naturalfeature:azov

  • Caught in Russia-Ukraine storm: a cargo ship and tonnes of grain | Reuters
    https://ca.reuters.com/article/topNews/idCAKBN1O4128-OCATP


    Cranes and ships are seen in the Azov Sea port of Berdyansk, Ukraine November 30, 2018. Picture taken November 30, 2018.
    REUTERS/Gleb Garanich

    When the Island Bay cargo ship arrived from Beirut at the Kerch Strait, gateway to the Azov Sea, it sailed into a perfect storm of geopolitics and bad weather.

    The following day, Russia opened fire on three Ukrainian naval ships, impounded them and detained their sailors, some of them wounded. It then blocked the strait by putting a tanker underneath a new bridge it has built linking the Russian mainland to the Crimean peninsula it annexed from Ukraine in 2014.

    While the world digested the implications of the Nov. 25 incident, the most explosive clash in recent years, Russia said it had reopened the channel to the Azov Sea, which is shared by Russia and Ukraine.

    But Island Bay remained at anchor outside the strait, lashed by gale force winds and sleet, its hull icing over while cargo ships amassed on either side.

    On Monday, a week on, the captain reported seeing 20 vessels awaiting clearance to cross. Refinitiv data that day also showed 20 Ukraine-bound vessels held up at the strait since Nov. 25, with two others allowed through.

    Meanwhile, Island Bay’s cargo of 5,500 tonnes of wheat, destined for flour mills in Libya, waited in the Ukrainian port of Berdyansk.
    […]
    In Berdyansk’s port, where icy winds had recently ripped off the roof of a nearby shed, staff of stevedore company Ascet Shipping were reading the daily reports from the Island Bay with growing concern.

    Ascet loads almost a million tonnes of Ukrainian grain a year onto cargo ships in Berdyansk and was waiting to load the Island Bay; its size means each day of waiting time costs around $2,000-$2,500, Ascet’s chief executive, Denis Rusin, said.

    This has made Berdyansk an unpopular port in recent months.

    Ship owners do not want to go to Berdyansk,” said Rusin, whose clients include U.S. firm Cargill [CARG.UL], one of the world’s largest dry bulk and tank shipping companies. “Buyers are refusing to bet on passage.

  • Russia-Ukraine tensions rise after #Kerch Strait ship capture - BBC News
    https://www.bbc.com/news/world-europe-46340283

    Ukraine’s parliament is to decide whether to bring in martial law, after Sunday’s capture of three of its naval vessels and 23 crew members by Russia.

    The three ships were sailing off the coast of Crimea, which was annexed by Russia in 2014, when they were seized.

    Russia opened fire, before its special forces stormed the vessels. Between three and six Ukrainians were injured.
    Ukraine said it was a Russian “act of aggression”. Moscow said the ships had illegally entered its waters.

    On Monday, Ukrainian President Petro Poroshenko said he was proposing that parliament back a 30-day martial law - half the length of that recommended by Ukraine’s security and defence council a day earlier.

    In a televised address, Mr Poroshenko said he did not want martial law to affect presidential elections set for 31 March 2019. If backed by MPs, martial law would enter into force at 09:00 local time (07:00 GMT) on 28 November.

    Sunday’s clash between Russian and Ukrainian vessels marks a major escalation of tension between the two countries.
    This is the first time the two militaries have come into open conflict in recent years, although Ukrainian forces have been fighting Russian-backed separatists and Russia volunteers in the east of the country.

    #Crimée

    https://www.youtube.com/watch?v=PpxNuTlwwEA

    • La Russie bloque le passage en mer d’Azov en immobilisant un pétrolier sous le pont de Crimée.

      Russian jet fighters fly over a bridge connecting the Russian mainland with the Crimean Peninsula with a cargo ship beneath it after three Ukrainian navy vessels were stopped by Russia from entering the Sea of Azov via the Kerch Strait in the Black Sea - H24info
      https://www.h24info.ma/monde/la-russie-capture-trois-navires-ukrainiens-escalade-de-tensions-entre-kiev-et-moscou/attachment/russian-jet-fighters-fly-over-a-bridge-connecting-the-russian-mainland-with-

      Russian jet fighters fly over a bridge connecting the Russian mainland with the Crimean Peninsula with a cargo ship beneath it after three Ukrainian navy vessels were stopped by Russia from entering the Sea of Azov via the Kerch Strait in the Black Sea

    • Détroit/Kertch : la Russie a agi « en stricte conformité avec le droit international »
      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/11/26/97001-20181126FILWWW00122-detroitkertch-la-russie-a-agi-en-stricte-conformi

      Les gardes-frontières russes qui ont arraisonné dimanche trois navires ukrainiens dans le détroit de Kertch ont agi «  en stricte conformité avec le droit international  », a assuré aujourd’hui le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov au lendemain de cet incident sans précédent. «  La partie russe a agi en stricte conformité avec la législation, à la fois le droit international et le droit intérieur_ », a-t-il déclaré aux journalistes, précisant qu’il s’agissait d’une «  intrusion de navires de guerre étrangers dans les eaux territoriales de la Fédération de Russie  ».

    • Occasion de clarifier (à chaud !) le statut de la mer d’Azov et du détroit : s’il s’agit d’eaux internationales, la Russie n’a pas le droit de bloquer l’accès,…

      Tensions en mer d’Azov | Grip
      https://www.grip.org/fr/node/2634

      Statut juridique de la mer d’Azov

      Le statut juridique de la mer d’Azov est complexe pour deux raisons : la chute de l’URSS et l’annexion russe de la Crimée. Cet espace maritime était considéré du temps de l’URSS comme une mer intérieure et la question se pose de savoir si ce statut aurait pu être transmis à la fois à l’Ukraine et à la Russie après 1991. Selon cette hypothèse, la mer d’Azov serait donc une mer intérieure partagée entre l’Ukraine et la Russie. Dans un autre scénario, la mer d’Azov aurait perdu ce statut de mer intérieure lors de l’indépendance de l’Ukraine et le régime classique du droit de la mer s’appliquerait donc avec des zones économiques exclusives pour la Russie et l’Ukraine et un régime d’eaux internationales au centre de la mer d’Azov. L’annexion de la Crimée complexifie l’équation puisque les deux États revendiquent des zones économiques exclusives autour de la Crimée. Pour compliquer davantage le casse-tête juridique, plusieurs accords bilatéraux ont été signés entre l’Ukraine et la Russie garantissant la liberté de navigation sur cette mer. En 2003, un Accord de coopération sur l’usage de la mer d’Azov et du détroit de Kertch a été signé entre l’Ukraine et la Russie réitérant le statut de « mer interne partagée ». L’Ukraine pourrait cependant dénoncer cet accord au vu des incidents récents et revenir au régime classique de partage des eaux territoriales selon les définitions de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer. Cette question du statut de la mer d’Azov est importante car elle conditionne la possibilité pour l’Ukraine d’intenter une action devant la justice internationale.

    • Russia Ignores Western Calls to Free Captured Ukrainian Ships

      Ukraine introduces martial law citing threat of Russian invasion | Reuters
      https://uk.reuters.com/article/uk-ukraine-crisis-russia-idUKKCN1NV0MW


      Seized Ukrainian ships, small armoured artillery ships and a tug boat, are seen anchored in a port of Kerch, Crimea November 26, 2018.
      REUTERS/Pavel Rebrov

      The crisis erupted when border patrol boats belonging to Russia’s FSB security service seized two small Ukrainian armoured artillery vessels and a tug boat after opening fire on them and wounding three sailors on Sunday.

      The Ukrainian vessels had been trying to enter the Sea of Azov from the Black Sea via the narrow Kerch Strait that separates Crimea from the Russian mainland.

      Interfax news agency quoted Russia’s human rights commissioner, Tatyana Moskalkova, as saying on Monday that 24 Ukrainian sailors were being detained. Three of the sailors were wounded but were not in a serious condition and were recovering in hospital.

      The FSB said the Ukrainian ships had ignored warning shots, forcing Russian vessels to open fire for real, after they illegally entered Russian territorial waters.

      A Reuters witness in Kerch, a port in Crimea, said the three Ukrainian vessels were being held there on Monday.

    • Trump Says He Does Not Like Russia-Ukraine Situation
      http://themoscowtimes.com/news/trump-says-he-does-not-like-russia-ukraine-situation-63606

      U.S. President Donald Trump on Monday said he does not like what is happening between Russia and Ukraine, a day after Russian crews seized Ukrainian vessels near Crimea.

      We do not like what’s happening either way. And hopefully it will get straightened out,” Trump told reporters as he left the White House.

      Trump said European leaders were working on the situation. “They’re not thrilled. We’re all working on it together,” he said.

    • Et donc, il s’agit des canonnières Nikopol (P176, le nom est très clairement lisible sur le côté de la passerelle) lancée en novembre 2015 et Berdiansk (P175) lancée en juin 2017, de la classe Gurza-M.
      https://en.wikipedia.org/wiki/Gyurza-M-class_artillery_boat


      P175 Berdiansk
      Ministry of Défense of Ukraine, via WP

      et du remorqueur Yani Kipu, A947 (bizarre, c’est un nom turc !?)

      EDIT : non, le nom donné par liveuamap
      https://liveuamap.com/en/2018/26-november-photo-tugboat-yani-kipu-a947-and-2-armored-boats
      n’est pas le bon…

      il s’agit du Krasnoperekopsk, A947 de la classe Prometey
      http://www.shipspotting.com/gallery/photo.php?lid=1091579


      Photographer : Igor Terokhin
      shipspotting.com

      EDIT (bis) ben si, Yani Kapu et Krasnoperekopsk sont deux noms pour désigner les mêmes choses :

      • une ville du nord de la Crimée (juste à l’ouest de l’isthme de Perekop) nommée donc, Perekop la rouge
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Krasnoperekopsk

      • qui a donné son nom à un remorqueur « d’attaque » ("de raid" disent les versions en anglais) soviétique en 1974
      https://uk.wikipedia.org/wiki/Яни_Капу_(буксир)

      La ville a été rebaptisée par l’Ukraine Yani Kapu (Yañı Qapı, la nouvelle porte en tatar) le 12 mai 2016, deux ans après l’annexion de la Crimée par la Russie… Et le remorqueur a suivi.

    • Vladimir Poutine qualifie les incidents en mer Noire de « provocation »
      https://www.lemonde.fr/international/article/2018/11/28/vladimir-poutine-qualifie-les-incidents-en-mer-noire-de-mousse-politique_538

      Jusqu’ici plutôt en retrait, Vladimir Poutine a, pour la première fois, commenté en public, mercredi 28 novembre, les incidents survenus quatre jours plus tôt en mer Noire entre la marine ukrainienne et les forces de sécurité russes. Interrogé sur le sujet en marge d’un forum d’investissement organisé par la banque VTB à Moscou, le chef du Kremlin a répondu : « C’est une provocation, bien sûr ! »

      Sans jamais prononcer le nom de Petro Porochenko, le chef du Kremlin a ouvertement accusé son homologue ukrainien de calculs politiques. « C’est une provocation organisée par les autorités actuelles, je pense même par son président actuel, à l’approche de l’élection présidentielle en Ukraine au mois de mars de l’année prochaine », a souligné M. Poutine. Qui ajoute : « Les sondages, si je ne me trompe pas, placent le président au cinquième rang, il y a même des chances qu’il ne passe pas au second tour, donc, il fallait faire quelque chose pour exacerber la situation et créer des obstacles infranchissables pour ses concurrents. (…) Je suis sûr de cela. »

      A aucun moment, le président russe n’a évoqué les trois navires ukrainiens saisis par les forces de sécurité russes – sauf pour déclarer qu’elles avaient accompli « leur mission » et respecté « les ordres » – ni même le sort des 24 marins capturés à leur bord. Ces derniers comparaissent depuis mardi devant un tribunal russe pour être placés, les uns après les autres, en détention provisoire pour deux mois.

      « C’est un incident frontalier, pas plus », a-t-il minimisé, en évoquant des éléments récents « d’une autre envergure » tels que « le rattachement de la Crimée à la Russie » en 2014, ou « la guerre civile » dans le Donbass, dans l’est de l’Ukraine qui opposent les séparatistes prorusses soutenus par Moscou et les forces armées de Kiev. « Une guerre de facto, a poursuivi M. Poutine, et pourtant, aucune loi martiale n’avait été instaurée. Et là, un petit incident et on instaure la loi martiale ! C’est évident que c’est organisé à l’approche de l’élection présidentielle. »

    • Un avion espion US mène une reconnaissance près du détroit de Kertch - Sputnik France
      https://fr.sputniknews.com/russie/201811281039082977-vol-reconnaissance-boeing-detroit-kertch

      Au surlendemain de l’incident en mer Noire, où trois navires militaires ukrainiens ont violé les eaux territoriales russes, un avion de lutte anti-sous-marine Boeing P-8A Poseidon de l’US Navy a effectué un vol de reconnaissance dans la région du détroit de Kertch et de la Crimée, selon le portail de suivi des vols PlaneRadar.

      Le mardi 27 novembre un Boeing P-8A Poseidon américain a mené une mission de reconnaissance dans la région du détroit de Kertch et de la Crimée, a annoncé le site PlaneRadar via Twitter.


      Un avion de patrouille maritime, Boeing P-8A Poseidon de l’US Navy, immatriculé 168848, effectue un vol de reconnaissance le long des côtes russe de la mer Noire, a annoncé le site.

      L’appareil, appartenant à la 26e escadrille de patrouille de la marine américaine est passé à une distance de 31 km des côtes de la Crimée.

      Plus tôt le même jour, cette même région a été espionnée par un drone stratégique RQ-4A Global Hawk de l’US Air Force, qui avait également été repéré à proximité de la ligne de séparation dans le Donbass.

    • Un excellent article de synthèse antérieur à la crise (12 septembre 2018) par Igor Delanoë.

      Jeux dangeureux en mer d’Azov - Le portail des forces navales de la Fédération de Russie
      http://www.rusnavyintelligence.com/2018/09/jeux-dangeureux-en-mer-d-azov.html

      Voilà plusieurs mois que la tension monte en mer d’Azov entre Russes et Ukrainiens au sujet de la liberté de navigation. Pour l’instant, les escarmouches n’ont pas dégénéré en accrochages, mais l’Ukraine a commencé à transférer par chemin de fer des vedettes armées depuis la mer Noire vers la mer d’Azov.

      Depuis le printemps derniers, des chalutiers ukrainiens et autres navires étrangers souhaitant se rendre dans les ports d’Ukraine situés en mer d’Azov sont régulièrement arraisonnés par les gardes-côtes russes. La Russie fait en outre attendre parfois pendant plusieurs jours les navires qui souhaitent transiter par le détroit de Kertch depuis la mer Noire à destination des côtes ukrainiennes de la mer d’Azov. Depuis l’annexion de la Crimée par Moscou, cette mer est de facto sous contrôle de la Russie qui en commande l’accès par le détroit de Kertch, situé entre la péninsule criméenne et la presqu’île russe de Taman. Russes et Ukrainiens ont signé en 2003 un accord selon lequel les eaux de la mer d’Azov et celles du détroit de Kertch sont considérées comme des eaux intérieures. Toutefois, depuis l’annexion de 2014, Kiev souhaite déchirer ce papier et internationaliser le régime de la mer d’Azov, en espérant ainsi que l’arrivée de nouveaux acteurs maritimes étrangers fera contrepoids à l’hyper-influence russe dans cette sous-région du bassin pontique.

      L’inauguration du pont de Kertch qui relie la Crimée à la Russie continentale en mai dernier a aiguisé les tensions. La Russie, qui n’écarte pas la possibilité que l’Ukraine tente une opération de sabotage contre l’édifice, a transféré depuis la flottille de la mer Caspienne, via le canal Volga-Don, 2 canonnières fluviales ainsi que des petits navires lance-missiles, qui ont rejoint plus tard le détachement opérationnel russe en Méditerranée. Kiev, de son côté, a transféré 2 vedettes du Projet 58155 faiblement armées depuis la mer Noire vers le port de Berdiansk par chemin de fer. La première unité est arrivée le 8 septembre et la seconde, le 11 septembre. Une troisième vedette doit prochainement être basculée en mer d’Azov. L’idée pour les Ukrainiens est de pouvoir assurer la protection des deux principaux ports de commerce que sont Marioupol et Berdiansk. A terme, Kiev souhaite établir une division de vedettes en mer d’Azov. Compte-tenu du peu de profondeur de cette mer - 6 mètres en moyenne - seules des unités de faible tonnage peuvent y être engagées. Toutefois, pour Moscou, le bassin de la mer d’Azov demeure fermé à toute activité des flottes de l’OTAN - qui ont en revanche accès à la mer Noire selon les conditions énoncées dans la Convention de Montreux (1936). Aussi, en cas de conflit dans le Donbass, ce « lac russe » constituerait une plateforme de tir potentiel pour des missiles Kalibr ainsi qu’un point de départ pour des opérations amphibies.

      Quels sont les objectifs recherchés par les uns et par les autres à travers ces escarmouches ? Pour Kiev, il s’agit de maintenir à l’ordre du jour le sujet « Crimée » qui est une affaire classée - outre la question des sanctions criméennes - par nombre de chancellerie occidentale. Par ailleurs, l’année 2019 sera une année charnière en Ukraine : l’élection présidentielle à lieu en mars, et le contrat de transit gazier qui lie Kiev à Gazprom depuis la fin des années 2000 arrive à son terme. Aussi, ces escarmouches visent potentiellement à renforcer la position de négociation de Moscou tout autant que la rhétorique patriotique à Kiev. L’Ukraine ne se satisfait pas du statu quo en mer d’Azov et souhaite mettre sur la table la question de la délimitation des frontières maritimes, sans être pour autant prête à sérieusement négocier. Rappelons par ailleurs que l’Ukraine a coupé les canaux d’alimentation d’eau fraîche vers la Crimée. Il pourrait y avoir là une monnaie d’échange potentielle.

      Contrairement à ce que pourrait laisser croire le nom de son blog, Le portail des forces navales de la Fédération de Russie, il ne s’agit pas d’un site officiel.

      A propos - Le portail des forces navales de la Fédération de Russie
      http://www.rusnavyintelligence.com/pages/A_propos-4830107.html

      A propos
      Igor Delanoë est docteur en histoire moderne et contemporaine de l’Université de Nice-Sophia Antipolis, et chercheur associé au Harvard Ukrainian Research Institute (Harvard University) ainsi qu’au Center for International and European Studies (université Kadir Has, Istanbul). Il est le directeur adjoint de l’Observatoire franco-russe, le centre d’analyse de la Chambre de commerce et d’industrie franco-russe depuis septembre 2015.

    • Pour mémoire, l’accord russo-ukrainien de décembre 2003 sur la circulation en mer d’Azov (il est parfois – pas systématiquement – cité) est officiellement toujours en vigueur malgré l’annexion de la Crimée en 2014.

      Et personne ne semble réellement se soucier de savoir si l’Ukraine avait demandé l’autorisation préalable de franchissement du détroit, étant entendu que, des deux côtés, on renforce les (faibles) moyens militaires…

      Il est difficilement concevable que la Russie ait pu arraisonner les navires ukrainiens si l’autorisation avait été demandée et, a fortiori, accordée…

      Accord russo-ukrainien sur la mer d’Azov - Libération
      (article du 27 décembre 2003)
      https://www.liberation.fr/planete/2003/12/27/accord-russo-ukrainien-sur-la-mer-d-azov_456591

      La conclusion, mercredi [24 décembre], d’un accord russo-ukrainien sur la mer d’Azov était interprétée, à Kiev, comme une nouvelle concession du président Léonid Koutchma à Vladimir Poutine. Selon le texte signé par les deux chefs d’Etat, la mer d’Azov et le détroit de Kertch (en Crimée, sud de l’Ukraine), qui la sépare de la mer Noire, seront désormais « gérés conjointement ». Les bateaux ukrainiens et russes jouiront de la liberté de navigation. En revanche, les bâtiments militaires des pays tiers ne pourront y entrer que sur autorisation des deux pays, ce qui permettra à Moscou d’empêcher l’entrée de navires de l’Otan. « Cette mesure est peu compatible avec l’intention de l’Ukraine d’adhérer à l’Alliance atlantique », relève l’hebdomadaire Zerkalo Nedeli. Un différend a récemment éclaté après que la Russie a mis en doute l’appartenance à l’Ukraine de l’île de Touzla, dans le détroit de Kertch.

    • J’aime bien le double discours – dès les éléments soulignés après le titre… _ la part du trafic qui passe par Kertch est marginale (moins de 5% et déplorable vers d’autres ports) mais le blocus (temporaire) souligne le risque sur les approvisionnement en blé ukrainien (qui sera très abondant cette saison)

      Chokepoint Blockade Exposes Supply Risk for Black Sea Grain - Bloomberg
      https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-11-26/russian-flareup-with-ukraine-brings-focus-on-shipping-chokepoint

      • Access cut to Kerch Strait between Black Sea and Sea of Azov
      The ports handles a relatively small share of Ukrainian grain
      • Access cut to Kerch Strait between Black Sea and Sea of Azov
      The ports handles a relatively small share of Ukrainian grain

      Russia’s brief blockade of a key shipping channel for Black Sea grain highlights the risk of disruption to an important source of global supply.

      Russia cut off access to the Kerch Strait between the Sea of Azov and the Black Sea after tensions with Ukraine flared up over the weekend, and has since reopened the passage. Still, the conflict means some traders will likely reroute cargoes to avoid passing through the strait, according to the Ukrainian Grain Association.

      We are expecting a record harvest this season, and we plan record exports,” said Mykola Horbachov, head of the Ukrainian Grain Association. “So any window that is being closed for us means heavier pressure on our infrastructure, both seaport and railway. We are stretched to the limit.

      Ukraine ranks among the world’s biggest corn and wheat producers, supplying food to major markets in Europe, the Middle East and Asia. Analysts said they didn’t expect much market impact because the proportion of Ukrainian grain that moves from ports on the Sea of Azov is relatively small, and the incident seems limited so far.

      Grain markets largely shrugged off the news. Benchmark prices in Chicago rose 1 percent and milling wheat futures in Paris added 0.2 percent.

      Shipments from the Ukraine ports of Mariupol and Berdyansk make up about 5 percents of the country’s grain exports, and cargoes that had previously planned to leave those areas may instead move by rail or other ports, Horbachov said. The two ports are on the Azov Sea and rely on the Kerch Strait.

      In terms of grain exports, it won’t have a big impact because I don’t think that Russia will stop their boats in the Kerch Strait, and in terms of Ukraine exports, there is not a lot of exports from the Azov Sea,” said Gautier Maupu, a Black Sea grains analyst with Agritel in Kiev. “Russian exports will not slow down, so there will not be a strong impact on markets.

      Still, the blockade highlights the threat of disruption to Black Sea supplies just as global grains markets are buffeted by the trade war between the U.S. and China. Wheat has jumped about 20 percent this year in Chicago as heat and dryness worldwide curbed output, including in the Black Sea.

    • Poutine défend sa version des affrontements avec l’Ukraine en mer Noire
      https://www.lemonde.fr/international/article/2018/12/03/poutine-avance-sa-version-des-affrontements-avec-l-ukraine-en-mer-noire_5391


      Vladimir Poutine, à Buenos Aires, le 1er décembre.
      MARCOS BRINDICCI / REUTERS

      Privé de rencontre bilatérale avec Donald Trump, en représailles après les incidents survenus le 25 novembre au large de la Crimée qui ont abouti à la capture de trois bateaux et de vingt-quatre marins ukrainiens par la Russie, M. Poutine a livré sa version des faits au président américain « debout », comme il a lui-même décrit l’échange, en marge d’un dîner.

      Face à son homologue français, Emmanuel Macron, ou avec la chancelière allemande, Angela Merkel, avec lesquels il a pu s’entretenir en aparté, il a même sorti un stylo pour dessiner sur le papier sa chronologie des événements. Aux journalistes ensuite, M. Poutine a assuré que « la guerre va continuer » dans l’est de l’Ukraine, tant que les autorités actuelles de Kiev « resteront au pouvoir ».

      Version de VVP dont la seule chose que l’on ait le droit de savoir est qu’il qualifie l’événement de provocation. Absolument rien sur le déroulement des faits, ni en gros, ni en détail.

    • Ukraine resumes grain shipments from Azov Sea | Reuters
      https://af.reuters.com/article/worldNews/idAFKBN1O30M5


      FILE PHOTO: Cranes are seen in the Azov Sea port of Mariupol, Ukraine December 2, 2018.
      REUTERS/Gleb Garanich/File Photo

      Ukraine said on Tuesday it had resumed grain shipments from the Azov Sea, blocked for around 10 days after a military standoff with Russia in the Kerch Strait off Crimea.
      […]
      Earlier, Ukraine’s infrastructure minister Volodymyr Omelyan had said the two ports - vital for eastern Ukraine’s economy - had been “partially unlocked” with the restoration of some free movement through the Kerch Strait.

  • Des navires de la Marine ukrainienne sont passés sous le pont de Crimée (images) - Sputnik France
    https://fr.sputniknews.com/international/201809231038198246-navires-ukrainiens-pont-crimee-passage


    photo : Portail de l’armée ukrainienne (choisie par moi)

    Entrés dans la zone économique exclusive russe le 22 septembre, deux navires de la Marine ukrainienne sont passés dimanche sous le pont de Crimée accompagnés par la garde côtière russe. Comme l’avaient indiqué des médias ukrainiens, les navires se dirigent vers Berdiansk afin de participer à la création d’une base navale dans la mer d’Azov.

    Le navire de recherche et de sauvetage A500 Donbass et le remorqueur [A830] Korets de la Marine ukrainienne sont passés ce dimanche sous le pont de Crimée, a annoncé Alexeï Volkov, chef adjoint de l’entreprise Ports maritimes de Crimée.
    […]
    Auparavant, le département des frontières du Service fédéral russe de sécurité (FSB) en République de Crimée, avait annoncé que deux navires de la Marine ukrainienne étaient entrés le 22 septembre dans la zone économique exclusive russe, au large de la Crimée.

    Selon des médias ukrainiens, les navires se dirigent vers les côtes de la ville ukrainienne de Berdiansk afin de participer à la création d’une nouvelle base navale dans la mer d’Azov.

    • Même info, source Agence de nouvelles Kharkov (pro-russe)

      Le communiqué précise que le convoi était « accompagné » d’un avion états-unien RC-135V (de SIGINT, surveillance électronique) et que deux patrouilleurs ukrainiens sont venus de Berdiansk à sa rencontre, les U177 Krementchouk et U178 Loubny.

      Историческое событие : корабли ВМС Украины проплыли под арками Крымского моста
      https://nahnews.org/1006657-istoricheskoe-sobytie-korabli-vms-ukrainy-proplyli-pod-arkami-kryms

      Два корабля Военно-морских сил Украины вошли в Керченский пролив и проплыли под арками Крымского моста. Как сообщили в пресс-службе Росморречфлота, корабль управления «Донбасс» и буксир «Корец» совершили свой маневр в составе каравана судов.
      […]
      Любопытно, что весь путь украинские военные корабли сопровождал самолёт-разведчик Boeing RC-135V Военно-воздушных сил США с бортовым номером 64–14848. Для встречи украинских кораблей из порта Бердянска в направлении Керченской переправы отправились малые бронированные артиллерийские катера ВМС Украины P177 «Кременчуг» и P178 «Лубны».

    • Version ukrainienne
      (de mauvais esprits (russes…) notent que ce geste symbolique ne peut pas nuire à l’actuel président qui sera candidat au renouvellement de son mandat le 31 mars 2019…)

      Deux navires de guerre ukrainiens entrent dans la mer d’Azov pour faire partie de la nouvelle base navale - 24.09.2018 11:56 — Actualités Ukrinform
      https://www.ukrinform.fr/rubric-defense/2544124-deux-navires-de-guerre-ukrainiens-entrent-dans-la-mer-dazov-pour-f

      « Je félicite nos navires de guerre, le navire de sauvetage A500 « _Donbass » et le bateau-remorqueur A830 « Korets », de leur entrée dans la mer d’Azov. Ils feront partie de la base navale de la flotte ukrainienne nouvellement créée sur la mer d’Azov_ », a écrit M. Porochenko sur sa page Facebook.

    • Ukraine establishing Sea of Azov base as first navy ships enter through Kerch Strait | Naval Today
      https://navaltoday.com/2018/09/24/ukraine-establishing-sea-of-azov-base-as-first-navy-ships-enter-through-

      The Sea of Azov is shared by Ukraine and Russia under a treaty signed in 2003 which allows civil and military ships of both countries to freely transit. Russian coast guard vessels have reportedly increased inspections of vessels transiting to Ukrainian ports in the Azov Sea.

      On peut comparer cette source, neutre, avec la fin du communiqué ukrainien (pointé ci-dessus)

      Au cours des derniers mois, la Russie bloque les navires qui se dirigent vers les ports de Berdiansk et de Marioupol. Le ministre ukrainien de l’Infrastructure, Volodymyr Omelyan, a déclaré que l’Ukraine négociait avec les pays de l’UE et les États-Unis sur l’imposition de sanctions contre la Russie en réponse au blocus de la mer d’Azov.

      Le Département d’État américain a appelé les actions de la Russie dans la mer d’Azov une tentative de déstabiliser l’Ukraine.

  • Encore du soft-power russe que Macron aurait boycotté s’il avait été dans le coin : Le Shtandart, l’un des plus beaux 3 mâts du monde, en escale à la Grande-Motte (près de #montpellier)
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/shtandart-plus-beaux-3-mats-du-monde-escale-grande-mott

    La frégate « Shtandart » ( ce qui signifie L’étendard) est une réplique en bois grandeur nature du premier bâtiment russe de la flotte de Baltique. Le bateau original a été construit en 1703 sous la direction personnelle du Tsar Pierre le Grand. Devenue le premier navire amiral de la Marine Impériale Russe, la frégate est restée en service jusqu’en 1727. Cette magnifique réplique reprend toutes les caractéristiques du bateau original : 3 mâts, 30m de hauteur, 35m de long, 28 canons et un tonnage de plus de 200 tonnes ! L’un des plus beaux trois mâts du monde.

    Malheureusement, fallait prévenir : tu peux pas te pointer comme ça et acheter des billets sur place. Tous les billets sont déjà vendus, même pour demain dimanche, donc on a dû se contenter de le regarder de l’extérieur.

    @simplicissimus ça t’aurait plu, ça, non ?

    • Oui, c’est un superbe bateau ; habitué de Brest où je l’ai vu en 2004 (mais je ne l’avais pas visité, j’avais passé la journée sur la rade).

      Tu remarqueras qu’il est la propriété d’une association privée, statut similaire à celui de l’Hermione. D’ailleurs il arbore le pavillon russe et non la croix de Saint-André de la marine de guerre russe.


      (ici en 2007)

    • Pour les amateurs de #cartographie, le curieux étendard (sur fond jaune, qu’on voit sur le premier mât à gauche sur ta photo et, selon Kikipédia : « Штанда́рт qui signifie “Étendard” en russe ») où l’aigle à deux têtes tient quatre cartes, représentant les quatre mers contrôlées par Pierre 1er :
      https://www.shtandart.ru/fr

      Le nom « Shtandart » est lié à l’ouverture d’une nouvelle voie commerciale à travers la mer Baltique. En 1703 Pierre 1er a changé son étendard en ajoutant une quatrième mer sur la carte – c’était la mer Baltique. En l’honneur du nouvel étendard le premier vaisseau de la flotte Baltique a reçu le nom « Shtandart ».


      J’y connais que pouic en héraldique, et je ne trouve pas grand chose au sujet de cet étendard sur le Web (quelques pages en cyrillique). Mais l’anecdote cartographique m’a semblé intéressante.

    • Pouf, pouf !

      Recherche pas forcément évidente… Le pavillon reproduit est celui du premier navire de ligne de la Flotte de la Baltique (1715), l’Ingermanland (nom suédois de l’Ingrie, nom historique de la région entre Golfe de Finlande et lac Ladoga, au centre de laquelle a été fondée Saint-Pétersbourg en 1703, même année que le Shtandart, nom d’origine allemande).

      Une description détaillée de l’étendard est donnée dans l’article WP[ru] sur l’étendard (note que la standardisation (!…) est plutôt médiocre, puisque les équivalents en autres WP ne sont pas tous reliés, on a en effet un Standarte [de] relié au [ru], un Étendard_(bannière) [fr] et un Heraldic_Flag [en]).

      Штандарт (знамя) — Википедия
      https://ru.wikipedia.org/wiki/%D0%A8%D1%82%D0%B0%D0%BD%D0%B4%D0%B0%D1%80%D1%82_(%D0%B7%D0%BD%D0%B0%D

      Царский штандарт в России

      В начале XVIII века Пётр I также собственноручно утвердил ещё один флаг — жёлтое полотнище с двуглавым чёрным орлом, держащим морские карты с изображением Белого, Каспийского и Азовского морей. 1 мая 1703 года русские войска взяли шведскую крепость Ниеншанц, запиравшую вход в Финский залив, и 2 мая Пётр I отметил: «Слава Богу за исправление нашего штандарта во образ святого Андрея… В тот образ четвертое море присовокуплено». Присоединение части побережья Балтийского моря было ознаменовано добавлением четвёртой морской карты на штандарт, и уже 8 сентября 1703 года на новом фрегате, получившем название «Штандарт», был поднят штандарт с четырьмя картами.

      В 1712 году в собственноручно написанном указе Пётр I дал описание штандарта: «Штандарт, чёрный орёл в жёлтом поле, яко Герб Российской империи, имея три короны: две королевских и одну Империальскую, в которого грудях Св. Георгий с драконом. В обеих же главах и ногах 4 карты морских: в правой главе Белое море, в левой Каспийское, в правой ноге Палас Меотис, в левой Синус Финикус и пол Синуса Ботника и часть Ост-Зее»

      Et donc (la description aide à les reconnaitre…) dans l’ordre du texte, ordre chronologique de l’accès de la Russie aux différentes mers :
      • la mer Blanche (bec de droite)
      • la mer Caspienne (bec de gauche)
      • la mer d’Azov (lac Méotide, patte droite)
      • le Golfe de Finlande, le Golfe de Botnie (par leurs noms latins) et une partie de la Baltique (par son nom allemand, Ost-See, mer de l’Est, ce qui vu de Saint-Pétersbourg est une dénomination… originale !) avec le sud-ouest du lac Ladoga dans le coin en haut à droite de la mini carte

      pour les dates d’accès, on peut prendre l’apparition des navires de guerre « à l’occidentale » dans les flottes concernées
      • mer Blanche, pas de navire de guerre, accès de la Moscovie en 1505 (Ivan III) ; peu de concurrence occidentale jusqu’à l’arrivée de navire de commerce anglais en 1553
      • mer Caspienne, 1668
      • mer d’Azov, 1696
      • mer Baltique (par le golfe de Finlande) 1703, le Shtandart, justement.
      https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_ships_of_the_line_of_Russia

      Je ne sais pas trop ce que l’invocation à Saint André vient faire dans le texte de Pierre le Grand, mais la disposition des 4 mini cartes (et le patronage d’André) pourrait bien être à l’origine du choix de la croix de Saint-André comme pavillon de la flotte impériale…

      Note : Ninschanz était le nom de la forteresse suédoise à l’embouchure de la Neva (à l’emplacement de Saint-Pétersbourg, donc).

  • Ukraine Threatens UNCLOS Suit Over Crimean Waters
    http://www.maritime-executive.com/article/ukraine-threatens-unclos-suit-over-crimean-waters

    Ukrainian officials have renewed their announcement of an upcoming suit against Russia for what it describes as illegal activity in sovereign waters off Crimea. 

    Ukrainian Foreign Minister Pavlo Klimkin said Monday that a filing with an international court would come soon. Ukraine plans “a legal action, which pertains to Russia’s violation of its commitments under the Convention on the Law of the Sea,” he told Interfax.
    […]
    The suit was first announced in June, and Ukraine’s foreign ministry said in a statement that it was intended to “protect Ukrainian rights and interests guaranteed by the UN Convention on the Law of the Sea of 1982 by Russia in the Crimean territorial sea, waters of the Black and Azov seas and the Kerch Strait, including rights to natural resources of the continental shelf.

    Russia moved drilling rigs and offshore support vessels to gas fields in waters off Crimea in July, sparking further diplomatic protests.

    Ukraine and Russia have also sparred over the ownership of jack-up rigs: Ukraine asserts that Russian-backed operators effectively stole two multi-million-dollar, high-specification jack-ups by towing them over the maritime border into Russian waters.

  • A Marioupol, l’armée ukrainienne doit faire avec les moyens du bord - Europe - RFI

    http://www.rfi.fr/europe/20150305-marioupol-armee-ukrainienne-moyens-bord-armes-cuisine-volontaires-azov/?ns_mchannel=fidelisation&ns_source=newsletter_rfi_fr_monde&ns_campaign=email&ns

    La trêve semble globalement tenir dans l’est de l’Ukraine, mais l’armée continue de dénoncer une concentration de troupes pro-russes et le survol de drones dans la région de Marioupol, port stratégique sur la mer d’Azov, et dernière grande ville de l’Est rebelle sous le contrôle des forces loyalistes. Des militaires qui manquent de tout, et surtout d’armes.

    Avec nos envoyés spéciaux à Marioupol, Boris Vichith et Anastasia Becchio

    #ukraine

  • Ukraine : Kharkiv et les abords de la mer d’Azov sous tension - Europe - RFI

    http://www.rfi.fr/europe/20150226-ukraine-tensions-confusions-kharkiv-mer-azov/?ns_mchannel=fidelisation&ns_source=newsletter_rfi_fr_monde&ns_campaign=email&ns

    Pour l’instant, le cessez-le-feu semble tenir dans l’est ukrainien. Mais à Kharkiv, la deuxième ville du pays, l’ambiance est tendue après l’attentat à la bombe qui a fait quatre morts lors d’une manifestation pacifique dimanche 22 février. La crainte de futures déstabilisations est réelle. Plus au sud, sur la ligne de front, c’est une autre crainte qui domine : celle de voir Marioupol devenir la prochaine cible des séparatistes.

    Avec nos envoyés spéciaux de l’est de l’Ukraine, Sébastien Gobert et Régis Gente

    #ukraine

  • Reporting on the Front Lines in Ukraine - NYTimes.com
    http://www.nytimes.com/times-insider/2014/08/27/reporting-on-the-front-lines-in-ukraine

    On Tuesday, we drove in this fashion through a narrow corridor more than 70 miles long (and of unclear width) that was recently vacated by the Ukrainian Army, which left empty checkpoints and blown up military vehicles behind, as we moved south from Donetsk to the Azov Sea shore to cover reports of Russian or pro-Russian soldiers crossing the border from Russia to attack a town there.
    (…)
    Now, we’re focusing on the counteroffensive staged from across the Russian border that started over weekend. The Ukrainian retreat could bring pro-Russian forces to the outskirts of the city of Mariupol soon.

    The city is packed with refugees from elsewhere in eastern Ukraine and an important steel industry center. With both sides putting out a good deal of misleading information, it’s important to observe events firsthand, and we might relocate south to cover this development.

    À force de l’annoncer, il semblerait bien que l’intervention russe — et la retraite ukrainienne — se précise et semble viser une ligne Donetsk-Novoazovsk.

    >>>>>

    US Department of State : Russia directing counteroffensive in Donbas
    http://www.kyivpost.com/content/ukraine/us-department-of-state-russia-directing-counteroffensive-in-donbas-362310.

    U.S. State Department spokeswoman Jen Psaki says that Russia is directing a counteroffensive in Donetsk and Luhansk regions, Voice of America reported in the early hours of Thursday, Aug. 28.

  • Battle for Ukraine’s southeast coast heats up
    http://bigstory.ap.org/article/government-held-ukraine-town-hit-rebel-shells

    Pushing west in a new offensive along Ukraine’s strategic coastline, heavily armed Russian-backed separatist forces captured new territory Wednesday far from their previous battles with government troops.

    The bold offensive along a new southeastern front raised the prospect that the separatists are seeking to create a land link between Russia and Crimea, which also would give them control over the entire Azov Sea.

    After a third day of heavy shelling that sent many residents fleeing, rebel fighters with dozens of tanks and armored vehicles entered Novoazovsk, a resort town of 40,000 on the Azov Sea, the mayor told The Associated Press.
    (…)
    The separatist attack appears to have caught government forces off guard, and they were scrambling Wednesday to build up defenses. The offensive also adds to growing evidence that the rebels receive Russian support.

    Oleg Sidorkin, the mayor of Novoazovsk, told the AP by telephone that the rebel forces had rolled into town from positions near Ukraine’s southernmost border with Russia.
    (…)
    In Mariupol, a city of 450,000 about 30 kilometers (20 miles) to the west, defenses were being built up. A brigade of Ukrainian forces arrived at the airport on Wednesday afternoon, while deep trenches were dug a day earlier on the city’s edge. Other troops were blocking traffic from leaving the port heading east.

    Ukraine has already lost more than 750 kilometers (450 miles) of coastline in Crimea, along with a major naval port and significant mineral rights in the Black Sea.

    If the separatists were to seize a land bridge to Crimea that would be a further loss of more than 250 kilometers (150 miles) of coastline. This would also give them or Russia control over the entire Azov Sea and any offshore oil and gas reserves.

    This would leave Ukraine with about 450 kilometers (270 miles) of coastline to the west of Crimea.

    Offensive le long de la mer d’Azov, lien terrestre avec la Crimée, contrôle de la mer d’Azov et de ses gisements.

    Et le gouvernement ukrainien (et ses conseillers) est surpris.

  • Annexion de la Crimée et frontières maritimes
    (essai de synthèse perso)

    Quelles sont les conséquences de l’annexion de la #Crimée sur les frontières maritimes ?
    A priori, la région annexée correspond au territoire de l’ancienne République autonome de Crimée et de la municipalité de Sébastopol. La nouvelle frontière terrestre passerait donc à l’extrémité nord de l’isthme de Perekop puis suivrait la côte sud du Syvach, vers l’ouest-sud-ouest et rejoindrait la mer d’Azov environ au milieu de la flèche d’Arabat (cf. carte ci-dessous, les limites de la RA de Crimée sur Google Maps)

    Dans Wikipédia, l’Ukraine, avant le 11 mars 2014, possédait 2782 km de côtes. La perte de la Crimée devrait l’amputer d’une bonne moitié de cette longueur (WP anglais indique une longueur totale des frontières de la presqu’île de 2500 km)

    • Voyons les conséquences sur les espaces maritimes.
    Partons de la carte publiée par Juan Luis Suárez de Vivero dans Eaux territoriales en Méditerranée et en Mer Noire, rapport pour le Parlement européen de 2010, http://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/etudes/join/2009/431602/IPOL-PECH_ET(2009)431602_FR.pdf sur laquelle, j’ai tracé approximativement en rouge une probable frontière maritime en tenant compte des règles de délimitation.
    Passons rapidement sur la frontière maritime avec la Roumanie dont le contentieux a été presque entièrement réglé par un arrêt de la Cour internationale de justice de février 2009 http://fr.wikipedia.org/wiki/Litiges_territoriaux_roumano-ukrainiens#Détails_du_règlement_du_litige.



    On constate, en tout premier lieu, que deux zones ayant le statut d’eaux intérieures deviennent des espaces à partager entre les pays riverains. À l’ouest, la baie de #Karkinit (on trouve aussi l’appellation baie de #Djarilgach) ne devrait pas poser trop de problème. À l’est, le #Syvach, ou #Mer_Putride, dans le découpage actuel, intégralement attribué à l’Ukraine (oblast de Kherson). Ce qui pourrait poser problème, même si la description qu’en fait Wikipédia n’est que modérément attrayante :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Syvach

    Le Syvach mesure 200 km de long sur 35 km de large pour une superficie de 2 560 km2. Il a une très faible profondeur — sa profondeur maximale est de 3 mètres, avec une moyenne variant entre 50 centimètres et un mètre — ce qui entraîne un échauffement important de ses eaux en été, provoquant ainsi une odeur particulière qui lui a valu son nom de « mer Putride ». Cet échauffement s’accompagne d’une forte évaporation qui rend ses eaux extrêmement salées. Le fond est recouvert d’une couche de vase épaisse de cinq mètres.

    Pour l’histoire, rappelons que le Syvach a été franchi par des offensives militaires par l’armée rouge pendant la guerre civile et a permis l’arrivée de renforts pendant l’offensive de novembre 1943.

    • L’Ukraine perd le contrôle de sa rive du détroit de #Kertch, étroit goulet d’accès à la mer d’#Azov. Se règle ainsi, définitivement (?) le contentieux sur le détroit de Kertch : l’Ukraine avait porté unilatéralement sa frontière en incluant le canal le plus profond, forçant ainsi la Russie à régler des droits de passage…

    Russie et Ukraine évoqueront leur frontière en mer d’Azov | International | RIA Novosti
    http://fr.ria.ru/world/20131022/199617680.html (octobre 2013)

    Après la chute de l’URSS en 1991, l’Ukraine a unilatéralement établi sa frontière maritime dans le détroit de Kertch (qui relie la mer d’Azov à la mer Noire), s’appropriant la partie navigable du détroit. Suite à cette démarche de Kiev, tous les navires russes entrant ou sortant de la mer d’Azov devaient payer des droits de passage. Signé en 2003, l’accord russo-ukrainien sur l’exploitation commune de la mer d’Azov et du détroit frontalier de Kertch considère ces espaces maritimes comme des eaux intérieures communes à la Russie et à l’Ukraine. En juillet 2012, les deux pays ont adopté une déclaration sur le partage des espaces maritimes dans ce secteur contesté.
    Cependant, le problème de la frontière russo-ukrainienne dans le détroit de Kertch n’a toujours pas été réglé de façon définitive.


    Sur la carte ci-dessus, on trouve, en bleu l’ancienne frontière, en rouge, la proposition russe. Hachuré, reliant les deux rives, le projet de pont proposé par la Russie à l’Ukraine en juin 2013.

    Zurabov : Russia to give Ukraine proposal for construction of bridge across Kerch Strait
    https://www.kyivpost.com/content/ukraine/zurabov-russia-to-give-ukraine-proposal-for-construction-of-bridge-across-

    Russia will in the next few days give Ukraine a detailed proposal regarding the construction of a bridge across the Kerch Strait, Russian Ambassador to Ukraine Mikhail Zurabov has said.

    Une présentation (2011) du projet de pont sur le détroit https://www.youtube.com/watch?v=465ziRXKQnQ

    [ru]

    • L’Ukraine perd aussi le contrôle du gisement gazier situé juste au nord de la péninsule de Kertch.


    Sur le site http://ukrainian-energy.com/en/oil_gas_map avec le détail de l’ensemble des licences. Et un zoom sur les champs sur la presqu’île et au nord de Kertch.

    Par exemple, North Kerchenskoye-North Bulganakskoye, le quadrilatère irrégulier situé au nord-est

    In the first quarter of 2007, Shelton Petroleum acquired a 50% interest in the North Kerchenskoye field. The remaining 50% is owned by Chornomornaftogaz. The concession is valid until 2014.

    The block is located approximately 20 km off the coast of Crimean Peninsula in the southern portion of the Azov Sea shelf with water depths of 12 meters.

    North Kerchenskoye concession contains a geological structure indicating a potentially commercial gas deposit. It was located with 2D reflection seismic data in 1970 and was discovered by three wells in 1976 at 1,300 meters. Wells tested at rates up to 70 thousand cubic meters per day, or 400 boe per day, from Miocene age reservoirs. North Bulganakskoye has a daily production of 3,500 barrels of oil equivalent and a cumulative production of seven million barrels from sediments of the same age.

    • Enfin, en mer Noire, l’Ukraine perd l’ensemble des zones de prospection en eau profonde qu’elle avait mises en adjudication #Skifska, #Foroska, #Prikertchinskaya, #Tavriya — soit, en bon français : Scythe, Foros (ville à la pointe sud de la Crimée), parages de Kertch, Tauride.


    Carte issue du rapport présentant les données de prospection sismique pour les explorations menées par Naftogaz Ukraine en 2005, http://blacksea-seismic.com/Ukraine_2d_seismic_brochure_Nov_2012.pdf
    Les traits rouges représentent les profils sismiques réalisés.

    Pour mémoire, ExxonMobil avait rappelé tout récemment qu’il était le bénéficiaire du permis sur Skifska… http://seenthis.net/messages/234467

  • Les autorités russes présentent un projet de canal pour connecter la mer d’Azov et la Mer Caspienne via Stavropol et Krasnodar.

    Ce projet (canal eurasien) reprendrait et complèterait des infrastructures existantes. Il doublerait la liaison Azov-Caspienne existante via le canal Don-Volga, parait-il « vieillissant » et « au maximum de ses capacités de trafic »

    A suivre.

    https://dl.dropbox.com/s/b3ljawza76uzsnf/canal%20azov%20caspian.jpg

    Caspianmonitoring.ru

    http://caspianmonitoring.ru/index.php?id=3&nid=2980

    The construction project of a canal joining the Caspian and the Azov seas is currently under consideration in the Agency of Construction Initiatives under the RF President.

    The idea to connect the Caspian and the Azov seas appeared in the 1930s. Then the Manych Canal starting from the Azov Sea and passing to the Caspian Sea through Krasnodar and Stavropol regions was half-built. The construction was suspended by the war.
    The completion of the Manych navigation canal will make it possible to reduce the time and costs of cargo transportation and to raise the efficiency of the Russian transport network.

    #russie #caucase_nord #canal_don_volga #transport_maritime #mer_caspienne #mer_d_azov

  • Cartographie Propagande Manipulation Staline URSS

    https://dl.dropbox.com/s/h6uypbspqrd6dzz/stalin_propaganda.jpg

    Quelle merveilleuse image...

    Staline pointant son doigt sur l’empire soviétique, sous les regards admiratifs de la foule des komsomolsk et des komsomolska.

    Mais le plus interessant, c’est la carte... Elle montre le canal mer d’Azov - mer Caspienne (Don Volga) et surtout le projet de canal mer Caspienne - mer d’Aral, un vieux fantasme soviétique. Le premier a été construit dans les années 1950, le second n’a jamais existé que dans les rêves de Staline et ses successeurs (il y a aussi un projet qui revient de temps en temps, Aralsib, un canal pour relier la mer d’Aral aux fleuves sibériens...). La folie des hommes qui pensent pouvoir dompter la nature...