• L’#Open_science au prisme de la #Commission_européenne

    Appuyée par diverses politiques publiques, la notion de science ouverte mobilise aujourd’hui de nombreuses initiatives visant à promouvoir de nouvelles pratiques, de nouveaux enjeux pour la recherche et la société en ouvrant très rarement le débat public de façon plus contradictoire sur ces conceptions, sur les visions et les représentations qui y sont associées.Un récent numéro de la Revue française des sciences de l’information et de la communication (Chartron & Schöpfel 2017) a rassemblé différentes contributions utiles pour ces débats. L’article d’Anne Clio et Sartita Albagi (2017) a tracé des repères généalogiques sur ce mouvement, relatant les pratiques pionnières de Jean-Claude Bradley, chimiste de l’Université de Drexel, initiant des “carnets de laboratoire publics” dans les années 1990. Bradley peut être considéré comme un initiateur d’une certaine science ouverte, il avait la conviction qu’il fallait, autant que possible, mettre toutes les recherches à la disposition du public,..…

    https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=ES_041_0177
    #édition_scientifique #UE #EU #Union_européenne #open_source

    • La notion de Science Ouverte dans l’Espace européen de la recherche

      Cet article analyse les prescriptions européennes en matière d’Open Science et évalue la mesure dans laquelle celles-ci contribuent à résoudre la contradiction qui leur préexiste entre les prescrits qui, au sein de l’Espace européen de la recherche, encouragent les chercheurs à ouvrir la démarche scientifique et les produits de la recherche à des parties prenantes extérieures, et ceux qui incitent à fonder les indicateurs de performance en matière de recherche sur les articles de revue savante internationale. A cet égard, la combinaison de la publication en #OA avec l’archivage d’une diversité de produits de la recherche sur des répertoires OA s’avère préférable au basculement unilatéral dans la voie dorée de l’OA, par le biais de « big deals » avec les #Majors.

      https://journals.openedition.org/rfsic/3241

  • LibreTaxi - free and open source Uber/Lyft alternative.
    https://libretaxi.org

    Free and open source alternative to Uber/Lyft connecting passengers and drivers.
    LibreTaxi makes ridesharing affordable by getting rid of the third party between passengers and drivers. Negotiate the price before the ride is confirmed, pay cash upon arrival. 1-minute hiring for all drivers.

    GitHub - ro31337/libretaxi: LibreTaxi, free and open source Uber/Lyft alternative to connect passengers and drivers.
    https://github.com/ro31337/libretaxi
    https://avatars0.githubusercontent.com/u/1477672?s=400&v=4

    LibreTaxi, free and open source Uber/Lyft alternative to connect passengers and drivers. http://libretaxi.org

    LibreTaxi press coverage – Telegraph
    https://telegra.ph/LibreTaxi-press-coverage-07-14

    Roman PushkinJuly 14, 2017
    CBC Radio One - The man who wants to out-Uber Uber

    Text: http://www.cbc.ca/radio/spark/346-biometrics-audio-intelligence-and-more-1.3987746/the-man-who-wants-to-out-uber-uber-1.3987987

    Audio: http://www.cbc.ca/player/play/879770691848
    Bitcoinist - INTERVIEW WITH LIBRETAXI: THE ‘FREE ALTERNATIVE’ TO LYFT & UBER http://bitcoinist.com/interview-libretaxi-free-uber-lyft
    Hacker News (1200+ pts) - LibreTaxi – A free and open source alternative to Uber and Lyft https://news.ycombinator.com/item?id=13529213
    Shareable - Q&A: LibreTaxi’s Roman Pushkin on Why He Made a Free, Open-Source Alternative to Uber and Lyft http://www.shareable.net/blog/qa-libretaxis-roman-pushkin-on-why-he-made-a-free-open-source-alternative
    Seeker - A Free Uber-Like App Finds Rides for People in Rural Areas https://www.seeker.com/a-free-uber-like-app-finds-rides-for-people-in-rural-areas-2242594637.html
    Core Impulse (Columbia University’s entrepreneurship publication) - LibreTaxi: Uber for Rural, Disadvantaged Communities https://impulse.coreatcu.com/libretaxi-an-uber-for-rural-disadvantaged-communities-657269849d31
    El País (the most highly circulated daily newspaper in Spain) - /Spanish/ Libre Taxi, o cómo convertirse en chófer en dos minutos gracias a Telegram https://elpais.com/tecnologia/2017/02/02/actualidad/1486029308_574979.html
    hipertextual - /Spanish/ LibreTaxi, entre Telegram y la más absoluta locura https://hipertextual.com/2017/02/libretaxi
    Product Hunt - Open source alternative to Uber/Lyft for Telegram https://www.producthunt.com/posts/libretaxi
    Observer - Uber But for Places Where Uber Would Never Go http://observer.com/2017/02/libretaxi-uber-ridesharing
    TechCrunch - /mentioned along with few other projects/ https://techcrunch.com/2017/06/30/google-org-blackrock-and-others-commit-2-2-million-to-fast-forwards-nonp
    Boingboing - Libretaxi: a free, open, cash-only alternative to Uber, for the rest of the world http://boingboing.net/2017/03/23/platform-cooperativism.html
    Hightech.fm - /Russian/ LibreTaxi — революция в сфере пассажирских перевозок https://hightech.fm/2017/02/08/libre-taxi
    Hightech.fm - /Russian/ LibreTaxi — это коммуникационная услуга, а не сервис такси https://hightech.fm/2017/06/21/libretaxi
    Silver Rain Radio - /Russian/ - Заказать такси теперь можно через Telegram

    Text: http://www.silver.ru/programms/nanonovosti/editions-of-the-program/materials-ZakazattaksitepermozhnocherezTelegram

    Audio: http://www2.silver.ru/audio/FADWW
    NTV - LibreTaxi /Russian/ Video: https://www.youtube.com/watch?v=NY9_Rxck3YE

    #Taxi #open_source #Uber #Vermittlung

  • Reprenons le contrôle de nos événements  ! #JoinMobilizon
    https://joinmobilizon.org/fr

    Chez Framasoft, nous souhaitons produire Mobilizon  : un logiciel libre qui permettra à des communautés de créer leurs propres espaces de publication d’événements, afin de mieux s’émanciper des géants du web. Nous voulons développer un commun numérique, que tout le monde pourra s’approprier, conçu dans le respect de la vie privée et de l’action militante.

    #framasoft #facebook #mobilizon #open_source

  • CERN Ditches Microsoft to ‘Take Back Control’ with Open Source Soft...
    https://diasp.eu/p/9208570

    CERN Ditches Microsoft to ‘Take Back Control’ with Open Source Software.... The European Organisation for Nuclear Research, better known as CERN, and also known as home of the Large Hadron Collider, has announced plans to migrate away from Microsoft products and on to open-source solutions where possible. Why? Increases in Microsoft license fees. Microsoft recently revoked the organisations status as an academic institution, instead pricing access to its services on users. This bumps the cost of various software licenses 10x, which is just too much for CERN’s budget. #CERN #Microsoft #Open_Source #Software #computer #technology #Switzerland #Geneva (...)

  • Pioneer-FreedomBox-HSK
    https://www.olimex.com/Products/OLinuXino/Home-Server/Pioneer-FreedomBox-HSK

    Pioneer-FreedomBox-HSK is a kit that includes all the hardware needed for launching a FreedomBox home server on an Olimex A20-OLinuXino-LIME2 board. The Pioneer Edition #FreedomBox Home Server is the first commercially available version of FreedomBox. This product provides the perfect combination of #open_source_hardware and free and open source
    software. By purchasing this product, you also support the FreedomBox Foundation’s efforts to create and promote its free and open source server software.

    #Logiciel_Libre

    https://github.com/OLIMEX/OLINUXINO/blob/master/HARDWARE/A20-OLinuXino-LIME2/A20-OLinuXino-Lime2_Rev_G2.pdf

    https://github.com/OLIMEX/OLINUXINO

    #Open_Hardware

  • NumWorks - La première calculatrice graphique avec Python
    https://www.numworks.com/fr

    Cette calculatrice scientifique est open source (hardware & software https://github.com/numworks/epsilon), programmable en python (qui semble au programme des lycéens).

    Le genre de truc qui m’aurait bien plu dans ma lointaine jeunesse. De plus existe une version simulée (gratuite) sur android ou iphone, et même sur navigateur : https://www.numworks.com/fr/simulateur

    #calculatrice_scientifique #numworks #open_source

    Les plus téméraires installent dessus un émulateur NES (il doit y avoir des cours moins intéressants que d’autres !).

  • #Adobe menace ses clients

    reçu ce jour :

    Cher client,
    Adobe s’efforce d’offrir toujours plus d’avantages à ses clients, notamment en déployant les nouvelles fonctionnalités les plus attendues, des correctifs majeurs et des mises à niveau de sécurité. Pour cette raison, nous recommandons à l’ensemble de nos clients d’utiliser la dernière version des applications Creative Cloud.
    Nous avons récemment mis fin au support d’anciennes versions des applications Creative Cloud. Par conséquent, en vertu des dispositions du contrat qui nous lie mutuellement, vous n’êtes plus autorisé à utiliser ces versions. Compte tenu des préférences que vous avez définies, nous ne sommes pas en mesure de voir si vous utilisez l’une de ces versions.
    *Sachez qu’en utilisant des versions non autorisées, vous vous exposez à une plainte pour contrefaçon de droits de tiers.*
    Nous vous invitons à passer à la dernière version de ces applications en suivant les instructions fournies ci-dessous. En procédant à cette mise à jour, vous continuerez de bénéficier de tous les avantages de Creative Cloud.

    #sans_déconner

    • Une étudiante dans une école d’arts graphiques de ma connaissance s’est vue obligée, à tarif préférentiel mais quand même faut raquer, de prendre toute la suite Adobe.
      Pas question de leur apprendre à être autonomes avec leurs outils, genre Gimp, sous prétexte que c’est une école professionnalisante. Entendez par là que si le monde pro utilise Phshp alors faut savoir se servir de ça et de rien d’autres.
      Ça me fait penser à une location avantageuse de moissonneuse qui fabrique des bottes géantes qui t’obligent à acheter un grand hangar pour pailler tes vaches mais … à la reprendre les années suivantes, mais plus cher hein, quand même.

      #libertés

    • @touti pour avoir largement pratiqué les deux (et devoir quotidiennement travailler sur un logiciel graphique depuis mon premier amiga, aaah, mon Deluxe paint !), il n’y a pas que des différences de marché qui imposent PsP contre Gimp. Faut pas trop déconner non plus.
      Qu’on oblige qui que ce soit à raquer pour ça est un autre problème, scandaleux sans aucun doute, oui (et se taper toute la suite Adobe franchement dégueulasse si on ne veut qu’un logiciel graphique, c’est de la subordination de vente et c’est interdit par le code français du commerce, aux alentours de l’article L113 si ma mémoire est bonne mais y’a forcément des juristes plus pointus que moi ici !), mais faire croire qu’on peut indifféremment faire un travail complet sur l’un ou l’autre logiciel est une blague. Si tu dis ça à ton amie étudiante, tu lui vends des tas d’obstacles au travail pour une promesse de bonheur et c’est nul.

    • C’est marrant @l_l_de_mars parce que GIMP je m’en sers professionnellement et j’ouvre même des psd dedans (oulala). Certes, le passage a été long, mais je me fais pas chier à payer un truc qui fait l’équivalent de ce que je veux, c’est pas la technique qui commande, c’est mon cerveau. Et du travail graphique j’en ai fait sur PC en lançant les programmes depuis MSDOS et sur Silicon Graphics nanana Donc dire que je déconne ou que je mens est pure calomnie !

      Ce que je dénonce c’est la politique d’#hégémonie d’Adobe ou d’autres qui sont de le même veine. Forcer des débutants à commencer sur un logiciel c’est s’accaparer leurs cerveaux en leur faisant croire qu’ils ne peuvent faire qu’avec ce truc et pas un autre.
      #guerre_culturelle

    • Pareil que @touti : graphisme pro 100% Linux depuis 14 ans.

      Oui, il faut désapprendre les logiciels propriétaires, mais en fait, depuis 14 ans que je suis sous Linux, je me démerde avec des tas de logiciels différents et je n’ai plus de soucis d’adaptation. En gros, c’est toujours plus ou moins la même chose et même en pro, on utilise quoi d’un logiciel, au final ? 15-20% des possibilités, en usage intensif.

      Non, le souci, c’est le confort de l’habitude.

    • je vais me faire adorer sur Seenthis et chez tous mes proches libristes....
      Bon.
      @touti @monolecte si vous en êtes persuadés, libre à vous. J’ai aucune raison d’essayer de vous convaincre d’un truc qui n’engage que vos pratiques, vos exigences, vos objectifs et l’adaptation à vos usages des performances et des limite d’un outil. Le telos, pour moi, ce n’est pas le bien , mais la rigoureuse capacité d’un outil à se faire oublier devant mes exigences. Et l’intelligence qui en a guidé l’organisation, la prise en main, la fluidité des solutions proposées, et son aptitude à proposer plusieurs voies pour le même problème.

      c’est pas la technique qui commande, c’est mon cerveau

      est une déclaration qui rencontre assez vite ses limites

      Comme on ne peut pas passer dix heures ici à comparer ce que nous foutons réellement, matériellement (on parle de processus de travail, d’efficacité, d’intelligence ergologique bien plus que de performances éventuelle des productions comme caractères elles-mêmes) comme objets plastiques dans différents domaines de l’image fixe et animés et les moyens que nous offrent les différents logiciels pour y parvenir sans se confronter matériellement aux problèmes posés dans tous les détails, que dire ? Pas grand chose d’autre que : si ça vous convient, parfait.
      Ce qu’il faudrait faire un jour, si on veut causer sérieusement des problèmes de ce genre - que je rencontre régulièrement dans ma sphère politique ou l’éthique aveugle les autres champs trop régulièrement -, point par point, problème par problème, dans une chaine graphique, c’est de tester, en double, avec un objectif complet et complexe, les deux logiciels.
      Je n’ai pu le faire que seul en testant les deux bidules (ce qui implique l’abandon d’une précision nécessaire de mesure du TEMPS, notion essentielle dans un chaîne de travail), dans toutes sortes de version (je couple psp avec le Painter de Corel pour certains détails). Je me suis beaucoup fatigué à ce jeu et j’ai laissé tomber Gimp au bout de ? Je sais plus. Bref, j’ai laissé tomber. Et je n’en conseille jamais l’usage à qui que ce soit. Tant pis.
      Rapidement, je dirais que PSp a l’air d’avoir été pensé par des usagers (graphistes, plasticiens) et gimp par des concepteurs de logiciel qui voulaient faire un outil concurrentiel libre sans en avoir eux mêmes besoin. Les différentes versions, pas à pas, pallient des problèmes qui n’auraient jamais vus le jour sans un manque criant de nécessité de ce logiciel par ses concepteurs même. A chaque fois que j’ai vu Gimp avancer dans son histoire, c’est en intégrant des outils de psp plus tard, et plus ou moins bien.
      Je n’ai aucun problème d’adaptation, aucune sorte d’habitude, quand je rencontre un logiciel mieux conçu qu’un autre, je change sans vergogne (j’ai passé ma vie à changer de logiciel de montage video, sautant de l’un à l’autre au gré des versions quand ça avait du sens. Je fais la même chose musicalement, qu’il s’agisse de logiciels de compos, de montage sonore, de modulaires ou de sculpture sonore. Je suis infidèle absolument).

      Que Adobe soit hégémonique de façon brutale, oui, c’est un fait, c’est au-delà de déplaisant, je me suis même beaucoup) agacé de les voir racheter des outils de macromedia en n’en faisant rien d’intéressant ou de se lancer dans la PAO sans aucune forme d’imagination logicielle ; et la version cloud, cette conception même de l’outillage et des usages, me dégoûte absolument ; en termes de subordination totale de l’usager à une mainmise technique unilatérale, on peu difficilement faire mieux que cette location.
      Ceci ne me rend pas aveugle aux faiblesses de Gimp.
      Donc, qu’ai je fait ? rien que pour psp, un dual boot pour le linux des camarades que je forme pour l’affiche ou d’autres trucs, c’est la solution que nous avons choisie.

    • L’occasion d’avouer que moi non plus que je n’ai jamais réussi à travailler avec Gimp. Même impression, comme L.L., d’être face à un logiciel développé par des codeurs, pas par des usagers graphistes.

      Depuis une grosse année, en revanche, j’ai totalement basculé sur Affinity Photo et Affinity Designer. Pour le coup, c’est la première fois que j’arrive à abandonner Photoshop et Illustrator. Alors certes je ne suis plus le gros utilisateur que j’étais avec ces logiciels quand je faisais du print, mais tout de même j’ai mes habitudes et des besoins précis, et c’est la première fois que je m’en sors complètement dans Photoshop et Illustrator.

      Alors c’est pas du libre. Mais le modèle économique est largement plus raisonnable qu’Adobe, vu que c’est 55€ une bonne fois pour toute pour chaque logiciel, c’est quand même pas cher vu la qualité des bouzins.

      Accessoirement les deux existent aussi sur iPad (attention : c’est un nouvel achat de 22€ pour les versions iOS), ça peut être intéressant pour profiter de la qualité d’un écran haute définition, et éventuellement pour l’usage du crayon.

      Par ailleurs je teste la bêta de leur « Affinity Publisher », qui concurrencera InDesign. Pour l’instant c’est très prometteur ; pas encore utilisable en production (notamment : pas encore d’images ancrées), mais je suis assez confiant dans le fait que pour moi ça fera l’affaire (surtout que je ne fais plus de livres de 256 pages pour mon boulot…).

      Ah si, le gros manque : ça ne gère pas les textes en arabe. (Mais essaie de faire de l’arabe avec les versions usuelles de Photoshop et Illustrator, tu vas rigoler.)

    • Dans tous les cas, je n’ai jamais considéré ni Psp ni Gimp comme des logiciels répondant à mes exigences de facilité et de convivialité d’interfaces. Ça c’est un peu amélioré quand les codeurs ont arrêté de croire qu’ils étaient de supers créateurs et lâchés un peu de leur superbe pour développer avec celleux pour qui étaient destinés les applications.
      En sortant des Beaux-arts, j’ai passé beaucoup d’années à tester des interfaces pour que les codeurs les modifient, au début avec la DP422, Harry puis Matador puis chez Duboi … J’ai pratiqué différents logiciels visuels pour des effets spéciaux cinéma mais pas que, j’ai dû me reformer une vingtaine de fois, voire plus. Je suis passée des effets vidéos/télé/cinéma au … web, par nécessité mentale et politique. J’en ai eu ras le bol du turnover de l’ultra libéralisme et des productions de merde qui méprisent l’humain. Nous sommes devenus des presses boutons interchangeables (surtout avec un plafond de béton pour les femmes) qui font toujours la même chose mais avec des interfaces différentes. A part sur les effets spéciaux en image mouvement 3D de matières comme la foule etc, je ne vois pas où se situe le progrès. La technique a mis au pas les jeunes dingues d’informatique sans aucune réflexion sur ce qu’ils produisaient. On a fini par fabriquer des images au mètre en mettant dehors les vieux qui savaient ce qu’était le montage d’un film, une marchandisation complète, avant de mettre les jeunes dehors pour en prendre des moins chers. Donc j’ai beaucoup de raisons pour m’être éloigné du processus industriel de la « création », ça ne m’intéresse plus.

      Cependant, je trouve que les outils graphiques peinent à intégrer des trucs du web qui sont intuitifs et assez géniaux comme la css ou la gestion global des couleurs. (A moins que Psp le fasse aujourd’hui ?) Et l’inverse est aussi valable, on attend des variables css faciles à utiliser pour les courbes ou le mouvement par exemple.

      @l_l_de_mars Le libre n’est pas donné à tous c’est une question d’habitude, et l’habitude est liée à ce qu’on met dans sa notion de liberté. Si ta notion du confort passe avant tes idées éthiques et politiques, libre à toi d’utiliser Psp, mais arrête de t’exprimer de façon méprisante pour toutes celleux qui ne font pas comme toi.

    • @touti @

      Si ta notion du confort passe avant tes idées éthiques

      travailler avec les bons outils = confort ?
      on n’a pas du tout la même conception du travail :
      si mes camarades fabriquaient des meuleuses de merde avec leurs petits doigts communistes d’amour, j’irais quand même meuler avec ce que j’estime être le meilleur outil en me le procurant dans un magasin (j’ai le même rapport politique que @philippe_de_jonckheere à l’appropriation, le prix de la meuleuse n’est donc pas un critère).

      Le libre est donné à tous depuis un bon moment, j’ai familiarisé sans peine ma vieille maman (75 ans) avec Ubuntu parce qu’elle voulait voir ce que c’était « le libre » (parce qu’elle m’entend parler du copyleft depuis 20 ans). C’est donc pas le problème.
      Essayé aussi Scribus pour monter une plaquette en urgence avec des camarades pour une manif. J’ai envoyé tout chier à la fin de la journée par ce que le temps començait à manquer, pour tout refaire illico et correctement avec Xpress (ça aurait pu être indesign, ça n’a pas d’importance, ils ont tous les deux de gros défauts) en disant au camarade qui voulait absolument faire ça en libre au début qu’il pouvait bien le faire tout seul si vraiment il voulait s’acharner : à chaque question que je lui posais pour avancer, il me disait : je sais pas si on peut faire ça.
      Je veux bien admettre qu’il était pas le meilleur maquettiste du monde, mais j’ai jamais eu besoin de cinq heures pour prendre en main un logiciel de texte. Si celui-ci avait été conçu par des maquettistes, des typographes, conscients des besoins et des usages, ça aurait surement été différent.

      et politiques, libre à toi d’utiliser Psp, mais arrête de t’exprimer de façon méprisante pour toutes celleux qui ne font pas comme toi.

      désolé pour mon ton. Je te méprise pas. Quand je dis à quelqu’un « fais ce que tu veux », je veux dire « fais ce que tu veux ». Pas d’implicite là-dedans. J’ai peut-être pas les rondeurs qu’il faut à l’écrit, mais c’est bien pire à l’oral.

      « il en a décidé ainsi »
      Sénèque
      (moment désabusé et assez drôle chez lui où il établit la limite au champ d’action bienveillantes des uns envers les autres)

      ni plus, ni moins

    • Je travaille sur la suite Adobe 5.5 et je fais de la résistance pour ne pas passer au cloud (et malgré l’insistance d’un client qui préfèrerait). Cela me contraint à ne pas aller au-delà de la version 10.12 de mac sinon ça merdouille (d’après ce que j’ai lu à propos de la compatibilité adobe/mac). @arno je me suis bien emmerdé avec illustrator pour insérer un texte arabe sur une carte. Et sinon j’attends avec impatience que le logiciel de mise en page d’Affinity soit au point pour passer à Affinity.

    • Sinon, sur les raisons du courrier d’Adobe, l’explication qui circule (non confirmée officiellement donc), c’est qu’ils ont un procès avec Dolby, qui les poursuit pour une histoire de propriété intellectuelle et de violation de contrat :
      https://www.macrumors.com/2019/05/13/adobe-creative-cloud-legal-action-older-apps

      In a statement to AppleInsider, Adobe said that it could not comment on the third-party infringement issue because it “concerns ongoing litigation.”

      Adobe recently discontinued certain older versions of Creative Cloud applications. Customers using those versions have been notified that they are no longer licensed to use them and were provided guidance on how to upgrade to the latest authorized versions.

      Unfortunately, customers who continue to use or deploy older, unauthorized versions of Creative Cloud may face potential claims of infringement by third parties. We cannot comment on claims of third-party infringement, as it concerns ongoing litigation.

      Adobe is in the midst of a lawsuit with Dolby and has accused Adobe of copyright infringement and breach of contract, which could be the reason why past versions of Creative Cloud apps are now restricted.

    • Pour le coup, autant je suis carrément dans le camp des voleurs de logiciels propriétaires, autant je sais que Scribus (que j’ai pratiqué moi même avec douleur) a été utilisé par les créateurs du Tigre pendant toute son existence ce qui laisse penser qu’on peut faire de belles choses avec…

    • @baroug c’est beau l’abnégation
      je suis très admiratif
      je sais aussi qu’en passant dix fois plus de temps sur tout, je suis capable d’obtenir avec Gimp ce que j’obtiens avec psp (j’ai déjà du faire des planches avec des pinceaux hypo merdiques, en prenant un temps fou, dans des conditions où je pouvais pas faire autrement. J’ai pas décidé pour autant que j’allais renoncer à vie aux poils de martre Isabey à partir de là).
      tu me croiras si tu veux : j’ai trouvé aucune raison de faire un truc aussi fou de ma vie et de mon temps !
      le point sur lequel, franchement, j’achoppais depuis le début, c’est moins une guerre de position personnelle que le rapport à l’enseignement, aux conseils, etc. Conseiller des outils moyens en prétendant qu’ils en valent des bons, c’est vraiment nul. Je peux tout-à fait imaginer que des étudiants, des stagiaires, des potes qui commencent un travail, me demandent s’il existe des outils libres pour tel ou tel truc. Je leur parlerai de Gimp, mais je leur ferai pas croire qu’ils auront entre les mains un outil aussi intelligemment conçu et efficace que psp, parce que c’est simplement faux. Un de mes chers amis libristes, dont le principal travail une grande partie de vie (il fait autre chose depuis 4 ans, peut-être que des trucs ont bougé) aura été de former les gens sur des outils videos libres ne leur prétend jamais qu’ils ont l’équivalent du dernier Première ou Final cut. Il commençait toujours par évoquer la balance éthique / performance sans barguigner.

    • Creative Cloud : Adobe intime à ses clients de ne plus utiliser d’anciennes versions de leurs apps | MacGeneration
      https://www.macg.co/logiciels/2019/05/creative-cloud-adobe-intime-ses-clients-de-ne-plus-utiliser-danciennes-versions

      Adobe ne précise pas qui est le « tiers » qui est susceptible de prendre des recours à l’encontre de ces abonnés. Il s’agit peut-être de Dolby, qui a intenté un procès à Adobe aux États-Unis en mars pour « violation de copyright et rupture de contrat ».
      Dolby reproche à l’éditeur de ne pas lui permettre de vérifier le nombre de personnes utilisant les applications du Creative Cloud incluant des technologies Dolby. Or, le montant des licences payé par Adobe à Dolby est calculé en fonction de ce nombre d’utilisateurs.

      Une autre interprétation,…

      Adobe Creative Cloud is turning into a big legal mess - SlashGear
      https://www.slashgear.com/adobe-creative-cloud-is-turning-into-a-big-legal-mess-13576505

      In short, Dolby is suing Adobe and Adobe is now warning users they might be sued by someone like Dolby in turn. It’s plausible but almost unlikely that the most recent version of Adobe CC software no longer includes Dolby-licensed technologies. It is more likely to be using vague legal threats to “convince” users to move up the subscription ladder and pay for the guarantee not to be sued by unnamed third-parties.

    • j’ai trouvé aucune raison de faire un truc aussi fou de ma vie et de mon temps !

      Je pense que dans le cas de Laetitia Bianchi et Raphaël Metz, 15 ans d’utilisation quotidienne en a fait des expert qui auraient probablement du mal à aller à la même vitesse sous indesign ou autre. Aucun doute que Gimp est moins bien foutu que Photoshop, et que c’est valable pour beaucoup de couples proprio-libres, mais il est encore plus certain que l’habitude et l’usage sont premiers, dans l’appréhension d’un logiciel.

    • Conseiller des outils moyens en prétendant qu’ils en valent des bons, c’est vraiment nul. Je peux tout-à fait imaginer que des étudiants, des stagiaires, des potes qui commencent un travail, me demandent s’il existe des outils libres pour tel ou tel truc. Je leur parlerai de Gimp, mais je leur ferai pas croire qu’ils auront entre les mains un outil aussi intelligemment conçu et efficace que psp, parce que c’est simplement faux.

      Comme je suis vraiment nulle, je ne vois pas bien l’intérêt de discuter avec quelqu’un adepte des procès d’intention et du mépris.
      Avec une optique centrée sur un usage purement technique quand je parle d’autonomie et d’outils libres, on risque pas d’aller loin.

      Et ça me fait bien rire que grâce à ta grande magnanimité tu parles de Gimp à un·e quelconque débutant·e. Je doute qu’ille ait encore envie d’essayer Gimp après une telle présentation. Tu as gagné le premier prix de vendeur de moissonneuse batteuse à grandes bottes @l_l_de_mars !

    • @baroug tu sais avec quoi ils composaient « R de réel » ?
      @touti l’un n’est pas censé empêcher l’autre. Si la construction, la création, la culture ou l’élevage éthiquement pensé étaient accompagnés d’un médiocrité générale du résultat, quel serait le sens de tout ça ? Il se trouve que la plupart des réalisations collectives dont je suis entouré sons supérieures à leur équivalent industriel, marchand. Et que je ne doute pas que c’est la meilleure des motivations pour arrêter de s’encombrer de saloperies.
      Ce n’est pas le cas pour ce logiciel. s’arque bouter à des réalisations médiocres sous le prétexte qu’elles sont faites selon l’éthique (à définir), c’est quoi le sens ? Je vois pas.

      Quand une chorale amateur, sous le prétexte même de son amateurisme, n’a pas l’ambition de se placer à la hauteur des exigences des chorales dites professionnelles (à définir) , tu crois que je vais aller me faire chier deux heures à l’écouter ? Sachant que je dois des grands bouleversements à des chœurs baroques amateurs, je n’ai aucune espèce d’indulgence ou de sympathie pour celles qui , médiocres, se réfugient derrière leur bon cœur, leur bonne volonté, pour massacrer ce qu’ils chantent.
      Je suis fatigué des dessins merdiques qu’on doit trouver cool sur un affiche parce qu’elle est faite bénévolement par un pote qui l’a mis sous copyleft ; j’en ai ras la couenne des repas végans insipides et sinistres des cantines camarades qu’on doit trouver chouettes parce que l’équipe de bénévoles du jour les ont préparés selon les belles règles éthiques sans jamais se soucier de ce truc qu’on appelle la cuisine. Faire libre n’interdit pas de faire bien.
      C’est un procès d’intention, ça ? c’est tout ce que tu as trouvé pour te débarrasser du problème posé par l’angle mort d’une grande quantité de nos productions si éthiques qu’elles oublient d’être autre chose ?

    • Oui c’est un procès d’intention dès lors que tu inventes un discours que je n’ai jamais tenu.

      Donc maintenant pour toi le libre interdirait de faire bien. Dès lors qu’il y’a du libre, c’est ridicule et c’est un effet de mode d’ignorants prétentieux ? Oulala, c’est facile de taper sur les 0,1% de personnes qui en ont entendu parlé un jour, s’y sont intéressés et ont décidé d’essayer de s’y investir parce que le système marchand les révulse. Bon, certes ils n’ont pas fait non plus d’école de graphisme, ni étudiés la sémiologie, ni lu Deleuze et ont pas le fric non plus pour se payer psp, alors ils bidouillent des trucs pas toujours avec bonheur pour toi qui sait.

      Il y a bien autant de merdes faites avec psp qu’avec Gimp, rassure toi. Le monde regorge de personnes qui ont de la merde dans les yeux et pensent qu’en achetant Psp ils vont devenir graphistes, le numérique c’est magique, mais non. J’ai justement un gars qui vient de péter le travail d’un graphiste en recentrant tout, aahh la symétrie du débutant quel horreur, et en ajoutant un fond gris atroce, c’est nul à chier, mais il est très fier de lui. Dans ces cas là, je suis très circonspecte sur mon jugement et je cherche à comprendre ce qui motive un tel manque de discernement. Et là, c’est clairement pas une question d’outil, c’est culturel, un manque flagrant d’éducation à l’image et une culture de la toute puissance de l’égo qui prime sur tout. Ouvrir les yeux et savoir utiliser des mots pour apprendre, ne serait-ce qu’à distinguer formes couleurs et signifiants c’est pas du tout vers quoi notre société de paillettes se dirige.
      Justement, dans cette école de graphisme dont je parlais, ils sont même pas foutu d’avoir une bibliothèque de références. Résultat : des horreurs scolairement bien faites qui sont accrochés aux expos de l’école et qui me dépriment totalement, quel ennui. Rien à voir avec une histoire de logiciel, juste un regard étroit noyé de pubs.

      Bref, noyer le poisson du libre au milieu des alternatifs c’est facile, comme de taper sur ceux qui font autrement, je me demandais même quand les vegans allaient y avoir droit eux aussi. Et hop, voila, on est arrivé au #point_vegan.
      Prendre le risque de tenter de nouvelles recettes c’est très courageux même si c’est raté, c’est comme ça que je considère les capacités d’invention, au moins au départ, dans le chaos, le raté, l’essai.
      Mais comme je suis fière d’avoir régalé des potes qui détestaient le tofu, j’estime que peu importe la casserole pourvu qu’on ait le sens du goût !

    • @touti

      Donc maintenant pour toi le libre interdirait de faire bien.

       ?????

      Lis moins vite, ce sera pas plus mal.

      Bref, noyer le poisson du libre au milieu des alternatifs c’est facile, comme de taper sur ceux qui font autrement, je me demandais même quand les vegans allaient y avoir droit eux aussi. Et hop, voila, on est arrivé au #point_vegan.

      essaie de ne pas imaginer les gens qui te parlent :
      j’étais hier à la cantine de la mg pour le enième repas végan, suivant une rencontre avec Pierre Madelin. Repas plus soucieux de son éthique que du reste. Je n’en peux plus de bouffer de cette façon (et je me refuse, comme je le disais très clairement en égrenant les conséquences d’un tel mode de pensée, à vivre de cette façon).

      Je parle de ce que j’affronte tous les jours dans ma vie politique depuis des années. Fin de la conversation pour moi. Je suis pas ton homme de paille. Le mépris vient effectivement de commencer. Salut.

    • @baroug tu sais avec quoi ils composaient « R de réel » ?

      Je ne suis pas sur quils étaient deja sur scribus à l’epoque, le logiciel n’etait pas encore au point et eux peut-être pas encore dans cette demarche la ; il me semble qu’ils en parlent quelque part mais je serais bien incapable de dire ou...

    • @baroug je suis même sûr du contraire ; Scribus, si j’en crois la fiche wpedia est créé en 2003. « R de Réel », c’est 2000/2004. J’ai jamais causé de ça avec eux, et je les ai perdus de vue depuis quelques temps. Je me demande sur quoi ils composaient. Je vais fouiner dans la bibliothèque, c’est peut-être écrit dans les numéros.

    • Juste quelques remarques :
      La dernière fois que tu as essayé d’utiliser Gimp pendant plus de 5 minutes, c’était quand ?
      C’est quoi au juste pour toi, un Pro (avé la majuscule) ?
      Penses-tu que les mêmes gus, sympa par ailleurs, qui font des trucs faiblards avec Gimp feraient mieux avec PS ?
      Je suppose que tu apprécies les livres, tutos, stages et autres moyens de formation professionnelle où on t’explique que pour éclaircir une image, il faut appuyer sur Contrl M (Pomme M pour les Vrais Pros), puis cliquer sur l’icône ☉ en bas à droite ? (mais Adobe travaille sur l’intelligence artificielle, ne t’inquiète !)

    • Oui c’est un procès d’intention dès lors que tu inventes un discours que je n’ai jamais tenu.

      Donc maintenant pour toi le libre interdirait de faire bien.

      Il ne me semble pas avoir lu ça (donc procès d’intention juste après avoir critiqué un procès d’intention ?).

      Il a été dit que le libre/éthique/mon-bord-politique n’est pas garant de faire bien, mais à aucun moment ça ne dit que ça peut jamais être bien. Il ne me semble pas que ce soit la même chose.

      De fait, la description de Gimp loin plus haut n’est pas une supposition, quand on a suivi un peu l’histoire de Gimp c’est très exactement ça : ça n’a jamais été conçu en étant piloté par les vrais utilisateurs finaux, mais pas deux développeurs. Et effectivement aussi la plupart des mises à jour ont été de corriger des problèmes justement dû parce que pas conçu par les utilisateurs ou pour ajouter des copies de fonctions de PSP longtemps (très longtemps, des années) plus tard.

      Après c’est totalement normal hein : Gimp c’est genre… UNE personne qui le maintient ou presque (et oui : c’est ça souvent le logiciel libre, même chez les gros trucs connus). Et en face c’est des centaines de gens avec des milliards de dollars. On peut pas faire des miracles non plus… et en fait c’est même un miracle tout ce que ça sait déjà bien faire avec si peu de moyens réels.

      Sur les logiciels (libres) que je produis moi, je râle quand l’ergonomie est pourrie, et qu’on n’a pas le temps/les moyens de l’améliorer, alors c’est logique que j’ai le même regard sur les problèmes ergonomiques pour les autres logiciels. Le fait de comprendre les raisons n’empêchent pas que factuellement ya toujours ces soucis ergonomiques.

      Donc suivant la quantité de choses qu’on a à faire dessus, bah c’est comme réparer un vélo avec des outils en plastique quoi : c’est vite relou. :D

      J’en connais qui persiste hein (wink wink). Mais je comprends qu’on cherche (sans forcément vouloir rester sur Adobe !) à utiliser un truc plus agréable au quotidien, Affinity ou autre.

    • @innomine1 je comprends pas la langue que tu parles, désolé. Je suppose que c’est l’ironie, mais je pratique pas assez souvent pour la conversation courante
      @rastapopoulos

      Sur les logiciels (libres) que je produis moi, je râle quand l’ergonomie est pourrie, et qu’on n’a pas le temps/les moyens de l’améliorer, alors c’est logique que j’ai le même regard sur les problèmes ergonomiques pour les autres logiciels. Le fait de comprendre les raisons n’empêchent pas que factuellement ya toujours ces soucis ergonomiques.

      si tu bosses sur des logiciels sons, images, pao, je peux bétatester si tu veux. Et si t’as besoin de peaufiner des interfaces graphiques, je peux donner un coup de main de temps en temps.

    • ah d’accord @arno & @simplicissimus [edited] — merci pour l’info c’est encore plus intéressant : Adobe a (putativement) volé un brevet à Dolby et l’a vendu (cher) à ses clients — et comme ça leur retombe sur le coin du nez, il explique que oui mais non, c’est les utilisateurs en fait qui sont coupables : tous des receleurs de propriété intellectuelle volée ! Si on appliquait la jurisprudence TPB il faudrait faire fermer Adobe.

    • Ca fait 3 fois que je rédige un truc. Et que je passe à autre chose parce que je sais que ça ne sert pas à grand’chose.

      J’ai arrêté de me poser la question de la qualité de PS le jour où j’ai cessé de vouloir à tout prix l’installer. Depuis, j’installe Gimp, parce que ça prend 3 minutes, et j’utilise Gimp, parce que finalement, quand je retombe sur PS, je me demande comment il faut faire ceci ou cela, comme ça me le faisait à l’époque où je ne savais pas utiliser Gimp. Ca a déjà été dit, mais un outil complexe, quoi qu’on en dise, ça reste toujours complexe, et voir des trésors d’ergonomie dans le fait de l’avoir comprise n’est pas forcément la bonne explication.

      Après, impossible de nier qu’un artisan maîtrisant ses outils, ça ne sert à rien de tenter de le convaincre d’en changer par l’argument qu’il finance le diable en utilisant ces outils particulier. La morale vs le gagne-pain, c’est pas forcément très efficient comme arbitrage. On le comprend bien. On peut le comprendre. Vraiment. Enfin je le comprends.

      N’empêche que personnellement, ça me va bien de ne pas leur filer un centime, à ces parasites. Ils nous ont fait de super outils à une époque, on est d’accord. Mais ils vivent désormais sur une méga-rente, quoi qu’on en dise, et je suis très keynésien (ce qui est très très très raisonnable, relativement à d’autres économistes), c’est à dire que de mon point de vue, si l’argent qui rentre n’est pas redistribué, c’est de la rente, et comme tout le monde le sait... « il faut euthanasier les rentiers », comme le disait, donc, Keynes.

  • google webfonts helper
    https://google-webfonts-helper.herokuapp.com/fonts

    Une appli web offrant une interface pour récupérer simplement les fichiers de polices de Google Web Font à intégrer dans un site en local (on évite l’utilisation de ces polices en chargement depuis chez Big Brother pour cause de tracking) : configurable, téléchargement des fichiers + code CSS @font-face à utiliser

    Peut aussi s’utiliser via une API : cf https://github.com/majodev/google-webfonts-helper#rest-api

    #web_dev #google_font #police #web_font #font-face #open_source #SPIP

  • Le Contrat Social de Decidim : vers des logiciels libres « à mission » ? | Calimaq
    https://scinfolex.com/2019/05/09/le-contrat-social-de-decidim-vers-des-logiciels-libres-a-mission

    On a beaucoup parlé ces dernières années de Decidim (« Nous décidons » en catalan), une plateforme de démocratie participative mise en place par la municipalité de Barcelone depuis 2017. Comme l’explique Yochai Benkler, le projet Decidim constitue un remarquable exemple de Partenariat Public-Commun dans lequel un acteur public a choisi de développer une ressource dans un esprit de réciprocité afin que d’autres entités, qu’il s’agisse de collectivités ou d’organisations de la société civile, puissent s’en saisir, se l’approprier et participer à son développement : Source : : : S.I.Lex : :

  • Mozilla lance Fluent 1.0 pour révolutionner la localisation des logiciels
    https://blog.mozilla.org/press-fr/2019/04/17/mozilla-lance-fluent-1-0-pour-revolutionner-la-localisation-des-logici

    Mozilla propose en open source un système évolué de traduction ("localisation") des chaînes de langue d’un logiciel/d’une appli web :

    Fluent permet de s’adapter à la grammaire et au style d’autres langues, indépendamment de la langue source. Cela permet aux développeurs d’écrire du code agnostique du langage et aux localisateurs de réaliser des traductions naturelles plus rapidement et plus facilement.

    Système basé sur des fichiers au format FTL :

    FTL is a localization file format used for describing translation resources. FTL stands for Fluent Translation List.
    FTL is designed to be simple to read, but at the same time allows to represent complex concepts from natural languages like gender, plurals, conjugations, and others.

    Quelques ressources pour Fluent :
    – la page du projet Fluent : https://projectfluent.org
    – le guide de l’utilisateur de Fluent : https://projectfluent.org/fluent/guide
    – un exemple d’implémentation pour javascript : https://github.com/projectfluent/fluent.js

    Il ne semble (malheureusement) pas (encore ?) exister d’implémentation PHP...

    En parallèle pour simplifier le boulot des traducteurs.trices Mozilla propose un outil WYSIWYG de gestion des traductions : Pontoon
    – présentation de Pontoon : https://developer.mozilla.org/fr/docs/Mozilla/Localization/Localiser_avec_Pontoon
    – un bac à sable pour prendre en main/tester Pontoon : https://pontoon.mozilla.org/fr/tutorial/playground/?string=189479
    – intégrer Pontoon à un projet : https://developer.mozilla.org/fr/docs/Mozilla/Implementer_Pontoon_sur_un_projet_Mozilla
    – la doc officielle (en anglais) : https://mozilla-pontoon.readthedocs.io/en/latest

    #traduction #localisation #fluent #pontoon #mozilla #open_source #SPIP

  • B612 – The #font family
    https://b612-font.com

    In 2010, Airbus initiated a research collaboration with ENAC and Université de Toulouse III on a prospective study to define and validate an “Aeronautical Font”: the challenge was to improve the display of information on the cockpit screens, in particular in terms of legibility and comfort of reading, and to optimize the overall homogeneity of the cockpit.

    2 years later, Airbus came to find Intactile DESIGN to work on the design of the eight typographic variants of the font. This one, baptized B612 in reference to the imaginary asteroid of the aviator Saint‑Exupéry, benefited from a complete hinting on all the characters.

    #typo

  • The Linux desktop is in trouble | ZDNet
    https://www.zdnet.com/article/the-linux-desktop-is-in-trouble

    Jason Hicks, Muffin maintainer and member of the Linux Mint team, observed on Reddit, as reported by Brian Fagioli:

    I also have a life outside open-source work, too. It’s not mentally sound to put the hours I’ve put into the compositor. I was only able to do what I could because I was unemployed in January. Now I’m working a job full time, and trying to keep up with bug fixes. I’ve been spending every night and weekend, basically every spare moment of my free time trying to fix things.

    There’s also been tension because we’re 1-2 months from a release. We’ve had contentious debate about input latency, effects of certain patches, and ways to measure all of this. Other team members are going through their own equally hard circumstances, and it’s an unfortunate amount of stress to occur all at once at the wrong times. We’re human at the end of the day. I wish these aspects didn’t leak into the blog post so much, so just wanted to vent and provide some context. If you take away anything from it, please try the PPA and report bugs. We need people looking for things that might get stuck in cinnamon 4.2.

    I’ve heard this before. There have been a lot of Linux desktop distros over the years. They tend to last for five or six years and then real life gets in the way of what’s almost always a volunteer effort. The programmers walk away, and the distro then all too often declines to be replaced by another.

    It is not easy building and supporting a Linux desktop. It comes with a lot of wear and tear on its developers with far too little reward. Mint is really a winner and I hope to see it around for many more years to come. But I worry over it.

    Looking ahead, I’d love to see a foundation bring together the Linux desktop community and have them hammer out out a common desktop for everyone. Yes, I know, I know. Many hardcore Linux users love have a variety of choices. The world is not made up of desktop Linux users. For the million or so of us, there are hundreds of millions who want an easy-to-use desktop that’s not Windows, doesn’t require buying a Mac, and comes with broad software and hardware support. Are you listening Linux Foundation?

    #Logiciels_libres #Linux #GUI #Economie

  • What comes after “open source”
    https://words.steveklabnik.com/what-comes-after-open-source

    In a previous post, I discussed the history of open source, and ended with this claim:

    Today’s developers have never learned about this history, or don’t care about it, or actively think it’s irrelevant. … For the same reasons that “open source” came up with a new name, I think the movement that will arise from today’s developers will also need a new name.

    We talked about the ideological history of open source, but that’s not what developers object to, really. I don’t think developers are moving back towards a world of making source code private. Instead, it’s something related to a very old discussion in free software. To quote the FSF:

    “Free software” means software that respects users’ freedom and community. Roughly, it means that the users have the freedom to run, copy, distribute, study, change and improve the software. Thus, “free software” is a matter of liberty, not price. To understand the concept, you should think of “free” as in “free speech,” not as in “free beer”. We sometimes call it “libre software,” borrowing the French or Spanish word for “free” as in freedom, to show we do not mean the software is gratis.

    In a similar fashion, I don’t think that developers are turning against the concept of “free as in free speech”. I think that they don’t believe that the current definitions of free software and open source actually produce software that is “free as in speech.”

    (…)

    t’s that the aims and goals of both of these movements are about distribution and therefore consumption, but what people care about most today is about the production of software. Software licences regulate distribution, but cannot regulate production. (technically they can, but practically, they can’t. I get into this below.) This is also the main challenge of whatever comes after open source; they cannot rely on the legal tactics of the last generation.

    (…)
    When developers talk about problems they see in open source, it’s often that there are production problems. Companies don’t “give back” money or developer hours. Programmers today don’t seem to be upset that, if they’ve developed any proprietary extensions to their open source software, that those extensions are not shared back with the community. They care that the production process is impeded by additional pressure, without providing resources. If a company were to add a proprietary feature to an open source project, yet pays five employees to develop the open source part further, the FSF sees this as a tragedy. The commons has not been enriched. The new generation of open source developers sees this as a responsible company that thankfully is contributing to the development of something they use and care about.

    Software licenses can only restrict what people can do when they distribute the source code, and that’s it. It cannot force someone to have a bug tracker, or a code of conduct, or accept your patch. Copyleft can force an absolute minimal “contribution” back to your project, but it can’t force a good-faith one. This makes it an inadequate tool towards building something with the kinds of values that many developers care about.

    (…)

    This image on a product is part of a process called “certification.” The image itself is referred to as a “certification mark.” In order to use this image on your product, you apply to a “certification body”, in this case, the USDA. This body has set up some kind of tests, and if your product passes them, you gain the ability to say that you’ve passed the certification. I chose organic food on purpose here; most aspects of this certification are about the process by which the food is produced.

    Technology is no stranger to these kinds of processes:

    So in theory, one could imagine an organization that produces a different kind of document. Instead of a license for the source code, they would provide a way to say uh, let’s go with “Open Development Certified.” Projects could then submit for certification, they’d get accepted or rejected.

    #free_software #logiciel_libre #open_source

    • Résumé très rapide : autant la FSF que l’OSI décrivent les logiciels libre/OS en terme de licence uniquement. Comme c’est distribuer donc.

      Mais les devs (et là je ne suis pas d’accord : pas que les devs, TOUTE personne contributrice et/ou utilisatrice) se préoccupent de plus en plus de comment c’est fabriqué.

      Dans le réseau Libre-Entreprise, et aux RMLL, on a régulièrement parlé de ce problème : un vrai logiciel libre devrait être plus que la licence. C’est aussi avoir une bonne documentation, construire une communauté inclusive, qui permet à des nouvelles personnes de s’intégrer et modifier autant le noyau que les extensions, etc.

      Semi HS : Après il y en a même qui vont encore plus loin hein : qu’est-ce que fait le logiciel ? Peut-on considérer qu’un logiciel en licence libre qui permet de guider un missile, ou qui est un ERP très pyramidale qui permet de contrôler ses salariés, et qui impose un management et des méthodes de travail pas cool, c’est un logiciel libérateur ?

    • cf. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01137521

      Les deux critiques du capitalisme numérique par Sébastien Broca

      L’hypothèse de l’article est ainsi que la critique de la propriétarisation de l’information, portée par les acteurs du logiciel libre, des Creative Commons ou de l’open access, a été largement incorporée par l’économie numérique, comme le montre le succès actuel de business models reposant moins sur l’appropriation privative des ressources informationnelles que sur la participation gracieuse des utilisateurs à la création de valeur. Cette « incorporation » a ouvert la voix à un deuxième type de critique, celle du digital labour, qui ne porte plus sur les entraves à la circulation de l’information et du savoir, mais sur les formes de travail et les modalités de répartition de la valeur qui sont au cœur du (nouveau) capitalisme numérique. L’article analyse les ressorts (et certaines limites) de cette deuxième critique d’inspiration marxiste, qui substitue à un discours axé sur les libertés individuelles et le droit un discours centré sur le travail et les structures économiques.

      La troisième critique est bien sur celle de la valeur elle-même (avant de discuter de sa répartition) et du lien intrinsèque qu’elle entretient avec le numérique... :)

  • N°3 Les #Technologies alternatives et #open_source - vendredi 16 mars 2018, 17h-19h
    https://vimeo.com/323091711

    Conception, animation : Isabelle Arvers (commissaire d’expositions), intervenant.es : Nicola Triscott (Arts Catalyst), Pablo de Soto (Hackitectura), Tim Boyckett (Time’s Up), Marthe Van Dessel (Seed Journey Project)

    Les deux premier.es intervenant.es ont été partie prenante de #Sailing_for_geeks 2, un projet de navigation sur la toile et à la voile initié par #Nathalie_Magnan dans le détroit de Gibraltar dans le cadre de Fadaiat. Leurs témoignages permettent de comprendre ce qu’a été l’expérimentation concrète des difficultés de navigation dans le détroit et des technologies de #contre-surveillance, jusqu’aux contacts établis à Tanger avec des groupes d’activistes marocains. Puis sont abordés les projets de Time’s up (recours à des technologies de navigation plus anciennes à vocation écologique) ou le projet Seed Journey de migration inversée des graines (de l’Europe vers leur pays d’origine) visant à résister au brevetage de l’industrie en favorisant l’accès des petits cultivateurs aux biens communs, ou encore le projet de #piratage du champ des ondes magnétiques (BolwerK) à comparer avec les techniques de semaison manuelle.

    #conférence #technologie

  • La #low-tech : un outil de #résilience pour l’humanité ? - Green IT
    https://www.greenit.fr/2019/02/07/la-low-tech-un-outil-de-resilience-pour-lhumanite

    Dans un monde fini tel que le nôtre, comment peut on encore croire que l’univers numérique va continuer son expansion dans sa forme et à son rythme actuels ? Les ressources pour fabriquer nos doudous numériques commencent déjà à manquer.

    Dit autrement, le numérique, tel qu’il existe aujourd’hui, est en voie d’extinction. Et il accélère notre perte.

    […] Low-tech, #décroissance, #communs, #open_source, bienveillance, #éthique, #accessibilité, #écoconception, #économie_collaborative et circulaire, #zéro_déchet, lutte contre l’#obsolescence_programmée, etc. : tous les mouvements et toutes les initiatives convergent pour proposer un avenir alternatif enviable, créatif et plaisant.

    Et si nous nous trompions de transition ? - Libération
    https://www.liberation.fr/debats/2018/11/17/et-si-nous-nous-trompions-de-transition_1692567

    Donnant l’illusion confortable d’une dématérialisation de l’économie à l’heure où il nous faut réduire notre empreinte écologique, la transition numérique entrave les écosystèmes naturels.

  • #Parcoursup : la justice enjoint une université à publier son algorithme de tri
    https://www.lemonde.fr/campus/article/2019/02/06/parcoursup-la-justice-enjoint-une-universite-a-publier-son-algorithme-de-tri
    #free_algos #open_source #algorithmes

    Saisi par l’organisation à la suite du refus de l’université des #Antilles de rendre publics les algorithmes locaux utilisés pour classer les candidats, le #juge_administratif a tranché en sa faveur. Dans une décision que Le Monde a pu consulter, le tribunal enjoint l’#université à obtempérer dans un délai d’un mois, sous astreinte de 100 euros par jour de retard. Elle devra communiquer « les procédés #algorithmiques utilisés dans le cadre du traitement des candidatures d’entrée en licence via la plate-forme Parcoursup, ainsi que le ou les codes sources correspondants », peut-on lire dans ce jugement daté du 4 février.

    Cette première #jurisprudence intervient alors qu’un bras de fer est engagé depuis de longs mois entre plusieurs opposants à la réforme Parcoursup – la nouvelle plate-forme d’#admission_post-bac déployée en 2018 – et le ministère de l’enseignement supérieur, autour des critères mis en œuvre par chaque licence universitaire, utilisés pour classer les candidatures des lycéens après examen du dossier scolaire.

  • Akira : mobilisation générale — aris
    https://aris.papatheodorou.net/akira-mobilisation-generale

    Akira est un projet d’application de design graphique native pour GNU/Linux en cours de développement. L’objectif principal est de proposer une solution viable et de qualité professionnelle aux designers d’interfaces qui veulent utiliser GNU/Linux comme OS principal, et s’émanciper d’outils propriétaires comme Sketch, Figma ou Adobe XD. Pour avancer ce projet ambitieux lance une campagne tout aussi ambitieuse de financement participatif.

    #logiciel_libre #open_source #graphisme #interfaces

  • Voici le nouveau « Netflix » : gratuit, écolo et engagé
    https://www.wedemain.fr/Voici-le-nouveau-Netflix-gratuit-ecolo-et-engage_a3832.html

    Le site ImagoTV mis en ligne en décembre 2018 regroupe des podcasts, documentaires et vidéos YouTube écolos et engagés. Une vidéothèque gratuite et participative.

    http://imagotv.fr/php/homepage.php

    Accessible en ligne depuis le 18 décembre, la plateforme IMAGO sélectionne et répertorie les chaînes Youtube, courts-métrages et émissions web axés autour des problématiques de développement durable et de transformation sociale.

    Le catalogue compte déjà près de 2 000 vidéos regroupées en 8 grandes thématiques (économie, alternatives, conscience, société, esprit critique, santé, écologie, connaissance). Parmi cette sélection, quelques titres familiers et de belles trouvailles, le tout sans avoir à fouiller dans les méandres d’Internet

    #Net_TV #Ecologie #Vidéo #PeerTube

  • Why Signal and not Threema ? : signal
    https://www.reddit.com/r/signal/comments/852qor/why_signal_and_not_threema

    Signal is open source, Threema is not, so that disqualifies Threema as a secure app in my opinion. You could as well continue using WhatsApp since it’s also end to end encrypted but closed source. Wire is another great alternative, and it’s German.

    Hacker erklären, welche Messenger-App am sichersten ist - Motherboard
    https://motherboard.vice.com/de/article/7xea4z/hacker-erklaren-welche-messenger-app-am-sichersten-ist


    C’est en allemand, mais c’est valable sans égard de la langue que vous utilisez pour votre communication.
    – La communication sécurisée en ligne doit obligatoirement passer par une app et un prootocole open source.
    – Il vous faut un système qui exclue ou rend très difficile la collection de métatdonnées par des tiers.
    – Votre système de communication « voice » et « chat » doit fonctionner avec des clients smartphome et desktop si vous voulez entretenir un fil de commmunication indépendamment du type d’appareil à votre disposition.

    Passons sur les exigences plus poussées, je ne vois que Signal qui satisfait tous ces besoins. Après on peut toujours utiliser plusieurs « messenger apps » afin de rester au courant des « updates » de tout le monde - à l’exception des apps de Facebook (Whatsapp), Wechat et Google parce que leur utilistion constitue une menace de votre vie privée simplement par l’installation sur votre portable.

    Roland Schilling (33) und Frieder Steinmetz (28) haben vor sechs Jahren begonnen, an der TU Hamburg unter anderem zu dieser Frage zu forschen. In einer Zeit, als noch niemand den Namen Edward Snowden auch nur gehört hatte, brüteten Schilling und Steinmetz bereits über die Vor- und Nachteile verschiedener Verschlüsselungsprotokolle und Messenger-Apps. So haben sie beispielsweise im vergangenen Jahr geschafft, die Verschlüsselung von Threema per Reverse Engineering nachzuvollziehen.

    Ihre Forschung ist mittlerweile zu einer Art Aktivismus und Hobby geworden, sagen die beiden: Sie wollen Menschen außerhalb von Fachkreisen vermitteln, wie elementar die Privatsphäre in einer Demokratie ist. Im Interview erklären sie, auf was man bei der Wahl des Messengers achten soll, welche App in punkto Sicherheit nicht unbedingt hält, was sie verspricht und warum Kreditinstitute sich über datenhungrige Messenger freuen.
    ...
    Roland Schilling: Bei mir ist es anders. Ich bringe die Leute einfach dazu, die Apps zu benutzen, die ich auch nutze. Das sind ausschließlich Threema, Signal und Wire. Wenn Leute mit mir reden wollen, dann klappt das eigentlich immer auf einer von den Dreien.
    ...
    Frieder: ... Signal und WhatsApp etwa setzen auf die gleiche technische Grundlage, das Signal-Protokoll, unterscheiden sich aber in Nuancen. Threema hat ein eigenes, nicht ganz schlechtes Protokoll, das aber beispielsweise keine ‘Perfect Forward Secrecy’ garantiert. Die Technik verhindert, dass jemand mir in der Zukunft meinen geheimen Schlüssel vom Handy klaut und damit meine gesamte verschlüsselte Kommunikation entschlüsseln kann, die ich über das Handy geführt habe. Signal und WhatsApp haben das.
    ...
    Roland: Ein gutes Messenger-Protokoll ist Open Source und ermöglicht damit Forschern und der Öffentlichkeit, eventuell bestehende Schwachstellen zu entdecken und das Protokoll zu verbessern. Leider gibt es auf dem Messenger-Markt auch viele Angebote, die ihre vorgebliche „Verschlüsselung“ diesem Prozess entziehen und geheim halten, oder das Protokoll zwar veröffentlichen, aber auf Kritik nicht eingehen.

    Secure WhatsApp Alternatives – Messenger Comparison
    https://www.boxcryptor.com/en/blog/post/encryption-comparison-secure-messaging-apps

    Threema and Telegram under Control of Russia’s Government ?
    https://medium.com/@vadiman/threema-and-telegram-under-control-of-russias-government-f81f8e28714b

    WhatsApp Exploited by NSA and US Secret Services?
    Go to the profile of Vadim An
    Vadim An
    Mar 7, 2018
    This is the end of era centralized communication!

    The 2017/2018 years are hot and saturated with cybersecurity challenges. Almost every week, a major media source reported hacking incidents or backdoor exploits in popular communication and messaging services. Some of which granted government agents unauthorized access to private and confidential information from within the communications industry.

    According to mass-media reports, one of the most popular Swiss secure messaging apps Threema moved under the control of the Russian government and has been listed in the official registry with a view to controlling user communications.

    This can be seen on regulatory public website https://97-fz.rkn.gov.ru/organizer-dissemination/viewregistry/#searchform

    This knockout news was commented by Crypviser — innovative German developer of the most secure instant communication platform based on Blockchain technologies, of the point of view, what does it mean for millions of Threema users?

    To answer this question, let’s understand the requirements for getting listed in this registry as an “information-dissemination organizers” according to a new Russian federal law, beginning from 01 June 2018.

    The law requires that all companies listed in internet regulator’s registry must store all users’ metadata (“information about the arrival, transmission, delivery, and processing of voice data, written text, images, sounds, or other kinds of action”), along with content of correspondence, voice call records and make it accessible to the Russian authorities. Websites can avoid the hassle of setting aside this information by granting Russian officials unfettered, constant access to their entire data stream.

    This is very bad news for Threema users. Threema officials have reported that they are not aware of any requirements to store, collect, or provide information. Maybe not yet though since there is still some time until 01 June 2018 when the new law kicks in and Threema will be obligated to provide direct access to sensitive user’s data.

    It’s possible that Threema is fully aware of this despite claiming otherwise. They may realize that the most popular messenger in Russia, Telegram, has been under pressure since refusing to officially cooperate with Russian secret services. If Russia takes steps to block Telegram as a result, then Threema would become the next best alternative service. That is assuming they’re willing to violating the security and privacy rights of its users by giving in to the new law’s requirements.

    Based on the reports of Financial Time magazine, the Telegram founder agreed to register their app with Russian censors by the end of June 2017. This, however; is not a big loss for Telegram community because of the lack of security in Telegram to date. During the last 2 years, its security protocol has been criticized many times and many security issues were found by researchers. Although there is no direct evidence showing that Telegram has already cooperated with the Russian government or other governments, these exploitable bugs and poor security models make Telegram users vulnerable victims to hackers and secret services of different countries.

    The same security benchmark issues have been explored in the biggest communication app WhatsApp. The security model of WhatsApp has been recognized as vulnerable by the most reputed cryptographic experts and researchers worldwide. According to the Guardian, a serious “backdoor” was found in encryption. More specifically, the key exchange algorithm.

    A common security practice in encrypted messaging services involves the generation and store of a private encryption key offline on the user’s device. And only the public key gets broadcasted to other users through the company’s server. In the case of WhatsApp, we have to trust the company that it will not alter public key exchange mechanism between the sender and receiver to perform man-in-the-middle attack for snooping of users encrypted private communication.

    Tobias Boelter, security researcher from the University of California, has reported that WhatsApp’s end-to-end encryption, based on Signal protocol, has been implemented in a way that if WhatsApp or any hacker intercepts your chats, by exploiting trust-based key exchange mechanism, you will never come to know if any change in encryption key has occurred in the background.

    The Guardian reports, “WhatsApp has implemented a backdoor into the Signal protocol, giving itself the ability to force the generation of new encryption keys for offline users and to make the sender re-encrypt messages with new keys and send them again for any messages that have not been marked as delivered. The recipient is not made aware of this change in encryption.”

    But on the other hand, the developer of Signal messaging app Open Whisper Systems says, ”There is no WhatsApp backdoor”, “it is how cryptography works,” and the MITM attack “is endemic to public key cryptography, not just WhatsApp.”

    It’s worth noting that none of the security experts or the company itself have denied the fact that, if required by the government, WhatsApp can intercept your chats. They do say; however, WhatsApp is designed to be simple, and users should not lose access to messages sent to them when their encryption key is changed. With this statement, agrees on a cybersecurity expert and CTO of Crypviser, Vadim Andryan.

    “The Man-in-the-Middle attack threat is the biggest and historical challenge of asymmetric cryptography, which is the base of end-to-end encryption model. It’s hard to say, is this “backdoor” admitted intentionally or its became on front due lack of reliable public — key authentication model. But it definitely one of the huge disadvantages of current cryptographic models used for secure instant communication networks, and one of the main advantage of Crypviser platform.”

    Crypviser has introduced a new era of cryptography based on Blockchain technologies. It utilizes Blockchain to eliminate all threats of Man-in-the-Middle attack and solves the historical public key encryption issue by using decentralized encryption keys, exchanges, and authorization algorithms. The authentication model of Crypviser provides public key distribution and authorization in peer-to-peer or automated mode through Blockchain.

    After commercial launch of Crypviser unified app, ”messenger” for secure social communication will be available on the market in free and premium plans. The free plan in peer-to-peer authentication mode requires user interaction to check security codes for every new chat and call. The full-featured premium plan offers Blockchain based automated encryption model and powerful professional security features on all levels.

    You can see the comperisation table of Crypviser with centralized alternatives in the below table

    #internet #communication #sécurité #vie_privée

  • CNLL Le CNLL se félicite de l’adoption par la Commission Européenne du principe de la préférence pour le logiciel libre
    https://cnll.fr/news/le-cnll-se-f%C3%A9licite-de-l-adoption-par-la-commission-europ%C3%A9enne-du-pri

    Le 21 novembre dernier, le Collège des Commissaires de la Commission Européenne a adopté un document intitulé “Stratégie Numérique de la Commission Européenne” qui “définit une vision pour la Commission, à savoir devenir une administration transformée numériquement, axée sur l’utilisateur et axée sur les données d’ici 2022.”

    Ce document mentionne une préférence explicite pour les logiciels open source (aussi appelés logiciels libres en français), rédigée comme suit : “Les solutions « open source » seront privilégiées lorsqu’elles sont équivalentes en matière de fonctionnalités, de coût total et de cybersécurité.”

    Le CNLL, l’Union des Entreprises du Logiciel Libre et du Numérique Ouvert, se félicite de cette avancée, au niveau européen, sur un sujet sur lequel il s’est positionné depuis 2012, en réclamant au gouvernement français des “recommandations d’utiliser le logiciel libre, à coût global, risques et efficacité comparables” (source : 10 Propositions pour une Politique du Logiciel Libre, CNLL, 2012).

    https://ec.europa.eu/info/publications/EC-Digital-Strategy_fr

    #open_source #Europe #politique

  • C’est facile de leur dire merci…
    https://framablog.org/2018/11/21/cest-facile-de-leur-dire-merci

    Hep ! — et si on remerciait une fois de temps en temps celles et ceux qui, dans les coulisses le plus souvent, créent, développent et maintiennent les logiciels et services qu’on utilise ? Comme Moshe Zadka auquel nous empruntons les suggestions … Lire la suite­­

    #Non_classé #argent #Blog #correctif #Libre #open_source #patch #remercier