• Facebook Aims To Make MRI Scans 10x Faster With NYU
    https://www.forbes.com/sites/samshead/2018/08/20/facebook-aims-to-make-mri-scans-10x-faster-with-nyu/#2b6219047a04

    Si même l’Université de New York a besoin de Facebook pour faire des recherches... mais tout est clean hein, peut être même open source.

    Zitnick added that partnering with NYU could help the social media giant get the technology into practice if it proves to be successful. “If we do show success, we have an avenue to get this out into clinical practice, test it out, put it in front of real radiologists, and make sure that what we’re doing is actually going to be impactful,” he said.

    But when asked if Facebook plans to release and build medical products in the future, Zitnick didn’t give much away. Instead, he said that “FAIR’s mission is to push the science of AI forward,” before going on to say that FAIR is looking for problems where AI can have a positive impact on the world.

    Facebook and NYU have a long-standing relationship, with several people working for both organizations including Yann LeCun, who was the director of FAIR before he became Facebook’s chief AI scientist. “This all got started with a connection by someone working both for NYU and in collaboration with FAIR. They suggested it’d be good for us to start talking, which we did,” said Sodickson.

    Facebook and NYU plan to open source their work so that other researchers can build on their developments. As the project unfolds, Facebook said it will publish AI models, baselines, and evaluation metrics associated with the research, while NYU will open source the image dataset.

    Facebook isn’t the only tech company exploring how AI can be used to assist radiologists. For example, DeepMind, an AI lab owned by Google, has developed deep learning software that can detect over 50 eye diseases from scans.

    DeepMind has a number of other healthcare projects but Facebook (who was reportedly interested in buying DeepMind at one stage) claims this project is the first of its kind, as it aims to change the way medical images are created in the first place, as opposed to using existing medical images to see what can be achieved.

    #Facebook #Résonance_magnétique #Neuromarketing #Intelligence_artificielle #Université #Partenariats

  • Facebook and NYU School of Medicine launch research collaboration to improve MRI – Facebook Code
    https://code.fb.com/ai-research/facebook-and-nyu-school-of-medicine-launch-research-collaboration-to-improv

    C’est bô le langage fleuri des experts en public relation...

    Using AI, it may be possible to capture less data and therefore scan faster, while preserving or even enhancing the rich information content of magnetic resonance images. The key is to train artificial neural networks to recognize the underlying structure of the images in order to fill in views omitted from the accelerated scan. This approach is similar to how humans process sensory information. When we experience the world, our brains often receive an incomplete picture — as in the case of obscured or dimly lit objects — that we need to turn into actionable information. Early work performed at NYU School of Medicine shows that artificial neural networks can accomplish a similar task, generating high-quality images from far less data than was previously thought to be necessary.

    In practice, reconstructing images from partial information poses an exceedingly hard problem. Neural networks must be able to effectively bridge the gaps in scanning data without sacrificing accuracy. A few missing or incorrectly modeled pixels could mean the difference between an all-clear scan and one in which radiologists find a torn ligament or a possible tumor. Conversely, capturing previously inaccessible information in an image can quite literally save lives.

    Advancing the AI and medical communities
    Unlike other AI-related projects, which use medical images as a starting point and then attempt to derive anatomical or diagnostic information from them (in emulation of human observers), this collaboration focuses on applying the strengths of machine learning to reconstruct the most high-value images in entirely new ways. With the goal of radically changing the way medical images are acquired in the first place, our aim is not simply enhanced data mining with AI, but rather the generation of fundamentally new capabilities for medical visualization to benefit human health.

    In the interest of advancing the state of the art in medical imaging as quickly as possible, we plan to open-source this work to allow the wider research community to build on our developments. As the project progresses, Facebook will share the AI models, baselines, and evaluation metrics associated with this research, and NYU School of Medicine will open-source the image data set. This will help ensure the work’s reproducibility and accelerate adoption of resulting methods in clinical practice.

    What’s next
    Though this project will initially focus on MRI technology, its long-term impact could extend to many other medical imaging applications. For example, the improvements afforded by AI have the potential to revolutionize CT scans as well. Advanced image reconstruction might enable ultra-low-dose CT scans suitable for vulnerable populations, such as pediatric patients. Such improvements would not only help transform the experience and effectiveness of medical imaging, but they’d also help equalize access to an indispensable element of medical care.

    We believe the fastMRI project will demonstrate how domain-specific experts from different fields and industries can work together to produce the kind of open research that will make a far-reaching and lasting positive impact in the world.

    #Resonance_magnetique #Intelligence_artificielle #Facebook #Neuromarketing

  • How Facebook — yes, Facebook — might make MRIs faster
    https://money.cnn.com/2018/08/20/technology/facebook-mri-ai-nyu/index.html

    Impeccable pour le neuromarketing...

    Doctors use MRI — shorthand for magnetic resonance imaging — to get a closer look at organs, tissues and bones without exposing patients to harmful radiation. The image quality makes them especially helpful in spotting soft tissue damage, too. The problem is, tests can take as long as an hour. Anyone with even a hint of claustrophobia can struggle to remain perfectly still in the tube-like machine that long. Tying up a machine for that long also drives up costs by limiting the number of exams a hospital can perform each day.

    Computer scientists at Facebook (FB) think they can use machine learning to make things a lot faster. To that end, NYU is providing an anonymous dataset of 10,000 MRI exams, a trove that will include as many as three million images of knees, brains and livers.

    Related: What happens when automation comes for highly paid doctors

    Researchers will use the data to train an algorithm, using a method called deep learning, to recognize the arrangement of bones, muscles, ligaments, and other things that make up the human body. Building this knowledge into the software that powers an MRI machine will allow the AI to create a portion of the image, saving time.

    #Résonance_magnetique #Neuromarketing #Facebook

  • Pub du futur : l’analyse des émotions, un risque de manipulation ? - CNET France
    http://www.cnetfrance.fr/news/pub-du-futur-l-analyse-des-emotions-un-risque-de-manipulation-39858642.ht

    L’arme du neuromarketing

    Face à un consommateur émotionnel, les publicitaires dégainent ainsi une arme redoutable : le neuromarketing. Cette discipline, interdite en France, qui utilise les neurosciences à des fins marketing et communicationnelles, permet d’étudier les réactions du système nerveux face à des stimuli. Depuis plus de 10 ans, pour le compte d’entreprises diverses (Coca Cola, McDonald, Facebook, Disney...), les spécialistes en neuromarketing utilisent l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) et l’électroencéphalographie (EEG) pour observer la façon dont le cerveau d’un consommateur cobaye réagit aux émotions suscitées par une publicité.

    Comme nous en parlions récemment, la détection et l’analyse des visages permet aux annonceurs d’étudier les « microexpressions » révélatrices des sentiments d’une personne, afin de proposer ensuite une publicité ultra-ciblée. Emanation de l’Affective Computing Group du MIT, la startup Affectiva, spécialisée dans la mesure de l’émotion, propose par exemple depuis 2015 un logiciel, baptisé Affdex, capable d’analyser (en direct) les nuances de nos expressions faciales (les changements musculaires), afin de déduire les émotions d’une personne filmée par webcam, en train de regarder un spot publicitaire à la TV ou sur Internet. Ses algorithmes, qui se sont entraînés sur plus de 4 millions de vidéos de visages, sont utilisés par des entreprises comme Coca Cola et Kellogg’s, mais aussi par des cabinets d’étude, comme Millward Brown et IPG Media Lab.

    Des panneaux publicitaires « intelligents » munis de caméras et de capteurs sont actuellement capables de détecter (à son insu) l’âge et le sexe d’un consommateur, afin de lui proposer de la pub ciblée. Pour l’heure, ils ne savent pas encore « lire » les émotions, mais avec un logiciel comme celui d’Affectiva, autant dire que cela ne saurait tarder…

    Même si la reconnaissance des émotions par l’IA et les neurosciences n’est pas encore 100% efficace, l’idée de voir nos émotions analysées et utilisées par les annonceurs pour ajuster leurs messages soulève d’importantes questions éthiques. La protection de la vie privée se pose, en premier lieu, puisque les systèmes utilisés pour lire notre humeur - sans notre consentement - collectent forcément des données. Selon Datakalab, Affectiva et les autres, les données utilisées sont toujours anonymes, ou anonymisées, et ne sont pas stockées.

    Mais au-delà de la vie privée, c’est le risque d’être manipulé qui inquiète le plus. « Les émotions sont le chaînon manquant qui peut permettre aux grandes plateformes d’affiner encore l’indexation, le séquençage de l’ensemble de nos comportements, afin d’instrumentaliser toujours davantage ce qui, dans nos interactions, est de l’ordre du pulsionnel et non du rationnel », explique Olivier Ertzscheid, maître de conférences en sciences de l’information, dans Culture Mobile, en abordant le cas Facebook. « La clé de toutes les manipulations, qu’elles soient commerciales ou politiques, est d’être capable de jouer sur les émotions des gens pour mieux les influencer », ajoute-t-il.

    #Publicité #Neuromarketing #Emotions #Vie_privée

  • #Attentats : tels des lapins pris dans les phares
    https://reflets.info/attentats-tels-des-lapins-pris-dans-les-phares

    A chaque « attentat islamiste », le même scénario se répète. Les chaînes d’information télévisées se mettent à l’heure de l’information en continu et des centaines de millions d’européens assis devant leurs poste regardent des images de […]

    #Société #hypnose #neuromarketing #société_du_spectacle #Télévision #Terrorisme #traitement_de_l'information

  • Enfants : plus d’écrans, plus de pub et… plus de malbouffe
    https://theconversation.com/enfants-plus-decrans-plus-de-pub-et-plus-de-malbouffe-76837

    Avec la multiplication des écrans, la promotion des produits alimentaires et des boissons a pris mille et une formes nouvelles. Les fabricants et les agences de publicité font désormais appel aux neurosciences pour mieux glisser leurs messages sous le seuil de conscience des spectateurs – des techniques relevant du neuromarketing. Plus que les adultes, ce sont les enfants qui sont ciblés, car particulièrement influençables.

    L’offensive publicitaire est multiple, imaginative, astucieuse. Pour en avertir ses enfants, et ne pas tomber soi-même dans le panneau, il est bon de connaître les procédés psychologiques utilisés et d’en repérer les dangers. Cette plongée dans la manipulation des cerveaux à l’ère d’Internet, au détriment d’une alimentation saine, se fonde notamment sur l’expertise collective de l’Inserm effectuée par un groupe de dix chercheurs et publiée en avril, Agir sur les comportements nutritionnels.

    Selon certains chercheurs, près d’un tiers des enfants obèses ne l’auraient pas été en l’absence de publicité télévisée pour des aliments de mauvaise qualité nutritionnelle, c’est-à-dire excessivement gras ou sucrés.

    Par ailleurs, on constate l’usage de plus en plus fréquent de techniques de communication commerciale agissant sur les consommateurs à un niveau peu ou non conscient, dit infra conscient. Elles sont capables d’influencer favorablement les évaluations et les préférences pour certaines marques en jouant sur la mémoire et les attitudes dites « implicites » ou non conscientes. Par exemple, les bannières publicitaires sur Internet provoquent des effets favorables sur l’attitude à l’égard de la marque sans même être vues consciemment sur l’écran. Une marque entrevue sur Internet et aussitôt oubliée laisse des traces favorables à la marque, lesquelles restent stockées en mémoire implicite au moins trois mois après l’exposition.

    On ne compte plus les techniques publicitaires ayant pour objectif de générer des émotions positives chez les enfants afin de perturber, en faveur de la marque, le processus de choix rationnel des produits. La publicité entoure « artificiellement » la marque d’un imaginaire émotionnel irréel, de symboles d’une soi-disant « liberté » ou de réussite sociale, n’ayant aucun lien avec les caractéristiques fonctionnelles du produit. C’est par exemple le cas de l’association de la marque avec des personnages fictifs comme les fruits Oasis anthropomorphisés (se comportant comme des humains) ou des célébrités bien réelles, par exemple des sportifs vantant une marque de chips ou de barres chocolatées. Ces procédés ont fait la preuve de leur efficacité sur les enfants.

    #Publicité #enfants #neuromarketing #industrie_influence

  • Comment les jeux se jouent-ils de nous ? Pokémon, économie des données et analyse comportementale | LINC
    http://linc.cnil.fr/comment-les-jeux-se-jouent-ils-de-nous-pokemon-economie-des-donnees-et-ana

    Les #applications peuvent tout d’abord permettre à leur éditeur d’obtenir des revenus par de la #publicité. Dans ce cadre, les #données_personnelles sont, comme toujours, au cœur des mécanismes de fixation des prix sur le marché publicitaire. Si la publicité est diffusée dans l’application, l’éditeur voudra indiquer aux annonceurs à quel prospect ils s’adressent, a minima avec des données sociodémographiques de base. Mais si l’éditeur veut générer davantage de revenus, il sera incité à collecter des #informations #comportementales ou #contextuelles, comme la #géolocalisation. Si la publicité n’est pas diffusée dans l’application, l’application sert souvent de prétexte à la collecte et à la revente de données sur un « marché secondaire » où coexistent des dizaines d’acteurs, des plateformes d’enchères en temps réel (le RTB) aux #data_brokers.

    Un autre modèle est celui du #freemium. L’accès au service de base est alors gratuit, mais pour une partie du service plus avancée, il faut s’acquitter d’un paiement, généralement d’un #abonnement. C’est par exemple le modèle choisi par les acteurs de la musique en streaming, tels que Deezer et Spotify, qui permettent la création d’un compte gratuit mais cherchent ensuite à faire avancer leurs utilisateurs vers l’abonnement. Là aussi, les données collectées jouent un rôle majeur : par la personnalisation de l’expérience et en particulier de la recommandation, le service cherche à créer de la satisfaction et de l’engagement.

    Dans le domaine du #jeu_vidéo, le modèle freemium se développe notamment via des #achats_in-app : niveaux supplémentaires, nouvelles options, bonus permettant d’avancer plus vite dans le jeu, voire simplement d’acheter le fait de gagner du temps. La mécanique du jeu change entièrement sous l’influence de ce modèle : pour gagner de l’argent, l’éditeur devra exploiter au mieux la disposition à payer de ses utilisateurs et donc évaluer une demande individuelle extrêmement contextuelle et éventuellement fugace. Comme nous l’expliquions dans notre cahier IP 3, le modèle « Free to play » requière donc « une micro-gestion dynamique de chaque joueur et de son expérience de jeu » (selon l’expression de Myriam Davidovici-Nora) pour être rentable. La fine compréhension des ressorts #psychologiques des joueurs est donc bien plus qu’auparavant un enjeu commercial : dans le monde du jeu vidéo, le #neuromarketing n’est plus vraiment une prédiction ou une hypothèse, c’est une réalité émergente.

    Cette réalité est décrite dans un article et une vidéo de Vox intitulé « How free games are designed to make money » (« comment les jeux gratuits sont-ils conçus pour faire de l’argent »). La réponse à cette question est à chercher du côté de la psychologie et de l’économie comportementales, dans la manière dont les jeux gratuits nous incitent à dépenser de l’argent (création d’un intermédiaire monétaire qui rend le calcul de la dépense plus compliqué, euphémisation de la dépense, et au contraire création d’une sensation de perte d’opportunités ou de frustration dans le déroulement du jeu, …). Au final, les développeurs sont incités à faire deux choses qui ne sont pas alignées avec les intérêts des joueurs : intégrer volontairement des éléments frustrants dans le jeu, et… collecter le plus de données possibles pour être en mesure de régler finement ce nudge (c’est-à-dire ces incitations à l’achat, ces frustrations, ces récompenses).

    http://zinc.mondediplo.net/messages/33944 via BoOz

  • Cash investigation - Neuromarketing : votre cerveau les intéresse
    Sainson 1 - Épisode 3

    Les marques sont de plus en plus nombreuses à scruter le cerveau de leurs clients. A l’aide d’IRM ou d’électroencéphalogramme, elles se livrent à des études sur le subconscient pour pousser à acheter. C’est le « neuromarketing », une pratique interdite. Une chaîne de restauration rapide a notamment expérimenté des odeurs artificielles sur des cerveaux de consommateurs. Un géant de l’industrie cosmétique, un service public et le secteur bancaire sont eux-aussi démasqués.
    Elise Lucet
    France 2

    https://youtu.be/7OqBkm2Pi6I

    #CashInvestigation #Neuromarketing

  • The creepy ways that cereal boxes get your kid’s attention – Quartz
    http://qz.com/194544/the-creepy-ways-that-cereal-boxes-get-your-kids-attention

    How do sugary cereals snag the attention of kids in the grocery store aisle? According to a new study, brand mascots like Captain Crunch and Tony the Tiger aren’t just there to make you smile. The people (and animals) on cereal boxes are designed to make eye contact with the brand’s target audience. And being fixed with Count Chocula’s unwavering gaze makes you want his cereal more.
    The Cornell University Food and Brand Lab study first evaluated the placement of cereal boxes in a small number of grocery stores in New York and Connecticut. Unsurprisingly, children’s cereals were placed on the bottom two shelves, while adult cereals were higher.

    But the researchers also found that the stares of the cartoon characters on children’s cereal boxes were fixed down at an angle of nearly 10 degrees, on average. On adult cereals, the gazes were nearly straight ahead.

    And in preliminary tests, the method seems somewhat effective. When shown one of two boxes of Trix—one with the rabbit looking straight ahead and one where he looks down—adults surveyed showed higher brand trust and loyalty for the one with the straight-ahead gaze. (There was no parallel study of whether kids react better to being looked down on.) The researchers suggest that healthier brands should take on some of these tactics—and that parents avoid taking their kids down cereal aisles all together.

    #neuromarketing

  • « Comment l’ambiance sonore des magasins influence-t-elle nos achats ? », par l’émission Science publique (#France_Culture)
    http://www.franceculture.fr/emission-science-publique-comment-l-ambiance-sonore-des-magasins-influ

    Les progrès en matière d’étude du #cerveau humain ont de multiples applications. Ils permettent de mieux comprendre comment fonctionne cet organe lorsque nous apprenons, lorsque nous ressentons du plaisir, de la douleur, des émotions, des addictions... Mais que se passe-t-il lorsque nous achetons ? Une discipline récente se charge de répondre à cette question. Il s’agit du #neuromarketing. Cette spécialité ne cherche pas à exploiter du « temps de cerveau humains disponible », selon la célèbre formule de Patrick Le Lay, lorsqu’il était PDG de TF1. Elle étudie les processus mentaux et les comportements à l’œuvre chez les consommateurs. Le neuromarketing a ainsi identifié une cible privilégiée : le cerveau reptilien, le plus primitif, celui où siège l’instinct de survie et de fuite mais aussi le #plaisir et la #peur.

    (...) Susciter des émotions fait également partie des instruments efficaces. Or le #son et la #musique en sont parfaitement capables. En tentant de court-circuiter l’intelligence, le neuromarketing se dote d’un pouvoir considérable. Au point que l’un de ses gourous, Martin Lindstrom, estime nécessaire d’établir une #éthique du neuromarketing...

    – Comment les #ambiances sonores des magasins sont-elles conçues ?
    – Quelle influence peuvent-elles exercer sur le comportement des consommateurs ?
    – Jusqu’où les spécialistes du neuromarketing sont-ils prêts à aller en matière de manipulation du cerveau humain ?
    – Le consommateur a-t-il son mot à dire ou bien est-il en train de devenir un simple sujet d’expérience pour les experts en marketing ?
    – La réflexion éthique dans ce domaine doit-elle être réservée aux spécialistes du neuromaketing eux-mêmes ou bien d’autres instances peuvent-elles intervenir ?

    http://rf.proxycast.org/851366723419377664/10192-24.01.2014-ITEMA_20579326-0.mp3

    C’est toujours bien que le service public et les boîtes privées s’avisent de la nécessité d’une réflexion éthique sur le neuromarketing plusieurs décennies après sa mise en place. Bref. Mais il faut reconnaître que c’est assez drôle d’entendre Michel Alberganti insister auprès des designers pour qualifier leur pratique de « #conditionnement ».

    Où il est question de la musique dans les parkings comme moyen de brouiller la vigilance auditive des voleurs, et donc comme système antivol préventif.

    Attention aux oreilles fragiles : cette émission contient du #design_sonore.

    #marketing_sonore #audio #radio #comportementalisme #consommation #publicité

  • Un faux sourire dans votre miroir pour vous convaincre - New Scientist
    http://www.newscientist.com/article/dn23929-fake-smile-in-a-mirror-makes-you-buy-what-you-try-on.html

    Shigeo Yoshida - http://www.shigeodayo.com - de l’université de Tokyo a développé un système pour évoquer l’émotion, qui a pour but de manipuler votre émotion en vous présentant souriant quand vous ne l’êtes pas. Le système présente une image de soi altérée par un logiciel pour que vous sembliez souriant ou confiant. En manipulant l’état émotionnel des gens, le système permet d’influer sur leurs préférences. Tags : internetactu2net internetactu (...)

    #interface #economiecomportementale #psychologie #marketing

    • @monolecte et si on fait la gueule est ce que la position des lèvres déclenche un hormone de la déprime ou de la mauvais humeur ?
      Par rapport au fait qu’on demande plus aux filles et aux femmes de sourire, je me dit qu’être moins nerveuse ca peut rendre aussi moins méfiante ou moins vigilante à l’oppression et donc plus facilement manipulable par les dominants. Les dominants ne se fatiguent pas trop à sourire il me semble, mais c’est une intuition, il y a peut être des études d’éthologie qui montrent cela (ou pas).

    • De mon point de vue, le #neuromarketing est un gros mot.
      Sinon, effectivement, à l’origine, chez les primates, le sourire est typiquement une grimace de peur et de soumission, destinée à rassurer le dominant.
      Ce qui a de bien avec l’éthologie, c’est que nous comprenons l’humain comme un animal social doté d’une capacité d’adaptation qui passe par la culture et non par la « nature », entre autre.

      Personnellement, je me souris à moi-même pour activer mon shoot d’endorphine et baisser mon niveau de stress.

    • Je ne sais pas si il y a des études sur le #sourire, mais avec l’habitude de se référer inconsciemment au modèles normés on adopte les sourires de la photographie (figé) ou de la télévision (débile) et la façon exagérée de sourire comme les commerciaux me fait vraiment peur. A un moment ou il me fallait des sous, j’avais suivi une brève formation pour réaliser des questionnaires téléphoniques, on nous demandait de sourire en parlant parce qu’il parait que ça s’entend… Encore un autre truc sur le fait d’y croire si facilement, nous ne savons pas tellement décrypter les expressions du visage, le vrai du faux, par contre les #sourds sont supers doués pour ça.

      Ah et encore, de Laborit, L’agressivité détournée , l’idée que nous ne soyons que réseaux neuronaux, réflexes et comportements induits par nos hormones est passionnante. Je me souviens d’un passage sur les nouveaux concept philosophiques qui naitront des connaissances neurobiologiques comme par exemple reconnaitre l’ineptie de la liberté, sauf que non, je ne m’y fais pas. je crois que je vais continuer à faire la gueule.

    • @supergeante, c’est un des nombreux aspects géniaux de #seenthis, pouvoir constituer de bonnes documentations en collectif. Pour la rédaction du bel essai je me défile, mais je veux bien faire les dessins de cerveaux de marketeux étalés sous les talons des éthologues mécontentEs ^^

      @monolecte je suis tout à fait d’accord avec ce que tu dit sur l’intérêt de l’étude des comportements non-humains dans la mesure ou on parle bien de culture humaine et non-humaine et peut être aussi qu’il faut se souvenir que les non-humains tout comme les humains sont aussi des personnes, des individus et pas des « espèces », masse indifférenciée.

      Attention #digression ^^
      Avec les #primates c’est plus facile de les comprendre et les étudier, mais les insectes c’est aussi des individus comme on peu voire sur les photos ci dessous, ils doivent avoir différentes personnalités et réagir différemment aux événements. Peut être qu’il y a des études sur l’individualité chez les insectes... je vais faire chauffer gogol


      http://michigantoday.umich.edu/2010/09/wasp-faces.jpg

      Et pour le sourire à soi-même, je l’applique de suite ca me semble être un bon conseil. :)

    • Ben non, il peut y avoir des individus chez les animaux, mais sûrement pas des personnes.
      En plus, les insectes fonctionnent souvent par colonie et leur sens de l’individualisme est notoirement pas très développé.
      En éthologie, nous ne distinguons pas a priori l’humain des autres animaux, même si le développement des cultures humaines a très largement pris le pas sur les déterminismes biologiques. C’est d’ailleurs pour cela qu’il n’y plus de phénomène de spéciation chez les humains, alors que nous occupons une très vaste variété d’écosystème. Nous nous adaptons à notre environnement par la culture et non la biologie. Les humains des pays froids n’ont pas développé de fourrure en réponse aux contraintes extérieures, pas plus que ceux des pays chaud n’ont de plus grandes oreilles : on a inventé des vêtements et des maisons pour reconstituer l’environnement favorable à notre espèce.

    • ah oui je ne connaissait pas le sens précis de

      PERSONNE1, subst. fém.
      I. Individu de l’espèce humaine, sans distinction de sexe.

      Ah lala j’ai certaines lacunes de base comme tu peu voire :p
      je ne l’utiliserait plus pour les non-humains ! Merci pour la précision et toutes ces infos, la spéciation par la culture j’aime beaucoup.

    • Les changements apparus chez les êtres humains sont dus à des conditions de vie plus favorables, c’est cela @monolecte ? Par exemple, on est (on nait) plus grand que nos ancêtres et moins poilus. On vit aussi plus vieux, du moins pour certains. Ça pourrait être le cas aussi chez les animaux domestiques. A propos de sourire, mon chat sourit certaines fois quand je joue avec lui, sisi. J’ai connu un chien aussi qui faisait de grands sourires.
      Naturellement je suis quelqu’un de souriant, c’est spontané. D’ailleurs je suis assez spontanée dans le genre, ça surprend parfois quand on n’est pas averti. Par exemple, @mad_meg, si quelqu’un me sort une insanité, je peux lui rire au nez plutôt que de m’emporter. C’est en général assez déconcertant. Comme quoi en étant détendu, on peut tout à fait exprimer son désaccord sans se faire de bile. En même temps il faut faire attention à ne pas vexer, il faut se rire gentiment mais dans la spontanéité, on ne mesure pas toujours tout.
      Sinon, le visage c’est ce qu’on offre en premier à l’autre, celui ou celle qu’on ne connaît pas et le sourire, me semble-t-il, est le premier signe de communication qu’on lui adresse. C’est un signe d’ouverture, non ?

    • Dans la plupart des cultures humaines, oui... mais pas toutes.

      La modification de taille est assez loin de la spéciation, parce que c’est une réponse individuelle finalement assez rapide à l’environnement, conditionnée par la quantité & la qualité de nourriture à des moments clés de la croissance. Si, effectivement, les gamins d’aujourd’hui grandissent notoirement plus vite et plus haut que leurs parents, ce n’est déjà pas vrai partout et cette tendance peut se retourner très rapidement. Il faut savoir que pendant le Haut-Moyen-Âge, la période des cathédrales, où l’organisation sociale était plutôt pré-féodale avec une relative prospérité, les gens présentaient la même taille moyenne... que la population des années 1980-1990. Ensuite, l’installation de la #féodalité, et d’un système très #inégalitaire marqué par des guerres et des famines a très rapidement fait décroître la taille de la population... jusqu’à ce que l’on rattrape le temps perdu, à la fin du siècle dernier... étonnant, non ?

      Plus remarquable encore, des notes de l’époque de Dickens où les manufacturiers de la région de Londres, connus pour leur ladrerie envers leurs ouvriers, se plaignant de la faible constitution et de la petite taille des enfants londoniens préconisaient d’aller recruter dans la cambrousse où les garçons de ferme, mieux nourris, étaient plus grands, costaux et donc aptes au travail. Ce qui signifie que le rapport entre #nourriture et #développement physique était déjà parfaitement acté et qu’il existait de grandes disparités à l’intérieur même des populations.

      J’ai d’ailleurs comme hypothèse le fait que les #femmes ont été artificiellement sélectionnées et maintenues dans des petites tailles au long des siècles pour compléter la domination des hommes et la justifier. Quand j’étais gosse, encore, on continuait à donner de plus petites portions aux filles qu’aux garçons, sous prétexte qu’elles avaient besoin de moins manger. À activité physique égale (ce qui est souvent le cas chez les enfants, même si on tend à privilégier les petites filles sages et donc immobiles), rien ne justifie qu’un enfant a besoin de moins de nutriments qu’un autre. Par contre, il est évident qu’à l’arrivée, son développement ne sera pas identique.
      J’observe qu’en dehors des diktats de la mode à la con et de l’injonction des régimes, les filles qui se nourrissent comme les garçons ont tendance, elles aussi, à être plus grandes...

      On voyage, on voyage #digression

    • 1. Les petites filles sont souvent moins bien nourries (nourries en dernier, en fait) que les petits garçons, soit parce qu’elles ont moins de valeurs et sont donc plus sacrifiables en cas de pénurie, soit parce que on considère qu’elles sont naturellement plus « menues » et ont donc moins de besoins. Elles sont aussi globalement moins soignées et moins éduquées.
      2. Le modèle du garçon actif et de la petite fille sage sont encore très prégnants. On incite les garçons au sport, aux jeux de plein air, à la confrontation, à l’activité et les filles, aux tâches ménagères, aux jeux d’intérieur, aux soins, à la discrétion. Les corps ne peuvent pas se développer de la même manière dans ces conditions.
      3. Le #dimorphisme sexuel est encouragé lors de l’appariement : femme plus claire que l’homme et souvent plus petite, plus menue, plus jeune (ce qui facilite la domination physique). Ainsi, par défaut, les femmes petites ont plus souvent accès à la reproduction que les femmes grandes : c’est une forme de sélection du caractère de la petite taille chez la femme.
      4. Le gavage des femmes dans les cultures où le gras est valorisé ne change pas la donne, puisque c’est la femme pubère qui est gavée et non la fillette (souvent moins bien nourrie que les garçons) et elle est engraissée au sucre et au gras, là où les hommes sont « forcés » à la viande, aux protéines : là aussi, les effets sur les corps sont très différents.

      Le nourrissage des enfants est primordial pour leur développement intellectuel et physique pour le reste de leur vie. C’est, à mon avis, là que se construit le dimorphisme sexuel.

    • Je suis comme @jean_no, je reste un peu réservée sur cette théorie. Chez nos cousins les primates, il y a une différence de taille importante entre mâles et femelles qu’on peut difficilement attribuer, je crois, à une discrimination alimentaire chez les tous petits.

    • @odilon : jamais entendu parlé, mais c’est très exactement ça. Merci.

      L’idée m’est venue après m’être engueulée, l’année dernière, avec l’entraîneur de foot de ma fille qui prétendait que les hommes sont « naturellement » plus aptes pour le sport que les femmes. Je lui ai fait remarquer que ma fille est plus grande que les garçons de son âge, mais il balance que les filles sont biologiquement moins développées et donc moins physiques... et là, je me suis souvenue de la période où j’étais « naturellement » la dernière à être servie à table dans ma famille d’accueil, une famille de paysans où la séparation entre les sexes était très forte et très structurée. Probablement l’endroit où j’ai commencé à vraiment être en colère et à me révolter contre une construction très forte des inégalités. Et où je suis souvent sortie de table avec un méchant creux.

    • PRISCILLE TOURAILLE, chercheuse à l’École des hautes études en sciences sociales (Ehess) et au Muséum national d’histoire naturelle, explique pourquoi les femmes sont statistiquement plus petites que les hommes : ces derniers se réservent la plus grosse part de viande (« Causette », juin). « Pour énormément de sociétés humaines, ethnologues ou nutritionnistes établissent que les femmes ont un accès limité aux protéines, contrôlées par les hommes (…). Il est établi que la viande constitue 40% du régime des hommes et à peine 2% du régime des femmes. »

      C’est très exactement ce que j’ai observé.
      Maintenant que la nourriture en général et les protéines en particulier, sont plus abondante, il est marrant de noter que les femmes sont en permanence sommées de limiter leurs apports en nutriments... Afin de rester graciles et menues, selon certains critères physiques.

    • Ça ne se passe pas plus dans les gènes que pour un phénomène sélectif sur plusieurs générations chez un éleveur.
      Si, pendant plusieurs générations (et là, on parle de milliers d’années), tu choisis électivement les petites femmes pour se reproduire, tu auras tendance à avoir des femmes plus petites.

      La privation de nourriture, elle, qui s’ajoute à la sélection des femmes petites, frêles et pâles, impacte la croissance de l’individu seul : une petite fille mal nourrie donnera une femme plus chétive, moins grande et aussi moins intelligente (le rapport entre nourriture et développement cognitif chez le jeune enfant n’est plus à démontrer). C’est d’ailleurs pas pour rien que les changements de taille apparaissent très vite dans une population quand l’alimentation change : la génération en croissance est directement impactée. Ma fille est mieux nourrie que moi, elle grandit plus, comme la plupart de ses camarades de classe. Elle devrait faire ma taille pour ses 12 ans, si sa courbe se maintient.
      Par contre, que ses enfants grandissent pendant une période moins faste et ils présenteront dès l’âge adulte une stature moindre que celle qu’ils étaient génétiquement programmés à atteindre.

      Il y a toujours interaction imbriquée entre inné et acquis et le milieu a souvent le dernier mot.

      Après, la sélection des femmes petites implique une taille moyenne des femmes inférieure à celle des hommes. Si on nourrit tout le monde mieux, tout le monde aura tendance à être plus grand, mais le différentiel sexué n’aura tendance à se réduire que si les femmes grandes peuvent s’apparier aussi facilement que les autres... et les hommes petits itou.

      Reste aussi la question métabolique : la lignée des femmes petites réagit comment par rapport aux modifications d’alimentation dans l’environnement ? En stockant du gras ou en relançant la conquête verticale ? Est-elle plus résistante aux périodes de pénurie (moins de masse corporelle = moins de nutriments pour faire tourner la machine = moins de mortalité en cas de famine ?)

      Donc deux choses qui se répondent mais qui ne sont pas identiques :
      1. La sélection culturelle des femmes plus petites que les hommes sur des millénaires qui fait que ce trait est génétiquement dominant chez les femmes

      2. La limitation de l’accès à la nourriture des petites filles qui renforce le trait 1 mais qui n’agit que d’un point de vue ontologique et est donc réversible (dans les deux sens) d’une génération à l’autre.

      Après on pourrait s’amuser à créer des comparatifs de tailles moyennes des femmes selon la région du monde et se demander si les variations sont corrélées avec la force du modèle patriarcal à travers l’histoire des régions du monde comparées.

    • J’avais discuté des hormones de croissances avec une amie suite au visionnage du docu « pourquoi les femmes sont elles plus petites » et on avais remarquer qu’on ne connaissait que des hommes qui avaient subit ce traitement pour grandir, et aucune femme. Quitte à empoisonner ces garçons avec le prion de la vache folle. être de petite taille est perçu comme un handicape pour les hommes mais pas pour les femmes. Il existe aussi des traitement pour empêcher de grandir et ce traitement comme par hasard est bien plus pratiqué par les filles et femmes.

      Aussi je me souviens d’une chanson que me chantais ma grand mère quant j’étais petite et qui correspond tout à fait à cette injonction sur la taille : http://www.youtube.com/watch?v=fLE5qTRdvuw

  • L’#odeur du #chocolat dope les #ventes de livres
    http://fr.myeurop.info/2013/07/24/l-odeur-du-chocolat-dope-les-ventes-de-livres-11700

    Quentin Bisson

    Des chercheurs belges de l’université de Hasselt ont eu du flair. Pendant dix jours, ils ont diffusé une odeur de chocolat dans une #librairie du pays. Surprise : leur drôle d’étude prouve que ce parfum booste la vente des livres.

    Voici une nouvelle qui fleure bon pour les libraires en mal (...)

    #Insolites #Société #Économie #Belgique #achats #consommateurs #inconscient #marketing_olfactif

    • Ca ressemble a du #neuromarketing
      il y a un exemple ici
      http://seenthis.net/messages/125850
      avec macDo qui voulait un parfum champêtre dans ses #toilettes et ses produits ménagers pour implanter une image plus « verte » dans l’esprit des gens. Ils avaient fait faire leurs études en GB car en France le docu dit que c’est interdit le neuromarketing. C’est légal en Belgique comme le montre cette étude.
      Il me semble qu’on utilise pourtant déjà les odeurs dans les commerces en France. Par exemple les boulangeries qui ne font pas leur pain genre dans le metro, diffusent une sorte de parfum beurre synthetique peu rassurante.

    • C’est de l’#éthologie. Maintenant, vous savez pourquoi je rame : je n’ai pas voulu que la science que j’avais étudié avec passion serve seulement à tromper les gens au profit de quelques multinationales. Sinon, y a le pschitt de « neuf » dans les voitures d’occase qui fait tu as l’impression que la voiture vaut plus cher qu’en vrai, les choix des couleurs des revêtements muraux, pour favoriser certains comportements.
      Mais y a aussi des chouettes trucs, comme la resonorisation des lieux de passages et transports en commun, pour limiter le stress et l’agressivité, ce genre de truc.

    • Je connait plutôt l’éthologie appliqué aux non-humains, mais c’est logique que cette science s’applique à l’homme, mais dans ce cas je pensait qu’on dirait #anthropologie. Par rapport à ce qu’on appel le #neuromarketing, est ce que c’est pas le mélange de plusieurs domaines (#marketing_olfactif, #design_sonore, #ergonomie, #éthologie, #psychologie...) ? Domaines qui ont en commun de pouvoir servir à vendre à travers l’inconscient individuel et collectif. C’est pas un nouveau mot pour dire #subliminal ?

      Je me demande aussi où est la limite de la manipulation dans ce cas. Par exemple je suis libraire et je met de l’encens dans ma boutique pour que sa sente bon, ou je propose du chocolat chaud tous les mercredi en hivers ou n’importe quelle idée conviviale pour rendre mon commerce plus sympas. Histoire que les clients reviennent et que les ventes augmentent. A quel moment je glisserait dans la manipulation ? Sans avoir besoin de faire une étude neuromachine, je me doute bien que si je pète derrière mon comptoir ça ne fait pas monter les ventes et que si ca sent bon le chocolat sa met de bonne humeur (enfin si on est pas la toute la journée, pour les salariés ca peut être aussi lourd que les musiques automatiques).

      Je part encore en digressions mais comme ca se passe toujours en #europe #myeurope ne m’en voudra pas ;)
      Sur la musique dans les commerces, j’ai eu pour la première fois à faire à une musique anti-squat dans un café à Bastille. C’était une toute petite musique discrète, très courte et répéter en boucle sans arrêt pendant les deux heurs que j’ai du passer dans le bar. J’ai pensé d’abord que c’était pour faire des économies à la #sacem mais je croi qu’en dehors de cet avantage, ca a fait tourner les clients. Elles m’ont incommoder ces 3 notes répétées sans fin, et pourtant j’aime la musique répétitive, mais là c’était un genre de boucle d’ascenseur insupportable. J’ose pas imaginer l’effet sur les serveurEs si deux heurs ont suffit à me faire fuir.

    • Dans le même ordre d’idée de trucs répétitifs qui rendent fou, je me demande quel est l’effet des milliers de validation des cartes navigo pour les conducteurs de bus, validation signalée par un son caractéristique et déjà, à petite dose, assez désagréable.

    • @baroug le compostage de billet fait pas un bruit génial non plus. Je ne sais pas ce qui est pire.
      @monolecte très interessant ton site, je vais m’y régaler :p
      Sur google book il y a quelques ouvrages disponibles sur le sujet par exemple ceci
      http://books.google.fr/books?id=zWyDobqWQooC&printsec=frontcover&dq=ethologie&hl=en&sa=X&ei=sS

      et puis j’ai trouvé aussi ceci que j’ai pas encore lu et que tu référence peut être déjà http://ethologie.unige.ch/etho1.01/4.Controle.du.cpt.Mecanismes.organisateurs.htm

      cette fois je suis totalement #hors_sujet j’espère que @myeurop ne me grondera pas ;)

    • Le neuromarketing, de l’IRM à l’acte d’achat
      http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/73482.htm
      Eline de Vries, chercheuse au CIC, a récemment donné une masterclass à la RUG sur un domaine actuellement en pleine expansion : le neuromarketing.

      Selon Eline van Vries, 80% des nouveaux produits mis sur le marché chaque année échouent à cause d’un mauvais marketing. Les conclusions présentées mettent en avant trois constats principaux :
      – le comportement des acheteurs est principalement déterminé par l’activation de deux zones du cerveau, celle liée à la douleur et celle liée à la récompense ;
      – si la zone liée à la récompense est d’avantage sollicitée, les consommateurs auront tendance à acheter le produit ;
      – l’activation de la zone liée à la récompense par rapport à celle liée à la douleur peut également fournir une indication importante quant au prix de vente optimal du produit.

      http://www.unifocus.nl/site/pagina.php?id_item=256&tab=journaals

    • @supergeante La raison principale qui fait que 80% des nouveaux produits échouent, c’est surtout parce qu’il s’agit de merdasses inutiles dont personne n’a besoin, sauf les mecs qui veulent conditionner les gens à les acheter quand même, juste pour leur remplir les fouilles.

      Du coup, bosser pour les entreprises qui entendent forcer les gens à acheter des choses contre leur gré est à mon sens une perversion majeure de l’esprit scientifique.

    • @myeurop c’est pas gagné, je suis capable d’aimer le roboratif...
      (je fait partie de la secte des adoratrice de la patate par exemple ^^)

      @supergeante & @monolecte
      je tique en particulier sur ceci

      – le comportement des acheteurs est principalement déterminé par l’activation de deux zones du cerveau, celle liée à la douleur et celle liée à la récompense

      qui fait penser à du dressage canin ou autre.
      http://www.youtube.com/watch?v=M3jkitf248c


      Le cerveau qui ne connaitrait que des punitions/récompenses ca fait très sado-maso, pas étonnant que le marketing domaine ultra-capitaliste ne connaisse que cela.
      Il y a un super roman de Victor Pelevin « Homo Zapiens »
      http://www.salon.com/2002/02/21/pelevin_2
      pas facile à trouvé en français et en plus je me suis fait endormir mon exemplaire, ce qui se comprend vu comme le livre est bien.
      Pelevin raconte l’histoire d’un marketeux de l’époque #Boris_Eltsin, qui par l’absorption de champignons hallucinogène parviens à voire derrière les apparences et découvre la grande déesse #Babylone qui se cache dans la boite de pub qui l’emploi. Il y a tout un passage sur la « wow stimulation anale » qui décrit le mécanisme punition-récompense que provoque le capitalisme moderne.
      Pour continuer dans la digression ca me fait pensé à la télé dont les programmes sont quasiment totalement construits sur ce schéma punition-récompense
      A la télé il y a des flics, plein de flics, plein de séries policières avec des policiers partout. Il y en a aussi pendant les JT. Ca doit faire deja 1/3 des programmes dédiés à la punition/récompense.
      après il y a le fric et ceux qui en ont. les émissions people, les trucs de jeux d’argent, les émissions sur l’économie, dans les JT aussi on invite souvent les riches. Comme les gens qui regarde la télé ne sont pas milliardaires contrairement aux gens qui sont dans la télé, il y a ce coté vivre par procuration, s’identifier à. Histoire que le spectateur se dise que l’argent ne fait pas le bonheur et sinon que voire des gens contant c’est un peu comme si on l’était. Tout ca est très bien expliquer par #Mona_Chollet dans son excellent texte « Rêver contre soi-même »
      http://www.peripheries.net/article311.html

      Bon pour le dernier tiers des programmes TV, je suis moins au point, j’ai plus ce machin depuis quelques années alors peut être que ca a changer, mais la télé dite « télé réalité » me semble très typique je sais pas si j’en avais deja parler ici.

      Un truc comme le Loft me semble parlant. Comme ca semble toujours rencontrer du succes, c’est que ca parle aux gens.
      Voila comment je voie le truc :
      Des gens sont enfermés et la punition c’est de leur donner la liberté, comme au paradis patriarco-monothéiste, l’idée c’est que le malheur c’est d’être libre*. C’est déjà un drôle de truc. On a des gens un peu comme tout le monde, c’est plus ou moins l’intention du dispositif ou ce qu’il veut faire croire au spectateurE. Je regarde des gens comme moi et plein de gens les regarde, c’est un peu comme si on me regardait. Ca fait plaisir, hop récompense.
      Après la personne sera punis ou récompensé. Moi aussi un peu en passant, toujours par procuration. Celleux qui survivent au dispositif sont l’objet d’une sorte d’intérêt publique. On leur donne accès à la Jet set, au Show-biz, au club des domiants et tout le bazar. C’est quelqu’un comme moi qui deviens un peu grâce à moi un élu, ca me récompense de plusieurs manières.
      La personne élu quant même n’est pas de « ce monde », et du monde se presse au portillon, on a pas arrêter de faire des émissions (perso une seule me suffisait amplement mais big brother ne me consulte pas !). Elle retombe vite dans l’anonymat, paf punition. Ca à l’aire de s’accompagner d’un tas de problèmes de dépressions et de toxicomanie. punition-punition-punition.
      Après une période plus ou moins longue, l’ex-élu sort un bouquin témoignage sur la traversé du désert post loft ou sujet de ce genre. La télé l’invite, le spectatateurE peut cette fois savourer la phase punition. Comme si il fallait que les choses reviennent à leur place et que les « élus » payent le privilège qui leur fut accorder. Après tout il n’y avait aucune raison pour que cet « élu » le soi. C’est bien normal qu’ille soit punis et moi aussi par procuration.
      Après la boucle peut reprendre, l’ex-élu peut refaire une télé-réalité et rejouer cette tragi-comédie du sado-maso.

      bon c’est peut être fumeux tout cela. Il fait bin chaud alors je m’excuse d’avance si c’est n’importe quoi mes histoires.

      *j’en avait fait un dessin à l’époque du Loft sur lequel j’avais plus ou moins écrit la réflexion dont je vous ai fait part ici. C’est l’Archange Loana chassant Adam & Eve du paradis télévisuel.

      Ahlala en plus de flooder je fait du #shamless_autopromo !!!

    • @mad_meg : ton Homo Zapiens a l’air très bien en effet - et si tu veux te reprocurer un exemplaire pour qu’un-e autre de tes potes puisse l’adorer, t’en as des pas bien chers ici (bon, depuis les US, ils chargent parfois 10 € de port, mais faut fouiner quoi)
      http://www.marelibri.com/search/current.seam?maximumPrice=0.0&keywords=&firstResult=0&faceted=true&ISBN=&

      (vive les #floods)

      (et #comportementalisme, by the way)

    • Digression suite - spécial cop culture 4 @mad_meg
      http://seenthis.net/messages/159934

      @monolecte : je cite, je n’ai pas commenté. Si on suit le concept du neuromarketing, il s’agit bien de parler à la part non consciente, d’influencer via la part animale de l’être humain. Que les objets soient utiles ou pas n’est pas le sujet. Ce que je me demande quand même, c’est si ces méthodes fonctionnent aussi avec des esprits réfractaires à la consommation impulsive. Dans le reportage http://seenthis.net/messages/159858 (digression n°2 suite à ce post) l’un des exemples montre bien une personne qui pense réagir à un certain stimuli d’une publicité alors qu’il s’avère que son corps trahit une réaction à un autre élément de la publicité : la photo du hamburger. C’est ce que dit l’expérience chocolat à l’origine de nos commentaires. Le neuromarketing agit là où on ne l’attends pas.