organization:greenpeace

  • Au menu : steak de boeuf alimenté au soja transgénique cultivé sur coupe rase de forêt amazonienne
    https://www.passerelleco.info/article.php?id_article=2275

    Alors que la canicule étouffe la France, Greenpeace France démontre une nouvelle fois le manque flagrant d’action du gouvernement pour changer de trajectoire. « L’Europe suffoque et avec le réchauffement climatique, cela ne fera qu’empirer. Puisque le gouvernement est incapable de respecter ses engagements pour lutter contre la déforestation et le changement climatique, nous sommes venus le faire à sa place », déclare Cécile Leuba, chargée de campagne forêts chez Greenpeace France. 50 activistes, (...)

    #Alimentation

    https://www.passerelleco.info/IMG/pdf/l_europe_accro_a_la_viande.pdf

  • Serres chauffées dans le bio : la FNSEA fait plier le gouvernement
    https://www.mediapart.fr/journal/france/270619/serres-chauffees-dans-le-bio-la-fnsea-fait-plier-le-gouvernement

    En livrant bataille pour inscrire dans la réglementation française l’interdiction du chauffage des serres pour la production de fruits et légumes bio hors saison, les acteurs du bio ont mis au jour les projets de l’agro-industrie et la « conversion » des serres conventionnelles. Après avoir repoussé sa décision à la demande de la FNSEA, le ministère de l’agriculture a récemment pris le parti du chauffage.

    #Enquête #Carrefour,_Didier_Guillaume,_FNAB,_CNAB,_Olivier_Nasles,_Edouard_Philippe,_FNSEA,_INAO

    • Une fois encore, la #FNSEA fait plier un gouvernement. Le syndicat agricole majoritaire, mis en mouvement par les coopératives, a obtenu le soutien du ministère de l’agriculture pour reporter à deux reprises un vote inscrivant l’interdiction du chauffage des serres pour la production de fruits et légumes bio hors saison dans le guide de lecture du règlement européen. Le 17 juin, l’administration a mis sur la table une proposition autorisant de fait les serres chauffées.

      La proposition d’interdiction portée par les représentants historiques du bio devant le Comité national de l’agriculture biologique (CNAB) de l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao) doit encore être débattue le 11 juillet. Organisme public chargé de gérer les signes officiels de qualité – les labels et les appellations –, l’Inao a déjà été confronté à des batailles rangées face aux prétentions de l’industrie, notamment au sujet des fromages au lait cru dans les années 2000.

      Cette fois, l’enjeu est la défense des conditions de production des légumes biologiques. Les tenants de l’agro-industrie favorables au chauffage des serres ont fait savoir « qu’une quarantaine d’exploitations déjà en activité » utilisaient ce procédé, auxquelles devraient s’ajouter une vingtaine de projets d’ici à 2021, « qui se concrétiseront à condition d’avoir accès au chauffage ».

      Au-delà, de grosses coopératives qui ont engagé une réflexion pour convertir leurs serres en bio se déclarent opposées à la restriction du chauffage leur permettant de produire en hiver. Pour elles, pas question de restreindre ni d’interdire, au contraire.

      Des serres de la station expérimentale du Comité d’action technique et économique (CATE), à Saint-Pol-de-Léon, syndicat professionnel de la Région Bretagne, auquel appartient la coopérative Sica. © DR Des serres de la station expérimentale du Comité d’action technique et économique (CATE), à Saint-Pol-de-Léon, syndicat professionnel de la Région Bretagne, auquel appartient la coopérative Sica. © DR

      Le gouvernement est resté prudent, laissant l’administration avancer ses pions. Didier Guillaume, le ministre de l’agriculture, a juré le 19 juin qu’il n’était « pas favorable au chauffage des serres », « parce qu’il faut respecter les rythmes biologiques », mais il a aussitôt ajouté une nuance, de taille, en précisant que « si c’était interdit en France et permis dans d’autres pays européens, ça ne réglerait pas le problème de l’économie ».

      Tout en jugeant qu’il ne voyait pas « l’intérêt » « d’avoir des fraises à Noël », le ministre a souligné, dans une interview au Télégramme, que la réglementation européenne « n’interdit pas » le chauffage des serres en bio. « Pour ma part, je considère que c’est aux filières et aux responsables du bio de décider, et au consommateur d’être responsable », a-t-il déclaré.

      Mais le CNAB, qui va statuer pour avis, est composé pour moitié de représentants des groupements historiques du bio et, pour l’autre, des représentants issus du conventionnel – membres de Coop de France ou élus de chambres d’agriculture –, les cinq représentants de l’État les départageant.

      Joint par Mediapart, Olivier Nasles, le président du CNAB, a déclaré qu’il n’était « pas sûr » que « la décision » serait prise le 11 juillet. « Je n’ai pas envie d’aller vers un vote moitié/moitié », déclare-t-il, précisant que « certains acteurs sont sur des postures » – comprendre : certains acteurs militants du bio.

      Face à leur demande d’interdiction du chauffage, l’administration a mis sur la table une proposition alternative, lors de la commission réglementation du CNAB, le 17 juin dernier. Il s’agit d’interdire la distribution des légumes d’été en hiver, du 21 décembre au 21 mars, en permettant ainsi une production et une vente de printemps. « Tout le monde est d’accord sur la saisonnalité : c’est déjà une belle avancée », se félicite Olivier Nasles.

      En réalité, cette « avancée » reste très problématique, aux yeux des acteurs du bio, puisqu’elle implique de chauffer les serres de janvier à avril, pendant la période de développement des plants. En outre, elle laisse grandes ouvertes les portes de la production à l’export, et donc de la massification de l’offre.

      « Cette proposition est inadmissible, tranche Sylvie Corpart, une représentante de la Fédération nationale de l’agriculture biologique (FNAB). Elle donne raison à ceux qui font pression depuis le début. On envoie toute la filière bio dans l’impasse. »

      Cette bataille a débuté il y a près d’un an. Informée de la multiplication des projets de serres chauffées en bio en Bretagne et en Vendée, la FNAB a saisi en juin 2018 la commission réglementation de l’Inao d’une demande d’ajout au guide de lecture.

      Alors que ce document indique que « le chauffage des serres est possible », la commission réglementation propose au CNAB d’ajouter quelques réserves, et non des moindres : « Le chauffage des serres est possible dans le respect des cycles naturels (pas de production à contre-saison, exemple : tomate, courgette, concombre, aubergine, poivron) [et] lorsqu’il utilise des ressources renouvelables produites sur l’exploitation, [ceci étant] sans restriction pour la production des plants et la mise en hors gel. » Le chauffage pourrait donc être interdit « à contre-saison ».

      Les coopératives et leurs soutiens sont alertés et sortent du bois début décembre. Marc Kerangueven, président de la Sica (Société d’initiatives et de coopération agricole) de Saint-Pol-de-Léon, dont les 650 exploitants commercialisent sous la marque Prince de Bretagne, juge dans une note transmise au premier ministre qu’il est « primordial que le CNAB vote contre l’adoption de cette proposition ».

      Cette « restriction inadaptée, drastique et brutale » du chauffage pourrait « avoir de lourdes conséquences » pour « l’ensemble de la production bio sous abri française, qui subirait la prise des marchés par l’import », annonce-t-il, dans son courrier cosigné par le président de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne. C’est la balance commerciale qui préoccupe avant tout la coopérative de Kerangueven, qui exporte par ailleurs 40 % de ses légumes.

      La Sica compte déjà 150 hectares de serres, toutes productions confondues. Et le bio fait partie de ses priorités, même s’il ne pèse encore que 5,7 % de son chiffre d’affaires – 8,55 millions d’euros pour 7 232 tonnes de légumes produits, un chiffre en hausse de 3 millions d’euros en 2018… Le comité bio du groupement de producteurs Cerafel, auquel cette coopérative est rattachée, revendique 20 000 tonnes de légumes bio produites l’an dernier.

      Le 10 décembre, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert a demandé de son côté le report du vote de la proposition dans un courrier adressé au président du CNAB – et cosigné par les présidents de Coop de France, Felcoop, Légumes de France (branche spécialisée de la FNSEA) et de l’APCA. Selon la FNSEA et ses alliés, « les professionnels du secteur n’ont pas eu le temps de se positionner dans les délais impartis ».

      « Les premiers éléments d’analyse nous amènent à penser que nos exploitations seraient confrontées à une situation de distorsion de concurrence avec les autres États membres », font-ils valoir eux aussi.

      Alertée par ces courriers, la FNAB lance un contre-lobbying. Un texte signé par des distributeurs, et non des moindres, Biocoop et surtout Carrefour, des transformateurs et distributeurs spécialisés (Synabio) et des producteurs (Forébio, Cabso, Uni vert, Bio Loire Océan, Solébio), dénonce les « pressions » ainsi exercées sur le CNAB et soutient « l’encadrement du chauffage des serres », « dans le but d’éviter le désaisonnement ».

      « Ces dernières années, la production de fruits et légumes frais s’est développée sans recours au chauffage de serres, ce qui prouve que cette pratique est inutile », soutiennent-ils.

      « Nous avons des conditions climatiques qui ne sont pas bonnes, explique Mathieu Lancry, président de Forébio. Vouloir concurrencer des pays tiers qui ont des conditions plus favorables, je trouve ça fou. Faire chauffer les serres en bio, ça n’a pas de sens. »

      Le producteur rappelle au passage les « surproductions chroniques en tomates et concombres » de l’agriculture conventionnelle, et la destruction récente de 500 tonnes de tomates par la coopérative Solarenn en Bretagne.

      Mise aux voix lors du CNAB du 13 décembre, la demande de report par la FNSEA et les coopératives est approuvée par 19 voix contre 15, et 2 abstentions. « Les représentants de l’État ont voté le report à main levée », relève un participant. L’État s’est incliné. Le président du CNAB, Olivier Nasles, vote aussi en faveur de ce report et se montre favorable aux objections de l’agro-industrie. « La restriction du chauffage ne va pas empêcher qu’il y ait des tomates bio sur les étals, explique-t-il à Mediapart. Cette décision va bloquer les produits français, mais ne s’appliquera pas aux produits étrangers. La distorsion de concurrence est bien là. »

      Nommé par arrêté ministériel en 2017, cet oléiculteur touche-à-tout, patron pendant douze ans de l’interprofession de l’huile d’olive (Afidol), ex-secrétaire adjoint de la chambre d’agriculture d’Aix-en-Provence, œnologue de métier, n’a jamais été légitime à la présidence du comité bio de l’Inao. C’est le vignoble de sa mère, le domaine de Camaïssette, converti en bio en 2014, et dont il est salarié, qui lui a valu, selon l’Inao, d’être nommé président du CNAB. « Il produit du rosé bio », précise le service communication de l’institution.

      « Il est cordial, mais il n’est pas du métier, déplore un membre du CNAB. C’est vraiment dommageable pour la crédibilité du CNAB que ce soit quelqu’un comme lui qui pilote le guide de lecture du règlement européen. Sa nomination est une farce. On a tous été interloqués. »

      « On se demande toujours d’où il parle, comme on disait en Mai-68 », commente ironiquement un responsable du bio.

      Olivier Nasles admet qu’il ne fait pas « partie des historiques du bio », mais qu’il a été choisi parce qu’il n’était « pas partisan d’une famille ou d’une autre ». Membre de plusieurs instances de l’Inao depuis 2004, il s’attendait d’ailleurs à présider un autre comité de l’institut. S’il reconnaît qu’il n’est « pas compétent » sur le sujet du chauffage des serres, il a un avis tranché sur l’avenir du bio.

      « Le monde du bio va changer, parce que l’économie est entrée dedans, juge-t-il. Bien sûr qu’il va y avoir une industrialisation du bio. On a suscité une demande chez les consommateurs. Il y a des gens qui sont entrés qui ne sont pas des bio historiques. »

      En janvier, la FNSEA et les coopératives ont communiqué des éléments chiffrés sur les serres chauffées en bio, qui confirment les craintes de l’autre camp. Selon leur décompte, 14 exploitations équipées de serres ayant recours au chauffage tournent déjà en Bretagne sur 13 hectares, et envisagent de passer à 19 hectares. Les Pays de la Loire comptent quatre exploitations en fonctionnement sur 11 hectares, mais surtout dix-neuf en cours de constitution, avec des permis de construire accordés sur 22 hectares supplémentaires. Dans le Sud, vingt exploitations sous serres tournent déjà à plein régime sur 33 hectares.

      « Plus de 50 hectares sont ainsi concernés aujourd’hui ; une surface qui pourrait progresser rapidement à moyen terme », relève la synthèse du syndicat. Des surfaces encore dérisoires, rapportées aux territoires engagés en agriculture biologique en France – deux millions d’hectares en 2018, entre les mains de 41 623 producteurs –, mais très productives.

      « Ces surfaces représentent des volumes considérables de légumes français biologiques déjà produits et commercialisés : plus de 9 500 tonnes à ce jour d’après nos estimations, et potentiellement près de 15 000 tonnes à l’horizon 2021/22 », poursuit le document. Les syndicalistes vantent l’efficacité en « technique culturale » du chauffage, notamment par « la maîtrise des risques sanitaires », grâce à la déshumidification – contre le mildiou, par exemple.

      Le camp du bio explique de son côté que « tout usage sanitaire du chauffage allant au-delà des limites du hors gel (5 °C) implique potentiellement le développement végétatif de la plante, donc la production ». « Par exemple, pour améliorer l’efficacité du biocontrôle [l’activité des insectes, auxiliaires de culture – ndlr], la température des serres à tomates est portée entre 18 et 25 °C. Or, ces températures correspondent parfaitement à l’optimum de température pour le développement végétatif de la tomate. » L’argument sanitaire est opportuniste.

      Les services juridiques de l’Inao pèsent dans le même sens. Ils rappellent l’une des bases du règlement européen qui stipule que « l’agriculture biologique doit établir un système de gestion durable, respectueux des systèmes et des cycles naturels ». Si le chauffage sous serres n’est pas interdit, il est d’abord conditionné à l’utilisation d’énergies renouvelables. Il peut être mis au service de production des plants pour amorcer la production ou la mise en hors gel, mais la production bio se doit d’éviter toute production à contre-saison.

      Cependant, la mobilisation des agriculteurs conventionnels pèse plus lourd que les remarques d’un service juridique. « Entre décembre et mars, il y a eu une vraie levée de boucliers. Vindicative. C’est l’Ouest qui a bougé, juge une agricultrice en bio. On était traités d’irresponsables. »

      Le 3 avril, le CNAB se réunit une nouvelle fois, mais le président Nasles et l’administration, contre toute attente, ne mettent pas le sujet à l’ordre du jour comme prévu. « Le premier report, on s’est dit : on va leur concéder… commente Sylvie Corpart, représentante de la FNAB. Mais le deuxième report, c’était un vrai scandale. Nous avons quitté la salle. »

      La polémique déborde sur l’interprofession des fruits et légumes, l’Interfel. Le poste de corapporteur du comité bio d’Interfel est attribué à Bruno Vila, dirigeant d’une importante coopérative du sud de la France, Rougeline, qui développe massivement des cultures de tomates sous serres, hors sol – en s’appuyant sur un modèle de serre hollandais, qui coûte entre 700 000 et 1,4 million d’euros à l’hectare.

      Vila est l’alter ego du breton Kerangueven dans le Sud. Forte de 340 hectares de cultures de tomates, fraises et concombres sous serres – et 700 hectares en terre –, et de 230 producteurs, Rougeline fait un chiffre d’affaires de 123 millions d’euros. L’élection de Vila, vécue comme une « provocation » par le camp du bio, entraîne la sortie de la Confédération paysanne du comité bio. Interfel a refusé de répondre aux questions de Mediapart sur cette crise interne et Bruno Vila n’a pas donné suite à nos demandes.

      « Il y a un traumatisme lié à la pression que subissent les producteurs conventionnels avec la concurrence de l’Espagne et du Maroc, explique à Mediapart Guillaume Riou, président de la FNAB. Au sein de ces grosses coopératives, certains pensent qu’ils vont s’en sortir en reproduisant le modèle productiviste dans le bio. Ils n’ont pas compris que l’alimentation et l’agriculture doivent respecter les cycles naturels. »

      Le 17 juin, l’administration revient devant la commission réglementation avec une proposition d’interdiction de distribution des légumes d’été en hiver jusqu’au 21 mars, une version revue du dispositif validant en réalité l’utilisation du chauffage des serres durant l’hiver pour amorcer la production. Elle propose aussi d’inscrire la perspective d’une obligation d’utilisation d’énergies renouvelables à l’horizon 2025, alors même que cette obligation figure en toutes lettres dans le règlement européen.

      Or la question de l’énergie n’est pas secondaire, loin de là. Selon l’étude FoodGES de l’Ademe, une tomate produite en France sous serre chauffée est responsable de quatre fois plus d’émissions de gaz à effet de serre qu’une tomate importée d’Espagne et huit fois plus qu’une tomate produite en France en saison. « Les chauffeurs de serres auront six ans devant eux sans cadre pour produire, et d’ici là, ils pourront au moins tripler leur production », objecte un communicant du bio.

      Pour amplifier la protestation, la FNAB – soutenue par Réseau action climat, la Fondation Nicolas-Hulot et Greenpeace – a lancé le 29 mai une pétition en ligne, « Pas de tomate bio en hiver : non aux serres chauffées », demandant au ministre de l’agriculture « de soutenir un encadrement strict du chauffage des serres en bio afin d’interdire la production de fruits et légumes bio hors saison ».

      Le groupe Carrefour est le seul groupe de distribution de premier plan à s’être rangé derrière la FNAB contre les serres chauffées. « On s’est engagés aux côtés de la FNAB sur ce sujet dès le mois d’octobre 2018, précise auprès de Mediapart Benoît Soury, directeur bio de Carrefour. Nous nous engageons à fournir des produits grandis naturellement, et nous voulons aller plus loin en faisant en sorte que nos produits bio ne soient que d’origine France – la proportion est de 3/4 aujourd’hui. »

      Ce positionnement « politique » du groupe s’inscrit dans une vraie logique d’investissement de Carrefour, qui a réalisé 1,8 milliard d’euros de chiffre d’affaires dans le bio en 2008. Le distributeur se dit toutefois prêt à « réétudier » sa position « si un compromis est trouvé ».

      Si l’administration revient avec sa proposition devant le CNAB, le 11 juillet, et obtient un vote favorable aux serres chauffées, elle pourrait créer une fracture irrémédiable au sein de la structure chargée d’encadrer l’agriculture biologique. Certains historiques du bio sont tentés par un repli autour d’un nouveau label privé portant leurs valeurs et un cahier des charges strict, comme il en existe en Allemagne.

      « C’est vrai que la question est posée avec insistance au sein du réseau, confirme Sylvie Corpart. Est-ce que la fédération a encore intérêt à être présente dans une structure où les jeux et les décisions se font dans les couloirs, et nous échappent ? Les dés étant pipés, il faut peut-être arrêter de perdre notre temps à défendre le label “AB” et créer autre chose. »

  • Mauvaise passe pour EDF, nuages sur la filière nucléaire française
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/mauvaise-passe-pour-edf-821061.html


    L’Autorité de sûreté nucléaire impose à EDF de réparer toutes les soudures avant la mise en service de Flamanville, repoussée d’au moins trois ans.
    Crédits : Benoit Tessier

    Alors que le PDG de l’entreprise publique présente ce 20 juin aux syndicats un projet de scission du groupe en deux entités, contre lequel ils sont vent debout, l’Autorité de sûreté nucléaire lui impose de procéder à la réparation de soudures défectueuses avant la mise en service de l’EPR de Flamanville. Nouveau retard et nouveau surcoût, alors que l’exécutif entend se prononcer sur l’avenir de la filière nucléaire française après le démarrage de l’EPR.

    C’est dans un courrier en date du 19 juin que l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a répondu à une sollicitation de EDF datant de début juin. A la suite de la découverte tardive de défauts sur de nombreuses soudures de l’EPR de Flamanville, l’opérateur avait entrepris d’en réparer près d’une soixantaine. Restaient huit d’entre elles, difficiles d’accès car situées sur le circuit de vapeur traversant l’enceinte du bâtiment réacteur et reliant le générateur de vapeur à la turbine située dans un bâtiment auxiliaire.

    L’ASN confirme dans son courrier que, « au regard du nombre et de la nature des écarts affectant ces soudures, (...) leur rupture ne peut plus être considérée comme hautement improbable et qu’il n’est donc plus possible de leur appliquer une démarche d’exclusion de rupture ».

    EDF avait le choix entre le renoncement à l’exclusion de rupture (garantie qui exclut absolument tout risque de rupture), ce qui imposait de refaire les études de sûreté et d’apporter des renforcements en conséquence au réacteur ou la réparation. L’exploitant a préféré opter pour la seconde solution, mais en les repoussant à 2024, après une mise en service de l’EPR en 2020, arguant que la réparation avant mise en service reporterait celle-ci au plus tôt à la fin 2022.

    « La stratégie proposée par EDF soulève d’importantes difficultés au plan de la justification du point de vue de la sûreté du fonctionnement du réacteur pendant plusieurs années dans un état dégradé, souligne Yves Marignac, du cabinet WISE. Sur le plan réglementaire, elle impliquerait également pour l’ASN d’autoriser la mise en service du réacteur dans un état non conforme à son décret d’autorisation de création (DAC), puisque l’exigence d’exclusion de rupture pour ces tuyauteries y est inscrite », ajoute-t-il.

    « La remise en conformité des soudures de traversées avant la mise en service du réacteur est techniquement réalisable », estime l’ASN.

    « Le report des opérations de réparation après la mise en service du réacteur soulèverait plusieurs difficultés, notamment au regard de la justification de la sûreté du réacteur durant la période transitoire. »

    « La suite logique devrait être le dépôt par EDF d’un dossier technique présentant les modalités prévues pour la réparation avant mise en service de ces huit soudures, qui restera à instruire par l’ASN avant une décision formelle d’autorisation de la mise en œuvre de cette réparation », analyse Yves Marignac.

    L’opérateur tablait sur un chargement du combustible en fin d’année pour un démarrage au premier semestre 2020... avec déjà 8 ans de retard sur le calendrier initial. Côté financier, alors que le budget est déjà passé de 3,5 milliards d’euros en 2007 à près de 11 milliards, il est bien difficile d’évaluer précisément les conséquences de ces nouveaux déboires.
    […]
    Cette dernière séquence est du pain béni pour les anti-nucléaires. « EDF n’a cessé d’être dans le déni depuis 2013, en refusant de reconnaître l’existence de ce problème, puis en refusant la réparation, puis en voulant réparer après redémarrage, a ainsi déclaré Greenpeace dans un communiqué. Cette attitude scandaleuse au regard de la sûreté nucléaire qui aboutit aujourd’hui à une décision sans appel de l’ASN décrédibilise tout le programme EPR et la stratégie industrielle d’EDF. »

  • Un député souhaite que les développeurs codent mieux au nom de l’environnement
    https://www.numerama.com/tech/518848-un-depute-souhaite-que-les-developpeurs-codent-mieux-au-nom-de-lenv

    Le gouvernement est interpellé par un député qui souhaite que l’on oblige les éditeurs de logiciels à consacrer un budget pour une programmation plus compatible avec les enjeux environnementaux. Greenpeace a fait sa communication dessus : les plateformes de streaming vidéo ne sont pas toujours très écolo-compatibles. Dans un rapport daté de 2017, l’ONG avait épinglé plusieurs services très populaires, comme Netflix, HBO ou encore Amazon Video pour leurs faibles performances en matière environnementale. (...)

    #Cisco #Google #Huawei #Intel #Lenovo #Microsoft #Nokia_Siemens #Samsung #Seagate #Tencent #Western_Digital #Amazon #Netflix #IBM #HP #écologie #cloud #Greenpeace (...)

    ##HBO
    //c1.lestechnophiles.com/www.numerama.com/content/uploads/2016/02/femmes-programmation.jpg

  • Reporters sans frontières : le crime paie Théophraste R. - 3 Juin 2019 - LGS
    https://www.legrandsoir.info/reporters-sans-frontieres-le-crime-paie.html

    Le 21 octobre 2000, le journaliste Jacques-Marie Bourget (1) se trouvait sur une place publique à Ramallah (Palestine). Tout était calme, les cafés étaient ouverts quand un tireur d’élite israélien «  non identifié  » lui a perforé le poumon d’une balle https://www.legrandsoir.info/macron-soutiendra-t-il-les-correspondants-de-guerre.html de son fusil d’assaut américain « M16 ». Alors même que le pronostic vital était engagé, il a fallu l’intervention personnelle de Jacques Chirac pour qu’Israël autorise l’évacuation du journaliste. La victime miraculée nous dira prochainement sur ce site tout ce qu’elle ne doit pas à Reporters sans Frontières.

    C’était hier, c’est encore aujourd’hui. Le 28 février 2019, une commission d’enquête https://news.un.org/fr/story/2019/02/1037422 indépendante de l’ONU a révélé que des tireurs d’élite israéliens tirent intentionnellement sur des journalistes (2).
    En novembre 2007, Maxime Vivas publiait un livre-enquête sur l’organisation Reporters sans Frontières et sur son secrétaire général Robert Ménard, alors intouchable et coqueluche des médias, toutes tendances confondues (Ménard fut invité à la fête de l’Huma). Mettant de côté son amour pour la liberté d’expression, le secrétaire général de RSF menaça à 4 reprises de traduire l’impertinent auteur devant un tribunal.

    Le 19 mai 2019, Christophe Deloire, actuel secrétaire général de Reporters sans frontières a reçu le prix de la « défense de la démocratie » https://www.legrandsoir.info/reporters-sans-frontieres-recoit-le-prix-du-regime-assassin-de-journal (sic) lors d’une cérémonie à Tel Aviv en présence du président israélien Reuven Rivlin.

    Théophraste R. Auteur du proverbe : «  RSF est à la liberté d’expression ce que Monsanto est à l’écologie, Ségolène Royal au socialisme et BHL à la philosophie  ».

    (1) Grand reporter et écrivain, Jacques-Marie Bourget a publié 95 articles sur le site d’information alternative Le Grand Soir. Il a commencé sa carrière chez Gallimard à la NRF puis il a enchaîné à l’ORTF, l’Aurore, le Canard Enchainé, l’Express, VSD, le Sunday Times, Paris-Match et Bakchich. En 1986 a obtenu le Prix Scoop pour avoir révélé l’affaire Greenpeace.

    (2) Gaza 2018 : «  La Commission a constaté que les forces de sécurité israéliennes avaient tué 183 […] manifestants avec des balles réelles, dont 35 enfants, trois ambulanciers paramédicaux et deux des journalistes, clairement identifiés.  »

    #crimes_de_guerre #israel #israël #gaza #occupation #colonisation #rsf #reporters_sans_frontières #robert_ménard #christophe_deloire

  • Investi par la grande distribution : l’eldoraBIO - Libération
    https://www.liberation.fr/planete/2019/05/28/investi-par-la-grande-distribution-l-eldorabio_1730298

    Décryptage
    Investi par la grande distribution : l’eldoraBIO
    Par Coralie Schaub , Aurore Coulaud , Aude Massiot et Margaux Lacroux — 28 mai 2019 à 21:06
    A ce jour, seulement 50 hectares de bio sont exploités en serres chauffées en France. Mais les projets se multiplient. Photo JEAN-CLAUDE MOSCHETTI . REA
    Face à la demande croissante des consommateurs, le marché de l’alimentation biologique est massivement investi par la grande distribution. Rachat de réseaux, production et vente hors saison : certaines enseignes modifient en profondeur les pratiques. Au risque de fragiliser la philosophie du secteur.

    Investi par la grande distribution : l’eldoraBIO

    « Pas de tomate bio en hiver ! Non à l’industrialisation de la bio ! » Voici le mot d’ordre d’une pétition lancée mardi soir par la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab), la Fondation Nicolas-Hulot pour la nature et l’homme, Greenpeace et le Réseau Action-Climat et relayée en avant-première sur Libération.fr (lire aussi page 3). Avec, pour premiers signataires, une cinquantaine de chefs et de restaurateurs, dont certains sont étoilés et plusieurs œuvrent dans la restauration collective. Son but ? Obtenir du ministère de l’Agriculture l’interdiction de la production de fruits et légumes bio hors saison, sous serres chauffées au gaz ou au fioul, lors du prochain vote du Comité national de l’agriculture biologique, le 11 juillet. Une « aberration gustative, agronomique et environnementale », plaquée sur le modèle conventionnel productiviste. Qui serait contraire à la philosophie de « la » bio telle que la concevaient les pionniers : un « mode de vie », un « projet de société » respectueux de l’environnement et de la biodiversité, qui valorise le lien social, avec une juste rémunération pour l’agriculteur et des produits de saison pas suremballés dans du plastique.

    « La » bio perdrait ainsi son âme au profit « du » bio, au masculin, réduit à la seule dimension du mode de production (sans pesticides pétrochimiques). Et symboliserait l’industrialisation à marche forcée d’un secteur qui ne représente encore qu’environ 5 % du marché alimentaire français, mais bénéficie d’un boom de la consommation (+ 17 % en 2017). Le gouvernement espère gonfler les surfaces en bio à 15 % pour 2022.

  • En quasi-faillite, EDF veut nationaliser le nucléaire… et privatiser les renouvelables

    https://reporterre.net/En-quasi-faillite-EDF-veut-nationaliser-le-nucleaire-et-privatiser-les

    Ce mardi, le comité de la stratégie d’EDF étudie le projet de scission du groupe en deux entités : une, nationalisée, pour le nucléaire et l’hydraulique, une autre, privatisée, pour les autres activités. Une manœuvre de la dernière c

    #macron #france #énergie

    • La préparation de cette opération s’inscrit dans un contexte financier critique pour EDF. Entre 2019 et 2025, la moitié des 58 réacteurs nucléaires français atteindra l’âge de 40 ans. Pour continuer à fonctionner, ils devront être rénovés et mis aux normes post-Fukushima. Évaluation du coût de ce « grand carénage », environ 55 milliards d’euros d’ici à 2025 selon EDF, 100 milliards d’euros d’ici à 2030 selon le rapport 2016 de la Cour des comptes. À ces coûts s’ajoutent ceux du chantier de l’EPR de Flamanville, qui atteignent aujourd’hui près de 12 milliards d’euros au lieu des 3 prévus, et ceux de l’EPR d’Hinkley Point, en Grande-Bretagne.

      L’opération « grand carénage » coûtera 45 milliards d’euros, selon EDF.

      Actuellement, EDF n’a pas les moyens de faire face à toutes ces dépenses. Fin 2018, son endettement financier net s’élevait à 33,4 milliards d’euros, pour un bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (EBITDA) de 15,3 milliards d’euros. « La dette brute, un chiffre qu’on ne peut pas trafiquer, s’élève à 69 milliards d’euros, précise Alix Mazounie, de Greenpeace. Et EDF a vendu tous les bijoux de famille qu’il pouvait sans arriver à l’éponger, seulement à la stabiliser. Le free cash flow [flux de trésorerie disponible, qui sert à l’entreprise à mettre en place de nouveaux investissements, à verser les dividendes et à réduire les dettes] a été négatif onze années d’affilée, jusqu’en 2018. Si EDF ne s’est pas retrouvé en faillite chronique, c’est grâce au soutien de l’État. Ce dernier a déjà recapitalisé l’entreprise en 2017 ; mais selon les règles européennes, ce renflouement ne peut pas se faire sans une restructuration. »

  • Y a-t-il des déchets nucléaires près de chez vous ? - Greenpeace France
    https://www.greenpeace.fr/dechets-nucleaires-pres-de-chez-vous

    Avec ses 58 réacteurs et 60 ans d’existence, l’industrie électronucléaire française produit des déchets radioactifs en masse, qui s’accumulent au fil des ans. Que deviennent-ils ? Où sont-ils stockés ? Par où transitent-ils ? Notre carte des déchets nucléaires vous permet d’en savoir plus et découvrir les sites et lieux de passages de matières et déchets radioactifs à proximité de votre commune.


    #nucléaire

  • Enregistrement - Vollenbike + Live on #Air
    http://www.radiopanik.org/emissions/les-promesses-de-l-aube/vollenbike-live-on-air

    Buenos dias loc@s, ce Jeudi 2 Mai nous recevons dans les promesses de l’aube...

    > Elodie de Greenpeace & Annekatrien de Filter Café Filtré qui organisent ce Dimanche 5 Mai LIVE on AIR = 2 belles balades à vélo depuis Anvers et Ottignies (départ à 10h) + 1 balade pédestre depuis la gare de Ruisbroek (départ à 11h @ Sint Peters Leeuw) > Tout le monde se retrouve sur la place De Brouckère vers 15h pour une big fiesta ! Profitez-en : respirez à fond.

    > Johanne & Cédric de Provélo qui viennent nous présenter Vollenbike à Forest, St Gilles et Jette : pleins d’activités ludiques, pédagogiques, citoyennes autour du vélo, pendant le mois de Mai, chaque mercredi mais pas uniquement... Checkez les programmes de votre Vollenbike le plus proche ;)

    Faut qu’ ça bouge = Kuss & ride siempre = Je (...)

    #Bike #Mobilisation #Manifestive #Bike,Mobilisation,Manifestive,Air
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/les-promesses-de-l-aube/vollenbike-live-on-air_06633__0.mp3

  • A La Défense, plus de 2 000 militants dénoncent la « République des pollueurs » - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/190419/la-defense-plus-de-2-000-militants-denoncent-la-republique-des-pollueurs?o

    Greenpeace, les Amis de la Terre et ANV-COP21 ont organisé vendredi l’occupation des bâtiments de Total, EDF, la Société générale et le ministère de la transition écologique du centre d’affaires parisien. L’opération s’inscrit dans le cadre d’une semaine de mobilisation mondiale pour le climat.

    #action_climat #greenpeace #amis_de_la_terre

  • Semaine internationale de la rébellion
    Face au militantisme, “nous sommes revenus à un système de répression des années 1960 et 1970”

    Lycéens fichés S, écolos entendus par la police, Gilets jaunes renvoyés en correctionnelle : Vanessa Codaccioni explique comment l’#antiterrorisme a contaminé l’appareil répressif. Et comment la France a fait un bond de 40 ans en arrière.

    La chercheuse en sciences politiques Vanessa Codaccioni s’inquiète de la #criminalisation croissante du #militantisme. En refusant la #politisation des mouvements de #contestation, le pouvoir va jusqu’à les assimiler à du #terrorisme. Suite et fin de notre série d’articles consacrée à la Semaine internationale de la rébellion qui se déroule du 12 au 19 avril.

    https://www.telerama.fr/idees/face-au-militantisme,-nous-sommes-revenus-a-un-systeme-de-repression-des-an


    illustration photo : Abdulmonam Eassa/AFP : Manifestation des Gilets jaunes, à Paris, le 1er décembre 2018.

    En quatre mois de mobilisation des Gilets jaunes, 8 645 personnes ont été placées en garde à vue, 2 000 ont été condamnées, et 1 800 sont en attente de jugement. A titre de comparaison, environ 11 000 individus avaient été arrêtés pendant les grèves de mineurs sous Thatcher entre 1984 et 1985. Ce qui est inédit, c’est ce niveau de contestation politique, ou la vigueur de la punition ?

    /.../

    ++ SEMAINE DE LA REBELLION, MODE D’EMPLOI
    C’est quoi : la Semaine internationale de la rébellion a été lancée par Extinction Rebellion, https://extinctionrebellion.fr, un mouvement né en Angleterre en octobre 2018 et qui depuis essaime dans de nombreux pays – parmi lesquels la France, l’Italie, l’Allemagne et les Etats-Unis. L’idée : mener des actions de #désobéissance civile non-violente afin d’intensifier la protestation contre l’inaction politique en matière de lutte contre le changement climatique et la disparition des espèces. D’autres organisations environnementales ont annoncé qu’elles participeraient à cette semaine internationale de la rébellion.
    C’est quand : la semaine internationale de la rébellion se déroule du 12 au 19 avril.
    Quelles actions : Impossible de tenir un agenda précis. Car si certains collectifs communiquent depuis plusieurs semaines sur leurs prochaines actions pour s’assurer une médiatisation maximale, d’autres cultivent au contraire le secret, afin d’amplifier l’effet de surprise.
    En France, citons une « action contre l’industrie du textile et la fast fashion » menée par #Extinction #Rebellion, qui s’est déroulée le vendredi 12 avril. Et « bloquons la République des pollueurs », une action en Ile-de-France organisée par les Amis de la Terre, ANV-COP21 et Greenpeace. Des actions de « swarming » (blocages éphémères de la circulation) sont annoncées à travers le monde…
    Marc Belpois

    #répression

  • Un dragon de Greenpeace rapporte emballages et plastiques chez Nestlé ats/boi - 16 Avril 2019 - RTS
    https://www.rts.ch/info/regions/vaud/10370428-un-dragon-de-greenpeace-rapporte-emballages-et-plastiques-chez-nestle.h

    Greenpeace poursuit son action contre les plastiques. L’organisation a amené mardi un dragon géant conçu à base d’emballages devant l’entrée de la multinationale Nestlé à Vevey (VD) pour réclamer la fin des emballages jetables.
    L’opération menée par plus d’une cinquantaine d’activistes s’est déroulée dans le calme, sous l’oeil de la police présente en nombre. Une banderole portant le slogan « Nestlé stop single use » a été suspendue sur la façade de l’entreprise.

    Une autre banderole, identique, a été déployée sur le lac au moyen d’une quinzaine de canoës et kayaks. « La marionnette de 20 x 6 mètres a été rapportée à son producteur », indique Greenpeace dans un communiqué. Et de rappeler qu’elle est constituée d’emballages en plastique ramassés dans les océans, dont beaucoup portent le logo Nestlé.

    L’organisation souligne que le groupe alimentaire a produit en 2018 1,7 million de tonnes de plastique soit 13% de plus que l’année précédente. Les activistes réclament à Nestlé plus de transparence, ainsi qu’un plan d’actions avec des échéances réelles et ambitieuses pour éliminer les emballages à usage unique.

    Nestlé répond
    « Greenpeace proteste, nous on agit. On prend des mesures concrètes à l’interne et à l’externe », a répliqué Christoph Meier, porte-parole de Nestlé. L’entreprise s’est notamment engagée à rendre 100% de ses emballages recyclables ou réutilisables d’ici 2025.

    Le porte-parole a cité, entre autres nombreuses mesures, l’élimination des pailles, la promotion de systèmes de recyclage, de contenants réutilisables, de solution d’emballages biodégradables. Ainsi que la mise en place à Lausanne d’un institut de 50 personnes, une équipe dédiée à la recherche de nouveaux emballages.

    #nestlé #plastique #multinationales #pollution #déchets #santé #environnement #eau #écologie

  • Greenpeace alerte sur la pollution de l’air dans les crèches et écoles strasbourgeoises
    https://www.rue89strasbourg.com/greenpeace-alerte-sur-la-pollution-de-lair-dans-les-creches-et-ecol

    L’association environnementale Greenpeace vient de publier une carte montrant les écoles, les crèches et la pollution de l’air au dioxyde d’azote en 2017 à Strasbourg. Résultat : plus d’un tiers des établissements se trouvent à moins de 200 mètres de zones trop polluées… (lire l’article complet : Greenpeace alerte sur la pollution de l’air dans les crèches et écoles strasbourgeoises)

  • La carte de Greenpeace qui pointe la pollution de l’air autour des écoles de Marseille - Journal La Marseillaise

    #Greenpeace publie ce jeudi cette #carte_interactive alarmante sur les niveaux de pollution de l’air relevés autour des #écoles marseillaises. L’ONG appelle les citoyens à interpeller leurs élus sur cette situation.


    #cartographie #pollution #air #Marseille

  • Catastrophe #nucléaire de #Fukushima : les droits bafoués

    Huit ans après le début de la catastrophe nucléaire de Fukushima, un #rapport de Greenpeace Japon dénonce les violations des #droits_humains de la part du gouvernement japonais. Celui-ci fait appel à des travailleurs sous-payés et non protégés pour décontaminer des zones radioactives et lève des ordres d’#évacuation malgré des niveaux de radioactivité très élevés, au mépris des #risques sanitaires et des recommandations internationales. La #crise_sanitaire et humaine qui frappe le Japon est loin d’être terminée.


    https://www.greenpeace.fr/catastrophe-nucleaire-fukushima-droits-travailleurs-enfants
    #travail #droits #Japon #décontamination #radiations

    Pour télécharger le rapport :
    https://storage.googleapis.com/planet4-japan-stateless/2019/03/b12d8f83-frontfksm_en.pdf

  • 71% des terres agricoles européennes servent à nourrir le bétail - Journal de l’environnement
    http://www.journaldelenvironnement.net/article/71-des-terres-agricoles-europeennes-servent-a-nourrir-le-be

    71% des terres agricoles européennes sont dédiées à l’alimentation animale, selon un rapport publié ce 12 février par Greenpeace à partir de données d’Eurostat et de la Commission européenne.

    L’élevage poursuit son essor en Europe et se concentre dans des exploitations toujours plus grandes[1]. L’Union européenne (UE) a en effet perdu 32% de ses fermes d’élevage entre 2005 et 2013 tandis que les plus grandes exploitations ont accueilli 10 millions de bêtes supplémentaires. Au total, la production de viande s’est accrue de 12,7% entre 2000 et 2017 pour atteindre 47,2 millions de tonnes (volaille et porc surtout).

    #élevage #agriculture #terre_agricole

    • Comment faisait on pour ne pas épuiser les terres agricoles ?

      Cultiver la même plante au même endroit, exemple le blé, épuise la terre.

      Entre Xe, XIe et XIIe siècles se développe donc l’assolement triennal, qui permettra à la population française de dépasser les 10 millions d’habitants au XIII siècle.
      La première année, céréale d’hiver, le blé.
      La seconde année céréale de printemps (orge, avoine) ou de légumineuse.
      La troisième année, jachère, de l’herbe, les animaux pâturent et enrichissent naturellement la terre.

      Le pâturage des animaux est donc indispensable.

      Relire Marc Bloch, Les Caractères originaux de l’histoire rurale française, Emmanuel Le Roy Ladurie et d’autres.

  • Succés de la pétition « l’affaire du siècle »
    http://www.passerelleco.info/spip.php?article2239

    La pétition « L’affaire du siècle », qui soutien le procès contre l’état français pour non respect de ses engagements climatiques, a connu un succès phénoménal : en 1 jour, elle a reçu 1 million de signatures, et aprés 2 semaines, elle approche les 2 millions. Quatre associations, Notre Affaire à Tous, la Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France ont décidé, au nom de l’intérêt général, d’attaquer l’Etat français en justice pour qu’il respecte ses engagements climatiques et (...)

    #Appels

  • Le stockage des déchets nucléaires : est une « crise mondiale » alors que les stocks atteignent 250.000 tonnes, avertit Greenpeace
    https://www.crashdebug.fr/international/15602-le-stockage-des-dechets-nucleaires-est-une-crise-mondiale-alors-que

    Tout de suite, on comprends mieux pourquoi il re-parle de mettre es déchets radioactifs dans les biens de consommation et les produits de construction

    En France....

    Des sacs de déchets radioactifs se trouvent devant une installation d’incinération à Tomioka, dans la préfecture de

    Fukushima, en juillet 2016.

    Le stockage des déchets nucléaires est une « crise mondiale ».

    Selon un rapport de Greenpeace, les installations de stockage des déchets dans sept pays ont révélé que plusieurs d’entre elles étaient presque saturées

    L’effondrement partiel de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima en 2011 a mis en évidence le danger des piscines de combustible usé.

    31 janvier 2019

    PARIS - Les déchets nucléaires s’accumulent dans le monde entier alors même que les pays s’efforcent (...)

  • Aucun pays au monde ne sait quoi faire de ses déchets radioactifs, constate Greenpeace
    1er février 2019 / Émilie Massemin (Reporterre)
    https://reporterre.net/Aucun-pays-au-monde-ne-sait-quoi-faire-de-ses-dechets-radioactifs-consta

    « Il n’y a pas un pays où la gestion des déchets radioactifs fonctionne. Chacun s’interroge sur comment les traiter. Avec, en France, le cas particulier du retraitement des combustibles nucléaires usés. » Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire de Greenpeace France, résume ainsi le rapport « La crise mondiale des déchets radioactifs », publié mercredi 30 janvier par l’organisation. En une centaine de pages, six experts indépendants sur le nucléaire — Robert Alvarez (États-Unis), Hideyuki Ban (Tokyo), Miles Goldstick (Suède), Pete Roche (Écosse), Bernard Laponche et Bertrand Thuillier (France) — dressent l’inventaire mondial des déchets radioactifs et passent en revue les stratégies de gestion de sept pays : la Belgique, la France, le Japon, la Suède, la Finlande, le Royaume-Uni et les États-Unis. (...)

  • Greenpeace India may be forced to halve staff, operations amid government crackdown
    https://www.cetri.be/Greenpeace-India-may-be-forced-to

    Greenpeace India, the environmental non-governmental organisation, will scale back its operations and staff in the country by nearly 50 percent in the near future. This comes months after the Enforcement Directorate’s decision to freeze its primary bank account in October 2018. Greenpeace India staffers I spoke to said the government’s actions have put an enormous strain on the organisation financially. It is unable to pay its employees their salaries, and is currently restructuring its (...)

    #Southern_Social_Movements_Newswire

    / #Le_Sud_en_mouvement, #Inde, #ONG, Relations entre mouvements sociaux & gouvernements, #Répression, The (...)

    #Relations_entre_mouvements_sociaux_&_gouvernements #The_Caravan

  • La Hague. Intrusion de deux drones sur le site #nucléaire
    https://www.ouest-france.fr/environnement/nucleaire/la-hague-intrusion-de-deux-drones-sur-le-site-nucleaire-6195411

    L’ONG ne cache pas la visée médiatique de l’opération. « Le but était d’alerter sur la vulnérabilité des installations face au risque d’actions malveillantes. Aujourd’hui, nous voulions en particulier attirer l’attention sur les risques aériens, explique-t-elle. Dans ces piscines, se trouve l’équivalent de 110 cœurs de réacteur. Le toit du bâtiment est en tôle. Il n’est pas conçu pour résister à un choc. » Si ces équipements venaient à être endommagés, le risque serait que l’eau se vide et que la température des combustibles ne soit plus régulée. « Il existe des drones en capacité de transporter des charges de dizaines de kilos », prévient Alix Mazounie.

    • Personne n’aime le messager porteur de mauvaises nouvelles

      Orano est en train de construire une réponse judiciaire à l’intrusion de Greenpeace. « Le survol de nos installations est interdit. Nous porterons plainte dans les prochains jours », annonce la direction de l’usine.

  • #cordemais : EDF nous enfume !
    https://nantes.indymedia.org/articles/44304

    Nantes, le 24 janvier 2019 – Ce matin, les activistes du GIGNV (Groupe d’Intervention des Grenouilles Non Violentes), des Amis de la Terre Loire-Atlantique et de Greenpeace France / Groupe local de Nantes ont mené une action symbolique d’enfumage du site EDF de Lauriol-Perverie. Cette action dénonce le désastre social et environnemental d’Ecocombust, le projet de reconversion de la centrale de Cordemais.

    #Ecologie