#o

  • Où sont implantées les antennes 5G qui quadrillent déjà Lyon et Villeurbanne ?
    https://www.mediacites.fr/decryptage/lyon/2020/09/21/ou-sont-implantees-les-antennes-5g-qui-quadrillent-deja-lyon-et-villeurba

    Pour les anti-5G et les élus opposés au déploiement de la nouvelle génération de téléphonie mobile, le compte à rebours est enclenché. Ce 29 septembre, le gouvernement prévoit d’ouvrir les enchères de la 5G aux opérateurs. En clair, à coup de centaines de millions d’euros, Orange, Bouygues, Free et SFR vont se disputer l’attribution des fréquences nécessaires à la technologie. Suivront, pour les fêtes de fin d’année ou au début de l’année 2021, les premières offres commerciales qui proposeront des forfaits (...)

    #ARCEP #Bouygues #Free #Orange #Sony-Ericsson_ #SFR #5G #technologisme

  • issue_brief_cross-border-mobility_summary.pdf
    https://www.iom.int/sites/default/files/documents/issue_brief_cross-border-mobility_summary.pdf

    The dramatic impacts of the COVID-19 pandemic have further embedded public health concerns in questions of migration and mobility at large, revealing the critical need to rethink policies and practices. •International human mobility has been drastically reduced, with border closures and travel restrictions of unprecedented scale.With a few exceptions, almost all countries have restricted international mobility. As they contemplate removing internal restrictions and reopening borders, states are confronted with a high level of uncertainty and one common challenge: how to resume cross-border mobility while safeguarding global public health? •Given this high level of uncertainty, a range of flexible and innovative public health solutions will need to be implemented at the border, which will need to be adjusted by governments at national and regional levels based on existing and emerging evidence about the pandemic, as well as their ongoing effectiveness. •For governments contemplating selective reopening based on diverse criteria such as infection rates, geographical proximity, regional integration agreements, and high value trade and mobility corridors, they will also need to take into account the measures and capacities in partner countries to manage additional risk. No country can be left behind in the effort to integrate public health concerns into humanmobilityat the border, and beyond.

    #Covid-19#migration#migrant#OIM#sante#frontiere#circulation

  • #VendrediLecture... enfin, si les pigeons m’en laissent l’occasion !
    https://www.flickr.com/photos/valkphotos/50381282738

    Flickr

    ValK. a posté une photo :

    #LesPetitesPhotos
    Reprise de la lecture inachevée de #Ecotopia de Ernest Callenbach, « Carnets de notes et de Rapports de William Weston », roman utopique et dystopique publié en 1975, traduit et réédité par @ruedelechiquier il y a 2 ans (et illustré d’une de mes photos de la série « Que fer ? »)
    .
    ☆ photos : ValK. : http://frama.link/valk
    ☆ audios : https://archive.org/details/@karacole
    ☆ soutien : https://liberapay.com/ValK
    .
    #photo #photography #foto
    #oiseaux #birds #pájaros
    #pigeon #pigeons #paloma
    #livre #book #libro
    #lecture #reading #lectura
    #littérature #literature #literatura
    #fiction #anticipation #ficción
    #automne #autumn #fall #otoño #couleurs #harmonie

  • « La course au vaccin peut compromettre toute réponse adéquate à la pandémie »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/09/23/la-course-au-vaccin-peut-compromettre-toute-reponse-adequate-a-la-pandemie_6

    Accélération des procédures, logique de concurrence favorisant l’opacité… Pour Pauline Londeix et Jérôme Martin, cofondateurs de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Els Torreele, bio-ingénieure, le modèle de la compétition fait courir le risque d’aboutir à des vaccins médiocres, analysent-ils, dans une tribune au « Monde ».

    Tribune. Compétition effrénée pour espérer juguler la pandémie de Covid-19 et retourner à nos vies quotidiennes au plus vite ? Ou bien course folle à la rentabilité à court terme aux dépens des produits de santé en développement, de la sécurité sanitaire, de l’adhésion à la vaccination ou encore de l’usage de l’argent public ? Dans la course aux vaccins contre le Covid-19, qui protégera la santé publique ?

    Ne pas confondre vitesse et précipitation

    La Chine a été le premier pays à annoncer, fin juin, sa décision d’autoriser le vaccin nommé Ad5-nCoV et développé par la firme chinoise CanSino pour un usage militaire, à peine six mois après l’identification du nouveau virus SARS-CoV-2. Mi-août, la Russie a surpris le monde entier en déployant son candidat vaccin « Spoutnik V », malgré les inquiétudes de la communauté internationale, tant cette autorisation semble prématurée. Aux Etats-Unis, le président Trump fait tout son possible pour que le candidat développé par la firme Moderna soit mis sur le marché avant l’élection présidentielle du 3 novembre. De son côté, le gouvernement britannique adapte son cadre légal pour être en mesure d’autoriser un vaccin avant la fin de l’année, alors que l’Agence européenne du médicament (EMA) a déjà fait passer les vaccins en développement en procédures accélérées.

    L’urgence est là, mais confondre vitesse et précipitation peut compromettre toute réponse adéquate à la pandémie. Le modèle qui s’est imposé pour répondre à la crise, celui de la compétition et de l’accélération des procédures, n’est pas le plus pertinent pour obtenir ces outils indispensables. Ils ne le seront que s’ils sont suffisamment efficaces. Car pour le moment, et encore loin de la ligne d’arrivée proche promise par de nombreux leaders internationaux, cette course semble bien plus satisfaire des stratégies de domination géopolitiques, des intérêts populistes ou encore ceux, financiers, des multinationales pharmaceutiques. L’idée semble acquise que tel pays, ou tel industriel, doit être le premier à remporter cette course, faisant presque oublier l’ampleur du défi médical que représente le développement de vaccins – un effort qui peut d’habitude représenter entre cinq et dix années de recherche et de développement.

    Compression des procédures

    Ici, les Etats, et d’autres, ont décidé de lancer simultanément toutes les phases de recherche habituellement distinctes et successives. Sont ainsi compressées des procédures pourtant indispensables à la sécurité et à l’évaluation de l’efficacité de tout produit de santé. Pour répondre à une demande mondiale, la production en masse de doses est même lancée en parallèle des phases d’essais cliniques, et ce sans garantie sur l’efficacité des candidats.

    Dans cette course folle, où gagner en vitesse semble plus important que développer les meilleurs outils pour répondre aux besoins des populations, les logiques de concurrence encouragent l’opacité et l’absence de concertation entre les différents acteurs. Ainsi, les développeurs des huit principaux candidats vaccins en phase 3 ont choisi de cibler la même protéine du virus, parce qu’elle semblait plus exploitable à court terme, négligeant d’autres pistes de recherche potentiellement plus prometteuses à plus long terme. Il n’est pas certain qu’une plus grande concertation et un échange des résultats intermédiaires aient nécessité plus de temps, mais il semble assuré que cela réduirait les risques d’obtenir des vaccins médiocres.

    S’appuyant sur une consultation d’experts internationaux, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié un « profil de produit cible ». Il présente les caractéristiques minimales qu’un vaccin utile à la santé publique doit remplir. Malheureusement, les développeurs ne sont pas tenus de les suivre. Et, comme les protocoles d’études cliniques sont tenus secrets, nous ne disposons pas des éléments précis permettant d’évaluer les objectifs des études en cours. Comment, par exemple, sont déterminées la bonne tolérance des produits en développement et même tout simplement leur efficacité ?

    Cette efficacité n’est pas binaire, elle ne s’évalue pas entre tout et rien, et prendre conscience des échelles est indispensable pour prévoir les politiques vaccinales. Un vaccin qui ne créerait pas d’immunité collective n’aurait un intérêt que très limité au niveau populationnel. Selon des études, ce serait le cas d’un vaccin dont l’efficacité de protection contre l’infection serait inférieure à 60 %, même si la totalité de la population était vaccinée, ce qui paraît peu probable. Or, les candidats vaccins en phase 3 risquent de présenter une efficacité bien inférieure à 60 % et pourraient seulement réduire la sévérité de l’infection.

    Logique de compétition

    Dès lors, on comprend aisément la tentation pour un développeur inscrit dans une logique de compétition : s’il souhaite que son essai soit le premier à fournir les apparences d’un succès, la question initiale posée dans le protocole doit être la plus large possible et celle à laquelle il est le plus simple possible de répondre. Il a, par exemple, intérêt à ce que la question soit « le vaccin est-il efficace ? », pour ne pas avoir trop de contraintes à définir a posteriori ce que l’étude a pu démontrer, ni devoir répondre publiquement à la question « efficace à quel taux ? ».

    C’est la raison pour laquelle il est essentiel qu’un comité indépendant puisse revoir les protocoles et leurs résultats une fois l’étude achevée, et que des experts sans lien d’intérêt puissent réfléchir à définir les caractéristiques idéales des produits recherchés. Ce comité, dont les discussions et travaux doivent être ouverts, publics et transparents, permettrait de réfléchir à une approche de développement d’outils complémentaires, et non mis en concurrence. Par exemple, un vaccin qui bloquerait la transmission pourrait être plus adapté au personnel soignant, alors qu’un autre, permettant de limiter la sévérité des symptômes, le serait plus aux personnes âgées ou aux personnes atteintes d’autres pathologies. Mais une telle approche ne semble pas à l’ordre du jour dans ce contexte international de concurrence effrénée.

    Chèques en blanc aux industriels

    Sommes-nous prêts à dépenser des milliards d’argent public pour un bénéfice limité sur le plan sanitaire ? Le rôle de la puissance publique est-il de signer des chèques en blanc aux industriels, de déréguler, puis de se retirer de l’évaluation du produit, des stratégies de recherche, de production et de commercialisation ?

    Car à force d’admirer la success story de la petite start-up Moderna, qui développe l’un des candidats vaccins les plus avancés, on en oublie que sa principale force est bien d’avoir comme partenaire intellectuel et logistique de recherche, et comme financeur, l’immense National Institutes of Health (NIH), financé par l’argent public américain. En France, en juin, le laboratoire Sanofi, qui a reçu de nombreuses aides publiques pour le développement d’un vaccin contre le SARS-CoV-2, a même menacé d’approvisionner en priorité les Etats-Unis, afin d’obtenir davantage d’aides publiques auprès de l’Union européenne et de la France. Le laboratoire a eu gain de cause le 31 juillet, lorsque la Commission européenne a annoncé un accord avec la firme et avec GSK leur garantissant l’achat de 300 millions de doses. Si les investissements des firmes sont constamment mis en avant pour justifier ce type d’accords, l’ampleur des risques pris par le public dans le financement de ces candidats vaccins et dans l’achat de doses semble constamment occultée, alors que l’efficacité et l’innocuité ne sont pas garanties.
    Le simple fait que les pouvoirs publics n’aient pas accès aux protocoles de recherches d’essais alors qu’ils les financent par des milliards d’euros publics devrait susciter l’indignation

    La place des Etats dans cette « course » est donc paradoxale. A voir l’industrie pharmaceutique s’autoréguler, on croirait presque qu’ils sont portés disparus, alors qu’ils n’ont jamais été aussi présents comme financeurs et à travers leurs infrastructures de recherche publique.
    Le simple fait que les pouvoirs publics n’aient pas accès aux protocoles de recherches d’essais alors qu’ils les financent par des milliards d’euros publics devrait susciter l’indignation. En mai 2019, les Etats membres de l’OMS se sont engagés à mettre en place la transparence, notamment sur les essais cliniques, les prix, les financements de la recherche et du développement et les brevets. Depuis le début de la crise due au Covid-19, nombreux ont été les exemples des conséquences dramatiques de l’opacité. Si la résolution de l’OMS ne dispose pas de pouvoir contraignant, sa mise en œuvre est plus que jamais cruciale, pour aiguiller les politiques publiques en santé et pour juguler la pandémie mondiale que nous traversons.

    En matière de vaccin comme pour tous les produits de santé, la transparence sur les protocoles de recherche et les données cliniques ainsi qu’une revue indépendante et systématique de ceux-ci par la communauté scientifique constituent une nécessité, une exigence éthique et une urgence absolue. Les Etats doivent également publier les contrats signés avec les firmes pharmaceutiques et exiger d’elles qu’elles publient sans délai les protocoles d’études des essais en cours, et les résultats détaillés dès que les études ont abouti.

    Le modèle de la compétition n’est donc pas adapté. Il fait courir un grand risque d’aboutir à des vaccins médiocres, sans réel impact sur la pandémie à l’échelle globale, notamment au regard de l’engagement financier et logistique de la puissance publique. Celle-ci devrait au contraire promouvoir un modèle de coopération, avec des études transparentes sur les objectifs, la méthode, les financements et les conditionnalités d’accès. Cette voie, qui ne confond pas urgence et rentabilité à court terme, ne garantit pas un succès rapide, mais elle ne l’exclut pas et réduit les risques d’obtenir des produits sans intérêt. Cette solution réinscrirait la recherche et le développement dans des logiques d’intérêt public, ce qui doit aussi se prolonger dans la production et la commercialisation pour garantir des prix justes et un accès à tous. D’autres modèles existent donc, encore faut-il que les Etats cessent de réduire leur rôle à celui de prestataire de service des entreprises du médicament et se rappellent que la santé est une affaire publique.

    #santé_publique

  • Il n’y a plus d’après...
    https://www.flickr.com/photos/valkphotos/50375737393

    Flickr

    ValK. a posté une photo :

    ... Ciel d’orage chargé de présences dans les nuages, Nantes, le 19 septembre 2020.
    .
    #Photo : ValK.
    | voir+> https://frama.link/valk
    | soutenir+> https://liberapay.com/ValK

    #sombra #valk #aigle_noir #ange_blanc #cielo #clouds #contrastes #fronts #noiretblanc #nuages #nubes #orage #sky #storm #tormenta #vision #hommage

    • et puis #paraéidolie : il semble que je sois un peu la seule à voir dans les nuages une sorte d’ange en face d’un oiseau noir mais qu’une fois que je l’explique, on « ne voit plus que ça » ! J’ai fait toute une séquence photo sur cette « rencontre » céleste, sa stabilité m’a impressionnée d’autant qu’aucun des deux nuages n’a absorbé ou chassé l’autre.

  • Désertification en Roumanie - Regarder le documentaire complet | ARTE
    https://www.arte.tv/fr/videos/090637-044-A/arte-regards-desertification-en-roumanie

    L’#Olténie, une région du sud-ouest de la #Roumanie, est de plus en plus touchée par la #désertification. La chaleur et la #sècheresse y augmentent chaque année, de même que les #tempêtes_de_sables qui se propagent jusqu’à Bucarest. Un groupe d’#écologistes tente d’empêcher le pire grâce au reboisement, tandis que les agriculteurs se tournent vers de nouvelles cultures fruitières.

    #ensablement #agro-industrie #pac #déforestation #climat et #bravo à Octavian

  • Quand l’Europe aide la Chine pour surveiller massivement ses concitoyens
    https://www.telerama.fr/idees/quand-leurope-aide-la-chine-pour-surveiller-massivement-ses-concitoyens-670

    Amnesty International publie un rapport qui montre que plusieurs entreprises européennes fournissent à Pékin des technologies de reconnaissance faciale. L’ONG pointe une faille majeure : aucun garde-fou européen ne limite l’exportation de ce type de technologies. On connaissait déjà la propension de la Chine à exporter son modèle numérique intrusif, des faubourgs de Quito aux rues de Valenciennes. L’itinéraire inverse est plus méconnu, et pourtant : ce lundi, en amont d’un trilogue européen – qui (...)

    #Nexa #AMESys #Ercom #Idemia #Morpho #Oberthur #algorithme #CCTV #Skynet #biométrie #émotions #facial #reconnaissance #vidéo-surveillance #surveillance (...)

    ##Wassenaar

  • un concentré de #bullshit en hommage à David Graeber :

    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/09/23/avec-une-levee-de-fonds-de-300-millions-de-dollars-mirakl-devient-une-licorn

    Valorisée désormais à 1,5 milliard de dollars, la start-up française de « solutions logicielles de marketplaces » a vu son volume d’activité bondir durant le confinement.

    Tu t’en fous ? Moi aussi.

    #marchandisation #valorisation_de_la_crétinerie #obsession_mercantile #peignes_cul

    • complètement et en plus, j’en ai marre d’accepter leur protocole de merde au Monde.

      Le Monde et des tiers selectionnés, notamment des partenaires publicitaires, utilisent des cookies ou des technologies similaires. Les cookies nous permettent d’accéder à, d’analyser et de stocker des informations telles que les caractéristiques de votre terminal ainsi que certaines données personnelles (par exemple : adresses IP, données de navigation, d’utilisation ou de géolocalisation, identifiants uniques).

      va fanculo ! le monde

    • La « marketplace » de Darty et la Fnac, est-ce qu’il y a des articles qui se demandent si vraiment c’est une bonne idée ?

      L’année dernière, le porte-filtre de mon percolateur, acheté chez Darty, pète. Je vais donc au service après-vente, ou le gentil monsieur m’informe que c’est pas couvert par la garantie (j’ignore pourquoi une poignée de porte-filtre mal branlée et qui pète quand on l’utilise, n’est pas couverte par la garantie, mais c’est pas la question).

      Donc faut que j’en achète une nouvelle. Et le monsieur m’annonce d’un air désolé que c’est pas donné : de mémoire, dans les 40 euros chez Darty.

      Mais, me dit-il en tapotant sur un ordinateur, ça doit être moins cher sur la marketplace de Darty.fr. Hé oui dis-donc : 25 euros ! Moi, comme un con, je demande pourquoi Darty vend les choses moins chères sur son site que dans le magasin : « ah mais non c’est pas Darty, là, qui vend le porte-filtre sur le site de Darty… ».

      Donc j’ai pas acheté chez Darty, parce que chez Darty on m’a dit que c’était moins cher sur l’internet-by-Darty.

      Alors je rentre chez moi, et tant qu’à faire, je découvre que c’est encore moins cher sur l’internet-by-Amazon. Parce que le port est gratuit, et en plus ça sera livré chez moi hier.

      Alors je veux bien la licorne française qui rend nos journalistes si fiers de vivre dans une startup nation, mais je dois avouer que comme stratégie commerciale, pour Darty et la Fnac, ces « marketplaces » qui vendent leur propre concurrence, j’aurais tendance à les classer dans la catégorie « balle dans le pied ».

    • Alors je rentre chez moi, et tant qu’à faire, je découvre que c’est encore moins cher sur l’internet-by-Amazon. Parce que le port est gratuit, et en plus ça sera livré chez moi hier.
      dans un colis préparé avant-hier ?
      _De la publicité comme contre-propagande_Lignes de force
      https://lignesdeforce.wordpress.com/2020/09/24/de-la-publicite-comme-contre-propagande
      https://www.youtube.com/watch?v=RzjeLcP0Iek&feature=emb_logo

      N’en voulons pas à ce comédien (ou à ce travailleur convaincu de jouer son propre rôle) : il faut bien vivre . Mais observons qu’Amazon, « géant de la vente en ligne », outre l’effet de sidération déjà évoqué, montre simplement sa force.

      Je répondrai à Claude Guillon (anarchiste en retraite) : plutôt crever !

  • #zettelkasten Method : How to Take Smart Notes (A Beginner’s Guide)
    https://leananki.com/zettelkasten-method-smart-notes

    Author’s Note: This is the Zettelkasten guide I wish existed when I started. By no means is this guide perfect, nor am I trying to imply that this is the only way to do it. But, I do think this will help you understand the Zettelkasten Method (the how part) better if you’re a beginner. After reading this, make sure you implement what you learned, and then check out the “Further Readings” section. — <a href="https://my.framasoft.org/u/rouge-glace/?fno9-Q&quot; title="Permalink">Permalink</a>

    #astuces #méthodo #orga #PKM #tutos

  • 1960 à 1964, la France danse aux rythmes du Cha-cha-cha oriental
    https://www.fip.fr/chanson-francaise/1960-1964-la-france-danse-aux-rythmes-du-cha-cha-cha-oriental-18280
    https://www.youtube.com/watch?v=9m5I9oLq_qU&list=PLqVOXTBjxpz4IXy0fu9pFEVW-MyHxq89-&index=10


    Kemal Rachid et ses Ottomans - Au café turc

    Au début des années 60 l’Europe est scindée en deux blocs après la crise des missiles cubains, l’indépendance de l’Algérie provoque une grave crise politique de l’hexagone qui conduit au retour de de Gaulle et la fin de la IVe République. Les Français du baby-boom rêvent d’ailleurs, de voyages et, à défaut d’un tourisme de masse encore inexistant, vont trouver cet « exotisme » dans le cinéma et surtout la myriade de productions de ces musiques mêlant jazz américain, musiques cubaines, brésiliennes ou orientales. Après TCHIC TCHIC - French Bossa Nova - 1963​/​1974, l’excellent label #Born_Bad_Records publie, le 21 août, la compilation Cha-Cha Au Harem Orientica - France 1960-1964 qui réunit une collection de titres rares ou oubliés de ce cha-cha-cha oriental au charme suranné.

    Présentation par Alexandre Gimenez (français/anglais)
    https://www.bornbadrecords.net/releases/cha-cha-au-harem-orientica-france-1960-1964


    #maghreb #musique

  • Le bracelet d’automne est de sortie 🍁🍂🌰

    https://www.flickr.com/photos/valkphotos/50374905961

    Flickr

    ValK. a posté une photo :

    Pensées particulières ce matin pour les personnes à qui j’ai offert des bouts de ce fil bleu et qui continuent, ensemble ou séparément, à pousser les murs, ouvrir les portes, bannir les frontières et venir en aide à celles et ceux qui n’ont plus rien...
    .
    ➿ @Kolavalk : #talismans, #grigris & #oripeaux...
    .
    .
    .
    #bracelet #macramebracelet #pulsera #macrame #micromacrame
    #automne #autumn #otoño
    #feuilles #fall #leaves #hojas
    #pasàvendre #notforsale #nosevende #anartisanat #artisanat #artisanatdart #artsdufil #soeurcellerie
    .
    👀 + d’infos, liens & soutien :
    https://liberapay.com/Valk

  • La grande braderie des jeunes
    Comment des étudiant·es en Master ont été engagé·es en #alternance #contrat_d'apprentissage sans le savoir. Même si c’est pas facile de trouver un emploi, les temps sont durs ma bonne dame, l’ignorance est bien entretenue et les cadeaux du gouvernement ne sont pas pour elleux. J’espère que ce témoignage vous donnera quelques pistes pour différencier les deux types de contrat et vous éviter de tomber dans le piège.

    La période de confinement COVID a décalé l’ensemble des stages obligatoires qui devaient débuter fin mars, les étudiant·es en 4em année les ont donc terminés fin aout. Il reste peu de marge pour chercher un emploi d’un an en alternance pour septembre qui leur permettra de valider leur diplôme niveau7. Avec une économie en chute libre, les emplois se sont raréfiés, ajoutez à cela le manque de temps et le fait qu’en août il n’y a plus personne dans les boites.

    Formation et information données par leur école sont partielles, mais jusqu’en juillet, la même rengaine (envoyée par mail donc certifiée) est qu’il faut que chaque étudiant·e se trouve ce fameux « contrat de professionnalisation », qui leur sera payé 80% du SMIC.

    Le 24 aout (ils en ont mis du temps) le décret n° 2020-1085 est publié.
    https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042259606
    L’aide exceptionnelle allouée passe pour l’employeur à 8000€, qui s’ajoute au fait qu’il n’y a pas de charges patronales.

    Mais ce qui va jouer dans l’entourloupe, ce sont les organismes de formation qui se moquent bien de connaitre les conditions d’embauche pourvu que leur soit versé l’argent de la formation. Les étudiant·es qui ont la chance de trouver un emploi pour septembre perdent de facto leur statut qui passe à salarié en formation mais restent sous la tutelle de l’école (assurant cette formation qui sera payée par l’OPCO). L’école/centre de formation s’est bien gardée d’apprendre aux étudiant·es à lire un contrat ou à le négocier et nombreux encore sont celleux qui croient naïvement qu’illes vont percevoir 80% du SMIC.

    Lorsque l’étudiant·e a enfin dégoté une entreprise en faisant miroiter les aides qui le/la rendre attractive pour son futur employeur, la confusion va alors être entretenue entre contrat de professionnalisation et contrat d’apprentissage et le centre de formation va assurer pourtant que c’est équivalent, certainement pour ce qu’il perçoit mais pas pour les étudiant·es !

    Le simulateur (employeur/salarié) mis en ligne n’intègre pas de mises à jour (la blague) et propose apprentissage ou professionnalisation, avec des reports pas très clairs.
    https://www.alternance.emploi.gouv.fr/portail_alternance/jcms/gc_5504/simulateur-employeur

    Mais bon, tel quel tu peux voir la différence, ainsi en apprentissage le/la salarié·e va coûter moins cher à l’employeur:162€/mois, dingue, c’est moins qu’un stagiaire ou qu’un·e prisonnière : 1,70€ de l’heure à raison de 35h x 3 semaines/mois x un an. Sauf que c’est la chute vertigineuse pour les étudiant·es, en apprentissage ils ne touchent plus que 53% du SMIC et non plus 80%, car tout se passe en circuit fermé entre le centre de formation, l’employeur et l’OPCO une fois que le gamin a dégoté son emploi.

    C’est donc la grande braderie, de 1200€/mois, les étudiant·es passent à une rémunération de 800€ et surtout sans le savoir.
    Bien évidemment, l’école ne les a pas formé·es aux négociations d’embauche, les temps sont durs ma bonne dame, baisse donc l’échine. La plupart n’ont rien signé, rien vu, débarque dans une ville où il leur faut un logement et imaginent toujours qu’ils auront 1200€ … 400€ de différence ce n’est pas rien, et si ils n’ont pas négocié avec l’employeur, il n’y a pas de retour possible. Un seul mot : renseignez-vous, négociez et battez-vous pour ce que vous valez, levez l’échine, car oui 4 années d’études c’est une valeur sur le marché du travail et vous devez vous faire respecter dès maintenant, pour votre futur et pour l’ensemble du salariat.

    De mon côté je suis furieuse contre la direction de l’école qui me dit que ma fille est majeure (je t’ai quand même payé ses études et tu es censé assumer tes responsabilités pour tout tes étudiant·es) et veut faire ensuite tout reposer sur son secrétariat voire le gouvernement ou le covid. Il en va pourtant de la valorisation de l’école et du bradage des étudiants, peine perdue. En tout cas, c’est certain que c’est un beau cadeau au patronat en ces temps si durs ma bonne dame, à peine 2€ de l’heure ! La destruction du contrat de professionnalisation au profit du contrat d’apprentissage est à l’œuvre sans que personne ne dise rien, car laissé au choix de l’employeur. Soldes et grande braderie à tous les étages et va donc ensuite te trouver un emploi correctement payé quand tu as 35 ans et que le marché est saturé de jeunes sous payés et d’employeurs qui embauchent gratos.

    On va pouvoir détester un peu plus les jeunes qui nous propagent déjà le covid avec leurs nécessités hormonales de se rencontrer et nous pique le taf. Mais quelle société de merde.

    –--------
    Des délais supplémentaires
    Info importante mais que nous avons eu trop tard, et ce n’est pas faute de l’avoir demandé, donc posez-vous un peu pour réfléchir et pas de précipitation même si l’école vous a toujours soutenu qu’il fallait une embauche dès septembre, c’est absolument faux.
    https://travail-emploi.gouv.fr/actualites/l-actualite-du-ministere/article/plan-de-relance-apprentissage-entreprises-cfa-decouvrez-les-mesu

    - Au lieu de 3 mois, les apprentis ont maintenant 6 mois après le début de leur formation pour signer un contrat d’apprentissage avec une entreprise. Cette mesure d’allongement du temps laissé à l’apprenti pour trouver une entreprise entrera en vigueur début août 2020.

    Au final, pour ma fille, après un mois de recherche intense à activer notre petit réseau, il lui a été impossible moralement de renoncer au contrat si mal négocié par l’école, son employeur a fait un geste pour qu’elle touche la prime d’activité en passant son contrat à 63% au lieu de 53%, parce qu’évidemment en dessous de 940€ tu n’as pas droit à la #prime_d'activité, tsss fainéante va !

    #alternance
    #patronat
    #emploi
    #formation
    #OPCO
    #1jeune1arnaque

  • Exilia Film | Koffi – Récit depuis le Centre fédéral de Giffers (FR)
    https://asile.ch/2020/09/22/exilia-film-koffi-recit-depuis-le-centre-federal-de-giffers-fr

    Koffi témoigne des nombreux actes de violences physiques et verbales dont il a été témoin au nouveau centre de Giffers. Il a également été lui-même victime de violence. En effet, après avoir passé plus de 6 mois dans ce centre de renvoi, alors que le maximum légal est de 140 jours, il est violenté physiquement, […]

  • Covid : Oui à la responsabilité individuelle, non à la culpabilisation constante - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2020/09/21/covid-oui-a-la-responsabilite-individuelle-non-a-la-culpabilisation-const

    Les trous dans la raquette de la protection, ce sont les enfants. Nous avons bataillé pour demander le port du masque à l’école, entre autres mesures (embauches d’enseignants, possibilité d’enseignement à distance…), non pas parce que nous sommes des monstres hors-sol désireux de punir les jeunes et de freiner leur développement, mais parce que les enfants de moins de 10 ans peuvent être contaminés et contaminants, qu’ils soient symptomatiques ou asymptomatiques. L’OMS et l’Unicef recommandent le port du masque dès 6 ans dans les régions de circulation virale. Mais en France, on reste bloqué sur une étude mise en avant par la Société française de pédiatrie affirmant que les enfants ne sont pas contaminants pour les adultes, à partir d’observations réalisées… pendant le confinement, à un moment où les écoles étaient fermées.

    […]

    Le déni prolongé d’une grande part de la communauté scientifique et des politiques quant à la contamination par aérosolisation fait que même si aujourd’hui son existence est enfin admise, beaucoup de gens n’ont toujours pas compris de quoi il s’agit, et n’osent pas le demander pour ne pas passer pour des cons.

  • Observatoire des #non-recours aux droits et services

    Objectifs

    Dans les domaines des #prestations_sociales, de la #santé, de l’insertion sociale et professionnelle, de l’#autonomie, de la #médiation_sociale, des déplacements, de la lutte contre les #discriminations

    - Observer des situations de non-recours, mesurer leur importance, caractériser les populations concernées, enquêter sur les causes.
    – Analyser les limites de l’#intégration_sociale par les politiques publiques au regard des phénomènes de non-recours.
    – Diffuser les connaissances, les données et les méthodes d’identification et d’évaluation du non-recours.
    – Accueillir la réalisation de stages, de mémoires de Master et de recherches doctorales ; servir de support à des séjours scientifiques dans le cadre de collaborations internationales.

    Une observation productrice d’#outils utiles pour la #recherche et l’#action

    – Requêtes #statistiques sur des bases de données constituées.
    - Dispositifs ad hoc de suivi/évaluation au sein de structures administratives ou associatives.
    - Enquêtes qualitatives suivant plusieurs techniques : entretien individuel ou collectif, focus group, groupe de qualification mutuelle.
    – Ateliers de #témoignages.

    Une #observation articulée à des recherches pour de nombreux organismes

    le CNRS, l’ANR, la CNAMTS, la CNSA, la DGCS, la DREES-MIRe/ONPES, le PUCA, l’INPES, le PREDIT, l’INCA, …

    Axes de questionnement

    Pourquoi des individus ou des populations ne recourent pas, volontairement ou non, à l’#offre_publique.
    Que ce soit dans des rapports directs aux services prestataires (services publics, associations, entreprises), à des acteurs intermédiaires (organisés ou non organisés) ou dans la participation à des actions collectives soutenant l’accès aux droits.

    Pourquoi et comment les institutions se saisissent des phénomènes de non recours à l’offre publique. Renouvellement du contenu de l’offre publique et organisation spatiale des pratiques sociales (autour de logiques de contrat, d’incitation et de responsabilisation, de proximité, d’accessibilité et de mobilité) ; développement d’outils de connaissance des phénomènes de non-recours ; mise en œuvre de dispositifs d’information, d’expression de la demande sociale, de (re)mise en capacité des individus, de lutte contre les discriminations, de construction d’intérêts collectifs.

    Une démarche scientifique fondée sur l’observation

    L’#invisibilité des phénomènes de non-recours demande d’articuler trois types de recherche dans une démarche scientifique interdisciplinaire.


    https://odenore.msh-alpes.fr
    #précarité #recherche-action #droits #accès_aux_droits

    • Collectif SOIF de connaissances

      Renforcer les liens entre la recherche, la formation des professionnels et les #pratiques de terrain dans le champ sanitaire et social

      Le secteur de l’#action_sociale connaît actuellement de profondes évolutions et remises en question, illustrées notamment par les débats menés dans le cadre des Etats Généraux du #Travail_Social. L’une des questions centrales concerne l’articulation, au niveau des territoires, entre les pratiques de terrain, la formation – continue ou initiale – des professionnels, et la recherche scientifique dans les différents domaines d’intervention. Le cloisonnement trop souvent observé des divers acteurs concernés mène en effet à une certaine incohérence entre les besoins identifiés, les réponses apportées par les structures, et les contenus de formation.

      Le Plan d’action en faveur du travail social et de l’#intervention_sociale présenté en conseil des ministres le 21 octobre 2015 prend en compte ces enjeux, en fixant notamment les objectifs suivants :

      – Inscrire progressivement le travail social dans un parcours conduisant à des grades universitaires.
      - Reconnaître l’intervention sociale comme un champ de recherche.
      - Garantir la qualité des formations et des diplômes d’Etat, via notamment un cahier des charges partagé Etat-Régions.

      http://www.collectif-soif.fr/le-collectif

  • Avec la 5G, la France au bord de l’excès de vitesse ?
    https://www.telerama.fr/medias/avec-la-5g-la-france-au-bord-de-lexces-de-vitesse-6699762.php

    Progrès salutaire pour l’économie et les services selon ses partisans, comme Emmanuel Macron. Technologie potentiellement néfaste pour la santé et l’environnement pour ses détracteurs, dont de nombreux maires écologistes. Le débat sur le haut débit s’enflamme. Parfois, même les machines bien huilées se grippent. Elles tombent sur un grain de sable, calent, s’enrayent. Dans le sillage de ses voisins européens, la France a prévu d’embrasser la 5G qui, comme son sigle l’indique, désigne la cinquième (...)

    #ARCEP #Bouygues #Free #Orange #SFR #5G #technologisme

  • How to Secure and Protect Your Smart Home - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/09/18/smarter-living/smart-home-security.html

    Smart-home devices create comfort and convenience through the power of the internet, allowing you to tweak temperatures, view security cameras, flip on lights from across the couch or across the globe, and so much more. That type of connectivity is powerful, but it can also make you easy prey for digital thieves. As Theresa Payton, founder and chief executive of Fortalice Solutions, a cybersecurity consultancy firm, told us, “Every device connected to the internet is a target.”

    Because some smart-home devices are specifically designed to monitor us, taking precautions becomes essential.

    Directly protect your devices

    When possible, use two-factor verification. Most devices in a smart home will offer this feature, so always use it when you can.

    Many manufacturers also allow you to opt into automatic hardware and software updates, something experts recommend to ensure the latest fixes get installed to address new security vulnerabilities. Make sure you check the settings section of your devices’ apps and your smartphone’s app marketplace for updates to devices that don’t automatically do this.

    Read the fine print

    While a popular worry among smart-home users is rightly the threat of hackers, another equally pressing concern is whether to trust the manufacturer itself. Signing into an app shouldn’t give manufacturers the right to secretly access or share your behavior, but it could give them access to a trove of data the device collects — things like email addresses, location information, and recorded audio and video. If you don’t have the time, check out a source like Wirecutter, which considers the (over) reach of privacy policies in its evaluation of various smart-home devices as part of its criteria.

    Before you agree to use an internet-connected device, it’s essential to understand what data you might be sharing, so read the terms and conditions of its privacy policy. It’s a daunting task, but Chris Hoose, founder and vice president of finance for the consulting firm Iconic IT, suggests looking for clauses that say what companies plan to do with your data, if and how they will contact you, how they plan to secure your data and whether you can opt out of these policies within the settings (many apps allow this). Some systems allow you to opt out of data sharing, while others don’t.

    #IoT #Objets_connectés #Domotique #Sécurité #Surveillance

  • Amnesty International dénonce l’exportation vers la Chine de technologies européennes de surveillance
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/09/21/amnesty-international-denonce-l-exportation-vers-la-chine-de-technologies-eu

    L’ONG montre du doigt notamment le géant français de l’identification numérique Idemia, pour la vente d’un système de reconnaissance faciale à la police de Shanghaï. Plusieurs entreprises européennes ont doté la Chine de matériels de surveillance, notamment de reconnaissance faciale, dénonce Amnesty International dans un rapport publié lundi 21 septembre. L’ONG y évoque le géant français Idemia, l’un des leaders mondiaux du secteur de la biométrie – avec 15 000 collaborateurs et 2,3 milliards d’euros de (...)

    #Idemia #Morpho #Oberthur #Safran #algorithme #CCTV #biométrie #racisme #facial #reconnaissance #vidéo-surveillance #Islam #surveillance (...)

    ##Amnesty

  • L’UFC-Que choisir porte plainte contre Nintendo pour obsolescence programmée
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/09/22/l-ufc-que-choisir-porte-plainte-contre-nintendo-pour-obsolescence-programmee

    Les experts ont trouvé deux causes pouvant expliquer le problème : « une usure prématurée des circuits imprimés » et « un défaut d’étanchéité qui entraîne une quantité inquiétante de débris et poussières au sein du joystick ».

    #obsolescence #programmée #jeuxvideo #nintendo #ufcquechoisir

  • Sidestepping disaster, UK’s coronavirus app launches
    https://www.codastory.com/authoritarian-tech/uk-coronavirus-app-launches

    In May, we wrote about a new Covid-19 tracking app that the UK government was trialing on the Isle of Wight. The app’s launch has been plagued with problems after the government initially spent $13.5 million building a product earlier in the summer, only to find it didn’t work properly on iPhones. The UK government is preparing to roll out its long-awaited coronavirus tracking app, called NHS Covid-19 and costing £35 million, on September 24. The UK initially rejected a model of the app (...)

    #Apple #Google #iPhone #smartphone #algorithme #contactTracing #technologisme #COVID-19 #santé #surveillance #bug (...)

    ##santé ##OpenRightsGroup

  • #Orthographe, #grammaire : sommes-nous coincés de la #langue ?

    Deux professeurs belges proposent de mettre un terme à l’accord du participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir. Comme à chaque proposition de réforme de l’orthographe en France, les réactions ne se sont pas fait attendre. Pourquoi la #langue_française suscite-t-elle autant de passions ?

    Qu’on se rassure : la Belgique ne fera pas cavalière seule sur la réforme de l’accord du #participe_passé. La Fédération Wallonie-Bruxelles l’a annoncé durant le week-end : rien ne se fera en dehors d’un cadre international. Le participe passé va donc, jusqu’à nouvel ordre, continuer à s’accorder avec le complément d’objet direct quand celui-ci le précède, et à rester invariable lorsqu’il le suit. Si une telle mise à point s’est avérée nécessaire, c’est suite à la publication d’une tribune retentissante dans Libération : celle de deux anciens professeurs de français, belges, pour qui « les gaufres que j’ai mangé » ne devraient prendre ni « e » ni « s » à « mangé » comme c’est le cas avec la règle actuelle. Une nécessaire #simplification selon eux, qui ferait gagner du temps pour d’autres enseignements plus essentiels.

    Comme il fallait s’y attendre, cette proposition a provoqué quelques grincements de dents : phénomène récurrent, en France, dès que les règles de l’orthographe ou de la grammaire sont remises en cause. « Au point » écrit le linguiste Philippe Blanchet « qu’il est devenu presque sacrilège de ne pas les respecter…et même tout simplement d’en parler de façon distanciée ».

    https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-a-moudre/orthographe-grammaire-sommes-nous-coinces-de-la-langue

    #Arnaud_Hoedt #Jérôme_Piron #français
    –—

    Les deux professeurs belges, à voir dans cette conférence TEDx :
    https://seenthis.net/messages/794457

  • #François_Gemenne sur l’#appel_d'air : Ils ne vont pas venir pour une douche à Calais...

    3 minutes pour déconstruire magistralement une #idée_reçue...

    François Gemenne : « Je suis frappé de voir comment toute une série de concepts qui étaient réservées à l’#extrême_droite il y a quelques années encore, c’est le cas de l’appel d’air sont désormais passés dans le langage courant parfaitement acceptés dans le débat public, utilisés tant par la gauche que par la droite, et qu’on va, de surcroit, mener des politiques qui vont s’appuyer sur ces concepts. Et c’est absolument faux !
    L’idée de l’appel d’air c’est de dire que si on accueille des gens dans des conditions décentes, ça va les attirer, ça va faire venir davantage de gens. Or, pourquoi est-ce que ces gens migrent au départ ? Pourquoi est-ce qu’ils vont choisir d’abandonner leurs familles, leurs villages, de prendre tous les risques, de dépenser des milliers d’euro aux passeurs ? Parce qu’ils en ont absolument besoin pour sauver leur vie, pour nourrir leur famille, ou simplement pour accomplir le projet d’une vie meilleure. Ils ne vont pas venir pour une douche à Calais ou pour quelques centaines d’euro d’allocations familiales. Cela n’a aucun sens. Et très souvent ils ne savent pas avant de venir quelles sont les aides auxquelles ils auront droit et d’ailleurs beaucoup n’y prétendent même pas parce qu’ils ne savent pas qu’ils y ont droit. Et donc, vraiment, il y a ici quelque chose de complètement absurde que d’imaginer que les migrants viennent pour les conditions de réception dans le pays. Ce n’est pas ça du tout qui détermine le choix du pays de destination : ça va être la présence de membres de leur famille, d’anciens liens coloniaux, la langue qu’on y parle, l’état du marché du travail, mais pas du tout le niveau des aides disponibles pour les migrants. »

    Journaliste : "Le contre-argument utilisé : Allemagne, 2015, Angela Merkel ouvre les frontières, permet aux migrants de venir parce qu’il y a une crise énorme, et ils viennent. Et là du coup l’Allemagne est débordée...

    François Gemenne : "En réalité c’est un argument qui est assez fallacieux pour deux raisons. D’abord, en fait, parce que ça s’est assez bien passé, au final. Quand on fait le bilan 5 ans après, il est largement positif....

    Journaliste : Avec une poussée de l’extrême droite en Allemagne...

    François Gemenne : « Avec une poussée d’extrême droite en Allemagne, mais enfin soyons sérieux ! On a en France l’extrême droite à 30 ou 35% avec des frontières fermées et une politique complètement hostile aux migrants et aux demandeurs d’asile, en Allemagne ils ont une extrême droite à 10 ou 15% avec une politique bien plus généreuse. Qui sommes nous pour dire ’Ah, regardez en Allemagne, il y a un problème d’extrême droite !’
    Donc, d’une part ça s’est plutôt bien passé. Et d’autre part, les gens croient souvent que c’est la décision de Angela Merkel d’ouvrir les frontières qui a fait venir les réfugiés syriens en Allemagne. En réalité, c’est l’inverse : les réfugiés étaient déjà là et c’est Angela Merkel qui ouvre les frontières quelque part pour accompagner ce mouvement et donc c’est l’arrivée de réfugiés qui la décide à poser un geste humanitaire fort et à ne pas les renvoyer, mais ce n’est pas l’inverse. Au fond, la temporalité des événements... On imagine qu’il y a un lien de cause à effet entre l’ouverture des frontières et l’arrivée des réfugiés, alors qu’en réalité c’est tout l’inverse. »

    https://twitter.com/_alairlibre/status/1308104092745707521
    #frontières #ouverture_des_frontières #asile #migrations #réfugiés #ressources_pédagogiques #vidéo #Merkel #Angela_Merkel #Wir_schaffen_das

    ping @_kg_ @karine4 @isskein @reka

  • L’hôpital de Besançon teste un anneau gonflable comme aide à l’accouchement pour éviter les césariennes
    https://www.ouest-france.fr/bourgogne-franche-comte/besancon-25000/l-hopital-de-besancon-teste-un-anneau-gonflable-comme-aide-a-l-accouche
    https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMDA5N2UwMDA1ZmM4OWU5ODA0ZWY2Yzc0YzQyODE1M2M0ZjE?width=1260&he

    Depuis le début de l’année 2020, le CHRU de Besançon (Doubs) teste une nouvelle aide à l’#accouchement : le #dispositif_Odon, du nom de son inventeur, un mécanicien argentin. En remplaçant les spatules et les forceps par un anneau gonflable en plastique, il pourrait permettre d’éviter de nombreuses césariennes. Il a déjà été utilisé sur 42 volontaires.

    #mécanique ah non #obstétrique :)