organization:congrès des états-unis

  • Crépuscule d’octobre
    http://www.dedefensa.org/article/crepuscule-doctobre

    Crépuscule d’octobre

    02 octobre 2018 – Pourtant, il y eut beaucoup de précédent d’auditions de cette sorte au Congrès des États-Unis, où l’on s’affrontait, s’invectivait, dans un tourbillon d’anathèmes, de mensonges, de dénonciation infondées, d’attaques ad hominem, tout cela bien entendu sous le sceau sacré et infiniment ironique des prestations sous serment. C’était le cirque, après tout circus as usual de ce faux-empire de l’hypocrisie considérée comme une vertu ; mais il nous préparait sans que nous nous en avisions à la réduction, ou plutôt à l’éclosion de la tragédie-bouffe dans sa complète dimension catastrophique, en une tragédie pure et simple... La tragédie en soi pour la fin des États-Unis d’Amérique.

    L’audition du juge Kavanaugh est pour certains auxquels je ne suis pas étranger un tournant, le dernier (...)


  • La crucifixion de Jeremy Corbyn. Les amis d’Israël demandent sa totale reddition – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/09/04/la-crucifixion-de-jeremy-corbyn-les-amis-disrael-demandent-s

    Beaucoup pensent que la très visible domination des amis d’Israël sur certains aspects de la politique gouvernementale est un phénomène unique aux États-Unis, où les Juifs engagés et les sionistes chrétiens sont capables de contrôler à la fois les politiciens et le message médiatique relatif à ce qui se passe au Moyen-Orient. Malheureusement, la réalité est qu’il existe un « lobby israélien »dans de nombreux autres pays, tous dédiés à la promotion des agendas promus par les gouvernements israéliens successifs, quels que soient l’intérêt national du pays hôte. L’incapacité de confronter Israël à ses crimes contre l’humanité ainsi que de résister à ses diktats sur des questions telles que l’antisémitisme et le discours de haine a causé de terribles dommages à la liberté d’expression en Europe de l’Ouest et, plus particulièrement, dans le monde anglophone.

    Pour les États-Unis, cette corruption des médias et du processus politique par Israël a entraîné des guerres sans fin au Moyen-Orient ainsi que la perte des libertés civiles dans le pays, mais d’autres pays ont compromis leurs propres valeurs déclarées bien au-delà. L’ancien premier ministre canadien Stephen Harper a fait l’éloge, à tort, d’Israël comme étant une lumière qui « …brûle, brillante, soutenue par les principes universels de toutes les nations civilisées – liberté, démocratie, justice ». Il a également dit : « Je défendrai Israël à n’importe quel prix » pour le Canada, une affirmation que certains pourraient considérer comme très, très étrange pour un chef d’État canadien.

    Dans d’autres cas, Israël joue directement au dur, menaçant de représailles les gouvernements qui n’obéissent pas. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a récemment averti la Nouvelle-Zélande que soutenir une résolution de l’ONU condamnant les colonies israéliennes équivaudrait à une « déclaration de guerre ». Il a pu le faire parce qu’il avait confiance dans le pouvoir du lobby israélien dans ce pays pour se mobiliser et produire le résultat souhaité.

    Certains seront peut-être surpris d’apprendre que la « Mère des parlement » en Grande-Bretagne est peut-être l’organe législatif le plus dominé par les intérêts israéliens, plus, à bien des égards, que le Congrès des États-Unis. Le Parti conservateur au pouvoir a un Groupe des Amis d’Israël dont plus de 80 % de ses parlementaires font partie. BICOM, le Centre de communication et de recherche de la Grande-Bretagne, est un clone situé à Londres de l’American Israel Political Action Committee (AIPAC). Il est bien financé et politiquement puissant, travaillant par l’intermédiaire de ses différents mandataires « Amis d’Israël ». Les Américains pourraient être surpris d’apprendre à quel point ce pouvoir est manifeste, y compris qu’en Grande-Bretagne, les organisations juives sont autorisées à patrouiller les quartiers juifs de Londres dans des uniformes de type policier tout en conduisant des véhicules de type policier. Des rapports font état de patrouilles menaçant les musulmans qui cherchent à entrer dans ces quartiers.

    La Premier ministre Theresa May veille à ne jamais offenser ni Israël ni la riche et puissante communauté juive britannique. Après que le secrétaire d’État John Kerry a décrit le gouvernement d’Israël comme étant « d’extrême-droite », le 28 décembre 2016, May s’est précipitée à la défense de Tel Aviv, en disant « nous croyons qu’il n’est pas approprié d’attaquer la composition du gouvernement démocratiquement élu d’un allié ». La réplique de May aurait pu être écrite par Netanyahou, et c’était peut-être le cas. Deux semaines plus tard, son gouvernement a émis des « réserves » au sujet d’une conférence de paix au Moyen-Orient parrainée par le gouvernement français à la mi-janvier et n’a pas signé de déclaration commune appelant à une solution négociée à deux États au conflit israélo-palestinien après que Netanyahou a condamné avec véhémence les procédures.

    Cette déférence existe en dépit de la récente et étonnante révélation d’al-Jazeera, qui a révélé comment l’ambassade d’Israël à Londres manigance avec des fonctionnaires du gouvernement pour « faire tomber » les parlementaires et les ministres du gouvernement qui sont considérés comme critiques à l’égard de l’État juif. On a également appris que l’ambassade d’Israël subventionnait et conseillait secrètement des groupes privés qui défendaient les intérêts israéliens, y compris des associations de députés.

    Le chef des travaillistes britanniques, Jeremy Corbyn, fait l’objet d’attaques incessantes en raison du fait qu’il est le premier chef d’un parti politique majeur à résister au fait qu’on exige de lui qu’il place Israël sur un piédestal. Corbyn est en effet un homme de gauche qui s’est toujours opposé au racisme, au nationalisme extrême, au colonialisme et à l’interventionnisme militaire. Le crime de Corbyn est de critiquer l’État juif et d’appeler à « mettre fin à la répression du peuple palestinien ». Du coup, il est poursuivi sans pitié par les juifs britanniques, même ceux de son propre parti, depuis plus de deux ans.

    L’invective lancée par certains juifs britanniques et Israël a dernièrement monté en puissance, probablement parce que le gouvernement conservateur de Theresa May est perçu comme étant faible et qu’il y a une nette possibilité que le chef du Parti travailliste soit le prochain Premier ministre. Le fait qu’un premier ministre britannique puisse être compatissant au sort des Palestiniens est considéré comme tout à fait inacceptable.

    Le mois dernier, la parlementaire travailliste de droite, Margaret Hodge, a haussé les enchères, qualifiant Corbyn de « putain d’antisémite et de raciste ». Elle a ensuite écrit dans le Guardian que le Parti travailliste est « un environnement hostile pour les juifs ». Le Guardian, traditionnellement libéral, a en fait été à l’avant-garde de la critique juive de Corbyn, dirigée par son rédacteur en chef Jonathan Freedland, qui considère que « son identité juive est intimement liée à Israël, et qu’attaquer Israël, c’est l’attaquer personnellement (…) il exige le droit exclusif de contrôler les paramètres des discussions sur Israël ». Le mois dernier, il a publié dans son journal une lettre attaquant Corbyn, signée par 68 rabbins.

    Toutes ces attaques ont été plus ou moins orchestrées par le gouvernement israélien, qui soutient directement des groupes qui se sont unis pour faire tomber Corbyn. Cet effort pour détruire le leader travailliste inclus l’utilisation d’une application diffusant des messages via les médias sociaux accusant Corbyn d’antisémitisme. L’application a été développée par le ministère des Affaires stratégiques d’Israël, qui « dirige les efforts secrets d’Israël pour saboter le mouvement de solidarité avec la Palestine, dans le monde entier ».

    La campagne « se payer Corbyn » a deux objectifs principaux. La première est de le retirer de la direction du Parti travailliste, garantissant ainsi qu’il ne sera jamais élu Premier ministre, tout en éliminant du parti tous les membres qui sont perçus comme étant « trop critiques » à l’égard d’Israël. Dans la pratique, cela signifie toute personne critiquant Israël. Deuxièmement, il s’agit d’établir un principe juridique établissant que l’infraction de « crime de haine » antisémite soit spécifiquement définie de manière à inclure la critique d’Israël, ce qui fait qu’il sera criminel d’écrire ou de parler du comportement raciste d’Israël envers sa minorité musulmane et chrétienne tout en rendant impossible de discuter librement de ses crimes de guerre.

    Le principal argument utilisé contre Corbyn est que le Parti travailliste est inondé par l’antisémitisme et que Corbyn ne fait rien, ou pas assez, pour s’y opposer. Certains des coups les plus brutaux portés contre lui sont venus du groupe habituel aux États-Unis. Andrew Sullivan a récemment fait remarquer dans le New York Magazine que « lorsqu’il est apparu que Naz Shah, une nouvelle députée travailliste, avait donné son avis sur Facebook avant d’être élue pour qu’Israël soit transféré aux États-Unis, et que l’ancien maire de Londres, Ken Livingstone, l’a soutenue en soutenant que les nazis avaient initialement favorisé le sionisme, Corbyn n’a pas fait beaucoup d’histoires ». Sullivan a ensuite écrit : « Il est alors apparu que Corbyn lui-même avait souscrit à divers groupes pro-palestiniens sur Facebook où un antisémitisme de base s’est épanoui » et qu’il avait même « … assisté à une réunion sur la Journée commémorative de l’Holocauste en 2010, intitulée ‘Plus jamais pour personne : ‘D’Auschwitz à Gaza’, assimilant les Israéliens aux nazis ».

    En d’autres termes, Corbyn aurait dû être responsable de la qualité des points de vue personnels de Shah et Livingstone, qui ont par la suite été suspendus du Parti travailliste et Livingstone a fini par démissionner. Il aurait également dû éviter les commentaires des Palestiniens sur Facebook parce que des antisémites présumés contribuent occasionnellement à donner leurs opinions et ne devraient reconnaître en aucune façon les crimes de guerre israéliens commis quotidiennement à Gaza.

    Corbyn doit donc accepter le fait qu’il doit être un antisémite, comme le discernent Andrew Sullivan de ce côté-ci de l’Atlantique et une foule de soutiens Israéliens en Grande-Bretagne. Mais le pire crime du dirigeant travailliste qui est considéré comme une « menace existentielle » pour le peuple juif partout dans le monde est sa résistance à la pression exercée sur lui pour qu’il endosse et adopte la définition précise et multidimensionnelle de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA) de ce qui constitue l’antisémitisme. La définition de base de l’antisémitisme de l’IHRA est suffisamment raisonnable, y compris « une certaine perception des juifs, qui peut s’exprimer sous forme de haine envers les Juifs. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme s’adressent à des individus juifs ou non-juifs et/ou à leurs biens, aux institutions communautaires juives et aux installations religieuses ».

    Le Parti travailliste et Corbyn ont accepté cette définition mais se sont opposés à onze « exemples contemporains d’antisémitisme » également fournis par l’IHRA, dont quatre n’ont rien à voir avec les Juifs et tout à voir avec Israël. Ces exemples sont :

    Accuser des citoyens juifs d’être plus loyaux envers Israël, ou envers les prétendues priorités des Juifs dans le monde entier, qu’envers les intérêts de leurs propres nations.
    Priver le peuple juif de son droit à l’autodétermination, par exemple en prétendant que l’existence d’un État d’Israël est une entreprise raciste.
    Établir des comparaisons entre la politique israélienne contemporaine et celle des nazis.
    Appliquer deux poids deux mesures en exigeant d’Israël un comportement qui n’est pas attendu ou exigé d’une autre nation démocratique.
    On peut observer que beaucoup de juifs – pas tous ou même la plupart – mais beaucoup ont une double loyauté dans laquelle l’allégeance à Israël est dominante. Je citerai à titre d’exemple l’actuel ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, qui passe une grande partie de son temps à défendre Israël. Et il y a aussi les juifs américains qui ont espionné pour Israël, y compris Jonathan Pollard et les membres de l’AIPAC, Steven J. Rosen et Keith Weissman, qui ont obtenu des informations classifiées de Lawrence Franklin et ont ensuite transmis ce qu’ils avaient obtenu aux services de renseignements israéliens.

    Et oui, Israël est une « entreprise raciste ». Jetez un coup d’œil à la récente loi sur la nationalité adoptée par la Knesset qui déclare qu’Israël est un État juif. Elle n’accorde l’autodétermination qu’à ceux qui vivent à l’intérieur de ses frontières et qui sont juifs. Et si l’utilisation de distinctions raciales pour une citoyenneté à part entière tout en bombardant des hôpitaux et des écoles, tout en faisant la queue pour tirer sur des milliers de manifestants palestiniens non armés, n’est pas un comportement nazi, alors qu’est-ce que c’est ? Israël et son chef sont parfois comparés aux nazis et à Adolf Hitler parce qu’ils se comportent comme les nazis et Adolf Hitler.

    Et enfin, il y a la définition qui remet en question toute remise en question du fait qu’Israël ne se comporte pas comme les autres nations démocratiques. Eh bien, tout d’abord, Israël n’est pas une démocratie. C’est une théocratie ou une ethnocratie ou, si vous préférez, un État policier. D’autres pays qui se disent démocratiques ont des droits égaux pour tous les citoyens. D’autres démocraties n’ont pas des centaines de milliers de colons qui volent la terre et même les ressources en eau de la population indigène et la colonisent au profit d’un seul segment de sa population. D’autres démocraties ne tirent pas régulièrement sur les manifestants morts et non armés. Combien de démocraties pratiquent actuellement le nettoyage ethnique, comme le font les Juifs israéliens envers les Palestiniens ?

    Corbyn cédera-t-il aux demandes de l’IHRA pour sauver sa peau en tant que chef de parti ? Je pense qu’il le fera, comme il le fait déjà régulièrement en concédant des points et en s’excusant, en rendant publiquement l’obéissance requise à l’Holocauste comme étant « le pire crime du XXe siècle ». Et chaque fois qu’il essaie d’apaiser ceux qui veulent l’attraper, il s’affaiblit. Même s’il se soumettait complètement, les soutiens israéliens qui sont chauds pour l’attraper, ayant le contrôle significatif des médias comme aux États-Unis continueront à attaquer jusqu’à ce qu’ils trouvent le point précis qui le fera tomber. Le Conseil exécutif national du parti travailliste se réunira en septembre pour voter sur la pleine acceptation de la définition de l’antisémitisme de l’IHRA. S’ils s’agenouillent, comme il est probable, devant cette force majeure, ce sera la fin de la liberté d’expression en Grande-Bretagne. Critiquer Israël et vous irez en prison.

    C’est exactement la même chose qui se passe aux États-Unis. La critique d’Israël ou la protestation contre Israël sera tôt ou tard criminalisée. Je me demande parfois si le sénateur Ben Cardin et les autres qui font la promotion de cette loi sur la haine comprennent vraiment ce qui sera perdu lorsqu’ils sacrifieront la Constitution américaine pour défendre Israël. Une fois que la liberté d’expression aura disparu, elle ne reviendra jamais.

    Philip Giraldi

    Traduit par Wayan, relu par Cat, vérifié par Diane pour le Saker francophone                                                                                                                                    lesakerfrancophone.fr/la-crucifixion-de-jeremy-corbyn-les-amis-disrael-demandent-sa-totale-reddition


  • Étrange : l’Inde estime ne pas dépendre des lois US
    http://www.dedefensa.org/article/etrange-linde-estime-ne-pas-dependre-des-lois-us

    Étrange : l’Inde estime ne pas dépendre des lois US

    Il semble qu’une délégation du Congrès des États-Unis ait rendu visite il y a quelques semaines aux dirigeants indiens pour leur rappeler aimablement qu’il existe une loi, qu’eux-mêmes ont votée, la loi dite-CAATSA (pour Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act). Les parlementaires US estime que “CAATSA” est aisément prononcé et compréhensible en langue hindi, ce qui devrait suffire à convaincre l’Inde de ne pas acheter le système S-400 russe. Le ministre de la défense leur a expliqué (en bon anglais) qu’“il s’agit d’une législation US et non d’une législation de l’ONU, et encore moins d’une loi indienne, donc qu’elle ne s’applique en rien à l’Inde”. Le ministre a confirmé que le contrat des S-400 en cours de finalisation devrait être solennellement (...)


  • Kafka, stratège crisique entre la Turquie et le F-35
    http://www.dedefensa.org/article/kafka-stratege-crisique-entre-la-turquie-et-le-f-35

    Kafka, stratège crisique entre la Turquie et le F-35

    Dans ces temps difficiles pour l’alliance transatlantique, sans parler de la complexité de la situation syrienne, il était évident que si vous mettiez au départ en présence le président turc Erdogan, le Congrès des États-Unis et le F-35, vous risquiez de connaître des complexités labyrinthiques et une sorte de tragédie-bouffe kafkaïenne. La situation se corsait encore plus si les Turcs avaient entretemps commandé le missile sol-air russe S-400, transaction inadmissible pour les USA et cas de rupture des livraisons non encore commencées de F-35 au Turquie ; et que dire de plus si Erdogan, dans un de ces emportements lyriques dont il a le secret, annonçait que non seulement il achetait du S-400 mais qu’il proposait aux Russes une production commune du (...)


  • Donald Trump confirme la levée des sanctions économiques contre l’Iran
    http://www.lemonde.fr/donald-trump/article/2018/01/12/donald-trump-confirme-la-levee-des-sanctions-economiques-contre-l-iran_52411

    Durcir c’est améliorer

    Les Etats-Unis restent, pour l’instant, dans l’accord historique de 2015 sur le nucléaire iranien, mais Donald Trump a lancé, vendredi 12 janvier, un ultimatum aux Européens afin qu’ils l’aident à le durcir dans les prochains mois s’ils veulent éviter un retrait pur et simple de Washington.

    [...]

    Donald Trump, qui n’a jamais fait mystère de son intention de voir annulée cette convention d’encadrement du programme nucléaire iranien, donne donc au Congrès des Etats-Unis et aux pays européens parties prenantes une date-limite pour l’améliorer.


  • Petite histoire de la propagande de guerre 2,les couveuses du Koweit ou quand l’armée de Saddam Hussein « assassinait » les bébés – Histoire, faits, documents et débats
    https://accrobac.wordpress.com/2017/09/07/petite-histoire-de-la-propagande-de-guerre-2les-couveuses-du-kow

    Le 14 octobre 1990, une jeune femme koweïtienne, appelée par les médias « l’infirmière Nayirah », témoigne, les larmes aux yeux, devant une commission du Congrès des États-Unis. L’événement est retransmis rapidement par les télévisions du monde entier
    La jeune fille, coachée selon certaines sources par Michael Deaver, ancien conseiller en communication de Ronald Reagan, s’appelait al-Ṣabaḥ, et était la fille de l’ambassadeur du Koweït à Washington Saud bin Nasir Al-Sabah. L’association Citizens for a Free Kuwait, organisée par le gouvernement du Koweït exilé, avait commandé cette campagne à la compagnie de relations publiques Hill & Knowlton (pour la somme de 10 millions de dollars).

    #Iraq #histoire #guerre


  • Triste(s) État(s) de l’Union
    http://www.dedefensa.org/article/tristes-etats-de-lunion

    Triste(s) État(s) de l’Union

    19 mai 2017 – Nous nous intéressons à une dynamique assez peu mise en évidence, du point de vue de la communication ; on lui préfère manifestement les diverses jacasseries plus ou moins putschistes de Washington D.C., – sans prendre garde au fait que ces jacasseries alimentent évidemment cette dynamique discrète. Il s’agit d’un mouvement lancé aux USA pour parvenir à une Convention Constitutionnelle débouchant sur une proposition d’amendement à la Constitution. Il s’agit de l’application de l’Article V de la Constitution des Etats-Unis stipulant que si deux tiers des États de l’Union proposent un amendement à la Constitution, le Congrès des États-Unis est requis d’en débattre pour se prononcer sur la validité de l’amendement. (Les amendements ont en général une importance (...)


  • Nouvelles de la Résistance : Rand rejoint Tulsi
    http://www.dedefensa.org/article/nouvelles-de-la-resistance-rand-rejoint-tulsi

    Nouvelles de la Résistance : Rand rejoint Tulsi

    L’état de l’esprit de l’antiSystème est résilient, selon un terme souvent utilisé par les temps qui courent si vite, autant qu’il est Résistance en soi. Qui plus est, il se niche partout, y compris au Congrès des États-Unis, ce temple de la corruption-Système. Ainsi en est-il avec l’annonce heureuse d’une union entre la magnifique Tulsi Gabbard, démocrate héroïque à la Chambre, et Rand Paul, fils de Ron et républicain opiniâtre au Sénat. Le second a rejoint la première pour co-parrainer symboliquement, en introduisant une proposition identique au Sénat, la proposition de loi dite SATA (Stop Arming Terrorists Act) qu’a lancée à la Chambre la députée de Hawaii, interdisant la livraison d’armes US aux organisations terroristes type-Daesh et le reste.

    Il s’agit (...)


  • Henry Kissinger a-t-il une conscience ? (New Yorker) — Jon Lee ANDERSON
    http://www.legrandsoir.info/henry-kissinger-a-t-il-une-conscience-new-yorker.html

    Le mois de mai dernier, alors que le président Obama se rendait en Argentine pour se réunir avec le nouveau président, Mauricio Macri, ses apparitions publiques ont été tourmentées par des manifestants qui ont bruyamment demandé des explications, ainsi que des excuses, au sujet des pratiques étasuniennes, passées et actuelles. Il existe peu de pays en Occident où l’antiaméricanisme s’exprime aussi vigoureusement qu’en Argentine, où une culture très politisée de la plainte a évolué vers une situation dans laquelle de nombreux problèmes du pays sont reprochés aux Etats-Unis. Il existe à gauche, tout particulièrement, une rancune persistante à cause du soutien octroyé par le gouvernement des Etats-Unis à l’aile droite militaire Argentine, qui a pris le pouvoir en mars 1976 et a instauré une "Guerre sale" contre la gauche, causant la mort de milliers de vies durant les sept années qui suivirent.

    La visite d’Obama a coïncidé avec le quarantième anniversaire du coup d’État. Il a précisément rendu hommage aux victimes de la Guerre sale en visitant un sanctuaire construit en leur honneur dans la périphérie de Buenos Aires. Lors d’un discours prononcé à cet endroit, Obama a reconnu ce qu’il a appelé le "péché par omission américain", mais sans aller jusqu’à présenter de véritables excuses. "Les démocraties doivent avoir le courage de reconnaître lorsqu’elles ne sont pas à la hauteur des principes qu’elles proclament, (...) et nous avons été trop lents à parler franchement de la question des droits de l’homme, et ce fut le cas ici."

    Durant la période préparatoire du voyage d’Obama, Susan Rice, la conseillère pour la sécurité nationale du président, avait annoncé l’intention du gouvernement de déclassifier des milliers de documents de l’armée étasunienne et des services secrets appartenant à cette période tumultueuse de l’histoire Argentine. Un geste de bonne volonté dans le but de souligner les efforts en cours mis en place par Obama pour changer la dynamique des relations entre les Etats-Unis et l’Amérique latine – "pour enterrer les derniers vestiges de la Guerre Froide", comme il l’avait signalé à La Havane lors de ce même voyage.

    La semaine dernière, une première tranche de ces documents déclassifiés a été publiée. Les documents révèlent que des fonctionnaires de la Maison Blanche et du Département d’Etat étaient très au fait du caractère sanguinaire de l’armée argentine, et que certains de ces fonctionnaires étaient horrifiés par ce qu’ils savaient. D’autres, tout particulièrement Henry Kissinger, ne l’étaient pas du tout. Dans un câble de 1978, l’ambassadeur étasunien, Raul Castro, écrit à propos d’une visite de Kissinger à Buenos Aires, où il était reçu en tant qu’invité du dictateur, Jorge Rafael Videla, alors que le pays recevait la Coupe du Monde : "Mon unique préoccupation est que le concert intarissable d’éloges de Kissinger au sujet des mesures prises par l’Argentine pour éradiquer le terrorisme ne soit trop monté à la tête de ses hôtes", écrivit Castro. L’ambassadeur poursuivit anxieusement : "Nous courons le risque que l’Argentine utilise les éloges de Kissinger comme justification pour durcir sa position vis-à-vis des droits de l’homme."

    Les dernières révélations dévoilent le portrait d’un Kissinger qui a agi comme l’incitateur impitoyable, pour ne pas dire co-conspirateur actif, des régimes militaires latino-américains impliqués dans des crimes de guerre. Des documents déclassifiés antérieurement, sous l’administration Clinton, avaient déjà prouvé que Kissinger, non seulement était au courant des agissements des militaires, mais aussi qu’il les avait activement encouragés. Deux jours après le coup d’Etat en Argentine, Kissinger est briefé par son Secrétaire d’Etat assistant pour les affaires Inter-Américaines, William Rogers, qui le prévient : "Je pense qu’il faut s’attendre à pas mal de répression, probablement à une bonne dose de sang, d’ici peu en Argentine. Je pense qu’ils vont devoir s’en prendre très durement non seulement aux terroristes mais aussi aux dissidents des syndicats et des partis opposants." Ce à quoi Kissinger répond, "Quelles que soient les risques qu’ils encourent, ils auront besoin d’un peu d’encouragement... et je veux vraiment les encourager. Je ne veux pas leur donner l’impression qu’ils ont les Etats-Unis sur le dos."

    Sous la direction de Kissinger, il est certain que [les militaires] n’étaient pas tourmentés. Juste après le coup d’Etat, Kissinger a envoyé son soutien aux généraux et a renforcé ce message en approuvant un ensemble de mesures d’assistance sécuritaire américaine. Durant une réunion avec le Ministre argentin des Affaires étrangères, deux mois plus tard, Kissinger lui conseilla en clignant de l’œil, d’après le mémo de la conversation archivé, "Nous sommes conscients de la période difficile que vous traversez. Ce sont des temps étranges, où les activités politiques, criminelles et terroristes tendent à se rejoindre sans séparation claire. Nous comprenons que vous deviez rétablir votre autorité. .. S’il y a des choses à faire, vous devriez les faire rapidement."

    Les forces militaires argentines ont fait un coup d’Etat afin d’étendre et d’institutionnaliser une guerre qui était déjà en cours contre les guérillas de gauche et leurs sympathisants. Ils appelèrent cette campagne le Processus de Réorganisation Nationale, ou plus simplement "le processus". Durant la Sale guerre, nous le savons bien aujourd’hui, jusqu’à 30 000 personnes ont été enlevées, torturées et exécutées par les forces de sécurité. Des centaines de suspects ont été enterrés anonymement dans des fosses communes, des milliers d’autres furent déshabillés, drogués, embarqués dans des avions militaire et lancés en plein vol à la mer, vivants. Le terme "los desaparecidos " – "les disparus" – est depuis devenu un apport de l’Argentine au vocabulaire de l’humanité.

    Pendant la période du coup d’Etat, Gerald Ford était le président intérimaire des Etats-Unis et Henry Kissinger avait la double fonction de Secrétaire d’Etat et conseiller pour la Sécurité nationale, postes qu’il avait déjà occupé pendant l’administration de Nixon. Immédiatement après les événements en Argentine, suite aux recommandations de Kissinger, le Congrès des États-Unis a approuvé la demande d’assistance en matière de sécurité de la junte pour un montant de 50 millions de dollars, auxquels se sont ajoutés 30 millions de dollars avant la fin de cette même année. Des programmes d’entraînement militaires et des ventes d’avion pour une valeur de plusieurs centaines de millions de dollars ont aussi été autorisés. En 1978, après un an de présidence de Jimmy Carter, les inquiétudes en matière de violations des droits de l’homme ont mis fin à l’aide étasunienne. Plus tard, la nouvelle administration a cherché à écarter la junte militaire de toute assistance financière internationale. Néanmoins, ces restrictions ont été annulées avec l’arrivée de Reagan à la Maison-Blanche, début 1981.

    Dans les faits, Kissinger n’a jamais été inquiété pour ses actions au Chili, où des milliers de personnes ont été assassinées par les hommes de main de Pinochet, ou pour le Vietnam ou le Cambodge, où il a ordonné des bombardements aériens à grande échelle qui ont couté la vie d’innombrables civils. L’un de ces principaux critiques, feu Christopher Hitchens, a publié en 2001 un pavé accusateur –"Le Procès de Henri Kissinger" – dans lequel il réclamait que Kissinger soit poursuivi "pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité, et pour infractions contre le droit coutumier ou international, incluant la conspiration pour commettre des meurtres, des enlèvements, et la torture".

    En pleine Guerre Sale, bien entendu, les généraux argentins nièrent tout simplement tout événement malencontreux. Interrogés au sujet des "disparus", le leader du coup d’Etat, le Général Videla, expliqua avec une froide ambiguïté, "Les disparus sont simplement cela : des disparus. Ils ne sont ni vivants ni morts. Ils sont disparus". D’autres officiers suggéraient que les disparus étaient probablement en train de se cacher, préparant des actions terroristes contre la patrie. En réalité, la grande majorité d’entre eux était brutalisée par des agents gouvernementaux dans des prisons secrètes, pour être ensuite – ans la plupart des cas – exécutés. Comme en Allemagne durant l’holocauste, une grande partie de la population argentine comprenait ce qu’il se passait, mais gardait le silence dans un esprit de complicité, ou de peur. Signe d’une époque durant laquelle il était plus simple de se voiler la face, les Argentins qui assistaient à l’enlèvement de leurs voisins par des policiers en civil pour ne jamais revenir adoptèrent une expression qui devint populaire dans le pays : "Algo habrán hecho" – "Ils ont sûrement fait quelque chose".

    De nombreuses preuves sont là pour confirmer l’insensibilité totale de Kissinger, pour certaines aussi inexplicables que choquantes. Il y a aussi une attitude machiste dans certaines de ses remarques. Cela pourrait se comprendre, peut-être, s’il n’avait jamais vraiment exercé de pouvoir, comme c’est le cas jusqu’à maintenant du candidat à la présidence Donald Trump et ses offenses gratuites. Et puis l’on se rend compte que Kissinger, la plus ancienne et emblématique figure de paria de l’histoire moderne des États-Unis, n’est qu’un individu parmi toute une série de personnages à la fois craints et méprisés à cause de l’immoralité des services qu’ils ont rendu mais toujours protégés par l’establishment politique en reconnaissance de ces mêmes services. Les noms de William Tecumseh Sherman, Curtis LeMay, Robert McNamara, et, plus récemment, Donald Rumsfeld, nous viennent à l’esprit.

    Dans le remarquable documentaire d’Errol Morris The Fog War (2003), nous voyions que Mc Namara, qui était un octogénaire à l’époque, était un homme tourmenté qui affrontait ses vieux démons, sans y parvenir, à cause du fardeau moral dû à ses actions en tant que Secrétaire de la Défense américain pendant la Guerre du Vietnam. Il a récemment publié un mémoire dans lequel il tente de faire face à son héritage. A cette période, un journaliste nommé Stephen Talbot l’a interviewé, et a ensuite obtenu une interview avec Kissinger. Il écrivit plus tard sur sa première rencontre avec Kissinger : « Je lui ai dit que je venais d’interviewer Robert McNamara à Washington. Ça a retenu son attention, tout d’un coup il est devenu sérieux et puis il a fait quelque chose d’extraordinaire. Il a commencé à pleurer. Mais non, pas avec de vraies larmes... Tout juste devant moi, Henri Kissinger était en train de faire du théâtre. "Boohoo, boohoo," fit-il, en imitant un bébé qui pleure en frottant ses yeux. "Il s’autoflagelle encore n’est-ce pas ? Il se sent encore coupable." Il dit cela d’une voix chanteuse et d’un ton moqueur, en se tapotant le cœur. »

    McNamara est mort en 2009,à l’âge que Kissinger a aujourd’hui – 93 ans – mais les problèmes de conscience qu’il a publiquement exprimés vers la fin de sa vie ont aidé à adoucir sa sombre réputation. Maintenant qu’il approche la fin de sa vie, Kissinger doit se demander quel sera son propre héritage. Il peut être sûr que, au moins, son inébranlable soutien au projet de la superpuissance américaine, peu importe ce qu’il aura coûté en vies, représentera une grande part de cet héritage. Néanmoins, contrairement à McNamara qui aura tenté d’exprimer une certaine repentance tant méprisée par Kissinger, celui-ci n’a fait que démontrer qu’il ne possédait pas de conscience. Et c’est pour cela qu’il paraît fort probable que l’histoire ne l’acquittera pas si facilement.

    Jon Lee Anderson, est un journaliste, contributeur du New Yorker depuis 1998.

    Le New Yorker est un magazine hebdomadaire étasunien fondé en 1935 qui publie des reportages mais aussi de la critique, des essais, des bandes dessinées, de la poésie et des fictions. Depuis 2004, il a soutenu les candidats démocrates à la Maison Blanche. Il est catalogué comme étant de tendance libérale.

    Traduit pour Le Grand Soir par Luis Alberto Reygada (Twitter : @la_reygada – la.reygada@gmail.com).

    20 août 2016


  • A marche forcée vers l’autodestruction
    http://www.dedefensa.org/article/a-marche-forcee-vers-lautodestruction

    A marche forcée vers l’autodestruction

    2 mars 2016 – A Washington, les stars antiSystème poussent comme des champignons par une saison humide, soudainement survenue sans doute à cause du changement climatique dont on ne manquera pas d’investiguer sur l’intéressante question de savoir à quel pourcentage il faut fixer la responsabilité humaine. La dernière en date de ces stars antiSystème est une ravissante jeune femme de 31 ans, d’origine polynésienne (des îles Samoa), citoyenne US à Hawaï, qui a servi comme soldat(e) en Irak en 2003, qui est en train de prendre une stature considérable à la Chambre des représentants où elle est une des représentante d’Hawaï pour une seconde législature, et où elle ne cesse d’affirmer la puissance de ses vues politiques et de la dialectique pour les exprimer.

    Tulsi Gabbard (...)


    • sur https://www.votetulsi.com

      [Tulsi Gabbard,] l’oiseau rare s’est envolée du nid ! Le 15 octobre dernier, on fêtait la désignation de Gabbard à la vice-présidence du DNC (Democratic National Committee), un beau coup pour une parlementaire de son âge (la plus jeune parlementaire du genre-femme au Congrès des États-Unis), devenant ainsi la n°2 dans la structure bureaucratique du parti. Avant-hier, elle a démissionné, parce que sa fonction l’oblige à la neutralité par rapport aux candidats démocrates, alors qu’elle veut absolument soutenir Sanders. L’oiseau rare est aussi, et ainsi volatile d’autant plus rare, hors du contrôle du vieux parti démocrate dont Hillary est l’accorte représentante aux yeux hallucinées dans ces primaires.


  • État islamique contre #Al-Qaïda, la rivalité de l’horreur

    Beyrouth, Paris et San Bernardino, en Californie. En moins de deux mois, le groupe armé État islamique (EI) et ses adeptes ont ébranlé le monde et fait des centaines de victimes.

    En fait, l’EI est en train de l’emporter sur Al-Qaïda, explique Francesco Cavatorta, spécialiste du Moyen-Orient et professeur à l’Université Laval, à Québec, en ce qui concerne le recrutement et le financement, surtout chez les jeunes.

    En octobre dernier, le chef du Centre national américain de lutte contre le terrorisme, Nick Rasmussen, déclarait devant le Congrès des États-Unis que l’État islamique avait dépassé Al-Qaïda comme « leader mondial des mouvements extrémistes violents », soulignant que l’EI avait accès à un « grand réservoir de recrues potentielles dans les pays occidentaux ».

    http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/special/2015/12/etat-islamique-al-qaida/index.html
    #EI #Al-Qaida #ISIS #Etat_islamique


  • Le triangle de la géopolitique économique : énergie, #dollar, politique monétaire
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/291215/le-triangle-de-la-geopolitique-economique-energie-dollar-politique-monetai

    Après quarante ans d’interruption, le Congrès des États-Unis vient d’autoriser à nouveau l’exportation de #pétrole à partir du territoire américain. Une décision hautement symbolique, illustrant la mutation en cours dans les grands équilibres de la géopolitique économique. Analyse, en collaboration avec #Kenneth_Courtis.

    #Economie #Abenomics #Chine #Crise #Etats-Unis #Fed #Janet_Yellen #Partenariat_Transpacifique #Russie #yuan


  • La guerre secrète multinationale de la CIA en Syrie et le chaos islamiste
    http://www.dedefensa.org/article/la-guerre-secrete-multinationale-de-la-cia-en-syrie-et-le-chaos-islamiste

    La guerre secrète multinationale de la CIA en Syrie et le chaos islamiste

    Le mythe de l’« inaction » militaire occidentale contre le régime syrien

    Ces derniers mois, le secrétaire à la Défense Ashton Carter et le général Lloyd Austin – qui dirige les opérations du Pentagone au Moyen-Orient et en Asie centrale –, ont tous deux reconnu l’échec du programme de formation de rebelles « modérés » pour lutter contre Daech en Syrie. Monsieur Carter a d’abord affirmé devant le Congrès des États-Unis que seulement 60 combattants avaient été formés dans le cadre de cette opération, lancée en 2014 et budgétée à hauteur de 500 millions de dollars ; (1) puis le général Austin a estimé que seuls « 4 ou 5 » hommes entraînés par les militaires états-uniens étaient alors actifs sur le terrain. (2) À la suite d’un ultime revers, ce (...)


  • La guerre secrète de la CIA en Syrie et le chaos islamiste
    http://www.dedefensa.org/article/la-guerre-secrete-de-la-cia-en-syrie-et-le-chaos-islamiste

    La guerre secrète de la CIA en Syrie et le chaos islamiste

    Le mythe de l’« inaction » militaire occidentale contre le régime syrien

    Ces derniers mois, le secrétaire à la Défense Ashton Carter et le général Lloyd Austin – qui dirige les opérations du Pentagone au Moyen-Orient et en Asie centrale –, ont tous deux reconnu l’échec du programme de formation de rebelles « modérés » pour lutter contre Daech en Syrie. Monsieur Carter a d’abord affirmé devant le Congrès des États-Unis que seulement 60 combattants avaient été formés dans le cadre de cette opération, lancée en 2014 et budgétée à hauteur de 500 millions de dollars ; (1) puis le général Austin a estimé que seuls « 4 ou 5 » hommes entraînés par les militaires états-uniens étaient alors actifs sur le terrain. (2) À la suite d’un ultime revers, ce programme (...)


  • L’apprenti sorcier - Association France Palestine Solidarité
    Uri Avnery - « The Magician’s Apprentice » - 22/08/15 - traduction FL/SW
    http://www.france-palestine.org/L-apprenti-sorcier

    (...) Je pense que les Iraniens ne voulaient pas beaucoup la bombe de toute façon. D’après tout ce que l’on peut constater, l’accord a provoqué la joie dans les rues de Téhéran. Le sentiment qui semble l’emporter est : « Grâce à Allah, nous avons fini par nous débarrasser de toutes ces absurdités ! »

    MAIS LA bombe qui n’existe pas a déjà causé d’immenses dommages à Israël. Bien pires que si elle existait dans quelque sombre caverne.

    Tous les Israéliens sont d’accord sur le fait que le principal capital dont dispose Israël est sa relation particulière, sans équivalent, avec les États-Unis. C’est unique.

    Unique et sans prix. En matière militaire, Israël obtient les systèmes d’armes dernier cri, pratiquement pour rien. Non moins important, Israël ne peut mener aucune guerre pendant plus de quelques jours sans un pont aérien d’alimentation en munitions et en pièces de rechange depuis les États-Unis.

    Mais cela ne représente qu’un petit élément de notre sécurité nationale. Encore plus importante est la conscience que vous ne pouvez menacer Israël sans affronter toute la puissance des États-Unis. C’est une protection formidable, que le monde envie.

    De plus, chaque pays du monde sait que si vous voulez obtenir quelque chose de Washington DC, et en particulier du Congrès des États-Unis, vous avez intérêt à passer par Jérusalem et à payer le prix. Combien cela vaut-il ?

    Et puis il y a le véto. Pas le petit véto qu’utilisera Obama pour neutraliser un vote du Congrès contre l’accord, mais le Grand Véto, celui qui bloque la moindre résolution du Conseil de Sécurité des Nations unies pour censurer Israël, même pour des actions qui en appellent à la justice céleste. Une occupation de 49 ans. Des centaines de milliers de colons qui violent le droit international. Des meurtres presque quotidiens.

    Condamner Israël ? N’y pensez pas. Des sanctions contre Israël ? Vous voulez rire. Tant qu’Israël est protégé par la puissance des États-Unis, il peut faire ce qu’il veut.

    C’est tout cela qui est maintenant mis en question. Peut-être le mal est-il déjà fait, comme des fissures invisibles dans les fondations d’un immeuble. L’étendue du mal pourrait n’apparaître que dans les prochaines années. (...)


  • Netanyahou, président de la droite américaine ?, par Serge Halimi
    http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2015-03-04-Netanyahou-aux-Etats-unis

    Il y a une vingtaine d’années, un ancien candidat républicain à l’élection présidentielle américaine avait comparé le Congrès des Etats-Unis à un « territoire israélien occupé ». En 2015, il est devenu inimaginable qu’un dirigeant républicain s’exprime avec autant de perfidie. M. Benjamin Netanyahou et ses idées s’imposent en effet sans résistance et sans effort dans le cénacle des parlementaires de Washington.


  • Une déclaration de Snowden : le 5 juin on redémarre le Net !
    http://www.framablog.org/index.php/post/snowden-reset-the-net

    "Aujourd’hui, nous pouvons commencer à agir efficacement pour arrêter la collecte de nos communications en ligne, même si le Congrès des États-Unis ne parvient pas à l’obtenir. C’est pourquoi je vous demande de vous joindre à moi le 5 Juin pour la Réinitialisation du Net, quand les gens et les entreprises du monde entier vont se concerter pour concevoir des solutions technologiques qui pourront mettre un terme aux programmes de surveillance de la masse de n’importe quel gouvernement. C’est le début d’une période où nous les peuples commençons à protéger nos droits universels humains avec des lois naturelles[1] plutôt qu’avec les lois des (...)

    #actu_web_c


  • « Une guerre attisera les flammes au Proche-Orient »
    http://www.monde-diplomatique.fr/2008/04/OBAMA/15768 (#2008/04)

    Discours du sénateur de l’Etat de l’Illinois Barack Obama, le 2 octobre 2002, contre l’invasion de l’Irak.

    Quelques mois avant l’invasion de l’#Irak par les armées anglo-américaines, M. Barack Obama, alors élu de l’Etat de l’Illinois (il est devenu membre du Congrès des #Etats-Unis en janvier 2005), annonce et explique son opposition à la guerre lors d’un rassemblement pacifiste.

    Son discours intervient alors que la popularité du président Bush est au zénith et que nombre d’élus démocrates, dont Mme Hillary Clinton, appuient les orientations militaires de la Maison Blanche.

    #Conflit #Pacifisme #Politique #Terrorisme #Démocratie #Proche-Orient