organization:friends of the earth

  • Lettre à Extinction Rebellion
    https://archive.org/details/LettreExtinctionRebellion

    (Lecture de la traduction de la) Lettre ouverte à Extinction Rebellion
    « La lutte pour la justice climatique est le combat de nos vies, et nous devons le faire correctement. »
    Lettre des collectifs formant Les Damnés de la Terre (Wretched of The Earth) publié sur le site du magazine Red Pepper le 3 mai 2019.
    Wretched of The Earth est un collectif communautaire anglais pour les groupes et les peuples indigènes, noirs, métisses et de la diaspora qui réclament la justice climatique et qui agissent en solidarité, tant au Royaume-Uni que dans le Sud.
    Cette lettre a été écrite en collaboration avec des dizaines de groupes alliés. Alors que s’achevaient les semaines d’action appelées par Extinction Rebellion, nos groupes se sont réunis pour réfléchir sur le récit, les stratégies, les tactiques et les revendications d’un mouvement climatique revigoré au Royaume-Uni. Dans cette lettre, nous formulons un ensemble de principes et de demandes fondamentaux enracinés dans la justice et nous considérons comme crucial que le mouvement tout entier en tienne compte alors que nous continuons à élaborer une réponse à « l’urgence climatique ».


    photo @val_k issue de la série #Résilience : https://www.flickr.com/photos/valkphotos/albums/72157632365533596

    Source en anglais : https://www.redpepper.org.uk/an-open-letter-to-extinction-rebellion
    déjà seenthissé par @pguilli https://seenthis.net/messages/779385 et aussi en « réponse » au témoignage seenthissé par @tranbert ici https://seenthis.net/messages/780794 ;)

    #audio #opensource_audio #Ecologie

    • La version texte est sur archive.org, en cliquant sur le premier lien @igor_babou
      L’import automatique génère des bugs qu’il faut corriger à chaque fois à la main hélas, je le ferai plus tard quand je serai sur min ordinateur et j’ajouterai le texte aussi ici ainsi que les références où ça en a déjà parlé sur seenthis...

  • Losing Earth : The Decade We Almost Stopped Climate Change - The New York Times

    https://www.nytimes.com/interactive/2018/08/01/magazine/climate-change-losing-earth.html

    This narrative by Nathaniel Rich is a work of history, addressing the 10-year period from 1979 to 1989: the decisive decade when humankind first came to a broad understanding of the causes and dangers of climate change. Complementing the text is a series of aerial photographs and videos, all shot over the past year by George Steinmetz. With support from the Pulitzer Center, this two-part article is based on 18 months of reporting and well over a hundred interviews. It tracks the efforts of a small group of American scientists, activists and politicians to raise the alarm and stave off catastrophe. It will come as a revelation to many readers — an agonizing revelation — to understand how thoroughly they grasped the problem and how close they came to solving it. Jake Silverstein.

    The first suggestion to Rafe Pomerance that humankind was destroying the conditions necessary for its own survival came on Page 66 of the government publication EPA-600/7-78-019. It was a technical report about coal, bound in a coal-black cover with beige lettering — one of many such reports that lay in uneven piles around Pomerance’s windowless office on the first floor of the Capitol Hill townhouse that, in the late 1970s, served as the Washington headquarters of Friends of the Earth. In the final paragraph of a chapter on environmental regulation, the coal report’s authors noted that the continued use of fossil fuels might, within two or three decades, bring about “significant and damaging” changes to the global atmosphere.

  • Lutte contre le réchauffement : onze familles attaquent l’UE en justice
    https://www.lemonde.fr/climat/article/2018/05/24/climat-des-citoyens-attaquent-l-ue-en-justice_5303867_1652612.html

    Ces onze familles, soutenues par une kyrielle d’ONG, ainsi que des juristes et des avocats, accusent le Parlement et le Conseil européens d’échouer à protéger les citoyens face à la menace du réchauffement. « Cela fait quinze ans que j’observe des variations abruptes du climat, la nature est vraiment malmenée », confie le lavandiculteur de 72 ans.[...]
    En Allemagne, l’hôtel-restaurant de la famille Recktenwald, bâti sur une île de la mer du Nord, est menacé par la montée des eaux. Au Portugal, Armando Carvalho a perdu ses trois plantations de chênes dans les feux de forêt de 2017. En Roumanie, le manque d’eau contraint Petru Vlad et les siens à déplacer leur bétail de plus en plus haut. Une famille du Kenya, confrontée à des vagues de chaleur extrême, et une autre des Fidji, fragilisée par la multiplication des cyclones dans la zone Pacifique, participent au recours et illustrent la dimension planétaire du dérèglement climatique.

    « L’Union européenne a une obligation de protéger les droits humains à travers le monde », insiste Marie Toussaint, présidente de Notre Affaire à tous. Cette association, qui milite pour la justice climatique, est la tête de pont française de l’action du 24 mai, soutenue aussi par les réseaux européens du Climate Action Network (CAN), Greenpeace, Care International ou Friends of the Earth.

    #climat

  • Natural gas emissions will blow Europe’s carbon budget at current levels
    https://www.theguardian.com/environment/2017/nov/07/natural-gas-emissions-will-blow-europes-carbon-budget-at-current-levels

    Governments have drastically underestimated #methane emissions from natural gas and will miss the Paris agreement’s goal of limiting global warming to 2C unless they urgently scale down its use, a major new study has found.

    [...] Far from phasing out natural gas ventures though, the EU appears to be accelerating them in a new “projects of common interest” (PCI) list for gas infrastructure.

    After 77 gas projects were approved in the last PCI round, the latest slate (pdf) could potentially approve more than 100 gas ventures for public funding and fast-tracked planning approval, according to analysis by Friends of the Earth Europe (FoEE).

    [...] In 2016, Europe’s gas industry spent more than €100m (£89m) and employed more than 1,000 lobbyists in an effort to promote gas as a relatively clean fossil fuel, according to a report published last week.

    #Union_européenne #gaz #climat #lobbying

  • The Agrifood Atlas: how corporations are tightening their stranglehold on people’s food | Friends of the Earth Europe
    http://www.foeeurope.org/agrifood-atlas-corporations-stranglehold-food-311117

    New research published today shows the dramatic impacts of the global food system being rapidly monopolised by ever-fewer, ever-larger corporations at every stage of the food chain. This alarming trend poses risks to consumer choice, jobs and working conditions and food production in the future, warn the authors of the Agrifood Atlas.

    Between 2015 and 2016, five of the largest 12 mergers between publicly-traded companies came in the agrifood sector, with a total value of almost US $500 billion.

    The authors raise concerns that the growing consolidation in the food chain is causing:

    Less consumer choice: increased monopolies are putting the food chain into even fewer hands. Almost half of all food sold in the EU comes from just ten supermarket chains and 50 food processing companies account for half of all global food sales. Only four companies produce 60% of the world’s baby food.
    A risk to future food production: merged agrifood corporations are driving industrialisation along the whole food chain, with 20% of the world’s agricultural land now degraded.
    Job cuts and low wages: The current wave of mergers in the processing industries – such as Kraft-Heinz and AB Inbev-SAB Miller – were driven by cost saving calculations, and led to thousands of job cuts.
    Price pressure through buyers’ cartels: Food retailers and processors put pressure on their suppliers, squeezing out smaller producers, and poor working conditions and low pay exist along the food chain. Around 80% of the global tea market is controlled by just three corporations.
    A situation where the poorest stay hungry despite an oversupply of food. The global harvest of edible crops is today equal to around 4,600 kcal per person per day – but more than half of this is lost in storage, via distribution, food waste and being fed to livestock.

    http://www.foeeurope.org/sites/default/files/agriculture/2017/agrifood_atlas.pdf

    #atlas #cartographie #visualisation #alimentation #agriculture

  • The palm oil crisis in Nigeria - and beyond - The Ecologist
    http://www.theecologist.org/News/news_analysis/2989253/the_palm_oil_crisis_in_nigeria_and_beyond.html

    The use and spread of palm oil is beyond imagination; from cooking and manufacturing to pharmaceuticals and drilling fluids, it is even in nanny’s chocolate cake. Its global consumption may have increased more than any other good, but what does this entail for the farmers? The crisis in Edo State of Nigeria speaks for itself, reports BURAG GURDEN

    #industrie_palmiste #Nigéria

    • This year in June, Environmental Rights Action/Friends of the Earth Nigeria and representatives of the Owan and Okomu communities delivered a letter to Godwin Obaseki administration, urging them to uphold a revocation Order on 13,750 hectares of land expropriated by Okomu Plc in the rich Owan and Okomu forest reserves. The latter meant the revival of a long-standing reaction to persistence of corporate impunity and of institutional inaction against the mounting violation of indigenous peoples’ land rights.

      The action followed a protest march called “People’s March Against Land-grabbing and Deforestation in Edo State”, which was to expose Okomu Plc’s defiance of the revocation order.

      Under former Governor Adams Oshiomhole, the sale of the lands in contention covering an estimated 13,750 hectares spread through Okomu and Owan forest reserve were reversed. However, Okomu Plc has been deliberately disregarding the government order for two years.

      “In the process, over 60,000 rural farmers in the farming communities have been displaced” the ERA/FoEN disclosed in a statement on June 21 (extracted from the field report by Rita Uwaka, Project Officer and Coordinator for Forest & Biodiversity.

  • Gabon: The battle over palm oil - African Business Magazine
    http://africanbusinessmagazine.com/region/west-africa/gabon-battle-palm-oil

    The campaign against palm oil could have profound implications for the sector’s development in Africa. Palm oil cultivation has become controversial because ecologically diverse areas of rainforest are often cut down to allow cultivation to take place. Huge areas of forest have been felled in Indonesia and Malaysia, affecting flora and fauna, and producing air pollution caused by forest fires when land is being cleared for palm oil plantation.

    According to Friends of the Earth and numerous other environmental NGOs, palm oil plantations are the fastest growing cause of rainforest destruction and an increasingly important cause of climate change.

    Palm oil produces almost quadruple oil yeild compared to sunflower or rapeseed oil, and the majority of the palm oil is produced in Indonesia and Malaysia. However, African countries have also been targeted for cultivation more recently.

    Olam is a major player in the global palm oil sector and a big investor in African agri-business. The company currently sources more than 99% of its palm oil from third-party suppliers. In 2011, it set up a palm oil and rubber cultivation joint venture with the government of Gabon, with equity shared 60:40 in favour of the Singaporean firm.

    #industrie_palmiste #plantations #Gabon #Afrique

  • Les impacts de “Friends of the Earth Europe”
    https://amisdelaterre.be/spip.php?article5489

    Nous reproduisons ci-dessous la lettre de Magda Stoczkiewicz, directrice de Friends of the Earth Europe (FoEE), qui nous est parvenue avec le rapport annuel 2015 du réseau FoEE. Ces quelques lignes vous donneront peut être envie de le parcourir ! Bruxelles, le 21 juin 2016 C’est avec plaisir que je vous présente le rapport de notre impact en 2015 et au cours des premiers mois de 2016. Je suis particulièrement fière de la détermination et de la portée de notre réseau, depuis les rues de Paris où (...)

    #Réseau_international

  • US investors ploughing billions into palm oil, claims report | Guardian Sustainable Business | The Guardian
    https://www.theguardian.com/sustainable-business/2016/jul/26/palm-oil-us-investors-deforestation-land-grabs-pension-funds-banks-fore

    Some of the US’ leading institutional investors, including pension funds, are potentially fuelling environmental and social harm by ploughing billions of dollars into the palm oil industry through opaque financial arrangements, a new report claims.

    Large investment firms are lagging behind commitments made by consumer brands such as Nestlé, Unilever and McDonald’s by failing to identify whether they are investing in palm oil, which palm oil companies they are involved with, or to hold them accountable over deforestation and land grabbing, the Friends of the Earth US (FoE) report states.

    #industrie_palmiste #terres

  • Civil Society Resistance Against Aviation Grows – 38 Organizations Call for Real Solutions Against Climate Change | WRM in English
    http://wrm.org.uy/actions-and-campaigns/civil-society-resistance-against-aviation-grows-38-organizations-call-for-re

    The aviation sector is the world’s fastest growing greenhouse gas emittor and one of the most polluting sectors. Nevertheless, no real solutions to address this climate problem are put forward so far. Instead, the aviation industry is planning to greenwash their growth strategy.

    38 organizations, among them Attac, Friends of the Earth International, La Vía Campesina Europa, Transnational Institute, Fern, and several groups struggling against airport construction projects, therefore support the global petition “No to aviation growth! No to false climate solutions!”.

    #transport #aviation #climat #résistance

  • A new power plant could devastate the world’s largest mangrove forest - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/news/energy-environment/wp/2016/07/18/a-new-power-plant-could-devastate-the-worlds-largest-mangrove-forest/?postshare=1441468839842225&tid=ss_tw
    https://images.washingtonpost.com/?url=http://img.washingtonpost.com/news/energy-environment/wp-content/uploads/sites/43/2016/07/sundarban_l7_2000331_lrg.jpg&w=1484&op=resize&opt=1&filter=an

    The planet’s largest mangrove forest could be facing serious trouble in the form of two new coal-fired power plants, environmentalists say — and they’re urging the United Nations to draw greater attention to the issue.

    A handful of environmental groups, including Friends of the Earth, the Sierra Club and 350.org, have cumulatively collected 50,000 signatures on a petition just submitted to the United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO) asking that the Sundarbans — a region of #Bangladesh including a designated World Heritage Site — be placed on the official List of World Heritage in Danger. Meanwhile, activists continue to lobby against the construction of the power plants.

    ...

    The most recently proposed project is the Orion power plant, a 630-megawatt plant being planned by the Orion Group. But the project receiving the most attention is the proposed Rampal power plant, which involves a partnership between India’s state-owned National Thermal Power Corp. and the Bangladesh Power Development Board. The joint venture, which was established in 2012, is known as the Bangladesh-India Friendship Power Co. Ltd., or BIFPCL. The plan for the Rampal power plant is an installed capacity of 1,320 megawatts.

    The Sundarbans
    http://whc.unesco.org/en/list/798

    The Sundarbans mangrove forest, one of the largest such forests in the world (140,000 ha), lies on the delta of the Ganges, Brahmaputra and Meghna rivers on the Bay of Bengal. It is adjacent to the border of India’s Sundarbans World Heritage site inscribed in 1987. The site is intersected by a complex network of tidal waterways, mudflats and small islands of salt-tolerant mangrove forests, and presents an excellent example of ongoing ecological processes. The area is known for its wide range of fauna, including 260 bird species, the Bengal tiger and other threatened species such as the estuarine crocodile and the Indian python.

    #énergie #électricité #brown_tech #pollution #destruction #mangroce

  • Infographic: Syria Drought and Climate Change

    In March 2015, a study published in the Proceedings of the National Academy of Sciences laid out an argument for a climate-conflict link in Syria in three parts: First, a severe drought occurred that was made more likely by human-induced climate change; Second, a mass migration of drought-affected farmers fled to Syria’s cities; Third, the influx of migrants exacerbated unemployment and inequality in the cities, contributing to civic unrest over a nonresponsive government.


    http://www.circleofblue.org/2016/middle-east/infographic

    #Syrie #sécheresse #climat #changement_climatique

    • Mais combien de temps a-t-il fallu pour que l’on entende des analyses prenant en compte cette sècheresse qui a frappé les campagnes syriennes, dans la genèse de la guerre ?
      Pourtant de nombreux syriens en parlaient...

    • @cdb_77 : merci. Le document en tête du post est intéressant. Le lien vers la BD, lui, date tout de même de 2014 et elle me semble très naïve.
      Ce qui m’étonne c’est que je ne me rappelle pas d’une seule analyse évoquant cette sècheresse en 2011, dans les médias. Pas une !
      Pourtant en 2008, lors d’un voyage en Syrie, j’avais pu constater que c’était déjà un sujet de préoccupation là-bas.
      Fin 2011 dans le cadre d’une discussion de forum j’ai écrit ceci :
      http://seenthis.net/messages/471493

      De mon point de vue le régime a malgré lui apporté la flamme à la mèche. Mais le stock de poudre, que cette mèche a fait exploser, n’est pas totalement de son fait. Cette poudre explosive, c’est vrai, c’est à la fois la corruption de cercles dans le régime (les Makhlouf sont l’exemple le plus connu), une certaine forme de confessionnalisme (parfois aussi exagérée), son absence de réformes politiques réelles depuis une décennie, la brutalité réelle de ses services, l’ambiguïté de la réussite des réformes économiques de Dardari (qui maintenant se pavane au Liban et fait la retape pour les opposants), un relatif abandon des campagnes (alors qu’elles subissaient la sècheresse) …

      De mon point de vue le facteur décisif est géopolitique. Ce qui a eu lieu est une opération de changement de régime organisée largement de l’extérieur. Les preuves qui s’amoncellent depuis laissent peu de doute (les emails divulgués de H. Clinton, parmi de nombreux exemples). Mais il est clair que l’incurie du régime dans le traitement de la crise des campagnes - alors que le Baath était historiquement le parti des campagnes et des minorités - parmi d’autres facteurs, l’habituelle violence de ses moukhabarat, a créé un terrain favorable à ce genre d’opérations.
      Reste que, d’accord ou pas avec cette lecture, la question de savoir pourquoi aucune analyse proposée dans les médias n’incluait de facteurs sociaux - dont la crise affectant les campagnes et l’exode rural - reste entière. Je pense que la force de la narrative qui accompagne les évènements du type « révolution colorée » tend à réduire les modèles d’analyse proposés au public à celui d’une crise simple due aux aspirations démocratiques et qui se résoudra avec le départ du dictateur, rendu responsable de tous les maux. Or, c’est cette narrative, transfigurée dans les « Printemps arabes », qui a immédiatement dominé en 2011.
      Mais les conditions de réussite d’une révolution colorée en Syrie n’étant pas réunies - elles supposent, entre autres, un discret coup d’Etat de velours organisé de l’extérieur, impossible dans un régime syrien imperméable à la pénétration américaine et plus résilient que prévu - il a fallu passer rapidement à une guerre par proxies et donc aller à la guerre civile.
      La narrative doit alors s’adapter tout en maintenant l’essentiel : certes cela devient violent, destructeur, inquiétant, ... mais tout s’arrangera à la chute du dictateur. La BD que vous mettez en lien tente cette adaptation. Elle intègre sur le tard le facteur social mais maintient un modèle d’analyse à causalité unique : celui de la responsabilité exclusive du dictateur dans la crise et comme responsable unique de l’irruption de la violence (dans la BD : la sècheresse n’a pas été traitée par le régime qui ne se préoccupe pas de sa population, d’où la guerre).

    • @cdb_77 : sur la crise climatique l’article de 2015 de Mamarbachi sur Orient XXI est de bonne qualité, à mon avis, dans le traitement de la question de la sècheresse et de la démographie. Si la chose vous intéresse, je vous le conseille. Reste que comme la BD il vient enrichir le modèle d’analyse sur le tard (2015 !) et en l’adaptant à la narrative initiale qui s’est avérée être un fiasco absolu :
      http://orientxxi.info/magazine/comment-fonctionne-l-economie-de-guerre-en-syrie,1047

      De grenier à blé qu’elle était depuis l’Antiquité, la Syrie est en passe de se transformer en désert après plus de quatre ans de guerre sanglante qui ont succédé à des années de sécheresse et d’aléas climatiques. Alors que les combats anéantissent les vestiges des premières civilisations nées sur ces terres d’abondance, l’agriculture elle-même peine à subsister. Force est de constater que les sécheresses successives, les mouvements de population, les exodes résultant d’une démographie rampante et de la pauvreté — vidant la campagne agricole pour les villes — comptent parmi les causes premières du conflit.

    • Aux origines climatiques des conflits

      Ne pouvant plus nier les effets des activités humaines sur le climat, les dirigeants de la planète vont se retrouver à la fin de l’année à Paris pour la 21e conférence des Nations unies sur le climat (COP21). Mais ils ne semblent pas prendre toute la mesure du problème, alors que les accidents se multiplient. Les mauvaises récoltes en #Chine, par exemple, pourraient avoir attisé les « printemps arabes ».

      Et sur la Syrie :

      Entre 2006 et 2011, la Syrie a connu la plus longue #sécheresse et la plus importante perte de récoltes jamais enregistrée depuis les premières civilisations du Croissant fertile . Au total, sur les vingt-deux millions d’habitants que comptait alors le pays, près d’un million et demi ont été touchés par la désertification (1), ce qui a provoqué des migrations massives de fermiers, d’éleveurs et de leurs familles vers les villes (2). Cet exode a attisé les tensions provoquées par l’afflux de réfugiés irakiens qui avait suivi l’invasion américaine de 2003. Pendant des décennies, le régime baasiste de Damas a négligé les richesses naturelles du pays, subventionné des cultures de blé et de coton nécessitant beaucoup d’eau et encouragé des techniques d’irrigation inefficaces. Surpâturage et hausse démographique ont renforcé le processus. Les ressources hydriques ont chuté de moitié entre 2002 et 2008.

      http://www.monde-diplomatique.fr/2015/08/SINAI/53507

    • Syria and climate change: did the media get it right?

      Syria, migration and climate change will all be key issues at the World Humanitarian Summit this week, but are they interrelated, and how? Alex Randall, from the Climate and Migration Coalition, explains why media portrayal of climate driven migration as a source of conflict is both damaging and inaccurate.

      http://policy-practice.oxfam.org.uk/blog/2016/05/syria-and-climate-change-did-the-media-get-it-right

    • Climate change and the Syrian civil war revisited

      In the view of many Western policymakers and commentators, the Syrian civil war was caused, in part, by anthropogenic climate change. Former US President Barack Obama claimed that climate change-related drought ‘helped fuel the early unrest in Syria, which descended into civil war’ (Obama, 2015); former Secretary of State John Kerry argued that ‘it’s not a coincidence that immediately prior to the civil war in Syria, the country experienced its worst drought on record’ (Kerry, 2015); erstwhile Democratic presidential candidates Martin O’Malley and Bernie Sanders have claimed similarly (Democracy Now, 2015 ; Schulman, 2015); and in the UK, Prince Charles has maintained that ‘there is very good evidence indeed that one of the major reasons for this horror in Syria was a drought that lasted for five or six years’ (Mills, 2015). International organisations (e.g. the World Bank: Verme et al., 2016: p. 33), leading NGOs (e.g. Friends of the Earth: Bennett, 2015), official governmental and intergovernmental reports (e.g. Adelphi et al., 2015 ; King et al., 2015), defence think tanks (e.g. CNA Military Advisory Board, 2014: pp. 13–14), academics (e.g. Cole, 2015 ; Malm, 2016), activists (e.g. Brand, 2015) and commentators of various political persuasions (e.g. Box and Klein, 2015; Friedman, 2012 ; Friedman, 2013) – all have argued similarly.

      http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0962629816301822
      #paywall (mais avec sci-hub...)

  • Prize-Winning Activist Berta Cáceres Murdered in Honduras
    http://ecowatch.com/2016/03/03/berta-caceres-murdered


    #Assassinat de l’#activiste #écologiste #Berta_Cáceres

    Berta Cáceres, 2015 Goldman Environmental Prize winner, was murdered last night in her home. Reportedly, her assassins waited until well after dark before breaking into the house where she slept. Her brother was also injured in the attack.

    Our condolences to her family, friends and all who worked alongside her.

    “This is a sad day for #Honduras and the world,” said Jagoda Munic, chair of Friends of the Earth International.

    “Given the situation in Honduras, in which indigenous, environmental and human rights activists like Berta Cáceres are targeted by government and corporate security forces alike, international pressure is needed to bring the murderers to justice and protect those brave enough to speak out on behalf of their fellow citizens and the environment.”

    Cáceres rallied her fellow indigenous Lenca people of Honduras and waged a grassroots campaign that successfully pressured the world’s largest dam builder to pull out of the Agua Zarca dam.

  • TPP : Trans Pacific Partnership ceremony a farce – tough national battles await bad trade deal

    Friends of the Earth International
    Media Advisory
    February 4 2016

    Auckland, New Zealand 4th February 2016, Today trade ministers from 12 countries party to the giant ’Trans Pacific Partnership’ (TPP) held a symbolic signing of a trade deal, which sets economic and pro-corporate rules for 40 percent of the world economy.

    Friends of the Earth International warned that the ’Trans Pacific Partnership’, or TPP, will threaten people and planet, if ratified.

    Sam Cossar-Gilbert, Friends of the Earth International Economic Justice Resisting Neo-Liberalism Coordinator, said:

    “The TPP signing ceremony is nothing more than a photo opportunity to try and prop up this deeply unpopular and environmentally destructive deal. Trade ministers know that it will be very difficult to ratify the TPP in national parliaments, particularly in the US where all leading presidential candidates oppose it.”

    “The people protesting on the streets of New Zealand today represent the widespread opposition to this corporate trade deal across the pacific. The fight against TPP is growing and we must make sure this 6000-page injustice never sees the light of day.”

    “The TPP would undermine environmental regulations on a vast range of issues including food safety, access to medicine, genetic modification, chemical use and climate change. For example it would protect “free trade” in dirty energy products and lead to an increase in coal, oil and gas exports, fueling global warming.”

    ”TPP includes the controversial Investor State Dispute Settlement (ISDS) mechanism that enables foreign corporations to sue governments for adopting policies that could harm their expected profits. Just this month, TransCanada announced that it would use ISDS to sue the United States for $15 billion for disallowing a dirty tarsands oil pipeline. TPP will further undermine government’s ‘right to regulate’, which is why legislators should reject this bad deal.”

    Friends of the Earth International Economic Justice, Resisting

    Neoliberalism Coordinator:
    Sam Cossar-Gilbert, +33 7 50 91 89 83, sam.cossargilbert@foe.org.au

    Friends of the Earth US, Senior trade analyst, Bill Waren, +1 202 222 0746, wwaren@foe.org

    #tpp #commerce #libéralisation #environnement #écologie

  • Avec cette impression que les flics de Hollande et de Valls se trompent un peu de clients, non ?

    http://newint.org/live/2015/10/27/cop21

    Yesterday undercover police cracked down on anyone questioning the sponsors of a corporate “Solutions 21” event in Paris.

    The action was supported by Corporate Europe Observatory, Les Amis de la Terre France, Attac France (Officiel), Climate Justice Action, JEDIs, Solidaire and Friends of the Earth France. Kandi Mossett from the Indigenous Environmental Network spoke at the event.

    For more grassroots coverage from Paris: www.newint.org/live/paris

    Read the truth about corporate influence at COP21:

    http://corporateeurope.org/environment/2015/11/lobby-planet-paris-guide-corporate-cop21

  • Anger over enduring ’environmental horror’ in oil-rich, polluted Niger delta | Global development | The Guardian
    http://www.theguardian.com/global-development/2015/nov/09/anger-environmental-in-oil-rich-polluted-niger-delta-ogoniland-ken-saro

    “The benefits of oil revenue are still elusive. Delta communities still have no electricity, no basic services. And the oil spills keep happening.”

    Shell was declared unwelcome and ejected by the Ogoni in the early 1990s, but its network of ageing pipelines that pass through Ogoniland still leak and are regularly vandalised.

    “The main change in 20 years on the delta is that people are more conscious of the environmental horror they are forced to live in. Today they are demanding a cleanup. Before, they thought that it would not get worse and that government would be responsive. Now there is increasing disappointment. People are more organised and more concerned,” said Nnimmo Bassey, director of Health of Mother Earth group and former chair of Friends of the Earth International.

    Amnesty report accuses Shell of failing to clean up Niger delta oil spills
    http://www.theguardian.com/global-development/2015/nov/03/amnesty-report-accuses-shell-of-failing-to-clean-up-niger-delta-oil-spi
    #pollution #pétrole #Nigeria

  • Roundup, l’herbicide qui sème la discorde

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/10/26/roundup-l-herbicide-qui-seme-la-discorde_4797178_3244.html

    Dans le sud de la ­Colombie, c’en est fini de la noria des ­avions militaires et des longs panaches gris qu’ils laissaient dans leur sillage. Le 15 mai, le président colombien, Juan Manuel Santos, annonçait l’arrêt de l’un des instruments de lutte contre le narcotrafic les plus controversés d’Amérique latine  : l’épandage aérien d’un puissant herbicide, le glyphosate, principe actif du célèbre Roundup, sur les plantations illégales de coca. C’était la conclusion d’une des plus âpres controverses sanitaires et environnementales de ces dernières années.

    Financé depuis la fin des années 1990 par les Etats-Unis, le «  plan Colombie  » ­fédérait contre lui les populations, les ­associations environnementalistes et les organisations de défense des droits de l’homme, qui dénonçaient des épandages indiscriminés, des dégâts sur l’agriculture et le bétail, des atteintes sanitaires dans les communautés villageoises… L’Equateur voisin voyait aussi d’un très mauvais œil ces pulvérisations massives qui, au moindre coup de vent, s’invitaient sur son territoire.

    Ce ne sont pourtant ni ces protestations, ni les tensions avec le voisin équatorien, ni une quelconque interruption dans le financement américain du programme qui auront eu raison des épandages de glyphosate. Mais un texte ­lapidaire de quatre feuillets, publié le 20 mars dans la revue Lancet Oncology, signé du «   groupe de travail chargé des monographies au Centre international de recherche sur le cancer [CIRC]  » et annonçant l’impensable  : le classement de la substance, par la vénérable agence de l’Organisation mondiale pour la santé ( O.M.S. ), comme « cancérogène probable ».

    « La mère de toute les batailles »

    Les dix-sept scientifiques de onze nationalités réunis par le CIRC pour évaluer le célèbre herbicide ignoraient sans doute que leur avis mettrait, en moins de trois semaines, un terme à quinze années de polémiques autour du « plan Colombie ».

    En revanche, ils se doutaient qu’ils ​allaient créer l’une des plus vastes paniques réglementaires de l’histoire récente et déclencher un formidable ​affron​tement d’experts. « c’est clairement la mère de toutes les batailles, dit un toxicologue français qui n’a pas participé à l’évaluation. Le glyphosate, c’est un peu comme ces grandes banques américaines qu’on ne peut pas laisser faire faillite sans casser tout le système : too big to fail. » Dès la publication de l’avis du CIRC, Monsanto a diffusé un communiqué inhabituellement agressif, qualifiant le travail de l’agence de « science pourrie » (junk science, dans le texte), exigeant de Margaret Chan, directrice générale de l’OMS, qu’elle fasse « rectifier » la classification du glyphosate.
    Le travail du CIRC jouit toutefois d’une haute reconnaissance dans la communauté scientifique.

    A l’évidence, le glyphosate n’est pas un pesticide comme les autres. Inventé en 1970 par Monsanto, dont le brevet mondial est arrivé à échéance en 1991, c’est le pesticide de synthèse le plus utilisé dans le monde. Mais c’est aussi la pierre angulaire de toute la stratégie de l’industrie des biotechnologies végétales. Selon les données de l’industrie, environ 80 % des plantes transgéniques actuellement en culture ont été modifiées pour être rendues tolérantes à un
    herbicide – le glyphosate, en grande majorité. Et ce, afin de permettre un usage simplifié du produit. Celui-ci détruit en effet toutes les adventices (les mauvaises herbes) sans nuire aux plantes transgéniques.

    Embarras

    Le développement exponentiel du glyphosate s’est construit sur l’idée qu’il était presque totalement inoffensif pour les humains. « Moins dangereux que le sel de table ou l’aspirine », selon les éléments de langage des industriels. C’est dire si l’avis rendu en mars par le CIRC a fait l’effet d’une bombe. D’autant plus que le glyphosate est précisément en cours de réévaluation au niveau européen. Avant la fin de l’année, l’Union européenne devra dire si elle réautorise ou non, pour les dix prochaines années, le glyphosate sur son territoire...

    Comble de l’embarras : l’Institut fédéral allemand d’évaluation du risque (le Bundesinstitut für Risikobewertung, ou BfR), chargé de le réévaluer au nom de l’Europe, a rendu en 2014, à l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), un rapport de réévaluation écartant tout potentiel cancérogène et proposant même de relever de 60 % le seuil de sécurité actuel ! L’EFSA devait ensuite passer en revue la version préliminaire rendue par le BfR et transmettre un avis positif à la Commission européenne. Le glyphosate aurait été sans anicroche réautorisé pour une décennie en Europe.

    La publication du CIRC a fait voler en éclats cette mécanique.
    En France, le ministère de l’écologie a saisi en urgence, le 8 avril, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), afin qu’elle rende un avis sur... l’avis du CIRC. Quatre experts français ont été affectés, séance tenante, à l’examen des divergences entre le CIRC et le BfR. Quant à ce dernier, il a mis à jour sa réévaluation en tenant compte des ​conclusions du CIRC et doit la remettre avant la fin octobre à l’EFSA.

    Divergences

    A l’agence européenne, basée à Parme (Italie), la situation est source de profond embarras, car c’est elle qui devra, in fine, jouer le rôle d’arbitre et rédiger l’avis définitif à l’intention de la Commission européenne. En fin de compte, l’EFSA, qui cherche à réparer son image mise à mal par les accusations répétées de conflit d’intérêts, a prévu de consulter l’ensemble des agences de sécurité sanitaire européennes avant de se prononcer.

    En attendant, on tente de relativiser les divergences entre groupes d’experts. « Il faut comprendre que l’avis rendu par le CIRC n’est pas une évaluation du risque, dit-on à l’EFSA. Le CIRC dit que le glyphosate est un cancérigène probable, et non qu’il représente un risque de cancer pour la population ! » Cependant, le BfR et le CIRC ne s’entendent pas non plus sur les propriétés mêmes de la substance. Dans son rapport préliminaire, le BfR jugeait qu’« un échantillon adéquat d’études in vitro et in vivo n’ont pas fourni d’indice de potentiel génotoxique », tandis que le CIRC estime que les données disponibles sont « suffisantes » pour conclure au caractère génotoxique du glyphosate. Notamment grâce à une étude menée sur les communautés villageoises des hauts plateaux ​- colombiens : après les épandages, les taux de lymphocytes anormaux augmentaient chez les sujets analysés.

    Comment expliquer de telles divergences ? « Une première raison est la nature des études qui ont été examinées par les deux groupes d’experts, explique Gérard Lasfargues, directeur général adjoint de l’Anses. Le BfR a notamment examiné des études conduites par les entreprises qui ne sont pas rendues publiques pour des questions de secret industriel, ce que n’a pas fait le CIRC. » De fait, l’agence de l’OMS ne fonde ses avis que sur des données publiques ou sur des études publiées dans la littérature scientifique, et donc préalablement soumises à la revue par les pairs (peer review).

    Opacité

    Plusieurs ONG, comme Greenpeace ou Corporate Europe Observatory (CEO), sont très critiques sur l’opacité de l’évaluation conduite par le BfR prenant en compte des études industrielles et tenues confidentielles. « Le BfR a été tellement débordé par le volume des études soumises par les entreprises que son travail a surtout consisté à passer en revue les résumés d’études fournies par l’industrie », assure-t-on à CEO. En outre, quatre des douze experts du comité Pesticides du BfR – qui n’a pas répondu aux sollicitations du Monde – sont salariés par des sociétés agrochimiques ou des laboratoires privés sous contrat avec ​elles. A l’inverse, les experts du CIRC ne sont pas seulement sélectionnés sur des critères de compétence scientifique, mais également sur l’absence stricte de conflits d’intérêts.

    Une autre raison des divergences entre le CIRC et le BfR est plus étonnante. « Le CIRC a tenu compte d’études épidémiologiques qui ont été écartées par le BfR de son analyse, explique
    M. Lasfargues. Et le BfR a écarté ces études sur la foi de certains critères, dits “critères de Klimisch”, qui en évaluent la solidité. Mais ce qui pose question est que ces critères sont censés estimer la qualité des études toxicologiques, non des études épidémiologiques, et on ne sait pas comment ces critères ont été éventuellement adaptés. »

    Bataille d’experts

    Plusieurs de ces études épidémiologiques prises en compte par le CIRC suggèrent un risque accru de lymphome non hodgkinien (LNH) – un cancer du sang – chez les travailleurs agricoles exposés au glyphosate. Cependant, l’affaire est loin d’être claire. Ainsi, rappelle une épidémiologiste française, « les résultats de la grande étude prospective sur la santé des travailleurs agricoles [dite « Agricultural Health Study », menée dans l’Iowa et en Caroline du Nord] n’ont pas permis pas de faire ce lien entre glyphosate et lymphome non hodgkinien ».

    La bataille d’experts en cours ne se réduit pas à une opposition entre le CIRC et le BfR... Un autre groupe scientifique constitué par l’Institut national de la santé et de la recherche biomédicale ​- (Inserm) avait déjà, dans son expertise de 2013 sur les effets sanitaires des pesticides, affirmé le caractère génotoxique du glyphosate et suspectait, comme le CIRC, un lien avec le LNH...

    D’autres expertises viennent encore ajouter à la confusion. Dans son communiqué du 23 mars, Monsanto notait ainsi que le groupe d’experts commun à l’OMS et à l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation sur les pesticides – dit « Joint Meeting on Pesticide Residues », ou JMPR – avait, dans son dernier avis, écarté tout potentiel cancérogène du glyphosate. Deux groupes d’experts œuvrant sous l’égide de l’OMS et parvenant à des conclusions opposées, l’affaire faisait un peu désordre.

    Conflits d’intérêts

    Selon nos informations, un troisième groupe d’experts a été constitué en urgence par l’OMS pour... départager les deux autres. Le résultat de l’audit, discrètement publié courant septembre sur le site de l’OMS, est cruel pour le JMPR. Celui-ci est critiqué pour n’avoir pas pris en compte certaines études publiées dans la littérature scientifique et pour n’avoir pas, au contraire du CIRC, tenu compte de « toutes les données utiles » à l’évaluation... Le JMPR est enfin sèchement ​invité à « revoir ses règles internes » et à « refaire l’évaluation complète » du glyphosate. L’OMS n’a pas répondu aux sollicitations du Monde.

    Là encore, les ONG ont leur interprétation. Dans une lettre adressée, le 16 juin, à la direction générale de l’OMS, une dizaine d’organisations de défense de l’environnement (National Resources Defense Council, Friends of the Earth, etc.) relevaient les conflits d’intérêts de quatre des huit experts du JMPR qui travaillent régulièrement avec l’industrie agrochimique. L’un d’eux avait même été exclu d’un groupe d’experts de l’EFSA – fait inédit – pour avoir omis de déclarer certaines de ses collaborations avec l’industrie...

    Embryons d’oursin

    Le potentiel génotoxique et probablement cancérogène attribué au glyphosate n’étonne guère le biologiste Robert Bellé, professeur émérite à l’université Pierre-et-Marie-Curie (Paris). « Au contraire, beaucoup de temps a été perdu, déplore ce pionnier de l’étude des effets du glyphosate. A la fin des années 1990, je cherchais un modèle biologique pour étudier les effets de substances toxiques sur les mécanismes de cancérogénèse et de tératogénèse au sein de la cellule. » L’équipe du biologiste utilise des embryons d’oursin pour observer les mécanismes de ​division cellulaire et la manière dont ils peuvent être perturbés par des polluants. « Nous cherchions une substance très banale et couramment ​utilisée, présente partout, pour exposer les cellules témoins, raconte M. Bellé. Nous avons choisi de prendre celui qui nous a semblé le plus commun, et donc sans doute le plus étudié : nous avons pris du Roundup, en vente libre. Et ce que nous avons observé nous a beaucoup surpris. »

    A partir de 2002, l’équipe du biologiste français publie une série de résultats montrant que le Roundup inhibe la division cellulaire et active un « point de ​contrôle » des dommages de l’ADN – un mé​canisme-clé qui permet d’éviter que des cellules à l’ADN altéré ne se multiplient.
    « Lorsqu’on utilise le glyphosate seul, ces effets disparaissent, car le glyphosate semble incapable de pénétrer dans la ​cellule, sauf à très hautes doses, explique M. Bellé. Or, il n’est commercialisé que mélangé à des surfactants qui lui permettent d’entrer dans les cellules et donc d’être ​efficace. On comprend du coup pourquoi le glyphosate ne sera jamais interdit : les tests toxicologiques réglementaires
    n’expérimentent que les effets du principe ​actif seul... » Un constat étayé depuis une décennie par d’autres travaux, conduits par l’équipe du biologiste français Gilles-Eric Séralini (université de Caen, Criigen), qui a fait du glyphosate l’un de ses chevaux de bataille.

    Alertes anciennes

    « Au début des années 2000, à deux reprises, j’ai reçu la visite de responsables du CNRS à qui j’ai expliqué mes résultats et qui les ont trouvés intéressants et pertinents, raconte M. Bellé, qui ne souhaite pas donner l’identité des intéressés pour éviter la polémique. On m’a dit que je pouvais ​- continuer mon travail sur le glyphosate, mais que je ne devais pas communiquer auprès du public, pour ne pas inquiéter les gens. » Ultérieurement, alors que les avis scientifiques des experts étaient favorables, ​toutes les demandes de financement public pour approfondir ses travaux sur l’herbicide ont été rejetées.

    Le glyphosate, un Léviathan de l’industrie phytosanitaire

    Le glyphosate, c’est le Léviathan de l’industrie phytosanitaire. Loin de se ​réduire au seul Roundup – le produit phare de Monsanto –, il entre dans la composition de près de 750 produits, commercialisés par plus de 90 fabricants, répartis dans une vingtaine de pays... La production mondiale est montée en flèche ces dernières années un peu partout dans le monde, tirée vers le haut par l’adoption rapide des maïs et autres sojas transgéniques « Roundup ready ». De 600 000 tonnes en 2008, la production mondiale de glyphosate est passée à 650 000 tonnes en 2011, pour atteindre 720 000 tonnes en 2012, selon les données compilées par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Aux Etats-Unis, les quantités épandues ont été multipliées par 20 en ​l’espace de vingt ans, passant de 4 000 tonnes par an en 1987 à 80 000 tonnes en 2007. En 2011, dans une étude publiée par la revue Environmental Toxicology and Chemistry, l’US Geological Survey annonçait avoir détecté du glyphosate dans les trois quarts des échantillons d’eau de pluie et d’air analysés dans une région de grandes cultures. En France, il s’en épand environ 8 000 tonnes par an. Avec son principal produit de dégradation, l’AMPA, il constitue le produit le plus fréquemment détecté dans les cours d’eau de France métropolitaine.

    Les travaux du biologiste français et de son équipe suggéraient donc déjà, il y a près de quinze ans, que le glyphosate pouvait être impliqué dans la cancérogenèse.

    En outre, la monographie du CIRC rappelle ce fait surprenant : lorsque, en 1985, la substance est évaluée pour la première fois par l’Agence de protection de l’environnement américaine, elle est d’emblée classée cancérogène. Les experts américains signalent en effet que les souris exposées au produit ont un risque accru de développer un cancer du tubule rénal... Des discussions pointues sur la nature de quelques-unes des tumeurs observées conduiront, quelques années plus tard, à considérer ce résultat comme non significatif.

    Malgré ces alertes anciennes, le glyphosate s’est installé comme le plus sûr des herbicides sur le marché pendant de nombreuses années. La confiance dans le produit a été telle que certains risques sanitaires, sans liens avec le cancer, ont été totalement ignorés.

    Neurotoxicité

    « Nous savons avec certitude que le glyphosate est neurotoxique : cela est documenté par des études menées sur les animaux et aussi par les cas d’intoxication aiguë chez l’homme, dit ainsi Philippe Grandjean, professeur à l’université ​Harvard, l’un des pionniers de l’étude de l’effet des polluants environnementaux sur le système nerveux central. Or si le glyphosate a un effet sur le cerveau adulte, nous savons aussi qu’il aura un effet sur le cerveau en développement du jeune enfant ou sur le fœtus, par le biais de l’exposition des femmes enceintes. »

    Toute la question est alors de savoir à partir de quel niveau d’exposition au glyphosate ces dégâts apparaissent. « Cela, nous ne le savons pas, répond M. Grandjean. A ma connaissance, il n’y a eu aucune étude valide, menée selon les standards réglementaires, pour évaluer les effets du glyphosate sur le neurodéveloppement. S’agissant du pesticide le plus utilisé dans le monde, cette situation me semble être assez problématique. »

  • Norway approves mine’s controversial plan to dump waste into fjord | Environment | The Guardian

    http://www.theguardian.com/environment/2015/apr/17/norway-approves-mines-controversial-plan-to-dump-waste-into-fjord?CMP=s

    Environmentalists promised civil disobedience after Norway’s government approved a controversial plan for a mining company to dump millions of tonnes of waste into a fjord.

    “This is a fjord full of life – to smother it with toxins is insane,” said Arnstein Vestre, president of Young Friends of the Earth Norway, which has been part of protests against the plan. “We have 600 people ready to do civil disobedience actions, and we will not stop until the fjord is safe,” he said.

    #mines #norvège #pollution

  • Shell Courtcase — Milieudefensie
    https://milieudefensie.nl/english/shell/oil-leaks/courtcase

    Do you remember the BP oil disaster in the Gulf of Mexico? At least two times more oil has been leaked in Nigeria. A UN report (UNEP, August 2011) revealed that the region is even more severely polluted than we feared. The consequences for local people are immense. As the largest foreign oil corporation in Nigeria, Shell is to a significant degree responsible for this. We therefore ask Shell to clean up the oil, compensate residents and maintain pipelines and installations properly to prevent new leaks.

    SHELL LIED TO DUTCH COURT ABOUT OIL POLLUTION IN NIGERIA

    AMSTERDAM, THE NETHERLANDS, 17 November 2014 – Shell did not tell the truth to the court in The Hague in the legal action brought by Milieudefensie [Friends of the Earth Netherlands] and four Nigerian farmers. The action was taken against Shell due to major oil spills in three Nigerian villages.

    Documents (1) revealed in a British court show that Shell lied about the situation in the village of Goi.

    In the Dutch case, Shell sustained in court that spills from its pipeline in Goi (2) could not be blamed on the company’s negligence. Shell’s lawyer pointed to the precautionary measures that Shell had taken, such as the installation of a Leak Detection System. But the documents that Shell had to divulge to a British court reveal that Shell had to admit that no Leak Detection System was in place. In part because of its reference to this system, in 2013 Shell was not held responsible for the spills in Goi (3).

    The new documents were released this year in a British lawsuit brought against Shell concerning oil spills in the Nigerian village of Bodo, not far from Goi. That case, brought by the Leigh Day law firm acting on behalf of the Bodo community, concerns spills from the same Shell pipeline. In Bodo as well as in Goi, farmers and fishers have for years been left with no livelihood due to the pollution of their land and fishing ponds.

    Channa Samkalden, lawyer for Milieudefensie and the Nigerian farmers, requested the documents from the British court: ‘On the basis of these documents, I can conclude that the testimony on the Leak Detection System which Shell gave to the court in The Hague in our case is in fact not true. These documents also reveal that Shell has withheld other important information.’

    Proper maintenance

    A Leak Detection System is just one of the measures which Shell stated was in place. In order to actually prevent spills, other preventative measures are demanded, such as proper maintenance. Shell has always said there were no grounds for reproach concerning that, but the British documents indicate otherwise. In 2002, Shell was warned by a committee of Shell Nigeria and Shell Global Solutions about the pipeline running through Goi and Bodo: it had exceeded its life span and should have been replaced due to ‘major risk and hazard’. Shell neglected to do so and furthermore, carried out no maintenance.

    Other than what Shell claimed before the Dutch court, the company for all intents and purposes maintained no proper surveillance of the pipeline. Shell did however continue to pump oil through the corroded pipeline as usual. In the years following, various spills occurred in Goi, through which thousands of litres of oil were leaked into the environment.

    Geert Ritsema, head of the Energy and Natural Resources Campaign at Milieudefensie stated, ‘Shell has repeatedly surpassed our worst nightmares. We already knew that the company has flaunted the Nigerian legal system, either ignoring its verdicts or endlessly delaying carrying them out. But we are surprised to see that Shell also seems to have so little respect for the Dutch legal system.’

    Appeal in 2015

    Meanwhile, Milieudefensie’s lawyer has submitted to the court in The Hague a portion of the documents that came to light via the British court. On 12 March of next year, this court will hold its first session in the appeal that Milieudefensie and the Nigerian farmers have brought against the 2013 verdict by the court in The Hague. (4)

    Last week, Amnesty International revealed Shell’s lies in the British Bodo case: Shell repeatedly and intentionally made false claims on the size and impact of two major oil spills. The amount of leaked oil and the damage was intentionally underestimated in an attempt to minimise compensation payments to area residents (5).

    Geert Ritsema: ‘The walls are beginning to close in on Shell. The image that the company would like to present of itself, in the role of the victim instead of the perpetrator, is crumbling more and more.’

    FOR MORE INFORMATION

    Friends of the Earth Netherlands / Milieudefensie press office: +31 (0)20 5507333
    https://milieudefensie.nl/english/shell/oil-leaks/courtcase

    NOTES

    (1) available from Milieudefensie

    (2) https://milieudefensie.nl/english/shell/oil-leaks/courtcase/plaintiffs/chief-barizaa-tete-dooh

    (3) https://milieudefensie.nl/english/pressreleases/milieudefensie-response-to-the-verdict-in-the-shell-nigeria-court-cas

    (4) https://milieudefensie.nl/english/pressreleases/appeal-proceedings-begin-in-milieudefensie-vs-shell-legal-case

    (5) http://www.amnesty.org/en/news/court-documents-expose-shell-s-false-claims-nigeria-oil-spills-2014-11-13

    #nigeria #pollution #shell #pétrole

  • New Report: More States Suspend Genetically Modified Crops - Friends of the earth international
    http://www.foei.org/press/archive-by-subject/food-sovereignty-press/new-report-more-states-suspend-genetically-modified-crops

    “GM crops cannot form part of a 21st century solution to the hunger crisis. Despite the hype, GM crops are still based on an outdated chemical-intensive and polluting agricultural model,” said Kirtana Chandrasekaran, Food Sovereignty programme co-ordinator at Friends of the Earth International.

    “GM companies profit from spraying pesticides and control the price of seeds. On every continent, public resistance to GM crops is growing” she added.

    Countries such as Mexico, Kenya, Egypt and Poland have recently suspended cultivation of certain GM crops. Around the world, experts are calling for a shift to agro-ecological farming methods to tackle hunger and malnutrition. These methods have been shown to double yields in Africa and effectively tackle pests. [3]

    #OGM via @reka

  • Resistance to Liberia landgrabs a warning to Africa investment conference — English
    http://www.foei.org/en/media/archive/2014/resistance-to-liberia-landgrabs-a-warning-to-africa-investment-conference

    The non-governmental groups are also drawing attention to the struggle of communities in Liberia who are successfully resisting a UK company grabbing their land. [2]

    “Landgrabbing by corporations in Africa is rising fast because governments and companies still promote investments that grab land and resources from communities. Fortunately, communities are successfully standing up to land grabs and for their rights, for instance right now in Liberia,” said Kirtana Chandrasekaran, Friends of the Earth International food sovereignty program coordinator.

    The recent overturning of UK company Equatorial Palm Oil’s access to the Jogbahn Clan’s customary land in Liberia is a warning to all governments and investors that they must respect communities’ rights and ownership of land, according to Friends of the Earth International. [3]

    via @reka #terres #liberia

  • #Gaz_de_schiste : sur les barricades de Pungeşti, en Roumanie
    http://www.bastamag.net/Gaz-de-schiste-sur-les-barricades

    C’est devenu le cauchemar de la multinationale américaine Chevron. Depuis octobre dernier, les habitants du petit village de Pungeşti, en Roumanie, s’opposent aux travaux d’exploration des gaz de schiste. Antoine Simon et David Heller, de l’ONG Friends of the Earth Europe, étaient sur place le 7 décembre dernier. « Leur périlleux combat illustre le ton de la bataille qui commence à se mener aux quatre coins de l’Europe contre l’expansion européenne de ce nouveau type d’énergie extrême », assurent-ils. (...)

    #Témoignages

    / #Eviter_le_dépôt_de_bilan_planétaire, Gaz de schiste, Pollutions , #Multinationales, Démocratie !, L’enjeu de la transition (...)

    #Pollutions_ #Démocratie_ ! #L'enjeu_de_la_transition_énergétique

  • Scientists warn on scale of climate crisis

    STOCKHOLM (SWEDEN), September 20, 2013 – Commenting on a forthcoming key science report on climate change, Friends of the Earth International warns that this report will confirm the need for urgent action to address the climate crisis. [1]

    “The science is clear. We now need an urgent and dramatic transformation of the world’s dirty, corporate-controlled unsustainable energy system to stop climate devastation and avert worsening impacts on people and communities,” said Sarah-Jayne Clifton, Friends of the Earth International Climate Justice and Energy Coordinator.

    http://www.foe.co.uk/resource/briefings/ippc_wg1report_qna.pdf

    #climat #ipcc #giec

  • The EU Biofuel Policy and Palm Oil: Cutting subsidies or cutting rainforest? | Friends of the Earth Europe

    http://www.foeeurope.org/IISD-EU-biofuel-policy-palm-oil-090913

    Bonne question...

    The EU Biofuel Policy and Palm Oil: Cutting subsidies or cutting rainforest?

    9 September 2013

    This study by the International Institute for Sustainable Development (IISD) for Friends of the Earth Europe finds that Europe’s drivers are being forced to fill their tanks with increasing amounts of palm oil, with reliance on the controversial biofuel set to rise even further.

    #forêts #huile_de_palme #agro_carburants
    According to the data, palm oil use has increased much more than predicted and now stands at 20% of the biodiesel mix. The EU consumes 40% more palm oil (for food, fuel and cosmetics) today compared to 6 years ago, despite continual warnings about the unsustainability of palm oil expansion.

    Palm oil associated with deforestation, wildlife loss and community conflicts, and is accelerating climate change. The findings put more pressure on the EU to put a halt to increasing biofuels.