organization:association france palestine solidarité

  • Manifestation à Paris le dimanche 30 juin à 15h contre la décision scandaleuse de la mairie

    La dénomination d’une place Jérusalem doit être annulée ! - Groupe

    communiste - Front de gauche au Conseil de Paris
    http://www.communiste-frontdegauche-paris.org/La-denomination-d-une-place

    La dénomination d’une place Jérusalem doit être annulée !

    Lors du conseil de Paris de juin dernier, a été soumise au vote des conseillers une délibération concernant la dénomination d’une place Jérusalem, en remplacement d’une rue ayant disparue.

    Dans l’exposé des motifs aucune mention des objectifs de la Ville d’utiliser celle-ci dans le but de commémorer l’amitié qui unit la ville de Paris à l’État d’Israël comme l’écrit Mme Hidalgo dans cette même lettre.

    Aux inquiétudes de nos groupes, a été répondu qu’en aucun cas cette dénomination ne serait utilisée à des fins « geo-politiques » comme Catherine Vieu-Charier l’a d’ailleurs souligné dans sa réponse au conseil, nous étions simplement dans la tradition parisienne de donner des noms de villes à nos rues. Nous avons émis des réserves, et nous nous sommes abstenus forts de ces assurances données.

    Las, deux jours à peine après le conseil nous découvrons par un tweet de Joël Mergui, président du Consistoire central israélite de France, qu’en réalité, cette dénomination fait suite à une demande directe qu’il aurait faite à Anne Hidalgo lors de la visite du président israélien Reuven Rivlin à l’Hôtel de Ville.

    Ce qui nous a étonnés c’est l’inauguration expresse de cette place et l’invitation du maire de Jérusalem connu pour ses prises de position et ses actions en faveur de la colonisation. Nous sommes choqués de voir qu’aucun des représentants des trois communautés religieuses creuset de Jérusalem n’y sont invités, et encore plus de l’absence de représentant de l’autorité palestinienne.

    L’ensemble de ces faits, mis bout à bout, semble légitimer une confiscation de Jérusalem par l’État d’Israël alors que nous aurions pu en faire un symbole de la paix entre les peuples et les différentes communautés.

    Pour toutes ces raisons, nous demandons à Mme Hidalgo de renoncer à cette inauguration vécue comme une provocation et qui ne respecte pas les positions prises par la diplomatie française sur le statut de Jérusalem.

    Pour cela nos organisations seront présentes au rassemblement prévu par le « collectif national pour une paix juste et durable » pour protester de cette décision le jour même de l’inauguration, si celle-ci n’est pas annulée.

    • L’inauguration d’une « place de Jérusalem » à Paris indigne
      Par MEE - Date de publication : Lundi 24 juin 2019
      https://www.middleeasteye.net/fr/en-bref/linauguration-dune-place-de-jerusalem-paris-indigne

      En « oubliant » les deux autres religions monothéistes et en « important le conflit israélo-palestinien » en France, la maire de Paris Anne Hidalgo a pris une décision irresponsable, selon l’Association France Palestine Solidarité
      Le Conseil municipal de la ville de Paris a décidé, mercredi 12 juin, d’attribuer la dénomination « place de Jérusalem » à un square de la capitale situé dans le XVIIe arrondissement.

      Une décision qui aurait pu éclairer sur la situation politique de cette ville et de ses habitants palestiniens, victimes d’une violation du droit international par Israël, qui occupe la partie orientale de Jérusalem depuis 1967. Sauf que ce n’est pas le cas, d’après Bertrand Heilbronn, président de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS).

      Dans une lettre ouverte adressée à la maire de Paris, ce dernier s’indigne de cette mesure. Se basant sur un échange de lettres entre Anne Hidalgo et le président du Consistoire, Joël Mergui, Bertrand Heilbronn déplore que pour la maire de Paris, Jérusalem « n’aurait d’importance que pour le judaïsme ».
      (...) « La place de Jérusalem » devrait être inaugurée ce dimanche 30 juin en présence de la maire de Paris.

    • @alaingresh
      Le Maire israélien de Jérusalem, Moshe Lion, qui est annoncé à l’inauguration de la place de Jérusalem, ne devrait-il pas être arrêté ? La colonisation est illégale en Droit français.

      Moshe Lion est un épurateur ethnique. Il doit rendre compte de ses crimes devant un Tribunal.

      Pourquoi personne ne lance d’appel en ce sens ?

  • Lettre ouverte à Anne Hidalgo : Place de Jérusalem à Paris
    Bertrand Heilbronn - Paris, le 21 juin 2019 - Association France Palestine Solidarité
    https://www.france-palestine.org/Lettre-ouverte-a-Anne-Hidalgo-Place-de-Jerusalem-a-Paris

    Madame la Maire de Paris,

    Le 12 juin, le Conseil de Paris a décidé de créer une Place de Jérusalem.

    Une belle idée pour éclairer la population sur la situation de cette ville martyre, fracturée, divisée ; pour rappeler la nécessité absolue de mettre fin à cette violation du droit international et du droit humanitaire et pour condamner sans ambiguïté le fait accompli et la loi du plus fort.

    Vous auriez pu rappeler à cette occasion que nul ne peut conquérir un territoire par la force et que « la création par Israël de colonies de peuplement dans le Territoire palestinien occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, […] constitue une violation flagrante du droit international […] » (résolution 2334 de l’ONU).

    Il semble cependant que la décision que vous avez prise ne soit pas animée par ce souci de respect du droit, du respect de l’autre, de l’amitié et de la solidarité entre les peuples.

    Si l’on en croit votre échange de lettres avec le président du Consistoire [1], Jérusalem n’aurait d’importance que pour le judaïsme. Ce choix, vous l’avez fait en acceptant la demande du Consistoire que cette place soit située « aux abords du lieu hautement symbolique du Centre Européen du Judaïsme ». Oubliées les deux autres religions monothéistes qui la considèrent comme une ville sainte. D’où vient cette primauté d’une religion sur les autres exprimée par la Maire de la capitale de la France, État laïc ? (...)

  • L’entreprise française Alstom abandonne le tramway colonial, selon ses partenaires israéliens | Agence Media Palestine
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/05/14/lentreprise-francaise-alstom-abandonne-le-tramway-colonial-selo

    Deux compagnies israéliennes ont envoyé une lettre dimanche au Premier Ministre Benjamin Netanyahu lui demandant en urgence d’étendre la date limite de l’appel d’offres concernant la construction de la prochaine phase du tramway de Jérusalem.

    Les compagnies israéliennes, Dan et Electra, ont demandé un délai lorsqu’il est apparu que le fabricant français de trains Alstom avait l’intention de se retirer de leur consortium et de son offre pour l’extension du tramway des colonies – mentionnant des inquiétudes sur les droits humains.(...)

    #BDS

  • جريدة الأخبار
    https://al-akhbar.com/Politics/260122

    #JeSuisGeorgesAbdalla

    Pierre Abi-Saab
    Pour ma génération, Georges Ibrahim Abdallah (Kobayat, Liban, 1951), toujours incarcéré au centre pénitentiaire de Lannemezan en France, sous le numéro d’écrou 2388/A221, est plus qu’une icône, plus qu’un symbole. Notre camarade, qui croupit en prison depuis 34 ans, dans le pays des droits de l’Homme, contre tous les principes du droit, subissant « un régime d’embastillement totalement arbitraire », comme le souligne un appel à sa libération lancé hier par l’Association France Palestine Solidarité, est tout simplement un héros national !
    Évidemment cela échappera toujours à ce que l’Indigène de le République Houria Bouteldja appelle « la Raison blanche », dans son pamphlet détonnant « Les Blancs, les Juifs et nous - Vers une politique de l’amour révolutionnaire » (La fabrique éditions - Paris, 2016). Dans le discours dominant, Georges Abdallah est censé être un terroriste ! Et comme l’a souvent rappelé Maître Jacques Vergès, avocat de Abdallah jusqu’à sa disparition en 2013, les pouvoirs dominants, les forces d’occupation et d’oppression, ont toujours qualifié les opposants et les résistants de « terroristes » ! L’ex-chef des Fractions armées révolutionnaires libanaises (FARL), fait partie de ceux-là : Il s’agit d’un résistant qui a forgé sa conscience politique sous l’occupation israélienne du Liban Sud, militant révolutionnaire internationaliste il se choisit de se battre pour la cause arabe, avec comme maître-mot la libération de la Palestine. Dans les années soixante-dix et quatre-vingt, l’objectif était de « frapper l’ennemi partout où il se trouve ». Les FARL revendiquent l’assassinat de Charles Ray, attaché militaire américain à Paris, et de l’agent israélien Yacov Barsimentov, et blessent grièvement Robert Homme, consul américain à Strasbourg. C’est l’époque où Le Mossad assassine en Europe des dizaines d’intellectuels et de militants politiques, Palestiniens et Arabes, tels Mahmoud Hamchari, Majed Abou Charar et plus tard Atef Bseiso… Aujourd’hui, les stratégies de combat ne sont plus les mêmes peut-être, mais la lutte reste immuable contre la domination coloniale, contre l’occupation israélienne dont la barbarie s’est renforcée depuis. Et Georges Abdallah, pour les nouvelles générations de militants à travers le monde arabe, de Tunisie en Palestine, en passant par la France bien entendu, symbolise plus que jamais, par son engagement politique, sa lucidité, sa détermination et son refus du moindre compromis, la lutte contre la domination, pour la libération de la Palestine et l’émancipation des peuples arabes.
    Arrêté à Lyon le 24 octobre 1984 il n’est inculpé que de faux et d’usage de faux. Trois ans plus tard, il sera injustement condamné à perpétuité, pour complicité d’assassinat. Libérable depuis 1999, il a vu toutes ses demandes de libération (9 au total) rejetées. En 2013 Beyrouth se préparait à le recevoir en héros, la chambre d’application des peines de Paris s’étant prononcée en faveur de sa libération, en la conditionnant à un arrêté d’expulsion du territoire. Mais le gouvernement Fabius a cédé aux pressions des États-unis. On se souvient encore de la phrase assassine de Jacques Vergès : « La justice française se conduit comme la putain de l’Amérique ». Le préfet Yves Bonnet, qui a dirigé le renseignement français de 1982 à 1985, parlait, un an plus tôt, d’une « vengeance d’Etat lamentable », estimant qu’Abdallah « avait le droit de revendiquer les actes commis par la FARL, comme des actes de résistance », dans le contexte de guerre qui prévalait alors.
    Aujourd’hui, 34 ans plus trad, presque jour pour jour, Georges Ibrahim Abdallah, est devenu le doyen des prisonniers politiques en Europe. Mais il est surtout l’otage de la République Française. Une république coloniale qui fait prévaloir ses intérêts stratégiques sur ses valeurs ! Autrement dit, il subit un « traitement d’exception ». On croit savoir qu’une grande démocratie ne devrait pas connaître d’état d’exception, surtout pas la France qui n’a de cesse de donner des leçons d’humanisme au monde entier… Cependant, la France coloniale, qui est toujours là, revancharde et haineuse, s’affranchissant des valeurs républicaines, des règles et des principes qui régissent un État de droit, fait payer Georges non pour ses actes, mais pour ce qu’il est, pour ce qu’il pense. Et cela n’est possible que parce qu’il s’agit d’un métèque, d’un colonisé. S’il était « blanc », il aurait bénéficié des mêmes faveurs que ses camarades révolutionnaires qui ont connu des parcours similaires. Avec l’acharnement juridique et politique contre Abdallah en France, sous tous les gouvernements depuis 1999, on n’est pas loin de cette violence étudiée par le philosophe algérien Sidi Mohamed Barkat dans « Le corps d’exception » (Editions Amsterdam - Paris, 2005). On n’est pas loin du massacre du 17 octobre 1961 à Paris. Une violence exercée par le pouvoir colonial, contre le corps du colonisé, ce corps « sans raison, dangereux, déshumanisé, exclu du principe d’égalité, soumis à un régime légal d’exception permanente », en marge de l’Etat de droit.
    Emmanuel Todd nous a expliqué très bien « Qui est Charlie ? ». À présent tentons de dire qui est Georges Abdallah, que nous attendons à Beyrouth. Ce combattant de la liberté qui résiste de l’incarcération, à la violence coloniale. Qui nous rappelle qu’une grande démocratie occidentale, peut encore se comporter en preneuse d’otages, dès qu’il s’agit de ses intérêts coloniaux. On pense au traitement honteux réservé dans les médias français, à peu d’exceptions près, au crime d’Etat perpétré contre le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, dans le consulat de son propre pays à Istamboul. De ce côté « damné » du monde, nous sommes tous Georges Ibrahim Abdallah. Et comme l’écrit si joliment Houria Bouteldja : « Une grosse boule se forme au fond de la gorge de l’Indien et les larmes lui montent aux yeux. Mais comme sa foi est immense, il arrive que certains d’entre nous l’entendent frapper à leur porte ».

    • Et la version arabe :
      جريدة الأخبار
      https://al-akhbar.com/Opinion/260239

      #أنا_جورج_عبدالله

      رأي بيار أبي صعب الإثنين 22 تشرين الأول 2018 17:19

      بالنسبة لجيلي، يُعتبر جورج إبراهيم عبدالله (القبيات، لبنان، 1951)، نزيل سجن «لنموزان» الفرنسي تحت رقم 2388/أ221، أكثر من أيقونة، وأكثر من رمز. رفيقنا، القابع في السجن منذ 34 عاماً، في بلد حقوق الإنسان، ضدّ مبدأ القانون، والخاضع، كما يشير نداء لإطلاق سراحه صادر عن «جمعيّة التضامن الفرنسيّ الفلسطينيّ»، لـ «نظام احتجاز اعتباطيّ بالكامل»، هو بكلّ بساطة بطلّ قوميّ !

  • Mobilisation pour Jérusalem - Rassemblement
    https://grenoble.indymedia.org/2017-12-13-Mobilisation-pour-Jerusalem,45453

    Mobilisation pour Jérusalem Donald Trump a reconnu mercredi 6 décembre Jérusalem comme la capitale d’Israël et a annoncé le prochain transfert de son ambassade dans cette ville. Cette décision viole délibérément le droit international et les résolutions de l’ONU et expose toujours plus la population palestinienne à l’arbitraire de l’armée israélienne d’occupation. L’Association France Palestine Solidarité et le Collectif isérois pour la Palestine appellent à un rassemblement samedi 16 décembre à 15 heures (...)

    #Agenda

    / #Infos_locales, Impérialismes / Solidarités internationales

    #Impérialismes_/_Solidarités_internationales

  • VIDÉO - Les députés LFI et PCF quittent l’hémicycle pendant une question de Meyer Habib, qui les accuse de « soutenir des terroristes » palestiniens
    Etienne Baldit | le 15 novembre 2017
    http://lelab.europe1.fr/video-les-deputes-lfi-quittent-lhemicycle-pendant-une-question-de-meye

    Gros moment de tension pendant les questions au gouvernement, mercredi 15 novembre à l’Assemblée nationale. Les députés de La France insoumise et du Parti communiste ont ostensiblement quitté l’hémicycle, scandalisés par une question du député Constructif Meyer Habib (élu des Français de l’étranger, sa circonscription comprend notamment l’État d’Israël) qui s’indignait du soutien de la France à Salah Hamouri, un avocat franco-palestinien placé en détention administrative en Israël depuis le 23 août.
    Une séquence qui s’est déroulée dans un certain brouhaha et qui a causé la colère ou l’embarras de plusieurs députés y compris dans les rangs de Meyer Habib (par ailleurs connu pour avoir remercié le « Tout Puissant » pour son élection), comme on peut le voir dans cette vidéo :

    http://www.dailymotion.com/video/x69byv7

    Réponse de Nathalie Loiseau
    http://www.assemblee-nationale.fr/15/cri/2017-2018/20180055.asp#P1095152

    Mme Nathalie Loiseau , ministre chargée des affaires européennes. Monsieur le député, comme vous l’avez indiqué, les autorités israéliennes ont annoncé leur refus d’accueillir sur leur territoire une délégation de députés, de sénateurs et de députés européens français.
    Un député du groupe REM. C’est honteux !
    M. Aurélien Pradié. C’est normal !
    Mme Nathalie Loiseau , ministre. Cette délégation se déplaçait dans le cadre d’une visite organisée par l’Association France Palestine Solidarité. Les membres de cette délégation avaient annoncé auparavant qu’ils souhaitaient rencontrer Marwan Barghouti et l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri, tous deux emprisonnés. Il s’agit d’une décision souveraine d’Israël.
    M. Claude Goasguen. Voilà !
    Mme Nathalie Loiseau, ministre. Nous la respectons. Est-ce à dire que nous l’approuvons ? Je ne le crois pas, car nous souhaitons que les parlementaires français aient partout accès à l’ensemble des interlocuteurs qu’ils veulent rencontrer pour remplir leur mission d’information. (Applaudissements sur les bancs des groupes REM, MODEM et NG.) Nous y sommes attentifs en Israël aussi bien que partout où les élus français se rendent.
    En ce qui concerne plus spécifiquement la situation de Salah Hamouri, je tiens à redire ici que, dès lors qu’il s’agit de l’un de compatriotes, il a pleinement droit, comme tous les Français emprisonnés à travers le monde, à la protection consulaire, conformément à la Convention de Vienne. (Applaudissements sur quelques bancs des groupes REM, MODEM et NG.)
    Nous avons signalé aux autorités israéliennes toute l’attention que nous portons à sa situation, et nous avons fait part de notre préoccupation face au recours extensif à la détention administrative. Qu’en est-il en effet de Salah Hamouri ? La conséquence de sa détention administrative est que, arrêté le 23 août dernier, il ignore, tout comme son avocat ou nous-mêmes, les charges qui sont retenues contre lui. Nous continuons à demander le plein respect des droits de notre compatriote et, oui, à espérer sa libération rapide. (Applaudissements sur quelques bancs du groupe REM.)
    Ces échanges se poursuivent ; soyez assuré, monsieur le député, que cela ne remet nullement en cause la qualité des liens qui unissent Israël et la France. (Applaudissements sur les bancs du groupe REM et sur plusieurs bancs du groupe MODEM.)

  • Rafle du Vél’ d’Hiv’ : l’invitation de Netanyahou suscite un vif débat -

    Emmanuel Macron a convié le premier ministre israélien à la commémoration de la rafle du Vél’ d’Hiv’, le 16 juillet. Une première qui soulève de nombreuses questions sur le symbole politique et mémoriel choisi par le nouveau pouvoir.

    https://www.mediapart.fr/journal/international/150717/rafle-du-vel-d-hiv-l-invitation-de-netanyahou-suscite-un-vif-debat

    Qu’a donc voulu dire Emmanuel Macron ? Tout à sa séquence diplomatique, après les visites de Vladimir Poutine et de Donald Trump à Paris, le président français a convié Benjamin Netanyahou le 16 juillet. Jusque-là, rien de bien original ni de surprenant. Mais il a choisi la commémoration de la rafle du Vél’ d’Hiv’ pour susciter la venue du premier ministre israélien. Une première qui soulève de nombreuses questions sur le symbole politique et mémoriel choisi par le nouveau pouvoir.

    Benjamin Netanyahou prendra la parole, dimanche 16 juillet, sur les lieux de l’ancien Vélodrome d’Hiver, dans le XVe arrondissement, après Francis Kalifat, le président du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France), et avant Emmanuel Macron. Les deux dirigeants ont ensuite rendez-vous à l’Élysée pour un entretien et une déclaration commune à la presse.

    Vivement dénoncée par les militants de la cause palestinienne, de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) au PCF, en passant par l’Union juive française pour la paix (UJFP) et le NPA, et par les signataires d’un appel à rassemblement le 15 juillet à Paris, cette invitation interroge plusieurs chercheurs spécialistes de la mémoire de la Shoah.

    À cela, plusieurs raisons. La commémoration du Vél’ d’Hiv’ n’est pas une commémoration comme les autres. Comme le rappelle Sébastien Ledoux, chercheur en histoire à Paris-I et auteur de Le Devoir de mémoire, une formule et son histoire (CNRS Éditions, 2016), « la commémoration de la rafle du Vél’ d’Hiv’ s’est construite comme le symbole de la participation de l’État français dans le génocide des juifs au détour des années 1980-1990 ».
    C’est en 1992 qu’un président de la République y participe pour la première fois – il s’agit de François Mitterrand, alors sifflé par une petite minorité de l’assistance. Il refuse de s’exprimer mais institue, par décret, le premier dimanche suivant le 16 juillet comme une commémoration nationale, organisée par l’État.

  • Actualisation de la situation des prisonniers politique palestiniens au 17 Mai 2017 | Agence Media Palestine
    17 Mai 2017, 31 ème jour de grève des prisonniers palestiniens.
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2017/05/17/actualisation-de-la-situation-des-prisonniers-palestiniens-au-1

    L’avocat d’Addameer (association des Droits de l’Homme et de défense des prisonniers palestiniens) Farah Bayadsi, a rencontré Ahmad Sa’adat, gréviste et secrétaire général du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (PFLP). L’avocat d’Addameer s’est déjà vu refusé le droit de visite, mais a reçu l’approbation suite à une requête de la Haute Cour présentée le 10 mai 2017.

    Sada’at a informé l’avocat d’Addameer que les prisonniers sont soumis à deux raids de recherche violents tous les jours, au cours desquels les prisonniers sont forcés de quitter leur chambre, ce qui est épuisant physiquement pour les prisonniers en raison de leur état de santé. Il a également ajouté que 10 prisonniers sont détenus dans une cellule exiguë avec un évier et un toilette, pas de ventilateur ni de climatisation et chaque prisonniers reçoit 3 couvertures. Il a précisé par ailleurs que les examens médicaux effectués par l’IPS (Israel Prison Service) ne sont pas suffisants, car seule la pression sanguine et le poids des grévistes de la faim sont examinés.

    L’IPS impose des restrictions aux prisonniers grévistes, y compris une amende disciplinaire de 200 NIS (équivalent à 50 euros environ), l’interdiction de visite familiale pendant deux mois, l’interdiction d’accès à la « cantine » (boutique où les prisonniers peuvent acheter des produits de la vie courante, tel que des cigarettes) et la saisie de sel ainsi que de tous les vêtements, uniquement un seul vêtement par prisonnier est autorisé.

    Plus inquiétant encore : l’IPS a rendu extrêmement difficile pour les médecins indépendants de rendre visite aux prisonniers grévistes et a fourni aux prisonniers des tasses en plastique afin de boire du robinet plutôt que de l’eau potable, habituellement fournie.

    35 autres prisonniers politiques palestiniens se sont joint à la grève dimanche 14 mai, a rapporté le média « Asra Voice ».

    (...) Sa’adat a également noté que les prisonniers en grève avaient refusé de rencontrer des délégués du Comité International de la Croix-Rouge (CICR), qui sont venus pour leur visite, parce que les délégués du CICR ont refusé d’entrer dans les sections et les salles des prisonniers afin de voir par eux-mêmes les conditions de détention.

    Les prisonniers en grève de la faim ont donc rejetés cette « proposition » du CICR et ont demandés au CICR de prendre ses responsabilités dans la protection des détenus et de leurs droits. (...)

    • Compte-rendu de la rencontre du vendredi 13 mai avec 3 responsables français du Comité International de la Croix Rouge au sujet de la situation dramatique des 1.800 prisonniers politiques palestiniens à leur 26e jour de grève de la faim illimitée

      Par Association Palestiniens IDF

      Nous étions 5 camarades représentant l’Association de Palestiniens en Ile-de-France, l’Union Générale des Etudiants de Palestine, le Forum Palestine Citoyenneté, l’Association Femmes Égalité, l’Association France Palestine Solidarité Paris-Sud – Campagne BDS France et avons :

      – rappelé le caractère unitaire de cette grève pour la dignité et la liberté et les risques encourus par les prisonniers politiques palestiniens (la mort, si le silence complice des diverses institutions, dont celui du CICR se perpétue), ainsi que leurs revendications, dont : fin de la détention administrative illégale, la fin des interdictions et interruptions des visites familiales, l’accès aux soins médicaux appropriés et la fin de la négligence médicale délibérée, la libération des prisonniers malades, en particulier des personnes handicapées et celles atteintes de maladies incurables, la fin de la tortures et humiliations...
      (...)
      Les 3 représentants du CICR ont répété à plusieurs reprises que cette organisation a choisi la confidentialité et que ses délégués mènent des discussions aussi bien avec les israéliens qu’avec les prisonniers, établissant ainsi une sorte d’égalité entre les bourreaux et les victimes.

      Nous avons dénoncé l’inefficacité de la méthode du CICR puisqu’il n’a obtenu aucune amélioration des conditions de détention des prisonniers politiques palestiniens, que celles-ci se sont aggravées, sont contraires à la dignité humaine et qu’elles les ont amenées a décidé une grève de la faim illimitée.

      Suite à cette rencontre et d’après les déclarations de ces trois représentants, la confidentialité du CICR se poursuivra, même en cas de décès de l’un des prisonniers. Cette déclaration confirme que le CICR a échoué dans sa mission de protéger les personnes emprisonnées en temps d’occupation et qu’il ne dénoncera pas les conditions de détentions qui condamne les prisonniers palestiniens à plus ou moins long terme à mort. Là est leur complicité dans les crimes de l’occupation.

      Tout en continuant à affirmer notre solidarité avec la résistance des prisonniers politiques palestiniens, nous devons aussi dénoncer tous ceux qui comme le CICR se rendent complices de l’occupant en lui écrivant :
      Siège du Comité International de la Croix Rouge (CICR) à Paris
      10 Bis Passage d’Enfer, 75014 Paris
      par_paris@icrc.org

  • Appel à la mobilisation : Solidarité avec le mouvement de grève de la faim des prisonniers palestiniens - Association France Palestine Solidarité
    http://www.france-palestine.org/Appel-a-la-mobilisation-Solidarite-avec-le-mouvement-de-greve-de-l

    Plus de 1 500 prisonniers palestiniens ont entamé leur troisième semaine de grève de la faim suite à l’appel lancé par Marwan Barghouti. Figure des …

  • Table ronde : Cartographie du vécu et de l’imaginé - Association France Palestine Solidarité
    http://www.france-palestine.org/Table-ronde-Cartographie-du-vecu-et-de-l-imagine

    ARTISTE(S) ET COLLABORATEUR(S) : Marwan Rechmaoui, Youri Cayron et Romain Rivalan

    Rencontre avec l’artiste libanais Marwan Rechmaoui et les artistes français basés à Marseille Youri Cayron et Romain Rivalan, autour des « cartographies du vécu et de l’imaginaire ». Où il sera notamment question de la série UNRWA de Marwan Rechmaoui, inspirée d’un projet lancé par une ONG afin de créer une « Palestine virtuelle » reliant les communautés vivant dans cinq camps de réfugiés palestiniens au Liban.

    L’artiste Marwan Rechmaoui est né en 1964 à Beyrouth (Liban). Une ville dont, au fil de ses travaux, il révèle la géographie sociale et politique extrêmement complexe. Il utilise des matériaux industriels comme le béton, le caoutchouc, le goudron et le verre, pour créer des œuvres monumentales. Son travail a été présenté lors d’expositions au Liban et à l’étranger, notamment au Musée Granet d’Aix-en-Provence (2013), la Serpentine Gallery de Londres (2012), la Saatchi Gallery de Londres (2009), le Centre Paul Klee de Berne (2009), la Biennale de Sharjah (2005)…

    #cartographie #art #imaginaire #palestine

  • Le principal négociateur palestinien : la seule alternative à la solution à deux-états est un état unique, démocratique - Association France Palestine Solidarité
    http://www.france-palestine.org/Le-principal-negociateur-palestinien-la-seule-alternative-a-la-sol

    Saeb Erekat, le secrétaire-général de l’Organisation de Libération de la Palestine, a déclaré mercredi que la seule alternative à une solution à deux-états est un état avec des droits démocratiques égaux pour tous. S’exprimant à une conférence de presse à Jéricho, Erekat a ajouté que le Premier Ministre Benjamin Netanyahu à pour but un avenir d’apartheid.

    Les remarques d’Erekat sont intervenues en réponse aux citations de propos attribués mercredi à un fonctionnaire de la Maison Blanche, qui a déclaré que le Président Donald Trump cherche la paix au Moyen-Orient mais ne persévère pas à obtenir une solution à deux-états. Le Ministre palestinien des Affaires étrangères a déjà fait part de son inquiétude à la suite des propos du fonctionnaire, les qualifiant de « changement dangereux » du point de vue américain sur le conflit.

  • Syndicalisme de Palestine - Radio Campus Lille - C’est l’heure de l’mettre ! 14 Décembre 2016
    http://www.campuslille.com/index.php/entry/syndicalisme-de-palestine

    CE MERCREDI 14 DECEMBRE 2016 à 18H30
    Peut-on parler de lutte de classe en Palestine ? La lutte pour la libération, priorité politique absolue des Palestiniens écrasés par l’occupation coloniale, efface-t-elle toute question de classe interne à la Palestine ? En parler, serait-ce faire le jeu de la division de tout un peuple soumis au colonialisme guerrier de l’Etat sioniste ?

    « L’idée que la question coloniale en Palestine peut être conceptuellement et politiquement séparée des dynamiques sociales est erronée. » Sur ces territoires morcelés, soumis à l’occupant et cernés de colonies aussi laides qu’illégitimes, il y a bien des luttes sociales, dirigées contre une classe dominante qui a intérêt à ce que rien ne bouge.

    Au printemps dernier, pendant que nous nous battions contre la loi travail, les travailleurs Palestiniens, organisés dans leurs syndicats et leurs comités de lutte... faisaient de même. Oui : coupes budgétaires, réduction des « déficits », casse des droits des travailleurs... c’est la même chanson en Palestine occupée, car ce sont les mêmes qui payent l’orchestre.


    Une « Autorité » Palestinienne, complètement désavouée, collaborant avec l’occupant, réprime les luttes menées par les travailleurs de Palestine, des travailleurs qui lient ces luttes avec celle de la libération, pendant que quelques affairistes construisent une façade « business » qui prétend masquer la réalité de l’occupation.

    Derrière cette apparente trahison des « dirigeants » de « l’Autorité », l’offensive mondiale de la néo-libéralisation, celle des milieux financiers et des multinationales, qui attaque TOUS les travailleurs, partout, et leur donne toutes les raisons de s’unir.

    Ces questions palestiniennes, mal connues, nous les évoquerons ce mercredi, dans notre « ¼ d’heure en Palestine » en compagnie de José Perez, militant de l’ Association France Palestine Solidarité 66 et militant de la CGT, de retour d’une « mission syndicaliste » sur les terres occupées.

    Nous avons lu avec un grand intérêt la brochure (qui mériterait d’ailleurs le nom plus sérieux de « livre ») éditée à l’issue de cette mission. Luttes syndicales, rencontres avec les travailleurs de tous les secteurs de Palestine, rappels historiques bienvenus, cette brochure doit être mise entre les mains de tous les militants de la Palestine libre... et de tous les syndicalistes de classe.

    Vous trouverez ci-dessous toutes les informations pour vous la procurer au plus vite.

    Par ailleurs, nous vous proposerons d’écouter l’intervention de Bruno Drewski, prononcée le samedi 3 décembre dernier à Villeneuve d’Ascq, à l’invitation du Cercle Henri Barbusse. Au moment d’une campagne politico-médiatique anti-russe d’une rare ampleur, et sans tomber dans un idéalisme post-soviétique qui n’est pas de mise, Drewski nous rappelle ce que la Russie représente aujourd’hui dans ce qu’on appelait jadis le « concert des Nations ». Mais c’est beaucoup mieux dit ici : http://editionsdelga.fr/portfolio/bruno-drweski 

    C’est l’heure de l’mettre !

    Brochure : Syndicalisme en Palestine
    http://francepalestine66.blogspot.fr/2016/11/brochure-syndicalisme-en-palestine.html
    Editée par l’AFPS66, la brochure sur les mouvements sociaux et l’histoire du syndicalisme en Palestine est sortie. Elle présente le récit et les photos de notre mission syndicaliste de mai 2016, et une histoire synthétique du mouvement syndical palestinien.
    Vous pouvez vous la procurer par l’AFPS66 au prix de 8 euros (tarif réduit : 5 euros pour les jeunes, étudiants, chômeurs et précaires), soit directement auprès des militants, soit par commande sur cette adresse mail de notre blog : francepalestine66@gmail.com . Le coût couvre l’envoi postal, chèque à l’ordre de AFPS66, à envoyer à AFPS66, 24 avenue Roger Salengro 66310 ESTAGEL.

    #audio #radio #Radios_libres #Radio_Campus_Lille #Palestine

  • Colloque de Technion France : derrière la beauté connectée, la technologie militaire au service de l’occupation israélienne avec le soutien du gouvernement français
    BDS France | 5 décembre 2016
    https://www.bdsfrance.org/colloque-de-technion-france-derriere-la-beaute-connectee-la-technologie-m

    Le colloque de l’Association Technion France est tous les ans, l’occasion pour les propagandistes du Technion de célébrer les vertus des recherches de cette université. Ces vertus sont, cette année, au service de la santé, de la beauté, des technologies connectées, sous le haut patronage du Président de la République et avec la participation de deux ministres à l’ouverture et à la clôture. Mais savez-vous que, sous cette magnifique présentation, le Technion est à la pointe des technologies militaires et sécuritaires (drones, bulldozers sans pilote D9, etc.) qui permettent de perpétuer l’occupation militaire de la Cisjordanie et de Gaza, et la spoliation de leurs habitants ?

    C’est ce que nous étions venus expliquer, dans le calme, en nous appuyant sur le tract ci-joint que nous remettions dans la rue aux participants à ce colloque. Initiative qui n’a pas plu à la directrice générale de Technion France, qui a immédiatement appelé la Préfecture de police. Celle-ci, dans un grand élan de protection de la liberté d’expression, nous a immédiatement donné l’ordre de nous disperser, après avoir relevé consciencieusement nos identités. Nous avons cependant pu, durant plus d’une demi heure, distribuer quelques tracts aux premiers arrivants.

    Nous protestons contre cette nouvelle atteinte à la liberté d’expression, et contre la complicité des autorités françaises qui cautionnent ce type d’événement et interdisent toute expression contradictoire.

    Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine – www.aurdip.fr

    Association France Palestine Solidarité – www.france-palestine.org

    Campagne BDS France – www.bdsfrance.org

    Union Juive Française pour la Paix – www.ujfp.org

    • High-tech : « Israël est un modèle pour la France »
      VIDÉO. La leçon vient du patron du Medef Pierre Gattaz, invité à Paris au colloque de l’Institut israélien Technion, une véritable success-story digitale.
      Publié le 07/12/2016 à 11:29 | Le Point.fr
      http://www.lepoint.fr/high-tech-internet/high-tech-israel-est-un-modele-pour-la-france-07-12-2016-2088622_47.php

      Quand la géopolitique rejoint le monde du high-tech... Le terreau conflictuel dans lequel baigne Israël a façonné le succès du pays dans le domaine des technologies de pointe et du digital. Muriel Touaty, directrice de la branche française de l’institut qui organise le colloque, observe : « Les Israéliens ont la faculté de prendre des risques. » Peretz Lavie confirme : « Nous n’avons pas peur d’échouer. Nous aimons les défis. Nous remettons en cause absolument tout. Nous sommes toujours insatisfaits, et ça, c’est bon pour la science. » Et Pierre Gattaz, président du Medef, organisation patronale française, de compléter : « Les universités du Technion travaillent en symbiose avec le gouvernement et les entreprises. C’est un modèle pour la France. »

  • L’arbitraire et le racisme à l’œuvre à l’aéroport de Tel-Aviv - Association France Palestine Solidarité
    Communiqué de l’AFPS, vendredi 21 octobre 2016
    http://www.france-palestine.org/L-arbitraire-et-le-racisme-a-l-oeuvre-a-l-aeroport-de-Tel-Aviv

    Le 20 octobre, six adhérents lorrains de l’AFPS ont été placés en rétention à leur arrivée à l’aéroport de Tel-Aviv, puis ont fait l’objet d’une mesure d’expulsion. De nationalité française, ils ont en commun de tous porter des patronymes arabes.

    Il s’agit d’une manifestation de plus d’un racisme institutionnel poussé à l’extrême par le gouvernement israélien qui voit dans tout Palestinien et dans tout Arabe en général un « terroriste » en puissance.

    Cette mesure extrêmement grave vise aussi à dissuader nos concitoyens de venir constater de visu la réalité insupportable de l’occupation et de la colonisation de la Palestine.

    Avec une belle hypocrisie, les autorités israéliennes se justifient en général en disant que les personnes expulsées mentent sur le but de leur visite mais on sait très bien que donner le but réel de sa visite expose à l’accusation de soutien au « terrorisme » avec la même conséquence, c’est-à-dire l’expulsion.

    Il est temps que la France exprime avec fermeté qu’il est inadmissible qu’un pays occupant s’octroie le pouvoir de décider arbitrairement qui a le droit d’accéder au pays qu’il occupe, que ce soit la Cisjordanie ou Gaza.

    Le gouvernement français a les moyens de prendre les mesures de réciprocité qui s’imposent vis à vis d’Israël.

    #Palestine #Douane #Frontière #expulsions_frontières

  • Federica Mogherini écrit à la Coordination europénne des comités et associations pour la Palestine - Association France Palestine Solidarité
    http://www.france-palestine.org/Federica-Mogherini-ecrit-a-la-Coordination-europenne-des-comites-e

    Le 18 mai dernier la Coordination européenne des comités et associations pour la Palestine (CECP) adressait à la Commission européenne un appel signé de 358 organisations européennes la pressant de garantir la liberté d’expression et le droit au boycott.
    Federica Mogherini a personnellement répondu à la coordinatrice de la CECP le 29 août. Si elle rappelle que l’UE est « fermement opposée à toute forme de boycott envers Israël », ce qui n’est pas un scoop, elle réaffirme de la façon la plus claire, en s’appuyant notamment sur la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme, la liberté d’expression et le droit au boycott. C’est ce que nous demandions. Voilà un point d’appui de tout premier ordre dans la procédure engagée par les « condamnés » de Mulhouse devant la CEDH contre l’Etat français qui constitue pour nous une première victoire.

    FEDERICA MOGHERIN HAUTE REPRÉSENTANTE VICE PRÉSIDENTE DE LA COMMISSION EUROPÉENNE, jeudi 8 septembre 2016
    #BDS

  • #palestine - on ne nous fera pas taire ! - Association France Palestine Solidarité
    http://www.scoop.it/t/actualites-afrique/p/4063953882/2016/05/17/palestine-on-ne-nous-fera-pas-taire-association-france-palestine-solidarite

    L’AFPS et ses partenaires se mobilisent pour défendre la liberté d’expression et le droit citoyen d’appeler au boycott. Ces valeurs élémentaires dans (...)See it on Scoop.it, via Actualités Afrique

    http://img.scoop.it/TFy7IruuAkESN1AKrugz1jl72eJkfbmt4t8yenImKBV9ip2J1EIeUzA9paTSgKmv

  • « Palestine : la case prison » en libre accès
    http://plateforme-palestine.org/Palestine-la-case-prison-en-libre-acces


    18 avril 2016

    A l’occasion de la journée internationale des prisonniers palestiniens, Palestine : la case prison est en libre accès pour une semaine !

    7000 prisonniers ; hommes, femmes et enfants. Pour tout comprendre sur les prisonniers palestiniens, « Palestine : la case prison », un documentaire produit par la Plateforme Palestine, l’ACAT, la Ligue des Droits de l’Homme et l’Association France Palestine Solidarité, avec le soutien d’Amnesty International.

  • Cinéma-debat : « Palestine, la Case Prison »
    http://universitepopulairetoulouse.fr/spip.php?article669

    Solidarité avec les Prisonniers Politiques Palestiniens, Brisons le silence ! A l’initiative de l’Association France Palestine Solidarité 31, du Collectif Solidarité Palestine 31 et de l’Université Populaire de Toulouse le jeudi 21 avril à 20H30, à la Bourse du Travail, place Saint Sernin, Toulouse. Plus de 7000 Palestiniens, résistants ou simples civils, hommes femmes ou enfants, croupissent dans les prisons israéliennes, dont environ 700 sous le régime de la détention administrative, en toute (...)

    #Programme_d'activités

    http://universitepopulairetoulouse.fr/IMG/pdf/dossier_de_presse_-_palestine_la_case_prison.pdf

  • Pourquoi je refuse - Déclaration de Tair Kaminer - Association France Palestine Solidarité
    http://www.france-palestine.org/Pourquoi-je-refuse-Declaration-de-Tair-Kaminer
    Gush Shalom, lundi 11 janvier 2016

    Tair Kaminer, une jeune Israélienne de 19 ans était appelée aujourd’hui sous les drapeaux. Elle fait partie du groupe de lycéens refuzniks « Mesarvot », et elle a décidé de refuser d’effectuer un service militaire. Elle sera donc envoyée en détention.

    Ci-joint une traduction de la déclaration qu’elle avait prévu de remettre aux officiers de recrutement aujourd’hui.

    Mon nom est Tair Kaminer, j’ai 19 ans. Il y a quelques mois, j’ai terminé une année de bénévolat avec les Eclaireurs et Eclaireuses Israéliens dans la ville de Sdérot, à la frontière de la bande de Gaza. Dans quelques jours, je vais aller en prison.

    J’ai été volontaire à Sdérot une année entière, j’y ai travaillé avec des enfants qui vivent dans une zone de guerre, et c’est là que j’ai décidé de refuser de servir dans l’armée israélienne. Mon refus vient de ma volonté d’apporter une contribution à la société dont je fais partie et d’en faire un meilleur endroit pour vivre, et de mon engagement dans la lutte pour la paix et l’égalité.(...)

    Dozens protest in support of Israeli conscientious objector
    http://972mag.com/dozens-protest-outside-idf-base-in-support-of-conscientious-objector/115807
    Tair Kaminer is expected to be sentenced to a month in military jail for refusing to enlist in the IDF. Kaminer: ‘Military jail frightens me less than our society losing its humanity.’
    http://static1.972mag.com/wp-content/uploads//2016/01/tair1.jpeg Conscientious objector Tair Kaminer is greeted by supporters outside the Tel Hashomer induction base, Ramat Gan, Israel, January 10, 2016. (photo: Oren Ziv/Activestills.org)

    Approximately 40 demonstrators accompanied Israeli conscientious objector Tair Kaminer to the Tel Hashomer induction base on Sunday, where she is expected to be sentenced for her refusal to enlist in the Israeli army.

  • Leila Seurat, le Hamas au-delà des discours - Association France Palestine Solidarité
    http://www.france-palestine.org/Leila-Seurat-le-Hamas-au-dela-des-discours
    Le Hamas cherche à obtenir la reconnaissance. Depuis 2006, le mouvement a multiplié les tentatives pour obtenir cette légitimité obtenue par les urnes et pourtant « bafouée ». L’Union européenne est centrale dans ce travail de lobbying : à travers l’action diplomatique de ses députés, invités par la Fédération Internationale des Parlementaires ou par d’autres institutions européennes, le Hamas tente d’être reconnu en tant que gouvernement légitime. Des membres du Hamas et de son instance exécutive se rendent souvent en Europe via leur statut de député. C’est le cas de Mouchir al-Masri qui s’est rendu plusieurs fois à Genève entre 2012 et 2014. Néanmoins, ces visites se font exclusivement dans un cadre parlementaire, et il arrive fréquemment qu’elles soient annulées, lorsque l’étiquette de membre du Hamas est révélée publiquement. Ce qui est intéressant, c’est que ces pressions ne viennent pas seulement d’Israël ou de groupes soutenant Israël, mais aussi de l’OLP qui souhaite demeurer l’unique interlocutrice.

  • Dictionnaire utilisé par les médias pour décrire la situation en Palestine - par Majed Bamya, mardi 20 octobre 2015 - Association France Palestine Solidarité
    http://www.france-palestine.org/Dictionnaire-utilise-par-les-medias-pour-decrire-la-situation-en-P

    Regain de violence : terme permettant de mettre dans le même sac l’occupant et le peuple occupé, en négligeant les causes pour se concentrer uniquement sur les conséquences, ce qui permet de dédouaner la puissance occupante de sa responsabilité en tant que source principale et instigateur de la violence

  • L’apprenti sorcier - Association France Palestine Solidarité
    Uri Avnery - « The Magician’s Apprentice » - 22/08/15 - traduction FL/SW
    http://www.france-palestine.org/L-apprenti-sorcier

    (...) Je pense que les Iraniens ne voulaient pas beaucoup la bombe de toute façon. D’après tout ce que l’on peut constater, l’accord a provoqué la joie dans les rues de Téhéran. Le sentiment qui semble l’emporter est : « Grâce à Allah, nous avons fini par nous débarrasser de toutes ces absurdités ! »

    MAIS LA bombe qui n’existe pas a déjà causé d’immenses dommages à Israël. Bien pires que si elle existait dans quelque sombre caverne.

    Tous les Israéliens sont d’accord sur le fait que le principal capital dont dispose Israël est sa relation particulière, sans équivalent, avec les États-Unis. C’est unique.

    Unique et sans prix. En matière militaire, Israël obtient les systèmes d’armes dernier cri, pratiquement pour rien. Non moins important, Israël ne peut mener aucune guerre pendant plus de quelques jours sans un pont aérien d’alimentation en munitions et en pièces de rechange depuis les États-Unis.

    Mais cela ne représente qu’un petit élément de notre sécurité nationale. Encore plus importante est la conscience que vous ne pouvez menacer Israël sans affronter toute la puissance des États-Unis. C’est une protection formidable, que le monde envie.

    De plus, chaque pays du monde sait que si vous voulez obtenir quelque chose de Washington DC, et en particulier du Congrès des États-Unis, vous avez intérêt à passer par Jérusalem et à payer le prix. Combien cela vaut-il ?

    Et puis il y a le véto. Pas le petit véto qu’utilisera Obama pour neutraliser un vote du Congrès contre l’accord, mais le Grand Véto, celui qui bloque la moindre résolution du Conseil de Sécurité des Nations unies pour censurer Israël, même pour des actions qui en appellent à la justice céleste. Une occupation de 49 ans. Des centaines de milliers de colons qui violent le droit international. Des meurtres presque quotidiens.

    Condamner Israël ? N’y pensez pas. Des sanctions contre Israël ? Vous voulez rire. Tant qu’Israël est protégé par la puissance des États-Unis, il peut faire ce qu’il veut.

    C’est tout cela qui est maintenant mis en question. Peut-être le mal est-il déjà fait, comme des fissures invisibles dans les fondations d’un immeuble. L’étendue du mal pourrait n’apparaître que dans les prochaines années. (...)