organization:interpol

  • The Scourge of the #Red_Notice – Foreign Policy
    https://foreignpolicy.com/2018/12/03/the-scourge-of-the-red-notice-interpol-uae-russia-china

    notez l’appel de une de la newsletter, très explicite :
    It’s not just Russia and China that have been accused of misusing Interpol Red Notices

    How some countries use Interpol to go after dissidents and debtors.
    […]
    Red Notices issued by Interpol’s 194 member states are usually reserved for people suspected of committing serious crimes. But under the UAE’s sharia-influenced legal system, some foreigners who did business there have found themselves on Interpol’s wanted list for business disputes, bounced checks, or even credit card debt—things that in many countries do not carry criminal penalties.

    There is no public information about how many Red Notices are issued by the UAE for these relatively minor matters. But one British-based group that helps people in this predicament says it is now seeing at least two cases a month.

    Under the UAE’s credit system, customers are often asked to write a check for the value of any bank loan they take, which is then held as a security. If the loan is defaulted on, the bank can then cash the check to recover its money. But because the sum is often high, it’s not unusual for the check to bounce. The Gulf state of Qatar, which has a similar credit system, sentenced British businessman Jonathan Nash to 37 years imprisonment last year for a check that could not be covered.  

    In the UAE, all you have to do is get sick and not be able to pay your mortgage bill,” Estlund said. “What grabs people’s attention about #Interpol Red Notice cases is that it could be you, it could be me.

    #notice_rouge
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Notice_rouge


  • How Borders Are Constructed in West Africa

    The E.U. has led an expensive and often contradictory effort to modernize African borders. Author #Philippe_Frowd looks at the gap between policy and outcomes.

    Over the past 15 years there has been a surge in E.U. spending on borders outside Europe. The impact of this funding on West Africa has received little attention until recently.

    A new book by Philippe M. Frowd, an expert on the politics of borders, migration and security intervention, seeks to correct this. In “Security at the Borders: Transnational Practices and Technologies in West Africa,” Frowd details both the high politics and everyday culture clashes that have shaped European interventions and the way they have been received in countries like Senegal.

    An assistant professor in the School of Political Studies at the University of Ottawa, Frowd coins the term “border work” to denote how everything from training to technology to migration deals work in combination with each other. Here in conversation with Refugees Deeply, he shares some of his main observations.

    Refugees Deeply: You talk about tracing the “who” of border work in West Africa. Can you explain your findings?

    Philippe Frowd: One of my book’s points is to use the term “border work” to identify how seemingly disparate practices such as negotiating migrant readmission agreements, deploying citizen identification technologies, funding border management projects and routine police cooperation actually combine. To try and make sense of what seems to be a bewildering but also often opaque set of actors operating at the intersection of these fields in West Africa specifically.

    One of the most striking developments of the past 10-15 years has been the phenomenal growth of E.U. border security-related spending, much of it in “third countries,” mainly in Africa. This has gone hand in hand with a growing salience of “border security” on the part of many African states as a way of understanding flows at borders.

    One of my main findings was the sheer diversity of actors involved in determining policies, experiences and practices of borders in the region. The African Union is the successor to the Organisation of African Unity which accepted Africa’s inherited borders in 1964, and the A.U. continues to provide assistance for demarcation of borders and dispute resolution. The Economic Community of West African States (ECOWAS) is one of the guarantors of free movement in the region and generally pursues an ambitious agenda of greater harmonization (e.g., of visa policy).

    Yet other actors, such as the E.U. and U.N. specialized agencies (such as the U.N. Office on Drugs and Crime), tend to have agendas driven by primarily Western security concerns. Then there are the more immediately visible police and gendarmeries who directly enact border controls. More recently, the G5 Sahel force consistently invokes border security and transnational crime.

    Beyond simply tracing who does what, there is tracing the interconnections and tensions between these different institutions. Looking sociologically at the diverse range of actors, we can see how knowledge is a crucial part of the equation: What is the vision of borders, security and migration each actor puts forward? On one hand, institutions like ECOWAS are focused on legal mobility rights while those such as Interpol envision mobility as a regulated, digitally legible practice. The range of actors who contribute to this border work is often a patchwork in which uneasy bedfellows co-exist. E.U. funding, for instance, goes to supporting free movement projects at the ECOWAS level but also to train and equip the security forces of states like Niger to crack down on irregular migration routes. West African borders are the product of the balance of forces between this range of competing visions.

    Refugees Deeply: Can you talk us through the way in which border practices move between different regions. Is there a model for the process of emulation?

    Frowd: Border security is made up of everyday routines but also of various digital and other technologies, both of which are potentially mobile. I point to a couple of ways that these tools of doing border security can travel: One of these is emulation of existing (often Western) methods and standards, but this also goes alongside what I describe as “pedagogy” and the role of exemplars.

    “West African borders are the product of the balance of forces between this range of competing visions.”

    All of these interact in some way. As an example, a border management project led by the IOM [International Organization for Migration] might include training sessions during which members of the local police and gendarmerie learn about key principles of border management illustrated by best practices from elsewhere. Emulation is the desired outcome of many of these trainings, which are the backbone of international border security assistance. The EUCAP Sahel missions, for example, put a heavy emphasis on training rather than equipping so there is a strong faith that mentalities matter more than equipment.

    Equipment also matters and plays its part in shaping how border security works. Biometrics, which aim to verify identification using some kind of body measurement, require ways of reading the body and storing data about it. Senegal adopted, in one decade, a range of biometric technologies for national I.D. cards and controls at borders. There is a very obvious mobility of technology here (a Malaysian company providing e-Passport infrastructure, a Belgian company providing visa systems) but movement of border practices is also about ideas. The vision of biometrics as effective in the first place is one that I found, from interviews with Senegalese police commanders, was strongly tied to emulating ideals of modern and selective borders found elsewhere.

    Refugees Deeply: In your work you identify some of the gaps between policy goals and to actual outcomes and practices. Can you talk us through the greatest discrepancies?

    Frowd: Some of the discrepancies I found showed some interesting underlying factors. One of these was the shifting role of global private sector companies in frustrating public policy goals. Not through deliberate sabotage or state capture, but rather through the diverging incentives around doing border work. In the case of Senegal’s biometric systems, the state has been keen to make as coherent an infrastructure as possible, with connections between various elements such as biometric passport issuance, automated airport arrivals for holders of this passport and systems such as the national I.D. card. Given the need for private companies to compete based on technological advantage, rival systems made by rival companies could not interconnect and share data without sharing of valuable corporate information.

    Another underlying factor for the discrepancies I point to is that, once again, the sociological dynamics of the people doing the border work come into play. Many border management projects bring together a diverse range of actors who can have competing visions of how security is to be performed and achieved. For instance the ways police and gendarmerie competed over border post data in Mauritania leading to separate databases. It can also happen at a larger scale through the lack of integration across the donor community, which leads to a huge amount of duplication.

    Refugees Deeply: You spent a section of your book on Spanish-African police cooperation to show the limits of European knowledge and technology. You mention a clash of cultures, can you elaborate?

    Frowd: This is a particularly salient point today for two reasons. First because we are hearing more elite (e.g., Frontex) discourse about the “reopening” of a migration route to Spain. Second because Spain itself is increasingly active in E.U. projects across the Sahel. My book tells some of the story of Spanish security ambitions in Africa. But these ambitions, and those of other Western partners, have hard limits. Some of these limits are quite straightforward: Climate is often a barrier to the functioning of surveillance technologies and some countries (like Mauritania) are harder to recruit international experts for if they cannot or do not bring their families along.

    In terms of Spanish-African cooperation, much of the narrative about clashes of cultures comes down to perceptions. One of the elements of the clash is a temporal one, with Spanish security officials often considering local partners as existing at a completely different stage of progress.

    More broadly in terms of the limits of knowledge itself, the ambitions of experts to implicitly recreate aspects of European best practice are flawed. Part of this form of border security knowledge involves supporting technological solutions to make African mobility more legible to states. This comes up against the reality that movement in West Africa is already quite free but highly informalized. European experts are well aware of this reality but seek to formalize these flows. A police expert I spoke to recently suggested co-located border posts, and many international funders are supportive of specific I.D. cards for residents of border regions. This is not to impede movement, but rather to rationalize it – in much the same way that common I.D. standards and databases underpin free movement within Europe.

    https://www.newsdeeply.com/refugees/community/2018/07/18/how-borders-are-constructed-in-west-africa
    #externalisation #asile #migrations #réfugiés #frontières #Mauritanie #Sénégal


  • Maroc-Israël : Hassan II, la grande imposture, par René Naba – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/11/22/maroc-israel-hassan-ii-la-grande-imposture-par-rene-naba

    Le Roi Hassan II du Maroc, Président du Comité Al Qods » (Jérusalem), hôte du premier sommet islamique de l’époque contemporaine (Rabat 1969), apparaît rétrospectivement comme l‘un des grands traîtres à la cause arabe et son long règne de 38 ans (Mars 1961-Juillet 1999) une vaste supercherie, si toutefois sont avérées les révélations contenues dans le livre du journaliste israélien Ronen Bergman « Rise and Kill First : The secret History of Israel’s targeted assassinations », ED. Penguin Random House.

    LES DIRIGEANTS ARABES PLACÉS SUR ÉCOUTE SUR ORDRE DE RABAT
    Réputé pour son sérieux, chroniqueur militaire de Yedioth Aharonoth et du New York Times, l’auteur soutient que les dirigeants arabes ont été placés sur écoute des services israéliens grâce à la connivence marocaine lors du Sommet arabe de Casablanca de septembre 1965. Du jamais vu même dans les fictions les plus satiriques, cette trahison dénote la désinvolture du monarque chérifien à l’égard de ses pairs et de son mépris pour la cause palestinienne.

    Version arabe de ce récit selon la recension de l’ouvrage établi par le site en ligne Ar Rai Al Yom à l’intention du locuteur arabophone.
    https://www.raialyoum.com/?p=821705

    La date n’est pas anodine. Scellé par la signature d’un pacte de solidarité et de coexistence pacifique entre régimes arabes, ce sommet s’est tenu en septembre 1965, au terme d’un été particulièrement brûlant au Maroc, marqué par la terrible répression de la révolte étudiante de Casablanca (23 mars 1965) qui fit officiellement 7 morts et 168 blessés. En fait 400 morts selon l’ambassade de France à Rabat.

    Sentant le vent du boulet, le jeune monarque a eu la lumineuse idée de se tourner alors vers les Israéliens, comme garde fou aux débordements de son opposition interne et externe. Autrement dit, contre la volonté de son peuple, il s’allia aux ennemis du Monde arabe pour la survie de son trône, dans la pure tradition de la servitude coloniale. Un schéma identique sera observé 70 ans plus tard par le trône wahhabite, bradant la Palestine, par une alliance ouverte avec Israël.

    Dans une sorte d’échange de bons procédés, Hassan II percevra le prix de sa forfaiture au plan arabe, un mois plus tard, par l’élimination d’un des espoirs de la renaissance arabe, Mehdi Ben Barka.

    Figure mythique de l’opposition démocratique marocaine, l’ancien professeur de mathématiques d’Hassan II sera enlevé en octobre 1965 à Paris avec la complicité du Mossad, et carbonisé par des sbires marocains, un mois après la tenue du sommet de Casablanca.

    Principal opposant socialiste au roi Hassan II et leader du mouvement tiers-mondiste et panafricaniste, Mehdi Ben Barka a été enlevé le 29 octobre 1965 à Paris alors qu’il tentait, en sa qualité de « commis-voyageur de la révolution », de fédérer les mouvements révolutionnaires du tiers-monde en vue de la Conférence Tri-continentale devant se tenir en janvier 1966 à la Havane en vue de faire converger « les deux courants de la révolution mondiale : le courant surgi avec la révolution d’Octobre et celui de la révolution nationale libératrice ». Pour l’historien René Galissot, « c’est dans cet élan révolutionnaire de la Tri-continentale que se trouve la cause profonde de l’enlèvement et de l’assassinat de Ben Barka ».

    Sur ce lien, Le rôle de Mehdi Ben Barka et de la tri-continentale dans le réveil des peuples colonisés

    https://www.madaniya.info/2015/12/20/non-alignes-tricontinentale-60-eme-anniversaire-1-2
    https://www.madaniya.info/2015/12/26/non-alignes-tri-continentale-60-eme-anniversaire-2-2
    La mise sur écoute des dirigeants arabes a permis aux Israéliens de prendre note de la stratégie de reconquête de la Palestine, comme des divergences inter arabes. La décision marocaine aura constitué « Le plus grand trésor stratégique d’Israël ». Le journaliste israélien a estimé que cette information était « la raison principale qui a poussé Israël à prendre la décision de faire la guerre aux États arabes en Juin 1967 », deux ans après le sommet de Casablanca, et qui a infligé une terrible défaite à l’Égypte, à la Syrie et à la Jordanie.

    L’incendie de la Mosquée Al Aqsa par un illuminé israélien, en 1969, donne l’occasion au souverain chérifien de se refaire une virginité politique à l’occasion du sommet Islamique de Rabat, en 1969. Deux ans après la défaite de juin 1967, dont il en a été indirectement responsable, le « Commandeur des Croyants » va cumuler cette fonction spirituelle avec celle plus politique de président du « Comité Al Qods ».

    Le sommet islamique de Rabat a marqué, sur le plan idéologique, le début de l’instrumentalisation de l’Islam comme arme politique contre l’athéisme soviétique et le nationalisme arabe, et, sur le plan stratégique, le détournement du combat pour la libération de la Palestine, vers des contrées périphériques, à des milliers de km du champ de bataille de la Palestine, avec Al Qaida en Afghanistan et les djihadistes arabo afghans au Caucase et en Bosnie au Kosovo, avant d’être dirigé contre les pays arabes à structure républicaine (Libye, Syrie) à l’occasion du déclenchement de la séquence dite du « printemps arabe » et le surgissement de groupements terroristes islamistes Daech, Jabat An Nosra, Jaych al Islam, opérant, dans le sud de la Syrie, en coopération avec Israël.

    Le Maroc figurera lors de cette séquence comme l’un des plus gros exportateurs du terrorisme islamique vers l’Europe occidentale (Attentat de Madrid 2004 qui a fait 200 morts, l’assassinat de Théo Van Gogh, les attentats de Bruxelles en 2015 et les attentats de Barcelone en 2017).

    Pour aller plus loin sur ce thème

    http://www.renenaba.com/de-l-instrumentalisation-de-l-islam-comme-arme-de-combat-politique

    Nonobstant la coopération sécuritaire entre le Maroc et Israël, Hassan II, fait rarissime dans les annales, devra faire face à deux séditions militaires, à son palais de Skhirat, le 10 juillet 1971, jour de son anniversaire, puis l’année suivante contre son propre Boeing par un groupe d’aviateurs ; indice d’un fort ressentiment à son égard, deux ans après son sacre de Rabat.

    Au delà du rôle du Mossad dans l’enlèvement de Mehdi Ben Barka, la vassalité du trône alaouite à l’égard de l’État Hébreu s’est concrétisée sous le règne de son successeur Mohammad VI avec le scandale du « Collier de la Reine » dans sa version tropicale ; un scandale qui titre son nom du bijou offert par l’épouse du Roi à Tzipi Livni, ancien ministre israélien des Affaires étrangères, dans la foulée de la destruction de la bande de Gaza (2007-2008), dont l’ancienne agent du Mossad en Europe en a été la coordonnatrice.

    Pour aller plus loin sur l’affaire du collier de la reine
    http://www.renenaba.com/le-collier-de-la-reine

    LE MAROC, PIVOT CENTRAL DU DISPOSITIF OCCIDENTAL EN AFRIQUE VIA LE SAFARI CLUB
    Pivot central du dispositif occidental en Afrique, le Royaume fondera, en 1976, avec la France, l’Egypte, l’Iran et l’Arabie saoudite, le « Safari Club », se donnant ainsi l’illusion de « jouer dans la cour des grands ». En pleine négociation de paix égypto-israélienne, il assumera le rôle de gendarme, non sur le champ de la confrontation israélo-arabe, mais à des milliers de kilomètres de là, non pour la récupération des Lieux Saints de l’Islam, mais pour le maintien au pouvoir d’un des dictateurs les plus corrompus de la planète le Zaïrois Mobutu, agent attitré des Américains dans la zone centrale de l’Afrique, l’assassin de Patrice Lumumba, le chef charismatique de l’Indépendance du Congo ex belge.

    En soutien à Jonas Savimbi, l’agent de la CIA en Angola ; ou encore l’ivoirien Félix Houphouet Boigny, le principal pourvoyeur des djembés et des mallettes à une caste politico médiatique française vénale.

    Le Maroc était représenté au sein de cette structure par le général Ahmad Dlimi, un des artisans de la liquidation de Mehdi Ben Barka, l’ancien lieutenant du général Mohamad Oufkir, l’homme des basses oeuvres de la dynastie alaouite, tous les deux liquidés sans autre forme de procès sur ordre du Palais royal.

    À propos du safari Club

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Safari_Club

    La dynastie chérifienne a constamment justifié sa relation privilégiée avec Israël par la spécificité du judaïsme marocain.

    Cf sur ce point, l’analyse d’Abraham Sarfati, l’un des plus célèbres opposants marocain à Hassan II.
    http://www.renenaba.com/jordanie-et-maroc-additif

    Il n’en demeure pas moins que le règne d’Hassan II, malgré les prosternations d’une presse française vénale, sera néanmoins qualifié de « Règne du Bagne et de la Terreur », dont le cas le plus illustre aura été le bagne de Tazmamart et l’arbitraire qui frappa notamment les Frères Bourequat.

    Pour aller plus loin sur cette affaire, cf le lien suivant
    http://www.renenaba.com/maroc-les-trois-freres-bourequat-40-ans-apres-le-retour-des-fantomes-vivan

    LE MAROC, POURVOYEUR DE PROSTITUÉES POUR LES PÉTROMONARCHIES ET REFUGE DE LA MAFIA ISRAÉLIENNE
    Un des principaux pourvoyeurs de la prostitution à destination du Golfe pétro monarchique, où près de vingt mille marocaines y font l’objet d’exploitations sexuelles, le Maroc passe de surcroît pour être un refuge pour la mafia israélienne. Le royaume aurait accueilli plusieurs anciens membres de la mafia israélienne, selon le quotidien israélien Haaretz, en date du vendredi 14 septembre 2012.

    Gabriel Ben-Harush et Shalom Domrani, deux figures puissantes de la mafia israélienne, recherchées depuis des années par l’Interpol, figuraient parmi les noms cités par le journal. Cf à ce propos : http://www.yabiladi.com/articles/details/12903/maroc-refuge-pour-mafia-israelienne.html

    Pour aller plus loin sur ce sujet cf :
    http://www.renenaba.com/yves-mamou-et-le-phenomene-de-serendipite

    Ronen Bergman mentionne 2700 assassinats ciblés orchestrés par Israël ; soit en moyenne 40 opérations par an. Les Israéliens n’auront fait que reprendre les méthodes en vigueur en Palestine par les britanniques, notamment le général Orde Wingate, qui avait créé dans la décennie 1930 les « Special Night Squads », les « Escadrons Nocturnes Spéciaux » composés de combattants juifs chargés des raids contre les villages arabes en procédant à l’élimination des meneurs.

    La France en a fait usage pendant la guerre d’Algérie et François Hollande a même admis que Paris y avait eu recours dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Les deux derniers présidents américains ont eu également recours aux « assassinats extrajudiciaires », George W. Bush jr, après les attentats terroristes du 11 Septembre 2001, et Barack Obama a ordonné plusieurs centaines d’exécutions ciblées par drones.

    YASSER ARAFAT, CHEIKH AHMAD YASSINE, ABDEL AZIZ RANTISSI
    La connivence israélo-marocaine s’est poursuivie en dépit de la décapitation du leadership palestinien, par les Israéliens, et le recours aux assassinats « extra judiciaires » des deux principaux dirigeants du Hamas, Cheikh Ahmad Yassine et son successeur Abdel Aziz Rantissi. Une collision qui acte une forme de forfaiture de la part du pouvoir chérifien.

    Le livre suggère aussi clairement qu’Israël a utilisé un poison radioactif pour tuer Yasser Arafat, le chef historique palestinien, ce que les dirigeants israéliens ont toujours nié. Bergman écrit que la mort d’Arafat en 2004 correspondait à un modèle et avait des partisans. Mais il évite d’affirmer clairement ce qui s’est passé, expliquant que la censure militaire israélienne l’empêche de révéler ce qu’il pourrait savoir.

    Deux monuments ont été édifiés au Maroc pour immortaliser l’oeuvre d’Hassan II : son mausolée à Rabat et la Mosquée de Casablanca, l’une des plus grandes du monde, qui porte son nom. Mais celui que la presse occidentale, particulièrement la presse française engourdie par la diplomatie de la Mamouniya, encensait comme un « Machiavel arabe doté de la baraka », se révélera être, à la lecture des révélations du livre de Ronen Bergman, un mauvais génie, une imposture.

    Et les deux monuments édifiés à la gloire posthume du Commandeur des Croyants et Président du comité Al Qods, -mais néanmoins un des principaux artisans du bradage de la Palestine, au même titre que l’Arabie saoudite-, se perçoivent, rétrospectivement, comme les stigmates du règne hideux d’un parfait sous traitant de l’impérium israélo-occidental. D’un être maléfique. D’un souverain vil et servile.

    Source : Madaniya, René Naba, 17-11-2018                                           https://www.les-crises.fr/maroc-israel-hassan-ii-la-grande-imposture-par-rene-naba


  • ELN y disidencia de las FARC controlan minas de coltán y oro en Venezuela
    http://www.el-nacional.com/noticias/latinoamerica/eln-disidencia-las-farc-controlan-minas-coltan-oro-venezuela_259336

    Desde hace aproximadamente dos años, la presencia de guerrilleros del Ejército de Liberación Nacional (ELN) y disidentes de las Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia (FARC) que no se unieron al proceso de paz se ha notado y denunciado en Venezuela, especialmente en los estados Bolívar, Apure, Amazonas, estos dos últimos fronterizos con Colombia.

    Allí han replicado sus asentamientos en zonas selváticas así como el control de rutas de transporte y poblaciones, pero se han involucrado especialmente en la explotación de los recursos minerales del suelo venezolano, específicamente el oro, diamante y coltán.

    Se trata de la reinvención de estos grupos a la sombra del gobierno del presidente fallecido Hugo Chávez que tuvieron luz verde para entrar y descansar en Venezuela, pero bajo el régimen de Nicolás Maduro tienen un «trabajo formal en las minas»: organizar a los mineros para explotar el recurso, luego transportarlo y entregarlo al gobierno venezolano, que desde hace poco tiempo recurre a la explotación minera como nueva fuente de riqueza ante el declive de su producción petrolera. 

    Funciona como una especie de alianza laboral en la que la Fuerza Armada Nacional de Venezuela (FANV) tiene un rol pasivo, con apenas presencia en algunos puntos de control y haciéndose la vista gorda ante la actividad de la zona. Así lo explican el diputado por el estado Bolívar, Américo De Grazia, y el ex candidato a gobernador y también ex diputado de esa región Andrés Velásquez, recientemente amenazados por el presidente Maduro por denunciar lo que ocurre al sur del país.

    «Estas actividades de explotación y entrega de oro y coltán al gobierno venezolano solían estar a cargo de los ’pranes’ (criminales o ex convictos pertenecientes al crimen organizado que controlan la explotación de los recursos), pero poco a poco los disidentes de las FARC y guerrilleros del ELN que han entrado a Venezuela han ido asumiendo estos roles», explicó Velásquez a El Tiempo de Colombia. 

    «Los guerrilleros están haciendo el mismo trabajo de los pranes, pero al gobierno les ha resultado mejor la cosa con ellos porque se supone que son más organizados, tienen mejor control de la zona y hay menos problemas entre clanes», agregó.

    El diputado De Grazia, oriundo de la zona, discernió que son tres los puntos donde los guerrilleros colombianos han logrado establecerse. En Parguaza, una zona conocida como el cuadrante entre los estados Bolívar, Apure, Amazonas y que pellizca la frontera con Colombia, donde se explota el coltán. «Esta zona es custodiada y operada por el ELN», aseguró. 

    La segunda zona es en San Vicente de Paúl, en el municipio Cedeño también en el estado Bolívar, donde hay explotación de diamante y el tercer punto es la zona de Bochinche, en la zona limítrofe entre Venezuela y el Esequibo, al extremo oriental del estado Bolívar. 

    En este último punto la explotación es de oro, lo mismo que en el municipio Sifontes, donde se encuentra la zona de Tumeremo, fuente prácticamente inagotable del metal precioso y por eso también de mafias por controlarlo. Allí han ocurrido al menos tres masacres de mineros en los últimos dos años.

    • Reprend l’article d’il y a 5 jours d’un journal local de l’état Bolívar, El Correo del Caroní

      Correo del Caroní - ELN explora suelo venezolano desde hace cinco años y se expande para controlar minas y pasos fronterizos
      http://www.correodelcaroni.com/index.php/ciudad/ciudad-bolivar/305-eln-explora-suelo-venezolano-desde-hace-cinco-anos-y-se-expande

      Sus motivaciones son principalmente económicas, asegura la organización colombiana Fundación Ideas para la Paz, que ha mapeado en el país la presencia del ELN y disidentes de las FARC que buscan controlar minas y paso de combustible y alimentos.

      La presencia de guerrilleros colombianos del Ejército de Liberación Nacional (ELN) y disidentes de las Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia (FARC) se ha hecho fuerte y crece desde 2013 al sur de Venezuela, cuando el primer grupo hizo incursiones tímidas desde el estado Apure hacia Amazonas, fronterizo con Colombia.

      Un informe de 2017 de la organización colombiana Fundación Ideas para la Paz (FIP) indica que el ELN así como disidencias de las FARC, específicamente del Frente 16 y Acacio Medina, se ha movido a zonas de alto valor estratégico para su financiamiento. En el caso de Colombia, hacia los departamentos de Guainía, Vichada y Arauca y, en Venezuela, a Apure, Bolívar y Amazonas, en donde el domingo emboscaron a militares y asesinaron a tres de ellos, tras la captura de Luis Felipe Ortega Bernal, alias Garganta, comandante del Frente de Guerra Oriental del ELN.

      El Gobierno venezolano ha insistido en negar la presencia del ELN y disidencias de las FARC en Venezuela, pese a que la misma Cancillería de Colombia nombró a Ortega Bernal como “un reconocido cabecilla del ELN, cuyo prontuario delictivo le mereció circular azul por parte de Interpol, por múltiples delitos cometidos en nuestro país”.

      Un mapa de la presencia de los irregulares, trazado por la FIP, dibuja la presencia del ELN en Amazonas desde Puerto Páez en el municipio Pedro Camejo del estado Apure hasta San Fernando de Atabapo en el municipio Atabapo del estado Amazonas, mientras que los disidentes de las FARC se despliegan en el sur de Amazonas en las cercanías del Parque Nacional Yapacana, al suroeste de la confluencia del río Ventuari en el río Orinoco, y en el norte a pocos kilómetros de la capital de Amazonas.

    • Carte interactive de situation aux frontières colombiennes, par la Fundación Ideas para la Paz
      ESPECIAL FRONTERAS –Inseguridad, Violencia y Economías Ilegales: los Desafíos del Nuevo Gobierno
      http://www.ideaspaz.org/especiales/mapa-fronteras

      et le rapport


      http://ideaspaz.org/media/website/fip_seguridad_fronteras.pdf

      01. Frontera con Venezuela
      02. Frontera con Venezuela y Brasil
      03. Frontera con Ecuador y Perú
      04. Frontera con Brasil y Perú
      05. Frontera con Panamá

    • InSight Crime, une autre ONG, basée en Colombie, établit le constat

      El ELN opera en 12 estados de Venezuela
      https://es.insightcrime.org/noticias/analisis/eln-opera-12-estados-venezuela

      Pero contrario a los comentarios de Padrino, InSight Crime logró identificar la presencia del ELN en 12 estados de Venezuela (la mitad del país), mediante un monitoreo de las denuncias publicadas en prensa en 2018 sobre la actividad de esta guerrilla en territorio venezolano, los informes de algunas ONG y las informaciones suministradas por fuentes oficiales en las zonas fronterizas.

      Según estos registros el ELN tendría presencia en Táchira, Zulia, Apure, Trujillo, Anzoátegui, Lara, Falcón, Amazonas, Barinas, Portuguesa, Guárico y Bolívar. Allí estaría desarrollando actividades como contrabando de ganado, contrabando de gasolina, cobro de extorsiones, distribución de comida, emisoras de radio, reclutamiento de menores, ataques a funcionarios de cuerpos de seguridad, narcotráfico y minería ilegal, entre otras.

      La última incursión en Bolívar, el 14 de octubre, dejó como resultado seis personas ejecutadas en el municipio de Domingo Sifontes, la más importante zona minera del país, donde el gobierno Venezolano desarrolla el proyecto Arco Minero. Este hecho no solo mostró el poder que la guerrilla colombiana tiene en territorio venezolano, sino que puso de manifiesto el largo recorrido que han hecho, para tener presencia en la mitad del país.


  • lorsque NS 55, l’agent infiltré de la DNRED partait à Bogota
    https://ns55dnred.wordpress.com/2018/10/21/france-douane-francaise-lorsque-ns-55-lagent-infiltre-de-la-dnr

    Marc Fievet sera arrêté le 23 septembre 1994 à Fuengirola en Espagne par Interpol et découvrira que la DEA qui finalisait l’opération DINERO n’avait pas informé l’agent NS 55 de la DNRED ! Marc Fievet attendra 33 mois pour arriver au Canada via Madrid et Londres, bénéficiant alors des meilleurs attentions carcérales.


    Contraint par la Douane française à plaider coupable, sans avocat, Marc Fievet sera condamné par la Cour provinciale de Bathurst au Nouveau-Brunswick le 5 août 1997 à… perpétuité !

    Le DG François Auvigne, malgré les demandes réitérées de Jean Puons, le directeur de la DNRED pour le faire libérer, refusera d’intervenir, n’ayant pas, d’après lui, à assumer les actions de ses prédécesseurs.

    Avec Christophe Pech de Laclause, son avocat français, Marc Fievet dépose plainte pour complicité de trafic de drogue et subornation de témoins contre X.

    Pour Maitre Pech de Laclause : « Puisque Fiévet travaillait pour les douanes, son supérieur hiérarchique, et pourquoi pas le ministre du Budget, n’auraient-ils pas dû comparaître à ses côtés devant le tribunal canadien ?

    La juge d’instruction Sophie Clément rendra un non-lieu en 2006…

    Dans ses conclusions, la magistrate reconnaît que Marc Fiévet ne s’est pas livré à un quelconque trafic de stupéfiants, puisqu’il était chargé d’infiltrer un réseau et donc… qu’il n’est pas un narcotrafiquant.

    Pourtant Marc Fievet subira 3 888 jours d’enfermement dans 23 prisons d’Espagne, d’Angleterre, du Canada et de France !



  • Evasion fiscale : l’exploit de Kylian M’Bape
    Football : ouverture à Paris du procès de la banque suisse UBS.

    Brésil : le géant des mers pour la première fois devant la justice
    Pollution : le candidat de l’extrême droite largement en tête de la présidentielle

    Climat : le dernier bilan du séisme s’élève à 1944 morts
    Indonésie : il y a un espoir de limiter le réchauffement climatique mais au prix d’un sursaut international

    La Chine accuse Marine Le Pen de corruption
    Le président d’Interpol disparu depuis dix jours voyage à Rome pour afficher sa proximité avec Matteo Salvini

    Apprendre à renoncer à ses privilèges est obligatoire depuis le XVIIème siècle
    Décoloniser les arts : les Blancs doivent apprendre à porter secours à des personnes en danger en mer

    #de_la_dyslexie_creative


  • Dans les paradis fiscaux, « l’ampleur des flux financiers liés à la destruction environnementale est effarante » - Libération
    http://www.liberation.fr/planete/2018/08/22/dans-les-paradis-fiscaux-l-ampleur-des-flux-financiers-lies-a-la-destruct

    Dans quelle mesure les paradis fiscaux participent-ils à la destruction d’espaces naturels ? Plusieurs chercheurs du Centre sur la résilience de Stockholm, de l’Académie royale des sciences de Suède et de l’université d’Amsterdam, sous la direction de Victor Galaz, ont creusé le sujet pendant trois ans. Leurs résultats viennent d’être publiés dans la revue Nature Ecology and Evolution. Le biologiste français Jean-Baptiste Jouffray est un des coauteurs de l’étude.

    Comment les paradis fiscaux sont-ils liés aux activités destructrices pour l’environnement ?
    Nous nous sommes concentrés sur deux cas emblématiques que sont la déforestation de l’Amazonie brésilienne et la pêche illégale. En moyenne, 68 % des capitaux étrangers étudiés, qui ont été investis entre 2001 et 2011 dans des secteurs liés à la déforestation de l’Amazonie, industrie du soja et du bœuf, ont été transférés par le biais de paradis fiscaux. En ce qui concerne la pêche, 70 % des navires reconnus comme ayant été impliqués dans la pêche illicite, non déclarée et non réglementée sont, ou ont été, enregistrés dans des paradis fiscaux. En revanche, notre étude n’a pas réussi à établir de preuves directes de causalité entre une entreprise utilisant des paradis fiscaux et un cas précis de dégradation environnementale. Cela, à cause de l’opacité maintenue par les autorités ces lieux sur les montants, l’origine et la destination des flux financiers qu’ils gèrent.

    Avez-vous été étonné par les résultats de vos recherches ?
    Rien que dans ces deux cas, l’ampleur des flux financiers liés à la destruction environnementale est effarante. Elle prouve qu’il est nécessaire d’ajouter la dimension environnementale au débat sur les paradis fiscaux.

    • CR de la même étude par Le Monde (derrière #paywall)

      Une étude montre les liens entre paradis fiscaux et dégradation environnementale
      https://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2018/08/13/une-etude-montre-les-liens-entre-paradis-fiscaux-et-degradation-environnemen

      Les « Panama Papers » et autres « Paradise Papers » – ces fuites de documents confidentiels qui, passés au crible par le Consortium international des journalistes d’investigation, ont, en 2016 et 2017, braqué les projecteurs sur le système tentaculaire des sociétés offshore et des paradis fiscaux – ont surtout été analysés sous l’angle économique, politique ou social. Mais leurs possibles implications environnementales sont restées dans l’ombre. C’est sur ce volet qu’une étude, publiée lundi 13 août dans la revue Nature Ecology & Evolution, apporte un éclairage inédit.

      Ce travail a été mené par des chercheurs de l’université de Stockholm (Suède), de l’Académie royale des sciences de Suède et de l’université d’Amsterdam (Pays-Bas), sous la direction de Victor Galaz, directeur adjoint du Stockholm Resilience Centre. Ils se sont intéressés à des activités économiques prédatrices de ressources naturelles. D’une part, la pêche industrielle qui, à l’échelle mondiale, épuise les stocks de poissons - dont ils ont ciblé le volet illégal -. D’autre part, les filières du soja et de la viande de bœuf qui, au Brésil, contribuent massivement à la déforestation de l’Amazonie.

      En consultant les données les plus récentes, datant de septembre 2017, de l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol), ainsi que les registres d’organismes régionaux, ils ont établi que sur 209 navires impliqués dans des activités de pêche illicite, non déclarée et non réglementée (« illegal, unreported and unregulated fishing »), 70 % étaient enregistrés, ou l’avaient été, dans un pays répertorié comme un paradis fiscal. En tête de liste arrivent le Belize et la République du Panama, suivis de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, du Costa Rica, des Seychelles et de la Dominique.

    • L’étude, dont seul le résumé est accessible
      Tax havens and global environmental degradation | Nature Ecology & Evolution
      https://www.nature.com/articles/s41559-018-0497-3


      Fig. 1 Fishing vessels and tax havens

      Abstract
      The release of classified documents in the past years have offered a rare glimpse into the opaque world of tax havens and their role in the global economy. Although the political, economic and social implications related to these financial secrecy jurisdictions are known, their role in supporting economic activities with potentially detrimental environmental consequences have until now been largely ignored. Here, we combine quantitative analysis with case descriptions to elaborate and quantify the connections between tax havens and the environment, both in global fisheries and the Brazilian Amazon. We show that while only 4% of all registered fishing vessels are currently flagged in a tax haven, 70% of the known vessels implicated in illegal, unreported and unregulated fishing are, or have been, flagged under a tax haven jurisdiction. We also find that between October 2000 and August 2011, 68% of all investigated foreign capital to nine focal companies in the soy and beef sectors in the Brazilian Amazon was transferred through one, or several, known tax havens. This represents as much as 90–100% of foreign capital for some companies investigated. We highlight key research challenges for the academic community that emerge from our findings and present a set of proposed actions for policy that would put tax havens on the global sustainability agenda.


      Fig. 2: Foreign capital and tax havens in the Amazon.

    • Une étude montre les liens entre paradis fiscaux et dégradation environnementale, Le Monde, suite

      Le nombre de bateaux concernés – 146 – peut paraître faible. Mais il reste vraisemblable que le gros de la pêche illégale échappe à la surveillance d’Interpol et que le chiffre réel se révèle donc très supérieur. En outre, les chercheurs soulignent que, parmi les près de 258 000 navires de pêche en situation régulière recensés, sur tous les océans du globe par la base de données de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), un peu plus de 4 % seulement sont sous pavillon d’un paradis fiscal. C’est donc la forte propension des armateurs de bateaux aux pratiques illicites à se faire enregistrer dans un Etat à la fiscalité opaque qui, à leurs yeux, pose question.

      S’agissant cette fois de la filière agro-industrielle brésilienne, les chercheurs ont épluché les données publiques de la Banque centrale du Brésil, sur la période d’octobre 2000 à août 2011, date à laquelle elles n’ont plus été accessibles. Ils se sont focalisés sur les neuf plus grandes multinationales intervenant dans le secteur du soja (cultivé dans ce pays sur 35 millions d’hectares) et de la viande bovine (dont le Brésil est le premier exportateur mondial, avec 23 millions de têtes abattues en 2017). Ces deux activités qui parfois gagnent des terrains au prix de brutalité et de destruction d’espaces forestiers, sont en partie liées, les tourteaux de soja servant à nourrir le cheptel.

      Lire aussi : La déforestation de l’Amérique du Sud nourrit les élevages européens

      Il apparaît que 68 % des capitaux étrangers investis dans ces sociétés entre 2000 et 2011, soit 18,4 milliards de dollars (16 milliards d’euros), ont été transférés par le biais d’un ou plusieurs paradis fiscaux, principalement les îles Caïman (Royaume-Uni), les Bahamas et les Antilles néerlandaises. L’article ne cite pas les entreprises concernées, les auteurs voulant pointer l’absence de transparence des réseaux de financement plutôt que montrer du doigt tel ou tel groupe agroalimentaire.

      Quelles conclusions tirer de cette étude ? « Il est impossible d’établir une relation de causalité directe entre paradis fiscaux et dégradation environnementale, conduisant dans un cas à plus de surpêche, dans l’autre à davantage de déforestation, commente Jean-Baptiste Jouffray, doctorant au Stockholm Resilience Centre et cosignataire de la publication. Nous mettons simplement en évidence, pour la première fois dans un article scientifique, un lien entre des pays où les pratiques fiscales sont frappées du sceau du secret et des activités économiques préjudiciables aux écosystèmes. »

      Ce travail, ajoute-t-il, est « un appel à une prise de conscience politique de la nécessité d’ajouter la dimension environnementale aux débats sur les paradis fiscaux ». Les capitaux transitant par ces pays favorisent-ils le prélèvement de ressources naturelles ? Aident-ils à contourner les législations environnementales ? Les pertes de recettes publiques dues à l’évasion fiscale amputent-elles la capacité des Etats à agir pour protéger la nature ? Ces mêmes pertes ne constituent-elles pas des subventions indirectes à des activités nocives pour l’environnement ?

      Autant de questions qui, pour les auteurs de l’étude, doivent être traitées « si l’on veut atteindre les objectifs de développement durables des Nations unies ». Paradis fiscal, enfer écologique ?


  • Interpol lance une base de données d’identification vocale internationale
    https://www.huffpostmaghreb.com/entry/interpol-lance-une-base-de-donnees-didentification-vocale-internati

    La plateforme SiiP offre également la possibilité de filtrer les échantillons de voix par sexe, âge, langue et accent. L’Organisation internationale de police criminelle, Interpol, “a procédé à un dernier examen de son système d’identification des locuteurs”, le SiiP, en utilisant “des échantillons provenant de 192 organismes d’application de la loi à travers le monde ». C’est ce que révèle The Intercept, le magazine en ligne créé par Glenn Greenwald, Jeremy Scahill et Laura Poitras, les révélateurs de (...)

    #Interpol #algorithme #biométrie #voix #profiling #SiiP #écoutes #surveillance


  • How #blockchain Can Help Artists’ Resale Rights
    https://hackernoon.com/how-blockchain-can-help-artists-resale-rights-8178f4e058e1?source=rss---

    By Jacqueline O’Neill, Executive Director at Blockchain #art Collective. Originally published on Quora.Resale rights already exist in a number of creative industries.To use a song in a commercial, a company has to license it and pay royalties to the musician. Every time a book is purchased, the author gets a small percentage of the sales.But for many visual artists, once they’ve created and sold a work of art, that’s the last they ever hear about it. Their resale rights are essentially non-existent. If the piece is sold for a few thousand dollars, and then goes for several hundred thousand a decade later, the artist is out of luck.Fortunately, that’s starting to change. The blockchain is making waves in the art world, and artist resale rights is one area where those waves may end up having an (...)

    #blockchain-artist #artists-resale-rights #quora-partnership

    • How and Why We Invented the CryptoSeal

      “We can now put a tiny computer chip with cryptographic identity into a slim adhesive seal strip form factor to secure a package,” said one of our software engineers, Maksym Petkus, “enabling mathematically- and cryptographically-closed loop integration with the blockchain and secure high-value assets with this tamper-evident technology.”

      Today, at the ID Tech Expo in Santa Clara, we announced the release of our CryptoSeal prototype, representing a major step forward in immutable supply chain provenance and the secure movement of physical assets.
      What is a CryptoSeal?

      The first in what will be a line of blockchain-registered and tamper-evident hardware products, CryptoSeals each contain a Near Field Communication (NFC) chip embedded with unique identity information. This identity data is then immutably registered and verified on a blockchain (we currently offer support for Ethereum and plan to expand to other blockchains, including Bitcoin, Zcash, Hyperledger, and Symbiont).

      The tamper-evident form factor, developed in collaboration with Cellotape Smart Products, registers not only the identity of an object onto the blockchain, but also records the identity of its registrant and packaging or asset metadata. And, with their customizable size allowing application to a variety of packages, from envelopes to shipping containers, CryptoSeals have the ability to securely verify sender identity and timestamp shipment deliveries, and provide a secure chain of custody in the supply chain.
      Why do you need a blockchain?

      Our CEO, Ryan Orr, likes to compare the CryptoSeal to the King’s Signet Ring: “you can think of it like the old system of the Signet Ring stamping a wax seal on a letter. The signet holder is analogous to the registrant of the CryptoSeal, the wax to the chip inside of the seal, and the stamping of the signet is like the signing of the CryptoSeal to the Blockchain. On its own each component, from the cryptographic chips to the tamper evident seals and blockchain registration, is necessary but insufficient to solve the problem. Together the three technologies create a strong solution.”
      Who can benefit from using CryptoSeals?

      Our CryptoSeals can be affixed to any physical item, guaranteeing its identity and authenticity in an unforgeable way. There are more than a handful of business use cases for our new product, which combines the best of blockchain technology and Internet of Things (or Everything, as we like to call it): medical equipment, fine art, electronics, cold chain, and forensic evidence tracking, to name a few. Individual consumers also benefit in being able to verify and protect their artistic creations, secure luggage, ship high-value items internationally, as well as prove authenticity of items they buy and sell on secondary markets.

      One of the most exciting use cases of the CryptoSeal for us at Chronicled is pharmaceutical tracking, where a secure chain of custody and immutable provenance are needed but often lacking. The high monetary value, along with the human suffering, associated with fraudulent pharmaceuticals necessitates new solutions for tracking authenticity. According to Interpol, Operation Pangea, their pharmaceutical investigation, seized 2.4M fraudulent pills in 2011; four years later, in 2015, that skyrocketed to 20.7M.

      The estimated monetary value? $81M USD.

      We can directly address this problem. Chronicled’s CryptoSeals can be customized to fit and seal shipments of pharmaceuticals, including individual cartons and containers. If the antenna in the adhesive seal is broken at any time, it will be impossible to verify the chip inside the CryptoSeal, ensuring that patients have confidence when they receive legitimate, untampered-with pharmaceuticals.
      When will CryptoSeals be available?

      Our CryptoSeals will begin entering the market late this year with standard offerings and unique solutions, with customizable sizing and adhesives, for clients.

      You can learn more on our website or contact us! And, to stay up to date with our work, sign up for our mailing list below.

      https://blog.chronicled.com/how-and-why-we-invented-the-cryptoseal-6577d8633a2


  • The $300 system in the fight against illegal images - BBC News
    https://www.bbc.com/news/technology-44525358?ocid=socialflow_twitter

    Mr Haschek used three Raspberry PIs, powering two Intel Movidius sticks, which can be trained to classify images. He also used an open source algorithm for identifying explicit material called NSFW (Not Safe For Work), available free of charge from Yahoo.
    Image copyright Christian Haschek
    Image caption Christian Haschek said the system took a couple of hours to assemble.

    He set it to find images which the system could say with 30% or more certainty was likely to contain pornography - he said he set the possibility low so as to be sure not to miss anything.

    He has since discovered 16 further illegal images featuring children on his platform, all of which he reported to Interpol and deleted.

    He then contacted a larger image hosting service, which he declined to name, and found thousands more by running images uploaded to their platform through his system as well.

    #Images #Protection_mineurs #Intelligence_artificielle


  • En Malaisie, la traductrice qui en savait trop

    https://www.lemonde.fr/international/article/2018/05/28/en-malaisie-la-traductrice-qui-en-savait-trop_5305535_3210.html

    Une jeune Mongole assassinée, des commissions occultes, un ex-premier ministre sur la sellette : après l’arrivée d’un nouveau gouvernement, la justice va-t-elle rouvrir le dossier ?

    La Mongole était jolie et résidait en Malaisie, où elle avait été la maîtresse d’un conseiller du ministre de la défense d’alors, et peut-être même celle du ministre lui-même. Elle avait 28 ans, elle était traductrice. Elle parlait, outre le mongol, le russe, le chinois, l’anglais et un peu le français. Elle s’appelait Altantuya Shaariibuu. Et elle en savait trop.

    Altantuya s’était retrouvée, notamment en raison de ses contacts sur l’oreiller, indirectement associée – ou impliquée – dans l’affaire de la vente de trois sous-marins à la Malaisie par la France en 2002, un scandale d’Etat dont l’onde de choc continue aujourd’hui de se propager dans l’Hexagone : en juillet 2017, un ancien président de la Direction des constructions navales et un ex-directeur général délégué du groupe français Thales (ex-Thomson), ont été mis en examen pour « corruption active ». Récipiendaires probables de commissions illégales versées en Malaisie : des responsables au plus haut niveau du gouvernement. Les Français avaient de bonnes raisons de mettre la main au portefeuille pour graisser la patte aux bonnes personnes : le contrat s’élevait à près d’un milliard d’euros…

    Le corps pulvérisé

    Altantuya Shaariibuu a payé au prix fort, de la manière la plus terrible et la plus spectaculaire qui soit, le fait d’en savoir trop : le 18 octobre 2006, elle est enlevée en plein Kuala Lumpur par deux policiers d’un corps d’élite de gardes du corps rattaché au bureau du premier ministre. Traînée de force dans un véhicule banalisé, elle est emmenée dans le faubourg de Shah Alam, à la sortie de Kuala Lumpur. Là, elle est abattue d’une balle dans la tête avant que des explosifs de type C-4 soient placés sur son corps. Le cadavre d’Altantuya est pulvérisée au point que l’on ne retrouvera presque rien d’elle.

    La raison de cet assassinat s’explique très probablement par le fait que la jeune Mongole était en train de faire chanter son ancien amant, Abdul Razak Baginda, à l’époque directeur d’un cercle de réflexion mais aussi proche de Najib Razak, alors ministre de la défense. Ce dernier allait ensuite devenir premier ministre, jusqu’à la spectaculaire défaite de son parti aux élections du 8 mai dernier…

    Altantuya Shaariibuu avait en effet été arrêtée alors qu’elle faisait un scandale devant la résidence d’Abdul Razak Baginda, vociférante et menaçante. Elle avait auparavant exigé de son « ex » qu’il lui verse une commission de 500 000 dollars, promise mais non versée. Faute de quoi elle révélerait les secrets des troubles combines autour de la vente des sous-marins. Après son meurtre, des photos ont circulé, la montrant en train de festoyer en des temps plus heureux, dans un restaurant parisien avec Baginda et… Najib Razak. Peut-être était-elle aussi l’amante de ce dernier, ont laissé entendre certaines rumeurs.

    Réouverture du dossier

    L’échec électoral de « Najib » et de son parti a des chances de provoquer la réouverture d’un dossier (scandale des sous-marins et donc, du même coup, l’assassinat d’Altantuya) mis sous le tapis depuis des années. Et Najib Razak, déjà empêtré dans un scandale d’Etat où il est soupçonné d’avoir siphonné l’équivalent de plus de 600 millions d’euros de fonds publics sur son compte en banque, pourrait se retrouver, si les langues se délient un peu trop, impliqué cette fois, non seulement dans une affaire de corruption mais aussi, fut-ce indirectement, dans un assassinat…

    « Il faut que le nouveau gouvernement relance l’enquête sur l’affaire de la vente des sous-marins [français] », vient de déclarer l’ancien juge de la haute cour, Gopal Sri Ram. Le 16 mai, le président de Mongolie, Khaltmaagiyn Battulga, a adressé un message de félicitations au nouveau premier ministre de Malaisie, Mahathir Mohamad, qui avait déjà été auparavant premier ministre et l’était encore quand le contrat des sous-marins fut signé entre la France de Jacques Chirac et la Malaisie : « L’assassinat d’Altantuya Shaariibuu a créé une atmosphère défavorable entre nos deux pays et j’espère sincèrement que votre Excellence accordera toute son attention [à ce cas] afin que justice soit rendue », écrit notamment le chef d’Etat mongol.

    L’ONG malaisienne Suaram, qui a demandé que des poursuites judiciaires soient diligentées à propos du scandale des sous-marins, a engagé à Paris l’avocat William Bourdon. Ce dernier vient de dire aux journalistes du site en ligne Malaysiakini qu’il était prêt à se rendre cet été à Kuala Lumpur, pour « briefer » le nouveau gouvernement sur l’affaire.

    Des ordres venus de très haut

    Une voix lointaine pourrait s’avérer cruciale dans le « dossier » Altantuya Shaariibuu : l’un de ses deux agresseurs, Sirul Azhar Umar, condamné à mort en 2009 par une cour malaisienne, mais sans qu’aucun mobile de son meurtre n’ait alors été invoqué, est en prison en Australie. Il s’y était enfui en 2014 alors que sa condamnation était jugée en appel en Malaisie et qu’il avait été libéré sous caution.

    De sa prison, il a donné plusieurs interviews, dans lesquelles il a assuré avoir servi de « bouc émissaire ». Il a parfois laissé entendre que les ordres d’assassiner la jeune Mongole venaient de très haut. Le jour précédant son incarcération en Australie, en 2015, conséquence d’une demande faite par Interpol, Sirul avait envoyé un mystérieux SMS à un contact, resté anonyme, mais qui aurait été proche des services de renseignements malaisiens.

    « Salut patron. Je suis en difficulté. Je veux deux millions de dollars australiens avant que vous veniez me rendre visite. Je ne reviendrai pas en Malaisie. Je ne veux pas faire tomber le premier ministre. »
    Lire aussi : Mahathir et Anwar, un improbable tandem à la tête de la Malaisie

    Plus tard, Sirul se rétracta, comme s’il réalisait qu’il lui fallait ménager ses arrières : des émissaires du parti de Najib Razak étaient venus le voir dans sa cellule. Il jura par la suite au site Malaysiankini « qu’au Nom de Dieu, l’honorable premier ministre Najib Razak n’a jamais été impliqué dans [le meurtre d’Altantuya] et n’a jamais eu de liens avec cette affaire ».

    Mais l’« honorable » premier ministre, qui n’a jamais été très « honorable », n’est plus premier ministre. Le 1er juin, l’ancien flic et ci-devant assassin devrait à nouveau comparaître devant la justice australienne. Osera-t-il révéler tout ce qu’il sait ?


  • Le député #Dassault, cité dans les « #Paradise_Papers », rejoint la Fondation #Interpol

    Le député de l’Oise #Olivier_Dassault, ex-président du conseil de surveillance du #Groupe_Dassault, vient d’être nommé membre de la #Fondation_Interpol. L’entreprise française est pourtant citée dans les « Paradise Papers » comme possible complice de #fraude à la TVA.

    https://www.mediapart.fr/journal/france/240418/le-depute-dassault-cite-dans-les-paradise-papers-rejoint-la-fondation-inte

    Article de @marty (@wereport)


  • #Interpol’s controversial funding by #Qatar and the IOC (Mediapart)
    https://www.wereport.fr/articles/interpols-controversial-funding-by-qatar-and-the-ioc-mediapart

    The international #police body Interpol severed all links with football’s governing organisation #FIFA after the latter’s corruption scandal erupted in 2015. But it has maintained partnerships with both the committee organising the 2022 football World Cup in Qatar and the International Olympic Committee (IOC), who are at the centre of corruption investigations. This is [...]

    #Enquêtes_et_reportages #CIO


  • Après la #FIFA, #Interpol se fait financer par le #Qatar et le #CIO (Mediapart)
    https://www.wereport.fr/articles/apres-la-fifa-interpol-se-fait-financer-par-le-qatar-et-le-cio-mediapart

    Interpol, la mythique organisation mondiale de #police, a coupé les ponts avec la Fifa après le scandale de 2015. Mais elle conserve deux partenaires, le Comité Qatar 2022 et le Comité international olympique (CIO), qui sont au cœur d’enquêtes judiciaires pour corruption. De grands flics de toute l’Europe ont alerté sur ces liaisons dangereuses. En [...]

    #Enquêtes_et_reportages


  • Après la #FIFA, #Interpol se fait financer par le #Qatar et le #CIO
    https://www.mediapart.fr/journal/international/190318/apres-la-fifa-interpol-se-fait-financer-par-le-qatar-et-le-cio

    Interpol, la mythique organisation mondiale de police, a coupé les ponts avec la Fifa après le scandale de 2015. Mais elle conserve deux partenaires, le Comité Qatar 2022 et le Comité #International olympique (CIO), qui sont au cœur d’enquêtes judiciaires pour corruption. De grands flics de toute l’Europe ont alerté sur ces liaisons dangereuses. En vain.



  • #Interpol, une #police sous influence ? (ARTE)
    https://www.wereport.fr/articles/interpol-une-police-sous-influence

    Pour pallier un budget insuffisant, Interpol, la police mondiale, noue d’étranges partenariats avec des multinationales et des pays controversés. Une enquête sidérante de Mathieu Martiniere et Robert Schmidt au cœur de la collusion public/privé. #documentaire de Samuel Lajus (France, 2018, 1h27mn) - Auteurs : Mathieu Martiniere, Robert Schmidt et Samuel Lajus - Coproduction : #Arte France, Cocottesminute [...]

    #Enquêtes_et_reportages #Emirats_Arabes_Unis #FIFA #Pharmacie #Qatar #Tabac


  • Enquête sur les dessous sulfureux de la #Fondation_Interpol
    https://www.mediapart.fr/journal/international/020318/enquete-sur-les-dessous-sulfureux-de-la-fondation-interpol

    Lors de la dernière assemblée générale d’Interpol, en septembre 2017 à Pékin. © Reuters En 2016, l’organisation mondiale de police a accepté un don de 50 millions d’euros des Émirats arabes unis. Une contribution qui passe par une curieuse « Fondation #Interpol pour un monde plus sûr », où se croisent des personnalités politiques, des exilés fiscaux et un ancien grand flic reconverti dans le renseignement #International.

    #Emirats_arabes_unis


  • Bientôt sur ARTE :
    #Interpol, une police sous influence

    Pour pallier un budget insuffisant, Interpol, la police mondiale, noue d’étranges partenariats avec des #multinationales (#Philip_Morris, #Sanofi...), des institutions accusées de corruption (la #Fifa), et des pays controversés (#Qatar, #Émirats_arabes_unis...). Une #enquête sidérante au cœur de la collusion public/privé.

    Interpol, la mythique #police mondiale, souffre d’un sous-financement chronique. Ses 192 États membres ne mettent pas suffisamment la main à la poche. En 2000, #Ron_Noble, son nouveau secrétaire général, de nationalité américaine – une première pour une institution qui, auparavant, puisait ses dirigeants dans le vivier européen –, lui fait prendre un virage à 180 degrés. Dans les médias, il martèle qu’il lui faut un milliard de dollars, au lieu des quelques dizaines de millions qui lui sont alloués. Mais les États font la sourde oreille. L’organisation se lance alors dans d’ahurissants partenariats public/privé avec des multinationales (Philip Morris International, Sanofi…), des institutions accusées de corruption (la Fifa), et encaisse les chèques mirobolants d’États controversés (Qatar, Émirats arabes unis…). Consacré à la lutte contre la cybercriminalité, le Complexe mondial pour l’innovation d’Interpol, inauguré en 2015, a ainsi vu son budget multiplié par cinq grâce à la « générosité » de Singapour (qui, jusqu’en 2009, figurait sur la liste des paradis fiscaux). Ce dernier a financé, à lui seul, la construction du bâtiment, érigé sur son territoire alors qu’il devait au départ se situer près du siège lyonnais d’Interpol. Ces financements influent sur les enquêtes de l’organisation, engendrant de graves conflits d’intérêts. Le successeur de Ron Noble, l’Allemand #Jürgen_Stock, arrivé en 2014, tente d’infléchir cette tendance, mais les interrogations demeurent.

    Opacité
    Pendant cinq ans, deux journalistes indépendants, l’un français, Mathieu Martiniere, l’autre allemand, Robert Schmidt, ont mené une enquête à quatre mains et sur trois continents sur l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol). Rares sont en effet les médias invités à franchir ses grilles. Accompagné d’un commentaire limpide décortiquant l’enchevêtrement des intérêts publics et privés, le film s’appuie sur des images d’actualité, de nombreuses interviews de journalistes et de chercheurs, mais aussi d’anciens et actuels dirigeants d’Interpol. Il dresse ainsi un état des lieux de nos polices, à l’heure où la sécurité se privatise et où la cybercriminalité atteint un tel degré de technicité qu’elle contraint les agents à coopérer avec des entreprises. Au passage, le documentaire lève le voile sur quelques dérives : des notices rouges (les célèbres avis de recherche d’Interpol) instrumentalisées pour traquer des dissidents chinois ou turcs, une coopération insuffisante entre États membres… À travers le cas d’école d’Interpol, une plongée éclairante au cœur de la collusion entre pouvoirs économique, politique et régalien.


    https://www.cinema-comoedia.com/film/249533

    C’est encore les @wereport qui sont derrière cette enquête
     :-)


  • [NSA] Trouver votre voix, par Ava Kofman Traduction Les Crises - The Intercept - Ava Kofman - le 19 janvier 2018
    https://www.les-crises.fr/nsa-trouver-votre-voix-par-ava-kofman

    Oubliez Siri et Alexa – Quand on parle d’identification vocale, la NSA règne en « maître absolu ».

    . . . . . . . . . .
    Les nouveaux outils vocaux
    Tandis que les américains sont au courant depuis 2013 de la collecte massive de données téléphoniques nationales et étrangères par la NSA, le processus par lequel ces données brutes sont converties en informations significatives est resté largement confidentiel. En 2015, The Intercept rapportait que la NSA avait mis au point une série de « technologies du langage humain » pour donner un sens à l’extraordinaire quantité des données audio recueillies par le gouvernement. En développant des programmes pour traduire automatiquement la parole en texte – ce que les analystes appelaient « Google for voice » – l’agence pouvait utiliser des mots-clés et des « sélecteurs » pour rechercher, lire et indexer des enregistrements qui auraient autrement nécessité un nombre infini des personnes pour les écouter.

    La reconnaissance des locuteurs est apparue en même temps que ces logiciels synthétiseurs de la parole au texte comme une technique additionnelle pour aider les analystes à trier les innombrables heures d’interceptions en provenance des zones de guerre. Une grande partie de sa croissance et de sa fiabilité est due aux investissements de la NSA et du Département de la Défense. Avant l’ère numérique, la reconnaissance des locuteurs était principalement pratiquée en science médico-légale. Pendant la Seconde Guerre mondiale, des analystes humains ont comparé les empreintes visuelles des fréquences vocales à la radio. Selon Harry Hollien, l’auteur de Forensic Voice Identification, ces machines à « parole visible », connues sous le nom de spectrogrammes, ont même été utilisées pour réfuter une rumeur selon laquelle Adolf Hitler aurait été assassiné et remplacé par un double.

    « Les empreintes vocales étaient quelque chose que l’on pouvait examiner », explique James Wayman, un éminent spécialiste de la reconnaissance vocale qui préside les efforts fédéraux visant à recommander des standards pour la reconnaissance médico-légale des locuteurs. Il a souligné que le terme « empreinte vocale », bien qu’il soit largement utilisé par les fournisseurs commerciaux, peut être trompeur, car il implique que l’information saisie est physique plutôt que comportementale. « Ce que vous avez maintenant, c’est une équation intégrée dans un logiciel qui crache des chiffres », a-t-il dit.
    Ces équations ont évolué de simples moyennes à des modèles algorithmiques dynamiques. Depuis 1996, la NSA a financé le National Institute of Standards and Technology Speech Group pour développer et tester ce qu’elle appelle “l’approche algorithmique la plus dominante et la plus prometteuse face aux problèmes de reconnaissance des locuteurs”. Parmi les participants qui testent leurs systèmes avec le NIST figurent des entreprises de pointe en biométrie et des universitaires, dont certains sont financés par la NSA et la Defense Advanced Research Projects Agency, ou DARPA.

    Le silence de la NSA autour de son programme de reconnaissance des locuteurs rend difficile de déterminer ses pouvoirs actuels. Mais étant donné les liens étroits qui existent entre la recherche universitaire financée par la NSA et les entreprises privées, une bonne approximation des capacités des NSA peut être tirée de ce que font d’autres pays – et quels fournisseurs les vendent.
    Par exemple, Nuance, l’un des leaders du secteur, fait de la publicité auprès des gouvernements, des forces armées et des services de renseignement « un système biométrique vocal national capable d’identifier et de segmenter rapidement et avec précision les individus au sein de systèmes comprenant des millions d’empreintes vocales ». En 2014, l’Associated Press a rapporté que la technologie de Nuance avait été utilisée par la plus grande société turque de téléphonie mobile pour collecter des données vocales auprès d’environ 10 millions de clients.

    En octobre, Human Rights Watch a signalé que le gouvernement chinois avait constitué une base de données nationale d’empreintes vocales afin de pouvoir identifier automatiquement les personnes qui parlent au téléphone. Le gouvernement vise à relier la biométrie vocale de dizaines de milliers de personnes à leur numéro d’identité, leur origine ethnique et leur adresse. Selon HRW, le distributeur de logiciels vocaux chinois a même breveté un logiciel permettant de localiser les fichiers audio pour « surveiller l’opinion publique ».
    En novembre, un projet international majeur de reconnaissance des locuteurs financé par l’Union européenne a passé son test final, selon un communiqué de presse d’Interpol. Plus de 100 analystes du renseignement, chercheurs et agents des services de police de plus de 50 pays – dont Interpol, le Metropolitan Police Service du Royaume-Uni et la Polícia Judiciária portugaise – ont assisté à la présentation, au cours de laquelle les chercheurs ont prouvé que leur programme pouvait identifier des « locuteurs inconnus parlant dans différentes langues… par le biais de médias sociaux ou de moyens audio légalement interceptés ».

    Les documents de la NSA examinés par The Intercept décrivent les contours d’un système aussi extensif – un système qui, dans les années qui ont suivi le 11 septembre, a permis aux « analystes linguistiques de passer au crible des centaines d’heures de montages vocaux en quelques secondes et de sélectionner des éléments d’intérêt potentiel en fonction de mots clés ou de la reconnaissance vocale des locuteurs. »

    . . . . . . . . . .
    Article original : https://theintercept.com/2018/01/19/voice-recognition-technology-nsa
    #NSA #reconnaissance-audio    #surveillance #internet   #vie_privée   #espionnage   #silicon_army    #privacy    #usa    #contrôle    #sécurité    #censure    #écoutes   #etats-unis #voix


  • Novel voice recognition technology completes Interpol’s legal arsenal
    UE-CORDIS, with Israel partnership
    https://cordis.europa.eu/result/rcn/218540_en.html

    Une nouvelle technologie de reconnaissance vocale complète l’arsenal juridique d’Interpol
    https://cordis.europa.eu/result/rcn/218540_en.html

    Imaginez un criminel, le visage caché, enregistré par une caméra de sécurité pendant qu’il menace l’une de ses victimes. Ou la surveillance d’une conversation téléphonique entre un individu suspecté de trafic de drogue et une personne inconnue qui semble tirer les ficelles. Dans de tels scénarios, une technologie de reconnaissance vocale précise à 100 % permettra littéralement de changer la donne.

    Mais qu’est-ce qu’on attend alors ???


  • Passeurs. De la sicile à Calais’les trafiquants d’exil.
    https://lequatreheures.com/episodes/passeurs

    Ces passeurs opérant en bandes organisées ne génèrent pas les flux d’exilés mais ils en tirent profit. En France, en Italie, en Grèce… ils cherchent des stratégies pour faire passer les frontières de plus en plus surveillées à ceux qu’ils nomment leurs « clients ». Ce « business de l’exil » à destination de l’Europe a rapporté en 2015 plus de 4,1 milliards d’euros aux passeurs, selon Interpol et Europol. En quelques années, le trafic de migrants est passé à la deuxième place dans la hiérarchie de l’enrichissement illégal en lien avec la criminalité organisée, juste après le trafic de stupéfiants, comme le souligne l’ONU.

    À l’instar des dealeurs de drogue, les passeurs sont des fantômes, ils gagnent des fortunes et œuvrent pour que leur business reste dans l’ombre. Pour évoquer ces trafiquants, comprendre leurs stratégies, il faut échanger en priorité avec ceux qui les côtoient le plus, leurs « clients », les migrants comme Sambou, ce jeune anglophone rencontré dans la ville bouillonnante de Palerme, en Sicile.

    Depuis sa Gambie natale, Sambou a franchi plusieurs frontières : sénégalaise, mauritanienne, malienne, algérienne… « Pas sur de vraies routes, mais par des voies dans le désert. » Sur ces chemins, lui et son cousin ont roulé de nuit, entassés avec des dizaines d’autres migrants dans des camions, et dormi le jour, sous une chaleur étouffante. Ce voyage jusqu’en Europe lui a coûté plus de 1500 euros, à raison de plusieurs centaines d’euros pour chaque frontière. Mais les chiffres, dans ce business sans règles, ne sont que des approximations. Ils varient selon la nationalité, la nature de la frontière (complexe à franchir ou non), les conditions de trajet… Le système de paiement, informel, en cash, est nommé l’Hawala.


  • Israel must extradite Teodoro Gauto, wanted for crimes in Argentina’s ’dirty war’ - Haaretz Editorial - Israel News | Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/opinion/editorial/1.826821

    Argentina’s internal security ministry this week offered a $30,000 reward for information leading to the arrest of Teodoro Anibal Gauto. He is wanted for questioning on crimes against humanity — murder, torture and the abduction of minors — in the “dirty war” during the 1976-83 military dictatorship. But Gauto’s whereabouts are known. He fled to Israel in 2003, and according to Interior Ministry records lives here under the name Yosef Carmel.
    Gauto served as a civilian in Argentina’s military intelligence Battalion 601, which was notorious for its involvement in abductions and murders.
    In 2003, Interpol issued an international arrest notice on a criminal matter (suspicion of bank fraud), which was in effect until 2009, when the statute of limitations expired on those allegations. In 2011 a second Interpol “red notice” was issued for Gauto’s alleged role in the crimes of the junta. Israel is ignoring the warrant. In 2015, Gauto was exposed by journalist Shlomo Slutzky on the Israel Channel 2 investigative program “Mabat Sheni.” He admitted having worked for the Argentine military but denied any involvement in crimes against humanity and claimed all he did was to classify left-wing operatives and build cases against them.
    Slutzky, one of whose relatives was abducted and murdered in the “dirty war,” petitioned the High Court of Justice to extradite Gauto to Argentina. He argued that Gauto, who was granted Israeli citizenship under the Law of Return because he wife is Jewish, obtained that citizenship fraudulently because he did not disclose the investigations and pending legal proceedings in Argentina. As a result, Slutzky argued, Gauto’s citizenship should be revoked and he should be deported.


  • Réfugiés : la route par la Grèce a repris et se réduit depuis la Libye

    Les arrivées de migrants en Europe par la Grèce ont légèrement augmenté ces derniers mois. Celles de Libye vers l’Italie de juillet à septembre a atteint son niveau le plus bas en quatre ans, a dit jeudi l’ONU à Genève.

    Depuis quelques mois, « nous avons vu des réfugiés et des migrants utiliser davantage de chemins diversifiés pour rejoindre l’Europe », a dit la directrice régionale du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) Pascale Moreau. En septembre, 4800 personnes sont arrivées en Grèce par la mer, le chiffre le plus élevé sur un mois depuis l’accord conclu entre l’UE et la Turquie en mars 2016.

    https://www.swissinfo.ch/fre/r%C3%A9fugi%C3%A9s--la-route-par-la-gr%C3%A8ce-a-repris-et-se-r%C3%A9duit-depuis-la-libye/43700464
    #Grèce #asile #migrations #réfugiés #route_des_balkans #chiffres #statistiques #arrivées

    Et plus loin :

    En #Allemagne, des policiers grecs vont être déployés pour renforcer les contrôles aéroportuaires après l’interception dans des aéroports allemands de centaines de migrants venant de Grèce avec de faux papiers, selon la police. Dès la semaine prochaine, des officiers de liaison grecs seront déployés dans les aéroports de Francfort et de Munich pour faciliter les contrôles des passeports.

    Cette décision fait suite à une plainte du ministre allemand de l’Intérieur, selon lequel environ 1000 personnes voyageant depuis la Grèce avec des documents falsifiés ont été interceptées entre janvier et octobre dans les aéroports allemands.

    #faux_passeports #faux_documents #aéroports

    Mais ce qui est intéressant dans cet article, c’est aussi qu’on parle d’une « vaste opération interpol » :

    Par ailleurs, 40 personnes ont été arrêtées au cours d’une opération simultanée d’Interpol visant des trafiquants d’êtres humains au Tchad, au #Mali, en #Mauritanie, au #Niger et au #Sénégal, a-t-on appris jeudi auprès d’Interpol. Des poursuites vont être engagées contre elles pour trafic d’êtres humains, travail forcé et exploitation de mineurs, précise Interpol dans un communiqué.

    Au cours des opérations, plus de 500 victimes ont été secourues, parmi lesquelles se trouvaient 236 mineurs, dont certains ont été forcés à se prostituer. L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et plusieurs ONG ont auditionné les victimes et ont veillé à ce qu’elles reçoivent le traitement nécessaire.

    Commentaire reçu via la mailing-list Migreurop :

    mais on n’y apprend rien, bien sûr, sur les conditions de cette opération, ni sur la manière dont les 40 personnes poursuivies ( sur les 500 interpellées/sauvées) ont été désignées comme telles, ni devant quel(s) tribunaux elles seront poursuivies... on apprend juste que les services allemands sont apparemment très impliqués dans ce qui s’appelle « l’#opération_épervier ».