• Psychanalyse : le divan a du ressort
    https://www.telerama.fr/debats-reportages/psychanalyse-le-divan-a-du-ressort-6810218.php

    Décriée depuis des décennies, aux Etats-Unis comme en Europe, battue en brèche par les thérapies comportementales, la psychanalyse a dû démontrer son efficacité. Une lutte incessante, rappelle le chercheur Guénaël Visentini. Mission accomplie ?

    Cent ans après les travaux pionniers de Sigmund Freud, les critiques à l’encontre de la psychanalyse se multiplient. L’an dernier, L’Obs publiait une tribune signée par soixante psychiatres et psychologues, reprochant à cette discipline ses « postulats obscurantistes ». À l’origine du texte, la documentariste Sophie Robert, qui avait déjà réalisé en 2011 un film à charge, Le Mur. La psychanalyse à l’épreuve de l’autisme. Les polémiques saturent le débat public, à coups de livres chocs. En 2005, déjà, un collectif faisait paraître Le Livre noir de la psychanalyse. Michel Onfray lui a emboîté le pas avec Le Crépuscule d’une idole, sous-titré L’affabulation freudienne. Avant que le psychologue Jacques Van Rillaer ne dégaine son Freud et Lacan, des charlatans ? Depuis qu’elle existe, la psychanalyse s’est pourtant soumise à quantité d’études et d’essais cliniques pour évaluer son efficacité, rappelle Guénaël Visentini, chercheur associé au Centre de recherches psychanalyse, médecine et société (CRPMS). Ce psychanalyste, et psychologue clinicien en milieu hospitalier, publie L’Efficacité de la psychanalyse. Un siècle de controverses (éd. Puf, 17 février 2021). Il explique en quoi une cure analytique, qui sonde l’inconscient, est tout aussi efficace qu’une thérapie cognitivo-comportementale, centrée sur des exercices plus pratiques.

    Un climat de contestation entoure la psychanalyse. Pourquoi ?
    Des critiques intéressantes et constructives ont été formulées aux États-Unis dès les années 1950, avant d’atteindre un paroxysme dans les décennies 1980 et 1990, avec une série d’attaques très médiatisées qu’on a appelées les « Freud wars ». En France, à la même époque, les psychanalystes qui étaient bien implantés dans les universités et les institutions de soin, connaissaient plutôt un âge d’or… La donne a changé quand nous sommes entrés dans le XXIe siècle. En elles-mêmes, les critiques n’ont rien de problématique. Certaines, légitimes, ont été entendues par la discipline et lui ont permis d’évoluer : les progrès en génétique et en neurosciences ont par exemple montré que quelques-unes des hypothèses de la psychanalyse sur l’autisme ou la dyslexie devaient être rectifiées, comme la théorie du désinvestissement de l’enfant par la mère. Les acquis scientifiques poussent aujourd’hui à reconnaître la nature non entièrement psychogène de certains troubles. Le problème, ce sont les attaques qui émanent d’amateurs, qui ignorent l’actualité de la recherche et procèdent selon des méthodologies douteuses, réduisant la psychanalyse à la seule œuvre de Freud, au mépris de cent ans d’histoire ; osant des copiés-collés de phrases décontextualisées dont le sens est transformé. Une vidéaste, Sophie Robert, a ainsi prétendu que la démarche analytique légitimerait la pédophilie en reconnaissant les désirs d’enfants pour les adultes. Elle impute à une profession des positions dans lesquelles personne ne se reconnaîtrait !

    Cette tension actuelle est propre au contexte français, où, parmi toutes les sous-disciplines de la psychologie, la psychanalyse a été dominante plus longtemps qu’ailleurs. Dans le reste du monde, les débats sont désormais un peu moins tendus. Après une période de déclin, la psychanalyse renaît doucement aux États-Unis, élaguée de certains éléments théoriques obsolètes sur la paternité, la maternité, le féminin [comme les concepts du « primat du phallus » ou de « l’envie de pénis » que ressentiraient les petites filles en découvrant qu’elles en sont -dépourvues, ndlr]… En Europe, l’Allemagne, la Belgique, le Danemark ou la Suisse remboursent actuellement les séances de psychanalyse, à la différence de la France (où seules celles prodiguées par un médecin psychiatre peuvent l’être). Au niveau international, le dialogue entre la psychanalyse et les autres disciplines commence à être renoué.

    Qu’est-ce qui distingue l’approche psychanalytique d’autres pratiques en vogue, comme les TCC, les thérapies comportementale et cognitives ?
    Il s’agit de démarches scientifiques différentes. L’une est du côté des sciences humaines, l’autre, du côté des sciences expérimentales. En tant que chercheurs, les psychanalystes sont un peu comme des ethnographes ou des anthropologues. Ils prennent le temps de recueillir des données auprès de leurs patients et en tirent des théories (qui peuvent être révisées), permettant d’intervenir dans la relation. Un exemple : dans les névroses obsessionnelles, on remarque parfois un phénomène psychique d’« isolation » lorsque le patient n’établit pas de lien entre deux idées. L’analyste peut lui proposer d’en faire un. Si cela fait écho à un lien non conscient en lui, on peut espérer initier des changements. Pour repérer ces mécanismes psychiques, il faut laisser la parole aux patients. De leur côté, les thérapies cognitivo-comportementales adaptent des techniques issues d’expérimentations de laboratoire. Pour vaincre une phobie des araignées, il s’agit non pas de comprendre comment elle s’inscrit dans l’histoire unique d’un individu, mais d’exposer celui-ci à l’objet de sa peur pour le désensibiliser. Ces thérapies sont plus protocolaires, directives et ciblées sur certains symptômes.

    Une enquête menée par l’Inserm en 2004, encore très souvent citée en France, affirme que les TCC sont plus efficaces que la psychanalyse…
    Il faut la remettre dans son contexte. Aux États-Unis, la question de l’efficacité est devenue primordiale à partir des années 1980, avec le principe du « New Public Management », qui soumet les investissements publics aux mêmes critères que le privé, y compris dans le domaine de la santé. Pour optimiser le ratio coût/bénéfice, il faut évaluer les actions menées ; on va donc exiger pour les psychothérapies des essais cliniques, considérés comme les plus hauts niveaux de preuve. Les TCC, qui émergent alors sur le marché du soin et sont compatibles avec cela, vont saisir l’occasion pour produire quantité d’essais. Les psychanalystes, qui ont une tradition d’évaluation plus observationnelle et qualitative, résistent jusqu’aux années 2000. Le rapport de l’Inserm, lui, est sorti en 2004. Comme il s’appuie sur la littérature produite entre 1980 et 2000, il trouve qu’il existe globalement plus de preuves d’efficacité pour les TCC, mais cela ne veut pas dire que les cures analytiques sont inefficaces ! C’est pourtant ce qui apparaît insidieusement dans sa conclusion.

    Dans la psychanalyse, la relation entre le patient et le thérapeute n’accepte pas de regard extérieur. Est-ce un obstacle à son évaluation ?
    Ce n’est qu’en tête-à-tête et dans une relation de confiance que l’on peut s’avouer des pensées folles, obscènes, moches… C’est compliqué quand on est seul face à l’analyste, si on doit supporter le regard d’un témoin ça devient impossible ! Mais en effet, cela pose problème pour la recherche, car la science est basée sur un principe de transparence. Et face aux attaques dirigées contre la psychanalyse, sa perte d’autorité et de crédit dans les années 1980, ce verrou de la confidentialité a peu à peu sauté. Des psychanalystes ont commencé à offrir des séances gratuites en échange de leur exploitation scientifique. On a enregistré ou filmé des milliers de cures dans leur intégralité, ce qui a permis aux analystes chercheurs de démontrer la pertinence et l’efficacité de leurs concepts.
    “Les données actuelles de la recherche ne permettent pas d’affirmer qu’un type de thérapie serait significativement supérieur aux autres”

    Par la suite, comment ont-ils réussi à faire entrer leurs thérapies dans des essais prévus à l’origine pour tester des médicaments ?
    Cela a nécessité des aménagements. Les psychanalystes ont dû renoncer à leur autonomie de diagnostic, et accepter de se référer à un ouvrage, le DSM (manuel diagnostique et statistique), qui recense les différents troubles mentaux. Mais contrairement aux essais de médicaments, impossible ici de faire de traitement en « double aveugle », ce principe selon lequel ni le médecin ni le patient ne savent qui prend la molécule active ou le placebo. C’est inapplicable : comment ignorer qu’on propose une cure analytique, ou qu’on en suit une ? Ce qui réintroduit de nombreux biais. En dépit de toutes leurs limites, ces études ont quand même eu des résultats intéressants. Elles ont montré que les psychothérapies sont aussi efficaces, voire plus, que les médicaments pour soigner les troubles psychiques, les effets secondaires en moins. L’OMS a d’ailleurs acté depuis la possibilité de prescrire une psychothérapie comme traitement de première intention.

    #Psychanalyse #Science #Controverse #Evaluation

  • #Bercy taille à la hache dans l’#ONF - Libération
    https://www.liberation.fr/terre/2020/11/29/bercy-taille-a-la-hache-dans-l-onf_1807097

    Mais pour l’ONF, les dégâts sociaux seraient dévastateurs. Le transfert au #privé de ces #missions induirait la suppression de plus de 600 postes, notamment tous les ouvriers #forestiers saisonniers qui travaillent pour le service RTM en dehors de la période hivernale, ou les agents spécialisés dans la prévention incendie, bien souvent des descendants de harkis.

    [...]

    Cette #restructuration à la #hache de l’ONF n’a, en revanche, pas permis d’améliorer la santé financière de l’établissement. Depuis une dizaine d’années et malgré les suppressions d’emplois, l’office est structurellement déficitaire d’une quarantaine de millions d’euros par an en raison du poids excessif du « compte d’affectation spécial des pensions » (le coût de la retraite des fonctionnaires) : une centaine de millions d’euros par an qui ont fait plonger les comptes dans le rouge depuis sa mise en œuvre.

    Cette année, la situation s’est encore dégradée en raison de l’effondrement des prix du #bois, à cause de la dégradation de la santé des forêts (attaques de #scolytes, #sécheresses) et des surcoûts de gestion générés par le #changement_climatique. Selon nos informations, les comptes de l’ONF seraient ainsi déficitaires, cette année, d’environ 100 millions d’euros. Et aucun redressement significatif n’est prévu pour l’année prochaine, la perte prévue pour 2021 s’établissant à 80 millions. Un niveau qui devrait permettre à Bercy de justifier d’autres coupes rases à l’ONF avec l’objectif ultime de fermer cet établissement public et de privatiser la gestion forestière.

  • Rétrospective interactive au Busan International Short Film
    http://www.davduf.net/retrospective-interactive-au-busan-international

    Prison Valley (2010), Fort McMoney (2013) et Dada Data (2016) projetés au 37e Busan International Short Film Festival (BISFF), en Corée. Du 27 au 31 août 2020, dans le cadre de ses premiers Interactive Shorts. Interactive films feature the innovative concept of allowing the viewer to actively participate, making choices and changing the outcome of a film. The “Interactive Shorts” program is a new program designed to allow the viewer to actively participate for a novel experience, rather than (...) #Nouvelles_narrations

    / Une, #Akufen, #Arte, #ONF, #Toxa, #Upian

    • J’ai appris récemment l’étymologie du mot « informer » : « mettre en forme »… je n’y avais jamais pensé. Pour moi, informer c’était simplement donner des informations. Ça a été une révélation !

      […]

      Je pratique un journalisme pas bien rentable. À Libération, vous pouviez avoir trois semaines, un mois, deux même, pour réaliser une enquête. Aujourd’hui, à part Mediapart et Le Monde, marasme économique oblige, peu de titres s’autorisent un tel élan. Ce qui ravive cette idée de journalisme au long cours, c’est le travail collaboratif des rédactions européennes, ou, par exemple, l’enquête « Féminicides » du Monde. Ils mettent le paquet, et le résultat est sans appel, c’est fantastique. Cela fait longtemps qu’un journal n’a pas pesé autant sur un sujet.

      […]

      Entre Prison Valley et son e-mail, Hans avait monté Etamin Studio, à Clermont-Ferrand, et c’est lui et son équipe qui vont ensuite construire la moulinette de data visualisation d’Allô Place Beauvau publiée par Mediapart. Il y a @fil, un pionnier du web indépendant, initiateur de @spip et du Mini-@rezo, un vieil ami, aujourd’hui cartographe, c’est lui qui va produire les cartes. Et Karen Bastien de WeDoData, croisée à la grande époque du magazine web Transfert. C’est comme un groupe de rock : toi, tu sais faire des cartes, toi, tu sais jouer de la guitare, toi, tu sais faire du code, toi, t’es un bon batteur… On va jouer ensemble !

      […]

      Aujourd’hui, la précarité économique de la presse semble renforcer un penchant naturel du monde journalistique : une vision mortifère, cynique souvent, et suffisante parfois, une vision cassée, conservatrice. Il y a une véritable souffrance au travail chez les journalistes, à la fois terrible pour eux, et cinglante pour leurs sujets.

      […]

      Je dois vous avouer que c’est étonnant… Les deux fois où je suis primé aux Assises, pour Tarnac (prix du livre de journaliste en 2012, NDLR) et Allô Place Beauvau, ce sont les deux travaux où je suis le plus frontal contre la fabrication de l’information. Tarnac se fait quand même, en partie, contre Libération. La Une de Libération « L’ultra-gauche déraille » (12 novembre 2008), ce n’est pas possible : je raconte d’ailleurs qu’à Beauvau, ils avaient sorti le champagne… Le livre est en opposition avec cette pratique du journalisme de procès-verbal. Quant à Allô Place Beauvau, c’est vraiment pour combler un manque, contre le journalisme de préfecture. Quand je reçois le prix, je suis heureux, mais ce que je vois, en face de moi, ce sont beaucoup d’étudiants et d’apprentis, et je veux leur dire : « Vous, la prochaine génération, ne faites pas la même chose que la mienne, qui tient les rênes de la presse, et qui n’a rien foutu sur les violences policières. » C’est plutôt à eux que je m’adresse, quand je dis : « Faites votre boulot, merde ! »

      […]

      Les violences policières, c’est tellement brûlant, tellement d’actualité, tellement pesant… Chaque rencontre est l’occasion d’une telle libération de parole... Reste que parmi les gens hier soir, l’un m’a dit : « C’est la première fois que j’entre dans une librairie. » Un autre : « Votre livre, c’est le seul livre que j’ai fini de ma vie. » Et un autre : « Regardez, j’achète ce livre, c’est la première fois que j’achète un livre. » Là, on se dit que, malgré tout ce que l’on voudrait faire croire, la littérature possède encore quelques vertus. Ce qui m’amène en ville, c’est le livre. C’est lui qui m’amène dans une librairie, qui amène le débat. L’objet du délit, comme diraient les policiers, c’est le livre. Avec ce biais particulier qu’à Metz, une jeune lectrice a été contrôlée par la police, devant la gare, parce qu’elle tenait dans ses mains mon roman.

      […]

      Dans un article, vous ne pouvez quasiment pas l’écrire ou alors en ayant recours à un off hasardeux. Mais ce que ce Lynn dit dans le roman, cela m’a été dit réellement comme ça. Ou j’aurais pu l’inventer. Les intrigues de palais à la Préfecture de police de Paris que je raconte, elles sont vraies, mais dans un article, elles deviendraient suspectes. Cela peut être un jeu pour le lecteur de se demander : « Est-ce que c’est inventé ou pas ? », mais ce n’est pas comme dans un article, où, si tu as un doute sur la véracité, tout s’effondre. Dans une fiction, ce n’est pas la véracité qui compte, mais la vérité sur laquelle repose le récit, et que son dévoilement soit plausible, crédible. Le pacte avec le lecteur, c’est : vous voyagez ou pas. Ce n’est pas : cela s’est passé exactement comme ça. Cela permet d’aller au plus près de la réalité.

      […]

      À la vérité, ces chroniques, c’est un peu de votre faute ! Lors de notre premier entretien [en novembre 2019], vous aviez mis le doigt sur quelque chose qui m’avait échappé en disant que parmi mes constantes, il y aurait l’idée de la chronique — et c’est vrai que j’aime ça. Jouer avec la durée est particulièrement stimulant, et ça l’est d’autant plus quand ceux qui racontent le monde ne s’en donnent pas le temps. Les médias sont dans quelque chose d’extrêmement fermé et immédiat, ils ne sortent pas de leur angle, un reportage chasse l’autre. La beauté de la chronique, c’est que vous pouvez évoluer, avancer, reculer, revenir, vous contredire, foncer.

      […]

      C’est probablement cette attirance pour les lieux qui m’a fasciné dans les webdocumentaires. Le webdocumentaire est avant tout une déambulation, un déplacement dans l’espace, pour le réalisateur comme pour l’internaute, alors qu’un film est un déplacement dans le temps, une séquence après l’autre. Le plus important pour moi, c’est cette idée de promenade, ce que les urbanistes appellent « les chemins du désir ». Au bas d’un immeuble, il y a un chemin tracé, bétonné, et on se dit que les gens vont aller du trottoir à l’immeuble par ce chemin-là. Le chemin du désir, c’est un chemin de traverse dans l’herbe qui, à force d’être emprunté, devient un deuxième chemin. Le webdocumentaire, c’est ça : créer des chemins du désir, donner la possibilité à l’internaute de se mouvoir dans une histoire.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9rive_(philosophie) ? :)

      La délinéarisation, elle, est liée au travail sur les notes, qui prennent une place considérable, comme un deuxième livre. Cela avait été peu vu. La référence, ici, c’est le livre Des os dans le désert (Passage du Nord-ouest, 2007), de Sergio González Rodríguez, sur les féminicides impunis de Ciudad Juárez, au Mexique. Un livre extraordinaire, avec un jeu entre le texte courant et les notes absolument époustouflant.

      […]

      In fine, ce qui fait œuvre, c’est l’implication de l’auteur.

      […]

      Je crois que le proprement, c’est la loyauté. Toujours avancer démasqué. C’est aussi dire clairement dans quel état d’esprit on se trouve quand on rencontre quelqu’un, quitte à changer d’avis, mais lui dire au départ, a priori je suis plutôt hostile, a priori je suis plutôt en empathie, a priori je suis plutôt neutre. Sinon c’est trop facile de faire ami-ami et de cartonner derrière, de dire : je vous adore, et puis après de démolir. Ce n’est pas sérieux, ce n’est pas courageux, ce n’est pas loyal. Et c’est tellement courant chez les journalistes.

      […]

      On est entré dans une phase de formatage, avec l’idée que la websérie domine, qu’il faut nourrir YouTube et Facebook. Je n’ai pas envie de participer à ça, aux algorithmes, ça ne m’intéresse pas. Je trouve que cette création de sous-télé est une défaite, au sens où il y a moins de moyens pour faire la même chose. Je trouve dommage de produire des modules de cinq minutes pour tout et n’importe quoi, d’avoir complètement oublié ou écarté la notion d’interactivité, d’hypertexte, de chamboulement de la place de l’auteur, de chamboulement de la place du spectateur, pour, finalement, revenir à des choses qui sont soi-disant efficaces, mais… Ce n’est pas pour rien que je reviens à ces formes que sont le film documentaire, le livre, le roman : quitte à être linéaire, autant aller là où il y a le plus de liberté.

      […]

      Ce qu’on fabrique aujourd’hui, c’est principalement de la websérie, des petites choses pour les réseaux sociaux qui ont un intérêt restreint, où l’on assiste à un effacement de la notion d’auteur, de la notion de perspective, pour laisser la place à la technique et aux faiseurs. Où l’on gomme cette espèce d’alchimie qui était, à mes yeux, fantastique quand j’ai rencontré Upian et travaillé avec des codeurs, des designers, cette espèce de moment garage band, peut-être le plus fou dans lequel j’ai joué...

      #journalisme #forme #David_Dufresne #information #enquête #littérature #vérité #réalité #dérive #web #hypertexte #roman

  • Olivier Hertel sur Touiteur : Thread : Dr Violaine Guérin (24 mai)
    https://twitter.com/olivierhertel/status/1264480432395083784

    Thread : Dr Violaine Guérin

    Après son intervention @BFMTV pour contester l’étude du Lancet sur l’hydroxycloroquine je me suis intéressé à cette medecin du Collectif Laissons les médecins prescrire. Et là, surprise...

    1/n

    Cette coordinatrice du collectif est aussi présidente de l’association Stop aux violences sexuelles qui tenait ses assises 2020 @UNESCO_fr.
    C’est dans le cadre de l’asso, qu’elle soutient une vision surprenante de l’impact des abus sexuels.

    2/n

    Certaines maladies ne seraient que expression de ces traumatismes. Ex : un viol en bas âge se traduirait chez une patiente par un cancer du sein. En prendre conscience, c’est éviter la rechute.

    C’est ce qu’elle explique dans un livre auto édité au nom de l’asso.👇

    3/n

    Objectif : donner un sens à la maladie car « à son avis » cela permet d’éviter la rechute.

    Donc une prévention du cancer par la catharsis.

    Et les ex. du même genre qui sont en fait des témoignages, foisonnent dans ce livre.

    4/n

    Cette vision de la maladie, d’inspiration Freudienne est surtout très proches des théories fumeuses des Dr Hamer et Sabbah, condamnés par la justice et qui eux aussi s’efforçaient de donner un sens à la maladie. J’ai écrit pas mal de papiers sur ce sujet @Sciences_Avenir

    5/n

    En pratique, il faut découvrir le stress, le conflit, le traumatisme, à l’origine de sa maladie pour en prendre conscience et ainsi guérir. Les abus sexuels dans le cadre familiale sont souvent évoqués pour expliquer cancer du sein par ex. Ils parlent d’un « conflit de nid ».

    6/n

    Outre le fait que cette lecture de la maladie n’a aucun fondement, elle expose les malades aux risques de faux souvenirs induits. Car pour comprendre le sens de leur maladie ils recherchent le traumatisme vécu souvent pendant la petite enfance et dans la famille.

    7/n

    Or c’est justement ce type de témoignages que l’on retrouve dans le livre du Dr Violaine Guerin.

    Quels impacts psy, familiale, social pour les malades qui pensent que leur cancer (ou autres) a pour origine un viol, commis éventuellement par un parent ?

    Fin.

    • C’est absolument dégueulasse d’expliquer à la place d’une personne les origines de ses problèmes de santé. Encore plus dans le cas d’une maladie comme le cancer qui rend la personne vulnérable.
      J’ai eu droit durant la traversée d’un cancer à ce genre d’interprétations fumeuses de la part de divers psys :
      La psy à la clinique avant l’opération :
      – mon embonpoint survenu à la suite d’un avortement chimique ? un désir de grossesse non avoué et pas du tout un détraquement hormonal à cause des hormones administrées
      La psy à la maison des adolescents
      – un cancer du sein ? bien sur, c’est le lieu de la maternité, donc un problème avec ma mère non résolu doublé du fait de ne pas assumer mon statut de mère. J’ai carrément été accusée d’être une mauvaise mère parce que j’utilisais le mot « confié à » et que cela signifiait « abandonner ».
      La psy à qui j’avais « confié » ma fille :
      – c’est un déni de ne pas vouloir prévenir certaines personnes de son entourage de ce qu’on traverse (même si elles sont toxiques) et donc elle s’est lavé les mains du secret médical.

      Et dès que tu vas essayer de justifier pour contrer parce que c’est n’importe quoi ça devient la preuve même de ton déni. La dernière psy que j’ai vu m’a reçu un peu beaucoup en morceaux, son avantage : être bienveillante et à l’écoute et m’aider à remonter doucement sans m’asséner ses vérités à elle.

    • #cancer #psychologisation #responsabilisation

      Une copine à qui les écolos de la vallée demandent quand elle a un cancer du sein : « Qu’est-ce que tu as fait pour avoir ce cancer ? » C’est un cancer qui a des causes environnementales...
      Une autre, sous anti-psychotiques, est devenue obèse. La psy : « C’est féminin, les rondeurs, vous avez quelque chose contre la féminité ? » Psychiatre, soit médecin, refuse de voir la différence entre une obésité pathologique et des « rondeurs ».

    • Ma môme quand elle était petite revient de l’école primaire et me dit « j’ai compris que les adultes sont définitivement des sadiques ». Et je me rappelle cette phrase parce que finalement c’est bien toute la société qui manque de bienveillance, de ce qui se nomme le #soin, celui qu’on devrait se donner les un·es aux autres, le soin de soi même, l’empathie, la #bienveillance et ses mots comme bénédiction (la bonne diction / les bons mots ceux qui soignent et non pas la récupération religieuse de notre vocabulaire) et la malédiction, ces mots infects qui sortent de la bouche de psys mal soignés qui te prennent pour une poubelle.
      Quand dans une société le mot gentil ou gentille passe pour une insulte, et que donner un sens à une maladie comme un prix à un kilo de pommes est une nécessité capitaliste, parce que la capacité de soigner est depuis bien avant Molière l’exercice d’un pouvoir occulte et ignare, et un moyen de culpabilisation efficace.
      Et à l’institut Curie quand la médecin refuse de répondre à mes questions et me met dehors en disant que la médecine n’est pas une science exacte, qu’avoue-t-elle sinon son ignorance et son incapacité à soigner.

      A propos du soin, de Cynthia Fleury, je conseille le très court et percutant « Le soin est un humanisme »

  • Onfray, Finkielkraut & Cie : de la fascisation dans la République des lettres - Les mots sont importants (lmsi.net)
    https://lmsi.net/Onfray-Finkielkraut-Cie-de-la-fascisation-dans-la-Republique-des-lettres

    Mieux vaut tard que jamais. Un article enthousiaste dans le magazine ultra-réactionnaire Valeurs actuelles et un autre, plus négatif, dans Le Monde, s’accordent sur le constat : le mal nommé Front Populaire (on voit bien le Front mais pas le populaire) que vient de lancer Michel Onfray autour de sa personne, du socialiste nationaliste Jean-Pierre Chevènement, du nationaliste ultralibéral Philippe de Villiers et de quelques autres people issu.e.s notamment de la mouvance islamophobe (Céline Pina, Barbara Lefèvre), s’inscrit dans le paysage politique français comme un mouvement d’extrême droite. L’hostilité ou la méfiance sont unanimes à gauche, l’accueil est en revanche favorable du côté de la droite ultralibérale (en la personne par exemple de l’ineffable Gaspard Koenig, ou de la revue néoconservatrice Atlantico) et plus encore de l’extrême droite, toutes tendances confondues, de Florian Philippot à Gilbert Collard en passant par Alain de Benoist et Marine Le Pen en personne, sans oublier le site Causeur qui accorde au chef du Front une interview exclusive [1]. L’occasion de rappeler que, depuis le début des années 2000, nous n’avons cessé d’alerter sur la déjà très ancienne et opiniâtre dérive droitière (et notamment raciste, sexiste, transphobe) de cet histrion télévisuel.

  • Les #forêts_publiques sous la menace d’une #privatisation rampante

    Alors que l’Office national des forêts (#ONF) assume des fonctions d’#intérêt_public majeures en ces temps de #réchauffement_climatique, le gouvernement organise méthodiquement son #asphyxie_financière et prépare une #réforme du #code_forestier. Des missions de police vont par exemple être confiées à des salariés sous statut privé.

    https://www.mediapart.fr/journal/france/260220/les-forets-publiques-sous-la-menace-d-une-privatisation-rampante

    signalé par @isskein
    #en_marche #it_has_begun #France #macronisme

    ping @odilon

  • Le gouvernement accélère la privatisation de l’Office national des forêts | Gaspard d’Allens
    https://reporterre.net/Le-gouvernement-accelere-la-privatisation-de-l-Office-national-des-foret

    Reporterre révèle que le gouvernement entérine la privatisation de l’office public chargé des forêts : ses agents pourront de plus en plus être de droit privé. Cette mesure capitale affaiblira leur pouvoir de protection des forêts. C’est un nouveau recul, alors même que le changement climatique exige une attention accrue pour les massifs français. Source : Reporterre

  • Forêts publiques : l’État réfléchit au démantèlement de l’ONF
    https://reporterre.net/Forets-publiques-l-Etat-reflechit-au-demantelement-de-l-ONF

    Plusieurs signaux sont, en effet, visibles. Les suppressions d’emplois continuent tandis que l’Office se fait peu à peu déposséder de ses compétences. Certains acteurs de la filière forestière voudraient même déléguer la gestion des #forêts communales à des prestataires privés. Un projet de décret sur la simplification de la procédure des autorisations administratives, actuellement en consultation publique, propose aussi de se passer de l’avis de l’#ONF en cas de #défrichement de forêts publiques. « Cette mesure de simplification administrative pourrait favoriser la #déforestation en France », avertit le Snupfen (Syndicat national unifié des personnels des forêts et de l’espace naturel), le syndicat majoritaire de l’établissement.

  • « Ce n’est pas une usine à bois » : des forestiers manifestent dans l’Allier contre l’"industrialisation" de la forêt
    https://www.francetvinfo.fr/sante/environnement-et-sante/ce-n-est-pas-une-usine-a-bois-des-forestiers-manifestent-dans-l-allier-


    Des forestiers manifestent contre « l’industrialisation de la forêt », le 25 octobre 2018 à Saint-Bonnet-Tronçais (Allier).
    THIERRY ZOCCOLAN / AFP

    Ils veulent sauver les forêts publiques. Quelque 1 200 forestiers et simples citoyens se sont réunis jeudi 25 octobre à Saint-Bonnet-Tronçais (Allier) pour dénoncer la privatisation de l’Office national des forêts (#ONF) et l’"industrialisation croissante" des forêts publiques. La veille, plus de 200 marcheurs, partis mi-septembre de Mulhouse, Strasbourg, Valence et Perpignan, sont arrivés en fin de journée dans la commune voisine de Cérilly, dans le cadre de leurs « Marches pour la forêt ».

    A l’initiative de huit syndicats de l’ONF, ces marcheurs avaient rendez-vous dans la forêt de #Tronçais, connue pour son emblématique futaie Colbert et ses chênes tricentenaires, « symboles d’une gestion durable de la forêt ». « On conteste le principe de gestion forestière avec une vision purement économique et une gestion des ressources humaines déplorable. La forêt n’est pas une usine à bois », dénonce le représentant syndical SNUPFEN Solidaires Philippe Berger.

  • Club d’assassins : Le gouvernement veut autoriser le massacre de centaines de milliers d’ #animaux, dont certaines #espèces_menacées - #Forêts_publiques : l’État réfléchit au démantèlement de l’ #ONF - Des points d’ #eau ont été effacés des cartes #IGN pour ne pas avoir à les protéger des pesticides.

    https://bit.ly/2JzvzNN

    https://reporterre.net/Forets-publiques-l-Etat-reflechit-au-demantelement-de-l-ONF

    https://bit.ly/2S4iD6p

  • QUAND UN AGENT FORESTIER FAIT LE POINT SUR LA NOUVELLE POLITIQUE DE L’ONF : PLUS DE 35 SUICIDES

    https://www.youtube.com/watch?v=ujUdJasKeFk&feature=youtu.be

    Extrait de : Le temps des forêts, par François-Xavier Drouet

    https://www.theguardian.com/environment/2019/jul/04/planting-billions-trees-best-tackle-climate-crisis-scientists-canopy-em

    Planting billions of trees across the world is by far the biggest and cheapest way to tackle the climate crisis, according to scientists, who have made the first calculation of how many more trees could be planted without encroaching on crop land or urban areas.

  • #Forêts_publiques : l’État réfléchit au démantèlement de l’ONF
    https://reporterre.net/Forets-publiques-l-Etat-reflechit-au-demantelement-de-l-ONF

    En plus des suppressions de postes, l’État réfléchit à confier la gestion des forêts communales à des prestataires privés et à supprimer la consultation de l’ONF en cas de défrichement... Or, selon les travailleurs forestiers, une gestion durable de la forêt dépend du maintien d’un service public forestier fort.

    [..]

    À l’origine de cette bataille pour la gestion des forêts communales, on retrouve aussi une critique de la politique actuelle de l’ONF. Selon Michel Benard, syndicaliste à la #CGT Forêt, « l’Office national des forêts cherche à maximiser les profits. Il coupe de plus en plus de bois et délaisse la petite économie locale. Il se comporte comme une entreprise privée qui doit dégager des bénéfices ». Un ver est déjà dans le fruit. « La privatisation s’est distillée dans nos métiers. Nous avons été contaminés par les logiques productivistes et entrepreneuriales, poursuit M. Bénard. Il ne s’agit pas de défendre en soi l’ONF mais un véritable service public qui réponde aux attentes de la société ».

    Dans un manifeste sorti début juin, la #Fédération_des_communes_forestières propose aussi de séparer les activités commerciales (vente et coupe de bois) des missions non marchandes (protection des sols et des écosystèmes) « Ces activités sont de natures différentes et les élus doivent pouvoir distinguer leurs conseillers de leurs prestataires ». Cette proposition n’est pas approuvée par les syndicalistes. « Cela fragiliserait encore plus le service public de la forêt. Nous serions cantonnés à un rôle de contrôleur, analyse Philippe Canal. Au lieu de gérer de manière durable la forêt, de faire nous-mêmes la politique demandée, on surveillerait simplement les acteurs privés comme des inspecteurs du travail ou des organismes sanitaires. Je pense que c’est moins efficace. »

    [...]

    Même son de cloche chez les défenseurs de l’environnement. « Nous voulons que les activités économiques et environnementales restent associées, dans les mains d’un même acteur », dit Adeline Favrel de France nature environnement. « La biodiversité et l’écologie ne doivent pas être traitées à côté, à la marge, avec un service public diminué. Elle doit se retrouver au cœur d’une gestion multifonctionnelle. »

    Autre inquiétude : le projet de décret (en consultation publique) sur la simplification des autorisations administratives. Il envisage de supprimer la consultation de l’#ONF pour des opérations de déboisement dans les forêts publiques. « Dorénavant, pour décider d’autoriser ou non la transformation d’une forêt en zone commerciale, en lotissement ou en champ de blé, l’État se passera de notre avis », s’inquiète le #Snupfen. Pourtant, qui connaît mieux ces forêts que nous le service public qui les protège et les gère depuis des siècles ? »

  • Déboisement : le gouvernement souhaite se passer de l’avis de l’onf - Le Parisien
    http://m.leparisien.fr/societe/deboisement-le-gouvernement-souhaite-se-passer-de-l-avis-de-l-onf-24-05

    Le bruit des tronçonneuses risque-t-il de résonner davantage dans nos sous-bois ? C’est ce que craint le Syndicat national unifié des personnels des forêts et de l’espace naturel. Le Snupfen estime que le gouvernement « prend des mesures facilitant la #déforestation en France ». Dans le cadre de la simplification des procédures d’autorisation environnementale, le gouvernement souhaite se passer de l’avis de l’Office national des #forêts (#ONF) pour certaines opérations de #défrichement effectuées dans des forêts publiques.

  • ONF : la dérive vers la privatisation inquiète les forestiers. - Le site du journal L’age de faire
    https://www.lagedefaire-lejournal.fr/onf-la-derive-vers-la-privatisation-inquiete-les-forestiers

    La multifonction est le ciment, le pilier de notre métier. Je vais voir une coupe et je peux faire autre chose aussi : gérer l’eau, le pâturage, la chasse. Si on me dit que je ne fais plus que de la coupe, ce n’est pas possible. On a une grande peur de la spécialisation. La direction générale ne veut plus qu’on ait le triage, c’est-à-dire la gestion globale d’une #forêt.

    #ONF

    • Il est à noter que le contrat d’objectif 2016-2020 prévoit de récolter 15 millions de m³ de bois en 2020, soit une augmentation de la production de bois de 2 millions de m3 par rapport à 2017.
      « Aujourd’hui, il nous semble qu’on privilégie les recettes et l’industrialisation de la forêt plutôt que la gestion durable », déplore Gérard Philip, délégué syndical Unsa. Il y voit une conséquence de la situation déficitaire dans laquelle se trouve l’ONF, qui cumule une dette estimée à 300 millions d’euros. Le prix du bois, dont la vente devait permettre à l’ONF de s’autogérer lors de sa création, a chuté. Il est au même prix qu’il y a trente ans, en euros constants. Pour équilibrer son budget, la direction générale a réduit la masse salariale. Entre 2002 et 2018, l’Office a perdu plus de 20 % de personnel. Trois cents postes ont été supprimés en 2018 et autant vont l’être cette année. Ces restrictions ont fait naître une grande souffrance parmi les forestiers, qui disent n’avoir pas le temps de faire correctement leur travail.

      La charge augmente malgré l’informatisation. On doit faire des choix, et parfois la surveillance des coupes passe à la trappe.

      Les agents, souvent des amoureux de la forêt, se battent pour la gérer en respectant les rôles que lui impose le Code forestier : produire du bois, promouvoir l’écologie et accueillir le public. Sur leur parcelle, ces agents assurent des tâches multiples dans les forêts domaniales (État) et les forêts de collectivités qui sont pour l’essentiel des forêts communales. Ils interviennent à toutes les étapes de la sylviculture, du semis à la vente du bois en passant par les éclaircissements, le marquage des arbres, les coupes, la surveillance des chantiers d’exploitation, les tâches administratives… Ils gèrent la biodiversité, l’eau, la chasse, les aires de pique-nique… Ils exercent des missions de police, sont sollicités pour remplir des missions d’intérêt général (restauration des terrains de montagne, prévention des incendies…), et des activités concurrentielles (entretien de végétation pour le réseau ferré, élagage d’arbres dans les communes…).

  • L’ONF utilise-t-il illégalement du glyphosate en forêt domaniale de Saint-Gobain dans l’Aisne ? Célia Mascre - 3 Novembre 2018 - France 3 Régions
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/aisne/laon/onf-utilise-t-elle-illegalement-du-glyphosate-foret-dom

    Ces derniers mois, de nombreux témoignages attestant de l’utilisation du glyphosate dans la forêt de Saint-Gobain (Aisne) par l’Office national des forêts (ONF), se multiplient. Est-ce avéré ? Est-ce légal ?

     ?
    La forêt domaniale de Saint-Gobain (Aisne), près de Laon, à l’automne 2018. / © William Church

    Le 2 octobre, l’ONF a annoncé via une note de service "qu’à compter de [cette] date, la gestion pratiquée par l’ONF exclut totalement toute prescription et tout usage du glyphosate dans les forêts publiques". 

Depuis plusieurs années, les associations de protection de l’environnement françaises tirent la sonnette d’alarme. Elles dénoncent une gestion des forêts industrialisée et non respectueuse de l’écosystème.

    La forêt domaniale de Saint-Gobain, dont 9 000 hectares sur 13 000 sont gérés par l’ONF, n’y échapperait pas. Située à moins de trente kilomètres du chef-lieu de l’Aisne et à deux heures en voiture de Paris, ce massif forestier est connu pour ses futaies de chênes et de hêtres qui se mêlent à d’autres feuillus : frênes, châtaigniers, érables, merisiers, tilleuls, ormes, saules, aulnes, etc.


    Une multiplication sans précédent des coupes à blanc sur des superficies de plus en plus importantes. / © William Church

    C’est en tout cas ce qu’affirment certains défenseurs de l’environnement comme William Church, président de l’association Une forêt et des Hommes. Depuis ses 5 ans, il explore le site et le connaît par cœur. Au printemps 2017, il dit avoir observé des épandages de glyphosate sur des parcelles proches de chemins très empruntés.

    Contactée, l’ONF confirme avoir utilisé du glyphosate à une seule reprise sur "une parcelle en travaux et donc interdite au public" et de manière "très précautionneuse, loin des cours d’eau". L’ONF précise qu’elle souhaite "quitter progressivement cette pratique" et que cette utilisation était "exceptionnelle".


    Des signes d’érosion des sols sur les coupes rases en pente. / © William Church

    Que dit la loi ?
    Ce n’est pas l’utilisation du glyphosate en soi qui pose problème. C’est plutôt le lieu où il est utilisé. En matière d’usages non agricoles, l’utilisation du glyphosate par les collectivités dans les espaces ouverts au public est interdite en France depuis le 1er janvier 2017. C’est sur ce point que la version des environnementalistes et de l’ONF se contredisent : l’ONF parle de parcelles interdites au public, tandis que les Amis de la forêt disent avoir constaté des épandages sur des parcelles proches de chemins très empruntés.


    Des arbres bien alignés, d’une même essence, d’un même âge. Un appauvrissement génétique, une uniformisation des paysages, une catastrophe pour la biodiversité. / © William Church

    "Ils reconnaissent une parcelle mais il y en a eu 4 ou 5", affirme William Church. « Les épandages n’ont pas été effectués sur des parcelles privées, c’est faux ! Ils ont été fait sur des parcelles en forêt domaniale, proche de chemins très empruntés par des promeneurs, des cyclistes et proche d’un parking menant à une route gravillonnée sur laquelle une association de personnes handicapées organise régulièrement des marches. Il s’agit de la parcelle longeant le chemin qui relie Saint-Gobain à Saint-Nicolas-aux-Bois et de la route du Mont Tortue. Au mois de mars 2017, on s’est rendu là-bas pour organiser le rallye des enfants comme tous les ans et on a découvert que tout était détruit »


    Première étape : le sous-bois est exploité ; ne restent que les semenciers. Mais la mise à nu brutale des sols, l’oxydation des éléments nutritifs empêchent la régénération naturelle. / © William Church

    Pourquoi utiliser du glyphosate ?
    Commercialisé sous diverses marques et substance de base des désherbants, le glyphosate est classé "cancérigène probable" depuis 2015 par l’Organisation mondiale de la santé.


    Donc, l’ONF a recours à une régénération artificielle coûteuse, avec des plants inadaptés au sol et au climat (plus de 50% d’échec)… Des arbres bien alignés. Et la ronce qui commence à proliférer. On laisse un « arbre remarquable » pour faire croire que l’on s’intéresse… / © William Church

    Produit uniquement par Monsanto dans un premier temps, sous le nom commercial de Roundup, il est depuis 2000 tombé dans le domaine public, et est désormais fabriqué et commercialisé par un grand nombre de sociétés.

    En forêt, il est surtout utilisé pour tuer les ronces, qui prolifèrent au printemps, période de végétation active. Elles empêchent les jeunes pousses de voir la lumière et donc de se développer, et rendent certains endroits inaccessibles. Deux à trois mois après le traitement, le feuillage du roncier se ternit nettement et prend un aspect fané des taches de l’ordre du centimètre, grises ou brunes, apparaissent irrégulièrement sur le limbe. Les feuilles et les tiges se dessèchent ensuite plus ou moins brutalement.


    Quelques années plus tard. Une seule essence, un même âge. / © William Church

    "Amener de la chimie dans un espace naturel, ça dépasse l’entendement. Niveau biodiversité, c’est une catastrophe", dénonce William Church. Les parcelles traitées au glyphosate se retrouvent totalement brûlées. Les "prédateurs" naturels des ronces sont les cervidés. "Les biches viennent manger les ronces à une période où elles sont en gestation. Les ronces traitées sont dangereuses pour les fœtus".

    Les conséquences d’un tel traitement sont diverses et cela pose problème d’autant que la forêt de Saint-Gobain est classée Natura 2000, un réseau qui rassemble des sites d’une grande valeur patrimoniale par leur faune et leur flore exceptionnelles, mais aussi PEFC (Programme for the endorsement of forest certification), qui certifie la plupart des forêts françaises.


    Bien alignés. Biodiversité anéantie… / © William Church

    Mis en place en 1999 par l’industrie du bois, le label PEFC est censé garantir une gestion éco-responsable des forêts. Cette certification cache en fait des pratiques peu recommandables en matière de protection de l’environnement, comme la gestion prétendument durable de forêts à l’aide de napalm et de neuro-toxiques. "La vérité, c’est que les pratiques forestières ont très peu évolué et que les pouvoirs publics ont préféré miser sur la certification plutôt que de renforcer la loi forestière", conclut Sylvain Angerand, de Une forêt et des Hommes .


    Quarante ans plus tard… Plus de sous-bois, pas d’étagement de la végétation, pas d’oiseau, pas de fleur, pas d’animaux. La forêt de demain : un désert. / © William Church

    Vers l’industrialisation de la gestion des forêts ?
    L’étape d’après, c’est ce qu’on appelle la coupe à blanc. Autrement dit l’abattage massif des arbres pour ensuite replanter en ligne. Une méthode peu en phase avec la nature pour les forestiers qui préféreraient une gestion sylvicole davantage personnalisée. "Avant, l’agent patrimonial de forêt connaissait chaque arbre, chaque végétal, chaque espèce, le moindre mètre carré de la forêt. On observait les arbres et on coupait ceux qui avaient atteint une certaine maturité. Avec les coupes à blanc, on fait disparaître notamment les espèces inféodées à une biodiversité particulière."


    Des routes créées sans études d’impact, ouvertes en permanence, non surveillées. Braconnage et tas d’ordures au cœur de la forêt. / © William Church

    Aujourd’hui, l’ONF favorise une gestion davantage automatisée, plus "efficace", avec moins d’humain. "Des engins de 40 tonnes débarquent peu importe le temps qu’il fait, ils font des dégâts considérables avec des ornières d’un mètre trente par temps de pluie… On détruit les sols. C’est une bombe à retardement écologique," dénonce William Church.


    Des sols ravagés. / © William Church

    Sur le sujet précis du glyphosate, le service régional de l’alimentation de la Direction régionale de l’agriculture et de la forêt (Draaf) des Hauts-de-France, évoque un sujet "très sensible" et refuse de faire un commentaire. Le responsable du service invite "les plaignants à contacter l’administration."

    Ce sera chose faite pour M. Church qui finalisait justement ce vendredi la création d’un collectif SOS Forêt Île-de-France, Hauts-de-France et Nord afin de mener des actions juridiques et pourquoi pas porter plainte.


    Une prolifération des ronces, preuve de la mauvaise gestion actuelle de la forêt. / © William Church

    #ONF #forêt #Saint-Gobain #massacre #forêts #environnement #biodiversité #bois #france #arbres #glyphosate #monsanto #roundup #agriculture #santé #herbicide #bayer #pollution #economie #france

    • La forêt se découpe en silence

      La découpe forestière et la découpe sociale sont intimement liées. Dans les forêts françaises comme ailleurs, le moteur de la rentabilité est à l’oeuvre. Pour l’Office national des Forêts (ONF), les arbres se font tronçonner au rythme des cours du bois mondialisés, avec la même brutalité que les droits sociaux.
       
      La forêt de #Mormal, dans l’Avesnois, est le plus vaste massif forestier du #Nord-Pas-de-Calais. Dévastée par les deux guerres mondiales (1), c’est une forêt encore fragile, mais vigoureuse, connue pour sa remarquable population de cerfs. Comme toutes les forêts domaniales (2), elle est gérée par l’Office National des Forêts (ONF). Cet organisme public est censé respecter un plan d’aménagement, soigneusement conçu pour garder un équilibre harmonieux entre l’abattage des arbres destinés à la vente et la régénération de la forêt, si possible naturelle. Le tout, en permettant au public d’y batifoler et aux chasseurs d’y réguler la population animale (et humaine, à l’occasion). Ça, ce sont les missions théoriques de l’ONF. En réalité, l’office piétine allégrement les objectifs qu’il s’est lui-même fixés et découpe ses forêts à tout-va. . . . .
      La suite : http://labrique.net/index.php/thematiques/lutte-des-classes/1021-la-foret-se-decoupe-en-silence

  • Une longue marche lance le combat contre l’industrialisation de la forêt
    https://reporterre.net/Une-longue-marche-lance-le-combat-contre-l-industrialisation-de-la-foret

    Après avoir parcouru la France à pied pendant plus d’un mois, les gardes forestiers de l’#ONF veulent créer un large mouvement contre l’industrialisation des #forêts. Une première rencontre a lieu aujourd’hui dans la forêt de Tronçais, berceau de la #sylviculture, et a débouché sur l’écriture d’un manifeste « Pour la #forêt française, notre #bien_commun ».

    #résistance

  • #ONF - « La #forêt s’invite à l’#école » : les inscriptions sont ouvertes !
    http://www.onf.fr/onf/++oid++668b/@@display_advise.html?search:int=1&search_source=L3d3dw==&search_group:int=56387

    À l’occasion de la Journée internationale des forêts, l’ONF est, depuis 2016, partenaire de l’opération « La forêt s’invite à l’école », coordonnée par l’association Teragir. Cette démarche pédagogique, qui complète le programme des manifestations ouvertes au grand public chaque 21 mars, invite les établissements scolaires et périscolaires à développer tout au long de l’année des projets pédagogiques visant à sensibiliser les jeunes aux diverses fonctions - économiques, écologique et sociétale - de la forêt. Une sensibilisation essentielle lorsque l’on sait que la forêt et le bois sont des alliés incontournables pour faire face aux #grands_défis_climatiques du XXIe siècle.

  • L’ONF utilise-t-elle illégalement du #glyphosate en #forêt domaniale de Saint-Gobain dans l’Aisne ? - #France 3 Hauts-de-France
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/aisne/laon/onf-utilise-t-elle-illegalement-du-glyphosate-foret-dom

    Depuis plusieurs années, les associations de protection de l’#environnement françaises tirent la sonnette d’alarme. Elles dénoncent une gestion des forêts industrialisée et non respectueuse de l’écosystème.

    La forêt domaniale de Saint-Gobain, dont 9 000 hectares sur 13 000 sont gérés par l’ONF, n’y échapperait pas. Située à moins de trente kilomètres du chef-lieu de l’Aisne et à deux heures en voiture de Paris, ce massif forestier est connu pour ses futaies de chênes et de hêtres qui se mêlent à d’autres feuillus : frênes, châtaigniers, érables, merisiers, tilleuls, ormes, saules, aulnes, etc.

    Des arbres bien alignés, d’une même essence, d’un même âge. Un appauvrissement génétique, une uniformisation des paysages, une catastrophe pour la biodiversité. / © William Church

  • Mobilisons-nous pour défendre les forêts de la ZAD
    à l’occasion des rencontres “Terres communes”
    à Notre-Dame-des-Landes
    les 29 et 30 septembre

    Le Taslu

    https://lavoiedujaguar.net/Mobilisons-nous-pour-defendre-les-forets-de-la-ZAD-a-l-occasion-des-

    Suite à l’abandon du projet d’aéroport, une deuxième phase dans la lutte s’est ouverte pour obtenir la pérennisation des différentes activités et habitats de la ZAD. Du côté des forêts, le collectif Abrakadabois mène depuis quatre ans des sessions de formation théorique, des balades sur le terrain, des formations pratiques et des chantiers d’abattage collectifs, en s’inscrivant dans une approche sensible et globale des espaces boisés.

    Le conseil départemental s’est positionné pour racheter une partie des terres de la ZAD. Certaines parcelles qui se sont reboisées depuis déjà trente ans pourraient être passées au broyeur forestier afin de retourner à l’agriculture. De plus, la forêt de Rohanne pourrait bien se voir soumise au régime forestier et l’ONF redevenir son gestionnaire. Or on connaît la tendance actuelle de la direction de l’ONF à l’industrialisation des pratiques forestières au profit des lobbies financiers, comme le dénonce entre autres le mouvement de lutte au sein même de cette institution. (...)

    #Notre-Dame-des-Landes #Terres_communes #forêts #ONF #mobilisation #sylviculture #arbres

  • L’#ONF encourage la #biomasse_industrielle au détriment des _forêts et du #climat
    https://reporterre.net/L-ONF-encourage-la-biomasse-industrielle-au-detriment-des-forets-et-du-c

    Remplacer le charbon par du bois dans les centrales thermiques pour produire de l’électricité, la Commission européenne en rêve comme solution au défi climatique. Elle prévoit que 60 % des énergies renouvelables futures soient assurés par la biomasse, dont en grande majorité du #bois-énergie. En France, l’objectif est partagé par Nicolas Hulot. Répondre « aux objectifs d’accélération du développement des #énergies_renouvelables rappelés lors du sommet sur le climat One Planet Summit », en décembre dernier à Paris, est sa volonté, affirmée dans un communiqué à l’occasion de la désignation de 11 projets de biomasse lauréats pour être soutenus par l’État.

    Mais pour plusieurs ONG environnementales, le développement industriel du bois-énergie remet en cause son caractère renouvelable. Pire, la généralisation de l’utilisation du bois pour la production d’électricité dans de grandes centrales thermiques rendrait l’impact de cette énergie sur le climat plus néfaste que le charbon, alors que ses partisans défendent une « neutralité carbone ». « Si les forêts sont exploitées de manière plus intensive en permanence à cause de la bioénergie, elles ne parviendront jamais à régénérer le réservoir de carbone perdu », juge la #Fern, une ONG qui agit auprès de la Commission européenne pour qu’elle change sa vision économique de la forêt.

    #onf_énergie #Danemark

  • Communiqué Douar Didoull
    http://alternatives-projetsminiers.org/communique-douar-didoull

    Il y a quelques semaines l’Office Nationale des Forêts (ONF) invitait le collectif Douar Didoull à démonter l’oeuvre artistico-archithecturale de résistance installée le 23 juin 2017 en forêt de Koad an noz. Voici la réponse du collectif, adressée non sans humour, le 22 décembre 2017, aux services de l’ONF :

    « Suite à votre envoi, nous vous confirmons que l’installation que vous avez aperçue est bien une « oeuvre artistico-architecturale de résistance » installée par le collectif Douar Didoull, le 23 juin 2017 afin d’informer la population qu’un permis exclusif de recherches minières est en cours, notamment sur la zone de Koad an noz/Koad an hay.

    Nous sommes cependant étonnés par votre demande. Il semblerait qu’un manque de communication flagrant est à signaler au sein de vos services puisque depuis le 22 mai 2016, suite à une vente symbolique en bonne et due forme, la forêt domaniale Koad an noz/Koad an hay n’est plus une propriété d’Etat, mais bien un espace citoyen géré par des actionnaires locaux.

    Ainsi, face au silence adopté par l’ONF, au sujet du PERM dit de « Loc Envel », ces actionnaires (personnes pratiquant des actions citoyennes) ont tenu à réaffirmer leur volonté de protéger les territoires menacés par les pratiques extractivistes, issues des comportements consuméristes débridés et de l’exploitation mercantile de l’environnement et ont officialisé, par l’érection de l’oeuvre précitée, la mise sous surveillance populaire de la forêt que vous prétendez relever de votre domaine.

    Au vu de l’incroyable incompétence de vos services dans le traitement de ce dossier, nous vous invitons à prendre contact avec le pôle juridique du collectif Douar Didoull afin d’améliorer votre efficacité dans la défense de ce domaine forestier dont vous avez, en principe, la charge ».

    #Douar_Didoull #ONF #zad
    https://blogs.mediapart.fr/jean-claude-leroy/blog/300317/bretagne-une-nouvelle-zad-en-koad-noz-foret-de-la-nuit

    • Pour les soutenir, cette pétition :

      Aux arbres citoyens ! Aidez les forestiers à défendre VOS FORETS
      SNUPFEN Solidaires, le 12 décembre 2017
      https://www.change.org/p/aux-arbres-citoyens

      La forêt est un bien commun de l’humanité, qui nous précède et nous survit.

      En France, les forêts publiques sont des espaces où se côtoient les activités économiques et la vie sauvage, et où chacun peut se ressourcer, courir, rêver... De véritables « laboratoires à ciel ouvert » du fameux « développement durable » !

      Cette harmonie est encore de nos jours garantie par l’Etat.

      Mais depuis 2002, les gouvernements successifs, en imposant une privatisation rampante de l’Office National des Forêts (ONF), en subordonnant son activité aux appétits de la grosse industrie forestière et même de la spéculation sur la biomasse, mettent VOS forêts en coupe réglée !

      Depuis cette date, les forestiers de l’ONF, avec l’aide de leurs syndicats, se battent sans relâche pour faire entendre leur détresse : dizaines de manifestations, de pétitions, organisation de débats publics, centaines de jours de grève, résistance quotidienne…

      Vos forestiers et vos forêts sont encore debout ! Mais la société toute entière doit se soulever !

      Contre la surexploitation des forêts publiques françaises,

      Je soutiens les agents publics de l’ONF, gardiens des forêts,

      Je soutiens leur PROJET DE CONTRAT ALTERNATIF POUR LA GESTION DES FORETS PUBLIQUES !

      #Musique #Musique_et_politique