• The bank bailout of 2008 was unnecessary. Fed Chairman Ben Bernanke scared Congress into it
    http://www.latimes.com/opinion/op-ed/la-oe-baker-bailout-20180914-story.html

    .... news reports on the crisis raised the prospect of empty ATMs and checks uncashed. There were stories in major media outlets about the bank runs of 1929.

    No such scenario was in the cards in 2008. Unlike 1929, we have the Federal Deposit Insurance Corporation. The FDIC was created precisely to prevent the sort of bank runs that were common during the Great Depression and earlier financial panics. The FDIC is very good at taking over a failed bank to ensure that checks are honored and ATMs keep working. In fact, the FDIC took over several major banks and many minor ones during the Great Recession. Business carried on as normal and most customers — unless they were following the news closely — remained unaware.

    [...]

    The Great Depression ended because of the massive government spending needed to fight World War II. But we don’t need a war to spend money. If the private sector is not creating enough demand for workers, the government can fill the gap by spending money on infrastructure, education, healthcare, child care or many other needs.

    There is no plausible story where a series of bank collapses in 2008-2009 would have prevented the federal government from spending the money needed to restore full employment. The prospect of Great Depression-style joblessness and bread lines was just a scare tactic used by Bernanke, Paulson and other proponents of the bailout to get the political support needed to save the Wall Street banks.

    This kept the bloated financial structure that had developed over the last three decades in place. And it allowed the bankers who got rich off of the risky financial practices that led to the crisis to avoid the consequences of their actions.
    While an orderly transition would have been best, if the market had been allowed to work its magic, we could have quickly eliminated bloat in the financial sector and sent the unscrupulous Wall Street banks into the dust bin of history. Instead, millions of Americans still suffered through the Great Recession, losing homes and jobs, and the big banks are bigger than ever. Saving the banks became the priority of the president and Congress. Saving people’s homes and jobs mattered much less or not at all.

    #MSM #mafia #finance #etats-unis



  • How the UAE is destroying #Yemen | Middle East Eye
    http://www.middleeasteye.net/columns/how-uae-destroying-yemen-421364462

    Et encore une guerre par procuration qui n’intéresse pas du tout les #MSM,

    The UAE’s rift with Saudi Arabia has also been problematic. Riyadh has supported Islah, Yemen’s Muslim Brotherhood branch, as a stable ally on the ground. But the UAE opposes the Brotherhood, instead backing militants who maintain non-hostile relations with al-Qaeda in the Arabian Peninsula (AQAP) - which it is supposed to be fighting - to counteract Islah, researcher Helen Lackner notes in her book Yemen in Crisis. As such, the UAE is in a proxy war with Saudi Arabia in Yemen.

    #narrative #arabie_saoudite #e.a.u. #émirats_arabes_unis



  • L’interview de la mère d’Oussama Ben Laden, Alia Ghanem, par Martin Chulov dans le Guardian est l’évènement médiatique du moment :
    https://www.theguardian.com/world/2018/aug/03/osama-bin-laden-mother-speaks-out-family-interview
    L’article a été largement signalé et commenté (positivement) dans les grands médias français.

    Or, en dehors d’Angry Arab, personne ne semble vouloir remarquer que l’interview reprend tous les talking points de la propagande séoudienne de l’ère Mohamed Bin Salman.

    D’entrée de jeu, Chulov admet qu’il interviewe la famille Ben Laden sous le contrôle du régime séoudien :

    Now, Saudi Arabia’s new leadership – spearheaded by the ambitious 32-year-old heir to the throne, Crown Prince Mohammed bin Salman – has agreed to my request to speak to the family. (As one of the country’s most influential families, their movements and engagements remain closely monitored.)

    Voilà l’une des dictatures les plus violentes de la planète, où le déplaisir du prince vous vaudra la ruine, ou la prison, ou la réclusion à vie dans une résidence privée, ou quelques centaines de coups de fouets, voire la décapitation. Un pays où des milliardaires parmi les plus puissants ont été retenus dans un hôtel, possiblement torturés, avant d’être proprement ruinés. Où un Premier ministre étranger a été retenu et démissionné d’office.

    Mais si la famille accepte enfin de parler – avec l’accord de la nouvelle direction du régime – c’est, selon Chulov, pour éviter de « réouvrir d’anciennes plaies » :

    Unsurprisingly, Osama bin Laden’s family are cautious in our initial negotiations; they are not sure whether opening old wounds will prove cathartic or harmful. But after several days of discussion, they are willing to talk.

    L’idée qu’il n’est pas bien sain, d’un point de vue journalistique, de présenter dans de telles conditions la parole de ces gens comme un authentique entretien, est soulevée dans la fin de l’article par une demi-sœur de Ben Laden installée (réfugiée ?) à Paris. Objection balayée d’une phrase et l’euphémisme « complicated status in the kingdom » :

    From her home in Paris, she later emailed to say she strongly objected to her mother being interviewed, asking that it be rearranged through her. Despite the blessing of her brothers and father, she felt her mother had been pressured into talking. Ghanem, however, insisted she was happy to talk and could have talked longer. It is, perhaps, a sign of the extended family’s complicated status in the kingdom that such tensions exist.

    D’ailleurs la conversation se fait ouvertement en présence d’un commissaire politique du régime mais, précise notre grand reporter : qui ne fait aucune tentative pour influencer la conversation…

    When we meet on a hot day in early June, a minder from the Saudi government sits in the room, though she makes no attempt to influence the conversation.

    On est heureux de constater que les méthodes séoudienness se sont affinées depuis l’interview grotesque de Saad Hariri.

    Bref, l’entretien commence.

    D’entrée de jeu, premier élément de langage tiré de la propagande officielle saoudienne : Oussame Ben Laden s’est radicalisé sous l’influence d’un membre des Frères musulmans. Subtile…

    “The people at university changed him,” Ghanem says. “He became a different man.” One of the men he met there was Abdullah Azzam, a member of the Muslim Brotherhood who was later exiled from Saudi Arabia and became Osama’s spiritual adviser.

    Un autre élément de langage, central, reviendra plusieurs fois dans l’interview : en Afghanistan, Ben Laden est un type très bien : il n’est pas encore un jihadiste (jusqu’en 1999…).

    “[…] He spent all his money on Afghanistan – he would sneak off under the guise of family business.” Did she ever suspect he might become a jihadist? “It never crossed my mind.”

    Tant qu’à faire, le petit détail sectaire qui ne trompe pas : la maman de Ben Laden est alaouite :

    Ghanem begins to relax, and talks about her childhood in the coastal Syrian city of Latakia, where she grew up in a family of Alawites, an offshoot of Shia Islam.

    Évidemment, le bon fan-boy de la rébellitude syrienne ne tarde pas à en faire la bonne lecture : la mère de Ben Laden est alaouite « comme les Assad ». Par exemple Sam Dagher te conseille l’article en commençant par cette remarque (subtile) :
    https://twitter.com/samdagher/status/1025343757229678597

    Must read by ⁦@martinchulov⁩ on Bin Laden’s mother. She’s Syrian Alawite like the Assads. […]

    Un autre talking point typique de MBS : l’Arabie séoudite était un pays relativement libéral dans les années 70 (ah ah… comment traduire « freewheeling » ici sans paraître totalement ridicule), mais a adopté une interprétation rigoriste du wahhabisme en réaction à la révolution iranienne (dont le but, écrit-il, était d’exporter le chiisme dans le monde arabe sunnite).

    Osama bin Laden’s formative years in Jeddah came in the relatively freewheeling 1970s, before the Iranian Revolution of 1979, which aimed to export Shia zeal into the Sunni Arab world. From then on, Saudi’s rulers enforced a rigid interpretation of Sunni Islam – one that had been widely practised across the Arabian peninsula since the 18th century, the era of cleric Muhammed ibn Abdul Wahhab.

    Ah, il faut te dire qu’à ce moment de ce long article, l’interview proprement dite de la mère de Ben Laden est terminée depuis longtemps, et n’a dû occuper que deux gros paragraphes…

    À la place, on part dans des considérations enthousiastes sur cette nouvelle direction saoudienne, sous l’influence de Bin Salman, qui voudrait instaurer un « islam modéré » en Arabie (Chulov est d’ailleurs sans surprise coupable, dans le Guardian, de plusieurs articles enthousiastes sur les femmes séoudiennes autorisées à conduire) :

    In 2018, Saudi’s new leadership wants to draw a line under this era and introduce what bin Salman calls “moderate Islam”. This he sees as essential to the survival of a state where a large, restless and often disaffected young population has, for nearly four decades, had little access to entertainment, a social life or individual freedoms. Saudi’s new rulers believe such rigid societal norms, enforced by clerics, could prove fodder for extremists who tap into such feelings of frustration.

    Reform is beginning to creep through many aspects of Saudi society; among the most visible was June’s lifting of the ban on women drivers. There have been changes to the labour markets and a bloated public sector; cinemas have opened, and an anti-corruption drive launched across the private sector and some quarters of government. The government also claims to have stopped all funding to Wahhabi institutions outside the kingdom, which had been supported with missionary zeal for nearly four decades.

    Such radical shock therapy is slowly being absorbed across the country, where communities conditioned to decades of uncompromising doctrine don’t always know what to make of it. Contradictions abound: some officials and institutions eschew conservatism, while others wholeheartedly embrace it. Meanwhile, political freedoms remain off-limits; power has become more centralised and dissent is routinely crushed.

    Toujours plus éloigné du sujet initial (la maman d’Oussama), le prince Turki al-Faisal, l’« érudit » ancien chef des services secrets saoudiens :

    I meet Prince Turki al-Faisal, who was the head of Saudi intelligence for 24 years, between 1977 and 1 September 2001 (10 days before the 9/11 attacks), at his villa in Jeddah. An erudite man now in his mid-70s, Turki wears green cufflinks bearing the Saudi flag on the sleeves of his thobe.

    Lequel te synthétise l’élément de langage central de l’article : en Afghanistan c’est un combattant de la liberté, et c’est après que ça se gâte :

    “There are two Osama bin Ladens,” he tells me. “One before the end of the Soviet occupation of Afghanistan, and one after it. Before, he was very much an idealistic mujahid. He was not a fighter. By his own admission, he fainted during a battle, and when he woke up, the Soviet assault on his position had been defeated.”

    As Bin Laden moved from Afghanistan to Sudan, and as his links to Saudi Arabia soured, it was Turki who spoke with him on behalf of the kingdom. In the wake of 9/11, these direct dealings came under intense scrutiny.

    Et une autre explication totalement tirée par les cheveux : si la plupart des terroristes du 11 Septembre étaient séoudiens, ce n’était pas parce que les Séoudiens vivent dans un environnement toxique depuis l’enfance, mais parce que Ben Laden voulait tourner le monde occidental contre l’Arabie… Oui, c’est une très jolie théorie du complot dans laquelle on présente le royaume comme une victime du 11 Septembre :

    “There is no doubt that he deliberately chose Saudi citizens for the 9/11 plot,” a British intelligence officer tells me. “He was convinced that was going to turn the west against his ... home country. He did indeed succeed in inciting a war, but not the one he expected.”

    Et pour terminer, enfonçons le clou sur l’authentique conviction réformatrice (« mais pourra-t-il réussir ? ») de ce brave Mohammed Bin Salman :

    While change has been attempted in Saudi Arabia before, it has been nowhere near as extensive as the current reforms. How hard Mohammed bin Salman can push against a society indoctrinated in such an uncompromising worldview remains an open question.

    Saudia Arabia’s allies are optimistic, but offer a note of caution. The British intelligence officer I spoke to told me, “If Salman doesn’t break through, there will be many more Osamas. And I’m not sure they’ll be able to shake the curse.”

    • Objection balayée d’une phrase et l’euphémisme « complicated status in the kingdom »

      Je n’arrive plus à me rappeler où j’ai entendu la réplique « It’s complicated », réponse typique de profiteurs qui se font du pognon dans un pays dictatorial. En fait, je ne me souviens plus si c’est dans un docu ou dans une comédie (grinçante) !

      Ah oui, c’est dans Mariage gay à Tel Aviv et Jean Stern finit par en faire une blague. Tout le monde (État et business) se pâme sur la liberté sexuelle à Tel Aviv et chaque fois qu’il pose une question sur le conflit avec la Palestine, il obtient cette réponse. « It’s complicated. » Traduction : je n’en ai rien à foutre et j’aimerais beaucoup que toi aussi.



  • Lu ailleurs, une analyse de l’affaire Benalla par Nicolaos Genzlas

    “le problème politique qui explique l’extraordinaire retentissement de cette affaire, c’est la manière dont elle rentre directement en contradiction avec le mouvement d’opinion profond qui a porté Macron au pouvoir.”

    « Avec le recul, cela me paraît assez incroyable, mais il y a à peine plus d’un an de cela, j’étais encore collaborateur politique. A ce titre, je suivais régulièrement les enquêtes d’opinions : c’était même devenu une de mes missions officieuses à partir de l’été 2015, puis officielles. En me replongeant dans des tableaux statistiques, parmi lesquels certains que je n’avais pas revus depuis mes années d’études à l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble, un truc m’a frappé par rapport à cette époque : l’approfondissement, mesurable et mesuré, de la défiance globale des citoyens, non seulement vis-à-vis de leurs élites et de leurs institutions, mais, également, entre eux. Ne semblait échapper (et encore, relativement seulement) à cette #défiance tant verticale qu’horizontale qu’une partie de la population française, la France des cadres, la France des diplômés, la France des grandes métropoles, les électeurs du centre-droit et du centre-gauche. On pouvait en effet montrer, de mémoire, que si les indicateurs de défiance atteignaient de 70 à 90% pour les CSP-, ils ne dépassaient pas les 50% pour les CSP+ métropolitaines. (Evidemment, je résume ici à grands traits, mais l’idée générale me paraissait bien défendable).

    Au printemps 2016 (cause, effet ou conséquence du mouvement social), on a vu cette situation initiale se modifier, avec une dégradation quantitative des indicateurs de défiance pour ces CSP+, qui ont eu tendance à s’aligner pratiquement exactement sur le reste de la population française. Sans doute cet alignement quantitatif ne signifiait t-il pas un alignement qualitatif de la défiance - ce que, du reste, les enquêtes paraissaient confirmer. Néanmoins, cette alignement relatif constituait une #rupture, et annonçait largement la campagne qui suivrait. Je disais et écrivais alors que les Français n’étaient pas d’humeur (moins que jamais) à se laisser imposer un remake de la campagne de 2012 jusqu’au niveau des candidats et qu’il fallait s’attendre à un grand nombre de surprises (évidemment, nul alors n’imaginait jusqu’à quel point le plateau serait bouleversé). Depuis déjà plusieurs mois, de façon assez solitaire, je travaillais sur une stratégie de campagne pour donner à ce moment “populiste” un débouché politique, bricolant autour du thème de la postdémocratie. On sait quel traversée du désert nous avons eu alors... mais on sait aussi que d’autres ont connu le succès avec des analyses très similaires.

    Au premier visionnage de la première vidéo de campagne d’En Marche (de mémoire en mai ou juin 2016), j’ai immédiatement compris que ces gens là travaillaient à partir d’une grille de lecture très semblable, proposant un débouché au #néo-populisme des CSP+ , axé sur le renouvellement de la classe politique et le rejet des scléroses bureaucratiques de l’administration française - un truc qui pouvait marcher dès lors qu’on avait repérer précisément le basculement de ces catégories sociales dans une représentation politique populiste hégémonique. Un an de campagne plus tard, et la démocratisation de la tentation oligarchique aidant, Macron remportait l’élection présidentielle, bouleversant l’échiquier politique. On comprend dès lors le problème politique que pose l’affaire Benalla. Des barbouseries, on en a déjà vu, et des biens plus romanesques ! Des abus de pouvoir aussi, ainsi que des retournements de presse... Non, le problème #politique qui explique l’extraordinaire retentissement de cette affaire, c’est la manière dont elle rentre directement en contradiction avec le mouvement d’opinion profond qui a porté Macron au pouvoir.

    La faute politique aura été dès lors de prendre tout cela à la légère, avec une communication de crise systématiquement à contre-temps, cherchant à banaliser, à canaliser et à refroidir une affaire qui, symboliquement, ne constitue pas moins que le tournant de la rigueur de 1982, de 1995 ou de 2012. Il eut donc fallu que Macron s’exprime rapidement, fortement, en Jupiter pour une fois, prenant des mesures fortes et incontestables qui aurait précisément montré qu’il était toujours l’homme du nouveau monde, qui ne se laissait pas recouvrir par des pratiques d’un autre temps. En à peine un an, l’isolement du #pouvoir, l’#arrogance qui monte à la tête, le sentiment de toute puissance d’autant plus grand que l’opposition et les contre-pouvoirs sont faibles, aura fait oublier au Président comme à ses plus proches conseillers d’où ils venaient, et ce à quoi ils devaient son élection et leurs places. Depuis un moment que je prophétisais que cette croissance hégémonique de la représentation populiste de l’opinion aboutirait, par un alignement relatif qualitatif des catégories sociales et non plus simplement quantitatif, à ce que la branche Macron soit prématurément pourrie et coupée, je commençais à croire que je m’étais trompé... mais nous y sommes finalement arrivé. C’est le moment que nous vivons.

    Et fondamentalement, je suis porté à croire à ce stade que ni Le Pen (parce qu’elle est bien trop cramée) ni Mélenchon (parce qu’il est bien trop mauvais) n’en profiteront. Eux deux comme Macron et les autres font désormais eux aussi pleinement partie du vieux monde qui ne cesse lentement de disparaître sous nos yeux... Winter is coming. »

    • Je trouve cette phrase d’une naïveté confondante :

      En à peine un an, l’isolement du #pouvoir, l’#arrogance qui monte à la tête, le sentiment de toute puissance d’autant plus grand que l’opposition et les contre-pouvoirs sont faibles, aura fait oublier au Président comme à ses plus proches conseillers d’où ils venaient, et ce à quoi ils devaient son élection et leurs places.

      Macron n’a pas été élu pour lui mais contre le pen et il était d’une arrogance folle au point de parler de lui comme de Jupiter, je pense pas que ca sois l’isolement au pouvoir qui le rende ainsi. Il oublie pas d’ou il venait, car il viens du monde des bourges catholiques de droite et des banques, et je voie pas en quoi il aurais trahie ses origines.
      Le final qui compare Lepen et Mélenchon est pas très heureux non plus.

    • Mais dire que Mélenchon est mauvais, il a raison. Je discute avec des personnes peu politisées, et c’est systématiquement la même chose : « il me fait peur ». Et même ici, sur SeenThis, la plupart pense la même chose et par conséquent refuse de voir dans le mouvement FI autre chose qu’un truc « ça fait peur ».

    • @biggrizzly : Réussir en 2012 à fédérer une bonne partie de l’extrême gauche avec le Parti Communiste et obtenir ainsi un peu plus de 11% au premier tour, puis monter une campagne de masse en 2017 pour recueillir 19,58 % des suffrages exprimés au premier tour : ça ne peut être que « mauvais ».
      Enfin, si ce que tu dis est vrai : que pour « la plupart » des Seenthisiens (je n’en suis que depuis peu de temps) la principale caractéristique de #Mélenchon est qu’il « fait peur », je me demande ce que je fous ici. Je peux lire ça dans les #médias dominants tous les jours.
      Et la #politique dans tout ça ? « Mélenchon » est-il un individu, ou un mouvement politique ?
      J’ai lu avec intérêt le texte signalé par @monolecte , et tout allait bien jusqu’au dernier paragraphe. Là l’analyse, apparemment brillante jusque là, s’effondre.
      #politics #France #Macron #MSM

    • L’auteur m’a l’air d’être de cette mouvance CSP+ en voie de néo-populisation et c’est bien cette partie de l’analyse qui m’intéresse. Tout comme le fait que le gars se sente obligé de créer un nouveau mot pour dire que même les bourgeois qui se pensent cultivés sont en train de virer Dupont Lajoie.

      Bien sûr qu’il y a des trucs faiblards dans ce qu’il écrit : d’un côté, il comprend parfaitement que la campagne de Macron a été entièrement fabriquée autour de l’appel d’air de la #fascisation de la pensée bourgeoise, dans un pur calcul markéting, mais de l’autre, il occulte le fait que le cynisme de la démarche caractérisait aussi celui de la pensée qui la sous-tendait.

      Macron n’a pas attendu d’être président en exercice pour conchier l’immense masse de ses concitoyens et les prendre globalement pour un ramassis de demeurés et de surnuméraires, il était déjà bien lui-même quand il barrait à Bercy.

      Sur Mélenchon, je ne sais pas faire la part des choses entre ses propres conneries et la campagne de dénigrement systématique dont il fait l’objet en permanence dans les médias avec son parti. Ce qui est certain, c’est que cela vienne de Mélenchon, des médias ou des deux, effectivement, FI n’a pas du tout la place qu’il mérite dans l’échiquier politique, en tant que force d’opposition réelle et construite.
      D’ailleurs, il n’y a pas d’opposition , et rien que ce fait devrait salement nous faire flipper.

    • @david2 : je rigolais intérieurement l’autre jour. Une de ces personnes me disait que Mélenchon lui faisait peur. On avait la télé allumée. Et BFMTV ou LCI en bruit de fond. Vient le reportage qui évoque les candidats aux européennes, et la « mini-polémique » autour des ex-caciques socialistes qui n’avaient pas été retenus, et que c’était la preuve que le processus était vicié, quasi-stalinien. Musique de fond de film d’horreur, montage des images de film d’horreur, voix off d’enquête en terrain miné.

      Bien sûr que cette sensation que « Mélenchon fait peur » est une affaire de propagande.

      Mais bon sang, pourquoi les « qui sont politisés » ont aussi des griefs contre la FI ? A chaque fois, tu découvres que c’est un petit truc « il a dit gnagnagna c’est la preuve que ». Ou « il a fait gnagnagna c’est la preuve que ». La preuve qu’il ne fera pas ce qu’il dit évidemment, et que ça ne sert donc à rien de.

      Et toujours cette hyper personnalisation de la politique. Tous incapables, quoique conscients, de faire abstraction des limites de se concentrer sur l’individu plutôt que sur le collectif qu’il y a derrière lui.

    • Pour moi (un seenthisien depuis 2012), j’ai cru un temps au « front de gauche » qui avait l’air d’être prometteur en tant que rassemblement des forces orientées sur un changement profond de la société. Seulement en 2015, nous avons eu l’exemple de Syriza arrivée en tête des élections et la capitulation en rase-campagne de son chef Alexis Tsipras. Et Mélenchon, tête pensante de la FI (nom que je trouve ridicule au demeurant car l’insoumission c’est tout autre chose à mon sens), aurait fait la même chose que son homologue grec si il avait été élu : il se serait couché devant les banques et les vautours de l’Union Européenne.

      Ceci dit, l’article ou le propos rapporté dans ce post n’est pas dénué d’intérêt même s’il ne représente que les tergiversations d’une (toute) petite minorité de l’électorat français. Nous qui connaissons une autre réalité sociale pouvons le trouver empreint d’une certaine candeur mais il est toujours avantageux de découvrir de quoi est fait la pensée des autres.

    • Et Mélenchon, tête pensante de la FI, fera la même chose que son homologue grec : il se couchera devant les banques et les vautours de l’Union Européenne.

      Merci d’illustrer si bien ce que je disais :
      A chaque fois, tu découvres que c’est un petit truc « il a dit gnagnagna c’est la preuve que ». Ou « il a fait gnagnagna c’est la preuve que ». La preuve qu’il ne fera pas ce qu’il dit évidemment, et que ça ne sert donc à rien de.

      Ta phrase là, "Tsipras a fait ceci, alors Mélenchon fera pareil", elle manque singulièrement d’argumentaire pour pouvoir commencer à y voir un début de raisonnement logique. Tu as écrit un truc en "gnagnagna".

      Le gars Mélenchon il écrit depuis des années sur ce qu’il pense et sur ce qu’il fait, ses écrits tiennent sacrément bien la route par rapport à beaucoup d’autres qui s’y essaient. Tsipras, il n’a jamais autant partagé ses idées, il n’a fait qu’arriver là où il est arrivé, par chance, et parce qu’il avait une bonne tête... mais derrière lui, il y avait pleins de gens volontaires, bien repérés, déjà bien "gnagnagna" d’ailleurs et bien mis sous camisole, dès que les choses sérieuses ont commencé. Cela pour dire que la crédibilité - à priori - de l’un et de l’autre est incomparable.
      De plus, calquer la situation grecque sur la situation française n’a pas beaucoup de pertinence en plus.
      Et... tiens... il suffit de constater la sourdine mise sur ce qu’il se passe en Italie pour avoir une idée qu’il s’y passe des choses "pour de vrai", et qui ne rentrent pas dans le cadre standard. L’Italie n’est pas la Grèce, et la remise dans le rang n’est visiblement pas aussi aisée. Cf. ce que Sapir nous en donne à voir dans les billets de ces dernières semaines.

      Au-delà de ces réflexions à l’emporte-pièce, arrivé à ce niveau de pouvoir, je pense qu’on ne nous dit pas vraiment à quels personnages l’on se frotte et à quelles pressions l’on est soumis.

    • Le gars Mélenchon il écrit depuis des années sur ce qu’il pense et sur ce qu’il fait, ses écrits tiennent sacrément bien la route par rapport à beaucoup d’autres qui s’y essaient.

      Pour sûr. Il dit et écrit des choses « bien ». Après, lorsque toutes ces belles intentions seront confrontées aux réalités géo-politico-économiques, ce sera une autre affaire. Maintenant, s’il avait voulu vraiment aller au bout de ses idées, il n’aurait eu d’autre choix de gouverner comme un autocrate. Est-ce donc pour cela qu’il fait (encore) si peur ? Le comble dans tout ça, c’est qu’il a abandonné toute velléité de références au communisme et au marxisme. Il a même décidé de faire l’impasse sur le mot « gauche » en adoptant une posture d’"insoumission". Pour ne pas « faire peur » justement. Désolé pour ces quelques réflexions à l’emporte-pièce mais « les mots sont importants » (enfin, il me semble).

    • Oui, oui, les mots sont importants tu as raison. Y dit pas « communisme », c’est la preuve que. Tu fais encore « gnagnagna » et tu illustres à nouveau ce que je disais : merci.

      Donc on ne vote pas Mélenchon (quand on vote). Et on dit « tous pourris ». Ou « tous pareils ».

      Il y a toujours une bonne raison pour ne pas essayer de changer les choses. « parce que ça ne peut pas marcher ».

      Je ne vais pas dire que ça me dépasse. Mais un petit peu quand même. Et ce n’est pas toi en particulier évidemment. Tu ne fais qu’illustrer mon propos, et je t’en remercie sincèrement :-)

      Parce que si même nous là, les politisés, on est incapable d’y croire... qui va y croire au fait qu’un jour, ça peut changer ?

    • Je tenais à un copain EELV (parmi les plus à gauche) le discours de @david2 : « Quand même, Mélanchon, il est arrivé à de beaux chiffres. » Le copain me répond : « Il n’est pas arrivé au second tour, alors que l’élection était super ouverte avec quatre dans un mouchoir, parce qu’il a braqué un tas de monde qui était ailleurs. »

      Moi qui n’ai pas voté pour lui au premier tour, qui n’ai pas apprécié l’ardeur des discours des camarades FI (c’est l’idée que je me fais d’adeptes de l’église de scientologie), qui ai trouvé super autoritaires ses méthodes de « c’est moi qui ai préparé prem’s la campagne, les autres si vous voulez exister en 2017 c’est derrière moi », ben Mélanchon me fait peur. Et me fait encore plus peur quand je vois du BBR, du républicain laïc color-blind à la Chevènement. Je regarde pas la télé et je trouve les discours mainstream anti-Mélanchon ridicules, méprisants et réacs.

      Pourtant, j’aurais aimé une opposition capable de parler un langage simple, de donner envie à des losers de se battre pour foutre en l’air le jeu plutôt que pour vouloir en gagner des miettes. Et j’avais rien contre lui au départ, même pas son ethos de mini-éléphant du PS. Il faut bien des soc-dem.

      À part quelques détails (dont la généalogie de l’arrogance de Macron qui remonte plus loin qu’à une année excitante de président-gendre idéal), je trouve intéressant de s’interroger sur cette tentation du fascisme (autoritarisme, violence, homme providentiel, contrôle social et libertés civiles à abolir) en plein dans les classes sociales et les tendances politiques qui se flattaient de préserver la « démocratie » des « extrêmes ». Je ressors cet article qui tourne en rond dans ma tête depuis que j’ai découvert que mon oncle de droite, plutôt centriste (et bourgeois), avait abandonné une certaine idée de l’État de droit.

      https://www.nytimes.com/interactive/2018/05/23/opinion/international-world/centrists-democracy.html

    • Ben oui @sombre, mais @aude_v elle parle un langage qui me parle plus déjà. On n’est plus tout à fait dans le gnagnagna, on touche du doigt un truc.

      Mélenchon, il fraie depuis des années dans ce milieu politique extrêmement malsain (à mon avis), fait de non-dits et de coups de poignards dans le dos, de billard à 6 bandes, où tu découvres que Hoang-Ngoc aurait bien aimé être en position d’être éligible, juste « parce que », et que la commission FI ne l’a pas fait, alors pouf, pompe à merde sur LCI et ailleurs, et Mélenchon doit se défendre d’être ou de ne pas être intervenu, et qu’il utilise des mots qui font peur, parce que oui, à force, même quand on est un fin communicant (ce qu’il n’est pas), on peut en avoir ras l’bol de devoir passer ses journées à esquiver les jets des pompes à merde et qu’il tient en effet un discours rude pour ceux qui aimeraient être rassurés.

      En 2017, quand il a expliqué aux uns et aux autres que leurs conditions pour participer à la campagne étaient encore une fois inacceptables, ça ne sortait pas du chapeau. C’était le résultat des tentatives précédentes de ménager les uns et les autres. Ce ménagement avait juste permis à ces uns de torpiller de l’intérieur, le moment venu, le processus, et à ces autres de profiter de l’effet positif, pour ne pas se retrouver au chômage trop vite... et en plus, ça leur permettait, simultanément, à ces uns et ces autres, de savonner la planche d’un « mélenchon est rien qu’un autocrate, il veut pas faire comme on dit ». Le discours qui t’a choqué, je le trouvais donc, en somme, tout à fait légitime, quand on pense aux scélérats du type De Rugy chez les écolos, et aux scélérats du type Laurent au PCF, sans oublier les scélérats du type Hamon au PS...

      Et puis autre sujet lancinant... La FI, elle ne parvient pas à faire émerger d’autres personnalités. Y-a Ruffin... mais il est comme nous Ruffin... ça le débecte de devoir patauger dans de tels marécages. Et les autres seconds couteaux... et bien... on ne parvient pas à s’y intéresser. La faute aux médias ? La faute à eux ? Je ne sais pas.

      Et merci d’accepter le challenge, c’est un vrai sujet ce que dit @monolecte et pleins d’autres : tout semble faire comme si on n’avait pas d’opposition.

      Ça pourrait être intéressant d’ailleurs de définir cette constatation : ça serait comment s’il y avait une opposition ?

    • @biggrizzly écrit : Parce que si même nous là, les politisés, on est incapable d’y croire... qui va y croire au fait qu’un jour, ça peut changer ?

      S’agissant d’un réseau sur internet, sur lequel la grande majorité des participantes et participants ne se rencontrent pas en chair et en os, comment peut-on savoir de qui est constitué ce nous, là ? Et si nous, là était tout simplement le résultat d’une #bulle-filtre ? Je reste perplexe.

      Quoi qu’il en soit, je constate que, pour l’instant, les seuls arguments avancés ici contre Jean-Luc Mélenchon (et par extension contre le mouvement dont il est le principal porte-parole) peuvent se résumer aux affirmations suivantes :

      1/ il est mauvais, jugement lapidaire délivré sans la moindre analyse ou explication ;
      2/ s’il avait été la place de Alexis Tsipras en Grèce il aurait fait la même chose que son homologue grec... il se serait couché devant les banques et les vautours de l’Union Européenne.

      Un peu faible, me semble-t-il.
      SeenThis ? Oui. Mais #UnderstoodThis ?
      #filter_bubble

    • @david2 : s’il y a une bulle de filtre sur SeenThis, c’est une bulle de filtre parfaitement volontaire contrairement à celle imposée par Google...

      Aude_v a indiqué tout de même un 3ème argument, plus massif et plus compréhensible : c’est l’atmosphère lourde qui existe dans les milieux militants, quand on en arrive à se frotter aux transfuges du type des Chevènementistes qu’elle indique en guise d’exemple. En passant du parti PG à l’informel mouvement FI, cela a permis d’en sortir pour un temps il me semble... il y a eu un moment délicat avec le PG où on pouvait constater les marques de l’entrisme réalisé par tous les habitués de cet exercice, quittant leur parti traditionnel et rejoignant le PG, tous ces gens rompus aux manoeuvres d’appareils et qui savent comment faire pour prendre le pouvoir, simplement en tenant le crachoir dans les sections et dans les assemblées, et en faisant fuir les « gentils » qui ne s’attendaient pas à devoir affronter ce genre de paltoquets haineux.

    • Oui, merci @monolecte pour cette grosse discussion.

      Quand je présentais encore ma conf qui explique que les élections de sont pas démocratiques, je demandais les qualités que les gens attendaient des élu·es : intégrité, franchise, loyauté... que des qualités qui empêchent de naviguer avec succès dans un parti !

      La politique, les partis sont des sacs de nœuds qui mènent des raclures au pouvoir. Des Mélanchon, entre autres, qui pensent qu’une attitude autoritaire peut seule unir la gauche - mais on voit qu’elle en braque la moitié. Par autoritaire je pense au niveau candidatures (désespoir des tentatives de 2007 où tous les nombrils s’étaient servis) et au niveau des militant·es, qu’on envoie évangéliser leur monde comme si le monde était composé de petit·es Africain·es attendant la bonne parole (certain·es le font avec plus d’intelligence et de respect que d’autres mais y’en a qui donnent envie de les passer par la fenêtre).

      La question, que pose ici Fassin, c’est est-ce que le populisme (BBR, autoritarisme) est une arme face au populisme ? Est-ce qu’il est la seule arme ou est-ce qu’on n’y perd pas tout l’intérêt d’une position de gauche non-stal ? Je vais peut-être réécouter cette émission mais en attendant, s’il s’agit d’être stratégique, de communiquer super bien dans le cadre qui a été posé, Mélanchon ne fait pas le boulot. Pire, sa victoire cliverait comme jamais, nous ferait un bordel dangereux. Comment peut-il convaincre les classes qui ont des valeurs de gauche ou même (elles sont de plus en plus nombreuses, merci Macron !) un intérêt économique à ne pas brader leur pays à une oligarchie ? C’est peut-être pour ça que les évangélistes FI me gonflent : anti-capitalisme = Mélanchon dont le nom suffit à détourner de la conversation, c’est pas grave que Chochon soit à la rue, c’est grave que les idées de gauche le soient. Mais au lieu de sauver les idées, ils et elles nous demandent toujours en même temps d’accepter le grand homme. Merde, on bosse sur les idées avant, sur les valeurs, on les reconstruit.

      Face au populisme, le populisme ?
      https://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/face-au-populisme-le-populisme

      Contre le populisme d’extrême droite, certains n’hésitent plus à revendiquer un populisme à gauche de la gauche. Pour le sociologue Eric Fassin, c’est une double erreur, théorique et politique.

      « Populisme » : longtemps utilisé pour stigmatiser la démagogie de mouvements d’extrême droite, ce mot a récemment pu changer d’usage, et même être revendiqué depuis la gauche de la gauche par certains philosophes politiques et même par certains responsables politiques comme Jean-Luc Mélenchon. Est-ce pertinent au plan théorique ? Est-ce judicieux au plan politique ? Dans un bref et vif essai, le sociologue Eric Fassin répond deux fois non : le populisme est un concept problématique pour les sciences sociales et un véritable poison pour la gauche.

    • « moins pire » ? Non, il est normal ce programme. Quand les autres programmes sont au choix indigents sinon infectes :-)

      @aude_v : Mélenchon s’écrit avec un e :-) Même mad_meg a réussi à se mettre à l’écrire avec le e :-D
      Avoir peur du clivage, c’est déjà commencer à être centriste ? Avec tout ce que cela signifie ? ;-)
      Prendre le pouvoir avec la 5ème, c’est être un individu que tout le monde souhaite voir arriver au pouvoir (sans clivage, sans neuneu qui dit qu’il va quitter la France parce que les couteaux entre les dents, c’est pour égorger les colonisés, sans peur de devoir assumer l’autorité de l’état à l’usage de principes que l’on approuve...) et donc, il faut une personne idéale, qui fasse plaisir à tout le monde... Un macron qui montre les dents dans un meeting, la preuve qu’il sait être agressif, un macron christique, la preuve qu’il sait être chrétien, un macron qui sourit avec sa vieille au bras, la preuve qu’il sait être... je ne sais pas... Et à la fin, donc, celui qui chope la queue du mickey, il a une chance de pouvoir « réformer » la république. Mélenchon dit qu’il veut être le dernier président monarque. Mais c’est trop clivant. Zut.


  • Detente Bad, Cold War Good
    https://www.craigmurray.org.uk/archives/2018/07/detente-bad-cold-war-good

    The entire “#liberal#media and political #establishment of the Western world reveals its militarist, authoritarian soul today with the screaming and hysterical attacks on the very prospect of detente with Russia. Peace apparently is a terrible thing; a renewed arms race, with quite literally trillions of dollars pumped into the military industrial complex and hundreds of thousands dying in proxy wars, is apparently the “liberal” stance.

    Political memories are short, but just 15 years after Iraq was destroyed and the chain reaction sent most of the Arab world back to the dark ages, it is now “treason” to question the word of the Western intelligence agencies, which deliberately and knowingly produced a fabric of lies on Iraqi WMD to justify that destruction.

    #profiteurs_de_guerre #MSM




  • Isn’t It Time for Another Washington Post Article Touting the Growth of Mexico’s Middle Class Under NAFTA? | Beat the Press | CEPR
    http://cepr.net/blogs/beat-the-press/isn-t-it-time-for-another-washington-post-article-touted-the-growth-of-mexico-

    Mexico seems all but certain to elect Andrés Manuel López Obrador, a left-wing candidate, as president this weekend. One of the main factors is the contempt with which the Mexican public regards a political and economic elite that have run the country in a way that has produced few benefits for the bulk of the population. It is striking that this uprising is taking place almost a quarter century into the NAFTA era.

    We were told endlessly by our elites that NAFTA was doing great things for Mexico. The Washington Post stands out as a particular villain in this story. It repeatedly ran fantasy pieces on how NAFTA was creating a thriving middle class in Mexico.

    The Post even went full Trump back in 2007 when it made up the absurd claim that NAFTA had led Mexico’s economy to quadruple between 1998 and 2007. The actual figure was 84.2 percent. Unfortunately, the Washington Post has not been the only institution to make up numbers to promote NAFTA. The World Bank got into the act too.

    A true assessment of the impact of NAFTA on Mexico would require considerable research, but just at the basic level of GDP growth it has been a disaster. Mexico’s per capita GDP has risen at just a 1.2 percent annual rate since 1993. This compares to a 1.5 percent annual rate in the United States. This means that the countries are even further apart economically today than when the agreement took effect in 1994, but don’t hold your breath waiting for the NAFTA proponents to acknowledge that it might not have been a good deal.

    #libre_échange#MSM #mauvaises_saletés #bonnes_saletés


  • How the Corporate Media Enslave Us to a World of #Illusions
    https://www.counterpunch.org/2018/06/15/how-the-corporate-media-enslave-us-to-a-world-of-illusions

    For several years now, I have been writing regular posts on my blog with one end in mind: to help open a door for readers and encourage them to step through. I select issues, usually those that dominate western media coverage and represent a #consensus that we might term the Great Western #Narrative, and try to show how this narrative has been constructed not to inform and enlighten but to conceal and deceive.

    #fraude #MSM


  • War of Aggression: The Saudi & UAE Slaughter in #Yemen isn’t a Proxy Conflict with Iran
    https://www.juancole.com/2018/06/aggression-slaughter-conflict.

    Richmond, Va. (Informed Comment) – Alongside their throttlehold over which reporters can visit what parts of Yemen, and thus what story they can tell, Saudi and Emirati investments in public relations, lobbying, think-tanks, and political consultants are shaping the narrative about their war there. Headline writers, pundits, Wikipedia, news correspondents, and even some so-called experts frame the asymmetric conflict as a “proxy war.” Sunnis nations led by Saudi Arabia are battling Shi`a Iran and its regional proxies, the story goes; the world’s worst man-made humanitarian disaster thus appears as un-named collateral damage.

    #MSM


  • The Latest : Human rights groups decry confirmation of Haspel
    https://apnews.com/4648a5afeda94460b4f36977307fd22e

    C’est miraculeux, en deux heures et l’espace d’une nomination, on passe du statut de #tortionnaire à celui de partisan d’interrogatoires « rugueux »...

    2:10 p.m.

    The Senate is set to vote Thursday to confirm #Gina_Haspel as the first female director at the #CIA.

    Haspel’s nomination to lead the spy agency revived a debate on its now-banned #torture program. She is expected to be confirmed after several Democrats joined most Republicans in saying they would back President Donald Trump’s nominee.

    [...]

    4:15 p.m.

    Human rights groups are lamenting the Senate confirmation of Gina Haspel to be CIA director because of her direct involvement in the spy agency’s harsh detention and interrogation program.

    #MSM #flagorneurs_du_pire #sans_vergogne #Etats_Unis





  • The #New_York_Times on Twitter: ‘Breaking News: The Senate easily confirmed Mike Pompeo as the nation’s 70th secretary of state, elevating the foreign policy hawk from CIA director https://t.co/63wBaqrbAn
    https://mobile.twitter.com/nytimes/status/989548207112892422

    Mehdi Hasan on Twitter: “This is why the liberal media fails minorities time and again. The problem with Pompeo isn’t just that he’s a ‘hawk’, it’s that he is a card-carrying #bigot and ally of the fringe far-right. https://t.co/c3C2rMxkke
    https://mobile.twitter.com/mehdirhasan/status/989556470046916608

    #euphemisme #MSM


  • Russia spread #fake_news via Twitter bots after Salisbury poisoning – analysis | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2018/apr/19/russia-fake-news-salisbury-poisoning-twitter-bots-uk

    La réaction de la journaliste du Guardian auteure de l’article, quand on lui fait remarquer l’absence de preuves de cette affirmation :

    Heather Stewart on Twitter : « It’s not my analysis - as the piece makes quite clear - it’s the government’s. »
    https://mobile.twitter.com/GuardianHeather/status/987279441284956160

    Mais un[e] #journaliste est-il[elle] un[e] simple porte-voix de son gouvernement ?

    The Guardian Is Committing Journalistic Malpractice By Not Retracting This Claim
    https://medium.com/@caityjohnstone/the-guardian-is-committing-journalistic-malpractice-by-not-retracting-this-c

    Wow. There’s a lot going on in those thirteen words. First of all, a journalist’s most important job is to question government power and hold it to account. The fact that mainstream British journos are now defending the unquestioning advancement of demonstrably false smears by saying that’s what the government told them to say should disturb everyone, and the fact that they’re not even correcting it at all is positively bone-chilling. Even after admitting to being a government stenographer, there should still be a correction after a claim’s demonstrably false nature comes to light.

    #MSM




  • Israeli fire kills Palestinian at #Gaza border, with more protests ahead | Article [AMP] | Reuters
    https://www.reuters.com/article/us-israel-palestinians/israeli-fire-kills-palestinian-at-gaza-border-with-more-protests-ahead-idUS

    (((YousefMunayyer))) on Twitter: “THERE IS NO BORDER BETWEEN #ISRAEL AND GAZA. There is a fence and checkpoints patrolled by the Israeli military all aimed at denying freedom of movement indiscrininantly to a civilian population under #occupation. https://t.co/f69895Q0QA
    https://mobile.twitter.com/YousefMunayyer/status/981856710443847680

    #msm #terminologie #complicité de #crimes


  • Violences à #Gaza : l’#ONU échoue à s’entendre sur une déclaration commune - Moyen-Orient - RFI
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20180331-affrontements-gaza-violences-reunion-onu

    Encore un titre trompeur, repris par la quasi totalité des #MSM", au lieu de : « crimes israéliens contre les #civils de Gaza : les #Etats-Unis empêchent l’ONU de s’entendre sur une déclaration commune, ne serait-ce qu’édulcorée ».
    Et le développement est à peine meilleur...

    Avec notre correspondant à New York, Marie Bourreau

    Seule voix dissonante dans la condamnation des violences à Gaza et l’appel à Israël à faire preuve de discernement [comme diviser le nombre d’assassinats par deux ?], celle de Washington qui a rejeté la faute, « sur les mauvais joueurs qui se servent des manifestations comme d’une couverture pour inciter à la violence et qui mettent en danger des vies innocentes ».

    Car pour leur part, les autres membres du Conseil de sécurité ont très largement condamné l’usage de balles réelles par #Israël pour disperser les manifestants palestiniens. « C’est une violation des lois humanitaires internationales et du droit des Palestiniens à manifester », a estimé le directeur adjoint des Affaires politiques, qui a dit craindre une escalade des violences dans les jours à venir.

    [...]

    Le secrétaire général #Antonio_Guterres a appelé dans un communiqué à mettre en place une enquête indépendante et transparente pour faire toute la lumière sur les événements.

    #comparses



  • Exonerating the Empire in #Venezuela | FAIR
    https://fair.org/home/exonerating-the-empire-in-venezuela

    According to economist Mark Weisbrot (AlterNet, 11/3/17), the #sanctions implemented that month appear designed “to prevent an economic recovery and worsen the shortages (which include essential medicines and food).”

    The word “sanctions” does not occur in this #New_York_Times feature (12/17/17) on how Venezuela’s economic crisis is leading to child malnutrition.

    All of this is rarely mentioned when US media report the hardships facing Venezuelans or describe the causes of Venezuela’s economic and political crisis.  A New York Times (12/17/17) story told readers that Venezuelan children are facing hunger, with hundreds dying from malnutrition, because “years of economic mismanagement set the stage for the current disaster”—according to “many economists.”

    However, less than two weeks earlier, following a trip to Venezuela, UN Rapporteur Alfred de Zayas (ThinkProgress, 12/8/17) offered his analysis of what “set the stage for the current disaster.” He reportedly said that the conditions in the country did not constitute a full-blown humanitarian crisis, but that there are “shortages, scarcity and distribution delays, etc.,” and listed sanctions among the causes of these problems:

    What is important is to get to know the causes and take measures against contraband, monopolies, hoarding, corruption, manipulation of the currency and the distortions in the economy caused by an economic and financial war which includes [the effects of international] sanctions.

    #MSM