organization:knesset

  • Israel’s Supreme Court, a place of deceit

    Court, a Place of Deceit
    East Jerusalem residents have learned that while justice may be meant to be seen, it’s not necessarily meant to be heard

    Ilana Hammerman
    Dec 05, 2018 2:39 AM

    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-israel-s-supreme-court-a-place-of-deceit-1.6719983

    “Go, and try to understand every word spoken in this chamber, which hover for a moment in its enormous space, before escaping to the sides and above through the many cracks in its walls,” I muttered to myself several weeks ago in Chamber C of Jerusalem’s Supreme Court.
    From those words I could decipher, I learned that in the case being heard there are people seeking to remain living in their homes and there are others who claim that the land under these homes belongs to them, and thus the homes as well. And some claim the destiny of the land is not the destiny of the homes. One belongs to so-and-so and his descendants, while the other belongs to another person and his issue. Plus, there are documents attesting one thing and others attesting to another. And there are documents related to this parcel of land but not to its neighbor.
    To really understand Israel and the Middle East - subscribe to Haaretz
    I also understood that the petitioners representing the people seeking to stay in their homes – who are making legal arguments on their behalf, pleading persistently, shouting beneath the enormous domes – are wasting their time. For the destiny of the people who have sent them here has already been determined, and the Supreme Court, sitting on high, believes that it does not have the authority to discuss the evidence they bother to formulate in the Hebrew language that is not their own.
    It turns out that all the evidence was already discussed exhaustively in a lower court, which already ruled that the residents are themselves the trespassers. And because they delayed – the proceedings intended to get rid of them were unfortunately for them done without their knowledge – the statute of limitations applies to some of their lawsuits.
    This is not the first time that I have wondered whether the acoustic conditions in this chamber do not bear witness that while justice may be meant to be seen, it is not necessarily meant to be heard. Nor is it the first time that I have thought while sitting in it that perhaps it is better that way. For more than one of the details debated here lack content that should really interest human beings who have the brains to understand and the tools to take interest and learn the facts. And indeed, I know the facts well, and so this list will end with a decisive decision.

    On that fall day, November13, the Supreme Court discussed the fate of dozens of people who have lived for 64 years in Jerusalem’s Sheikh Jarrah neighborhood. Israeli law had made it possible for three Israeli associations – the Council of the Sephardi Community in Jerusalem, the Committee of Knesset Israel and Nahalat Shimon – to evict them from their homes and to replace them with other people.
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    The judges, after masquerading briefly while as people sincerely and innocently seeking to decide without bias between the attorneys wrangling at their feet, then began to play their true role. They obeyed the law, and with it the policy determining what the law is, and ruled against the petitioners, and in favor of the three associations; the appeal was denied.
    And what does Israeli law state, and in particular, what are its practical implications, what is the personal tragedy to which it condemns its victims? Because the law here serves to cover for usurpation and ideology, things are best explained simply without leaving this issue to legalists.
    A woman my age, sitting with me in her house, from which she is to be evicted, explained the story in simple terms, albeit it with agitation. Here is a summary: Her parents were born in Jaffa and raised there. She was born in the Yarmouk refugee camp in Syria, to which her family was expelled/fled in 1948. As part of a family reunification program, she went from there to Sheikh Jarrah to live with her husband, who also comes from a family of refugees from Jaffa. That family had been lucky enough to find temporary shelter with relatives in Jerusalem, and the Jordanian regime, the sovereign at the time, allocated her and other refugee families land in Sheikh Jarrah in 1954, and the UNRWA funded the construction of their homes.
    Some 40 members of her family, including her, her children and her grandchildren, live there. Meanwhile, they became subjects of Israel, which tripled the size of Jerusalem in 1967 and extended civilian law over all of it. According to that system of laws and to the decisions of the courts of the new sovereign, the entire compound in Sheikh Jarrah, where hundreds of families live, now belongs to those who made themselves the inheritors of the small Jewish community that had bought it during the Ottoman period.
    Therefore, this family, like its partners in misery who were already evicted and the dozens of others destined to be condemned in future cases – can expect soon to receive notice of an eviction date from the bailiff’s office. If they don’t leave of their own free will, they will be evicted by force in the dead of night. The woman who told me the story kept looking in my eyes, asking: “Perhaps you will tell me where we should go to now? Where to?”
    A week later, on November 21, the Supreme Court rejected the appeal of hundreds of other Jerusalem Palestinians – residents of Batan al-Hawa in the Silwan neighborhood. These residents are being harassed by other Israeli groups: Ateret Cohanim and Elad. Regarding this appeal as well, exacting hearings had already been held in Chamber C, and then too I really tried to grasp the legal thinness in their tale before they drift off through the traditional openings in the lofty dome. And this story also deserves being told in the language of man.
    It goes like this: At the end of the 19th century, merciful Jews bought a modest site in the village of Silwan, which then was outside Jerusalem, to build under cover of Ottoman law, a poorhouse for Yemenite Jews who couldn’t find a roof to live under in the holy city. Not many years later, the land was full of violent altercations and the poorhouse residents were forced to evacuate their homes. Years passed. They and their successors spread across the country.
    The country’s rulers changed three times, and self-proclaimed heir also arose: Atret Cohanim. It was clever in various ways – the time was the beginning of this century and Silwan had become a Jerusalem neighborhood crowded with tens of thousands of Palestinians, and the ruler was now the State of Israel – and demanded and received the inheritance from the Administrator General, who had received it from the state, which authorized him to determine what would be done with properties in Jerusalem that had once belonged to Jews. Based on this procedure, the courts in Israel awarded Ateret Cohanim rights to the compound in the heart of Silwan. And now justice will be done without pity.
    You can read in full how everything unfolded, if you want, in the 2015 investigative report published by Nir Hasson in this paper . It’s a tale spiced with bribes paid behind closed doors, people who were tempted to condemn their souls in order to attain a more comfortable life and, above all, the story of M, the resident of a West Bank settlement, whose hand is in everything but whose name it is forbidden to publish, lest it be to his detriment. The story does not end well or fairly, or even with finality, as the rejection of the petition makes clear – it just gets worse.
    Thus, you may want to go the trouble of visiting the neighborhood for yourself, in order to see the explosive and forlorn reality that the splendor of Chamber C in the Supreme Court swallowed in its entirety, like it swallowed the more modest site in Sheikh Jarrah. The law that rules here is the law of naked power. The military regime that embitters the lives of thousands to protect a few dozen Jews, who settled among the thousands in homes whose residents were already evicted, and to protect the stylized national park established next to them for the thousands of visitors streaming here. The sovereign here is the Elad organization. Thanks to its iniquities, you can see how the lives of thousands of Palestinians here are imprisoned and destroyed, and feel the cracks that are gaping in their residences because of the tunnel dug under them for the greater glory of Israel’s ideological archaeology.
    And if you don’t want to venture into areas unfamiliar to you and to your worldview, remain at home, but turn on your honest brain and the integrity of your heart. It will not take much to persuade you that all the legal hairsplitting that has for decades filled the courts of the Jewish-democratic state with hearings on the fate of the homes and lands of people in the territories conquered in 1967 collapses and is crushed like so much straw, in spite of the opposition by lawyers who continue to insist on defending human rights and serving as extras in an absurd farce. For one and only one law whispers yet thunders here behind the scenes, and only that one triumphs over this theater of deceit – the law of the godly promise written in a book that is thousands of years old: “For I give all the land that you see to you and your offspring forever” (Genesis 13:15).
    Thus, this and nothing else is the lesson: Until the statute of limitations is applied to this ancient law, there will be no justice here. For whether the god who made the promise still lives on high and watches his creatures in great sorrow from there, or whether he has been redeemed and died – here, on Earth, in this unholy land, the lives of tens of thousands of people are being destroyed and will be destroyed many times over, because of those who appointed themselves as the arm of power of the sole rulers.


  • Maroc / Israël : Le collier de la reine, un tribut de vassalité à un suzerain ? – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/11/22/maroc-israel-le-collier-de-la-reine-un-tribut-de-vassalite-a

    Un collier en or aurait été offert par Lalla Salma, épouse du Roi du Maroc, à Tzipi Livni, le co-ordonnateur de la guerre de destruction israélienne de Gaza (2007-2008). Un cadeau offert en 2009 à l’occasion d’une visite de l’ancien ministre israélien des Affaires étrangères au Maroc, un an après la fin de la guerre israélienne contre l’enclave palestinienne.

    Cette information explosive a été démentie de piètre façon par le Maroc, par un communiqué laconique du ministère des affaires étrangères publié le 26 juillet, soit deux semaines après la fuite du Maariv. Le journal israélien précisait, pourtan, dans son édition en date du 13 juillet 2011, que le parlement israélien avait pris la décision de dévoiler une liste de cadeaux offerts aux officiels et parlementaires israéliens par des personnalités étrangères, liste où figurerait « Lalla Salma » pour un « collier en or » à Tzipi Livni lors de sa visite au Maroc en 2009 à l’invitation de l’Institut Amadeus pour le Forum MEDays organisé à Tanger.
    Dans ce qui apparait comme un geste d’apaisement destiné à détourner le courroux de l’opinion publique, la communauté juive du Maroc a volé au secours du Trône, lui emboitant le pas, endossant le même jour la responsabilité de ce cadeau. Non pas par un communiqué franc et précis qui aurait coupé court à toutes les spéculations mais par un procédé oblique, en des termes alambiqués, des propos confus faisant état d’ une indication d’un membre de la communauté juive, à l’identité non définie, se dévouant pour confier à un site électronique marocain que Mme Livni « n’a rencontré aucune princesse du Maroc, uniquement des personnalités marocaines et des responsables de la communauté juive » et que « le collier a pu lui être offert par la communauté juive » (2).

    Sauf à y voir la marque d’un travail de sophistication journalistique, un tel amateurisme dans la gestion de cette affaire pourrait avoir eu un effet inverse de confirmer plutôt que d’infirmer cette information. Un effet pervers
    Selon Maariv, pourtant, Lalla Salma n’aurait pas été la seule à couvrir de bijoux la ministre israélienne. La Fédération des Juifs du Maroc lui aurait aussi offert « un collier d’or serti de diamants et de pierres précieuses assorties de deux bagues ». Soit, en fin de compte, deux colliers et deux bagues. Une belle pioche pour un voyage si controversé d’un si sinistre personnage.

    Au delà du démenti formel, le pouvoir marocain a incontestablement commis un impair dans sa communication de crise, d’autant moins explicable que le sujet est d’une grande volatilité, accréditant l’idée d’un malaise par sa réaction tardive et son laconisme. Le démenti marocain, de même que la revendication indirecte de la communauté juive n’évacuent pas pour autant le débat sur le bien fondé de ce geste de courtoisie à l’égard d’une belliciste coresponsable de deux guerres contre des objectifs arabes, le Liban en juillet 206, et Gaza, en 2007, ni même sur sa présence au Maroc un an après la guerre de Gaza. Pas plus Tzipi Livni que son collier n’avaient de raison d’être au Maroc. Le service minimum sur un sujet de grande controverse porte la marque d’une désinvolture et pointe désormais du doigt le rôle ambigu de l’Institut Amadeus, initiateur de ce projet frappé de suspicion.
    Quelqu’en soit le bienfaiteur, au-delà des démentis de circonstance, le cadeau parait placer la Monarchie dans l’embarras en ce qu’il peut être ressenti, à juste titre, par une large fraction de cette population nationaliste comme un geste d’une gratuité provocante, une humiliation vécue comme un tribut de vassalité envers un suzerain.

    LA LÉGITIMITÉ DU JUDAÏSME MAROCAIN ET SON INSTRUMENTALISATION POUR UNE IMPUNITÉ DU TRÔNE
    Le laxisme traditionnel marocain à l’égard d’Israël, à contre courant de la position officielle arabe, est généralement expliqué par les rapports historiques qu’entretient la dynastie alaouite avec le judaïsme marocain (3), particulièrement du fait de la position du sultan du Maroc, sous le régime de l’Etat français de Vichy, dont le refus de faire appliquer sur son territoire les lois racistes du gouvernement collaborationniste, notamment le port de l’étoile jaune pour les ressortissants de l’Empire, lui a valu la gratitude éternelle de ses sujets de confession juive.
    Une autre interprétation, moins valorisante mais plus conforme à la realpolitik, explique ce lien privilégié par le souci du futur Roi Mohamad V de contourner l’ostracisme français à son égard, sous le protectorat, par une alliance avec le judaïsme marocain, avec l’appui américain, en vue de contraindre la France à renoncer à son rival, le Glaoui de Marrakech, et à rompre son exil malgache, permettant ainsi aux Etats-Unis de prendre pied dans ce qui était à l’époque une chasse gardée française.

    Au delà de ses interprétations polémiques, un fait demeure. Le judaïsme marocain dispose d’une place légitime au Maroc, par son ancrage et son apport. Mais cette légitimité ne saurait impliquer une légitimation d’Israël, par extension, sans règlement préalable de la question palestinienne, ni l’instrumentalisation de cette équation pour camoufler le partenariat stratégique souterrain entre la dynastie alaouite et l’ennemi officiel du Monde arabe, Israël, à l’effet d’aménager l’impunité du pouvoir chérifien qui en découle.

    Cinquante ans après son indépendance, sous une solidarité de façade, le Maroc apparait comme un tire-au-flanc de la stratégie arabe au même titre que la Jordanie et l’Arabie saoudite, au point de se retrouver dans une configuration inique de trois royaumes arabes dotés, chacun, d’une légitimité sacrale constituant un cordon sanitaire autour d’Israël, au détriment de la cause palestinienne, supposée être leur cause prioritaire, du fait de la sacralité de leur pouvoir ; le commandeur des croyants alaouite en sa qualité de président du comite « Al Qods » de la conférence islamique ; le gardien wahhabite des Lieux Saints de l’islam, en raison de sa responsabilité particulière à l’égard de Jérusalem, le 3 me haut lieu saint de l’Islam ; le hachémite, enfin, de par sa descendance directe de la tribu des Koraïchites, la tribu du Prophète. Trois royaumes, l’Arabie saoudite, la Jordanie et le Maroc, désormais liés au sein d’une confédération disparate des pétromonarchies du Golfe, dans une fusion contre nature qui révèle, face à la contestation de l’ordre établi dans le Monde arabe, leur préoccupation d’assurer la survie de leur trône, plutôt que la promotion du Monde arabe, encore moins la Libération de la Palestine.
    La presse internationale abonde de la connivence israélo-marocaine sous le règne de Hassan II, de la fuite des Juifs marocains vers Israël, à la collaboration des services secrets des deux pays dans l’affaire Ben Barka, à la guerre du Sahara, aux escales techniques des unités israéliennes dans les ports marocains durant la guerre de juin 1967 (4), à la germination hormonale, enfin, du jeune prince héritier de l’époque envers une compatriote de confession juive qui donna par la suite deux soldats à l’armée israélienne (5).

    Mais le fait nouveau est la pérennisation de cette connivence sous le nouveau Roi Mohamad VI, au point de faire du Maroc une enclave diplomatique d’Israël, dans des conditions outrageusement méprisantes pour le peuple palestinien et ses nombreux sympathisants à travers le monde. Au risque d’exposer à l’opprobre public, pour la première fois dans les annales du Royaume, la propre épouse du Souverain.

    A moins d’impérieuses nécessités d’intérêt national touchant au règlement du conflit israélo palestinien, à quel besoin répondait le fait d’exposer sa propre épouse à l’opprobre, dans un geste malvenu auprès de l’opinion publique marocaine et arabe, en honorant une belliciste impénitente. Tzipi Livni (6), l’officier traitant du Mossad en France dans une décennie qui a vu la décapitation des principaux dirigeants palestiniens en poste en Europe et non Rachel Corrie, la pacifiste américaine broyée par un tracteur pour la défense de la terre palestinienne contre la confiscation israélienne. Tzipi Livni, objet d’un mandat d’arrêt de la justice britannique pour les crimes contre l’humanité » commis par son gouvernement à Gaza et non Rony Brauman, le franc tireur courageux pourfendeur du blocus de Gaza. Sauf à y voir la marque d’une perfidie complémentaire, à quel besoin répondait le souci du bénéficiaire de révéler son présent, sinon à embarrasser son hôte prévenant ? A l’ombre de la révolte arabe du printemps 2011, gageons que pareille gracieuseté ne saurait se reproduire sans exposer son auteur à un tollé généralisé.

    L’INSTITUT AMADEUS SUR LE GRILL (7)
    Quiconque connaît la tétanie qui frappe tous les acteurs politiques du royaume à l’égard du trône alaouite, le séjour de Mme Livni ne relevait pas du domaine du fortuit et ne répondait à aucun besoin de dialogue tant sont permanents les canaux de communications entre Rabat et Tel Aviv. Officiellement un « think tank » marocain, indépendant, l’Institut Amadeus, dirigé par le propre fils du ministre marocain des Affaires étrangères, Brahim Fassi-Fihri, aura servi de paravent au séjour de Mme Livni au Maroc. Crée en 2008, l’institut est soutenu par les entreprises traditionnellement perméables aux intérêts occidentaux, notamment l’hebdomadaire Jeune Afrique, le support médiatique des états africains pro occidentaux prospères. Le mandat d’arrêt lancé le 14 décembre 2009 par la justice britannique à l’encontre de Mme Tzipi Livni pour sa responsabilité dans la guerre de destruction israélienne de Gaza a retenti comme un désaveu du Maroc, un camouflet d’autant plus cinglant que le Roi Mohamad VI préside le comité chargé de préserver les Lieux saints musulmans de Jérusalem, une ville en voie de judaïsation rampante et quasiment annexée par Israël.
    En vertu de quel passe droit, un institut élitiste s’arroge-t-il le droit de prendre, seul, sans l’aval d’une autorité légitiment investie, l’initiative d’engager lourdement son pays sur un point essentiel de sa diplomatie ? Que de surcroît, face au tollé, ce même institut, visiblement déconnecté des réalités sociales, se dispense de la moindre explication, accentuant ainsi la suspicion sur l’ensemble de la galaxie royale en ce que le silence de cette coterie de technocrates ne manquera d’alimenter le mécontentement et les supputations, s’agissant d’un acte éminemment diplomatique à portée morale.

    Que l’initiative soit le fait du propre fils du ministre des affaires étrangères pose la question de savoir si l’héritier présomptueux a pu y procéder sans la caution des autorités marocaines. Auquel cas, la sanction est inévitable au double titre d’une infraction au fonctionnement démocratique des institutions du pays, au titre d’exemple ensuite, pour sanctionner le mépris d’Amadeus envers les sentiments profonds du peuple marocain et son aventurisme suspect. Dans le cas contraire, l’aval du pouvoir à son initiative rendrait le démenti officiel, sans objet et non avenu.
    En l’absence d’une mise au point -mise au clair- de l’institut Amadeus, l’Affaire Tzipi Livni accrédite cette singulière institution comme le sous traitant diplomatique des sujets épineux du Royaume. En un mot, Amadeus assumerait pour la compte de la diplomatie marocaine ce que la rendition était à la torture, la première entreprise de délocalisation de la politique étrangère du Maroc, et sur le plan de la bataille pour la conquête de l’opinion internationale, une opération de ravalement cosmétique destinée à pérenniser le trône auprès des chancelleries occidentales.

    En plein printemps arabe, une telle affaire, en tout état de cause, est très malvenue tant pour le Trône que pour ses parrains occidentaux d’autant que, si elle était confirmée, elle placerait les officiels marocains dans un embarras d’autant plus grand qu’elle survient dans la foulée d’une affaire autrement plus consternante qui concerne cette fois le roi en personne. Mohammed VI avait en effet décerné une distinction honorifique à un dirigeant du lobby juif américain dans la foulée de l’intervention israélienne de Gaza. Dans un geste controversé, en septembre 2009, le monarque avait remis le titre de Chevalier de l’ordre du trône du royaume du Maroc à Jason F. Isaacson, directeur des affaires internationales du Comité américano-juif (AJC), qui se trouve être un des fervents soutiens à l’équipée militaire israélienne contre l’enclave palestinienne. L’information sur la remise du titre n’avait pas été annoncée officiellement au Maroc, mais révélée par un site communautaire juif aux Etats-Unis. Si, là aussi, l’objectif était la paix, pourquoi la distinction s’est portée sur un belliciste du lobby juif américain et non sur Jeremy Ben Ami, le directeur de « J Street », le contre lobby juif américain favorable à un règlement négocié.

    D’autres indices tendent à confirmer la permanence du primat israélien dans la stratégie marocaine. Le cas le plus flagrant aura été le licenciement par la Sofrecom, filiale du groupe France Télécom au Maroc, d’un ingénieur, Mohamed Benziane, après neuf ans de service pour « faute grave », laquelle, en la circonstance, à consister à refuser de participer à la formation dispensée par un prestataire de services israélien. Le vendredi 11 décembre 2009, la police marocain imposera donc sans ménagement la normalisation par le bâton aux salariés de l’entreprise conformément aux choix diplomatiques d’une monarchie alaouite n’hésitant pas à privilégier les intérêts économiques des entreprises françaises implantées sur son sol au détriment des besoins démocratiques de ses “sujets”, qui, contrairement aux Iraniens, n’ont pas la “chance” de faire l’objet de la compassion occidentale ni d’aucune espèce de vaste mise en scène médiatique. Ce licenciement abusif d’un élément de main-d’œuvre -de surcroît, indigène- qui a eu l’outrecuidance de penser par lui-même et d’obéir à une loi morale qui n’arrange ni les multinationales, ni le gouvernement marocain, a répondu à une double injonction : l’injonction néo libérale, d’une part, et l’injonction autoritaire du Makhzen, d’autre part, qui se renforcent mutuellement dans le prolongement d’une logique coloniale (8).

    A quelle logique obéit ce besoin de tirer constamment contre son propre camp ? Quel besoin pressant à pousser le Maroc à inviter officieusement un personnage si controversé dans la foulée du traumatisme de Gaza ? Sauf à masquer un dessein machiavélique, pourquoi privilégier systématiquement la distinction des plus anti palestiniens et xénophobes des dirigeants israéliens ? La cause de la paix gagne-t-elle devant tant de complaisance ? Comment expliquer cette inversion des valeurs qui fait que de prestigieux militants marocains de confession juive, l’ingénieur Abraham Sarfati et le mathématicien Sion Assidon, auront croupi longtemps dans les geôles royales pour leur soutien à la cause palestinienne, quand, en contrechamps, tenaient table ouverte à Tanger et Marrakech des figures de proue du sionisme exacerbé, le philosophe du botulisme Bernard Henri Levy et le priapique Dominique Strauss Khan, sans que nul au Royaume ne pipe mot sur cette incohérence, en recommandant par exemple à ces zélés sionistes de vivre leur passion dans le pays de leur premier choix et non en terre arabe, dont ils dénigrent tant la cause majeure ?

    Quelle aubaine que la « sacralité » de la personne du Roi consacrée par la constitution qui dispense ainsi le monarque de toute critique de ses sujets, mais le prive, par voie de conséquence, d’un garde fou. L’hospitalité arabe, quoique légendaire, ne relève pas de la niaiserie. Elle obéit à de codes rigoureux qu’aucun monarque, ni président ne saurait enfreindre sans s’exposer, à plus ou moins long terme, à une réplique. Le gauleiter de Gaza, Hosni Moubarak, le vassal par excellence des Israéliens au Moyen Orient, en a payé le prix fort au terme d’un règne de 32 ans bercé par le cantique des laudateurs occidentaux, auparavant son prédécesseur Anouar el Sadate, de même que le Roi Abdallah 1 er de Jordanie, le fondateur de la dynastie hachémite et Gardien des lieux saints de Jérusalem, son neveu Faysal II d’Irak, ainsi que l’iranien, au titre ronflant, Chahin Chah Araymehr, « Sa Majesté Impériale, le Roi des Rois, lumière des aryens », renvoyé dans les ténèbres de l’histoire.

    Que le souverain prenne garde. Le cortège des laudateurs fait entendre, à son tour, son concert de louanges au Maroc, tressant ses couronnes, à coup de poncifs, sur l’ingéniosité royale d’un pays promu nouveau rempart contre l’intégrisme depuis l’éviction du dictateur tunisien Zine el Abidine Ben Ali. Sa réforme constitutionnelle est encensée par une cohorte de plumitifs parasitaires, sans le moindre regard critique comparatif entre l’orignal et la copie, alors que la nouvelle version ne fait qu’amplifier les tares autoritaires du régime. Le oui l’aurait emporté avec plus de 98% pour un taux de participation de près de 73%. Est-ce vraiment raisonnable ce score à la Nicolas Ceausescu, du nom du dictateur roumain passé par le peloton d’exécution à la chute du communisme ? Ne s’agit pas plus tôt d’un triomphe en trompe l’œil, à la Pyrrhus, jusqu’à la chute finale. Devant tant de congratulations empressées, il serait judicieux que sa Majesté veuille bien garder en mémoire cette maxime de Jean de La Fontaine qui veut que « tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute » (9).

    LE MAROC, DESTINATION PRÉFÉRÉE DES POLITICIENS FRANÇAIS
    Une quarantaine de personnalités françaises de premier plan ont opté pour le Maroc pour leurs vacances de fin d’année lors de la révolte arabe de 2010. De l’ancien président Jacques Chirac, à Taroudant, dans le sud du pays, à son successeur Nicolas Sarkozy, qui y a passé des vacances de Noël en 2009 et en 2010, à la résidence royale de Jnane Lekbir, à 3 kms de Marrakech, à son ancienne adversaire socialiste de 2007, Ségolène Royal, qui y a séjourné en 2010, avec son compagnon André Hadjez, au sein d’un “palace de Ouarzazate”, dans le sud du pays, à Jean Louis Borloo, ministre de l’écologie, au couple Balkany, Isabelle et Patrick Balkany, maire de Levallois, à Hervé Morin (et 18 membres de sa famille à l’hôtel Es-Saâdi de Marrakech), à Brice Hortefeux et naturellement Philippe Douste Blazy, ancien ministre des Affaires étrangères qui fit l’objet d’un scandale.
    La « tribu Maroc » s’étend bien au-delà de ces attaches. De Bernard-Henri Lévy à Thierry de Beaucé, à Dominique Strass Khan et Anne Sinclair, à Elizabeth Guigou et Dominique de Villepin, nombre de dirigeants politiques, chefs d’entreprise, intellectuels médiatiques et célébrités du showbiz ont à Marrakech ou ailleurs une résidence secondaire. Le « plus beau pays du monde », comme le veut la publicité de l’Office marocain du tourisme, devient ainsi un lieu de rendez-vous culte pour la classe politique française, où la délocalisation d’un Conseil des ministres serait presque envisageable durant les fêtes de fin d’année. La Mamounia est la carte maîtresse de cette politique de séduction du Makhzen, le pouvoir féodal marocain. Tous y sont reçus avec les attentions particulières que sait déployer le Maroc pour ses hôtes de marque. Les invitations spéciales sont l’atout maître de l’arsenal diplomatique du royaume chérifien pour séduire les politiques français. La pratique est érigée en politique d’Etat.

    Quoique l’on dise, quoique l’on fasse, le collier de la reine à Tzipi Livni constitue une faute politique impardonnable, qui fera tache ; une tache que rien ne saurait gommer de la mémoire des peuples en lutte ce qu’elle sera éternellement ressentie comme une prime à une belliciste impunie qui compte à son actif deux guerres, l’une, en 2006 contre le Liban, l’autre, en 2007-2008 contre Gaza, avec le
    Etat policé, le Maroc est aussi un état policier et son parc hôtelier, comme il se doit de l’être, est sonorisé et scanné, témoin muet des galipettes des uns, des roucoulades des unes, des valses hésitations des uns et des autres, de leurs chapardages et de leurs chuchotements, qui fait dire à un diplomate français que « la France est captive de la diplomatie marocaine », tout comme le monarchie marocaine est tributaire de sa survie de son allégeance israélienne.
    Le Royaume se gangrène de tant de dérives. De tant de licences. Lupanar des pétromonarchies du Golfe, enclave diplomatique israélienne, mercenaires sous traitant de la stratégie américaine en Afrique dans le cadre du « Safari Club » chargé de la protection des dictatures africaines pro occidentales, notamment le Zaïre du général Joseph Désiré Mobutu, sur fond de corruption, de népotisme et d’autoritarisme bureaucratique. A n’y prendre garde, le royaume pourrait en porter les stigmates indélébiles avec à sa tête un commandeur de peu, d’un royaume déserté de ses oiseaux migrateurs de mauvais augure, les vacanciers parasitaires envolés vers d’autres cieux à la recherche de nouvelles pitances.

    Et si le Maroc, par la somptuosité de son accueil, le nombre des bénéficiaires de ses prestations, ses abus et ceux de ses invités, ses dérives et les leurs, le silence complice des observateurs occidentaux, n’était en fin de compte que la plus grande mystification politico-médiatique de l’époque contemporaine, un syndrome tunisien sur une plus grande échelle ? Sur les débris de son trône ne subsistera alors au souverain qu’à méditer la fin pitoyable du dernier roi de Grenade, l’infortuné Bouabdil, raillé par sa mère « de pleurer comme une femme ce qu’il n’a su défendre comme un homme ».

    Le référendum du 1er juillet 2011 sur la Constitution marocaine a permis au roi Mohammed VI de donner au moins, dans le contexte des révoltes arabes, l’illusion d’une démocratisation.
    Etude comparative du texte original de la Constitution marocaine et du nouveau texte adopté par la réforme. Une réforme en trompe l’œil en ce que les pouvoirs du Roi sont encore plus étendus.

    1-Le collier de la Reine : L’affaire du collier de la reine est une escroquerie qui eut pour victime, en 1785, le cardinal de Rohan, évêque de Strasbourg, et qui éclaboussa la réputation de la reine Marie Antoinette.

    2- Harissa.com http://www.harissa.com/news/article/le-maroc-d%C3%A9ment-avoir-offert-un-collier-en-diamants-%C3%A0-tzipi-livni

    3- Sur la problématique du judaïsme marocain cf. à ce propos, l’analyse de Abraham Sarfati https://www.renenaba.com/jordanie-et-maroc-additif
    – Sur le partenariat stratégique entre Israël et le Maroc, Cf. à ce propos La Jordanie et le Maroc, deux voltigeurs de pointe de la diplomatie occidentale
    –1re partie : Hassan et Hussein, le modernisme au service de l’archaïsme https://www.renenaba.com/hassan-et-hussein-le-modernisme-au-service-de-l%E2%80%99archaisme
    2eme partie La Cia de l’un, le Mossad de l’autre https://www.renenaba.com/la-jordanie-et-le-maroc-deux-voltigeurs-de-pointe-de-la-diplomatie-occiden

    4-Abdel Monein Diouri, dans son livre « A qui appartient le Maroc » (Editions l‘Harmattan), chapitre IV « Une diplomatie captive », page 103, soutient que « durant la guerre de juin 1967, des navires israéliens ont fait de discrètes escales techniques dans les ports marocains. Les bases américaines au Maroc ont servi de ponts aériens entre les Etats-Unis et Israël. Les bateaux marocains de pêche en haute mer (propriété du Roi) étaient équipés pour servir au Mossad de système d’écoute des communications téléphoniques, via le détroit de Gibraltar, point de passage des communications internationales entre l4Europe et l4Afrique. Les renseignements recueillis par ce système servaient aussi bien Israël que le Maroc ». De son côté, Agnès Bensimon, auteur eu célèbre « Hassan II et les Juifs », affirme que c’est parce que les services secrets israéliens ont fourni des renseignements très précis quant à un complot visant à tuer le prince héritier en février 1960 que les relations entre le Maroc et Israël ont débuté. L’historien Yigal Bin-Nun dément une telle version des faits. Pour lui, c’est en 1963 que la coopération officielle entre les deux pays a commencé. Quel intérêt pour Hassan II ? Les Israéliens avaient contacté Emile Benhamou, un ami d’enfance de Mohamed Oufkir, afin qu’il les fasse entrer en contact avec le chef des services de sécurité marocains. Après plusieurs tentatives, la rencontre est finalement arrangée en février 1963 chez Benhamou lui-même, rue Victor Hugo à Paris, entre l’agent Yaakov Karoz et Oufkir. Les Marocains craignaient qu’un membre de l’opposition ne se fasse passer pour un représentant du Palais pour acheter des armes. Le Mossad confirmera plus tard qu’il s’agissait d’une fausse alerte. Les relations entre le Maroc et Israël deviennent dès lors officielles. Hassan II craignait que son trône ne soit menacé par le panarabisme. Il faisait mine de sympathiser avec la vague nassérienne qui submergeait le monde arabe ; en réalité, il le faisait pour ne pas se laisser distancer par l’opposition. Selon Yigal Bin-Nun, le Roi a peut-être voulu se rapprocher d’Israël parce qu’il était attiré par ce qu’on appelait alors le « miracle israélien ». Beaucoup étaient fascinés par la capacité qu’avait eue ce jeune Etat à « fleurir le désert », selon l’expression consacrée. L’inexistence des relations israélo-arabes était propice à un rapprochement entre le Palais et les dirigeants israéliens, d’autant plus que Ben Gourion avait décidé d’opter pour la politique dite des Etats périphériques : il fallait développer une ceinture d’Etats lointains mais conciliants. L’intrusion du Mossad au Maroc s’est faite par des voyages clandestins de nombreux agents du Mossad et de leur chef Isser Harel, entre 1958 et 1960. Le premier eut lieu le 1er septembre 1958. Si les autorités marocaines eurent vent de sa visite, elles n’en laissèrent rien paraître, préparant ainsi le terrain à “l’accord de compromis” conclu entre le Palais et Israël favorisant l’exode des Juifs marocains. Plus tard, les officiers Oufkir, Dlimi et bien d’autres se rendirent clandestinement en Israël et des politiques et militaires israéliens firent durant de longues années le chemin inverse. Les archives nationales d’Israël regorgent de documents historiques qui retracent ces liens. Les Marocains auraient souvent demandé aux Israéliens de les renseigner sur les Etats arabes favorables à un renversement de la monarchie alaouite. Israël aurait aussi soutenu le Maroc dans sa “Guerre des Sables” avec l’Algérie en livrant des blindés. Des officiers de l’armée et du Mossad ont formé et encadré la jeune armée royale et les services de sécurité dont le célèbre Cab-1, l’embryon de la DST. En retour, et malgré l’envoi de troupes au Golan jugé “anecdotique”, le Maroc n’a eu de cesse de normaliser l’existence de l’Etat hébreu auprès du monde arabe ou ouvrir à Rabat et à Tel-Aviv des antennes diplomatiques. Israël aurait continué à aider “technologiquement” le Maroc au Sahara, notamment dans la sécurisation du Sud par la construction du Mur de défense, ceinture modernisée de la fameuse ligne Barleev expérimentée dans le Sinaï.
    http://www.mamfakinch.com/au-maroc-en-2011-mieux-vaut-militer-pour-israel-que-pour-la-democratie-o

    5- Selon une dépêche AFP 19 août 2005 : La juive israélienne Hedva Selaa, 53 ans, ancienne, soldate de l´armée israélienne, aujourd’hui réceptionniste dans un hôtel à Eilat, dit être la fille naturelle du “commandeur des croyants” Hassan II et sœur du “nouveau commandeur des croyants” marocains ! C’est le “scoop” présenté- le 19 août 2005 – à la Une d’un supplément du quotidien israélien à grand tirage Yediot Aharonot. Sous le titre “le roi et moi”, Hedva (Selaa est le nom de son mari) pose avec une photo du roi défunt – un cliché censé souligner leur ressemblance. Intitulé “une princesse marocaine”, l’article raconte la romance qu’aurait eue Anita Benzaquen, la mère de Hedva, en 1952, avec le prince héritier Moulay Hassan, alors âgé de 23 ans. Deux enfants seraient nés des amours illégitimes du prince Hassan (future Hassan II) et de sa maîtresse juive Anita, nièce de Léon Benzoïque, figure de la communauté juive marocaine et futur ministre des PTT du premier gouvernement marocain sous Mohamed V. Si Jacky, l’aîné, refuse toujours de parler à la presse, Hedva, la cadette, a décidé de “tout révéler” 8 ans après le décès de sa mère Anita, en 1997. Une mère que Hedva n’hésite pas à qualifier de femme frivole et multipliant les aventures. “Un test ADN n’est pas envisageable, admet Hedva, et mon frère Jacky a brulé toutes les archives de notre mère après sa mort”.
    Son récit s’appuie sur des recoupements familiaux. La réceptionniste ne demande rien, et notamment pas d’argent. Son unique souhait, dit-elle, est de “rencontrer mon demi-frère, le roi Mohammed VI”. Pour tenter de donner suite à cette demande, Yediot Aharonot a, contacté Badreddine Radi, un fonctionnaire du ministère de la Communication à Rabat. Après “24 heures de réflexion”, dit le quotidien israélien, le marocain a décliné l‘offre.

    6- Quand le Maroc offre de « généreux cadeaux » aux criminels de guerre israéliens. Selon le quotidien israélien Maariv, du mercredi 13 juillet 2011, le parlement israélien a pris la décision de dévoiler une liste de cadeaux offerts aux officiels et parlementaires israéliens par des personnalités étrangères. Maariv révèle ainsi que « Lalla Salma » a offert un « collier en or » à Tzipi Livni lors de sa visite au Maroc en 2009. Madame Tzipi Livni, a séjourné au Maroc à l’invitation de l’Institut Amadeus pour le Forum MEDays organisé à Tanger, du 19 au 21 novembre 2009, le think tank de Brahim Fassi Fihri, fils du ministre marocain des Affaires étrangères Taib Fassi Fihri. La famille royale marocaine compte parmi les plus « généreux donateurs » de cadeaux aux responsables de l’Etat hébreu. En 1981, pour remercier Shimon Peres de sa venue au Maroc pour rassurer le régime des soutiens juifs américains. Le Commandeur des croyants lui avait offert une cargaison complète de vin de bon cru de ses vignes personnelles, chargée à bord de l’avion qui le transportait en Israël ! URL courte : http://www.demainonline.com/?p=6338 the Hebrew-language daily Maariv reported Thursday http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/145701
    Tzipi Livni, dont la famille originaire de Pologne, est la fille du chef des opérations de l’Irgoun. A ce titre, en 1946 et sur ordre de Menahem Begin, il avait organisé le célèbre attentat à la bombe contre l’hôtel King David, où se trouvait le QG britannique, et qui a coûté la vie à 91 Anglais, Arabes et Juifs. Plus tard et toujours aux côtés de Begin, Livni père a été l’un des architectes de la naissance du Likoud et de la victoire du parti qui a porté Begin au pouvoir en 1977. Au décès de son père, Tzipi Livini a cherché à succéder à son paternel à la Knesset sur le ticket du Likoud, optant pour un slogan bien particulier : « Mon nom est une institution » Un slogan lourd de sens car, en hébreu, le mot « institution » signifie Mossad, le nom des services secrets israéliens, en référence à son passage au Mossad, où elle fut un agent clé en Europe pour quatre ans, dans les années 80. Et notamment en France -elle est francophone- où elle a dirigé une « safe house » (maison sécurisée servant de base arrière ou de lieu de repli) pour ses collègues du Mossad au moment où le service entamait une campagne d’assassinats en Europe. Elle était notamment en poste en France en 1980, lorsqu’un scientifique égyptien spécialisé dans le nucléaire et travaillant pour Saddam Hussein a été assassiné dans la chambre de son hôtel parisien par le Mossad. Le gouvernement israélien a refusé de confirmer officiellement que le service était derrière cet assassinat mais le Premier ministre de l’époque, Menachem Begin, a glissé un jour à un journaliste américain qu’il espérait que la France qui aidait l’Irak avait« appris la leçon ». Tzipi Livni était toujours en poste en Europe lorsque un dirigeant de l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine), Mamoun Meraish, a été tué par des balles tirées par un agent du Mossad à Athènes, en Grèce, en 1983. Un assassinat où, pour le Times de Londres en date du 1er juin 2008, Tzipi Livni était impliquée. A la suite du meurtre de Mamoun Meraish, Livni est rentrée en Israël pour reprendre ses études de droit. En cause selon le Times, de trop fortes « pressions » dans son boulot d’agent secret. Etait-elle elle-même l’un des tueurs dans cet assassinat et dans d’autres, comme le prétend la presse britannique ? Lorsqu’elle se lance dans la politique au sein du Likoud, elle devient vite une disciple d’Ariel Sharon, l’homme qu’une commission officielle israélienne a désigné comme étant « personnellement responsable » du massacre dans les camps de réfugiés de Sabra et Chatila, au Liban, en 1982. Par la suite, elle sera sous le patronage de Sharon ministre de la Coopération régionale, ministre de l’Agriculture, ministre de l’Absorption des immigrés et ministre de la Justice. Elle suivra Sharon lorsqu’il claque la porte du Likoud en 2005 pour fonder Kadima. Quand Ehud Olmert succède à Ariel Sharon comme Premier ministre, Tzipi sera nomme vice premier ministre et ministre des Affaires Etrangères..

    7- L’Institut Amadeus : Créé en 2008, basé à Rabat, Amadeus est un « think tank » marocain, indépendant, qui se présente comme un centre d’expertise, de réflexion, de conseil, de proposition et de consultation, une plateforme d’échanges, de rencontres et de coopération Nord-Sud et Sud-Sud. Amadeus bénéficie du partenariat d’une vingtaine d’entreprises notamment Alsthom, la chaine hôtelière Movenpick, l’Hebdomadaire Jeune Afrique, Maroc Telecom Et Medi1 SAT. Animé par une équipe de quinze personnes composées de managers, de chercheurs et d’experts avec des pôles de compétence et des horizons culturels diversifiés, il se propose de consolider l’image de marque du Maroc et de la région du Maghreb, au niveau international, en menant des actions de lobbying.
    L’équipe dirigeante est composée des trois personnalités suivantes :

    –Brahim Fassi-Fihri : Diplômé en sciences politiques de l’Université de Montréal, le président de l’Institut Amadeus a effectué de nombreux travaux de recherche dans le domaine des relations internationales. Brahim fonde l’association Amadeus en 2005. En 2007, il approfondit sa connaissance des enjeux euro-méditerranéens en intégrant la Direction Générale des Relations Extérieures de la Commission Européenne. Il est nommé durant cette période responsable du comité d’organisation de la 11eme conférence ministérielle Euromed de la Transition économique. En tant que Président de l’Institut Amadeus, Brahim coordonne l’ensemble des activités de l’Institut et apporte son expertise des enjeux politiques et géostratégiques contemporains. Il est l’initiateur et le créateur des MEDays, un forum international organisé chaque année à Tanger. Brahim a développé un réseau international de personnalités de la sphère politique et économique et des medias, faisant des MEDays le rendez-vous annuel des pays den la région sud.

    –Mekki Lahlou : Diplômé en sciences politiques de l’Université de McGill à Montréal, titulaire d’un Master en relations internationales et droit international à Sciences Po Paris et doctorant en droit aérien Mekki est un spécialiste des relations internationales. Il a travaillé dans la fonction publique internationale et s’est par la suite spécialisé dans les problématiques de la libéralisation et de la déréglementation du transport aérien international, notamment lors de son séjour à l’Association du Transport Aérien International à Genève. A l’Institut Amadeus, Mekki s’occupe plus particulièrement des relations extérieures, et notamment des partenariats et du financement des activités de l’Institut.

    –Younès Slaoui : Vice-président et co-fondateur de l’Institut Amadeus Issu de l’Ecole Nationale d’Administration française (ENA), promotion Jean-Jacques Rousseau, et diplômé de l’EM Lyon, Younes est spécialisé en administration publique, en stratégie et en finance d’entreprise. Ses expériences à Calyon et DTZ lui ont permis de participer à des opérations de financement d’entreprises et de conseil financier. Au cours de son expérience au sein de la Direction Générale française de l’Énergie et du Climat, il a intégré l’équipe du Plan Solaire Méditerranéen de l’Union pour la méditerranée (UPM) et a été chargé d’un rapport sur le financement du nucléaire. Younes a également collaboré à la réflexion stratégique et à l’étude du développement international du groupe EM Lyon en tant que chargé de mission auprès du directeur général de cette institution. Au niveau associatif, Younes a occupé en 2006 la fonction de Président de l’AMGE Lyon et Vice-président régional de l’AMGE (Association des Marocains des Grandes Ecoles). Younes apporte ses connaissances des enjeux et problématiques de développement économique et social, et est un acteur de premier rang dans l’élaboration.

    8 – Sentence philosophique du blog « Princesse de Clèves islamo-gauchiste ».

    9 – Alexandre Adler, Rachida Dati, le Maroc et les chantres de la démocratie « contrôlée » blog du monde diplo lundi 4 juillet 2011, par Alain Gresh http://blog.mondediplo.net/2011-07-04-Alexandre-Adler-Rachida-Dati-le-Maroc-et-les                                                                                                                                                       https://www.renenaba.com/le-collier-de-la-reine


  • Israel’s defense chief resigns, slams Netanyahu for ’surrendering to Hamas terror’
    Haaretz.com - Chaim Levinson Nov 14, 2018 12:47 PM
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-israel-s-political-arena-holds-breath-as-defense-chief-calls-surpr

    Defense Minister Avigdor Lieberman announced his resignation on Wednesday and called for elections to be held as soon as possible, saying he hopes a date will be set by Sunday. Lieberman said of all the members of his party, Yisrael Beiteinu, will quit the coalition.

    However, a senior source in Likud, Prime Minister Benjamin Netanyahu’s party, said that elections are not neccessarily the next step and added that Netanyahu will initially take on Lieberman’s portfolio. Lieberman, who heads Yisrael Beiteinu, will retake his Knesset seat following his resignation, as provided for by law.

    “I didn’t look for reasons to quit,” Lieberman said. “I tried to remain a loyal government member, in the cabinet, keep differences internal even at an electoral cost.” The two turning points, he said, were the millions of dollars in cash delivered from Qatar to Gaza, and the cease-fire Israel reached with Hamas on Tuesday.

    “There is no other definition, no other significance, but a capitulation to terror,” he said, adding: “What we are doing now as a country is buying short-term quiet at the cost of our long-term security.”

    “It is no secret there were differences between the prime minister and I,” he said. “I did not agree to allow entry of Qatari money [into Gaza], and I had to allow it only after the prime minister announced it.” Lieberman said similar differences revolved around the evacuation of the West Bank Bedouin village of Khan al-Ahmar.

    Yisrael Beiteinu’s departure means Netanyahu still holds a Knesset majority of 61 seats to maintain the coalition. Another key coalition partner in Netanyahu’s government, Habayit Hayehudi (headed by Education Minister Naftali Bennett) said that unless the defense portfolio goes to Bennett, the party will also quit the coalition.

    Hamas, which controls the Gaza Strip, said Lieberman’s resignation is a recognition of Israel’s defeat in this week’s military confrontation with the Islamic group.

    Following the cabinet meeting on Tuesday, Lieberman and Education Minister Naftali Bennett published statements against the truce reached with Hamas. Sources said that as soon as the latest round of fighting erupted, Lieberman demanded a “harsh, decisive” move against Hamas. Sources near Bennett say that his opposition to the cease-fire was clear as could be.

    Other sources, however, say that ultimately, the ministers unanimously supported the defense establishment’s position that action should be taken to restore the calm.

    According to associates of Lieberman, the Prime Minister’s Office’s claim on Tuesday that he had supported the cease-fire agreement that was reached to end hostilities in Gaza infuriated him.

    Senior Hamas official Husan Badran said Tuesday, the third day of hostilities, that “if Netanyahu is interested in ending this round, he must fire [Defense Minister] Lieberman, who in his foolish conduct caused the escalation.”

    In recent weeks, Lieberman and Bennett have publicly argued between them about Gaza and Israel’s actions there. Last month, Bennett charged Lieberman of a weak, left-wing defense policy, while Lieberman retorted that in cabinet meetings, Bennett says the opposite of what he says in public.

    Lieberman and the cabinet were divided about the sale of gasoline and natural gas to Gaza, and in defense forums, it was decided that the defense minister may not make decisions on the subject without the cabinet’s agreement. The ministers were surprised last month by Lieberman’s decision to cut off the fuel supply to Gaza, a decision he made on his own, in contradiction to the position of the defense establishment. Netanyahu and the cabinet members heard of the decision for the first time through the media.


  • Ilan Gilon refuse les excuses d’Oren Hazan qui l’a traité de « moitié d’humain »
    The Times of Israël - Par Times of Israel Staff 8 novembre 2018,
    https://fr.timesofisrael.com/ilan-gilon-refuse-les-excuses-doren-hazan-qui-la-traite-de-moitie-

    Le député du Meretz Ilan Gilon, qui est handicapé, a refusé les excuses de son confrère du Likud Oren Hazan, après que ce dernier l’a traité de « moitié d’humain » durant un débat à la Knesset lundi, a rapporté mercredi la Dixième chaîne.

    Le reportage télévisé montre Hazan qui s’approche de Gilon à l’assemblée générale, et qui lui tend la main en présentant des excuses.

    Gilon a alors refusé de lui serrer la main.

    • Un élu du Likud qualifie un député handicapé de « moitié d’humain » qui riposte
      Oren Hazan a ensuite affirmé que l’insulte ne visait pas le handicap d’Ilan Gilon et s’est excusé si ses propos ont pu être interprétés de cette manière
      Par Times of Israel Staff 6 novembre 2018, 13:35
      https://fr.timesofisrael.com/un-elu-du-likud-qualifie-un-depute-handicape-de-moitie-dhumain-qui

      (...) Hazan a affirmé plus tard qu’il n’avait pas voulu se référer au handicap de Gilon.

      Ces propos ont été tenus au cours d’un débat animé à la Knesset sur une législation qui conditionnerait le financement gouvernemental des arts à une supposée « loyauté ».

      Gilon avait critiqué la ministre de la Culture Miri Regev, également issue du parti du Likud, depuis la tribune où Hazan est venu ensuite prendre sa défense.

      Gilon et Hazan ont échangé quelques mots avant que le parlementaire du Likud ne dise que « si vous n’étiez pas une moitié d’humain, alors je vous répondrais probablement ».

      Gilon a riposté en disant que Hazan était le « Golem de Prague ».

      Gilon s’est ensuite exprimé devant les caméras de la Dixième chaîne, répondant aux propos tenus la veille par Oren Hazan qui l’avait qualifié de « moitié d’humain ».(...)


  • Nouvelles révélations sur les massacres de Sabra et Chatila
    26 octobre 2018
    https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/nouvelles-revelations-sur-les-massacres-de-sabra-et-chatila,2688

    Dans un livre sur la diplomatie américaine au Proche-Orient, le chercheur Seth Anziska revient sur les massacres de Sabra et Chatila (1982). Il apporte des éléments nouveaux sur l’implication du gouvernement israélien. Analyse de l’ouvrage et entretien avec l’auteur par Sylvain Cypel.
    (...)
    Orient XXI. — Sur la période que vous étudiez, il ressort de votre livre qu’empêcher la création d’un État palestinien a été l’objectif prioritaire constant des gouvernements israéliens, quels qu’ils soient.

    Seth Anzizka.— Absolument. Jusqu’aux années 1970, l’idée de souveraineté ou d’autodétermination palestinienne est totalement absente de la réflexion politique israélienne. Cela change lorsque le président américain Jimmy Carter parle d’une « patrie » (homeland) pour les Palestiniens. L’accord de Camp David entre l’Égypte et Israël en 1977 évoque une future « autonomie », pas un État. Mais à partir de là, les Israéliens font tout pour contrer la possibilité d’une autodétermination palestinienne. Même Yitzhak Rabin, contrairement à l’image bâtie après sa mort, était farouchement opposé à la création d’un État palestinien, y compris après Oslo. Son dernier discours à la Knesset est très clair : il ne veut pas d’un véritable État palestinien. Shimon Pérès y était encore plus hostile. Dans leur esprit, il ne pouvait s’agir que d’une vague autonomie sous contrôle israélien. Il en va de même aujourd’hui avec Benyamin Nétanyahou.


  • Israël adopte un projet de loi controversé contre les oeuvres « déloyales »
    Publié le 21 octobre 2018
    http://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/201810/21/01-5201110-israel-adopte-un-projet-de-loi-controverse-contre-les-oeuvres-de

    Le gouvernement israélien a adopté dimanche un projet de loi controversé, qui doit permettre de couper les subventions publiques aux films et pièces de théâtre accusés de ne pas faire preuve de « loyauté » envers l’État, selon la ministre de la Culture.

    Ce projet de loi, dénoncé par les milieux artistiques, a été présenté par la ministre israélienne de la Culture et des Sports, Miri Regev.

    Le texte, qui doit être présenté et voté en trois lectures par le Parlement avant d’entrer en vigueur, accorde aux ministères des Finances et de la Culture le pouvoir de supprimer les subventions à toute institution présentant des oeuvres artistiques niant le droit à l’existence de l’État d’Israël, s’attaquant au drapeau national, présentant le jour de l’indépendance du pays comme un jour de deuil ou incitant au racisme et au terrorisme.

    « Je suis très contente que cette loi ait été adoptée par la commission ministérielle des lois. Elle sera ensuite présentée à la Knesset pour être adoptée, si Dieu le veut, le mois prochain. Oui à la liberté de la culture, non aux provocations ! » a proclamé la ministre sur Facebook. (...)


  • Discours de Hagai El-Ad au Conseil de sécurité des Nations Unies, le 18 octobre 2018
    AURDIP | 20 octobre | B’Tselem |Hagai El-Ad
    https://www.aurdip.org/discours-de-hagai-el-ad-au-conseil.html

    Hagai El-Ad, Directeur exécutif de B’Tselem, a pris la parole devant le Conseil de sécurité des Nations Unies ce soir, à la session trimestrielle prévue par la résolution 2334.

    Merci, Monsieur le Président,

    Merci, membres du Conseil de Sécurité,

    Il est très difficile, voire impossible, de décrire l’indignité, l’outrage et la souffrance d’un peuple privé de droits pendant plus de cinquante ans. Ici, dans ces locaux, il est difficile de donner corps aux vies que les Palestiniennes endurent sous occupation. Mais bien plus grande que cette difficulté, est celle de faire face à une existence intolérable au quotidien, d’essayer de vivre, de fonder une famille, de développer une communauté dans ces conditions.

    Cela fait bientôt deux ans que j’ai eu l’honneur d’être convié à témoigner devant ce Conseil. Deux ans de plus d’occupation, deux ans durant lesquels la routine des 49 années d’occupation s’est prolongée. Depuis ma dernière présentation ici, 317 Palestiniens ont été tués par les forces de sécurité israéliennes, et treize Israéliens ont été tués par des Palestiniens. Israël a démoli 294 maisons palestiniennes, et a continué d’effectuer des arrestations quotidiennes, notamment de mineurs. Des colons israéliens ont vandalisé et déraciné des milliers d’oliviers et de vignes. Les forces de sécurité israéliennes ont continué, sur une base régulière, d’entrer dans des maisons palestiniennes, parfois au milieu de la nuit pour réveiller des enfants, noter leurs noms et les prendre en photo. Les Palestiniens ont perdu d’innombrables heures à attendre aux check-points, sans explications. Et ainsi se poursuit la routine de l’occupation. (...)

    • The Real Hero Is the B’Tselem Chief
      Gideon Levy Oct 20, 2018 9:22 PM
      https://www.haaretz.com/opinion/.premium-the-real-hero-is-the-b-tselem-chief-1.6574668

      On the day the world realizes that the UN ambassador is Israel and Hagai El-Ad represents a muzzled minority, maybe its forgiving attitude toward Israel will change

      Who contributes more to Israel’s status in the world, UN Ambassador Danny Danon or B’Tselem director Hagai El-Ad? Who generates more respect, the diplomat or the human rights activist? Which of the two disgraced Israel with his words and who retained some of its humane image? Who told the truth and who lied? Whom does the world believe – excluding Nikki Haley, the only true collaborator in the hall – and whom can the no world no longer believe?

      They sat opposite each other at the Security Council – two Israelis of the same age, born here, army veterans, with totally different worldviews and conflicting moral standards. Their values are contradictory and their information on what’s happening under the occupation is divergent. One relies on the lies of Israel’s propaganda machine while the other’s views are based on the investigative efforts of an organization whose work couldn’t be more reliable and professional.

      El-Ad reminded the world of something the world still clings to, the belief that there is still a difference between Israel and Saudi Arabia. Danon tried to erase the difference with his pitiful response: “IDF soldiers protect you and you come here and slander them. You should be ashamed, collaborator.”

      Danon is a faithful representative of the majority in Israel. His appearances are important – he reminds the world that the illusion of the “only democracy in the Middle East” must be dispelled. On the day the world realizes that Danon is Israel and El-Ad represents not just a negligible minority but one muzzled by an aggressive majority, maybe its forgiving attitude toward Israel will change.

      The reactions in Israel only intensified the damage wrought by Danon. Not only the right pounced on El-Ad with viciousness – the center-left took part in the fascist revelry as well. There was Yair Lapid, as could only be expected. There were Zionist Union Knesset members such as Ayelet Nahmias-Verbin (“these are one-sided texts deserving every condemnation”) and Eitan Cabel (“hateful words and an abomination”). Their words attested to the urgency of dispensing with this party and its rotting ideas. None of their colleagues came to El-Ad’s defense – how shameful. There is no alternative to the rule of the right.

      El-Ad showed the truth – naked, ugly and disturbing. Anyone calling him a snitch actually admits to this truth and is ashamed of it. It’s not only El-Ad’s right to behave this way, it’s his obligation. The occupation is not and cannot be an internal Israeli matter. The abuse of people without rights under a military tyranny in occupied territory is an international crime.

      Anyone seeing these crimes must report them to the authorities. If you see a man striking a woman or abusing a child or some other helpless creature, you have an obligation to report it to the police. If you see a tyrannical government abusing another nation for decades, killing, destroying, causing hunger, imprisoning people and blocking medical aid, you are obliged to report this to the United Nations, to The Hague and to other international institutions.

      El-Ad fulfilled his civic and moral duty. The chorus of his detractors knows this, which is why it’s so vicious and strident. If Danon really believed his own hollow speeches at the United Nations, he wouldn’t be alarmed at one Israeli speaking out differently. But Danon and Cabel, Benjamin Netanyahu and Miri Regev know that not one word in the restrained and to-the-point speech by El-Ad wasn’t truthful. This is why their reaction was so aggressive.

      El-Ad was modest, as is his wont. He said he was no traitor or hero; the Palestinians are the true heroes. He’s right, of course. Every demonstrator along the Gaza border is far more courageous than any Israel sniper shooting him from a distance. Every shepherd at the Bedouin village of Khan al-Ahmar exudes more justice than the entire chorus of those attacking B’Tselem.

      But El-Ad too is a hero; he’s the ambassador of Israel as it should be, a public relations officer of an alternative Israel, a beautiful and just one. Now we have to be concerned about his safety. He has been marked as a target and must wear a bulletproof vest. If he comes to harm we’ll remember those who are to blame: Not just people on the right, but also the sanctimonious hypocrites on the center-left – Lapid, Cabel and Nahmias-Verbin, the spokespeople of Israel’s shameful and imaginary opposition.

    • réaction à son intervention d’il y a deux ans :

      Le chef de B’Tselem est “un vrai patriote”, selon des sources de l’unité d’élite où il a servi
      Hagai El-Ad est décrit comme un excellent soldat qui a grandement contribué à la sécurité d’Israël par ceux qui ont servi avec lui dans l’unité 504, élite du renseignement
      Par Alexander Fulbright 31 octobre 2016,
      https://fr.timesofisrael.com/le-chef-de-btselem-est-un-vrai-patriote-selon-des-sources-de-lunit

      Hagai El-Ad, le directeur de B’Tselem, est un « vrai patriote », qui a apporté une contribution inestimable à la sécurité d’Israël quand il servait dans l’une des unités d’élites les plus secrètes de l’armée israélienne, ont déclaré dimanche des sources internes à l’unité, dans un contexte de tempête médiatique et politique après son discours devant le Conseil de sécurité des Nations unies ce mois-ci.

      Il avait à ce moment demandé une intervention mondiale contre les implantations israéliennes en Cisjordanie.

      Pendant la session du 14 octobre, El-Ad avait dénoncé la “violence invisible et bureaucratique” qui domine la vie des Palestiniens “du berceau à la tombe”, faisant notamment allusion aux contrôles exercés lors de l’entrée et de la sortie des Territoires et les droits liés à l’agriculture.

      Hagai El-Ad, le directeur de B’Tselem, est un « vrai patriote », qui a apporté une contribution inestimable à la sécurité d’Israël quand il servait dans l’une des unités d’élites les plus secrètes de l’armée israélienne, ont déclaré dimanche des sources internes à l’unité, dans un contexte de tempête médiatique et politique après son discours devant le Conseil de sécurité des Nations unies ce mois-ci.

      Il avait à ce moment demandé une intervention mondiale contre les implantations israéliennes en Cisjordanie.

      Pendant la session du 14 octobre, El-Ad avait dénoncé la “violence invisible et bureaucratique” qui domine la vie des Palestiniens “du berceau à la tombe”, faisant notamment allusion aux contrôles exercés lors de l’entrée et de la sortie des Territoires et les droits liés à l’agriculture.
      El-Ad a servi au sein de l’unité entre 1987 et 1991, aux côtés de l’actuel coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), Yoav Mordechai, qui est responsable de la mise en place des politiques du gouvernement israélien en Cisjordanie, selon la chaîne.

      Pendant ces années, a annoncé la Dixième chaîne, l’unité travaillait principalement dans le sud du Liban pour mettre en place des réseaux d’informateurs.

      Pendant son discours, El-Ad avait déclaré qu’Israël a utilisé le processus de paix « pour acheter du temps » afin d’établir des faits sur le terrain pour les implantations.

      Le pays ne peut pas occuper un peuple pendant 50 ans et se dire démocratique, a-t-il déclaré, ajoutant que les droits des Palestiniens devaient être réalisés, et que l’occupation devait cesser.

      https://www.youtube.com/watch?v=NE5x4IqxTq0


  • Israeli lawmaker’s attack on celebrity Jewish-Arab marriage echoes Nazi ideology

    MK Oren Hazan accused TV anchor Lucy Aharish of seducing Fauda actor Tzahi Halevi in order to hurt Israel – and Netanyahu said nothing

    Yossi Verter SendSend me email alerts
    Oct 11, 2018

    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-mk-s-attack-on-celebrity-jewish-arab-marriage-echoes-nazi-ideology

    Knesset Member Oren Hazan (Likud), he of the infamous selfie celebrating the passing of the nation-state law, has identified a terrorist cell. This cell has a single member – TV anchorwoman Lucy Aharish.
    This week the Arab journalist carried out a terrorist act intended to lower the Jewish birthrate when she married actor Tzahi Halevi. “She seduced a Jewish soul with the aim of harming our country and preventing more Jewish offspring from perpetuating the Jewish line,” the racist, ignorant and repulsive MK tweeted.
    Substitute the word “German” for “Jewish” here and you’ve got the Nazi racial doctrine. Talk of racial purity, prevention of “assimilation,” seduction of the male and hostile exploitation of his fine, pure seed for nationalist purposes. In the name of such an ideology, six million Jews were murdered in Europe.

    Next week, the Knesset opens its winter session. The Likud MK will address the parliament from the podium. He will vote in committees. No boycott will be imposed on his party faction. He will not be penalized. He will exchange high-fives and pats on the back with the gang who appeared in the selfie. They deserve each other.

    Tzachi Halevy and Lucy Aharish.Vered Adir, David Bachar
    But something can still be done. A few months from now, when an early election is announced, Likud will hold a primary for its slate for the 21st Knesset. Like the rest of the bunch who were elected on the basis of their districts in the last primary, this time Hazan will have to run on the national list. There the hurdle is much higher. The last time around, when he ran in the Samaria district, he needed just 2,000 or 3,000 votes. This time he’ll need 20,000 to gain a top-20 slot (the district winners will be ranked after them). Whoever marks Hazan’s name on the ballot despite this repugnant tweet and everything else we now know about the guy will directly harm Likud.
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    In any event, given the party’s primary system, at least a third of the current MKs will likely be gone in the next Knesset. The math is simple: Twenty-nine will run for re-election (all but Benny Begin). Plus, four candidates not currently in the Knesset are likely to be elected to the list: Gideon Sa’ar, Danny Danon, Yoav Galant and Nir Barkat. That makes 33. The national list that comprises the top 20 will include no more than 18-19 of these people. In other words, we’ll have to bid farewell, happily or otherwise, to some 15 MKs.
    On Thursday we waited in vain for the Likud chairman (and Hazan’s selfie buddy) to denounce the disgusting tweet. Netanyahu chooses his condemnations carefully. What starts with “droves of Arabs are streaming to the polls” culminates in the seduction by Arab women of Jewish men so as to suppress the Jewish birthrate.
    We also waited in vain for any fatherly scolding from the prime minister of his elder son Yair for his hateful, invective-filled Facebook post aimed at Television News Company analyst Amnon Abramovich. No point expecting any such thing from Netanyahu. They are all his sons.


  • Couso protesta por dar espacio en el Parlamento Europeo al criminal de guerra israelí Avi Dichter
    Izquierda Unida | Ajoutée le 8 oct. 2018
    https://www.youtube.com/watch?v=AygbhahLXNM&feature=youtu.be

    Intervención en la comisión AFET (Asuntos Exteriores) del Parlamento Europeo de Javier Couso, eurodiputado de Izquierda Unida, durante el intercambio de puntos de vista con Avi Dichter, presidente del Comité de Asuntos Exteriores y Defensa de la Knesset

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““
    Exchange of views with Mr Avi Dichter from the Knesset
    AnaGomesMEP
    Ajoutée le 8 oct. 2018 | 8 October 2018 -
    https://www.youtube.com/watch?v=hWgMQV9CGO4

    Intervention of MEP Ana Gomes at the exchange of views with Avi Dichter, Chair of the Foreign Affairs and Defence Committee of the Knesset (Israel’s unicameral parliament), at the Committee on Foreign Affairs (AFET)

    • Le député Avi Dichter insulté au Parlement européen
      By Haï - Oct 9, 2018
      https://www.jforum.fr/le-depute-avi-dichter-insulte-au-parlement-europeen.html

      Le député Avi Dichter (Likoud), président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense, était l’invité du Parlement européen à Bruxelles dans le cadre de la rencontre annuelle de cette commission avec son homologue du Parlement européen.

      Avant même qu’il n’ait pris la parole, il a été pris à partie et insulté par des parlementaires issus des partis de gauche.

      La député européenne Ana Gomes (Socialiste – Portugal) s’est adressée au président de séance sans même regarder l’invité venu d’Israël : “Monsieur le président, vous avez dit tout à l’heure que vous êtiez honoré par la visite de M- Dichter. Moi non. Je suis même dégoûtée. Avi Dichter, lorsqu’il était directeur du Shin Bet a été responsable de la politique des éliminations ciblées lors desquelles de nombreuses personnes ont été tuées sans procès dans la Rive occidentale et dans la bande de Gaza depuis 2001. Il a été accusé de crimes de guerre même aux Etats-Unis et a failli être arrêté en Grande-Bretagne en 2007. C’est lui qui est à l’origine de la loi raciste de la Nation qui transforme les Arabes israéliens en citoyens de seconde catégorie (…) Je suis membre du Parlement européen et habituée à parler avec tout le monde, y compris Satan, mais là, je n’ai rien à dire à M. Dichter. C’est un provocateur de guerre qui souhaite une confrontation entre Israéliens et Palestiniens” .

      Un autre député s’est joint à cette honteuse attaque. Javier Couso Permuy (Gauche Unie – Espagne) et vice-président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Parlement européen a enfoncé le clou, s’adressant lui aussi au président : “Je n’ai aucune question à poser à votre invité car la seule question qui devrait être adressée à ce criminel de guerre devrait l’être par un tribunal. Celui qui est à côté de vous est un criminel de guerre. Il a ordonné des tortures sur des détenus palestiniens, des exécutions sommaires d’activistes (sic) du Hamas et il a fait bombarder des civils. L’homme qui est assis à côté de vous a aussi initié la loi de la Nation qui instaure une discrimination raciale. Le gouvernement dont cet homme fait partie interdit aux députés européens de se rendre dans la bande de Gaza. Je ne veux pas parler avec un criminel de guerre car je suis dégoûté et je vais d’ailleurs quitter la salle sur le champ”.


  • Nadia Murad et son Prix Nobel : la paix pour les Yazidis et la mort pour les Palestiniens ? Par Al-Quds Al-Arabi - Actuarabe
    http://actuarabe.com/nadia-murad-et-son-prix-nobel-la-paix-pour-les-yazidis-et-la-mort-pour-le

    Il faut croire que c’est son point de vue « impartial » envers les conflits au Moyen-Orient et sa « défense de tous les opprimés » qui ont poussé Nadia Murad à se rendre en Israël pour s’entretenir avec des membres de la Knesset sur les persécutions et meurtres dont étaient victimes « son peuple ». Elle a fait part de sa « grande joie » d’être en Israël et a considéré que « ce pays qui a connu l’holocauste comprend les crimes commis par Daech contre le peuple yazidi et de nombreuses minorités en Irak et en Syrie ».


  • Netanyahu likely to extend secrecy of some 1948 war documents 20 more years

    Defense establishment asked to lengthen classification period to 90 years, from 70, for material on Deir Yassin massacre, among other events

    Jonathan Lis and Ofer Aderet Oct 04, 2018

    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-netanyahu-likely-to-extend-secrecy-of-some-1948-war-documents-20-m

    Prime Minister Benjamin Netanyahu is expected to sign regulations extending the period of confidentiality for information in the defense archives from 70 years to 90 years. The Defense Ministry and other organization requested the extension to prevent the release this year of some materials relating to the period of the War of Independence in 1948.
    The extension is intended to prevent the exposure of intelligence sources and methods that are still in use today by security forces. The archives also include information that was received from foreign sources under the condition that it would not be released, say defense officials. The draft regulations state that even after 70 years have passed, exposure of some of the archival materials could harm national security. In 2010, Netanyahu extended the period of confidentiality for security archives from 50 years to 70 years.
    To really understand Israel and the Middle East - subscribe to Haaretz
    The legal adviser to the Israel State Archives, Naomi Aldubi, circulated a draft of the new regulations to the relevant government ministries Wednesday. The document states that the new regulations will apply to materials held by the Shin Bet security service, the Mossad and the archives of the Israel Atomic Energy Commission, nuclear research centers and the Israel Institute for Biological Research. The new rules would also prevent the publication of raw intelligence from Military Intelligence as well as information concerning intelligence gathering for materials classified as secret and higher, along with materials concerning certain Israel Defense Forces and Defense Ministry units.
    The decision is expected to make life much more difficult for historians, other researchers and journalists and would also limit the public’s access to valuable historical information of public interest. For example, the new regulations would prevent the release of certain materials concerning the massacre at Deir Yassin in 1948.
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    In practice, the government will be able to prevent the release of any document related to the War of Independence that it wishes to keep secret. The new rules also contradict the recommendations of the supreme advisory council overseeing the Israel State Archives, which recommended extending the confidentiality of only some of the documents for five years.

    The Archives Law states that any person has the right to examine documents stored in the state archives, but also grants the government authority to restrict access according to the level of classification — for example, materials classified as “secret” — and according to the amount of time that has passed since the materials were created. This period ranges between 15 and 75 years, in accordance with the materials’ source and contents. For example, the classification period for the minutes of classified sessions of Knesset committees is limited to 20 years; for foreign policy documents the period is 25 years; for police archives, 30 years and for minutes of the security cabinet 50 years. Intelligence materials, including those of the Shin Bet, Mossad, Atomic Energy Commission and Biological Institute, remain classified for 70 years.
    Even after this period expires, the state archives and other archives, such as the IDF Archives, have not acted on their own initiative to release the materials. In practice, the end of the classification period alone is not sufficient for automatic declassification of the material. First, the chief archivist must examine the materials. After that, a special ministerial committee, headed by the justice minister, has the right to apply additional restrictions on access to them.
    The committee used its power to prohibit access to the so-called Riftin report on extrajudicial executions carried out by the Haganah pre-independence army. In 1998, half a century after the report was written, its confidentiality period expired, after which it should have been unsealed. In the 20 years that have passed since then, two state archivists requested, and received, extensions of the classification period from the ministerial committee.
    The draft proposal does stipulate that the relevant organizations must draw up new protocols that would enable the unsealing of classified materials after 50 years, on their own initiative. In addition, they would be instructed to conduct an annual review of their classified documents in order to determine whether they can be declassified.


  • Israël et ses expatriés : un rapport difficile
    22 septembre 2018 Par La rédaction de Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/220918/israel-et-ses-expatries-un-rapport-difficile?onglet=full

    Plus de 15 000 Israéliens ont quitté l’État hébreu en 2017. C’est près de 6 300 de plus que d’Israéliens revenant dans le pays. Ce déficit tend certes à s’affaiblir, mais dans un pays qui se veut le refuge des Juifs du monde entier, ces expatriés soulèvent bien des questions en Israël. Le quotidien suisse Neue Zürcher Zeitung publie une enquête sur ce phénomène. Les raisons de partir sont nombreuses : elles peuvent être économiques, liées à la formation ou plus politiques, par rejet de la politique gouvernementale ou par désespoir de voir un jour la paix régner dans la région.

    Beaucoup en Israël estiment que ces départs nuisent à l’image d’un pays qui se veut performant sur le plan économique et à la pointe de la technologie. D’autres critiquent une forme de trahison vis-à-vis du seul État juif, d’autres encore redoutent la fuite des cerveaux. Mais les réactions de la société israélienne face aux expatriés sont complexes et paradoxales. Ainsi, la droite souhaitait accorder le droit de vote aux Israéliens de l’étranger sur leur lieu de résidence, pensant que ces derniers soutiendraient plutôt la politique de Benjamin Netanyahou. La gauche s’y opposait, estimant qu’il était injuste de donner le droit de vote à ceux qui ne subissent pas directement cette politique. Puis, la droite a fait marche arrière devant la crainte de voir les Juifs de gauche étasuniens, par exemple, faire un aliya par correspondance en demandant un passeport sans jamais résider en Israël, et en votant… à gauche.

    En lire plus dans la NZZ : https://www.nzz.ch/international/der-kampf-um-die-abgestiegenen-seelen-ld.1422166

    • nzz.ch, siehe oben

      [...]

      (Die) Bemerkungen lösten in Israel eine riesige Debatte aus. Und starker Tobak ist es fürwahr – auch hippe Israeli in Berlin werden nicht gerne pauschal beschuldigt, ihr Land «wegzuwerfen». Lapid wurde heftig angegriffen, aber in den sozialen Netzwerken ergriffen auch viele Partei für ihn und warfen den Expats Fahnenflucht, mangelnden Patriotismus und Schlimmeres vor. Die Linke schlug zurück und diagnostizierte einen andauernden Exodus, der Ausdruck von Verdruss und Verzweiflung über die dominierende Politik der Rechten sei. Joseph Chamie und Barry Mirkin, zwei amerikanische Wissenschafter, schrieben 2011 in der Zeitschrift «Foreign Policy» einen Artikel mit dem Titel «The Million Missing Israelis» und behaupteten, bis zu eine Million Israeli lebten im Ausland. Das seien rund 13 Prozent, ein für OECD-Länder hoher Wert. 1980 hätten lediglich 270 000 Israeli im Ausland gelebt.

      [...]

      ... das Wesentliche, die Begründung der Auswanderung. Für ... war es nicht nur das, was weglockte, die angeblich bessere Bildung im Ausland, die bessere Lebensqualität, das Einkommen und die tollen Berufschancen. Nein, sie fanden auch Faktoren, die die Menschen wegtrieben. Die Politik der Regierung. Der offene Rassismus in breiten Volksschichten. Die fehlenden Friedensaussichten. Die allgemeine Niedergeschlagenheit. «The question is not why we left, but why it took us so long to do so.» Und ahnungsvoll wurde festgestellt, dass viele Expats bereits Doppelbürger waren oder es werden wollten. Rund 100 000 Israeli hätten bereits den deutschen Pass, in den USA gebe es denselben Trend. Die Israeli im Ausland seien tendenziell gescheiter, gebildeter, wohlhabender, säkularer als der Durchschnitt, hiess es weiter. Angesichts dieses Exodus werde die Lage in Israel langsam schwierig. Die Emigration stärke die Ultraorthodoxen und die Araber. Damit gefährde sie das zionistische Projekt.

      [...]

    • The million missing Israelis | Foreign Policy 2011

      https://foreignpolicy.com/2011/07/05/the-million-missing-israelis

      [...]

      At the lower end is the official estimate of 750,000 Israeli emigrants — 10 percent of the population — issued by the Israeli Ministry of Immigrant Absorption, which is about the same as that for Mexico, Morocco, and Sri Lanka. Prime Minister Benjamin Netanyahu’s government places the current number of Israeli citizens living abroad in the range of 800,000 to 1 million, representing up to 13 percent of the population, which is relatively high among OECD countries. Consistent with this latter figure is the estimated 1 million Israelis in the Diaspora reported at the first-ever global conference of Israelis living abroad, held in this January.

      Current estimates of Israelis living abroad are substantially higher than those for the past. During Israel’s first decade, some 100,000 Jews are believed to have emigrated from Israel. By 1980, Israel’s Central Bureau of Statistics estimated some 270,000 Israelis living abroad for more than a year, or 7 percent of the population. Several decades later, the number of Israeli emigrants had swelled to about 550,000 — or almost double the proportion at the end of the 1950s.

      Of the Israelis currently residing abroad, roughly 60 percent are believed to have settled in North America, a quarter in Europe, and 15 percent distributed across the rest of the world. It is estimated that about 45 percent of the adult Israeli expatriates have completed at least a university degree, in contrast to 22 percent of the Israeli population. The Israeli emigrants are deemed to be disproportionately secular, liberal, and cosmopolitan. Furthermore, the emigrants are generally younger than the immigrants to Israel, especially those from the former Soviet Union, hastening the aging of Israel’s population.

      The often-cited reasons for Israeli emigration center on seeking better living and financial conditions, employment and professional opportunities, and higher education, as well as pessimism regarding prospects for peace. Consistent with these motives, one of the most frequently given explanations for leaving Israel is: “The question is not why we left, but why it took us so long to do so.” And recent opinion polls find that almost half of Israeli youth would prefer to live somewhere else if they had the chance. Again, the most often-cited reason to emigrate is because the situation in Israel is viewed as “not good.”

      Another important factor contributing to the outflow of Jewish Israelis is previous emigration experience. As 40 percent of Jewish Israelis are foreign-born, emigration is nothing new for many in the country. Moreover, as Israeli emigrants cannot yet vote from abroad, they are likely to feel marginalized from mainstream Israeli society, further contributing to their decision to remain abroad as well as attracting others to do the same. Whether the Netanyahu government’s effort in the Knesset to approve a bill granting voting rights to Israelis living abroad will slow the trend is uncertain.

      Adding to emigration pressures, many Israelis have already taken preliminary steps to eventually leaving. One survey found close to 60 percent of Israelis had approached or were intending to approach a foreign embassy to ask for citizenship and a passport. An estimated 100,000 Israelis have German passports, while more are applying for passports based on their German ancestry. And a large number of Israelis have dual nationality, including an estimated 500,000 Israelis holding U.S. passports (with close to a quarter-million pending applications).

      [...]


  • Israel became hub in international organ trade over past decade - Israel News - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-israel-became-hub-in-international-organ-trade-over-past-decade-1.

    Israel has become increasingly involved in the world transplantation industry in the last decade. This comes a few years after India, which until the 1990s was the global center of the organ trade, enacted legislation prohibiting transplants using organs acquired from living people.

    According to a 2015 European Parliament report, Israeli physicians and patients played a major role in the international organ trade, initially reaching Eastern Europe and later to other locales. The report says Israel played a key role in the trade that developed in Azerbaijan, Cyprus, Kosovo, the United States, Costa Rica, Panama, Ecuador and Colombia.

    2008 was a turning point in which a Knesset law banned the purchase and sale of human organs. The illegal transplantation industry has continued to flourish globally in recent years, the European Parliament notes, but the place of Israel – along with the Philippines and Pakistan – as hubs of the organ trade has been taken by new countries, among them Costa Rica, Colombia, Vietnam, Lebanon and Egypt.

    A number of organ trade networks were uncovered in Israel, but until the 2008 legislation, the subject was addressed officially only in circulars issued by directors general of government ministries. In a 2003 trial of members of an Israeli network that engaged in illegal organ trade, the court expressed disapproval at the prosecution’s attempt to convict the dealers on a variety of charges ranging from forgery of documents to offenses against the Anatomy and Pathology Law.

    #israël #trafic_organes


  • La crucifixion de Jeremy Corbyn. Les amis d’Israël demandent sa totale reddition – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/09/04/la-crucifixion-de-jeremy-corbyn-les-amis-disrael-demandent-s

    Beaucoup pensent que la très visible domination des amis d’Israël sur certains aspects de la politique gouvernementale est un phénomène unique aux États-Unis, où les Juifs engagés et les sionistes chrétiens sont capables de contrôler à la fois les politiciens et le message médiatique relatif à ce qui se passe au Moyen-Orient. Malheureusement, la réalité est qu’il existe un « lobby israélien »dans de nombreux autres pays, tous dédiés à la promotion des agendas promus par les gouvernements israéliens successifs, quels que soient l’intérêt national du pays hôte. L’incapacité de confronter Israël à ses crimes contre l’humanité ainsi que de résister à ses diktats sur des questions telles que l’antisémitisme et le discours de haine a causé de terribles dommages à la liberté d’expression en Europe de l’Ouest et, plus particulièrement, dans le monde anglophone.

    Pour les États-Unis, cette corruption des médias et du processus politique par Israël a entraîné des guerres sans fin au Moyen-Orient ainsi que la perte des libertés civiles dans le pays, mais d’autres pays ont compromis leurs propres valeurs déclarées bien au-delà. L’ancien premier ministre canadien Stephen Harper a fait l’éloge, à tort, d’Israël comme étant une lumière qui « …brûle, brillante, soutenue par les principes universels de toutes les nations civilisées – liberté, démocratie, justice ». Il a également dit : « Je défendrai Israël à n’importe quel prix » pour le Canada, une affirmation que certains pourraient considérer comme très, très étrange pour un chef d’État canadien.

    Dans d’autres cas, Israël joue directement au dur, menaçant de représailles les gouvernements qui n’obéissent pas. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a récemment averti la Nouvelle-Zélande que soutenir une résolution de l’ONU condamnant les colonies israéliennes équivaudrait à une « déclaration de guerre ». Il a pu le faire parce qu’il avait confiance dans le pouvoir du lobby israélien dans ce pays pour se mobiliser et produire le résultat souhaité.

    Certains seront peut-être surpris d’apprendre que la « Mère des parlement » en Grande-Bretagne est peut-être l’organe législatif le plus dominé par les intérêts israéliens, plus, à bien des égards, que le Congrès des États-Unis. Le Parti conservateur au pouvoir a un Groupe des Amis d’Israël dont plus de 80 % de ses parlementaires font partie. BICOM, le Centre de communication et de recherche de la Grande-Bretagne, est un clone situé à Londres de l’American Israel Political Action Committee (AIPAC). Il est bien financé et politiquement puissant, travaillant par l’intermédiaire de ses différents mandataires « Amis d’Israël ». Les Américains pourraient être surpris d’apprendre à quel point ce pouvoir est manifeste, y compris qu’en Grande-Bretagne, les organisations juives sont autorisées à patrouiller les quartiers juifs de Londres dans des uniformes de type policier tout en conduisant des véhicules de type policier. Des rapports font état de patrouilles menaçant les musulmans qui cherchent à entrer dans ces quartiers.

    La Premier ministre Theresa May veille à ne jamais offenser ni Israël ni la riche et puissante communauté juive britannique. Après que le secrétaire d’État John Kerry a décrit le gouvernement d’Israël comme étant « d’extrême-droite », le 28 décembre 2016, May s’est précipitée à la défense de Tel Aviv, en disant « nous croyons qu’il n’est pas approprié d’attaquer la composition du gouvernement démocratiquement élu d’un allié ». La réplique de May aurait pu être écrite par Netanyahou, et c’était peut-être le cas. Deux semaines plus tard, son gouvernement a émis des « réserves » au sujet d’une conférence de paix au Moyen-Orient parrainée par le gouvernement français à la mi-janvier et n’a pas signé de déclaration commune appelant à une solution négociée à deux États au conflit israélo-palestinien après que Netanyahou a condamné avec véhémence les procédures.

    Cette déférence existe en dépit de la récente et étonnante révélation d’al-Jazeera, qui a révélé comment l’ambassade d’Israël à Londres manigance avec des fonctionnaires du gouvernement pour « faire tomber » les parlementaires et les ministres du gouvernement qui sont considérés comme critiques à l’égard de l’État juif. On a également appris que l’ambassade d’Israël subventionnait et conseillait secrètement des groupes privés qui défendaient les intérêts israéliens, y compris des associations de députés.

    Le chef des travaillistes britanniques, Jeremy Corbyn, fait l’objet d’attaques incessantes en raison du fait qu’il est le premier chef d’un parti politique majeur à résister au fait qu’on exige de lui qu’il place Israël sur un piédestal. Corbyn est en effet un homme de gauche qui s’est toujours opposé au racisme, au nationalisme extrême, au colonialisme et à l’interventionnisme militaire. Le crime de Corbyn est de critiquer l’État juif et d’appeler à « mettre fin à la répression du peuple palestinien ». Du coup, il est poursuivi sans pitié par les juifs britanniques, même ceux de son propre parti, depuis plus de deux ans.

    L’invective lancée par certains juifs britanniques et Israël a dernièrement monté en puissance, probablement parce que le gouvernement conservateur de Theresa May est perçu comme étant faible et qu’il y a une nette possibilité que le chef du Parti travailliste soit le prochain Premier ministre. Le fait qu’un premier ministre britannique puisse être compatissant au sort des Palestiniens est considéré comme tout à fait inacceptable.

    Le mois dernier, la parlementaire travailliste de droite, Margaret Hodge, a haussé les enchères, qualifiant Corbyn de « putain d’antisémite et de raciste ». Elle a ensuite écrit dans le Guardian que le Parti travailliste est « un environnement hostile pour les juifs ». Le Guardian, traditionnellement libéral, a en fait été à l’avant-garde de la critique juive de Corbyn, dirigée par son rédacteur en chef Jonathan Freedland, qui considère que « son identité juive est intimement liée à Israël, et qu’attaquer Israël, c’est l’attaquer personnellement (…) il exige le droit exclusif de contrôler les paramètres des discussions sur Israël ». Le mois dernier, il a publié dans son journal une lettre attaquant Corbyn, signée par 68 rabbins.

    Toutes ces attaques ont été plus ou moins orchestrées par le gouvernement israélien, qui soutient directement des groupes qui se sont unis pour faire tomber Corbyn. Cet effort pour détruire le leader travailliste inclus l’utilisation d’une application diffusant des messages via les médias sociaux accusant Corbyn d’antisémitisme. L’application a été développée par le ministère des Affaires stratégiques d’Israël, qui « dirige les efforts secrets d’Israël pour saboter le mouvement de solidarité avec la Palestine, dans le monde entier ».

    La campagne « se payer Corbyn » a deux objectifs principaux. La première est de le retirer de la direction du Parti travailliste, garantissant ainsi qu’il ne sera jamais élu Premier ministre, tout en éliminant du parti tous les membres qui sont perçus comme étant « trop critiques » à l’égard d’Israël. Dans la pratique, cela signifie toute personne critiquant Israël. Deuxièmement, il s’agit d’établir un principe juridique établissant que l’infraction de « crime de haine » antisémite soit spécifiquement définie de manière à inclure la critique d’Israël, ce qui fait qu’il sera criminel d’écrire ou de parler du comportement raciste d’Israël envers sa minorité musulmane et chrétienne tout en rendant impossible de discuter librement de ses crimes de guerre.

    Le principal argument utilisé contre Corbyn est que le Parti travailliste est inondé par l’antisémitisme et que Corbyn ne fait rien, ou pas assez, pour s’y opposer. Certains des coups les plus brutaux portés contre lui sont venus du groupe habituel aux États-Unis. Andrew Sullivan a récemment fait remarquer dans le New York Magazine que « lorsqu’il est apparu que Naz Shah, une nouvelle députée travailliste, avait donné son avis sur Facebook avant d’être élue pour qu’Israël soit transféré aux États-Unis, et que l’ancien maire de Londres, Ken Livingstone, l’a soutenue en soutenant que les nazis avaient initialement favorisé le sionisme, Corbyn n’a pas fait beaucoup d’histoires ». Sullivan a ensuite écrit : « Il est alors apparu que Corbyn lui-même avait souscrit à divers groupes pro-palestiniens sur Facebook où un antisémitisme de base s’est épanoui » et qu’il avait même « … assisté à une réunion sur la Journée commémorative de l’Holocauste en 2010, intitulée ‘Plus jamais pour personne : ‘D’Auschwitz à Gaza’, assimilant les Israéliens aux nazis ».

    En d’autres termes, Corbyn aurait dû être responsable de la qualité des points de vue personnels de Shah et Livingstone, qui ont par la suite été suspendus du Parti travailliste et Livingstone a fini par démissionner. Il aurait également dû éviter les commentaires des Palestiniens sur Facebook parce que des antisémites présumés contribuent occasionnellement à donner leurs opinions et ne devraient reconnaître en aucune façon les crimes de guerre israéliens commis quotidiennement à Gaza.

    Corbyn doit donc accepter le fait qu’il doit être un antisémite, comme le discernent Andrew Sullivan de ce côté-ci de l’Atlantique et une foule de soutiens Israéliens en Grande-Bretagne. Mais le pire crime du dirigeant travailliste qui est considéré comme une « menace existentielle » pour le peuple juif partout dans le monde est sa résistance à la pression exercée sur lui pour qu’il endosse et adopte la définition précise et multidimensionnelle de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA) de ce qui constitue l’antisémitisme. La définition de base de l’antisémitisme de l’IHRA est suffisamment raisonnable, y compris « une certaine perception des juifs, qui peut s’exprimer sous forme de haine envers les Juifs. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme s’adressent à des individus juifs ou non-juifs et/ou à leurs biens, aux institutions communautaires juives et aux installations religieuses ».

    Le Parti travailliste et Corbyn ont accepté cette définition mais se sont opposés à onze « exemples contemporains d’antisémitisme » également fournis par l’IHRA, dont quatre n’ont rien à voir avec les Juifs et tout à voir avec Israël. Ces exemples sont :

    Accuser des citoyens juifs d’être plus loyaux envers Israël, ou envers les prétendues priorités des Juifs dans le monde entier, qu’envers les intérêts de leurs propres nations.
    Priver le peuple juif de son droit à l’autodétermination, par exemple en prétendant que l’existence d’un État d’Israël est une entreprise raciste.
    Établir des comparaisons entre la politique israélienne contemporaine et celle des nazis.
    Appliquer deux poids deux mesures en exigeant d’Israël un comportement qui n’est pas attendu ou exigé d’une autre nation démocratique.
    On peut observer que beaucoup de juifs – pas tous ou même la plupart – mais beaucoup ont une double loyauté dans laquelle l’allégeance à Israël est dominante. Je citerai à titre d’exemple l’actuel ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, qui passe une grande partie de son temps à défendre Israël. Et il y a aussi les juifs américains qui ont espionné pour Israël, y compris Jonathan Pollard et les membres de l’AIPAC, Steven J. Rosen et Keith Weissman, qui ont obtenu des informations classifiées de Lawrence Franklin et ont ensuite transmis ce qu’ils avaient obtenu aux services de renseignements israéliens.

    Et oui, Israël est une « entreprise raciste ». Jetez un coup d’œil à la récente loi sur la nationalité adoptée par la Knesset qui déclare qu’Israël est un État juif. Elle n’accorde l’autodétermination qu’à ceux qui vivent à l’intérieur de ses frontières et qui sont juifs. Et si l’utilisation de distinctions raciales pour une citoyenneté à part entière tout en bombardant des hôpitaux et des écoles, tout en faisant la queue pour tirer sur des milliers de manifestants palestiniens non armés, n’est pas un comportement nazi, alors qu’est-ce que c’est ? Israël et son chef sont parfois comparés aux nazis et à Adolf Hitler parce qu’ils se comportent comme les nazis et Adolf Hitler.

    Et enfin, il y a la définition qui remet en question toute remise en question du fait qu’Israël ne se comporte pas comme les autres nations démocratiques. Eh bien, tout d’abord, Israël n’est pas une démocratie. C’est une théocratie ou une ethnocratie ou, si vous préférez, un État policier. D’autres pays qui se disent démocratiques ont des droits égaux pour tous les citoyens. D’autres démocraties n’ont pas des centaines de milliers de colons qui volent la terre et même les ressources en eau de la population indigène et la colonisent au profit d’un seul segment de sa population. D’autres démocraties ne tirent pas régulièrement sur les manifestants morts et non armés. Combien de démocraties pratiquent actuellement le nettoyage ethnique, comme le font les Juifs israéliens envers les Palestiniens ?

    Corbyn cédera-t-il aux demandes de l’IHRA pour sauver sa peau en tant que chef de parti ? Je pense qu’il le fera, comme il le fait déjà régulièrement en concédant des points et en s’excusant, en rendant publiquement l’obéissance requise à l’Holocauste comme étant « le pire crime du XXe siècle ». Et chaque fois qu’il essaie d’apaiser ceux qui veulent l’attraper, il s’affaiblit. Même s’il se soumettait complètement, les soutiens israéliens qui sont chauds pour l’attraper, ayant le contrôle significatif des médias comme aux États-Unis continueront à attaquer jusqu’à ce qu’ils trouvent le point précis qui le fera tomber. Le Conseil exécutif national du parti travailliste se réunira en septembre pour voter sur la pleine acceptation de la définition de l’antisémitisme de l’IHRA. S’ils s’agenouillent, comme il est probable, devant cette force majeure, ce sera la fin de la liberté d’expression en Grande-Bretagne. Critiquer Israël et vous irez en prison.

    C’est exactement la même chose qui se passe aux États-Unis. La critique d’Israël ou la protestation contre Israël sera tôt ou tard criminalisée. Je me demande parfois si le sénateur Ben Cardin et les autres qui font la promotion de cette loi sur la haine comprennent vraiment ce qui sera perdu lorsqu’ils sacrifieront la Constitution américaine pour défendre Israël. Une fois que la liberté d’expression aura disparu, elle ne reviendra jamais.

    Philip Giraldi

    Traduit par Wayan, relu par Cat, vérifié par Diane pour le Saker francophone                                                                                                                                    lesakerfrancophone.fr/la-crucifixion-de-jeremy-corbyn-les-amis-disrael-demandent-sa-totale-reddition


  • Parler malgré nos peurs, et refuser la facilité du silence
    http://www.chroniquepalestine.com/parler-malgre-craintes-et-refuser-ceder-facilite-silence
    Samah Jabr - 11 août 2018 – Middle East Monitor – Traduction : Chronique de Palestine – Lotfallah

    (...) La réalité palestinienne a fait taire à jamais quelques Palestiniens, comme l’écrivain Ghassan Kanafani et le caricaturiste Naji Al-Ali qui ont été assassinés en raison de leurs opinions. Plusieurs autres ont été arrêtés pour avoir exprimé librement leurs pensées. La poétesse Dareen Tatour a été condamnée pour son poème « Résiste, mon peuple, résiste-leur », jugé par les Israéliens comme une « incitation à la violence ».

    Pourtant, pendant tout ce temps, les messages du rappeur israélien « The Shadow » ne sont pas considérés comme une « incitation à la violence », alors que l’un de ses messages le montre en train d’exhiber une photo de testicules accompagnée des mots : « Vengeance, Bibi [le surnom du Premier ministre israélien] ! Je pense que tu les as oubliées ! » Dans un autre message, le rappeur appelle l’équipe médicale de l’armée israélienne à prélever les organes des Palestiniens qu’ils ont tués afin de les donner au Centre national israélien de transplantation. Israël est tout aussi tolérant à l’égard du « libre discours » des auteurs de The King’s Torah, qui expliquent que l’injonction « Tu ne tueras point » ne s’applique qu’à « un Juif qui tue un Juif ». « The King’s Torah » déclare alors que les non-juifs sont « dépourvus de compassion par nature » et que les attaques contre eux sont justifiées parce que celles-ci « freinent leurs mauvaises inclinations ». De même, les bébés et les enfants des ennemis d’Israël peuvent être tués sans regret ni hésitation, car « il est clair qu’ils vont grandir pour nuire aux Juifs ».

    Les Israéliens ne cessent de proférer de telles choses, gagnant même en popularité et en stature grâce à ces déclarations. Nous nous rappelons dans ce contexte comment Ayelet Shaked, en tant que députée de la Knesset, a traité les femmes de Gaza de « serpents » et a incité à les tuer lors de l’attaque de 2014. Aujourd’hui, elle est ministre israélienne de la justice ! (...)


  • Demonstrate with the Arabs - Haaretz Editorial -
    The place of Livni and the other opposition leaders is in Rabin Square, alongside the Arab community. Their struggle is the struggle of all Israelis, Jews and Arabs alike

    Haaretz Editorial
    Aug 10, 2018 1:32 AM

    https://www.haaretz.com/opinion/editorial/demonstrate-with-the-arabs-1.6364336

    The demonstration called for Saturday night in Tel Aviv’s Rabin Square by the Higher Arab Monitoring Committee, which represents Israel’s Arab community, is the most important of all the protests that have taken place against the nation-state law. It’s also one of the most important demonstrations in Israel in the past several years.
    No minority in Israel suffers as much discrimination as the Arab minority, which is also Israel’s largest minority. It is frequently the target of normalized, institutionalized racism. 
    To really understand Israel and the Middle East - subscribe to Haaretz
    The nation-state law, which has sparked civic protests throughout Israeli society, was engineered precisely in order to strip the Arabs of their rights and subordinate them to rule by the Jews, the lords of the land, even at the price of sacrificing civic equality. This worldview has characterized despicable racist regimes throughout history, and its implementation in Israel is a black stain not only on the history of the state, but also on that of the Jewish people.
    The nation-state law is an especially ugly milestone in the right’s delegitimization campaign against the Arabs. It’s meant to mark them as enemies, as a fifth column; to cause strife between them and Jews; and to remove them from civil society. Given this, it’s regrettable that the leaders of the opposition, who warmly embraced the Druze community’s justified protest against the law, have decided not to attend this demonstration.
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    >> In Show of Renewed Activism, Arab Israelis to Protest Nation-state Law on Saturday
    Opposition leader Tzipi Livni, who came to the Druze demonstration last Saturday night, announced that she won’t attend the upcoming one because some Knesset members from the predominantly Arab  Joint List “don’t share my view that Israel is the nation-state of the Jews.” In the same breath, she declared her belief in “equal rights for all.” She thereby proved that even the left has adopted the right’s propaganda. If, as she says, Livni believes in equality for all and opposes the nation-state law — the issues of the demonstration — why is it even relevant what Joint List MKs think Israel’s character should be?
    Livni must meet the challenge that was posed to Israeli society by President Reuven Rivlin in his “four tribes” speech, in which he argued that Israel’s future depends on abandoning a worldview based on majority and minority in favor of one that is based on a partnership with the ultra-Orthodox and the Arabs, who don’t define themselves as Zionist. The place of Livni and the other opposition leaders Saturday night is in Rabin Square, alongside the Arab community. Their struggle is the struggle of all Israelis, Jews and Arabs alike.


  • Left-wing peace activist Uri Avnery hospitalized in critical condition Haaretz.com - Aug 09, 2018 10:37 AM
    https://www.haaretz.com/israel-news/left-wing-peace-activist-uri-avnery-in-critical-condition-in-hospital-1.636

    Uri Avnery at a Tel Aviv rally in memory of Prime Minister Yitzhak Rabin, Nov. 4, 2017. Credit Meged Gozani

    Left-wing peace activist Uri Avnery has been hospitalized in very serious condition after suffering a stroke on Saturday and is said to be unconscious.

    Avnery, 94, has written opinion pieces on a regular basis for Haaretz. He is a former Knesset member and a founder of the Gush Shalom peace movement who worked as editor-in-chief of the Haolam Hazeh weekly. He has been an advocate for the past 70 years for the creation of a Palestinian state.

    Anat Saragusti, a journalist and human rights activist, who is close to the 94-year-old Avnery, posed a wry comment on Facebook late Wednesday in which she wrote of in part: “It can be assumed that he won’t write his weekly column this week He once told me half-kiddingly and half-seriously: ’If you don’t receive my column on Friday, you should know that I died.’ So he hasn’t died, but he’s not conscious. In exactly another month, on September 10, he’ll be celebrating his 95 birthday, and an event is already being prepared in his honor at the Tzavta [Theater in Tel Aviv]. I was there today, hoping for the best, fingers crossed.”

    Avnery was the first Israeli to meet with PLO leader Yasser Arafat, in Lebanon in 1982.

    In the last article that Avnery wrote for Haaretz, which appeared in Hebrew on Tuesday, he was highly critical of the controversial nation-state law that the Knesset passed last month, and argued that the Israeli nation and not the Jewish nation has its home in Israel. He also mentioned that he had once been among the petitioners in an unsuccessful effort before the High Court of Justice to change the nationality notation in his identity card from “Jewish” to “Israeli.”


  • Israel
    Jews and Arabs: Unite, the Nation-state law poses an existential threat

    This won’t be an alliance of love. It won’t even be an encounter between friends. But this is the only way to survive as a citizen of Israel and not become a political prisoner in a theocracy

    Ravit Hecht SendSend me email alerts
    Aug 03, 2018

    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-jews-and-arabs-unite-the-nation-state-law-poses-existential-threat

    The abominable nation-state law was admittedly passed at this particular moment for contemptible political reasons: Elections are only a Knesset session away, and in the background are the investigations of the prime minister, a despair-inducing front devoid of achievement in the south and a terrifying front in the north.
    To really understand Israel and the Palestinians - subscribe to Haaretz
    But these circumstances, while genuine and rational, don’t hide what comes next. And what comes next is clear. Israel, with the support of a substantial portion of its Jewish population, is en route to apartheid, both de facto and de jure, which will evict the Arabs from civil society. Next in line for the chopping block: leftists, who are going with the flow to various degrees, and ultimately, anyone defined as disloyal to the government (that is, “the state”).
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    This is not a cataclysmic lamentation or a stylized prophecy of destruction. It’s reality, plain and simple. The moment you begin fiddling with democracy – that is, creating differences in the level of equality to which citizens are entitled and conditioning it on various conditions – the road is clear.
    The attempts to bribe the Druze, whose pain, unlike that of the other Arabs, evokes empathy from Jewish Israelis, only makes the picture clearer: The government is creating castes among minorities and citizens in general based on the degree of sympathy the government has for them and the whims of the masses.
    What can one do in light of this reality but rend one’s garments, weep bitter tears and protest at demonstrations whose importance is beyond price, but whose contribution to changing the course of reality will be limited to the point of nonexistence?
    Israel’s Jewish and democratic camp has only one partner for building a front against the settler right, with its hallmarks of fascism, which is currently making historic changes to the country’s character. That partner is the Arabs.

    And when we speak of making such a partnership, we aren’t talking about a Jewish and democratic camp that includes only people like opposition MKs Tamar Zandberg and Tzipi Livni, but also former senior defense officials like Gabi Ashkenazi, Tamir Pardo and Moshe Ya’alon, who still aren’t willing to be portrayed, heaven forbid, as leftists, but whom the modern right is already rejecting like a transplant, because such security establishment figures’ consciences bar them from submerging themselves in today’s right wing and joining in the destruction of democracy.
    >> Planted by Netanyahu and Co., nation-state law is a time bomb exploding in Israel’s face | Analysis >>
    Nevertheless, it’s not only the Jews on whom the burden of effecting a change in consciousness falls. The Arabs will also have to make what they see as painful concessions.
    As long as MKs Ahmad Tibi, Jamal Zahalka and Aida Touma-Sliman keep talking about two states – a state of all its citizens on one side and the nation-state of the Palestinian people on the other – they’ll remain within the bounds of their own narrow community, plus a few thousand Jewish voters following their conscience or a fad. They’ll have no chance of taking power, no ability to have a major impact, no access to the resources that could save the voters from the bitter fate written on the wall.
    Therefore, they’ll have to swallow hard and accept the Law of Return and the fact that Israel within the 1967 borders is the national home of the Jewish people worldwide, in order to enable the establishment of a Palestinian state and save themselves and us from the nightmare of occupation and apartheid.
    This won’t be an alliance of love. It won’t even be an encounter between friends. But this is the only way to survive as a citizen of Israel and not become a political prisoner in a Bezalel Smotrich-like theocracy.
    The battle for life requires passing through the deep wadis of painful compromise and getting scratched by the thorns of upsetting concessions. It requires changing our methods and our worldviews, because there’s no choice. Because we want to live. And just for your information, we are in a fight for our lives.


  • Israël, l’Etat-nation du peuple juif ?
    Par Hervé de Charette, ancien ministre des Affaires étrangères — 31 juillet 2018
    Par Hervé de Charette, ancien ministre des Affaires étrangères — 31 juillet 2018
    http://www.liberation.fr/debats/2018/07/31/israel-l-etat-nation-du-peuple-juif_1669995

    (...) La nouvelle proclamation de Nétanyahou, ratifiée par la Knesset, selon laquelle Israël est l’Etat-nation du peuple juif provoquera les mêmes réactions internationales : un peu d’indignation, beaucoup d’indifférence. Tous les juifs du monde sont peut-être peu ou prou d’accord avec cette définition d’Israël, laquelle se rattache d’ailleurs directement à la déclaration Balfour d’il y a cent ans. Oui bien sûr, conformément à ce qui avait été promis par lord Balfour en 1917, l’Etat d’Israël a été créé après la Seconde Guerre mondiale pour donner aux Juifs une terre et un Etat où vivre enfin en sécurité après le martyre de la Shoah. Il n’y a rien à dire à cela.

    Mais le problème palestinien demeure, et cette déclaration ne fait que le compliquer un peu plus. Chaque jour qui passe rend de plus en plus improbable et irréaliste l’idée qu’un Etat palestinien puisse voir le jour à côté d’Israël. C’est pourquoi un nombre croissant d’observateurs suggérait qu’Israël devienne l’Etat de toute la Palestine, incluant ensemble les Juifs et les Palestiniens dans une citoyenneté commune. Benyamin Nétanyahou vient de fermer cette porte à peine entrouverte. Il l’a fait à sa manière, toute en brutalité, en la claquant au nez des Palestiniens auxquels il signifie qu’il n’y aura jamais de place en Israël pour une citoyenneté palestinienne, ni pour ceux qui vivent en Cisjordanie, à Jérusalem ou à Gaza, ni pour les Palestiniens condamnés à croupir à perpétuité dans les camps de réfugiés du Liban, de Jordanie ou d’ailleurs.

    Logiquement la prochaine étape, ce sera l’annexion de la Cisjordanie. Mais rien ne presse. Il faut que la décomposition des institutions palestiniennes se poursuive et aille à son terme. Il faut que la jeunesse palestinienne comprenne, ce qu’elle fait de mieux en mieux, qu’il n’y a pas d’avenir pour elle sur place et qu’elle doit s’en aller. Telle est la dure loi de Nétanyahou !

    Le jour viendra, je le crois, où la communauté internationale se reprochera amèrement d’avoir fermé les yeux, sans être capable de faire autre chose que de substituer à l’injuste exil du peuple juif l’exil injuste du peuple palestinien. Ce jour viendra dans dix ans, dans cent ans, lorsque, du fond de leur exil, abandonnés de tous, des Palestiniens relèveront la tête et reprendront la complainte du Juif-Errant : « L’an prochain à Jérusalem ! »
    Hervé de Charette ancien ministre des Affaires étrangères


  • Israeli Druze commander quits army over nation-state law in open letter to Netanyahu

    In a Facebook post, Capt. Amir Jmall calls on leaders of his community to work toward putting an end to the compulsory conscription of Israeli Druze

    Yaniv Kubovich
    Jul 30, 2018 5:36 PM

    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-israeli-druze-quits-idf-over-nation-state-law-in-letter-to-netanya

    In the letter, Jmall also called on leaders of his community to work toward putting an end to the compulsory conscription of Israel’s Druze. The Facebook post has since been removed.
    “This morning, when I woke up to drive to the [army] base, I asked myself, why? Why do I have to serve the State of Israel, a state that my two brothers, my father and I have served with dedication, a sense of mission and a love of the homeland, and, in the end, what do we get? To be second-class citizens,” Jmall wrote.
    >> ’When we’re in uniform they treat us well’: Israel’s Druze no longer feel like blood brothers
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    "Continue serving the country? I do not want to continue and I am sure that hundreds more people will stop serving and will be discharged from the army following your decision, Netanyahu, that of you and your government,” he continued.
    "After many thoughts ran through my head, I decided to let go and to discontinue serving the country, a country that has a government that takes and does not give back.”
    In conclusion, Jmall wrote: “I ask everyone who is against the nation-state law to share and share my proposal to community leaders to stop the conscription law for members of the Druze community.”
    The Basic Law: Israel as the Nation-State of the Jewish People, also known as the nation-state law, approved by the Knesset on July 19, affirmed that only Jews have the right to self-determination in Israel. It also downgraded Arabic to a language with “special status,” among several other controversial measures that affect the Israeli Druze.
    The nation-state law is designed to alter the application of the Basic Law on Human Dignity and Liberty in court rulings, and permits judges to give priority to Israel’s Jewish character in their rulings.

    Last week, Druze lawmakers were the first to file a High Court of Justice petition against the legislation. A hundred Druze Israel Defense Forces reserve officers added their voices to that effort on Wednesday, prompting Education Minister Naftali Bennett to speak out in support of “our blood brothers” on Twitter.
    Finance Minister Moshe Kahlon echoed similar sentiments on Thursday, telling Israeli Army Radio, “The enactment of the nation-state law was done hastily,” and adding: “We were wrong and we need to fix it.”
    On Saturday, Israeli Arab lawmaker Zouheir Bahloul (Zionist Union) announced his intention to resign from the Knesset in protest of the law. "The law oppresses me and oppresses the population that sent me to the Knesset,’’ he said.

    • Haaretz, 1er août
      Nation-state Law Backlash: Druze Leaders Say Netanyahu’s Offer May Set ’Historical Precedent’

      https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-nation-state-law-backlash-netanyahu-offers-druze-new-legislation-1

      Representatives of the Druze community said Thursday night that Prime Minister Benjamin Netanyahu’s proposal to pass a law to strengthen the status of the Druze and Circassian communities is “a window of opportunity to set a historical precedent for the advancement of the Druze community and its status in the State of Israel.”
      Representatives, headed by Sheikh Muwafak Tarif, will continue talks with Netanyahu’s team, which has been appointed to make an agreement on both sides.
      Netanyahu’s proposed law follows the protest sparked by the nation-state law. The plan outlines a Basic Law and a regular law that will recognize the contribution of minorities who defend the country by “enshrining eligibility for the benefits of minority members of all religions and communities who serve in the security forces, for the purpose of closing gaps and promoting social equality.”
      Benjamin Netanyahu and the Druze representatives, August 1, 2018.
      Benjamin Netanyahu and the Druze representatives, August 1, 2018.
      >> Israeli Druze in Golan welcome end of Syrian war but fear future in Jewish nation-state
      Another demonstration against the nation-state law is slated for Saturday evening in Tel Aviv.
      Keep updated: Sign up to our newsletter
      Email* Sign up

      According to the plan submitted by the prime minister’s representatives, “the law will recognize the contribution of the Druze community to the security of the state, and will include support for community institutions (religion, education and culture), will strengthen Druze residential settlements, and establish new towns if needed. It will also preserve and cultivate Druze heritage.”
      Tourism Minister Yariv Levin (Likud) congratulated “the agreement we have reached with the Druze leadership. Recognizing the rights of those who serve in the security forces is an achievement.” Tamar Zandberg (Meretz) said in response: “The Prime Minister ranks Israel’s citizens, and he divides and rules the minorities from whom he has stolen equality in his Basic Law. He got scared after the fact. Netanyahu’s government has torn apart the Declaration of Independence and the values of equality on which the state was founded. Now they’re making laws in honor of the Druze community, as if equality is a prize and not a right that all of us have.”
      The proposal drew mixed reactions from the Druze community, MK Hamad Amar (Yisrael Beiteinu), one of the two Druze MKs who petitioned the Supreme Court against the nation-state law, congratulated the plan. MK Saleh Saad (Zionist Union) said he will continue with the petition and said: “I am sad that my friends have succumbed to pressures and withdrew from the petition.”
      The negotiating team of the Druze community, which includes their spiritual leader, Sheikh Muwafak Tarif, former security officials and civil servants, has had strong disagreements over the proposal. One of the team members told Haaretz that the representatives who have security backgrounds tend to accept the spirit of the plan, while others – including local council heads – oppose it.
      The source added that some of the representatives accused the prime minister of trying to implement a policy of “divide and conquer.” They said that they would settle only for annulling the nation-state law or adding to it the value of equality. The source added that the Prime Minister’s Office is concerned about the protest rally scheduled for Saturday night, and therefore is exerting heavy pressure on the representatives of the community to accept the plan and cancel the rally.

      >> ’When we’re in uniform they treat us well’: Israel’s Druze no longer feel like blood brothers
      The plan was drafted by a team formed by the prime minister on the issue of the Druze, headed by the acting Chief of Staff of the Prime Minister’s Bureau, Yoav Horowitz, and including Sheikh Tarif, ministers Ayoub Kara and Yariv Levin, MK Hamad Amar (Yisrael Beiteinu), former MK Shakib Shenan, heads of the Druze local authorities and the forum of reservist senior officers.
      The prime minister’s office called the plan “historic” in a press release, saying it “represents a revolution in the legal status of minority group members who serve in the security forces, and members of the Druze community in particular.” Sheikh Tarif welcomed the work of the team and thanked the prime minister for his quick and serious activity. The plan will be presented to the Druze community’s dignitaries.
      The plan offers to enshrine a Basic Law - Israeli constitutional equivalent - for the status of the Druze and Circassian communities, “paying respect to the contribution of the Druze community to the State of Israel in building the land, strengthening security and shaping the face of Israeli society as an egalitarian and diverse society.”
      The plan also suggests enshrining in law that members of minority groups, from all religions and ethnic groups will be eligible for benefits if they serve in the security forces. The law will also recognize their contribution if they serve.
      >> Analysis: Druze nation-state crisis: Israeli army chief forced to put out fire Netanyahu started
      Several Druze officers have left the Israeli military in recent days over the nation-state law.
      The Basic Law on Israel as the Nation-State of the Jewish People, also known as the nation-state law, approved by the Knesset on July 19, affirmed that only Jews have the right to self-determination in Israel. It also downgraded Arabic to a language with “special status,” among several other controversial measures that affect the Israeli Druze.
      The nation-state law is designed to alter the application of the Basic Law on Human Dignity and Liberty in court rulings, and permits judges to give priority to Israel’s Jewish character in their rulings.
      Earlier this month, Druze lawmakers were the first to file a High Court of Justice petition against the legislation. A hundred Druze Israel Defense Forces reserve officers added their voices to that effort on Wednesday, prompting Education Minister Naftali Bennett to speak out in support of “our blood brothers” on Twitter.
      Finance Minister Moshe Kahlon echoed similar sentiments, telling Israeli Army Radio, “The enactment of the nation-state law was done hastily,” and adding: “We were wrong and we need to fix it.”
      The acting Chief of Staff of the Prime Minister’s Bureau announced the formation of a ministerial committee to deal with the issue of the Druze community, to be headed by the prime minister, which will work to promote the plan and to supervise its implementation - among other things.
      Details of the plan will be formulated and worded within 45 days, in the context of a joint team of the cabinet and representatives of the community, all subject to the instructions of the law and the approval of the attorney general. Legislative activities will begin immediately with the convening of the coming winter session of the Knesset and will be concluded within 45 days from the start of the session.
      Jonathan Lis

    • Rare manifestation de la communauté druze contre une loi controversée définissant Israël
      https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/08/05/rare-manifestation-de-la-communaute-druze-contre-une-loi-controversee-defini

      Une foule immense de Druzes israéliens et leurs sympathisants a manifesté samedi à Tel-Aviv contre une nouvelle loi controversée qui, disent-ils, fait d’eux des citoyens de seconde classe. Selon les médias israéliens, quelque 50 000 personnes ont pris part à la manifestation.
      […]
      Arborant des drapeaux druzes et israéliens, les protestataires ont défilé dans le centre de Tel-Aviv an scandant « égalité ». « Malgré notre loyauté illimitée à l’Etat, celui-ci ne nous considère pas comme des citoyens égaux », a affirmé le chef spirituel de la communauté druze, cheikh Mouafak Tarif dans un discours.


  • 180 writers call on Netanyahu to cancel Nationality Law, amend Surrogacy Law
    Amir Alon|Published: 07.28.18 , 20:23
    https://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-5318575,00.html

    Some 180 novelists, poets, playwrights, screenwriters and other literary figures on Saturday evening called on Prime Minister Benjamin Netanyahu to cancel the Nationality Law and amend the Surrogacy Law, which discriminates against gay couples.

    “We ask to express the great shock and heartache we’ve experienced in light of the recent laws passed by the Knesset under your leadership,” they wrote in a letter to the prime minister.

    Among the signatories on the letter, which is an initiative of poet Ilan Sheinfeld, are: Amos Oz, David Grossman, A. B. Yehoshua, Hana Azoulay-Hasfari and Edna Mazia.


  • Once again, Israel denies the Bedouin what it grants the settlers
    On Wednesday the High Court will hear petitions against the demolition of the Bedouin village of Khan al-Ahmar, while two Palestinian villages request that the state demolish illegal structures in a nearby settlement
    Amira Hass Jul 27, 2018 10:23 PM
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-once-again-israel-denies-the-bedouin-what-it-grants-the-settlers-1

    Two Palestinian villages, basing their request on Civil Administration data, are asking the Israeli authorities to demolish illegal structures in the settlement of Kfar Adumim and outposts around it. In question are about 120 villas and other buildings in the settlement against which demolition orders have been issued (though, as of the beginning of 2017, at least half the structures had been approved retroactively), and in four outposts.

    In the outposts, most of the structures have been built on land defined as state land back in the days of Jordanian rule, and a smaller number have been built on land privately owned by village residents. This past Tuesday, at the Justice Ministry High Court department, Attorney Tawfiq Jabareen filed this request for the villages of Deir Dibwan and Anata, east of Ramallah, as the prelude to petitioning for the villages and some of their residents, owners of private land.

    In a preliminary argument, Jabareen talks about Israel’s “selective enforcement” policy. And as a reverse example — of “legalizing” the illegal construction in Kfar Adumim — he mentions the Bedouin village at Khan al-Ahmar, which existed long before the settlements were established and is now threatened by demolition, along with the expulsion of its residents. Before this request, a team of lawyers headed by Jabareen submitted two new petitions on behalf of the residents of Khan al-Ahmar.

    The deliberations on these petitions will be held this Wednesday, at a time when Khan al-Ahmar has become a focus of international interest and hosts protest gatherings every day. This comes against the backdrop of European and UN condemnations of the planned demolition and, in general, of Israel’s policy of thwarting Palestinian construction in the West Bank’s Area C, which is under exclusive Israeli control.

    Thus, three months before the law comes into effect denying the High Court authority to deliberate on matters concerning West Bank land and techniques for grabbing it from the Palestinians, a team of Palestinian lawyers who are Israeli citizens insists on bringing to the High Court matters of principle concerning discrimination, inequality and government arbitrariness.

    Settlements’ concerted action

    For its part, Kfar Adumim continues to demand implementation of the decision to demolish Khan al-Ahmar. This past Sunday, the settlement and two of its offshoots — Nofei Prat and Alon — asked to join the Israel Defense Forces and the Civil Administration as respondents in one of the two new Khan-al Ahmar petitions. This is the petition that asks to oblige the Civil Administration to relate to the detailed master plan recently submitted by the village. On behalf of the three settlements, attorneys Avraham Moshe Segal and Yael Cinnamon asked that the petition be rejected.

    A concerted legal and media battle by the three settlements over the past decade, as well as pressure from the Knesset Foreign Affairs and Defense Committee’s subcommittee on West Bank affairs, led to the Civil Administration’s decision to demolish the village. During all those years, the previous attorney for the Bedouin village, Shlomo Lecker, managed to delay implementation of the demolition orders, including the order against the ecological school made out of tires.

    But in May a panel of justices headed by Noam Sohlberg, a resident of the settlement of Alon Shvut, ruled that there was no legal reason to intervene in the state’s decision to expel and forcibly transfer the village’s residents to an area the Civil Administration has allotted them next to the Abu Dis garbage dump.

    His partners in the decision were justices Anat Baron and Yael Willner; Willner has a brother and a sister living in Kfar Adumim, but she did not recuse herself from deliberating on the fate of Khan al-Ahmar, nor did she agree to attorney Lecker’s request that she do so. About a week after the High Court’s green light for the demolition, the Civil Administration’s Supreme Planning Council approved the construction of a new neighborhood for Kfar Adumim called Nofei Bereshit about 1 kilometer (0.6 miles) from the Bedouin community at Khan al-Ahmar.

    Preparations for the demolition and eviction began at the end of June, but the new petitions have halted them. It was Baron who issued a temporary injunction that has suspended the demolition.

    Attorneys Segal and Cinnamon, acting on behalf of the three settlements, write that the new petition (asking that the Civil Administration consider the master plan for the village) “is part of a broader move by the petitioners and influential elements on the ‘left’ side of the political map to ‘leave’ the ‘Palestinian construction criminals’ adjacent to the Israeli locales there and adjacent to Route 1 in order to create contiguous Palestinian settlement there.” (The internal quotation marks are in the original document).

    The settlements say that this is an illegitimate way to deliberate; it will let any judicial ruling be reopened in the hope that a different panel of judges will make a change. Regarding the matter at hand, the settlements note that the High Court has already addressed the possibility of preparing a master plan for the village at its current location and has ruled that there is nothing wrong with the state’s intention to demolish it.

    In their statement accompanying the request to join the respondents, the settlements write that the petitioners from Khan al-Ahmar are “construction criminals who have made a law unto themselves and have wittingly and without building permits built on lands that do not belong to them, adjacent to a major transportation artery [and then] brazenly applied to the honorable court to help them prevent the implementation of the demolition orders.”

    The settlements argue that the petitioners built the structures without any building permits and on land that “no one disputes that they do not have even a speck of a right to claim as theirs.”

    First construction, then legalization

    The Bedouin village’s tents and makeshift shacks are on plots of land belonging to residents of Anata, for which they have received the owners’ permission. These plots include a are part of a large area of lands under private Palestinian ownership listed in the Land Registry, which Israel expropriated in 1975 but has not used since. Route 1, which links Jerusalem to Jericho, was far from Khan al-Ahmar, and only when the road was widened was the distance decreased.

    One of the founders of Kfar Adumim, current Agriculture Minister Uri Ariel, submitted an action plan to the IDF back at the end of 1978 or the beginning of 1979. The plan confirms that Bedouin communities were living in the area before the settlements were established, but the plan demands that these communities be expelled, Palestinian construction be curtailed and contiguous Jewish settlement be established.

    On the basis of Civil Administration data, the planning rights group Bimkom published an opinion in 2010 on the pattern of planning and construction in Kfar Adumim and its offshoots: first construction without permits and only then planning that legalizes it.

    The settlement was established in 1979 but a detailed master plan was approved only in 1988. New homes were built without permits, awaiting legalization in another master plan approved years later. Before all the possibilities for construction in the 1988 plan were used up, detailed master plans were advanced aimed at establishing Alon and Nofei Prat, which are called neighborhoods even though they are not contiguous with the mother settlement. Each of these “neighborhoods” spawned an illegal outpost of its own.

    In his preliminary argument to the High Court, Jabareen mentions the Civil Administration’s demolition orders against large private homes in Kfar Adumim. He also mentions the legalization of at least half the structures against which orders were issued, and the four outposts created by the settlement and its offshoots Alon and Nofei Prat. The information about the outposts is based on Civil Administration and Peace Now data.

    The outpost Givat Granit was established in 2002 on about 70 dunams (17.3 acres) of land, of which 10 are privately owned land and the rest is state land from the Jordanian period. Five residential structures and part of the approach road are located on privately-owned land.

    The outpost Haroeh Ha’ivri was established without a master plan in 2015 on about 20 dunams of state land and serves as an educational farm school. The road to the outpost runs along private land, and the outpost receives funding from the Education Ministry. An events venue and desert field lodge was established on about 15 dunams of state land in 2012, and the outpost Ma’aleh Hagit was established in 1999 on about 70 dunams of state land with incursions onto privately-owned parcels.

    In the Kfar Adumim statement to the High Court, the attorneys write that the Khan al-Ahmar petition is political, “and to this will testify the deeds of the petitioners who exploited the temporary order they received for purposes of opening the school year and populating the school building (made of tires) with pupils . The entire aim of the petition is to advance the petitioners’ political agenda and their attempt to create contiguous Palestinian settlement in strategic areas of Judea and Samaria. The petitioners’ attempt to depict the issue as a legal issue is flawed to a large extent by artificiality and testifies to the petitioner’s lack of good faith.”


  • Jewish Arab village in the spotlight after Israel passes nationality law

    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2018/07/israel-palestinians-nationality-law-neve-shalom-coexistence.html

    Some ambassadors to Israel celebrate their country’s national day at the poolside of their official residences in Herzliya, just north of Tel Aviv. Others mark the day with receptions at fancy Tel Aviv hotels. Swiss Ambassador Jean-Daniel Ruch chose to celebrate his country’s independence in a unique spot. He will welcome his guests, among them government, Foreign Ministry and Knesset representatives, to the Jewish Arab village of Neve Shalom-Wahat al-Salam, which lies midway between Jerusalem and Tel Aviv. The principles on which this community, the first and only one of its kind, was founded run counter to the spirit of the nationality law — Israel’s new law that excludes the country’s 20% Arab minority, strips their mother tongue of its official status and negates their national narrative.

    The official invitation to the event says that Neve Shalom — Hebrew for “Oasis of Peace” — is a village of Jewish and Palestinian Israeli citizens working together for justice, peace and equality in the country and the region. Its vision, the invitation quotes from Neve Shalom’s founding principles, is to offer "a model of equality, mutual respect and partnership, challenging the existing patterns of racism and discrimination as well as the continued conflict.” Contrary to the nationality law, which reads that Israel “views the development of Jewish settlement as a national value and will act to encourage and promote its establishment,” the 70 Jewish and Arab families living in the village reject the idea of Jewish-only communities. The Arabic language has equal footing with Hebrew. The village children attend a bilingual school and unlike other Israeli schoolchildren, are allowed to mark the Palestinian Nakba and to protest the Israeli occupation.


  • Planted by Netanyahu and Co., nation-state law is a time bomb exploding in Israel’s face

    Even die-hard American Jews were forced to admit this week that something is rotten in their favorite Jewish state

    Chemi ShalevSendSend me email alerts
    Jul 21, 2018

    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-planted-by-netanyahu-and-co-nation-state-law-is-a-time-bomb-1.6294

    Israel’s new nation-state law is loathsome, damaging, divisive and mainly superfluous, but its passage won’t make Israelis’ blood boil. Some agree with the law and others are apathetic, while its staunch opponents quickly recognized that the campaign to fight discrimination against gay men, sparked by the concurrent passage of a new Knesset bill on surrogacy, has a greater potential of sparking mass protests. The nation-state law injects poison into the country’s relations with its non-Jewish minorities, but in the final analysis, after the removal of some of its more controversial clauses, it won’t make much of a difference in the day-to-day lives of most Israelis.
    Nonetheless, as far as Israel’s standing and image are concerned, the new law is a mega-attack, a thermo-nuclear onslaught, a landmark that will henceforth divide before and after. Benjamin Netanyahu was right, therefore, to describe it as a “defining moment.” Scores of Breaking the Silence activists, hundreds of B’Tselem reports on the occupation and thousands of BDS proponents, all of which the government cynically holds responsible for its bad name, could never have inflicted such profound, comprehensive and long-lasting damage as Netanyahu and his coalition did by passing the new bill. In Donald Trump’s America, they might have been accused of treason.
    To really understand Israel and the Middle East - subscribe to Haaretz
    The damage won’t be expressed in the few formal protests issued by foreign governments, especially European. The international community has other, more existential concerns right now, emanating from the growing awareness that the world’s greatest superpower is headed by a president who is unintelligible, at best, unstable, at worst and possibly beholden to a foreign government. In any case, the only protest that Netanyahu and most Israelis care about would have to come from the White House: Barack Obama personally blocked passage of the nation-state law, but Trump probably hasn’t heard about it, and if he has, is clueless as to what it all means, and even if he understands, then he doesn’t give a hoot. This is the glory of what Netanyahu describes as the greatest era of relations between the two countries: Israel can cut its wrists to its heart’s content, and America won’t lift a finger.
    But a dearth of diplomatic démarches won’t mitigate the inherent destructiveness of the nation-state law. It comes with a built-in time-release mechanism that ensures that it will taint Israel’s good name for many years to come. The law, in fact, marks the ground zero of a new Israel. Its first clause grants the Jewish people exclusive rights to self-determination, and Netanyahu’s coalition was quick to self-determine, in essence, that Israel is arrogant, belligerent and ethnocentric. This is the country’s new reflection in the mirror, and even if most Israelis prefer to look the other way, the whole world is watching, and reaching its own conclusions.


  • Israel’s LGBT strike of the pampered -

    The community has come by its power honestly – and become powerful, well-connected and fashionable. Not the Arab community, though

    Gideon Levy
    Jul 22, 2018

    Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-israel-s-lgbt-strike-of-the-pampered-1.6293904

    Israel should be striking Sunday, supported by Super-Sol, McCann and Cellcom, against the nation-state law, in sympathy with the Arabs of this country, into whose faces the Knesset has spat, telling them officially and legally: You are second-class citizens.

    What a healing and hopeful effect such a strike would have as a sign of identification with the Arab towns of Sakhnin and Nazareth. What brotherhood would be in the air, what fruit would be borne for all society from such a show of solidarity. But for this a measure of courage and a clear moral compass is needed – two products that the leading companies don’t have in stock and the entire society needs.
    No one expects for Israel to come out anymore in mass protest against the occupation, the closure of Gaza or the settlements; it’s too brainwashed and anxiety-filled.
    But the nation-state law, which was passed only hours after the surrogacy bill was in play, is critical. It’s much more discriminatory and excluding than the surrogacy legislation. It doesn’t make it hard to be a parent. It makes it hard to belong to this country. For some Israelis it shows the way out. It shows all Israelis that from now on they’re living in a de jure apartheid state, not just a de facto one.
    And the trajectory is also different: The LGBT community is on its way to success: One more protest, one more vote, and surrogacy, a problematic way to parenthood, sometimes more despised than prostitution, will be approved for men as well. The legislation against the Arabs is going the other way: The nation-state law is just a promo. The slope is slippery and clear. Mass protest Sunday against this law could have marked a change.
    But Israel will march Sunday in another one of its protests of the pampered. The streets will be festooned with colorful flags, the sense of satisfaction will grow. Only the “tskers” – as my Haaretz colleague Nitzan Horowitz calls them – will smile bitterly. We thank the community, we thank the banks and we thank the advertising and high-tech firms. We have a vibrant and protesting society. The truly oppressed can wait.