naturalfeature:neva

  • Ce soir à #Bruxelles : Rencontre avec Julien Guazinni et les #éditions Entremonde : « Tout ce qui est solide se volatilise »
    http://www.librairie-par-chemins.be

    Nous avons le plaisir de vous inviter, le vendredi 20 avril à 19h, à rencontrer et discuter avec Les Éditions Entremonde et Julien Guazinni, traducteur de l’essai de Marshall Berman : « Tout ce qui est solide se volatilise. L’Expérience de la modernité« .

    Londres et New York se réin­ven­tent, Saint-Pétersbourg sort de terre. La marche en avant de la moder­ni­sa­tion exhume des navi­res de pierre depuis les marais de la Neva ou fait flot­ter des palais de cris­tal dont les ver­riè­res cap­tu­rent les étincelles solai­res d’un monde en révo­lu­tion. Mais la moder­nité détruit et se dévore elle-même, elle menace tout ce qui semble soli­de : d’abord les hommes à son ser­vice et plus tard les formes mer­veilleu­ses qu’elle aura enfan­tées.
    C’est l’ambi­va­lence – le regard chan­geant des grands témoins, de Pouchkine, Marx, Dostoïevski ou Baudelaire – que ce livre inter­roge. Au cœur des métro­po­les, les trans­for­ma­tions urbai­nes façon­nent le mode de vie, le reflè­tent, mais four­nis­sent aussi les armes de sa sub­ver­sion. Les bou­le­vards de Haussmann liqui­dent une exis­tence étouffante et unis­sent le pro­lé­ta­riat pari­sien, tout en l’excluant de la scène qu’illu­mine le moder­nisme. Le maca­dam s’ins­talle, les voi­tu­res accé­lè­rent et le vieux Paris n’est plus (la forme d’une ville change plus vite, hélas ! que le cœur d’un mortel).
    Voilà un livre d’aven­tu­res, de celles que le siècle pré­cé­dent et celui d’avant encore pro­met­taient, à l’huma­nité entière, à la raison, à l’art. Des aven­tu­res en forme de villes nou­vel­les, des ave­nues tra­cées depuis la péri­phé­rie jusqu’aux cœurs des hommes, des artè­res du chan­ge­ment et de la moder­ni­sa­tion : des feux d’arti­fice dont les lueurs sus­ci­taient l’effroi et la fas­ci­na­tion.

    #livres #urbanisme #gentrification #philosophie #littérature


  • Marshall Berman - Tout ce qui est solide se volatilise. L’Expérience de la modernité
    http://entremonde.net/tout-ce-qui-est-solide-se

    Londres et New York se réin­ven­tent, Saint-Pétersbourg sort de terre. La marche en avant de la moder­ni­sa­tion exhume des navi­res de pierre depuis les marais de la Neva ou fait flot­ter des palais de cris­tal dont les ver­riè­res cap­tu­rent les étincelles solai­res d’un monde en révo­lu­tion. Mais la moder­nité détruit et se dévore elle-même, elle menace tout ce qui semble soli­de : d’abord les hommes à son ser­vice et plus tard les formes mer­veilleu­ses qu’elle aura enfan­tées.
    C’est l’ambi­va­lence – le regard chan­geant des grands témoins, de Pouchkine, Marx, Dostoïevski ou Baudelaire – que ce livre inter­roge. Au cœur des métro­po­les, les trans­for­ma­tions urbai­nes façon­nent le mode de vie, le reflè­tent, mais four­nis­sent aussi les armes de sa sub­ver­sion. Les bou­le­vards de Haussmann liqui­dent une exis­tence étouffante et unis­sent le pro­lé­ta­riat pari­sien, tout en l’excluant de la scène qu’illu­mine le moder­nisme. Le maca­dam s’ins­talle, les voi­tu­res accé­lè­rent et le vieux Paris n’est plus (la forme d’une ville change plus vite, hélas ! que le cœur d’un mortel).
    Voilà un livre d’aven­tu­res, de celles que le siècle pré­cé­dent et celui d’avant encore pro­met­taient, à l’huma­nité entière, à la raison, à l’art. Des aven­tu­res en forme de villes nou­vel­les, des ave­nues tra­cées depuis la péri­phé­rie jusqu’aux cœurs des hommes, des artè­res du chan­ge­ment et de la moder­ni­sa­tion : des feux d’arti­fice dont les lueurs sus­ci­taient l’effroi et la fas­ci­na­tion.

    Votre camarade libraire l’aura dès le 13 avril.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Marshall_Berman
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Tout_ce_qui_est_solide_se_volatilise

    #urbanisme #modernité #philosophie #littérature


  • Encore du soft-power russe que Macron aurait boycotté s’il avait été dans le coin : Le Shtandart, l’un des plus beaux 3 mâts du monde, en escale à la Grande-Motte (près de #montpellier)
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/shtandart-plus-beaux-3-mats-du-monde-escale-grande-mott

    La frégate « Shtandart » ( ce qui signifie L’étendard) est une réplique en bois grandeur nature du premier bâtiment russe de la flotte de Baltique. Le bateau original a été construit en 1703 sous la direction personnelle du Tsar Pierre le Grand. Devenue le premier navire amiral de la Marine Impériale Russe, la frégate est restée en service jusqu’en 1727. Cette magnifique réplique reprend toutes les caractéristiques du bateau original : 3 mâts, 30m de hauteur, 35m de long, 28 canons et un tonnage de plus de 200 tonnes ! L’un des plus beaux trois mâts du monde.

    Malheureusement, fallait prévenir : tu peux pas te pointer comme ça et acheter des billets sur place. Tous les billets sont déjà vendus, même pour demain dimanche, donc on a dû se contenter de le regarder de l’extérieur.

    @simplicissimus ça t’aurait plu, ça, non ?

    • Oui, c’est un superbe bateau ; habitué de Brest où je l’ai vu en 2004 (mais je ne l’avais pas visité, j’avais passé la journée sur la rade).

      Tu remarqueras qu’il est la propriété d’une association privée, statut similaire à celui de l’Hermione. D’ailleurs il arbore le pavillon russe et non la croix de Saint-André de la marine de guerre russe.


      (ici en 2007)

    • Pour les amateurs de #cartographie, le curieux étendard (sur fond jaune, qu’on voit sur le premier mât à gauche sur ta photo et, selon Kikipédia : « Штанда́рт qui signifie “Étendard” en russe ») où l’aigle à deux têtes tient quatre cartes, représentant les quatre mers contrôlées par Pierre 1er :
      https://www.shtandart.ru/fr

      Le nom « Shtandart » est lié à l’ouverture d’une nouvelle voie commerciale à travers la mer Baltique. En 1703 Pierre 1er a changé son étendard en ajoutant une quatrième mer sur la carte – c’était la mer Baltique. En l’honneur du nouvel étendard le premier vaisseau de la flotte Baltique a reçu le nom « Shtandart ».


      J’y connais que pouic en héraldique, et je ne trouve pas grand chose au sujet de cet étendard sur le Web (quelques pages en cyrillique). Mais l’anecdote cartographique m’a semblé intéressante.

    • Pouf, pouf !

      Recherche pas forcément évidente… Le pavillon reproduit est celui du premier navire de ligne de la Flotte de la Baltique (1715), l’Ingermanland (nom suédois de l’Ingrie, nom historique de la région entre Golfe de Finlande et lac Ladoga, au centre de laquelle a été fondée Saint-Pétersbourg en 1703, même année que le Shtandart, nom d’origine allemande).

      Une description détaillée de l’étendard est donnée dans l’article WP[ru] sur l’étendard (note que la standardisation (!…) est plutôt médiocre, puisque les équivalents en autres WP ne sont pas tous reliés, on a en effet un Standarte [de] relié au [ru], un Étendard_(bannière) [fr] et un Heraldic_Flag [en]).

      Штандарт (знамя) — Википедия
      https://ru.wikipedia.org/wiki/%D0%A8%D1%82%D0%B0%D0%BD%D0%B4%D0%B0%D1%80%D1%82_(%D0%B7%D0%BD%D0%B0%D

      Царский штандарт в России

      В начале XVIII века Пётр I также собственноручно утвердил ещё один флаг — жёлтое полотнище с двуглавым чёрным орлом, держащим морские карты с изображением Белого, Каспийского и Азовского морей. 1 мая 1703 года русские войска взяли шведскую крепость Ниеншанц, запиравшую вход в Финский залив, и 2 мая Пётр I отметил: «Слава Богу за исправление нашего штандарта во образ святого Андрея… В тот образ четвертое море присовокуплено». Присоединение части побережья Балтийского моря было ознаменовано добавлением четвёртой морской карты на штандарт, и уже 8 сентября 1703 года на новом фрегате, получившем название «Штандарт», был поднят штандарт с четырьмя картами.

      В 1712 году в собственноручно написанном указе Пётр I дал описание штандарта: «Штандарт, чёрный орёл в жёлтом поле, яко Герб Российской империи, имея три короны: две королевских и одну Империальскую, в которого грудях Св. Георгий с драконом. В обеих же главах и ногах 4 карты морских: в правой главе Белое море, в левой Каспийское, в правой ноге Палас Меотис, в левой Синус Финикус и пол Синуса Ботника и часть Ост-Зее»

      Et donc (la description aide à les reconnaitre…) dans l’ordre du texte, ordre chronologique de l’accès de la Russie aux différentes mers :
      • la mer Blanche (bec de droite)
      • la mer Caspienne (bec de gauche)
      • la mer d’Azov (lac Méotide, patte droite)
      • le Golfe de Finlande, le Golfe de Botnie (par leurs noms latins) et une partie de la Baltique (par son nom allemand, Ost-See, mer de l’Est, ce qui vu de Saint-Pétersbourg est une dénomination… originale !) avec le sud-ouest du lac Ladoga dans le coin en haut à droite de la mini carte

      pour les dates d’accès, on peut prendre l’apparition des navires de guerre « à l’occidentale » dans les flottes concernées
      • mer Blanche, pas de navire de guerre, accès de la Moscovie en 1505 (Ivan III) ; peu de concurrence occidentale jusqu’à l’arrivée de navire de commerce anglais en 1553
      • mer Caspienne, 1668
      • mer d’Azov, 1696
      • mer Baltique (par le golfe de Finlande) 1703, le Shtandart, justement.
      https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_ships_of_the_line_of_Russia

      Je ne sais pas trop ce que l’invocation à Saint André vient faire dans le texte de Pierre le Grand, mais la disposition des 4 mini cartes (et le patronage d’André) pourrait bien être à l’origine du choix de la croix de Saint-André comme pavillon de la flotte impériale…

      Note : Ninschanz était le nom de la forteresse suédoise à l’embouchure de la Neva (à l’emplacement de Saint-Pétersbourg, donc).


  • De la Neva à l’Amour : les dix ponts les plus impressionnants de Russie | Actualités russes

    https://fr.rbth.com/tourisme/2017/07/24/de-la-neva-a-lamour-les-10-ponts-les-plus-impressionnants-de-russie_809645

    De la Neva à l’Amour : les dix ponts les plus impressionnants de Russie
    24 juillet 2017 Alexandra Gouzeva
    La Russie, le plus vaste pays sur Terre, compte naturellement beaucoup de ponts, pour certains incroyablement longs ! Et de nouveaux ponts sont constamment en construction. Parmi les plus anciens et les plus récents, RBTH a sélectionné les 10 ponts les plus impressionnants.

    #russie #transports #ponts



  • Burning Man : au commencement étaient les makers : Makery
    http://www.makery.info/2016/08/30/burning-man-au-commencement-etaient-les-makers

    Les deux communautés ont en effet bien des choses en commun : nées dans la baie de San Francisco, les deux composent une communauté technophile et sont attirées par le recyclage, les énergies propres et l’apprentissage collaboratif et le do it together.

    […]

    « Burning Man est devenu un endroit incroyablement riche pour le réseautage sur les thèmes de l’art et des makers, pour tester des projets en béta dans un environnement sans merci, pour permettre aux techno-fétichistes de créer des liens en faisant la fête. Et, tout aussi important, le “comment font-ils ça ?” se change très rapidement en “je peux le faire aussi”. Ce qui, vraiment, résume le mouvement maker. »

    #BurningMan #DIY #makers


  • Former Drone Operators Reveal Air Force Plays Key Role in Secret CIA Assassination Campaign | Democracy Now!
    http://www.democracynow.org/2014/4/17/former_drone_operators_reveal_air_force

    A new documentary film reveals how a regular U.S. Air Force unit based in the Nevada desert is responsible for flying the CIA’s drone strike program in Pakistan. “Drone” identifies the unit conducting CIA strikes in Pakistan’s tribal areas as the 17th Reconnaissance Squadron, which is located on the Creech Air Force Base, about 45 miles from Las Vegas. We are joined by the film’s director, Tonje Hessen Schei, and Chris Woods, an award-winning reporter who investigates drone warfare. Woods is featured in “Drone” and is working on a forthcoming book on U.S. drone warfare.

    #drone


  • Russia – What tourists should know before coming to St. Petersburg
    Arts, censorship, culture, discrimination Add comments
    Nov 062012
    What tourists should know before coming to St. Petersburg

    What links homosexuality, Nabokov’s novel “Lolita,” saying “good morning,” wheelchairs in the underground, political satire and creaking beds at night? They have all been officially outlawed by St. Petersburg bureaucrats and parliamentarians, according to the city’s bylaws and decrees.

    St. Petersburg is thought to be the cultural capital of Russia: a city that is a museum, the cradle of three revolutions, and Mecca for poets. Pushkin, Akhmatova and Brodsky all lived here. And, in our own time, the city on the Neva River remains one of Europe’s most prominent cultural centers.

    Yet, the truth behind that claim becomes harder to establish with every passing year. Local officials and civic activists are engaged with the populace in a moral struggle, which is conducted primarily by way of banning things. Here are ten examples of the fine work the city’s paper-pushers have been doing.

    1. Banning Nabokov’s”Lolita”

    The promoters of Leonid Mozgovoy’s one-man show, which is based on Nabokov’s “Lolita,” were forced to pull the plug on the production. Citizens of St. Petersburg were denied the opportunity to see the performance of their fellow countryman’s classic novel because a group of teachers, students and Cossacks actively disapproved it.

    Opponents sent a letter to the promoters and demanded that the spectacle be canceled. In their view, the work of the Nobel Prize-winning author was nothing more than wickedness masquerading as art. Mozgovoy subsequently said that he would “no longer have anything to do with narrow-minded people and their chauvinist views.”

    The play was set to be staged on Oct. 21 at the Erarta Museum of Contemporary Art, whose management was ready and willing to fulfill its obligations and answer for the welfare of its audiences.

    2. Detention for “Good Morning!”

    Every morning, two young St. Petersburg residents appear at subway stations around the city and stand for one hour holding placards that read “Good Morning!” The couple, known as Esther and Jack, say the underground is the most miserable place in the city and is need of extra cheer.

    The police detain them on a daily basis and lecture them extensively on why such activities are banned on the city’s underground system. Some police officers have even asked to see their license – without mentioning what kind of license would cover such activities, or where one could be obtained. Cheerfulness is banned, unless otherwise sanctioned in advance.

    3. Scrapping Marat Gelman’s exhibition

    In mid-October it became known that Vitaly Rizzo – the chairman of the Rizzordi Art Foundation – had made a request to reschedule an exhibition of works by Marat Gelman.The show, named “Icons,” had to be moved from its original opening date on November 2012 to late 2013. The reason given was “the bad atmosphere in the city.”

    In response, Gelman announced that he would be canceling the exhibition all together, since it would have lost its contemporary relevance a year down the line. A number of sources indicate that the Foundation had been pressured by the city’s governor, Georgy Poltavchenko. The governor, in turn, had been pressed by civic activists who had collected 3,000 signatures calling for the exhibition to be scrapped.

    Gelman’s exhibition is a collection of contemporary interpretations of icons, which are presented by artists as pieces of art, rather than as religious objects. The St. Petersburg exhibition was due to include featured work by the prominent British artist Damian Hurst.

    4. Don’t move furniture at night

    Deputies of the St. Petersburg Legislative Assembly recently signed a new law concerning “Administrative Offenses.” This means that those who enjoy moving furniture around at night face fines of between 500 and 4,000 rubles ($16–130).

    If senior officials become involved, then the fines range between 5,000 and 10,000 rubles ($160-320); companies heard moving furniture or hammering at night can be fined from 25,000 to 50,000 rubles ($800-1595).

    United Russia representative and member of the St. Petersburg Legislative Assembly, Alexei Timofeyev, further suggested that owners of dogs that bark or whine at night also be fined. His suggestion was not included in the final wording of the bill, however.

    5.Outlawing homosexuality

    A ground-breaking amendment to the Law on Administrative Offenses was passed at the beginning of 2012. The amendment prohibits the promotion of “pedophilia, sodomy, lesbianism, bisexualism and transgender behavior” amongst minors. It remains unclear why homosexuality (which is not illegal) and pedophilia (which is already covered under the Penal Code) should be included together in one law.

    The leader of A Just Russia party, Alexei Kovalev, believes that the law has actually done pedophiles a favor. “Now, anyone who lures children into prostitution will get off with a fine of 5,000 rubles, instead of doing three years in jail. This is actually what lies behind this amendment – all the stuff about homosexuality is just a smoke screen.”

    Vladimir Erkovich