• Roumanie : pénurie de main-d’œuvre, les travailleurs asiatiques à la rescousse

    Quatre millions de Roumains ont émigré à l’étranger depuis l’intégration à l’UE en 2007 et les entreprises peinent à recruter. La solution ? Faire venir des travailleurs d’Asie. Dans la région de #Cluj-Napoca, ils viennent du #Sri_Lanka et du #Vietnam pour travailler dans l’#hôtellerie ou l’#industrie. Reportage.

    « Nous sommes partis à cause de la chute de l’activité touristique. Il y avait eu les attentats en 2018, puis avec la pandémie de covid-19, c’est devenu encore plus difficile », raconte Ravindu Wanigathunga. Le jeune homme de 26 ans originaire du Sri Lanka, est aujourd’hui chef pâtissier dans un complexe hôtelier de Cluj-Napoca. « Ici, je gagne un peu plus que chez moi et le coût de la vie n’est pas trop élevé. Si j’étais parti en Europe de l’Ouest, je gagnerais plus, mais le coût de la vie serait très élevé, voilà pourquoi j’ai préféré la Roumanie. » Ravindu est arrivé en Transylvanie il y a quelques mois. « Je me suis trouvé une bonne place, les gens sont corrects, mais le Sri Lanka me manque. »
    Comme lui, ils sont des dizaines de milliers à être venus de pays asiatiques – Sri Lanka, mais aussi #Népal, Vietnam, #Philippines, #Bangladesh, #Inde et #Pakistan – pour travailler en Roumanie. Depuis 2007 et l’intégration européenne, le pays a vu quatre millions de ses habitants partir vers les pays de de l’Ouest et du Nord chercher une vie meilleure. Aujourd’hui, selon le ministère roumain du Travail, on compte 480 000 #emplois_vacants et 200 000 demandeurs d’emploi. La solution : faire venir des travailleurs étrangers non européens. Depuis un an, la Roumanie a quadruplé le quota des visas travail pour les travailleurs étrangers hors UE : fixé à 25 000 début 2021, il est passé à 50 000 en juillet 2021, puis à 100 000 début 2022. Principalement à destination du secteur du bâtiment et de l’hôtellerie-restauration.
    Un tremplin vers l’Europe de l’Ouest ?
    Ils sont quinze Sri-lankais à travailler avec Rovindu dans le complexe hôtelier de Cluj-Napoca. Shen BasNayake, 24 ans, est moins nostalgique de son pays natal, probablement parce qu’il n’est arrivé qu’il y a deux mois et demi et que sa mère, Renuka, est aussi en Roumanie. Arrivée il y a trois ans, celle-ci travaille comme femme de chambre. C’est en Roumanie que Shen et Renuka ont vu la neige pour la première fois.
    Leur collègue Salindu a 29 ans et dix années d’expérience dans une chaîne hôtelière internationale à Tangalle, dans son île natale. Le fait que la Roumanie soit un État membre de l’UE était un argument suffisant pour qu’il accepte l’offre, dans un contexte de déclin de l’activité touristique au Sri Lanka. Gamimi Gulathunga, 57 ans, est le vétéran du groupe. Il n’en est pas à sa première expérience à l’étranger, lui qui a déjà travaillé à Dubaï et en Arabie Saoudite. Mais son cœur est « toujours au Sri Lanka », assure-t-il.
    Janith Kalpa considère cette expérience de travail en Roumanie comme un potentiel tremplin vers un pays d’Europe de l’Ouest. Du moins, ce jeune serveur l’espère. De toute façon, la Roumanie est membre de l’UE, donc « sur le CV, ça ne fera pas de mal », estime-t-il. Il a également travaillé à Dubaï, mais il préfère les clients roumains. « Les gens ici sont polis, ils nous demandent d’où nous venons, comment nous allons. Le pourboire est plus généreux aussi. » Et puis, il dit qu’il aime les femmes roumaines et raconte qu’un ancien employé sri lankais a même fondé une famille ici. Pourquoi pas lui ?

    “Je ne trouvais tout simplement personne à embaucher, aussi je me suis tourné vers une agence à Bucarest et j’ai choisi cette option.”

    « Je ne trouvais tout simplement personne à embaucher, aussi je me suis tourné vers une agence à Bucarest et j’ai choisi cette option », confie Eugen Tușa, le propriétaire du complexe hôtelier de Cluj Napoca. « Je leur ai préparé un logement, je sais que je peux compter sur eux. On a des gens qui sont là depuis trois ans, certains sont partis, d’autres sont venus, mais dans l’ensemble, je suis satisfait. » « Ils sont très responsables, souriants et les clients apprécient ça », ajoute Teona Tușa. « Avec les Roumains, on s’est parfois heurté à un manque de sérieux ou à des exigences diverses, mais même quand on les remplissait, ce n’était quand même pas bien. »

    Les quinze travailleurs sri-lankais de cet hôtel ne représentent qu’une petite fraction du contingent de travailleurs asiatiques installés dans la région de Cluj-Napoca. L’une des entreprises qui en compte le plus est le fabricant italien d’appareils électroménagers De’Longhi, implanté dans la zone industrielle de Jucu, à 20 kilomètres de Cluj-Napoca, là où se trouvait l’usine Nokia jusqu’à sa fermeture en 2011. Sur les 3000 employés de l’usine italienne, 330 sont Sri-lankais.

    Trente Sri-lankais avaient d’abord été embauchés, qui en ont ensuite recommandé 300 autres. « Nous les avons embauchés et cela s’est avéré réussi, car les gens étaient reconnaissants et l’absentéisme et le pourcentage de départs parmi eux étaient extrêmement faibles », explique Florina Cicortaș, directrice des ressources humaines de l’entreprise. En récompense de ces bonnes recommandations, les employés de la première phase ont reçu des primes. L’entreprise a des coûts supplémentaires car elle fournit aussi les logements, mais ces coûts sont compensés par le fait que l’absentéisme et le pourcentage de départ sont faibles, relativise la DRH.

    “On travaille pour pouvoir envoyer de l’argent à la famille au pays, pour les enfants, ma femme et mes parents.”

    Il y a quatre ans, c’était les Vietnamiens qui représentaient le principal contingent de travailleurs non européens en Roumanie. Sur la centaine d’employés de l’entreprise de fabrication d’armoires métalliques d’Adrian Kun, elle aussi établie dans la zone industrielle de Cluj-Napoca, ils représentent même la majorité des travailleurs. « Je n’arrivais et n’arrive toujours pas à trouver des travailleurs ici, donc nous avons contacté une agence de recrutement directement au Vietnam, nos représentants s’y sont rendus et nous avons fait la sélection », explique Adrian Kun.

    De manière informelle, les travailleurs roumains de l’entreprise se disent parfois mécontents du fait que les travailleurs étrangers sont logés et nourris gratuitement, voire qu’ils gagneraient plus qu’eux. Mais s’ils bénéficient effectivement d’un logement inclus dans leur contrat de travail, dans des espaces aménagés à proximité de l’usine, « les travailleurs étrangers ne sont pas avantagés par rapport aux Roumains », se défend le chef d’entreprise. Un travailleur vietnamien gagnerait environ 500 euros – 2 à 3 fois plus que dans son pays d’origine – alors qu’un Roumain se voit offrir 800 euros. Mais même avec ce salaire, Adrian Kun a du mal à attirer les travailleurs roumains.

    Minh Van, 41 ans, travaille dans l’entreprise depuis trois ans. Il est contrôleur qualité. Il n’est pas rentré chez lui depuis tout ce temps et n’a pu pris des vacances qu’à l’automne dernier. « J’avais un salaire assez bas au Vietnam, aujourd’hui j’ai un bon revenu. On travaille pour pouvoir envoyer de l’argent à la famille au pays, pour les enfants, ma femme et mes parents », explique-t-il. Entre-temps, il est devenu un intermédiaire pour faire venir de nouveaux travailleurs du Vietnam, afin de remplacer ceux qui terminent leur contrat et souhaitent retourner dans leur pays natal.

    “La pénurie de main-d’oeuvre en Roumanie est telle que pour beaucoup d’employeurs, il n’y a pas d’alternative.”

    Recourir à des travailleurs étrangers présente des difficultés en termes de démarches administratives – qui prennent du temps avant de rendre l’embauche possible – et de communication entre collègues, mais aussi parce que beaucoup n’ont pas de qualification dans le domaine dans lequel ils viennent travailler, il faut donc les former. « Mais la pénurie de main-d’oeuvre en Roumanie est telle que pour beaucoup d’employeurs, il n’y a pas d’alternative », reconnaît Augustin Feneșan, président de l’Association des employeurs et artisans de Cluj.

    Encore faut-il que les quotas de visa travail établis par le gouvernement le leur permettent. Pour l’instant, la législation du travail donne la priorité aux Roumains et aux travailleurs de l’UE et de nombreux employeurs n’obtiennent pas l’autorisation d’aller chercher des travailleurs dans les pays asiatiques. Mais la récente et forte augmentation des #quotas de #visa travail par les autorités roumaines laissent entrevoir une arrivée de plus en plus massives de travailleurs étrangers en Roumanie.

    https://www.courrierdesbalkans.fr/Penurie-de-main-d-oeuvre-en-Roumanie-les-travailleurs-asiatiques-

    #travailleurs_étrangers #main_d'oeuvre #pénurie #travail #main-d’œuvre_étrangère

  • Rupandehi (Népal) : la police tue quatre squatters lors d’une opération d’expulsion
    https://fr.squat.net/2021/10/18/rupandehi-nepal-la-police-tue-quatre-squatters-lors-dune-operation-dexpuls

    Dimanche 10 octobre 2021, au niveau de la zone industrielle Motipur, en cours de construction, dans le disctrict de Rupandehi, au moins quatre squatters ont été tués par balles par la police lors d’une opération d’expulsion d’un terrain occupé. Sur cette zone se trouvent plus de 400 habitations auto-construites, officiellement expulsables depuis le 14 septembre […]

    #Asie #émeutes #expulsion #Népal

  • Coronavirus: South Korea reports record daily cases; Nepal resumes visas on arrival for vaccinated tourists | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/asia/article/3150076/coronavirus-south-korea-reports-record-daily-cases-nepal-resumes-visas

    Nepal resumes visas on arrival for vaccinated tourists.
    Nepal has restarted visas on arrival for vaccinated tourists as South Asian nations attempt to revive tourism businesses devastated after 18 months of the pandemic. A near travel shutdown has been in place in India, Bangladesh, Nepal, Bhutan and Sri Lanka for more than a year as successive waves of coronavirus took a deadly toll. Nepal reopened to tourists and scrapped quarantine requirements for vaccinated foreigners on Thursday and its neighbours are expected to quickly follow as they seek to bolster linchpin industries in their economies.“The resumption of on-arrival visas is aimed at reopening the tourism sector which is one of the mainstays of Nepal’s economy,” said Tourism Ministry spokesman Tara Nath Adhikari.
    Indians blast ‘racist’ UK quarantine decision for vaccinated travellers
    21 Sep 2021. All visitors must still take a pandemic test on arrival and unvaccinated travellers have to quarantine for 10 days. The decision came just as monsoon clouds cleared for the autumn trekking season, and many are hopeful it will help drive up the arrivals.“So many have lost jobs and livelihoods. This decision is crucial for all of us and we are hopeful that at least some visitors will return,” said Nabin Trital of the Trekking Agencies Association of Nepal.Neighbouring India is soon to announce that it will give away 500,000 free tourist visas as it also starts to reopen after more than a year, officials said.The country had more than 12.5 million tourists in 2019 but lost hundreds of millions of dollars after the shutters came down in March last year.New Delhi is negotiating with international airlines to get scheduled flights resumed from main markets in North America and Europe, the officials said.Bhutan recently let in its first foreign tourist, an American who spent three weeks in quarantine.Vaccinated tourists began entering Sri Lanka in July, without having to quarantine if they test negative for Covid-19 on arrival.South Asia is highly dependent on tourism, which accounted for some 47 million jobs in 2019, according to the World Travel and Tourism Council.But the pandemic left beaches and mountains deserted, from Everest to the Indian Ocean, and the fall in tourism played a major role in recessions seen by most of the countries last year.

    #Covid-19#migrant#migration#nepal#inde#bouthan#asiedusud#sante#tourisme#frontiere#circulation#vaccination

  • Delta variant wreaking havoc on viral Indonesia - Asia Times
    https://asiatimes.com/2021/06/delta-variant-wreaking-havoc-on-viral-indonesia

    Delta variant wreaking havoc on viral Indonesia
    JAKARTA – The Indonesian government may have prevented tens of millions of people from returning to their hometowns in the immediate aftermath of the Ramadhan fasting month, but once the restriction was lifted in mid-May it could do little to stop the inevitable floodtide that followed.The consequences of that are now being felt following a dramatic rise in Covid-19 infections from a plateau of 5,500 daily cases in early June to 15,508 on June 23, similar to what happened following the Christmas-New Year holidays.It is the highest single-day rise since the pandemic hit the country in February last year, with the number of deaths rising by more than 100 a day over the last three weeks to 55,544 and a positivity rate now recorded at 49%.
    Effective Friday, Hong Kong has banned all flights from Indonesia, placing the country on its extremely high-risk list, or Group A1, alongside Brazil, India, Nepal, Pakistan, the Philippines and South Africa. The latest outbreak has included a large number of cases of the so-called Delta variant, which health experts say is more transmittable than the original Covid-19 strain and was responsible for a huge increase in infections across India in recent months.So far, the majority of cases have been in Central Java, where the local government has designated 13 districts and cities as red zones, including the provincial capital of Semarang and its surrounding area.
    In the worst-hit district of Kudus, scores of stricken health workers recently injected with the Sinovac vaccine have all recovered quickly, encouraging news for a country that is relying heavily on China for its early vaccine rollout.

    #Covid-19#migration#migrant#sante#indonesie#variant#inde#nepal#pakistan#bresil#philippines#afriquedusud#inde#frontiere#circulation#contamination#java

  • Au Népal, l’impossible mesure de l’ampleur du Covid-19 lors de la saison des ascensions
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/06/15/au-nepal-le-covid-19-a-perturbe-la-saison-des-ascensions-himalayennes_608418

    Lorsqu’il s’est envolé pour le Népal afin de tenter l’ascension du mont Everest (8 848 mètres), le Norvégien Erlend Ness n’imaginait pas qu’il marquerait la chronique himalayenne d’une manière aussi insolite. Ce ne sont, en effet, ni la terrible cascade de glace aux crevasses insondables, ni les avalanches provoquées par l’enneigement inhabituel – dû au passage de deux cyclones – qui l’ont privé de son Graal, mais le Covid-19.
    Le 14 avril, à peine arrivé à pied depuis le minuscule aéroport de Lukla (2 860 mètres) au camp de base (EBC) à 5 345 mètres au-dessus du niveau de la mer, après une petite semaine de trek à travers la vallée du Khumbu, ce propriétaire d’agence immobilière de 57 ans est devenu le premier prétendant au sommet du « Toit du monde » évacué par hélicoptère à cause du virus.« Qui aurait pu prévoir ça, alors que les autorités parlaient seulement de quelques dizaines de cas à Katmandou et nous encourageaient à venir, moyennant un test PCR négatif avant le départ et un à l’arrivée ? », interroge-t-il depuis son domicile de Trondheim, où il récupère « plutôt bien » après une hospitalisation à plusieurs milliers de dollars à Katmandou.
    Enclavé entre la Chine – qui, cette année, a interdit son versant tibétain de l’Everest aux alpinistes – et l’Inde – qui connaît depuis début mars un terrible regain de la pandémie –, le Népal semblait avoir réussi à contenir la vague de Covid-19 du 2020 en fermant ses frontières et ses montagnes.
    Mais très peu de tests y étaient pratiqués et l’énorme manque à gagner, pour ce pays très dépendant du tourisme, a poussé son gouvernement à tenter un pari des plus risqués visant à requinquer l’hôtellerie et le business des expéditions cette année.Il a assoupli son protocole sanitaire qui comprenait à l’origine une quarantaine obligatoire de sept jours. Le département « montagnes » du ministère du tourisme, qui gère l’accès aux sommets népalais de plus de 7 000 mètres, a délivré pour l’Everest le nombre record de 408 permis d’ascension à 11 000 dollars pièce (environ 9 000 euros) à des alpinistes étrangers, divisés en 43 équipes. S’y sont ajoutés environ 150 permis meilleur marché, répartis sur le Lhotse (8 516 mètres), le Nuptse (7 861 mètres) et le Pumori (7 161 mètres) voisins.
    Avec les guides et le personnel logistique, près de 2 000 personnes ont élu domicile à l’EBC de mi-mars à mi-mai. « La Colline » (surnom du camp de base) s’est muée en un cluster géant en puissance, au moment où les villes népalaises et leurs hôpitaux, surchargés et démunis, en appelaient au monde entier pour être ravitaillés en oxygène.Les médecins de l’Association himalayenne de secours (Himalayan Rescue Association, HRA) venus ausculter Erlend Ness sous sa tente n’ont, selon lui, « jamais prononcé le mot de Covid ». Ils ont ordonné son évacuation pour des « symptômes évocateurs d’un œdème pulmonaire ». Et pour cause. Le gouvernement népalais avait interdit la pratique de tests PCR rapides aux préposés de cette ONG népalaise, présente pour la saison à l’EBC : une décision visant à soigner la réputation de l’Everest, vitrine touristique nationale.Erlend Ness n’a été officiellement testé positif au Covid-19, et enregistré comme tel par le ministère de la santé népalais, qu’à son arrivée à l’hôpital à Katmandou. Meera Acharya, chef du département « montagnes » au ministère du tourisme a eu beau jeu d’affirmer, chaque fois qu’elle était interrogée sur l’EBC, qu’elle n’avait « pas connaissance » d’évacuations dues au Covid.
    « Les autorités népalaises donnent des informations sur le Covid [dans les camps de base] en partant des rapports fournis par les chefs d’expéditions au ministère », a plaidé Mme Acharya dans un courriel au Monde, se justifiant de n’avoir pas disposé de ces données durant la période d’ascension, qui a pris fin début juin.Le guide autrichien Lukas Furtenbach, lui aussi, a d’abord cru son équipe à l’abri. Le médecin d’expédition qu’il avait embauché s’était muni de 3 000 tests rapides afin de pouvoir contrôler, tout au long du trek d’approche et des rotations d’acclimation, ses clients et leur encadrement népalais. Par précaution, le patron de Furtenbach Adventures leur avait aussi interdit de frayer avec d’autres expéditions à l’EBC.Mais des cas positifs dans ses rangs et une jam session, animée dans une vaste tente par une star américain de la pop réunissant plusieurs équipes, l’ont décidé à annuler son expédition. « Les leaders des équipes qui ont organisé cette fête s’en sont largement fait l’écho sur les réseaux sociaux, raconte-t-il au Monde, par téléphone, depuis l’EBC. Or, à eux tous, ils avaient déjà évacué une bonne quarantaine de leurs membres infectés au Covid, et il y avait parmi eux des gens sans masque, arrivés du Dhaulagiri (8 167 m), et dont aucun n’avait été testé. »Dénonçant un « scandale », Lukas Furtenbach a levé le camp « en concertation avec [son] médecin d’expédition », sans comprendre pourquoi le ministère du tourisme s’entêtait « à nier une épidémie énorme, au risque de perdre toute crédibilité ».
    « J’ai appelé, sans être entendu, à des tests massifs à l’ECB car la HRA, officieusement, les opérateurs d’expéditions, les pilotes d’hélicoptère qui procèdent aux évacuations, les compagnies d’assurances et les alpinistes infectés confirment tous l’existence d’une multitude de cas, a-t-il insisté. C’est criminel d’un point de vue légal comme d’un point de vue moral d’envoyer pour l’ascension – même s’ils veulent y aller – des clients, porteurs et guides susceptibles de déclarer un virus mortel dans les camps supérieurs où toute évacuation héliportée est impossible. »Pour la Dre Dominique Jean, infectiologue, spécialiste de la médecine d’altitude – à laquelle elle forme des médecins népalais – et vice-présidente de la Société internationale de médecine de montagne (ISSM), amener des groupes étrangers au Népal, ce printemps, était « irresponsable » : « Excepté les guides, porteurs et personnels de cuisine des très grosses agences d’expéditions, nombre de gens n’ont jamais été testés et encore moins vaccinés ».Or, sans tests rapides systématiques à l’arrivée au camp de base, sauf en cas de perte du goût et de l’odorat, il est « impossible de faire la distinction entre les symptômes du Covid et ceux de maladies fréquemment développées en haute altitude (difficultés respiratoires, toux, diarrhées…) ».
    Les conséquences sanitaires de l’existence de clusters de haute altitude au Népal ne seront probablement jamais démontrées, faute d’un dépistage et d’un traçage efficaces. Mais l’Everest et les autres sommets népalais de 8 000 mètres continuent d’aimanter les alpinistes. »

    #Covid-19#migrant#migration#nepal#inde#chine#sante#cluster#economie#depistage#sport

  • Mount Everest Covid outbreak has infected 100 people at base camp, says guide | Mount Everest | The Guardian
    http://www.theguardian.com/world/2021/may/23/mount-everest-covid-outbreak-has-infected-100-people-at-base-camp-says-
    https://i.guim.co.uk/img/media/d9dc57f8afa34a3d99077a63c3c0d895bd155af1/0_108_3231_1939/master/3231.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Mount Everest Covid outbreak has infected 100 people at base camp, says guide. Austrian expedition leader Lukas Furtenbach says the real number could be 200, despite official Nepali denials. A coronavirus outbreak on Mount Everest has infected at least 100 climbers and support staff, a mountaineering guide said, giving the first comprehensive estimate amid official Nepalese denials that the disease has spread to the world’s highest peak. Lukas Furtenbach of Austria, who last week halted his Everest expedition due to virus fears, said on Saturday one of his foreign guides and six Nepali Sherpa guides had tested positive.
    “I think with all the confirmed cases we know now confirmed from (rescue) pilots, from insurance, from doctors, from expedition leaders, I have the positive tests so we can prove this,” Furtenbach said from Nepal’s capital, Kathmandu.“We have at least 100 people minimum positive for Covid in base camp, and then the numbers might be something like 150 or 200.”
    He said it was obvious there were many cases at the Everest base camp because he could visibly see people were sick, and could hear people coughing in their tents.A total of 408 foreign climbers were issued permits to climb Everest this season, aided by several hundred Sherpas and support staff who had been stationed at base camp since April.
    Nepalese mountaineering officials have denied there were any active cases this season among climbers and support staff at all base camps for the country’s Himalayan mountains. Mountaineering was closed last year due to the pandemic. Nepalese officials could not immediately be reached for comment Saturday. Other climbing teams have not announced any Covid-19 infections among their members or staff. Several climbers have reported testing positive after they were brought down from the Everest base camp.Furtenbach said most teams on the mountain were not carrying virus testing kits, and that before his team pulled out, they had helped conduct tests and had confirmed two cases. Most teams were still at base camp, hoping for clear weather next week so they can make a final push to the summit before the climbing season closes at the end of the month, Furtenbach said. In late April, a Norwegian climber became the first to test positive at the Everest base camp. He was flown by helicopter to Kathmandu, where he was treated and later returned home. Nepal is experiencing a virus surge, with record numbers of new infections and deaths. China last week canceled climbing from its side of Mount Everest due to fears the virus could be spread from the Nepalese side. Nepal reported 8,607 new infections and 177 deaths on Friday, bringing the nation’s totals since the pandemic began to more than 497,000 infections and 6,024 deaths.

    #Covid-19#migration#migrant#nepal#everrest#autriche#norvege#chine#contamination#frontiere#circulation#tourisme

  • Au Népal, l’Himalaya en manque de touristes
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/05/11/au-nepal-l-himalaya-en-manque-de-touristes_6079799_3234.html

    Au Népal, l’Himalaya Le secteur du tourisme, durement touché par la pandémie de Covid-19, comptait sur une reprise en 2021, avant qu’une deuxième vague venue d’Inde reconfine les villes début mai. Après une année sans expédition, le mois de mai devait marquer le retour des alpinistes côté népalais pour l’ascension du sommet de l’Everest, juste avant la mousson. Cette année, quelque 408 permis ont été attribués, soit plus que le record de 2019. Pour l’obtenir, il suffisait aux candidats de se soumettre à un protocole sanitaire assoupli (test PCR avant et après l’arrivée au Népal). Du moins jusqu’à l’entrée en vigueur d’un nouveau confinement le 29 avril à Katmandou, la capitale, et de restrictions sur les vols domestiques et internationaux depuis le 3 mai, à cause de l’explosion épidémique en Inde.
    Avec la découverte, mi-avril, au camp de base, d’un cas positif chez un alpiniste norvégien, transféré par hélicoptère à Katmandou, puis chez plusieurs membres du personnel accompagnateur, le Covid-19 menace aujourd’hui la reprise tant espérée. Pour l’heure, les expéditions en cours continuent : « La plupart des clients et leurs sherpas sont toujours au camp de base et prêts à partir dès que le temps le permet. Dans les deux semaines, il pourrait y avoir environ 700 personnes qui tentent l’ascension », explique Billi Bierling, gérante de The Himalayan Database, le site qui archive les expéditions dans l’Himalaya.
    Car le sommet de l’Everest représente 4 millions de dollars (3,3 millions d’euros) de redevances par an pour le pays. Chaque grimpeur s’acquitte de 9 000 euros pour son ascension. Soixante-dix autres pics de plus de 6 000 mètres ouverts à l’alpinisme permettent d’engranger environ 1 million de dollars par an.L’Himalaya, cette « industrie sans fumée », fait vivre quelque 300 000 Népalais à travers les treks et le tourisme associé – et un million en incluant le secteur informel. L’épidémie de Covid-19, qui, en mars 2020, a conduit les autorités à organiser le rapatriement dans leur pays de près de 100 000 voyageurs, a sinistré le secteur.(...)
    En 2020, une grande partie des guides et porteurs sont toutefois retournés dans les familles au village (65 % de la population du Népal vit de l’agriculture). Ram Puri, organisateur de treks d’une trentaine d’années, a passé le confinement de fin mars à juillet 2020 chez ses parents dans le district de Sindhupalchok, entre Katmandou et la chaîne de l’Himalaya. « On a élevé plus de chèvres et produit des surplus de riz et de maïs afin de pouvoir tenir deux ans, au cas où », explique-t-il. En 2021, il n’a pu organiser que deux groupes de trek. Francophone, il profite de son temps libre pour apprendre le mandarin – la Chine représentait le contingent de touristes en plus forte croissance avant le Covid-19. Au début de l’épidémie, l’office du tourisme du Népal (NTB) s’est associé à des associations professionnelles pour employer les porteurs et guides sans travail à nettoyer les sommets jonchés de détritus. Mais les fonds ont vite manqué. « Cela a eu lieu une fois. En réalité, on ne s’inquiète pas pour le secteur de la montagne, les randonneurs et les alpinistes reviendront d’eux-mêmes », explique la directrice du NTB, Nandini Thapa.En fait, les efforts de promotion du pays se portent désormais sur les basses terres, c’est-à-dire les plaines du Teraï, où une dizaine de casinos rivalisent pour attirer les joueurs indiens de l’autre côté de la frontière, ainsi que sur la partie collinaire du pays et ses parcs naturels.A l’origine, l’année écoulée devait être celle d’une vaste campagne de promotion, « Visit Nepal 2020 », où le pays prévoyait de passer la barre des 2 millions de visiteurs – contre 1,2 million en 2019. Un chiffre modeste, pour un pays de 30 millions d’habitants, qui a accueilli ses premiers visiteurs dans les années 1950, après la première ascension de l’Everest en 1953.Reste que le tourisme ne représente que 8 % du produit intérieur brut (PIB) en 2019 – contre 27 % pour les envois de fonds de travailleurs népalais à l’étranger. « En vingt ans, Singapour a doublé ses arrivées de touristes, pour des revenus équivalents au PIB total du Népal », rappelle, dans un essai récent sur le potentiel de l’économie népalaise (Unleashing the Vajra, Penguin, non traduit), l’entrepreneur Sujeev Shakya, qui préconise un tourisme plus haut de gamme et déplore l’enlisement des plans initiaux de développement.
    Le boom tant espéré pourrait toutefois se concrétiser avec l’entrée en service – attendue courant 2022 – de deux aéroports « régionaux-internationaux », celui de Pokhara, la deuxième ville du pays, au pied du massif de l’Annapurna, et celui de Lumbini, haut lieu de pèlerinage – c’est là qu’est né le Bouddha – au sud du pays. Ces nouvelles portes d’entrée vers l’Asie (les Sri-Lankais sont, après les Indiens, les premiers visiteurs à Lumbini) doivent désenclaver ces régions à fort potentiel – avec, en ligne de mire, plus de Chinois (500 000 étaient attendus en 2020).

    #Covid-19#migrant#migration#nepal#chine#tourisme#sante#frontiere#circulation#test#retsrictionsanitaire#travailleurmigrant#transfert

  • HCR - Le Népal devient le premier pays d’Asie-Pacifique à vacciner les réfugiés contre le Covid-19
    https://www.unhcr.org/fr/news/stories/2021/3/60631191a/nepal-devient-premier-pays-dasie-pacifique-vacciner-refugies-contre-covid.htm

    Le Népal devient le premier pays d’Asie-Pacifique à vacciner les réfugiés contre le Covid-19. Le Népal vaccine les réfugiés âgés de plus de 65 ans dans le cadre de son programme national de vaccination.Laxmi Maya Regmi, âgée de 72 ans et réfugiée bhoutanaise, n’aurait jamais pensé avoir besoin d’une vaccination à son âge. Toutefois, le 19 mars dernier, elle a compté parmi les premiers réfugiés à recevoir un vaccin contre le Covid-19 dans le camp de Beldangi, à l’est du Népal.« Je ne voulais pas manquer cette occasion. Je suis très heureuse maintenant », a-t-elle déclaré, après avoir reçu sa première dose. « J’avais entendu dire que les personnes âgées comme moi étaient plus exposées à la maladie. Je me sens en sécurité maintenant. »
    Le Népal est le premier pays de la région Asie-Pacifique à vacciner les réfugiés contre le Covid-19, dans le cadre de son programme national de vaccination. Les réfugiés du camp ont été vaccinés dans le cadre de la deuxième phase de ce programme, qui a débuté le 7 mars et vise les personnes âgées de plus de 65 ans.Le pays a démarré sa campagne de vaccination en date du 27 janvier dernier, après que le gouvernement indien ait fait don d’un million de doses de Covishield, la version du vaccin Oxford-AstraZeneca qui est produite en Inde. Au cours de la première phase, les travailleurs de santé de première ligne, les agents d’assainissement et d’hygiène ainsi que les responsables de la sécurité ont été vaccinés. Les autorités locales, les responsables des réfugiés et les responsables de la sécurité ont mis en place un centre de vaccination temporaire dans le camp de réfugiés et, au 24 mars, quelque 668 réfugiés âgés de plus de 65 ans avaient déjà été vaccinés contre le virus dans tout le pays. D’autres réfugiés seront inscrits au programme de vaccination lorsque le gouvernement recevra des livraisons supplémentaires de vaccins.
    Le Népal accueille près de 20 000 réfugiés, principalement des Tibétains et des Bhoutanais, arrivés respectivement en 1959 et au début des années 1990. Depuis le début de la pandémie, le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, travaille en étroite collaboration avec d’autres agences des Nations Unies et les autorités gouvernementales pour plaider en faveur de l’inclusion des réfugiés dans les plans de prévention et de lutte contre le Covid-19.« Le gouvernement népalais a fait preuve d’un leadership exemplaire en matière de réponses de santé publique en incluant les réfugiés dans les plans et le déploiement de la vaccination nationale », a déclaré Carolin Spannuth Verma, représentante du HCR au Népal. « Le risque de contracter le Covid-19 est le même pour tous. Peu importe que vous soyez un réfugié ou non », a déclaré Shrawan Kumar Timilsina, le chef du district de Jhapa, dans l’est du Népal, où se trouvent les deux camps de réfugiés du pays. « Protéger la vie de toutes les personnes est notre priorité. »Bhakti Prasad Baral, 83 ans, a fui le Bhoutan en 1992 et vit désormais dans le camp de Beldangi. Il se déclare « chanceux » d’avoir reçu le vaccin.
    « Il était vraiment difficile d’endurer ce qui se passait à cause de la pandémie », a déclaré l’octogénaire, qui travaille comme prêtre hindou dans sa communauté. « Les mots me manquent pour remercier le gouvernement du Népal de prêter attention aux personnes âgées comme nous. »

    #Covid-19#migrant#migration#nepal#sante#vaccination#inclusion#refugie

  • Hong Kong seeks Thai consulate’s help over Covid-19 cluster threat, temporarily bans Nepal Airlines as city records 11 new cases | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/hong-kong/health-environment/article/3104163/hong-kong-bar-centre-potential-covid-19-outbreak

    Hong Kong recorded 11 new Covid-19 infections on Monday.
    Hong Kong health authorities on Monday moved to quash a potential new Covid-19 cluster with the help of Thailand’s consulate-general, while temporarily banning Nepal Airlines from flying to the city. Overall, the city recorded 11 confirmed coronavirus infections, pushing the tally to 5,124. Seven were imported, with one case originating in India and six arriving aboard Nepal Airlines flight RA4099 on Saturday. The six infections prompted the government to suspend flights from the airline for two weeks, until October 17.

    #covid-19#migrant#migration#hongkong#thailande#inde#nepal#casimporte#sante

  • Academic marginalisation of Hong Kong’s ethnic minority groups increases amid coronavirus pandemic | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/week-asia/economics/article/3099339/academic-marginalisation-hong-kongs-ethnic-minority-groups

    After several months of learning from home, the government has decided to start the new academic year online following a third wave of Covid-19 cases. Advocates have warned that the city’s poorest are being disproportionately impacted by the pandemic, as more than one in four children are believed to live in poverty. For ethnic minority children from low-income families, the challenges seem even greater. According to official statistics, people from ethnic minority groups account for about 4 per cent of Hong Kong’s population, excluding foreign domestic workers. Out of this group, Pakistanis, Indonesians, Thais and Nepalis registered the highest poverty rates.Amod Rai, a Nepali online teaching consultant, said it was essential to have teachers better trained at delivering online classes. “Teachers need to upgrade their skills on how to deliver content online, while schools should provide resources to help their students,” he said.
    “Among ethnic minority children, both parents tend to work and have little time. Online learning requires more support and the children need to be motivated. We need to work with the parents so they can understand how to help their kids.”

    #Covid-19#migrant#migration#kongkong#nepal#thailande#travailleurmigrant#eenfant#education#sante#resilience#inegalite#minorite

  • India’s Bihar state fights twin threat of virus and floods
    https://apnews.com/929a3a654a13c7d2401f2e74517f1778

    Monsoon floods have swamped large parts of India’s densely populated Bihar state and displaced more than 300,000 people by Friday, officials said, exacerbating the risk of the coronavirus and stymieing its response to the pandemic. The floods have killed at least 24 people in the state, where heavy rain has submerged thousands of villages in 14 districts and pushed the already feeble health care system to the wall. More than 300,000 villagers have been evacuated to relief camps and officials warned of further cloudbursts and heavy rain in the next two days. India’s National Disaster Response Force said it had deployed 28 of its teams to help with rescue and relief work. Every year the state faces perennial flooding by the rivers originating from neighboring Nepal that affects millions, but doctors and experts said the bigger worry this year is the rapidly spreading coronavirus

    #Covid-19#migration#migrant#inde#nepal#deplacement#mousson#sante#environnement#contamination

  • China’s Health Silk Road paves way to Covid-19 recovery - Asia Times
    https://asiatimes.com/2020/07/chinas-health-silk-road-paves-way-to-covid-19-recovery

    A virtual meeting of the foreign ministers of China, Afghanistan, Pakistan and Nepal on July 27 became the third vector of Beijing’s “Silk Road of Health” diplomacy in Asia. A Xinhua report on the event said China proposed that the four countries should “consolidate consensus of solidarity against Covid-19, carry out joint cooperation mechanisms on Covid-19 response in the region, enhance cooperation in the fight against the pandemic and in [developing a] vaccine, and accelerate economic recovery and development after the pandemic.” The foreign ministers of Pakistan, Afghanistan and Nepal conveyed their willingness “to deepen cooperation with China to fight Covid-19, ensure the flow of trade and transport corridors, facilitate people-to-people and trade connection, build a ‘silk road of health’ and community of a shared future for humanity.”
    The Silk Road of Health was first publicly mentioned by Chinese President Xi Jinping during a 2016 speech in Uzbekistan. Its first stepping stones are coming into view with the articulation of China’s Covid-19 response under the Belt and Road Initiative’s expansive umbrella

    #Covid-19#migrant#migration#chine#afghanistan#pakistan#nepal#routedelasoie#sante#circulation#cooperation#developpement

  • 2 Mideast countries, world’s top virus rates per population
    https://apnews.com/fe5909abd3a01d5d77f65a556183050d

    FILE - In this May 14, 2019 file photo, two people take in the sea breeze at the Corniche waterfront promenade in Doha, Qatar. The small, neighboring sheikhdoms of Bahrain and Qatar have the world’s highest per capita rates of coronavirus infections in the world. In the two Mideast countries, COVID-19 epidemics initially swept undetected through camps housing healthy and young foreign laborers. In Qatar, a new study found that nearly 60% of those testing positive showed no symptoms at all. In Bahrain, authorities put the number of asymptomatic spreaders of the virus even higher, at 68%. DUBAI, United Arab Emirates (AP) — The small, neighboring sheikhdoms of Bahrain and Qatar have the world’s highest per capita rates of coronavirus infections. In the two Mideast countries, COVID-19 epidemics initially swept undetected through camps housing healthy and young foreign laborers, studies now show. In Qatar, a new study found that nearly 60% of those testing positive showed no symptoms at all, calling into question the usefulness of mass temperature checks meant to stop the infected from mingling with others. In Bahrain, authorities put the asymptomatic figure even higher, at 68%. These results reflect both the wider problems faced by Gulf Arab countries reliant on cheap foreign labor and their relative success in tracking their COVID-19 epidemics, given their oil wealth and authoritarian governments. Aggressive testing boosted the number of confirmed cases as health officials in Bahrain and Qatar targeted vulnerable labor camps and neighborhoods, where migrant workers from Asia sleep, eat and live up to dozen people per room. “This is why globally we failed to control, I think, the infection because simply the response has been focused on trying to find cases and isolate them and quarantine their contacts,” said Laith Abu-Raddad, a disease researcher at Weill Cornell Medicine – Qatar. “Now, if most people getting the infection are actually spreading the infection without even knowing it, this really does not actually work.” (...) Both rely heavily on foreign labor, whether white-collar workers in banks or blue-collar laborers scaling scaffolding on construction sites. Qatar in particular embarked on a massive construction boom ahead of hosting the 2022 FIFA World Cup. The virus found a home in the cramped quarters that foreign laborers live in while trying to save money to send back home. In Qatar, nearly 30% of those found infected were from India, while 18% were Nepalis and 14% were Bangladeshis, according to a study by Abu-Raddad and others.

    #Covid-19#migrant#migration#qatar#bahrein#inde#bangladesh#nepal#travailleurmigrant#sante#contamination#transfert#economie

  • Women’s rights groups call for safe, dignified repatriation and reintegration of returnee female migrant workers
    #Covid-19#migrant#migration#nepal#femme#sanspapier#aide

    https://kathmandupost.com/national/2020/06/19/women-s-rights-groups-call-for-safe-dignified-repatriation-and-reinte

    They have demanded that the government allow registration of illegally migrated women workers with the Foreign Employment Board and ensure the rights of returnee women migrant workers.

  • Nepal faces a crisis as COVID-19 stems the flow of remittances | World Economic Forum
    #Covid-19#migrant#migration#nepal#remises

    https://www.weforum.org/agenda/2020/06/nepal-faces-a-crisis-as-covid-19-stems-the-flow-of-remittances

    Remittances represent more than a quarter of Nepal’s economic output.
    The pandemic means migrant workers have swapped the risk of death or injury at work with the reality of poverty and homelessness.
    Financing a shift from subsistence to commercial farming could help prevent food shortages and stimulate employment.
    Digitization could make migrant workers more resilient to shocks.

  • Australian, Chinese nationals arrested at Nepal coronavirus protest | South China Morning Post
    #Covid-19#Nepal#manifestation#migrant#migration

    https://www.scmp.com/news/asia/south-asia/article/3088948/australian-chinese-nationals-arrested-nepal-coronavirus

    10 people including seven foreigners were arrested as hundreds staged a demonstration against the government’s handling of the pandemic
    The home ministry has warned that protesters could face a six-month jail term if they stage rallies during the lockdown

  • Nepal’s Migrant Workers Are Returning En Masse From India Amid COVID: Is Nepal Prepared For Reverse Migration and COVID Crises? | OPINION
    #Covid-19#migrant#migration#nepal#inde#retour

    https://www.thequint.com/voices/opinion/india-nepal-border-coronavirus-pandemic-migrant-workers-exodus-reverse-mig

    When India announced the first COVID-19 lockdown, people started marching to their homes by any means of transportation, even walking miles. In this manner, hundreds and thousands of Nepali citizens/workers living in India gathered at the India-Nepal borders protesting and sloganeering that “Nepali Nagrik lai firta leyu” – “Nepal, take your citizens back.” But by then, borders had been closed down and only essential services were allowed to pass through, leaving all these workers stuck at the border.

  • Impact of COVID-19 on remittances
    #Covid-19#migrant#migration#Nepal#remises

    http://thehimalayantimes.com/opinion/impact-of-covid-19-on-remittances

    According to the World Bank’s latest Migration Brief, global remittances are expected to take a dramatic fall by about 20 per cent to US$ 445 billion in 2020 from US$ 554 billion in 2019 due to the economic crisis brought about by the COVID-19 pandemic along with the lockdowns. This decline, the sharpest drop in recent history, is largely attributed to a decrease in the wages and employment of migrant workers. Remittances to low and middle-income countries (LMICs), on the other hand, are also estimated to go down by 19.7 per cent to $445 billion, signifying a loss of a key financing lifeline for many vulnerable households. Despite this decline, remittance flows are expected to become even more crucial as a source of external financing for LMICs as the decline in foreign direct investment (FDI) is expected to be bigger, that is, more than 35 per cent owing to the travel bans and disruption in international trade, among others.

  • Le Qatar peine à endiguer la propagation du virus chez les travailleurs migrants
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/05/16/le-qatar-peine-a-endiguer-la-propagation-du-virus-chez-les-travailleurs-migr

    L’un des principaux facteurs de la propagation avancé est la promiscuité dans laquelle vit une partie des travailleurs migrants – d’origine indienne, népalaise, sri lankaise ou bangladaise – qui représentent 90 % de la population de la presqu’île. Même si les autorités ont construit ces dernières années de gigantesques cités ouvrières, où les employés des chantiers de l’émirat dorment à quatre par chambre de 25 m2, dans des conditions à peu près décentes, un nombre substantiel d’entre eux continuent à s’entasser à huit dans des turnes insalubres, moitié moins grandes, où la distanciation sociale est tout bonnement impossible.
    Les gestes barrières ne sont guère plus faciles à appliquer sur les sites de construction, où le travail n’a jamais cessé depuis l’arrivée du coronavirus. L’approche du Mondial de football de 2022, organisé dans l’émirat, impose de poursuivre l’édification des stades et des infrastructures nécessaires à la compétition. L’impact exact des mesures prises par les autorités pour éviter les cohues, propices à la transmission du virus – comme la désinfection des bus transportant les ouvriers et l’étalement des arrivées et des départs – reste difficile à mesurer.

    #Covid-19#migrant#migration#Qatar#travailleurs-migrants#propagation@test#promiscuité#distanciation-sociale#Inde#Bangladesh#Népal#SriLanka#santé#condition-travail

  • Government bans entry of all passengers, including Nepalis, from midnight March 20
    #Covid-19#migrant#migration#Nepal#frontiere#fermeture

    https://kathmandupost.com/national/2020/03/18/government-bans-entry-of-all-passengers
    https://assets-cdn.kathmandupost.com/uploads/source/news/2020/news/thumb.php+(31).jpg

    All passengers, including Nepalis, flying in from Europe, the UK, West Asia, and the Gulf will not be allowed into the country until April 15.