• BNF API
    http://api.bnf.fr/api-gallica-de-recherche

    Prospection pour un outil de récupération des données d’un ouvrage à partir de son ISBN :
    – l’API de la BNF : http://api.bnf.fr/api-gallica-de-recherche
    API SRU catalogue général BNF : http://api.bnf.fr/api-sru-catalogue-general
    Page de test (+ exemples) : http://catalogue.bnf.fr/api/test.do
    Exemple d’URL pour interrogation à partir d’un ISBN : http://catalogue.bnf.fr/api/SRU?version=1.2&operation=searchRetrieve&query=bib.isbn%20all%20%22978
    Les requêtes sont faites en langage CQL : https://www.loc.gov/standards/sru/cql/spec.html
    NB : format de retour en XML uniquement (pas d’option pour Json ?)
    – l’API de Open Library : https://openlibrary.org/developers/api
    – ISBN Agency : https://www.isbn-international.org/fr
    – un exemple de recherche multi-sources : http://agregationchimie.free.fr/book_isbn.php
    – le plugin SPIP bouquinerie : https://contrib.spip.net/Bouquinerie-V2

    #ISBN #open-data #outil


  • Maps Mania : Norway’s Secret Military Sites
    http://googlemapsmania.blogspot.com/2018/09/norways-secret-military-sites.html

    Norway has released an interactive map of all the military locations where it is forbidden to operate a drone (…)

    The map shows many of Norway’s most secret military installations, such as Norway’s secret war headquarters and the location of one of Europe’s two transmitters for communicating with NATO’s submarine fleet. The map also shows the location of 237 other important military and security locations. Some military and security experts have been shocked by the map’s release. For example former Chief of Maritime Safety and Naval Home Guard Commander Svein Jarle Jacobsen said that the map is “disastrous for operational safety. I can’t believe that they’ve really done this.”

    #Norvège #armée #secret #drones #open-data #cartographie


  • #Airbnb ouvre, sous contrôle, ses données pour une consultation locale
    http://www.lagazettedescommunes.com/536597/airbnb-ouvre-sous-controle-ses-donnees-pour-une-consultation-l

    Une « opération transparence ». C’est ainsi qu’Airbnb définit son nouveau portail Dataville, une plateforme opendata lancée ce mardi 21 novembre, qui réunira des données sur l’activité des hôtes et des voyageurs qui utilisent la plateforme dans toutes les communes qui comptent a minima 10 annonces sur Airbnb.

    Il s’agit là d’une première mondiale, puisque la France est le premier pays dans lequel l’opérateur ouvre ses données.

    Un portail qui se veut informatif et ludique. L’un des objectifs avancés par la plateforme de location de logements entre particuliers vise à permettre aux collectivités locales de mieux comprendre comment Airbnb développe l’activité touristique dans les communes, « et son impact positif sur l’attractivité de leur commune, notamment sur le pouvoir d’achat de leurs administrés », vante les représentants de la plate. Pour cela, seront publiées sur le site différentes données, par commune :
    • Le nombre d’annonces dans chaque ville au 1er septembre 2017 ;
    • Le nombre de voyageurs accueillis entre septembre 2016 et septembre 2017 ;
    • Le nombre de pays dont sont originaires les voyageurs qui y ont séjourné ;
    • Le revenu annuel médian d’un hôte dans la commune.
    Autres données qui seront disponibles : l’impact économique dans les départements et les régions. Ce qui correspond au total des sommes récoltées par les hébergeurs et des sommes dépensées sur le territoire par les voyageurs. Toutes les données présentes sur le site seront actualisées chaque année.

    Quasi #open-data

    Mais comme le rappelle Jean-Marie Bourgogne, délégué général d’Opendata France, mettre des données en opendata, cela signifie que ces données « sont accessibles sur internet dans un format ouvert ». Or, il n’est pas possible de télécharger les données sous forme de fichier. Seule une présentation html est disponible.

    Toutefois, Aurélien Perol précise qu’il est possible « de faire parvenir le fichier sur demande, via le lien contact sur la plateforme », même si « la plateforme est consacrée essentiellement à de la consultation locale ».

    Autre problème relevé par Jean-Marie Bourgogne : l’absence de licence. « C’est gênant, nous ne connaissons ni les droits ni les devoirs des producteurs et réutilisateurs. Par exemple, on ne sait pas s’il est possible d’en faire un usage commercial pour une autre destination ».

    Ce qui fait que ce dernier se demande si cette opération lancée par Airbnb relève d’une réelle envie de transparence ou d’une opération de communication.

    via @GFII et @calimaq sur twitter

    • Sources des données
      Données concernant les utilisateurs d’Airbnb (hôtes et voyageurs) en France entre le 1er septembre 2016 et le 1er septembre 2017.

      Les données proviennent des réservations sur Airbnb ainsi que d’un questionnaire envoyé aux voyageurs sur Airbnb en janvier 2017. Notez qu’Airbnb n’est pas en mesure de vérifier l’exactitude des informations fournies par ses utilisateurs (ex : code postal d’un hôte).

      Seules les villes comptabilisant au moins 10 hôtes ayant loué au cours des douze derniers mois sur Airbnb ont été intégrées dans cette édition de Dataville.

      Les données ont été arrondies au centième, millième ou million supérieur selon l’ordre de grandeur concerné.
      […]
      Définitions
      […]
      Revenu annuel d’un hôte
      Valeur médiane du revenu total gagné par l’hôte sur la période d’un an couverte par l’étude. Le revenu annuel est présenté pour un hôte type.



  • Un article et un site passionnants... pour découvrir qui aura le mieux acheté l’election #presidentielle2017 !
    Politologue – Un cas concret d’utilisation de l’Open Data qui nous dit peut-être déjà qui sera notre futur Président de la République
    https://korben.info/politologue-cas-concret-dutilisation-de-lopen-data-dit-etre-deja-sera-futur

    L’article de #Korben présente en détails l’utilisation qui peut être fait de l’ #open-data quand on sait le mettre en valeur comme le fait le #Politologue.
    LLe chômage en France, les prénoms, les accidents de la route (et l’absence de lisibilité de l’efficacité des radars !), les impôts sur le revenu, l’utilisation de la réserve parlementaire, et, le gros morceau qui fait saliver : les candidats à la présidentielle !!!
    Mais c’est là que le bas blesse, pour ce que je peux en constater. Les données disponibles sont celles divulguées par les réseaux sociaux. Soit. Hors il n’apparaît nulle part l’investissement financier qu’y consacrent les candidats et leurs partis. Non que la proportionnalité varie grand chose pour le résultat attendu du peloton de tête, mais comme pour l’élection de Trump, cela a un impact PRI-MOR-DIAL !
    En effet, l’argent n’est pas seulement investi dans le sponsoring des publications, mais aussi sur l’achat de clics, de like, de robots, qui font artificiellement et efficacement bouger les lignes.
    Cela s’est encore vu hier soir lors du premier débat officiel : Fillon s’est fait épingler par Nicolas Vanderbiest sur l’utilisation de « clients automatisés », via son application #Fillon2017 : https://twitter.com/Nico_VanderB/status/843948511817285633
    Bref, non, la démocratie n’est pas plus représentative, ou très exceptionnellement, dans le monde sauvage virtuel !

    le site du politologue : http://www.politologue.com
    le blog du politologue : http://blog.politologue.com


  • Berlin Open Data API | ProgrammableWeb
    http://www.programmableweb.com/api/berlin-open-data
    La découverte de l’Open Data per la municipalité ne date pas de l’année courante, mais il et utile de rappeller qu’il y a un trésor à découvrir.

    Berlin.de is the online portal to the city of Berlin, Germany. The site offers information and news for government, arts and entertainment, tourism, economy, traffic, weather, and more. Berlin Open Data (daten.berlin.de) is the data portal for the records of the Berlin public administration. Available records include: labor market; education; geography and urban planning; sports and recreation; elections; economy; and more. A single, RESTful API is available to access data from both. Responses are formatted in XML, JSON, CSV, KML, and more.

    Offene Daten Berlin | Offene Daten lesbar für Mensch und Maschine. Das ist das Ziel.
    https://daten.berlin.de

    Hauskoordinaten Berlin - GovData
    https://www.govdata.de/apps/-/details/8a34c59a-e081-357d-80ec-4d011eafed77

    Karten, Pläne, Daten - online / Senatsverwaltung für Stadtentwicklung und Umwelt - Berlin
    http://www.stadtentwicklung.berlin.de/geoinformation/fis-broker

    Open-Data: Berliner Nahverkehr in Echtzeit im Netz (Update) | netzpolitik.org
    https://netzpolitik.org/2014/open-data-berliner-nahverkehr-in-echtzeit-im-netz

    Open Data: Berlin stellt Geodaten kostenfrei online - Golem.de
    http://www.golem.de/news/open-data-berlin-stellt-geodaten-kostenfrei-online-1310-101925.html

    Daten. API · Berliner Grossstadtgeschichten
    http://grossstadtgeschichten-berlin.de/daten-api

    #Berlin #open-data


  • Ouverture des données publiques : les licences Légifrance désormais gratuites
    http://www.les-infostrateges.com/actu/14061836/ouverture-des-donnees-publiques-les-licences-legifrance-desormais

    Nous l’avions annoncé à la suite du Cimap (Comité interministériel pour la modernisation de l’action publique) du 18 décembre 2013 (notre actualité du 24 janvier 2014 Open Data : des licences bientôt gratuites pour les bases de Légifrance) qui en avait entériné le principe, les licences de réutilisation des bases de données de Légifrance deviennent gratuites.

    Décret du 20 juin 2014
    Le décret n°2014-648 du 20 juin 2014 modifiant le décret n°2002-1064 du 7 août 2002 relatif au service public de la diffusion du droit par l’internet [SPDDI] a été publié au Journal officiel du 22 juin.
    Comme son intitulé officiel l’indique, il modifie le décret n°2002-1064 du 7 août 2002 relatif au service public de la diffusion du droit par l’internet.

    #open-data #données_publiques



  • Ivre, le Forum d’Avignon veut écrire une déclaration des droits et pond une déclaration de guerre…
    http://scinfolex.com/2013/11/26/ivre-le-forum-davignon-veut-ecrire-une-declaration-des-droits-et-pond-une

    Je ne pensais pas un jour être amené à utiliser la fameuse formule « Ivre virgule » au début du titre d’un billet sur S.I.lex, mais il s’est produit une telle ÉNORMITÉ ce week-end lors du dernier Forum d’Avignon que je n’avais plus tellement le choix… Le Forum d’Avignon, c’est cette grand-messe annuelle qui rassemble pendant plusieurs jours la fine fleur des industries culturelles, afin de se livrer à des exercices de futurologie avancée concernant l’avenir de la culture à l’heure du numérique. Le tout bien sûr, en présence des pouvoirs publics, qui viennent en Avignon prendre un bon bain de lobbies (such a lobby place, comme dit la chanson…). Source : :: S.I.Lex (...)


  • Après l’automne, le printemps ? Changement de stratégie au Ministère de la Culture en faveur de l’ouverture | :: S.I.Lex ::
    http://scinfolex.com/2013/11/09/apres-lautomne-le-printemps-changement-de-strategie-au-ministere-de-la-culture-en-faveur-de-louverture/#more-6901

    Il s’est produit cette semaine une série d’évènements et d’annonces faites par le Ministère de la Culture dans la cadre de « l’Automne numérique », qui traduisent un changement d’orientations significatif en faveur de l’ouverture.

    #open-data #creativecommons #cc #art-libre #musique-libre #open-data-culturel
    #communication-numérique


  • Quelques bonnes nouvelles du côté du front des licences libres dans la musique (et les arts en général) ?

    Art & Musique | Creative Commons France
    http://creativecommons.fr/category/art-musique

    Le débat au ministère de la #Culture a longtemps été cristallisé autour de la question de la #Hadopi, sa transmutation ou son absorption dans un CSA rénové…ce qui laisse d’ailleurs toujours quelque peu songeur. Mais depuis quelques mois, les commentateurs de la vie numérique culturelle avaient identifié des soubresauts numériques notamment sur la question de l’open data culturel, sur l’implication des citoyens dans le pilotage de politiques publiques, sur le recours à de nouveaux codes de communication digitale (refonte de Cblog en labo numérique, utilisation de nouveau outils du web social : tumblr, vine, gifs animés etc.).

    #creativecommons #cc #open-data #musique #musique-libre #open-data-culturel #communication-numérique


    • Planneur stratégique chez #Publicis. C’est sûr que ces gens là n’ont à cœur que le bien commun et l’avenir du service public.

      Même si dans certains domaines, cela apporte des améliorations, il faut quand même rappeler que le mouvement « open data » est d’origine anglo-saxonne et a souvent démarré dans un contexte de palliation du service public. C’est-à-dire essayer de générer des trucs en communs là où il n’y avait pas (ou plus) de service public suffisant.

      Même si ce n’est pas le cas partout, plusieurs initiatives venaient d’associations de citoyens, tentant d’améliorer les choses pour mieux vivre là où ils habitent. Du point de vue d’un gouvernant libéral, c’est quand même une aubaine où il peut facilement inverser la cause et la conséquence : ouvrir des données brutes pour que d’autres que les collectivités s’occupent des services liés.

      En #France, je sais de source sûre que dans plusieurs endroits, on met alors en place de l’#open-data contre les #services-publics, c’est-à-dire dans une optique de déplacement des services vers des entreprises privées. Que ce soit pour la gestion du stationnement, le tourisme, etc.

      Tout ce qui pourrait générer un centième de millième de valeur (donc de croissance), sera tenté.

    • Un investissement massif dans des solutions prédictives capables de rationaliser l’activité humaine, d’anticiper ses besoins et d’offrir des services sur-mesure, serait, in fine, à même de réduire ses coûts et d’améliorer l’expérience des usagers.

      Pour l’éducation, il serait possible, en utilisant des informations provenant de sources diverses comme, parmi d’autres, les données sociodémographiques, le taux d’absentéisme et les résultats des enfants scolarisés, d’analyser efficacement les performances des différents établissements pour gommer les déséquilibres en déployant des moyens adaptés à des besoins spécifiques.

      #cybernétique > #sociologie

    • @rastapopoulos : « En #France, je sais de source sûre que dans plusieurs endroits, on met alors en place de l’#open-data contre les #services-publics, c’est-à-dire dans une optique de déplacement des services vers des entreprises privées. Que ce soit pour la gestion du stationnement, le tourisme, etc. »

      Je ne suis pas sûr qu’on mette de l’#opendata contre les #servicespublics à moins de dire qu’on mette des opérateurs de services contre les #servicespublics... Auquel cas, ce n’est pas tant l’#opendata qui est en cause, mais bien la privatisation de services publics qui concerne 1000 types de services bien plus essentiels que l’opendata (qui n’est qu’un épiphénomène) comme la distribution de l’eau, la collecte des déchets, etc. Pousser les opérateurs de services à publier des données ouvertes sur les services qu’ils opèrent me semble aller plutôt dans le sens d’une réappropriation par l’acteur public.



  • La constitution de l’Allemagne en #markdown convertie avec #pandoc

    Les auteurs du projet est veulent rendre les versions du texte visible comme si le Bundestag travaillait avec #git

    Grundgesetz für die Bundesrepublik Deutschland [DocPatch]
    http://gg.docpatch.org/#docpatch

    Dieses Projekt ist Teil der Open-Data-Bewegung und unterliegt der Open Definition. Unser Ziel ist, öffentliche Daten leicht zugänglich zu machen; unser Weg ist, freie Software und freie Formate für unsere Arbeit zu verwenden; unsere Idee ist, das Grundgesetz für die Bundesrepublik Deutschland als das Beispiel für öffentliche Daten wie Verfassungen und Gesetzestexte von unfreien Formaten zu „befreien“ und umfassend zu erschließen.

    Gesetzestexte sind wie Software: der „Quelltext” ist gut strukturiert mit einfacher Syntax und Änderungen sind auch nichts anderes als Patches, um Fehler zu beseitigen oder neuen Anforderungen zu genügen. Das jedenfalls dachten wir uns vor einiger Zeit. Wie wäre es, ein Gesetz wie ein Stück Software zu behandeln, zu versionieren und zu patchen? Softwareentwickler benutzen dafür Versionskontrollsysteme wie git. Damit kann man nachvollziehen, wer wann was und warum geändert hat. Als Syntax nahmen wir das leicht verständliche und weit verbreitete markdown, das sich wie einfacher Text liest. Um die Gesetzestexte in schöne Formate konvertieren zu können, entschieden wir uns für das mächtige pandoc, das unser verwendetes markdown mit sinnvoller Syntax anreichert. Die Patches haben wir dem kleinen, aber feinen Tool quilt erstellt. Den letzten Schliff gaben wir dem Projekt mit der selbst geschriebenen Software DocPatch.

    Wir beschränken uns nicht auf den reinen Text und die Änderungen, sondern gehen einen Schritt weiter: Mit Hilfe von weiteren strukturierten Daten („Metadaten”) stellen wir den Text als solches und alle Änderungen in einen größeren Kontext: Wann wurde eine Änderung verabschiedet? Wer hat sie initiiert, wer unterschrieben? Das sind alles Fragen, die wir versuchen zu beantworten.

    On découvre par exemple que depuis de 1983 les partis sont obligés de fournier des informations sur l’utilisation des fonds mis à leur disposition.

    Artikel 21

    (1) Die Parteien wirken bei der politischen Willensbildung des Volkes mit. Ihre Gründung ist frei. Ihre innere Ordnung muß demokratischen Grundsätzen entsprechen. Sie müssen über die Herkunft und Verwendung ihrer Mittel sowie über ihr Vermögen öffentlich Rechenschaft geben.

    Les modifications suivantes sont nettement moins drôles parce qu’elles ont coûté la vie à des milliers d’hommes, femmes et enfants :

    1992 - privatisation du contrôle aérien

    Artikel 87d¶
    (1) Die Luftverkehrsverwaltung wird in bundeseigener Verwaltung geführt.¶
    Über die öffentlich-rechtliche oder privat-rechtliche Organisationsform wird durch Bundesgesetz entschieden.

    1992 - abandon de la souveraineté nationale par le transfert de compétences du Bundestag à la commission européenne

    Artikel 23
    (1) Zur Verwirklichung eines vereinten Europas wirkt die Bundesrepublik Deutschland bei der Entwicklung der Europäischen Union mit, die demokratischen, rechtsstaatlichen, sozialen und föderativen Grundsätzen und dem Grundsatz der Subsidiarität verpflichtet ist und einen diesem Grundgesetz im wesentlichen vergleichbaren Grundrechtsschutz gewährleistet. Der Bund kann hierzu durch Gesetz mit Zustimmung des Bundesrates Hoheitsrechte übertragen. ...

    1993 - abolition de facto du droit à l’asile politique

    Artikel 16¶
    (1) Die deutsche Staatsangehörigkeit darf nicht entzogen werden. ...
    (2) Kein Deutscher darf an das Ausland ausgeliefert werden.

    La dernière phrase du paragraphe fut supprimée ...

    Politisch Verfolgte genießen Asylrecht.

    ... et remplacée par le nouveau paragraphe 16a qui ôte de droit à l’asile politique à tous les réfugiés arrivant d’un pays qualifié de « sûr » d’après l’opinion de l’administration.

    Artikel 16a¶
    –----------¶

    (1) Politisch Verfolgte genießen Asylrecht.¶
    (2) Auf Absatz 1 kann sich nicht berufen, wer aus einem Mitgliedstaat der Europäischen Gemeinschaften oder aus einem anderen Drittstaat einreist, in dem die Anwendung des Abkommens über die Rechtsstellung der Flüchtlinge und der Konvention zum Schutze der Menschenrechte und Grundfreiheiten sichergestellt ist. Die Staaten außerhalb der europäischen Gemeinschaften, auf die die Voraussetzungen des Satzes 1 zutreffen, werden durch Gesetz, das der Zustimmung des Bundesrates bedarf, bestimmt. In den Fällen des Satzes 1 können aufenthaltsbeendende Maßnahmen unabhängig von einem hiergegen eingelegten Rechtsbehelf vollzogen werden.
    (3) Durch Gesetz, das der Zustimmung des Bundesrates bedarf, können Staaten bestimmt werden, bei denen auf Grund der Rechtslage, der Rechtsanwendung und der allgemeinen politischen Verhältnisse gewährleistet erscheint, daß dort weder politische Verfolgung noch unmenschliche oder erniedrigende Bestrafung oder Behandlung stattfindet. Es wird vermutet, daß ein Ausländer aus einem solchen Staat nicht verfolgt wird, solange er nicht Tatsachen vorträgt, die die Annahme begründen, daß er entgegen dieser Vermutung politisch verfolgt wird.
    (4) Die Vollziehung aufenthaltsbeendender Maßnahmen wird in den Fällen des Absatzes 3 und in anderen Fällen, die offensichtlich unbegründet sind oder als offensichtlich unbegründet gelten, durch das Gericht nur ausgesetzt, wenn ernstliche Zweifel an der Rechtmäßigkeit der Maßnahme bestehen; der Prüfungsumfang kann eingeschränkt werden und
    verspätetes Vorbringen unberücksichtigt bleiben. Das Nähere ist durch Gesetz zu bestimmen.
    (5) Die Absätze 1 bis 4 stehen völkerrechtlichen Verträgen von
    Mitgliedstaaten der Europäischen Gemeinschaften untereinander und mit dritten Staaten nicht entgegen, die unter Beachtung der Verpflichtungen aus dem Abkommen über die Rechtsstellung der Flüchtlinge und der Konvention zum Schutze der Menschenrechte und Grundfreiheiten, deren Anwendung in den Vertragsstaaten sichergestellt sein muss, Zuständigkeitsregelungen für die Prüfung von Asylbegehren einschließlich der gegenseitigen Anerkennung von Asylentscheidungen treffen.

    Avant le 26.5.1993 la constitution disait dans une phrase très simple que chaque personne qui était victime de persécutions pour des raisons politiques avait droit à la protection par l’état allemand qui était obligé de l’accueillir. Actuellement cette phrase est suivie par un très long paragraphe dont la raison d’être est de décrire toutes les raisons possibles pour refuser de l’aide á des personnes en danger.

    Conclusion : Ce dimanche on fêtera dix ans de trahison des idéaux humains introduit dans la constitution de l’Allemagne après l’expérience du nazisme. Merci à tous les députés qui ont voté pour l’ère nouvelle.

    #allemagne #politique #open-source #open-data #open-definition #auf_deutsch


  • Carmen
    http://carmen.naturefrance.fr

    D’un côté on a :

    La diffusion des données environnementales cartographiques est un enjeu essentiel pour l’information, l’association et l’adhésion des citoyens et des élus aux différentes politiques environnementales.

    De l’autre, un pdf pour expliquer que seules certaines structures peuvent y accèder…

    Les structures éligibles à l’utilisation de CARMEN ont été répertoriées dans une liste établie par le MEDDE et l’IGN : le Protocole d’accès CARMEN.

    Le double discours habituels de ceux qui ferment les sources publiques honteusement, le baratin protocolaire sert uniquement à justifier pourquoi les cartes ne sont pas en libre accès !

    #colère #argent_public #cartographie #carmen


  • L’“open data”, pourquoi ça coince – Acteurs publics – Informations et analyses sur les politiques publiques et la fonction publique

    http://www.acteurspublics.com/2013/02/11/l-open-data-pourquoi-ca-coince

    Le gouvernement affiche sa volonté de mener une politique résolue d’ouverture des données publiques, mais le chemin sera long avant de modifier en profondeur les habitudes des administrations. Première partie de notre dossier qui liste les principaux freins à l’ouverture et à la réutilisation des

    #open-data #sources-ouvertes #statistiques


  • Open Data : comment les collectivités s’y mettent - Lagazette.fr

    http://www.lagazettedescommunes.com/151408/open-data-comment-les-collectivites-sy-mettent

    Quelles données, quel portail, quelle licence, quel budget, etc. Quand une collectivité locale se lance dans l’ouverture de ses données publiques, les interrogations surgissent en poupées russes. Une étude très dense de Serdalab, que la Gazette s’est procurée livre une photographie inédite de ce qu’implique le processus chez les acteurs publics.

    L’Open Data, il faut y aller mais comment ? En France, depuis deux ans, une vingtaine de collectivités pionnières ont ouvert leur portail.
    Les Hauts-de-Seine, la communauté d’Agglo Versailles Grand Parc, viennent tout juste de franchir le pas. Reste une immense majorité de collectivités qui, les mains dans le cambouis, se frottent aux multiples interrogations que la démarche suscite : internet ou sur demande, quelle licence, quel portail, quelles données, etc…

    #data #open-data #données #données-ouvertes



  • “La réforme de l’action publique passe par l’#open_data” – Acteurs publics – Informations et analyses sur les politiques publiques et la fonction publique
    http://www.acteurspublics.com/2013/01/25/la-reforme-de-l-action-publique-passe-par-l-open-data

    Le nouveau patron d’#Etalab livre sa première interview à Acteurs publics. À ses yeux, l’ouverture des données publiques et leur réutilisation rendront les administrations et les politiques plus efficaces.

    Vous venez de prendre la direction d’Etalab. Quelle va être votre priorité ?
    Les stratégies d’ouverture des données publiques sont un incroyable levier de modernisation. (…) L’ouverture des données de l’État s’est accélérée depuis l’ouverture du site Data.gouv.fr. Notre priorité est maintenant de l’aider à tenir ses promesses et donc d’accompagner la réforme de l’action publique par l’open data.

    Comment ?
    Il faut développer la culture de l’utilisation des données publiques par l’administration elle-même. Ainsi, les données de consommation de médicaments pourraient nous permettre d’identifier des phénomènes de surconsommation et de prescription dangereuse, tout en imaginant de nouveaux dispositifs d’alerte épidémiologique.

    (…)

    Je pense tout d’abord que nous manquons d’outils conceptuels pour penser la question de la “#donnée”, trop souvent analysée à travers le cadre des documents ou des fichiers. Il faut définir le contenu – et donc les limites – de la transparence, notamment quand on approche des informations personnelles.

    Quelles sont les autres difficultés rencontrées ?
    Il y a aussi une tension entre les données “brutes” et les données interprétées : sans sous-estimer l’importance de proposer quelques clés de lecture, nous tenons beaucoup à diffuser un maximum de données brutes.

    (…)

    La question du devenir et du suivi des données se pose-t-elle ?
    Oui. Nous avons des retours sur le flux des données qui sont le plus régulièrement consultées, mais cela ne veut pas dire qu’elles ont forcément un impact en termes d’innovation. Etalab, dans sa phase de lancement, a d’abord construit une plate-forme de consultation des données. Il nous faut désormais développer des applications (#API), qui permettent de renvoyer en temps réel des mises à jour aux utilisateurs sans qu’ils aient besoin de télécharger des fichiers entiers.


  • Les métadonnées, la publication scientifique et l’open data !

    À la manière d’une définition de mot dans un dictionnaire, les metadata sont des données qui décrivent un objet numérique ou physique. Pour avoir une idée de leur utilité, nous pouvons les comparer aux étiquettes utilisées en Grèce antique pour décrire le contenu de papyrus, ces derniers étant entassés en grand nombre sur des étagères. L’étiquette attachée à chaque papyrus permettait d’obtenir rapidement une idée de son contenu sans devoir le sortir ni le dérouler. Si en Grèce ancienne un tel système était efficace, aujourd’hui la masse de données numériques rend primordiale l’amélioration de l’efficacité des systèmes de classification.

    http://blog.mysciencework.com/2012/11/21/les-metadonnees-de-la-publication-scientifique.html

    #Open-data #Métadonnées #OAI #Dublin-Core #publication-scientifique


  • Open data et polices municipales ne font pas (encore) bon ménage - Lagazette.fr

    http://www.lagazettedescommunes.com/134736/open-data-et-polices-municipales-ne-font-pas-encore-bon-menage

    Par R. Mazon
    Publié le 17/10/2012

    Le débat public, et la décision politique doivent être nourris de chiffres pour s’appuyer sur un minimum de données objectives. Il en va ainsi de la dette publique, comme des politiques de sécurité. Encore faut-il pouvoir accéder aux données. Un écueil que la Gazette a rencontré, avec nos confrères du site owni.fr.

    Quelles est la répartition des forces de sécurité sur le territoire ? Quelle évolution connaît-elle, entre ses différentes composantes ? Le nombre de policiers municipaux, commune par commune, évolue-t-il au même rythme que le retrait des policiers nationaux ou des gendarmes ? Leur répartition correspond-elle aux niveaux de délinquance, au déploiement des caméras de vidéosurveillance ?
    Autant de questions que nous avons souhaité aborder, avec nos confrères du site owni.fr, pour obtenir une vision la plus objective d’un sujet qui fait l’objet, la plupart du temps, dans le débat public, de commentaires et argumentaires invérifiables.

    #open-data #sécurité #police #statistique #sources-ouvertes

    cc @fil


  • Mapping Mars with Open Planetary Data | MapBox

    cc @fil

    http://mapbox.com/blog/2012-08-26-mapping-mars

    Inspired by the Mars Curiosity rover, I set out to map Mars using all open source tools (like QGIS and TileMill) and open data. The results of these tools and awesome data are stunning. The first shows Mars as “the red planet,” and the second map uses a more divergent color ramp to show Mars’ topographical variation.
    The Red Planet

    You can explore Mars for yourself on the Mars open data mapping website I created. I’ll be updating it as I create new maps using awesome planetary open data.
    Mapping Mars

    My first step along the way was to install the USGS’s Integrated Software for Imagers and Spectrometers ISIS, a software library that makes it pretty convenient to obtain planetary DEM data in the ISIS 3 cube format, which GDAL supports. Thanks to USGS’ great documentation, it was easy to get started with ISIS.

    My next step was to use GDAL to generate the hillshades, color relief, and slope shading. I took advantage of the great guides we have for working with terrain data that we have in our Tilemill Docs section. To get a better idea about what my process looked like, check out the scripts here.

    The last step was to take the finished GeoTiffs into Tilemill to style them using the great new compositing features that Mapnik has.

    #espace #cartographie #mars #planètes #open-data #visualisation


  • Quand la #numérisation et l’#open-data se retournent contre les pauvres : Seeing Like a Geek — Crooked Timber
    http://crookedtimber.org/2012/06/25/seeing-like-a-geek

    the Dalit claim was sideswiped by a Tamil Nadu government program to standardize, digitize and centralize land records. The program, promoted by the World Bank as a pro-poor, pro-transparency initiative, was undertaken to capitalize on the boom in nearby Chennai. The absence of clear land titles made extensive land purchases time consuming and expensive, and this was a bottleneck to large-scale development projects. As part of the program, the Tamil Nadu government declared that the #digitized records would be the only evidence admissable in court for land claims, so the older records and less precise data that formed the basis of the Dalit claims lost any legal footing they had, and their claim was sunk.2

    A new generation of land developers grew up alongside the digitized records: firms with the skills and information to make efficient use of this new resource. These developers lobbied effectively for records and spatial data to be made open, and then used their advantages to displace smaller firms who, as Raman writes, “relied on their knowledge of local histories and relationships to assemble land for development”. The effects went far beyond the three-acre plot near Marakkanan: newly visible master plans became used as “the reference point to label legal and illegal spaces and as a justification for evicting the poor from their economic and residential spaces.” The “pro-poor” initiative turned out to be anything but.

    #pauvreté #développement #propriété #profit #informatique #cdp

    Development studies scholar Kevin Donovan12 sees similarities between open data efforts and the demands of the state as described in James Scott’s “Seeing Like a State”.13 Open standards and structured, machine-readable data are key parts of the open data programme.14 For Donovan this formalization and standardization is “far more value-laden than typically considered”. Open data programmes, like the state, seek to “make society legible through simplification”. Standardized data, like the state, “operate[s] over a multitude of communities and attempt[s] to eliminate cultural norms through standardization”. He writes:

    Eliminating illegibilty in this way reduces the public’s political autonomy because it enables powerful entities to act on a greater scale. Scott argued, ‘A thoroughly legible society eliminates local monopolies of information and creates a kind of national transparency through the uniformity of codes, identities, statistics, regulations and measures. At the same time it is likely to create new positional advantages for those at the apex who have the knowledge and access to easily decipher the new state-created format’

    Open data undermines the power of those who benefit from “the idiosyncracies and complexities of communities… Local residents [who] understand the complexity of their community due to prolonged exposure.”

    et en conclusion :

    Unfortunately the Open Data Movement demands that data be provided without borders and in a uniform way: machine processable, available to anyone, and license-free.21 It mandates non-discriminatory licensing, focuses on standards-based formats, and generally insists that data be accessible to rich and poor alike, like justice and the Ritz. It insists that any measures governments would like to take to favour—-for example—-non-commercial users or local users, be taken off the table. It strikes me as bizarre that this logic has gained such a significant hold among left-leaning digital enthusiasts that it has become orthodoxy.

    #geek_power


  • L’#open-data ouvre son portail officiel en France - LeMonde.fr
    http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/12/05/l-open-data-ouvre-son-portail-officiel-en-france_1613302_823448.html#xtor=RS

    Quelque 352 000 jeux de données fournis par 90 producteurs différents, du budget 2012 de l’État aux résultats des élections françaises en passant par « l’enseignement agricole dans le second degré » ou les chiffres annuels des accidents de la route. Voilà le genre d’informations que l’internaute peut trouver sur site d’"open-data", data.gouv.fr. Lancé lundi 5 décembre, ce « portail unique interministériel des données publiques » était le principal objectif de la mission Etalab, établi par un décret du premier ministre en février 2011.

    http://www.data.gouv.fr