leurs cousins les Roquefeuil-Anduze. Ces deux familles seigneuriales, de grande importance régionale, y battaient monnaie, dans un des ateliers de la ville, entre les années 1220-1266.

  • #Montpellier : Rémi Gaillard surgit en caleçon lors du conseil de métropole organisé en ligne
    https://www.20minutes.fr/montpellier/2914791-20201123-montpellier-remi-gaillard-surgit-calecon-lors-conseil-met

    Ce lundi matin, un homme en caleçon, touillant son café, est apparu lors du conseil de métropole de Montpellier (Hérault), organisé en ligne, en raison de l’épidémie de Covid-19 : c’est Rémi Gaillard. Le célèbre vidéaste a surgi derrière Clothilde Ollier (écologiste), lors de l’une de ses interventions.

    La gauche écologiste montpelliéraine : ces deux-là ont mené deux listes concurrentes au premier tour des municipales (elle avec le soutien des Insoumis locaux). Avant d’aller tous deux soutenir le milliardaire local Mohed Altrad (avec Alenka Doulain, l’autre candidate soutenue par les Insoumis).

  • Les vrais chiffres d’élèves contaminés par le coronavirus en Occitanie
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/vrais-chiffres-eleves-contamines-coronavirus-occitanie-

    Le ministère de l’Education aurait massivement sous-estimé le nombre d’élèves contaminés par le coronavirus, selon une enquête de CheckNews, le site de fact-checking fondé par Libération. En Occitanie, le nombre de cas positifs chez le 0-19 ans serait plus de 11 fois supérieur au chiffres communiqués par le rectorat.

    En Occitanie, les deux académies ont annoncé, le 6 novembre, les chiffres suivants :
    – Académie de #Toulouse : 185 élèves positifs sur les sept derniers jours
    – Académie de #Montpellier : 104 élèves positifs sur les sept derniers jours

    Soit un total de 289 élèves positifs sur la semaine précédant le 6 novembre.

    Pourtant, selon Santé publique France, 526 enfants de 0 à 9 ans et 2 681 jeunes de 10 à 19 ans, prélevés la semaine du 26 octobre au 1 novembre, ont eu dans les jours suivants un résultat positif dans la région. Soit un total de 3 207, 11 fois plus que les chiffres du rectorat.

  • Très intéressante présentation de l’exposition de photo du moment à #Montpellier, consacrée à l’école de New York. (Évidemment, avec le confinement, ça a beau être drôlement bien et drôlement gratuit, c’est un peu rapé pour la visite…)

    Pavillon Populaire : THE NEW YORK SCHOOL SHOW. Les photographes de l’École de New York, 1935-1965
    https://www.youtube.com/watch?v=keV_8N64sJE

    Cet automne, le Pavillon Populaire consacre sa nouvelle exposition aux photographes de « L’École de New York ». Avec THE NEW YORK SCHOOL SHOW, il s’agit de présenter, pour la première fois en Europe, un projet spécifiquement consacré à ce mouvement considéré comme une véritable révolution visuelle.

    On a quand même eu le temps de la visiter avec les gamins juste une semaine avant le confinement. La grande a beaucoup aimé (elle aime bien faire des photos un peu expérimentales, alors ça lui a donné plein d’idées), les petits un peu moins. Mais « les gens rigolos » les ont fait rigoler, alors ça n’a pas été trop difficile.

  • Protocole sanitaire à #Montpellier : des professeurs votent la grève pour alerter sur le danger dans les classes - midilibre.fr
    https://www.midilibre.fr/2020/11/04/protocole-sanitaire-a-montpellier-nous-sommes-en-danger-dans-nos-classes-a

    Au cours d’une assemblée générale concernant l’application du protocole sanitaire renforcé, 42 professeurs du lycée Pierre Mendès-France ont voté la grève ce mardi 3 novembre.
    « Assez des collègues qui arrivent au lycée avec les yeux cernés, la peur au ventre. Pourquoi attendre ? Devons-nous subir tout cela ? Ça suffit, » s’est exclamée une enseignante, la rage au ventre, lors d’une assemblée générale d’une cinquantaine de professeurs qui a eu lieu mardi matin au lycée professionnel Pierre Mendès- France, proche d’Odysseum.

    En cause, la mauvaise gestion, à leurs yeux, de la mise en application du nouveau protocole sanitaire renforcé, à instaurer dans l’établissement scolaire avant lundi 9 novembre, date butoir.

  • Déliv’Rue #Montpellier : cuisinez pour les plus démunis pendant le confinement
    https://www.lagazettedemontpellier.fr/live/5f9fd877d262470f53f6977d/delivrue-montpellier-cuisinez-pour-les-plus-demunis-pendant-l

    Le collectif citoyen Déliv’Rue est lancé ce lundi 2 novembre à Montpellier. Le mouvement solidaire propose dès aujourd’hui aux particuliers de préparer des repas et de les faire livrer aux personnes démunies de Montpellier. Chaque citoyen peut soit cuisiner des petits plats, soit rejoindre le mouvement pour livrer les paniers-repas aux sans-abris.

  • #Montpellier : l’impressionnante vidéo de la fusillade à la Paillade au pied de la tour d’Assas - midilibre.fr
    https://www.midilibre.fr/2020/11/01/montpellier-une-fusillade-a-eclate-a-la-paillade-au-niveau-de-la-tour-dass

    Je me souviens que @marclaime avait écrit, dès le début du premier confinement, que ça allait provoquer des tensions pour le contrôle des territoires de vente de drogue.

  • #Montpellier. Reconfinement : nus comme des vers dans des bassins de l’Ecusson !
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/montpellier-reconfinement-nus-comme-des-vers-dans-des-bassins-de-l-ecusson_3713

    Un Montpelliérain qui n’était pas encore tombé dans les bras de Morphée, a immortalisé depuis sa fenêtre de l’Ecusson, en cette nuit de jeudi à vendredi, une scène surréaliste : vers 2h, quatre inconnus, des jeunes d’une vingtaine d’années fortement alcoolisés, déambulaient nus comme des vers ! 

    Alcool aidant, et température clémente, dans les 15 °C, avec une eau quand même frisquette, le quatuor s’est baigné dans les bassins des fontaines situés place Chabaneau et sur le parvis de la préfecture de l’Hérault, devant l’accès au public…

    Ces inconnus en goguette qui arrosaient certainement le retour au confinement depuis minuit et qui bravaient le couvre-feu, sont restés dans les fontaines durant une bonne demi-heure, avant de poursuivre leur virée complètement à poil dans les rues désertes du centre historique.

    C’est le genre d’information qui me redonne foi en l’humanité.

  • [Aujourd’hui à #Montpellier] Déja le 5ème Marché d’Agropolis !...
    https://www.facebook.com/marche.agropolis/posts/d%C3%A9ja-le-5%C3%A8me-march%C3%A9-dagropolis-organis%C3%A9-par-le-collectif-agropoleat-et-agropolis/147013240482727

    Déja le 5ème Marché d’Agropolis !
    Organisé par Le Collectif Agropol’Eat et Agropolis International,
    Le marché vous accueillera [mardi 29 octobre] de 16h à 19h sur le parvis d’Agropolis International.

    Ce mardi, à la Une :
    – Après les châtaignes, l’automne nous apportent les noix fraîches de Jean Jacques Drevon !
    – C’est aussi la livraison de viande d’agneau : situé sur la commune de Saint-Maurice-Navacelles, Etienne et Maxime de
    La Ferme du Contrevent élèvent un peu plus de 300 brebis en conversion bio. Le troupeau pâture quasiment toute l’année à l’extérieur.
    – Il revient : Patrice du groupement de producteurs du Miladiou avec ses charcuteries, viandes et produits d’épicerie du Tarn et d’Aveyron
    – Les brasseurs à l’honneur cette semaine sont Mathieu et Céline de Brasserie La MatCé qui nous feront découvrir leurs bières artisanales du quartier des Aubes à Montpellier

    Vous retrouverez également :
    – Arnaud et Marie de Les Jardins du Lunaret , maraîchers sur le Campus Agropolis avec leurs légumes en conversion BIO (voir la liste des légumes de la semaine)
    – Gérard, boulanger à Claret avec ses pains, fougaces, rissoles, échaudés
    – Bruno de l’élevage pastoral de Les Chèvres des Quatre Pilas, à Murviel-Lès-Montpellier, avec ses fromages de chèvres
    – Nathalie de Le Coucoutier, éleveuse de poules pondeuses à Saint Jean de la Blaquière, avec ses oeufs BIO
    – Elise de Les cueilleuses sauvages avec ses sirops, tisanes, confitures et condiments confectionnés à partir des plantes sauvages de l’Hérault
    – Guillaume du Domaine Maspiquet à Grabels, avec son vin BIO IGP Collines de la Moure

    […]

    – La plupart des producteurs ne prennent pas la CB et il n’y a pas de distributeurs sur le site, n’oubliez pas de prendre du liquide.

    • comme l’écrivait Pierre Haski :

      (…) comment espérer une meilleure approche de la connaissance de l’histoire si tout le monde a sa statue à égalité face à l’histoire, despote ou libérateur, autocrate ou démocrate ?
      Une solution de compromis pour Montpellier serait de remplacer ces dix statues par une seule, celle de Georges Frêche, qui était tout cela à la fois...

  • Covid-19. CHU de #Montpellier : le niveau 3 du plan blanc va être déclenché
    https://actu.fr/occitanie/montpellier_34172/covid-19-chu-de-montpellier-le-niveau-3-du-plan-blanc-va-etre-declenche_3701216

    Ils révèlent que, « Les équipes non médicales ont été consolidées avec près de 155 recrutements externes réalisés depuis cet été et par le recours aux agences d’intérim. Les recrutements externes se poursuivent à ce jour, mais les viviers de candidats disposant de compétences adaptées et immédiatement disponibles se raréfient. Un dispositif exceptionnel de rémunération en heures supplémentaires majorées à 50% pour les agents se portant volontaires pour venir travailler pendant leur période de congés a été mis en place pour la période du 12 octobre au 13 novembre (…) Ces actions, exceptionnelles, ne sont malheureusement pas suffisantes aujourd’hui et appellent de nouvelles mesures au regard des perspectives épidémiques à court terme de notre territoire. Par conséquent, et pour répondre aux nécessités exceptionnelles de service, nous avons pris la décision de suspendre la scolarité des étudiants en formation au sein des instituts de formation d’IADE, d’IBODE et de Cadres de santé à compter du lundi 26 octobre, pour une durée de deux mois, pour permettre aux étudiants de venir renforcer les équipes hospitalières en fonction de leurs compétences ».