#nonunadimeno

  • #NonUnaDiMeno #PasUneDeMoins #8mars & #Graff’n #Nantes : « clito - urètre - vagin - poil » ... et fantome !
    https://www.flickr.com/photos/valkphotos/47313404081

    Flickr

    ValK. a posté une photo :

    Pas Une de Moins : Appel à une grève féministe globale le 8 mars : http://acta.zone/pas-une-de-moins-le-8-mars-nous-faisons-greve

    « Non Una di Meno » : les féministes italiennes vers la grève transnationale du 8 mars : http://www.cadtm.org/Non-Una-di-Meno-les-feministes


  • #NonUnaDiMeno #PasUneDeMoins #8mars & Graff’n #Nantes : « OVAIRES ET CONTRE TOUS » !
    https://www.flickr.com/photos/valkphotos/40348162283

    Flickr

    ValK. a posté une photo :

    Pas Une de Moins : Appel à une grève féministe globale le 8 mars : acta.zone/pas-une-de-moins-le-8-mars-nous-faisons-greve/#

    « Non Una di Meno » : les féministes italiennes vers la grève transnationale du 8 mars : www.cadtm.org/Non-Una-di-Meno-les-feministes


  • (10) Pour un 8 mars féministe universaliste ! - Libération
    https://www.liberation.fr/debats/2019/03/03/pour-un-8-mars-feministe-universaliste_1712751


    J’avoue ne pas très bien comprendre leur concept de l’universalisme, vu qu’il a l’air de se limiter à celles qui sont comme elles, ce qui me semble précisément un peu paradoxal.
    Je suppose que ce sont les mêmes qui défendent le droit d’être « importunées », des trucs dans le genre ?

    Il faudrait un nouveau hachtag, un truc comme #fauxministes

    Comment accepter que le 25 novembre dernier, Journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, les organisatrices de la manifestation #NousToutes, imitant le courant racialiste venant des Etats-Unis, nouent des alliances avec des groupes portant le relativisme culturel et le morcellement des droits en fonction de la couleur de la peau ou de la religion ?

    Comment accepter que des rencontres se qualifiant de féministes puissent exclure des femmes en fonction de leur couleur de peau et de leurs origines ?

    Comment accepter que le voilement des fillettes, qui les conditionne à une vision hiérarchisée des sexes, se répande en France et dans le monde ?

    Ces développements sont d’autant plus inquiétants que des médias accordent une place grandissante à ce qu’ils appellent les « nouveaux féminismes ». Qu’ont-ils donc de nouveau ou même de féministe ? En réalité, ils renvoient les femmes à des assignations identitaires, culturelles et religieuses (ainsi en est-il du voile, du burkini…) ; essentialistes et différentialistes, ils compromettent l’émancipation des femmes, renforcent les inégalités entre elles, et retardent l’égalité femmes-hommes.

    Nous, signataires de l’appel « pour un 8 mars féministe universaliste ! »

    • Si l’on doutait que l’universalisme est désormais une valeur d’arrière-garde, en voici la triste confirmation…

      André Gunther
      Réponse à André Gunther sur twitter :

      Ce n’est pas l’universalisme qui est devenu d’arrière-garde. Le problème c’est d’avoir laissé ce courant se prétendre universaliste alors qu’il ne procède que par essentialisme et différentialisme.

      https://twitter.com/gunthert/status/1102565505024618497

    • Il y a aussi, parmi plein de personnes engagées pour la laïcité (mais qui pensent peut-être aux droits des femmes tous les matins en se rasant, qui sait ?), Jeanne Favret-Saada.

      Oui, ça fait très « féminisme blanc » et elles exagèrent en faisant comme si elles étaient les seules à être contre l’obligation de se voiler, mais ce que je vois avant tout, derrière la sale tête de Badinter, c’est un clivage assez pénible qui tient à pas mal de mauvaise foi... de part et d’autre. Pénible !

    • Vous êtes sommé·e·s de faire allégeance au côté obscur de « l’Esprit des Lumières »

      Nous constatons avec satisfaction que nombre d’événements en lien avec cette journée sont organisés ; en revanche, la mobilisation est morcelée : le relativisme culturel est passé par là, nous divisant en autant de groupes antagonistes et fabriquant des clivages imaginaires .

      Encore des histoires de morceaux de tissu (que l’on ne saurait voir sur les têtes de « nos femmes »).
      Clivages imaginaires, dit-on dans cette tribune (signée par qui, au fait ?) : la nouvelle tendance pour déconsidérer toute personne en lutte, c’est de la psychiatriser : fantasme, hystérie et autres troubles mentaux répertoriés au Diagnostic and Statistical Manual (of Mental Disorders).
      Finalement, « l’Esprit des Lumière » a bien réussi sa reconversion au totalitarisme puisque ses affidé·es en ont intégré toutes les méthodes coercitives. Force est de constater que dans cet universalisme-là , on est loin d’avoir la lumière à toutes les pièces.

      #confusionnisme (on peut dire ça ?)

    • Je trouve le hashtag #fauxministes pas très adapté sur ce coup-là : il y a plein de mecs laïcs qui n’en ont peut-être rien à faire mais il y a aussi de vraies féministes dans cette pétition. Des vraies féministes avec des idées rances sûrement mais je ne me vois pas attribuer des labels de vraie féministe et de fausses à des meufs qui s’engagent pour les droits des femmes, comme certaines ici. Fauxministes, c’est ceux et celles qui en parlent le 36 du mois, comme la goutte d’eau qui fait déborder le vase mais jusqu’ici on s’en tapait ou comme le prétexte pour vomir sur des ennemis idéologiques, etc. Fauxministe, Baupin avec son rouge à lèvres mais pas Badinter, aussi éloignée serais-je de son féminisme.


  • Appel à une grève internationale des femmes le 8 mars :
    "Grève du et des genres, grève du travail productif et reproductif, grève de la consommation : le mouvement féministe global a réussi à donner « un nouveau sens et une nouvelle force au mot grève », à une époque où – face à la précarisation et à la diffusion des formes de travail gratuit et informel – faire grève semble être devenu le privilège d’une minorité de travailleur-se-s."
    #NonUnaDiMeno #PasUneDeMoins
    #Acta ! https://acta.zone/pas-une-de-moins-le-8-mars-nous-faisons-greve

    • En vue de la grève féministe globale du 8 mars, nous avons traduit en français l’appel de l’assemblée italienne Non Una Di Meno, mouvement né pour combattre la violence faite aux femmes et la violence de genre. Cette dernière étant comprise comme structurelle et conséquence d’un système patriarcal, hétéro-normé et raciste. Non Una Di Meno appelle à interrompre le 8 mars toute activité de travail, formelle ou informelle, gratuite ou rétribuée. À interrompre en somme la reproduction d’une société fondée sur la domination et sur « le pacte patriarcal et raciste avec le néo-libéralisme ».

      Le 8 mars, sur chaque continent, au cri de « pas une de moins ! », sera jour de grève féministe. Nous interrompons toute activité de travail et de soin, formelle ou informelle, gratuite ou rétribuée. Nous portons la grève sur les lieux de travail et dans les maisons, dans les écoles et les universités, dans les hôpitaux et sur les places. Nous croisons les bras et refusons les rôles et les hiérarchies de genre. Nous stoppons la production et la reproduction de la société. Le 8 mars, nous faisons grève !

      En Italie une femme sur trois entre 16 et 70 ans a été victime de la violence d’un homme, presque 7 millions de femmes ont subi des violences physiques et sexuelles, chaque année environ 200 femmes sont tuées par leur mari, leur fiancé ou leur ex. 1 400 000 femmes ont subi des violences sexuelles avant 16 ans. Un million de femmes ont été victimes de viol ou de tentatives de viol. 420 000 femmes ont été victimes d’harcèlement sexuel et de chantage sur leur lieu de travail. Moins de la moitié des femmes adultes est employée sur le marché du travail officiel, la discrimination salariale va de 20% à 40% selon les professions, un tiers des travailleuses doit abandonner son travail à cause de la maternité.

      La grève est la réponse à toutes les formes de violence qui touchent systématiquement nos vies, en famille, sur les lieux de travail, dans la rue, dans les hôpitaux, dans les écoles, à l’intérieur et à l’extérieur des frontières.

      Féminicides. Viols. Insultes et harcèlements dans la rue et sur les lieux de travail. Violence domestique. Discrimination et violence sur les femmes handicapées. Le permis de séjour subordonné au mariage. Obstacles infinis pour accéder à l’avortement. Pratiques médicales et psychiatriques violentes sur nos corps et sur nos vies. Précarité qui devient double charge de travail et salaires diminués. Un welfare désormais inexistant qui se décharge sur le travail de soin gratuit et surexploité dans un contexte d’appauvrissement général. Contre cette violence structurelle, qui nie notre liberté, nous faisons grève !

      Nous faisons grève dans le monde entier contre l’essor des droites réactionnaires qui nouent un pacte patriarcal et raciste avec le néo-libéralisme. Nous appelons quiconque refuse cette alliance à faire grève avec nous le 8 mars. Du Brésil à la Hongrie, de l’Italie à la Pologne, les politiques contre les femmes, les lesbiennes, les trans, la défense de la famille et de l’ordre patriarcal, les attaques contre la liberté d’avorter vont de pair avec la guerre ouverte contre les personnes migrantes et les roms. Patriarcat et racisme sont les armes d’une exploitation sans précédent. Pères et patrons, gouvernements et églises veulent tous nous « remettre à notre place ». Mais nous, à « notre » place, nous ne voulons pas y rester et pour cela nous faisons grève le 8 mars !

      Nous faisons grève parce que nous refusons le projet de loi Pillon sur la garde et le divorce, qui attaque les femmes en instrumentalisant les enfants. Nous combattons la loi Salvini, qui empêche la liberté et l’autodétermination des migrant-e-s, alors qu’elle légitime la violence raciste. Nous ne supportons pas les attaques contre « l’idéologie du genre », qui dans les écoles et les universités veulent imposer l’idéologie patriarcale. Nous dénonçons le prétendu « revenu de citoyenneté » sur base familiale, qui nous contraindra à rester pauvres et à travailler à n’importe quelles conditions, sous le contrôle oppressif de l’État. Nous refusons la prétendue flexibilité du congé maternité qui continue à reporter le soin des enfants uniquement sur les mères. Nous avons envahi les places de chaque continent pour réclamer la liberté de décider de nos vies et de nos corps, la liberté de se déplacer, d’autogérer nos rapports en dehors de la famille traditionnelle, pour nous libérer du chantage à la précarité.

      Nous revendiquons un revenu d’autodétermination, un salaire minimum européen et un welfare universel. Nous voulons un avortement libre, assuré et gratuit. Nous voulons autonomie et liberté de choix sur nos vies, nous voulons redistribuer la charge du travail de soin. Nous voulons être libres d’aller où nous voulons sans avoir peur, de nous soulever contre la violence raciste et institutionnelle. Nous voulons un permis de séjour européen sans conditions. Ces mots d’ordre rassemblent la force d’un moment global. Le 8 mars nous faisons grève !

      Le mouvement féministe global a donné un nouveau sens et une nouvelle force au mot grève, vidé par des années de politiques syndicales co-gestionnaires. Nous devons lutter car n’importe qui peut faire grève indépendamment du type de contrat, malgré le chantage des infinis renouvellements et l’invisibilité du travail au noir. Nous devons nous soutenir mutuellement et nouer des relations de solidarité pour réaliser la grève du travail de soin, qui est encore si difficile à faire reconnaître en tant que travail. Nous invitons donc tous les syndicats à proclamer la grève générale pour le 8 mars prochain et à soutenir concrètement les déléguées et les travailleuses qui veulent la pratiquer, en convoquant des assemblées syndicales pour l’organiser et en favorisant les rencontres entre travailleuses et noyaux territoriaux de Non Una Di Meno, dans le respect de l’autonomie du mouvement féministe. La grève est une occasion unique pour affirmer notre force et faire entendre notre voix.

      Avec la grève du et des genres nous pratiquons la libération de toutes les subjectivités et nous affirmons le droit à l’autodétermination sur nos propres corps contre les violences, les pathologisations et les psychiatrisations imposées aux personnes trans et intersex. Contre le validisme qui discrimine les personnes handicapées nous revendiquons l’autodétermination et les désirs de tous les sujets.

      Avec la grève de la consommation nous réaffirmons notre volonté d’imposer un changement de système qui dessine une autre manière de vivre sur la terre alternative à la guerre, aux colonisations, à l’exploitation de la terre, des territoires, des corps humains et animaux.

      Avec la grève du travail productif et reproductif nous bloquerons chaque secteur dans lequel se reproduit la violence économique, psychologique et physique sur les femmes.

      « Pas une de moins » est le cri qui exprime cette force et cette voix. Contre la violence patriarcale et raciste de la société néolibérale, la grève féministe est la réponse. Nous faisons grève pour inventer un temps nouveau.

      Si nos vies ne valent pas, nous faisons grève !

      #femmes #grève_féministe #8mars