organization:cour suprême israélienne

  • L’Apartheid de l’intérieur ? Les citoyens palestiniens d’Israël
    Par Yara Hawari, le 23 novembre 2017 | Source : Al-Shabaka | Traduction : J. Ch. pour l’Agence Média Palestine
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2017/11/27/lapartheid-de-linterieur-les-citoyens-palestiniens-disrael

    (...) La citoyenneté en tant que mécanisme d’apartheid

    On dit souvent que les Palestiniens d’Israël sont des citoyens « de deuxième classe », et pourtant cette expression ne reflète pas la réalité. Bien qu’on ait donné la citoyenneté israélienne aux Palestiniens qui sont restés à l’intérieur des frontières du nouvel Etat, on ne l’a pas utilisée d’emblée comme un mécanisme d’inclusion. C’est parce que, en Israël, à la différence de la plupart des pays, citoyenneté et nationalité sont des termes et des catégories distincts. Alors qu’il existe quelque chose comme la citoyenneté israélienne, il n’y a pas de nationalité israélienne ; la nationalité est plutôt définie selon des axes religieux/ethniques. Israël définit 137 nationalités possibles, dont juive, arabe et druze, qui sont consignées sur les cartes d’identité et dans l’enregistrement des bases de données. Pourtant, parce que l’État se définit constitutionnellement comme juif, ceux qui jouissent de la nationalité juive éclipsent la population non juive (principalement palestinienne).

    Comme la nation juive et l’État d’Israël sont considérés comme une seule et même entité, la conséquence est l’exclusion des citoyens non-juifs. Le rapport de la CESAO explique que la différenciation entre citoyenneté et nationalité permet un système raciste sophistiqué et camouflé, pas forcément détectable par un observateur ignorant. Le système divise la population en deux catégories (Juifs et non-Juifs), incarnant la définition même de l’apartheid. Les citoyens palestiniens sont ainsi désignés comme des « Arabes israéliens », terme devenu commun dans les médias traditionnels. En plus d’agir comme faisant partie du mécanisme d’exclusion binaire, cette appellation cherche à nier l’identité palestinienne de ces citoyens tout en permettant à Israël de se présenter comme un Etat divers et multiculturel. Ceci entre en jeu dans l’accès à la terre, au logement, à l‘éducation, comme on en parlera plus loin.

    Les citoyens palestiniens ainsi que les Juifs israéliens ont mis plusieurs fois en doute la question de citoyenneté et nationalité devant les tribunaux israéliens. Alors que les Palestiniens l’ont fait pour essayer de gagner la totalité des droits à l’intérieur de l’État, les Juifs israéliens cherchaient généralement à renoncer à l’identité ethnique et religieuse. Jusqu’ici, la Cour Suprême israélienne a rejeté toutes les requêtes demandant à changer la loi en se fondant sur le fait que la nationalité israélienne permettrait techniquement l’inclusion des citoyens non-juifs et mettrait en question le soutènement sioniste d’Israël en tant qu’Etat-nation juif.(...)

  •  Colonisation : les vols de terres en Cisjordanie atteignent des records
    Charlotte Silver l 30 mars 2016 - The Electronic Intifada - Traduction : Info-Palestine.eu- samedi 2 avril 2016 -
    http://www.info-palestine.eu/spip.php?article15972

    Le 21 mars, les autorités Israéliennes d’occupation ont commencé à informer les habitants palestiniens des villages d’Al-Sawiya, d’Al-Sharqiya, d’Al-Lubban et de Qaryout dans la région de Naplouse, que leurs terres devenaient « terres d’État » et à ce titre deviendraient partie intégrante de la colonie juive Eli.

    Les villages avaient fait appel de la confiscation de leurs terres devant la Cour Suprême israélienne dès 2014.

    La surface totale volée manque de précision, des sources Palestiniennes parlant de 1200 dunums (120 hectares) et la COGAT - l’organisme israélien gérant la colonisation des terres - faisant mention de 612 dunums (61,2 hectares) qui seraient ajoutés à la colonie Eli.

    Une semaine avant cela, Israël a annoncé qu’il confisquerait 2342 dunams (234 hectares) de terres près de Jéricho et le long du couloir entre Jérusalem et la Mer Morte, une précieuse voie de communication pour l’industrie du tourisme.

    Selon la Paix Maintenant, la terre sera employée pour construire des centaines d’unités de nouveaux logements, aussi bien que des sites touristiques et des boutiques de souvenirs le long de la route.

    Dans ce secteur se trouvent également 20 villages de la tribu bédouine de Jahalin, qu’Israël a déjà tenté de déplacer de force.

    Israël prévoit d’établir des milliers d’unités pour les colons juifs dans le secteur entre Jérusalem et Jéricho - en Cisjordanie occupée - qu’il appelle le secteur E1.

    Les nouvelles colonies israéliennes isoleraient encore plus Jérusalem Est du reste de la Cisjordanie occupée et diviseraient définitivement la Cisjordanie entre nord et sud.

    Alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait décidé de différer en 2013 l’important projet dans E1, en réponse à la pression internationale, il a tranquillement rétabli les plans de construction d’origine.

    En décembre dernier, la Paix Maintenant a déclaré avoir obtenu des documents, en s’appuyant sur le droit à l’information, qui montrent que le ministère israélien du logement prévoyait de construire des milliers de maisons dans le secteur E1.

    #Palestine #colonisation #vol

  • Cour Suprême israélienne : Best of de l’apartheid pour l’année 2015 - Investig’Action
    http://www.investigaction.net/Cour-Supreme-israelienne-Best-of.html

    "On connait l’arsenal de lois racistes et répressives votées régulièrement par le parlement israélien. Mais pour ceux qui croiraient encore que la Cour suprême israélienne rétablit ne serait-ce qu’un peu de #justice, l’ONG Palestinienne Adalah énumère ici 10 décisions discriminatoires, de nature à renforcer l’apartheid israélien."(Permalink)

    #israël #palestine #discrimination

  • « La Cour Suprême israélienne ne remet jamais en cause la politique de #colonisation » : entretien d’1h avec François Dubuisson dans une nouvelle émission de #Radio_Panik : Le mur a des oreilles, joliment sous-titrée « Conversations pour la Palestine »
    http://lemuradesoreilles.org/2013/09/18/la-cour-supreme-israelienne-ne-remet-jamais-en-cause-la-politique

    Podcast de notre première émission live avec François Dubuisson, professeur de #droit_international à l’ULB, qui nous parle de la #Palestine, du concept d’#apartheid en droit international mais aussi de #musique et de #cinéma.

    https://soundcloud.com/lmado/le-mur-a-des-oreilles-1

    cc @opironet pour les morceaux à 25:45 ("I shall sing until my land is free" de Muslimgauze) et 54:29 ("Autonomia" de Mark Stewart & Primary Scream)

    pour le cinéma, ça cause de World War Z, qui a l’air d’être un sacré morceau niveau propagande éhontée
    https://fr.wikipedia.org/wiki/World_War_Z_%28film%29

    #Israël #audio #radio

  • Le tracé de la clôture de sécurité ne sera pas modifié autour du village de Walajeh

    La Cour Suprême Israélienne a récemment statué que le tracé de la portion de la clôture de sécurité qui est en cours de construction dans le village de Walajeh ne sera pas modifié.

    http://tsahal.fr/2011/08/28/le-trace-de-la-cloture-de-securite-ne-sera-pas-modifie-autour-du-village-de-w

    #Israel #cloture #Walajeh #frontière

    • Les autorités israéliennes en pleine schizophrénie. Ils osent écrire :

      Les forces du Corps du Génie Militaire qui ont été mobilisées pour la construction de la clôture de sécurité ont été prises pour cible à plusieurs reprises. Des cocktails Molotov et des pierres ont été jetés sur les soldats de l’Armée Israélienne et sur la Police des frontières dans cette zone.

      Ils feignent de s’étonner de recevoir de cailloux et des cocktails molotov ? Alors qu’ils sont en train de détruire, d’écrabouiller un village entier et les espoirs de ses habitants ?

      Et le paragraphe suivant, hallucinant :

      La Cours Suprême a reconnu que la clôture va nuire dans une certaine mesure à l’activité agricole des habitants de Walajeh mais a néanmoins soutenu que l’étendue du préjudice était moins importante que ce que les protestataires ont affirmé.

      Sur quoi se base la cour suprême pour affirmer cela ? Je connais le village, et le projet de barrière, je peux dire qu’il faut être d’une obscène mauvaise foi pour affirmer que « l’étendue du préjudice était moins importante que ce que les protestataires ont affirmé ». On demandera à un juge de la cour suprême de se présenter au grillage, et d’appeler un soldat israélien pour qu’il lui ouvre la porte pour aller travailler dans ses champs, et d’attendre des plombes avant que le soldat daigne se déplacer.