#nostrategy

  • Selon Antoine Flahaut, la stratégie du présipotent porte un nom : la roue libre
    https://threadreaderapp.com/thread/1373023774849785861.html

    1/9 - Le 28 oct 2020, le Président Macron annonce un confinement et un changement radical de stratégie française de riposte contre la pandémie, les quatre piliers de la stratégie de suppression sont alors évoqués :
    1. “L’objectif est de passer de 40000 à 5000 contaminations/j.”

    2/9-“La stratégie de tests de dépistage et de traçage des contacts sera redéployée une fois le pic épidémique passé” ;
    3.“Nous devons collectivement déployer beaucoup plus massivement l’application TousAntiCovid” et,
    4.“L’isolement des personnes positives doit être plus efficace.”

    3/9 - Le 1er décembre, l’objectif visé n’est pas atteint (plus de 10000 cas/j rapportés), mais la révision de la stratégie française n’est à partir de ce moment plus jamais rappelée. La stratégie de tests n’est pas revisitée, l’App. peu promue et l’isolement reste inefficace.

    4/9 - La “stratégie” du gouvernement français part alors en roue libre : un plateau élevé (entre 10 et 30’000 cas/j) accompagné d’un couvre-feu, de la fermeture des bars, restaurants, de la vie culturelle, sportive et festive = des mesures de confinement partielles mais strictes.

    5/9 - Ce confinement partiel et strict contredit la doctrine du “vivre avec” (mitigation en anglais) puisque de telles mesures sont sensées être mises en œuvre pour sauvegarder le système de santé. Jusqu’en mars, le système de santé n’est pas menacé mais les mesures maintenues.

    6/9 - Ce couvre-feu éreintant pour les Français s’avère inopérant pour faire baisser le plateau au-dessous de 10’000 cas. Mais le gouvernement semble tout miser sur le vaccin et ne met pas en œuvre les éléments de la stratégie de suppression annoncée en octobre.

    7/9 - Le 1er décembre, il aurait fallu appuyer plus fort sur le frein, par exemple en fermant les écoles 15 j avant les vacances de Noël, mais il ne fallait pas toucher aux écoles. De janvier au 15 mars l’absence de stratégie perdure, et la fin mars voit une 3ème vague arriver.

    8/9 - On n’invente pas des stratégies de lutte contre une pandémie. Il y en a trois (en anglais) :
    1. Mitigation (“vivre avec”) ;
    2. Suppression (“circulation minimale”) ;
    3. Elimination (“#ZeroCovid).
    Si, la 4ème s’appelle la “roue libre” ou encore en anglais #NoStrategy

    9/9 - “Vivre avec” s’avère un échec cuisant pour toute l’Europe et l’Amérique.
    La “roue libre” française (mais aussi européenne) s’avère désastreuse depuis plus de 3 mois et demi : Combien de temps faudra-t-il pour s’en rendre compte collectivement et changer son fusil d’épaule ?

    • • •

    #covid-19 #crise_sanitaire

    • Écrase qui peut.

      La « question de l’acceptabilité » concerne moins les mesures sanitaires en tant que telles que les effets dévastateurs propres à la pandémie d’une part : il faut à tout prix éviter le scandale d’images de non prise en charge (médicale mais aussi sociale cf., les queues de 500 mètres d’étudiants paupérisés qui attendent pour avoir de quoi manger) et de morts (centralité de l’indicateur du nombre de réanimation), éviter à tout prix l’irruption du réel dans la mélasse de confusions organisées qui tient lieu de réalité ; et, d’autre part : l’acceptabilité jamais garantie malgré la prévalence de la lutte de chacun contre tous d’une idéologie directrice, plus ou moins camouflée, dont les auteurs de la Déclaration de Great Barrington ont formulé une version https://gbdeclaration.org/la-declaration-de-great-barrington

      La crise sanitaire se présente pour les militants du capital comme une crise structurelle de leur société, la société d’abandon, et, à l’opposé, pour les tenants de l’égalité ou de l’émncipation comme une faillite définitive (à échelle de vie humaine).
      Schipappa promet un désordre terrible et difficelement remédiable dès lors que la société ne sera plus gouvernée sous le signe de cette crise là (de quoi aller à l’extrême droite sans même une pensée électoraliste, pour la survie du capitalisme, du pouvoir de l’économie), et parmi nous dès que ça s’inquiète râle ou proteste, la blague, " bienvenue dans le monde d’après !" pour dire le pire qui est là et promis à croître sans pour autant s’y soumettre (ce bien peu cultive des complicités vitales).

      #Great_Barrington_Declaration