• Dakar et Nairobi : la question des noms de rue mise en perspective, du pré au postcolonial
    https://neotopo.hypotheses.org/3221

    Dans le contexte actuel de retour sur les commémorations publiques et de leur éventuelle remise en cause pour leur caractère raciste en lien avec la colonisation, deux spécialistes mettent en perspective les politiques et...

    #African_Neotoponymy_Observatory_in_Network #ExploreNeotopo #Neotopo_vous_signale

    • Nairobi’s street names reveal what those in power want to remember, or forget

      The recent global events of civil and political unrest that started in the US have brought to the fore the complex dynamics of urban memorialisation. The protests have, in some places, led to renewed scrutiny of certain urban symbols such as commemorative statues – what they represent and how they are perceived and interpreted.

      Unlike monuments and statues, place names (toponyms) are intangible, and less imposing, but nevertheless, an indispensable part of the urban symbolic landscape. Their inscription, erasure and re-inscription is highly political.

      In a study of toponymy in Nairobi, Kenya, my colleague and I analysed how streets got their names. It’s important to examine this as street naming and renaming allows us to remember and forget events and people in history. It also articulates what values exist in pursuit of political or national interests.

      We explain how street names are imbued with symbolic references of power structures within a society. During the period of British rule (1895–1963), toponymy was used as an exercise of power – it reflected British control. Soon after Kenya gained independence, streets were renamed as a way to renounce the colonial regime and its ideology.

      But today, Kenyans are starting to question the naming of important public spaces after a few individuals, their families and political affiliates – the ‘political dynasties’.
      https://twitter.com/alaminkimathi/status/1228275553414807554?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E12

      In 1964, after Kenya had gained independence, a street naming subcommittee was formed under the town planning committee of Nairobi’s city council. This subcommittee came up with names or received suggestions from the public. There was then a vetting process and proposals were eventually sent to the Minister of Local Government for approval. Since then, different laws have been established to guide the naming and numbering of streets and properties, but the process has remained very much the same.

      Looking forward, the government should consider honouring other people who have contributed to the growth of Kenya as a country – for instance its athletes, academicians and artistes.

      It would also be important to point out how gender exclusive the street names are. For a long time, there was only one street named after a woman – Mama Ngina Street, Mzee Jomo Kenyatta’s wife. And later, after much lobbying, a street was named after Wangari Maathai, the 2004 Nobel Peace Prize winner. And in 2017, after the death of the firstborn daughter of Jomo Kenyatta, Margaret Wambui Kenyatta, Mugumo Road in Lavington was quietly renamed after her.

      How streets are named, or renamed, serves as an important indicator of the values of a society – and what those in power might want to remember, or forget.
      A colonial city

      The vital role of street toponymy in Nairobi emerged at the inception of the city, at the beginning of the 20th Century.

      Street names were used by the British colonisers to remove the indigenous identity of the previously marshy plain, known as Enkare Nyirobi (a place of cool waters), to create a new idyllic British city. Names such as Victoria Street, Coronation Avenue, Kingsway, Queensway and Elizabeth Way marked the modernising city to celebrate the British monarchy.

      In addition, names such as Whitehouse Road and Preston Road were named after railway officials. George Whitehouse, for instance, was the chief engineer of the Kenya-Uganda Railway. This is because Nairobi started as a railway depot.

      Other streets were named after administrative and political leaders of the time such as Hardinge, Elliot, and Sadler, all of whom were commissioners of the British East Africa Protectorate.

      Leading settler farmers and business people also had their names imprinted on the landscape. They included: Grogan Road after Sir Ewart Grogan – a pioneer businessman, and Delamere Avenue, after Lord Delamere – a pioneer settler farmer.

      Apart from the British and European street names, there were a few Indian names such as Bazaar Street and Jevanjee Street. This is because of the large Indian community in Kenya, many of whom originally came to Kenya as railway workers. “Bazaar” refers to a business area or market, while Jevanjee was a prominent Indian businessman in early Nairobi who owned the first newspaper company – The East African Standard.

      What was starkly missing were African street names during that period. This was a clear indication of the political and social dynamics of the time that put the European first, the Indian second and the African third.
      Decolonising and Africanising

      There was a shift at Kenya’s independence, in 1963. The city’s streets were redefined as symbols of nationalism and pan-Africanism. The process was not devoid of challenges. There were inconsistencies – for instance in terms of ethnic representation – owing to the diverse interests that needed to be accommodated. It was an enormous task for the new government.

      Generally, under the new government, street names acted as sites for the restitution of justice (for those that suffered under British rule) and symbols of memory, ethnic diversity and unity.

      The renaming of the streets happened in waves. The first was in 1964, with Delamere Avenue (which cuts the central business district into two) being changed to Kenyatta Avenue, after the first president of Kenya – Jomo Kenyatta. Hardinge Street was changed to Kimathi Avenue after the leader of the Mau Mau Movement – Dedan Kimathi.

      The streets were often renamed after the political elite, a good number of whom came from the Kikuyu community, such as Kenyatta Avenue, Koinange Street, James Gichuru and Harry Thuku Road.

      There’s a lot of political consideration that goes into street renaming too. For instance, in 1969, a street was named after Tom Mboya, a popular Minister who was assassinated that same year. Some called for Government Road (along which he was assassinated) to be named after him, others proposed St. Austin’s Road, along which he lived. Both options were rejected by the government, Government Road being too central and St. Austin’s being too peripheral. Victoria Street was the compromise. Government Road was later renamed to Moi Avenue and St. Austin’s Road to James Gichuru Road.

      In independent Kenya the purpose of the toponymic changes was twofold: to erase names of the colonisers who were deemed as imposters and to celebrate the new heroes: Kenya’s political leaders and freedom fighters. The latter, such as Dedan Kimathi being celebrated superficially by the new political bourgeoisie.

      Additionally, in the spirit of pan-Africanism, other African leaders such as Kwame Nkrumah, Albert Luthuli and Julius Nyerere were celebrated through street names. Beyond the African continent, leaders who fought for black liberation and civil rights in America, such as Ralph Bunche and William Du Bois were also honoured.
      The future of street naming

      Nairobi’s street names are like a small history lesson. The County Government should consider putting up signs that tell people their former names, to show how the city has evolved over time.

      More must also be done to ensure these spaces celebrate future heroes. There is a need to enforce the Kenya Information and Communications (Numbering) Regulations 2010 and the establishment of a National Addressing System as proposed by the Communications Authority of Kenya in 2016. In addition, a national body for dealing with place names, similar to the South African Geographical Names Council, should be instituted.

      Finally, public participation should be an integral part of the street naming process, because people are the primary producers and users of names.

      https://theconversation.com/nairobis-street-names-reveal-what-those-in-power-want-to-remember-o

      –---

      Sénégal : « Les populations n’utilisent pas les noms coloniaux des rues »

      Au Sénégal, sur l’île Gorée, au large de Dakar, la « place de l’Europe » devient désormais « la place de la Liberté et de la Dignité Humaine ». Une décision prise par le conseil municipal de ce site symbolique de la mémoire de l’esclavage et de la traite des Noirs. De son côté, le maire de la commune du Plateau, dans le centre-ville de Dakar, a proposé récemment de lancer une réflexion sur les noms des rues hérités de la colonisation. Michel Ben Arrous est géographe et chercheur. Il a co-écrit l’an dernier avec Liora Bigon une étude de l’IFAN, l’institut fondamental d’Afrique noire, « Les noms de rues à Dakar. Héritages (pré) coloniaux et temps présent ».

      RFI : Est-ce que vous êtes surpris par la relance de ce débat sur les noms de rue à Dakar dans le sillage du décès de George Floyd aux États-Unis ?

      Michel Ben Arrous : Pas vraiment, dans la mesure où c’est un débat qui ressurgit régulièrement dans la presse sénégalaise ou dans les médias sociaux. Ce qui est remarquable par contre, c’est justement le contexte et le télescopage de logiques assez différentes aux États-Unis, au Sénégal, en France ou ailleurs.

      Ce débat n’est pas nouveau, en quoi les noms des rues, cette toponymie coloniale est-elle symboliqu ?

      Les noms eux-mêmes, évidemment il y a un tas de noms coloniaux qui vont glorifier des administrateurs, des généraux, des militaires, tout ce qu’on veut… Mais l’ensemble de ces noms remplit quand même une fonction de prise de possession de Dakar. Ils sont concentrés dans une zone qui s’appelle « Le Plateau » qui reçoit une petite population française colonisatrice. Et on ne trouve ces noms-là qu’au Plateau qui représente à l’heure actuelle 3% de la population. La Médina qui a été créée dans le sillage de l’épidémie de peste de 1914 reçoit des numéros. Donc, les noms vont distinguer la ville coloniale de cette Médina qui, elle, est forcément mise à part dans la ville puisqu’elle n’est pas nommée. Et si l’on sort ensuite du Plateau, de la Médina et qu’on va vers la ville actuelle, la plupart des rues ne sont pas nommées du tout. L’objectif visé, c’est évidemment de faire œuvre idéologique : on va glorifier la France, on va glorifier ses serviteurs. Mais rien n’indique que cette visée idéologique fonctionne. Avant les colonisateurs , il y avait des villages qui ont été détruits, des villages lébous qui ont conservé leurs noms. Et les noms eux-mêmes se sont répartis dans la ville. Et on va retrouver ces noms-là , Soumbédioune, Kaye, Thann… à d’autres endroits de la ville. Ce sont ces noms-là que les populations continuent à utiliser. Ils n’utilisent pas les noms de rue coloniaux.

      À Dakar, certaines rues ont déjà changé de nom depuis l’indépendance. Comment est-ce que cela a évolué ? Quelles ont été les politiques des autorités successive ?

      Les premiers changements de nom ont eu lieu sous Senghor [Léopold Sédar Senghor, président de la République du Sénégal de 1960 à 1980]. La place Protet a été rebaptisée « place de l’Indépendance ». Gambetta a été rebaptisé « Lamine Gueye ». En même temps, il n’y a pas forcément volonté de rupture puisque [William] Ponty qui est un gouverneur colonial a été remplacé par [George] Pompidou, par ce même Senghor. Les premières renominations fortes ont été faites sous Abdou Diouf [président de 1981 à 2000] et se sont poursuivies sous [Abdoulaye] Wade [2000-2012] et à l’heure actuelle. Mais la chose la plus remarquable, ce n’est pas tellement le nom des rues qui changent, c’est qui a le pouvoir de nommer, qui a le pouvoir de changer ? Sous Senghor, tout se passer par décret présidentiel. Avec Diouf et avec Wade, on a une décentralisation qui commence et ce pouvoir de nommer ou de renommer est désormais dévolu aux communes. Et à l’heure actuelle, ce qu’on voit, c’est une revendication, je ne sais pas si on peut dire populaire parce qu’il faudrait voir dans quelles mesures elle est véritablement populaire, mais une revendication par le bas de pouvoir aussi intervenir dans cette question du nom des rues.

      Il y a une figure qui cristallise particulièrement, c’est celle de Faidherbe, ancien gouverneur de Saint-Louis. Il y a sa statue, un pont à son nom. Que pensez-vous de ces appels à déboulonner cette statue ?

      Faidherbe est d’abord un point de fixation dans un débat qui est beaucoup plus large. La question de fond, c’est le modèle commémoratif. On parle de Faidherbe, mais on pourrait parler de Jules Ferry. La rue Jules Ferry à Dakar, ce Jules Ferry qui était à la Chambre des députés parlait d’un « devoir de colonisation des races supérieures sur les races inférieure ». Ce nom de ferry est peut-être au moins significatif que celui de Faidherbe. On peut aller beaucoup plus loin. On a gardé les plaques bleues, les lettres blanches sur un fond bleu. C’est aussi une présence coloniale qui reste dans la ville. Ce qui est drôle à Dakar, c’est que l’une des rues qui ne pose absolument pas problème, c’est l’avenue de la République. On la conçoit tous comme la République sénégalaise alors que cette avenue de la République, c’était très clairement au moment de la nomination de la IIIe République française, qui était la République colonialiste par excellence.

      À titre de comparaison, comment cela a évolué dans d’autres pays du continent ?

      En sciences sociales, on a l’habitude de comparer Dakar à Nairobi, la capitale du Kenya étant le modèle absolu de décolonisation des noms de rue. Ce qu’on remarque, si on rentre dans le détail, c’est qu’effectivement tous les noms qui célébraient la colonisation britannique ont disparu, mais ils ont été remplacés à l’époque de [Jomo] Kenyatta [1894–1978] par des noms qui célébraient son propre parti politique, ses propres amis politiques et qui négligeaient totalement d’autres courants de la société kenyane. Dans un contexte différent, en Algérie, la plupart des noms de rue ont été remplacés dans un arabe très pur qui permettait aussi de passer sous silence la composante berbère de la population. Et ce que l’on remarque à l’heure actuelle, c’est que les jeunes générations sont celles qui utilisent le moins les noms officiels. Donc, il ne suffit pas de changer les noms si on reprend la même logique pour régler les problèmes. A côté de ça, au Maroc, on va trouver des plaques qui donnent des anciens noms et des plaques, juste en dessous ou au-dessus, qui donnent les nouveaux noms et qui coexistent sans que pratiquement personne ne les utilise d’ailleurs. À Dakar, quand je vais chez moi, je ne vais pas donner le numéro de la rue que personne ne connait. Je ne le sais même pas, c’est « AAB » quelque chose. Si je dis à un chauffeur de taxi de m’emmener là-bas il ne comprendra pas. Si je lui dis : amenez-moi à Amitié 2, c’est un nom de quartier. Et ça, c’est un point de repère qui est utilisé. Mais ces noms de rue curieusement polarisent un débat, fort, alors qu’ils sont relativement peu utilisés. Il y a ceux qui veulent déboulonner, il y a ceux qui veulent remplacer, il y a ceux qui veulent expliquer. Mais tout cela revient au fond à se poser la questio : à quoi veut-on que servent les noms de rue ? À quoi veut-on que servent les statues ?

      http://www.rfi.fr/fr/podcasts/20200629-s%C3%A9n%C3%A9gal-les-populations-n-utilisent-pas-les-noms-rues-colonia

      #Dakar #Sénégal #Nairobi #noms_de_rue #toponymie #commémorations #post-colonial #décolonial

      ping @cede

  • Démanteler les infrastructures de surveillance et de discrimination massives ?
    http://www.internetactu.net/2020/06/29/demanteler-les-infrastructures-de-surveillance-et-de-discrimination-ma

    Si les annonces de moratoires dans le domaine de la reconnaissance faciale semblent soulager un certain nombre de ses opposants, il ne fait aucun doute que ces réponses des grandes entreprises de la technologie demeurent manifestement des décisions commerciales calculées et limitées qui répondent avec plus ou moins de sincérité à la pression publique du moment et aux très fortes mobilisations contre le racisme et les violences policières qui secouent les États-Unis depuis la mort de George Floyd le (...)

    #Clearview #Palantir #Ring #Facebook #Nextdoor #algorithme #CCTV #Rekognition #Amazon #biométrie #racisme #données #facial #prédiction #reconnaissance #vidéo-surveillance #BigData #BlackLivesMatter #discrimination #extrême-droite #GAFAM #surveillance (...)

    ##LaQuadratureduNet ##NAACP
    /assets/images/logo_ia.png

  • Blog AFFRANCHIE, 10 JUIN

    "Si tu es comme 99.9% des français, alors l’acronyme « TERF » ne te dira rien du tout. A juste titre, puisqu’il s’agit d’un terme anglais qui ne veut rien dire en français. Les femmes qualifiées de « TERFs » sont supposées être des féministes radicales qui excluent les personnes trans. Sauf que ce que les nord-américains appellent « féminisme radical » n’est autre que le féminisme français lambda. Du moins, tant que les néo-libéraux n’ont pas encore fini leur travail de sape.

    Pires que des nazis, pires que des violeurs d’enfant, pires que Macron (oh !) les TERFs sont sexistes, religieuses, de droite, racistes mais aussi féministes radicales de gauche. Comment est-ce possible ? Chut. Ne réfléchis pas trop. Elles tuent des personnes trans en respirant, c’est tout ce qu’il te faut savoir. Alors si tu en croise une, contente toi de lui expliquer comment tu souhaites la voir mourir. Bravo, te voilà progressiste.

    Les « TERFs » sont en fait simplement des féministes qui ne pensent pas qu’il est possible de changer de sexe ou que les stéréotypes sexistes soient innés, le fruit d’un cerveau sexué. Cette position implique donc qu’elles ne croient pas qu’un homme qui se prétend femme en soit une et vice versa. Bon, dans les faits, non seulement les féministes n’excluent pas les femmes qui s’identifient comme trans mais le terme « TERF » est utilisé à tort et à travers au sujet de n’importe quelle femme qui n’avale pas la soupe non-binaire et les pénis qui vont avec. (...)"

    https://www.affranchie.fr/post/la-chasse-aux-terfs #féminisme #TERFS #genre inné #néo-libéraux #transgenrisme #backlash

  • « Il est urgent d’ouvrir le débat sur les finalités de la police »
    https://usbeketrica.com/article/il-est-urgent-d-ouvrir-le-debat-sur-les-finalites-de-la-police

    Vous avancez l’idée que cette #violence croissante de la #police marque aussi l’avancée du #néolibéralisme. Quel lien peut-on établir entre entre le néolibéralisme et les violences policières ?

    Il est important de montrer le mécanisme précis qui lie l’un à l’autre. Le fonctionnement des États modernes repose sur deux piliers : le #consentement et la #force. Il y a toujours un mélange et un équilibre entre les deux, qui permet en quelque sorte à l’État de se reproduire en dépit des changements de gouvernements. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, en France, on a d’abord eu une période où cet équilibre fonctionnait : c’est ce qu’on appelé les Trente Glorieuses, et il y avait alors un consentement assez fort à l’ordre établi, notamment grâce à la sécurité sociale et à un minimum qui permettait à tout le monde de vivre relativement confortablement. Vous n’aviez pas seulement un confort matériel, mais aussi la perspective concrète que, dans un futur proche, les choses allaient s’améliorer pour vous, ce qui créait un consentement fort.

    « L’arme non létale est le remède technologique parfait pour ne pas affronter le problème de manière politique »

    Cet équilibre a été bouleversé par l’avènement du néolibéralisme dans les années 1970-1980, puisque le projet de cette doctrine est d’aboutir à une nouvelle forme de répartition des richesses. Il s’agit d’un changement d’époque fondamental, qui repose sur l’idée que les riches doivent devenir plus riches : depuis, les #inégalités augmentent précisément dans ce sens. Cette nouvelle période néolibérale creuse les inégalités et affaiblit le consentement de la population, ce qui pousse l’État à intervenir de plus en plus par la force. Sauf qu’il fait face à une contradiction : s’il utilise la force, il affaiblit encore plus le consentement de la population. Cela génère donc un potentiel de #contestation encore plus important.

  • Pourquoi la technologie ne nous a pas sauvé de la pandémie ?
    http://www.internetactu.net/a-lire-ailleurs/pourquoi-la-technologie-ne-nous-a-pas-sauve-de-la-pandemie

    À l’époque de l’intelligence artificielle et des voitures autonomes, notre réponse la plus efficace à une pandémie a été des mesures de quarantaines de masse et des techniques de santé publique datant du Moyen-Âge, s’énerve le journaliste David Rotman (@davidrotman) pour la Technology Review (@techreview). « La technologie nous a laissé tombée dans son rôle le plus important : nous maintenir en vie et en bonne santé ». Les tests standards ont utilisé une technique chimique vieille de 30 ans, très couramment (...)

    #Amazon #Netflix #Zoom #algorithme #robotique #technologisme #GAFAM

    /assets/images/logo_ia.png

  • Coronavirus: New York imposes quarantine on eight US states - BBC News
    https://www.bbc.com/news/world-us-canada-53167780

    Currently, those states are Alabama, Arkansas, Arizona, Florida, North Carolina, South Carolina, Texas and Utah, the governor of New York state Andrew Cuomo told reporters.People coming from those states - including returning New York, New Jersey and Connecticut residents - will be asked to quarantine upon arrival for 14 days. Anyone found breaking the quarantine could face fines of $1,000 (£800) rising to $5,000 for repeated violations, Mr Cuomo said. He added that US states would be added or taken off the quarantine list depending on the number of new cases per 100,000 people or the rate of positive tests.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#newyork#sante#retour#quarantaine#resident#test

  • Cinq questions à Madame Helen La Lime Meagher, Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies en Haïti.
    https://www.cetri.be/Cinq-questions-a-Madame-Helen-La

    Madame, le 19 juin 2020, à la séance du Conseil de sécurité consacrée au Bureau intégré des Nations unies en #Haïti (BINUH), à New York, vous avez fait une déclaration sur votre travail et sur la situation en Haïti : https://rezonodwes.com/2020/06/20/new-york-declaration-de-helen-la-lime-au-conseil-de-securite-19-juin-202. 1. Peut-on vous demander quels sont « les gains durement acquis en matière de sécurité et de #Développement au cours des quinze dernières années » en Haïti que vous évoquez ? Des « (...) #Le_regard_du_CETRI

    / #Le_regard_du_CETRI, #Le_Sud_en_mouvement, #Corruption, Haïti, #Néolibéralisme, Développement

  • Apple Under Fire from EU, Developers For Stringent App Rules
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-06-17/apple-s-stringent-subscription-rules-in-eu-developer-crosshairs?sref=7ooT

    Apple’s Dominance Is Finally Under Threat Regulator eyes limits on developers offering other ways to pay Some apps charge consumers more to absorb App Store fees One week before Apple Inc.’s annual developer conference, the financial heart of its App Store is under renewed attack from antitrust regulators and exasperated developers. The European Commission launched two investigations into Apple on Tuesday. One major focus is on a contentious rule that limits what app developers can (...)

    #Apple #Google #Match #Netflix #AppleStore #Tinder #GooglePlay #payement #procès #domination (...)

    ##bénéfices

  • Mémoire. #Roosevelt, #Washington, #Jefferson : ces présidents américains déboulonnés

    La #statue de l’ancien président Theodore Roosevelt va être délogée de l’entrée du Muséum d’histoire naturelle de #New_York. Aux États-Unis, le débat national sur la pertinence de certains monuments s’est élargi à des personnages tels que les pères fondateurs George Washington et Thomas Jefferson.

    https://www.courrierinternational.com/article/memoire-roosevelt-washington-jefferson-ces-presidents-america

    #statues #mémoire #toponymie_politique #USA #Etats-Unis

  • Vosges : plainte contre Nestlé Waters qui exploite illégalement 9 forages d’eau | France Nature Environnement
    https://www.fne.asso.fr/communiques/vosges-plainte-contre-nestl%C3%A9-waters-qui-exploite-ill%C3%A9galement-9-f

    L’administration et la société Nestlé Waters reconnaissent clairement l’absence d’autorisations administratives pour les prélèvements d’eau sur 9 forages, parmi les 28 exploités par la multinationale. Depuis 2016, la société continue pourtant de pomper l’#eau et de profiter de ce bien commun menacé sans aucune contrainte malgré les problèmes d’épuisement de la nappe, sous le regard bienveillant de l’administration. Comment se fait-il que cette dernière ait laissé Nestlé Waters pomper sans autorisation administrative, tout en permettant la commercialisation de ces eaux minérales ?

    #vol

  • Women’s rights groups call for safe, dignified repatriation and reintegration of returnee female migrant workers
    #Covid-19#migrant#migration#nepal#femme#sanspapier#aide

    https://kathmandupost.com/national/2020/06/19/women-s-rights-groups-call-for-safe-dignified-repatriation-and-reinte

    They have demanded that the government allow registration of illegally migrated women workers with the Foreign Employment Board and ensure the rights of returnee women migrant workers.

  • D’importantes suppressions de postes annoncées chez BFM-TV et RMC
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/06/17/d-importantes-suppressions-de-postes-annoncees-chez-bfm-tv-et-rmc_6043211_32

    NextRadioTV, filiale du groupe Altice (SFR), prévoit de supprimer jusqu’à 380 CDI en raison d’un écroulement des recettes publicitaires, selon l’intersyndicale.

    Quand la direction de #NextRadioTV ( #BFM-TV, #BFM_Paris, #BFM_Lyon, #BFM_Lille , #BFM_Business , #RMC , #RMC_Sport , #RMC_Découverte , #RMC_Story ) a annoncé, le 19 mai, qu’elle allait mettre en place un vaste plan de restructuration avec #licenciements à la clé, elle a jeté un froid : le groupe, propriété de #Patrick_Drahi et de sa société #Altice, était le premier du secteur à assumer tailler dans sa masse salariale pour faire des économies.

    Mardi 16 juin, #Arthur Dreyfuss, le directeur général d’Altice #Média, a provoqué un véritable blizzard en lâchant, à l’occasion d’une réunion avec les syndicats, le chiffre tant attendu sur l’ampleur du plan : entre 330 et 380 postes devraient être supprimés, soit 26 % et 29 % des effectifs totaux, qui comptent 1 280 personnes, selon une source syndicale. A ce chiffre s’ajoutera la suppression de 50 % des #pigistes et intermittents, une mesure qui touchera entre 120 et 200 personnes.

    « C’est dingue » , glissait une journaliste sonnée par la divulgation du chiffre, dans la foulée de la réunion. La direction veut aller vite : elle souhaiterait obtenir l’avis des représentants du personnel cet été, afin d’ouvrir le plan à la rentrée et le boucler en décembre. « Si on respecte les délais légaux, les départs devraient débuter en décembre » , souffle un syndicaliste.

    « Incompréhensible »
    Actuellement, direction et syndicats discutent de l’accord de méthode, qui doit fixer les conditions générales du plan. Mais les représentants des salariés refusent de signer un document qui graverait dans le marbre la possibilité pour Altice Média de recourir à des départs contraints, si le nombre de volontaires se révélait insuffisant. Cet accord n’ayant toutefois pas de caractère obligatoire, les dirigeants d’Altice pourraient très bien s’en passer.

    RMC Sport, qui compte, de source syndicale, entre 150 et 160 salariés, devrait être particulièrement touché par ces mesures (de même que les fonctions supports, qu’Altice a décidé de faire prendre en charge par SFR, le paquebot du groupe). Mais, « mis à part le sport, les rédactions seront très peu touchées » , affirme une source interne.

    « Cette coupe drastique dans les effectifs est incompréhensible dans un groupe qui réalise structurellement des bénéfices (…) qui atteignent 120 millions d’euros en 2019, soit + 300 % en cinq ans » , constatait, amère, l’intersyndicale (CFTC, CFDT, CGT, SNJ et Unsa) de l’unité économique et sociale (UES) Next dans un communiqué publié sur Twitter https://twitter.com/UesNext/status/1273296536458465285 . Les dirigeants d’Altice Média justifient leur schéma par une analyse différente de la situation : la télévision linéaire, et la publicité qui l’accompagne, est en perte de vitesse au profit du numérique. « Les années qui viennent s’annoncent difficiles » , justifie un dirigeant : crise du Covid-19 oblige, les recettes de la télévision devraient baisser de 25 % cette année.

    L’intersyndicale a convoqué une réunion d’information par visioconférence ce jeudi 18 juin, en vue d’une assemblée générale la semaine prochaine, le 23 juin.

  • Une plainte déposée contre Nestlé pour forages illégaux dans les Vosges - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/180620/une-plainte-deposee-contre-nestle-pour-forages-illegaux-dans-les-vosges?xt

    Les ennuis continuent pour #Nestlé dans les #Vosges. Après l’annonce du procès d’une élue locale pour prise illégale d’intérêts en faveur de la multinationale, ce sont les forages d’eau de la firme suisse et la passivité des pouvoirs publics qui sont pointés du doigt. C’est plus d’un milliard de litres d’eau qui auraient été pompés en dehors de tout cadre légal par la multinationale pour être en partie vendus sous les marques #Contrex et #Vittel. De l’eau qui aurait pu être affectée aux communes du secteur, où les ressources s’épuisent.

    #vampires

  • Nepal faces a crisis as COVID-19 stems the flow of remittances | World Economic Forum
    #Covid-19#migrant#migration#nepal#remises

    https://www.weforum.org/agenda/2020/06/nepal-faces-a-crisis-as-covid-19-stems-the-flow-of-remittances

    Remittances represent more than a quarter of Nepal’s economic output.
    The pandemic means migrant workers have swapped the risk of death or injury at work with the reality of poverty and homelessness.
    Financing a shift from subsistence to commercial farming could help prevent food shortages and stimulate employment.
    Digitization could make migrant workers more resilient to shocks.

  • Les forces de l’ordre tuent. Badia Benjelloun
    http://www.librairie-tropiques.fr/2020/06/l-ordre-et-ses-forces.html

    Les statistiques officielles de l’Etat fédéral étasunien donnent le chiffre d’environ mille morts par an de civils tués par la police. Ce chiffre est largement sous-estimé car les prouesses des polices locales ne sont pas toujours recensées dans les registres. Les Départements de police n’ont pas l’obligation de fournir leurs données. Après l’assassinat de #Michael_Brown, un jeune afro-américain de 18 ans à #Ferguson dans le Missouri qui avait suscité d’énormes manifestations, le Washington Post avait entrepris un décompte https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/huit-chiffres-accablants-qui-montrent-lampleur-du-racisme-aux-etats-unis/ar-BB14Vtih#https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/huit-chiffres-accablants-qui-montrent-lampleur-du-racisme-aux-etats-unis/ar-BB en puisant dans la presse locale et nationale et les réseaux sociaux en particulier. Le chiffre des décès dus à une intervention policière s’élèverait selon le Washington Post à 5000 décès entre 2015 et 2017, soit deux fois plus que les statistiques officielles, et, pour la seule année de 2019, à celui de 1 033.
     

    Un consortium de journalistes a entrepris en 2012 le projet de consigner https://fatalencounters.org/#https://fatalencounters.org les morts par #violences_policières depuis 2000. La base de données est collaborative et les quelques défauts des enregistrements sont connus et signalés par les responsables du site. Depuis 2000 jusqu’à la date du 27 mai 2020, fatalenconters.org a alors enregistré 28 139 décès des mains de la police dont 26% sont imputables à des raisons raciales. Le diagramme qui présente le nombre de morts annuelles montre clairement une augmentation progressive avec deux pics pour 2013 et 2018. Les Etats où la #police tue le plus sont la #Californie et le #Texas et c’est là aussi qu’il y a le plus de morts #Afro-Américains. Moins de la moitié des victimes étaient armées. Une sur quatre souffrait de troubles psychiatriques. Le nombre des 7 612 Afro-américains tués en une vingtaine d’années par la police manifeste leur surreprésentation car ils ne forment que 13% de la population totale selon le recensement de 2005, soit une proportion deux fois plus importante qu’elle ne devrait l’être. En 2016, un conducteur arrêté pour un phare cassé a été abattu par la police alors qu’il cherchait ses papiers. La scène de l’agonie du jeune de 32 ans employé d’une cantine scolaire a été filmée par sa compagne qui était à ses côtés, elle a été vue des millions de fois. A cette occasion déjà, le gouverneur du Minnesota déclarait que la réaction de la police était « démesurée » et qu’il s’agissait bien d’un crime raciste https://www.tvanouvelles.ca/2016/07/07/le-gouverneur-du-minnesota-reclame-une-enquete-federale#https://www.tvanouvelles.ca/2016/07/07/le-gouverneur-du-minnesota-reclame-une-enquete-federale .
     
    Depuis quelques années, les meurtres par la police d’Afro-Américains donnent lieu à des protestations de la part de la communauté noire. L’une des plus récentes a eu lieu après celui de Michael Brown en août 2015 sans passé judiciaire alors qu’il s’apprêtait à poursuivre des études supérieures. Il fut abattu de 6 balles à Ferguson dans le Missouri. Plusieurs jours https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Michael_Brown#https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Michael_Brown de manifestations et d’émeutes avaient conduit le gouverneur à déclarer l’état d’urgence, à imposer le couvre-feu et demander l’aide de la Garde nationale.

    C’est donc loin d’être la première fois qu’un Etat s’embrase, que des manifestations de protestation contre le #meurtre d’un Afro-américain par la police soient suivies d’émeutes, de scènes de pillages et d’incendies.
     
    Sur ordre du capital.
    La police étasunienne tue chaque jour en moyenne près de quatre civils sans qu’un fichier centralisé ne prenne soin d’enregistrer ces meurtres. La guerre en Afghanistan occasionne près du double de morts civiles par an ces dernières années. Le rapprochement de ces chiffres macabres autorise la question de la nature de la répression policière qui s’apparente à une forme de #guerre larvée contre une fraction de la population.
     
    Sans aucun doute si l’on considère que la police est dotée d’armements militaires, chars chenillés, fusils d’assaut, lunettes de vision nocturne et autres bibeloteries fabriquées par le complexe militaro-industriel qui trouvent là matière à être recyclées.

    Le matériel fourni aux forces de maintien de l’ordre est parfois plus sophistiqué https://www.europe1.fr/international/Ferguson-les-Americains-decouvrent-leur-police-militaire-671226#https://www.europe1.fr/international/Ferguson-les-Americains-decouvrent-leur-police-militaire-671226 que celui octroyé aux soldats en zone de guerre comme l’ont souligné les vétérans de la guerre en Bosnie au vu des images de la répression lors des émeutes de Ferguson à l’occasion de la mort de Michael Brown.
     
    Le programme 1033, initié sous #Clinton avec l’affirmation de la suprématie des Usa lors de la destruction de la Yougoslavie et de la première guerre contre l’Irak et une dérégulation des activités bancaires, autorise les polices urbaines à puiser dans les surplus de l’armée. Un peu plus tard, après l’effondrement des trois tours à Manhattan en septembre 2001, la confusion entre combattre le terrorisme et le trafic de drogue a été facilitée sous Bush le deuxième. La corrélation entre consommation de drogue et accroissement du chômage, de la précarisation et des inégalités sociales est très étroite.
     
    La valeur du surplus militaire distribué depuis 1996, date de l’adoption par le Congrès du National Defense Authorization Act  et sa section 1033, aux huit mille forces de police locales et fédérale atteignait en 2014 5 milliards de dollars.

    La police du campus de l’ #Université_Monroe de Louisiane a par exemple reçu 12 fusils d’assaut #M16 pour protéger ses 8000 étudiants. Les polices universitaires sur les campus américains sont privées. Dans certaines localités, comme à Chicago, les prérogatives de cette police universitaire supplantent https://www.cairn.info/revue-deviance-et-societe-2017-1-page-29.htm#https://www.cairn.info/revue-deviance-et-societe-2017-1-page-29.htm celles des municipales.

    L’affectation aux polices locales de tenues de camouflage, de chars et de fusils d’assaut, de lance-grenades n’est pas innocente, il s’agit bien d’une #militarisation de la police destinée à combattre l’ennemi interne. Par celui-ci, il faut entendre les #classes_dangereuses que les régimes en mal de légitimité savaient reléguer opportunément outre-mer au temps des colonies et tentent d’enrôler dans des armées de conquête déguisées en intervention humanitaire ou de maintien de l’ordre.

     Dotée d’un arsenal fait pour tuer, la police fait ce pourquoi elle est dressée, elle tue.

    L’analogie peut être élargie aux forces de l’ordre en France. Outillées d’ #armes_sub-létales, elles infligent des mutilations équivalentes à des blessures de #guerre.

    Le nombre élevé de mutilations graves infligées aux #gilets_jaunes lors de manifestations ne présentant aucun danger pour la police a généré une indignation https://www.leji.fr/france/191-les-armes-sub-letales-sont-des-armes-de-guerre-qui-n-ont-rien-a-faire-dans-des-manifestations.html#https://www.leji.fr/france/191-les-armes-sub-letales-sont-des-armes-de-guerre-qui-n-ont-rien-a-faire-dans- auprès des médecins qui ont eu à les soigner.

    La police en réalité dévoile à l’occasion de protestations contre l’ordre inégalitaire sa véritable fonction camouflée en temps de paix sociale relative, celle d’être une #milice au service du #capital.

    Les vies qui importent.
    Le mouvement #Black_Lives_Matter était né dans le sillage du meurtre de #Trayvon_Martin (17 ans) en février, non armé, qui déambulait dans la résidence où il habitait, par un policier acquitté en juillet de la même année. #BLM, mouvement en principe acéphale quoique initié et piloté par trois femmes, a pris de l’ampleur après l’assassinat en 2014 de Michael Brown dans le Missouri et d’Eric Gardner, vendeur de cigarettes à la sauvette et père de six enfants, à New York sans que les policiers responsables des décès ne soient poursuivis par la justice.

    BLM est financé https://www.wsws.org/fr/articles/2016/10/pers-o12.html#https://www.wsws.org/fr/articles/2016/10/pers-o12.html en particulier par la #Fondation_Ford qui lui a octroyé directement dès 2016 100 millions de dollars mais aussi par le biais du Fonds des mouvements dirigés par des Noirs ( #Black-Led Movement Fund , #BLMF). Il ne peut plus être ignoré depuis le livre de Frances Stonor Saunders* que les fondations #Rockfeller et Ford prennent une part active auprès de la CIA dans l’élaboration d’une culture en faveur de l’impérialisme étasunien. De même le soutien de la Fondation #Open_Society à BLM (don en octobre 2015 de 650 000 dollars) témoigne clairement du fait que BLM est bien un instrument de Wall Street et du capitalisme américain. Loin de défendre un idéal démocratique authentique pour de vrais progrès sociaux, BLM se dévoue à proclamer que le monde est divisé selon des critères raciaux et non selon des classes sociales antagonistes, celle qui possède les moyens de production opposée à celle des exploités. A cet égard, BLM et avec elle la myriade d’organisations noires réclamant l’égalité raciale sont une caricature grimaçante, une contrefaçon frelatée comme savent en produire les ingénieurs sociaux au service du capitalisme, du mouvement révolutionnaire des #Black_Panthers.
     
    La question raciale telle qu’elle est abordée par les nouveaux mouvements de défense des ‘gens de couleur’ aux Usa a intéressé l’hexagone car la France connaît le déploiement de quelques structures de défense des descendants d’immigrés. Le quotidien français Libération avait publié un reportage https://www.liberation.fr/apps/2016/05/black-lives-matter/#https://www.liberation.fr/apps/2016/05/black-lives-matter de Rokhaya Diallo sur le ‘nouveau souffle’ du mouvement BLM en mai 2016. Il consiste en un tableau succinct des carrières de quelques figures du courant. A aucun moment n’est citée la source de financements de leurs activités. Elle est même savamment camouflée car est cité en fin d’article #Rashad_Robinson, fondateur de #Color_of_Change, qui a déclaré refuser l’argent des grandes entreprises et du gouvernement et s’opposer en cela à nombre des plus anciennes institutions des droits civiques comme la #NAACP (National Association for the Advancement of Colored People) qui les acceptent. #Rashad_Robinson, rendu sympathique par l’affichage de son homosexualité assumée, sert de métonymie. Sa prétendue indépendance financière par rapport aux institutions et entreprises s’étend subrepticement aux autres personnages précédemment décrits dans la galerie. 
     
    Le reportage n’est en aucun cas une enquête fouillée car il faut une sacrée dose d’aveuglement pour ignorer qu’ #Opal_Tometi, l’une des fondatrices de BLM présentée en tête d’article, est membre comme les deux autres de #BOLD ( #Black_Organizing_for_Leadership_and_Dignity ). Celle-ci reçoit des dotations du fonds des mouvements dirigés par des Noirs largement arrosé par des fondations créées par des milliardaires ‘blancs’.

    Pendant qu’est occultée l’origine des dollars est en revanche mis en avant le caractère #Queer des trois ‘fondatrices’.

    Une telle empathie de la journaliste française a été récompensée https://www.liberation.fr/france/2017/12/28/eviction-de-rokhaya-diallo-le-new-york-times-et-le-guardian-epinglent-la-france_1619320#https://www.liberation.fr/france/2017/12/28/eviction-de-rokhaya-diallo-le-new-york-times-et-le-guardian-epinglent- . Son exclusion du Conseil national du numérique en décembre 2017 a été désapprouvée par le New York Times et The Guardian qui ont morigéné le Président français. Ces quotidiens sont les porte-paroles officieux d’une #gauche_sociétale, préoccupée d’orienter la pensée politique hors du seul champ qui vaille, l’impérialisme à l’origine des migrations, source de main d’œuvre sans documents chichement payée et de profits, et du brassage culturel honni par l’extrême droite et valorisé par la gauche dégénérée.
     



     
    La révolte.
    Une flambée de #manifestations très sévèrement réprimées (plus de 4000 arrestations au premier juin) a parcouru une centaine de villes aux Usa suite à l’assassinat par étouffement de #George_Floyd, filmé et relayé dans le monde entier, ce qui a produit des échos dans nombre de villes occidentales dans le monde. A Berlin, Londres, Paris, Auckland, Sydney, Vancouver, Copenhague, Dublin, Stockholm et Rotterdam ont été organisées des protestations et a été exprimée une grande colère contre ce meurtre, vécu comme un abus policier insupportable. La jeunesse mobilisée s’identifie à la victime comme tout humain normal témoin d’un crime contre son semblable le fait spontanément sous une impulsion irrépressible d’empathie.
     
    Cependant, pour qu’elle brave les interdictions liées à l’état d’urgence sanitaire proclamée un peu partout, il a fallu un ressort supplémentaire. Les jeunes chômeurs et les étudiants endettés sans réelle perspective d’emploi, outre leurs difficultés habituelles d’insertion dans le monde du travail, savent que celles-ci seront décuplées par l’aggravation de la #crise_économique endémique par le #COVID-19.
     
    Aux Usa, ce sont plus de 30 millions de nouveaux chômeurs inscrits fin avril , les termes nouveaux et inscrits sont à souligner, en effet le chiffre de la population active sans travail régulier est bien plus important, depuis que la pandémie les a gagnés. En moins d’un mois, 22 millions d’emplois furent détruits, le taux de chômage atteignait 17% à la mi-avril, bien plus que les 10% de la Grande Dépression. Le Département du Travail a livré ses dernières données, annonçant une amélioration du taux de chômage à 13,5% alors même que la plupart des entreprises étaient encore fermées ou reprenaient avec peine leur activité. Le Bureau des statistiques du Travail enjolive comme à l’habitude les chiffres et vient à la rescousse d’un candidat Trump qui avait tout misé sur l’amélioration de l’emploi pour sa réélection.
     
    Les vies qui importent moins.
    Les dépenses liées au fonctionnement de la police ne cessent de s’élever depuis des années, atteignant selon les villes entre 25 et 40% des budgets municipaux. Au total, les Usa accordent 100 milliards pour les services de police et 80 milliards pour les #prisons, traitant les problèmes sociaux par la force de répression alors que les #écoles manquent de papier et les hôpitaux de savon. Aujourd’hui noyer le sous-financement des services publics par la distribution des #opiacés ne garantit plus l’abrutissement de millions d’Etasuniens, ces #anti-douleurs ont tué environ de 700 000 personnes sur ordonnance en 24 ans, soit près de 20 fois plus de morts annuelles silencieuses (29 100) que celles exécutées directement par la police (1400). Aussi scandaleux qu’il soit, le nombre de tués https://renverse.co/infos-d-ailleurs/France-2000-2014-126-personnes-tuees-par-la-police-francaise-786#https://renverse.co/infos-d-ailleurs/France-2000-2014-126-personnes-tuees-par-la-police-francaise-786 par la police française, une quinzaine par an est à mettre en rapport avec le nombre de morts surtout indirectes induites par le chômage estimées entre 10 000 à 14 000 https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/le-chomage-serait-responsable-de-10-000-a-14-000-deces-par-an_2949371.html#https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/le-chomage-serait-responsable-de-10-000-a-14-000-deces-par-an_2949371.h par an.
     
    On imagine bien #Macron mettre un genou à terre pour une empathie factice avec Georges Floyd et Adama Traore sans accorder le moindre regard sur le non célèbre Georges, celui-ci du nom d’ #Abdallah, communiste libanais dans les prisons françaises depuis 36 ans. Il tentera ainsi vainement de réduire les tensions sociales générées par l’austérité, contre-réformes des retraites, du chômage, réduction des budgets hospitaliers, casse de la Sécu et du Droit du travail. En dépit de la sidération due au confinement, la colère des hospitaliers, des postiers, des enseignants, des enseignants-chercheurs, des ouvriers de Renault, Peugeot, des agents de la RATP et de la SNCF et de l’énergie n’est pas réductible. D’autant que l’été sera propice pour l’équipe au gouvernement de multiplier les lois et les décrets qui réduisent encore davantage les budgets sociaux.
     
    Toujours en embuscade, les stipendiés de la #National_Endowment_for_Democracy #NED, de l’Open Society, de la Fondation Rockefeller et de la Fondation Ford, très favorables à la formulation des conflits sociaux en conflits raciaux, feront passer en première page des journaux cette version d’une actualité grosse d’un #capitalisme sénescent en Occident mais toujours vif et alerte en ‘narratives’ fabriquées pour désamorcer le renversement souhaitable de la société des 0,1% qui tend à être celle des 0,01%. Plus que jamais, la solution de l’alternative Républicains-Démocrates aux Usa n’en est plus une, #Sanders https://www.wsws.org/fr/articles/2020/06/15/sorf-j15.html#https://www.wsws.org/fr/articles/2020/06/15/sorf-j15.html a jeté le masque en ne réclamant pas que soit allégé l’effort budgétaire affecté à la police en faveur d’autres priorités comme l’école mais au contraire en demandant une augmentation de la rémunération des policiers pour les ‘humaniser’. #Mélenchon, Mirabeau de pacotille, prétend de son côté que la police française est simplement haineuse https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/violences-polici%C3%A8res-jean-luc-m%C3%A9lenchon-r%C3%A9clame-que-la-police-change-ses-comportements/ar-BB15qEMf#https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/violences-polici%25C3%25A8res-jean-luc-m%25C3%25 , au lieu de pointer son rôle explicite du maintien de l’ordre du capital. La gauche dégénérée a depuis longtemps changé ses analyses sociales et structurelles pour des explications psychologisantes sans aucune portée de transformation sociale réelle.
     


    L’autoritarisme sous-jacent.
     Les forces répressives ne sont pas sui generis porteuses d’un gène haineux quoique certains choix professionnels se réalisent parfois selon des penchants profonds inconscients (pédophilie et métiers de l’enfance par exemple). Elles sont destinées à stabiliser une forme sociale d’ #exploitation y compris en accomplissant la tâche d’un #terrorisme_d’Etat modulé en multipliant des #contrôles au facies ou en faisant des #interpellations musclées qui se terminent parfois par un décès alors même que ces opérations de police ne sont pas nécessaires. La preuve en est que les vrais trafiquants sont rarement ennuyés dans leur travail de distribution de stupéfiants abêtissants ou mortifères. Ils assurent une paix sociale là où le chômage de masse sévit et ses effets désastreux sont contrebalancés par un commerce illicite.
     
    Ces dites opérations doivent intimider et dissuader et si quelques morts survenaient par inadvertance au cours de leur déroulement, c’est une sorte de valeur ajoutée au terrorisme qu’elles doivent dispenser. Les mutilations spectaculaires effectuées lors des manifestations des Gilets Jaunes ne les avaient pas découragées. L’application systématique d’amendes d’un montant de 135 euros a fini par émousser le courage des plus ardents et c’est cette pénalité financière plus que le #gazage, la technique de la #nasse, les #gardes_à_vue, l’ #emprisonnement qui a eu raison du mouvement (momentanément).

    Cependant, l’expérience accumulée par les #GJ perdure sous la cendre et certains noyaux de militants qui se sont formés en dix-huit mois existent toujours. 
     
    Le système capitaliste a choisi depuis longtemps au terme de nombreux essais, alternance de #républiques et de #monarchies plus ou moins impériales, un type de gouvernement, celui de la #démocratie_représentative, qui reproduit les #élites en charge de le perpétuer. Au fil du temps, cette démocratie représentative au départ relativement pluraliste a basculé vers une forme présidentielle et bipartisane, une sorte de nouvelle monarchie sans pouvoir héréditaire bien plus aisée à adapter par les #classes_dirigeantes aux circonstances et aux besoins changeants de l’air du temps. Un consensus est obtenu sur la sélection des candidats en lice pour occuper les postes fort bien rémunérés de dirigeants de son administration et de sa gestion parasites. Dès que la légitimité de la représentation est contestée de quelque manière que ce soit, la contrainte sous-jacente apparaît sous sa forme autoritaire et donc policière. Beaucoup de techniques de persuasion ont été développées au cours du temps pour éviter que ne vienne au jour la face hideuse de cette démocratie. Ce sont celles de l’ #ingénierie_sociale qui incluent la dérivation des #antagonismes_économiques vers des #épiphénomènes_sociétaux périphériques. Plus d’une année du mandat de François Hollande a été consacrée au mariage des homosexuels. Une autre a été remplie par la lutte contre le terrorisme à l’occasion de crimes commis par des délinquants trafiquants de drogue résidents en Belgique armés avec la complicité d’agents du renseignement français. L’économie française tournée vers le tourisme avait alors beaucoup souffert de l’ampleur médiatique nationale et internationale donnée à cet événement. La focalisation sur le danger islamiste fut si contre-productif que le remplaçant de Hollande a désamorcé totalement l’alimentation de la presse sur ce motif. L’interface solide de la chasse à l’ #islamisme_radical une fois ôtée, les actes de l’exécutif tous dirigés vers plus d’exploitation et moins de droits ( #retraites, #chômage, #droit_du_travail) sont apparus dans leur nudité la plus crue. C’est l’un des facteurs qui a favorisé en plus de l’exacerbation de la #précarité et de l’augmentation des #impôts indirects qui frappent surtout les faibles revenus le mouvement des Gilets Jaunes.
     
    L’énormité de l’endettement des Etats occidentaux en faveur des entreprises transnationales aux dépens des travailleurs est en train de rencontrer ses limites. L’une des forces majeures qui alimentait la machine, l’achat des bons du Trésor des Usa par les Etats qui fournissent leur marchandise bon marché au consommateur américain, est épuisée. La chute du dollar est attendue par certains et espérée par beaucoup.

    L’actuel mouvement protéiforme qui a pris une allure internationale en réponse aux crises capitalistes mondialisées pourra-t-il déboucher sur fond d’affaiblissement de l’impérialisme étasunien sur une transformation réelle de la société ?
     
    #Badia_Benjelloun 17 juin 2020
     
    Notes :
     
    * https://rsliterature.org/fellow/frances-stonor-saunders
    https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/huit-chiffres-accablants-qui-montrent-lampleur-du-racisme-aux-etats-unis/ar-BB14Vtih#image=1
    https://fatalencounters.org
    https://www.tvanouvelles.ca/2016/07/07/le-gouverneur-du-minnesota-reclame-une-enquete-federale
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Michael_Brown
    https://www.france24.com/fr/20190224-afghanistan-onu-record-victimes-civiles-2018-taliban
    https://www.europe1.fr/international/Ferguson-les-Americains-decouvrent-leur-police-militaire-671226
    https://www.newsweek.com/how-americas-police-became-army-1033-program-264537
    https://www.cairn.info/revue-deviance-et-societe-2017-1-page-29.htm
    https://www.leji.fr/france/191-les-armes-sub-letales-sont-des-armes-de-guerre-qui-n-ont-rien-a-faire-dans-
    https://www.wsws.org/fr/articles/2016/10/pers-o12.html
    https://www.liberation.fr/apps/2016/05/black-lives-matter
    https://www.liberation.fr/france/2017/12/28/eviction-de-rokhaya-diallo-le-new-york-times-et-le-guardian-epinglent-la-
    https://leadernewsci.com/usa-manifestations-le-president-trump-mise-en-securite-dans-le-bunker
    https://www.laprovence.com/actu/en-direct/5976165/coronavirus-38-millions-de-nouveaux-inscrits-au-chomage-en-une-semaine-a
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-04-16/u-s-jobless-claims-total-5-25-million-in-week-four-of-lockdown?srnd=marke
    https://labornotes.org/2020/06/its-way-past-time-redistribute-obscene-police-budgets-schools-hospitals-
    https://www.dedefensa.org/article/700-000-morts-sur-ordonnance
    https://renverse.co/infos-d-ailleurs/France-2000-2014-126-personnes-tuees-par-la-police-francaise-786
    https://www.francetvinfo.fr/sante/soigner/le-chomage-serait-responsable-de-10-000-a-14-000-deces-par-an_2949371.h
    https://fr.wikipedia.org/wiki/National_Endowment_for_Democracy
    https://www.wsws.org/fr/articles/2020/06/15/sorf-j15.html
    http://www.librairie-tropiques.fr/2019/01/melenchon-un-mirabeau-tres-delave.html
    https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/violences-polici%C3%A8res-jean-luc-m%C3%A9lenchon-r%C3%A9clame-que-la-police-change-ses-comportements/ar-BB15qEMf
    Tag(s) : #badia benjelloun, #politique, #géopolitique

  • ° La pandémie de coronavirus aggrave la crise de la faim à New York * The Intercept, traduit avec google.
    https://theintercept.com/2020/06/16/coronavirus-hunger-crisis-nyc


    Photo : José A. Alvarado Jr. pour The Intercept Les résidents dans le besoin à la recherche de nourriture transfèrent leurs courses de la boîte fournie par le garde-manger dans leurs sacs réutilisables à l’extérieur de la banque alimentaire Children of the Light au 1171 E 95th Street à Canarsie, New York le 29 mai 2020. Photo : José A. Alvarado Jr. pour The Intercept.

    Annie Louis est entrée en ligne juste après 7 heures du matin. Trois heures plus tard, elle attendait toujours, progressant dans la 95e rue dans l’humidité de Brooklyn. Elle était fatiguée. Ses genoux lui faisaient mal. Et Louis, qui a 61 ans et souffre de diabète et d’hypertension, craignait que d’être parmi les gens - certains masqués et d’autres non - pourrait augmenter ses chances d’être infecté par le coronavirus. Pourtant, elle n’avait aucune intention de sortir de la file d’attente qui serpentait autour de trois blocs de maisons modestes à Canarsie. Elle était finalement assez proche pour voir le Children of the Light Food Pantry, où des fruits frais, des légumes et, espérait-elle, des protéines attendaient.

    "Nous avons besoin de protéines", a déclaré Louis, faisant un geste vers son cousin, qui attendait à côté d’elle et a dit qu’elle espérait aussi que l’épicerie mettrait son garde-manger vide. « La plupart du temps maintenant, nous n’obtenons pas de protéines. Nous vivons de légumes et de riz », a déclaré Louis, qui travaille comme aide-soignante à domicile depuis des années. Bien que les salaires soient bas, dans le passé, elle gagnait généralement assez pour mettre de la nourriture sur la table. Mais depuis le début de la pandémie, elle n’a pas travaillé et ses économies se sont taries il y a des semaines. "Je n’ai pas un centime, mes factures s’accumulent et le loyer est dû en ce moment", a-t-elle déclaré.

    Canarsie, où Louis vit, a le taux de mortalité le plus élevé du coronavirus à New York. Et bien que plusieurs de ses amis soient tombés malades avec Covid-19, et qu’elle craigne toujours d’être infectée, le principal objectif de Louis s’est récemment tourné vers le fait de manger suffisamment. Et elle n’est pas seule. Dans toute la ville, dans les quartiers qui ont été les plus dévastés par le virus - qui se trouvent également être les quartiers où la pauvreté est la plus grande - la faim est en train de devenir la principale préoccupation. À Canarsie, où le revenu médian des ménages est de 26 275 $, le besoin est écrasant. "Je n’ai jamais rien vu de tel dans ma vie", a déclaré mercredi dernier Gardy Brazela, président du comité local de planification communautaire, qui a manqué de nourriture après avoir distribué 700 boîtes à des personnes devant le commissariat de police local. "C’est mauvais, mauvais, mauvais, mauvais."

    La pandémie a provoqué des niveaux historiques de faim dans tout le pays. Des images drones de lignes de voitures apparemment interminables attendant de récupérer de la nourriture dans des garde-manger en Pennsylvanie , en Floride et au Texas traduisent l’étendue de notre nouvelle réalité, dans laquelle l’insécurité alimentaire est nettement plus élevée qu’à tout moment pour lequel il existe des données comparables, en tant que étude de la Brookings Institution trouvée. Selon ce rapport, plus d’un ménage sur cinq aux États-Unis était en situation d’insécurité alimentaire à la fin du mois d’avril, le mois le plus récent pour lequel des données sont disponibles, de même que 2 ménages sur 5 avec des mères d’enfants âgés de 12 ans et moins.

    À New York, toujours la région du pays la plus durement touchée, quelque 2 millions d’habitants - 1 sur 4 - sont en situation d’insécurité alimentaire, selon une estimation du maire Bill de Blasio lors d’un point de presse fin mai. Déjà à la mi-avril, après seulement quelques semaines de mise en quarantaine, 38% des parents de New York ont déclaré avoir réduit la taille des repas ou sauté des repas pour leurs enfants parce qu’ils n’avaient pas assez d’argent pour se nourrir le mois précédent, selon à une enquête Hunger Free America publiée à l’époque. L’enquête a également révélé que 34% des adultes à New York ont sauté des repas ou coupé leurs portions parce qu’ils n’avaient pas assez d’argent pour se nourrir.

    Les organisations se sont développées et se sont reconstituées pour répondre à l’énorme besoin. Un panneau coloré orné de légumes sur la devanture du magasin qui abrite le Children of the Light Food Pantry indique qu’il n’est ouvert que quelques heures certains jours et précise qu’il fonctionne « sur rendez-vous ». Mais depuis fin mars, alors que la demande de nourriture augmente, le garde-manger est ouvert sept jours sur sept et nourrit entre 500 et 700 personnes par jour - bien plus du double du nombre habituel. Les enfants de la lumière ont loué un porto pour les personnes qui s’alignent dès 5 heures du matin.Et selon le directeur du garde-manger, le pasteur Maureen Rush, les volontaires manquent régulièrement de nourriture fraîche avant que la ligne ne soit terminée.


    Pasteur Maureen Rush à l’extérieur du garde-manger des enfants du Light Food où elle aide à diriger les bénévoles. Photo : José A. Alvarado Jr. pour The Intercept
    Deborah Hoyle, directrice de programme du Ocean Bay Cornerstone Community Centre, a anticipé la crise de la faim dès le début du verrouillage. Le quartier n’a pas d’épicerie et certains habitants étaient déjà aux prises avec la faim avant la pandémie. « Cette communauté a été criblée de beaucoup de choses », a déclaré Hoyle, qui a commencé à réfléchir à la façon dont le centre pourrait aider à la distribution de nourriture dès le début de la pandémie. Elle a organisé des dons de nourriture par le biais de la campagne contre la faim et de City Harvest, entre autres organisations, a acheté des tables et des tentes qu’elle a installées devant le complexe de logements Ocean Bay Apartments sur Beach Channel Drive, a rassemblé une équipe de bénévoles et s’est assurée qu’il y en ait suffisamment était un équipement de protection individuelle et des fournitures pour se laver les mains pour tout le monde. « Je suis bonne en logistique », m’a-t-elle dit.

    Hoyle n’était toujours pas préparé à l’intensité de la demande de nourriture qui est apparue dès qu’ils ont commencé à distribuer des produits secs et en conserve et des légumes-racines le 8 avril. « Lorsque nous avons ouvert, je me suis retourné et j’ai dit : OK, il y a 10 personnes en ligne. D’ACCORD. Je peux gérer ça. Mais ensuite j’ai levé les yeux et la file était en bas du bloc. Et la prochaine chose que j’ai su, j’ai entendu dire que cela allait de la 58e à la 54e rue », a-t-elle déclaré. Et ce n’était que la première semaine. Depuis lors, le groupe a également commencé à distribuer des légumes frais, du lait et des œufs. "Et chaque semaine, la foule est devenue plus grande."

    Pourtant, la foule croissante sur les sites de distribution de nourriture autour de la ville n’est que la partie visible du problème. Que ce soit parce qu’ils sont malades ou tout simplement particulièrement à risque de tomber malades, de nombreuses personnes qui ont besoin de nourriture ne peuvent pas faire la queue pendant des heures pour l’obtenir. Récemment, Hoyle a vu une femme âgée trembler en attendant des heures sur son site de distribution. « Je lui ai dit : ’Ne revenez pas ici’ », a déclaré Hoyle, qui a ajouté la femme à la liste des personnes à qui ses bénévoles livrent de la nourriture gratuite.


    Valerie Woodford, une agente correctionnelle à la retraite, une personne âgée et un membre actif de la Community Emergency Response Team (CERT), dirige un employé du Millennium Development à but non lucratif sur les gouttes de nourriture pour les résidents du 8e étage du bâtiment 77 des maisons de l’avenue Vandalia . Photo : José A. Alvarado Jr. pour The Intercept
    Dans les maisons Vandalia, deux bâtiments de la New York City Housing Authority pour les personnes âgées entre Canarsie et East New York, un petit groupe de bénévoles et de membres du personnel d’un organisme sans but lucratif local ont un bref aperçu du besoin lorsqu’ils livrent des produits d’épicerie et des masques faciaux aux résidents âgés. Millie Marelle, une résidente de Vandalia Houses, âgée de 70 ans, portait un masque facial en ouvrant la porte de son appartement de quelques centimètres pour accepter le don de pain et de légumes. Marelle a déclaré qu’elle n’avait pas travaillé depuis le début de la pandémie et qu’elle n’avait parfois pas assez d’argent pour acheter de la nourriture. Dans le couloir, Annie Marcello, 85 ans, a déclaré qu’elle ne s’était aventurée hors de son appartement que pour déposer son chèque de sécurité sociale depuis le début de la pandémie. Marcello a exprimé sa gratitude pour la nourriture et le contact humain avant de fermer et de verrouiller la porte de son appartement.

    Invisible Hands, une organisation dirigée par des bénévoles qui a été créée pour apporter de la nourriture aux personnes immunodéprimées et aux personnes âgées pendant la pandémie, a obtenu une mesure de l’intensité des besoins financiers peu de temps après sa formation. L’idée originale pour l’organisation était de simplement transporter des aliments que les gens achetaient en ligne, car les services de livraison d’épicerie comme Fresh Direct et Instacart étaient débordés. Mais à la mi-mars, Invisible Hands a introduit un programme de subventions qui a payé jusqu’à 30 $ de nourriture pour ceux qui en avaient besoin.

    « C’est devenu très, très, très écrasant très rapidement », a déclaré Simone Policano, l’un des trois fondateurs du groupe. « Nous recevions des centaines d’appels par jour, de travailleurs sociaux, de refuges. » Ainsi, après seulement trois semaines au cours desquelles il a distribué plus de 31 000 $ de nourriture, le groupe a décidé qu’il ne pouvait plus accorder de subventions. "C’était un pansement pour une blessure par balle", a déclaré Policano. « Nous avons dû faire un appel douloureux et dur pour nous enfoncer dans le sol ou arrêter le programme. Nous étions juste cette organisation de bébé. Et notre système a été entièrement dépassé. » Invisible Hands livre désormais la nourriture payée par les offices et autres organisations, mais ne subventionne pas les achats


    Annie Marcelle, une résidente de longue date des maisons de l’avenue Vandalia, représente un portrait à l’extérieur de sa résidence au 1er étage dans le logement réservé aux personnes âgées de Canarsie. Photo : José A. Alvarado Jr. pour The Intercep

    Des organisations encore plus établies ont du mal à répondre au besoin. Citymeals on Wheels, qui livre généralement plus de 2 millions de repas aux New-Yorkais fragiles et âgés chaque année, prévoit de livrer 1 million de repas supplémentaires d’ici la fin de cette année. La demande "a été incroyable", a déclaré Rachel Sherrow, directrice exécutive associée de Citymeals on Wheels, qui a déclaré que le groupe avait récemment dû louer un nouvel entrepôt pour stocker la nourriture supplémentaire et a dû concevoir de nouvelles procédures afin que les volontaires puissent rester socialement distants. tout en suivant la demande accrue.

    Certains défenseurs de longue date disent qu’ils mettent en garde depuis des années contre la faim que la pandémie a exacerbée.
    Certains défenseurs de longue date disent qu’ils mettent en garde depuis des années contre la faim que la pandémie a exacerbée. « J’aimerais pouvoir dire que j’ai été choqué par cela, mais tout cela est tout à fait prévisible », a déclaré Joel Berg, PDG de Hunger Free America. « La plupart des gens ne comprennent pas combien de personnes étaient déjà à la limite. »

    Berg, qui lutte contre la faim depuis plus de 30 ans, ne connaît que trop bien les problèmes sous-jacents. À l’échelle nationale, un quart des Américains n’ont pas d’épargne ou d’épargne négative. À New York, plus d’un million de personnes avaient déjà faim avant le déclenchement de la pandémie. Et beaucoup d’autres ne vivaient qu’à quelques chèques de paie de là. La perte soudaine d’emplois et l’augmentation des prix des denrées alimentaires en raison de la pandémie et de la fermeture ont fait que de nombreuses personnes ont besoin d’aide pour payer leur nourriture pour la première fois de leur vie. Mais les récents changements signifient également que la crise de la faim qui existait déjà à New York n’est devenue que plus grave. "Une cargaison de personnes est simplement passée de faim en faim", a déclaré Berg.

    Le gouvernement de la ville , déjà un énorme fournisseur de nourriture, a considérablement accru sa distribution de nourriture pour répondre à la crise. En mars, de Blasio a nommé Kathryn Garcia le tsar alimentaire Covid-19 de la ville pour gérer l’effort. Et en avril, il a annoncé un plan d’urgence de 170 millions de dollars pour lutter contre la faim, ce qui a impliqué l’ouverture de plus de 400 pôles alimentaires où tout New-Yorkais peut obtenir de la nourriture. Les chauffeurs de taxi et d’Uber aident à livrer la nourriture . La ville a élargi son Office of Food and Nutrition Services, qui sert 850 000 repas par jour aux élèves des écoles publiques de New York, ce qui le place juste derrière l’armée américaine en tant que plus grand acheteur de nourriture du pays. Maintenant, ce bureau nourrit les étudiants et leurs parents.

    "Les gens doivent comprendre qu’ils ont fait en quelques semaines ce que le gouvernement prendrait normalement quelques années", a déclaré Berg. « Ils livrent plus d’un million de repas par jour au domicile des gens. Certains sont halal et casher. " Berg s’est décrit comme « livide avec le maire à propos des questions de police », mais a néanmoins reconnu que l’intensification de la distribution de nourriture que de Blasio a supervisée a été « une énorme entreprise de frigorification ».

    Pourtant, même les réponses les plus admirables du gouvernement et des organisations à but non lucratif dans toute la ville ne suffisent pas à répondre aux besoins actuels. "La demande est sans fin", a déclaré Liz Accles, directrice exécutive de Community Food Advocates. Accles a déclaré que Pandemic EBT , qui apportera aux familles de chaque élève de l’école publique de New York 420 $ pour l’épicerie, devrait aider. Mais c’est un paiement unique. Et elle s’inquiète de ce qui se passera une fois cet argent épuisé, à mesure que les budgets des États et du gouvernement fédéral se resserreront.


    Sous la direction du pasteur Maureen Rush, des volontaires du Children of the Light Food Pantry organisent des boîtes de provisions pour divers résidents de Canarsie dans le besoin, New York City, New York, États-Unis, le 29 mai 2020. Photo : José A. Alvarado Jr. pour The Intercept

    "Les budgets d’austérité sont une préoccupation à tant de niveaux", a déclaré Accles. « Nous ne savons pas s’il y aura un soulagement significatif pour les programmes alimentaires. La crainte est que toutes les personnes qui luttaient au jour le jour le seront encore plus et plus durement, et il y aura un tout nouveau groupe de personnes en plus d’eux qui ont besoin de nourriture. »

    Certains programmes visant à lutter contre la faim reculent déjà. Le programme de sensibilisation et d’éducation en nutrition, qui passe des contrats avec des organisations qui aident les gens à demander des prestations fédérales par le biais du programme d’assistance nutritionnelle supplémentaire, ou SNAP, a récemment notifié à ses bénéficiaires qu’il n’avait pas reçu le renouvellement prévu de son contrat de cinq ans avec l’État de New York. , qui doit expirer le 20 juin. Sans contrat, 45 organisations à travers l’État pourraient devoir licencier ou fermer complètement au moment où leurs services sont le plus nécessaires.

    Certains espèrent que la pandémie suscitera une meilleure compréhension des causes de la faim, même si elle cause de grandes souffrances. Jahi Chappell, directeur exécutif de l’organisation de défense des droits Food First, a déclaré que les racines de notre crise actuelle se trouvent à la fois dans le « filet de sécurité sociale à peine là » et dans le système alimentaire plus large dans lequel les grandes entreprises agricoles et de vente au détail ont trop de pouvoir et les agriculteurs ne sont pas ’t payé un salaire décent. « Tout est lié », a déclaré Chappell, qui a décrit la faim comme une injustice structurelle qui, comme la violence policière, doit être traitée de manière systémique.

    Tant qu’elle n’est pas abordée, la faim, comme la violence policière, est également l’une des rares choses qui peuvent faire sortir les gens de chez eux lors d’une pandémie mortelle. Un mercredi récent, une petite foule s’est rassemblée autour d’une table empilée de pommes de terre et de pommes dans une impasse à Far Rockaway. La plage, juste en bas de la rue, était vide. Mais sur le bloc, de la musique jouait alors que des bénévoles déchargeaient et empilaient les produits des boîtes. Plusieurs ont fait circuler un téléphone portable sur lequel ils étaient FaceTiming avec Cynthia Bryant, la fondatrice d’une église locale qui organise la distribution de nourriture sur le site à distance car elle subit une chimiothérapie.

    D’autres à la station de secours alimentaire pop-up répondaient également à la crise alimentaire avec une générosité qui semblait défier les temps sombres. Desiree Hicks, une mère de quatre enfants qui a perdu son emploi dans la facturation médicale, aidait à distribuer de la nourriture parce que, elle a dit : "Je sais ce que c’est que d’avoir faim." Sharmaine Anderson, qui conduisait une Uber avant la fermeture et a peu d’économies, venait de passer une grande partie de son contrôle de relance sur la nourriture qu’elle distribuait aux voisins. Et Ron Halyard, un pasteur, se préparait à remplir l’arrière de sa camionnette noire de provisions. « Nous continuons de le charger et de parcourir les quartiers », a déclaré Halyard. "Chaque fois que nous trouvons quelqu’un qui a besoin de nourriture."

    #New_York #faim #capitalisme #pauvreté #charité #USA

  • Soutien aux énergies fossiles : l’hypocrisie de la France au Mozambique
    https://www.bastamag.net/climat-energies-fossiles-Mozambique-neocolonialisme-soutien-financier-Fran

    D’immenses réserves de gaz ont été découvertes au nord du Mozambique. Malgré les engagements d’Emmanuel Macron, l’État français continue de soutenir financièrement des projets d’exploitation gazière portés par les #Multinationales françaises, au détriment du #Climat. En matière d’environnement, comme souvent, il y a les paroles et il y a les actes. Prenez le discours d’Emmanuel Macron à la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU, en septembre 2019. « Il faut que les grands pays de ce monde arrêtent de financer (...) #Décrypter

    / Climat, #Afrique, Multinationales, #Néo-colonialisme

  • Tous au vert ? Scénario rétro-prospectif d’un #exode_urbain

    Dès le début de la pandémie de #Covid-19, la #densité_de_population est apparue comme un facteur déterminant de la #propagation_du_virus. Cette corrélation entre #pandémie et #densité est aujourd’hui remise en cause par les scientifiques, notamment au regard de la multifactorialité de l’#épidémie. L’âge, la qualité des services de soin, le type de métier, le mode de cohabitation des ménages, les habitudes culturelles… sont autant d’éléments qui contribuent à accentuer ou non la pandémie.

    Pour autant, les postures critiques vis-à-vis de la ville et de ce qu’elle nous révèle de nos modèles socio-économiques ne faiblissent pas. Si cette pensée radicale n’est pas nouvelle, elle réémerge en période de crise et nous invite à poser la question de l’urbain au regard de la propagation virale et de la #distanciation_sociale au moment du #déconfinement, mais aussi en tant que reflet de la société.

    Creuset de tous les maux, la #ville est mise au banc des accusés et les disparités de densité révèlent d’autres inégalités, à la fois sociales, culturelles économiques.

    Dans ce contexte, certains experts et décideurs s’enthousiasment autour de l’idée d’une possible revanche des #campagnes. De nombreux auteurs et journalistes voient dans la #migration_massive des #Franciliens vers leurs #résidences_secondaires pendant le confinement le signe annonciateur d’un futur #exode_urbain.

    L’observation des dynamiques démographiques sur un temps long montre que les #espaces_ruraux, y compris loin des villes, se repeuplent en effet depuis les années 2000, ce qui participe à la revitalisation des campagnes, sans nécessairement affaiblir pour autant les villes.

    Si aucune accélération du phénomène n’est enregistrée, on peut tout de même se demander à quoi ressemblerait cette France post-exode-urbain, qui se serait reconnectée à sa ruralité et aurait retrouvé une équidensité de peuplement. Quelles seraient les conséquences de cette dé-densification massive des villes ?

    Quand la France était « équidense »

    Cette géographie idéalisée a en réalité déjà existé. Elle correspond à la France de la fin du XIXe siècle, au tout début de la révolution industrielle. En 1876, la population française est répartie de façon beaucoup plus homogène dans l’espace qu’elle ne l’est aujourd’hui.

    La France métropolitaine compte alors 38 millions d’habitants, une densité moyenne de 70 habitants au km2 et plus de la moitié de la population habite dans ce que nous appellerions aujourd’hui le rural.

    Cette répartition spatialement équitable traduit le fait que les hommes habitent au plus près de leur force de travail, laquelle est essentiellement liée à la terre. En 2017, la France métropolitaine recense plus de 64 millions d’habitants, une densité de 119 habitants au km2 et moins d’un quart de la population vit dans une commune de moins de 2 000 habitants.

    En 150 ans, la population a donc presque doublé, entre autres parce que l’espérance de vie est passée de 43 à 86 ans. Il est vrai que cette croissance démographique s’est fortement polarisée dans l’espace, puisque les trois quarts de la hausse de population enregistrée s’est concentrée sur seulement 5 % de la superficie du pays, ce qui nous conduit aux densités actuelles tant décriées.

    Si l’on projette un scénario de dé-densification massive des espaces urbaines pour revenir à cette géographie en apparence plus égalitaire, quelles seraient les variations de population et les conséquences pour les territoires ?

    Des populations qui tripleraient à la #montagne

    À partir des données historiques disponibles, il est possible d’imaginer une #France_néo-rurale pour en tirer quelques leçons contemporaines. Pour cela, la population de 2017 est répartie entre les communes, au prorata du poids qu’elles occupaient en 1876.

    Retrouver la répartition de population du XIXe siècle impliquerait une réduction massive de la population urbaine, ville-centre et proche périphérie, au profit des campagnes et des montagnes. Le littoral méditerranéen et son arrière-pays proche, ainsi que les zones touristiques et attractives de la côte atlantique devraient aussi se dépeupler.

    Sans la réalité des chiffres, on pourrait presque penser que le modèle est soutenable. Mais si l’on précise un peu les dynamiques observées, on se rend compte qu’il faudrait doubler la population rurale.

    Pour retrouver la géographie du XIXe siècle, la ville de Bagnères-de-Bigorre dans les Hautes-Pyrénées passerait ainsi de 7 200 habitants à 16 100. Celle de Charolles, en Saône-et-Loire, de 2 700 à 6 200, et la commune de Murat, dans le Cantal, verrait sa population bondir de 1 880 habitants à près de 5 900.

    Avec une surface moyenne des appartements située à 32 m2 par personne en France, il faudrait construire plus de 130 000 m2 à Murat, soit 1 900 logements de 70 m2 ou bien encore près de 40 immeubles de 8 étages pour assurer cette transition néo-rurale.

    Certains espaces de montagne verraient tripler leur population résidente, c’est le cas globalement des Pyrénées, ou dans une moindre mesure du Massif central. Les Alpes, en revanche, n’enregistreraient qu’une faible hausse de 15 % et le Jura resterait stable puisqu’il pèse, en 2017, un poids équivalent à celui de 1876.
    Des villes pas forcément moins denses

    À l’inverse, certaines villes apparaissent proportionnellement moins peuplées en 2017 qu’en 1876. La capitale française, par exemple, devrait accroître sa population de 54 % et atteindre ainsi les 3,3 millions d’habitants pour retrouver son poids dans la population française.

    En 1876, 5,2 % de celle-ci vivait à Paris pour 3,2 % aujourd’hui. Bordeaux devrait voir sa population progresser de près de 50 % et dépasser les 370 000 habitants. Lyon, Lille et Saint-Étienne enregistreraient des hausses démographiques de 15 à 30 %.

    Outre ces quelques exceptions, l’ensemble des villes françaises devraient globalement se dépeupler et se dédensifier. Les villes moyennes, qui ont enregistré les plus fortes progressions de population au cours des deux derniers siècles, pourraient donc subir aussi ces mouvements d’exode urbain. Si l’on se fonde sur la géographie du XIXe siècle, Romans-sur-Isère ou Albi perdraient plus de 10 000 habitants et Colmar plus de 30 000.
    Le risque d’une gentrification rurale

    À partir de ce scénario rétro-prospectif, il est possible de discuter des conséquences des aspirations ou des appels à la dé-densification massive des villes. Pour dédensifier sérieusement les villes, il faut songer à urbaniser les campagnes, artificialiser de nombreux espaces fragiles et protégés.

    Pour garantir un accès à l’emploi, à la santé, à l’éducation dans un modèle d’habitat dispersé, il faut prévoir de développer les réseaux numériques, énergétiques, routiers afin d’assurer la connexion de ces espaces. Les déplacements motorisés augmenteraient, les prix dans ces espaces nouvellement convoités sans doute aussi, provoquant une forme de gentrification rurale, qui peut déjà s’exprimer dans les campagnes les plus attractives. Le corollaire de ce déménagement territorial pourrait même se traduire finalement par un nouvel engouement pour les villes.

    Finalement, cette projection nous montre surtout à quel point ville et campagne sont profondément reliées et constituent en réalité les deux facettes d’un même modèle territorial. Si en ces temps anxiogènes, la ville repoussoir trouve son pendant dans la campagne refuge, cela ne remet pas en cause la nécessité de travailler à l’amélioration des interactions spatiales, plutôt que d’appeler à soutenir de nouvelles fractures.
    Au-delà de l’opposition entre ville et campagne

    Le rapport affectif que les Français entretiennent avec le monde rural est un ciment important pour la cohésion territoriale. L’attractivité retrouvée de certaines campagnes depuis 20 ans, n’a jusque-là pas remis en cause la dynamique urbaine dont nous avons aussi besoin.

    L’urbanisation a bien sûr ses limites, mais il me semble que les enjeux pour l’action ne sont pas tant liés à la densité des villes, qu’à la qualité des espaces. Cela passe par une déminéralisation des espaces pour redonner une place à la nature, favoriser la biodiversité, réduire les îlots de chaleur.

    Il y a également un enjeu très fort autour de la reconnexion des espaces fonctionnels de vie, de travail, de loisir pour réduire les mobilités et accroître le bien-être des populations. Sur ce dernier point, les villes moyennes ont une opportunité à saisir en offrant dans la proximité à la fois des ressources résidentielles, productives et récréatives.

    Dans tous les cas, les approches clivantes de l’espace, opposant ville et campagne, #centre et #périphérie, ne nous font avancer. Au contraire, s’il doit y avoir un nouveau modèle de résilience à l’issue de la crise, c’est sur l’exceptionnel maillage de l’#espace_géographique de la France et sur le couple ville-campagne hérité de notre histoire, qu’il doit se construire.

    https://theconversation.com/tous-au-vert-scenario-retro-prospectif-dun-exode-urbain-137800
    #néo-ruralité #géographie #cartographie #visualisation

  • Australian, Chinese nationals arrested at Nepal coronavirus protest | South China Morning Post
    #Covid-19#Nepal#manifestation#migrant#migration

    https://www.scmp.com/news/asia/south-asia/article/3088948/australian-chinese-nationals-arrested-nepal-coronavirus

    10 people including seven foreigners were arrested as hundreds staged a demonstration against the government’s handling of the pandemic
    The home ministry has warned that protesters could face a six-month jail term if they stage rallies during the lockdown