organization:l'assemblée nationale

  • Additif E171 : la mobilisation citoyenne fait plier le ministère de l’Economie
    https://www.bastamag.net/Additif-E171-la-mobilisation-citoyenne-fait-plier-le-ministere-de-l-Econom

    La pression des associations et des parlementaires aura fini par faire plier le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire qui refusait de suspendre le E171, un additif alimentaire très controversé. Le 2 octobre dernier, l’Assemblée nationale avait pourtant voté la suspension de la mise sur le marché de cet additif ainsi que des denrées alimentaires en contenant. Vous avez peut-être déjà repéré la mention du « E171 » sur des produits alimentaires : il s’agit de dioxyde de titane. (...)

    En bref

    / #Alimentation, #Nanotechnologies, Santé , #Politique

    #Santé_

    • Face au tollé, le ministre de l’Économie reçoit plusieurs associations le 11 janvier et revient sur sa position en « [réaffirmant] sa volonté d’interdire l’#E171 ».

      Le ministère précise dans un communiqué qu’il demande à l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation) de rendre les résultats « de ses travaux sur les #nanoparticules sur le volet TiO2 (#dioxyde_de_titane, ndlr) pour le 15 avril », « afin de réunir les conditions juridiques nécessaires à cette interdiction ». C’est sur la base de ce rapport que le ministère s’engage à saisir la Commission européenne et à exercer « son droit de sauvegarde en prenant une décision unilatérale d’interdiction de l’E171 ». Ce délai supplémentaire de trois mois, regretté par les associations, est aussi critiqué par Loïc Prud’homme, député de la France insoumise, qui a annoncé le 15 janvier avoir saisi le Conseil d’État afin que les décrets d’application soient pris dès maintenant. En attendant la suspension officielle, le site Infonano.org recense les produits alimentaires contenant le E171, du chewing-gum aux sucettes.


  • Droit voisin : le sénat a voté l’interdiction pendant 20 ans de reprendre des articles de presse, photos vidéos de sites mainstreams sans payer de redevance
    https://www.crashdebug.fr/informatik/93-securite/15505-droit-voisin-le-senat-a-vote-l-interdiction-pendant-20-ans-de-repre

    Vous en avez rêvé ? Le sénat l’a fait !, de facto (si c’est confirmé par l’Assemblée nationale) interdiction pendant 20 ans pour les petits blogs et site alternatifs comme nous de reprendre des informations (textes, images, vidéos) de site mainstream sans payer une redevance. (moi qui croyais que je payais déjà des MILLIARDS d’€uro d’aide à la presse avec mes impôts tout les ans, il faut croire que ce n’est pas assez....)

    Bref, on saura donc le 24 janvier si Crashdebug.fr doit fermer (vu nos capacités financières exceptionnelles de 25€ par mois il est hors de question qu’on paye quoi que ce soit...) C’est donc une manière élégante de faire fermer tout les sites alternatifs qui donnent un autre éclairage aux informations officielles.

    Comme ça vous n’aurez qu’une vision de (...)

    #En_vedette #Sécurité #Actualités_Informatiques


  • Le pillage de notre planète est entré dans une nouvelle ère : l’hyperextractivisme. Dans la lutte séculaire pour le profit, les grandes multinationales passent à la vitesse supérieure. Ce qu’il en coûte pour l’humanité et la nature est secondaire pour ceux que Stendhal appelait les happy few.
    http://www.mirador-multinationales.be/divers/a-la-une/article/le-pillage-muscle-par-l-hyperextractivisme#nh4
    https://lavamedia.be/de-roofbouw-op-steroiden-van-het-hyper-extractivisme

    Ah, ils s’éclatent, les #super-riches. Un aventurier américain a récemment mis à l’eau l’Utopia IV. Après avoir déboursé 53 millions d’euros, il flotte maintenant sur les océans à bord de son super yacht. Plus besoin donc de vivre dans le monde des humains, où les gens dorment dehors ou sous des porches, et urinent dans un coin de la gare. Un autre navire, le Cloudbreak (75 mètres de long) sert à son propriétaire de base flottante pour gagner les pistes de ski ou les spots de surf en hélicoptère. Un équipage de 22 hommes s’affaire sur le Sorcha, un voilier de compétition du type Maxi 72. Un tel bateau coûte facilement 5 à 6 millions d’euros à l’achat, 2 millions annuellement pour l’entretien et encore 1 million par saison de compétition de voile. Quand on ne sait pas quoi faire de son argent, on trouve son inspiration dans How To Spend It, un supplément luxueux au journal économique et financier Financial Times. How To Spend It est très branché sur les joujoux pour ultra-riches. Voitures, robes, bijoux, safaris... ou montres. Le capitaine du Sorcha est aussi aux commandes (capitaine of industry) de la marque de montres Richard Mille qui produit des montres pour qui en a les moyens, leurs prix pouvant atteindre 900.000 euros pièce. Elles sont composées de saphirs et autres pierres précieuses, mais aussi de titane, vanadium, rhodium et autres métaux hi-tech.

    Dans How To Spend It, on observe les produits de luxe dévoreurs de métaux rares qui sont proposés à la bourgeoisie transnationale.

    https://howtospendit.ft.com

    L’assemblée nationale interdit l’utilisation du cyanure dans l’industrie minière. Et après ?
    http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/dossiers/interdiction_technologies_cyanure_industrie_miniere
    http://www.gresea.be/+-Matieres-premieres-+
    #extractivisme


  • En chaque grand bourgeois qui flippe sommeille un petit fasciste assoiffé de répression - FRUSTRATION
    https://www.frustrationlarevue.fr/en-chaque-grand-bourgeois-qui-flippe-sommeille-un-petit-fasciste-

    “On ne donne pas les moyens aux policiers de mettre fin à ces violences. C’est insupportable. Écoutez, franchement. Quand on voit des types qui tabassent à coups de pieds un malheureux policier qui est par terre, mais enfin ! Voilà, qu’ils se servent de leurs armes une bonne fois voilà, ça suffit ! A un moment, ces nervis, ces salopards d’extrême droite ou d’extrême gauche ou des quartiers qui viennent taper du policier, ça suffit ! (…) on a, je crois, la quatrième armée du monde, elle est capable de mettre fin à ses saloperies, faut dire les choses comme elles sont“


  • Yves Cochet : pour sauver la planète, il faut « limiter nos naissances » et « mieux accueillir les migrants »
    https://www.ouest-france.fr/environnement/yves-cochet-pour-sauver-la-planete-il-faut-limiter-nos-naissances-et-mi

    Dans un entretien accordé à L’Obs, l’ancien ministre de l’Environnement Yves Cochet propose des mesures pour inciter à faire moins d’enfants afin de limiter le coût écologique de la population et pouvoir accueillir davantage de migrants. Une solution choc pour ce défenseur de la décroissance, qui fait réagir.

    « Renversons notre politique d’incitation à la natalité  ! » Dans un entretien remarqué au magazine L’Obs daté du 3 janvier, Yves Cochet dévoile des solutions radicales pour sauver la planète face au dérèglement climatique. Il propose des mesures pour « faire moins d’enfants » et « mieux accueillir les migrants qui frappent à nos portes » afin de limiter l’impact écologique d’une population mondiale toujours plus nombreuse.

    Concrètement, l’ancien ministre de l’Environnement sous Lionel Jospin, propose « d’inverser la logique des allocations familiales » : « Plus vous avez d’enfants, plus vos allocations diminuent jusqu’à disparaître à partir de la troisième naissance. » Et d’ajouter : « Ne pas faire d’enfant supplémentaire, c’est le premier geste écologique. »

    Quant à la réaction (!), il s’agit d’Éric Ciotti …

    • wikipédia : yves cochet
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Yves_Cochet

      Après plusieurs candidatures sans succès aux législatives en Bretagne et dans le Nord où il théorise le « nomadisme électoral », il est élu député du Val-d’Oise en 1997 6 ; il fait alors partie des sept premiers élus écologistes au Parlement français. Il devient vice-président de l’Assemblée nationale.

      En 2001, il signe la mise en accusation de Jacques Chirac initiée par Arnaud Montebourg puis retire sa signature en expliquant qu’elle pourrait empêcher sa nomination comme ministre par le président de la République.
      . . . . .
      Considérant que sa circonscription du Val-d’Oise rendait sa réélection aléatoire, il se parachute dans la 11e circonscription de Paris (une partie du 14e arrondissement). Le 16 juin 2002, il y est élu député pour la XIIe législature (2002-2007).

      . . . . .
      En 2005, il a fait campagne pour le « oui » lors du référendum français sur le traité établissant une constitution pour l’Europe.

      . . . . .
      Il a déclaré être pour la « grève du troisième ventre », c’est-à-dire pour la diminution des aides financières au troisième enfant10. En 2019 il ajoute que cela pourrait « permettre aux occidentaux de mieux accueillir les migrants »11.
      . . . . .
      Le 6 décembre 2011, il est élu député européen, de même que l’UMP Jean Roatta, par l’Assemblée nationale, dans le cadre d’une procédure exceptionnelle visant à faire désigner les deux eurodéputés supplémentaires prévus par le traité de Lisbonne par l’Assemblée nationale et non par le suffrage universel. À l’approche des élections législatives de juin 2012, son siège reste vacant.
      . . . .

    • Il n’est pas toujours à la traîne Cochet. Durant les années 90, imaginant possible une intersection entre les exigences des chômeurs et précaires alors mobilisés et le gouvernement il avait voulu se faire l’inventeur de la réforme à venir. Il défendait alors la parfaite faisabilité économique d’un #revenu minimum dont le budget... absorberait ceux des APL et des allocations chômage.

      #crapule


  • La taxe d’habitation pourrait finalement être maintenue pour les 20 % de ménages les plus riches
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/01/07/la-taxe-d-habitation-pourrait-finalement-etre-maintenue-pour-les-plus-riches

    Critiqué pour sa politique fiscale jugée inégalitaire, le gouvernement pourrait revenir sur la suppression de la taxe d’habitation pour les 20 % de ménages les plus riches. Interrogé lundi 7 janvier sur France Inter, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a assuré que le maintien de cet impôt pour les 20 % de ménages les plus aisés était « sur la table ».

    La promesse de campagne d’Emmanuel Macron concernait les « 80 % des Français » les moins aisés, a souligné M. Griveaux, assurant que la suppression de la taxe d’habitation pour les ménages les plus riches « n’était pas dans le projet initial ». « La question est de savoir si nous irons sur ces 20 % restants. Oui », a reconnu ce proche du chef de l’Etat.

    La veille, déjà, le ministre des finances, Bruno Le Maire, avait déclaré que Bercy pourrait revoir sa copie si une demande en ce sens venait à être formulée dans le cadre du débat national lancé par Emmanuel Macron. « Si nous répondons non à chaque demande des Français, que nous ne sommes pas capables d’écouter la demande de justice, nous ne réussirons pas le grand débat qui doit s’ouvrir dans les prochaines semaines », a expliqué M. Le Maire dans l’émission « Le Grand Rendez-vous » Europe 1-CNews-Les Echos.

    • Ouille, ça sent la panique ! ou comment fâcher tout le monde…

      Céder à une première revendication, c’est montrer que les méthodes utilisées payent et ça encourage à monter la barre et c’est aussi, surtout ?, mécontenter violemment les pauvres (!) contribuables qui ont cru à (à qui on a fait miroiter) une suppression de leur taxe : ah, ben non, c’était pour rire !

    • La taxe d’habitation pour les plus riches à l’agenda du grand débat national
      https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/biens-d-equipement-btp-immobilier/la-taxe-d-habitation-pour-les-plus-riches-a-l-agenda-du-grand-debat-nation

      Hé ! Lemaire, même LR s’y perd …
      (sinon, jouer « les petits » contre « les gros », c’est pas populiste quand ça vient du gouvernement)

      Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, veut poser la question de la taxe d’habitation pour les plus riches dans le cadre du grand débat national.

      « On peut très bien demander aux Français s’il est légitime de supprimer la taxe d’habitation pour les 20% les plus riches. » Invité d’Europe 1 le 6 janvier 2019, le ministre d’Économie et des Finances veut introduire ce sujet dans le cadre du grand débat national. La deuxième question « Comment faire évoluer le lien entre impôts, dépenses et services publics pour mieux répondre aux besoins des Français ? » s’y prête en effet particulièrement.

      Le Premier ministre avait certes annoncé en mai dernier "une suppression complète" de la taxe d’habitation (TH), mais dans son programme, Emmanuel Macron écrivait bien : « nous exonérerons 4 Français sur 5 ». Aussi, le 7 janvier 2019 sur France Inter, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux n’a pas dit autre chose que son candidat : "La promesse de campagne de la supprimer pour 80% des Français est mise en place. La question de savoir si nous irons sur ces 20% restants, oui, elle est sur la table".

      « Il y a une différence entre ce qui a déjà été ratifié par les parlementaires et des choses annoncées pas encore votées », insiste Bercy auprès de La Tribune. "Au moment où il y a une demande de justice fiscale, ça fera partie du grand débat sur la fiscalité. Quand certains payent 50-60 voire 80.000 euros de taxe d’habitation, il faut regarder comment on fait pour avoir des mesures plus justes et plus ciblées."

      Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics, s’est, lui aussi, déclaré sur RTL favorable à ce que les Français ayant de "gros revenus et de grosses habitations", s’acquittent de la TH. "Peut-être est-ce qu’on pourrait effectivement imaginer que ce ne serait pas juste de les exclure", a-t-il encore souligné. Sur la même antenne, le président (LR) de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, Eric Woerth, a plaidé pour de la "stabilité". « C’est changer de pied sans arrêt, on n’y comprend plus rien », a accusé l’ancien ministre du Budget.


  • L’Assemblée nationale vote un texte facilitant les écoutes téléphoniques et la géolocalisation
    https://www.ouest-france.fr/societe/justice/l-assemblee-nationale-vote-un-texte-facilitant-les-ecoutes-telephonique

    Après avoir voté la possibilité de déposer des plaintes ou de se constituer partie civile en ligne et l’anonymisation des policiers et gendarmes recevant des plaintes et mains courantes, l’Assemblée nationale a autorisé ce vendredi 23 novembre le parquet à recourir aux écoutes téléphoniques et à la géolocalisation pour davantage d’infractions.

    Cette mesure, adoptée dans le cadre du projet de réforme de la justice, permet au procureur de la République de requérir du juge des libertés et de la détention (JLD) des écoutes téléphoniques et des techniques de géolocalisation pour toutes les infractions punies de trois ans d’emprisonnement. Cela ne lui était possible qu’en matière de délinquance et de criminalité organisées.


  • Suisse Marina Carobbio : « Une grève des femmes en 2019 est vraiment utile » Malika Nedir/jvia - 2 Décembre 2018 - RTS
    https://www.rts.ch/info/suisse/10110045-marina-carobbio-une-greve-des-femmes-en-2019-est-vraiment-utile-.html

    Un appel à une grève nationale des femmes est lancé pour le 14 juin prochain. Une action « utile », estime la présidente de Conseil national Marina Carobbio. Selon elle, il est encore difficile pour une femme de faire carrière en politique en Suisse.


    Marina Carobbio, Présidente du Conseil National, veut défendre la place des femmes en politique. Une des priorités de son mandat 19h30 / 3 min. / à 19:30

    « Une grève des femmes, c’est vraiment utile, parce que cela vient d’en bas. Il y a beaucoup de femmes qui s’engagent, des collectifs de tout le pays. Et on a vu que la dernière grève, en 1991, a abouti à quelque chose. Cela faisait des années que l’égalité était inscrite dans la Constitution fédérale, mais on n’avait pas encore de loi », rappelle la socialiste tessinoise Marina Carobbio, présidente cette année du Conseil national et de l’Assemblée nationale, élue le 26 novembre dernier.
    VOIR LA VIDEO SUR LE SITE DE LA RTS https://www.rts.ch/info/suisse/10110045-marina-carobbio-une-greve-des-femmes-en-2019-est-vraiment-utile-.html

    En 1991, près de 500’000 personnes avaient fait grève pour réclamer l’égalité réelle entre hommes et femmes. « On n’en a pas encore les effets concrets maintenant, il y a encore des disparités salariales importantes », reconnaît toutefois Marina Carobbio dans le 19h30 de la RTS.

    Le Parlement vient par exemple d’accepter une réforme de la loi sur l’égalité salariale, mais celle-ci reste peu contraignante à l’égard des entreprises. « Moi j’espérais quelque chose de plus. Mais on a au moins la révision de la loi, sur laquelle on peut travailler. On doit maintenant vraiment aboutir à une égalité salariale effective. C’est dans l’intérêt de tout le monde », estime la première citoyenne du pays.

    Défendre la place des femmes en politique
    Pourquoi ces avancées sont-elles si lentes ? « L’une des raisons, c’est que l’on n’a pas une égalité là où l’on prend les décisions politiques ». En effet, il n’y a actuellement que 32% de femmes au Conseil national et 15% au Conseil des Etats. « Il y a eu des pas importants, avec deux nouvelles conseillères fédérales, mais nous n’avons pas une égalité de représentation des hommes et des femmes dans les parlements. Il y a même des gouvernements cantonaux, comme le mien au Tessin, où il n’y a pas de femme », regrette-t-elle.

    L’une des priorités du mandat de Marina Carobbio est donc de défendre la place des femmes en politique. Elle a d’ailleurs lancé une page web, intitulée Femmes politiques, dans ce but. Elle reconnaît que son parcours personnel - mère de deux enfants, médecin, vice-présidente du Parti socialiste suisse et élue au Conseil national depuis 12 ans - reste pour l’heure une exception.

    A ses yeux, faire une carrière politique en Suisse, est « encore plus difficile qu’il y a quelques années », notamment parce que « les femmes sont très attaquées sur les réseaux sociaux » et ont « peur de s’engager ».

    Responsabilité des partis
    Marina Carobbio souligne encore la responsabilité des partis politiques : « Ils ne doivent pas seulement mettre les femmes sur la liste, mais aussi les soutenir ». « J’espère que l’année prochaine il y aura beaucoup de femmes candidates aux élections fédérales, mais aussi de femmes qui seront élues », conclut-elle.

     #grève_des_Femmes #grève #luttes_sociales #féminisme #travail #égalité #sexisme #inégalités #Marina_Carobbio #disparités_salariale


    • ça rafraichit de la #voix_de_son_maitre servie avec permanence par les médias, vu 2mn de Sophia Aram qui donne la gerbe sur FI à entonner avec ferveur le discours dominant de haine contre les méchants gilets jaunes

      La magie de Noël et des « gilets jaunes »
      youtube.com/watch ?v=N7xlK1hLOE0

    • C’est vraiment dommage de les opposer, @touti , parce que pour moi ces deux paroles ne s’annulent pas mais se complémentent. (avec un lien qui marche : https://seenthis.net/messages/747224 )
      Être une femme régulièrement confrontée au racisme ne peut que faire réagir face à la multiplicité des références nationalistes et actes racistes du début du mouvement, vu comment ils ont été minorés par certain-e-s malgré de nombreuses alertes de personnes qui observaient le devenir de ce soulèvement parti, c’est indéniable, de la complosphère... Il a fallu beaucoup beaucoup beaucoup de temps et, hélas, quelques actions coup-de-point d’antifascistes dans des cortèges, et, plus heureusement, la prise de position du comité Adama Traoré pour infléchir la tendance, toujours présente. Et clairement, la dernière sortie de Jean-Luc Mélenchon sur l’un des plus brunâtres des figures des #gilets_jaunes et la levée de boucliers pour défendre JLM plutôt que critiquer le type en question ne va surement pas aider les personnes racisées à se sentir à l’aise...

    • @val_k je réponds sur le message que tu cites.
      Et j’ajoute ici que les mots d’ordre que j’ai entendu des gilets jaunes sont lutte solidarité et bienveillance avec le rappel à fuir les partis politiques et à n’être ni sexiste ni raciste. Et j’ai vu plus de femmes et de personnes racisés prendre la parole à l’AG où je suis allée que dans n’importe quel autre mouvement.
      Ça ne fait pas des GJ des anges, mais il est symptomatique de constater la ressemblance de déferlement de haine à leur endroit avec les débuts d’internet.

    • Voilà voilà @touti : j’ai pensé à toi quand j’ai vu l’info que rapporte @colporteur
      Parce que figure-toi, non c’est pas la joie de critiquer certains aspects du soulèvement des gilets jaunes et, comme beaucoup, je prefererai infiniment le rejoindre et pouvoir enfin être dans un mouvement massif.
      Sauf que contrairement à toi je pense que le rapport au web a appris à beaucoup de #giletsbruns à se planquer pour mieux faire passer leurs messages... Critiquer les dérives et manipulations n’est pas critiquer chaque participant-e.

    • @val_k je ne chante heureusement pas :)

      J’ai perdu toute illusion sur le grand soir, je n’en nourri pas plus sur les gilets jaunes qui brassent large dans leur ras-le-bol donc oui, il y aura toujours des fachos à virer.
      J’observe les chien·nes de garde et leur traitement médiatique qui servent du prêt à penser.
      Depuis Mitterrand il suffit que les médias agitent le spectre facho pour que Chirac ou Macron soient élus et pour faire accepter l’ordre autoritaire violent garant de l’ultra libéralisme en place. Hollande a fait durer le vote du mariage pour tous et facilité la mise en place des réseaux fachos qu’on retrouve maintenant.
      C’est évident qu’il faut veiller, mais il parait qu’à l’assemblée nationale ils s’y sentent bien, on a même vu Mélenchon faire la bise à Lepen à la télé.
      J’ai été désarçonnée par la naïveté politique des GJ, l’éducation civique mais surtout populaire servait aussi à ça, à former à la politique, à reconnaitre les pièges tendus du racisme et de la xénophobie.
      Depuis plusieurs années les liquidateurs d’usine sont aux manettes politiques avec leurs connaissances des moyens de destructions psychologiques des groupes antifascistes, sous Sarkozy, on a vu des défilés avec le salut hitlérien soutenus par les flics. Les propriétaires du monde ont alimenté les islamistes et le spectre fachiste pour détourner l’attention et mieux asseoir leur pouvoir en désignant l’Autre comme ennemi.
      Tu trouves que le texte de Sophia Aram est courageux, à contrario je trouve qu’il alimente la haine par des poncifs. Comment fin décembre en être encore à la défense des plâtres de l’arc de triomphe quand le nombre de manifestant·es mutilés par la police est si important ? La perte des croyances républicaines démocratiques serait plus intéressante à questionner à cet endroit. Parce que le fachisme émergera du côté des dominants qui détiennent l’armée et la police, il me semble qu’il serait de bon ton effectivement de s’en inquiéter. Et peut-être d’aller voir sur place à en discuter …

    • Avec les félicitations et des bisous de Sanda et Michel Fugain
      https://www.facebook.com/margueritelescirconstances

      Venue du chant lyrique et du jazz, Marguerite a cette semaine troqué les salles feutrées et les contrebasses pour enfiler un gilet jaune sur un rond-point. Inspirée par la mobilisation de ces trois derniers mois, l’artiste a en effet tourné un clip qui fait le tour des réseaux sociaux depuis sa publication pour le jour de l’An. En quatre jours, sa reprise de la chanson de Michel Fugain « Les Gentils, les Méchants » a été vue plus de 500 000 fois sur Facebook, sans compter près de 20 000 partages.

      Egalement comédienne, elle a réussi à convaincre quelques membres de sa famille, réunis en province pour le réveillon, de partager son petit délire devenu viral.

      www.leparisien.fr
      Quand à Philippe Ariño, je ne sais pas s’il a reçu des bisous et félicitations de Vincent Delerm. Une petite visite de son site s’impose
      http://www.araigneedudesert.fr/les-20-secrets-de-la-chanson-veilleur-je-suis-la

      Veilleur, je suis là.
      Avoue, tu ne t’attendais
      pas trop à ça.
      Bougie au vent
      Livre en moi
      Culture et foi
      Mon seul combat.

      Veilleur, je suis là.
      Des millions de Français
      tu muselas.
      Pour un enfant, une maman deux papas :
      Dans quel délire
      T’es parti là ?

      Mmmmh Mmmmh retire ta loi.
      Mmmmh même toi tu n’en veux pas.

      Veilleur, je suis là.
      La ville s’est endormie.
      Pas peur de toi.
      Et cette grande valse disparaîtra
      l’inhumaine loi.
      Réel vaincra.

      Mmmmh Mmmmh question de mois.
      Mmmmh Mmmmh on lâchera pas.

      Mmmmh Mmmmh Réel vaincra. Réel vaincra. Mmmmh Mmmmh


    • @colporteur : c’est largement un portfolio, voilà le texte :

      Les gueules cassées du Flash-Ball Près de trente gilets jaunes ont eu le visage meurtri par des tirs non-réglementaires. Entre traumatisme et incompréhension, ils essaient de se reconstruire.

      23 déc. 2018 - par Paul Conge / Photos : T.Biju-Duval et P.C

      David court comme si le diable était à ses trousses. Les Champs-Elysées ne sont plus qu’un enfer de gaz et de déflagrations ce 1er décembre. Le trentenaire en gilet jaune zigzague à l’aveugle, loin de cette « guerre », et le voilà rue Paul-Valéry, nez-à-nez avec des CRS. Il prend la main de Laure, sa compagne, ils avancent vers eux en douceur et les bras en l’air. David, formel : « Il n’y a pas eu de sommation. » Juste ce bruit sourd, cette cartouche tirée à toute vitesse, cet uppercut foudroyant dans sa bouche. David s’écroule, Laure crie, David crache du sang et quatre de ses dents.

      Pendant qu’il est sonné, David a quelques flashs : l’air épouvanté d’un pompier à la vue du trou dans sa lèvre, la spatule en bois qu’une infirmière glisse dans sa bouche, la « soucoupe de lumière » du bloc opératoire à l’hôpital Saint-Joseph... « J’ai cru que j’allais y rester », remet-il.

      Quinze jours d’ITT plus tard — le médecin lui en a prescrit 45 — David se terre maintenant dans son salon carrelé, à Bouafle (Yvelines), un gros sparadrap sur la lèvre pour cacher le trou. Ce tailleur de pierre à la gueule d’ange ignorait tout des armes à feu. Il sait à présent que son visage a été buriné par une cartouche en caoutchouc propulsée à 330km/h par un lanceur de balle de défense (LBD, ex-Flash-Ball). « C’était un tir pour blesser, de la violence gratuite », estime cet Yvelinois de 31 ans accro à sa moto.

      26 blessés au visage
      Os de la mâchoire éjectés, multiples fractures, gencive arrachée, sinus défoncés, de même que les dents, « de la canine à la première molaire »... « J’ai l’impression de ne plus avoir de mâchoire », dit le jeune gilet jaune, en cherchant ses organes disparus avec sa langue. On lui a un peu rafistolé la lèvre, mais il en manque un morceau. Sous morphine, codéine et antidépresseurs, il attend ses futures opérations, ainsi qu’une greffe d’os, qu’on lui extraira de la hanche. Mais il a toutes les chances de rester défiguré à vie.

      David
      Opposant pas très farouche à la loi CPE en 2006, David était venu défiler à Paris pour montrer à sa petite-amie « ce que c’est une manif ». Et par solidarité : « Je suis intérimaire. Les chantiers sont super loin. Les impôts nous saignent. On se sent tous concernés. »

      Avant qu’il ne fasse les frais de ce tir non-réglementaire. Car les cartouches de LBD 40 ne sont en aucun cas censées percuter le visage. La notice d’utilisation enjoint bien au contraire à viser « sous les épaules ». Pourtant, beaucoup de balafres similaires ont été relayées sur les réseaux sociaux. Thomas, 20 ans, de Nîmes, a eu la joue déchiquetée. Maxime, 40 ans, d’Avignon, a eu la mâchoire fracturée. Fiorina, 20 ans, d’Amiens, a perdu un œil... Selon le décompte d’Explicite, parmi les centaines de blessés, au moins 26 ont eu le visage touché.

      LBD 40, plus dangereux que le Flash-Ball
      « Le visage agit comme un pare-choc de voiture, il se casse pour protéger la boîte crânienne », relève Ludovic Bénichou, chef du service de chirurgie maxillo-faciale de l’hôpital Saint-Joseph, où furent hospitalisées plusieurs des victimes du LBD 40. « Quand le projectile est lancé à haute vélocité, il emmagasine une forte énergie cinétique, absorbée ensuite par l’impact, ce qui fait des dégâts : la maxillaire peut partir en miettes, l’orbite peut casser, il y a des pertes de tissus... Quand ça atteint la bouche, ça emporte pas mal de dents. »

      « Le LBD40 fait évidemment plus de dégâts »
      Le chirurgien poursuit : « Pour les soigner, on utilise la traumatologie faciale, qui a été inventée pendant la Première Guerre mondiale pour réparer les ’gueules cassées’ » - ces « poilus » dont le visage a été massacré par les balles allemandes. Chirurgie reconstructrice, chirurgie esthétique, greffes osseuses... « Au bout, ce ne sera pas comme s’il n’y avait rien eu, mais ça améliore les choses », poursuit le médecin.

      Comment expliquer un telle quantité de blessés au visage ? Par deux phénomènes au moins. D’abord, le remplacement progressif du Flash-Ball par des lanceurs de balles de défense 40mm, ou « LBD 40 » dans le jargon. « Le LBD 40, plus précis, fait évidemment plus de dégâts, puisque la cartouche est plus fine », note Guillaume Verney-Carron, directeur général de l’entreprise qui fabrique le Flash-Ball.

      D’autre part, un glissement dans la doctrine du maintien de l’ordre : « Avant, le Flash-Ball était utilisé pour se sortir d’une situation délicate, embraye le directeur. Maintenant, on en a changé la doctrine d’emploi : le LBD 40 est utilisé à toutes les sauces, et à plus grande distance. » Ainsi, rien que sur la journée du 1er décembre, quelque 776 cartouches de LBD 40 ont été tirées, preuve de leur utilisation massive.

      Réveils en sursaut et libido à zéro
      « Cette arme ne devrait pas exister. J’en vois pas l’intérêt. Les policiers ont des matraques et ils savent très bien s’en servir », s’agace David qui souhaite désormais leur disparition de l’arsenal de la police. « C’est du maintien de l’ordre, pas la guerre ! » Comme certains blessés militaires, David se réveille en sursaut de ses cauchemars, la nuit, persuadé d’avoir entendu des bruits de déflagration.

      Il y a d’autres séquelles post-traumatiques. Sa libido est à zéro, il a perdu 10 kilos, il ne peut plus se moucher et prend pour seul repas des boissons protéinées. Devant une glace, il n’accepte pas son visage déformé. « On m’a enlevé une partie de moi-même, énonce David en fondant en larmes. J’ai failli prendre ma moto et me foutre en l’air. » Son visage se clôt : « Ce tir a détruit beaucoup. Des années de ma vie. Je veux qu’on me rende ma mâchoire. »

      Le monde à travers le trou de la serrure
      Les traumatisés, tels des animaux blessés, se terrent dans leur tanière. Ainsi, Jérôme, éborgné par un tir de LBD 40, le 24 novembre dernier, ne quitte plus trop la pénombre de l’appartement familial de Chartres (Eure-et-Loire). « Je supporte mal la lumière », confie-t-il, un bandeau de pirate sur l’œil gauche. Alors le salon est tristounet à quelques jours de Noël, stores baissés de moitié et lampadaires tournés vers les murs.

      Jérôme
      Il faut le voir, ce costaud au crâne rasé, ancien agent de sécurité, les 40 ans marqués, qui s’est petit à petit replié sur lui-même. « Il a changé, s’attriste son épouse en voyant son regard viser le sol. Avant c’était un ’bonhomme’, comme on dit. Maintenant, il est fragilisé, son visage n’est plus éclairé, ses épaules sont rentrées... »

      « Une des seules choses que j’aimais chez moi, c’était mon regard »
      Cet ancien maître-chien était à la recherche de sa femme sur les Champs-Elysées lorsque c’est arrivé : « Ça a juste fait boum dans ma tempe ». Cette cartouche fatale a chamboulé sa vie. « J’ai l’impression de regarder le monde par le trou de la serrure », déplore âprement Jérôme. Son champ de vision s’est rétréci comme peau de chagrin. Le drame pour cet homme qui adorait piloter sa vieille Audi GT 80 et les séries de science-fiction. Aujourd’hui commercial, il n’est pas sûr d’oser affronter le regard des clients. Dans la rue, il est reluqué. « Le regard des gens n’est pas évident », souffle cet ancien parachutiste.

      Jérome et son épouse
      Pour Jérôme, qui jure qu’il n’était pas hostile, cette blessure est une énième injustice et un énième couperet. Lui qui, déjà, vilipendait ce monde « dominé par une poignée d’individus milliardaires », quand lui devait se résoudre « à prendre des crédits à la consommation pour payer les loyers en retard ». Pour que ses filles puissent se nourrir, « des fois, je ne mangeais rien pendant trois jours », dit-il. Et les fins de mois sont toujours aussi ric-rac.

      Maintenant, il souffre de terribles maux de tête, et le traumatisme l’a rendu plus anxieux. « J’ai peur qu’il m’arrive le moindre truc à l’autre œil, et que je devienne aveugle. Quand je me regarde, je me sens diminué. Je me suis jamais trouvé très beau.. mais une des seules choses que j’aimais chez moi, c’était mon regard. C’est celui de mon oncle », dit-il. Une larme s’échappe soudain de son œil de pirate, dernier signe de vie qui émanera de cet organe mort.

      Un mauvais tir ?
      Jérôme, entraîné aux armes quand il était militaire, ne croit pas à l’erreur de tir : « Je pense qu’il a visé la tête intentionnellement. Certains y prennent presque du plaisir. » Avocat de flics, maître Laurent-Franck Lienard n’est pas tendre à ce sujet avec ses clients : « Lorsqu’ils disposent d’armes intermédiaires, [les policiers] ne sentent pas la même inhibition et montrent une tendance très nette à y recourir, y compris lorsque la situation ne le justifie pas. (…) On ne compte plus les usages de cette arme en dehors de tout cadre légal, pour ’faire du bruit’, ’faire courir les jeunes’ ou ’se faire plaisir’… des notions bien éloignées de l’action policière ! »

      « Comme à la chasse, vous pouvez faire un mauvais tir », nuance le fabriquant du Flash-Ball. Habilitée au LBD 40, une source policière lui emboîte le pas : « On n’est pas tireurs d’élite et ça n’est pas une arme de précision. C’est comme à la boxe : ne pas viser la tête, ne pas viser la colonne… On fait toujours, toujours, au mieux. Mais on n’est pas infaillible. Ça dépend si la personne court, de la distance, des conditions climatiques, s’il y a du vent... »

      « Comme à la chasse, vous pouvez faire un mauvais tir »
      Seul hic, beaucoup de ces gueules cassées ne présentaient aucun danger immédiat. Des vidéos partagées sur les réseaux sociaux montrent au contraire des personnes pacifiques percutées de plein fouet par des tirs de LBD. Sollicitée, la place Beauvau n’a pas donné suite à nos demandes.

      « Tout ça alors qu’on défendait des droits... », conclut Jérôme. « Je ne regrette pas malgré tout. Je ne regrette rien, parce qu’il y a eu une prise de conscience collective... et je souhaite du plus profond de mon être qu’il se passe quelque chose. Je suis content d’avoir participé à ça, même si je l’ai payé très cher. »

    • Dans une interview à #Chasse_Passion de septembre, Guillaume Verney Caron pleure pour être soutenu par la france dans la fabrication d’armes à tuer des humains.

      Interview Guillaume Verney-Carron au sujet du VCD10
      https://www.youtube.com/watch?v=GLKmCoNyH4M

      Jamais mieux servi que par soi même, il écrit des articles à sa gloire dans la tribune.


      https://acteursdeleconomie.latribune.fr/debats/opinion/2016-09-16/la-fin-du-famas-pour-l-armee-francaise-et-maintenant-qu

      Le Famas, produit à Saint-Etienne et qui équipait depuis 1979 l’armée française sera bientôt remplacé par un modèle allemand HK 416. Son fabricant Heckler und Koch ayant remporté l’appel d’offres de l’Etat. Le sentiment d’amertume passé, Guillaume Verney-Carron, directeur général de l’entreprise stéphanoise éponyme, qui avait postulé pour maintenir la production de l’arme française sur son territoire historique, lance un appel pour que la filière française puisse continuer à vivre, et qu’elle retrouve ses lettres de noblesse.

      A quoi travaillent les lobbys de chasse à l’assemblée nationale ?

      #industrie_de_l'armement

    • La violence est une tradition française à préserver

      Verney Carron
      Verney-Carron Security. Since back in 1650, and then again the watershed year 1820, the family-run business has demonstrated wisdom, intelligence and level-headedness needed to navigate the transition from expert craftsmanship to cutting-edge, avant-garde industrial expertise, enabling us to carve out a position as trade-leading pace-setter.
      [Search domain www.verney-carron-security.com/en/] https://www.verney-carron-security.com/en


  • Sécurité sociale : il existerait 1,8 million de numéros de sécurité sociale attribués sur la base de faux documents qui coûterait « 14 milliards d’euros par an »
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/15396-securite-sociale-il-existerait-1-8-million-de-numeros-de-securite-s

    Ça vous étonne que l’Assemblée nationale ne fasse rien ? Alors je me permets de vous rappeler que la France à signé le 11 décembre 2018 le pacte de Marrakech qui prévoie, planifie et légalise, l’installation de 5 à 89 millions d’immigrés en France d’ici 2050, ceci pour le plus grand plaisir du patronat, et dont les prestations sociale, éducative, médicale seront assurées par nos impôts, privatisation des profits et socialisation des pertes comme pour les ... Banques... La conséquence d’Emmanuel Macron serat Marine Le Pen à la présidence de la République française, et c’est voulu, après avoir mis le pied à l’étrier à Emmanuel Macron, Jacques Attali ne se vantait il pas de connaître LA future présidente de la France en 2022 ?

    Le Sénat a adopté un amendement prévoyant que le (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises

    • * Roubaix-Lille Une faute médicale provoque la mort d’une jeune mère de 25 ans au CHRU
      http://lavdn.lavoixdunord.fr/509783/article/2018-12-19/une-faute-medicale-provoque-la-mort-d-une-jeune-mere-de-25-ans-au

      Le 5 juin 2017, une Roubaisienne de 25 ans tout juste opérée d’une appendicite au CHRU est renvoyée chez elle malgré une forte fièvre. Elle décédera cinq jours plus tard, laissant une fillette orpheline de 8 ans. L’hôpital a reconnu des manquements et devra sous quatre mois indemniser la famille de la victime.

      C’était le lundi de Pâques. Dans la matinée, Salima Ghrib est arrivée aux urgences du CHRU, se plaignant de douleurs au ventre. Elle sera opérée dans la soirée d’une « appendicite aiguë perforée ».


      La fièvre ne la quitte pas. « Le 4 juin, elle avait 38,7º degrés et le 5 au matin, sa CRP, (marqueur d’une infection dans le sang NDLR), est à 378 alors que la normale est inférieure à 6 », souligne aujourd’hui, Me Angélique Opovin qui représente la famille Ghrib. « On la renvoie malgré tout chez elle, le 5 juin en lui disant que ses douleurs sont une suite opératoire normale  », s’indigne l’avocate. «  Le 9 juin, alors qu’elle est chez ses parents, alitée dans une chambre, elle est soudain si mal que sa fillette qui était avec elle fait irruption dans le salon en criant : « maman est en train de mourir. » »

      De la fièvre et le mauvais antibiotique
      Salima est ramenée en urgence à l’hôpital. Les médecins ne pourront rien faire pour la sauver. Elle meurt le 10 juin, laissant sa famille avec de multiples questions. Du côté du centre hospitalier de Lille, les bévues s’enchaînent : le dossier médical remis aux parents de Sabrina Ghrib est incomplet. Le CHR leur adresse une nouvelle version sous forme d’un CD-Rom qui s’avérera être le dossier d’un autre patient.

      En avril 2018, Me Angélique Opovin saisit la commission de conciliation et d’indemnisation des accidents médicaux, une procédure civile qui évite le recours au tribunal correctionnel. Un médecin expert en chirurgie viscérale et digestive conclut sans ambiguïté : « Salima Ghrib présentait un cas d’appendicite très lourd, la CRP à 378 aurait dû alerter et entraîner des examens supplémentaires », rapporte l’avocate.

      L’expert relève une autre faute médicale : la patiente a été renvoyée de l’hôpital avec un traitement à base d’Augmentin alors qu’une analyse de sang faite avant la sortie révélait que l’infection de Salima Ghrib était résistante à cette souche d’antibiotiques. L’expert vient de considérer que la faute a contribué au décès de la jeune femme, à hauteur d’au moins 80 %.

      Plusieurs vies bouleversées
      Le CHR n’a jamais contesté sa responsabilité dans la mort de Salima Ghrib et a reconnu des manquements. L’hôpital a dorénavant quatre mois pour indemniser la famille. Reste à savoir si les proches seront dédommagés à la hauteur du bouleversement économique qui s’ajoute à leur douleur.

      * Salima était le pivot d’une auto-école créée avec ses deux sœurs, près de la gare à Roubaix. Il a fallu tout réorganiser sans elle. Mais surtout Salima Ghrib élevait seule sa fillette. L’enfant habite désormais chez ses grands-parents. Un couple de gens âgés d’une soixantaine d’années, aux revenus modestes et à la santé fragile, qui ont dû se replonger dans l’éducation d’une fillette de 8 ans.

      #Hopital déglingué #Femme Merci le #PS , Merci aussi aux députés #enmarche, et à #emmanuel_macron de continuer la destruction du systéme de santé français.


  • François-Michel Lambert : « Il y a une une intelligence artificielle incontrôlée à la tête de ce gouvernement »
    https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-6h20/l-invite-de-6h20-19-decembre-2018

    François-Michel Lambert, député écologiste des Bouches-du-Rhône, est l’invité de Mathilde Munos. Il a quitté le groupe En Marche à l’Assemblée il y a deux mois.

    Retranscription trouvée sur FB, page de Percehaie Malebranche :

    François-Michel Lambert est député écologiste des Bouches du Rhône, ancien LREM. Il est interviewé à 6 h 20 alors que la séance à l’Assemblée Nationale s’est terminée à 6 h !

    François-Michel Lambert : « Vous savez qu’on est passé à deux doigts, à quatre heures et demie ce matin, de voter une défiscalisation pour Total, qui a des bénéfices par milliards. C’est ça qui n’est plus supportable ! C’est le citoyen qui veut avancer dans la transition écologique, alors lui, eh bien il se débrouille tout seul, ça c’était le sens de l’annulation de ces aides qu’avait initiée le gouvernement à 17 heures, et Total, qui n’a aucun problème pour rémunérer ses actionnaires, on lui en donnait encore plus, plusieurs centaines de millions d’euros...

    Mathilde Munos (journaliste) : Qui c’est qui réclamait cette défiscalisation ?

    François-Michel Lambert : La défiscalisation de Total, c’est le gouvernement qui a souhaité que Total bénéficie d’une défiscalisation sur l’huile de palme importée, mais par contre, pas de défiscalisation sur nos propres huiles carburant françaises, comme l’huile de colza ou comme à base de betterave. C’est un cafouillage permanent. »


  • Avec la réforme, « les justiciables aisés auront une #Justice à leur service, les #Classes_populaires en seront exclues »
    https://www.bastamag.net/Avec-la-reforme-les-justiciables-aises-auront-une-justice-a-leur-service-l

    Des algorithmes remplaçant les juges pour trancher des litiges mineurs ; des procès à distance, et déshumanisés, via la visioconférence ; des garde-à-vues décidées par des policiers sans accord écrit d’un juge ; des plateformes numériques privées pour régler à l’amiable des litiges ; un accès à la justice trop onéreux pour les classes populaires… Science-fiction ? Aucunement : il s’agit de la réforme de la justice portée par la Garde des Sceaux Nicole Belloubet et discutée à l’Assemblée nationale. Sa « justice (...)

    #Décrypter

    / #Entretiens, Classes populaires, #Inégalités, Justice, A la une, #Services_publics

    • Les principales dispositions litigieuses du projet
      http://www.librairie-tropiques.fr/2018/12/justice.html

      1/ L’expérimentation de la cour criminelle départementale : vers la suppression de la cour d’Assises
      Les infractions punies de moins de 20 ans de réclusion criminelle ne seront plus jugées par les cours d’Assises. Dans ces affaires considérées comme des « sous-crimes », il n’y aura ni jurés citoyens, ni reprise de l’intégralité de l’instruction à l’audience. Il est pourtant primordial d’associer les citoyens à la justice rendue en leur nom.
 


      2/ L’extension du juge unique
      Désormais près de 170 nouveaux délits seront jugés par UN SEUL juge devant le tribunal correctionnel. Le principe du juge unique sera étendu aux procédures d’appel, faisant de la collégialité l’exception. Le président de la Chambre de l’instruction pourra statuer seul, au prétexte que la solution lui semble s’imposer.
 


      3/ Une généralisation des mesures d’enquête attentatoires aux libertés
      
Multiplication des recours aux mesures coercitives, généralisation des écoutes téléphoniques, interceptions de correspondances et techniques de géolocalisation en enquête préliminaire, allongement des durées de sonorisation et d’IMSI catcher, extension des techniques spéciales d’enquête à l’ensemble des crimes.
 


      4/ Suppression de la présentation au procureur pour la prolongation de la garde à vue

      5/ Restriction du droit des parties civiles
      
Il faudra désormais attendre 6 mois - au lieu de 3 mois - après le dépôt de plainte pour se constituer partie civile, au risque de s’exposer à une prescription et déperdition des preuves.
 


      6/ Possibilité d’imposer la visio-conférence pour la prolongation de la détention provisoire
      Désormais, les prévenus n’auront même plus le droit d’être présents à leurs audiences pour la prolongation de leur détention. Les avocats devront choisir entre être aux côtés de leurs clients ou être présents physiquement au tribunal.
 


      7/ Restriction des aménagements de peines
      Alors que l’emprisonnement de courte durée augmente le risque de récidive, le gouvernement supprime les aménagements ab initio pour les peines d’emprisonnement entre 1 et 2 ans et réduit les aménagements ultérieurs.
 

      8/ Embrouille de dernière minute sur la justice des mineurs
      Le gouvernement a fait voter un amendement autorisant une réforme par ordonnance contournant ainsi un débat démocratique au sein des assemblées.
 


      Les paramètres requis sont manquants ou erronés. 
 


      1/ Suppression des juridictions de proximité
      Au programme : suppression des tribunaux d’instance (traitant des affaires de logement, des litiges de moins de 10 000 € notamment les prêts, les élections professionnelles, les tutelles, etc.), centralisation de certaines matières au sein des TGI et Cours d’appel pour vider et supprimer progressivement d’autres juridictions.
 


      2/ Dématérialisation des procédures
      Le recours à la conciliation et à la médiation sera rendu obligatoire à peine d’irrecevabilité pour les « petits litiges », avec une certification de plateformes en ligne. Ce sont autant de frais supplémentaires pour les justiciables.
 
Les « petits litiges » pourront également être dématérialisés imposant aux justiciables de renoncer à une audience, pour un délai de traitement prétendument plus rapide.
      Tant pis si le dossier s’avère plus complexe ensuite.
 
Le contentieux des injonctions de payer sera dématérialisé, c’est-à-dire sans audience, et confié à une juridiction composée de 6 magistrats pour 500 000 injonctions de payer. Soit 6 minutes à consacrer par dossier pour vérifier l’absence de clause abusive, le respect des obligations d’information vis-à-vis des « petits » justiciables n’arrivant plus à payer. Un énorme cadeau aux organismes de crédit et sociétés de recouvrement.
 


      3/ La Caisse des allocations familiales, juge et partie
      Le projet supprime, à titre expérimental, l’intervention du juge pour la révision des pensions alimentaires, en confiant ce pouvoir à la CAF. Or, c’est précisément la CAF qui paie quand le débiteur refuse ou est dans l’impossibilité de le faire. De belles sources d’économies en perspective sur le dos des droits des justiciables.


      4/ L’avocat obligatoire pour les élections professionnelles et en appel en matière de sécurité sociale
      Sans moyens supplémentaires, ce sont autant de justiciables qui, pour des petits litiges seront privés de l’accès au juge.

      L’appel des jugements de sécurité sociale suivra la procédure de droit commun (dite Magendie), avec des délais absurdes multipliant les caducités et irrecevabilités au détriment des justiciables qui vont devoir payer un timbre fiscal de 225€.


  • Gilles Le Gendre : une de nos erreurs "est d’avoir probablement été trop intelligents
    https://www.youtube.com/watch?v=Fp36PR6saeI

    Ce lundi sur Public sénat, le patron du groupe La République en marche à l’Assemblée nationale a avancé que la majorité avait « insuffisamment expliqué son action » et que ses membres s’étaient montrés « trop intelligents et trop subtils ». 

    Gilles Le Gendre à l’Assemblée nationale

    • gilles.legendre@en-marche.fr
    • gilles.le.gendre@assemblee-nationale.fr

    Déclaration d’intérêts et d’activités déposée le 03/02/2018 en sus de ses indemnités parlementaires (Curieux, on ne dit pas salaire)

    – Conseil aux entreprise
    2016 : 63 291 € Net
    2017 : 41 996 € Net

    – Société : Explora & Cie
    Evaluation : 170 000 € │ Nombre de parts détenues : 600 │ Pourcentage du capital détenu : 50 %

    Rémunération ou gratification au cours de l’année précédente : Dividendes : 50 000 euros brut en 2017

    #intelligence #enmarche #intelligence_artificielle #bêtise
    #oligarchie #oligarchies #france #idéologie


  • Gilets jaunes, acte IV : même pas peur !
    https://la-bas.org/5366

    Malgré les mises en garde du gouvernement, plusieurs milliers de Gilets jaunes ont encore battu le pavé à Paris et ailleurs en France, ce samedi 8 décembre. Pour cet acte IV de leur mobilisation, les Gilets jaunes ont scandé haut et fort la longue liste de leurs mots d’ordre sur l’avenue des Champs-Élysées : « ras le bol », « dissolution de l’Assemblée nationale », « Macron démission ! », « Macron, Macron, on t’encule »…Continuer la lecture…

    #Radio #Luttes
    https://la-bas.org/audio.api/free/aW5sYnM6Ly9mb2xkZXItNDI0MTkvbXAzLTQ3Ni80NDgxNC1yZXBvcnRhZ2VfZ2lsZXRzX2phdW5lc19hY3RlaXZfZGlsbGFoXy1fZXh0cmFpdC5tcDM=/44814-reportage_gilets_jaunes_acteiv_dillah_-_extrait.mp3


  • Bonjour,

    Le 10 décembre 1948 était signée la Déclaration Universelle des Droits Humains, au lendemain d’une guerre qui avait fait sombrer l’humanité dans la pire des abjections, industrialisant le racisme et l’antisémitisme, organisant des États entiers autour de la haine de l’autre.

    Un comité, présidé par Eleanor Roosevelt, avait préparé un texte, largement influencé par René Cassin et son secrétaire Stéphane Hessel. La signature du texte allait enclencher une dynamique juridique fondamentale, qui a par la suite été complétée par les deux Pactes (sur les droits civils et politiques, et sur les droits économiques et sociaux), et par la création d’un tribunal pénal international.

    Comme tout document juridique comportant des valeurs fondamentales, la DUDH pose des bases qui évoluent ensuite en fonction des situations. Aujourd’hui, compléter ces documents pour prendre en compte l’existence de l’Internet et la crise climatique semble nécessaire, même si la situation mondiale ne s’y prête guère.

    Les valeurs portées par la DUDH, prenant la suite et élargissant celles de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de la Révolution française gardent une actualité majeure. L’article premier indique « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits ». La portée du terme "dignité" mérite d’être pleinement réfléchie dans la situation actuelle, n’est-ce pas ?

    C&F éditions a décidé de fêter "dignement" cet anniversaire en publiant deux livres qui se situent dans le cadre de réflexion des Droits humains [1] :

    – « Révolution Paine : Thomas Paine penseur et défenseur des droits humains » revient sur la genèse et la défense de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.
    https://cfeditions.com/paine

    Tom Paine est un personnage fascinant, comme le rappelle la courte biographie rédigée par Nicolas Taffin pour le livre et la longue présentation de Peter Linebaugh, historien spécialiste des communs. Le livre reprend les deux ouvrages écrits par Paine pour défendre la Révolution française et son texte juridique majeur. Brillant polémiste, Tom Paine, qui fut également député de l’Assemblée nationale, fait le lien entre l’indépendance des États-Unis à laquelle il a largement contribué et la Révolution française qu’il est venu soutenir.
    (Pour mémoire, ce livre s’inscrit dans un des thèmes de l’agrégation d’histoire de cette année et de l’an prochain...)

    – « Cyberstructure : L’internet, un espace politique », par Stéphane Bortzmeyer montre la manière dont les droits humains sont impactés par des décisions en apparence technique et de programmation informatique.
    https://cfeditions.com/cyberstructure

    Après une description rigoureuse, mais accessible, qui fera le bonheur des étudiant·e·s et des personnes intéressées à comprendre les enjeux politiques autant que techniques de l’Internet, Stéphane Bortzmeyer s’étend sur les relations entre l’architecture d’Internet et les Droits humains. Membre du groupe de travail sur l’Internet et les Droits humains de l’IETF (Internet, Engineering Task Force), il développe et rend accessibles les réflexions de ce groupe.

    Les Droits humains forment un socle essentiel à la vie en société, et un outil pour développer une culture de Paix. Avec ces deux livres, nous essayons de garder le lien historique entre la naissance de ce concept et son application à l’architecture de l’Internet.

    Bonne lecture,

    Hervé Le Crosnier

    PS : Pour fêter dignement l’anniversaire de la signature de la DUDH, nous invitons les parisien·ne·s à venir rencontrer Stéphane Bortzmeyer
    Lundi 10 décembre, de 18h à 20h,
    Librairie A Livr’ouvert
    171 bd Voltaire, 75011 Paris.

    [1] Nous avons choisi l’expression "Droits humains" pour traduire le terme officiel de la "Universal Declaration of Human Rights" (et non "Rights of Man", comme fut traduite en anglais la Déclaration de 1789). Cela nous semble mieux prendre en compte tout le genre humain, sans avoir besoin d’une capitale à Homme pour distinguer l’individu "abstrait" représentant tous les humain·e·s. En revanche, nous conservons évidemment l’écriture d’époque pour la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

    #DUDH #C&F_éditions #Shameless_autopromo



  • Le discours de Juncker à l’Assemblée reporté AFP - 3 Décembre 2018 - Le figaro
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/12/03/97001-20181203FILWWW00100-assemblee-discours-de-juncker-reporte-au-profit-d

    Le discours du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, prévu demain à l’Assemblée nationale, a été reporté, au profit d’une séance de questions au gouvernement, en pleine crise des « gilets jaunes », a indiqué lundi la présidence de l’Assemblée.

    Son président Richard Ferrand « a pris la décision de reporter la venue du président de la Commission européenne » qui « devait intervenir ce mardi dans l’hémicycle et répondre aux questions des parlementaires », selon un communiqué. Ainsi, « cette décision, prise en accord avec l’ensemble des présidents des groupes politiques, permettra de donner la priorité à une séance de questions d’actualité au gouvernement ».

    Juncker avait été invité par l’ex-président de l’Assemblée François de Rugy. Il doit s’entretenir demain en fin de journée avec Emmanuel Macron, selon l’agenda du chef de l’Etat. Après les sénateurs début novembre, les députés doivent examiner la semaine prochaine dans l’hémicycle le projet de loi habilitant le gouvernement à prendre par ordonnances les mesures de préparation au retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne.

    #jean-claude_juncker #assemblée_nationale #UE #union_européenne #peur de la couleur #jaune


  • Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce lundi 3 décembre 2018
    https://www.crashdebug.fr/revue-de-presse/15325-revue-de-presse-du-jour-comprenant-l-actualite-nationale-et-interna

    Bonjour à toutes et à tous, j’espère que vous allez bien ; ), ce matin, notre Contributeur anonyme vous livre sa vision de l’actualité nationale et internationale, aussi la voici ci-dessous (et on l’en remercie). Et comme d’habitude pour prendre rapidement le pouls de la planète, la toute nouvelle DEFCON-Room vous tend les bras dès ce matin et tout au long de la journée 24h/24 et 7j/7. ; )))))

    Amitiés,

    L’Amourfou / Contributeur anonyme / Chalouette / Doudou

    La Revue de presse du jour comprenant les informations de ce qui fait l’actualité française et internationale du 1 au 2 décembre 2018 vues par notre Contributeur anonyme.

    DON : https://www.paypal.me/revuedepresse ou https://www.paypal.com/pools/c/7ZGVkA4zY3

    FRANCE :..en 1988, 330 000 personnes au RMI, en 2018 1,85 (...)


  • Benalla, Ferrand, Sarkozy et Darmanin se retrouvent aux 70 ans du JDD 28 Novembre 2018 - Marianne
    https://www.marianne.net/politique/alexandre-benalla-sarkozy-darmanin-ferrand-70-ans-jdd

    La fête anniversaire du « Journal du dimanche » a sidéré bon nombre de ses journalistes, ce mardi 27 novembre à Paris. Ils y ont en effet vu un joyeux mélange de personnalités de pouvoir, dont Nicolas Sarkozy, Gérald Darmanin, Valérie Pécresse ou Richard Ferrand, frayer dans une salle où se trouvait également un certain Alexandre Benalla…

    Petite sauterie entre soi… A l’occasion d’une fête organisée pour les 70 ans du Journal du dimanche ce mardi 27 novembre, dans le 8e arrondissement de Paris, les patrons du journal ont pu trinquer joyeusement avec un joli monde issu des cercles du pouvoir… Selon nos informations, y ont ainsi été vus, pêle-mêle, l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy mais aussi l’actuel ministre du Budget Gérald Darmanin, le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand, ainsi qu’un certain… Alexandre Benalla !

    Alexandre Benalla vu discutant "longuement avec Richard Ferrand
    Que faisait le paria de la Macronie au milieu de cette soirée, en compagnie de quelques uns des plus hauts personnages de l’Etat ? Au Monde, qui révèle également l’information, un membre du groupe Lagardère rapporte : « On nous a expliqué qu’il dînait ce soir-là à l’étage, par hasard ». Un autre, qui se dit « effaré » par ce qu’il a vu dans cette soirée, confie à Marianne que cet heureux « hasard » a été mis à profit, Alexandre Benalla ayant discuté « longuement » avec Richard Ferrand.

    Outre les premiers de cordée de la Macronie, ont aussi été vus à la soirée Arnaud Montebourg, ancien ministre socialiste de François Hollande, François Baroin ou encore la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse.

    Marc Francelet présent
    Hors politiques, un nom moins connu du grand public mais tout aussi intéressant figurait parmi les invités : Marc Francelet. Souvenez-vous, nous vous en parlions cet été lors de l’éclatement de l’affaire Benalla : ce lobbyiste à la réputation sulfureuse avait participé au plan com’ très bien huilé d’Alexandre Benalla. Contacté par Marianne, il confirme sa venue à la soirée mais assure que ce n’est pas lui qui a fait venir son ancien protégé : « Je suis venu avec Laurence Piau, directrice de la rédaction de ’Closer’. Alexandre Benalla, je l’ai croisé dans l’escalier alors que je partais », affirme-t-il.

    Dans une période de défiance de l’opinion vis-à-vis de la presse, le gâteau d’Hervé Gattegno, directeur de la rédaction du JDD, a un petit goût étrange de mélange des genres…

    #presse #presse_a_gages #collusion #macronie #caste #Nicolas_Sarkozy #Gérald_Darmanin #Arnaud_Montebourg #Valérie_Pécresse #Richard_Ferrand #Alexandre_Benalla #médias #journalisme #François_Baroin #Marc_Francelet #en_vedette


  • Le Parlement adopte définitivement la loi controversée contre les « fakes news »
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/15282-le-parlement-adopte-definitivement-la-loi-controversee-contre-les-f

    CENSURE :...la loi anti fake news adopté par quelques députés et dans l’indifférence générale

    Contributeur anonyme

    (c) Thomas SAMSON Source : AFP

    Par un ultime vote de l’Assemblée nationale le 20 novembre, le Parlement a adopté la loi contre la « manipulation de l’information », après des mois de débats. Malgré deux rejets par le Sénat, le projet de loi passe finalement en force.

    Ce 20 novembre, le Parlement a définitivement adopté, par un ultime vote de l’Assemblée, les deux propositions de loi controversées contre la « manipulation de l’information » en période électorale.

    Le premier texte a été voté par 183 voix contre 111, avec l’appui de la majorité LREM-MoDem. Le second a été approuvé par 347 voix contre 204. Droite et gauche ont voté contre ou se sont abstenues, dénonçant des lois (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises


  • Profondes modifications sur le fichage génétique - Pénal | Dalloz Actualité
    https://www.dalloz-actualite.fr/flash/profondes-modifications-sur-fichage-genetique

    Sans débat, la commission des lois de l’Assemblée nationale a adopté vendredi 9 novembre un amendement sur le fichage génétique (FNAEG). Outre une modification des règles d’effacement, il élargit les possibilités de recherches en parentalité et supprime la notion d’ADN non codant, verrou d’un fichage génétique selon les caractéristiques des personnes.

    par Pierre Januelle 12 novembre 2018

    La notion d’ADN non codant, supprimée par l’amendement du rapporteur Didier Paris, était centrale à la création du fichier, il y a vingt ans. Face aux risques de fuite de données et d’atteintes aux libertés, il s’agissait de ne pas intégrer de segments d’ADN comprenant d’information biologique sur la personne (maladies, origine ethnique). L’évolution de la génétique a remis en cause cette notion d’ADN inutile. Toutefois, la suppression pure et simple de ce mot modifiera en profondeur la destinée du FNAEG, en permettant d’inclure dans le fichier des éléments d’ADN relatifs à l’apparence ou l’origine des personnes.

    Cette suppression permettra une « adaptation textuelle aux évolutions des nouvelles technologies ». Ce domaine évolue rapidement, la recherche en fonction de portraits robots génétiques (v. Dalloz actualité, 16 juill. 2014, art. C. Fonteix ) ou l’association de profils ADN à des signalements de personnes (deux projets de règlement européen évoquent cette possibilité) étant déjà possibles.

    Par ailleurs, les possibilités de recherches en parentalité (faire correspondre une trace ADN avec celle d’un parent présent dans le FNAEG), actuellement limitées aux parents en ligne directe, sont élargies (v. Dalloz actualité, 17 juill. 2018, art. S. Fucini ). Ce qui étendra fortement le champ des personnes fichées indirectement au FNAEG.

    • « Ce projet sur l’ADN transformerait tous les citoyens en suspects potentiels »
      https://www.nouvelobs.com/justice/20181130.OBS6345/ce-projet-sur-l-adn-transformerait-tous-les-citoyens-en-suspects-potentie

      La Commission nationale de l’informatique et des libertés (#Cnil) s’est émue de cette situation dans un communiqué du 16 novembre, rappelant que « toute modification substantielle de ce fichier doit faire l’objet d’une réflexion approfondie et concertée », de même que l’Observatoire des libertés numériques dans un communiqué du 22 novembre.

      Les réactions publiques ont provoqué la rédaction d’un nouvel amendement devant l’Assemblée nationale, visant à restreindre, dans une rédaction maladroite et inadaptée, la portée du projet initial (n° 1123). Ce texte vient d’être retiré avant son examen, rendant toute sa capacité de nuisance à l’amendement adopté par la commission des lois.

      Les signataires de la présente tribune entendent alerter solennellement l’ensemble des autorités compétentes sur le risque majeur que constitue ce texte et sur la nécessité impérieuse d’y renoncer.

      #FNAEG

    • Données génétiques : les réserves de la CNIL sur l’amendement portant sur l’élargissement du FNAEG | CNIL
      https://www.cnil.fr/fr/donnees-genetiques-les-reserves-de-la-cnil-sur-lamendement-portant-sur-lelargis

      16 novembre 2018

      A la suite d’un amendement au projet de loi de programmation pour la justice relatif au fichier national des empreintes génétiques (FNAEG), adopté en Commission des lois de l’Assemblée nationale, la CNIL tient à alerter sur la nécessité de mesurer précisément les risques induits par l’élargissement des segments d’ADN susceptibles d’être utilisés et de se réinterroger sur la proportionnalité du fichier

      La Commission nationale de l’Informatique et des Libertés a pris connaissance de l’amendement adopté en commission dans le cadre de l’examen du projet de loi de programmation 2019-2022 et de réforme pour la justice visant en particulier à modifier les articles 706-54 et 706‑56‑1‑1 du code de procédure pénale (CPP) relatifs au fichier national des empreintes génétiques (FNAEG).

      Le FNAEG, qui de manière générale sert à faciliter l’identification et la recherche des auteurs d’infractions à l’aide de leur profil génétique, repose en très grande partie sur l’exploitation de segments d’ADN « non codants » (à savoir ceux qui en principe ne permettent pas de reconnaître les caractéristiques génétiques d’un individu, comme son origine ethnique) et dont la liste est fixée par arrêté. 

      Or cet amendement a pour objet d’élargir la possibilité d’identifier une personne via le FNAEG grâce à tout segment d’ADN, codant ou non-codant. Il vise également à étendre le champ des recherches en parentèle susceptibles d’être réalisées à partir de ce fichier.

      Le FNAEG, compte tenu des données très sensibles qui y sont conservées et du nombre de personnes directement concernées (2.9 millions de profils et 480 000 traces non identifiées), a toujours fait l’objet d’une attention particulière tant de la part de la CNIL que des juridictions nationales et européennes. En particulier, la Commission rappelle que, jusqu’à présent, la limitation des possibilités d’identification via les seuls segments non-codants a été précisément regardée comme une garantie essentielle de proportionnalité du fichier. Par ailleurs l’approfondissement du périmètre des recherches en parentèle soulève de nouveaux enjeux. 

      Les mesures envisagées sont dès lors susceptibles d’entraîner des risques graves pour la vie privée et la protection des personnes pouvant être ciblées sur la base de correspondances génétiques partielles ou de similarités morphologiques. Ces risques doivent être précisément mesurés.

      Si des évolutions techniques et scientifiques pourraient conduire à se réinterroger sur le rôle fonctionnel joué le cas échéant par les segments non codants de l’ADN, la CNIL estime en tout état de cause que toute modification substantielle de ce fichier doit faire l’objet d’une réflexion approfondie et concertée.

    • (OLN) Fichage génétique : dérapage incontrôlé | CECIL
      https://www.lececil.org/node/32552

      Communiqué de l’Observatoire des libertés et du numérique (OLN), Paris, le 22 novembre 2018

      En matière de fichage génétique, le projet de loi de programmation de la justice est devenu un dangereux véhicule législatif, roulant à contre-sens vers un fichage généralisé.

      Sans aucune concertation ni débat préalable, un amendement au texte prétend tirer les conséquences de la condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) en juin 2017, qui a jugé le fichage opéré par le fichier national des empreintes génétiques (FNAEG) disproportionné et contraire au droit à la vie privée en raison de la durée excessive de conservation (de 25 à 40 ans) et de l’impossibilité d’effacement pour les personnes condamnées.

      Ce fichier tentaculaire contient aujourd’hui plus de 3,8 millions de traces ADN, résultat des textes et injonctions politiques successifs ayant étendu les possibilités de ficher pour des infractions mineures (plus d’une centaine) des personnes à peine suspectes, sans contrôle préalable du procureur de la République, le refus de prélèvement ADN constituant, enfin, une infraction pénale. Cette alimentation systématique fait que 76 % de personnes fichées sont de simples «  mis en causes  » et qu’on y trouve encore des enfants et des adultes fichés pour des faits mineurs.

      Le gouvernement ayant décidé d’engager la procédure accélérée, le Parlement est sur le point d’adopter des modifications désastreuses.

      Les unes ne modifient pas la nature du fichier : la procédure d’effacement serait raccourcie et ouverte aux personnes fichées, car condamnées, ce qui ne sera d’aucun effet tant que le critère de l’effacement demeure « si la conservation n’apparait plus nécessaire compte tenu de la finalité du fichier ».

      Les autres ouvrent la voie, non plus à une restriction, mais bien à un fichage encore plus massif, et font céder, sans débat, une digue importante.

      L’amendement proposant de ne plus restreindre l’extrait d’ADN prélevé aux seuls segments non codants est présenté comme une évidence scientifique et une nécessité pour s’adapter aux évolutions futures. Or cette exclusion était centrale lors de la création du fichier : ces segments "non codants " devaient permettre, sur la base des connaissances scientifiques de l’époque, d’identifier la personne concernée de manière unique sans révéler ses caractéristiques héréditaires ou acquises et c’est sur la base de cedit garde-fou, scientifiquement contesté depuis, que ce fichier a pu prospérer sans véritable débat démocratique sur l’éthique du fichage génétique. Le balayer d’un revers de main, en prétendant qu’il suffirait désormais de préciser que les informations relatives aux caractéristiques de la personne ne pourront apparaitre dans le fichier vise à endormir la vigilance des citoyens. La Commission nationale informatique et libertés (CNIL) ne s’y est pas trompée, en dénonçant cette évolution lourde, intervenue sans son avis préalable.

      Mais bientôt, il suffira qu’un parent, cousin, oncle, tante ait déjà été fiché, même pour une infraction mineure, pour devenir un suspect potentiel. Les députés veulent en effet ouvrir la « recherche en parentèle » au-delà des parents directs. Pour ces recherches dans le FNAEG, ce ne sont plus 3,8 millions de traces qui seront comparées, mais bien davantage, au point que l’on est en droit de se demander qui, désormais, ne sera pas, d’une façon ou d’une autre, fiché.

      L’Observatoire des Libertés et du Numérique exige le retrait de cet amendement et une véritable concertation qui permettrait une prise de conscience citoyenne pour éviter ce « dérapage incontrôlé » du fichage génétique en France.

      Organisations membres de l’OLN : Le CECIL, Creis-Terminal, La Ligue des Droits de l’Homme (LDH), La Quadrature du Net (LQDN), Le Syndicat des Avocats de France (SAF), Le Syndicat de la Magistrature (SM).


  • Les notes de frais astronomiques du député LREM en charge des questions de défense - Lise Garnier - 30 Octobre 2016 - Capital _
    https://www.capital.fr/economie-politique/les-notes-de-frais-astronomiques-du-depute-lrem-en-charge-des-questions-de-d

    Le député LREM Jean-Jacques Bridey, président de la commission de la Défense à l’Assemblée nationale, a laissé derrière lui des notes de frais exorbitantes en quittant ses fonctions locales à l’été 2017, révèle Mediapart ce mardi. Patron d’une société d’économie mixte, l’élu a notamment écumé les plus prestigieux restaurants parisiens. Visiblement, le député « marcheur » n’en est pas à son coup d’essai en la matière puisqu’il est déjà accusé d’avoir perçu indûment 100 000 euros grâce au cumul de ses mandats, rappelle le site d’information.
    Entre 2016 et 2017, Jean-Jacques Bridey a alors enregistré 2 000 euros en moyenne de dépenses remboursées chaque mois par la Société d’économie mixte locale d’aménagement de Fresnes (Semaf). Une société qu’il préside depuis 2001, également l’année de sa première élection à la mairie de la ville du Val-de-Marne.

    Entre 150 et 500 euros le repas
    Parmi ses notes de frais figurent des déjeuners et des dîners dans des restaurants étoilés de Fresnes, Rungis et même dans des établissements de luxe dans la capitale. Sur les factures consultées par Mediapart, on retrouve entre autres du champagne, des huîtres ou encore des langoustines et du caviar. Côté tarifs, les repas pris par l’élu et ses accompagnateurs inconnus avoisinent les 150 euros en moyenne, avec des additions qui grimpent même jusqu’à plus de 500 euros.

    Ecrire à Jean-Jacques Bridey : jean-jacques.bridey@assemblee-nationale.fr

    Ex PDG de la SEMAF à par exemple 24 000 € net en 2016
    Ex Maire de Fresnes à par exemple 16 800 € net en 2016
    Ex Président Syndicat Intercommunal 2eme Cycle à par exemple 13 800 € net en 2016

    Source : http://www2.assemblee-nationale.fr/deputes/fiche/OMC_PA672

    A voté contre l’interdiction du #glyphosate
    Source : https://seenthis.net/messages/731215

     #pognon_de_dingue #en_marche #en_vedette #argent #merci


  • * Une députée LREM demande la position de la France sur la pénalisation de l’avortement en Andorre AFP - 31 Octobre 2018 - La croix
    https://www.la-croix.com/France/Politique/deputee-LREM-demande-position-France-penalisation-avortement-Andorre-2018-

    La députée LREM des Pyrénées-Orientales Laurence Gayte a demandé au gouvernement de préciser la position de la France sur la pénalisation de l’avortement dans la principauté d’Andorre, dont Emmanuel Macron est coprince, un des derniers États en Europe à interdire l’IVG.

    Dans une question écrite adressée au ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, Mme Gayte précise que la principauté est « l’un des derniers États d’Europe - avec Malte, Saint-Marin et le Vatican - à interdire l’avortement, y compris en cas de viol, d’inceste, de maladie ou malformation du fœtus, ou de danger pour la vie de la mère ».

    « L’avortement y constitue un délit passible de six mois d’emprisonnement pour la femme enceinte, et de trois ans de prison et cinq ans d’interdiction d’exercice pour le médecin qui pratique l’intervention », ajoute Mme Gayte, membre de la délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale et députée d’un département ayant une frontière commune avec la Principauté d’Andorre, rappelle-t-elle.

    Des femmes ont cependant recours à l’avortement, soit en se rendant en Espagne ou en France, soit « par des méthodes peu sûres ou clandestines », souligne la députée.

    Dans le cadre de la journée mondiale du droit à l’avortement, fin septembre, « de nombreuses Andorranes ont défilé dans les rues d’Andorre-la-Vieille afin de demander la dépénalisation de l’avortement dans leur pays », poursuit-elle dans sa question écrite. Elles souhaiteraient « savoir la position de la France sur cette question ».

    Lors de la manifestation, selon un correspondant de l’AFP, certaines affiches réclamaient « Pas de tutelle ni de l’État ni de l’Église » ou encore « Laissez vos chapelets en dehors de nos ovaires », en référence à la position anti-avortement d’un des deux coprinces d’Andorre, l’évêque d’Urgell Mgr Joan-Enric Vives.

    #Laurence_Gayte #Andorre #IVG #interdiction #emmanuel_macron #Andorre #Femmes #catholicisme #droits_des_femmes #religion #catholicisme


  • “Je n’ai pas lu le rapport” : la désarmante légèreté d’un député
    https://www.telerama.fr/television/mon-pays-fabrique-des-armes-je-me-suis-confrontee-six-mois-a-lomerta-de-lad

    J’ai décidé d’interroger Jean-Charles Larsonneur, député LREM et membre de la commission Défense, alors élu depuis six mois, en contact régulier avec les industriels, et ancien du Quai d’Orsay. Il m’a semblé être la personne idéale. Il était en outre tout à fait prévenu que je m’intéressais aux exportations.

    https://www.youtube.com/watch?v=iiT2KaOMszI

    Ce jour-là, j’arrive donc avec le rapport, sur lequel j’ai mille questions à poser. Notamment sur les ventes à l’Arabie saoudite, classée par le rapport comme notre deuxième client. L’interview à peine commencée, il me dit qu’il ne l’a pas lu ! A ce moment-là, la journaliste en moi se dit que c’est vraiment une information importante. La citoyenne, elle, est abasourdie. Cela faisait six mois que je me confrontais à l’omerta de l’administration. Si les gens qui nous représentent, qui sont en capacité de poser les questions, ne prennent même pas le temps de lire le rapport, c’est extrêmement grave.

    J’ai tenu à continuer l’interview malgré tout. Et là, la situation devient ubuesque : il me reparle lui-même du rapport, avec ses éléments de langage, en en vantant les mérites, comme s’il l’avait lu ! C’est proprement scandaleux. Après le tournage, il m’a fait comprendre qu’il ne serait pas correct de garder le passage sur l’Arabie saoudite, car il n’est pas spécialiste du rapport. Mais je ne suis pas d’accord : qui pose les questions alors ?