• #Grenoble : plusieurs dizaines de personnes manifestent #contre_les_frontières (VIDÉO)

    À l’appel de plusieurs associations une manifestation se déroule actuellement à Grenoble contre « les frontières, les États impérialistes, et leur politique raciste ». Une manifestation qui se déroule dans le cadre de la journée de commémoration (6 février) des #morts_aux_frontières. Le #6_février_2014, une quinzaine de personnes avaient été tuées alors qu’elles tentaient d’entrer en Europe par la mer à Sebta, colonie espagnole au Maroc. Ce jour-là, indique le communiqué des organisateurs de la manifestation, « 15 personnes étaient mortes noyées, refoulées par la Guardia Civil. »

    https://www.ledauphine.com/social/2020/02/08/isere-grenoble-plusieurs-dizaines-de-personnes-manifestent-contre-les-fr
    #résistance #frontières #manifestation #ouverture_des_frontières #morts_aux_frontières #commémoration #asile #migrations #réfugiés
    #6_février_2020 #mémoire #Ceuta #morts #décès #mémoire

    Commentaire de @karine4 :

    la vidéo est pas super et on était plus de 300 mais bon, ils en ont parlé...

  • Seis años del asesinato impune de 15 inmigrantes en la playa del #Tarajal

    Hoy hace 6 años del asesinato de 15 inmigrantes que trataban de llegar a España por la playa del Tarajal en Ceuta. Fueron recibidos por la Guardia Civil con pelotas de goma y botes de humo cuando aún estaban en el mar y murieron ahogados. El caso fue archivado por “falta de pruebas”. Seis años de impunidad.

    La madrugada del 6 de febrero de 2014 unos 200 inmigrantes se disponían a cruzar la frontera entre Marruecos y España saltando la valla que separa a los dos países a la altura de Ceuta en la Playa del Tarajal. Un grupo trata de pasar la frontera a nado, bordeando un espigón que separa ambos territorios. No son más de 30 metros hasta la playa ceutí del Tarajal. En ese momento comienza la tragedia. Varios agentes de la Guardia Civil les disparan pelotas de goma y gases lacrimógenos cuando aún están en el agua, lo que termina provocando que 15 hombres mueran ahogados según las cifras oficiales. Además 23 fueron expulsados mediante lo que se conoce como “#devoluciones_en_caliente”.

    Durante estos seis años, a pesar de la presión y reclamo por parte de distintas ONG, asociaciones de inmigrantes y otros colectivos por esclarecer lo ocurrido todavía no se ha dirimido la responsabilidad de las muertes de estos inmigrantes y la causa ha sido archivada por “falta de pruebas”.

    En el momento de lo sucedido el Gobierno de Rajoy se negó inicialmente a reconocer que la Guardia Civil había disparado pelotas de goma. Primero, el Cuerpo difundió un vídeo editado para enmascarar su responsabilidad. Pero pronto se descubrió la verdad. A los pocos días un vídeo verdadero salió a la luz. Arrancó una investigación, pero el Partido Popular, en ese momento en el gobierno, vetó la comisión encargada de esclarecer los hechos y censuró la información sobre lo ocurrido en Ceuta.

    A pesar de que un año después 16 Guardia Civiles fueron imputados por homicidio imprudente y citados a declarar en octubre de 2015, se terminó archivando la causa por primera vez de manera provisional argumentando que no había pruebas suficientes y que no lograron contactar con testimonios.

    Las ONG que se han dedicado a seguir el caso como Caminando Fronteras, la Coordinadora de Barrios o la Comisión Española de Ayuda al Refugiado (CEAR) −estas dos últimas personadas como acusación particular en el caso− no han encontrado más que obstáculos durante estos años por parte del Estado. El último, en agosto de 2019 cuando se reabrió la causa, pero terminó archivándose por segunda vez en un proceso en el que ni tan siquiera se tomó declaración a dos de los supervivientes. La ONG Caminando Fronteras había recogido previamente los testimonios de los supervivientes del Tarajal en un informe, pero este fue desestimado por la Justicia.

    La denuncia de todos estos colectivos es clara: no se trata únicamente de un caso de negligencia policial, sino que responde a una lógica de Estado de control migratorio, de ahí el veto claro a la investigación. Hablar del Tarajal es hablar de la política del Estado hacia los inmigrantes, una política que excede al gobierno de aquel entonces y que es criminal con aquellos que tratan de llegar a Europa.

    En 2017 vio la luz el documental Desmontando la impunidad de la frontera sur, un documental de los mismos directores de Ciutat morta (2013) que desglosa el caso tomando testimonios de supervivientes y activistas de asociaciones que buscaron desmontar la versión del gobierno y la Guardia civil apoyada por los medios de comunicación. En el documental también aparecen cargos del Estado y representantes de las fuerzas de seguridad que dejan ver el discurso y políticas xenófobas del Estado y sus garantes.

    https://www.youtube.com/watch?v=81MQN-6IaFM&feature=emb_logo

    El PSOE, en aquel momento en la oposición, no pasó de las críticas a la “gestión” del PP sobre el caso. Sin embargo, cuando se reabrió la causa en el verano de 2019, el PSOE recién llegado al gobierno en funciones no hizo ni una mención sobre el mismo. Algo que nadie esperaba ya que los gobiernos del PSOE han implementado gran parte de las medidas xenófobas del Estado español contra los inmigrantes, empezando por la creación de los CIEs -que ahora continúa con la creación del CIE de Algeciras- la utilización de concertinas en las vallas y las restrictivas leyes de extranjería, políticas que Pedro Sánchez no estaba dispuesto a cambiar. Ni tampoco se propone hacerlo sus socios de Unidas Podemos en e “gobierno progresista”.

    Los hechos de Tarajal no fueron una “tragedia” como sostuvo la prensa, sino un verdadero asesinato de 15 inmigrantes indefensos por parte de la Guardia Civil. Un crimen social que forma parte de una ofensiva imperialista y racista, de políticas fronterizas cada vez más restrictivas, que día a día llevan a la muerte a miles de personas intentando cruzar el mar o las alambradas.

    Oumar, Larios, Joseph, Armand, Daouda, Ibrahim, Ousman, Nana, Jeannot, Yves, Samba, Youssouf y todos los demás que aún siguen sin identificar, Presentes!

    http://www.izquierdadiario.es/Seis-anos-del-asesinato-impune-de-15-inmigrantes-en-la-playa-del-Tar
    #Ceuta #Espagne #Maroc #frontières #massacre #film #film_documentaire #décès #morts #impunité #assassinat #mourir_aux_frontières #morts_aux_frontières #6_février_2014 #refoulement #push-back

    Plus sur Tarajal sur seenthis:
    https://seenthis.net/tag/tarajal

    ping @reka

  • Recensement de personnes tuées par la police ou à cause de son action : 2005-2015

    VICTIMES DE LA POLICE ( connus ) DEPUIS 2005 ( en France ) :

    2005 : 6 morts, 3 blessés grave ( connus ) :

    Janvier : Abou Bakari Tandia meurt des suites de sa garde-à-vue au commissariat de Courbevoie (92).

    7 Mars : Balé Traoré grièvement blessé à bout pourtant par un policier dans le quartier de la Goutte d’Or ( paris 18) alors qu’il n’avait lui même pas d’arme.

    Avril : Un jeune de 17 ans, tué lors d’une poursuite par des policiers à Aubervilliers (93)

    Octobre : Samir Abbache 26 ans, tué à la prison de Mulhouse (68)

    Octobre : Zied 17 ans et Bouna 15 ans, poursuivis par la police et morts électrocutés dans un transformateur à Clichy-sous-Bois (93).

    Novembre : Eric Blaise retrouvé mort dans des circonstances suspectes au mitard à Fleury-Mérogis (91)

    Juillet 2005 : Aux Mureaux ( 78) un adolescent de 14 ans touché par un tir de flash ball perd un œil.

    2006 : 10 morts, 7 blessés :

    Janvier : Eric Mourier 28 ans, mort au mitard de la prison Saint-Joseph (69).

    Mars 2006 : 2 frères insultés et battus par des policiers chez eux devant leur mère à Cergy (95).

    Mai : Fethi Traoré 31 ans, poursuivit par la police il se noie dans la Marne (94).

    29 Mai : Komotine mère de famille, insultée gazée menottée et traînée par 4 policiers devant ses enfants et ses voisins à Montfermeil ( 93).

    Juin : Vilhelm Covaci 20 ans, noyé dans le canal de Saint Denis (93) lors d’une poursuite

    Daniel Moldovan a également sauté dans l’eau avant d’être interpellé et tabassé jusqu’à en perdre connaissance.

    Deux réfugiés poursuivis, écrasés sur une autoroute à Calais (32). [juin 06]

    Octobre : Clichy-sous-Bois un jeune de 16 ans touché au flash ball perd un œil.

    Novembre : Taoufik El-Amri noyé par hydrocution dans un canal de Nantes (44) après un contrôle de police.

    Décembre :Guillaume Perrot retrouvé noyé à Corbeil-Essonnes après avoir été laissé seul sur la berge de la Seine par des policiers.

    Août : Albertine Sow enceinte au moment des faits a été frappée au ventre et gazée par des policiers alors qu’elle était témoin de violences policières à paris.

    2007 : 19 morts, 2 blessés :

    Janvier : Jonathan 24 ans mort en tombant d’un toit en voulant échapper à la police à Montpellier (34).

    Fevrier : Raouf et Tina 15 et 17 ans, morts lors d’une poursuite par des policiers à Saint-Fons, près de Lyon (69). [fév 07] 1 rescapé de 16 ans, Myriam Bahmed 17 ans tombe dans le coma.

    Louis Mendy 34 ans père de famille, tué d’une balle dans la tête par un policier à Toulon (83).

    Pierre visé à la tête et frappé par un flash-ball dans une manifestation lycéenne. Pierre a perdu l’œil droit le 27 novembre 2007 à Nantes.

    Mai : 1 jeune de 17 ans blessé par balle par un policier à Grigny (91)

    Juin : Un homme de 58 ans, mort dans la cellule de dégrisement du commissariat à Bordeaux (33).

    Lamine Dieng 25 ans, meurt dans un fourgon de police à Paris (75).

    Nelson 14 ans mort après avoir été fauché par une voiture de police sur un passage clouté à Marseille (13). [juin 07]

    Elmi Mohammed 23 ans, mort noyé dans la Saône après avoir été poursuivi par la police (69). [juin 07]

    Juillet : 1 homme de 40 ans, tué par balle par des policiers du Service régional des transports de la gare du Nord à Paris. [27 juillet 2007]

    Ait Brahim Moulay Mohamed 27 ans, mort par pendaison dans les douches du centre de rétention administrative de Bordeaux (33).

    Un homme de 37 ans, mort lors de sa garde-à-vue à Rouen (76).

    Septembre : Un homme de 48 ans, mort dans une cellule de dégrisement au commissariat de Dieppe (76).

    Une femme de 51 ans Chulan Liu « sans papiers » morte après un saut par la fenêtre à l’arrivée de la police, Paris (75) ( 25 septembre 07)

    Joseph RANDOLPH 42 ans, mort suite à son interpellation.

    (Paris, 8 septembre )

    Novembre : Larami et Mushin morts suite à une collision avec une voiture de police à Villiers-le-Bel (95).

    2008 : 11 morts et au moins 7 bléssés ( connus)

    Janvier : Lu Semedo Da Veiga 28 ans, mort à la prison de Fresnes (94) suite à un refus de soins.

    Reda Semmoudi defenestré par la police lors d’une perquisition à Noisy-le-Sec (93).

    Avril : Baba Traoré 29 ans mort noyé dans la Marne (94) suite à une poursuite par la police.

    Mai : Abdelakim Ajimi mort étouffé par plusieurs policiers à Grasse (06).

    Joseph Guerdner 27 ans tué de 7 balles dans le dos en fuyant menotté dans le Var (83).

    Lamba Soukouna 28 ans frappé à coup de crosse et de flash ball à la tête par un brigadier en présence de 3 autres « collègues » à Villepinte. [8 mai 2008] Lamba souffre de la drépanocytose, il a porté plainte.

    Juin : Mohamed 39 ans père de famille tué par balles à Corbeil-Essonnes (91). [19 juin08]

    Salem Essouli, mort par manque de soins au centre de rétention administrative de Vincennes (75).

    Août : Fakraddine Zarai Zarai 30 ans, mort par pendaison au radiateur de sa cellule dans la prison de Saint Quentin Fallavier à Lyon (69). [8 août 2008] A 2 semaines de sa libération.

    Septembre :Ilies 16 ans mort lors d’une poursuite par des policiers de la BAC de Romans sur Isére (Drôme). [29 septembre 2008]

    Octobre : Elvis Akpa mort suite à une chute du septième étage en tentant d’échapper à la police à Paris. [1er Octobre 2008]

    1 homme de 22 ans et 1 adolescent de 14 ans matraqué et blessé par un projectile de Taser par deux policiers pendant un contrôle d’identité à Montfermeil (93).[8 octobre 2008] Les deux frères bénéficieront de six jours d’ITT.

    Abdoulaye Fofana 20 ans tabassé dans le hall de son immeuble par 2 policiers à coups de matraque, tonfa et crosse de flash-ball, à Montfermeil(93). [14 octobre 2008]

    Novembre : Naguib Toubache 20 ans tué par la balle d’un gendarme à Montataire dans l’Oise (60). [28 nov 08]

    2009 : 6 morts, et au moins 5 bléssés graves (connus) :

    Septembre 2009 : Hakim Djellassi, âgé de 31 ans, est mort deux jours après son interpellation par la police à Lille à son hôtel.

    Mars : 1 homme de 29 ans tué par un policier au péage de Courtevroult lors d’une course poursuite à Bussy Saint-Georges (Seine-et-Marne).

    [7 mars 2009]

    Mai :Oussama Mouhtarim 21 ans plongé dans le coma après une interpellation en gare de Massy (92). [28 mai 09]

    Juin :ALI ZIRI 69 ans mort à la suite d’un contrôle policier à Argenteuil (92).[9 juin 2009]

    Arezki K. 61 ans battu par des policiers à Argenteuil (92). [9 juin 2009]

    Un étudiant de 25 ans à été touché par un tir de flash ball et a perdu son œil. (Toulouse, en mars )

    Un jeune à Neuilly-sur-Marne, en mai perd également son œil à la suite d’un tir de flash ball.

    Juillet : Joachim Gatti touché au visage par un tir de flash ball, il perd un œil.( Juillet 2009 à Montreuil )

    Mohammed Bemouna selon la justice mort par pendaison en garde à vue malgré qu’il n’y ai aucune traces de pendaisons sur le corps du jeune homme à Firminy dans la Loire (08/07/2009).

    Août : Yakou SANOGO 18 ans mort lors d’une course poursuite par la police à Bagnolet (93). [9 août 09]

    Mohamed Boukourou 41 ans mort dans un fourgon de police où il avait été conduit de force, à Valentigney (25). [12 nov. 2009]

    2010 : 9 morts et au moins 4 blessés ( connus) :

    Septembre : Lassana DIARRA mort en garde à vue dans un commissariat de la région parisienne. [2010]

    Avril : Philippe C. 35 ans dans le coma suite à une altercation avec un policier dans le commissariat du 18e arrondissement de Paris. [13 avril 2010]

    Mickaël Verrelle 29 ans Battu à Chambéry par un policier.

    Dans le coma.[23/24 avril 2010]

    Juillet : Karim BOUDOUDA 27 ans tué d’une balle dans la tête par la police à Grenoble. [16/07/2010]

    Luigi Duquenet 22 ans, tué par un gendarme dans la nuit de vendredi à samedi au cours d’une course-poursuite après avoir forcé un contrôle. En loir et cher. [16-17/07/2010]

    Le 8 Août 2010, a Mantes la jolie ( 78) un jeune de 17 ans se noie en tentant d’échapper à la police.

    Septembre : Anis Feninekh 28 ans tabassé par un policier à Juvisy.

    Octobre : un lycéen de Montreuil est touché par un tir de flash ball au visage, il perd un œil.

    Louis Klinger meurt lors de son interpellation par la police à Dijon.

    Novembre : Mamadou Marega meurt après s’être fait tapé et tazé par la police dans un immeuble à Colombes (92).

    Décembre : Mostefa Ziani résident d’un foyer de Marseille, est décédé lundi matin après avoir été victime d’un arrêt cardiaque dû a un tir de flash-ball d’un policier. (14 Décembre )

    2011 : Au moins 10 morts ( connus ) :

    Le 1er Janvier Steve 25 ans est tué par balle par la police en seine et marne.

    Le 23 Février à Lyon un jeune homme de 20 ans est abattu de 2 balles tirées par la police.

    13 avril 2011 : un homme de 43 ans, connu comme schizophrène, meurt à Angers après son interpellation Le parquet saisit l’IGPN.

    Le 5 juin Une fillette de neuf ans se trouve toujours dans le coma après avoir été grièvement blessée à la tête, lors d’affrontements dans le quartier sensible des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes, dans l’Essonne.

    Les circonstances du drame restent pour l’heure contradictoires. Le père de la victime accusait dès lundi la police d’avoir blessé sa fille avec un flash ball.

    Le 25 juin un jeune homme de 25 ans souffrant apparemment de graves troubles psychiatriques, a été tué dans un échange de tirs avec des policiers près de Montfermeil (Seine-Saint-Denis)

    Juillet 2011 : un jeune de Nanterre Mohamed est décédé après une chute de son deux roues alors que les policiers lui auraient tirés dessus au flash-bal. Cette chute a entraîné sa mort.

    Le 29 Août, Un jeune homme est décédé à Neuilly-sur-Seine (92) après une course poursuite en scooter avec la police.

    20 sept 2011 : une personne autiste de 48 ans interpellé en pleine crise à Marseille meurt d’un arrêt cardio-vasculaire. Le parquet saisit l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) et ouvre une enquête pour homicide involontaire.

    5 novembre : Paris st Lazare : Un homme meurt d’un infarctus suite à son interpellation violente.

    Le 27 Décembre à Clermont-Ferrand un jeune se tue en voiture parce qu’il est poursuivis par la police.

    2012 : Déjà 14 morts ( connus) et ( au moins ) 4 blessés grave (connus) :

    11 janvier 2012 : Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) :

    Abdel 25 ans meurt « d’une crise cardiaque » lors d’un contrôle.

    10 janvier 2012 : Clermont Ferrand : Wissam El-Yamni 30 ans, battu par la police, il tombe dans le coma et succombera de ses blessures 10 jours plus tard. La famille attend toujours une contre-expertise d’autopsie. Le corps n’a donc toujours pas pu être inhumé.

    11 Mars 2012 : Ivry : Ahamadou Maréga, 17 ans mort à la suite d’une poursuite par la police.

    27 Mars 2012 : Lyon : un homme, âgé de 39 ans, est mort des suites de ses blessures, il serait « tombé » d’une voiture de police.

    21 Avril 2012 : Noisy-le-sec ( 93) : Amine Bentounsi est tué par un policier de plusieurs balles dans le dos.

    14 Mai Nantes : un garçon de 13 ans se noit afin d’échapper à la police.

    22 Mai : Massy Palaiseau : 2 jeunes en scooter sont

    percutés par la police, l’un est grièvement blessé, l’autre meurt.

    17 Mai : Cayenne : Un jeune de 17 ans meurt au commissariat.

    Dans la nuit du 5 au 6 Juin : Melun : Youssef Mahdi 24 ans

    est mort des suites de sa noyade dans la seine, alors qu’il

    voulait échapper à un contrôle de police.

    9 Juin : Villiers-le-Bel : 2 jeunes sont blessés dont l’un

    grièvement : Rodrigue 20 ans actuellement dans le coma. Ils ont été percutés par une voiture de la BAC, 5 ans après la mort de Lakhamy et Moushin percuté dans le même quartier par la police.

    12 Juin : Une femme de 62 ans meurt lors d’une perquisition de police à Bondy ( cité martin luther king) Elle aurait fait un malaise cardiaque.

    23 Juin : Un fillette de 18 mois et son père blessé par des policiers à La Verrière (Yvelines)

    26 Juin : Nabil, un jeune villefranchois de 26 ans a été tué, à Millau, par la balle d’un fonctionnaire de police appartenant à la BAC.

    18 Juillet : Un homme s’est noyé dans la Marne au Perreux-sur-Marne dans la nuit de mardi à mercredi alors qu’il tentait d’échapper à la police avec deux autres personnes soupçonnées d’avoir commis un vol.Le noyé est un homme de 35 ans « aux nombreux antécédents judiciaires », domicilié à Gentilly, également dans le Val-de-Marne, a précisé la même source. Auditionnée, sa mère « ne dépose pas plainte », a-t-elle ajouté.

    9 Juillet : Norredine 28 ans, originaire du Soudan, est mort dans le centre ville

    de Calais. Son corps a été sorti du canal à proximité de la

    sous-préfecture. Comme souvent, la police a refusé catégoriquement à la

    famille et aux proches l’accès au corps, et de rechercher les causes de la

    mort.

    2013 :

    13 Février : Marseille : Yassin Aïbeche Souilah 19 ans a été touché de plusieurs balles d’un policier ( qui n’était pas en service et qui aurait été « ivre ».)

    Yacine est mort à l’hôpital des suites de ses blessures, le jeudi 14 février à 7h du matin. Le policier serait en détention provisoire sous le chef d’inculpation d’homicide volontaire.

    28 Mars : Montigny-en-Gohelle ( 62) : Lahoucine Ait Omghar 26 ans tué par un policier de plusieurs balles dans la poitrine.

    Une instruction a été ouverte. La famille a porté plainte.

    Novembre : Orléans : Loic Louise 21 ans est mort après avoir reçu une décharge de taser.

    Ouverte par le parquet d’Orléans, l’enquête est désormais terminée. Selon l’avocat de la famille Louise la mort du jeune homme résulte d’une utilisation prolongée du Taser. Le procureur souhaite rencontrer la famille pour donner les conclusions.

    2014 :

    20 decembre : Bertrand Nzohabonayo-tué par des policiers à Joué les tours

    1er Avril : Marseille : Morad , 16 ans defenestré par la police à Marseille

    29 juillet : Montgeron( 91 ) : Dorel Iosif Floare a été tué par un policier d’une balle dans le thorax.

    21 août : Abdelhak Gorafia, 51 ans est mort dans des conditions troubles lors de son transfert par la police française vers l’aéroport de Roissy Charles De Gaulle, en exécution d’un arrêté ministériel d’expulsion.

    « Il n’est pas mort naturellement mais s’est étouffé devant les policiers ou sous l’effet de leurs contraintes. Ce qui suppose des convulsions et une mort atroce. Comment peut-on ne pas porter secours à quelqu’un qui s’asphyxie ? »

    26 Août : Colmar : Houcine Bouras 23 ans, a été tué par un gendarme alors qu’il était menotté et dans un véhicule de police.

    « Violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». C’est sous ce chef d’inculpation que le procureur de la République de Colmar Bernard Lebeau a qualifié la responsabilité du gendarme. Une instruction a été ouverte. La famille réclame vérité et justice.

    5 Septembre : Paris : un homme de 34 ans est mort après que les policiers ait utilisé leur pistolet à impulsion électrique. ( pas de nom connu )

    17 Octobre : Toulouse : Timothée Lake 20 ans est abattu d’une balle dans le cœur par un policier de la BAC.

    La police plaide la légitime défense (…) mais l’enquête est loin d’être terminée.

    2 novembre : Tarn ( ZAD du testet ) : Rémy Fraisse, 21 ans mort après avoir reçu une grenade de la gendarmerie.

    16 janvier 2014, Abdoulaye Camara, 30 ans, mourrait dans le quartier de la Mare Rouge touché par plusieurs balles de deux policiers havrais.

    2015 :

    15 Février : Un jeune garçon de 14 ans, qui se trouvait au volant d’une voiture, s’est tué dimanche matin à Romans-sur-Isère (Drôme) en tentant d’échapper à un contrôle de police.

    CETTE « LISTE » n’est PAS « EXHAUSTIVE »

    Ce recensement est fait à partir de ce qui est diffusé dans la presse. Certaines histoires ont été confirmées par des familles de victimes,

    mais si aucuns témoins et proches/familles ne se manifestent ; les mémoires des victimes sont bafouées.

    Presque a chaque meurtre commis par la police, la victime est accablée, la plupart des enquêtes sont bâclées et amènent trop souvent à des conclusions de « légitime défense » pour les fonctionnaires …

    Nous nous devons de rétablir la vérité.

    La peine de mort a été abolie mais certaines vies reste à la merci de mercenaires de l’état.

    PAS DE JUSTICE PAS DE PAIX !

    N’hésitez pas à nous contacter pour nous signaler un oubli, une erreur (toutes nos excuses si c’est le cas) et/ou pour faire un témoignage.

    Contact mail : lalibrelucha@gmail.com

    VICTIMES DE LA POLICE ( connus ) DEPUIS 2005 ( en France ) :

    2005 : 6 morts, 3 blessés grave ( connus ) :

    Janvier : Abou Bakari Tandia meurt des suites de sa garde-à-vue au commissariat de Courbevoie (92).

    7 Mars : Balé Traoré grièvement blessé à bout pourtant par un policier dans le quartier de la Goutte d’Or ( paris 18) alors qu’il n’avait lui même pas d’arme.

    Avril : Un jeune de 17 ans, tué lors d’une poursuite par des policiers à Aubervilliers (93)

    Octobre : Samir Abbache 26 ans, tué à la prison de Mulhouse (68)

    Octobre : Zied 17 ans et Bouna 15 ans, poursuivis par la police et morts électrocutés dans un transformateur à Clichy-sous-Bois (93).

    Novembre : Eric Blaise retrouvé mort dans des circonstances suspectes au mitard à Fleury-Mérogis (91)

    Juillet 2005 : Aux Mureaux ( 78) un adolescent de 14 ans touché par un tir de flash ball perd un œil.

    2006 : 10 morts, 7 blessés :

    Janvier : Eric Mourier 28 ans, mort au mitard de la prison Saint-Joseph (69).

    Mars 2006 : 2 frères insultés et battus par des policiers chez eux devant leur mère à Cergy (95).

    Mai : Fethi Traoré 31 ans, poursuivit par la police il se noie dans la Marne (94).

    29 Mai : Komotine mère de famille, insultée gazée menottée et traînée par 4 policiers devant ses enfants et ses voisins à Montfermeil ( 93).

    Juin : Vilhelm Covaci 20 ans, noyé dans le canal de Saint Denis (93) lors d’une poursuite

    Daniel Moldovan a également sauté dans l’eau avant d’être interpellé et tabassé jusqu’à en perdre connaissance.

    Deux réfugiés poursuivis, écrasés sur une autoroute à Calais (32). [juin 06]

    Octobre : Clichy-sous-Bois un jeune de 16 ans touché au flash ball perd un œil.

    Novembre : Taoufik El-Amri noyé par hydrocution dans un canal de Nantes (44) après un contrôle de police.

    Décembre :Guillaume Perrot retrouvé noyé à Corbeil-Essonnes après avoir été laissé seul sur la berge de la Seine par des policiers.

    Août : Albertine Sow enceinte au moment des faits a été frappée au ventre et gazée par des policiers alors qu’elle était témoin de violences policières à paris.

    2007 : 19 morts, 2 blessés :

    Janvier : Jonathan 24 ans mort en tombant d’un toit en voulant échapper à la police à Montpellier (34).

    Fevrier : Raouf et Tina 15 et 17 ans, morts lors d’une poursuite par des policiers à Saint-Fons, près de Lyon (69). [fév 07] 1 rescapé de 16 ans, Myriam Bahmed 17 ans tombe dans le coma.

    Louis Mendy 34 ans père de famille, tué d’une balle dans la tête par un policier à Toulon (83).

    Pierre visé à la tête et frappé par un flash-ball dans une manifestation lycéenne. Pierre a perdu l’œil droit le 27 novembre 2007 à Nantes.

    Mai : 1 jeune de 17 ans blessé par balle par un policier à Grigny (91)

    Juin : Un homme de 58 ans, mort dans la cellule de dégrisement du commissariat à Bordeaux (33).

    Lamine Dieng 25 ans, meurt dans un fourgon de police à Paris (75).

    Nelson 14 ans mort après avoir été fauché par une voiture de police sur un passage clouté à Marseille (13). [juin 07]

    Elmi Mohammed 23 ans, mort noyé dans la Saône après avoir été poursuivi par la police (69). [juin 07]

    Juillet : 1 homme de 40 ans, tué par balle par des policiers du Service régional des transports de la gare du Nord à Paris. [27 juillet 2007]

    Ait Brahim Moulay Mohamed 27 ans, mort par pendaison dans les douches du centre de rétention administrative de Bordeaux (33).

    Un homme de 37 ans, mort lors de sa garde-à-vue à Rouen (76).

    Septembre : Un homme de 48 ans, mort dans une cellule de dégrisement au commissariat de Dieppe (76).

    Une femme de 51 ans Chulan Liu « sans papiers » morte après un saut par la fenêtre à l’arrivée de la police, Paris (75) ( 25 septembre 07)

    Joseph RANDOLPH 42 ans, mort suite à son interpellation.

    (Paris, 8 septembre )

    Novembre : Larami et Mushin morts suite à une collision avec une voiture de police à Villiers-le-Bel (95).

    2008 : 11 morts et au moins 7 bléssés ( connus)

    Janvier : Lu Semedo Da Veiga 28 ans, mort à la prison de Fresnes (94) suite à un refus de soins.

    Reda Semmoudi defenestré par la police lors d’une perquisition à Noisy-le-Sec (93).

    Avril : Baba Traoré 29 ans mort noyé dans la Marne (94) suite à une poursuite par la police.

    Mai : Abdelakim Ajimi mort étouffé par plusieurs policiers à Grasse (06).

    Joseph Guerdner 27 ans tué de 7 balles dans le dos en fuyant menotté dans le Var (83).

    Lamba Soukouna 28 ans frappé à coup de crosse et de flash ball à la tête par un brigadier en présence de 3 autres « collègues » à Villepinte. [8 mai 2008] Lamba souffre de la drépanocytose, il a porté plainte.

    Juin : Mohamed 39 ans père de famille tué par balles à Corbeil-Essonnes (91). [19 juin08]

    Salem Essouli, mort par manque de soins au centre de rétention administrative de Vincennes (75).

    Août : Fakraddine Zarai Zarai 30 ans, mort par pendaison au radiateur de sa cellule dans la prison de Saint Quentin Fallavier à Lyon (69). [8 août 2008] A 2 semaines de sa libération.

    Septembre :Ilies 16 ans mort lors d’une poursuite par des policiers de la BAC de Romans sur Isére (Drôme). [29 septembre 2008]

    Octobre : Elvis Akpa mort suite à une chute du septième étage en tentant d’échapper à la police à Paris. [1er Octobre 2008]

    1 homme de 22 ans et 1 adolescent de 14 ans matraqué et blessé par un projectile de Taser par deux policiers pendant un contrôle d’identité à Montfermeil (93).[8 octobre 2008] Les deux frères bénéficieront de six jours d’ITT.

    Abdoulaye Fofana 20 ans tabassé dans le hall de son immeuble par 2 policiers à coups de matraque, tonfa et crosse de flash-ball, à Montfermeil(93). [14 octobre 2008]

    Novembre : Naguib Toubache 20 ans tué par la balle d’un gendarme à Montataire dans l’Oise (60). [28 nov 08]

    2009 : 6 morts, et au moins 5 bléssés graves (connus) :

    Septembre 2009 : Hakim Djellassi, âgé de 31 ans, est mort deux jours après son interpellation par la police à Lille à son hôtel.

    Mars : 1 homme de 29 ans tué par un policier au péage de Courtevroult lors d’une course poursuite à Bussy Saint-Georges (Seine-et-Marne).

    [7 mars 2009]

    Mai :Oussama Mouhtarim 21 ans plongé dans le coma après une interpellation en gare de Massy (92). [28 mai 09]

    Juin :ALI ZIRI 69 ans mort à la suite d’un contrôle policier à Argenteuil (92).[9 juin 2009]

    Arezki K. 61 ans battu par des policiers à Argenteuil (92). [9 juin 2009]

    Un étudiant de 25 ans à été touché par un tir de flash ball et a perdu son œil. (Toulouse, en mars )

    Un jeune à Neuilly-sur-Marne, en mai perd également son œil à la suite d’un tir de flash ball.

    Juillet : Joachim Gatti touché au visage par un tir de flash ball, il perd un œil.( Juillet 2009 à Montreuil )

    Mohammed Bemouna selon la justice mort par pendaison en garde à vue malgré qu’il n’y ai aucune traces de pendaisons sur le corps du jeune homme à Firminy dans la Loire (08/07/2009).

    Août : Yakou SANOGO 18 ans mort lors d’une course poursuite par la police à Bagnolet (93). [9 août 09]

    Mohamed Boukourou 41 ans mort dans un fourgon de police où il avait été conduit de force, à Valentigney (25). [12 nov. 2009]

    2010 : 9 morts et au moins 4 blessés ( connus) :

    Septembre : Lassana DIARRA mort en garde à vue dans un commissariat de la région parisienne. [2010]

    Avril : Philippe C. 35 ans dans le coma suite à une altercation avec un policier dans le commissariat du 18e arrondissement de Paris. [13 avril 2010]

    Mickaël Verrelle 29 ans Battu à Chambéry par un policier.

    Dans le coma.[23/24 avril 2010]

    Juillet : Karim BOUDOUDA 27 ans tué d’une balle dans la tête par la police à Grenoble. [16/07/2010]

    Luigi Duquenet 22 ans, tué par un gendarme dans la nuit de vendredi à samedi au cours d’une course-poursuite après avoir forcé un contrôle. En loir et cher. [16-17/07/2010]

    Le 8 Août 2010, a Mantes la jolie ( 78) un jeune de 17 ans se noie en tentant d’échapper à la police.

    Septembre : Anis Feninekh 28 ans tabassé par un policier à Juvisy.

    Octobre : un lycéen de Montreuil est touché par un tir de flash ball au visage, il perd un œil.

    Louis Klinger meurt lors de son interpellation par la police à Dijon.

    Novembre : Mamadou Marega meurt après s’être fait tapé et tazé par la police dans un immeuble à Colombes (92).

    Décembre : Mostefa Ziani résident d’un foyer de Marseille, est décédé lundi matin après avoir été victime d’un arrêt cardiaque dû a un tir de flash-ball d’un policier. (14 Décembre )

    2011 : Au moins 10 morts ( connus ) :

    Le 1er Janvier Steve 25 ans est tué par balle par la police en seine et marne.

    Le 23 Février à Lyon un jeune homme de 20 ans est abattu de 2 balles tirées par la police.

    13 avril 2011 : un homme de 43 ans, connu comme schizophrène, meurt à Angers après son interpellation Le parquet saisit l’IGPN.

    Le 5 juin Une fillette de neuf ans se trouve toujours dans le coma après avoir été grièvement blessée à la tête, lors d’affrontements dans le quartier sensible des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes, dans l’Essonne.

    Les circonstances du drame restent pour l’heure contradictoires. Le père de la victime accusait dès lundi la police d’avoir blessé sa fille avec un flash ball.

    Le 25 juin un jeune homme de 25 ans souffrant apparemment de graves troubles psychiatriques, a été tué dans un échange de tirs avec des policiers près de Montfermeil (Seine-Saint-Denis)

    Juillet 2011 : un jeune de Nanterre Mohamed est décédé après une chute de son deux roues alors que les policiers lui auraient tirés dessus au flash-bal. Cette chute a entraîné sa mort.

    Le 29 Août, Un jeune homme est décédé à Neuilly-sur-Seine (92) après une course poursuite en scooter avec la police.

    20 sept 2011 : une personne autiste de 48 ans interpellé en pleine crise à Marseille meurt d’un arrêt cardio-vasculaire. Le parquet saisit l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) et ouvre une enquête pour homicide involontaire.

    5 novembre : Paris st Lazare : Un homme meurt d’un infarctus suite à son interpellation violente.

    Le 27 Décembre à Clermont-Ferrand un jeune se tue en voiture parce qu’il est poursuivis par la police.

    2012 : Déjà 14 morts ( connus) et ( au moins ) 4 blessés grave (connus) :

    11 janvier 2012 : Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) :

    Abdel 25 ans meurt « d’une crise cardiaque » lors d’un contrôle.

    10 janvier 2012 : Clermont Ferrand : Wissam El-Yamni 30 ans, battu par la police, il tombe dans le coma et succombera de ses blessures 10 jours plus tard. La famille attend toujours une contre-expertise d’autopsie. Le corps n’a donc toujours pas pu être inhumé.

    11 Mars 2012 : Ivry : Ahamadou Maréga, 17 ans mort à la suite d’une poursuite par la police.

    27 Mars 2012 : Lyon : un homme, âgé de 39 ans, est mort des suites de ses blessures, il serait « tombé » d’une voiture de police.

    21 Avril 2012 : Noisy-le-sec ( 93) : Amine Bentounsi est tué par un policier de plusieurs balles dans le dos.

    14 Mai Nantes : un garçon de 13 ans se noit afin d’échapper à la police.

    22 Mai : Massy Palaiseau : 2 jeunes en scooter sont

    percutés par la police, l’un est grièvement blessé, l’autre meurt.

    17 Mai : Cayenne : Un jeune de 17 ans meurt au commissariat.

    Dans la nuit du 5 au 6 Juin : Melun : Youssef Mahdi 24 ans

    est mort des suites de sa noyade dans la seine, alors qu’il

    voulait échapper à un contrôle de police.

    9 Juin : Villiers-le-Bel : 2 jeunes sont blessés dont l’un

    grièvement : Rodrigue 20 ans actuellement dans le coma. Ils ont été percutés par une voiture de la BAC, 5 ans après la mort de Lakhamy et Moushin percuté dans le même quartier par la police.

    12 Juin : Une femme de 62 ans meurt lors d’une perquisition de police à Bondy ( cité martin luther king) Elle aurait fait un malaise cardiaque.

    23 Juin : Un fillette de 18 mois et son père blessé par des policiers à La Verrière (Yvelines)

    26 Juin : Nabil, un jeune villefranchois de 26 ans a été tué, à Millau, par la balle d’un fonctionnaire de police appartenant à la BAC.

    18 Juillet : Un homme s’est noyé dans la Marne au Perreux-sur-Marne dans la nuit de mardi à mercredi alors qu’il tentait d’échapper à la police avec deux autres personnes soupçonnées d’avoir commis un vol.Le noyé est un homme de 35 ans « aux nombreux antécédents judiciaires », domicilié à Gentilly, également dans le Val-de-Marne, a précisé la même source. Auditionnée, sa mère « ne dépose pas plainte », a-t-elle ajouté.

    9 Juillet : Norredine 28 ans, originaire du Soudan, est mort dans le centre ville

    de Calais. Son corps a été sorti du canal à proximité de la

    sous-préfecture. Comme souvent, la police a refusé catégoriquement à la

    famille et aux proches l’accès au corps, et de rechercher les causes de la

    mort.

    2013 :

    13 Février : Marseille : Yassin Aïbeche Souilah 19 ans a été touché de plusieurs balles d’un policier ( qui n’était pas en service et qui aurait été « ivre ».)

    Yacine est mort à l’hôpital des suites de ses blessures, le jeudi 14 février à 7h du matin. Le policier serait en détention provisoire sous le chef d’inculpation d’homicide volontaire.

    28 Mars : Montigny-en-Gohelle ( 62) : Lahoucine Ait Omghar 26 ans tué par un policier de plusieurs balles dans la poitrine.

    Une instruction a été ouverte. La famille a porté plainte.

    Novembre : Orléans : Loic Louise 21 ans est mort après avoir reçu une décharge de taser.

    Ouverte par le parquet d’Orléans, l’enquête est désormais terminée. Selon l’avocat de la famille Louise la mort du jeune homme résulte d’une utilisation prolongée du Taser. Le procureur souhaite rencontrer la famille pour donner les conclusions.

    2014 :

    1er Avril : Marseille : Morad , 16 ans defenestré par la police à Marseille

    29 juillet : Montgeron( 91 ) : Dorel Iosif Floare a été tué par un policier d’une balle dans le thorax.

    21 août : Abdelhak Gorafia, 51 ans est mort dans des conditions troubles lors de son transfert par la police française vers l’aéroport de Roissy Charles De Gaulle, en exécution d’un arrêté ministériel d’expulsion.

    « Il n’est pas mort naturellement mais s’est étouffé devant les policiers ou sous l’effet de leurs contraintes. Ce qui suppose des convulsions et une mort atroce. Comment peut-on ne pas porter secours à quelqu’un qui s’asphyxie ? »

    26 Août : Colmar : Houcine Bouras 23 ans, a été tué par un gendarme alors qu’il était menotté et dans un véhicule de police.

    « Violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». C’est sous ce chef d’inculpation que le procureur de la République de Colmar Bernard Lebeau a qualifié la responsabilité du gendarme. Une instruction a été ouverte. La famille réclame vérité et justice.

    5 Septembre : Paris : un homme de 34 ans est mort après que les policiers ait utilisé leur pistolet à impulsion électrique. ( pas de nom connu )

    17 Octobre : Toulouse : Timothée Lake 20 ans est abattu d’une balle dans le cœur par un policier de la BAC.

    La police plaide la légitime défense (…) mais l’enquête est loin d’être terminée.

    2 novembre : Tarn ( ZAD du testet ) : Rémy Fraisse, 21 ans mort après avoir reçu une grenade de la gendarmerie.

    16 Décembre 2014 : ( le havre ) Abdoulaye Camara, 30 ans, meurt après avoir été touché par plusieurs balles de deux policiers havrais.

    20 decembre : Bertrand Nzohabonayo tué par plusieurs policiers à Joué les tours. Les circonstances de sa mort ne sont pas claire. Différentes versions s’oppose. La famille a porté plainte et lance un appel à témoins parce que « L’enquête menée par le parquet de Tours s’est cantonnée à prendre la version et les dépositions des policiers impliqués dans les évènements », a dénoncé l’avocat en appelant à la désignation rapide d’un juge d’instruction indépendant.

    ( *source : http://www.ledauphine.com/france-monde/2015/01/07/joue-les-tours-la-famille-de-bertrand-nzohabonayo-lance-un-appel-a-temoi )

    A lire : http://larotative.info/mort-de-bilal-nzohabonayo-a-joue-749.html

    2015 :

    15 Février : Un jeune garçon de 14 ans, qui se trouvait au volant d’une voiture, s’est tué dimanche matin à Romans-sur-Isère (Drôme) en tentant d’échapper à un contrôle de police.

    6 Mars : Un homme d’une trentaine d’année, Amadou Koumé meurt dans des circonstances suspectes au commissariat du 10eme arr. de Paris : “ Amadou Koumé était un père de famille de 33 ans, Saint-Quentinois (Aisne), d’origine sénégalaise. Il est décédé dans la nuit du 5 au 6 mars, dans le commissariat du 10e arrondissement de Paris. Sa soeur explique qu’il s’était installé à Paris en janvier, pour trouver du travail en tant qu’intérimaire.

    Les circonstances du drame sont encore floues. Une source policière indique qu’Amadou Koumé était « assez agité » et « sous l’emprise de l’alcool » au moment de l’arrestation. Il se serait rebellé et, pour le menotter, la police aurait appliquer une technique de strangulation.”

    « On ne sait pas comment il est mort », s’indigne la grande sœur d’Amadou Koumé, jointe par Francetv info. Nos confrères ajoutent : « Lorsqu’ils se sont rendus à l’Institut médico-légal, plusieurs membres de la famille du jeune homme se sont aperçus qu’il présentait une plaie au visage. Les parents d’Amadou ont été reçus trois jours après le drame dans les locaux de l’IGPN. Ils ont chargé leur avocat de déposer une plainte contre X pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner et abstention de porter assistance à une personne en péril. »

    Source : http://france3-regions.francetvinfo.fr/picardie/2015/04/21/police-mort-du-saint-quentinois-amadou-koume-dans-un-co

    22 Avril : » Karim, 26 ans, a été fauché par un train, au Havre (Seine-Maritime), en début de soirée, mercredi 22 avril 2015, alors qu’il fuyait un contrôle d’identité. Karim ne voulait pas retourner en prison. Il a pris la fuite, suivi par les policiers. »

    ( source : http://www.normandie-actu.fr/mort-en-fuyant-la-police-au-havre-une-marche-blanche-pour-karim-26-an )

    28 Avril 2015 : Pierre Cayet, 54 ans meurt après avoir été violenté au commissariat de seine st denis ( 93).

    ( à lire : http://www.leparisien.fr/saint-denis-93200/saint-denis-enquete-apres-la-chute-mortelle-au-commissariat-28-04-2015-47 )

    - Medhi Bouhouta tué de 4 Balles dans la tête par un agent de la la bac à lyon le 3 septembre 2015 http://rebellyon.info/Mehdi-Bouhouta-28-ans-assassine-par-la

    Qui sera le prochain ?

    http://www.urgence-notre-police-assassine.fr/123663553

    #liste #datasource #assassinats #violences_policières #décès #morts #statistiques #France #police #recensement

    –-> Ces listes ont déjà été signalées à plusieurs reprises sur seenthis, mais je voulais la remettre avec « mes tags » pour partage avec des étudiant·es.

  • Surveillés, exploités : dans l’enfer des #livreurs_à_vélo

    Dans cette enquête inédite, Le Média révèle les mécanismes de #surveillance des livreurs mis en place par les plateformes pour mieux les exploiter, et plus largement les conditions de travail scandaleuses auxquelles ils sont soumis : temps de travail excessif, mise en danger de mort...

    Depuis quelques années, les livreurs à vélo sont apparus dans le paysage urbain. Avec leurs sacs colorés, ils parcourent les rues des plus grands villes européennes. Ils travaillent pour des #plateformes_numériques, souvent dans des conditions plus que précaires.

    Dans cette enquête inédite, nous révélons les mécanismes de surveillance des livreurs mis en place par des plateformes telles que #Deliveroo, #Foodora ou #Uber_Eats pour mieux les exploiter, et plus largement les conditions de travail scandaleuses auxquelles ils sont soumis. À partir de l’histoire de #Frank_Page, jeune livreur Uber Eats décédé à la suite d’un accident de voiture près de l’autoroute, nous retraçons la façon dont les plateformes numériques de livraison imposent des rythmes dangereux et affectent aux livreurs des parcours potentiellement meurtriers.

    Mais cette histoire en cache plein d’autres. Derrière cette organisation du travail prétendument novatrice se cachent des pratiques régulières de répression syndicale, chez Deliveroo ou chez Uber. De Bordeaux à Dijon, en passant par Paris, les livreurs qui essaient de s’organiser face aux plateformes en paient le prix, parfois chèrement. Et cela ne se limite pas à la France.

    Ainsi, nous révélons en exclusivité que Deliveroo a espionné des syndicalistes en Angleterre en essayant de recueillir des données privées et en espionnant leurs réseaux sociaux. Le flicage ne s’arrête pas là. Grâce à l’association #Exodus_Privacy, nous avons aussi découvert comment certaines applications - celle de Deliveroo, notamment - surveillent leurs livreurs et récoltent certaines données, qui sont par la suite redirigées vers de régies publicitaires, exposant ces entreprises à une potentielle violation de la loi européenne sur la vie privée.

    https://www.youtube.com/watch?v=vASAMVRiy8s&feature=emb_logo


    https://www.lemediatv.fr/emissions/les-enquetes/surveilles-exploites-dans-lenfer-des-livreurs-a-velo-sJHkn_vURXeCnFw7IvBks

    A partir de la minute 33, il y a une interview avec Paul-Olivier Dehay, fondateur de l’ONG Personal data.io (https://wiki.personaldata.io/wiki/Main_Page).
    Il explique comment les plateformes de livreurs utilisent les données collectées :

    « On peut diviser son groupe d’ ’employés’ grâce à ces outils, et commencer à appliquer des traitements différents à chacun de ces sous-groupes. Par exemple offrir des bonus à certains et pas à d’autres, des encouragements, faire des expériences de traitements différents. C’est un outil managérial pour gérer la force ouvrière des livreurs. Ces plateformes cherchent à opérer en ayant un maximum d’informations sur le marché, mais par contre en livrant un minimum d’informations à chaque entité pour faire son travail. Donc quand un livreur livre un plat il ne sait pas si dans l’heure il va avoir encore 3 ou 4 boulots, il n’a aucune information sur les prédictions ou quoi que ce soit, parce que la plateforme cherche à pousser un maximum de risques économiques vers les livreurs, et cherche à optimiser toujours dans son intérêt. On voit que l’asymétrie d’information pour ces plateformes est stratégique pour eux. Uber n’a pas de voiture, Deliveroo n’a pas de vélo, ce qu’ils ont c’est de l’information, et de l’information qui vaut de l’argent pour des restaurants, pour des livreurs, et pour des consommateurs au final. C’est mettre tous ces acteurs ensemble qui va permettre à la plateforme de faire de l’argent. On peut tout à fait imaginer un scénario où chacune des parties se réapproprie un maximum de ces données et au final se demande ’En fait, pourquoi on a besoin de cet intermédiaire ? Pourquoi est-ce qu’on ne peut pas agir avec des outils qui nous permettent d’interagir directement’. Si on suit cette logique d’exposition de la plateforme, de mise à nu de la plateforme, on se rend compte qu’au final il n’y a rien derrière, il n’y a rien qui a vraiment une valeur, c’est dans l’#asymétrie de l’information qu’ils construisent la valeur »

    #exploitation #travail #conditions_de_travail #précarité #surveillance #gig_economy #économie_de_la_tâche #livreurs #auto-entrepreneurs #liberté #enquête #deliveroo_rider #téléphone_portable #smartphone #syndicats #risques #accidents #coursiers #coursiers_à_vélo #grève #accidents #décès #morts #taxes #résistance #taux_de_satisfaction #Dijon #Brighton #algorithme #déconnexion #Guy_MacClenahan #IWGB #réseaux_sociaux #flexibilité #sanctions #contrôle #Take_it_easy #dérapage #strike #pisteur #géolocalisation #publicité #identifiant_publicitaire #Appboy #segment.io #Braze #information #informations #charte #charte_sociale
    ping @albertocampiphoto

    ping @etraces

  • #387. #Numéro_387 disparu en Méditerranée

    C’est l’histoire d’un médecin grec qui collectionne des pendentifs et des bracelets. C’est l’histoire d’une Italienne qui se bat depuis 15 ans pour « faire parler les corps ». C’est l’histoire de celles et ceux qui veillent les migrants oubliés. Selon l’Organisation Internationale pour les Migrations, 5083 personnes ont trouvé la mort en 2016 en tentant de rejoindre l’Europe par la mer. 5 083 noms, dont la grande majorité se diluent dans les eaux si bleues de la Méditerranée. Que deviennent ces #morts ? Qui les nomme ? Comment font les mères, les frères, pour tenter de retrouver leurs disparus ? Numero 387 nous emmène dans cette quête de l’#identité.


    http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/52256_1
    #film #documentaire #film_documentaire #asile #migrations #réfugiés #mourir_en_mer #Méditerranée #identification #cadavres #corps #décès

  • Il y a huit ans, à Clermont-Ferrand, Wissam El-Yamni décédait, neuf jours après une interpellation houleuse dans le quartier de La Gauthière. La juge en charge du dossier a clos son instruction, sans aucune mise en examen. Mais l’affaire n’est pas totalement terminée.

    https://www.lamontagne.fr/clermont-ferrand-63000/actualites/affaire-wissam-el-yamni-l-instruction-est-bouclee-la-famille-craint-un-no

    #violences_policieres #maintien_de_l'ordre #wissam-el-yamni #morts_de_la_police

  • Lu (heurs) dans la nuit bientôt blanche :

    Ici on suffoque !
    (ou chronique désespérée d’une petite mort banale sur le bitume)

    Pour Cedric Chouviat, paroles et poèmes de Laurent Thines, « apprenti poète, artisan neurochirurgien » : https://blogs.mediapart.fr/laurent-thines/blog/080120/ici-suffoque-ou-chronique-desesperee-d-une-petite-mort-banale-sur-le

    Voilà. On sait maintenant. Il est mort. Le cerveau était devenu trop bleu aussi. Bleu foncé, comme le coeur sous la veste du policier qui a déteint dessus en l’étouffant de son anoxygénation d’inhumanité.

    Croisé chez l’autre bleu, l’oiseau :
    https://twitter.com/LaurentThines/status/1214624286629072896

    https://pbs.twimg.com/media/ENs2VcnXUAEasmN?format=jpg

    https://pbs.twimg.com/media/ENs2VczWsAEMYeB?format=jpg

    #poesie #bleu_a_l'ame #violences_policieres #maintien_de_l'ordre #Cedric_Chouviat #morts_de_la_police

    • J’ai rarement autant galéré que cette fois-ci pour publier cher @seenthis : près d’une minute + un bug + une autre minute pour un doublon final que j’ai galéré à virer à cause d’un autre bug, fréquent, de la modification d’articles.
      Je te le dis parce que ça m’éloigne de toi ces galères techniques. Bon je fini toujours par revenir hein, car tu me manques assez vite, mais voilà quoi...

  • Precipita da 20 metri e muore nel Carso : tentava di attraversare il confine sloveno

    Un uomo con cittadinanza marocchina è morto dopo essere precipitato in un burrone di oltre una ventina di metri sul Carso, in #Val_Rosandra (#Trieste), mentre tentava di attraversare il confine con l’Italia assieme alla moglie e ad alcuni compagni.

    L’uomo è finito nel dirupo sotto le pareti rocciose nei pressi del castello di #San_Servolo, in Slovenia, ma quando è stato soccorso le sue condizioni erano già gravi. Sul posto sono intervenuti i tecnici del Soccorso Alpino della stazione di Trieste, la Polizia di Stato, l’ambulanza e l’elisoccorso del Fvg che è stato autorizzato a procedere al recupero in territorio sloveno. L’operazione con il verricello non è semplice nella zona ricca di crepacci e fitta vegetazione.

    Il 18 dicembre un migrante pakistano di 32 anni è stato inghiottito dalle acque dell’Isonzo, nel tratto tra #Gradisca e #Sagrado. L’amico, anche lui richiedente asilo, aveva tentato inutilmente di salvarlo gettandosi nel fiume.

    Secondo la Questura, i rintracci di migranti a Trieste sono aumentati di «almeno il 50%» nel 2019 rispetto al 2018: negli ultimi 12 mesi la Polizia di Frontiera ha rintracciato circa 4 mila persone, a cui se ne aggiungono altre 1.300 che si sono presentate spontaneamente negli uffici della Questura per le pratiche amministrative e la richiesta di protezione". A Trieste sono giunti per lo più cittadini pachistani ("circa il 60% del totale") afghani, iracheni, siriani e bengalesi. Per quanto riguarda le espulsioni, ha precisato Petronzi, sono stati 210 gli stranieri irregolari espulsi dal territorio nazionale, «una decina in più rispetto al 2018».

    https://www.repubblica.it/cronaca/2020/01/01/news/tenta_di_attraversare_confine_sloveno_precipita_per_20_metri-244767445

    #frontière_sud-alpine #décès #morts #asile #migrations #réfugiés #Slovénie #Italie #Carso #mourir_aux_frontières #Alpes #violent_borders

    Ajouté à cette métaliste des migrants morts dans les Alpes :
    https://seenthis.net/messages/758646

  • Légitime défense ou homicides injustifiés : 676 personnes tuées à la suite d’une intervention policière en 43 ans
    https://www.bastamag.net/intervention-policiere-letale-morts-police-recensement-legitime-defense-ho

    En 2019, selon notre recensement, 26 personnes ont été tuées lors d’une intervention des forces de l’ordre, dont deux du fait d’agents en dehors de leur service. Nous venons d’actualiser notre recensement des interventions létales de la police et de la gendarmerie ou du fait d’un représentant des forces de l’ordre (au 13 décembre 2019). Ce décompte est le seul, à ce jour, réalisé en France de manière indépendante et se voulant le plus exhaustif possible. Il a été réalisé à partir d’’archives de presse, de (...) #Décrypter

    / A la une, #Enquêtes, #Justice

  • UNHCR Serbia Update, November 2019

    • 1,035 asylum seekers reported collective expulsion from neighbouring countries (439 from Romania, 357 from Hungary, 133 from Croatia and 96 from BiH). 51% of them alleged to have been denied access to asylum and 19% maltreatment by authorities of these countries. Amongst them were asylum seekers, who were expelled to Serbia outside lawful procedures from Hungary (three) or BiH (two), though they had never been in Serbia before. The terrible danger of irregular movements was again illustrated in the early morning of 11 November, when a dinghy with ten migrants heading from the port of #Apatin towards Croatia overturned in the Danube, leading to four missing passengers, feared to have drowned.

    https://reliefweb.int/report/serbia/unhcr-serbia-update-november-2019
    #Serbie #push-back #refoulement #refoulements #push-backs #refoulements_collectifs #asile #migrations #réfugiés #Roumanie #Hongrie #Croatie #Bosnie #Bosnie-Herzégovine #par_ricochet

    Il y a aussi, dans ce rapport, la nouvelle de #décès #morts :

    The terrible danger of irregular movements was again illustrated in the early morning of 11 November, when a dinghy with ten migrants heading from the port of #Apatin towards Croatia overturned in the Danube, leading to four missing passengers, feared to have drowned

    Sur les #refoulements_en_chaîne...

    Comme ce qui se passait en 2013, et que j’avais signalé dans un texte écrit pour la revue Vivre Ensemble (@vivre) paru en septembre 2014 :
    Serbie | L’antichambre de l’Europe

    Une fois récolté l’argent nécessaire, ils et elles reprennent leur route vers l’Europe, souvent via la Hongrie. L’UE ayant renforcé les contrôles à la frontière hongro-serbe, les migrants restent fréquemment bloqués en Serbie. Quant à ceux qui parviennent à la franchir, ils risquent de se retrouver… en Grèce ! Les conditions d’accueil en Hongrie conduisent en effet nombre de migrants à refuser de donner leurs empreintes digitales pour ne pas s’y trouver coincés par le jeu du système Dublin. Ils sont alors acheminés vers la frontière serbe, selon les témoignages que nous avons recueillis. Et lorsqu’ils sont interceptés en Serbie, ils sont condamnables à une peine de prison (10 à 15 jours) ou à une amende et reçoivent un ordre d’expulsion. Parfois, ils sont directement retransférés en Macédoine. La Macédoine ayant notamment signé un accord de réadmission avec Athènes, les migrants peuvent, au final, se retrouver en Grèce. Un pays structurellement défaillant en matière de protection, au point que les renvois Dublin y sont illégaux depuis 2011. La Hongrie continue ainsi d’y renvoyer indirectement les migrants, par le jeu de refoulements en chaîne.

    https://asile.ch/chronique/serbie-lantichambre-de-leurope

    ping @isskein

  • Un total de 655 personas han muerto o desaparecido en rutas migratorias de acceso a España en 2019, según una ONG

    El Colectivo Caminando Fronteras ha contabilizado 655 personas muertas y desaparecidas en su monitoreo anual del derecho a la vida en las rutas migratorias de acceso a España —Estrecho, #Mar_de_Alborán, Islas Canarias y ruta argelina—. Sin embargo, Caminando Fronteras ha alertado de que las cifras reales de muertes y desapariciones de personas migrantes que intentaron acceder a España en 2019 son «bastante superiores» a las recogidas por organismos oficiales.

    https://www.europapress.es/epsocial/migracion/noticia-total-655-personas-muerto-desaparecido-rutas-migratorias-acceso-
    #mourir_aux_frontières #Espagne #frontières #asile #migrations #réfugiés #Méditerranée #Mer_Méditerranée #Canaries #îles_Canaries #Etroit_de_Gibraltar #décès #morts

  • L’utilisation massive de #gaz_lacrymogènes inquiète les #scientifiques du monde entier
    https://m.reporterre.net/L-utilisation-massive-de-gaz-lacrymogenes-inquiete-les-scientifiques-d

    L’utilisation massive des #gaz #lacrymogènes pour #réprimer les #foules est alarmante : aspergés en grande quantité, de manière répétée, ou dans des milieux confinés, ils se révèlent dangereux comme le montrent plusieurs #études_scientifiques.

    [...]

    « De nombreux rapports indiquent que l’utilisation et le mauvais usage de ces produits chimiques peuvent causer des blessures graves », indiquent les auteurs. Sur plus de 5.000 cas, ils relèvent notamment deux #morts (un pour des problèmes pulmonaires et un dû à l’impact de la grenade). 58 cas « d’#incapacité_permanente » sont aussi signalés, dont 14 personnes avec des #symptômes_psychiatriques_persistants, et 23 avec des problèmes respiratoires chroniques. 8 % des problèmes de santé documentés « étaient sévères et ont nécessité une intervention médicale professionnelle », indiquent-ils encore. « Nos recherches démontrent qu’il y a un sévère risque de mauvais usage » des #armes_chimiques en #manifestation, concluent-ils. « Elles peuvent potentiellement porter atteinte aux libertés en causant des blessures, en intimidant les communautés et en menant à une escalade de la violence. »

  • Cartographie des accidents du travail mortels en France en #2019

    Recensement et cartographie réalisés par @DuAccident. Retrouvez les sources des différents accidents répertoriés sur le compte Twitter (@DuAccident) ou sur la page Facebook (Accident du travail : Silence des ouvriers meurent). Dernière mise à jour : 10/12/19


    https://www.google.com/maps/d/u/0/viewer?ll=46.26669048613361,0.38924557961183837&z=5&mid=1kzwBvaynV86MGfGxGsw
    #accidents_du_travail #travail #accidents #cartographie #visualisation #mourir_au_travail #décès #morts #France

    ping @reka @visionscarto

  • Une personne grièvement blessée par la police à la #frontière entre la #Croatie et la #Slovénie, 27-28 novembre 2019

    –-------------

    Croatie : un policier ouvre encore le feu contre des réfugiés

    28 novembre - 22h : Mercredi en fin d’après-midi, un policier a ouvert le feu contre un groupe de réfugiés, près du village de #Mrkopalj, dans le comté de #Primorje-Gorski_Kotar, à 50 km à l’est de Rijeka, blessant l’un d’entre eux. La police affirme que l’homme aurait opposé une vive résistance à son arrestation et tenté de s’enfuir. Il y a onze jour, la police avait déjà ouvert le feu contre un autre groupe de réfugiés dans la même région, située sur la route reliant la région de Bihać, en Bosnie-Herzégovine, à la Croatie.

    https://www.courrierdesbalkans.fr/courrierdesbalkans-fr-fil-info-refugies-2019-novembre

    #frontière_sud-alpine #montagne #mourir_aux_frontières #asile #migrations #réfugiés #décès #morts #frontières #Croatie #Route_des_Balkans #Slovénie

    Cet accident survient seulement quelques 10 jours après l’autre personne blessée par #arme_à_feu sur la même frontière, 16-17.11.2019 :
    Migrante in fin di vita all’ospedale di Fiume, sarebbe stato raggiunto da colpi di pistola esplosi dalla polizia
    https://seenthis.net/messages/811666

    #armes #armes_à_feu

    –-------

    v. la liste des push-back à la frontière avec #armes_à_feu (août 2017-octobre 2019)
    https://seenthis.net/messages/814569

    –------

    Ajouté à cette liste des morts (même si la personne dont on parle ici n’est pas décédée) :
    https://seenthis.net/messages/811660

    Et, indirectement, à la métaliste des migrant·es morts à la #frontière_sud-alpine :
    https://seenthis.net/messages/758646

    • We begin another week’s report with news of Croatian police shooting a man. Just eleven days after the case of an officer’s “accidental firing” and shooting of a man who is still recovering from serious injuries at the hospital in Rijeka, on Thursday another Croatian police officer shot a man in the area of #Mrkopalj (https://www.index.hr/vijesti/clanak/policajac-upucao-migranta-kod-fuzina-iz-policije-kazu-da-je-kriv-migrant/2136049.aspx). The police version about the event is again unclear and blames the victim – it says that the person was “actively resisting and thereby caused the police officer’s firearm to fire". We wonder which version of the story the Croatian police will embrace this time - in the case of another “accidental firing”, the question is whether police officers are actually well trained in handling firearms, and in the case of a deliberate shooting, we expect a transparent and independent investigation into all of the circumstances of the event and the verification whether the police officer acted within his authority and in proportion to the use of necessary defence.

      Reçu via Inicijativa dobrodosli, mail du 04.11.2019.

      –---
      Policajac upucao migranta kod Fužina. Iz policije kažu da je kriv - migrant

      POLICAJAC je jučer na području Mrkoplja upucao migranta. Iz policije su javili da je došlo do opaljenja jer je migrant pružao aktivan otpor. Migrant je lakše ranjen.

      Propucavanje se dogodilo jučer, a policija je o tome izvijestila danas navodeći da je migrant sam kriv za opaljenje pištolja.

      U riječkom KBC-u doznaje se da je ozlijeđeni muškarac zadobio prostrjelnu ranu desnog ramena te je sinoć operiran. Stanje mu je stabilno i izvan je životne opasnosti.

      Utvrđuju okolnosti ranjavanja migranta, a već su ih utvrdili?

      Njihovo priopćenje prenosimo u cijelosti.

      “Jučer, 27. studenog 2019. godine, u kasnim popodnevnim satima, na širem području Mrkoplja, policijski službenici PU primorsko-goranske, koji sukladno zaključcima sastanka predstavnika policije i lokalnih vlasti na navedenom području provode pojačane aktivnosti na suzbijanju nezakonitih migracija te prevenciji imovinskih delikata, zatekli su grupu nepoznatih osoba.

      Tijekom policijskog postupanja, jedna od zatečenih osoba, u namjeri da spriječi policijskog službenika u obavljanju službene radnje, pružala je aktivan otpor i na taj način svojim djelovanjem prouzrokovala opaljenje iz vatrenog oružja policijskog službenika, kojom prilikom je došlo do posljedičnog zadobivanja ozljeda.

      Osobi je odmah pružena hitna medicinska pomoć te je zbrinuta. Prema prvim neslužbenim informacijama radi se o lakšoj ozljedi”, stoji u priopćenju.

      Na kraju dodaju kako se utvrđuju sve okolnosti pod kojima se događaj odvio, a prema njihovom priopćenju se čini da su već utvrdili način na koji je migrant upucan.

      Zadnji ovakav slučaj dogodio se prije 11 dana na području Tuhobića, gdje je policajac iz puške propucao migranta i nanio mu ozljede opasne po život. Policija je i tada izvijestila da se radilo o slučajnom opaljenju oružja.

      https://www.index.hr/vijesti/clanak/policajac-upucao-migranta-kod-fuzina-iz-policije-kazu-da-je-kriv-migrant/2136049.aspx

    • This week started with a tragic event happened in Croatia: a man has been shot by a Croatian police officer (https://www.cms.hr/hr/azil-i-integracijske-politike/povodom-ranjavanja-osobe-u-gorskom-kotaru-pucanj-u-ljudska-prava) - at the time writing, he is still in hospital and went through more than 4 surgeries, and he’s fighting for his life. One of the multiple versions elaborated by the Ministry of the interior is that “there has been no shooting, rather it was an accidental firing”. The version of the story changed several times, and up until now, the minister decided to stay silent “while the investigations are ongoing”. We would like to underline how we don’t have trust in a system that makes Thermo camera videos disappear, or in a system that doesn’t allow other institutions like the ombudswoman to access to information regarding border management. While the European Commission gives the green light for Croatia accession to Schengen, the police officers shoot to men in search of safety: is this the idea that the European Commission has of a good way of managing the external borders of EU? Border Violence Monitoring Network reminds us how this event is not an exception nor an accident: in their press briefing (https://www.borderviolence.eu/wp-content/uploads/Press-Briefing-19th-November-2019-1.pdf), the network underlines how the 19% of all recorded pushback cases from Croatia involved gun use, affecting 1279 people. In 2019, the pushbacks of 770 people from Croatia involved gun use. Of the 54 group cases: 31 cases gunshots were fired by police officers; in 33 cases guns were used to threaten respondents. In October 2019 alone, 17% of recorded pushback cases from Croatia involved the threatening with, or shooting of firearms by police. These firearms use targeted a total of 285 people. Across the Balkan Region, BVMN has recorded 107 incidents of gun used by police, including 63 cases where gunshots were fired by police officers; 63 cases where guns were used to threaten respondents. Here you can read the full report of the month of October: https://www.borderviolence.eu/balkan-region-report-october-2019

      Reçu via Inicijativa Dobrodosli, mail du 27.11.2019.

  • A l’usage des vivants
    https://www.nova-cinema.org/prog/2019/175-decembre/rasons-les-centres-fermes/article/a-l-usage-des-vivants

    Pauline Fonsny, 2019, BE, DCP, FR ANG ST FR, 27’

    En 1998, Semira Adamu, jeune femme de 20 ans fuyant le Nigéria, mourait étouffée par les gendarmes qui tentaient de l’expulser, pour la sixième fois, du territoire belge. Vingt ans plus tard, dans un cri de guerre conjugué au féminin, trois femmes racontent, et mettent en lumière la réalité des centres fermés destinés à la détention des personnes migrantes, leur souffrance, les exactions des gardiens et des gendarmes, d’hier et d’aujourd’hui.

    jeudi 12 décembre 2019 à 20h

    #Film_+_débat

  • La grande muraille États-Unis-Mexique

    Camarades cartographes, on s’intéresse aujourd’hui au mur qui sépare les États-Unis et le Mexique. Il s’agit en fait d’une séquence cartographique réalisée dans le langage R avec Ronan Ysebaert et présentée mercredi dernier dans le cadre d’une journée d’étude organisée par la commission Géomatique du CNFG, la plateforme Géotéca et l’UMS Riate. J’en résume ci-dessous les grandes lignes. Les liens vers l’ensemble des cartes, la présentation et les programmes R sont disponibles en fin de billet.

    "Borders and lines on maps are not a representation of preexisting differences between peoples and places ; they create those differences." (Reece Jones, 2016)

    Le mur

    La ligne séparant les Etats-Unis du Mexique a été définie en 1848, à la fin de la guerre entre les deux pays, dans le traité de Guadelupe Hidalgo. Au départ, la frontière était marquée sur les cartes mais pas nécessairement sur le terrain. Ce n’est qu’en 1890 qu’une commission regroupant les deux pays fut formée pour installer au sol des bornes de démarcation. En 1924, les Etats-Unis déploient pour la première fois des agents de patrouille frontaliers. Au milieu des années 90, certains points de passages, à El Paso ou San Diego, sont carrément verrouillés. Puis, à la suite des attentas du 11 septembre 2001 qui mettent le pays sur une trajectoire toujours plus sécuritaire, le Secure Fence Act est signé en 2006, actant ainsi le projet fou de construire un mur le long de la frontière ; une matérialisation physique de ce qui n’était au départ qu’une ligne tracée à la main sur une carte…

    Un espace géographique inégalitaire

    En terme de richesse, cet espace frontalier est aujourd’hui profondément inégalitaire et discontinu. Le PIB par habitant élevé des Etats-Unis place le pays au 14 rang mondial derrière un certain nombre de petits “paradis” fiscaux (Monaco, Liechtenstein, Luxembourg, …) tandis que le Mexique reste dans le milieu du tableau, au 87e rang. Le PIB par habitant des Etats-Unis est 7 fois supérieur à celui du Mexique. Une disparité bien visible sur les cartes et dans la vie des gens.

    Si cette discontinuité spatiale peut se cartographier de façon classique en faisant varier l’épaisseur des frontières comme sur une carte de discontinuité classique, elle peut aussi être représentée en faisant varier la hauteur de cette même frontière en fonction des valeurs de discontinuités. En d’autres termes, plus les écarts de richesse sont forts, plus le mur est haut. Un nouveau mur, invisible, emerge alors pour venir se superposer au mur bien réel, construit par les autorités américaines.

    Une frontière militarisée

    Pour protéger la richesse américaine, un simple mur ne suffit pas. Il faut aussi des milliers d’hommes armés prêts à empêcher quiconque de passer. Le long du mur ou le long du fleuve Rio Grande, c’est près de 382 postes frontières qui sont référencées dans la base de données OpenStreetMap. Si on les représente sous formes de barres, ils apparaissent alors comme des tours de contrôle, des miradors disséminés le long de la frontière, pour repérer et intercepter tout intrus.

    Une frontière qui tue

    Ici comme ailleurs, la militarisation d’une frontière sur un espace inégalitaire a une conséquence directe : cela tue ! 2245 personnes sont mortes ou portées disparues à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique depuis le 1er janvier 2014. Et même si ce chiffre est loin de rejoindre celui des drames qui se passent aux portes de l’Europe (18 000 morts sur la même période), il est chaque année en augmentation. Sur la carte ci-dessous, chaque point rouge représente un événement où au moins une personne a perdu la vie.

    Ci-dessous, chaque cercle correspond au nombre de personnes mortes ou portées disparues lors d’un événement.

    Sur celle-ci, les cercles sont déplacés pour les rendre tous visibles, et voir ainsi l’ampleur du phénomène, sans rien dissimuler.

    Ici, chaque événement est décomposé de telle sorte qu’un point sur la carte correspond à une vie perdue.

    Enfin, par un choix puissant de couleurs – surimpressions de rouges sur fond noir – cette ultime carte animée tente de rendre compte du massacre de masse qui sévit à cette frontière, comme à tant d’autres, et qui continue, encore, et encore, et encore, et encore…. Jusqu’à quand ?

    https://neocarto.hypotheses.org/7155

    #mourir_dans_le_désert #cartographie #frontières #asile #migrations #réfugiés #frontières #USA #Etats-Unis #visualisation #murs #militarisation_des_frontières #décès #morts #Nicolas_Lambert #Mexique

  • Une personne grièvement blessée par la police à la #frontière entre la #Croatie et la #Slovénie, 17 novembre 2019 :

    Un inmigrante, en estado crítico por los disparos de la Policía croata cerca de la frontera con Eslovenia

    Un inmigrante, en estado crítico por los disparos de la Policía croata cerca de la frontera con Eslovenia

    La Policía croata ha dejado herido en estado crítico a un inmigrante que intentaba cruzar con un grupo de compañeros la frontera hacia Eslovenia, según han confirmado fuentes oficiales de la localidad de #Rijeka, próxima a la zona montañosa de #Gorski_Kotar, a unos 20 kilómetros de la línea de separación, donde ha sucedido el incidente. El ministro del Interior croata, Davor Bozinovic, ha confirmado las intenciones del grupo pero no ha dado detalles sobre el número de integrantes ni sus ...

    Leer más: https://www.europapress.es/internacional/noticia-inmigrante-estado-critico-disparos-policia-croata-cerca-frontera

    https://www.europapress.es/internacional/noticia-inmigrante-estado-critico-disparos-policia-croata-cerca-frontera
    #montagne

    Ajouté à cette liste des morts (même si la personne dont on parle ici n’est pas décédée, mais les blessures sont apparemment très graves et la personne est « en fin de vie » selon les informations de presse) :
    https://seenthis.net/messages/811660

    Et, indirectement, à la métaliste des migrant·es morts à la #frontière_sud-alpine :
    https://seenthis.net/messages/758646

    #frontière_sud-alpine #montagne #mourir_aux_frontières #asile #migrations #réfugiés #décès #morts #frontières #Croatie #Route_des_Balkans #Slovénie

    • Migrante in fin di vita all’ospedale di Fiume, sarebbe stato raggiunto da colpi di pistola esplosi dalla polizia

      „A riportare la notizia è il quotidiano croato Dnevnik.hr che ha registrato il grave ferimento dell’uomo, di cui non si conoscono ancora le generalità, ieri pomeriggio nella zona del Gorski Kotar. La vicenda confermata anche dal ministro degli Interni di Zagabria, Davor Bozinovic“

      Nella zona del Gorski kotar, ieri 16 novembre la Polizia croata avrebbe sparato ad un migrante che sarebbe ricoverato in fin di vita, nell’ospedale di Fiume, a causa di una grave ferita al ventre. A riportare la notizia è il quotidiano croato Dnevnik.hr in questo articolo dove spiega come le forze dell’ordine croate avrebbero esploso colpi d’arma da fuoco (non viene riferito il numero) dopo il rintraccio di un gruppo di una quindicina di migranti nella zona del monte Tuhobic e, presumibilmente, provenienti dalla rotta balcanica.

      Al momento non si hanno notizie sulle generalità dell’uomo, né sulla sua età. Il Dnevnik riporta che l’uomo, assieme agli altri compagni di viaggio, si stava dirigendo verso il confine con la Slovenia, tentando di entrarvi illegalmente. La notizia del ferimento del migrante e il suo trasferimento all’ospedale del capoluogo quarnerino, è stata confermata, come riportato sempre dal media croato, anche dal ministro degli Interni di Zagabria Davor Bozinovic. Da quanto riportato dai media croati e sloveni, dovrebbe venir aperta un’inchiesta per far luce sul grave fatto di cronaca.

      http://www.triesteprima.it/cronaca/rotta-balcanica-croazia-slovenia-migrante-ferito.html

    • Croazia: la polizia spara sui migranti

      Uno è stato ridotto in fin di vita. Aperta una inchiesta per stabilire cosa sia successo durante il pattugliamento nel Gorski Kotar.

      Spari sui migranti in una zona impervia del Gorski Kotar, non lontano dal monte Tuhobić, ad alcuni chilometri di distanza dalla più vicina arteria stradale. Tutto è avvenuto ieri pomeriggio, quando la polizia croata ha aperto il fuoco contro un gruppo di sospetti clandestini, una quindicina, che avrebbero cercato di raggiungere la Slovenia. Uno di loro è stato raggiunto al torace ed è in gravissime condizioni. È stato operato d’urgenza nell’ospedale di Fiume.
      Il ministro dell’Interno croato, Davor Božinović ha spiegato che i poliziotti erano in servizio di pattugliamento per il controllo della frontiera: aperta un’inchiesta per stabilire le circostanze che hanno portato ad aprire il fuoco contro i migranti e se ciò sia stato giustificato dagli eventi. Alla domanda se anche i migranti fossero armati, il ministro ha detto che non c’è ancora una risposta. Tutti i componenti il gruppo di migranti sono stati fermati. Da diverso tempo le organizzazioni umanitarie e per i diritti umani imputano alla polizia croata un comportamento violento nei confronti di profughi e migranti che arrivano in Croazia dalla Bosnia ed Erzegovina, da pestaggi a respingimenti oltre confine in modo violento. Finora però non era mai giunta notizia di un impiego di armi da fuoco.

      https://capodistria.rtvslo.si/news/croazia/croazia-la-polizia-spara-sui-migranti/505185

    • Et l’article avec la nouvelle dans un journal croate :
      Doznajemo : Ranjavanju migranta prethodio je napad na policajce. Kamenjem ih gađala veća skupina migranata

      Ilegalni migrant koji je teško ozlijeđen u subotu kasno popodne u Gorskom kotaru još uvijek je životno ugrožen. Očevid radi utvrđivanja okolnosti tog incidenta još je u tijeku. Neslužbeno doznajemo da su ga policajci nakon ranjavanja nosili nekoliko kilometara, sve dok ga nije preuzela služba Hitne pomoći.

      Ministar unutarnjih poslova Davor Božinović kazao je da je dovršen očevid u slučaju ranjavanja migranta koji se u KBC-u Rijeka s prostrijelnom ranom u predjelu prsnog koša i trbuha bori za život, javlja N1.

      ’Odvjetništvo uz stručnu pomoć policije provodi kriminalističko istraživanje i u ovom trenutku rano je govoriti o rezultatima tog istraživanja. Eventualno bih u ovom trenutku mogao kazati da nije utvrđeno da je korištenje vatrenog oružja bilo usmjereno prema konkretnoj osobi, s namjerom djelovanja prema osobi", izjavio je ministar unutarnjih poslova Davor Božinović.

      Prema neslužbenim informacijama, nakon incidenta u kojem je teško ozlijeđen migrant policajci su ga s nepristupačnog terena nosili sve do vozila Hitne pomoći, kojim je nakon toga prebačen u KBC Rijeka.
      Napali policajce kamenjem?

      Neslužbeno doznajemo da je riječ o djelatniku specijalne policije koji je nedavno spasio migranta kojemu je prijetilo smrzavanje nakon što ga je njegova grupa neadekvatno odjevenog ostavila u šumama Gorskog kotara na niskim temperaturama.

      Također, neslužbeno se doznaje da je do ozljeđivanja stradalog migranta došlo nakon pucanja u zrak nakon što je veća grupa migranata vrlo blizu mjesta incidenta kamenjem i drugim priručnim sredstvima napala policajce. Policajac koji je upotrijebio vatreno oružje tada je nekoliko puta na hrvatskom i engleskom jeziku upozorio da je riječ o policiji te da je primoran koristiti oružje. Potom je ispalio dva metka u zrak iz oružja koje nije bilo usmjereno prema migrantima. Kad je krenuo prema njima, policajac se spotaknuo te pritom i ozlijedio, a u tom trenutku njegovo je oružje još jednom opalilo, no nije bilo usmjereno prema migrantima, već je moguće da se hitac odbio od tvrde površine te tako ozlijedio migranta, što će utvrditi istraga.
      Ranjen u prsni koš i trbuh

      Očevid je na mjestu događaja završio, no istraga je još uvijek u tijeku, a ranjeni muškarac i dalje je u životnoj opasnosti.

      ’’Bolesnik je u jedinicu intenzivnog liječenja zaprimljen po učinjenom hitnom operativnom zahvatu. Prilikom ranjavanja zadobio je višestruke ozlijede toraksa i abdomena koje su opasne po život. U bolesnika se i dalje provode mjere intenzivnog liječenja’’, kazala je anesteziologinja riječkog KBC-a dr. sc.Vlasta Orlić Kabrić.

      Višestruke ozljede, pretpostavlja se, nastale su od metka ili od odbijanja metka o tvrdu podlogu te potom ranjavanja. Zbog incidenta je sinoć u Rijeku stigao ministar unutarnjih poslova Davor Božinović. ’’Došlo je do ozljeđivanja vjerojatno zbog uporabe vatrenog oružja, po tome će postupati nadležno županijsko državno odvjetništvo’’, rekao je ministar i kazao da ne može govoriti o detaljima.
      Kiša otežava očevid

      Mjesto nesreće udaljeno je pet kilometara od posljednjeg šumskog puta kojim se može doći vozilom. Osim teško pristupačnog terena, očevid otežavaju i veoma loše vremenske prilike, odnosno vrlo gusta kiša koja pada u tom dijelu Gorskoga kotara.

      Stanovnici Gorskog kotara već neko vrijeme imaju problema s migrantima koji uspiju pobjeći policajcima na granici s Bosnom i Hercegovinom. ’’U početku su ljudi bili susretljivi. I sami su rekli da bi trebalo pomoći ljudima. Ali, eto, kako prolazi već nekoliko godina, pogotovo u zimskom periodu, postajali su nekako agresivniji’’, govori David Bregovac, načelnik općine Fužine.

      Je li skupina na koju je naišla policijska ophodnja bila naoružana, jesu li nasrnuli na policajce, zašto je policija koristila vatreno oružje, kako je grupa ilegalaca uspjela ući tako duboko u Hrvatsku – samo su neka od pitanja na koja bi istraga koja je u tijeku trebala dati odgovor.

      https://dnevnik.hr/vijesti/hrvatska/migrant-upucan-u-gorskom-kotaru-bori-se-za-zivot-ima-prostrijelnu-ranu-prsno

    • Croatian police fire on illegal migrants near Slovenian border

      Croatian police fired on a group of illegal migrants trying to reach neighboring Slovenia late on Saturday, leaving one man critically injured, officials in the northern Adriatic town of Rijeka said.

      Croatian Interior Minister Davor Bozinovic told reporters that the group was probably trying to cross into Slovenia, but did not say how many people were in the group or give their nationalities.

      Croatia is on a route taken by many migrants from the Middle East and central Asia trying to reach wealthier EU states. Some cross into Croatia from Bosnia undeclared.

      “Police officers were preventing the passage of a group which most probably wanted to reach Slovenia,” Bozinovic told media late on Saturday, adding that one man was wounded probably due to the use of firearms.

      A doctor at the Rijeka Clinical Hospital Centre said the man in a critical condition had suffered gunshot wounds.

      “The patient was admitted for urgent surgery after sustaining gunshot wounds in the area of thorax and stomach,” the doctor told Reuters by telephone on Sunday. “He is in a life-threatening condition and intensive medical treatment is continuing.”

      Bozinovic said regional authorities would investigate the incident, which took place in the mountainous Gorski Kotar area close to Rijeka, which is around 20 km (12 miles) from the Slovenian border.

      Croatia, which wants to join the EU’s border-free Schengen area, has to convince Brussels that it is able to effectively manage the bloc’s external border, a particularly sensitive issue since Europe’s 2015 migrant crisis.

      Neighboring Bosnia, which has become a migrant hot-spot since 2018, has repeatedly accused Croatia of returning migrants to Bosnia even when they are found deep in its territory. Many migrants have been complaining of brutality of Croatian police officers, allegations that Croatia has dismissed.

      https://www.reuters.com/article/us-europe-migrants-croatia/croatian-police-fire-on-illegal-migrants-near-slovenian-border-idUSKBN1XR0I

    • Croatian police shoot and seriously injure refugee

      The nationality of the injured migrant has not yet been reported. The incident occurred in a wooded area of the Gorski Kotar region, between Croatia and Slovenia, on one of the routes that many migrant and refugees stuck in Bosnia take to reach Western Europe. Croatian media say that a group of 17 migrants, after being sighted while illegally crossing the woods, allegedly refused to peacefully hand themselves over to the police and began to throw rocks and other objects at the security forces. According to the official version given by the police, one policeman tripped while shooting in the air and the bullet ricocheted and hit one of the migrants. The Croatian police immediately gave first aid to the injured man and took him on foot for three kilometres to the nearest ambulance. The migrant has been hospitalised and undergone two surgeries. He is still in critical condition. Human rights organisations have expressed serious doubts about the official version of the incident and say that weapons are being used ever more frequently against migrants and have called for the interior ministry to prevent similar incidents.

      http://www.ansamed.info/ansamed/en/news/sections/generalnews/2019/11/18/croatian-police-shoot-and-seriously-injure-refugee_87deadaa-f86c-4c27-b7fb

    • Croatie : la police tire sur un groupe de migrants, un homme entre la vie et la mort

      Un homme a été touché par un tir de la police croate dans la nuit du samedi 16 au dimanche 17 novembre, dans la région montagneuse du Gorski Kotar. Selon un médecin de l’hôpital de Rijeka, ce dernier est aujourd’hui dans un état critique.

      Le ministre croate de l’Intérieur, Davor Božinović, a déclaré que l’homme « a été blessé » alors que « la police protégeait la frontière », essayant d’« empêcher un groupe de migrants [sans donner leur nombre ni leur nationalité] de passer en Slovénie ». Mais l’ONG Are You Syrious explique que ces tirs ont eu lieu « très à l’intérieur du territoire croate », loin de la frontière. La ville de Rijeka se situe effectivement à une vingtaine de kilomètres de la Slovénie.

      La Croatie, qui veut intégrer l’espace Schengen, doit convaincre Bruxelles qu’elle est capable de prendre en charge la frontière extérieure de l’UE, notamment depuis le début de la crise des migrants en 2015. « Ce n’est pas la première fois que la protection des frontières en Croatie a des conséquences fatales ou quasi-fatales », rappelle Are You Syrious. Le 21 novembre 2017, une Afghane de 6 ans est morte quelques minutes après une opération de refoulement illégale de la police croate à la frontière avec la Serbie. Le 30 mai 2018, deux réfugiés de 12 ans, un garçon et une fille, ont été atteints au visage par des tirs de cette même police.

      https://www.courrierdesbalkans.fr/courrierdesbalkans-fr-fil-info-refugies-2019-novembre

    • Croatian police fire on irregular migrants near Slovenian border

      Croatian police on Friday fired on a group of migrants trying to irregularly reach neighboring Slovenia, local officials said. One man was critically injured. Thousands of migrants trying to reach western Europe are stuck in the Balkans.

      A migrant is fighting for his life after being shot by police on Friday, doctors in the Croatian port of Rijeka said Sunday. The unidentified migrant reportedly suffered multiple bullet wounds to his chest.

      “The patient was admitted for urgent surgery after sustaining gunshot wounds in the area of thorax and stomach,” a doctor at the Rijeka Clinical Hospital Center told news agency Reuters. “He is in a life-threatening condition and intensive medical treatment is continuing.”

      The incident happened when Croatian police fired on a group of irregular migrants trying to reach neighboring Slovenia. As AP reports, Croatian police said they fired the shots “to protect Croatia’s borders.”

      The Croatian interior minister Davor Bozinovic told media that “police officers were preventing the passage of a group which most probably wanted to reach Slovenia.” He further said that one man was wounded probably due to the use of firearms. Bozinovic did not say how many people were in the group or give their nationalities.

      The interior ministry said regional authorities would investigate the incident, which took place in the mountainous Gorski Kotar area close to Rijeka, a Croatian port city around 20 kilometers (12 miles) from the Slovenian border.

      Critical situation

      Rights groups have repeatedly accused Croatian authorities of using excessive force against migrants irregularly entering from neighboring Serbia and Bosnia and Herzegovina, both non-EU countries. The EU-member state Croatia has repeatedly denied the charges.

      Croatia, which wants to join the EU’s border-free Schengen area, has to convince Brussels that it is able to effectively manage the bloc’s external border. This is a particularly sensitive issue since Europe’s 2015 so-called migrant crisis.

      Croatia is on the so-called Balkan route taken by many migrants from the Middle East and central Asia trying to reach wealthier EU states. Some of those migrants cross into Croatia from Bosnia undeclared. In recent months, more and more refugees and migrants have arrived in Europe via the southern/western Balkan route: EU border agency Frontex registered 8,400 border crossings in the first 10 months of 2019 - an 82% increase compared to the same period last year.

      Storm sweeps through migrant camp in Bosnia

      In Croatia’s neighboring state Bosnia and Herzegovina, a storm on Friday blew many tents away in a bleak makeshift camp for migrants who are trying to reach western Europe. Migrants staying in the Vucjak camp near the border with Croatia were appealing for help on Saturday after spending a sleepless night looking for shelter.

      On Friday, hundreds of locals protested against the migrants’ presence and demanded the closure of overcrowded refugee camps and the relocation of the migrants from the city area.

      The European Union and numerous international organizations have repeatedly called for the closure of the Vucjak camp, which is located on a former landfill and is near a minefield left over from Bosnia’s 1992-95 war.

      Hundreds of migrants have been staying there with almost no facilities since the authorities in northwestern Bosnia set up the camp earlier this year. Bosnia, which has become a migrant hot-spot since 2018, has repeatedly accused Croatia of returning migrants to Bosnia even when they are found deep in its territory.

      This practice called “pushbacks” is prohibited under the Geneva Refugee Convention, which provided the principle of nonrefoulement.

      https://www.infomigrants.net/en/post/20899/croatian-police-fire-on-irregular-migrants-near-slovenian-border

    • https://www.borderviolence.eu/wp-content/uploads/Press-Briefing-19th-November-2019-1.pdf

      voir aussi:
      14/10/2019: “[they] started beating men with sticks, they beat me on my shoulder and back”

      Date and time: October 14, 2019 03:00
      Location: South east of #Komesarac, Croatia
      Coordinates: 45.09186791983132, 15.769071046238082
      Push-back from: Croatia
      Push-back to: Bosnia
      Demographics: 35 person(s), age: 2 - 45 (including minors aged 2, 5, 6, 7 and 8) , from: Palestine, Syria, Iraq
      Minors involved? Yes
      Violence used: beating (with batons/hands/other), kicking, threatening with guns, forcing to undress, destruction of personal belongings, theft of personal belongings
      Police involved: 10 Croatian officers dressed in blue uniforms with gunns, 2 police cars, 3 vans, 6/7 officers in camourflage uniform
      Taken to a police station?: yes
      Treatment at police station or other place of detention: detention, no translator present, denial of access to toilets, denial of food/water
      Was the intention to ask for asylum expressed?: Yes
      Reported by: Border Violence Monitoring

      Original Report

      A Syrian family joined a group of 35 people (mostly families from Syria and Palestine and a few single men from Iraq), and attempted to cross the Bosnian-Croatian border. They started walking from Velika Kladuša and walked for a day and a half through the woods and mountains. Once they were inside Croatian territory they decided to take a rest in the woods. The group fell asleep only to be woken up at 03:00 in the morning of 14th October 2019 by rapid gun fire and shouts of, “Freeze!”.

      They family noticed ten men in blue uniforms of Croatian police surrounding them, firing shots in the air:

      “like in a movie, they forced all men to lie down on their stomachs with our hands behind our heads, women no, they were just standing aside”.

      Not long after, the police ordered them to make a line and start walking, while police was escorting the line on both sides, pointing their guns at them.

      “We walked maybe 30 minutes, we reached a place with a hole already waiting for us, the fire was already burning, ready for our stuff. They took everyone’s backpacks, bags and sleeping bags and for single men they took jackets also. Everything was burned. I asked if I can take my baby’s food from the bag and they said no, took my backpack and threw it in the fire.”

      They were searched over their clothes and had their phones taken away from them. Some phones were thrown on the ground and stomped-on with police boots while some were just taken away and never returned. Two police cars and three vans arrived, everyone was forced to go inside them and driven for an hour to the police station where they were detained for two hours with no food, water, access to toilet or the presence of a translator.

      “They didn’t even talk to us, we asked them to take our fingerprints, one man in the group spoke good English and he explained to the police what we want (referring to asylum claim). The police was just laughing and didn’t do anything.”

      Instead, the transit group were again put in the three police vans which drove for around one hour and a half to the border-area, where they were made to go out of the vans and saw six to seven police in camouflage uniforms waiting for them.

      “Commandos in camouflage color started beating men with sticks, they beat me on my shoulder and back [he shows a picture of the bruises from his phone] and kicking us in our knees or behind our knees, yelling at us to start walking faster. They were walking behind us, beating and yelling for a few hundred meters than they stopped and we were told to continue by ourselves.”

      Once returned to BiH, the group walked for four to five hours to reach Velika Kladuša, where they took the bus to Sedra camp, close to Bihac.

      https://www.borderviolence.eu/violence-reports/october-14-2019-0300-south-east-of-komesarac-croatia

  • #Déogratias

    Derrière ce dessin, il y a plus d’un million de morts. Qui peut imaginer un million de morts ? C’est un chiffre qui ment, proie des comptables de l’horreur chicanant sur les dizaines, les unités. Un million, notre esprit se montre incapable de nous en transmettre une image précise. Un million de #morts, c’est le résultat de l’#indifférence devant le premier homme assassiné parce qu’il est Tutsi. Au deuxième, il est déjà trop tard pour arrêter l’#abomination. Alors, des êtres comme le jeune Hutu Déogratias célèbrent comme un trophée la corde à linge où pendouillent les dessous de femmes violées et, sans doute, trucidées. Corde qui signale « ici commence l’#horreur ». Avril #1994, Rwanda : le fleuve de sang emporte l’amour de Déogratias pour une jeune Tutsi. Et ce flot se nourrit du sang des Tutsi que Déogratias a tués de ses mains


    https://www.dupuis.com/seriebd/deogratias/284
    #Hutus #Tutsis #viol #guerre_civile #massacre
    #génocide #Rwanda #histoire #BD #livre

  • En el Pozo #Maria_Louisa

    CONTEXTE : A la mine de #Langreo (Asturies), exploitée depuis le XVIIIe s., un accident dans le puits (pozo) Maria Luisa tue 4 mineurs. Le survivant prend à témoin #Maruxiña (poupée des Asturies à l’effigie de Sainte Barbe, patronne des mineurs et/ou sa femme ?)…. La chanson évoque les #grèves et #révoltes des #mineurs asturiens en #1934 : quinze à trente mille ouvriers armés prennent le contrôle d’une grande partie de la région, y instaurent une #commune, et y créent des #comités_révolutionnaires. L’envoi des troupes et le bombardement des zones minières mettront fin à la révolte, faisant plus de mille morts en deux semaines… Triste prélude à Guernica.

    –-

    En el pozo Maria Luisa tra la la la
    Murieron cuatro mineros
    Mira, mira Maruxiña , mira
    Mira como vengo yo!

    Traigo la camisa roja tra la la la…
    De sangre de un compañero
    Mira, mira Maruxiña, mira
    Mira como vengo yo!

    Traigo la cabeza rota tra la la la…
    Que me la rompio un barreno
    Mira, mira Maruxiña, mira
    Mira como vengo yo!

    Me cago en los capataces tra la la la …
    Accionistas y esquiroles
    Mira, mira Maruxiña , mira
    Mira como vengo yo!

    Mañana son los entierros, …
    De esos pobres compañeros
    Mira, mira Maruxiña, mira
    Mira como vengo yo!

    (Santa Bárbara bendita,
    tranlaralará, tranlará, tranlará.
    patrona de los mineros.
    Mira, mira Maruxiña, mira
    mira como vengo yo.)

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=101&v=doI4mk1-uN0&feature=emb_logo

    #musique_et_travail #mines #décès #morts #chanson #accident #Espagne #histoire

    ping @albertocampiphoto @sinehebdo

  • Un migrant est mort dans la nuit à #Calais

    G.O avait 27 ans. Il était nigérian. Il est mort d’une #intoxication au monoxyde de carbone, confirme la préfecture du Pas-de-Calais à « l’Obs ». Il avait posé sa tente depuis quelques semaines seulement aux abords de l’ancienne jungle.

    https://www.nouvelobs.com/migrants/20191101.OBS20594/un-migrant-est-mort-dans-la-nuit-a-calais.html
    #décès #morts #France #migrations #asile #réfugiés #mourir_dans_la_forteresse_Europe

  • Les opérations de #sauvetage en #Méditerranée rejetées à deux voix près

    Le 24 octobre, le Parlement européen a voté contre une #résolution appelant l’UE à intensifier les opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée. Le texte a été rejeté par les groupes de centre droit et libéraux. Un article d’Euroefe.

    La résolution, lancée et soutenue par les députés sociaux-démocrates (S&D), a finalement été rejetée à une très faible majorité de deux voix au sein d’un hémicycle qui compte 750 eurodéputés.

    Le président de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures, le socialiste espagnol Juan Fernández López Aguilar, a déclaré que « trop de personnes perd[ai]ent la vie en Méditerranée » et a qualifié la situation d’« urgente ».

    « Notre système doit être réformé d’urgence », a plaidé Juan Fernández López Aguilar, ajoutant : « Si nous voulons agir de manière responsable, la recherche et le sauvetage ne peuvent être laissés aux seules #ONG et nous ne devons en aucune manière criminaliser l’aide humanitaire. »

    Les sociaux-démocrates se sont engagés à poursuivre la lutte en faveur d’« un mécanisme qui permette une #répartition plus équitable et plus durable entre les États membres des personnes sauvées en mer, et dont la solidarité et la justice sont les principes directeurs », expliquent-ils dans un communiqué de presse.

    Au nom d’OXFAM, Raphael Shilhav a déclaré que « l’Europe se doit de procéder à des opérations de recherche et de sauvetage plus nombreuses et mieux organisées en Méditerranée pour sauver des vies humaines ».

    Il a rappelé que « plus de 1000 femmes, hommes et enfants se sont noyés ou ont disparu en Méditerranée cette année seulement ». « L’’Europe doit tout mettre en œuvre pour éviter de nouvelles tragédies », a-t-il souligné.

    https://www.euractiv.fr/section/affaires-publiques/news/les-operations-de-sauvetage-en-mediterranee-rejetees-a-deux-voix-pres
    #EU #UE #parlement_européen #honte #asile #migrations #réfugiés #décès #morts
    ping @reka

  • #Calais : huit migrants, dont des enfants, trouvés en hypothermie dans un camion frigorifique

    Tôt ce dimanche 27 octobre, la Border Force britannique a trouvé huit migrants en état d’#hypothermie dans un #camion_frigorifique, au terminal ferry du port de Calais. Parmi eux, deux enfants en bas âge.


    https://www.lavoixdunord.fr/657776/article/2019-10-27/calais-dix-migrants-dont-des-enfants-trouves-en-hypothermie-dans-un-cam

    #asile #migrations #frontières #France #Angleterre #UK #camion #décès #morts #mourir_aux_frontières #mourir_dans_la_forteresse_européenne

    –---------

    Mise à jour du 29.10.2019...
    Je pense que les 8 personnes qui ont été retrouvées dans le camion ne sont pas mortes (ouf !) :

    Huit migrants afghans, dont quatre mineurs ont été hospitalisés à Calais après avoir été retrouvés dimanche 27 octobre en état de « légère hypothermie » dans un camion frigorifique dans le port de cette ville du Pas-de-Calais.

    https://www.infomigrants.net/fr/post/20418/une-trentaine-de-migrants-decouverts-dans-des-camions-en-belgique-et-a

    • Une trentaine de migrants découverts dans des camions en Belgique et à Calais

      Quelque 28 migrants, dont des mineurs, ont été retrouvés depuis samedi dans plusieurs camions en partance de Calais et du nord de la Belgique vers le Royaume-Uni. La plupart sont Afghans, Irakiens et Érythréens. L’un des transporteurs avait caché les migrants sous un trappe verrouillée, derrière des poulets surgelés.

      Huit migrants afghans, dont quatre mineurs ont été hospitalisés à Calais après avoir été retrouvés dimanche 27 octobre en état de « légère hypothermie » dans un camion frigorifique dans le port de cette ville du Pas-de-Calais.

      Ils étaient cachés derrière des poulets surgelés, dans le double fond de la cellule frigorifique qui se trouvait sous une trappe.

      Ils ne pouvaient pas s’échapper en cas de problème

      La trappe était verrouillée de l’extérieur, un dispositif extrêmement dangereux puisque les personnes transportées ne pouvaient pas s’échapper seules en cas de problème.

      La semaine dernière, trente-neuf migrants vietnamiens sont morts piégés dans des conditions similaires, dans un camion frigorifique dont le conteneur était arrivé de Zeebruges jusqu’à Londres.

      Dimanche, le petit camion de 3,5 tonnes qui transportait les migrants afghans, a été contrôlé au moment d’embarquer sur un ferry à destination du Royaume-Uni. « Tout le contenant n’était pas rempli, ce qui prouve bien que ce n’était pas un véritable transport de marchandises », a indiqué une source judiciaire.

      Vingt migrants découverts à bord de deux camions en Belgique

      La veille, vingt migrants ont été découverts dans deux camions en route pour le Royaume-Uni depuis la Belgique. Ils ont tous été retrouvés en bonne santé.

      Le premier véhicule transportait onze personnes, dont des femmes et des enfants d’origine africaine, a priori érythréenne, a précisé le parquet du Limbourg. Le chauffeur a découvert ces passagers clandestins lors d’un arrêt technique dans un garage de Saint-Trond, situé à proximité de la frontière avec l’Allemagne (environ 65 km à l’est de Bruxelles).

      Par ailleurs, la police a trouvé samedi matin neuf hommes se disant de nationalité irakienne. Ils étaient cachés dans un camion qui circulait sur une voie rapide à Bruges en direction du port de #Zeebruges, a indiqué le parquet de Flandre occidentale. Les policiers sont intervenus après avoir été avertis de la présence de migrants dans ce camion.

      https://www.infomigrants.net/fr/post/20418/une-trentaine-de-migrants-decouverts-dans-des-camions-en-belgique-et-a

  • Au cimetière de Calais, on enterre les migrants morts depuis 20 ans

    230 migrants sont morts parce qu’ils voulaient gagner l’Angleterre, selon un observatoire créé par des bénévoles. Faute d’argent ou d’avoir été identifiés, certains sont enterrés dans deux cimetières de Calais.

    https://www.francebleu.fr/infos/societe/au-cimetiere-de-calais-enterre-les-migrants-morts-depuis-20-ans-157147296
    #cimetière #morts #Calais #asile #migrations #réfugiés #France #enterrement