naturalfeature:missouri

  • Le Texas songe à appliquer la peine de mort pour les femmes qui avortent - Cosmopolitan.fr
    https://www.cosmopolitan.fr/le-texas-songe-a-appliquer-la-peine-de-mort-pour-les-femmes-qui-avorten

    Les États-Unis vivent une période noire en termes de droits des femmes. Alors que le Missouri souhaite désormais poursuivre les médecins qui pratiqueront des avortements après huit semaines de grossesse, la Géorgie vient d’interdire l’IVG dès le premier battement de cœur du fœtus.

    L’Alabama vient de voter la loi la plus restrictive des États-Unis, en interdisant totalement l’avortement et ce, y compris en cas de viol ou d’inceste. C’est une loi similaire qu’étudie actuellement la Chambre des représentants du Texas depuis le 4 avril dernier.

    La loi HB 896 entend tout d’abord interdire le droit à l’avortement, autorisé actuellement jusqu’à 20 semaines de grossesse au Texas. Mais elle ne s’arrête pas là puisqu’elle prévoit également de donner au foetus les mêmes droits que ceux d’un enfant.

    Comme en Géorgie, le Texas réfléchit en effet à donner lui aussi une identité juridique à l’embryon puis au foetus. Un statut qui permettra de condamner les femmes qui avorteront malgré la loi à une peine de prison pouvant aller jusqu’à la peine de mort. Les médecins, infirmières ou tout autre personnel de santé qui les auront aidées pourront eux aussi être incriminés.

    Tony Tinderholt, élu républicain à l’origine du projet de loi, tentait de convaincre début avril la Chambre des représentants du Texas en expliquant : « je pense qu’il est important de rappeler qu’un conducteur ivre a une peine de prison deux fois plus lourde quand il tue une femme enceinte (...). Je ne suis pas en train de criminaliser les femmes. Ce que je fais, c’est appliquer la même loi pour tous ».
    L’avortement interdit, y compris en cas de viol

    Comme en Alabama, le projet de loi ne considère ni le viol, ni l’inceste comme une exception. Si le projet de loi vient à passer, une femme qui tombera enceinte suite à un viol sera donc dans l’obligation de poursuivre sa grossesse jusqu’à l’accouchement. Un scénario glaçant qui s’est déjà emparé de l’Alabama le 15 mai dernier, après que sa gouverneure, la républicaine Kay Ivy, ait validé le projet de loi, justifiant que « toute vie est un cadeau sacré de Dieu ».

    Selon un décompte de l’Institut Guttmacher, vingt-huit Etats américains ont introduit plus de 300 nouvelles règles afin de limiter l’accès à l’avortement depuis le début de l’année 2019. Derrière ces mesures se cache un objectif clair : celui de pousser la Cour suprême des Etats-Unis à revenir sur l’arrêt Roe vs. Wade, introduit en 1973 et qui reconnaît le droit des femmes à avorter tant que le foetus n’est pas viable.

    #féminicide #ivg #misogynie
    Les « pro-vie » pour la peine de mort ca me laisse toujours songeuse. C’est sympas de te rendre compte que ta vie compte moins que celle d’un tas de cellulles non viable.

  • États-Unis. Ultimes efforts pour sauver la seule clinique du Missouri où avorter - Monde - LeTelegramme.fr
    https://www.letelegramme.fr/monde/etats-unis-ultimes-efforts-pour-sauver-la-seule-clinique-du-missouri-ou


    pas de crédits…

    D’ici samedi, le Missouri pourrait devenir, sauf décision de justice de dernière minute, le premier État américain depuis 1973 à ne plus pratiquer d’avortement, dernier acte d’un assaut conservateur contre ce droit pourtant garanti par la Cour suprême.

    Sous des pancartes « Mon vagin, mon choix » ou « Protégeons les avortements légaux », plus d’un millier de personnes ont défilé, ce jeudi, à Saint-Louis, afin de défendre la dernière clinique pratiquant des IVG dans cet État de six millions d’habitants.

    Les autorités locales l’accusent de ne pas coopérer avec une enquête administrative ouverte après la détection de « lacunes » et menacent de ne pas renouveler sa licence d’exploitation, qui doit expirer ce vendredi soir.

    La puissante organisation Planned Parenthood, qui gère le centre de soins, a introduit un recours en urgence pour bloquer cette décision qualifiée d’« arbitraire, incohérente et illégale ». Le juge Michael Stelzel a entendu leurs arguments ce jeudi matin et devrait rendre une décision rapidement.
    […]
    Au-delà de la clinique de Planned Parenthood, tous les manifestants sont vent debout contre une loi adoptée la semaine dernière par le Missouri, qui interdit aux femmes d’avorter après la 8e semaine de grossesse.

    Comme d’autres mesures restrictives promulguées en Alabama, Géorgie, Mississippi ou Louisiane, cette loi a de fortes chances d’être invalidée en justice parce qu’elle contredit la jurisprudence de la Cour suprême, qui autorise les avortements tant que le fœtus n’est pas viable (vers 24 semaines).

    Ce jeudi, le gouverneur démocrate de Louisiane a promulgué la loi interdisant dans son État les avortements dès que les « battements du cœur » du fœtus sont perceptibles. Cela correspond environ à la 6e semaine de grossesse, un stade où bien des femmes ignorent encore qu’elles sont enceintes.

    Mais l’objectif des promoteurs de ces lois est ailleurs : ils comptent introduire des recours en cascade jusqu’à la Haute cour et misent sur sa nouvelle majorité conservatrice - avec l’arrivée de deux juges nommés par Donald Trump - pour qu’elle revienne en arrière.

  • Avortement : au tour de la Louisiane de restreindre l’IVG | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/177858/loi-anti-avortement-louisiane-etats-unis-democrates

    Ces derniers mois, les lois visant à restreindre l’avortement se sont multipliées dans le Sud des États-Unis. C’est désormais en Louisiane que la Chambre des représentants vient d’adopter une loi interdisant l’avortement dès lors que les premiers battements du cœur de l’embryon peuvent être repérés. Cela revient à interdire l’IVG au-delà de la sixième semaine de grossesse, moment où les battements de cœur commencent généralement à être décelables.
    Une loi portée par des démocrates

    Adopté à 79 pour et 23 contre dans une Chambre contrôlée par les républicains, le projet de loi a cependant été écrit par un sénateur démocrate et a reçu le soutien du gouverneur John Bel Edwards, autre démocrate candidat à la réélection en cette saison législative. Cette configuration est assez nouvelle, les opposants aux lois restrictives sur l’avortement trouvant habituellement leurs soutiens politiques chez les démocrates, depuis que leur parti avait adopté dans les années 1990 un slogan pour un avortement « sûr, légal et rare ».

    Le gouverneur Edwards a cependant un engagement de longue date contre l’avortement, qui avait déjà été un thème mis en avant dans sa précédente campagne de 2015.

    À LIRE AUSSI Voici ce qui arrive concrètement lorsqu’un pays interdit l’avortement

    C. Denise Marcelle, démocrate membre de la Chambre des représentants a déclaré qu’« il devrait être inadmissible que nous restions assis ici à dicter quoi faire avec le corps d’une femme ».

    Le vote a pourtant eu lieu ce mercredi 29 mai, alors qu’une série d’amendements visant à établir des exceptions en cas de viol ou d’inceste ont été rejetés. Seules les femmes présentant un « risque grave » de santé seraient susceptibles d’être autorisées à avorter au-delà de la détection d’un rythme cardiaque fœtal. Les médecins qui pratiqueraient tout de même des avortements risqueraient deux ans de prison.

    À LIRE AUSSI Dans l’État de Géorgie, avorter après six semaines de grossesse c’est risquer la prison. Ou la peine de mort
    Vers une contestation du Roe v. Wade ?

    Les détracteurs du droit à l’avortement espèrent que la vague législative de restriction de l’IVG qui a gagné l’Alabama, la Géorgie, le Kentucky, le Mississippi, le Missouri et l’Ohio, permettra de revenir sur le droit constitutionnel à l’avortement entériné par le Roe v. Wade en 1973, en portant l’affaire devant la Cour suprême.

    La loi doit entrer en vigueur en novembre prochain, mais sera contestée par les mouvements de défense des droits civiques.

    Au Mississipi, un juge de la Cour fédérale de district a récemment bloqué une loi similaire qui devait entrer en vigueur au premier juillet, estimant qu’elle « empêchait le libre choix d’une femme, qui est essentiel à la dignité et à l’autonomie d’une personne ». Dans l’Arkansas, le Kentucky, l’Iowa et le Dakota du Nord, l’application ce type de loi a également été empêchée, en dépit de l’avis favorable des gouverneurs.

    À LIRE AUSSI Je me souviens très bien du comportement de Brett Kavanaugh lorsqu’il buvait

    La nomination à la Cour suprême du juge Brett M. Kavanaugh par le président Donald Trump en octobre 2018 a cependant donné une majorité conservatrice à la Cour suprême, ce sur quoi misent les dits « pro-life » pour revenir sur la jurisprudence concernant le droit à l’avortement.

    • Les hommes hétéros des USA doivent se faire vasectomiser pour ne pas participer à cette torture de masse des femmes. Il serait temps de leur faire comprendre que ces lois font de chacun d’eux un bourreau. Si ils persévèrent dans la sexualité fécondante ils sont coupables de barbarie. Les hommes hétéros qui prennent le risque de féconder des femmes dans les pays interdisant l’IVG sont criminels.
      Leurs penis sont des furoncles.
      Ce qui leur sort de la verge c’est du pus.
      Il va falloir que je fasse un dessin là dessus.

    • Je ne voie pas le rapport entre la contraception masculine et l’extermination de masse. Je ne voie pas non plus de virilisme dans ma volonté de pointé le fait que les femmes ne se fécondent pas seules. Mais merci @igor_babou de me comparé à Solanas, c’est toujours agréable de sentir la peur chez l’oppresseur et de constater que j’ai visé juste.

      #mansplanning #fraternité #déni

      A part ca j’ai écrit un début de nouveau sort, j’en ai demandé la traduction à une amie anglophone pour le faire tournée aux USA afin qu’ @igor_babou ne soit pas le seul nécessiteux à bénéficier de mes bienfaits.

      Aux hommes hétéros des USA et des pays qui interdisent l’IVG qui prennent le risque de féconder.

      Il serait temps de comprendre,
      Que ces lois font de vous des bourreaux.
      Elles font de vos bourses des poires d’angoisses,
      De vos verges, des furoncles,
      Et de votre sperme, du pus
      qui pourrit la vie des femmes par le ventre.

      Faites vous vasectomiser, faites vous contracepter
      Prenez vos responsabilités, arrêtez de féconder
      Et allez militer pour l’IVG.

      Car une grossesse non désirée,
      C’est un viol ininterrompu de 9 mois.
      Vous qui prenez le risque d’ensemencer,
      Dans les pays interdisant l’IVG,
      Vous êtes la lie de l’humanité,
      Votre sperme vous pouvez garder.

      Faites vous vasectomiser, faites vous contracepter
      Prenez vos responsabilités, arrêtez de féconder
      Et allez militer pour l’IVG.

      Vous qui acceptez la baise en pays sans IVG,
      Vos enfants en priorité on doit faire passé.
      Car l’interdiction de l’avortement
      C’est le moyen que vous avez trouvé
      Pour nous imposer votre descendance
      Des violeurs et des tortionnaires.

      Faites vous vasectomiser, faites vous contracepter
      Prenez vos responsabilités, arrêtez de féconder
      Et allez militer pour l’IVG.

      Vous êtes plus ignobles que les législateurs,
      Car c’est de vos pénis que vous détruisez
      Celles que vous prétendez aimer.
      A vous de vous mobiliser
      Et de ne plus êtres les déchets putrides
      Que ces lois font automatiquement de vous.

      Faites vous vasectomiser, faites vous contracepter
      Prenez vos responsabilités, arrêtez de féconder
      Et allez militer pour l’IVG.

      Si vous ne voulez pas être confondus
      Avec un canon chargé à l’agent orange
      C’est à vous de lutter contre Trump
      Et de vous en démarquer.
      Les femmes ne se fécondent pas toutes seules,
      Les fauteurs d’IVG c’est vous.

      Faites vous vasectomiser, faites vous contracepter
      Prenez vos responsabilités, arrêtez de féconder
      Et allez militer pour l’IVG.

      #mégèrisme

    • @igor_babou

      Pour ce que j’en comprends, il n’y aucune connotation génocidaire et/ou viriliste dans les propos de @mad_meg. Ils sont plutôt destinés à instiller, chez ceux qui brandissent à tort et à travers leurs attributs fécondants (et par là même oppressifs), le même dégout révolté que ces comportements inspirent à celles qui en pâtissent.

      Les phallus sont des instruments de domination symbolique autant que des armes de guerre bien concrète. C’est peut-être difficile à intégrer lorsqu’on en est porteur, mais l’enjeu mérite largement de refuser une axiologie faussement neutre.

    • Il ne me semble pas avoir lésiné sur les arguments. Toi tu ne fait que me traiter d’idiote et de nazie. Tu peu quitter seenthis si tu es aussi couillon que tu en as l’air et qu’une personne suffit à te privé de toutes les autres. En attendant je vais te bloquer ca fera des vacances à tout le monde et je te laisse avec ton auto-certificat de mec jamais macho parce qu’il a fait un discours pour soutenir une femme excellente à l’institut prout-prout.

    • Oui c’est ce raccourcie qui lui permet de me traiter de genocidaire.

      en tout cas je remercie cet igor de m’avoir confirmé que je suis sur la bonne voie. Tant que l’IVG est un truc de femmes tout va bien et il n’y a aucun homme dans la discussion, mais dès que le moindre effort de responsabilisation est demandé à un homme les masques tombent. Je relève aussi le manque d’humour total du gonze et comme d’habitude il n’as été voire aucun des liens qui lui ont été fournis car le pouvoir divin de ses couilles sacrée lui donnent la science infuse.

    • en écoutant Liogier dans un débat il explique que les hommes utilisent une « stratégie de méconnaissance » qui n’est pas l’ignorance, mais un choix délibéré de ne pas se former ou étudié un sujet.
      C’est à mon avis la stratégie adopté par ces hommes, méconnaitre intentionnellement la contraception.
      https://seenthis.net/messages/784526

      #domination_masculine #stratégie_de_méconnaissance

      Autre technique de domination mise en évidence dans la meme discusion ; la confusion - le hors sujet.
      exemple - sur #me_too parlé de « on ne peu plus séduir » alors que Metoo dénonce les agressions sexuelles et non la séduction. La séduction n’as aucun rapport avec le sujet.
      exemple - sur un appel à la résponsabilisation des personnes en capacité d’en fécondé d’autres dans des pays interdisant IVG, un dominant répond ; massacre de masse, y a des femmes qui veulent pas d’IVG, et #tone_policy
      #stratégie_de_domination

  • Verso - The Radical origins of international indigenous representation - https://www.versobooks.com/blogs/4329-the-radical-origins-of-international-indigenous-representation

    While Indigenous representation has become a permanent feature at the UN, its radical origins are less well known. The historic 1977 Geneva gathering was preceded by a simpler, but no less monumental, gathering in Standing Rock, along the banks of the Missouri River. In the heat of the Northern Plains summer, 5,000 people from more than ninety-seven different Indigenous nations met from June 8 to 16, 1974. By the end of the week, the International Indian Treaty Council was founded as an international arm of the American Indian Movement (AIM), tasked with gaining international recognition at the UN for Indigenous peoples of the Western Hemisphere. The Treaty Council’s founding document, the “Declaration of Continuing Independence,” foregrounded nationhood and treaty rights as central features of an American Indian political identity. “We condemn the United States of America for its gross violation of the 1868 Fort Laramie Treaty in militarily surrounding, killing, and starving the citizens of the Independent Oglala Nation into exile,” it read, in reference to the brutal crackdown on AIM following their occupation of Wounded Knee in 1973. The Treaty Council appealed to “conscionable nations” to join “in charging and prosecuting the United States of America for its genocidal practices against the sovereign Native Nations; most recently illustrated by Wounded Knee 1973 and the continued refusal to sign the United Nations 1948 Treaty on Genocide.”2 Following the seventy-one-day siege, AIM leadership had been arrested and tied up in court proceedings. Then came the brutal repression under the infamous FBI Counterintelligence Program (COINTELPRO) that nearly destroyed Indigenous, Black, and revolutionary movements in the United States. The strategic turn to international human rights law largely saved the Indigenous movement from utter collapse in a moment of intense state repression.

    #peuples_autochtones #internationalisme #standing_rock

  • Aux Etats-Unis, les créationnistes repassent à l’offensive

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/11/19/aux-etats-unis-les-creationnistes-repassent-a-l-offensive_5217118_3232.html

    Bien qu’en perte de vitesse, le mouvement fondamentaliste qui tente d’empêcher que la théorie de l’évolution soit enseignée à l’école est toujours puissant. Un combat centenaire pour la science se poursuit.

    Assise sur un banc, devant l’arche de Noé « grandeur nature » posée depuis un an dans ce coin de campagne du Kentucky, Rebecca, 39 ans, se remet de ses émotions. Cette mère au foyer venue de l’Indiana sort de la construction imposante édifiée par les fondamentalistes chrétiens de l’organisation Answers in Genesis (AIG), qui défendent une lecture littérale de la Bible. Entre « musée » et parc d’attractions, l’Ark ­Encounter a séduit cette « passionnée d’histoire », profondément croyante.

    « Les dinosaures étaient dans l’arche »

    Dans des cages en bois, au premier étage de l’embarcation longue de 150 mètres, des dizaines de couples d’animaux empaillés, existants ou disparus, font la joie des enfants. Les parents, eux, lisent les panneaux expliquant comment le Déluge a formé le Grand Canyon. Pour Rebecca, « les réponses apportées par le musée sont convaincantes ». Elle y a même découvert que « les dinosaures aussi étaient dans l’arche, avant d’être noyés lorsque les eaux du Déluge se sont retirées ».

    Rebecca fait partie du million de visiteurs qui ont arpenté les trois étages de l’arche depuis son ouverture. Le plus souvent, les voyages sont organisés par les Eglises protestantes du pays. Les responsables du lieu et de son précurseur, le Musée de la Création, ouvert il y a dix ans à 50 kilomètres de là, ne s’en cachent pas : les croyants sont leur cœur de cible. « Nous devons leur donner des outils pour qu’ils défendent leurs convictions. Toutes les Eglises protestantes devraient être sur la même ligne, sans compromis avec la théorie de l’évolution », explique, dans son bureau saturé de livres, Nathaniel Jeanson, « chercheur en biologie et conseiller scientifique » des deux institutions.

    Une manière de conforter le mouvement créationniste qui, bien qu’en perte de vitesse, reste puissant dans le pays. Selon un sondage Gallup publié en mai, 38 % des Américains pensent que Dieu a créé la Terre et l’homme dans sa forme actuelle il y a moins de 10 000 ans. Ce chiffre a beau être historiquement bas, il place toujours les Etats-Unis dans le peloton de tête des pays les plus enclins à douter de l’évolution.

    Le « procès du singe »

    « On peut mettre cette spécificité en partie sur le compte du protestantisme, majoritaire dans le pays, et du principe “scriptura sola”, selon lequel les Ecritures seules font autorité », explique Glenn Branch, vice-président du National Center for Science Education, organisation qui défend l’enseignement scientifique contre les interférences idéologiques. « Ajoutons à cela un éloignement géographique des controverses sur l’évolution au XIXe siècle et une forte décentralisation dans l’enseignement, qui a longtemps permis aux écoles, selon les Etats et les comtés, d’adopter un programme plus ou moins conforme aux convictions religieuses locales. » Depuis près d’un siècle, des militants créationnistes tentent donc d’imposer leurs vues dans l’enseignement. Et l’histoire américaine est jalonnée de décisions de justice mettant aux prises opposants de l’évolution et scientifiques.

    Pionnier en la matière, le professeur John Thomas Scopes est passé à la postérité en 1925 lors du procès dit « du singe ». Cet enseignant de lycée contestait une loi alors en vigueur dans son Etat du Tennessee, le Butler Act, qui interdisait d’enseigner la théorie de l’évolution dans les écoles publiques. Ce texte devait son nom à un élu, John Washington Butler, fermier de profession, pour qui « les évolutionnistes, qui nient l’histoire de la ­Création telle qu’elle est rapportée dans la Bible, ne peuvent pas être chrétiens ».

    Scopes fut condamné à une peine légère, 100 dollars d’amende, mais la victoire médiatique et intellectuelle revint aux évolutionnistes, tant les défenseurs du Butler Act avaient, durant le procès, donné de leurs convictions une image obscurantiste. Néanmoins, le Butler Act prospérera jusqu’en 1967, date à laquelle un autre enseignant décida de le contester. Il emporta cette fois la bataille judiciaire, faisant valoir la « liberté d’expression » inscrite dans le premier amendement de la Constitution américaine.

    Premier amendement

    Cet épisode fondateur est le premier d’une longue série de contentieux, au cours desquels les créationnistes ont subi défaite sur défaite. Ainsi, l’Arkansas tenta à deux reprises de chasser la théorie de l’évolution de ses écoles publiques. Mais, en 1968, la Cour suprême estima cette pratique inconstitutionnelle, affirmant que le premier amendement n’autorisait pas un Etat à imposer ou interdire un enseignement en fonction d’une croyance religieuse. En 1982, la tentative de ce même Etat d’instaurer un enseignement « équilibré » entre évolution et créationnisme fut également rejetée. Depuis les années 1980, les offensives créationnistes de plusieurs Etats ont eu le même sort.

    Après ces revers, les militants anti-évolution ont ajusté leur stratégie. « On peut classer les tentatives politiques pour attaquer l’enseignement de l’évolution aux Etats-Unis en trois vagues », estime Nicholas J. Matzke, auteur d’une étude parue en 2015 dans Science, pour laquelle il a analysé 67 projets de loi ­anti-évolution proposés depuis 2004. Les interdictions pures et simples étant devenues impossibles après 1968, les créationnistes ont tenté d’introduire la notion de « science de la Création », puis de « dessein intelligent » (DI). Ces tentatives ont aussi échoué.

    En 2005, un juge fédéral interdit à un comté de Pennsylvanie d’introduire le « dessein intelligent » dans les programmes scolaires. Le projet affirmait que le DI constituait une explication alternative au darwinisme sur les origines de la vie. Le juge dénia au DI le statut de « science » et, confirmant son lien avec une croyance religieuse, l’exclut des salles de classe.

    Incompréhension

    De même, les tentatives des créationnistes de jouer sur les mots se sont heurtées à la justice. En 2002, un comté de Géorgie fit apposer sur chaque manuel de sciences l’autocollant suivant : « L’évolution est une théorie, pas un fait. » Deux ans plus tard, des parents d’élèves portèrent l’affaire en justice et firent retirer cet avertissement. « Cette tentative illustre l’incompréhension dans le public de ce qu’est une théorie en matière scientifique, note Philip Crowley, enseignant en biologie à l’université du Kentucky. Les créationnistes veulent faire croire que la théorie de l’évolution est sujette à discussion, à évaluation, à controverses car elle ne serait qu’une hypothèse. » En 1996, le pape Jean Paul II, se démarquant des courants chrétiens créationnistes, avait affirmé que « l’évolution est plus qu’une hypothèse ».

    Ces déboires n’ont pas découragé les tenants du créationnisme. Ils s’efforcent désormais de diluer l’évolution dans une série de sujets jugés « polémiques », moins directement liés à la croyance religieuse. Ils appellent à développer « l’esprit critique » des élèves ou à défendre la « liberté académique » des enseignants. Depuis deux ans, les offensives se sont multipliées. Le Missouri a tenté de faire passer un texte qui aurait accordé aux enseignants plus de latitude pour aborder les sujets scientifiques « controversés ». Le Montana a défendu une résolution plaidant pour le développement de la « pensée critique » dans les cours sur les origines de la vie, la sélection naturelle, l’ADN… D’autres Etats, comme le Dakota du Sud, incluent dans ces sujets « polémiques » le réchauffement climatique ou le clonage humain.

    La dernière tentative a eu lieu au printemps, au Texas. Elle entendait donner aux enseignants la liberté d’enseigner « les forces et faiblesses de théories scientifiques existantes ». Là encore étaient cités « le changement climatique, l’évolution biologique, les origines chimiques de la vie et le clonage humain ». Tous ces textes ont été rejetés.

    « Penser différemment »

    M. Crowley reste convaincu que, « devant la justice, les arguments scientifiques finissent toujours par l’emporter ». Mais il reconnaît un regain de procédures dans les Etats du sud et du centre des Etats-Unis. « Ce sont des cycles. Quand il y a une poussée de la droite conservatrice, comme en ce moment, les fondamentalistes reprennent de la voix. » De telles législations sont en vigueur dans plusieurs Etats – le Mississippi, le Tennessee et la Louisiane – et des milliers d’enfants sont exposés à la promotion du créationnisme.

    Mettant en avant sa formation scientifique en microbiologie, M. Jeanson, pilier d’Answers in Genesis, fait partie des militants avides de débat. Dans son nouveau livre, Replacing Darwin (« remplacer Darwin », Master Books), il affirme utiliser la géographie et la biologie plus que les Ecritures pour démontrer « les failles de la théorie de l’évolution ». « Je ne fais pas de l’antiscience. Mais les enfants, qui entendent une chose à l’école, pourront lire mon ouvrage à la maison pour penser différemment. » Car, à ses yeux, le « consensus scientifique » qui rendrait l’évolution inattaquable ne tient pas. « La science est toujours questionnable », assure ce jeune père de famille qui n’hésite pas à convoquer Darwin pour étayer ses dires. « En publiant L’Origine des espèces en 1859, lui-même a fait exploser le consensus du moment. »

    Face à de telles convictions, M. Branch conserve un certain optimisme. « Les enseignants plus jeunes sont mieux formés et, depuis le début des années 2000, on assiste à une centralisation des normes d’enseignement et des programmes au niveau fédéral. » Cela n’a pas empêché les Américains d’élire en 2016 un vice-président fondamentaliste chrétien, Mike Pence, qui, lors d’une audition devant le Congrès en 2002, affirmait : « Darwin n’a jamais pensé l’évolution autrement que comme une théorie. Donc, je voudrais simplement et humblement demander : ne peut-on pas l’enseigner comme telle et envisager aussi d’enseigner d’autres théories sur l’origine des espèces ? » « Ces positions relèvent de la liberté d’expression, conclut, philosophe, M. Crowley. A nous, éducateurs, de lutter contre l’ignorance. » Un combat centenaire.

  • Monsanto : les dessous d’un lobbying - Libération
    http://www.liberation.fr/planete/2017/08/22/monsanto-les-dessous-d-un-lobbying_1591373

    Les cas sont disséminés entre la cour fédérale de San Francisco et des tribunaux dans le Missouri, le Delaware et l’Arizona. Et pas moins de 75 documents relatant des échanges internes de l’entreprise ont été publiés le 1er août sur le site des avocats des parties civiles, le cabinet Baum, Hedlund, Aristei & Goldman (BHAG). Ils révèlent des tentatives d’influencer la communauté scientifique, et viennent relancer une polémique sanitaire vieille de presque quarante ans.

    #Monsanto a rapidement dénoncé la publication de ces mails confidentiels. « Les avocats des plaignants ont décidé de violer les règles du tribunal et de publier des documents, pour faire leur procès auprès de l’opinion publique. C’est malheureux », déplore auprès de Libération Scott Partridge, le vice-président en charge de la stratégie de la firme. Michael L. Baum, associé gérant du cabinet qui défend les plaignants, nous explique : « Nous avons déposé une requête pour demander à ce que les documents produits lors des divulgations deviennent publics. Nous en avons informé Monsanto le 30 juin. Nous les avons rencontrés pour examiner les documents un par un. Ils ont refusé de le faire. Ils avaient trente jours pour contester notre requête. »Entre ces sons de cloche discordants, le juge de la cour fédérale de San Francisco a tenté de trancher. Il a convoqué les deux parties le 9 août et a assuré qu’en n’attendant pas la décision de justice, le cabinet BHAG avait fait preuve de mauvaise foi. Il lui avait laissé jusqu’au 14 août pour déposer des preuves justifiant ses actions. Une nouvelle audience pour déterminer d’éventuelles sanctions se tiendra jeudi.

    #cancer #santé #toxicité #glyphosate

  • In Victory for #Standing_Rock Sioux Tribe, Court Finds That Approval of Dakota Access Pipeline Violated the Law - THE INDIGENOUS AMERICAN
    https://www.theindigenousamericans.com/2017/07/16/victory-standing-rock-sioux-tribe-court-finds-approval-dakot

    Ruling: Trump administration shortcut environmental review; Court seeks additional briefing on whether to shut down pipeline – Washington, D.C. —

    The Standing Rock Sioux Tribe won a significant victory today in its fight to protect the Tribe’s drinking water and ancestral lands from the Dakota Access pipeline.

    A federal judge ruled that the federal permits authorizing the pipeline to cross the Missouri River just upstream of the Standing Rock reservation, which were hastily issued by the Trump administration just days after the inauguration, violated the law in certain critical respects.

    In a 91-page decision, Judge James Boasberg wrote, “the Court agrees that [the Corps] did not adequately consider the impacts of an oil spill on fishing rights, hunting rights, or environmental justice, or the degree to which the pipeline’s effects are likely to be highly controversial.”

    #états-unis #peuples_premiers #nations_premières #peuples_autochtones

  • In Victory for Standing Rock Sioux Tribe, Court Finds That Approval of Dakota Access Pipeline Violated the Law - THE INDIGENOUS AMERICAN
    https://www.theindigenousamericans.com/2017/07/16/victory-standing-rock-sioux-tribe-court-finds-approval-dakot

    The #Standing_Rock Sioux Tribe won a significant victory today in its fight to protect the Tribe’s drinking water and ancestral lands from the Dakota Access pipeline.

    A federal judge ruled that the federal permits authorizing the pipeline to cross the Missouri River just upstream of the Standing Rock reservation, which were hastily issued by the Trump administration just days after the inauguration, violated the law in certain critical respects.

    In a 91-page decision, Judge James Boasberg wrote, “the Court agrees that [the Corps] did not adequately consider the impacts of an oil spill on fishing rights, hunting rights, or environmental justice, or the degree to which the pipeline’s effects are likely to be highly controversial.”

    The Court did not determine whether pipeline operations should be shut off and has requested additional briefing on the subject and a status conference next week.

    #droits_humains #eau #environnement

  • Fighting For, Not Fighting Against: Media Coverage and the #Dakota_Access_Pipeline · Global Voices
    https://globalvoices.org/2017/03/01/fighting-for-not-fighting-against-media-coverage-and-the-dakota-access

    A Media Cloud & Global Voices NewsFrames Collaboration

    Written by Natalie Gyenes, Connie Moon Sehat, Sands Fish, Anushka Shah, Jonas Kaiser, Paola Villarreal, Simin Kargar, Cindy Bishop, Rahul Bhargava, Rob Faris & Ethan Zuckerman

    As part of our collaboration with MediaCloud.org, this article can also be found on the MediaCloud website.

    The deadline for Standing Rock campsite residents to depart their campsites along the Missouri River occurred last Wednesday. The evacuation deadline passed at 2 pm MST, coincidently marking a two year effort to prevent the construction of the Dakota Access Pipeline (DAPL), a conduit spanning 1,172 miles with the purpose of transporting crude oil from North Dakota to Illinois. Representatives from approximately 300 of the 566 recognized Native American tribes in the United States actively participated at the Standing Rock Reservation in North Dakota since April of 2016.

    #peuples_autochtones #résister

  • Rien qu’un matin avec Trump sur WSWS ...

    1. Trump veut interdire aux Chinois l’accès à leurs îles (artificielles ou non) en Mer de Chine méridionale.

    Trump threats on South China Sea heighten risk of nuclear war - World Socialist Web Site

    http://www.wsws.org/en/articles/2017/01/25/pers-j25.html

    Trump threats on South China Sea heighten risk of nuclear war
    25 January 2017

    Just days after taking office, the Trump administration has set course for a conflict with China over the South China Sea that threatens military clashes and war.

    President Donald Trump’s press secretary, Sean Spicer, on Tuesday backed up an earlier assertion by the administration’s nominee for secretary of state, former Exxon Mobil CEO Rex Tillerson, that Washington would bar Chinese access to islets being built up by Beijing in the South China Sea.

    –— --- ---

    2. Trump confirme la nomination d’une milliardaire au poste de ministre de l’éducation, opposée à l’école publique.

    Senate moves toward confirmation of billionaire opponent of public schools - World Socialist Web Site

    http://www.wsws.org/en/articles/2017/01/25/devo-j25.html

    Senate moves toward confirmation of billionaire opponent of public schools
    By Isabelle Belanger
    25 January 2017

    The confirmation of Trump’s pick for education secretary, billionaire proponent of school privatization Betsy DeVos, is being rushed through despite blatant conflicts of interest and her ignorance of basic federal education laws. In a letter Monday, Tennessee Republican Senator Lamar Alexander, chairman of the Senate Committee on Health, Education, Labor & Pensions, rejected Democratic Party requests for a second hearing. The Republican-controlled Senate will vote on the confirmation January 31.

    –— --- ---

    3. Trump veut attaquer et détruire des fragile systèmes de santé.

    Trump nominee defends administration’s assault on health care - World Socialist Web Site

    http://www.wsws.org/en/articles/2017/01/25/pric-j25.html

    Trump nominee defends administration’s assault on health care
    By Kate Randall
    25 January 2017

    In his final appearance before the Senate Finance Committee Tuesday, Rep. Tom Price (Republican of Georgia), Donald Trump’s nominee to head the Department of Health and Human Services (HHS), arrogantly dismissed questioning from committee Democrats about the new administration’s planned assault on Medicare, Medicaid and health care in general.

    –— --- ---

    4. Trump va relancer Keystone XL et Dakota Access pipelines et en même temps empêcher l’EPA (agence pour l’environnement) de surveiller et analyser les effets environnementaux de ces projets.

    Trump’s pro-corporate rampage of reaction
    Executive orders approve Dakota, Keystone pipelines
    By Patrick Martin
    25 January 2017

    President Donald Trump has ordered US government agencies to expedite approval of the Keystone XL and Dakota Access pipelines, running roughshod over opposition by environmentalists and Native American tribes.

    The Dakota Access Pipe Line (DAPL) has encountered impassioned opposition, with thousands gathering despite the deep freeze of the North Dakota winter to block completion of the 1,200-mile-long pipeline, which is to bring oil from the Bakken fields to refineries in the Midwest and South. The pipeline’s final link would cross the Missouri River just north of the Standing Rock Sioux reservation, threatening its water supply and tearing up land deemed sacred in tribal culture.

    #trump #misère #décadence

  • Comment enseigner les faits survenus autour du Dakota Access Pipeline ?

    Dear Critters: I hope you’re all well. I’ve received lots of requests asking about ways to teach the Dakota Access Pipeline (DAPL) issues. I’m very encouraged by all the engagement with the NoDAPL movement - and given the space/place dimensions of the Standing Rock Tribe’s struggles against the pipeline, the member of this list are in a great position to educate students, as I’ve been a follower of this list for awhile now and benefited greatly from it. Lots of scholars in Indigenous Studies and beyond have worked to create materials for teaching Dakota Access Pipeline issues. I added a page to my website that includes as many of these scholarly resources as I know of (including the excellent Standing Rock Syllabus and this special collection), a few of my pieces on NoDAPL, and a bunch of online essays and documents associated with the issues: http://kylewhyte.cal.msu.edu/nodapl

    –-> reçu via la mailing-list « crit-geog-forum »

    #standing_rock #pipeline #North_Dakota #résistance #enseignement #ressources_pédagogiques #peuples_autochtones
    cc @reka

    Quelques sites évoqués dans le mail :
    #StandingRockSyllabus


    https://nycstandswithstandingrock.wordpress.com/standingrocksyllabus
    –-> très très riche !

    Standing Rock, #NoDAPL, and Mni Wiconi

    Thousands of Water Protectors from more than three hundred Native nations, as well as allied supporters from a range of social movements, gathered at the Standing Rock Sioux Indian Reservation in Cannon Ball, North Dakota during 2016 to halt the construction of the Dakota Access Pipeline (DAPL). The DAPL threatens to cross under the Mni Sose (the Missouri River), which is the fresh-water supply for millions of humans and countless nonhuman relations. By blocking settler access to capital through direct action, the enactment of political counterclaims to the land and river through ceremony and legal challenges in U.S. courts, #NoDAPL front-line protectors are directly challenging the fossil-fuel industry’s centrality in colonial accumulation and demonstrating that climate change is indelibly linked to historic and ongoing colonialism and Indigenous erasure and elimination. Contributors to this Hot Spots series consider the social, historical, cultural, and political significance of the #NoDAPL movement, situating it within Oceti Sakowin (Great Sioux Nation) history, leadership strategies and direct action/organizing, Indigenous anticolonial resistance across Turtle Island, and conditions of ongoing state violence against Indigenous bodies and lands.

    https://culanth.org/fieldsights/1010-standing-rock-nodapl-and-mni-wiconi

    Syllabus Materials for Teaching #NoDAPL in Ethics and Other Courses
    http://kylewhyte.cal.msu.edu/nodapl

    La personne qui a écrit le message est aussi sur twitter :
    https://twitter.com/kylepowyswhyte
    Et enseigne à la Michigan state university :
    http://kylewhyte.cal.msu.edu

  • Standing Rock is the civil rights issue of our time – let’s act accordingly | Bill McKibben | Opinion | The Guardian
    https://www.theguardian.com/us-news/commentisfree/2016/nov/29/standing-rock-civil-rights-act-accordingly

    When John Doar died in 2014, Barack Obama, who’d already awarded him the Presidential Medal of Freedom, called him “one of America’s bravest lawyers”. Without his courage and perseverance, the president said, “Michelle and I might not be where we are today”.
    The Standing Rock protests are a symbolic moment
    Neil Young and Daryl Hannah
    Read more

    Doar was the federal lawyer sent south by the Kennedy and Johnson justice departments to keep an eye on the explosive centers of the civil rights movement. Those White Houses didn’t do enough – but at least they kept watch on things. Doar escorted James Meredith to classes at the University of Mississippi, and helped calm crowds at the murder of Medgar Evers; he rescued activists from mobs during the Freedom Rides. A figure of history, in other words.

  • A #NoDAPL Map | The Huffington Post
    http://www.huffingtonpost.com/entry/a-nodapl-map_us_581a0623e4b014443087af35

    When I decided to become a cartographer, I didn’t just want to make pretty and useful maps. I became a cartographer to make maps that change the world for the better. Right now, no situation needs this kind of map more than the current drama unfolding around the Dakota Access Oil Pipeline’s crossing of the Missouri River.

    #cartographie #eau #pipeline #peuples_premiers #gaz #NoDAPL

  • Les Sioux et leurs terres ancestrales de nouveau menacés par l’industrie pétrolière
    http://www.bastamag.net/Les-Sioux-feront-ils-plier-un-gigantesque-projet-d-oleoduc-finance-par-des

    Depuis plusieurs semaines, les Sioux de la réserve de Standing Rock, dans le Dakota du Nord, résistent à un projet d’oléoduc géant. Le « Dakota Access Pipeline » menace leurs terres, leurs sources d’eau et fait peser un risque de pollution supplémentaire sur le Missouri. L’affaire est en train de prendre une envergure nationale aux États-Unis. Une décision de justice provisoire vient de faire cesser temporairement les travaux sur une partie du territoire. Voici le récit de Winona LaDuke, militante et femme politique amérindienne. « Qu’aurait fait Sitting Bull ? », s’interroge-t-elle, en référence au leader historique de la résistance à la colonisation.

    #témoignages, #amériques, #capitalisme, #droit_à_la_terre, #accès_à_l_eau, #gaz_de_schiste

  • A #NoDAPL Map – Northlandia
    https://northlandia.wordpress.com/2016/11/01/a-nodapl-map

    When I decided to become a cartographer, I didn’t just want to make pretty and useful maps. I became a cartographer to make maps that change the world for the better. Right now, no situation needs this kind of map more than the current drama unfolding around the Dakota Access Oil Pipeline’s crossing of the Missouri River.

    Thousands of Native Americans and their allies have gathered on unceded Sioux land delimited by the 1851 Treaty of Fort Laramie to try and stand in the way of the “black snake” that could poison the Standing Rock Reservation’s water supply. Many have noted that the pipeline corridor was repositioned from its original route north of Bismarck after white citizens spoke up against the threat a spill would pose to their drinking water–a threat duly recognized by the U.S. Army Corps of Engineers. Yet the Corps failed its federal mandate for meaningful consultation with the Standing Rock Tribe before signing off on a route that moved the pipeline to their doorstep.

    #cartographie #australi #sémiologie #sémantique #intention_cartographique #réflexion

  • Les Sioux et leurs terres ancestrales de nouveau menacés par l’industrie pétrolière - RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ
    http://slisel.over-blog.com/2016/10/les-sioux-et-leurs-terres-ancestrales-de-nouveau-menaces-par-l-ind

    Depuis plusieurs semaines, les Sioux de la réserve de Standing Rock, dans le Dakota du Nord, résistent à un projet d’oléoduc géant. Le « Dakota Access Pipeline » menace leurs terres, leurs sources d’eau et fait peser un risque de pollution supplémentaire sur le Missouri. L’affaire est en train de prendre une envergure nationale aux États-Unis. Une décision de justice provisoire vient de faire cesser temporairement les travaux sur une partie du territoire. Voici le récit de Winona LaDuke, militante et femme politique amérindienne. « Qu’aurait fait Sitting Bull ? », s’interroge-t-elle, en référence au leader historique de la résistance à la colonisation.

    J’ai la tête plus claire à mesure que je m’approche en voiture. Ma destination est la patrie des Oceti (Sioux) Hunkpapa, la réserve de Standing Rock, dans le Dakota du Nord. C’est le début de la soirée, la lune est pleine. La route qui va vers ces contrées est peu fréquentée. La plupart des Américains ne font que passer en avion au-dessus du Dakota du Nord, sans le voir. Laissez moi vous y emmener. En fermant les yeux, 50 millions de bisons – jadis le plus important troupeau itinérant de la planète – vous reviennent à l’esprit. Le battement de leurs sabots faisait vibrer la Terre, et pousser l’herbe.

    Il y avait alors 250 espèces d’herbe. Aujourd’hui, les bisons ont disparu, remplacés par 28 millions de têtes de bétail, qui ont besoin de grain, d’eau, et de foin. Une grande partie des champs sont cultivés avec une seule variété OGM, tellement imbibée de pesticides que les papillons monarques meurent. Mais dans ma mémoire, l’ancien monde est toujours là.

    En continuant votre route, vous arrivez à la rivière Missouri. Appelée Mnisose, la grande rivière tourbillonnante, par les Lakota, c’est une puissance de la nature. Elle vous coupe le souffle. « La rivière Missouri a une place inébranlable dans l’histoire et la mythologie » des Lakota et des autres nations indigènes des Plaines du Nord, explique l’écrivain Dakota Goodhouse.

    À l’époque d’avant Sitting Bull, la rivière Missouri était l’épicentre de l’agriculture du Nord, en raison de la fertilité de son lit. La région était le Croissant fertile de l’Amérique du Nord. C’était avant que les traités ne réduisent le territoire des Lakota. Mais le Missouri continuait à figurer dans les traités : le dernier, signé en 1868, désignait la rivière comme frontière.

    C’est ainsi que l’on appauvrit un peuple

    Survinrent ensuite les vol de terres par le gouvernement des États-Unis et l’appropriation des Black Hills en 1877, en partie en guise de représailles suite à la victoire de Sitting Bull à la bataille de Little Big Horn. Bien avant le mouvement Black Lives Matter et son homologue indigène Native Lives Matter, de grands leaders comme Sitting Bull et Crazy Horse ont été assassinés par la police.

    Contraints de mener une existence confinée dans leur réserve, les Lakota s’efforcèrent de stabiliser leur société, jusqu’à ce qu’arrivent les barrages. En 1944, le projet Pick Sloan entraîna la submersion de territoires appartenant aux tribus de la rivière Missouri, prenant aux Mandan, aux Hidatsa, aux Arikara, aux Lakota et aux Dakota leurs meilleurs terres basses. Plus de 800 kilomètres carrés des réserves de Standing Rock et de Cheyenne River furent à leur tour submergées par le barrage Oahe lui-même, entraînant non seulement des déplacements de population, mais la perte d’une partie du monde Lakota. La retenue d’eau créée par les barrages Garrison, Oahe et Fort Randall contribua à la destruction de 90% du bois et 75% de la vie sauvage dans les réserves. C’est ainsi que l’on appauvrit un peuple.

    Aujourd’hui, bien plus de deux tiers de la population de Standing Rock vit au-dessous du seuil de pauvreté – la terre et la « Rivière Mère » (le Missouri) sont tout ce qui reste, la seule constante, pour ce peuple. Ce sont précisément elles qui sont aujourd’hui menacées.

    Un projet parachevant la combustion de la planète

    Cette fois, au lieu du 7e régiment de cavalerie, ou de la police indienne envoyée pour assassiner Sitting Bull, ce sont Enbridge [entreprise canadienne impliqué dans de nombreux projets d’oléoducs controversés, NdT] et le Dakota Access Pipeline, un projet d’oléoduc long de 1800 km [1] qui font monter la pression sur ces terres indiennes.

    À la mi-août, le président tribal de Standing Rock, Dave Archambault II, a été arrêté par la police de l’État, avec 27 autres personnes, pour son opposition à l’oléoduc Dakota Access. Dans le même temps, le gouverneur du Dakota du Nord Jack Dalrymple demandait des renforts de police.

    Enbridge et ses partenaires se préparent à forer sous le lit de la rivière. L’oléoduc Dakota Access a reçu les autorisations officielles du côté est comme du côté ouest. Sa portion nord a été déplacée, pour ne pas affecter l’approvisionnement en eau de la ville de Bismarck, vers les sources d’eau de Standing Rock. Pas de chance pour les Lakota.

    Malgré les recours juridiques et réglementaires de ces derniers, la construction du Dakota Access Pipeline a commencé en mai 2016. S’il est achevé, cet oléoduc sinuera à travers le Dakota du Sud et du Nord, l’Iowa et l’Illinois, où il fera sa jonction avec un autre oléoduc, long de 1200 kilomètres, jusqu’à Nederland, au Texas.

    Plus de 570 000 barils de pétrole brut en provenance du gisement de Bakken (à cheval entre les Etats-Unis et le Canada) y seraient quotidiennement acheminés, soit plus de 245 000 tonnes métriques de carbone – suffisamment pour parachever la combustion de notre planète.

    L’oléoduc doit franchir 200 cours d’eau. Dans le seul Dakota du Nord, il traverserait 33 sites historiques et archéologiques. Enbridge vient de faire l’acquisition de ce projet d’oléoduc, constatant que son autre projet – l’oléoduc Sandpiper, qui acheminerait 640 000 barils de pétrole par jour vers le Minnesota – est désormais en retard de trois ans sur les prévisions.

    Procédure d’autorisation accélérée

    Fin juillet, la tribu Sioux de Standing Rock, représentée par l’organisation Earthjustice, a déposé plainte devant un tribunal de Washington contre l’US Army Corps of Engineers [l’administration fédérale en charge de nombreux grands projets d’infrastructures, NdT]. Standing Rock a également déposé un recours auprès de l’Organisation des Nations-Unies, en coordination avec l’International Indian Treaty Council [une organisation internationale de peuples indigènes, NdT].

    Comme l’explique le président Archambault dans les colonnes du New York Times :« Aussi bien l’Agence fédérale de protection de l’environnement, le Département de l’Intérieur que le Conseil consultatif national sur le patrimoine historique ont soutenu le renforcement de la protection du patrimoine culturel de notre tribu, mais le Corps of Engineers et Energy Transfer Partners [le consortium qui porte le projet Dakota Access Pipeline, NdT] ont ignoré nos droits. La première version de l’évaluation du tracé proposé à travers nos terres ancestrales et protégées par traités, réalisée par l’entreprise, ne mentionnait même pas notre tribu. »

    « Le Dakota Access Pipeline a bénéficié d’une procédure d’autorisation accélérée dès le premier jour, appelée Nationwide Permit nº12, qui exempte l’oléoduc de toutes les évaluations environnementales requises requises par le Clean Water Act et le National Environmental Policy Act [importantes lois sur l’eau et l’environnement, NdT] en le traitant comme une série de petits chantiers. »

    « Le projet a été approuvé en un éclair, sans plus d’examen, par les quatre États concernés. »

    Dans l’Iowa, où la construction de l’oléoduc a démarré, trois incendies se sont déclarés, endommageant sérieusement les équipements, pour un coût estimé d’un million de dollars. Selon le shérif du comté, les enquêteurs soupçonnent un incendie volontaire. En octobre 2015, trois agriculteurs de l’Iowa ont déposé plainte contre l’entreprise Dakota Access LLC et l’administration de l’Iowa pour essayer d’empêcher le recours au droit d’expropriation pour utilité publique de leurs terres pour la construction de l’oléoduc.

    Menace pour la rivière Missouri

    Il n’est tenu aucun compte de la santé de la rivière Missouri. Depuis que celle-ci a été couverte de barrages, de nouveaux projets sont venus affecter davantage son état écologique. Aujourd’hui, le Missouri est la septième rivière la plus polluée des États-Unis. Les rejets agricoles et, désormais, la fracturation hydraulique ont contaminé la rivière. Ma sœur a pêché un brochet crocodile, une espèce préhistorique de poisson géant, dans cette rivière ; il était couvert de tumeurs.

    Un seul exemple : suite à un accident survenu sur un oléoduc en janvier 2015, une fuite massive d’eau saline a atteint le Missouri. Avec l’aplomb coutumier aux agences fédérales ou d’État, le directeur de la Santé du Dakota du Nord, David Glatt, a déclaré qu’il ne s’attendait pas à des effets dommageables pour la vie sauvage ou l’approvisionnement en eau potable, car cette eau serait diluée. Comme dit le dicton,« la solution à la pollution est la dilution ». Pratique. Sauf que ce n’était pas vrai. Deux rivières, Black Creek et Little Muddy River, se sont retrouvées contaminées par presque 11 millions de litres d’eau saline, présentant des taux élevés de chlorures. Tout était dilué. Mais on a tout de même trouvé ce brochet avec ses tumeurs.

    Il y a des oléoducs partout, et moins de 150 inspecteurs dans l’administration chargée de la surveillance de ces ouvrages, la Pipeline Hazardous Materials Safety Administration ou PHMSA, dans tout le pays. S’y ajoutent désormais les risques du pétrole.

    Les entreprises qui gèrent les oléoducs se vantent généralement de leur taux de sûreté de 99 %. Une ancienne éditrice du magazine Scientific American, Trudy Bell, rapporte que les données de la PHMSA de 2001 à 2011 suggère qu’en réalité, l’oléoduc moyen « présente, sur une période de dix ans, une probabilité de 57% de subir une fuite majeure, avec des conséquences se chiffrant à plus d’un million de dollars ». Les probabilités sont contre nous.

    Conseiller de campagne de Donald Trump

    À Standing Rock, alors que le nombre de manifestants passait de 200 à 2000, les forces de police de l’État décidèrent de mettre en place un checkpoint pour filtrer les arrivées et de détourner du trafic vers l’autoroute 1806 allant de Bismarck à Standing Rock, afin de dissuader les venues et mettre sous pression le Prairie Knights Casino (un casino géré par des membres de la communauté indienne, NdT), situé dans la réserve, et desservie par cette même route.

    Nous venons de dépasser celui-ci en voiture ; la route est somptueuse. Et à mesure que les soutiens arrivent en masse, l’hôtel et les restaurants du casino sont pleins à craquer.

    Tandis que les autorités du Dakota du Nord cherchent ainsi à punir les Lakota, le président Archambault, lui, exprime sa préoccupation : « Je suis ici pour informer quiconque voudra m’écouter que le projet Dakota Access Pipeline est dommageable. Il ne sera pas seulement dommageable pour mon peuple, mais son objectif et sa construction nuiront également à la qualité de l’eau dans la rivière Missouri, qui figure parmi les rivières les plus propres et les plus sûres de tous les États-Unis. Contaminer l’eau, c’est contaminer la substance de la vie. Tout ce qui bouge a besoin d’eau. Comment peut-on parler de délibérément empoisonner l’eau ? »

    Dans le même temps, le gouverneur du Dakota du Nord Jack, Dalrymple, a déclaré l’état d’urgence et mobilisé de nouvelles ressources « pour gérer les risques pour la sécurité publique liés aux manifestations actuelles contre le Dakota Access Pipeline ». Il pourrait bien avoir outrepassé ses prérogatives en violant les droits humains et civils, dont le droit à l’eau.

    Selon les termes du président Archambault, « il n’y a peut-être que dans le Dakota du Nord, où les élus bénéficient des largesses des magnats du pétrole, et dont le gouverneur, Jack Dalrymple, est un conseiller de campagne de Donald Trump, que les autorités d’un État et d’un comté peuvent jouer ainsi le rôle d’agents armés des intérêts des multinationales ».

    « Les gens se souviennent de leur histoire »

    De nombreuses personnes présentes aujourd’hui à Standing Rock se souviennent de leur histoire et notamment de la longue confrontation de Wounded Knee en 1973 (site du massacre de centaines d’hommes, de femmes et d’enfants Sioux en 1890, Wounded Knee fut occupée en 1973 pendant plus de deux mois par des militants indigènes encerclés par la police et l’armée. La confrontation a fait deux morts). De fait, il y a parmi les militants de Standing Rock des gens qui étaient déjà en 1973 à Wounded Knee, une lutte similaire pour la dignité et l’avenir d’une nation.

    Je ne sais pas à quel point le Dakota du Nord souhaite la construction de cet oléoduc. S’il doit y avoir une bataille à propos de ce projet, c’est ici qu’elle aura lieu. Face à un peuple qui n’a plus rien que sa terre et sa rivière, je ne parierai pas forcément sur ses chances.

    Le grand leader Lakota Mathew King a dit naguère que « la seule chose plus triste qu’un Indien qui n’est pas libre, c’est un Indien qui ne se souvient pas ce que c’est d’être libre ».

    Le campement de Standing Rock représente cette même lutte pour la liberté et pour l’avenir d’un peuple. De nous tous. Si je me posais la question « Que ferait Sitting Bull ? », la réponse est claire. Il nous rappellerait ce qu’il disait il y a 150 ans :« Réunissons nos esprits pour voir quel avenir nous pouvons construire pour nos enfants. » Le moment est venu.

    Winona La Duke

    Témoignage initialement paru sur le site Yes Magazine ! sous licence Creative Commons. Traduit de l’anglais par Susanna Gendall.

    Photos : Joe Brusky CC                                   

    http://www.bastamag.net

  • Do Not Resist
    http://www.nova-cinema.org/prog/2016/156-war-is-over/affaires-interieures/article/do-not-resist

    Craig Atkinson 2016, US, HD, vo non sous-titré, 73’ Depuis que l’armée américaine est active au Moyen Orient, on observe une militarisation inquiétante des forces de l’ordre aux Etats-Unis… A tel point qu’au détour d’une rue, on se croirait à Falloujah ! C’est ce que dévoile avec acuité « Do Not Resist », premier documentaire d’un chef opérateur indépendant, aguerri aux tournages engagés. Démarrant sur l’encadrement des manifestations à Ferguson dans le Missouri suite au décès de Michaël Brown (jeune afro-américain tué le 9 août 2014 par la police locale), "Do (...) vendredi 30 septembre 2016 - 22h , samedi 15 octobre 2016 - 18h , dimanche 23 octobre 2016 - 19h , Craig (...)

  • Les Sioux et leurs terres ancestrales de nouveau menacés par l’industrie pétrolière
    http://www.bastamag.net/Les-Sioux-feront-ils-plier-un-gigantesque-projet-d-oleoduc-finance-par-des

    Depuis plusieurs semaines, les Sioux de la réserve de Standing Rock, dans le Dakota du Nord, résistent à un projet d’oléoduc géant. Le « Dakota Access Pipeline » menace leurs terres, leurs sources d’eau et fait peser un risque de pollution supplémentaire sur le Missouri. L’affaire est en train de prendre une envergure nationale aux États-Unis. Une décision de justice provisoire vient de faire cesser temporairement les travaux sur une partie du territoire. Voici le récit de Winona LaDuke, militante et (...)

    #Témoignages

    / #Amériques, #Capitalisme, #Droit_à_la_terre, #Accès_à_l'eau, A la une, #Gaz_de_schiste

  • Obama administration orders ND pipeline construction to stop | TheHill
    http://thehill.com/policy/energy-environment/295223-obama-administration-orders-nd-pipeline-construction-to-stop

    The Obama administration said it would not authorize construction on a critical stretch of the Dakota Access pipeline, handing a significant victory to the Indian tribe fighting the project the same day the group lost a court battle.

    The administration said construction would halt until it can do more environmental assessments.

    The Department of Justice, the Army and the Interior Department jointly announced that construction would pause on the pipeline near North Dakota’s Lake Oahe, a major water source on the Missouri River for the Standing Rock Sioux Tribe.

    The agencies will now decide whether they need to reconsider permitting decisions for the pipeline under the National Environmental Policy Act.

    #Dakota #pétrole #pipeline #peuples_autochtones #écologie

  • Grosse rentrée au cinéma Nova (selection perso)

    Do Not Resist de Craig Atkinson
    http://www.nova-cinema.org/prog/2016/156-war-is-over/affaires-interieures/?lang=fr#article-17201

    Depuis que l’armée américaine est active au Moyen Orient, on observe une militarisation inquiétante des forces de l’ordre aux Etats-Unis… A tel point qu’au détour d’une rue, on se croirait à Falloujah ! C’est ce que dévoile avec acuité « Do Not Resist », premier documentaire d’un chef opérateur indépendant, aguerri aux tournages engagés. Démarrant sur l’encadrement des manifestations à Ferguson dans le Missouri suite au décès de Michaël Brown (jeune afro-américain tué le 9 août 2014 par la police locale), « Do Not Resist » chemine à travers le pays de l’Oncle Sam au cœur du système policier. On y apprend notamment que le gouvernement fédéral a mis en place un programme facilitant le rachat de véhicules blindés de l’armée, endettant toujours plus de paisibles municipalités. Et malgré une société civile critique, dont des vétérans de la guerre en Irak, la machine sécuritaire est en route, les policiers semblant adhérer aux nouvelles technologies du marché. Conférences, symposiums, entraînements et interventions démonstratives jalonnent le film, jusqu’à une vision glaciale d’une société gérée en sous traitance par le secteur privé. A l’heure où tout citoyen devient suspect, « Do Not Resist » est d’une actualité brûlante. En exclusivité européenne sur l’écran du Nova !

    http://www.donotresistfilm.com
    https://vimeo.com/178977261

    Programmation Iraq : Mission Accomplished Year 13
    dont
    Cycle Poitras (9 et 11 septembre)
    http://www.nova-cinema.org/prog/2016/156-war-is-over/iraq-mission-accomplished-year-13/?lang=fr#article-17186
    BIAFRA (7 & 8/10)
    http://www.nova-cinema.org/prog/2016/156-war-is-over/complement-biafra/?lang=fr

    et j’en passe.

    #cinema #bruxelles #nova_cinéma #documentaire #police #militarisation

  • À peine sorti, le jeu vidéo pour mobile Pokémon Go est déjà un phénomène mondial. Grâce à la géolocalisation et via la caméra du smartphone, il permet de traquer les petites créatures colorées directement dans l’espace physique environnant. Une réalité « augmentée » qui entraîne quelques situations incongrues. En 2000, un an après la sortie du premier jeu #Pokémon en Europe, Ignacio Ramonet se demandait déjà ce que signifiait l’irruption de ces « mutants gentils » dans nos vies quotidiennes.

    https://www.monde-diplomatique.fr/2000/08/RAMONET/1910 #st


    http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2016/07/11/la-beaute-et-l-absurdite-de-pokemon-go_4967754_4832693.html

    Certains des premiers vrais incidents liés au jeu ont été un peu surmédiatisés : dans le Missouri, quatre personnes ont été arrêtées, soupçonnées d’avoir attiré des joueurs, grâce à leur géolocalisation, dans des lieux isolés pour les détrousser ; dans le Wyoming, la poursuite d’un « Pokémon eau » caché dans une rivière a amené une adolescente à sauter une barrière et tomber sur un cadavre.

    http://zinc.mondediplo.net/messages/32713 via Le Monde diplomatique

  • Holocaust survivor and activist for justice Hedy Epstein dies at 91
    Activism Mondoweiss Editors on May 26, 2016
    http://mondoweiss.net/2016/05/holocaust-survivor-activist
    https://o.twimg.com/2/proxy.jpg?t=HBhUaHR0cDovL21vbmRvd2Vpc3MubmV0L3dwLWNvbnRlbnQvdXBsb2Fkcy8yMDE

    he following obituary for Hedy Epstein was sent to us by Dianne Lee. Epstein was a friend and mentor to us at Mondoweiss, and she will be sorely missed.

    Holocaust survivor Hedy Epstein , 91, died at her home in St. Louis, Missouri, USA, on May 26, 2016. An internationally renowned, respected and admired advocate for human and civil rights, Hedy was encircled by friends who lovingly cared for her at home.

    Born August 15, 1924, in the Bavarian region of Germany, her lifelong commitment to human rights was formed by the horrific experiences she and her family endured under the repressive Nazi regime.

    • Survivante de l’Holocauste et émeutière
      http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Survivante-de-l-Holocauste-et-emeutiere-23804242

      Hedy Epstein, 90 ans, a été arrêtée par la police lundi dans le Missouri, car elle participait à un rassemblement après la mort d’un jeune adolescent noir abattu le 9 août dernier par un policier.


      C’est un drôle de cadeau d’anniversaire. Trois jours après avoir fêté ses 90 ans, Hedy Epstein a été interpellée par la police lundi 18 août, à Saint-Louis. La nonagénaire fait partie des huit personnes arrêtées après l’organisation d’une manifestation pacifique de protestation après la mort de Michael Brown, un jeune Noir abattu par la police au début du mois d’août.

      L’objectif de la manifestation, qui s’est terminée devant les locaux du gouverneur Jay Nixon, à l’origine de la décision de déployer la Garde nationale pour tenter de contenir les débordements, était de dénoncer le déploiement de l’armée dans cette banlieue de Saint-Louis. « Je manifeste depuis que je suis adolescente. Je ne pensais pas que je ferais encore ça à 90 ans », a-t-elle expliqué à « The Nation » lors de son interpellation pour « refus de dispersion ». « Nous devons nous indigner aujourd’hui pour que les gens n’aient pas à le faire lorsqu’ils auront 90 ans. »

      L’arrestation de cette mamie a provoqué une vague d’indignation aux Etats-Unis, d’autant plus qu’Hedy Epstein est loin d’être une inconnue. Née à Fribourg-en-Brisgau (en Allemagne) en 1924, elle échappe à l’Holocauste en fuyant vers l’Angleterre, tandis qu’une grande partie de sa famille périra à Auschwitz. Depuis, la nonagénaire est de tous les combats sur les droits humains. Elle avait par exemple été accusée de faire la promotion du terrorisme il y a dix ans, car elle comparaît la situation des Palestiniens et celle des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale. En 2008, si sa santé le lui avait permis, elle aurait embarqué à bord d’un bateau de la flottille humanitaire pour Gaza.

      C’est donc en toute logique qu’Hedy Epstein s’est engagée auprès des manifestants pour dénoncer la brutalité policière après la mort de Michael Brown à Ferguson.

      http://www.democracynow.org/2014/8/20/stop_the_violence_from_ferguson_to

  • La fouille des cheveux des femmes noires dans les aéroports américains fait polémique Yohan Blavignat Publié le 19/01/2016 Le figaro

    Johnetta Elzie a dénoncé cette pratique douloureuse et discriminatoire qu’elle a subie début janvier à l’aéroport de Chicago. Après son témoignage, des centaines de femmes ont raconté avoir subi le même traitement.
    Aux États-Unis, les cheveux des femmes noires sont régulièrement fouillés lors des contrôles dans les aéroports. C’est en tout cas ce que dénonce Johnetta Elzie, une jeune Afroaméricaine très engagée dans la cause pour les droits des noirs aux États-Unis, au magazine américain Teen Vogue et à Slate.fr.


    Choquée, la jeune femme a partagé cette pratique discriminatoire qui fait polémique dans ce pays où la question du racisme refait régulièrement surface. En raison de la nature de ses cheveux, tréssés et crépus, elle raconte son calvaire subi à l’aéroport de Chicago alors qu’elle voulait rejoindre la ville de Saint-Louis, dans le Missouri. « J’ai eu tellement mal que je lui ai crié dessus. C’était un réflexe car j’ai vraiment eu mal », témoigne-t-elle. L’agent de sécurité, lui, n’a pas semblé s’émouvoir de sa réaction. « J’ai ressenti qu’on me manquait de respect. Il fallait vraiment que je réagisse. Elle m’a regardé avec beaucoup d’étonnement, comme si elle avait peine à croire que je puisse avoir mal », poursuit la jeune femme.

    Une fois la fouille terminée, Johnetta Elzie partage immédiatement son expérience sur Twitter. À sa grande surprise, la jeune femme, membre du mouvement #BlackLivesMatter, qui dénonce le racisme dans la société américaine, reçoit alors des « centaines de réponses de femmes noires qui racontent une histoire semblable », explique-t-elle à Slate.fr. Dans les colonnes de Teen Vogue, Johnetta Elzie confie qu’à chaque contrôle, elle prie pour « tomber sur un agent de sécurité noir pour éviter ce genre de désagrément ».

    http://www.lefigaro.fr/international/2016/01/19/01003-20160119ARTFIG00239-la-fouille-des-cheveux-des-femmes-noires-dans-les

    #racisme #USA #controle #fouille #aéroports #cheveux

  • Matrix.org | A new basis for open, distributed, real-time communication
    http://matrix.org

    #Matrix is an open standard for decentralised communication, providing simple HTTP APIs and open source reference implementations for securely distributing and persisting JSON over an open federation of servers.

    You can use Matrix for…

    Decentralised Group Chat
    Fully distributed persistent chatrooms with no single points of control or failure

    WebRTC Signalling
    Web-friendly signalling transport for interoperable VoIP and video calling

    Internet of Things
    Exchanging and persisting data between devices and services
    …and anywhere else you need a common data fabric to link together fragmented silos of communication.

    si vous voulez m’y causer je suis @fil:matrix.org

    #cccp

    et une interview (qui date d’un an) de Matthew Hodgson sur le projet
    https://bloggeek.me/matrix-webrtc-interview

    et des nouvelles plus récentes :
    http://matrix.org/blog/2015/09/07/matrix-one-year-in

    • Il faut prendre un navigateur compatible avec WebRTC (Firefox ou Chrome, mais à priori pas Safari), se rendre sur https://vector.im/beta ; en bas, demander la création d’un compte.

      On reçoit alors un email de confirmation ; on valide, puis on se connecte à nouveau sur https://vector.im/beta

      Ensuite il devient possible d’ajouter quelqu’un à une conversation en saisissant son adresse, dans mon cas @fil:matrix.org

    • @b_b:matrix.org arrive à rejoindre un chan irc, mais je ne vois pas comment contacter quelqu’un en privé...

      Trouvé, c’était bien caché... il faut cliquer sur soi dans la liste des membres du chan, et là on trouve le bouton Leave :)

    • Dans le canal https://vector.im/beta/#/room/#matrix-fr:matrix.org il y a des infos intéressantes sur le projet :

      Amandine
      (...) il y a aussi des entreprises qui construisent des choses à vocation plus commerciales, notamment l’équipe d’Open WebRTC chez Ericsson qui bossent pas mal avec nous

      en fait l’équipe est partagée entre Rennes et Londres
      avec une orientation plutot back-end à Londres et front-end à

      Adev
      C’est un projet à but commercial initialement ?

      Amandine
      à la base on travaille tous dans la meme entreprise (Amdocs) et on développe des applis mobiles type Skype etc pour les opérateurs (notre principal déploiement est blah pour TIM Brasil)
      Mais on trouvait que l’industry avait besoin d’un standard ouvert et pragmatique de communication (après avoir joué plusieurs années avec XMPP et SIP) et on a réussi à convaincre le management d’Amdocs de financer Matrix.org qui est à but non-lucratif et en cours d’incorporation en tant que tel (en gros on finalise la paperasse légale)
      donc Matrix.org est indépendant à but non-lucratif, parce que pour que ça marche il faut que tout le monde l’utilise, pas que Amdocs

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Amdocs

    • Mettons-le là :

      - Not particularly web-friendly - you can’t easily speak XMPP from a web browser. (N.B. Nowadays you have options like XMPP-FTW and Stanza.io that help loads with letting browsers talk XMPP).
      – Single logical server per MUC is a single point of control and availability. (MUCs can be distributed over multiple physical servers, but they still sit behind a single logical JID and domain. FMUC improves this with a similar approach to Matrix, but as of Oct 2015 there are no open source implementations.)
      – History synchronisation is very much a second class citizen feature
      – Stanzas aren’t framed or reliably delivered without extensions. (See wiki.xmpp.org for an XMPP take on this)
      – Multiple device support is limited. (Apparently Carbons and MAM help with this)
      – Baseline feature set is so minimal that fragmentation of features between clients and servers is common, especially as interoperability profiles for features have fallen behind (as of July 2015)
      – No strong identity system (i.e. no standard E2E PKI, unless you count X.509 certs, which are questionable)
      – Not particularly well designed for mobile use cases: push; bandwidth-efficient transports. (Since the time of writing a Push XEP has appeared, and wiki.xmpp.org claims that XMPP runs “fine” over a 9600bps + 30s latency link.)

      We think of Matrix and XMPP as being quite different; at its core Matrix can be thought of as an eventually consistent global JSON db with an HTTP API and pubsub semantics - whilst XMPP can be thought of as a message passing protocol. You can use them both to build chat systems; you can use them both to build pubsub systems; each comes with different tradeoffs. Matrix has a deliberately extensive ‘kitchen sink’ baseline of functionality; XMPP has a deliberately minimal baseline set of functionality.

      Dans cette FAQ, ils font référence plusieurs fois à une page sur le wiki de XMPP, et on a presque l’impression que cette page a été faite pour répondre aux critiques principales formulés par Matrix :
      http://wiki.xmpp.org/web/Myths

      =====

      Sinon une interview d’un co-fondateur :
      https://bloggeek.me/matrix-webrtc-interview

      Avec une vision à long terme…

      Meanwhile, the bigger vision is to use Matrix’s cryptographically secure eventually-consistent distributed message history to provide a robust decentralized messaging layer for the internet of things.

      cc @goffi aussi, pour le sujet, vu qu’il n’est pas dans les suiveureuses du thread :)

      #XMPP #messagerie #historique #pubsub #HTTP #API #JSON #standard #protocole #internet_des_objets

    • Cette page a en effet été faite explicitement pour répondre aux critiques qui sont pratiquement toutes infondées.

      Pour la petite histoire, j’ai découvert Matrix pour la première fois au Fosdem en début d’année, ils étaient voisins de notre stand. J’ai vu la conférence, c’était intéressant mais rien d’extraordinaire non plus (tout le monde a applaudi quand il y avait la vidéo alors que c’était un simple WebRTC, c’est plutôt Mozilla qu’il faut applaudir ici). Déjà dans cette conf, il se sont mis beaucoup en opposition de XMPP.

      Là où ça se gâte, c’est qu’ils font ça systématiquement, des attaques à charge contre XMPP, non seulement en conf (et ils en font beaucoup, ils ont visiblement un très gros budget marketing), mais sur le net (Twitter, hackernews on peut systématiquement les voir quand il y a un article sur XMPP, même
      en français comme dans un des mes journaux sur XMPP où j’ai dû répondre : https://linuxfr.org/users/goffi/journaux/parlons-xmpp-episode-6-les-commandes-a-distance#comment-1615075).

      La critique est OK quand elle est fondée (et avec un minimum de forme), mais la plupart de leurs arguments (si ce n’est tous) sont faux ou approximatifs, au point que la communauté XMPP a dû réagir et répondre. On a vraiment l’impression qu’ils voient XMPP comme leur principal concurrent (ce qui est probablement vrai), et qu’ils veulent l’abattre.

      Bref, j’avais eu un premier contact plutôt curieux, en me disant pourquoi pas (j’ai même mentionné Matrix comme une technologie intéressante dans une de mes confs), mais depuis c’est devenu vraiment lourd et ils ont réussi à passer dans la case « je n’aime pas », ce qui est rare pour un projet libre.

      Sur le plan technologique c’est donc intéressant sans être extraordinaire, mais sur l’a côté Matrix a tout fait pour se mettre la communauté XMPP à dos (et ils ont réussi).

      MàJ : mauvais lien corrigé
      MàJ 2 : un exemple de conversation houleuse entre Dave Cridland (très impliqué dans la communauté XMPP, développeur OpenFire, membre du « council » XSF) et Matrix : https://twitter.com/DwdDave/status/630849678347739136

    • merci @goffi — j’aurais effectivement dû te citer dans la conversation.

      Mes deux sous : ce qui me semble faire l’attrait de Matrix aujourd’hui c’est peut-être plus l’interface que l’aspect techno. C’est facile de s’inscrire, le client Web est assez agréable à utiliser, et il ouvre sans complications l’accès à tout ce qu’il faut (échange de fichiers, upload d’images, vidéo et son, et passerelle irc qui permet de ne pas être « tout seul » au début).

    • C’est effectivement ce qu’il manque à XMPP des client intuitifs qui gèrent tout, et c’est une grosse partie du travail de Movim, Jappix, BuddyCloud et SàT.

      Le truc aussi est que nous travaillons avec les standards, et c’est donc beaucoup plus long que quand on fait tout en interne (on doit discuter avec beaucoup de monde pour avancer).

      En tout cas ce que tu cites on le gère (sauf la vidéo et le son, mais y’a déjà une grosse partie du travail fait), mais tout n’est pas encore accessible dans l’interface web (ça va venir sûrement assez vite). On devrait sortir une nouvelle version aujourd’hui d’ailleurs.

      Movim aussi gère l’upload maintenant, et la passerelles IRC on utilise Biboumi (par un des auteurs de Poezio) qui est excellent.

      On sort donc une version aujourd’hui, je ferai signe sur SeenThis, on apprécierait les retours justement :).

    • @ben @odilon j’ai testé avec un compte sur matrix.org, je trouve ça fluide et pas trop dur à utiliser. Je prends pas toute la mesure de la discussion sur les protocoles, mais je sais qu’au niveau des clients xmpp (à part adium sur mac) je me suis toujours cassée les dents, mais c’était il y a plusieurs années, je n’ai pas réessayé depuis. Tiens, je vais essayer salut à toi , pour voir.

    • @goffi parle de marketing ... Wikipédia à propos de Amdocs :

      Amdocs est une entreprise de services du numérique fondée en 1982 en Israël et basée à Chesterfield dans le Missouri. ... Effectif 22000 en 2015

      C’est possible que dans une boite de 22000 personnes il y ait quelques personnes payées pour marketter ;)

    • @fil @goffi une grosse fonctionnalité de Matrix, qui fonctionne dès le départ, c’est le truc de l’historique synchronisé, qui est toujours le même pour tout le monde à l’intérieur d’une même discussion (de 2 ou plus personnes peu importe). Ce qui permet d’avoir toujours la même « vue » chez chaque participant, et de pouvoir chercher à l’intérieur, en arrière, même quand on est pas arrivé depuis le début, et surtout : même quand on s’y connecte depuis un autre client, une autre machine, qui n’avait encore aucun historique. Ce qui permet alors une utilisation à-la-slack, entre autre. De ce que j’avais compris pour l’instant, la différence n’est pas tant le protocole (JSON, etc), mais le fait que Matrix c’est avant tout « une base données synchronisée » (qui peut servir, parmi d’autres choses, à faire du chat).

      Voilà pour moi, pour l’instant, c’est la plus grosse différence que je vois, largement avant les pseudo-histoires de rapidité, de vidéos, etc. Vu que je n’y connais rien, je ne sais pas si XMPP sait faire ce genre de synchronisation de manière standardisée dans une de ses extensions (et pas juste pour du blog mais bien pour n’importe quel message de chat avec n’importe quelle nouvelle arrivée dans une conversation).

      Pour leurs arguments :
      – s’il manquait des choses dans XMPP : vu leur budget et/ou leur bonne capacité technique, illes pouvaient parfaitement proposer des nouvelles extensions pour compléter (même si seul leur client perso aurait su les utiliser dans un premier temps : ce qui ne change rien à actuellement avec Matrix où seul leur client à eux sait faire ça)
      – s’il n’y avait pas un client XMPP web et/ou mobile implémentant toutes les extensions les plus nécessaires à ce qu’illes voulaient : il pouvait parfaitement créer un nouveau client web et un nouveau client mobile : là encore ça ne change rien à ce qu’illes ont dû faire pour Matrix, à recréer un client à zéro

      Au moins on aurait eu des clients XMPP web et mobile, modernes, beaux, etc, et qui fassent moult fonctionnalités d’un coup (comme @fil je pense que l’interface moderne, épurée, bien lisible, « flat », etc, fait beaucoup dans le marketing de leur projet…).

    • @rastapopoulos oui XMPP sait faire ça (avec 2 extensions : MAM (XEP-0313) et message carbons (XEP-0280)), qui sont en train petit à petit d’être intégrées partout (nous on ne s’en sert pas encore pour le chat, mais ça sera bientôt le cas).

      Ça n’existait pas avant parce que c’est un problème qui est surtout apparu avec l’utilisation de plus en plus massive des téléphone portables en plus des machines de bureau, mais il n’y a aucune contrainte technique pour faire ça (et on voit bien une des forces de XMPP : il sait s’adapter).

      Pour les clients XMPP modernes, tu peux déjà jeter un œil à Movim (http://movim.eu) qui est dans le design à la mode, les gens le trouvent généralement très beau.

      Après il y a bien sûr le notre, et on a une campagne de financement en cours (qui fini à la fin de la semaine), pour justement faire un client Android : http://www.arizuka.com/fr/projects/libervia

    • Donc :
      http://xmpp.org/extensions/xep-0313.html
      et
      http://xmpp.org/extensions/xep-0280.html

      Bon le « Archive Management » c’est en « experimental » pour l’instant… :D
      Mais en tout cas c’est une bonne nouvelle ces deux extensions, merci de l’info ! Surtout si elles sont vraiment implémentées partout dans pas si longtemps.

      Bon moi pour l’interface, je me casse pas la tête, je suis toujours sur Empathy par défaut, même si ça n’implémente pas assez de choses…

      Ce qui fait qu’un outil comme ça obtient des adhésions rapides, j’ai l’impression que c’est la combinaison d’une interface sobre, belle et super rapide à prendre en main ET de fonctionnalités qui apportent vraiment un plus, soit parce qu’elles n’existent pas ailleurs, soit parce que dans cet outil ces fonctionnalités sont utilisables sans y penser, de manière très fluides.

      Si je reprends le besoin de départ, sur Seenthis on parlait de chercher des alternatives libres à Slack.
      http://seenthis.net/messages/414220

      Et dans ce dernier ya notamment :
      – interface vraiment efficace
      – possibilité de chercher dans TOUTES les conversations (privées ou salons) auxquelles on participe (sur lesquels on a les droits quoi), et c’est très rapide
      – apparemment ya une documentation de vraiment seulement 30 lignes à lire pour savoir parler avec en REST et envoyer du contenu dedans depuis des services (= faire des robots pour envoyer du github, gitlab, tickets, travis, lolcat, etc), ce qui a permis d’avoir rapidement des dizaines et des dizaines de services liés

      Ici dans Mattermost par exemple (je sais pas ce qu’il y a derrière Mattermost ? IRC ?)
      http://www.mattermost.org/features

    • @rastapopoulos :

      Bon le « Archive Management » c’est en « experimental » pour l’instant

      Oui c’est comme ça que ça fonctionne, ça prend du temps mais ça avance. Mais je pense qu’on peut dire la même chose de matrix : c’est un projet super jeune, je ne vois pas trop comment ça pourrait être autrement qu’expérimental.

      D’ailleurs sur leur page ils parlent d’« open standard », je serais curieux de voir comment c’est « standardisé » (bon au moins il y a une spéc : https://matrix.org/docs/spec). Enfin pas le temps de creuser aujourd’hui (release en cours).

    • je dois dire qu’en deux semaines de tests, matrix me donne toutes satisfactions en tant qu’utilisateur, aussi bien pour irc que pour des conversations « type skype » ; je continue