• #COCANHA - #M'an_dit_Martin
    https://www.youtube.com/watch?v=XU3w6M0jVWQ


    #chants_populaires #musique_populaire #musique #chant_populaire #occitan

    –------------

    Trois voix, ancrées, timbrées, touchantes, aux #percussions sonnantes et trébuchantes. Avec #Toulouse comme point de rencontre, le trio chante haut et fort cette #langue_occitane du quotidien, véritable terrain de jeu vocal. Mains et pieds claquent les rythmes de la danse. Les tambourins à cordes pyrénéens installent le bourdon percussif, brut et enveloppant, apportant au chant une pulsation vitale. Forte de son ancrage, Cocanha chante une musique indigène dans la continuité de la création populaire.


    http://cocanha.net/qual-sem

  • #Lo_Barrut #LOS_ENFANTS_DE_LA_LUNA

    https://www.youtube.com/watch?v=wqkjCEVg3pE


    #musique

    –---

    Lo Barrut est un groupe nourri très tôt au #chant_populaire #occitan.
    Ces chanteuses et chanteurs s’inscrivent aujourd’hui avec force dans le mouvement des nouvelles polyphonies languedociennes en se tournant vers la poésie, notamment les œuvres de Léon Cordes, Louisa Paulin, ou encore Marcelle Delpastre.
    Le poème appelle un rythme et une mélodie ; le chant en devient la continuité, et sublime le texte par la musique.
    Le chant est au cœur du travail de Lo Barrut. Ces musiciens y puisent de quoi raconter le texte, le porter dans leurs corps et l’adresser au public.

    Lo Barrut est né du plaisir et de l’envie de chanter. Ses membres avaient pour habitude de marmonner, fredonner, chantonner et mâchouiller des airs carnavalesques, des mélodies traditionnelles, des textes en langue d’Oc.
    C’est naturellement qu’ont émergé l’envie de fonder un groupe centré autour de la polyphonie, puis la volonté de se produire en public : sortir de l’intimité, faire entendre les chants, articuler cette langue devant un public.

    Depuis sa première représentation en février 2013, Lo Barrut n’a cessé de se produire dans des contextes divers : festivals de musiques traditionnels, événements liés à l’éducation populaire, rencontres autour de la langue occitane…

    L’année 2015 s’annonce riche en projets pour Lo Barrut : enregistrement, création de répertoire, résidences et co-créations avec d’autres formations musicales (Du Bartàs, Djé Balèti, projet autour de l’œuvre de Léon Cordes avec le collectiu Còp sec), « La Barrule », périple chanté dans le Minervois, recherche de dates...

    https://www.facebook.com/barrutlaires
    #polyphonie #chants_populaires #musique_populaire

  • #San_Salvador - #La_Liseta

    LA LISETA (#Occitan)

    Al’pica del journ
    La luna l’a troumpada
    Sus soun chami
    Far mauvaises* rescountra
    A rescountrat
    Tres jounes capitanis

    Dizon « -Bounjourn a la Liseta
    La tant bela Liseta »
    " -Tanben a vos
    Mes trois beaux* capitanis «  » -Ount allez-vous*,
    la tan bela Liseta ? «  » -M’en vau cherchar de l’aigua
    De l’aigua per beurre.

    « -Ensenhatz-nos un cabaret
    Un cabaret per beure ! »

    « -N’en sabès un,
    Qu’ei aquel de moun paire. »

    « -Conduisez-nous* la tant bela Liseta ! »
    " -Seguetz-me dounc, mous jounes capitanis «  » -Druebetz moun paire, druebetz a la Liseta «  »-Noun, druebetz pas sens saber que tu menas ! « 
    Lei sount rentratz
    An tuat sous paire e maire
    Mes trois beaux* capitanis
    An tuat soun paire e maire
    Mes trois beaux* capitanis
    ...

    * en Français dans le texte tiré de :
    De Boun Matin - BAS LIMOUSIN (Tulle-Brive)
    Anthologie des Chants populaires Français - Tome III
    Joseph Canteloube

    –--------------------------

    // LA LISETTE (Français )

    Au point du jour
    La lune l’a troublée
    Sur son chemin
    Fait mauvaises rencontres
    Elle a rencontré

    Ils disent : » -Bonjour à la Lisetta
    La si jolie Lisetta «  » -A vous aussi
    Mes trois beaux capitaines «  » -Ou allez-vous
    La si jolie Lisetta ? «  » -Je vais chercher de l’eau
    De l’eau pour boire «  » -Indiquez-nous un cabaret
    Un cabaret pour boire ! «  » -J’en connais un,
    Qui est celui de mon père «  » -Conduisez-nous la si jolie Lisetta «  » -Suivez-moi donc mes jeunes capitaines «  » -Ouvrez, mon père, ouvrez à la Lisetta «  » -Je n’ouvre pas sans savoir qui tu emmènes ! "

    Ils sont rentrés
    Ils ont tués son père et sa mère
    Mes trois beaux capitaines
    Ils ont tués son père et sa mère
    Mes trois beaux capitaines

    https://www.youtube.com/watch?v=eCsHJLeEoGU&feature=youtu.be


    #musique #chanson #musique_populaire #chants_populaires

  • A #Riace

    In Calabria è un paese che sa sperare bene,
    un sindaco capace di capire con il cuore,
    un bel giorno ai paesani così prese a parlare: amici,
    amici miei ascoltatemi sentite bene a me,
    questo paese è morto cosi non si va avanti,
    sono partiti tutti partono i migranti,
    mancano le stagioni mancano i quattrini,
    mancano le braccia mancano i contadini,
    partono i Narduzzi, Capace, Natofini, Toscale, Caffitta, Capotonno,
    stiamo andando a fondo,stiamo andando a fondo.

    Le vecchie case vuote da far male io non voglio più vederle,
    venitemi ad aiutare persino i vecchi al bar non sanno cosa fare,
    hanno perso il compagno per il loro tresette,
    mi guardano spaesati, qua male si mette,
    siamo soli, qua non c’è più vita,
    siamo soli qua non si va più avanti,
    è arrivato il giorno il momento del coraggio
    per i nostri giovani chiudere e partire,
    chiudere e scappare, chiudere e migrare, oppure?

    Quelle case abbandonate, si vecchie sbeccolate,
    ma, potrebbero essere aggiustate
    Io li ho visti i migranti belli giovani e tanti,
    forti ammassati nei campi senza un avvenire
    Loro un aiuto a noi lo potremmo dare, e loro a noi
    venite migranti, non è più l’ora di migrare,
    questa è l’ora di abitare, venite,
    vi scegliete una casa ve la riparate
    ed è vostra per sempre, questa è una promessa
    è il sindaco che vi parla, venite,
    noi diamo una casa a voi, e voi ridate un paese a noi..
    Silenzio

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=hH5l-EM3z-g

    source : https://www.ildeposito.org/canti/riace

    #migrations #asile #réfugiés #chanson #musique #Mimmo_Lucano #Italie #SPRAR #accueil #solidarité #Giovanna_Marini

    ping @sinehebdo

  • La tragedia del #Mattmark

    Il bel sole volgeva al tramonto
    tra le cime deserte e ghiacciate
    già le squadre eran tutte tornate
    da un infido e pesante lavor

    era gente di varie nazioni
    ma in gran parte era gente italiana
    che lasiata la casa lontana
    a Mattmark lor trovaron lavor

    la montagna a vederla era imensa
    la oservan gli adetti al cantiere
    a ciascuno sembrava vedere
    un gigante forgiato di acciar

    dopo il turno di dura fatica
    si lasiavan gli arnesi a riposo
    e si andava con anim gioioso
    alla mensa dov’era pronto il cenar

    chi pensava alla casa natia
    alla moglie ai figli adorati
    ai parenti al paese lasiati
    fiduciosi di un lieto avenir

    chi pensava al denar guadagnato
    e a quello che risparmiato aveva
    i progetti da solo faceva
    fiducioso d’un lieto avenir

    ad un tratto si è sentito un ronzio
    che diventò man mano stridore
    poi sembrò di tuono un fragore
    che dall’alto veloce arrivò

    non si ebbe il tempo nemen di parlare
    o di corere a qualche riparo
    prima ancora che il peril fosse chiaro
    la tragedia si volse al final

    giunse alora la morte veloce
    sivolando il ghiacciaio falciava
    e sicura rovina portava
    né una forma fermarlo poté

    un boato tremar fe’ le valli
    poi tornò il silenzio assoluto
    il tremendo destin fu compiuto
    nello spazio di un attimo sol

    ancor ogi una coltre ricopre
    operai ch’eran pieni di vita
    è una bara di neve indurita
    dove salvarli nessuno riuscì

    passa il tempo e forse per sempre
    resteranno dei corpi nel ghiaccio
    la montagna col bianco suo abracio
    se li tiene li prese con sé.

    https://www.youtube.com/watch?v=X3ei56Ta_R4


    #chanson #musique #Suisse #travailleurs_étrangers #Italiens #travailleurs_italiens #Valais #histoire #barrage_hydroélectrique #montagne

    Sur la #tragédie, voir :
    https://seenthis.net/messages/402405

    ping @sinehebdo

  • #Aynur_Doğan - #Keçe_Kurdan

    Keçê biner çerxa cîhan
    Zor girêdanê me re zor
    Jin çûne pêş pir dixwînin
    Êdi qelem ket çûne şûr
    Keçê em dixwazin bi me re werin şêwre
    Dilo em dixwazin bi me re werin cengê
    Haye haye em keçikê kurdan in
    Şêrin em cengin em hêviya merdan in
    Haye haye em külilkê kurdan in
    Derdê nezana berbendi serhildanî
    Serê xwe rake keça kurdan
    Dil û cigerim heliyan
    Ka niştiman ka azadî
    Ka dayika me sêwîyan

    *
    Fille kurde

    Fille fais-toi voir au monde entier
    Des choses dures vous attendent
    Les femmes vont de l’avant et étudient
    A partir de maintenant, à la place de l’épée vient la plume [crayon]

    Fille, nous voulons que vous veniez avec nous à la rencontre
    Fille, nous voulons que vous veniez avec nous à la guerre

    Hé, hé, Nous sommes les filles kurdes
    Nous sommes des lionnes, nous sommes des combattantes,
    Nous sommes l’espoir des braves hommes
    Hé, hé, Nous sommes les fleurs kurdes
    La peine des ignorants oppresseurs, la rébellion

    Soulève ta tête fille kurde
    Mon cœur, mon être ont fondu
    Où est le pays ? où est la liberté ?
    Où est la mère de nous orphelins ?

    https://www.youtube.com/watch?v=5o3_Hll7sRQ

    Cette chanson a eu des problèmes avec la justice et la Turquie… Elle se trouve dans l’album éponyme de la chanteuse Aynur Doğan, en 2004, et il a été interdit et retiré de la vente en février 2005 suite à une décision du tribunal, qui avait pour motif : « Encourager les filles kurdes à combattre dans les montagnes, donc faire de la propagande d’organisation illégale ». L’interdiction a été supprimée, six mois plus tard. En 2007, une radio FM l’a diffusée et le Procureur d’Adana a ouvert un procès à son encontre pour « séparatisme ». Mehmet Arslan, le responsable de la radio, qui risquait une peine de prison de 4 ans et 6 mois, a été acquitté. Après tout, l’album était produit et distribué avec l’autorisation du Ministère de Culture… En 2008, Keçê kurdan, a été interprétée par Aynur et une célèbre chanteuse, Ajda Pekkan, pour soutenir la ligne d’appel « Urgence violence interfamiliale ».

    source de ce commentaire : http://lechoraleur.fr/chansons/kece-kurdan
    #chanson #musique #femmes #kurdes #Kurdistan #féminisme #guerre #liberté #Aynur_Dogan #Kece_Kurdan
    ping @sinehebdo

  • En el Pozo #Maria_Louisa

    CONTEXTE : A la mine de #Langreo (Asturies), exploitée depuis le XVIIIe s., un accident dans le puits (pozo) Maria Luisa tue 4 mineurs. Le survivant prend à témoin #Maruxiña (poupée des Asturies à l’effigie de Sainte Barbe, patronne des mineurs et/ou sa femme ?)…. La chanson évoque les #grèves et #révoltes des #mineurs asturiens en #1934 : quinze à trente mille ouvriers armés prennent le contrôle d’une grande partie de la région, y instaurent une #commune, et y créent des #comités_révolutionnaires. L’envoi des troupes et le bombardement des zones minières mettront fin à la révolte, faisant plus de mille morts en deux semaines… Triste prélude à Guernica.

    –-

    En el pozo Maria Luisa tra la la la
    Murieron cuatro mineros
    Mira, mira Maruxiña , mira
    Mira como vengo yo!

    Traigo la camisa roja tra la la la…
    De sangre de un compañero
    Mira, mira Maruxiña, mira
    Mira como vengo yo!

    Traigo la cabeza rota tra la la la…
    Que me la rompio un barreno
    Mira, mira Maruxiña, mira
    Mira como vengo yo!

    Me cago en los capataces tra la la la …
    Accionistas y esquiroles
    Mira, mira Maruxiña , mira
    Mira como vengo yo!

    Mañana son los entierros, …
    De esos pobres compañeros
    Mira, mira Maruxiña, mira
    Mira como vengo yo!

    (Santa Bárbara bendita,
    tranlaralará, tranlará, tranlará.
    patrona de los mineros.
    Mira, mira Maruxiña, mira
    mira como vengo yo.)

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=101&v=doI4mk1-uN0&feature=emb_logo

    #musique_et_travail #mines #décès #morts #chanson #accident #Espagne #histoire

    ping @albertocampiphoto @sinehebdo

  • L’Hymne Des Femmes

    Nous qui sommes sans passé, les femmes
    Nous qui n’avons pas d’histoire
    Depuis la nuit des temps, les femmes
    Effacées de nos mémoires

    refrain 1 : Levons-nous femmes esclaves
    Et brisons nos entraves
    Debout, debout !

    Asservies, humiliées, les femmes
    Achetées, vendues, violées
    Dans toutes les maisons, les femmes
    Hors du monde reléguées.

    refrain 1

    Seules dans notre malheur, les femmes
    L’une de l’autre ignorée
    Ils nous ont divisées, les femmes
    Et de nos sœurs séparées.

    refrain 1

    Le temps de la colère, les femmes
    Notre temps, est arrivé
    Connaissons notre force, les femmes
    Découvrons-nous des milliers !

    refrain 2 : Levons-nous femmes en rage
    et brisons toutes les cages
    Debout (debout) Debout

    Reconnaissons-nous, les femmes
    Parlons-nous, regardons-nous,
    Ensemble, on nous opprime, les femmes
    Ensemble, Révoltons-nous !

    refrain 2

    Ensemble en mouvement, les femmes
    Nous vaincrons la répression
    Chaque jour nous retrouve en armes
    Vivent nos révolutions !

    refrain 3 : Nous ne – sommes plus esclaves
    Jou-i-ssons sans entraves
    Debout, debout ! (bis)

    DEBOUT !!

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=93&v=GammEUCb4pI&feature=emb_logo


    http://lechoraleur.fr/chansons/lhymne-des-femmes
    #femmes #musique #chanson #debout #colère #féminisme #résistance #révolution #répression
    ping @sinehebdo

  • Hubert Dupont «Golan» | Ultrabolic
    https://www.ultrabolic.com/golan

    “A la fois Haut Plateau et zone d’occupation, le Golan se rêve en terrain de jeu, en lieu d’échanges, en carrefour des modernités.
    Nous lui imaginons un avenir poétique.”

    Découvert ce bel album à la médiathèque
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=138&v=tqFkEyJCxdw&feature=emb_logo


    Hubert Dupont : contrebasse
    Ahmad Al Khatib : oud // Youssef Hbeisch : percussions
    Matthieu Donarier : clarinette // Zied Zouari : violon
    Nabil Ghannouchi (remplace Naïssam Jalal) : nay

  • Mohamed Mazouni un dandy en exil - 1969/1982

    1958, en pleine guerre de libération. Pendant que le crépitement des mitraillettes se fait entendre dans les maquis, la population urbaine écoute, en sourdine, des chants patriotiques algériens diffusés par la puissante radio égyptienne : « la Voix des Arabes ». Ces artistes appartiennent tous à une troupe créée par la direction autoproclamée du FLN, basée à Tunis et rassemblant un échantillon « représentatif » de la mouvance musicale algérienne du moment, entre autres, les Oranais Ahmed Wahby (interprète du Wahran Wahran, popularisé par Khaled) et Wafia, le Kabyle Farid Aly et H’sissen, le chantre du chaâbi algérois. La même année, le chanteur Ben Achour est tué dans des conditions qui n’ont jamais été élucidées.

    https://shop.bornbadrecords.net/album/un-dandy-en-exil-1969-1982
    #Mazouni #Algérie #musique #chanson #exil

  • Abécédaire des prépositions : #Bibliothèque
    http://www.liminaire.fr/palimpseste/article/abecedaire-des-prepositions-bibliotheque

    https://www.youtube.com/watch?v=8o_mTlJVuGI&

    La forme détournée de l’abécédaire est un genre voué à la célébration de l’acte créateur (le livre des livres). Cette année j’ai décidé d’aborder l’abécédaire par la #Vidéo. Deux fois par mois, je diffuserai sur mon site, un montage d’extraits de films (à partir d’une sélection d’une centaine de mes films préférés : fiction, documentaire, art vidéo) assemblés autour d’un thème. Ces films d’une quinzaine de minutes seront accompagnés sur le site par l’écriture d’un texte de fiction. Ce projet est un dispositif à double (...)

    #Palimpseste #Poésie, #Écriture, Vidéo, #Récit, #Musique, #Numérique, Histoire, #Cinéma, Abécédaire des prépositions (le film des films), #Regard, #Cinéma, #Corps, #Quotidien, (...)

    #Abécédaire_des_prépositions_le_film_des_films_ #Amour
    « http://bit.ly/filmdesfilms »

    • #femmes #féminisme

      S’il vous plaît
      Soyez comme le duvet
      Soyez comme la plume d’oie
      Des oreillers d’autrefois
      J’aimerais
      Ne pas être portefaix
      S’il vous plaît
      Faites-vous léger
      Moi je ne peux plus bouger
      Je vous ai porté vivant
      Je vous ai porté enfant
      Dieu comme vous étiez lourd
      Pesant votre poids d’amour
      Je vous ai porté encore
      A l’heure de votre mort
      Je vous ai porté des fleurs
      Vous ai morcelé mon coeur
      Quand vous jouiez à la guerre
      Moi je gardais la maison
      J’ai usé de mes prières
      Les barreaux de vos prisons
      Quand vous mouriez sous les bombes
      Je vous cherchais en hurlant
      Me voilà comme une tombe
      Et tout le malheur dedans
      Ce n’est que moi
      C’est elle ou moi
      Celle qui parle
      Ou qui se tait
      Celle qui pleure
      Ou qui est gaie
      C’est Jeanne d’Arc
      Ou bien Margot
      Fille de vague
      Ou de ruisseau
      C’est mon coeur
      Ou bien le leur
      Et c’est la soeur
      Ou l’inconnue
      Celle qui n’est
      Jamais venue
      Celle qui est
      Venue trop tard
      Fille de rêve
      Ou de hasard
      Et c’est ma mère
      Ou la vôtre
      Une sorcière
      Comme les autres
      Il vous faut
      Être comme le ruisseau
      Comme l’eau claire de l’étang
      Qui reflète et qui attend
      S’il vous plaît
      Regardez-moi je suis vraie
      Je vous prie
      Ne m’inventez pas
      Vous l’avez tant fait déjà
      Vous m’avez aimée servante
      M’avez voulue ignorante
      Forte vous me combattiez
      Faible vous me méprisiez
      Vous m’avez aimée putain
      Et couverte de satin
      Vous m’avez faite statue
      Et toujours je me suis tue
      Quand j’étais vieille et trop laide
      Vous me jetiez au rebut
      Vous me refusiez votre aide
      Quand je ne vous servais plus
      Quand j’étais belle et soumise
      Vous m’adoriez à genoux
      Me voilà comme une église
      Toute la honte dessous
      Ce n’est que moi
      C’est elle ou moi
      Celle qui aime
      Ou n’aime pas
      Celle qui règne
      Ou qui se bat
      C’est Joséphine
      Ou la Dupont
      Fille de nacre
      Ou de coton
      C’est mon coeur
      Ou bien le leur
      Celle qui attend
      Sur le port
      Celle des monuments
      Aux morts
      Celle qui danse
      Et qui en meurt
      Fille bitume
      Ou fille fleur
      Et c’est ma mère
      Ou la vôtre
      Une sorcière
      Comme les autres
      S’il vous plaît
      Soyez comme je vous ai
      Vous ai rêvé depuis longtemps
      Libre et fort comme le vent
      Libre aussi
      Regardez je suis ainsi
      Apprenez-moi n’ayez pas peur
      Pour moi je vous sais par coeur
      J’étais celle qui attend
      Mais je peux marcher devant
      J’étais la bûche et le feu
      L’incendie aussi je peux
      J’étais la déesse mère
      Mais je n’étais que poussière
      J’étais le sol sous vos pas
      Et je ne le savais pas
      Mais un jour la terre s’ouvre
      Et le volcan n’en peut plus
      Le sol se rompt
      On découvre des richesses inconnues
      La mer à son tour divague
      De violence inemployée
      Me voilà comme une vague
      Vous ne serez pas noyé
      Ce n’est que moi
      C’est elle ou moi
      Et c’est l’ancêtre
      Ou c’est l’enfant
      Celle qui cède
      Ou se défend
      C’est Gabrielle
      Ou bien Aïcha
      Fille d’amour
      Ou de combat
      C’est mon coeur
      Ou bien le leur
      Celle qui est
      Dans son printemps
      Celle que personne
      N’attend
      Et c’est la moche
      Ou c’est la belle
      Fille de brume
      Ou de plein ciel
      Et c’est ma mère
      Ou la vôtre
      Une sorcière
      Comme les autres
      S’il vous plaît
      Faites-vous léger
      Moi je ne peux plus bouger

      ping @sinehebdo

  • Entretien avec #Daniel_Barenboim
    https://www.francemusique.fr/musique-classique/entretien-avec-daniel-barenboim-78342

    Le 12 novembre 1989, trois jours après la chute du mur, l’Orchestre Philharmonique de Berlin donnait un concert gratuit aux citoyens de la désormais ex-RDA ; à la baguette, Daniel Barenboim. L’occasion, puisque nous fêtons les 30 ans de ces événements, de rencontrer le maestro et pianiste.

    #musique

  • Víkingur Ólafsson – Bach : Organ Sonata No. 4, BWV 528 - 2. Andante [Adagio] (Transcr. Stradal) - YouTube

    Une transcription d’une œuvre de Bach magnifique, très rare, accompagné d’un clip vidéo original et assez beau.

    https://www.youtube.com/watch?v=h3-rNMhIyuQ

    Watch pianist Víkingur Ólafsson (“Artist of the Year” at the Gramophone Awards 2019) perform the Andante from Bach’s Organ Sonata No. 4, as transcribed for the piano by August Stradal, from his album ’J. S. Bach - Works & Reworks’. The video was directed by Magnús Leifsson.

    Víkingur Ólafsson – Bach: Organ Sonata No. 4, BWV 528 - 2. Andante [Adagio] (Piano Transcription by August Stradal)

    #bach #musique #piano

  • Harmonisations du réel
    http://liminaire.fr/entre-les-lignes/article/harmonisations-du-reel

    Il y a quelques jours, Guillaume Vissac évoquait dans le #Journal qu’il tient sur son site Fuir est une personne Slow Motion Blackbird qui n’est pas comme il le croyait une composition de Steve Reich mais un genre d’hommage à Steve Reich de Chris Merrick Hugues. « Il reproduit en réalité le procédé à l’œuvre dans « Four organs » (qui est juste un morceau fascinant) : un ralentissement progressif de la même phrase, en l’occurrence ici il s’agit de chants d’oiseau doublés au synthétiseur (quand, dans Four (...) #Entre_les_lignes / #Vidéo, #Voix, #Écriture, Journal, #Musique, #Art, #Langage, #Sons, #Animal

    http://www.fuirestunepulsion.net
    http://www.fuirestunepulsion.net/spip.php?rubrique1
    http://www.fuirestunepulsion.net/spip.php?article4570
    https://www.youtube.com/watch?v=CTKFXCHD4LU


    https://www.youtube.com/watch?v=w0yTZmMgI5I

    https://www.youtube.com/watch?v=G6Izpdkjrhk&list=PLD_6HY12f_0ka4gix4F76TOqrxHD58aLT

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Christophe_Chassol
    https://www.francemusique.fr/emissions/la-chronique-de-christophe-chassol
    https://www.youtube.com/watch?v=_p3F6U_V_Z4&list=PL3HIlRhpPCv1I0rWj6HoTHMs4jzIgB14g

    https://youtu.be/C8VeYWRBBZY

    https://youtu.be/t6yTsktDxXA

    https://youtu.be/X0euvHEnSw8

    http://chassol.fr
    https://youtu.be/_2x76-6BI_Q

    https://www.numero.com/fr/musique/christophe-chassol-indiamore-bird-solange-frank-ocean-ludi-concert-salle-ple

  • #Journal du regard : Octobre 2019
    http://liminaire.fr/journal/article/journal-du-regard-octobre-2019

    https://youtu.be/LEFvaBwKduM

    Chaque mois, un film d’une demie heure environ, regroupant l’ensemble des images prises au fil des jours, le mois précédent, et le texte qui s’écrit en creux. « Une sorte de palimpseste, dans lequel doivent transparaître les traces - ténues mais non déchiffrables - de l’écriture “préalable” ». Jorge Borges, Fictions On y voit plus clair au lever du jour. On est moins perdu quand on ne sait pas où l’on est que lorsqu’on ne comprend pas où l’on va. Qui marche dans la direction opposée est perdu. La (...) #Journal / #Architecture, #Art, #Musique, #Sons, #Vidéo, #Voix, #Lecture, #Livre, Journal, #Gare, #Paris, #Journal_du_regard, #Quotidien, #Poésie, #Peinture, #Dérive, Mémoire (...)

    #Mémoire_vive

    • Il est temps de rappeller aux plus jeunes que le coup d’état de 1973 a permis aux Chicago boys des Milton Freedman d’abuser du peuple chilien pour établir le premier environnement de test pour leurs idées économiques.

      La brutalité du coup correspondait à la gravité des changements prévues.

      Costa Gravras en a paint une image impressionnate dans son film « Missing »
      https://www.youtube.com/watch?v=BJ9rvykHYV4&list=PL94wqL2y3C4SvPo3TPSeYTIbUKVMpoKRe

    • Il est temps de rappeller aux plus jeunes que le coup d’état de 1973 a permis aux Chicago boys des Milton Freedman d’abuser du peuple chilien pour établir le premier environnement de test pour leurs idées économiques.

      La brutalité du coup correspondait à la gravité des changements prévues.

      Costa Gavras en a paint une image impressionnate dans son film « Missing »
      https://www.youtube.com/watch?v=BJ9rvykHYV4&list=PL94wqL2y3C4SvPo3TPSeYTIbUKVMpoKRe

    • Je ne sais pas si vous avez parlé ou vu passer ces moments incroyables, peut-être le même sous deux angles différents (désolée pour l’origone des sources)
      Quand à la fin d’un air de Jara par un ensemble de guitaristes la foule chante en chœur :
      https://twitter.com/davycoenk/status/1188225694947561473
      quand un orchestre classique interprète Jara et que la foule chante à la fin à l’unisson :
      https://www.facebook.com/patricia.c.lanfranco/videos/10217874130663569

    • Quelques passages du livre de Naomi Klein, La stratégie du choc, sur le Chili :

      “Le coup d’Etat chilien s’assortit de trois types de chocs distincts, recette qui allait être suivie dans les pays voisins avant de resurgir, trois décennies plus tard, en Irak. La secousse imprimée par le coup d’Etat lui-même fut immédiatement suivie de deux types de choc différents. Le premier fut le ‘traitement de choc’ capitaliste de Milton Friedman, méthode à laquelle des centaines d’économistes avaient été initiés à l’université de Chicago et dans diverses franchises. L’autre fut la recherche d’Ewen Cameron sur les électrochocs, les drogues et la privation sensorielle, source de techniques de torture codifiées dans le manuel Kubark et, par le truchement des programmes de formation de la CIA, enseignées aux policiers et aux militaires d’Amérique latine.
      Ces trois formes de choc convergèrent sur les corps des Latino-Américains et sur le ‘corps’ politique de la région, et soulevèrent un ouragan irrépressible de destructions et de reconstructions, d’annihilations et de créations qui se renforçaient mutuellement. Le choc provoqué par le coup d’Etat pava la voie à la thérapie de choc économique ; les ces chocs de la salle de torture terrorisaient quiconque aurait pu songer à faire obstacle aux chocs économiques. De ce laboratoire du rééel émergea le premier Etat administré par l’école de Chicago.”

      Naomi KLEIN, La stratégie du choc. La montée d’un capitalisme du désastre, Leméac/Actes Sud, 2008, pp.92-93.

      “Pour que la révolution néolibérale eût des chances de réussir, la junte devait donc réaliser ce qu’Allende avait déclaré impossible – arracher les graines semées pendant le virage à gauche de l’Amérique latine. (…) Dans les années 1960 et au début des années 1970, en Amérique latine, la gauche représentait la culture de masse dominante – la poésie de Pablo Neruda, le folklore de Victor Jara et de Mercedes Sosa, la théologie de la libération de prêtres du tiers-monde, le théâtre émancipateur d’Augusto Boal, la pédagogie radicale de Paulo Freire, le jornalisme radical d’Eduardo Galeano et de Walsh lui-même. La gauche, c’étaient aussi les martyrs et les héros légendaires de l’histoire ancienne et récente, de José Gervasio Artigas à Che Guevara en passant par Simón Bolívar. En entreprenant de faire mentir la prophétie d’Allende et d’éradiquer le socialisme, les juntes déclaraient la guerre à toute une culture”

      Naomi KLEIN, La stratégie du choc. La montée d’un capitalisme du désastre, Leméac/Actes Sud, 2008, pp.130-131.

      “Au Chili, le plus important groupe de défense des droits de l’homme était le Comité pour la paix, composé de politiciens d’opposition, d’avocats et de dirigeants religieux. Ces militants de longue date savaient pertinemment que les luttes menées pour faire cesser la torture et libérer les opposants politiques n’étaient qu’un des fronts dans la bataille beaucoup plus vaste visant au contrôle des richesses du pays. Pour éviter de devenir eux-mêmes des victimes du régime, toutefois, ils abandonnèrent leurs traditionnelles dénonciations gauchisantes de la bourgeoisie et adoptèrent la toute nouvelle terminologie des ‘droits universels’, débarassée d’allusions aux riches et aux pauvres, aux faibles et aux forts, au Nord et au Sud. Les partisans de cette vision du monde, si populaire en Amérique du Nord et en Europe, se contentaient d’affirmer que chacun avait droit à un procès juste et équitable, sans traitements cruels, inhumains et dégradants. Simple affirmation, sans interrogation sur le pourquoi. En s’initiant au mélange de jargon juridique et de récits de vie qui caractérisent le lexique des droits de l’homme, les membres du Comité pour la paix comprirent que leurs compañeros étaient en réalité des prisonniers de conscience dont le droit à la liberté de pensée et d’expression, protégé par les articles 18 et 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, avait été violé.
      Pour les personnes qui vivaient sous la dictature, le nouveau langage était essentiellement un code. A l’instar des musiciens qui, au moyen d’adroites métaphores, dissimulaient des messages politiques dans les paroles de leurs chansons, elles enrobaient leurs idées de gauche d’un jargon juridique – façon de s’engager dans la politique sans jamais prononcer le mot.
      Lorsque la campagne de terreur latino-américaine attira l’attention du mouvement international de défense des droits, qui croissait à vive allure, les militants concernés avaient leurs propres raisons d’éviter de parler de politique”

      Naomi KLEIN, La stratégie du choc. La montée d’un capitalisme du désastre, Leméac/Actes Sud, 2008, pp.150-151.

  • Une poignée de dollars pour un million de clics sur les plateformes numériques Guillaume Bourgault-Côté - 29 octobre 2019 - Le devoir
    https://www.ledevoir.com/culture/musique/565800/deux-mille-ecoutes-pour-un-dollar

    L’une des ovations les plus nourries du gala de l’ADISQ présenté dimanche n’a pas salué une performance artistique, mais plutôt une série de constats brutaux énoncés par Pierre Lapointe. Au nombre d’entre eux : « Pour un million d’écoutes de ma chanson Je déteste ma vie sur l’application Spotify — j’ai écrit les paroles et la musique —, j’ai touché 500 $. »

    Au lendemain de son coup d’éclat, Pierre Lapointe précisait au Devoir qu’en additionnant les droits d’auteur-compositeur touchés pour la même chanson grâce à la diffusion sur YouTube et Apple Music, il arrive à une somme d’environ 2000 $. Ce qui ne change pas le portrait global dénoncé lundi par l’auteur-compositeur-interprète : « On se fait voler ! », avait-il dénoncé au milieu d’une charge contre les plateformes numériques étrangères de diffusion de la musique et les gouvernements.

    « Le milieu a été le premier à crier haut et fort il y a 20 ans que l’arrivée d’Internet allait tous nous foutre dans la merde, a-t-il dit. Rien ou presque n’a été fait […] et ça y est, on est tous dans la merde. »

    Présent dans la foule, l’actuel ministre du Patrimoine, Pablo Rodriguez, acquiesçait de la tête. Une partie des critiques de Pierre Lapointe s’adressaient pourtant directement au premier gouvernement Trudeau (les multinationales exemptées d’impôts, notamment), mais la position des libéraux sur ces enjeux a évolué dans les derniers mois.

    « Nos artistes et créateurs méritent d’être payés justement pour leurs oeuvres et ils ont raison de se lever pour le réclamer, a écrit M. Rodriguez au Devoir lundi. Tout le monde, et ça inclut les géants du Web, va devoir contribuer à la création de contenu d’ici, l’offrir sur ses plateformes et le promouvoir », a-t-il dit.

    Solange Drouin, directrice générale de l’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ), se réjouissait lundi de la sortie de Pierre Lapointe. Celle qui, avec d’autres, sonne l’alarme depuis des années sur cet enjeu estime qu’un tel « appel à la mobilisation des artistes » ne peut avoir que du bon dans le contexte où le nouveau gouvernement Trudeau aura des décisions cruciales à prendre dans les prochains mois — le rôle de Québec est plus limité sur ces questions.

    Au premier rang des décisions à venir : la révision annoncée des primordiales lois sur la radiodiffusion, les télécommunications et le droit d’auteur. Trois chantiers lancés par le précédent gouvernement, et qui se trouvent à différents degrés d’avancement. Dans tous les cas, les libéraux entendent aller de l’avant — et trouveront des alliés chez les néodémocrates et les bloquistes.

    « Les principales lois qui régissent notre culture et nos communications datent d’avant Internet, fait valoir Pablo Rodriguez. Cette situation nuit à notre économie, à nos emplois et à notre culture. »

    Pour Geneviève Côté, cheffe des affaires du Québec à la SOCAN (Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique), « le problème de fond, c’est qu’il faut faire en sorte que les plateformes redonnent à l’écosystème, comme les radios le font, dit-elle. Si tu veux une radio qui émet vers les citoyens, ça te prend une licence qui vient avec des obligations, dont celle de financer la culture. C’est l’absence de ce bout-là qui nous fait le plus mal, à tous ».

    Au-delà de cela, à qui — ou à quoi — s’adressait Pierre Lapointe dimanche ? Le gouvernement est-il le seul responsable de la situation ? Réponse courte : non.

    La fin des ventes. Le phénomène est connu, et va croissant. Au Québec comme ailleurs, la consommation de la musique se fait de moins en moins par l’entremise de l’achat, et de plus en plus par le principe de location à travers des plateformes de diffusion comme Spotify, Tidal ou Apple Music.

    Dans un bulletin produit en juin dernier, l’Observatoire de la culture et des communications illustrait l’ampleur du recul des ventes depuis dix ans : il s’est vendu en 2018 trois fois moins de disques physiques (CD ou vinyles) au Québec qu’en 2008, alors que les ventes d’albums numériques ont diminué de moitié en cinq ans — soit depuis l’arrivée des principaux services de diffusion en continu.

    Ces mouvements ne s’accompagnent pas d’une ruée vers les spectacles qui compenserait le manque à gagner. L’Observatoire fait plutôt état d’un recul de 12 % des revenus de billetterie pour les spectacles de chansons au Québec entre 2013 et 2018.

    Faibles redevances. Que vaut une écoute en ligne pour les artistes ? Difficile à établir précisément… mais tous s’entendent pour dire que c’est fort peu. Et cela ne relève pas directement du gouvernement. « Les redevances pour le streaming, c’est compliqué », reconnaît Geneviève Côté. Dans les faits, une multitude de tarifs s’appliquent et s’additionnent.

    Les redevances varient selon le type de services et sont partagées entre six types de droits ou d’ayants droit. Des droits sont payés selon le nombre d’écoutes, et d’autres selon le pourcentage des revenus d’abonnements ou de publicités.

    « Il y a essentiellement deux droits en cause, résume Solange Drouin : un droit de reproduction pour que Spotify puisse mettre un album dans sa liste de lecture. Pour ça, c’est une négociation entre eux et les ayants droit. Mais pour le droit de communication au public par télécommunications, c’est la Commission du droit d’auteur [CDA] qui fixe un tarif. »

    Tarif à revoir. À cet égard, Mme Drouin rappelle que la CDA n’a pas ajusté son tarif versé aux interprètes et aux producteurs depuis… 2012. À l’époque, elle l’avait fixé à 10,2 cents par tranche de 1000 écoutes en continu (donc une centaine de dollars pour un million d’écoutes), ce qui représente l’équivalent du tarif de la radio commerciale. Le tarif est en cours de révision depuis plusieurs mois — l’ajustement sera rétroactif : aux États-Unis, il est environ 20 fois supérieur.

    Les géants. Outre la révision des lois évoquée plus haut, le gouvernement Trudeau a promis qu’il imposerait dès ce printemps à hauteur de 3 % les recettes que les géants du Web génèrent au Canada. Les libéraux ont aussi l’intention de les forcer à percevoir la TPS. Ottawa « devrait remettre une partie de l’argent prélevé au milieu culturel et aux médias », pense Geneviève Côté.

    #Pierre_Lapointe #Chansons #musique #youtube #spotify #facebook #google #apple #netflix #tidal #vol #multinationales #internet #domination #streaming #bigdata #copyright #marketing #deezer #streaming

  • #Alessio_Lega - #Straniero

    «Così ogni tanto cerco attorno / chi dallo sguardo fa sfuggire / sul piombo grigio di ogni giorno / la voglia di partire.

    Siamo stranieri a ’sta città / siamo stranieri a questa terra / a questa infame e dura guerra / alla viltà e al letargo.

    Prendiamo il largo verso altrove / dove non seppellisci i sogni / dove non inghiottisci odio / e arrivi a odiare i tuoi bisogni.»

    https://www.youtube.com/watch?v=s_yZTNSjA50


    #étranger #migrations #partir #musique #chanson #étrangers

    • #Mare_Nero

      Noi siamo il mare nero che di giorno sta calmo si muove lentamente si cela nel profondo in un fruscio leggero intona il proprio salmo un canto che gli viene dal termine del mondo e porta di lontano profumo di speranza invade la tua stanza ti fa sentire strano ti fa apparire estraneo al gregge dei montoni condotti nel macello al suono dei milioni.

      Noi siamo il mare nero che di notte protetto dal buio, si alza in onde, si butta sulla riva e se si tira indietro si avvolge nel suo letto per assalire l’ argine con forza ancor più viva.
      Abbiamo vele nere per spingerci nel mare ma non sono bandiere, attento a non sbagliare!
      Noi siamo libertà, ciò che più fa paura sospesi al centro esatto tra ragione e natura

      Siamo gli anarchici...

      Noi siamo il mare nero, la tenebra feroce sparsa sulle piaghe aperte del sistema il nostro sangue infetto né avvelena la foce e la mano del boia mentre colpisce trema perché non c’è è maniera di strapparci alla vita ogni giorno rapita, riscattata ogni sera perché non c’è è paura che possa incatenare il tempo che ogni giorno riusciamo a liberare.
      Noi siamo il mare nero, acque salate e sporche depositiamo dubbi nel ventre d’ ogni fede abbiam molte madonne, tutte piuttosto porche, e ognuno di noi è un dio che si tocca e si vede ed i nostri rosari sono i caricatori che sgraniamo amari nel ventre dei signori noi siamo la paura della classe più ricca noi siamo la torchiera della corda che l’ impicca.

      Siamo gli anarchici...

      Noi siamo il mare nero, la dinamite accesa in questa calma piatta la miccia si consuma “lavorate tranquilli, andate a far la spesa! Sulle vostre autostrade, sepolti nella bruma” sulla strada che fate, di fretta per consumo non più nebbia ma fumo troverete un estate coglioni come siete apritevi il cervello non confondete ancora l’ ultimo campanello
      Noi siamo il mare nero che un giorno vi ha travolti vi ha trovato schiavi, vi ha mostrato l’ uscita ci siamo illusi che voi troppo stanchi dei molti anni nelle catene, rivoleste la vita ma in cambio del permesso di rientrare nel gregge ci rivendete spesso al potere e alla legge perché è la libertà ciò che vi fa paura... sospesi al centro esatto tra violenza e cultura

      Siamo gli anarchici...

      Noi siamo il mare nero, lutto e disperazione per un passato triste, per un futuro incerto e un mondo concepito in guisa di prigione la tagliola che morde chi esce allo scoperto ci fan sentire logori, stanchi anche di gridare avvelenato il mare, sepolti nei ricoveri ricoverati, matti, pazzi per troppo amore con un sudario grigio disteso sul dolore...
      Ma siamo il mare nero, gli aranci della Spagna agro, zucchero e miele, il vino della terra ubriachi di vita di città in campagna troviam nuovi compagni per far guerra alla guerra
      Altro che “addio Lugano”, cantiamo la memoria ma occupiamo la storia, dove siamo e restiamo dove non siamo andremo, ci andremo per davvero perché siam come il mare, noi siamo un mare nero!

      Siamo gli anarchici...

      https://www.youtube.com/watch?v=aWuUmUVIiAg

      #anarchie

  • #Chansons contre la #guerre

    Chansons reliées au poète et journaliste #Carolus_Cergoly

    Fuma el camin
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=123&v=we7_h2pDE1Q

    Al comando portà
    https://www.youtube.com/watch?v=2o9wWYFKAAU

    El kolo go balà
    https://www.youtube.com/watch?v=5Us2RSTy1v8

    Il suo nome : bandito
    https://www.youtube.com/watch?v=cFop98AlsPs


    https://www.antiwarsongs.org/canzone.php?id=1960&lang=fr

    https://www.antiwarsongs.org/do_search.php?idartista=12897&lang=fr&stesso=1

    #Carolus_Cergoly

    Negli anni venti del XX secolo, in pieno clima futurista, fonda il Circolo del Magalà, che organizza spettacoli al Circolo della Marina Mercantile di Palazzo Reineld, per un pubblico limitato.

    Il suo esordio letterario avviene qualche anno dopo con la raccolta poetica Maaagaalà (Quaderni futuristi 1, Casa d’Arte Bruno Rigo Editore, Trieste 1928) edita con lo pseudonimo Sempresù. Successivamente pubblica la raccolta in dialetto veneto Prime fogie (Delfino, Trieste 1931). Seguono Dentro de mi (Gabbiano, Trieste 1938) e Poesie a Barbara (Renato Fortuna, Trieste 1943) in tiratura limitata a sole cinquanta copie. È autore di scritti e articoli teatrali e cinematografici presso riviste di settore, nonché bozzettista e regista di commedie da lui dirette e allestite.

    Nel 1940 è iscritto come ufficiale nei ruoli della Croce Rossa Italiana, e nel 1942 viene distaccato in Ucraina, durante la Campagna di Russia. Nell’anno successivo è congedato e già nell’agosto del 1944 raggiunge i partigiani; dapprima il gruppo «Giustizia e Libertà», poi la Brigata garibaldina «Fontanot», aggregata al IX Corpus jugoslavo.

    Nel 1945 diventa redattore capo del giornale Il Nostro Avvenire. Nell’immediato dopoguerra è socio fondatore, nonché direttore artistico e letterario, del quotidiano democratico indipendente Il Corriere di Trieste, cui rimane legato sino al 1953.

    Nel maggio del 1959, apre la Galleria dei Rettori inaugurata con una mostra personale del pittore, allora esordiente, Pietro Grassi, dove organizza incontri culturali e mostre di artisti locali come Eleonor Fini, Gianni Brumatti, Ugo Carrà e Maria Lupieri.

    Nel 1970 pubblica Ke se poesi, con la raccolta Il Portolano di Carolus. Poesie in lessico triestino. Due anni dopo edita I canti clandestini. Nove poesie in lessico triestino, ispirate alla guerra partigiana e alla deportazione degli ebrei. Nel 1973 cede la Galleria e pubblica Hohò Trieste. Ballatetta in lessico triestino, cui segue l’anno dopo Inter pocula. Poesie segrete triestine.

    Uno scritto di Pier Paolo Pasolini su Il Tempo lo presenta alla critica italiana (i suoi libri contano le recensioni di Andrea Zanzotto e Giovanni Giudici), e pubblica nel 1976 presso Guanda, auspice Giovanni Raboni, la raccolta di versi Ponterosso. Poesie mitteleuropee in lessico triestino, con il quale supera l’ambito triestino e raggiunge il pubblico nazionale. Ottiene però, già settantenne, la piena notorietà col romanzo Il complesso dell’Imperatore. Collages di fantasie e memorie di un mitteleuropeo, pubblicato da Arnoldo Mondadori Editore nel 1979, che stamperà lo stesso anno, dopo il successo di pubblico (ma non di critica) del romanzo, la raccolta completa delle sue poesie, col titolo di Latitudine nord, nella collana Lo Specchio[1], con prefazione di Giovanni Giudici. Nel 1982 pubblica la raccolta di poesie Opera 79 in sostantivo Amore per le Edizioni S. Marco dei Giustiniani di Genova.

    Nello stesso anno, per Bompiani, esce il racconto Il pianeta Trieste, incorporato nel libro Trieste provincia imperiale, splendore e tramonto del porto degli Asburgo (con F. Fölkel).

    Nel 1984 esce, sempre per Mondadori, il secondo romanzo Fermo là in poltrona. Ovvero i teatri della memoria per trastullarsi e fantasticare, scritti da un mitteleuropeo.

    Un giorno prima della morte, il 3 maggio 1987, vide stampato il suo ultimo romanzo L’allegria di Thor. Diario intimo con inchiostri di più colori del mitteleuropeo barone Heinrich Edling von Boffa.

    https://it.wikipedia.org/wiki/Carolus_Cergoly

    #musique #partisans #Italie #Trieste #poésie

    ping @sinehebdo @val_k